Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Deuxième partie. Notions

De la double nature de l’interface

Bernard Picon

Texte intégral

1Le concept d’interface est apparu au milieu du XXe siècle dans les sciences physiques et chimiques pour, d’après l’Encyclopaedia Universalis, désigner « la surface de séparation entre deux phases distinctes de la matière : solide-liquide, solide-gaz ». Les sciences techniques utilisent le même terme pour désigner une limite commune à deux ensembles ou appareils. L’informatique, par exemple, désigne comme interface un appareillage qui fait jonction entre deux éléments d’un système informatique. Dans chacune de ces définitions, on retrouve la double idée de la séparation et de la continuité, de la fracture et de l’unité. Il émerge de ces considérations que, dans la notion d’interface, coupures et passerelles sont indissociables. C’est cette richesse paradoxale qui a sans doute fait la fortune de cette notion dans le courant interdisciplinaire où l’on tente de relier ce que l’organisation du savoir avait séparé dans les décennies précédentes.

2En sciences de la nature, la notion d’interface fait son apparition dans la logique systémique. On la trouve utilisée chaque fois qu’il est question ou bien de se situer dans la logique de l’écosystème ou bien de l’élargir à l’intervention humaine. Les rapports ou échanges entre êtres vivants et milieu sont qualifiés d’interface, les rapports, échanges ou frontières entre divers milieux sont aussi qualifiés d’interface quand ces interrelations sont productrices d’une entité spécifique.

3La notion d’interface est utilisée aussi comme concept méthodologique. Elle est alors construction intellectuelle destinée à dépasser la démarche analytique quand se fait sentir la nécessité d’appréhender globalement des systèmes complexes. Les interfaces n’existent dans les sciences de l’environnement que parce que l’on a pris conscience que ces nouveaux problèmes nécessitaient des approches transversales et que dans ces approches transversales, les frontières, les intersections, les charnières sont fondamentales à la compréhension de l’ensemble qu’elles contribuent à façonner. elles sont au cœur de ces nouvelles démarches. On pourrait dire que la notion d’interface est le produit de cette problématique qui consiste à privilégier l’analyse des interrelations entre les éléments d’un système complexe plutôt que de le réduire à la somme de ses parties. L’utilisation de plus en plus large de la notion dans la littérature interdisciplinaire apparaît comme un bon indicateur de l’élargissement progressif des thèmes pris en compte dans ce mouvement de recherche.

1. L’interface nature-nature ou la notion de fonction

4Au niveau le plus élémentaire, les zones de contact, les échanges entre deux éléments d’un système naturel, étudiés en dehors de toute incidence humaine, sont parfois qualifiés d’interface. La végétation riveraine par exemple, peut être définie comme l’interface terre-eau, mais elle n’obtient ce statut que parce que le chercheur s’intéresse au système d’échange terre-eau. « Elle stabilise les berges et les protège contre l’érosion ; elle apporte au milieu aquatique de grandes quantités de matière organique sous forme de litière. Cette végétation riveraine occupe ainsi une position clé vis-à-vis des transferts entre terre et eau. Située à l’interface entre les deux milieux, elle assure d’une part une rétention des substances nutritives (…), elle oppose d’autre part un filtrage aux pollutions consécutives, par exemple, à l’épandage d’engrais azotés drainés depuis les terrains environnants » (Pinay, 1989).

5Le chercheur ne désigne pas la végétation riveraine comme interface terre-eau, il précise qu’elle est « située » à l’interface terre-eau. Apparaît là l’ambiguïté propre au terme : l’interface désigne l’interrelation entre deux éléments d’un système, mais cette interrelation produit un milieu qui sans elle n’aurait aucune existence. L’interface désigne alors le système d’échange entre deux milieux et indirectement ce qui résulte de ce système d’échange : un autre milieu spécifique, un écotone par exemple. On a peut-être ici l’explication de la fréquence d’apparition du terme qui tantôt désigne une interrelation, tantôt un système d’échange, tantôt un milieu ou un objet concret.

6Il est possible de synthétiser ce qui précède en disant que l’interface désigne les intersections de plusieurs éléments d’un système. Elle peut être à la fois élément central d’un modèle abstrait, d’un schéma systémique, mais elle peut aussi désigner un objet concret quand les échanges entre éléments du système sont productifs de milieux spécifiques.

7Ceci confirme bien que, seule la problématique systémique du chercheur est à même de donner le statut d’interface à son objet d’étude. Il n’y a pas d’interface en soi, il y a la volonté du chercheur d’aboutir à une meilleure compréhension d’un milieu en le considérant comme fait d’interactions complexes entre différents éléments d’un système.

8En dépassant le rapport deux à deux et en s’intéressant, par exemple, à l’écologie du paysage, on a pu construire la notion d’écocomplexe au sein duquel les échanges sont si nombreux entre les différentes composantes du milieu que l’on en vient à parler de « réseau d’interfaces ».

9« Au total, la reconnaissance d’un niveau d’intégration supérieur à celui des écosystèmes paraît fondée car ce niveau correspond à des ensembles d’écosystèmes interactifs et non pas seulement juxtaposés en des mosaïques plus ou moins hétérogènes. À ce niveau apparaissent des propriétés nouvelles, liées à la structure des mosaïques, à la diversité du “grain” des écosystèmes, au réseau d’interfaces qu’ils forment, aux flux d’énergie de matière et d’organisme que la structure favorise ou contrarie, à l’existence de populations qui ne se maintiennent que parce que coexistent les différents écosystèmes nécessaires à leur fonctionnement. Le plus important, et c’est par là un apport extrêmement positif de l’écologie du paysage, est que la désignation d’une limite ne soit plus un moyen pour négliger des phénomènes considérés comme “extérieurs”, c’est au contraire obliger la recherche à tout analyser par rapport à elle : les phénomènes d’interface ont enfin un statut » (Blandin et Lamotte, 1988).

10Il est clair, dans ce texte, que le statut d’interface est lié à la notion de fonctionnement. L’interaction entre les parties permet de comprendre le fonctionnement de l’ensemble. Un paysage est considéré comme autre chose que la somme de ses parties, il vit et évolue à travers les échanges et les flux qui en font, pourrait-on dire, une entité vivante et non un subtil jeu de construction.

11À partir de cette idée selon laquelle la nature est un système d’interactions, l’interface trouve son statut le plus simple, celui de notion permettant d’appréhender les échanges entre diverses composantes d’un espace naturel. Des relations s’établissent alors entre chercheurs de diverses spécialités. Un nouveau territoire scientifique apparaît, parfois désigné comme interface disciplinaire lorsqu’un même objet d’étude, la basse atmosphère par exemple, nécessite l’intervention de plusieurs disciplines : « 15 % de l’eau transitant entre la surface et l’atmosphère proviennent de l’évaporation des sols et de la transpiration des végétaux, la caractérisation fine de l’interface sol-atmosphère s’impose donc à la fois pour les météo-climatologues, les hydrologues et les agronomes » (André, 1989). L’inclusion de l’agronomie dans les disciplines impliquées dans l’analyse de l’interface sol-atmosphère signifie que les interventions humaines peuvent modeler aussi la composition d’une interface naturelle.

12Des techniques comme le pastoralisme vont même jusqu’à produire, par des interactions provoquées entre l’animal et le végétal, des mécanismes de régulation de la part de l’animal qui affectent le paysage végétal. En amont de ce contact, qualifié d’interface, il y a intervention de l’homme : « Pastoralisme : il serait nécessaire d’y associer, de façon plus directe encore, physiologie et zootechnie, notamment pour mieux appréhender l’importance des besoins énergétiques supplémentaires entraînés par le déplacement et la thermorégulation. C’est un des volets d’étude de l’interface animal et végétal » [V.20].

2. L’interface homme-nature

13À partir de l’exemple qui précède, la notion d’interface est introduite dans la problématique interdisciplinaire entre sciences naturelles et sciences sociales : dans les écosystèmes anthropisés, les sociétés, en intervenant par leurs techniques et leurs pratiques sur les relations et les échanges entre éléments naturels, s’inscrivent dans les interfaces entre milieux naturels. La technique de l’assec, dans les étangs de la Dombes en est un exemple très clair. « Les résultats déjà acquis montrent que l’assec favorise la minéralisation rapide des matières organiques de la vase. Les processus biologiques fondamentaux de la productivité semblent effectivement se situer au niveau de l’interface sol-eau, en raison de nombreux échanges qui s’y déroulent. L’assec joue ici un rôle d’accélérateur des processus » [V.37].

  • 1 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, « Pluridisciplinarité, interdisciplinarité et recherche finalisée o (...)

14Il y a ici prise de conscience que des processus biologiques fondamentaux (échanges sol-eau) sont activés par la technique de l’assec (relation homme-nature) et que le tout ne peut être saisi qu’à travers une relation entre écologie et ethnologie. Qu’il s’agisse de l’exemple du pastoralisme ou de l’exemple de l’« assec », l’interface homme-processus naturels procède d’un acte technique, c’est bien ce que théorise Marcel Jollivet quand il indique que la pratique ou l’acte technique constitue l’objet central de l’analyse interdisciplinaire en se situant à l’interface entre la société et le milieu-ressource1.

15Certains travaux, à la charnière de l’anthropologie et de la géographie insistent sur un autre aspect de l’interface écosystèmes et systèmes sociaux, celui des représentations sociales. Aspect indissociable du précédent, si l’on considère qu’il façonne la pratique et l’acte technique, qui dès lors, s’inscrivent dans la sphère du social :

16« Le milieu de contact forêt-savane constitue pour les populations un tout, une notion cohérente, non pas une juxtaposition de deux termes, forêt et savane, mais une imbrication dans l’espace qui se traduit à tous les niveaux de l’organisation des communautés rurales. Forêt et savane, entités différentes sur le plan des paramètres naturels forment un couple cohérent sur le plan de l’organisation de l’espace par les sociétés » (Blanc-Pamard, 1979).

17Autrement dit, le contact forêt-savane, interface entre deux milieux naturels est pourtant un « tout » dans les représentations de la population qui l’exploite. L’interface homme-nature considérée à la fois comme la synthèse d’un système naturel, d’un système technique et d’un système de représentation sociale est définie avec une grande clarté par Claude Lévi-Strauss. « Rejetant un idéalisme qui ne tient aucun compte des conditions matérielles d’existence des peuples étudiés, et un empirisme naïf qui voit dans les croyances et les représentations un simple reflet des modes. de vie, Philippe Descola s’est consacré à la tâche difficile, chez un peuple mal connu, de saisir ce que j’appellerai l’interface : conditions matérielles d’existence, milieu géographique, etc. Non comme on s’imaginerait faussement qu’ils existent indépendamment des hommes, mais perçus à la façon dont ces hommes les appréhendent, et déjà transformés par ce que ces hommes en font » (Descola, 1986).

18En bref, l’interface désignant d’abord des échanges ou interrelations entre milieux naturels, constitue un excellent indicateur de l’évolution de ce courant de recherche interdisciplinaire puisqu’elle s’applique aussi au rapport homme-nature. L’interface a bel et bien un statut comme le disent Blandin et Lamotte. Ce statut est celui d’un objet hybride (haie, forêt riveraine ou basse atmosphère, mais aussi système technique ou système de représentation). Objet qui ne prend son sens d’interface que dans la mesure où il s’inscrit dans une problématique. interactionniste dont la fonction est de comprendre les ensembles complexes que sont les milieux anthropisés pour les spécialistes des sciences de la nature, les rapports que les sociétés entretiennent avec la nature pour les spécialistes des sciences humaines. Les uns et les autres raisonnent sur des systèmes réels ou des modélisations abstraites du rapport nature-société qui ne prennent tout leur sens que si l’on s’intéresse aux relations plutôt qu’aux objets reliés.

Bibliographie

André J.-C. (1989), « Comparaison forêt-parcelles agricoles dans les Landes », Courrier du CNRS, n° spécial Environnement.

Blanc-Pamard C. (1979), Contact forêt-savane, « V. Baoulé », Côte d’Ivoire, ORSTOM.

Blandin P., Lamotte M. (1988), « Recherche d’une entité écologique correspondant à l’étude des paysages : la notion d’écocomplexe », Bulletin d’Écologie, t. 19, 4/1988.

Descola P., La Nature domestique : symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar / Philippe Descola ; [pub par la] Fondation Singer-Polignac – Paris : Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1986. – IV-450 p. : ill., graph., tab., cartes ; 23 cm, présentation de Claude Lévi-Strauss.

Pinay G. (1989), « les Fonctions de la végétation riveraine », Courrier du CNRS, n° spécial Environnement.

Notes

1 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, « Pluridisciplinarité, interdisciplinarité et recherche finalisée ou des rapports entre sciences, techniques et sociétés », p. 399.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540