Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Première partie. Cadrages

La science économique face à l’environnement : la « résilience » d’une discipline

Olivier Godard

Texte intégral

  • 1 B. Walliser et C. Prou (1988, p. 56) notent : « l'économie a toujours été fascinée par les modèles (...)
  • 2 Un indice, parmi d'autres, de ce malaise est la création en 1980 du MAUSS (Mouvement Antiutilitaris (...)

1Être une science aussi rigoureuse que les sciences de la nature, telle est l’ambition que porte la science économique. Une ambition qui marque fortement ses relations avec ces sciences prises pour modèles et avec les autres sciences sociales. Ainsi la physique classique représente-t-elle à ses yeux l’archétype de ce qu’est une science, au point de lui emprunter concepts et formalisations1. Le malaise l’emporte aujourd’hui dans les relations avec les secondes, soumises plus ou moins explicitement à l’injonction de devoir choisir entre la renonciation au noble statut de science, le ralliement à la méthodologie économique ou le consentement à voir coloniser leur champ d’investigation par des économistes2.

2De cette ambition résulte la tendance, chez la plupart des économistes, à cultiver les affinités avec ceux de leurs collègues naturalistes qui peuvent faire valoir les attributs les plus significatifs, à leurs yeux, de la scientificité : énoncés théoriques déductifs issus d’un noyau primitif d’hypothèses ou d’axiomes en nombre limité, formalisation h1athématique et construction de modèles, et à un moindre degré, validation empirique par l’expérimentation contrôlée ou par l’analyse systématique de données statistiques. Il en résulte symétriquement une réticence à prendre en compte les apports de sciences sociales ne pouvant faire montre de ces attributs, d’autant plus d’ailleurs que l’économie a cherché à se constituer en une science autonome, la « science économique », en s’arrachant à la philosophie morale et politique, jugée littéraire et spéculative, dont l’économie politique ne se distinguait pas vraiment à l’origine.

3Cette position marque profondément la manière dont l’économie peut se situer dans une recherche interdisciplinaire sur l’environnement ou sur la gestion des ressources renouvelables (l’économie agricole), et faire preuve à cette occasion d’aptitude à la coopération avec d’autres disciplines. C’est évidemment cette dernière question qui nous intéresse ici. Pour en juger, il est toutefois utile de saisir ce qui fait la discipline économique, et la manière dont elle a abordé le champ de l’environnement en donnant naissance à une spécialité « l’économie de l’environnement ». Hormis la discussion sur l’objet de la science économique, le tableau qui sera dressé intéresse principalement l’état de développement de la discipline au début des années 70 et délaisse volontairement les apports ultérieurs, hormis quelques incursions limitées.

1. Approches contemporaines de l’économique

1.1. De quoi le noyau est-il fait ?

4Pour une discipline fortement consciente d’elle-même, on pourrait croire la chose entendue ; il existerait une spécification communément partagée de l’économique, suffisante en tout cas pour caractériser un type de savoir et le différencier de ceux qu’apportent d’autres disciplines. Ce n’est pas tout à fait le cas ; vu par les économistes, l’économique ne coïncide pas avec l’idée commune qu’on peut s’en faire ; surtout, des différences sensibles marquent les définitions et les approches que divers auteurs proposent de leur discipline dans des ouvrages de théorie ou de méthodologie économique. Faut-il y voir les signes d’un malaise de cette discipline ou les traces de sa vitalité ?

5Bien entendu, une vue courante réfère l’économique à un champ particulier de phénomènes sociaux ; la production, l’échange et la consommation de biens et de services. Mais cette caractérisation paraît insuffisante aux économistes ; il existe des travaux qui portent sur ce champ et qui ne sont pas perçus comme « économiques » (psychologie du travail ou sociologie des organisations par exemple), tandis qu’à l’inverse les économistes ont progressivement investi d’autres champs, « non économiques » au sens courant, tels les processus politiques et le fonctionnement de la démocratie, les choix matrimoniaux ou la délinquance criminelle.

  • 3 Toutefois cette définition n'est pas partagée par le courant « institutionnaliste » qui donne le pr (...)

6La définition la plus célèbre est celle de Lord L. Robbins (1947) selon laquelle « l’économie est la science qui étudie le comportement humain en tant que relation entre des fins et des moyens rares à usages alternatifs ». Elle est confirmée par B. Walliser et C. Prou (1988, p. 66) quand ils estiment que « l’économie est surtout définie, aujourd’hui, par l’explicition du social en termes de rationalité instrumentale (adéquation des moyens disponibles aux objectifs poursuivis »3. E. Malinvaud (1975, p. 1) proposait néanmoins de compléter la définition de Robbins en posant clairement que les agents économiques sont des « hommes en société », en incluant certaines institutions dans son objet, et en mettant en avant une préoccupation pour l’efficacité de la régulation. « L’économie est la science qui étudie comment les ressources rares sont employées pour la satisfaction des besoins des hommes vivant en société ; elle s’intéresse d’une part aux opérations essentielles que sont la production, la distribution et la consommation des biens, d’autre part aux institutions et aux activités ayant pour objet de faciliter ces opérations. »

7Ces définitions voilent une tension que C. Schmidt (1985) veut au contraire faire ressortir. Il voit en effet la spécificité de l’économie, non dans le domaine qu’elle étudie, ni dans les méthodes qu’elle applique, mais « (...) dans un ambitieux mais fragile projet de synthèse entre deux types d’objets scientifiques différents, dont l’un est représenté par la logique de la décision sociale et l’autre par le système de production et d’allocation des richesses. »

  • 4 L'analyse éco-énergétique se propose de calculer toutes les énergies incorporées dans les moyens de (...)

8L’économie aurait donc en propre de vouloir rendre compte de l’univers de la production et de l’échange de biens et de services individualisés à partir d’une théorie du choix rationnel. En ce sens, une physique ou une écologie de la production sociale qui ne considérerait pas des agents en situation de devoir exercer des choix, comme celle que propose aujourd’hui le courant de l’analyse éco-énergétique ou « émergétique »4 serait aussi « décalée » par rapport au projet de la science économique qu’une théorie abstraite du choix et de la décision qui ignorerait ce à propos de quoi le problème de la décision est posé, c’est-à-dire l’univers de la production, de l’échange et de la consommation de biens et de services…

9Dans une logique assez différente, A. Mingat et al. (1985, pp. 84 et sv.) constatent, pour s’en réjouir, que les économistes renoncent aujourd’hui à donner une définition de leur discipline. L’objet de la science économique, d’après ces auteurs, serait finalement le même que celui des autres sciences sociales ; les économistes découpent simplement dans cet objet commun la part qu’ils peuvent traiter dans l’état actuel de leurs méthodes. Ainsi, une des lignes de partage actuelles, et peut-être provisoires, avec la sociologie tiendrait au fait que l’économie traite les préférences individuelles comme un donné exogène et, pour elle, opaque quant à ses déterminations, tandis que la sociologie vise à rendre compte de leurs variations, de leur genèse et de leur contenu. Mais pour ces auteurs, la caractéristique la plus profonde est ailleurs : la discipline économique ne viserait pas à rendre compte de la complexité brute de la réalité (niveau descriptif), ni vraiment à étudier les relations que l’on peut établir entre classes de phénomènes (niveau de l’analyse statistique). Le cœur de son projet serait d’élucider le type de complexité qui résulte de l’interaction ou de l’interdépendance, non directement observable, entre ces relations statistiques. L’intérêt porté à ce troisième niveau, très abstrait, de « relations entre relations » s’exprime dans des notions comme celles de « système de contraintes » ou de « rareté », qui conduisent à l’idée centrale « d’équilibre ». Il révèle un des attributs essentiels du regard économique : cerner les propriétés de « systèmes » composés d’éléments en interaction et non celles de comportements isolés.

10Certes l’étude de ces relations ne peut pas « se libérer complètement de la réalité observable », mais elle ne peut pas non plus se fonder sur cette réalité, car les relations en question sont proprement inobservables. Le raisonnement doit alors s’appuyer sur la modélisation, et « renoncer à l’essentiel de l’information disponible au premier niveau de complexit », celui de la description empirique. D’où cette caractéristique dominante du débat et de la recherche économiques d’être centrés sur la production et l’échange d’arguments rationnels qui se trouvent examinés de manière approfondie à l’aide de modèles théoriques, en visant, autant que possible, leur axiomatisation. D’où cette attitude courante consistant, pour un économiste, à écarter les énoncés dans lesquels les arguments ne sont pas rendus explicites, dans le sens précis d’une modélisation. « La plupart des économistes professionnels se sentant sincèrement incapables de les “comprendre” ou de les apprécier » (ibid., p. 124).

11Une méthodologie économique ancienne privilégiait l’induction et mettait au point de départ de la recherche l’observation et la description minutieuse des faits. D’après A. Mingat et al. (1985), ces vues sont aujourd’hui considérées comme dépassées par le courant dominant de la discipline : les faits ne comptent que s’ils posent problème au regard du savoir qui leur préexiste ; l’explication prend la forme d’une déduction logique à partir de lois générales et d’une spécification de conditions initiales.

1.2. Quelques caractéristiques de l’économique

  • 5 Un « bien » peut être défini en première approximation comme « une entité à la fois physiquement is (...)
  • 6 Les économistes se réfèrent généralement à la notion « d'optimum de Pareto » pour désigner une allo (...)

12L’économie repose sur deux concepts premiers : les « agents », dont les préférences et les choix fournissent la référence centrale, et les « biens »5, appropriés par les agents et échangés entre eux. Le champ de l’économique baigne ainsi dans une lumière portée sur toute chose, celle de « l’utilité ». Compris d’une façon très générale, le principe d’utilité postule l’existence d’une fonction de satisfaction des agents qui sous-tend les relations de préférence qu’ils établissent avec les biens. Aussi, une préoccupation centrale anime le discours économique : la recherche de l’efficacité de l’allocation des biens, c’est-à-dire du mode de répartition des biens entre les agents qui, dérivant des droits individuels initiaux et du jeu de l’échange volontaire, assurerait le niveau le plus élevé possible de bien-être collectif ou de richesse6. L’action conjointe de ces deux éléments fait que le champ économique est « habité par des quantités et des prix » (Schmidt, 1985, p. 11).

13Tout au long de son développement, la discipline est allée dans le sens d’une formalisation de plus en plus poussée de son langage, mettant à profit les progrès des sciences mathématiques, que ce soit dans le domaine théorique ou dans le domaine appliqué. La théorie économique est donc de plus en plus formellement

14assurée, même si certains (Kapp, 1976) considèrent qu’elle a perdu en même temps beaucoup de son contenu empirique et pratique. Encore faut-il préciser que, pour un économiste contemporain, une étude empirique renvoie essentiellement au traitement statistique de données saisies à une grande échelle (commerce d’un pays, production de branches…), ce qui, à l’évidence, ne coïncide pas avec la vision que d’autres disciplines peuvent avoir d’un « terrain ».

  • 7 Voir l'un des fleurons médiatiques de cette approche critique, l'Anti-économique de Jacques Attali (...)

15Encore aujourd’hui l’économique demeure marqué par la coexistence de plusieurs blocs correspondant notamment à des « paradigmes » différents, la classification la plus courante distinguant le néo-classicisme, le keynésianisme, l’institutionnalisme et le marxisme. Mais chacun reconnaît désormais, pour s’en réjouir ou s’en lamenter, qu’à l’encontre de certains jugements émis dans les années 707, la théorie néo-classique (principes de l’individualisme méthodologique, modèle de comportement optimisateur des agents, approche axiomatique et déductive, formalismes empruntés à la mécanique rationnelle et focalisés sur les concepts statiques d’équilibre et d’optimum) s’est renforcée comme modèle dominant, pour devenir une orthodoxie conduisant de nombreux économistes à l’identifier à « la » théorie économique.

16Cependant, l’étude d’objets particuliers a donné naissance à la formation de spécialités, telles l’économie rurale ou l’économie de l’environnement, devant tenir compte des particularités de ces objets. Le statut de ces spécialités reste débattu : l’effort d’adaptation de l’outillage économique à ces objets ne concerne-t-il que la phase de construction et de test des modèles empiriques ou des modèles d’interprétation, sans toucher au noyau théorique, ou bien nécessite-t-il un changement théorique plus profond ? Cette question se pose toujours de manière controversée à propos des ressources naturelles renouvelables et de l’environnement.

2. L’économiste et l’environnement

  • 8 La revue Aménagement et nature a été fondée en 1965. En 1971, Bertrand de Jouvenel publiait dans An (...)

17Il ne fait pas de doute que l’intérêt des économistes pour la nature et l’environnement s’est fortement accru depuis vingt ans, si l’on mesure cet intérêt au nombre de publications, à la constitution de revues, à l’organisation de colloques8 et surtout au développement d’un corpus analytique explorant diverses configurations d’hypothèses. Il ne fait pas de doute non plus que cet intérêt n’est pas né de rien en 1970.

2.1. Les classiques

  • 9 Se reporter à l'histoire des idées que retrace brièvement René Passet (1979, pp. 38 et sv.) ou au l (...)

18Les grands fondateurs classiques prenaient en compte le rôle du facteur naturel dans la production des richesses, principalement sous l’angle de son impact sur les productions alimentaires et des limitations et exigences de reproduction attachées au facteur « terre »9 ; la théorie de la valeur des Physiocrates attribuait le rôle central au sol et soumettait les lois sociales de la production aux « lois naturelles ». Plus tard, la « loi de Malthus » sur l’écart entre la croissance démographique et la croissance des ressources alimentaires, ou la théorie de la rente ricardienne, par exemple, conféraient encore un rôle significatif au facteur naturel. Néanmoins un déplacement s’était produit : même limité, le facteur naturel devenait qualifié d’impérissable, d’inaltérable. Et Jean-Baptiste Say pouvait écrire : « Les richesses naturelles sont inépuisables car sans cela nous ne les obtiendrions pas gratuitement. Ne pouvant être multipliées ni épuisées, elles ne sont pas l’objet des sciences économiques. »

19Par ce déplacement, la question de la reproduction des facteurs naturels se trouvait écartée du champ économique. Le point de vue utilitariste pouvait alors s’imposer sans restriction dans la manière de considérer la nature. C’est ce point de vue que systématisera le courant principal de la théorie économique moderne.

2.2. Le traitement de la nature par l’économie orthodoxe

2.2.1. Quelques concepts ad hoc

20L’économie orthodoxe est centrée sur l’étude des propriétés de divers régimes d’allocation des biens entre les agents d’une économie. La nature est donc appréhendée en termes de biens à allouer entre agents en fonction des préférences de ces derniers. L’économiste cherche alors à déterminer les niveaux de quantités et de prix de ces biens qui prévaudront dans différentes configurations qui sont analysées par référence à l’équilibre concurrentiel de marché. Les « biens naturels » présentent néanmoins certaines particularités qui vont être traitées par l’introduction de concepts ad hoc s’inscrivant dans une typologie plus large des attributs possibles des biens. Il s’agit des concepts de :

    • 10 Il y a un paradoxe sémantique à employer l'expression « ressource non renouvelable » puisque l'étym (...)

    « ressources naturelles », ou « actifs naturels », désignant les biens non productibles ; une distinction supplémentaire est faite entre les ressources épuisables ou non renouvelables10 et les ressources renouvelables, celles dont l’inscription dans des cycles bio-physiques assure, en dehors de toute production, la régénération et la croissance à un horizon économiquement significatif dès lors que certaines conditions « naturelles » sont respectées ;

    • 11 Il en va ainsi des ondes radio ou d'un paysage dont la valeur esthétique peut être consommée simult (...)
    • 12 C'est le cas classique des « communaux » et plus généralement des espaces de libre accès comme les (...)

    « biens collectifs » ou « biens publics », caractérisant deux types de biens : ceux pour lesquels des actions de consommation successives – d’un agent, ou simultanées – de plusieurs agents, sont possibles parce qu’elles ne sont pas mutuellement rivales11 ; ceux sur lesquels il existe une impossibilité théorique ou contingente de définir des droits exclusifs de propriété et d’usage12 ;

    • 13 Il en va ainsi quand l'activité d'un agent crée une nuisance supportée par un autre agent en dehors (...)

    « effets externes », qui se présentent lorsque l’action d’un agent affecte positivement ou négativement la fonction d’utilité d’un autre agent en dehors d’un échange volontaire entre eux ; dans ces cas, « l’utilité » ou la « désutilité » transférée ne fait pas l’objet d’un paiement, représentant sa valeur, qui viendrait équilibrer la relation13.

  • 14 Pour avoir une vue de ce qu'est « l'économie de l'environnement », se reporter par exemple à I. Sac (...)

21Ce qu’on appelle aujourd’hui « l’économie de l’environnement »14 n’est autre que le déploiement de ces trois concepts dans le champ empirique des problèmes soulevés par l’environnement, caractérisé par la double confrontation du productible et du non-productible, du marchand et du non-marchand. Pour l’essentiel, les fondements analytiques et les premières formalisations économiques correspondant à ces trois concepts ont été acquis assez tôt.

2.2.2. Les ressources naturelles renouvelables et non renouvelables

22C’est en 1931 que H. Hotelling publia son article fondateur sur l’économie des ressources épuisables où il montrait que sur un marché concurrentiel, avec des coûts d’extraction supposés constants, le prix relatif d’équilibre d’une ressource épuisable devait augmenter de période en période à un taux égal au taux d’intérêt de référence.

  • 15 Voir F.M. Peterson et A.C. Fisher (1977).

23En ce qui concerne les ressources renouvelables, les modèles théoriques pionniers furent formulés par H.S. Gordon (1954) et M.B. Schaefer (1957) pour le problème des pêcheries dans la première moitié des années 195015. Ces modèles intégraient une loi de croissance du stock de ressources reposant sur les équations de dynamique de population de Lotka (loi logistique). Après avoir mis en évidence la notion de rendement soutenu maximum (le niveau maximum de prélèvement d’une ressource renouvelable qui peut être indéfiniment assuré compte tenu de la dynamique de croissance de cette ressource), ils montraient en particulier que le taux optimal d’exploitation de la ressource ne coïncidait généralement pas avec le maximum du rendement soutenu.

24Le domaine de la gestion de l’eau fut, dans une perspective appliquée, un domaine pionnier de développement des principes du calcul économique : c’est pour répondre à une exigence légale imposée aux USA en 1936 aux projets d’équipement hydraulique que furent jetées dans l’immédiat après-guerre les bases de l’analyse « coûts-avantages » visant l’application de « l’économie du bien-être » aux décisions publiques d’aménagement. Cet effort aboutit à la fin des années 50 à plusieurs importants ouvrages concernant la planification et l’évaluation de programmes d’aménagement multi-objectifs des ressources en eau (Hufschmidt et al. 1983, pp. 3-4). En France, c’est lors de la préparation de la loi sur l’eau du 16 décembre 1964 que furent découverts les travaux américains d’économie destinés à éclairer la conception de systèmes de gestion de l’eau et à organiser un véritable « marché de l’eau ». Une date notable fut ainsi la publication en 1967 de la traduction française par H. Lévy-Lambert, ingénieur du Corps des Mines, rapporteur de la Commission de l’Eau au sein du Commissariat au Plan, de l’ouvrage de A.V. Kneese sur l’Économie et la gestion de la qualité des eaux.

2.2.3. Les biens collectifs

25C’est en 1954 que P. Samuelson fournit une première expression formalisée de la théorie des biens collectifs (dits encore biens publics). Ce modèle tirait les conséquences, pour l’analyse des fonctions de demande et d’offre, de la possibilité offerte à plusieurs agents de consommer conjointement un bien collectif sans gêne réciproque, du moins à l’intérieur d’une certaine limite au-delà de laquelle la qualité du bien consommé par chacun peut s’en trouver affectée du fait d’un phénomène d’encombrement : Il donnait ainsi une armature à une spécialité, « l’économie publique », qui allait connaître ultérieurement un développement important.

2.2.4. Les effets externes

  • 16 Cité d'après R.H. Coase (1960), repris dans R. Dorfman et N. Dorfman eds (1975, p. 151).

26C’est dans son Economies of Welfare de 1920 que A.C. Pigou présentait son analyse de la divergence entre produits privés et produits sociaux due à la présence d’effets externes comme « lorsque les machines ferroviaires endommagent les bois avoisinants sans contrepartie »16. Par la suite, des contributions comme celles de JE. Meade (1952) et T. Scitovsky (1954) permirent de clarifier le concept d’effets externes, en introduisant notamment la distinction entre effets externes pécuniaires, relayés par le mécanisme de prix, et effets externes technologiques, traduisant une véritable interdépendance directe, en dehors du mécanisme de prix, entre les agents.

2.2.5. Des résultats significatifs, mais des fondements souvent contestés en France dans le contexte des recherches sur le milieu rural

  • 17 Pour un point récent sur divers aspects du traitement contemporain de la notion de valeur d'option, (...)

27Ce double effort, de constitution d’une sémantique intermédiaire appropriée au champ de l’environnement d’un côté, et de raccordement des problèmes empiriques au noyau théorique de la discipline de l’autre a permis d’obtenir plusieurs sortes de résultats. L’analyse théorique s’est affinée et affermie (par exemple sur le rôle possible des taxes, des subventions ou de la négociation directe). On a aussi élaboré des modèles plus opératoires, visant à mieux prendre en compte les conditions imparfaites d’accès à l’information empirique. Des innovations théoriques ont été introduites, qui allaient ensuite se diffuser au sein de la théorie économique. Un exemple de telles innovations est fourni par l’introduction de la notion de « valeur d’option » par B. Weisbrod (1964) pour attirer l’attention sur le prix que des agents sont disposés à payer pour conserver la possibilité de consommer, dans le futur, un bien ou un service donné, en l’occurrence le service récréatif assuré par un Parc naturel. La discussion et la clarification de cette notion touchant à l’attitude envers le risque, à l’économie de l’information, à la hiérarchisation de l’univers de choix, à l’établissement d’une perspective multipériodes, à l’élargissement des fonctions d’utilité, etc. se sont déployées sur vingt-cinq ans (Henry, 1974 ; Krutilla et Fisher, 1975 ; Favereau, 1989) et la fécondité de ce débat ne paraît pas éteinte aujourd’hui, tout en ayant largement débordé le champ de l’économie de l’environnement17.

  • 18 Voir les prises de position de R. Passet (1971, 1975) et I. Sachs (1971, 1972, 1974).

28Néanmoins, il faut un certain temps pour que des concepts et des modèles théoriques abstraits percolent à la fois de l’univers théorique vers l’univers de la recherche appliquée ou finalisée, et de l’univers anglo-saxon vers les milieux académiques et professionnels de la recherche en France. De plus, il ne fait pas de doute que les bases théoriques de cette économie n’étaient pas alors volontiers acceptées par certains économistes français18 et en particulier par. ceux qui s’étaient investis dans l’économie rurale et forestière (Poupardin et al., 1971). À la fin des années 60, l’économie néo-classique de l’environnement et des ressources naturelles n’avait pas suffisamment percé en France pour imprégner les programmes interdisciplinaires de recherche qui ont été lancés sur le milieu rural. Les chercheurs qui ont prix part à ces programmes s’inscrivaient majoritairement au confluent d’une tradition d’analyse technico-économique de l’exploitation agricole animée par des préoccupations de gestion et d’une économie rurale inspirée par le marxisme.

2.3. L’environnement chez les économistes hétérodoxes

  • 19 Nous délaissons ici le débat idéologique fort nourri dans cette période en France, à la suite d'aut (...)

29La critique de l’orthodoxie économique est aussi ancienne que la formation de cette orthodoxie. Plusieurs sources d’inspiration l’animent. En ayant en vue le seul champ de l’environnement, nous classerons ces sources de la manière suivante19 :

  • les sciences de la nature comme la thermodynamique ou la biologie, conduisant à comprendre différemment l’essence du processus économique ;

  • le courant conservationniste américain ;

  • le courant institutionnaliste, s’en prenant à la manière abstraite et jugée idéologique dont la théorie dominante aborde les phénomènes sociaux et l’organisation de marché ;

  • le courant marxien ;

  • l’économie de terrain et l’économie rurale et forestière ;

  • l’économie critique du développement.

2.3.1. L’économie contraire aux connaissances des sciences de la nature ?

  • 20 Cité par J. Martinez-Alier (1987, p. 90). On trouve dans le livre de ce dernier une étude de quelqu (...)

30Une première ligne de critique qui a traversé le siècle concerne la manière, jugée défaillante, dont sont prises en compte les ressources physiques et l’énergie, qui sont à la base de toute production : la théorie économique ignorerait les apports contemporains des autres disciplines et s’en tiendrait aux vieilles lunes de la mécanique rationnelle et de l’idée d’un « ordre social naturel ». Déjà, dans une lettre du 15 novembre 1883, P. Geddes reprochait à L. Walras de penser que les économistes mathématiciens pouvaient tout faire par eux-mêmes, sans l’appui de la physique appliquée pour l’étude de la production matérielle, sans l’appui de la biologie pour l’étude des organismes qui font une société, sans l’appui de la psychologie moderne (…) ou de la recherche réalisée par l’école historique ou anthropologique »20.

31Depuis lors, cette ligne de critique a été reprise, prolongée et enrichie par des auteurs contemporains dont, parmi les plus récents, N. Georgescu-Roegen (1971) ou R. Passet (1979). Elle s’en prend au noyau théorique de l’économie, qui serait porteur d’erreurs et d’illusions, faute de prendre en compte avec assez de sérieux les lois de la transformation de la matière et de l’énergie et tout particulièrement la deuxième loi de la thermodynamique. Ainsi le concept de capital était-il critiqué par F. Soddy (1922), prix Nobel de chimie en 1921, en ce qu’il permettrait un tour de passe-passe : rendre possible, par sa double nature financière et réelle, l’illusion d’une accumulation continue ou d’un revenu perpétuel, alors que les biens capitaux réels se dégradent et que leur mise en mouvement implique une accélération de la consommation du stock de sources fossiles d’énergie ; l’accumulation du capital ne serait donc pas autre chose qu’une « désaccumulation » du véritable capital accumulé par la nature à partir du flux solaire, combinée à une augmentation de la dette collective, puisque l’on donne aux détenteurs du capital financier des droits croissants sur la richesse réelle future… Il faut observer qu’à la différence de celles formulées par leurs successeurs, ces critiques ne sont pas le fait d’économistes de formation, mais de scientifiques s’intéressant à l’économie.

2.3.2. Le courant conservationniste américain

  • 21 Voir l'analyse que font J. Swaney (1987) et B.G. Norton (1989) des positions de ces derniers. À not (...)

32On peut évoquer, dans une perspective proche, les différentes figures du mouvement conservationniste américain (Pinchot, Muir, Leopold…) ayant une formation de forestier ou d’hydrologue, pour la plupart, mais confrontées à des responsabilités de gestion. A. Leopold, par exemple, estimait qu’une gestion intensive des ressources renouvelables centrée sur la productivité, même pondérée par la contrainte de « rendement soutenu », pouvait réduire la diversité biologique et conduire à des effondrements écologiques déclenchés, le plus souvent, par des accidents climatiques21.

2.3.3. Le courant institutionnaliste

33Une autre ligne de critique provient, de l’intérieur même de la discipline économique cette fois, du courant institutionnaliste auquel les noms de Veblen et Polanyi sont attachés. Réservé à l’égard de l’idée de lois économiques générales et universelles, ce courant s’attache à saisir les données historiques et les formes institutionnelles particulières qui donnent à l’organisation économique d’un pays, dans une période donnée, sa logique singulière. Loin de considérer les préférences individuelles comme des données premières et comme une référence normative indépassable, il les considère comme sensibles à l’influence de la société et des groupes, et les soumet à une réflexion explicite sur les valeurs. Par ailleurs les processus économiques sont considérés comme engageant des rapports de pouvoir économiques et politiques dans lesquels mécanismes de marché et interventions de l’État s’entremêlent pour engendrer une évolution économique touchant les règles institutionnelles et les régularités de comportements.

34S’inscrivant dans une telle perspective, K.W. Kapp publie en 1950 son ouvrage pionnier sur les coûts sociaux de l’entreprise privée. Il met au cœur de son analyse la tendance active des entreprises à « internaliser les profits et à externaliser les coûts », faisant du système des prix un mécanisme très partiel d’information de la prise de décision. En introduisant ce concept, Kapp dévoile la face cachée du jeu de la concurrence et jette une lumière originale sur les liens qui unissent le fonctionnement de la sphère économique et le rôle de l’État-Providence, à qui il incombe à la fois de limiter le processus d’externalisation des coûts par les entreprises et de prendre en charge, dans une certaine mesure, les coûts sociaux des activités privées. Ces coûts sociaux sont, pour cet auteur, des coûts d’environnement (phénomènes de pollution de l’air et de l’eau, dégradation des ressources renouvelables, exploitation trop rapide des ressources non renouvelables), à part égale avec d’autres coûts sociaux comme les atteintes au facteur humain et les effets des fluctuations économiques (chômage, capacités excédentaires, etc.). D’un point de vue théorique, Kapp estimait nécessaire de mesurer les résultats d’une organisation économique « à l’aide d’étalons qui transcendent ceux du marché », et de faire reconnaître que les choses “économiques” et les choses dites “non économiques” sont étroitement liées et doivent être étudiées de pair » (1976, p. 23). Il proposait de ce fait l’objectif de la suppression progressive des cloisons disciplinaires au sein des sciences sociales : « Jusqu’à ce que cet objectif soit réalisé, le chercheur individuel ne peut qu’essayer de transgresser les limites actuelles de la science économique et d’explorer aussi pleinement que possible les nouvelles réalisations de la psychologie, de la sociologie, de la politique, du droit, de l’histoire et de l’éthique, afin d’assimiler et d’intégrer dans son raisonnement tout ce en quoi ces sciences sociales peuvent contribuer à une meilleure compréhension des problèmes économiques » (Kapp, 1976, p. 320). Il faut bien reconnaître qu’il n’a guère été entendu sur ce point.

2.3.4. Le courant marxien

35À la fin des années 60, la référence marxienne imprégnait nombre de travaux de recherche en sciences sociales, et en particulier l’économie rurale qui a été directement concernée par les programmes interdisciplinaires. Et lorsque la question de l’environnement a surgi comme problématique de société, la tradition marxienne s’en est saisie pour l’interpréter à la lumière de ses analyses antérieures sur le développement de la société capitaliste. D’où une perception et une réaction ambivalentes.

36D’un côté, elle comprenait la « crise de l’environnement » comme une extension et une manifestation supplémentaire de la crise du capitalisme (Labeyrie, 1972). Cela résultait du jeu de deux mécanismes fondamentaux : la logique du profit et de l’accumulation du capital poussait à la destruction d’une nature sans valeur économique tant qu’elle n’était pas transformée en marchandises permettant la valorisation d’un capital ; la domination d’une forme d’appropriation privée des moyens de production sapait les conditions de satisfaction de besoins sociaux collectifs et celles de reproduction des conditions générales de la production sociale, parmi lesquelles le cadre de vie nécessaire à la reproduction de la force de travail et les conditions écologiques de disponibilité des ressources naturelles. Les problèmes d’environnement résultaient donc d’une insuffisante socialisation des rapports de production au regard du niveau de socialisation objective auquel étaient parvenues les forces productives.

37D’un autre côté, l’affirmation de l’environnement comme nouveau champ de l’action politique et de l’intervention de l’État, et notamment l’usage des arguments de la théorie économique – comme « il va falloir faire payer à son juste prix l’usage de ressources devenues rares » – étaient interprétés comme une offensive idéologique du pouvoir capitaliste pour faire payer aux salariés, et aux travailleurs plus généralement, les dégâts créés par la course au profit capitaliste et les coûts d’adaptation technologique (Biolat, 1973 ; Perceval, 1972). Il fallait donc la combattre.

  • 22 Ce productivisme peut être caractérisé par quelques traits : seul le travail humain est source de v (...)

38De même, partageant avec d’autres une idéologie productiviste22, ce courant d’analyse entreprit de critiquer le malthusianisme et le conservatisme écologique qui croissaient telle l’ivraie, selon lui, avec l’intérêt public pour l’environnement (Labeyrie, 1973).

2.3.5. L’économie de terrain et l’économie rurale et forestière en France

39En marge de l’économie académique, la question du milieu rural et des ressources naturelles a aussi été abordée par une socio-économie rurale de terrain, enracinée dans une logique professionnelle et gestionnaire centrée sur la production agricole et forestière. Sur le plan théorique, l’inspiration de cette socio-économie est multiple (Coujard, 1984). Elle s’essaye en particulier à marier la tradition d’analyse de l’économie paysanne – centrée sur les groupes familiaux et leurs projets patrimoniaux (Osty, 1978) ou les échanges en nature au sein de sociétés locales (Tchayanov, 1966) – et un cadre général d’analyse mettant en avant la confrontation des classes sociales (Jollivet ed., 1974) et l’intégration de l’agriculture au sein du capitalisme industriel (Servolin, 1972). La question de la propriété foncière y reçoit une vive attention, par exemple à partir de la théorie de la rente foncière (Jollivet, 1978). Milieux et ressources sont alors abordés en tant qu’éléments constitutifs, ou défaillants, de la reproduction économique des groupes sociaux considérés.

40Un récent bilan de l’économie forestière (Larrère et al. 1986) montre bien la position singulière de cette spécialité, due à son insertion institutionnelle – la tutelle exercée par le corps des Forestiers et l’administration d’État. À la différence des spécialistes anglo-saxons ou nordiques qui semblent ne voir aucun inconvénient à considérer l’économie forestière comme la simple application de la théorie économique générale, l’école française a été marquée par une longue méfiance envers la théorie et les raisonnements économiques : ces derniers négligeraient l’histoire, porteraient sur des catégories difficiles à observer, nécessiteraient des hypothèses difficiles à vérifier, ignoreraient des « bénéfices externes » difficilement valorisables comme l’effet sur le climat, la protection contre l’érosion et les inondations, le renouvellement de la ressource à long terme… Aussi, l’enseignement de « l’économie forestière » a-t-il reçu un contenu composite, fortement marqué par les considérations techniques et administratives de la foresterie.

41Par ailleurs ces auteurs constatent (id., Introduction, p. 2) : « Telle qu’elle s’est constituée et développée en France, “l’économie forestière” ne se préoccupe pas seulement de la gestion des forêts et de l’économie des ressources ligneuses. Elle entend appréhender l’ensemble des “utilités sociales” de la forêt et les rapports qu’entretient ce mode d’occupation du sol avec l’agriculture. » Cette préoccupation d’élargissement s’est étendue, depuis 1966, aux usages sociaux et récréatifs de la forêt. Ce faisant, l’économie forestière française s’est transformée en une « spécialité pluridisciplinaire » combinant des approches techniques, sociologique, ethnologique, historique, et économique… Le déplacement de l’économie de la ressource ligneuse vers la gestion de la forêt comme milieu a même conduit à ne plus faire de « l’économie » la composante centrale de « l’économie forestière » !

42La comparaison des approches françaises et anglo-saxonnes montre bien les deux réponses possibles aux problèmes posés par la nature (environnement et ressources) à l’économie. Ces réponses conduisent à des manières différentes d’envisager les relations avec d’autres disciplines.

2.3.6. L’économie du développement

43Une autre ligne de réflexion et de travaux a pris naissance à partir des problèmes et des échecs des stratégies de développement économique du tiers-monde. On prit alors conscience que l’une des composantes de cet échec était écologique. L’inadaptation des projets de développement et des choix de techniques aux conditions écologiques et sociales de ces pays en serait l’une des causes directes les plus évidentes. L’inventaire et l’analyse de tels échecs (Milton et Farvar, 1972) allaient lancer et alimenter la réflexion sur les rapports entre l’environnement et le développement (Coll., 1972) qui devait être consacrée par la première Conférence des Nations Unies sur l’Environnement tenue à Stockholm en juin 1972.

44Tout cela allait stimuler l’étude des conditions d’harmonisation entre les objectifs du développement et ceux d’une gestion prudente des ressources naturelles et de la préservation des conditions écologiques, pour déboucher en 1973 sur la formulation de la notion d’écodéveloppement (Sachs, 1980). On sait en effet que le débat académique et social sur l’environnement s’était cristallisé à la fin des années 60, à la suite du premier rapport au Club de Rome (Meadows, 1972) sur la question des limites à la croissance économique qui pourraient résulter de l’insuffisante disponibilité des ressources naturelles et de l’extension des phénomènes de pollution. Pouvait-on sortir de l’alternative entre croissance sauvage et protection paralysante de la nature ? Tel était le défi lancé aux économistes aux débuts de la décennie soixante-dix.

3. L’économie et les relations aux autres disciplines

45Le tableau qui vient d’être esquissé ne conduit certainement pas à opposer une analyse économique fermée à la coopération interdisciplinaire, qui serait l’économie orthodoxe, à une économie ouverte à une telle coopération, celles des hétérodoxes de diverses inspirations. Cette image tentante et facile ne résiste pas globalement aux faits, bien qu’elle puisse s’appuyer sélectivement sur certains d’entre eux. Par contre, il se dégage nettement plusieurs manières d’envisager cette coopération, et c’est dans la détermination de ces différences que les distinctions précédentes retrouvent leur importance. La pluralité des manières d’envisager la relation interdisciplinaire n’est donc pas arbitraire, chaque démarche économique particulière ayant ses exigences et ses formes d’ouverture à la coopération entre disciplines.

46On peut repérer au moins trois variables décisives pour cette question :

47le degré d’ouverture ou de fermeture théorique caractérisant le projet du chercheur : vise-t-il la simple application d’un modèle théorique arrimé au corpus conceptuel établi, l’élaboration d’un nouveau cadre théorique répondant à un déplacement des questions posées, ou encore le seul traitement de données empiriques ?

48les représentations que la discipline économique doit, pour travailler dans son champ, se donner de phénomènes « non-économiques » ; l’étendue et le réalisme de telles représentations dépendent des stratégies et des méthodes adoptées pratiquement par l’économiste ;

49l’éloignement ou la proximité de l’objectif de recherche par rapport à l’univers de la décision ou de la gestion ; plus il en est proche, plus le chercheur, même économiste, se trouve confronté à une diversité d’informations empiriques, à des objets hybrides, à des logiques multiples se référant à des « systèmes de légitimité » et à des « modes sociaux de coordination » différents (Godard, 1989, 1990) qu’il ne peut réduire, sans limiter la pertinence de son apport, aux seuls schémas théoriques de sa discipline.

3.1. De l’économie appliquée à l’économie empirique en passant par l’ambition de rénovation théorique

50Dans une démarche d’application d’un cadre théorique déjà bien constitué, le problème du chercheur est de disposer des données qui vont lui permettre de donner de la substance à des formalismes ou des énoncés généraux. La démarche de recherche appliquée dépend alors du choix entre les différentes méthodes compatibles avec une théorie donnée, et des conditions d’accès aux données pour un problème empirique déterminé. C’est là que peut prendre place une première forme de coopération pluridisciplinaire, pouvant donner lieu à une certaine dose d’organisation formelle : expression des besoins réciproques d’information, discussion des catégories et des opérations de traitement de l’information, appréciation contradictoire du caractère acceptable des hypothèses et des approximations, notamment.

  • 23 L'approche éco-énergétique et le projet de construire une bioéconomie, déjà évoqués plus haut, sont (...)

51Telle n’est pas la seule démarche possible. D’autres chercheurs peuvent être particulièrement sensibles à l’écart pouvant exister entre l’univers théorique de référence de l’économie et la représentation donnée de la « nature » par d’autres sciences, par exemple pour ce qui concerne les échelles temporelles ou les possibilités de prévoir une évolution future. Ils peuvent alors ambitionner de corriger ou de compléter la théorie de référence, voire d’en reconstruire une nouvelle, de manière à disposer d’une représentation du processus économique leur semblant mieux en phase avec l’évolution récente des savoirs. L’ouverture interdisciplinaire se fait alors essentiellement de bloc théorique à bloc théorique, d’une formalisation à une autre. Mais elle requiert un préalable : pour provoquer une attitude de remise en cause théorique et lui donner de la crédibilité, il faut que des études empiriques aient pu montrer avec suffisamment de force l’existence de problèmes gênants pour l’orthodoxie existante. Une fois amorcé, le travail est avant tout théorique jusqu’à ce qu’il puisse donner naissance à des outils opératoires utilisables empiriquement dans des programmes de recherche appliquée. Aucun travail de ce type n’était encore parvenu à ce stade à la fin des années 196023.

52Une troisième approche, centrée sur la compréhension de réalités ou de problèmes empiriques, entretient une distance certaine avec l’univers théorique axiomatique et déductif, se contentant d’une caractérisation intermédiaire, suffisante pour organiser la collecte et le traitement de faits jugés significatifs. Ce qui fait tenir cette approche, c’est sa richesse descriptive et son abondance de données, reposant sur les outils privilégiés que sont les typologies et les techniques d’analyse de données, pour des domaines délimités par des références comme les « systèmes de production agricole », ou le « développement régional ». C’est très majoritairement cette approche qui s’est trouvée sollicitée dans les programmes de recherches sur le milieu rural.

  • 24 Par exemple, on trouve dans un rapport du programme « Canton d'Aime » [V.19], la formule suivante : (...)
  • 25 Certains, comme D. Puech (1989) proposent d'adopter le cadre comptable comme cadre d'intégration de (...)

53L’appartenance à l’économie tient alors surtout au domaine considéré, au centre duquel se trouvent des activités dites « économiques » (activités visant la production d’un revenu) ; elle tient aussi aux catégories utilisées, qui sont raccordées de manière plus ou moins lâche aux concepts de la théorie économique, sans exclure d’autres références et d’autres emprunts24. Le poids accordé aux données empiriques rend ce type d’approche ouvert aux apports d’autres disciplines, dès lors qu’ils ont également un fort contenu empirique. Mais il reste un problème difficile : comment intégrer cette information empirique ayant de multiples provenances disciplinaires25 ? Comment définir des conditions satisfaisantes d’interprétation de cette information, alors qu’on ne peut pas avoir les mêmes exigences que celles appliquées à l’information traitée dans un cadre monodisciplinaire ? Mais a-t-on encore besoin de théorie ? Certains en doutent peut-être.

3.2. Les représentations, au sein de l’économique, du monde non-économique

54Dans la définition que E. Malinvaud (1975, pp. 1-2) propose de la science économique, la nature intervient par les contraintes qu’elle impose à la liberté de comportement des agents. Ce raccourci témoigne d’un besoin de raccordement à une sorte de « principe de réalité » non économique qui est l’une des sources permanentes de tension pour le développement de la science économique, quelles que soient les spécialités envisagées : l’univers de la technique et de l’innovation correspond-il à la représentation qu’en donne la théorie économique avec le concept de fonction de production ? L’emploi salarié et les relations de travail correspondent-ils au concept de marché d’un facteur de production, etc. ?

  • 26 La disponibilité d'une ressource renouvelable dépend de processus biophysiques. La connaissance des (...)
  • 27 Ainsi, l'économie a une tendresse particulière pour les courbes « bien élevées », continues, deux f (...)

55S’agissant des ressources naturelles, la formalisation du problème économique nécessite que l’on intègre une certaine représentation des processus écologiques ou des phénomènes physiques en cause, tels qu’une loi de croissance démographique d’une population animale exploitée, une fonction technique décrivant les rendements d’une culture en fonction de diverses combinaisons d’intrants, une relation entre la concentration métallique de minerais et les quantités de ressources escomptables, etc. Un tel besoin soulève deux types de problèmes ; le premier concerne la fourniture, par des collègues de discipline appropriée, des informations requises sur la forme fonctionnelle et les données paramétriques du phénomène non-économique dont dépend le processus économique26 ; le second concerne l’adéquation de ces informations aux schémas, hypothèses et méthodes auxquels la discipline est attachée car y sont liés un ensemble de résultats généraux27.

56L’économiste est alors conduit à procéder à un compromis entre l’exigence de réalisme de son image du monde non-économique et l’ensemble des hypothèses qui lui permettent d’utiliser des outils lui donnant accès à des résultats intéressants. Le perfectionnisme dans le réalisme conduirait souvent à l’impuissance, par manque d’outils adéquats. Il y a là une marge d’appréciation qui paraît essentielle au déploiement de la discipline. La pratique professionnelle tend à maintenir ou à étendre cette marge, dans la mesure où le chercheur construit son problème autant que ce dernier lui est imposé par les faits. Une certaine incertitude sur les phénomènes non-économiques en cause n’est d’ailleurs pas pour lui déplaire car elle lui permet, en toute bonne foi, d’étendre sa liberté de choix en matière de formalismes, et de retenir celui qui lui paraît le plus pratique.

  • 28 Dans leur présentation méthodologique de l'approche des exploitations agricoles d'une région, Jean- (...)
  • 29 Voir N.W. Mansfield (1972, p. 213). Cet auteur précise ainsi : « Dans les calculs de surplus du con (...)

57Ceci étant, on doit ajouter que la science économique abrite les partisans de deux points de vue, qu’on appellera ici respectivement « objectif » et « subjectif ». Selon le premier, suivant en cela E. Malinvaud, l’économie doit correctement représenter le jeu de contraintes dans lequel se déroule le processus économique, alors caractérisé par l’univers du choix appliqué à la production, à l’échange et à la consommation. Elle doit alors s’appuyer sur les savoirs constitués par les autres disciplines (la technologie, la sociologie des préférences et des modes de vie, l’écologie, les sciences du sous-sol, etc.). Selon le second point de vue, l’économiste doit pleinement représenter l’univers de choix des· agents, tels que ceux-ci le perçoivent, compte tenu de modèles cognitifs particuliers et d’un accès imparfait à l’information. Il s’agit alors moins de représenter l’environnement physique ou social « réel », tel qu’il est décrit et compris par les sciences concernées, que d’appréhender les choix d’agents qui résultent de la représentation que ces agents se font de ce monde réel28, moins de représenter leurs comportements réels que ceux qu’ils pensent avoir. Ainsi dans une enquête sur les coûts de transports supportés par des promeneurs pour se rendre en forêt conviendrait-il, selon ce second point de vue, de prendre en compte non les coûts de transports réels (essence, amortissement du véhicule, temps…), mais les coûts et les avantages que pensent supporter ces agents29. Dans ce dernier cas, l’économiste pense avoir beaucoup moins besoin de s’appuyer sur les connaissances produites par ses collègues d’autres disciplines et pouvoir s’en remettre pour l’essentiel aux techniques « de révélation des préférences » qu’il a mises au point.

58On trouve un écho de ces deux points de vue dans les deux grandes classes de méthodes proposées pour évaluer la valeur des « actifs naturels » ou les avantages des politiques de l’environnement (Pearce & Markandya, 1989) :

59celles qui dépendent de données « non-économiques », et en particulier de relations de causalité physique ou biologique avérées entre des actions humaines et leurs conséquences ; c’est par exemple le cas des méthodes qui reposent sur l’établissement d’une relation dose/dommage, ou de la méthode des « salaires hédonistes » qui vise à établir une liaison entre les conditions environnementales d’un lieu et le niveau de salaire versé par les entreprises, toutes choses étant égales par ailleurs ;

  • 30 Une information correcte n'est pas, pour un économiste, une information parfaite ou complète, car l (...)

60celles qui se dégagent au maximum de toute référence non-économique, comme la méthode « d’évaluation contingente » qui consiste à interroger directement les agents sur leur consentement à payer pour bénéficier d’un « actif naturel » ; dans ce cas, on suppose que les agents sont correctement informés30 et que leurs préférences peuvent, sans correction, servir de norme de référence pour une décision publique, comme pour des marchandises ordinaires.

3.3. L’emprise gestionnaire

61La recherche à dominante économique sur la gestion des ressources et des milieux naturels doit souvent s’ouvrir à des aspects non-économiques, dès lors qu’elle prétend aller au-delà de l’académisme ou de l’éclairage partiel, pour prendre en compte l’ensemble des dimensions pertinentes du problème dans une perspective d’action sur des systèmes concrets. Les particularités des problèmes et des situations doivent également être reconnues.

  • 31 Voir ci-dessous Geneviève Humbert et Jean-Claude Lefeuvre, « A chacun son patrimoine ou patrimoine (...)

62Cette situation provoque un glissement de la science économique vers « les sciences de la gestion », ensemble composite de savoirs théoriques et pratiques empruntant à plusieurs disciplines de base, dont la reconnaissance académique n’était pas encore vraiment acquise à la fin des années 60. Ce n’est d’ailleurs que dans le courant des années 70 que l’approche de l’aide à la décision va se dégager de l’économie appliquée et du calcul économique stricto sensu pour prendre une autonomie qui la conduira, via les approches multicritères (de Montgolfier et Bertier, 1978), aussi bien vers la sociologie des organisations que vers la psychosociologie de la communication, de la négociation et de la décision, comme le propose l’approche de la « gestion patrimoniale » (de Montgolfier et Natali, 1987)31. Une des spécificités de cette position gestionnaire est de devoir articuler et de mettre en équivalence des objets appartenant à des univers différents, sans prétendre au type d’unification qui est assuré par une spécialité scientifique. Cette exigence appelle le recours à des règles, des procédures et des techniques ad hoc (analyse de données, analyse de systèmes, analyse stratégique, etc.).

63C’est dans cette direction qu’a évolué la micro-économie agricole qui a été partie prenante aux programmes interdisciplinaires des années 70 et 80 (Brossier, Vissac & Le Moigne, 1989). De même, l’économie forestière évoquée plus haut aurait pu être dénommée avec avantage « gestion des milieux forestiers », dans la mesure où elle s’est orientée, sous la pression des problèmes de gestion, vers la prise en compte de diverses particularités : on y a affaire à des actifs multi-fonctionnels, impliquant des aspects non marchands ; on y agence des temporalités très différentes incluant le très long terme ; on y prend en compte la coexistence de logiques sociales de production de revenus et de logiques patrimoniales, au côté d’interventions de l’État, etc.

  • 32 L'un de ses aboutissements est alors une tentative de réorganiser l'analyse autour du concept « d'é (...)

64On peut cependant s’interroger sur la trajectoire ultérieure des travaux placés dans cette perspective. Il n’y a pas accord sur cette question. S’agissant toujours de l’économie forestière, certains comme R. Larrère et D. Poupardin, (1986, Partie 1, pp. 79 et 80) estiment que les transformations à assurer pour répondre aux problèmes de gestion témoignent plutôt des limites générales de la science économique en tant que science appliquée à des activités économiques empiriques, et ne voient d’issue que dans une économie « pluridisciplinaire » à dominante sociologique et anthropologique. On retrouve alors implicitement une analyse à la K. Polanyi (1983) sur « l’embeddedness » de l’économie dans le tissu social et dans l’écosystème32.

65Une telle issue n’est pas la seule possible. P. Lasserre et G. Gaudet (1986, Introduction) observent a contrario que le fait marquant de l’évolution récente de l’économie des ressources naturelles est bien son intégration dans le courant principal de l’analyse économique : elle ne formerait plus désormais une spécialité à part ; les fameuses spécificités auraient pu être digérées… Ce diagnostic est paradoxalement confirmé par un hétérodoxe comme C. Perrings (1987, Préface, p, xi) quand il estime que la littérature, en forte croissance depuis vingt ans, sur l’exploitation des ressources ou sur la pollution de l’environnement a eu un impact faible ou nul sur les fondements de la théorie économique, alors qu’à son avis une reformulation du noyau s’imposait…

66Le débat n’est pas tranché aujourd’hui. Il venait de s’ouvrir à la fin des années 60. Mais le pôle moteur a changé. En 1970, en France, dans les recherches sur le milieu rural, l’heure était à la critique de l’orthodoxie économique, au réalisme empirique et à l’ouverture pluridisciplinaire du noyau théorique. Vingt ans plus tard, l’heure est plutôt au déploiement des modèles d’une économie appliquée à nouveau assurée de ses bases théoriques et de ses techniques (Bonnieux et Rainelli, 1987), Cela ne peut pas ne pas avoir de répercussions sur le mode d’implication de l’économie dans les recherches interdisciplinaires futures.

Bibliographie

Association Française De Science Économique (AFSE) (1979), Économie de l’environnement, Actes du Colloque de l’AFSE à Nanterre, 1975, Paris, Economica.

Attali, J., Guillaume, M. (1974), l’Antiéconomique, Paris, PUF (« Économie en liberté »).

Barde, J.P., Gerelli, E. (1977), économie et politique de l’environnement, Paris, PUF (« L’économiste »).

Biolat, G. (1973), Marxisme et Environnement, Paris, Éditions sociales.

Bonnieux, P., Rainelli, P. eds (1987), « Environnement et ressources naturelles », Cahiers d’Économie et Sociologie Rurales, (4), avril.

Brossier, J, Vissac, B., Le Moigne, J1. eds (1989), Modélisation systémique et système agraire ; décision et organisation. Actes du Séminaire du Département de Recherches sur les Systèmes Agraires et le Développement (SAD), Saint Maximin, 2-3 mars, Dijon, INRA-SAD.

Caille, A. (1986), Splendeurs et misères des sciences sociales, Genève, Droz (« Pratiques sociales et théories »).

Caille, A. (1988), Critique de la raison utilitaire. Manifeste du Mauss, Paris, la Découverte (« Agalma »).

Coase, R.H. (1960), « The problem of social cost », Journal of Law and Economies, 3 october, repris in R. Dorfman & N. Dorfman, eds. (1975).

Cohendet, P., Llerena, P. eds (1989), Flexibilité, information et décision, Paris, Economica.

Coll. (1972), Development and Environment – Report and Working Papers of a Panel of Experts Convened by the Secretary-General of the United Nations Conference on the Human Environment (Founex, Switzerland, June 4-12, 1971), Paris & The Hague, Mouton (« Environtnent and social sciences n° 1 »).

Coll. (1973), Analyse socio-économique de l’environnement. Problèmes de méthode. Documents présentés au Symposium tenu à Saint-Nizier (Grenoble) du 12 au 15 décembre 1972, Paris & La Haye, Mouton, (« Environnement et sciences sociales n° 3 »)

Coll. (1973), N° spécial, « Premiers jalons pour une économie de l’environnement », Économies et sociétés, 7, (19), septembre.

Coll. (1990), N° spécial, « Économie de l’environnement et du patrimoine naturel », Revue économique, 41, (2), mars.

Commission Interministérielle Des Comptes Du Patrimoine Naturel (1986), Les Comptes du patrimoine naturel, Paris, INSEE, (« Collections de l’INSEE », n° 535-536, Série D, n° 137-138), décembre.

Coujard, J.L. (1984), « l’Économie rurale : quelle(s) spécificité(s) », Économie rurale, (60).

Deffontaines, J.P., & Petit, M. (1985), Chap. 2 : Un ensemble méthodologique expérimenté., in ENSSAA, INRA-SAD, INRAP, Lycées Agricoles de Besançon et Chaumont, Méthodes d’étude des systèmes de production agricole. Une contribution à la rénovation de l’enseignement agricole, l’expérimentation pédagogique MESPARD (septembre 1981-juin 1984), Dijon, INRAP.

Deleage, J.P. Sauget-Naudin, N., Souchon, C. (1977), Analyse écoénergétique du système agricole français en 1970, Paris, CEGERNA, Groupe EDEN, Laboratoire d’Écologie Générale et Appliquée de l’Université Paris VII, décembre.

Desaigues, B., Toutain, J.C. (1978), Gérer l’environnement, Paris, Economica.

Dorfman R., Dorfman, N. eds (1975), Économie de l’environnement, Paris, Calmann-Lévy, (« Perspectives de l’économique »).

Dumont, R. (1973), l’Utopie ou la mort, Paris Seuil, 1973.

Dumont, L. (1985), Homo aequalis – Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard, (« Bibliothèque des sciences humaines »), nouvelle éd.

Favereau, O. (1989), « Valeur d’option et flexibilité : de la rationalité substantielle à la rationalité procédurale », in P. COHENDET & P. LLERENA eds (1989).

Georgescu-Roegen, N. (1971), The entropy law and the economic process, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Groupe D’exploration et de recherches multidisciplinaires sur l’environnement et la société (GERMES) (1980), Matière et énergie dans les écosystèmes et les systèmes socio-économiques, Paris, Cahiers du GERMES, n° 3 avril.

Godard, O. (1989), « Jeux de natures : quand le débat sur l’efficacité des politiques publiques contient la question de leur légitimité », in N. Mathieu & M. Jollivet eds. (1989).

Godard, O. (1990), « Environnement, modes de coordination et systèmes de légitimité : analyse de la catégorie de patrimoine naturel », Revue économique 41, (2), mars.

Godard, O., Sachs, I. (1978), « Environnement et développement : de l’externalité à l’intégration contextuelle », Mondes en développement (24).

Godard, O., Marquot, C., Ceron, ].P. (1985), le Gaspillage et la crise : environnement, économie des ressources réelles et développement local. Aspects théoriques et étude de quelques expériences dans la région de Castres (Tarn), Paris, CIRED/PIREN du CNRS (« Document de travail 15/85 »),

Gordon, H.S. (1954), « The economic theory of a common property resource », Journal of Political Economy 62.

Gorz, A., Bosquet, M. (1975), Écologie et politique, Paris, Éd. Galilée ; nlle éd., Seuil, 1978.

Groupe Interministériel D’évaluation De L’environnement (1975), Méthodologie et théorie économique de l’environnement, Paris, Documentation française.

Grouchy, AG. (1947), Modern economic thought, New York, Prentice Hall.

Henry (1974), « Investment decisions under uncertainty : the irreversibility effect », American Economie Review, 64, dec.

Hotelling, H. (1931), « The economics of exhaustible resources », Journal of Political Economy, 39.

Hufschmidt, M.M., James, D.E., Meister, Ad., Bower, B.T., Dixon, J.A. (1983), Environment, natural systems and development, Baltimore & London, The John Hopkins University Press.

Jollivet, M. ed. (1974), les Collectivités rurales françaises, t. II : Sociétés paysannes ou lutte de classes au village, Nanterre, Groupe de sociologie rurale du CNRS.

Jollivet, M. (1978), « Rente foncière et gestion des ressources naturelles », Études rurales, (71-72), juillet-décembre.

Jouvenel, B. de (1971), « les Économistes et l’environnement », Analyse et prévision, 12 (6).

Kapp, K.W. (1950), The social costs of private enterprise, Cambridge (Mass.), Harvard University Press ; éd. française (1976), les Coûts sociaux dans l’économie de marché, Paris, Flammarion, (« Nouvelle bibliothèque scientifique »).

Kemp, W.B. (1971), « The flow of energy in a hunting society », Scientific American (224). Kneese, A.V. (1967), Économie et gestion de la qualité des eaux, Paris, Dunod.

Krutilla, J.Y., Fisher, AC. (1975), The Economies of Natural Environments. Studies in the Valuation of Commodity and Amenity Resources, Baltimore, The John Hopkins University Press.

Labeyrie, V. (1972), « Crise de l’environnement ou crise de l’économie capitaliste », Cahiers du communisme, avril.

Labeyrie, V. (1973), « Malthusianisme et écologie », la Pensée (67), février.

Larrere, R., Poupardin, D., Nougarede, O., Kalaora, B., Butioud, G., Elyakime B., Normandin, D. (1986), Bilan des recherches en économie forestière, 4 parties, Rungis et Nancy, INRA (. Économie et sociologie rurales.).

Lasserre, P., Gaudet, G., eds. (1986), Ressources naturelles et théorie économique, Québec, Presses de l’Université Laval.

Levi-Strauss, C. (1983), le Regard éloigné, Paris, Plon.

Mallnvaud, E. (1975), Leçons de théorie micro-économique, Paris, Dunod (« Modules économiques »), 3e éd.

Mansfield, N.W. (1972), « The value of recreational facilities », in R. LAYARD ed., Cost-benefil analysis, Harmondsworth, Penguin Books.

Martinez-Aller, J (1987), Ecological Economies. Energy, Environment and Society, Oxford & New-York, Basil Blackwell.

Mathieu, N. & Jolllvet, M. eds (1989), Du rural à l’environnement – La question de la nature aujourd’hui, Paris, A.R.F. Éditions/L’Harmattan, (« Bibliothèque des ruralistes »).

Meade, JE. (1952), « External economies and diseconomies in a competitive situation », The Economie Journal, 62.

Meadows, D. (1972), Halte à la croissance ?, Paris, Fayard.

Milton, J.P., Farvar, T., eds (1972), The careless technology. Ecology and international development, New-York, The Natural History Press.

Mingat, A., Salmon, P., Wolfelsperger, A. (1985), Méthodologie économique, Paris, PUF, (« Thémis – Sciences économiques »).

Montgolfier, J de, Bertier, P. (1978), Approche multicritère des problèmes de décision, Paris, éd. Hommes et Techniques.

Montgolfier, J de, Natall, JM. (1987), le Patrimoine du futur. Approches pour une gestion patrimoniale des ressources naturelles, Paris, Economica, (« Économie agricole et agro-alimentaire »).

Norton, B.G. (1989), « Intergenerational equity and environmental decisions : a mode ! using Rawls’veil of ignorance », Ecological Economies 1.

Odum, H.T. (1971), Energy, Power and Society, New-York, John Wiley.

Ollagnon, H. (1989), « Une approche patrimoniale de la qualité du milieu Naturel », in N. Mathieu & M. Jolllvet eds (1989).

Osty, P.L. (1978), « l’Exploitation vue comme un système. Diffusion de l’innovation et contribution au développement », Bulletin technique d’information, ministère de l’Agriculture, (326).

Passet, R. (1971), « Une science tronquée », le Monde, 12 janvier.

Passet, R. (1979), l’Économique et le Vivant, Paris, Payot (. Traces.).

Pearce, D.W., Markandya, A. (1989), l’Évaluation monétaire des avantages des politiques de l’environnement, Paris, OCDE.

Perceval, L. (1972), « l’Environnment, nouveau champ de la bataille politique », Économie et politique. Revue marxiste d’économie (213), avril.

Perrings, C. (1987), Economy and environment – A tbeoretical essay on the interdependence of economic and environmental systems, Cambridge, Cambridge University Press.

Peterson, F.M., Fisher, A.C. (1977), « The exploitation of extractive ressources – A Survey », The Economie journal, 87, december.

Pigou, A.C. (1920), The Economies of Welfare, London, Macmillan, 1re éd.

Polanyi, K. (1983), La grande transformation, Paris, Gallimard, (« Bibliothèque des sciences humaines »).

Pillet, G., Murota, T., eds. (1987), Environmental economics – The analysis of a major interface, Genève, R. Leimgruber.

Poupardin, D., Ringwald, P.M. & Wolfer, B. (1971), Études économiques à propos de la disparition des espaces naturels périurbains, Paris, GEREF-INRA, février.

Puech, D. (1989), « La Défense des forêts contre l’incendie : un problème d’économiste ? », in N. Mathieu & M. Jollivet eds. (1989).

Rappaport, R.A. (1971), « The flow of energy in an agricultural society », Scientific American (224).

Ribeill, G. (1978), Des écosystèmes aux écosociosystèmes – Bilan et perspectives, Paris, « Développement et aménagement. / Service des affaires scientifiques du Secrétariat Général du Haut Comité de l’Environnement, novembre.

Robbins, 1. (1947), Essai sur la nature et la signification de la science économique, Paris, Librairie de Médicis.

Sachs, I. (1971), « Approach to a political economy of environment », Social Science Information, la, (5).

Sachs, I. (1972), « Environnement et projet de civilisation », les Temps modernes, 28 (316), novembre.

Sachs, I. ed. (1972), Political Economy of Environment – Problems of Method, Paris, The Hague, Mouton (« Environment and Social Sciences », n° 2).

Sachs, I. (1974), « Environnement et styles de développement », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations. (3), mai-juin.

Sachs, I. (1980), Stratégies de l’écodéveloppement, Paris, ed. Économie et humanisme. et Éditions ouvrières.

Saint-Marc, P. (1971), Socialisation de la nature, Paris, Stock.

Samuelson, P. (1954), « The pure theory of public expenditures », Review of Economies and Statistics, 36.

Serres, M. (1990), le Contrat naturel, Paris, Éd. F. Bourin.

Servolin, C. (1972), « l’Absorption de l’agriculture dans le mode de production capitaliste », in l’Univers politique des paysans, Paris, Armand Colin.

Schaefer, M.B. (1957), « Some considerations of population dynamics and economics in relation to the commercial marine fisheries », Journal of Fisheries Research Board of Canada, 14 (5).

Schmidt, c. (1985), la Sémantique économique en question, Paris, Calmann-Lévy, (« Perspectives de l’économique »).

Scitovsky, T. (1954), « Two Concepts of External Economies », Journal of Political Economy 62, (2).

Soddy, F. (1922), Cartesian Economies: the Bearing of Physical Science upori State Stewardship, London, Hendersons.

Swaney, J. (1987), « Elements of a neoinstitutional environmental economics », Journal of Economie Issues XXI, (4).

Tchayanov, A. (1966), The Theory of Peasant Economy, ed. by D. Thorner, B. Kerblay & R.E.F. Smith, Homewood (Illinois), The American Economie Association ; Trad. franç., (1990), l’Organisation de l’économie paysanne, Paris, Librairie du Regard.

Walliser, B., Prou, C. (1988), la Science économique, Paris, Seuil (« Économie et société »).

Weisbrod, B. (1964), « Collective-Consumption Services of Individual Consumption Goods », Quarterly journal of Economies, 78, August.

Notes

1 B. Walliser et C. Prou (1988, p. 56) notent : « l'économie a toujours été fascinée par les modèles des sciences naturelles et a emprunté à la physique plus qu'à la biologie aussi bien des méthodes formelles que des schémas théoriques. » Dans le même sens A. Mingat et al., (1985, p. 16) proposent « d'appeler "science économique" les productions d'économique qui ressemblent le plus à ce qui caractérise les sciences de la nature les mieux établies en tant que sciences empiriques ou, plus précisément, les propositions au sein de ces productions qui remplissent les mêmes conditions de pertinence que celles qui caractérisent ces sciences ».

2 Un indice, parmi d'autres, de ce malaise est la création en 1980 du MAUSS (Mouvement Antiutilitariste dans les Sciences Sociales), d'abord animateur d'un bulletin puis, avec l'extension de son influence, d'une revue, Voir les deux livres de son principal inspirateur A. Caillé (1986, 1988).

3 Toutefois cette définition n'est pas partagée par le courant « institutionnaliste » qui donne le primat aux institutions, au contexte historique et aux valeurs culturelles sur la logique pure du choix individuel. Ainsi selon A.G, Grouchy (1947, p. 552) ; « L'économie est l'étude des modèles changeants de relations culturelles qui régissent la création et l'utilisation de biens matériels et de services, disponibles en quantité limitée, par les individus et les groupes à la lumière de leurs buts privés et publics ».

4 L'analyse éco-énergétique se propose de calculer toutes les énergies incorporées dans les moyens de production et dans les biens utilisés dans un système humain, Elle tire son inspiration et ses concepts de la thermodynamique, de l'écologie quantitative et de la théorie des systèmes, Elle prétend fonder une évaluation concurrente ou complémentaire, selon les auteurs, au calcul économique reposant sur des prix et des valeurs monétaires. Son originalité tient à ce qu'elle applique un ensemble unique de concepts et de mesures aux écosystèmes, aux agrosystèmes, aux systèmes techniques industriels, et plus généralement aux sociétés humaines, qui se trouvent ainsi intégrés dans une analyse unifiée ignorant la coupure entre biens marchands et biens libres. Les premières publications amorçant ce courant à l’échelle internationale intervinrent en 1971 (Kemp, Rappaport, Odum). En France, les premiers travaux furent réalisés par le Laboratoire d'écologie générale et appliquée de l’Université Paris VII (Deleage et al., 1977). Voir également R. Passet (1979), GERMES (1980), G. Pillet et T. Murota (1987).

5 Un « bien » peut être défini en première approximation comme « une entité à la fois physiquement isolable et socialement échangeable, (…) caractérisable par des paramètres physiques et dénombrables à l'aide d'unités physiques » (Walliser et Prou, 1988, p. 159).

6 Les économistes se réfèrent généralement à la notion « d'optimum de Pareto » pour désigner une allocation des biens telle qu'il ne soit pas possible de la modifier sans porter atteinte à la position de bien-être d'un agent au moins. Symétriquement, partant d'une situation inoptimale, il est possible, par un changement d'allocation, d'améliorer la position d'au moins un agent sans détériorer celle d'aucun autre.

7 Voir l'un des fleurons médiatiques de cette approche critique, l'Anti-économique de Jacques Attali et Marc Guillaume (1974).

8 La revue Aménagement et nature a été fondée en 1965. En 1971, Bertrand de Jouvenel publiait dans Analyse et prévision son article sur « les Économistes et l'environnement ». En 1971 et 1972 se tenaient en France deux colloques académiques sur les problèmes de méthode soulevés par l'analyse économique de l'environnement, donnant lieu chacun à la publication d'un ouvrage dans la collection « Environment and social sciences » des Éditions Mouton (Sachs ed., 1972 ; Coll., 1973). La revue Économies et sociétés consacrait en 1973 un numéro spécial aux « Premiers jalons pour une économie de l'environnement ». En 1975, l'Association française de science économique consacrait son colloque annuel à l'économie de l'environnement (AFSE, 1979). Au niveau international, mentionnons parmi de nombreux événements la création en 1974 du Journal of Environmental Economies and Management.

9 Se reporter à l'histoire des idées que retrace brièvement René Passet (1979, pp. 38 et sv.) ou au livre de Louis Dumont sur la genèse et l'épanouissement de l'idéologie économique (1985), en particulier le chapitre 3 consacré à Quesnay.

10 Il y a un paradoxe sémantique à employer l'expression « ressource non renouvelable » puisque l'étymologie du terme « ressource » renvoie au vieux français « resourdre » signifiant « jaillir à nouveau », « se relever », « se rétablir »… Même non renouvelable, le bien naturel reste perçu comme un bien disponible à profusion, qui va jaillir à nouveau. Mais, en économie minière, la prospection n'a pas d'autre but que de rendre, pour un horizon temporel économiquement significatif, « renouvelable » dans sa disponibilité économique une ressource physiquement non renouvelable. On a là un exemple de concept hybride combinant une caractérisation économique et une caractérisation physique.

11 Il en va ainsi des ondes radio ou d'un paysage dont la valeur esthétique peut être consommée simultanément ou successivement par un grand nombre de gens.

12 C'est le cas classique des « communaux » et plus généralement des espaces de libre accès comme les espaces de circulation, ou des ressources de libre usage comme l'air que nous respirons.

13 Il en va ainsi quand l'activité d'un agent crée une nuisance supportée par un autre agent en dehors de tout accord de ce dernier : la pollution de l'air ou de l'eau rentre généralement dans ce cas.

14 Pour avoir une vue de ce qu'est « l'économie de l'environnement », se reporter par exemple à I. Sachs ed. (1972), R. Dorfman & N. Dorfman eds (1975), Groupe Interministériel d'Évaluation de l'Environnement (1975), J.P. Barde et E. Gerelli (1977), B. Desaigues & J.F. Toutain (1978), Olivier Godard & I. Sachs (1978), AFSE (1979), F. Bonnieux & P. Rainelli ed. (1987) et la Revue économique (Coll., 1990).

15 Voir F.M. Peterson et A.C. Fisher (1977).

16 Cité d'après R.H. Coase (1960), repris dans R. Dorfman et N. Dorfman eds (1975, p. 151).

17 Pour un point récent sur divers aspects du traitement contemporain de la notion de valeur d'option, voir P. Cohendet et P. Llerena eds (1989).

18 Voir les prises de position de R. Passet (1971, 1975) et I. Sachs (1971, 1972, 1974).

19 Nous délaissons ici le débat idéologique fort nourri dans cette période en France, à la suite d'autres pays, sur la société industrielle, sur le capitalisme, sur le progrès technique, sur la croissance, etc. Voir, parmi d'autres, P. Saint-Marc (1971), G. Biolat (1973), René Dumont (1973), André Gorz (1975).

20 Cité par J. Martinez-Alier (1987, p. 90). On trouve dans le livre de ce dernier une étude de quelques précurseurs de la critique énergético-écologique de la théorie économique dans la période 1865-1940.

21 Voir l'analyse que font J. Swaney (1987) et B.G. Norton (1989) des positions de ces derniers. À noter que A. Leopold, cofondateur de la Wildemess Society en 1935, est sans doute l’un des premiers de ce siècle à formuler, en 1933, le besoin que les relations de l’homme à la nature soient régies par une éthique qui, en dépassant le point de vue utilitariste de l'économie, instituerait des obligations attachées à l'exercice de la propriété ; ces obligations dériveraient de la reconnaissance d'un « droit à l’existence » pour les espèces naturelles, thèse formulée ultérieurement en France par des penseurs comme Claude Lévi-Strauss (1983, p. 374 et sv), et Michel Serres (1990).

22 Ce productivisme peut être caractérisé par quelques traits : seul le travail humain est source de valeur, le terme valeur étant pris en un sens plus riche que le seul sens économique ; l'homme s'accomplit dans l'acte de production, qui est transformation de la nature ; c'est le plein développement des forces productives modernes et de la révolution scientifique et technique qui permettra de concilier la satisfaction des besoins humains et la maîtrise de la nature.

23 L'approche éco-énergétique et le projet de construire une bioéconomie, déjà évoqués plus haut, sont apparus postérieurement au courant de la décennie 70. On doit d'ailleurs constater qu'ils n'ont eu qu'une influence limitée et indirecte sur les programmes de recherche ici considérés, même pour les plus récents de ces derniers ; voir par exemple le programme « Montpellierais » [V.18].

24 Par exemple, on trouve dans un rapport du programme « Canton d'Aime » [V.19], la formule suivante : « Les ressources fourragères des régions de haute montagne ne trouvent pas actuellement leur pleine utilisation (…). Cela correspond à un gaspillage d'une ressource renouvelable » [V.19.2 p. 95]. Cette notion de gaspillage ne correspond pas, tout en ayant une certaine parenté avec lui, au concept économique d'inefficacité dans l'allocation. Dans un raisonnement strictement économique, le taux efficace d'utilisation d'une ressource dépend des conditions de coûts, de prix et de marché qui sont associées à cette ressource et il n'y a aucune raison de faire de la « pleine utilisation » de la ressource une norme d'efficacité. Pour une analyse de ce que peut recouvrir l'emploi du terme « gaspillage », voir Olivier Godard et al. (1985).

25 Certains, comme D. Puech (1989) proposent d'adopter le cadre comptable comme cadre d'intégration de l'information empirique multidisciplinaire. On rejoint d'une certaine manière les ambitions de la « comptabilité du patrimoine naturel » (Commission Interministérielle des Comptes du Patrimoine Naturel, 1986).

26 La disponibilité d'une ressource renouvelable dépend de processus biophysiques. La connaissance des facteurs qui déterminent un niveau donné de la ressource et son évolution dans le temps est nécessaire pour appréhender la dynamique possible d'une offre et pour lui associer une trajectoire de prix et une stratégie de prélèvement en fonction d'un critère donné d’optimisation.

27 Ainsi, l'économie a une tendresse particulière pour les courbes « bien élevées », continues, deux fois dérivables, avec une dérivée première positive et une dérivée seconde négative, qui permettent d’identifier un extremum unique. Si les relations fonctionnelles représentant les phénomènes appréhendés font apparaître des non-convexités, ces dernières font obstacle à la possibilité de parvenir à un équilibre concurrentiel reposant sur un système de prix unique. En ce cas, une allocation décentralisée par le marché n'est pas efficiente.

28 Dans leur présentation méthodologique de l'approche des exploitations agricoles d'une région, Jean-Pierre Deffontaines et M. Petit (1985, p. 45) vont dans ce sens : « (…) ce qui est déterminant dans les décisions d'un agriculteur, c'est beaucoup plus les perceptions qu’il a de sa situation et de ses objectifs que les valeurs "réelles" de ces paramètres. » Mais un peu plus loin (pp. 50-51), ces auteurs complètent ce point de vue en posant que les objectifs et les projets des agriculteurs sont beaucoup plus révélés par leurs actions et leurs pratiques que par leurs discours...

29 Voir N.W. Mansfield (1972, p. 213). Cet auteur précise ainsi : « Dans les calculs de surplus du consommateur, on mesure l'utilité ; c'est pourquoi on doit évaluer les coûts à hauteur de ce qu'estiment les automobilistes et non pas à hauteur de ce qu’ils paient vraiment. »

30 Une information correcte n'est pas, pour un économiste, une information parfaite ou complète, car l’information est généralement coûteuse à acquérir. Chaque agent est donc amené à optimiser son comportement d'acquisition d'information en comparant, dans la mesure du possible, le coût d'une information supplémentaire et les avantages qu'elle peut procurer.

31 Voir ci-dessous Geneviève Humbert et Jean-Claude Lefeuvre, « A chacun son patrimoine ou patrimoine commun ? », p. 223 et Olivier Godard, Bernard Hubert et Geneviève Humbert, « Gestion, aménagement, développement : mobiles pour la recherche et catégories d'analyse », p. 249.

32 L'un de ses aboutissements est alors une tentative de réorganiser l'analyse autour du concept « d'écosociosystème » proposé par G. Ribeill (1978) puis par les tenants d'une approche patrimoniale de la gestion des ressources naturelles ; voir J. de Montgolfier et J.-M. Natali (1987), et H. Ollagnon (1989).

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site