Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Deuxième partie. Notions

Présentation

Marcel Jollivet

Texte intégral

1La liste des termes qui suit résulte d’une réflexion du groupe de travail. Les termes qu’elle contient sont, de l’avis des membres du groupe, une partie de ceux qui expriment le mieux les questions traitées et les angles d’analyse retenus dans les recherches interdisciplinaires qui constituent le matériau de cet ouvrage. Il convient donc de bien avoir présent à l’esprit ce point de méthode pour ne pas se tromper sur le sens de la sélection ainsi opérée : établie « à dires d’experts », cette liste ne prétend pas être autre chose qu’une proposition de lecture de l’ensemble de travaux de recherche ici en cause. Il ne s’agit nullement d’affirmer que tous les chercheurs dont les travaux sont utilisés adhérent à la totalité de ce vocabulaire et que celui-ci serait en quelque sort leurs références communes. Les mots qui entrent dans cette liste ne résultent pas d’une analyse de contenu du vocabulaire employé par ces chercheurs dans leurs travaux. Une telle démarche eût au demeurant vite montré ses limites, car l’emploi de ces termes demeure souvent implicite ; bien qu’absents, ils n’en irriguent pas moins de leurs sens l’ensemble de la démarche de recherche, ce qu’une analyse de contenu classique n’eût pas permis de saisir.

2La démarche adoptée pour établir cette liste de termes repose en fait sur une double hypothèse : celle selon laquelle il existe une liste de mots clés susceptible de rendre compte de la démarche de recherche que l’on examine ici et celle selon laquelle les travaux de recherche que l’on prend en considération sont susceptibles d’être lus à travers la grille de lecture que constitue cette liste. Ce qui veut dire bien sûr, que cette liste de mots est pertinente par rapport à ces recherches, mais aussi, à l’inverse, que ces recherches illustrent, d’une façon ou d’une autre, l’usage qui peut être fait de ces termes sur un plan scientifique, qu’elles précisent leur sens, montrent leur intérêt particulier, leur originalité et leur richesse pour l’analyse ou qu’elles mettent en évidence leurs ambiguïtés et les difficultés de leur emploi, etc.

3Il s’agit en somme d’énoncer un point de vue et de soumettre les recherches à une lecture procédant de ce point de vue, de façon tout à la fois à le tester et à l’enrichir. La légitimité de cette démarche découle du fait que le point de vue sur lequel elle est fondée peut être considéré comme celui qui a été à l’origine même des recherches qui sont analysées, le groupe de travail étant considéré comme énonçant l’intention qui a présidé au lancement de ces recherches, la problématique sur laquelle elles étaient censées reposer. Ce qui est en cause là, c’est la compétence et, pourrait-on dire, la légitimité du groupe de travail. Ceci renvoie à sa composition.

4Le premier intérêt de cette liste de termes est qu’elle permet d’identifier le champ de recherche et la façon dont il est abordé : la façon, en particulier, dont fonctionne l’interdisciplinarité recherchée. Seuls les termes les plus généraux ont été retenus. Étant les plus communément employés et jouant un rôle fondateur dans la construction de la démarche de recherche, ce sont eux pour lesquels les mises au point doivent être les plus poussées. Ceci s’impose d’autant plus que ce sont, pour la plupart, des mots du langage courant que telle ou telle discipline s’est plus ou moins appropriés.

5L’interdisciplinarité se marque de deux façons : soit par emprunt de termes propres à une discipline par une autre discipline (par exemple la sociologie utilisant la notion d’écosystème empruntée à l’écologie), soit, cas le plus fréquent ici, par l’utilisation commune à plusieurs disciplines d’un même terme du langage courant.

6Dans le second cas, une double ambiguïté est à lever. Il convient tout d’abord de distinguer le langage scientifique du langage usuel. La question se pose avec une particulière acuité s’agissant de programmes finalisés : il importe tout spécialement de faire le départ entre la terminologie qui renvoie à la finalité et la terminologie qui sert à l’analyse, entre les attendus généraux (la plupart du temps suscités par les appels d’offres et en reprenant généralement les termes mêmes) et les notions et concepts renvoyant à la problématique théorique mise en œuvre. Les mots « gestion », « aménagement », « développement » sont exemplaires de ce point de vue.

7Il faut par ailleurs tenir compte du fait que les termes du langage courant ont parfois des sens très particuliers lorsqu’ils sont employés par certaines disciplines ou lorsqu’ils sont, d’une façon générale, pris dans un sens scientifique. Ils deviennent alors facilement de « faux amis » dans le travail interdisciplinaire d’équipe, étant compris dans leur sens le plus usuel par les non-spécialistes et dans leur sens « technique » par les spécialistes. Les mots « système » et « patrimoine », par exemple, illustrent tout à fait ce cas de figure.

8On retrouve ces « concepts nomades » dont il est question dans l’ouvrage dirigé par I. Stengers (1987). La démarche interdisciplinaire suit là les mêmes voies que les disciplines qui empruntent des concepts à d’autres. Mais il ne s’agit pas ici d’analyser les mécanismes de « captation » des mots d’une discipline par une autre. Il s’agit au contraire de soumettre l’utilisation que fait une discipline d’un mot qu’elle a emprunté, au regard critique de la (ou des) discipline(s) dont il provient. Comme dans la plupart des cas les termes appartiennent au langage courant, cela revient à inciter la discipline emprunteuse à dépasser le sens usuel du terme qu’elle a fait sien pour l’utiliser dans le sens qu’il a dans la (ou les) discipline(s) mère(s), c’est-à-dire avec la précision qu’il a dans un langage scientifique. On rejoint ici le premier point évoqué ci-dessus et on peut noter en l’occurrence que l’interdisciplinarité s’avère un excellent moyen d’éviter la « contamination » du langage scientifique par le langage social et les idéologies implicites qu’il véhicule. La notion de « patrimoine » est ici encore un excellent exemple, mais on pourrait en dire autant d’un terme comme « paysage ».

9Bien souvent on ne sait pas (à moins de se livrer à de lourdes recherches historiques) quelle discipline a emprunté à quelle autre, il se peut fort bien que chacune ait forgé le sens propre qu’elle donne à un mot directement à partir du terme de la langue courante et que la diversité des sens qu’a aujourd’hui ce mot provienne d’une série de dérives linguistiques indépendantes les unes des autres. La confrontation interdisciplinaire à propos de l’usage de ce mot n’en demeure pas moins possible et, à travers elle, le même processus de clarification entre langage scientifique et langage courant (entre plusieurs langages scientifiques et langage courant en l’occurrence) se trouve engagé.

10Cette confrontation et cette clarification sont ici indispensables. Que diverses disciplines donnent des sens particuliers à un même mot ne présente en soi aucun inconvénient. Cela devient par contre tout à fait gênant quand ces différentes disciplines doivent travailler ensemble. Le risque de malentendus entre chercheurs peut être écarté si l’on a conscience qu’il existe et si l’on se donne les moyens d’y faire face par une confrontation des terminologies de chacun. Une polysémie occulte est source d’errements, une polysémie bien identifiée est source de créativité.

11Il en va tout particulièrement ainsi ici, dans la mesure où la démarche d’analyse des uns suppose la démarche d’analyse des autres. Étudier un écosystème est une chose : la recherche trouve ses raisons dans l’écologie. Étudier un écosystème en vue d’un aménagement est autre chose : on pourra parler d’écologie appliquée. Tout autre est le projet interdisciplinaire, car il s’agit là de s’interroger simultanément sur les aspects écologiques et sur les tenants et les aboutissants sociaux de l’aménagement en question, de les confronter les uns aux autres et de montrer comment ils se projettent les uns dans les autres : comment les problèmes posés à l’écologue découlent d’une « logique sociale » à l’œuvre et de quelle logique sociale il s’agit ; réciproquement, comment les problèmes posés au sociologue, ou à l’économiste ou au géographe etc. découlent d’une « logique écologique » et de quoi il s’agit ; et, enfin, comment les problèmes posés à l’agronome, au forestier, au zootechnicien (de même que ceux posés à l’aménageur, à l’agriculteur, à l’éleveur etc.) sont le produit de la rencontre de ces deux logiques. Seul un écologue bien sûr peut parler en connaissance de cause des milieux naturels affectés par un projet d’aménagement, mais il faut qu’il sache que sa démarche est prise dans le miroir de la société, ce que seuls les spécialistes de sciences sociales sont en mesure de lui faire comprendre en lui disant comment il se trouve dans cette situation. Seul un sociologue ou (un anthropologue) peut décrypter la logique sociale (stricto sensu) dont procède un projet d’aménagement, mais ce sociologue doit savoir que cet aménagement doit prendre en compte des contraintes écologiques et seul l’écologue peut le lui faire comprendre ; La démarche interdisciplinaire met donc les démarches disciplinaires en tension créatrice les unes par rapport aux autres et c’est cette tension que le vocabulaire doit exprimer et faire vivre. En effet dans le travail interdisciplinaire, cette tension passe, entre autres, par tout un travail collectif sur les décalages de sens entre les vocabulaires des uns et des autres.

12De ce point de vue, la proximité du langage interdisciplinaire et du langage courant qui est patent au vu du vocabulaire figurant dans les pages qui suivent est positive, car elle réintroduit une souplesse du sens, une plasticité des mots qui est indispensable pour que des chercheurs de spécialités différentes puissent communiquer. Ceci se fait bien sûr au prix d’une perte de précision. Mais l’enfermement des mots dans les définitions techniques étroites des disciplines les rend à la limite incommunicables, incommensurables et ne peut déboucher, dans le travail interdisciplinaire, que sur des controverses sémantiques stériles. Le recours – le retour – au sens commun peut avoir une puissante vertu heuristique s’il est fait de façon claire, consciente et rigoureuse. Ce faisant, l’interdisciplinarité procède comme l’ont fait toutes les disciplines, qui se sont approprié des mots du langage courant pour leur donner un sens spécifique.

13On le voit, la constitution du champ et de la démarche de recherche interdisciplinaires dont il est ici question passe par un intense travail sur les mots. Il convient donc de regarder comment ce travail a été entrepris et de mieux fixer les bases de son approfondissement. C’est là tout particulièrement que le poids de l’environnement social et politique dans lequel ces programmes de recherche se sont situés, voire même qui les a suscités, se fait sentir. Les finalités visées par les programmes imprègnent le vocabulaire ; ce sont aussi elles qui justifient l’interdisciplinarité. Là résident la spécificité et l’originalité de ces programmes. Il convient donc tout spécialement de regarder comment, partant de ce croisement entre une finalisation et une interdisciplinarité, s’est mis en branle tout un processus de confrontations et d’élaborations sémantiques visant à organiser une démarche de recherche correspondant à des objectifs bien précis et nouvelle dans sa conception.

14Ce n’est donc pas un « petit glossaire » de l’interdisciplinarité en question ici qui est proposé dans les pages qui suivent, il ne s’agit pas de figer des termes dans des définitions univoques et canoniques, il s’agit de repérer les points forts de sens (les « mots clés ») autour desquels la démarche de recherche s’ancre et de mettre en évidence les variabilités de sens, les constellations de sens qui existent autour de ces points forts, l’idée étant que l’essentiel du travail scientifique consiste précisément à s’appuyer sur elles pour fonder une procédure d’observation susceptible de produire du nouveau sens.

15Le même exercice aurait pu être fait pour d’autres termes que ceux qui figurent dans cette liste. Il y manque en effet des termes aussi importants que ceux qu’elle comporte. C’est ainsi, par exemple, que des notions telles que celles d’équilibre, de déséquilibre, de seuil, de crise, d’irréversibilité ou de dynamique et d’adaptation ont été identifiées par le groupe comme devant faire partie de ce vocabulaire. D’autres termes sans doute pourraient également y trouver légitimement place. C’est là une raison de plus pour ne pas considérer cette liste comme un glossaire figé, mais pour y voir au contraire un grand chantier ouvert.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540