Version classiqueVersion mobile

Anthropologie naïve, anthropologie savante

 | 
Wiktor Stoczkowski

Chapitre 2. L’anthropogenèse et la science

Texte intégral

LA RENCONTRE DE L’IMAGINAIRE ET DE L’EMPIRIQUE

  • 1 Jacob, 1981 : 64.

L’évolution ne tire pas ses nouveautés
du néant. Elle travaille sur ce qui
existe déjà, soit qu’elle transforme
un système ancien pour lui donner
une fonction nouvelle, soit qu’elle
combine plusieurs systèmes pour en
échafauder un autre plus complexe.
F. Jacob,
Bricolage de l’évolution1.

  • 2 D’après les résultats d’une enquête menée entre 1974 et 1983, Almquist & Cronin, 1988 : tabl. 2.

1Dans les collèges américains, un étudiant sur deux croyait encore récemment que 1’« homme des cavernes » avait à se protéger contre des dinosaures qui rôdaient dans la nature environnante2. Les préhistoriens déplorent souvent l’ignorance du public, même de celui qui semble intéressé par le passé. Pourtant, la lutte de l’homme contre les dinosaures, image banale, très populaire aussi en Europe, pourrait être considérée non pas seulement comme une manifestation d’ignorance, mais aussi comme une forme de savoir, bien que celui-ci ne soit qu’erroné et absurde. Une idée absurde ne devient pas moins absurde du simple fait qu’elle est partagée par la moitié de la population ; elle devient par contre intéressante, en tant que fait culturel dont la large acceptation n’est pas sans signification. D’ailleurs, la vision dont nous parlons n’est pas dépourvue d’une certaine base factuelle : personne ne contestera que les dinosaures ont bel et bien existé, tout autant que les hommes préhistoriques. En revanche, l’origine de la conviction tenace que l’homme partageait la Terre avec les dinosaures est mystérieuse, car les restes humains n’ont jamais été retrouvés dans les mêmes formations géologiques que les os de dinosaures, et aucun savant n’a hasardé d’hypothèses plaçant nos ancêtres côte à côte avec ces gigantesques reptiles. Ce fut la pensée commune qui forgea cette conception, nous léguant ainsi une belle illustration de la manière dont elle fonctionne.

  • 3 Buffon, 1825C/1753 : 6-7.
  • 4 Les manuels scolaires évoquent sans cesse des « ours immenses et les lions féroces » ou des « anim (...)

2Rappelons que Buffon imaginait déjà le monde du premier homme comme « un vaste désert peuplé de monstres », dont notre ancêtre devenait la proie ; ce n’est qu’avec le temps qu’il « a fait reculer peu à peu les bêtes féroces, il a purgé la terre de ces animaux gigantesques dont nous trouvons encore les ossements énormes3 ». Ce passage est très instructif, car il permet de saisir un des premiers moments de la rencontre entre la préhistoire naïve et les vestiges fossiles : d’une part, les « fêtes féroces » qui peuplent l’imaginaire depuis des millénaires ; d’autre part, « les ossements énormes », découverts récemment dans les anciennes couches géologiques. Le rapprochement naïf, dont Buffon n’est pas responsable, conduisit plus tard à une identification, aussi naturelle qu’automatique. L’imagerie traditionnelle exige que les rivaux de l’homme primitif soient « immenses, féroces et menaçants4 ». La taille de certains ossements à elle seule aurait suffi pour que des animaux fossiles s’inscrivent dans ce rôle. Lorsque la paléontologie décrit, dans la première moitié du xixe siècle, les premiers dinosaures, énormes, avec leurs gueules garnies de longues dents, ils deviennent des candidats sur mesure pour compléter le tableau préhistorique. Leurs imposantes dimensions et l’aspect terrible qu’ils prennent dans les ouvrages de vulgarisation suffisent à satisfaire pleinement les exigences de l’imagerie naïve, et l’on se garde d’entrer dans des détails embarrassants. Qu’ils fussent souvent végétariens, que leurs restes reposent dans des couches profondes où les traces de l’homme manquent, peu importe, l’imaginaire choisit parmi les données factuelles celles dont il a besoin et qui lui semblent familières ; il cherche des acteurs pour les rôles d’un scénario prêt à l’avance. Sa démarche est celle du Bricoleur de Lévi-Strauss ou de l’Évolution de Jacob — l’imaginaire travaille sur un matériel hétéroclite qui se trouve à portée de main, et dont le factuel fait partie, mais une partie seulement.

  • 5 Lovejoy & Boas, 1965 : 200, 216, 246 ; Eschyle, 1969 : 176-7, v. 445-470 ; Lucrèce, 1964 : 85, V. (...)
  • 6 Par ex. Cicéron, De republica, cit. in Lovejoy & Boas, 1965 : 245-246 ; Horace, 1932 : 99,1, iii ; (...)
  • 7 Par ex. Eschyle, 1969 : 176-177 ; Vitruve, 1843 : 41, II. 1 ; Voltaire, 1879/ 1764, XIX : 389.
  • 8 Rupke, 1983 : 391-395.
  • 9 Buckland, 1823.

3Un autre exemple de phénomène similaire est fourni par l’image connue de l’« homme des cavernes ». Les études de la préhistoire ont commencé par l’exploration des sédiments des grottes, et on a pris l’habitude de penser que l’« homme des cavernes » fut inventé car les grottes ont été autrefois explorées en priorité, au détriment des sites de plein air, ce qui a donné la fausse impression que l’homme primitif trouvait son principal abri dans les cavernes — on persiste à croire que les grottes ont attiré l’attention des premiers chercheurs pour la simple et unique raison qu’elles étaient plus faciles à repérer que les sites en plein air. Il faut toutefois rappeler que les grottes avaient déjà été désignées comme la première demeure des hommes par des auteurs antiques, tels que Homère, Moschion, Cicéron, Lucrèce, Prudence, ou Vitruve5. Il est possible, d’une part, que cette vision ne soit pas sans rapport avec les mythes antiques de la sortie des premiers ancêtres des entrailles de la Terre6. D’autre part, dans l’Antiquité comme au xviiie siècle, la vie dans les grottes était considérée comme un des attributs de la gent animale7, à laquelle on assimilait volontiers les premiers hommes, dépeints comme créatures demi-bestiales. Il serait également instructif de se pencher sur la vision que l’on se faisait des cavernes au début du xixe siècle, lorsque les premières fouilles furent entreprises. Nous savons aujourd’hui que les grottes ne sont que de petites perforations superficielles de la croûte terrestre, mais encore au xviiie et au début du xixe siècle, on pensait souvent qu’elles existaient depuis la création du monde et formaient d’immenses galeries s’engouffrant dans les profondeurs de la Terre, jusqu’à son centre, où étaient conservées les traces de la plus haute antiquité et où reposaient les vestiges pouvant expliquer les grands mystères du passé8. Selon W. Buckland, qui était en Angleterre un des pionniers de l’exploration géologique dans les grottes, celles-ci constituaient les seuls endroits où des indices de la période antédiluvienne avaient pu être épargnés par les ravages du déluge9. Ainsi, les premiers pas des fouilleurs se dirigeaient souvent vers les cavernes, car elles passaient pour les uniques archives de la préhistoire et la seule demeure de nos ancêtres.

  • 10 Stoczkowski, 1993.

4Le concept d’homme des cavernes est plus ancien que les fouilles dans les cavernes, et nous devons soupçonner qu’il n’en est pas le résultat mais plutôt la cause, du moins une cause parmi d’autres. Les ossements et les silex taillés mis au jour par les fouilles n’ont fait que confirmer ce que l’on croyait savoir sur les premiers hommes10 ; de nos jours, nous pouvons juger à quel point ces recherches ont été incomplètes et combien de sites en dehors des grottes, faciles à localiser, sont restés inaperçus.

  • 11 Par ex. Lenoble, 1968 : 117.
  • 12 Bayanov & Bourtsev, 1976.

5Il n’est pas rare de lire que l’archéologie a simplement confirmé les géniales intuitions de quelques philosophes antiques11 (il se trouve même des auteurs qui supposent, conformément à la tendance à expliquer tout savoir par les données factuelles, que Lucrèce ou Pausanias pouvaient disposer d’informations précises sur les hommes primitifs, car les Néandertaliens auraient survécu dans les forêts de l’Europe jusqu’à l’époque antique12). Mais cette troublante ressemblance entre les affirmations de Lucrèce et certaines données archéologiques récentes peut trouver une autre explication : l’archéologie, loin d’avoir confirmé les intuitions antiques, aurait peut-être pu en devenir victime. Lucrèce avait-il vu juste ? En vérité, rares sont les idées suffisamment aberrantes pour qu’elles ne puissent trouver au moins quelques faits qui les confirment. D’où la nécessité de chercher des contre-preuves si l’on veut vraiment soumettre une idée à l’examen critique.

  • 13 Klahr & Dunbar, 1988 ; Klayman & Ha, 1987 ; Oakhill & Johnson-Laird, 1985 ; Watson, 1977.
  • 14 Stoczkowski, 1992a.

6L’idée de l’« homme des cavernes », pour ne prendre qu’un exemple, a été mise à l’épreuve non par les fouilles dans les cavernes, qui cherchaient la confirmation, mais par les contre-preuves trouvées en dehors des grottes. Cependant, la démarche spontanée manifeste une forte tendance à suivre la voie de la confirmation (voir les nombreuses expériences sur la validation naïve des hypothèses13). Lorsque l’on cherche obstinément des confirmations sans se soucier des contre-exemples, on laisse à l’empirique un rôle secondaire et accessoire, celui d’une illustration. Il s’agit là d’un des procédés caractéristiques de la démarche spontanée14.

7Une science qui adopterait la même démarche aurait toutes les chances de rester confinée à l’univers de l’imagerie naïve, où la nouveauté ne trouve sa place qu’en s’inscrivant dans la vision traditionnelle, et où les conceptions savantes, déterminées par les vieilles idées, évoluent comme des espèces vivantes, dont les formes demeurent limitées par tout un héritage qui résulte de leur longue histoire.

LES SCENARIOS SCIENTIFIQUES

  • 15 Un certain nombre de ces textes seront réunis dans une anthologie, à paraître aux Éditions Presses (...)

8L’ancienne méthode spéculative de l’Histoire raisonnée et son imaginaire millénaire influencent-ils encore la vision scientifique de l’origine de l’homme ? L’anthropologie savante a-t-elle trouvé un moyen sûr de se défaire de son héritage, pour construire un savoir supérieur aux conjectures qui relevaient d’une « naturalisation » des vieux motifs mythiques ? Pour tenter de répondre à ces questions, et à quelques autres, j’ai soumis à l’analyse vingt-quatre scénarios de l’hominisation, dont le premier a été publié en 1820 et le dernier en 198615 (tableau II). Ces deux dates jalonnent une période d’un siècle et demi, qui commence au moment où s’achève l’époque de la spéculation purement philosophique.

  • 16 Lamarck, 1820 ; Royer, 1870 ; Darwin, 1981/1871 ; Engels, 1971/1896.

9Ce siècle et demi a vu un spectaculaire développement des sciences naturelles et humaines qui, dès le début, manifestèrent un intérêt particulier pour les problèmes de l’anthropogenèse. Dans le choix des scénarios, j’ai essayé de prendre en compte la grande diversité des conceptions proposées par les auteurs les plus éminents ou les plus connus. Les quatre premiers textes datent du xixe siècle16 et serviront à établir un pont entre l’Histoire raisonnée du xviiie siècle et l’anthropologie de la seconde moitié du xxe, cette dernière représentée par des ouvrages publiés entre 1957 et 1986.

  • 17 Ardrey, 1963.
  • 18 Par ex. Dart, 1953.
  • 19 L’inclusion du livre d’Ardrey au nombre d’ouvrage scientifiques pourrait me faire soupçonner de vo (...)

10Le critère de sélection, dans ce dernier cas, a été la fréquence des citations dans la littérature spécialisée, indice conventionnel des textes reconnus par la communauté savante. Ce principe m’a conduit à retenir le best-seller controversé de Robert Ardrey, Les Enfants de Caïn17, œuvre d’un dramaturge reconverti en vulgarisateur des travaux et hypothèses du paléoanthropologue sud-africain Raymond A. Dart18. La popularité des livres d’Ardrey a très vite dépassé — phénomène facile à comprendre — celle de son modèle savant, et de nos jours encore les spécialistes citent ses ouvrages, ne serait-ce que pour les critiquer. Ainsi, j’ai gardé dans mon échantillon un livre qui fait exception au statut académique de l’ensemble, ceci pour une raison précise : il est intéressant de comparer l’architecture d’un scénario non scientifique et reconnu comme tel, à celle des constructions dont le caractère savant n’est pas contesté19.

11Les auteurs des scénarios choisis appartiennent à plusieurs disciplines : hormis Ardrey et les savants du xixe siècle (deux philosophes et deux naturalistes), on trouve ici six anthropologues de la culture, neuf anthropologues physiques, deux primatologues, un biologiste, six préhistoriens, un linguiste et même un physicien nucléaire, figurant comme coauteur d’un livre. Ils représentent les traditions de recherche de différentes disciplines et de différents pays : États-Unis, Grande-Bretagne, France et Union soviétique. Les publications américaines sont les plus nombreuses : on peut voir là une preuve de l’importante contribution des chercheurs américains aux études sur l’origine de l’homme, ou un signe de leur prédilection pour ce genre particulier de la littérature anthropologique qu’est le scénario de l’hominisation.

12Afin que le spectre de la diversité soit complet, j’ai inclu dans l’échantillon différentes options méthodologiques voire idéologiques : lamarckisme, darwinisme classique et néo-darwinisme, marxisme classique, marxisme orthodoxe soviétique, version occidentale du marxisme, approche écologique inspirée des modèles d’optimisation, déterminisme économique, déterminisme technique, approches démographique, socio-biologique et féministe. Les conceptions prédarwiniennes, darwiniennes et néo-darwiniennes sont également représentées ; de même que des travaux qui appartiennent à la période qui précède les cruciales découvertes en Afrique de l’Est et à celle qui les suit. Il convient toutefois de souligner que nos scénarios, bien que leurs hypothèses variées témoignent d’une grande abondance d’idées, ne reflètent pas entièrement l’état du savoir paléoanthropologique. Il ne faut pas oublier que nous examinerons ici un seul genre de littérature anthropologique et non la discipline en général.

13Notre échantillon reste néanmoins suffisamment large pour refléter la plupart des modes et tendances intellectuelles qui ont marqué la réflexion sur l’origine de l’homme. Dans quelle mesure ce foisonnement d’idées, auquel la paléoanthropologie participe fidèlement depuis un siècle et demi, a-t-il enrichi la vision de la genèse de l’homme et de la culture ? La pensée savante a-t-elle réussi à dépasser les limites de l’anthropologie naïve ? Enfin, comment comprendre la variété déroutante des conceptions relatives à l’hominisation, qui prétendent souvent s’appuyer sur la même base de données factuelles ?

Tableau II — Liste des scénarios de l’hominisation soumis à l’analyse.

Tableau II — Liste des scénarios de l’hominisation soumis à l’analyse.

14Aussi disparates que puissent paraître ces questions au premier abord, leur assemblage n’est pas sans raison et les chapitres suivants permettront d’en mieux comprendre la signification. Nous nous pencherons d’abord sur la définition de l’homme, sur les principes du jeu combinatoire dont nos textes relèvent, et sur les idées concernant la « cause première » du processus de l’hominisation.

COMMENT DEFINIR L’HOMME ? OU DE QUEL SINGE L’HOMME DESCEND-IL ?

15Comment l’homme est-il apparu ? Il serait difficile de comprendre la démarche des scénarios qui tentent de répondre à cette interrogation sans expliquer au préalable ce que leurs auteurs entendent par « homme ».

16Or, l’humanité s’y trouve définie par un ensemble de caractères auxquels on prête le statut de traits distinctifs de notre famille biologique ; par conséquent, expliquer l’anthropogenèse, c’est expliquer les origines de ces caractères humains. Ceux-ci sont considérés comme mutuellement dépendants et leurs liaisons acquièrent dans les scénarios une nature particulière qui est celle de la relation de cause à effet : l’apparition d’un caractère « humain » est censée entraîner l’émergence d’un autre, celui-ci donne naissance au subséquent et ainsi de suite, jusqu’à ce que cette succession étiologique atteigne la « fin » du processus de l’hominisation.

17Si l’on uniformise la terminologie désignant, dans nos vingt-quatre textes, les caractères « humains », leur multiplicité peut être réduite à une liste de trente-sept propriétés (tableau III), parmi lesquelles on trouve, à côté des traits distinctifs de l’homme, quelques particularités (régime Carnivore ou omnivore, charognage) attribuées seulement aux premiers hominidés, et jouant, dit-on, un grand rôle dans l’anthropogenèse. Ainsi, la condition humaine en général, ou celle des premiers hominidés en particulier, est définie par onze caractères anatomiques et cinq reproductifs, par l’usage et la fabrication des outils, le type de subsistance (quatre propriétés) et de vie sociale (six propriétés), par le langage articulé, le niveau des capacités mentales, la vie spirituelle (trois propriétés), la faculté de perfectionnement, la maîtrise du feu et, en général, par le sens moral et la culture.

  • 20 Oakley, 1957.
  • 21 Rousseau, 1973/1755 : 351.
  • 22 Virey, 1801, I : 1.
  • 23 Par ex. Buffon, 1825F/1766 : 80 ; Robertson, 1777 : 317.
  • 24 Aristote, 1968, V. 8.

18On est frappé de constater que le noyau de cette liste, composé des caractères mentionnés le plus fréquemment, a très peu changé depuis cent cinquante ans. Les premiers rôles y sont tenus constamment par des attributs tels que outils, bipédie, main libre, langage, vie sociale et coopération. Le couple « division sexuelle du travail » et « partage de la nourriture » fait son apparition en 195720 pour être mis en vogue dans les années soixante-dix et devenir depuis un des éléments récurrents des conceptions de l’hominisation. Dès 1960, la liste s’enrichit d’autres acquisitions : la « boîte crânienne volumineuse » et l’« enfance prolongée », puis, en 1976, la « disparition de l’œstrus ». Cependant, l’impression de la nouveauté de ces ajouts ne tient qu’au nombre limité d’ouvrages analysés. Tous ces caractères avaient déjà été mis en jeu dans la spéculation sur l’anthropogenèse : le couple « division sexuelle du travail et partage de nourriture » se trouve chez J.-J. Rousseau21, de même « boîte crânienne volumineuse et enfance prolongée » chez Virey en 180122. L’enfance prolongée est mentionnée comme un caractère typiquement humain dès le xviiie siècle23, et c’est Aristote24, suivi par toute la tradition de la pensée naturaliste, qui souligne déjà l’absence de l’œstrus dans l’espèce humaine.

Tableau III — Les caractères humains dans les scénarios de l’hominisation.

Tableau III — Les caractères humains dans les scénarios de l’hominisation.
  • 25 Bartolomew & Birdsell, 1953.
  • 26 Oakley, 1957.
  • 27 Clark, 1959.
  • 28 Bonnassie, 1989 : 1039.

19En revanche, le « charognage » est sur cette liste une innovation incontestable. Pour la première fois — autant que j’ai pu le déterminer — nos ancêtres ont été représentés comme charognards en 1953, par les anthropologues américains G. A. Bartolomew et J. Birdsell25. L’idée fut bientôt reprise par K. Oakley26 et J. D. Clark27, et connut une grande popularité dans les années quatre-vingt. Un fait curieux : la spéculation traditionnelle n’avait jamais envisagé que les premiers hommes pussent être charognards. Il convient de remarquer que dans l’imaginaire occidental la charogne et le charognage sont depuis longtemps chargés de connotations extrêmement négatives ; les pénitentiels médiévaux, par exemple, énuméraient la charogne (morticina) parmi les aliments particulièrement impurs, et la pénitence infligée pour sa consommation était aussi longue que sévère28. Jusqu’à nos jours, la charogne est restée immonde pour les Occidentaux, et il est donc possible que son fardeau symbolique ait contribué à écarter de façon systématique et pendant longtemps l’hypothèse du charognage : l’aliment maudit n’était pas digne de nos ancêtres.

20D’autres attributs nouveaux, ajoutés à la liste de « caractères humains » durant les dernières décennies, concernent surtout la dentition (incisives réduites, larges molaires, incisives fortes) ; leur apparition dans les scénarios est due aux découvertes paléontologiques qui ont permis de retracer les changements de la dentition chez les hominidés fossiles. L’influence de nouvelles données factuelles reste pourtant restreinte : en dépit du progrès des études comparatives, qui ne sont plus limitées à la recherche de claires distinctions entre homme et animaux vivants — car on dispose aussi de données sur les formes ancestrales fossiles — la vision des caractères « humains », celle qu’on trouve dans la plupart des scénarios, n’a pas subi de transformations importantes. Elle demeure jusqu’à nos jours le prolongement d’une tradition dont les racines historiques plongent profondément dans le passé.

  • 29 Virey, 1824, I : 33.

21Or, c’est une tradition singulière. Les caractères qu’elle attribue à l’homme sont censés le distinguer du monde animal. Cependant, il suffit de prendre cette déclaration au pied de la lettre pour que maintes incohérences se manifestent. Bipède, l’homme ? Oui, mais le pingouin ou l’autruche, sans parler des poules, sont aussi bipèdes. Démosthène évitait la difficulté en appelant l’homme un « bipède sans plumes », mais notre situation est plus compliquée, car nous connaissons les dinosaures, eux aussi sans plumes, dont certains marchaient sur les deux pattes arrière. Déjà au xixe siècle29, de telles objections étaient qualifiées de « frivoles ». Il serait pourtant injuste de les considérer comme déplacées et gratuites, car elles ont le mérite de faire ressortir la nécessité de définir la singulière locomotion humaine non par le terme vague de bipédie, mais par la caractéristique précise de notre bipédie particulière (une bipédie parmi d’autres), ce que les anthropologues savent bien faire depuis longtemps et ce que nos scénarios curieusement négligent.

  • 30 Cartmill, 1990 : 180.
  • 31 Ibidem : 180-181.

22Le critère du « cerveau volumineux » reste aussi insatisfaisant : pourrions-nous être fiers du poids de nos cerveaux (1-2 kg), comparés à ceux des éléphants (5-6 kg) ou des baleines (plus de 7 kg) ? Même si l’on recourt à certaines mesures relatives, comme celle du rapport entre le volume cérébral et le poids du corps, la difficulté est loin de disparaître, car certains petits mammifères atteignent des proportions plus avantageuses que la nôtre30. Afin de singulariser l’homme par la taille de son cerveau, il faudrait utiliser des méthodes de mesure très complexes (par exemple l’analyse allométrique), dont les résultats ne sont pas non plus libres d’ambiguïtés31. La discrimination entre l’homme et l’animal n’est pas mieux établie par des propriétés telles que « vie sociale », « division sexuelle du travail », « partage de la nourriture », « organisation familiale », dans la mesure où celles-ci restent désignées par des termes non quantitatifs et si généraux qu’ils s’appliqueraient sans mal à certaines espèces d’animaux.

  • 32 Strum, 1981 ; Teleki, 1973.
  • 33 Par ex. Dunbar, 1988 ; Kummer, 1971 ; Smuts et al., 1987.
  • 34 Beck, 1982 ; Premack, 1976.
  • 35 Beck, 1980 ; Boesch & Boesch, 1983 ; Galdikas, 1982 ; Goodall, 1964 ; Jones & Sabater, 1969 ; Jord (...)
  • 36 Harding, 1975, 1981 ; Nischida et al., 1978 ; Strum, 1981 ; Teleki, 1973.
  • 37 Gilk, 1978 ; Lefebure, 1982 ; McGrew, 1975, 1979 ; Strum, 1981 ; Teleki, 1981 ; Waal, 1989.

23À de telles critiques, on peut répondre que cette liste de caractères ne définit pas l’opposition homme/animal mais plus spécifiquement le contraste entre l’homme et le singe, comme l’affirment d’ailleurs certains scénarios. En effet, le volume absolu du cerveau des singes n’atteint pas la taille de celui des hommes ; de même, seul l’homme, parmi tous les primates vivants, maîtrise pleinement la locomotion bipède. Définir la singularité de l’homme par contraste avec les singes, surtout par comparaison avec les Panidés, semble une stratégie raisonnable et correcte, étant donné que de nombreuses études issues de la biologie moléculaire, la cytogénétique, l’embryologie, la physiologie et l’anatomie comparée ont confirmé l’idée d’une parenté très proche entre les familles des Panidés et des Hominidés, ce qui signifie qu’elles sont proches non seulement par leurs « formes », mais aussi par leur histoire, qui fut autrefois commune. Néanmoins, lorsqu’on suit les résultats de cette stratégie de définition dans nos scénarios, certaines inconséquences persistent : il existe chez les singes une coopération32, une vie sociale33, des facultés mentales complexes34 ; les grands singes font usage d’outils et en fabriquent même de simples35, ils chassent36 et partagent la nourriture37.

  • 38 Cit. d’après Blanckaert, 1991 : 122 ; voir également les auteurs cités, et critiqués, dans Buffon, (...)

24Il n’est pas question, on s’en doute, de critiquer l’ancienne définition de l’homme à la lumière des données nouvelles apportées par les observations récentes des primates dans leur environnement naturel. Les recherches primatologiques des trente dernières années ont en effet changé l’image que nous nous faisons des singes, si bien que l’on serait tenté d’expliquer la vision traditionnelle des différences homme/ singe, présente dans nos scénarios, par la modestie des connaissances d’autrefois. Il faut toutefois rappeler que la vision actuellement admise par les savants, anthropomorphique à l’excès, donc contraire à celle que l’on trouve dans la plupart de nos scénarios, n’est pas véritablement nouvelle et qu’elle existe dans la pensée occidentale au moins depuis le xviie siècle, ayant autrefois inspiré de nombreux récits de voyages qui ne refusaient aux grands singes ni la vie sociale, ni l’usage d’outils, ni la coopération, ni le partage de la nourriture. La vision actuelle des singes, certes alimentée d’observations récentes et plus précises, ressemble si étrangement à celle d’il y a deux siècles que l’on peut se demander si notre manière de voir les singes ne résulte pas simplement d’un mouvement de balançoire, dont les oscillations durent d’ailleurs depuis longtemps ; Pierre-André Latreille, commentateur de Buffon, remarquait déjà au début du xixe siècle : « on avait d’abord trop donné au singe ; on lui a ensuite trop refusé38 ».

  • 39 Cinq de nos scénarios font un plus grand usage des informations sur les singes : Darwin, 1981/1871 (...)

25Mais la question reste ouverte : comment comprendre que tous ces caractères, attribués déjà jadis au singe, et dont la plupart se retrouvent en effet chez les singes, continuent à figurer sur la liste censée décrire les singularités de l’espèce humaine ? Force est de constater que le contraste que les scénarios font entre l’homme et le singe ne correspond pas mieux à la réalité que l’antinomie que certains d’entre eux construisaient pour opposer l’homme à l’animal en général. Il est sans doute légitime de vouloir définir par un jeu d’oppositions ce qui différencie l’homme de l’animal en général, ou l’homme du singe en particulier, mais une telle démarche peut conduire à des conclusions simplistes, et elle y conduira d’autant plus aisément que l’on adopte une vision déformée de l’animalité. C’est là le défaut de la majorité des scénarios de l’hominisation39, défaut non dénué d’intérêt car les déformations auxquelles les savants soumettent l’image de l’animal sont loin d’être arbitraires et aléatoires. Elles relèvent d’une démarche fort cohérente, dont nous allons maintenant retracer les grandes lignes.

  • 40 Stoczkowski, 1992b.
  • 41 Acosta, 1598 : 316 ; Cicéron, Rhetorica, liv. I, cit, d’après Burnet, 1774-1792, I: 373 ; Garcilas (...)
  • 42 Garcilaso de la Vega, 1982/1603 : 117 ; Léon lAfricain, cit. d’après Burnet, 1774-1792, I : 246 ; (...)
  • 43 Acosta, 1598 : 316 ; Garcilaso de la Vega, 1982/1603 : 117 ; Horace, 1932 : 99 ; Lucrèce, 1964 : 8 (...)
  • 44 Diodore de Sicile, 1737 : 18 ; Garcilaso de la Vega, 1983/1603 : 108 ; Horace, 1932 : 99 ; Lucrèce(...)
  • 45 Lucrèce, 1964 : 91, V.1108-1116 ; Garcilaso de la Vega, 1982/1603 : 118 ; Virgile, 1967 : 100-101.
  • 46 Acosta, 1598 : 316 ; Garcilaso de la Vega, 1982/1603 : 109 ; Lucrèce, 1964 : 85, V.558-560.

26L’idée de la condition animale — disons plutôt bestiale — de nos ancêtres fait partie du patrimoine classique de l’anthropologie naïve (soulignons que cette conception peut rester sans rapport avec la théorie de la transformation des espèces). La tendance à comparer les premiers hommes aux animaux se maintient depuis l’Antiquité40 et il est facile, à partir de quelques textes choisis au hasard, de dresser une liste des principaux attributs prêtés à cet état « bestial » : absence de religion41, absence de gouvernement42, absence de lois43, absence de langage44, absence de propriété individuelle45, absence de vêtements46. Nous avons là une définition par négation, où tous les éléments expriment l’inexistence de manifestations typiques de la culture. Ainsi leurs porteurs se retrouvent-ils confinés au domaine de la nature, représentés à l’image des animaux, comme ceux-ci dépourvus de tout ce que l’on croit être propre aux humains.

  • 47 Lubbock, 1869/1865 : 424.
  • 48 Lévi-Strauss, 1973 : 384.

27Une telle vision de l’animalité vient de la simple négation de l’image que l’on se fait des hommes, c’est-à-dire de soi-même. Ainsi, par exemple, les ethnologues occidentaux du xixe définissaient l’animalité par la promiscuité, en opposition au principe de la monogamie auquel ils obéissaient (ou essayaient d’obéir), tandis que pour les « sauvages » Kandyaus, polygames et « fort scandalisés à la pensée qu’on pût vivre avec une seule femme, et qu’on ne s’en séparât qu’à la mort47 », la monogamie, contraire à leur polygamie, était synonyme de bestialité. En mobilisant la figure d’inversion, la pensée ethnologique — comme l’a si bien vu Lévi-Strauss48 — peut rejoindre la pensée des « sauvages », car elle adopte ainsi une de leurs conceptions typiques. Le raisonnement par inversion aboutit à une vision mythique de l’animalité qui devient une contre-image de l’humanité, elle-même définie selon les normes locales d’une culture particulière.

  • 49 Aristote, 1968, II. 5-8 ; voir aussi l’ouvrage du xiie siècle de Hildegarde de Bingen, 1989 : 221.
  • 50 Buffon, 1825d/71753 : 143 ; sur l’émergence, au xiiie siècle, de l’idée de l’ascendance simienne d (...)
  • 51 Par ex. Burnet, 1774-1792, I : 270 ; Ferguson, 1767 : 7 ; Rousseau, 1973/1755 : 411-415 ; Delaméth (...)
  • 52 Lamarck, 1830/1809, I : 349.

28L’idée des commencements « bestiaux » de l’homme, juxtaposée à la vision imaginaire de l’animal, appartient aux structures de longue durée de l’imaginaire anthropologique. La fin du xviiie siècle apporte une correction importante à cette conception : l’homme a bien débuté comme animal, mais ce fut un animal particulier, dont la forme s’apparentait à celle du singe. Les ressemblances entre notre espèce et les grands singes s’imposaient avec tant d’évidence qu’elles ne pouvaient échapper même à des observateurs peu avertis. En 1735, lorsque Linné plaça l’homme à côté des singes dans le même ordre de l’Anthropomorpha, il n’était que le continuateur d’une longue tradition qui remonte à l’Antiquité. Aristote soutenait déjà que « certains animaux ont une nature intermédiaire entre celle de l’homme et celle des quadrupèdes49 ». Une affinité morphologique, mieux connue grâce aux premières dissections des anatomistes du xviie et xviiie siècle, pouvait facilement inciter à une spéculation sur l’affinité généalogique. Buffon, bien que sceptique, s’est pourtant senti obligé de formuler des arguments contre la thèse d’un ancêtre simiesque de l’homme, diffusée dans des ouvrages clandestins à partir du xviie siècle50. La littérature du siècle suivant abonde en descriptions anthropomorphiques de l’orang-outan qui, aux yeux de certains auteurs, tels Burnet, Ferguson ou Rousseau, pourrait servir à illustrer l’état originel de l’homme51. Ce courant de pensée aboutit, au début du xixe siècle, à la claire formulation de l’idée de la descendance simienne de l’homme52.

  • 53 Clébert, 1971 : 376.

29Désormais, les premiers hommes, jusqu’alors souvent dépeints comme des bêtes, commencent à être représentés comme des singes. Le singe remplace la « bête », mais il en hérite tous les attributs. Ainsi, son image sera, elle aussi, une contre-image de l’« humanité », et l’homme refusera au singe ce qu’il voulait usurper pour lui-même : l’usage des outils, la vie sociale, le partage de la nourriture, la division du travail, la coopération, la chasse, l’organisation familiale, etc. D’ailleurs, la figure du singe en portrait négatif de l’homme, surtout de l’homme « civilisé », est un motif récurrent de la culture européenne et il se trouve aussi bien dans l’imagerie du Moyen Âge53, que dans la série des films américains La Planète des singes.

  • 54 Darwin, 1981/1871, I : 50.
  • 55 Darwin, 1981/1871, I : 50 ; Leroi-Gourhan, 1964 : 108, 133 ; Hockett & Ascher, 1964 : 137 ; Hill, (...)

30Ces conceptions ne sont pas sans conséquences pour les théories de l’hominisation, du fait que le singe devient dans la plupart des scénarios une incarnation actuelle de notre ancêtre, une image de l’homme originel dont nous sommes issus. Cela reste en accord avec l’idée très populaire, exprimée dans la formule laconique attribuée à Darwin, selon laquelle « l’homme descend du singe ». Toutefois, Darwin était loin d’accepter cette simplification abusive, et parlait seulement d’« ancêtres simio-humains54 ». Les auteurs des scénarios semblent plus imprudents, ou moins précis, car dix-neuf des vingt-quatre textes analysés identifient l’état originel de l’homme à l’état simiesque, poussant cette analogie extrêmement loin, non seulement dans le domaine de l’anatomie et du comportement, mais aussi dans celui de l’organisation sociale ou de la subsistance. Seuls cinq de nos auteurs observent une plus grande réserve, en évoquant des ancêtres communs aux grands singes et à l’homme, opinion plus adéquate mais beaucoup moins gratifiante puisqu’elle oblige à restreindre le jeu des analogies55.

31Il est maintenant plus facile de comprendre pourquoi la liste des caractères « humains » s’est peu transformée à la suite des découvertes d’hominidés fossiles : le singe, singe imaginaire, continue à servir, comme autrefois, de modèle au portrait de l’ancêtre. La définition de l’humanité est construite de façon à inscrire les différences entre homme et singe dans un système d’oppositions binaires de « présence/absence » ; donc, si le singe ne pense pas, ne coopère pas et ne chasse pas, c’est simplement parce que l’homme pense, coopère et chasse. Ainsi la plupart des scénarios s’efforceront-ils d’expliquer comment la pensée, la coopération, la chasse, etc., ont-elles émergé du néant simiesque. Visiblement, si les acquis de la science du dernier siècle et demi ont peu enrichi la liste des traits humains, c’est que celle-ci appartient moins à l’ordre empirique qu’à la tradition encline à opposer l’« humanité » à la « bestialité » en termes antithétiques, où l’animalité se définit d’abord par l’absence d’attributs « humains », pour que l’humanité soit ensuite décrite par le contraste avec cette « animalité » imaginaire.

  • 56 Ferguson, 1767, I : 114 ; trad. W. S.
  • 57 Porsniev, 1974 : 54-55 ; trad. W. S.
  • 58 Borikovski, 1979 : 167 ; trad. W. S.

32Cependant, il arrivait même à des philosophes qui pratiquaient l’Histoire raisonnée d’entrevoir les faiblesses de ce type de raisonnement ; ainsi Adam Ferguson, le philosophe écossais du xviiie siècle, écrivait-il : « …encore trop souvent notre méthode repose entièrement sur la conjecture […] et on imagine que la simple négation de toutes nos vertus est une description suffisante de l’homme dans son état originel56 ». Cette sage prudence n’a pas pour autant préservé l’érudit écossais du piège dont il était si conscient ; piège qui n’appartient pas, comme certains voudraient le croire, aux anecdotes de l’histoire des sciences. Pour s’en convaincre, il suffit de se reporter à certains travaux récents, où le principe du raisonnement par inversion, bien connu des cultures exotiques et paysannes, s’est vu élevé au rang de méthode. B. F. Porsniev l’appelle « méthode de contraste » et ne doute pas que la culture du passé éloigné fût le contraire de celle d’aujourd’hui57. Dans un scénario publié à la fin des années soixante-dix, P. I. Boriskovski n’a pas su retenir cette déclaration éloquente : « La horde primitive dont je viens de présenter la caractéristique, se révèle être, pour une bonne part, une amorphie négative, une absence58 ». « Une amorphie négative », « une absence » — voilà les images qui fixent le point de départ de l’anthropogenèse telle que l’imaginent de nombreux savants. Les catégories binaires établissent ainsi la base même de la vision simpliste de l’hominisation, dont le déroulement, par conséquent, ne peut être que celui d’un processus qui mène du rien au tout, du négatif du Néant au positif de l’Être.

COMMENT CONSTRUIT-ON LE SCÉNARIO DE L’HOMINISATION ?

  • 59 Eco, 1990 : 283, 682.

Troisième règle : les connexions ne
doivent pas être inédites, dans le sens
où elles doivent avoir déjà été posées
au moins une fois, mieux encore si
elles l’ont été de nombreuses fois, par
d’autres. C’est ainsi seulement que
les croisements semblent vrais, parce
qu’ils sont évidents […]. Ils se confirment
mutuellement, donc ils sont
vrais. Méfiez-vous de l’originalité.
U. Eco,
Le Pendule de Foucault59.

33Les scénarios de l’hominisation sont marqués par une ambiguïté paradoxale : bien qu’ils soient tous différents les uns des autres, leur lecture laisse curieusement une impression de grande monotonie. Si la diversité des idées qu’ils proposent est troublante au premier abord, un sentiment de lassitude ne tarde pas à se manifester, le même que celui que l’on ressent devant l’uniformité des produits fabriqués à la chaîne.

34Prenons comme exemple les westerns. Chacun d’eux présente son propre récit et utilise un style narratif singulier qui empêche de confondre les aventures du Far West contées par John Ford avec celles que filmait Sergio Leone. Cependant, après avoir regardé ne serait-ce qu’une douzaine de films du genre, chaque nouveau western nous laissera une sensation de déjà vu. S’il en est ainsi, c’est parce que le western, en tant que type de récit, fait toujours appel au même schéma qui, bien qu’invariable, laisse le champ libre, dans certaines limites, à des permutations multiples. Le schéma est simple. Vient d’abord une liste stéréotypée de personnages classiques : le justicier, son auxiliaire, le bandit, le shérif, le potentat local qui corrompt la ville, les citoyens — respectables mais craintifs — un barman derrière son zinc et l’indispensable fille de saloon. Cette liste, aussi longue soit-elle, n’en reste pas moins limitée, et impose aux scénaristes un ensemble de personnages « obligatoires » pour la poétique du genre, en limitant le choix aux rôles secondaires. Des règles précises délimitent également les relations qui peuvent unir ou opposer les héros du western, les contraignant à s’allier tantôt aux forces du Bien, tantôt à celles du Mal. Tels sont les ingrédients dont l’usage permet de confectionner une histoire du Far West, dans laquelle l’invention et l’art de la dramaturgie ne sont que des conditionnements, agréables mais pas absolument nécessaires pour que le plat soit comestible.

35Le rapprochement entre les scénarios de l’hominisation et les westerns n’est pas une gratuite boutade. À la base de ces deux genres (et d’une infinité d’autres) se trouve le même type de schémas génératifs. Les caractères « humains » sont les ingrédients du scénario de l’hominisation tout comme le shérif et le bandit sont ceux du western, et on peut les rassembler sur une liste, dont les positions stéréotypées marquent les « rôles principaux », tels que bipédie, outils ou main libre, et la place des « figurants », tels que enfance prolongée ou disparition de l’œstrus (tableau III). L’ensemble des relations autorisées et habituellement actualisées, qui établissent les rapports entre ces caractères, est tout aussi schématique (je les appellerai désormais, simplement, « relations », mais il faut rappeler que les scénarios leur prêtent un statut causal) : citons à titre d’exemple les paires inséparables bipédie mains libres et habiles, chasse coopération, ou encore outils réduction des canines.

  • 60 Par ex. Gardin, 1979, 1985.

36Arrêtons-nous un instant aux problèmes techniques de l’analyse des scénarios. L’étude des différences et des similitudes entre les textes et entre les idées nécessite une méthode adéquate de représentation de leur contenu. La rhétorique traditionnelle des sciences humaines, dont nos scénarios sont tributaires, donne à leur contenu une expression floue : les éléments du savoir factuel se confondent ici avec les déclarations méthodologiques, les traces d’inférences côtoient les exercices d’érudition, les confessions idéologiques se mêlent à des données statistiques. Les textes, souvent allongés indûment — comme le veut l’usage — ne forment un ensemble cohérent que du seul point de vue des contraintes de la rhétorique. Cette présentation ne facilite pas l’analyse de la structure logique des textes. Ainsi, la première tâche consistait à donner au contenu des scénarios une forme plus claire, pour en exprimer les articulations logiques élémentaires. Je les ai donc soumis à une réécriture, selon les principes de la schématisation logiciste de Jean-Claude Gandin60.

37L’analyse et la réécriture logiciste consistent à envisager le texte comme une construction dont le squelette est déployé entre un point de départ et un point d’arrivée. L’analyste essaye, tout d’abord, de distinguer dans le texte l’ensemble des propositions initiales, c’est-à-dire celles qui n’ont pas d’antécédents explicites dans l’argumentation de l’auteur, et un ensemble de propositions terminales, qui ne donnent naissance elles-mêmes à aucune inférence ultérieure dans la construction. L’étape suivante vise à reconstituer la chaîne des propositions intermédiaires qui établissent un pont entre les points de départ et les points d’arrivée, les propositions intermédiaires étant liées les unes aux autres par des opérations d’inférence. Ainsi la reconstitution logiciste permet-elle de transformer un texte long, nourri de rhétorique, en une suite simple de dérivations sous forme d’opérations du type « si A → alors B ».

  • 61 Ces détails sont présentés dans Stoczkowski, 1991.

38Cette forme de représentation facilite énormément l’étude du savoir qui fonde et justifie les explications trouvées dans les scénarios de l’hominisation. Le long travail d’analyse et ses résultats ne seront pas ici relatés en détail61 ; nous allons centrer notre attention sur les opérations d’inférences qui apparaissent dans nos ouvrages le plus fréquemment, ce qui prouve que la croyance en leur validité est largement partagée. Et puisque chaque dérivation peut être considérée, du point de vue logique, comme une opération autonome, j’essayerai de les étudier en dehors de leur contexte « vertical » dans les raisonnements, en mettant l’accent sur les rapprochements de propositions homologues et sur leur usage similaire dans les conceptions qui par ailleurs peuvent être différentes.

39Toutes les relations observées dans nos vingt-quatre scénarios se réduisent à 144 séquences binaires simples, du type « si (X), alors (Y) ». Puisqu’elles mobilisent au total 41 éléments, il est facile de calculer le nombre de permutations binaires possibles, égal à 1 722 séquences (n/n-1), c’est-à-dire presque douze fois plus que le nombre de celles qui ont été relevées dans les textes analysés. La différence pourrait s’expliquer, en partie du moins, par le fait que notre choix de scénarios est très limité : il est improbable qu’ils épuisent toutes les possibilités de combinaison. Cependant, certains indices suggèrent qu’une partie de ces relations se trouvent écartées délibérément et a priori, tandis que d’autres jouissent, pour des raisons qui demandent une explication, d’un succès considérable. Certains éléments se voient attribuer une grande puissance explicative, qui pourrait être mesurée par le nombre de propriétés « humaines » dont ils sont censés expliquer l’origine : ainsi les outils ont part à la genèse d’une vingtaine de caractères, alors que la disparition de l’œstrus n’en explique qu’un seul. Il faut souligner que la religion ou la magie ne se trouvent jamais du côté gauche des relations, de celui de l’explanans ; ce qui revient à dire que la religion et la magie sont traitées comme des épiphénomènes du développement de l’homme et de la culture, n’apparaissant qu’au moment où l’évolution anatomique et culturelle sont suffisamment avancées pour que toutes les autres manifestations « principales » de la culture soient déjà présentes. On voit par ce dernier exemple, choisi parmi d’autres, que le type et le nombre de relations envisagées sont limités en raison d’une vision anthropologique singulière, en l’occurrence une conception de la vie spirituelle, dont le rôle est arbitrairement restreint, à tort ou à raison, au rang de « figurants ».

40Il s’agira donc d’examiner, soulignons-le encore une fois, les relations les plus fréquentes dans les scénarios de l’hominisation : j’ai retenu pour l’analyse celles qui apparaissent au moins trois fois et qui constituent le noyau des explications offertes par nos textes. Ces relations, au nombre de vingt et un, extraites de l’ensemble de nos ouvrages, s’enchaînent mutuellement et peuvent être représentées sous la forme d’un schéma arborescent commun (tableau IV), qui définit les axes cardinaux selon lesquels se développent les explications de l’hominisation.

41Selon la majorité des scénarios, un changement du milieu naturel remplit la fonction du « détonateur » qui a déclenché le processus de l’hominisation (voir chapitre suivant). À partir de là, s’ouvrent trois voies principales qui marquent le début des divergences entre les scénarios et fondent une partie de leur variété (tableau IV) : le changement du milieu est censé entraîner, selon la signification que les auteurs attachent à l’anatomie, à la technique et aux moyens de subsistance, tantôt l’adoption de la bipédie, tantôt l’origine des outils, tantôt le passage à l’économie de chasse. Ensuite, chacun de ces trois caractères initiaux (bipédie, outils, chasse) sert à mettre en mouvement toute une chaîne « causale ». Si notre ancêtre adopte la stature verticale, alors il libère la main de la locomotion ; la main libre rend possible la production et l’usage des outils ; les outils remplacent, dans maintes fonctions, les canines, dont la taille, par conséquent, se réduit ; l’apprentissage de la fabrication des outils nécessite un moyen complexe de communication, donc le langage est créé, etc. Lorsqu’un auteur considère que c’est plutôt la chasse qui a décidé de l’anthropogenèse, nous voyons les explications évoluer dans une autre direction : la chasse implique la division sexuelle du travail, qui entraîne la répartition des tâches économiques entre les deux sexes ; cela instaure la coutume du partage de la nourriture et les devoirs de réciprocité ; ainsi se forme le germe de la vie sociale ; l’existence sociale fait naître le besoin de communication, engendrant aussitôt le langage ; l’usage de la parole permet aux facultés mentales de s’épanouir ; celles-ci, à leur tour, amènent les premiers hommes à perfectionner leur culture, etc.

42Quel que soit le chemin suivi, le réseau des relations conventionnelles permet, à la fin de l’opération, d’« expliquer » les origines d’une quinzaine de caractères « humains » principaux. On pourrait se demander, incidemment, si tous les enchaînements contenus dans ce schéma cumulatif ont déjà été proposés dans la littérature anthropologique ; il est possible de produire mécaniquement de nouveaux scénarios « artificiels », en partant du point initial (changement de milieu naturel) pour progresser dans le graphe de façon aléatoire, en suivant le système de bifurcations indiquées par des flèches (tableau IV).

43Le nombre de versions que ce schéma permettrait d’échafauder est, bien évidemment, très limité du fait de sa simplicité. Celle-ci permet, d’une part, de comprendre le caractère monotone et uniforme des scénarios, dont la majorité se développe à partir d’une matrice sommaire ; d’autre part, même si cette dernière est simple, elle offre la possibilité de générer un certain nombre de permutations — ce qui explique la diversité des scénarios. Cette diversité peut s’accroître si le schéma primitif est élargi par des relations complémentaires. Par exemple, dans le tableau IV, une partie des enchaînements, qui s’arrête au « cerveau volumineux », peut trouver un prolongement dans la séquence « cerveau volumineux boîte crânienne volumineuse », puis « boîte crânienne volumineuse accouchement prématuré », « accouchement prématuré enfance prolongée », etc. Nous avons donc affaire à une structure ouverte, susceptible d’être développée.

Tableau IV — Relations explicatives les plus fréquentes constituant le noyau du schéma génératif des scénarios de l’hominisation.

Tableau IV — Relations explicatives les plus fréquentes constituant le noyau du schéma génératif des scénarios de l’hominisation.

44La notion de causalité implique celle de chronologie, car la cause doit nécessairement précéder l’effet. Mais le temps est curieusement absent des scénarios de l’hominisation, et les événements qui s’y enchaînent mutuellement restent suspendus dans un espace chronologique étonnamment vague, renvoyés tous à une époque plus ou moins imprécise que l’on désigne, conformément aux connaissances ou aux incertitudes du moment, comme la « fin du Tertiaire », la « période charnière entre le Pliocène et le Pléistocène », le « Plio-Pléistocène », le « Paléolithique inférieur », etc. Les étapes consécutives de l’hominisation sont présentées presque sans indices chronologiques, et les seules dates que l’on mentionne sont destinées à délimiter, toujours vaguement, les cadres généraux de cette longue époque d’origine, circonscrite dans la dernière dizaine de millions d’années.

45C’est durant cette période confuse que l’homme quitte les arbres, passe dans la savane, se redresse sur ses pieds, libère sa main, se saisit d’un outil, tue un animal, partage la viande avec ses congénères, prononçant peut-être à cette occasion les premières paroles — voilà quelques éléments d’un scénario habituel. Il n’est pas sans signification que les événements ainsi peints pourraient être aussi bien étalés sur une vaste durée de millions d’années que sur celle, instantanée, d’une seule journée. L’image de l’évolution que nos scénarios proposent reste suffisamment malléable pour qu’on l’adapte facilement à des repères chronologiques librement choisis, selon les données disponibles ou les contraintes de la vision que l’on a arbitrairement décidé de construire. Les dates précises jouent dans nos textes un rôle restreint et accessoire, évoquées plutôt à titre symbolique, pour situer l’ensemble du processus dans un passé lointain dont l’exotisme préhistorique se traduit par la longueur approximative des chiffres indiquant sa chronologie. Le lecteur ne devra donc pas s’étonner si les dates précises, sans impact visible — à quelques rares exceptions près — sur la forme des explications causales, sont évoquées dans nos analyses aussi rarement qu’elles le sont dans les textes analysés.

46Retournons maintenant au noyau du schéma génératif, formé de vingt et une relations causales les plus répétitives. Puisque celles-ci font l’objet d’un certain consensus, elles méritent que l’on en analyse le fondement, pour vérifier dans quelle mesure leur popularité pourrait s’expliquer par la confirmation que les données factuelles leur ont apportée, et dans quelle mesure elle devrait être plutôt attribuée à la crédibilité qu’elles ont acquise en se conformant aux modèles de l’anthropologie naïve.

MÈRE NATURE OU NATURE MARÂTRE ?
LA PALÉO-ÉCOLOGIE, LES MYTHES ET LES PROVERBES

  • 62 L’idée du changement du milieu est absente chez Lamarck (1820), Engels (1971/1896) et Leroi-Gourha (...)

47Parmi les vingt-quatre scénarios analysés, vingt affirment que la première impulsion au processus de l’hominisation a été donnée par un changement du milieu nature62. L’histoire de l’homme aurait donc commencé avec une transformation de la nature ; le rôle décisif conféré à cette métamorphose écologique incite à une analyse détaillée de sa reconstitution.

  • 63 Nos scénarios paléoanthropologiques caractérisent le nouveau milieu de nos ancêtres, par un ensemb (...)

48Arrêtons-nous d’abord à la vision la plus populaire, présente dans la majorité de nos scénarios, qui place les premiers hominidés dans un milieu hostile63 (tableau V). Cette hostilité, dont la pénurie de nourriture et la menace des carnassiers sont les manifestations principales, n’est pas considérée comme une propriété immanente de la nature, et nous ne la voyons apparaître qu’à la suite d’un changement climatique : à une époque dont la datation précise varie d’un texte à l’autre, selon les données du moment, une grande sécheresse aurait sévi en Afrique orientale, entraînant le remplacement de la forêt tropicale par les savanes ouvertes, et provoquant par là même la disparition de la nourriture végétale qui assurait jusqu’alors la subsistance de nos ancêtres végétariens. Les forêts riches en ressources végétales (surtout en fruits) font place, disent nos scénarios, à une savane sèche et aride où abondent des carnassiers face auxquels la fuite sur les arbres n’est plus possible, puisqu’il n’y a plus d’arbres. Ainsi, les ancêtres de l’homme sont censés entrer dans une période difficile de catastrophe écologique permanente. Pour survivre, ils doivent relever le défi de la nature et abandonner un ancien mode de vie qui leur permettait de satisfaire les besoins dans le milieu hospitalier de la forêt, mais qui se révèle inefficace dans la savane hostile. Désormais, les hominidés doivent se nourrir de viande et apprendre à chasser, ils sont contraints d’adopter, sur le terrain ouvert, la position verticale sur deux pieds, ils commencent à coopérer et à se défendre contre les prédateurs à l’aide d’outils. C’est ainsi, dans la lutte contre le milieu inaccueillant, que l’homme aurait laborieusement forgé sa nature.

Tableau V — Les visions du milieu naturel des premiers hominidés dans les scénarios de l’hominisation.

Tableau V — Les visions du milieu naturel des premiers hominidés dans les scénarios de l’hominisation.
  • 64 Par ex. textes réunis dans Coppens, 1985.
  • 65 Par ex. Bonnefille & Vincens, 1985 : 272, Vrba, 1985, cf. aussi autres textes réunis dans Coppens, (...)

49Cette vision est-elle le fruit des données factuelles acquises par les chercheurs ? Certes, les changements climatiques du Plio-Pléistocène de l’Afrique, marqués, à long terme, par l’expansion des milieux ouverts qui se développaient au détriment de la couverture arboricole, sont suffisamment attestés, et cela parallèlement par plusieurs disciplines64, pour qu’ils ne soient pas remis en question. En revanche, nous ne saurions en dire autant de la vision d’un net passage de la forêt à la savane, ni de l’image même de la savane, peinte en noir. En effet, les zones du milieu couvert (forêts, savanes arborées) et les zones découvertes (savanes sèches) ont toujours coexisté dans le paysage de l’époque, seules leurs proportions étant sujettes aux changements. Les variations climatiques du Plio-Pléistocène de l’Afrique orientale consistaient en alternances de refroidissements accompagnés d’une réduction de la pluviosité et de l’expansion des milieux découverts, avec des périodes de climat chaud et sec marquées par des extensions du couvert arboré65.

  • 66 Hamilton & Curt, 1982.
  • 67 Pianka, 1974 : tabl. 3.1.

50Quant à la savane sèche, il faut rappeler qu’elle n’est pas totalement dépourvue, comme le suggèrent certains scénarios, de nourriture végétale appropriée à des primates ; les babouins Chacuna (Papio ursinum), pour prendre un exemple, y trouvent des graines, des tubercules, des fruits ou d’autres parties de plantes, et ne consomment la viande qu’en complément d’un régime essentiellement végétarien66. La productivité primitive de la masse végétale des savanes, bien que plus réduite en moyenne que celle des forêts équatoriales ou subéquatoriales, peut parfois égaler et même dépasser les taux de ces dernières67. Certes, l’indice de la productivité primitive ne nous renseigne pas directement sur la quantité des végétaux utilisables par les primates. Ces données écologiques sont néanmoins suffisantes pour que nous ne soyons plus fermement convaincus que les savanes sont toujours plus pauvres en nourriture végétale que les forêts. De la même façon, il n’est pas certain que le passage de la vie dans les forêts à la vie dans les savanes doive systématiquement impliquer une plus grande menace de la part des prédateurs.

  • 68 Brian, 1981 : 85-97 ; Clark, 1964.
  • 69 Tutin, McGrew & Baldwin, 1981.
  • 70 Bandini & Baldwin, 1978.
  • 71 Tutin, McGrew & Baldwin, 1981.
  • 72 Kortland, 1980 : 80 ; voir aussi Goodall, 1986 : 556-557.
  • 73 Petter & Howell, 1985 : 147.
  • 74 Ibidem.
  • 75 Marean, 1989.
  • 76 Brain, 1981 : 270-271.

51Puisque les auteurs des scénarios prétendent souvent construire l’image de la savane sur la base des analogies provenant des systèmes écologiques actuels, rappelons que, de nos jours, le léopard (Panthera paradus) attaquant par surprise dans la forêt peut être aussi dangereux que le lion dans la savane68. En outre, dans l’un comme dans l’autre milieu, ce danger ne semble pas constituer le souci principal des primates. Les chimpanzés vivant sur les arbres ne sont pas inquiétés par les léopards69 ; lors d’une rencontre fortuite sur la même branche, un chimpanzé solitaire est parfaitement capable d’intimider et de chasser le prédateur70. Dans un milieu ouvert, la menace des carnassiers ne semble pas non plus être importune : les observations de chimpanzés pendant quarante-quatre mois, au parc national du Niokolo Koba (Sénégal), où les forêts constituent seulement 3 % de la couverture végétale, n’ont révélé aucun cas d’agression de la part des carnassiers, tels que le lion, le léopard, l’hyène ou le chien sauvage, tous pourtant présents dans la région71. Adrien Kortland, qui s’est donné la peine de passer en revue une littérature considérable sur les grands singes d’Afrique, afin d’y trouver la confirmation de la menace omniprésente des prédateurs qui pèserait sur les primates, n’a rencontré qu’un seul cas de mort d’un singe entre les griffes d’un agresseur72. Naturellement, on peut répliquer que les primates d’aujourd’hui ne peuvent que très mal illustrer la situation de nos ancêtres, ces derniers ayant vécu dans un milieu quelque peu différent, où les carnassiers connus de nos jours étaient accompagnés de Félidés fossiles, tels Dinofelis, Homoterium, Pantera speleus, Acionyx, et de deux espèces de Hyénidés73. Par conséquent, cette plus grande diversité et la densité de population des carnassiers auraient pu se traduire par une plus forte pression de prédation. Mais encore une fois, nous ne pouvons en avoir aucune certitude a priori. Il est possible qu’à cette plus ample pression de prédation aient répondu une plus grande diversité des espèces-proies ainsi que des troupeaux plus nombreux d’herbivores74. Dans ce dernier cas, les hominidés auraient pu ne pas être inquiétés davantage que les primates récents. Il faut ajouter, d’autre part, que certains carnassiers fossiles, par exemple le Megantereon et le Dinofelis, préféraient probablement le milieu fermé de la forêt, où ils pouvaient chasser efficacement dans les arbres75, lesquels demeurent dans l’imaginaire populaire un abri rassurant pour nos ancêtres. Même s’il existe des traces fossiles de la prédation sur les hominidés76, les hypothèses d’une grande menace de la part des prédateurs dans la savane, ou de l’absence de cette menace dans la forêt, ne sont pas solidement fondées et resteront une simple conjecture tant que l’on ne disposera pas d’informations plus précises sur les interactions entre les populations des prédateurs et de leurs proies dans les milieux préhistoriques. Il est d’ailleurs peu probable que le caractère de ces interactions, toujours très complexe, puisse être réduit, dans ce cas précis, au simple schéma binaire (absence/omniprésence des prédateurs), si fréquent dans nos scénarios.

52Deux conclusions se dégagent de notre analyse. Premièrement, la vision d’un net passage de la forêt à la savane n’est qu’une simplification abusive, difficile à étayer par les données paléo-écologiques. L’assèchement progressif du climat au Plio-Pléistocène a provoqué en Afrique orientale un changement des proportions entre les zones fermées et les zones ouvertes, au profit de ces dernières ; ce processus s’est néanmoins accompli à travers de longues oscillations qui ont abouti à un paysage plus ou moins mixte.

53En second lieu, nous ne sommes pas autorisés à considérer la pénurie de nourriture végétale et la menace des prédateurs dans la savane comme des certitudes. Le savoir de référence sur les milieux actuels nous permet d’imaginer le nouvel environnement des hominidés aussi bien comme un milieu plutôt hostile et pauvre que comme un cadre relativement hospitalier et abondant. Pourtant, seule la conception d’une nature hostile, avec pénurie alimentaire et menace de prédateurs, a été a priori jugée convaincante par la plupart des auteurs. Comment comprendre ce succès, vu la fragilité empirique de la construction ? Il est frappant de constater que la faible assise empirique de cette vision va de pair avec une parfaite conformité aux anciennes conceptions philosophiques, toujours séduisantes.

  • 77 Delamétherie, 1802 : 11-19 ; Holbach, 1786 : 426-457 ; Locke, 1947/1690 : 17 ; Pope, 1779/1734 : 1 (...)

54Déjà avant la découverte des premiers fossiles humains, la spéculation naturaliste montrait une frappante prédilection à envisager le moment clé de l’anthropogenèse comme le passage d’une époque d’abondance à des temps de disette. Prenons comme exemple quelques ouvrages publiés entre la fin du xviie et le début du xixe siècle77. On y trouve une conception du commencement de l’anthropogenèse associé au passage d’une époque que nous appellerons A, à une autre que nous nommerons B. La période A représente un état statique et dépourvu de changements, durant lequel notre ancêtre menait une existence paisible. Au début du xixe siècle, le naturaliste Jean-Claude Delamétherie en donnait cette image :

  • 78 Delamétherie, 1802 : 11.

« Cet homme de nature avait une grande masse de jouissances. Habitant un beau sol, il y jouissait toujours d’une température agréable. Ce sol lui fournissait une nourriture abondante ; il n’avait ni peines ni fatigues. L’ennui ne l’atteignait jamais ; il se divertissait avec ses semblables. Ses jours coulaient avec calme et sérénité, et n’étaient altérés par aucune maladie. Il arrivait à sa dernière heure sans la prévoir78 ».

55Des causes naturelles (dont nous verrons plus loin ce qu’elles sont) mettent fin à l’harmonie de l’époque a, en détruisant son équilibre. L’époque B voit l’émergence de la « lutte vitale ».

56Les attributs des deux périodes, tels que les philosophes et les naturalistes les décrivent, forment un système d’oppositions binaires que nous connaissons déjà :

  • 79 Par ex. Virey, 1801, I : 98.

57Les traits de l’époque A correspondent bien à ceux de l’âge d’or ou du paradis terrestre ; elle est d’ailleurs explicitement comparée, même par des matérialistes militants, à l’âge d’or ou à l’Éden79. L’époque B, logiquement, devient un âge d’or à l’envers.

  • 80 Royer, 1870 : 151.
  • 81 Ardrey, 1963 : 24, 251-252.

58Certains philosophes et naturalistes du xviiie siècle, tout en évitant ou même rejetant le mythe biblique des origines, ont proposé une conception qui n’allait pas au-delà du schéma de la chute originelle. Ils ont placé le début de l’histoire de l’homme au moment de la transition catastrophique d’une nature pourvue des caractères paradisiaques à l’état de son anéantissement et de sa négation. Une grande partie des scénarios scientifiques semble reprendre ce schéma. Les premiers travaux de cet ordre, tel le livre de Clémence Royer, appellent explicitement l’époque A « l’âge hédénique » ou l’« âge d’or80 ». Dans les scénarios plus récents, la forêt tropicale, par son étonnante abondance, l’absence de prédateurs et le régime végétarien de ses habitants, se voit dotée des attributs paradisiaques ; tandis que la savane, dépourvue de nourriture suffisante, contraignant à chasser, donc à tuer, grouillante de prédateurs assoiffés de sang humain, devient un nouvel avatar de la nature maudite. Chez Robert Ardrey, qui croyait (comme l’indique le sous-titre de son livre), proposer une « hypothèse personnelle », cette double identification prend une forme délibérée et l’auteur compare la vie dans les forêts du Miocène à l’existence paradisiaque (« tous les rapports scientifiques désignent le Miocène du Kenya comme l’Eden de l’humanité »), en parlant de l’avènement « du terrible Pliocène » comme de la perte du Paradis81. La plupart des anthropologues ont refusé de reconnaître une valeur scientifique aux spéculations d’Ardrey ; il convient toutefois de remarquer que sa vision des transformations écologiques se distingue plus par les excès de son style fleuri que par le fond. La conception de la transition radicale d’une forêt généreuse à une savane revêche se trouve dans quatorze de nos scénarios, et son grand succès coïncide, ce qui n’est pas le fruit du hasard, avec sa parfaite conformité à l’imagerie traditionnelle.

59Cette vision, à laquelle nous sommes habitués depuis si longtemps, fournit par ailleurs une réponse simple et convaincante à la question de la cause de la transformation d’une créature simiesque en homme. J’ai déjà souligné qu’une partie des scénarios assimile les caractères de notre ancêtre à ceux des grands primates d’aujourd’hui. Cette identification, dans laquelle on peut soupçonner plus qu’une simple maladresse de rhétorique, pourrait poser un problème apparemment embarrassant que la pensée naïve soulève fréquemment : s’il est arrivé, jadis, qu’un singe se transformât en homme, pourquoi les singes ne se transforment-ils plus en hommes aujourd’hui ? La réponse pourrait être, et certains scénarios se vantent de l’entrevoir, que les singes vivent actuellement dans un milieu trop hospitalier, où manquent les peines et difficultés, seules capables d’agir comme ferment et source du développement. C’est ainsi que pense l’anthropologue américain Eugene E. Ruyle :

  • 82 Ruyle, 1977 : 155 ; trad. W. S.

« Nous pourrions escompter que si les chimpanzés contemporains commençaient à occuper la niche écologique des plaines, ils deviendraient de plus en plus dépendants de la forme sociale de production et pourraient donc se transformer, après quelques millions d’années, en créatures humaines82 ».

60Conformément à ce raisonnement, le chimpanzé serait une sorte d’homme inachevé, qui n’aurait pas été soumis à l’ultime sublimation liée à des conditions écologiques propices. Il suffirait donc de placer la matière première des chimpanzés dans les espaces ouverts des savanes pour déclencher, de façon automatique et déterministe, la phase essentielle du processus de l’hominisation, laquelle serait ainsi reproductible comme les plus simples expériences physiques ou chimiques, avec pour seul inconvénient la durée considérable nécessaire à une telle expérience : plusieurs millions d’années. La puissance « humano-génique » du passage de la forêt à la savane tiendrait aux caractères des deux milieux : la facilité de la vie dans la forêt n’inciterait pas aux changements, plongeant toutes les créatures dans l’inertie propre, dit-on, à l’état de l’abondance, et seuls les défis de l’existence dans la savane hostile pourraient conduire à quelque transformation. Nous approchons ainsi la sagesse du sens commun, pour qui la nécessité est seule mère de l’innovation. Bien que les occasions ne manquent pas de constater que l’innovation est souvent mère du besoin, l’anthropologie naïve est toujours restée fidèle à cette première formule, et les difficultés, source du besoin, constituent dans ses conjectures la condition indispensable des changements. Malthus écrivait :

  • 83 Malthus, 1980/1798 : 154.

« Le sauvage dormirait éternellement sous son arbre s’il n’était sorti de sa torpeur par les affres de la faim ou les morsures du froid […]. Ce n’est pas dans les pays où la nature est la plus prodigue de produits naturels que les habitants se révéleront les plus remarquables par la vivacité d’esprit. La nécessité a été appelée à très juste titre la mère de l’invention. Certains des plus nobles efforts de l’esprit humain ont été déclenchés par la nécessité de satisfaire les besoins du corps83 ».

  • 84 Herder, 1962/1784-1791 : 507 ; voir aussi Darwin, 1981/1871 : 154-155.

61Herder partageait cette opinion et considérait par conséquent que la supériorité culturelle de l’Europe s’explique par l’ampleur des obstacles que ses habitants avaient dû affronter: « Si l’Europe, disait-il, avait été riche comme l’Inde, dépourvue d’accidents de terrain comme la Tartarie, chaude comme l’Afrique, à l’écart comme l’Amérique, elle n’aurait pas donné ce qui s’y est produit84 ».

  • 85 Bory de Saint-Vincent, 1827.

62Le développement, pour l’anthropologie naïve, n’est que le simple résultat des peines, détresses et périls ; l’absence de cataclysmes devient donc le synonyme de stagnation. L’explication de l’anthropogenèse procède de ces deux catégories : d’abord, l’abondance et l’harmonie statique de la période préhumaine ; ensuite, un cataclysme qui inaugure l’époque dynamique de l’hominisation. Les premiers hommes ne peuvent être placés qu’au sein d’une nature hostile, car dans le cas contraire, ils seraient condamnés à une éternelle existence animale, tel l’Orang-Outan, dont Bory de Saint-Vincent disait qu’il reste bestial, puisqu’il vit trop harmonieusement dans ses forêts natales pour songer à améliorer son sort et à cultiver ses facultés85.

63Tout changement du climat, détruisant la statique harmonie originelle et menaçant notre ancêtre d’anéantissement, est donc utile comme source de mouvement et remplace fort bien l’archange à l’épée flamboyante qui chasse l’humanité sur la terre maudite. On retrouve une conception semblable de la genèse dans Les Géorgiques de Virgile, où la transition d’une nature paradisiaque à une nature hostile s’accomplit cette fois par l’entremise de Jupiter :

  • 86 Virgile, 1982 : 6, I.121-46.

« Le Père des dieux lui-même a voulu rendre la culture des champs difficile, et c’est lui qui le premier a fait un art de remuer la terre, en aiguisant par les soucis les cœurs des mortels et en ne souffrant pas que son empire s’engourdit dans une triste indolence. Avant Jupiter […], la terre produisait tout d’elle-même, librement, sans contrainte. C’est lui qui donna leur pernicieux virus aux noirs serpents, qui commanda aux loups de vivre de rapines, à la mer de se soulever ; qui fit tomber le miel des feuilles, cacha le feu, et arrêta les ruisseaux de vin qui couraient çà et là : son but était, en exerçant le besoin, de créer peu à peu les différents arts […]. Tous les obstacles furent vaincus par un travail acharné et par le besoin pressant en de dures circonstances86 ».

64L’explication des origines de la culture par le passage d’une nature mère à une nature marâtre forme donc une véritable structure, dans la longue durée, de notre imaginaire anthropologique. Son schéma, caractéristique des mythes européens, a été repris par la spéculation philosophique, pour trouver enfin sa place dans la pensée scientifique. Il est curieux de voir cette idée accompagner les premières découvertes paléoanthropologiques, de nombreux savants cherchant obstinément des arguments ad hoc en sa faveur. À la fin du xixe et au début du xxe siècle, le berceau de l’humanité — comme l’abbé Breuil l’a ironiquement remarqué — est devenu un berceau à roulettes, qui se déplaçait d’un continent à l’autre avec une vitesse impressionnante. Or, la conception d’un cataclysme écologique le suivait à la trace ; en voici quelques exemples.

  • 87 Mortillet & Mortillet, 1900 : 345.
  • 88 Manouvrier, 1897.
  • 89 Osborn, 1926.

65Au début de notre siècle, Adrien et Gabriel de Mortillet87 pensaient que l’ancêtre de l’homme était représenté par la race demi-simiesque de Néanderthal, remplacée ensuite par les véritables hommes de « la race de Laugerie ». Les Mortillet prêtaient au milieu des Néanderthaliens « un climat manquant de stimulant, dont la monotonie a ralenti tout développement individuel », et situaient les Laugeriens au sein d’une nature hostile où il n’y avait d’abondance que celle des difficultés, aiguillons du développement. D’après L. Manouvrier88, qui voyait l’ancêtre direct de l’homme dans le Pithecanthropus découvert par Dubois à Java, le berceau de l’humanité devait être situé dans cette région du monde et c’est là qu’il fallait envisager une catastrophe originelle : l’humanité serait née à la suite de la disparition des forêts en Asie du Sud-Est, anéanties par une activité volcanique accrue. H. F. Osborn89, qui plaidait pour un homme originaire du centre de l’Asie, imaginait dans cette partie du monde de grands processus orogéniques qui, au Tertiaire, auraient élevé un immense plateau où une forêt abondante se serait transformée rapidement en un milieu découvert, sec et plein de menaces.

  • 90 Hill, 1987.

66Aujourd’hui, le berceau à roulettes s’est immobilisé, probablement pour de bonnes raisons cette fois, en Afrique, mais les vieilles habitudes persistent. Le paléoanthropologue britannique Andrew Hill90 relate des changements significatifs dans l’interprétation des données palynologiques du site de Kenyapithecus à Fort Ternan (14 millions d’années). À l’époque où l’on voyait dans Kenyapithecus le premier chaînon de la lignée des Hominidés, on considérait que les données palynologiques confirmaient l’hypothèse d’une savane, bien que des pollens d’arbres soient aussi présents, en raison, disait-on, du voisinage du volcan Tinderet, couvert alors de forêts. Mais, lorsque le Kenyapithecus fut déchu de sa fonction d’ancêtre de l’homme et que le moment clef de l’hominisation se trouva fixé plus en aval sur l’axe du temps, l’expansion des savanes fut à son tour reculée dans le même sens chronologique et l’on en vint à considérer le Kenyapithecus comme un habitant de la forêt. Les dernières recherches semblent indiquer toutefois — selon A. Hill — que son milieu était, bel et bien, la savane ouverte.

  • 91 Coon, 1958 : 42 ; Washburn, 1960 : 3 ; Ardrey, 1963 : 248 ; Hockett & Ascher, 1964 : 145 ; Jolly, (...)
  • 92 Cadman & Rayner, 1988.

67À cet exemple un autre fait écho, qui concerne cette fois l’Australopithecus africanus. Neuf de nos scénarios le tiennent encore pour l’ancêtre direct d’Homo91 et le placent invariablement dans la savane. Mais depuis que l’Australopithecus africanus commence à être rejeté de la lignée ancestrale, on évoque de plus en plus souvent des données indiquant qu’au moins certains de ses groupes préféraient la forêt et ses lisières92. On voit donc que l’ancienne habitude est toujours présente dans la littérature spécialisée, même lorsqu’il s’agit de débats fort techniques : les candidats à la fonction d’ancêtre ont le droit de se trouver dans la savane, tandis que les simiens sont bannis dans les forêts.

***

68Dès lors, nous comprenons mieux comment se transforment, au cours des siècles, les représentations du moment crucial de l’anthropogenese. Leur dénominateur commun est la vision d’une transition entre l’état statique d’une nature paradisiaque, associée souvent à la forêt, où l’abondance de la nourriture va de pair avec la sécurité, et l’état dynamique d’une nature hostile, celle-ci associée à un milieu ouvert, où la pénurie des ressources entraîne une lutte féroce pour la survie. Seules varient les opinions relatives à la cause du passage d’une nature-mère à une nature-marâtre. Selon le mythe biblique, c’est pour expier le péché originel que l’homme fut chassé sur la Terre maudite, où il travaille à la sueur de son front et se nourrit dans la peine (Genèse, III). Chez Virgile, l’âge d’or s’achève par l’intervention de Jupiter, qui ordonne aux humains d’affronter une nature hostile et de créer les « arts ». Selon la spéculation naturaliste de la fin du xviiie et du début du xixe siècle, la culture apparaît au moment où la multiplication des espèces détruit l’harmonie de l’existence originelle et contraint l’homme à mobiliser ses forces dans une lutte pour des ressources devenues rares. Dans une bonne partie de nos scénarios, c’est un changement climatique qui transforme une forêt fertile et hospitalière en une savane menaçante où la culture devient, pour les primates, indispensable. Au fil de ces transformations, le schéma des « deux époques » garde sa place habituelle, de même que les attributs dont il se voit doté, fondés invariablement sur des oppositions telles que « abondance de nourriture/pénurie de nourriture », « prédateurs menaçants/absence de prédateurs », « existence pacifique/lutte pour la survie », etc.

  • 93 Hill, 1982 ; Kelso & Quiatt, 1985.
  • 94 Hill, 1982 : 532.
  • 95 Kelso & Quiatt, 1985 : 209.
  • 96 Odum, 1971.
  • 97 Par ex. Brain, 1981.

69Cependant, quelques scénarios se sont affranchis de la vision du passage de la nature paradisiaque à la nature hostile. Parmi les textes analysés, deux présentent la savane, nouveau milieu des hominidés, comme habitat sans menace de prédateurs, abondant en gibier et en toutes sortes de nourritures93 (tableau V). L’anthropologue américain Kim Hill accorde à cette image le statut d’hypothèse, sans essayer, pourtant, de la mettre à l’épreuve des faits ou d’imaginer, au moins, un examen empirique possible94. J. Kelso et D. Quiatt assimilent la savane à un type de milieu dit « écotone »95, pour affirmer — en citant un manuel classique d’écologie96 — que tout écotone se caractérise par une grande variété et par une abondance de ressources. Toutefois, le bien-fondé de ce raisonnement par analogie n’a pas été confronté aux données paléoécologiques. De surcroît, la prétendue inexistence de la menace des prédateurs reste en désaccord avec les traces de prédation visibles sur certains ossements fossiles d’hominidés97. Ces inconséquences ne doivent pas étonner outre mesure : cette nouvelle image de la savane n’est douteuse que du point de vue empirique, et sa forme répond très bien à la logique de transformation propre à l’anthropologie naïve. Ainsi, on remarquera que la savane est caractérisée chez Kim Hill par des attributs traditionnels (ressources, prédateurs) qui passent cette fois vers le pôle positif (abondance, absence de menace), pour métamorphoser le milieu de nos ancêtres en un nouvel avatar du jardin paradisiaque.

  • 98 Voir l’analyse des présupposés de cette théorie dans Stoczkowski, 1990.
  • 99 Voir Cody, 1974 ; Mac Arthur & Pianka, 1966 ; Pyke, 1974 ; Smith, 1983 ; Stephens & Krebs, 1986.

70Selon cette nouvelle permutation, c’est l’état d’abondance qui fournit la première impulsion au processus de l’anthropogenèse. La simple inversion des époques A et B ne change pas pour autant le principe de l’explication. D’après la version primitive, c’est l’environnement hostile qui contraint nos ancêtres à une activité aboutissant à la grande transformation. L’environnement façonne l’homme, en déterminant complètement son comportement. Ce rôle du milieu est conservé dans la nouvelle version, qui corrige seulement la vision de la nature humaine. Celle-ci est conçue selon les prémisses de l’Optimal Foraging Theory, très à la mode chez certains anthropologues américains. Conformément aux axiomes de cette théorie, nous y retrouvons un Homme dont le principe de comportement est avant tout l’optimisation (voire la maximisation) du rendement économique. Notre ancêtre, placé soudainement dans un nouveau milieu où abondent les ressources, obéit à ce principe universel et agit comme une entreprise capitaliste modèle, en adoptant un nouveau mode de vie pour s’assurer une plus grande efficacité98. En conséquence, le processus de l’hominisation est déclenché. Il est paradoxal que K. Hill, en attribuant au milieu des hominidés une abondance de ressources, fait en même temps appel à l’Optimal Foraging Theory, dont les principes ne s’appliquent, par définition, qu’aux situations où les ressources sont rares99. Ainsi, les prémisses d’une théorie écologique dont le domaine d’application est restreint se voient travestis en « lois universelles », valides toujours et partout.

71Quelle que soit la vision du changement écologique, notre ancêtre reste une créature dotée de caractères éternels que la sagesse populaire définit sans peine : tantôt « le besoin est père de l’invention », tantôt « tout homme tend vers le profit ». Le premier dicton pourrait accompagner la vision de la transformation de la nature mère en marâtre, le second, la vision inverse. On croit ainsi connaître le stimulus nécessaire pour mettre en marche l’anthropogenèse, et la recette pour fabriquer l’homme devient toute simple : prendre un singe que seule la nécessité inciterait à agir, l’extraire de la confortable et protectrice coquille écologique du milieu A, et le jeter sur la grille d’une nature hostile (milieu de l’époque B), puis attendre quelques millions d’années. Si l’on dispose de singes orientés plutôt vers une optimisation du profit, les entourer d’une grande quantité de friandises propres au milieu A, pour obtenir le même résultat final. Les préceptes sont clairs et faciles, car ils n’exigent qu’une prémisse relative à la nature humaine et une vision stéréotypée du changement du milieu naturel.

Notes

1 Jacob, 1981 : 64.

2 D’après les résultats d’une enquête menée entre 1974 et 1983, Almquist & Cronin, 1988 : tabl. 2.

3 Buffon, 1825C/1753 : 6-7.

4 Les manuels scolaires évoquent sans cesse des « ours immenses et les lions féroces » ou des « animaux immenses », Korovkin, 1974 : 16 ; Bazylevic et al., 1954 : 4.

5 Lovejoy & Boas, 1965 : 200, 216, 246 ; Eschyle, 1969 : 176-7, v. 445-470 ; Lucrèce, 1964 : 85, V. 955 ; Prudence, 1948, II. 28-29 ; Vitruve, 1834 : 41, II.1.

6 Par ex. Cicéron, De republica, cit. in Lovejoy & Boas, 1965 : 245-246 ; Horace, 1932 : 99,1, iii ; Lucrèce, 1964 : 85, V. 955 ; cf. aussi Guthrie, 1957 : 11-46.

7 Par ex. Eschyle, 1969 : 176-177 ; Vitruve, 1843 : 41, II. 1 ; Voltaire, 1879/ 1764, XIX : 389.

8 Rupke, 1983 : 391-395.

9 Buckland, 1823.

10 Stoczkowski, 1993.

11 Par ex. Lenoble, 1968 : 117.

12 Bayanov & Bourtsev, 1976.

13 Klahr & Dunbar, 1988 ; Klayman & Ha, 1987 ; Oakhill & Johnson-Laird, 1985 ; Watson, 1977.

14 Stoczkowski, 1992a.

15 Un certain nombre de ces textes seront réunis dans une anthologie, à paraître aux Éditions Presses-Pocket, Stoczkowski, à paraître.

16 Lamarck, 1820 ; Royer, 1870 ; Darwin, 1981/1871 ; Engels, 1971/1896.

17 Ardrey, 1963.

18 Par ex. Dart, 1953.

19 L’inclusion du livre d’Ardrey au nombre d’ouvrage scientifiques pourrait me faire soupçonner de vouloir ainsi augmenter la part de la « naïveté » dans mon échantillon de textes savants ; autrement dit, de vouloir fabriquer un épouvantail pour mieux le détruire. Or, il convient de souligner que l’impact de la présence de cet ouvrage sur l’image de l’ensemble des travaux retenus est en fait assez faible. Par exemple :

  1. Ardrey n’est que l’un des dix-huit auteurs qui identifient les caractères de l’ancêtre de l’homme à ceux des singes,
  2. la structure logique du scénario d’Ardrey ne se distingue en rien de celles des autres textes analysés,
  3. Ardrey est l’un parmi une vingtaine d’auteurs qui tiennent le changement écologique pour la cause première de l’hominisation, et un des quatorze qui optent pour la vision classique d’une nature hostile,
  4. pas moins d’un tiers des dix-huit relations causales les plus répandues dans l’ensemble des textes se trouvent chez Ardrey, dont le scénario abonde en explications qui sont les plus communes dans les ouvrages scientifiques,
  5. la présence du scénario d’Ardrey ne change pas sensiblement les proportions entre les différents types d’explications dans l’ensemble de notre échantillon (cf. chapitre IV) :
    Image img01.jpg

Il est donc clair que l’inclusion du livre d’Ardrey ne transforme pas de façon significative l’image de l’ensemble des ouvrages ; elle donne en revanche une occasion de nous convaincre que ce livre, déclaré par tous, et à juste titre, non-scientifique, offre des explications tout à fait analogues à celles que l’on trouve dans les ouvrages dont le caractère savant n’a jamais été mis en question.

20 Oakley, 1957.

21 Rousseau, 1973/1755 : 351.

22 Virey, 1801, I : 1.

23 Par ex. Buffon, 1825F/1766 : 80 ; Robertson, 1777 : 317.

24 Aristote, 1968, V. 8.

25 Bartolomew & Birdsell, 1953.

26 Oakley, 1957.

27 Clark, 1959.

28 Bonnassie, 1989 : 1039.

29 Virey, 1824, I : 33.

30 Cartmill, 1990 : 180.

31 Ibidem : 180-181.

32 Strum, 1981 ; Teleki, 1973.

33 Par ex. Dunbar, 1988 ; Kummer, 1971 ; Smuts et al., 1987.

34 Beck, 1982 ; Premack, 1976.

35 Beck, 1980 ; Boesch & Boesch, 1983 ; Galdikas, 1982 ; Goodall, 1964 ; Jones & Sabater, 1969 ; Jordan, 1982 ; Lethmate, 1982 ; McGrew, 1974 ; Nishida & Hiraiwa, 1982.

36 Harding, 1975, 1981 ; Nischida et al., 1978 ; Strum, 1981 ; Teleki, 1973.

37 Gilk, 1978 ; Lefebure, 1982 ; McGrew, 1975, 1979 ; Strum, 1981 ; Teleki, 1981 ; Waal, 1989.

38 Cit. d’après Blanckaert, 1991 : 122 ; voir également les auteurs cités, et critiqués, dans Buffon, 1825f/1766 : 83, 1825g/1766 : 90-97 ; aussi Bondt, 1658 : 50-86 ; Rousseau, 1973/1755 : 410-411, note 10 ; Burnet, 1774-1792, I : 268-269.

39 Cinq de nos scénarios font un plus grand usage des informations sur les singes : Darwin, 1981/1871 ; Jolly, 1970 ; Tanner & Zihlman, 1976 ; Lovejoy, 1980 ; Hill, 1982.

40 Stoczkowski, 1992b.

41 Acosta, 1598 : 316 ; Cicéron, Rhetorica, liv. I, cit, d’après Burnet, 1774-1792, I: 373 ; Garcilaso de la Vega, 1982/1603 : 110.

42 Garcilaso de la Vega, 1982/1603 : 117 ; Léon lAfricain, cit. d’après Burnet, 1774-1792, I : 246 ; Vico, 1953/1744 : 104-336.

43 Acosta, 1598 : 316 ; Garcilaso de la Vega, 1982/1603 : 117 ; Horace, 1932 : 99 ; Lucrèce, 1964 : 85, V.558-9.

44 Diodore de Sicile, 1737 : 18 ; Garcilaso de la Vega, 1983/1603 : 108 ; Horace, 1932 : 99 ; Lucrèce, 1964 : 88, V. 1028-1032 ; Vitruve, 1843 : 41, II.1.

45 Lucrèce, 1964 : 91, V.1108-1116 ; Garcilaso de la Vega, 1982/1603 : 118 ; Virgile, 1967 : 100-101.

46 Acosta, 1598 : 316 ; Garcilaso de la Vega, 1982/1603 : 109 ; Lucrèce, 1964 : 85, V.558-560.

47 Lubbock, 1869/1865 : 424.

48 Lévi-Strauss, 1973 : 384.

49 Aristote, 1968, II. 5-8 ; voir aussi l’ouvrage du xiie siècle de Hildegarde de Bingen, 1989 : 221.

50 Buffon, 1825d/71753 : 143 ; sur l’émergence, au xiiie siècle, de l’idée de l’ascendance simienne de l’homme, voir Stoczkowski à paraître.

51 Par ex. Burnet, 1774-1792, I : 270 ; Ferguson, 1767 : 7 ; Rousseau, 1973/1755 : 411-415 ; Delamétherie, 1802 : xxij ; Virey, 1801, I : 95 ; voir aussi le chapitre « The philosophes and the apes » de l’excellent livre de Hastings, 1936 : 109-132.

52 Lamarck, 1830/1809, I : 349.

53 Clébert, 1971 : 376.

54 Darwin, 1981/1871, I : 50.

55 Darwin, 1981/1871, I : 50 ; Leroi-Gourhan, 1964 : 108, 133 ; Hockett & Ascher, 1964 : 137 ; Hill, 1982 : 242 ; Lumdsen & Wilson, 1984 : 242.

56 Ferguson, 1767, I : 114 ; trad. W. S.

57 Porsniev, 1974 : 54-55 ; trad. W. S.

58 Borikovski, 1979 : 167 ; trad. W. S.

59 Eco, 1990 : 283, 682.

60 Par ex. Gardin, 1979, 1985.

61 Ces détails sont présentés dans Stoczkowski, 1991.

62 L’idée du changement du milieu est absente chez Lamarck (1820), Engels (1971/1896) et Leroi-Gourhan (1964). Seul Glynn Isaac (1978a & 1978b), parmi tous les auteurs des textes analysés, soulignait qu’un trauma écologique, bien que plausible, n’est guère nécessaire, du point de vue théorique, pour expliquer l’hominisation. En effet, la théorie de l’évolution, surtout dans sa version darwinienne, permet de concevoir les transformations des espèces comme un processus qui peut être parfois indépendant des changements du milieu.

63 Nos scénarios paléoanthropologiques caractérisent le nouveau milieu de nos ancêtres, par un ensemble d’attributs remarquablement uniformisés qui se divisent en trois groupes 

  1. Négatifs : sécheresse, absence de nourriture végétale, pénurie d’eau et de nourriture en général, attaques des animaux, concurrence des carnassiers, facteurs écologiques amplifiant la mortalité.
  2. Positifs : abondance du gibier, abondance de nourriture, diversité et densité des espèces animales, absence de carnassiers.
  3. Neutres : savane, milieu ouvert, milieu « hétéroclite », changement des conditions.

Plus de la moitié des scénarios (14 sur 24) attribuent au nouveau milieu des Hominidés des propriétés négatives, deux lui prêtent des traits positifs (Hill, 1982 ; Kelso & Quiatt, 1985), un texte utilise simultanément les uns et les autres (Tanner & Zihlman, 1976), tandis que deux seulement ne retiennent que les attributs neutres (Lumdsen & Wilson, 1984 ; Kurland & Beckerman, 1985). Voir tabl. V.

64 Par ex. textes réunis dans Coppens, 1985.

65 Par ex. Bonnefille & Vincens, 1985 : 272, Vrba, 1985, cf. aussi autres textes réunis dans Coppens, 1985.

66 Hamilton & Curt, 1982.

67 Pianka, 1974 : tabl. 3.1.

68 Brian, 1981 : 85-97 ; Clark, 1964.

69 Tutin, McGrew & Baldwin, 1981.

70 Bandini & Baldwin, 1978.

71 Tutin, McGrew & Baldwin, 1981.

72 Kortland, 1980 : 80 ; voir aussi Goodall, 1986 : 556-557.

73 Petter & Howell, 1985 : 147.

74 Ibidem.

75 Marean, 1989.

76 Brain, 1981 : 270-271.

77 Delamétherie, 1802 : 11-19 ; Holbach, 1786 : 426-457 ; Locke, 1947/1690 : 17 ; Pope, 1779/1734 : 103-105 ; Virey, 1801, I : 98-100.

78 Delamétherie, 1802 : 11.

79 Par ex. Virey, 1801, I : 98.

80 Royer, 1870 : 151.

81 Ardrey, 1963 : 24, 251-252.

82 Ruyle, 1977 : 155 ; trad. W. S.

83 Malthus, 1980/1798 : 154.

84 Herder, 1962/1784-1791 : 507 ; voir aussi Darwin, 1981/1871 : 154-155.

85 Bory de Saint-Vincent, 1827.

86 Virgile, 1982 : 6, I.121-46.

87 Mortillet & Mortillet, 1900 : 345.

88 Manouvrier, 1897.

89 Osborn, 1926.

90 Hill, 1987.

91 Coon, 1958 : 42 ; Washburn, 1960 : 3 ; Ardrey, 1963 : 248 ; Hockett & Ascher, 1964 : 145 ; Jolly, 1970 : 23-24 ; Wolpoff, 1974 : 602 ; Ruyle, 1977 : 155 ; Tanner & Zihlman, 1976a : 587 ; Borkkovski, 1979 : 52-53.

92 Cadman & Rayner, 1988.

93 Hill, 1982 ; Kelso & Quiatt, 1985.

94 Hill, 1982 : 532.

95 Kelso & Quiatt, 1985 : 209.

96 Odum, 1971.

97 Par ex. Brain, 1981.

98 Voir l’analyse des présupposés de cette théorie dans Stoczkowski, 1990.

99 Voir Cody, 1974 ; Mac Arthur & Pianka, 1966 ; Pyke, 1974 ; Smith, 1983 ; Stephens & Krebs, 1986.

Table des illustrations

Titre Tableau II — Liste des scénarios de l’hominisation soumis à l’analyse.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Tableau III — Les caractères humains dans les scénarios de l’hominisation.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/420/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Tableau IV — Relations explicatives les plus fréquentes constituant le noyau du schéma génératif des scénarios de l’hominisation.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/420/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Tableau V — Les visions du milieu naturel des premiers hominidés dans les scénarios de l’hominisation.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/420/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/420/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/420/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search