Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Première partie. Cadrages

Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs « natures »

Claudine Friedberg

Texte intégral

1Traiter des rapports de l’ethnologie et de l’anthropologie à l’interdisciplinarité est essentiellement essayer de comprendre pourquoi, en dépit du rôle important que les rapports homme/nature ont joué dans ces disciplines, elles ont si peu participé aux programmes interdisciplinaires dont nous traitons ici, et comment, en revanche, les démarches et les méthodes qu’elles élaboraient ont progressivement influencé la façon de conduire ces mêmes recherches interdisciplinaires ; il suffit pour s’en convaincre, de constater le nombre de références à des travaux d’ethnologues et d’anthropologues dans les textes de notre corpus et dans ce présent ouvrage.

2Examinons tout d’abord la différence de sens et d’emploi entre les trois termes : l’ethnographie est la description des modes de vie et des cultures des différents peuples, ou ethnies, qui couvrent la planète ; l’ethnologie se donne pour objet, en comparant les données recueillies par les ethnographes de découvrir les règles et les lois qui régissent le fonctionnement des ethnies. L’anthropologie, enfin, se propose d’atteindre, par-delà les différences entre les diverses sociétés existant ou ayant existé, à la compréhension de la nature humaine aussi bien dans sa dimension culturelle que biologique, sous-entendant d’emblée une approche interdisciplinaire. Aux yeux de certains, l’anthropologie, au sens le plus large, devrait englober toutes les sciences de l’homme.

3Si l’emploi du terme « ethnographie » est bien délimité et s’il s’applique de préférence aux manifestations matérielles des cultures (on parle ainsi de collections ethnographiques ou de musées ethnographiques), par contre un certain flou existe dans l’utilisation des termes « ethnologie » et « anthropologie ». En France, jusqu’aux années 50, les choses étaient claires : l’anthropologie s’occupait de l’homme dans sa dimension physique et l’ethnologie dans sa dimension socio-culturelle. Pour affirmer sa volonté d’étudier l’homme dans son universalité, mais aussi à l’imitation des Anglo-Saxons, Lévi-Strauss nomma le laboratoire qu’il créa lorsqu’il fut nommé professeur au Collège de France en 1959 « Laboratoire d’anthropologie sociale », donnant ainsi une coloration un peu désuète au terme « ethnologie » qui n’en demeura pas moins très utilisé et même revendiqué par certains.

  • 1 Pour se démarquer de l'ancienne anthropologie physique qui se préoccupait surtout, d'anthropométrie (...)

4Cependant, peu à peu, pour se démarquer de la connotation trop restrictive que le terme « ethnologique » avait pu prendre en renvoyant à l’exotisme et au colonialisme et pour signifier qu’en définitive c’est à nous-mêmes, en tant qu’êtres humains, que nous nous intéressons, on a eu tendance à ne plus utiliser que le terme « anthropologie » avec la signification d’« anthropologie sociale et culturelle » ; c’est ce que nous ferons ici, étant entendu qu’il est nécessaire de préciser « anthropologie biologique »1 quand on veut parler de la science qui s’intéresse à l’homme biologique.

1. L’anthropologie et les sciences naturelles

  • 2 Voir, en particulier, ce qui a été écrit sur la Société des Observateurs de l'Homme par Copans et J (...)

5Contrairement à la sociologie qui, étudiant le fonctionnement des groupes sociaux, s’est constituée, au départ, comme une science nouvelle et indépendante des autres, l’anthropologie, entendue comme « discours sur l’homme », a été considérée depuis l’Antiquité, et avant que le terme apparaisse, comme une branche de l’histoire naturelle ; ce sont les méthodes de cette dernière qui ont été appliquées à l’étude de l’homme, sans distinction toujours très claire entre le biologique et le culturel, et avec une préoccupation première de classification2. Les traits culturels comme les traits physiques étaient alors considérés, au même titre que les fossiles stratigraphiques pour les couches géologiques, comme caractéristiques d’une certaine catégorie d’hommes ; l’évolution biologique servait de modèle pour l’évolution des cultures.

  • 3 Signalons à ce propos la critique de Monique Barrué-Pastor, 1987, p. 107.

6Cette propension à la classification de type naturaliste s’est en effet souvent accompagnée d’une volonté de mise en évidence de stades d’évolution technico-culturelle ; ce fut le cas des « Kulturkreise » (cycles culturels) et de la théorie diffusionniste développée par les Allemands au début du siècle. Mais les Américains ont eu aussi leur entreprise classificatoire avec les « Human Relation Area Files » de Murdock, ainsi que les Français avec leurs Atlas ethnolinguistiques3.

  • 4 Auparavant, traditionnellement, le directeur du Musée de l'Homme était un médecin, ce fut le cas de (...)

7Même si la nécessité d’aborder l’étude de l’homme à travers des disciplines appartenant les unes aux sciences de la vie et les autres aux sciences sociales apparaissait évidente au départ, dès la fin du siècle dernier la partition entre anthropologie physique et anthropologie sociale et culturelle était accomplie. Cependant cette association s’est perpétuée au Muséum national d’histoire naturelle où la distinction entre les chaires d’anthropologie physique et d’ethnologie du Musée de l’Homme ne s’est effectuée qu’en 19704. La collaboration entre les deux versants de l’anthropologie avait pourtant alors repris, mais sur de nouvelles bases, dans le cadre des recherches sur la santé, la dynamique de population, la nutrition, et plus particulièrement à travers l’écologie humaine, domaine qui a eu peu d’impact sur les programmes interdisciplinaires dont nous traitons ici.

8Même si cela a pu entraîner des excès et des déviations réductionnistes, il n’en demeure pas moins que ce fut tout d’abord en raison de son ancrage du côté des sciences naturelles que l’anthropologie a pris en compte le milieu dans lequel se développe chaque société.

2. L’anthropologie et les rapports sociétés - environnement naturel

9En anthropologie, l’intérêt pour les relations que les sociétés entretiennent avec les éléments naturels de leur environnement s’est manifesté de plusieurs façons à travers 1) l’étude de « la culture matérielle », 2) l’analyse des modes de connaissance des objets et phénomènes naturels en liaison avec leur utilisation aussi bien technique que symbolique.

10Il n’est pas question de retracer ici toute l’histoire de la discipline, ni de revenir sur les aspects liés au déterminisme qui ont déjà été traités plus haut, mais de dresser la situation à l’époque où se sont mis en place les programmes interdisciplinaires dont nous traitons ici et surtout, d’examiner par quel cheminement d’idées et à travers quelles personnalités particulières s’est manifestée l’ouverture à cette interdisciplinarité.

11Dans les années 50, deux figures dominaient l’étude de la culture matérielle, Leroi-Gourhan et Haudricourt.

  • 5 L'enseignement du CFRE se donnait au Musée de l'Homme autour du Département de technologie ; nous r (...)

12L’influence de Leroi-Gourhan s’est, au départ, développée à partir de ses ouvrages l’Homme et la Matière et Milieu et Techniques parus en 1943 et 1945. Son apport essentiel a été de remplacer la typologie des outils, alors en vigueur, par une autre associant à ces outils des actions techniques et les matières sur lesquelles elles interviennent. Cette démarche a permis de sortir du descriptif pour essayer de comprendre les processus techniques. Elle a été pour beaucoup dans la naissance du courant qui, en réaction contre ceux qui ne s’intéressaient, dans la vie des sociétés, qu’au spectaculaire (c’est-à-dire à la vie religieuse et rituelle) a, au contraire, prôné une attention envers le quotidien. Le discours tenu aux élèves de Leroi-Gourhan formés dans le cadre du Centre de Formation aux Recherches Ethnologiques, était : « Avant de s’occuper de leurs dieux il faut d’abord savoir ce que les gens mangent, où ils habitent, comment ils se vêtent » ; et pour cela il fallait s’intéresser à la façon dont ils prélèvent leurs moyens de subsistance sur le milieu environnant5.

  • 6 Signalons ici qu'une des conséquences indirectes de la nomination de Leroi-Gourhan à la succession (...)

13En optant très tôt pour la préhistoire, Leroi-Gourhan s’excluait automatiquement d’une démarche interdisciplinaire portant sur les sociétés actuelles, mais il fut à l’origine du développement en France des études sur les rapports que les sociétés préhistoriques entretenaient avec leur environnement. Il continua cependant à exercer une influence sur tout le courant français de la technologie culturelle en particulier à travers l’enseignement qu’il donna à la Sorbonne où il succéda à Griaule6. Il faut noter que chez Leroi-Gourhan les notions de geste technique et de chaîne opératoire (qui chez lui incluaient le mental (Geistdoerfer, 1987)) s’inscrivaient dans une démarche interdisciplinaire qui prenait en compte l’homme biologique.

14Haudricourt était, lui aussi, dans les années 50, enseignant au CRFE. Encore plus que Leroi-Gourhan, il combinait à lui seul une approche véritablement interdisciplinaire : agronome de formation, naturaliste dans l’âme, il s’était intéressé très tôt non seulement aux gestes et attitudes corporelles impliqués par l’usage des outils mais aussi à la façon de dénommer les objets, ce qui le conduisit à se spécialiser en linguistique.

15Sa démarche telle qu’elle apparaît déjà dans ses échanges épistolaires avec Mauss dont il fut l’élève (Haudricourt/Dibie, 1987) consiste à vouloir comprendre les causes de l’évolution historique des sociétés humaines en associant dans une même analyse fonctionnelle les techniques liées à l’exploitation de l’environnement, les objets qu’elles mettent en jeu (outils, artefact produits, plantes et animaux domestiques, aliments…), et les noms qui les désignent. Sa perspective est essentiellement « phylétique » et son objectif la reconstitution du passé à travers les modalités de transmission de ce qui lui semblait être le moteur de l’évolution humaine. Si ce « matérialisme historique » correspond à ses convictions marxistes, on ne trouve cependant pas trace chez lui d’interrogation sur les rapports et les modes de production ; comme chez Leroi-Gourhan, la société en tant que telle est absente de ses travaux.

16Pour le domaine qui nous intéresse ici, son apport fut primordial : il a appris à ses élèves à relever des faits qui, d’apparence banale dans un domaine, prennent toute leur pertinence dans un autre, les entraînant ainsi à formuler des raisonnements typiquement interdisciplinaires. Par exemple, lors de son enquête en Nouvelle Calédonie, il s’interrogea sur le fait qu’un terme monosyllabique, donc fréquemment employé, signifie « aller chercher quelque chose dans les jachères ». Ceci le conduisit à mettre en évidence une pratique permettant d’introduire de nouveaux clones de plantes ordinairement reproduits végétativement, à partir d’individus issus d’une reproduction sexuée, dans la brousse, entre spécimens échappés des cultures ; il en tira des conclusions sur la conception kanak du monde dans laquelle l’homme vivant est associé au domestique, tandis que les morts et les dieux le sont au sauvage (Haudricourt, 1964).

  • 7 Voir en particulier les ouvrages publiés par la Selaf, collection dirigée par J.M.C. Thomas, fondat (...)

17Comme il enseigna devant un public restreint, l’influence directe d’Haudricourt fut plus limitée que celle de Leroi-Gourhan ; cependant il joua un rôle décisif dans la promotion de l’interdisciplinarité en ethnologie en favorisant l’existence de lieux permettant une telle pratique : il fut à l’origine de la transformation du laboratoire d’Agronomie tropicale du Muséum national d’histoire naturelle en laboratoire d’Ethnobotanique et de la création d’un laboratoire de « Langues et Civilisations à tradition orale » dont les chercheurs ont porté un soin particulier au vocabulaire lié à la nature et à son exploitation7 ; dans ces laboratoires et au « Centre de documentation et de Recherches sur l’Asie du Sud-Est et le monde insulindien » (Cedrasemi), il suscita des vocations ou attira des chercheurs ayant une double formation, sciences de l’homme et sciences de la vie, ou une expérience dans le domaine interdisciplinaire comme Barrau, qui, de formation agronomique, avait passé de longues années à la Commission du Pacifique sud.

18Mais examinons maintenant l’apport de la troisième personnalité qui joua, un rôle dans le développement de l’interdisciplinarité : Lévi-Strauss.

  • 8 Le chapitre « Structuralisme et écologie » dans le Regard éloigné est la traduction française d'une (...)

19Voici comment il s’explique sur son intérêt pour les relations que les sociétés entretiennent avec la nature dans Structuralisme et Écologie (1983)8 : « Mes collègues anglo-saxons écrit-il, taxent souvent “d’idéalisme” ou de “mentalisme” la perspective structurale sous laquelle, j’aborde l’étude des faits sociaux… Mais alors, pourquoi aurais-je choisi de devenir ethnologue au lieu de poursuivre la carrière philosophique à laquelle mes études universitaires me destinaient ? Et comment se fait-il que mes livres portent tant d’attention aux plus infimes détails ethnographiques ? Pourquoi m’y efforçai-je d’identifier avec précision les plantes et les animaux connus de chaque société, leurs emplois techniques particuliers et, s’agissant d’espèces comestibles, les manières différentes dont on les prépare ? » (p. 144-145).

  • 9 Lors du colloque « Situation actuelle et avenir de l'anthropologie en France », il acquiesça à la r (...)

20En dépit du titre de ce chapitre, nous devons constater comme il en convint lui-même, que sa démarche appartient plus à l’ethnoscience qu’à l’écologie9 et s’inscrit dans la perspective de la « Science du concret » qu’il avait développée dans la Pensée sauvage (1962) et qu’il réaffirme ici : « L’étude empirique conditionne l’accès à la structure… Chaque culture constitue en traits distinctifs quelques aspects seulement de son milieu naturel, mais nul ne peut prédire lesquels ni à quelles fins » (p. 145).

21L’objectif des analyses qu’il poursuit est en effet de découvrir par-delà les apparences, les structures qui sous-tendent l’organisation des sociétés. Lévi-Strauss a emprunté le modèle de l’analyse structurale à la linguistique ou plus exactement à la phonologie selon laquelle les sons ne doivent pas être considérés en eux-mêmes, mais dans leurs rapports les uns avec les autres à l’intérieur du système phonologique de chaque langue (Jakobson, 1976. Cf. préface de Levi-Strauss). Il a transposé cette règle impliquant la notion de système en anthropologie en affirmant la nécessité de repérer les relations existant entre les éléments pour que ceux-ci prennent sens : « Les termes n’ont jamais de signification intrinsèque : leur signification est “de position”, fonction de l’histoire et du contexte culturel d’une part, et d’autre part de la structure du système où ils sont appelés à figurer » (Levi-Strauss, 1962, p. 74).

22C’est pour comprendre les « positions » des plantes et des animaux figurant dans les mythes que Levi-Strauss porta tant d’attention à leurs caractéristiques biologiques, écologiques et comportementales susceptibles de justifier la place qu’ils occupent dans les couples d’opposition les associant, par exemple, les uns à la sécheresse et les autres à l’humidité ou les uns au monde aquatique, les autres à l’air ou encore le mouvement migratoire de certains animaux au cycle des saisons.

23L’enseignement de Lévi-Strauss sensibilisa donc ceux qui venaient l’écouter à la nécessité de connaître le milieu dans lequel vit une société pour comprendre le langage mythique par lequel elle exprime sa conception du fonctionnement du monde. Mais en ce qui concerne ses propres recherches, seule, dans les rapports nature-culture, l’action de la première sur la seconde l’intéressait, ceci dans la perspective d’un double déterminisme : « L’un impose à la pensée mythique des contraintes résultant du rapport à un milieu particulier ; l’autre traduit des exigences mentales qui se manifestent avec constance, indépendamment des différences entre les milieux » (1983 : 160).

3. Les héritiers et leurs élèves

24Comment les héritiers des trois personnalités dont nous venons d’examiner l’enseignement ont-ils eux-mêmes envisagé les rapports sociétés-nature et la pratique interdisciplinaire et qu’ont-ils transmis à leur tour à leurs élèves ?

25Remarquons tout d’abord que certains ne se sont considérés héritiers que d’une seule de ces personnalités alors que d’autres, au contraire, ont cultivé leur complémentarité. Mais pour comprendre le développement de l’anthropologie en France durant les trente dernières années il faut également tenir compte des courants théoriques exogènes ou étrangers qui l’ont traversée.

26Il y eut tout d’abord le marxisme qui avec le primat donné aux infrastructures pouvait amener à l’interdisciplinarité à travers l’étude des conditions matérielles dans lesquelles se développent les sociétés. Mais ce ne fut pas toujours le cas comme nous pouvons le constater avec l’exemple de Meillassoux (975) chez lequel les productions humaines sont traitées sans références précises aux qualités biologiques ou physiques du milieu qui les soutient.

  • 10 Voir en particulier dans les Cahiers du CERM le débat sur le mode de production asiatique.
  • 11 Ethnologie et marxisme, n° 171, oct. 1973 et Écologie et Sociétés, avril 1978, n° 198.

27Signalons, par contre, le rôle des ethnologues dans les débats interdisciplinaires qui se déroulèrent dans le cadre du Centre d’Études et de Recherches Marxistes10 et de la Pensée11.

  • 12 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « la Question du déterminisme dans les rapports homme-nature », p (...)

28Godelier pour sa part s’engagea et engagea ses élèves qui n’étaient pas forcément marxistes, dans une démarche où les caractéristiques du milieu naturel et surtout des pratiques liées à son exploitation sont prises en compte ; ils bénéficièrent d’ailleurs dans leurs recherches en Nouvelle-Guinée de crédits DGRST. Il en fut de même pour les membres du programme « Production pastorale et Société » ; les uns et les autres travaillaient dans le cadre du groupe Écologie et Société de la Maison des Sciences de l’Homme. Ces chercheurs s’inspirèrent également du courant « écologie culturelle » qui venait des États-Unis. Nous avons déjà examiné comment s’est manifestée l’influence de ce dernier et celle de l’approche marxiste sur les problématiques interdisciplinaires à propos du déterminisme, nous n’y reviendrons donc pas12.

29Le dernier courant dont nous devons tenir compte ici fut celui, déjà évoqué plus haut, de l’ethnoscience, terme ambigu dont l’usage a entraîné certaines confusions. Ce terme a été utilisé pour la première fois en 1950 par Murdock et al., dans l’index du fichier qu’ils organisaient sur différentes cultures humaines (Human Relation Area Files), comme titre de la section « Idées au sujet de la Nature et de l’Homme » recouvrant toutes les connaissances populaires dans ces domaines. Cependant ce terme était construit sur le même modèle que ceux d’ethnobotanique, ethnozoologie, ethnominéralogie… qui existaient déjà depuis la fin du siècle dernier et dont le sens n’était pas complètement équivalent puisqu’on les utilisait aussi pour désigner l’étude des relations réciproques entre l’Homme et le monde végétal, animal ou minéral.

30Aux États-Unis, Conklin (1954) fut le premier à se réclamer de l’ethnoscience dont il définit ainsi la démarche : partir des catégories sémantiques indigènes pour étudier la connaissance qu’une société a de son environnement. Cependant rapidement après son apparition, l’ethnoscience en tant que démarche scientifique, a pris une grande importance en anthropologie car elle a été étendue à l’ensemble du savoir social. Établissant une analogie entre code linguistique et code culturel, on prétendait dresser pour chaque société une « grammaire culturelle » permettant de comprendre et de prévoir, en fonction des circonstances, le comportement de ses membres. Parce qu’on considérait que les cultures sont constituées de domaines cognitifs isolables, on espérait reconstituer ainsi chacune d’elles à partir « de la somme des classifications populaires appliquées à tous ces domaines » (Sturtevant, 1964).

  • 13 En particulier au Cedrasemi où l'œuvre de Conklin se conjugua avec celle d'Haudricourt.

31Ce fut principalement à travers l’œuvre de Conklin que l’ethnoscience américaine fit son entrée en France ; d’une part par l’intermédiaire des spécialistes de l’Asie du Sud-Est13 puisque Conklin travaillait aux Philippines, et, d’autre part par l’intermédiaire de Lévi-Strauss qui, dans la Pensée sauvage lui emprunte plusieurs exemples. Après que l’on eut renoncé à reconstituer les cultures à partir de la somme des classifications populaires, le terme ethnoscience ne fut plus utilisé que pour désigner l’« étude des modes de connaissances populaires de la nature ».

32Le laboratoire d’Ethnobotanique, puis d’Ethnobotanique et d’Ethnozoologie du Muséum national d’histoire naturelle, fut sans doute le premier lieu où l’ethnoscience prit pied en France, d’abord, sur l’impulsion de R. Portères, son directeur, qui était agronome puis, par la suite, sous celle de Jacques Barrau également de formation agronomique. Il s’est simplement agi de proposer aux ethnologues d’identifier le matériel qu’ils rapportaient du terrain et de leur fournir les renseignements existant sur les espèces en question. En même temps on exigeait que les appellations vernaculaires soient correctement notées. Ce n’est que progressivement, en s’inspirant de la démarche de l’ethnoscience américaine, que l’on élabora une méthodologie d’enquête associant la mise en évidence des catégories sémantiques des informateurs avec une étude utilisant les outils d’analyse empruntés aussi bien aux sciences de l’homme qu’aux sciences naturelles.

  • 14 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, op. cit., p. 47.
  • 15 Le contenu du Journal d'Agriculture traditionnelle et de la Botanique appliquée, expression du labo (...)

33L’objectif est de mettre en évidence la façon dont les membres des sociétés étudiées se représentent le fonctionnement de la nature, leur façon de classer les plantes et les animaux et de comprendre les logiques qui sous-tendent leur mode d’exploitation du milieu. Nous avons déjà évoqué les systèmes de représentation à propos du déterminisme14, nous y reviendrons plus loin en traitant de ce mot-clef15.

  • 16 C'est cette équipe qui publie une revue spécialisée, Techniques et cultures.
  • 17 Cf. ci-dessous Chantal Blanc-Pamard, Jean-Pierre Deffontaines et Claudine Friedberg, « Techniques e (...)

34La technologie culturelle qui constitue l’autre accès à l’étude des rapports société-environnement s’est développée en plusieurs lieux. Tout d’abord la tradition se maintient au Département de Technologie du Musée de l’Homme où H. Balfet secondait Leroi-Gourhan. Aux Arts et Traditions Populaires ensuite avec, pour ce qui est des techniques liées à l’agriculture, Brunhes-Delamarre et Parain. Puis dans l’équipe dirigée par Cresswell16 et enfin à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales avec Sigaut, lui aussi élève d’Haudricourt et agronome de formation. On en traitera plus en détail à propos de pratiques et de techniques17.

4. La participation des anthropologues aux programmes interdisciplinaires

35Nous revenons ici aux questions que nous nous posions au début. Pourquoi les anthropologues ont-ils si peu participé à ces programmes ?

36La première raison est, sans doute, que l’anthropologie prétend pouvoir traiter des rapports homme-nature à l’intérieur d’elle-même. Cette attitude est tout d’abord une conséquence de l’enseignement de Mauss, de sa notion de fait social total et de la nécessité de l’approche holistique qui en découle : chacun des aspects de la vie sociale que nous qualifions tour à tour de religieux, de juridique ou de technique ne constitue en fait que les facettes différentes d’un même phénomène que les acteurs vivent comme une totalité et l’anthropologie se trouve donc justifiée de vouloir les traiter toutes. C’est dans ce cadre que la monographie destinée à traiter de tous les aspects de la vie d’une société, a gardé toute sa valeur en anthropologie. Cependant ce n’est pas parce que l’introduction comporte un chapitre décrivant le milieu naturel qu’il s’agit d’interdisciplinarité.

37Les enseignements de Leroi-Gourhan, d’Haudricourt et de Lévi-Strauss invitaient également les chercheurs à assumer eux-mêmes une démarche interdisciplinaire. Ainsi, contrairement à ce que l’on a pu affirmer pour d’autres disciplines, l’interdisciplinarité existe en anthropologie en dehors de toute perspective de recherche finalisée. Pourtant, le paradoxe est qu’aucun des trois maîtres n’a lui-même mené l’étude d’une société dans sa globalité, obligeant ainsi leurs héritiers à élaborer eux-mêmes leur méthodologie de terrain. Cependant, parmi ces derniers, tous n’ont pas accepté d’affronter les différents niveaux d’organisation qui, à partir du milieu naturel et à travers des articulations successives, nous conduisent jusqu’au système socio-économique ; certains, par paresse intellectuelle, d’autres parce que prendre en compte des rapports ou des systèmes de production leur apparaissait comme un engagement dans les rangs marxistes.

38Le niveau descriptif est resté pour beaucoup d’ethnologues un refuge commode. Il faut ajouter que l’urgence ressentie par tous de recueillir au plus vite les vestiges des différentes formes de pensée et de vie en société qui existaient encore les confortait dans leur refus de s’impliquer plus avant dans les problèmes occasionnés par les bouleversements socio-économiques actuels dans lesquels s’inscrivaient les programmes interdisciplinaires.

  • 18 Cf. ci-dessous Chantal Blanc-Pamard, Jean-Pierre Deffontaines et Claudine Friedberg, op. cit., p. 2 (...)

39Nous verrons plus loin18 comment, en particulier dans les programmes qui se sont déroulés en France, des ethnologues se sont contentés de fournir les noms et les usages des plantes sans amorcer une réelle problématique interdisciplinaire. Même ceux qui acceptaient d’aborder les sociétés dans leur complexité et de tenir compte du changement ont manifesté une grande réticence à répondre aux appels d’offres. Pour des chercheurs dont l’objectif est de mettre en évidence les logiques et le système de valeur des acteurs, il paraissait difficile de participer à des programmes fondés sur des hypothèses qui ne tenaient pas compte de ces derniers aussi bien en ce qui concerne la notion de développement que pour celle de conservation de la nature.

40Travaillant sur des groupes souvent marginalisés par les pouvoirs dominants, ils craignaient de trahir leurs informateurs en acceptant les perspectives dans lesquelles s’inscrivaient les programmes. L’impression de pactiser avec les pouvoirs en place était encore plus forte dans les pays en voie de développement dans la mesure où on y était sûr qu’une partie des crédits alloués pour le développement serait détournée par la corruption.

41D’une façon générale, on constate le plus souvent que les ethnologues n’ont accepté de s’engager dans des programmes interdisciplinaires que s’ils en étaient maîtres d’œuvre.

42Une autre raison du non-engagement des ethnologues est que leur méthode de travail sur le terrain, l’enquête participante, qui exige que l’on ne se contente pas des discours des informateurs, mais qu’il faille observer ce qu’ils font dans la réalité, c’est-à-dire être présent à tous les stades du cycle saisonnier, demande du temps. En définitive, l’anthropologue demeure persuadé qu’il est là pour comprendre et non pour intervenir. Dans un monde où l’on s’interroge de plus en plus sur la façon dont se prennent les décisions qui engagent l’avenir, où l’on voudrait que les choix échappent à l’aléatoire, la connaissance des « conditions initiales » est en anthropologie comme dans les autres disciplines scientifiques la question fondamentale.

43Dans son rapport pour le PIREN (987), G. Guille-Escuret confrontait les propos de Godelier et de Barrau. En réponse au premier qui proposait comme objectif anthropologique « d’élaborer une théorie des conditions de reproduction ou de non reproduction des systèmes sociaux, compte tenu de leurs structures internes et externes et de contraintes imposées par l’environnement écologique », le second insistait sur les « rigoureuses exigences » auxquelles il faut se soumettre pour mener à bien une telle démarche ; « elle ne peut être suivie qu’en accumulant des données précises dans des domaines relevant de nombreuses spécialités… ».

44Ces propos sont révélateurs de la situation dans laquelle se trouve l’anthropologie. Mauss avait ouvert le champ, débroussaillé les différentes directions dans lesquelles devait s’engager la recherche, mais en affirmant que son objet demeurait la société dans sa globalité. Leroi-Gourhan, Haudricourt et Lévi-Strauss ont affûté les outils et esquissé, en guise d’hypothèse de travail, des lois permettant de mener à bien cette recherche, mais ils n’ont pas abordé les sociétés de façon holistique, laissant ce soin à leurs héritiers. Nous disposons maintenant d’une masse de données. Il serait illusoire d’imaginer qu’en accumuler davantage fera jaillir la lumière sur le plan théorique.

45Pour l’anthropologue, le plus difficile est sans doute d’appréhender la différence de nature entre les sociétés comme les nôtres dans lesquelles il existe une coupure entre nature et culture et celles où les rapports à l’environnement sont considérés dans un cadre socio-cosmique dans lequel une telle distinction n’a pas de sens. Il faudrait comprendre ce que nous enseignent de telles sociétés sur leur maîtrise de la complexité, de la temporalité, linéaire et cyclique, et sur celle de la spatialisation, en particulier à travers les rituels destinés à assurer cette maîtrise.

Bibliographie

Barrau Jacques (1979), « Anthropologie, écologie, géographie, ethnoscience », in situation actuelle et avenir de l’anthropologie en France, Colloques internationaux du CNRS, n° 573, Paris, Éditions du CNRS.

Barrué-Pastor M., Barrué Michel, Consola Ch. (1987), Bâtiments agricoles et système social ; une recherche-action sur la construction de bâtiments d’élevage en montagne, compte-rendu de fin d’études, Toulouse, CNRS-CIMA/EAT, 617 p.

Copans Jean, Jamin Jean (1978), Aux origines de l’anthropologie française. Les mémoires de la Société des Observateurs de l’Homme en l’an VIII, Paris, Éd. le Sycomore, 229 p.

Conklin Harold C. (1954), The relation of Hanunoo culture to the plant world, Ph. Dissertation in Anthropology, Yale University, New Haven, 471 p. (non publiées).

Geistdoerfer Aliette (1987), « Histoire et ethnologie : l’apport d’André Leroi-Gourhan », la Pensée, n° 258, pp. 45-60.

Guille-Escuret Georges (1985), les Relations entre structures écologiques et sociales ; esquisse d’un bilan bibliographique, Paris, PIREN/CNRS, 49 p., ronéo.

Haudricourt André-Geeorges, DIBIE Pascal (1987), les Pieds sur terre, Paris, Éd. A.M. Métailié, 196 p.

Haudricourt André-Geeorges (1964), « Nature et culture dans la civilisation de l’igname : l’origine des clones et des clans », l’Homme, IV (1), pp. 93-104.

Jakobson Roman (1976), Six leçons sur le son et le sens. Préface de Claude Lévi-Strauss, Paris, Éditions de Minuit, 125 p. (Coll. -Arguments...).

Leroi-Gourhan André (1943), Évolution et Techniques : l’Homme et la matière, Paris, Albin Michel, 367 p.

Leroi-Gourhan André (1945), Évolution et Techniques : Milieu et Techniques, Paris, Albin Michel, 512 p.

Leroi-Gourhan André (1964-1965), le Geste et la Parole, t. 1 : Technique et Langage, Paris, Albin Michel, t. II : la Mémoire et les Rythmes, Paris, Albin Michel.

Lévi-Strauss Claude (1962), la Pensée Sauvage, Paris, Plon, 395 p.

Lévi-Strauss Claude (1983), « Structuralisme et écologie », in le Regard éloigné, Paris, Plon, 398 p.

Meillassoux Cl. (1975), Femmes, Greniers et Capitaux, Paris, Maspero.

Murdock G.P. et al. (1950), Outfine of world cultures, New Haven, Human Relation Area Files, XI + 222 p.

Sturtevant S.A. ed. (964), « Studies in Ethnoscience », in, A. Kimball Romney et Roy G. d’Andrade (eds), Transcultural studies in Cognition, American Anthropologist, 66 (3), part 2 (special publication).

Notes

1 Pour se démarquer de l'ancienne anthropologie physique qui se préoccupait surtout, d'anthropométrie, les anthropologues qui étudient l'homme dans sa dimension biologique préfèrent cette nouvelle dénomination.

2 Voir, en particulier, ce qui a été écrit sur la Société des Observateurs de l'Homme par Copans et Jamin, 1978.

3 Signalons à ce propos la critique de Monique Barrué-Pastor, 1987, p. 107.

4 Auparavant, traditionnellement, le directeur du Musée de l'Homme était un médecin, ce fut le cas de Rivet et de Vallois, ou un naturaliste, Millol.

5 L'enseignement du CFRE se donnait au Musée de l'Homme autour du Département de technologie ; nous retrouvons comme élèves du CFRE un certain nombre de ceux qui ont joué directement ou indirectement un rôle dans l'interdisciplinarité, par ordre chronologique : Bernot, Condominas, Jest, Cresswell, Berthe, de Garine, Friedberg, Bonte, Geistdoerfer…

6 Signalons ici qu'une des conséquences indirectes de la nomination de Leroi-Gourhan à la succession de Griaule en Sciences humaines fut la suppression du certificat d'« ethnologie sciences ». Ceci fut pour beaucoup dans la perpétuation de la coupure académique entre Faculté des Sciences et Faculté des Lettres si souvent dénoncée par Barrau, empêchant la possibilité d'une formation réellement interdisciplinaire des étudiants et la nécessité d'opter pour une Faculté ou une autre pour l'inscription à une thèse interdisciplinaire.

7 Voir en particulier les ouvrages publiés par la Selaf, collection dirigée par J.M.C. Thomas, fondatrice du laboratoire « Langues et civilisations à tradition orale » (Lacito) et qui est une élève d’Haudricourt.

8 Le chapitre « Structuralisme et écologie » dans le Regard éloigné est la traduction française d'une conférence donnée au Barnard College de l'Université Columbia de New York.

9 Lors du colloque « Situation actuelle et avenir de l'anthropologie en France », il acquiesça à la remarque que Barrau lui fit dans ce sens, 1979.

10 Voir en particulier dans les Cahiers du CERM le débat sur le mode de production asiatique.

11 Ethnologie et marxisme, n° 171, oct. 1973 et Écologie et Sociétés, avril 1978, n° 198.

12 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « la Question du déterminisme dans les rapports homme-nature », p. 47.

13 En particulier au Cedrasemi où l'œuvre de Conklin se conjugua avec celle d'Haudricourt.

14 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, op. cit., p. 47.

15 Le contenu du Journal d'Agriculture traditionnelle et de la Botanique appliquée, expression du laboratoire d'Ethnobotanique, actuellement laboratoire d'Ethnobiologie-Biogéographie, est un reflet de l'évolution des recherches en ethnosciences tout en conservant sa vocation de présenter des travaux sur l'agriculture traditionnelle.

16 C'est cette équipe qui publie une revue spécialisée, Techniques et cultures.

17 Cf. ci-dessous Chantal Blanc-Pamard, Jean-Pierre Deffontaines et Claudine Friedberg, « Techniques et pratiques : à la jonction du naturel et du social », p.347.

18 Cf. ci-dessous Chantal Blanc-Pamard, Jean-Pierre Deffontaines et Claudine Friedberg, op. cit., p. 269.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540