Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Deuxième partie. Notions

L’environnement, une polysémie sous-exploitée

Olivier Godard

Texte intégral

  • 1 Évoquons, pour la France, le Programme des « cent mesures pour l'environnement » préparé par la DAT (...)

1Les recherches considérées dans cet ouvrage ont été les contemporaines de l’émergence sociale et institutionnelle de fortes préoccupations pour « l’environnement »1. Cette prise de conscience interprétait des problèmes divers : nuisances issues des pollutions industrielles, raréfaction des ressources naturelles, atteintes aux espèces naturelles et aux équilibres écologiques, transformation de l’espace rural, dégradation du cadre de vie urbain, etc., comme la manifestation d’une question unique, celle de la dégradation par l’homme de son milieu naturel et physique.

  • 2 Cet effort a été entrepris ici ou là, mais essentiellement en dehors de ces programmes de recherche (...)

2On pourrait alors s’attendre à ce que la notion d’environnement ait joué un rôle organisateur important dans ces recherches ou qu’elle y ait fait l’objet d’une réflexion intense. En fait, tel ne fut pas le cas2. Ces programmes furent lancés avec des motivations et dans un contexte qui ne se rattachaient pas à une problématique de l’environnement, mais principalement à celle de la prise en compte de la dimension biologique des activités agricoles et de l’aménagement rural. Certes la thématique de « l’environnement » a pénétré ultérieurement la recherche, mais en s’arrêtant, pour l’essentiel, au niveau institutionnel : elle s’est logée de manière privilégiée dans ces organismes qui se situent à l’interface entre le monde de la recherche et ceux de l’administration et de la politique, avec par exemple la création du PIREN au CNRS en 1979 et celle du SRETIE au sein du secrétariat d’État à l’Environnement.

  • 3 La préparation et la tenue de la Conférence de Stockholm précédemment évoquée ont certainement beau (...)

3Pour les chercheurs, l’environnement est souvent perçu comme un terme non scientifique, handicapé par son flou, son abstraction et son caractère englobant, mais aussi par le fait que, dans son sens moderne, il provient de l’univers anglo-saxon3. Il faut dire que le terrain sémantique était déjà bien occupé par un terme de plus vieille facture, le « milieu », qu’il soit dit naturel ou physique, ou encore biophysique, sans parler du concept de nature. C’est pourquoi, une fois achevées les introductions évoquant les « relations de l’homme à son environnement », l’usage du terme est peu fréquent dans les comptes rendus de recherche. Et quand il apparaît, c’est plutôt en un sens courant, comme en passant, pour évoquer des choses ou des relations d’importance seconde, périphérique.

4Ainsi la cause serait entendue : la notion d’environnement serait une notion scientifiquement peu utile et peu féconde. Est-ce si sûr ? Plusieurs bonnes raisons peuvent rendre compte d’une absence relative de la notion sans conclure à sa stérilité ; elles seront évoquées dans une première partie. Mais surtout, avant de porter un jugement définitif, il convient d’analyser comment le terme a quand même été utilisé, même si cela s’est produit sur un registre mineur. On découvrira à cette occasion, dans une deuxième partie, les traces d’un travail implicite d’une problématique de l’environnement.

1. Les raisons d’une absence

  • 4 En permettant de dépasser des controverses devenues paralysantes, en ouvrant la possibilité de reco (...)
  • 5 Selon le titre du récent recueil réuni par Nicole Mathieu et Marcel Jollivet (1989).

5L’absence de référence à une problématique de l’environnement n’est pas si étonnante qu’il y paraît. Il existe trois bonnes raisons à cette situation. En premier lieu, faut-il rappeler que les chercheurs n’intègrent de nouveaux questionnements et de nouveaux concepts qu’avec un temps d’assimilation assez important, d’ailleurs à juste titre le plus souvent ? La première attitude des chercheurs consiste en effet à réduire de nouvelles questions aux problématiques et aux catégories bien rodées qui organisent leur univers de représentations et leurs interventions professionnelles. Pour aller au-delà, il faut que cette stratégie réductrice montre des failles ou rencontre des limites, que des résistances intellectuelles soient vaincues et surtout que le renouveau conceptuel soit perçu comme une opportunité stratégique de progression4. De toute façon, les chercheurs ont besoin de temps pour se construire une représentation des problèmes en jeu qui leur soit propre et qui puisse être raccordée à leurs référents théoriques et méthodologiques (notion kuhnienne de paradigme), En l’occurrence, il fallait bien du temps pour que les recherches puissent passer d’une inscription ruraliste à une inscription environnementaliste, si tant est que ce passage du rural à l’environnement5 s’imposait.

  • 6 Avec des exceptions notables, comme les programmes « Noyonnais » [V. 17.] et « Alsace-Eau » [V.16.]
  • 7 Témoins d'un changement récent, le programme « Durance » [V. 22.] lancé à l'automne 1985 pour étudi (...)

6Comme question de société, la thématique de l’environnement est le contrepoint de l’essor de la société industrielle et urbaine. Trois facteurs sont en première ligne : le développement d’une industrie chimique introduisant dans la biosphère de nouveaux composés et porteuse de risques technologiques majeurs (Commoner, 1972 ; Lagadec, 1981a et b) ; le maillage du territoire par les équipements urbains, les infrastructures de communication et les réseaux techniques (électricité, eau, gaz) ; l’industrialisation de l’agriculture. Or, une part importante des recherches6 s’est centrée sur le devenir d’espaces ruraux aux marges de cette modernité, qui n’étaient concernés que par le contrecoup de cette évolution sur leur viabilité économique et démographique. Ainsi, les problèmes de pollution liés à la filière agricole ou les problèmes de gestion d’une ressource comme l’eau ont été ignorés ou délaissés par ces programmes de recherche jusqu’à une période récente7.

  • 8 Cf. ci-dessous Olivier Godard, « la Relation interdisciplinaire : problèmes et stratégies », p. 331

7Enfin, on doit bien le reconnaître, la notion d’environnement représente dans cette période et encore aujourd’hui plus une notion susceptible de fonder une problématique de recherche qu’un concept opératoire venant prendre sa place parmi d’autres concepts au sein d’un système théorique déjà bien constitué. Autrement dit, elle est génératrice d’un ensemble de questions plus qu’elle n’est l’outil d’une réponse scientifiquement éprouvée à ces questions. Il n’est pas étonnant que les rapports de recherche, une fois la question évoquée – quand ils l’évoquent –, utilisent d’autres catégories. Malgré tout, une problématique de l’environnement affleure bien dans plusieurs textes, mais les difficultés importantes rencontrées par les chercheurs pour l’opérationnaliser, faisant masse avec les difficultés propres à la relation interdisciplinaire8, ont aussi empêché qu’elle soit traitée de manière plus centrale et plus frontale.

8Au total, on n’échappe pas au paradoxe suivant : toutes ces recherches intéressant le milieu rural n’ont pas ambitionné de contribuer à établir et à faire progresser une problématique de l’environnement ; et pourtant, quand il s’agit de désigner aujourd’hui les recherches qui correspondent au champ de l’environnement, on ne peut pas manquer d’inclure ces recherches rurales. C’est qu’elles ont dû affronter beaucoup des questions que soulève toute recherche sur l’environnement, et qu’on peut y trouver les traces d’un travail implicite d’une problématique de l’environnement.

2. Les traces d’un travail souterrain

9Avec discrétion et prudence sans doute, certaines recherches sur le milieu rural se sont laissées toucher par la notion et la problématique de l’environnement. Divers usages du terme en sont le signe ; ils pourraient être les germes d’une vision théorique plus construite, encore à élaborer, de ce que représente l’environnement.

2.1. L’environnement, une référence systémique implicite

  • 9 « Poussés par leur nouvel environnement économique (…) » (Sébillotte, 1989, [V.17.4.), p. 98).

10Dans son acception la plus large, le terme environnement permet d’évoquer des facteurs ou des conditions qui influent de manière indirecte sur l’objet principal d’investigation choisi par le chercheur. Cette formulation abstraite autorise un spectre d’utilisations variées. Curieusement, ce n’est pas pour désigner le milieu physique, mais le contexte économique et social de l’activité d’agents ou de groupes sociaux donnés que le terme est le plus utilisé avec cette signification. On parle ainsi de l’environnement économique des exploitations9, ou de « l’environnement des agriculteurs – prix des produits et des facteurs de production, aides à l’installation, possibilités de revenus hors de l’agriculture » (Auricoste et al., 1983, [V.4.3.], p. 37). Mais on évoque aussi « l’environnement agricole et tout ce qu’il comporte d’ouvrages de maîtrise de l’eau » (Deffontaines et al., 1977, [V.4.1.], p. 18) ; en ce cas, il s’agit d’un ensemble d’aménagements techniques inscrits dans un espace physique, référés aux exigences propres à la réalisation d’activités données. Dans une perspective plus large, Blanc-Pamard (in Chatelin et Riou, 1986, p. 17) s’interroge : « Comment telle ou telle société a-t-elle pensé et vécu son environnement, comment a-t-elle pratiqué son milieu, son espace écologique ? ».

11Un tel emploi, proche du langage courant, implique néanmoins certaines propriétés notables, bien que non explicitées dans les énoncés considérés. L’existence de degrés dans l’intensité de ces propriétés peut fournir la base de possibles typologies, et ne doit pas conduire à comprendre de manière rigide les formulations qui vont suivre.

  • 10 Ce qu'exprime ainsi E.J. Varela (1989, p. 224) : « Du point de vue de l'autonomie, le système et so (...)

12D’abord, l’ensemble des objets désignés sous la catégorie d’environnement ne se définit que par référence à un sujet principal présumé (un acteur, un agent, un système) et plus particulièrement par référence aux perceptions, aux intérêts, aux fonctions, à la sensibilité de ce sujet ; les objets et processus qui composent l’environnement ne se trouvent réunis en un monde unique qu’au travers du mode d’intéressement et d’action du sujet. En fonction de son identité et de ses stratégies, ce dernier leur donne sens, sélectionne et actualise l’information qu’ils contiennent d’une manière qui lui est propre et qui les fait apparaître comme des opportunités, des contraintes, ou des repères symboliques, selon les cas. L’environnement est alors le produit idéel du sujet, ou plus précisément la catégorie cognitive désignant des objets spécifiés par leur relation à un sujet de référence10. Par exemple, dès lors qu’on n’adopterait pas l’exploitation agricole comme sujet de référence, les composantes rassemblées dans l’environnement agricole mixte d’objets techniques et d’objets naturels spatialisés, n’auraient plus aucune raison de tenir ensemble…

  • 11 L'une de ces différences concerne le projet du chercheur, selon que ce dernier cherche à comprendre (...)
  • 12 C'est un des points sur lesquels une certaine tradition « d'analyse par les systèmes » adopte, dans (...)
  • 13 Sur ces concepts, cf. ci-dessus Olivier Godard et Jean-Marie Legay, Entre disciplines et réalité, l (...)

13Ensuite, ce qui est désigné comme « environnement » contraint, détermine, ou influence le comportement du sujet. La nature et la force de cette relation sont l’objet de différences d’appréciation11, mais le plus souvent la notion d’environnement est utilisée pour rendre compte d’un contexte d’influence diffuse et multiforme, difficile à réduire à une relation fonctionnelle quantifiée mettant en jeu quelques intrants et extrants12. Elle est alors maniée dans un sens qui la rapproche de la notion de champ. Elle exprime la propriété particulière d’autonomie dont le sujet fait preuve dans sa dépendance envers les éléments de son contexte, et qui donne naissance, sur le moyen et le long termes, à des concepts comme ceux de stabilité, d’adaptation, d’auto-organisation, d’évolution, de résilience13.

  • 14 On écarte ici le couple conceptuel introduit par H. Simon (1974, p. 22) entre l'environnement inter (...)
  • 15 Dès lors qu'un élément est sous le contrôle d'un système, il s'agit d'une ressource qui fait partie (...)
  • 16 Plusieurs formulations témoignent de la présence latente de cette conception interactionniste dans (...)

14À l’inverse, ce qui est désigné comme « environnement » se trouve placé hors du contrôle direct du sujet de référence, ce qu’on peut traduire par une lapalissade : l’environnement d’un système ne fait pas partie de ce système14. Néanmoins, à ce point, il existe un clivage théoriquement et opérationnellement important entre les conceptions qui font de l’environnement un contexte réputé donné et inaccessible à l’influence du sujet15, et celles qui prennent en considération l’existence d’une influence en retour de l’action du sujet sur son environnement16. Dans le prolongement de cette dernière option, l’environnement apparaît comme le produit pratique d’une histoire d’interactions nouées avec le sujet de référence.

15Lorsqu’elles sont explicitées, les propriétés qui viennent d’être énoncées ressortissent nettement à l’univers de la théorie des systèmes, qui s’est considérablement développée depuis les années 40. C’est d’ailleurs en cela que réside l’une des différences sémantiques importantes entre la notion d’environnement et celle de milieu. Car la classe la plus importante de systèmes, ceux qui sont dits ouverts, ne se conçoivent que dans leur rapport à un environnement. Il s’agit même d’un trait distinctif de la systémique au regard d’une approche analytique ensembliste avec laquelle elle a été un temps confondu, comme le souligne J.-L. Le Moigne : « C’est peut-être en effet par la priorité explicite donnée à la perception d’une activité dans un environnement que la modélisation systémique accuse le plus nettement son originalité… et sa fécondité » (1984, p. 101). C’est ainsi que le terme d’environnement est devenu concept de la théorie des systèmes et, dans le champ social, de la théorie des organisations (March et Simon, 1964). C’est ce fond qui affleure, de manière imprécise, dans les formulations dont nous avons fait état.

  • 17 L'ambition de la théorie des systèmes est bien explicitée par J. Eugène (1981) quand il adopte pour (...)

16De tout cela nous voulons faire ressortir deux conséquences. La notion d’environnement désigne fondamentalement non un type d’objets mais un type de relations. Cette relation environnementale s’établit entre des objets très variés, a priori contingents, et des sujets de référence choisis comme tels par le locuteur ou l’observateur. Le pari sous-jacent, que développera la systémique, est le suivant : les propriétés générales de cette relation peuvent fournir une ossature d’investigation scientifique solide et pertinente dans les champs les plus divers. Toutes sortes de différences peuvent ensuite s’y greffer, que ces différences trouvent leur origine dans la pluralité des ordres de réalité considérés ou dans la variété empirique caractérisant les situations locales. Il y aurait ainsi une homologie formelle suffisamment consistante dans les relations établies par un agent économique avec son environnement économique, un acteur social avec son environnement social, une communauté humaine avec son environnement physique, et peut-être une plante avec son biotope, pour autoriser l’emploi d’un même noyau conceptuel et formel17.

17Si ce pari était gagnant, on voit. quel rôle fécond la notion d’environnement pourrait tenir dans la communication interdisciplinaire et l’organisation d’un programme de recherche, en définissant un principe d’ordre et de classement des objets et des relations qui permette de s’abstraire des barrières fixées par les ordres disciplinaires. S’il était perdant, il serait toujours temps d’abandonner le terrain aux chiens de garde disciplinaires aboyant à « l’analogie superficielle » ou à la « métaphore abusive ». Mais ce pari, les recherches ici considérées ne l’ont pas fait ; la question reste ouverte.

2.2. L’environnement et la question de la nature

18L’emploi du terme environnement renvoie également à deux autres versants sémantiques. Le premier est orienté vers la saisie empirique d’un objet déterminé : le milieu biophysique dans lequel l’homme vit, que l’on vise ici l’individu, un groupe social, un établissement humain, ou l’espèce toute entière. On retrouve alors la question ancienne de la nature. Ainsi, pour beaucoup de scientifiques, l’environnement n’est qu’une nouvelle appellation pour un objet d’étude aussi vieux que la science, même si l’on dispose aujourd’hui de moyens modernes d’investigation et de connaissance. À leurs yeux, l’étude de l’environnement se confond tout simplement avec celle des objets que se donnent aujourd’hui les différentes sciences naturelles. Il y a là une des raisons pour lesquelles la notion d’environnement ne reçoit pas un rôle central dans l’organisation de leurs recherches.

19Le second versant sémantique est tourné vers le champ social et institutionnel qui a fait de l’environnement une catégorie de préoccupation pour des événements ou des évolutions touchant à la nature et au milieu physique, et perçus comme des problèmes ou des menaces : évoquer l’environnement, c’est évoquer des problèmes mettant en cause des équilibres que l’on tenait jusqu’ici pour acquis, c’est-à-dire pour naturels ou spontanés. D’où la formation de chaînes d’association réflexe entre les termes environnement, pollution, dégradation, destruction, déséquilibres, raréfaction d’un côté, et restauration, préservation, protection de l’autre côté. Ce faisant, l’environnement est associé à une « demande sociale » dont divers acteurs politiques, administratifs et économiques se saisissent et qui motive la mise sur pied de systèmes d’action ad hoc. L’environnement est désormais devenu une catégorie de l’action politique et administrative, aux côtés d’autres composantes focalisant l’expression collective des intérêts humains.

20Pour la recherche, cette dernière signification présente au moins deux conséquences. En premier lieu, cela suscite des attentes envers les résultats des sciences naturelles, auxquelles sont posées des questions directement inspirées par des problèmes de société et par la perspective de l’action ; de ce fait, la catégorie d’environnement se trouve fortement associée à des démarches de recherche finalisée. D’autre part, un nouveau champ d’étude est ouvert pour les sciences sociales ; il vise la compréhension de la manière dont le champ de l’environnement biophysique est construit comme champ d’intérêt humain et se trouve inséré à ce titre dans des dispositifs sociaux régulant les représentations sociales et les comportements, ou contrôlant les pratiques et les évolutions techniques.

21La coexistence et l’intrication peu réfléchies de ces trois significations principales (l’environnement-système, l’environnement-nature et l’environnement-problème) se révèlent jusqu’à présent comme des facteurs de flottement et de trouble, et il ne semble pas qu’on puisse observer dans le champ de recherches considéré ici une progression significative dans l’élucidation des liens qu’elles entretiennent ni dans leur éventuelle fécondation mutuelle. La tâche consistant à les faire travailler l’une sur l’autre, à partir de la troisième, et à les faire ainsi entrer en résonance systémique, est encore inscrite sur la tablette des programmes de recherche à entreprendre.

Bibliographie

Bernard-Becharies J.F. (1975), « Pour une définition de l’environnement », Consommation (3).

Chatelin Y. et Riou G. eds (1986), Milieux et paysages, Paris, Masson (« Recherches en géographie »).

Churchman C.W. (1968), The systems approach, New York, Dell Pub.

Commoner B. (1972), l’Encerclement, Paris, Seuil.

Eugène J. (1981), Aspects de la théorie générale des systèmes. Une recherche des universaux, Paris, Maloine (« Recherches interdisciplinaire »).

Georges P. (1971), l’Environnement, Paris, PUF.

Godard O. (1977), Environnement et rationalité économique : la prise en compte de l’environnement dans la planification des projets et programmes de développement en pays capitalistes, Paris, Université de Paris 1 (Thèse de 3e Cycle »), mai.

Godard O. (1984), « Autonomie socio-économique et externalisation de l’environnement : la théorie néoclassique mise en perspective », Économie appliquée XXXVII (Z).

Godelier M. (1974), « Considérations théoriques et critiques sur le problème des rapports entre l’homme et son environnement », Information sur les Sciences sociales, XIII (6).

Lagadec P. (1981a), le Risque technologique majeur. Politique, risque et processus de développement, Paris, Pergamon Press (« Futuribles »).

Lagadec P. (1981b), la Civilisation du risque. Catastrophes technologiques et responsabilité sociale, Paris, Seuil (« Science ouverte »).

Le Moigne J.-L. (1984), la Théorie du système général. Théorie de la modélisation, Paris, PUF (« Sytèmes-décisions »), 2e ed.

March J.G. et Simon H. (1964), les Organisations, problèmes psycho-sociologiques, Paris, Dunod.

Mathieu N. et Jollivet M. (sous la dir. de) (1989), Du rural à l’environnement. La question de la nature aujourd’hui, Paris, ARF/L’Harmattan.

Moscovici S. (1977), Essai sur l’histoire humaine de la nature, Paris, Flammarion (« Champs ») (1re ed., 1968).

Simon H. (1974), la Science des systèmes, science de l’artificiel, Paris, Éd. Epi.

Varela F.J. (1979), Principles of biological autonomy, New York, Amsterdam, North HoIIand Pub.

Varela F.J. (1989), Autonomie et connaissance. Essai sur le vivant, Paris, Seuil (« La couleur des idées »).

Notes

1 Évoquons, pour la France, le Programme des « cent mesures pour l'environnement » préparé par la DATAR et approuvé par le gouvernement en juin 1970, la création du Haut Comité de l'Environnement en juillet 1970, et celle d'un ministère de la Protection de la Nature et de l'Environnement le 27 janvier 1971. Au niveau international, c'est en décembre 1968 que l'Assemblée générale des Nations Unies décidait de convoquer une Conférence des Nations Unies sur l'Environnement, qui s'est tenue à Stockholm en juin 1972.

2 Cet effort a été entrepris ici ou là, mais essentiellement en dehors de ces programmes de recherches, ou postérieurement à eux ; évoquons, dans des registres très variés, S. Moscovici (1977), P. Georges (1971), Maurice Godelier (1974), J.-F. Bernard-Becharies (1975), Olivier Godard (1977, 1984), Nicole Mathieu et Marcel Jollivet (1989).

3 La préparation et la tenue de la Conférence de Stockholm précédemment évoquée ont certainement beaucoup fait pour la diffusion et la généralisation de l'emploi du terme environnement.

4 En permettant de dépasser des controverses devenues paralysantes, en ouvrant la possibilité de recourir à de nouveaux moyens d'investigation, ou en donnant accès à de nouveaux types de résultats.

5 Selon le titre du récent recueil réuni par Nicole Mathieu et Marcel Jollivet (1989).

6 Avec des exceptions notables, comme les programmes « Noyonnais » [V. 17.] et « Alsace-Eau » [V.16.].

7 Témoins d'un changement récent, le programme « Durance » [V. 22.] lancé à l'automne 1985 pour étudier la dynamique du système hydrologique de ce bassin, saisie dans ses rapports avec l'évolution conjointe des paramètres écologiques et des usages de l'eau, ou le programme « Vittel » lancé en 1989 par le Département SAD de l'INRA sur la relation entre les systèmes d'exploitation agricole et la teneur en nitrates de ces eaux de source.

8 Cf. ci-dessous Olivier Godard, « la Relation interdisciplinaire : problèmes et stratégies », p. 331.

9 « Poussés par leur nouvel environnement économique (…) » (Sébillotte, 1989, [V.17.4.), p. 98).

10 Ce qu'exprime ainsi E.J. Varela (1989, p. 224) : « Du point de vue de l'autonomie, le système et son monde émergent en même temps ».

11 L'une de ces différences concerne le projet du chercheur, selon que ce dernier cherche à comprendre les processus amenant une réalité à faire système ou qu'il vise à s'assurer des conditions de contrôle de ce système, comme dans les analyses de systèmes menées par les ingénieurs (théorie de la commande optimale). Sur cette différence de point de vue, voir F.J. Varela (1979, 1989).

12 C'est un des points sur lesquels une certaine tradition « d'analyse par les systèmes » adopte, dans un souci opératoire, une hypothèse différente : pour être modélisées, les interfaces avec l'environnement doivent être représentées sous la forme de variables spécifiées, permettant d'établir une fonction entre intrants et extrants (voir J.-L. Le Moigne, 1984).

13 Sur ces concepts, cf. ci-dessus Olivier Godard et Jean-Marie Legay, Entre disciplines et réalité, l'artifice des systèmes, p. Par exemple, s'agissant d'apprécier le devenir d'exploitations agricoles, Jean-Pierre Deffontaines et al. portent ce jugement : « Sauf exception, leur survie individuelle à court et moyen terme n'est pas menacée par la dégradation du paysage agraire et de l'environnement en général. (…) C'est bien d'ailleurs une caractéristique de ces problèmes d'environnement de ne concerner les individus que marginalement et de n'être pas maîtrisables sans action collective » (1977, [V.4.1.], p. 159).

14 On écarte ici le couple conceptuel introduit par H. Simon (1974, p. 22) entre l'environnement interne et l'environnement externe d'un système, qui ne fait que démarquer le couple « système/environnement ».

15 Dès lors qu'un élément est sous le contrôle d'un système, il s'agit d'une ressource qui fait partie intégrante de ce système ; voir C.W. Churchman (1968, p. 36).

16 Plusieurs formulations témoignent de la présence latente de cette conception interactionniste dans les programmes considérés. Ainsi, pour P. Cachan et al. « ce cadre physique (lignes de crêtes du relief) a ainsi constitué le support d'un ensemble de processus qui en retour l'ont façonné » (1979, [V.23.2.], p. 146). De même Jean-Pierre Deffontaines et al. énoncent : « Le paysage conditionne et révèle les pratiques agricoles qui modifient le paysage (...) l'environnement socioéconomique modifie le paysage qui influence et renseigne sur l'environnement socio-économique » (1977, [V.4.1.], p. 34). Michel Sébillotte et al. évoquent « la notion d'environnement socio-économique, à l'évolution de laquelle les pratiques locales peuvent contribuer » (1989, [V.I7.4.], p. 28).

17 L'ambition de la théorie des systèmes est bien explicitée par J. Eugène (1981) quand il adopte pour sous-titre de son ouvrage la formule : « une Recherche des universaux ».

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540