Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Deuxième partie. Notions

Représentation, classification : comment l’homme pense ses rapports au milieu naturel

Claudine Friedberg

Texte intégral

1La présence, ou le plus souvent l’absence, du terme représentation dans les textes du corpus ne donnent pas la mesure réelle du rôle que le concept a joué dans l’élaboration de la démarche interdisciplinaire que nous essayons de cerner ici.

2Le sens très général du terme, « idée que nous nous faisons du monde » (Larousse), « action de mettre devant les yeux ou devant l’esprit de quelqu’un » (Robert), a permis qu’il soit investi différemment selon les disciplines et les chercheurs. Pour les psychologues et d’une façon générale pour les sciences cognitives il s’agit de « représentations mentales ». En revanche ce qui intéresse les sociologues, ce sont les « représentations sociales » à l’exclusion de toute représentation psychologique individuelle. Les anthropologues eux, mettent l’accent sur l’ensemble des idées et des valeurs propres à une société désigné généralement par l’expression « système de représentation ».

1. Une approche des représentations inspirée de la sociologie

  • 1 Cf. ci-dessus, Marcel Jollivet, « un Chapitre de l'histoire récente d'une vieille et grande questio (...)

3On peut tout d’abord considérer que le concept de représentation est à l’origine même de l’introduction des sciences sociales dans les programmes interdisciplinaires puisque, comme nous l’avons vu plus haut1, il s’agissait dans l’esprit des responsables des programmes, de faire évoluer la « mentalité » de ceux auxquels on voulait faire adopter telle ou telle technique d’exploitation et de gestion du milieu.

4Les chercheurs promus à cette tâche se sont alors efforcés de démontrer que les réticences des acteurs n’étaient pas dues à une incompréhension, mais à ce que leurs choix s’inscrivaient dans une logique autre que celle des « décideurs » et que cette logique était fondée sur des critères liés à une représentation différente de l’environnement, de la façon de le gérer, de la situation économique et de leurs priorités socioculturelles (Darré, 1985, Salmona et de Vries, 1974).

  • 2 Cf. ci-dessus Chantal Blanc-Pamard, Jean-Pierre Deffontaines et C. Friedberg, « Techniques et prati (...)

5Cette remise en cause des discours préétablis aussi bien de la part de l’écologue ou de l’agronome que de l’économiste s’est manifestée par la mise en évidence : 1) de l’efficacité de certains des choix techniques effectués par les acteurs à partir d’un savoir construit de l’intérieur, d’une connaissance « expérimentale » accumulée depuis des générations et prenant en compte des variations, en particulier climatiques, sur plusieurs décennies ; 2) du rôle des critères proprement socioculturels dans les « choix » et les « décisions », l’économique ne jouant pas forcément le rôle essentiel. Elle tient une place réduite dans le corpus en comparaison des confrontations orales auxquelles elle a donné lieu soit à l’intérieur des équipes multidisciplinaires, soit lors des réunions et colloques de synthèse. Cependant l’essentiel a été qu’à travers ces discussions, les disciplines habituellement chargées de traiter des problèmes de gestion des ressources naturelles (qu’elles appartiennent aux sciences de la terre, de la vie ou à l’agronomie) ont pris progressivement conscience du rôle joué par les acteurs. Dans un premier temps, ceci s’est traduit par la reconnaissance de la nécessité d’observer leurs pratiques2, puis dans un deuxième temps de s’intéresser aux représentations qui les sous-tendent.

  • 3 G. Brown, Rapport de synthèse dans le chapitre VI, Caractéristaion économique et socio-économique.  (...)

6Mais comment atteindre ces dernières ? Certains ont cru qu’on pouvait le faire directement en recueillant les « opinions » des acteurs à l’aide des questionnaires ou en procédant à des entrevues directives. Malheureusement, utilisées sans suffisamment de précautions, ces techniques risquent de ne renvoyer qu’aux représentations de l’enquêteur lui-même tout en ne renseignant pas sur celles de ses interlocuteurs. Nous trouvons dans G. Brown (1976)3 une illustration des limites des enquêtes d’opinion qui aboutissent à des conclusions en termes de jugements de valeur. Le résultat se trouve induit par les termes mêmes dans lesquels les questions sont posées ; dans cet exemple ces dernières ne permettent pas de dépasser l’affrontement entre écologistes et économistes que l’on pouvait prévoir au départ.

7D’autres tentatives plus fructueuses ont été menées, pour mettre en évidence les représentations que se font les acteurs de leur action sur l’environnement. Ce fut le plus souvent le fait des chercheurs qui se sont également intéressés aux techniques et aux pratiques. Tout d’abord les sociologues qui dans le cadre de leur discipline avaient une certaine familiarité avec les problèmes méthodologiques que suscitent l’étude des représentations, en particulier, à travers la mise au point d’entrevues non directives dans lesquelles on reprend les termes mêmes qu’utilisent les interlocuteurs. Les travaux les plus significatifs dans ce domaine sont ceux du programme « Causses-Cévenne », dans lequel il a été procédé à l’analyse des représentations des éleveurs : celles de leurs terres et leurs parcours et des pratiques qui en découlent dans l’utilisation qu’ils en font ; et ceci en tenant compte des représentations et des pratiques qui leur viennent de leurs contacts avec la recherche et les chercheurs… [voir en particulier V.2.2. Jollivet, 1987, le rapport scientifique 1981-1986]. Dans le même sens vont les analyses de J. Ritz sur la notion de « qualité de l’eau » dans « Alsace-Eau » [V.16.4.] ou celles de J. Ritz et C. Wisner sur la notion de fertilité dans le Noyonnais [V.17.4. Sébillotte, 1989].

8On trouvera également une attention aux représentations des acteurs chez certains géographes ; principalement chez Blanc-Pamard, 1979, dans [VI.10. « Contact Forêt-Savane » (Côte d’Ivoire)] et à Madagascar (1986) ; Monique Barrué-Pastor dans ses recherches sur les bâtiments d’élevage dans les Pyrénées [V.7.B.] et enfin Nicole Mathieu (1987). La même attention aux représentations sous-tendant les pratiques apparaît dans les travaux les plus récents de certains agronomes (voir, en particulier, Landais et Deffontaines, 1988 et Sébillotte, 1989).

9Comme nous le voyons, l’intérêt porté aux représentations, apparaît tardivement dans les programmes interdisciplinaires. C’est très largement lui qui a été à l’origine de la nécessité ressentie d’introduire des sciences sociales dans ces programmes et il a servi aux sciences sociales de moyen de s’affirmer dans leur spécificité face aux sciences de la terre ou de la vie ; il a surtout été au départ inspiré par la démarche sociologique dans laquelle les représentations sont considérées comme des faits sociaux ayant une existence propre, que l’on peut décrire et étudier en soi.

10Cependant, en lisant les quelques travaux cités ci-dessus, dans lesquels se manifeste un souci de prise en compte des représentations, on a l’impression que les chercheurs ne parviennent pas à dépasser le constat de l’existence de ces dernières sans réellement les analyser dans leurs rapports aux pratiques. En définitive on a pris l’habitude de réduire les représentations à une accumulation d’informations sur les savoirs et les savoir-faire populaires sans les intégrer dans une analyse de l’ensemble des données interdisciplinaires recueillies.

11L’étude de ces savoirs a d’ailleurs fait l’objet d’un appel d’offres particulier de la part de la Mission du patrimoine ethnologique du ministère de la Culture sous le titre « Savoirs naturalistes populaire ».

12Les ethnologues qui y ont répondu ont-ils mieux réussi que les autres chercheurs à cerner et à comprendre le rôle que jouent les représentations dans l’évolution actuelle des sociétés ? On peut en douter comme nous le verrons plus loin, mais auparavant il nous faut nous interroger sur les outils d’analyse que nous fournit l’anthropologie dans ce domaine. La question est de voir dans quelle mesure ils pourraient permettre d’aller plus loin dans l’étude des représentations dans les programmes interdisciplinaires, de façon à lui donner une place qui corresponde mieux au rôle réel de ces dernières dans les rapports homme-nature.

2. Les représentations et la démarche anthropologique

13En anthropologie la mise en évidence des systèmes de représentation est essentielle, même si cette expression est utilisée relativement peu dans les écrits et qu’on la trouve plus pour caractériser une démarche en général que dans l’exposé ou l’analyse des données. Ainsi on trouvera rarement le terme « représentation » dans les travaux de Lévi-Strauss ; par contre on constate dans le résumé de ses cours, entre 1951 et 1982 (Paroles données, 1984), que certains de ceux qui ont fourni en 1961 et 1963 une partie de la matière des Mythologiques s’intitulaient « représentations mythiques du passage de la nature à la culture », puis en 1966-1967 « représentations et croyances sur l’origine de la culture dans le nord-ouest de l’Amérique du Nord ».

14Dans leurs études des représentations les anthropologues ont eu deux soucis principaux : 1) atteindre ce dont les informateurs ne sont pas conscients et/ou ce qu’ils ne peuvent exprimer, 2) échapper à leurs propres catégories afin d’être sûrs de bien rendre compte du système de pensée des populations sur lesquelles ils enquêtent. Pour cela le chercheur dispose de plusieurs types de données qui apparaissent au cours de ce que l’on appelle « l’enquête participante » : celles provenant du discours spontané des informateurs, les réponses provoquées par ses questions, les catégories implicites découlant de l’observation des pratiques techniques et rituelles et enfin celles que l’on peut mettre en évidence par l’analyse de la littérature orale ou écrite de la population étudiée.

15Très tôt les modes de catégorisation sont apparus comme un moyen de mettre en évidence les systèmes de représentation : l’article de Durkheim et Mauss « Essai sur quelques formes primitives de classification » (1901-1902) est le texte fondateur en la matière.

16Cependant il nous faut distinguer deux types de classifications : celles qui sont effectuées entre des objets que les informateurs considèrent comme étant de même nature (par exemple les plantes et les animaux ou des artefacts comme des outils et des meubles), et les classifications de type analogique, propre à chaque société, dans lesquelles, en se fondant sur des rapprochements que les intéressés eux-mêmes considèrent comme métaphoriques on place dans une même catégorie des objets, des phénomènes, des groupes d’hommes ou de divinités, appartenant à des domaines différents (Friedberg, 1990). Il peut exister des liens entre les deux mais il est nécessaire de commencer par les distinguer quand on débute l’enquête.

  • 4 On trouvera dans la Pensée sauvage de Lévi-Strauss (1962) une part importance des données qui avaie (...)
  • 5 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs natures », (...)

17Alors qu’au début les ethnologues se sont surtout intéressés aux secondes4 l’étude des premières s’est développée avec l’apparition de l’ethnoscience5. Dans le cadre de cette dernière les chercheurs se sont attachés par souci d’objectivité à faire leur enquête dans la langue vernaculaire et à appuyer leur analyse sur les termes utilisés par les informateurs. C’était donner la priorité à l’étude « des catégories sémantiques indigènes » ; on prônait, en particulier, pour les mettre en évidence, « l’analyse componentielle » qui permettait à l’aide de tableaux à double entrée, construits à partir de critères opposés déduits de l’enquête, de délimiter le champ sémantique des termes.

  • 6 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, ibid.

18Nous avons vu plus haut6 comment l’entreprise consistant à vouloir dresser la « grammaire culturelle » de chaque société à partir de l’ensemble des classifications appliquées aux différents domaines culturels avait échoué et comment les seules études qui furent poursuivies concernent précisément les domaines qui nous intéressent ici, c’est-à-dire les classifications des objets et des phénomènes naturels.

  • 7 Il faut noter que la thèse de Chomsky Transformational Analysis qui marque les débuts des recherche (...)

19Les nomenclatures continuèrent à être considérées comme l’accès privilégié à ces classifications et la problématique de l’ethnoscience demeura tributaire des théories linguistiques. Elle s’était d’abord développée dans la perspective de l’hypothèse dite « de Sapir et Whorf » établissant un lien de dépendance entre la langue et la pensée, ce qui conduisait inévitablement au relativisme culturel. Lorsque, avec Chomsky, la linguistique s’engagea dans la recherche des universaux7, ce relativisme fut remis en question et les chercheurs en ethnoscience s’efforcèrent de mettre en évidence des invariants.

20On peut, en effet, repérer dans les processus de classification des plantes et des animaux un certain nombre de principes universels correspondant à ce que les psychologues ont mis en évidence à travers leurs expériences. Tout d’abord l’utilisation de deux procédures de classification, l’une prototypique et l’autre componentielle-conceptuelle ; dans la première, une figure exemplaire, le « prototype », joue le rôle de représentant évocable et devient le support privilégié de la dénomination. Pour la seconde, voici la définition donnée par Bresson : « Les procédures componentielles correspondent à une situation de relation d’appartenance à une classe : l’existence des caractères spécifiques (définis comme l’union d’intersection) est condition nécessaire et suffisante de l’appartenance à la classe… » (1987, 967-968).

  • 8 Voici la définition donnée par E. Rosch, 1976 : « Des expériences convergentes ont montré un niveau (...)

21On s’accorde également sur l’existence d’un niveau de base8 correspondant à un terme d’appellation défini comme terme de base et sur le fait que pour les rangs hiérarchiques inférieurs, les objets sont désignés par un terme de base accompagné d’un ou plusieurs déterminants. Pour les artefacts le « niveau de base » correspond à des termes comme chaussure ou chaise et les niveaux inférieurs à chaussure de bal ou chaise percée. Pour les plantes chêne, saule, carotte sont des termes de base, chêne-liège, saule pleureur, carotte rouge longue de Croissy, désignent des niveaux inférieurs (au nombre de trois pour ce qui est de la carotte) (Friedberg, 1986 et 1990). Entre le niveau de base et les niveaux inférieurs les objets se trouvent dans des rapports d’inclusion hiérarchisés, c’est-à-dire dans un système de catégories emboîtées dans lesquelles celles qui se trouvent au niveau inférieur possèdent toutes les qualités de celles des niveaux supérieurs.

22Cependant les nomenclatures ne peuvent renseigner sur tous les aspects du processus classificatoire qui est complexe et associe plusieurs opérations cognitives plus ou moins concomitantes et interdépendantes : perception, identification, dénomination, insertion dans un système de référence. Ainsi on ne peut considérer la nomenclature comme directement liée à la perception 1) parce qu’il n’y a pas forcément correspondance entre perception et langage, 2) parce que le vocabulaire a son évolution propre liée à l’histoire de la société qui l’utilise.

23S’il est nécessaire d’identifier, dans les processus classificatoires, la part d’invariant dépendant de la structure et du fonctionnement du cerveau, ce qui intéresse les chercheurs engagés dans l’étude des rapports entre l’homme et son environnement, c’est au contraire de voir comment les catégories peuvent rendre compte de situations concrètes dépendantes du contexte.

24Nous nous bornerons ici à n’envisager que les catégories végétales en raison de leur importance première dans la gestion de l’environnement.

25Pour ce qui est du niveau de base et des niveaux inférieurs, cet ajustement au contexte se manifeste, en particulier, dans la façon dont certains types de plantes portent ou non le même terme de base selon que ce sont les ressemblances ou les différences qui sont privilégiées. Par exemple en français, l’osier est distingué des autres saules tandis qu’une labiée à fleur blanche est appelée ortie blanche en raison de la ressemblance de ses feuilles avec celles des Urtica. Pour les plantes cultivées, celles qui appartiennent à la même espèce portent généralement le même terme de base mais il arrive que ce dernier soit éludé comme dans le cas des arbres fruitiers pour lesquels seul le nom de variété subsiste : par exemple, louisebonne ou comice pour les poiriers.

26Il faut noter à ce sujet que les classifications populaires des plantes et des animaux n’ont pas le même statut que les classifications scientifiques qui ont été construites de façon volontaire et consciente ; elles sont le résultat d’opérations effectuées au fur et à mesure des besoins et que les informateurs ne peuvent pas toujours expliciter ; c’est donc au chercheur à les mettre en évidence.

  • 9 L'effort classificatoire entrepris au XVIe siècle qui a abouti aux classifications scientifiques te (...)

27Ces classifications populaires ont une fonction opératoire en rapport avec des nécessités d’ordre cognitif (mise en ordre, mémorisation, repérage), mais aussi avec le rôle imparti à chaque plante dans les pratiques techniques et symboliques. En effet nous devons noter ici une autre différence entre les classifications populaires et les classifications scientifiques : si ces dernières sont nées d’une volonté d’inventorier les objets naturels, elles correspondent également à la décision de ne prendre en compte, pour mettre en évidence l’ordre de la nature, que les seules qualités des objets eux-mêmes, ce qui n’est pas le cas des premières9.

28Mais c’est surtout à travers les catégories situées au-dessus du niveau de base et englobant des plantes portant des termes de base différents que l’on voit le mieux se manifester la façon dont les membres d’une société se représentent les éléments naturels de leur environnement et les pratiques qui y sont associées.

3. Les catégories complexes

29Même si certains chercheurs n’ont voulu retenir que les catégories englobantes indépendantes du contexte, qu’ils ont appelé les formes du vivant (arbre, herbe, liane, arbustes…) il apparaît de plus en plus que, pour les acteurs, les catégories opératoires sont celles qui, en plus des caractéristiques propres au végétal prennent en compte des critères liés à son rôle dans la vie économique et socioculturelle.

30Ainsi on s’aperçoit que n’appartiennent à la catégorie « arbre » que ceux qui sont assez gros pour servir dans la construction (Randall et Hunn, 1984) ou que les lianes n’incluent, au départ, que les plantes à tige lianescente pouvant servir de lien (Friedberg, 1990). En voici un autre exemple : « shinki désigne bien la classe des palmiers en général, mais ce terme dénote également le type de bois très caractéristique que livre le stipe des palmiers. Selon le contexte, shinki est donc employé sur un mode idéel (la classe des palmiers) et sur un mode pragmatique (la classe des plantes qui produit un bois d’un certain type) » (Descola 1986, p. 103).

31Mais il existe des catégories prenant aussi en compte d’autres critères ; pour la France c’est le cas de lande que l’on peut définir par une certaine composition floristique, mais aussi par certaines propriétés édaphiques, un type d’utilisation et en outre souvent un statut foncier particulier. De la même façon en Bourgogne, l’opposition entre côte et montagne recouvre un ensemble de caractéristiques aussi bien écologiques que socio-économiques et culturelles : d’un côté les terres ensoleillées propices au vignoble, ouvertes au regard et jardinées avec soin ; de l’autre, des terres plus pauvres et froides avec des champs, des prés et des bois qui constituaient jadis un appoint économique essentiel et qui sont toujours considérées comme un espace de liberté (Luginbühl, 1984). Dans la Creuse, on retrouve également des termes en opposition avec brandes et buiges qui désignent l’un et l’autre des friches à bruyères, mais les premières sont des pâtures communales tandis que les secondes sont plus proches des maisons et généralement appropriées [V.37.9., Jolas, Pinton, Verdier, 1984, p. 37]. On pourrait également citer les catégories de biotopes populaires recueillies par Brien A. Meilleur à Termignon en Savoie [V.37.4].

32Ce type de catégorie a été également mis en évidence dans les pays tropicaux. Citons un exemple malgache : « Les agriculteurs isolent le baiboho sous le double critère de la nature écologique et de la forme d’utilisation… L’analyse pédologique permet d’expliquer ce qui fait l’unité du baiboho et qui n’est pas dit. La texture fine est caractéristique d’un sol peu évolué d’apport colluvial ; c’est sans conteste un très beau et très bon sol. Les paysans intègrent ce caractère mais ne le disent pas » (Chantal Blanc-Pamard, 1986 : 23). Ou le cas de bula, chez les Bunaq de Timor, qui se définit par des critères floristiques (un ensemble d’espèces de prairie naturelle), un usage (ce sont des terres de pacage) et enfin un statut foncier : bula s’oppose aux terres de culture (matas momen) et comporte un ensemble de formations végétales, incluant des prairies mais aussi des bois et des broussailles ; si on veut ouvrir un champ sur bula il faut en demander la permission aux « gardiens des produits du sol » et on est tenu de l’entourer d’une clôture (Friedberg, 1990, p. 144 et p. 208).

33Il s’agit là de catégories complexes, c’est-à-dire faisant appel pour leur définition à des critères empruntés à des domaines différents. Cette complexité est en quelque sorte imposée par l’aspect opératoire de ces catégories impliquant qu’elles rendent compte de la totalité de la situation à laquelle les acteurs font face (Friedberg, 1990, p. 144).

34Dans les milieux anthropisés, ces types de catégories impliquant une spatialisation, sont souvent les seuls qui jouent le rôle de catégories englobantes auxquelles se réfèrent les informateurs quand on leur demande de classer des plantes ayant des noms de base différents.

35La complexité se joue ici à plusieurs niveaux de mise en relation, d’une part entre les différents domaines de la pratique sociale dans le cadre de l’appropriation réelle ou symbolique de la nature et, d’autre part, entre les différents aspects du fonctionnement mental liant la perception à l’action en passant par ce qui fait le propre de l’homme : la transmission aux autres à travers la dénomination.

4. Les rapports pratiques/représentations

36Nous venons d’examiner comment les pratiques et leurs représentations peuvent se manifester à travers les modes de catégorisation, il nous reste à voir quels sont les rapports entre pratiques et représentations.

37Quand Godelier déclare (1974, p. 39) : « Il est nécessaire d’analyser soigneusement le système des représentations que les individus et les groupes membres d’une société déterminée se font de leur environnement. C’est à partir de ces représentations que ces individus ou ces groupes agissent sur l’environnement », on pourrait croire que les représentations existent en dehors des pratiques et qu’elles les précèdent. En réalité elles sont elles-mêmes le produit de ces pratiques : elles participent de la production des rapports sociétés/environnement. Pour celui qui y vit, l’environnement n’est pas un décor immuable mais le résultat de ses pratiques, elles sont aussi le reflet du système de représentations qui est lui-même moteur de ces pratiques.

38Le chercheur se trouve alors confronté à une double difficulté : la nécessité de situer les représentations à l’intérieur de systèmes dont il faut analyser la structure (ce qui le place dans les conditions de l’analyse structurale : unité de lieu, de temps et d’action) et des catégories opératoires qui obligent à rendre compte de l’adaptation du système de représentation à l’évolution de la situation.

39De là un malentendu qui a pu surgir à propos de certains travaux ethnologiques qui s’efforçaient de mettre en évidence la cohérence interne de système de représentations correspondant à un état de la société appartenant à un passé plus ou moins proche et non pas de leur évolution face aux modifications socio-économiques actuelles. Ce fut le cas pour le programme « Chatillonais » (M.C. Pingaud, 1978 et Y. Verdier, 1979) et pour plusieurs des enquêtes faites dans le cadre de l’appel d’offres sur les « Savoirs naturalistes populaires » du ministère de la Culture : la Creuse, (Jolas, Pinton, Verdier [V.37.9.]), les Plantes alimentaires de la vallée de la Roya, (D. Musset [V.37.5])…

  • 10 Voir [V.37.10], C. Amiel, D. Blanc, D. Fabre et al., Savoirs populaires en Fenouillèdes.

40Mais comme le remarque Lenclud [11.2.J, 1985, p. 31] à propos des travaux de l’équipe travaillant en Fenouillèdes10 : « pour l’ethnologue le sujet est moins l’étude directe des usages et des représentations du milieu, que celle de la manière dont ces usages et ces représentations du milieu permettent de déceler des modes d’organisation sociale d’une part et des configurations symboliques de l’autre ». En réaction Chantal Blanc-Pamard, 1986, p. 18) déclare qu’elle veut aller au-delà de la démarche des ethnobotanistes qui « s’en tiennent essentiellement à la cohérence interne des classifications vernaculaires ».

41Nicole Mathieu (1988, p. 501) pour sa part dit à propos du concept de « représentation sociale du milieu naturel » : « Il ne s’agit pas, même si on s’y est référé, du concept ethno-anthropologique de représentation de la nature et de savoirs traditionnels… Les représentations du milieu naturel que l’on cherche à définir visent des savoirs à la fois plus modernes, incluant le rapport aux techniques contemporaines, et plus structurels, se définissant par des catégories plus abstraites comme la fragilité, le risque naturel, l’hétérogénéité. Y a-t-il représentation collective de la gestion de ce milieu ? Cette représentation collective est-elle un élément de la reproduction sociale ? »

42À la propension de certains ethnologues à ne s’intéresser qu’aux traces d’un passé révolu s’ajoute la tendance à vouloir surtout mettre en évidence la façon dont certains objets naturels sont investis d’une signification symbolique dans le cadre de systèmes de représentation mettant en jeu une catégorisation de type analogique et métaphorique. Ceci est surtout vrai pour les études sur la France. En voulant procéder à la manière de Lévi-Strauss dans les Mythologiques, certains se sont plus attachés à repérer les différentes manifestations de ces significations dans les pratiques sociales ritualisées, à travers le temps et l’espace, dans des sociétés considérées comme ayant une parenté culturelle, qu’à rechercher le rôle particulier de ces mêmes objets dans le système de représentation qu’une population donnée, occupant un territoire délimité, a de la gestion de son environnement (C. Fabre-Vassas, 1982).

  • 11 Voir en particulier, Bérard et al., [V.37.6, 1984] ainsi que certains des travaux sur les savoirs n (...)
  • 12 Voir les travaux du Groupe « Écologie et Sciences humaines », en [II.2.], (Groupe « Écologie et Sci (...)

43Cependant même sur la France11 et plus souvent encore sur les terrains exotiques on trouve des ethnologues qui ont toujours considéré la signification des objets et des phénomènes naturels en relation avec les pratiques techniques et symboliques dont ils sont le support au sein d’une société particulière ; de plus l’analyse de ces dernières comporte le plus souvent une prise en compte de la façon dont les acteurs se les représentent dans leur rapport, d’une part à l’environnement et, d’autre part à la vie sociale12.

44La cohérence interne des systèmes de représentation est une nécessité de fonctionnement que les acteurs s’efforcent d’atteindre sans toujours y. parvenir quand les mutations sont trop rapides. Dans l’analyse toute la question est de pouvoir faire la part de ce qui perdure, même sous une forme nouvelle, et de ce qui change. Le problème est celui du « retard » que peut prendre le système de représentation par rapport au présent, retard qui n’est parfois qu’apparent et dû au fait que des concepts récents peuvent investir des termes anciens. C’est ce que l’on peut observer par exemple dans la façon dont les paysans parlent de « rendement » comme s’ils continuaient à se référer à la quantité récoltée alors qu’ils devraient parler de « revenu » : « les rendements de maïs déclarés stagnants alors que la production à l’hectare augmente ; mais ce qui stagne c’est le revenu du maïs » (Sébillotte, 1989, p. 45).

45Signalons ici les travaux sur la chasse et la cueillette (Pelosse et Vourc’h, 1982 et Larrère et de la Soudière, 1987) qui montrent comment, à travers une évolution des représentations sociales, ces activités deviennent un moyen de reprendre possession d’un territoire dont l’appropriation collective se trouve remise en cause par l’effondrement des structures sociales traditionnelles et par de nouveaux modes de gestion. Indiquons également le débat sur les notions de « populaire », de « traditionnel » et de « local » dans les Savoirs naturalistes populaires (1985).

5. Les points de vue de chaque discipline conçus comme autant de « représentations »

46La découverte que l’objet d’étude pouvait être construit de façons différentes par les acteurs, les technocrates et les scientifiques a fait prendre conscience à ces derniers que les diverses disciplines en jeu dans les programmes interdisciplinaires avaient également chacune une représentation particulière de ce qu’elles avaient à analyser. À partir de ce moment la construction d’un objet commun d’étude a pu devenir un objectif de la pratique interdisciplinaire. On a pu également mettre en évidence comment les exigences méthodologiques de certaines disciplines pouvaient empêcher un consensus sur un même objet et qu’il fallait organiser en conséquence le programme de recherche.

47On voit ainsi apparaître dans les années 80 un effort pour prendre en compte les différentes représentations que les disciplines se font de la réalité. Par exemple, à propos de l’élevage pyrénéen, BaIent et Gibon disent que l’étude d’un tel système peut être menée selon différents points de vue : écologique, agronomique, zootechnique, pastoraliste. C’est cette même perspective que l’on retrouve dans Deffontaines (1986) avec les différentes « entrées », représentant autant de « points de vue » qu’il y a de disciplines en présence, dans le système que constitue à ses yeux le village de Salme au Népal. Mais ni chez les uns ni chez les autres les « représentations » des acteurs ne sont prises en compte.

48La complexité que les objets scientifiques ont acquise à travers la pratique de l’interdisciplinarité est elle-même devenue sujet d’analyse (cf. le débat sur le syntagme « écologie du paysage », Bulletin d’Écologie, 1988, ou celui « d’agroforesterie » Mary, 1987).

49Par contre l’idée d’élaborer un programme à partir des représentations des acteurs est rarement envisagée (voir cependant [VI.9.], Forêt Taï). Ce serait pourtant la seule façon de comprendre les critères en fonction desquels les membres des populations concernées prennent leurs décisions, mais ceci impliquerait que les recherches en sciences sociales s’effectuent en amont des autres disciplines. En outre, accepter de conduire ces analyses à partir des objets construits par les acteurs impose que l’on accepte la complexité qu’ils impliquent et la nécessité d’une approche interdisciplinaire.

Bibliographie

Balent (G.), Gibon (A.), Définition et représentation du système pastoral. Application aux Pyrénées centrales. Articulation des points de vue du pastoraliste et du zootechnicien.

Berard L., Brisebarre A.M., Gilloire A. & al. (1984), Rôle des savoirs et pratiques naturalistes populaires dans la gestion des écosystèmes humanisés, Paris, minist. Environnement/MNHN, 150 p.

Blanc-Pamard Chantal (1979), « un Jeu écologique différentiel : les communautés rurales du contact forêt-savane au fond du V baoulé » (Côte d’Ivoire), Paris, Orstom, 313 p.

Blanc-Pamard Chantal (1986), « Dialoguer avec le paysage ou comment l’espace écologique est vue et pratiqué par les communautés rurales des Hautes Terres malgaches », in Milieux et Paysage, p. 17-33, sous la direction d’Y. Chatelin et G. Riou, Paris, Masson, 154 p.

Bonte Pierre (1985), « le Bétail produit les hommes. Sacrifice, valeur et fétichisme du bétail en Afrique de l’Est », L’Uomo, IX (1-2), p. 121-148.

Bulletin d’Écologie, t. 19, fase. 4, 1988, 577 p. (n° spéc. « Qu’est-ce que l’écologie du paysage ? »).

Bresson F. (1987), « les Fonctions de représentation et de communication », in J. Piaget, J.P. Broncart, P. Mounou eds., Psychologie, Paris, Gallimard, Encyclopédie de la Pléïade.

Brown G. (1976), « Rapport de synthèse : Caractérisation économique et socio-économique », in les Bocages, Histoire, Écologie, Économie, C.R. Table ronde CNRS. « Écosystèmes bocagers », Rennes.

Darre Jean-Pierre (1985), la Parole et la Technique : l’univers de pensée des éleveurs du Ternois, Paris, l’Harmattan.

Deffontaines Jean-Pierre (1986), « Comment caractériser le fonctionnement du village de Salme dans un objectif de développement », in Dynamique des systèmes agraires. L’exercice du développement, Paris, Éd. ORSTON, 355 p.

DESCOLA Ph. (1986), la Nature domestique, symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar, Paris, Éd. de la MSH, IV., 450 p.

Durkheim Émile & MAUSS Marcel (1901-1902), « Essais sur quelques formes primitives de classification », l’Année sociologique, vol. 6 : 1-72.

Fabre-Vassas C. (1982), « le Soleil des limaçons », Études rurales, 87-88, pp. 63-93.

Friedberg Claudine (1986), « Classifications populaires des plantes et modes de connaissance », in l’Ordre et la diversité du vivant. Quel statut scientifique pour les classifications biologiques ? P. Tassy, édit. Fondation Diderot, Fayard, Paris pp. 22-49.

Friedberg Claudine (1990), le Savoir botanique des Bunaq. Percevoir et classer dans le Haut Lamaknen (Timor, Indonésie), Paris, Mémoires du MNHN, série Botanique, t. 32, 303 p.

Godelier Maurice (1974), « Considérations théoriques et critiques sur le problème des rapports entre l’homme et son environnement », Informations sur les sciences sociales, XIII (6), pp. 31-59.

Landais E., Deffontaines Jean-Pierre (1988), « les Pratiques des agriculteurs. Point de vue sur un courant nouveau de la recherche agronomique », Études Rurales, 109, pp. 125-158.

Larrère Raphaël, Soudière Martin de la (1987), Cueillir la montagne, Lyon, la Manufacture, 254 p.

Levi-Strauss Claude (1964-1971), Mythologiques, Paris, Plon 4 vol.

Levi-Strauss Claude (1979), Paroles données, Paris, Plon.

Lory J.L. (1984), « la Socialisation des plantes chez les Baruya (Papouasie-Nouvelle-Guinée) », Techniques et Cultures, 5, pp. 73-83.

Lory J.L. (1986), Anthropologie in : Rapport d’activité du « Groupe Écologie et Sciences humaines » – 1973-1986 – Paris, MSH, pp. 267-288.

Luginbuhl Yves (1984), « La “montagne”, un paysage de liberté pour le vignoble de Bourgogne », l’Espace géographique, 1, pp. 13-22.

Mathieu Nicole (1988), « l’interdisciplinarité en question dans l’Observatoire Causses-Cévennes », in les Montagnes sèches de l’Europe du Sud, Bull. de la Soc. languedocienne de Géographie, « Actes du Symposium d’Alès », 30 septembre-1er octobre 1987, Montpellier, Soc. languedocienne de Géographie, 6, 551 p.

MARY Fabienne (1987), Agroforêts et sociétés ; analyse socio-économique des Systèmes agroforestiers indonésiens, Montpellier, INRA/ESR/ENSA, 96 p.

Mission du Patrimoine ethnologique, les Savoirs naturalistes populaires, Actes du séminaire de Sommières, 12 et 13 déc. 1983, Paris, Éd. de la MSH, 1985, X, 94 p. (« Ethnologie de la France », Cahiers, 2).

Pingaut Marie-Claude (1978), Paysans de Bourgogne. Les gens de Minot, Paris, Flammarion.

Piren, Programme « Causses-Cévennes », Rapport scientifique 1981-1986, 43 p. + 8 annexes.

Pelosse Valentin, Vourch Anne (1982), « Chasse au sanglier en Cévennes », Études rurales, 87-88, pp. 295-307.

Production pastorale et société : recherches sur l’écologie et l’anthropologie des sociétés pastorales, Paris, MSH, 1986, 177 p. (suppl. à MSH Informations, n° 18, 1986).

Randall Robert A., Hunn Eugène S. (1987), « Do life-forms evolve or do uses for life ? Sorne doubts about Brown’s universals hypothèses », Americain Ethnologist, (1), pp. 329-349.

Raynaut C. (1989), « la Crise sahelo-soudanaise – Un paradigme possible pour l’analyse des relations milieu-société-techniques », in les Enjeux de la tropicalité, M. Bruneau et D. Dory eds, Paris, Masson.

Recherche et aménagement en milieu forestier tropical humide : le Projet « Taï » de Côte d’Ivoire, préparé en coopération avec le PNUE, l’ORSTOM et l’lET, Paris, UNESCO, 1984, 245 p.

Rosch E. (1976), « Classifications d’objets du monde réel : origines et représentations de la cognition », Bulletin de Psychologie, pp. 243-249.

Ritz Josiane, Woehl Bernard, « Société locale et gestion des ressources en eau dans le bassin de la petite Fecht (Soulzeren, Haut-Rhin) », Recherches géographiques à Strasbourg, 19-21, pp. 123-127.

Salmona M., De Vries H. (1974), « le Développement agricole en France : pour une psychologie du travail agricole. Résultats d’une étude psychologique de l’éleveur ovin et applications pédagogiques », Économie rurale, 101.

Sebillotte M. éd. (1989), Fertilité et systèmes de production, Paris, INRA, 369 p.

Verdier Y. (1979), Façons de dire, façons de faire, la laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, 347 p.

Vourch Anne, Pelosse Valentin (1988), Chasser en Cévennes, un jeu avec l’animal, Aix-en-Provence, CNRS/Edisud, 301 p.

Notes

1 Cf. ci-dessus, Marcel Jollivet, « un Chapitre de l'histoire récente d'une vieille et grande question : les rapports homme-nature », p. 25.

2 Cf. ci-dessus Chantal Blanc-Pamard, Jean-Pierre Deffontaines et C. Friedberg, « Techniques et pratiques : à la jonction du naturel et du social », p. 269.

3 G. Brown, Rapport de synthèse dans le chapitre VI, Caractéristaion économique et socio-économique. ; in les Bocages, Histoire, Écologie, Économie.

4 On trouvera dans la Pensée sauvage de Lévi-Strauss (1962) une part importance des données qui avaient été recueillies dans ce domaine au moment de la parution de cet ouvrage.

5 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs natures », p. 125.

6 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, ibid.

7 Il faut noter que la thèse de Chomsky Transformational Analysis qui marque les débuts des recherches sur ce qu'on appelle la « grammaire générative » fut soutenue en 1955.

8 Voici la définition donnée par E. Rosch, 1976 : « Des expériences convergentes ont montré un niveau d'abstraction de base dans la classification humaine d'objets concrets. Les objets de base sont avérés être les catégories les plus globales dont les membres se composaient de groupes d'attributs corrélés, étaient utilisés au moyen des mêmes mouvements moteurs, avaient des formes objectivement similaires, et pour lesquelles une forme moyenne pour les membres de la classe était reconnaissable. » « Niveau de base » est une traduction de l'anglais « basic level ».

9 L'effort classificatoire entrepris au XVIe siècle qui a abouti aux classifications scientifiques telles que nous les connaissons aujourd'hui a coïncidé avec l'afflux de plantes et d'animaux nouveaux entraîné par les grandes découvertes. Il n'était plus possible de classer par référence aux classifications des Anciens qui tenaient compte de l'usage et de l'étymologie.

10 Voir [V.37.10], C. Amiel, D. Blanc, D. Fabre et al., Savoirs populaires en Fenouillèdes.

11 Voir en particulier, Bérard et al., [V.37.6, 1984] ainsi que certains des travaux sur les savoirs naturalistes populaires de la Mission du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture ; [V. 37.4], (R Meilleur, Termignon, Savoie) ; [V.37.7.], (Frequelin et al., la Vallée de la Plaine (Vosges) ; [V.37.8.], (Bonniel et Garrier sur la région du Beaujolais) ; [V.37.1.] (Bruneton et Luxereau sur les jardins pyrénéens)...

12 Voir les travaux du Groupe « Écologie et Sciences humaines », en [II.2.], (Groupe « Écologie et Sciences humaines, 1973 » 1973 ; Document M.S.H., 1986, contenant une importance bibliographie) et en particulier, Lory, 1985, Bonte, 1985 ainsi que les publications de « Production Pastorale et Société », éd. de la Maison des Sciences de l'Homme. Voir également les travaux de Raynaut [VI.12., 1988] et également ce qu'il intitule « les finalités sociales de la production., (1989).

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540