Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Deuxième partie. Notions

Le géosystème : nature « naturelle » ou nature « anthropisée » ?

Monique Barrué-Pastor et Tatiana Muxart

Texte intégral

1Le concept de géosystème, issu de la géographie soviétique, a été introduit en France par le géographe Georges Bertrand vers la fin des années 60 (Bertrand, 1968 ; Beroutchavili-Bertrand, 1978). Concept intégrateur, il inclut l’écosystème en prenant en compte, non seulement les interactions entre les systèmes vivants et leur environnement, mais plus largement, les interrelations entre le milieu biophysique et les activités des sociétés humaines. Concept unificateur, son objectif est en outre d’aborder de manière globale les rapports entre nature et société en s’appuyant sur une démarche systématique.

  • 1 Cf. ci-dessous Monique Barrué-Pastor, « L'interdisciplinarité en pratiques », p. 353.

2L’utilisation de l’approche systémique appliquée à l’étude d’un objet complexe défini à l’interface des sciences de la nature et des sciences sociales s’étant généralisée au cours de ces vingt dernières années, il était intéressant de s’interroger sur la valeur opérationnelle de ce concept dans le cadre des recherches interdisciplinaires examinées ici. Issu d’une discipline qui est elle-même à la jonction du physique et du social et né de la volonté de lutter contre le fractionnement des savoirs et des objets de recherche ainsi que du souci de trouver un nouvel ancrage spatio-temporel, le géosystème apparaissait a priori, comme une notion pouvant être logiquement revendiquée par les chercheurs impliqués dans les opérations pluri ou interdisciplinaires. Le dépouillement du corpus montre qu’il n’en a rien été et que rares sont les chercheurs qui ont utilisé le concept. Trois cas seulement ont été relevés ; ils sont le fait de géographes (Richaud, 1985 ; Muxart, 1987 ; Cohen, 1989). Par contre plusieurs tentatives d’utilisation de cette notion ont été signalées1. Bien qu’elles se soient soldées par un échec et par son abandon, leurs auteurs ont en général insisté sur le fait que la problématique qui en était résulté avait enrichi leur démarche.

1. Limites d’un concept ou usage limité

3Dans sa conception originelle, le géosystème est considéré comme un espace naturel homogène. Cette partition de l’espace s’inscrit dans le cadre d’une démarche structuraliste qui vise à définir des unités taxinomiques de l’étude globale du paysage. À ce titre le géosystème est un élément parmi d’autres de la chaîne des niveaux d’organisation d’échelle spatiale croissante comprenant le géotope, le géofaciès, le géosystème, la région naturelle, le domaine et la zone (Bertrand, 1968).

4C’est à cette définition que se sont référés les chercheurs du corpus qui l’ont utilisé. Les deux atouts essentiels qu’il représentait tenaient à son caractère spatialisé et à sa capacité d’organisation entre différents niveaux et éléments d’analyse de l’objet complexe étudié.

5Pourtant ses limites d’utilisation sont multiples :

  • le postulat d’homogénéité du territoire est, pour peu que l’on s’intéresse de près au milieu biophysique, tout à fait illusoire. L’hétérogénéité est de règle à toutes les échelles spatiales. Cette difficulté n’a pas échappé aux chercheurs qui ont repris, à la suite de Georges Bertrand, l’idée d’unités taxinomiques emboîtées. Par exemple, J.F. Richard choisit de déplacer le problème sur une unité territoriale de dimension plus petite : le géofaciès. Il définit ainsi le géosystème comme l’unité d’interprétation de l’espace géographique rassemblant la plus petite association compréhensive de géofaciès. Ceux-ci correspondent chacun à une unité spatiale homogène. À l’opposé, pour d’autres (Muxart, 1987), le géosystème n’est pas homogène et correspond à l’unité élémentaire de fonctionnement du milieu physique. Selon les cas étudiés, certaines unités dans la chaîne des niveaux d’organisation spatiale des trois systèmes (milieu physique, biologique et systèmes vivants) peuvent être suffisamment proches pour constituer un « lieu de rencontre » privilégié des champs disciplinaires, mais il semble vain de tenter de les faire coïncider ;

    • 2 Le géosystème est alors considéré comme une boîte noire dont on détermine les flux d'entrée, de sor (...)

    l’utilisation du concept à des fins quantitatives2, si elle ne pose pas théoriquement de problèmes, est d’un point de vue pratique, lourde et difficile à réaliser faute de moyens (techniques et financiers) et de savoir-faire, même si seuls les flux en rapport avec la problématique – et pas l’ensemble des flux – doivent être mesurés et pris en considération ;

  • par ailleurs, la trop grande complexité des interrelations à établir entre les éléments du géosystème permet difficilement d’aboutir à une modélisation satisfaisante, même qualitative, du fonctionnement de l’objet complexe étudié. Ainsi, le géosystème a alimenté le mythe de la modélisation d’un système global en favorisant une simplification quelquefois abusive des interactions qui s’y déroulent, ou alors au contraire en les inventoriant sans parvenir à les hiérarchiser ;

  • enfin, l’approche qualitative de classification en unités taxinomiques reste très structuraliste au détriment de l’étude des « processus » et des « fonctionnements » et de ce fait intègre mal l’histoire dans sa double épaisseur, naturaliste et sociale.

6Vers la fin des années 70, la définition soviétique du géosystème évolue (Beroutchavili et Bertrand, 1978). Ce concept représente le système géographique et devient le paradigme organisateur de la discipline (Bertrand, 1981). Le géosystème se prévaut des principes intégrateurs qui sont à l’origine de la définition de l’écosystème, mais il se différencie de cette dernière notion par un degré de globalisation plus élevé. Dans cette nouvelle perspective, le géosystème s’inscrit, à la fois, dans un espace et dans une temporalité qui inclut aussi bien le pas du temps historique (voire géologique) que le temps actuel.

7Malgré les tentatives d’intégrer les activités anthropiques au sein du géosystème, le concept présente essentiellement un fondement naturaliste. À ce titre il se présente comme un élément unificateur des savoirs éclatés en sous-disciplines de la géographie physique. Cette ambiguïté est à l’origine de l’absence d’utilisation de ce concept en géographie humaine et de son rejet par les autres disciplines des sciences sociales. Dès lors, son utilisation dans le cadre des recherches interdisciplinaires portant sur les relations nature/société apparaît comme peu probable. Il est d’ailleurs significatif de noter que les sciences sociales se sont référées bien davantage aux concepts d’agrosystème et de paysage caractérisés par le même auteur (Bertrand, 1982). Il est non moins intéressant de noter que les écologistes, en s’appropriant l’étude des systèmes complexes intégrant la sphère sociale, ont contourné le géosystème et se sont emparés du concept d’agrosystème en proposant de le transformer en agro-écosystème (Lefeuvre, 1985) ainsi que de la notion de paysage en revendiquant la naissance de l’écologie des paysages (Lefeuvre et Barnaud, 1988). L’écocomplexe en particulier apparaît comme un véritable substitut au concept de géosystème.

8Ainsi, le géosystème ne permet pas d’approfondir la complexité des interrelations entre potentiel écologique (géomophologie, pédologie, hydrologie, climat), potentiel biologique (végétation et faune) et actions anthropiques. Celles-ci restent un compartiment marginalisé, en tout cas jamais au centre du système. Les principaux résultats tirés de l’utilisation de ce concept dans le corpus se présentent sous forme de typologies des composantes du milieu, de repérage et d’exploration des différents niveaux d’organisation. D’ailleurs les textes qui s’y réfèrent restent monodisciplinaires et prennent tout au plus une connotation pluridisciplinaire. La question de passer d’une unité d’organisation spatiale à une autre plus englobante et de comprendre comment le tout fonctionne et évolue en intégrant la dimension sociale, reste à faire.

2. De l’interdisciplinarité au géosystème

9À ce jour, le géosystème n’a été utilisé ni comme une notion clé ni comme une méthode propice à la communication interdisciplinaire entre sciences de la nature et sciences sociales, bien qu’il ait été perçu par les chercheurs du corpus comme un concept qui a « fait bouger les choses » indirectement.

10Le programme « Causses-Cévennes » fournit un bon exemple des limites de l’usage du concept de géosystème, dans une démarche construite sur les principes de l’interdisciplinarité et malgré un souci d’adaptation aux conditions locales de la recherche (terrain, équipe, moyens) très vif. En dépit de la volonté de l’une des équipes de géographes physiciens d’adapter leurs recherches aux besoins de l’interdisciplinarité, notamment en acceptant de répondre aux questions des autres disciplines, l’utilisation du concept est restée mono-disciplinaire et limitée à la géographie physique. Deux raisons peuvent être invoquées pour expliquer l’absence d’ancrage des autres disciplines autour de cette notion en principe intégratrice. La première, déjà citée, concerne l’inadéquation du concept pour les sciences sociales. La seconde résulte de la réflexion tardive sur l’intérêt du découpage de l’espace en unités taxinomiques, menée par les géographes physiciens. Défini comme l’unité élémentaire d’organisation et de fonctionnement du milieu physique (ici c’est le bassin-versant), le géosystème se réfère au système de découpage de l’espace en unités taxinomiques (Bertrand, 1968). L’étude d’un géosystème particulier, représentatif d’un point de vue géomorphologique de l’ensemble des alvéoles granitiques cévenoles et correspondant à un type d’organisation sociale (grands domaines) et à un mode d’utilisation particulier du milieu (transhumance ovine), a permis d’intégrer partiellement sur cet espace, les données de la géographie humaine et physique, en examinant l’impact des changements socio-économiques sur les transformations du milieu biophysique (évolutions du modelé et du type de couverture végétale) à différents pas de temps (historique, récent et actuel). L’ancrage plurisdiciplinaire aurait certainement été mieux assuré si la collaboration avec un phytosociologue ou un écologue avait pu être établie. Le principal enseignement de cet essai, centré sur le géosystème, est d’avoir mis en évidence les limites et donc le mythe du modèle global. En effet, il semblerait que seules les modélisations plurielles puissent rendre compte convenablement d’une réalité complexe (Guerrini et Muxart, 1989).

11Un autre exemple est fourni dans le programme « Contact forêt-savane » où le concept de géosystème a servi à la constitution d’un « répertoire sémantique de base », composé d’une centaine de mots institués en langage unique, dans une première étape. Cette démarche est prolongée par l’identification d’un schéma défini par l’auteur (Richard, 1975) comme étant intégrateur et transdiciplinaire. Ce schéma se présente comme un cadre de référence commun sur le milieu naturel. Il traduit une recherche de convergences méthodologiques entre spécialistes et généralistes du milieu naturel (sol, surface de sol, végétation). Le langage opère comme un dénominateur commun entre les différentes composantes du milieu (naturel), c’est-à-dire comme lien transdiciplinaire. Toutefois, ce métalangage, affiché transdiciplinaire, révèle une approche strictement naturaliste et concerne uniquement les disciplines de la géographie physique, dans une démarche qui reste structuraliste, tout en étant territorialisée… mais les phénomènes qui cherchent à être appréhendés globalement, restent éloignés d’une problématique en termes de processus et d’évolution. La démarche utilisée, à la marge de ce qui a été défini comme étant interdisciplinaire, renouvelle pourtant les questions spécifiques de l’écologie, de la pédologie et de la géomorphologie.

12Au terme de cette analyse, il reste impossible de se prononcer définitivement sur le statut qu’on peut accorder à la modélisation géosystémique dans les rapports entre les disciplines sociales et naturalistes. Si les résultats obtenus à ce jour ne sont pas concluants, d’autres tentatives mobilisant d’autres moyens, restent nécessaires, notamment la mise en relation des concepts dits intégrateurs, jusqu’ici traités isolément.

3. Géosystème et interdisciplinarité

13Concept naturaliste, le géosystème l’est resté malgré quelques tentatives qui ont laissé croire à son positionnement à l’interface des sciences de la nature et de la société. Il est probable qu’il le restera puisque ses protagonistes se revendiquent des sciences de la terre (géologie et géographie physique) en France, et des sciences de la nature (géoécologie), dans d’autres pays. En France, les géographes physiciens ayant pris conscience de l’éclatement de leur discipline en savoirs spécialisés et parcellisés, comptent aujourd’hui plus largement que par le passé, sur ce concept, pour franchir un nouveau seuil épistémologique et « construire la géographie physique » (Bertrand, 1982) autour d’un objet théorique commun. La rupture avec la géographie humaine et les autres sciences sociales bien que réelle, n’est peut-être que momentanée. Les récentes réflexions épistémologiques sur la géographie qui tentent de la redéfinir en tant que paradigme d’interface entre nature et société dans le champ d’une science sociale, ouvrent de nouvelles perspectives à l’usage de ce concept.

14Travailler sur la complexité des relations entre système naturel et système social, suppose de procéder par étapes. Il s’agit d’opérer progressivement au sein même de chaque discipline, dans ses multiples dimensions, et en même temps sur le terrain des relations interdisciplinaires. Dans ce contexte, le géosystème est un outil qui permet de recomposer les rapports complémentaires entre les différentes spécialités de la géographie physique… avant de pouvoir les ouvrir sur des relations plus directes avec les « autres » sciences de la société et les sciences de la nature. Il se présente donc à la fois comme un antécédent nécessaire (ou une forme de préfiguration) et un prolongement de l’interdisciplinarité ; un moyen de redéfinir chaque spécialité de la géographie physique en fonction de ses possibilités à établir des relations et des complémentarités avec les autres… le tout préparant un élargissement facilité vers les autres champs disciplinaires.

  • 3 Cf. ci-dessous Monique Barrué-Pastor, Chantal Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines, « le Parado (...)

15Ainsi, au moment où l’on s’essaye à « anthropiser » l’écosystème, on est aussi amené à insister sur la dimension humaine du géosystème, et l’on découvre alors ses limites. Dès lors, la notion de paysage avec ses dimensions à la fois écologiques et sociales est apparue comme plus ouverte et plus souple. Pas forcément plus féconde si elle s’enlise dans la confusion et la dispersion3, mais sans doute prometteuse si elle est traitée et définie en fonction de la relation qu’elle établit avec les autres concepts d’interface (géo-système, environnement, territoire). Il n’est pas interdit de penser que derrière le paysage on retrouvera, au moins pour ce qui est de ses composantes physiques et biologiques, le géosystème.

16Par ailleurs une volonté de repenser la nature se dégage et se traduit par une nécessité de restituer le concept de géosystème dans le paradigme multidimensionnel d’une géographie, structurée volontairement en discipline d’interface. De naturaliste, le géosystème deviendrait « néo-naturaliste », c’est-à-dire un concept susceptible « d’appréhender la complexité fonctionnelle d’un milieu naturel tel qu’il est utilisé aujourd’hui dans quelques travaux d’anthropologues et d’ethno-botanistes » (Bertrand, 1989). Mais aussi de s’ouvrir aux autres dimensions de l’interface : culturelle, sociale et économique.

17Cette hypothèse doit être reçue avec beaucoup de précautions étant donné le peu de géographes présents dans le corpus de référence et la rareté de ceux qui ont utilisé le concept de géosystème. Il est à noter cependant que cette voie est celle adoptée par les chercheurs des sciences de la nature dans d’autres pays. Ainsi sous le double effet des enseignements tirés des pratiques de l’interdisciplinarité et de la crise persistante que traverse la géographie physique, le concept de géosystème pourrait redevenir d’actualité.

Bibliographie

Bertrand Georges (1968), « Paysages et géographie physique globale », RGPSO, t. 39, fasc. 3, pp. 249-272.

Bertrand Georges (1969), « Écologie de l’espace géographique ; recherche pour une science du paysage », C.I. Société biogéographique, 1969, pp. 195-205.

Bertrand Georges (1981), « la Formation du paysage rural français », Colloque Société et Environnement, Paris, la Documentation française, 1981, vol. 4, pp. 40-42.

Bertrand Georges (1982), « Construire la géographie physique », Hérodote, n° 26, pp. 90-116.

Bertrand Georges (1989), « Chassez le naturel… », l’Espace géographique, n° 2, pp. 102-105.

Bertrand Georges et Beroutchavili Nicolas (1978), « le Géosystème ou système territorial naturel », RGPSO, t. 49, fasc. 2, pp. 17-180.

Cohen M. (1989), « les Parcours du Causse nu : écologie, dynamique et utilisation agro-pastorale », Annales du Parc National des Cévennes, t. 4, pp. 167-191.

Cosandey Claude et Muxart Tatiana (1989), « Défrichements et érosion : estimation du risque », Annales du Parc National des Cévennes, t. 4, Florac, 1989, pp. 141-166.

Guerrini M.C. et Muxart T. (1986), « des Difficultés liées à l’approche interdisciplinaire de l’analyse de l’interface homme/milieu naturel », Colloque national ARp, Strasbourg, 1986, publié dans Du rural à l’environnement (dir. Nicole Mathieu et Marcel Jollivet), Paris, ARF éditions/l’Harmattan, 1989.

Lefeuvre J.C. (1985), « des Observatoires des changements écologiques, économiques et sociaux en zone rurale », Colloque Recherche sur l’environnement rural, bilan et perspectives, Paris, nov. 1983, CNRS-PIREN, pp. 1-4.

Lefeuvre J.C et Barnaud G. (1988), « Écologie du paysage : mythe ou réalité ? », Bulletin d’Écologie, 19 (4), pp. 493-522.

Muxart Tatiana, Cosandey Claude et Billard Armelle (1990), l’Erosion sur les Hautes Terres du Linguas : un processus naturel, une production sociale, Paris, éd. du CNRS (Mém. et Doc. de Géographie), 147 p.

Richard J.E. (1975), « Paysages, écosystèmes, environnement ; une approche géographique », l’Espace géographique, 4, n° 2, pp. 81-82.

Richard J.F. (1985), le Paysage, analyse et synthèse. Contribution méthodologique à l’étude des milieux tropicaux (savanes et forêts de Côte d’Ivoire), Doctorat d’État, Université de Paris VII, 438 p., 19 pl., 2 photos.

Notes

1 Cf. ci-dessous Monique Barrué-Pastor, « L'interdisciplinarité en pratiques », p. 353.

2 Le géosystème est alors considéré comme une boîte noire dont on détermine les flux d'entrée, de sortie et les variations de stock de matière et d'énergie.

3 Cf. ci-dessous Monique Barrué-Pastor, Chantal Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines, « le Paradoxe du paysage » p. 231.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540