Version classiqueVersion mobile

Anthropologie naïve, anthropologie savante

 | 
Wiktor Stoczkowski

Introduction

Où l’auteur explique brièvement ses intentions

Texte intégral

  • 1 Sainte-Beuve, 1951/1852, II : 466.

On a coutume de s’étonner que
l’esprit humain soit si infini dans
ses combinaisons et ses portées ;
j’avouerai bien bas que je m’étonne
qu’il le soit si peu.
Ch. A. Sainte-Beuve,
Portraits littéraires1.

1L’usage veut que les tableaux représentent les savants célèbres munis de leurs instruments d’observation préférés : Copernic se tient à côté d’un astrolabe, Galilée regarde à la lunette, Pasteur se penche attentivement sur un microscope. Dans l’imaginaire commun, l’homme de science est avant tout un observateur du monde, et tout ce qu’il énonce ne peut venir que de l’observation.

  • 2 Le terme empirique possède aujourd'hui deux significations principales : dans le langage courant, i (...)

2L’histoire et la sociologie des sciences ont apporté à cette image naïve une rectification importante, en démontrant que la pensée scientifique est soumise non seulement à l’emprise de l’empirique2, mais aussi, et parfois davantage, à des contraintes sociales. Mais l’empirique et le social suffisent-ils vraiment à expliquer le contenu des théories savantes ? Les conceptions scientifiques se réduiraient-elles au résultat d’un jeu plus ou moins complexe entre les données factuelles et divers facteurs sociaux, tels que théories en vogue, « paradigmes », idéologies et rapports de force au sein de la communauté scientifique ? Il semble que la réponse doive être négative, car, bien que l’empirique et le social puissent expliquer pourquoi le savant favorise telle conception au détriment de telle autre, cela ne nous montre pas comment les idées, admises ou rejetées, se forment, et pourquoi elles sont telles qu’elles sont. L’imagination est la véritable source des conceptions scientifiques.

  • 3 Veyne, 1983 : 12.

3Mais de quelle imagination s’agit-il ? Celle que l’on croit propre à l’art moderne : libre, indomptable, apparentée à la pure fantaisie ? Ou plutôt celle dont parlait jadis Émile Zola : disciplinée, appuyée sur le terrain conquis par le savoir positif, et qui ne recourt à l’intuition que devant l’inconnu, pour précéder la science ? Ni l’une, ni l’autre, car l’une et l’autre sont inventées, imaginaires, simple création d’un troisième type d’imagination, la seule qui existe réellement. Cette imagination, bien connue des ethnologues, est loin d’être une faculté qui permette de transgresser les limites du bocal conceptuel où nous sommes enfermés : au contraire, elle en dresse les parois, et c’est dans ce bocal — comme le dit Paul Veyne3 — que se moulent les religions et les littératures, aussi bien que les politiques, les conduites et les sciences. Les parois du bocal, sans être éternelles et invariables, restent néanmoins figées durant de longs siècles et semblent parfois si transparentes que nous n’en soupçonnons même pas l’existence, telle une mouche qui bute contre la vitre tout en continuant à ignorer l’obstacle.

4Nous avons déjà appris à étudier les bocaux des autres, dont nous sommes éloignés dans l’espace ou dans le temps ; les ethnologues et les historiens des mentalités le font bien habilement. Mais la mouche, pourrait-elle étudier elle-même la vitre qui, invisible, arrête pourtant son vol ? En essayant de relever un tel défi, l’auteur, qui est anthropologue, s’est tout naturellement intéressé au conditionnement que subit l’imagination de la tribu savante dont il fait, ou croit faire partie : les problèmes liés aux origines de l’homme et de la culture, objet de constante réflexion depuis des millénaires, offrent un prétexte commode pour reconstituer toute une anthropologie naïve admise dans la culture occidentale, ce qui offrira ensuite la possibilité de retracer l’influence de cet obscur savoir sur la pensée savante d’aujourd’hui.

  • 4 Casanova, 1986 : 43.

5Mais entendons-nous bien. Mon intention n’est pas de blâmer la pensée anthropologique : il s’agira plutôt de la comprendre et d’en expliquer certains mécanismes. Qu’une approche critique soit souvent utile dans cette tâche, cela est aussi naturel qu’inévitable ; n’oublions pas que l’exercice méthodique du doute est l’essence même de la réflexion scientifique. Au lecteur qui trouverait ici trop de scepticisme, je dédie le souvenir ironique que Giovanni Giacomo Casanova (qui fut aussi un homme d’esprit) garda de son premier précepteur : « Il disait que rien n’incommodait tant que l’incertitude, et par cette raison il condamnait la pensée parce qu’elle engendrait le doute4 ».

Notes

1 Sainte-Beuve, 1951/1852, II : 466.

2 Le terme empirique possède aujourd'hui deux significations principales : dans le langage courant, il désigne un savoir qui reste au niveau de l'expérience spontanée ou commune ; en philosophie, il s'applique à la connaissance fondée sur l'expérience ou sur les données factuelles. Nous l'utiliserons systématiquement dans cette seconde acception.

3 Veyne, 1983 : 12.

4 Casanova, 1986 : 43.

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search