Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Première partie. Cadrages

L’agronomie : discipline et interdiscipline

Jean-Pierre Deffontaines

Texte intégral

1Les traités à caractère encyclopédique sur l’agriculture sont nombreux ; ils accumulent des faits à des fins de prescriptions ; ils marquent une volonté de dégager de l’expérience et des observations, accumulées par les praticiens, des règles pour des pratiques améliorées. Olivier de Serres, propose des analyses de situations associées à une démarche comparative, voire expérimentale (Olivier de Serres, 1619) ; mais on peut dire que la première esquisse de théorisation agronomique apparaît dans le Cours d’agriculture d’Adrien de Gasparin (de Gasparin, 1848). Cette étape est permise par les avancées de sciences, telles que la physique, les sciences biologiques et surtout la chimie. On peut rappeler que c’est en 1840 que Liebig élabora le principe de l’alimentation minérale des plantes. Mais il s’agit de connaissances morcelées, analytiques où le sol, la plante, le climat, les techniques sont considérés séparément et qui se réfèrent à des conditions particulières. « Science des localités », l’agronomie est prescriptive et normative (Bonnemaire, 1987).

2Les débuts de la recherche agronomique sont fortement influencés par le développement de la chimie agricole. Les premières stations agronomiques orientent leurs travaux de recherches sur la normalisation de la qualité des engrais, sur les analyses chimiques des sols et sur les problèmes d’échantillonnage et d’interprétation qu’elles posent. La physiologie végétale exerce, par ailleurs, une influence croissante sur l’agronomie. C’est avec Albert Demolon dans les années 1930 (Demolon, 1938) que se met en place une recherche sur les processus agronomiques et avec S. Henin que s’élabore, autour des années 60, une agronomie moderne. S. Henin publie en 1930 ses premiers travaux sur l’instabilité structurale des sols ; il soutient une thèse en 1944, dirigée par Georges Bachelard, dont le titre est : Essai sur la méthode en agronomie. En 1958, il est nommé professeur à la chaire d’agriculture à l’INA. Avec des collaborateurs, il publie en 1960 le Profil cultural (Henin, 1960). La même année, il devient directeur du département d’agronomie de l’INRA, qu’il dirige jusqu’en 1980.

3Rompant avec la vision normative et sectorielle de l’agronomie, S. Henin propose une approche globale et théorisée de l’ensemble formé par le peuplement végétal, le sol, le climat et les techniques culturales. Il souligne l’importance du contact étroit avec le terrain et subordonne les observations et les données collectées à une construction intellectuelle : « Pas d’objet étudié sans référence à une théorie ». Il donne aux méthodes agronomiques une impulsion selon trois axes : l’expérimentation, l’observation et le « suivi » de situations contrôlées, l’enquête régionale comparée (analyse et diagnostic de situations régionales). Parallèlement, mais sans volonté de théorisation, René Dumont, en réalisant des analyses comparées de situations et en développant des méthodes pour rendre intelligibles les techniques agricoles en référence à une vision globale de l’exploitation (Dumont, 1956), pose les fondements d’une technologie agricole comparée qui représente un volet de l’agronomie actuelle.

1. Les traits de l’agronomie moderne

1.1. Définitions

4En 1967, S. Henin, influencé par l’approche globalisante de l’écologie, donne de l’agronomie la définition large d’une « Écologie appliquée à la production des peuplements de plantes cultivées et à l’aménagement des terrains agricoles » (Henin, 1967).

5S’appuyant sur cette définition, des recherches se développent dans deux directions. Certains travaux s’orientent vers un approfondissement de la connaissance des mécanismes en jeu dans le système formé par le climat, le sol et la plante. Ces travaux « sont centrés sur la caractérisation et le fonctionnement des peuplements cultivés ou naturels ». Ils portent sur « la croissance et le développement (des peuplements) dans leurs relations avec les facteurs et conditions du milieu » (Gachon, 1974). Ils s’appuient sur les connaissances de base acquises par diverses disciplines comme la physiologie végétale, la bioclimatologie, la science du sol. Ils constituent un volet de l’agronomie vu comme « science d’un ensemble complexe de phénomènes liés entre eux et dont l’extériorisation, au niveau du champ est sous la dépendance d’un facteur aléatoire, le climat » (Henin, Sebillotte, 1985). Cette formulation, restrictive par rapport à celle de 1967, définit un point de vue écophysiologique de l’agronomie.

6D’autres travaux prennent en compte les interventions techniques et les objectifs des agriculteurs. Ils manifestent un autre point de vue sur l’agronomie qui est définie comme « une approche diachronique et synchronique simultanée des relations au sein de l’ensemble constitué par le peuplement végétal, le climat, le sol et soumis à l’action de l’homme en vue d’une production » (Sebillotte, 1974).

7Dans une perspective voisine, des chercheurs s’intéressent à la diversité locale et régionale des conditions de production et de l’aménagement des terrains. Leurs recherches sont définies comme « analyse descriptive et explicative de phénomènes (techniques) agricoles observés dans des secteurs géographiques variés dans le but d’éclairer les processus d’adoption d’innovations techniques » (Deffontaines, 1972). Cette définition met l’accent sur la connaissance et la compréhension des multiples modalités et des dispositifs d’interventions techniques mis en œuvre par les agriculteurs dans des milieux différents ; elle introduit une finalité de développement.

1.2. Les fonctions de l’agronome

8Dans cette évolution de la pensée agronomique initiée par S. Henin, il convient de distinguer deux fonctions de l’agronome. L’une est de progresser dans l’élaboration du corpus théorique de référence de l’agronomie, de produire une théorie agronomique. La seconde est de comprendre des situations, de faire des diagnostics, des évaluations qui aident à l’action. Cette dernière tâche de l’agronome qui l’amène à porter un jugement sur des situations est très lourde de conséquences, car pour juger il doit nécessairement se référer au corpus théorique, mais il doit aussi prendre en compte la situation dans laquelle se trouve celui qui agit, ainsi que ses objectifs. L’importance donnée à l’une ou l’autre de ces fonctions est à l’origine des deux courants de l’agronomie apparus au cours des vingt dernières années et que l’on peut qualifier l’un d’analytique, l’autre de global (cf. ci-dessous le paragraphe 2).

1.3. Un niveau clé et un concept de base

1.3.1. La parcelle agronomique

9Pour l’agronome, la parcelle (le champ) est la portion de territoire occupée par la même production végétale et soumise aux mêmes successions d’interventions techniques de l’éleveur ou de l’agriculteur. Elle peut être distincte de la parcelle de propriété (cadastre) ou de la « pièce » (aux limites durables : haie, chemin, clôture fixe…) (Milleville, 1972).

10Pour porter des diagnostics au niveau du champ, l’agronome a été amené au cours des vingt dernières années à développer des points de vue existants et à en considérer de nouveaux.

11Le champ est le lieu où se constitue le rendement. De ce point de vue l’agronome cherche la correspondance entre les états successifs du peuplement cultivé et les états du milieu qui résultent des opérations techniques. Pour cela il établit des modèles du système climat-sol-plante-techniques, de même que des modèles d’élaboration du rendement. Il dispose d’outils de mesure et de diagnostic (profil cultural). Il utilise la démarche expérimentale, mais aussi l’observation en situation.

12La reconnaissance du statut scientifique de l’observation au même titre que l’expérience, moyennant des conditions, notamment celles de l’établissement d’un plan d’observation au même titre qu’un plan expérimental, est une étape majeure de l’évolution récente de l’agronomie. Elle permet de considérer les pratiques des agriculteurs comme objet de recherche. D’où le développement d’un deuxième point de vue sur le champ alors lieu d’application des pratiques agricoles. Ce point de vue est à l’origine du débat sur les relations entre les techniques et les pratiques, débat qui amenait l’agronome à regarder vers diverses sciences humaines, notamment l’ethnologie.

13Mais comment rendre intelligibles ces pratiques ? Comment rendre compte de leur diversité sans considérer le champ comme un élément de l’exploitation agricole (Osty, 1978). Ces interrogations sont à l’origine d’un point de vue qui découle du précédent : le champ comme système piloté par l’agriculteur qui gère, dans le temps et dans l’espace, un territoire hétérogène et discontinu et qui organise ses pratiques au niveau d’un ou de plusieurs systèmes de cultures. Ces notions de pilotage et de gestion étaient empruntées au domaine de recherche sur les décisions. Pas de progression dans cette voie sans collaboration avec les microéconomistes (les économistes de l’exploitation agricole). Avec eux émergent des termes tels que : gestion technique, conduite et maîtrise, risques, décisions tactiques et stratégiques, trésorerie fourragère…

14Telle une pelure d’oignon supplémentaire apparaît un nouveau point de vue, celui du champ comme facette d’un paysage (Deffontaines, 1989). Le champ est influencé par son environnement et a une influence sur lui. Le champ est en relation avec des écosystèmes (bassins-versants, unités de faune ou de flore). Le champ est une maille élémentaire dans un espace local ou régional, qui est soumise à l’influence de facteurs perceptibles à ces échelles (« effet village », « effet région »). Le champ est aussi une portion du paysage perçu, vécu, un élément du cadre de vie. Dès lors le champ apparaît soumis à des exigences nouvelles des ruraux non agricoles, de plus en plus nombreux, mais aussi des agriculteurs eux-mêmes.

15Enfin le champ se révèle être une partie d’un espace économique et social. Il est un élément d’un bassin de production, d’une aire d’influence d’organismes et d’institutions diverses. Il est le lieu de multi-usages, donc d’enjeux. Il est objet convoité ou négligé, affecté d’un prix fluctuant, d’un statut juridique de propriété. Il est aussi la portion de territoire qui est vue régulièrement par les agriculteurs d’une localité qui, par observations répétées des tentatives, des échecs, des réussites des uns et des autres, construisent progressivement un référentiel local, un système de normes techniques. L’agronome prenait conscience des dimensions sociales du champ.

16Ces divers points de vue sur le champ mettent en lumière des facteurs qui interviennent sur le choix des pratiques par les agriculteurs, sur l’intelligibilité de ces pratiques. Ils sont progressivement et complémentairement pris en considération par les agronomes. Chacun d’eux révèle des faits, mobilise des méthodes et des instruments particuliers, suggère des logiques aux phénomènes et définit un espace de relations avec des disciplines nouvelles. Le champ, niveau privilégié d’organisation pour l’analyse agronomique, s’est avéré un niveau charnière de rencontre avec d’autres disciplines (Romane, 1979).

1.3.2. Le système de culture

17La notion de système de culture n’est pas nouvelle. Adrien de Gasparin en donnait en 1848 la définition suivante : « Le choix que fait l’homme des procédés par lesquels il exploite la nature pour en obtenir une production, soit en la laissant agir, soit en la dirigeant avec plus ou moins d’intensité en différents sens ». Le terme de système de culture inclut deux notions de base en agronomie, celle de rotation des cultures (succession dans le temps) et d’assolement (organisation dans l’espace), auxquelles s’ajoute celle, plus récente, d’itinéraire technique (Sebillotte, 1978).

18Pour saisir le fonctionnement et les possibilités de transformation du système de culture, l’agronome se réfère à l’exploitation agricole, mais aussi à d’autres niveaux d’organisation englobants, de la localité à la région (Deffontaines, Osty, 1977 ; Jouve, 1982). Dans l’exploitation l’agriculteur gère un système de culture, c’est-à-dire qu’il organise les rotations et les itinéraires techniques des cultures et leur assolement sur les différentes parcelles, dans le cadre d’objectifs de production et de maintien des capacités productives du territoire. À ce niveau, le système de culture apparaît comme un sous-système du système de production. En ce sens, la notion de système de culture permet aux agronomes de mener des travaux en interface avec des zootechniciens, des pastoralistes et des économistes de l’exploitation. La référence à l’exploitation a été fortement influencée, voire suscitée par les travaux des « micro-économistes » ruraux qui s’intéressaient aux conditions d’adoption du « progrès technique » (J.C. Tirel, 1962 ; J. Brossier, 1973 ; Reboul, 1976 ; Petit, 1971, 1975).

19Mais le système de culture est aussi vu comme un élément constitutif de systèmes spatiaux et sociaux incluant l’exploitation, comme les systèmes agraires locaux, microrégionaux ou régionaux ou comme les filières de production. La notion de système de culture met alors en relation l’agronomie avec des sciences humaines telles que la géographie, la sociologie et, à nouveau, l’économie.

2. Deux courants de l’agronomie

20Au cours des années 70 et 80, on assiste à l’affirmation d’un courant de l’agronomie, une écophysiologie des peuplements de plantes cultivées (analytique), et au développement d’un second courant, que l’on peut appeler une technologie agricole (global).

2.1. Vers une écophysiologie des peuplements des plantes cultivées

21Dans cette perspective, le peuplement et le milieu (climat-sol) sont les objets scientifiques de base. Le but de la recherche est de définir les lois de variations des états du peuplement et du milieu dans le cadre de combinaisons techniques données. Cette recherche a donné lieu à d’importants travaux en France et à l’étranger notamment sur la modélisation de l’élaboration des rendements des différentes cultures. L’expérimentation est sinon la seule méthode, du moins la mieux adaptée à la validation de tels modèles. Le niveau d’analyse pertinent est la parcelle, voire l’unité de peuplement homogène dans la parcelle.

2.2. Vers une technologie agricole

22Ce n’est pas le peuplement de plantes cultivées qui est l’objet central de la recherche, mais la technique. Celle-ci est vue à la fois dans ses conséquences sur le peuplement végétal et le milieu et dans les conditions de son choix. La technique n’est plus seulement un facteur de production, mais également un résultat, c’est-à-dire le produit d’un choix qui dépend d’une situation individuelle et qui a une dimension sociale.

23Dès lors intervient la dualité techniques-pratiques (cf. ci-dessous le paragraphe 4.3). Alors que les techniques peuvent être analysées, élaborées, testées indépendamment de ceux, agriculteurs ou éleveurs, qui les mettent en œuvre, les pratiques ne peuvent être étudiées sans prise en compte des conditions dans lesquelles agissent les praticiens, sans analyse du contexte social, économique, écologique de l’action.

24Les méthodes d’analyse « en situation » (enquête en exploitation, « suivi ») sont alors nécessaires. L’agronomie peut déboucher sur des conseils individuels, mais également éclairer l’état et le fonctionnement de systèmes techniques aux niveaux englobants, de filières de production, de l’ensemble des exploitations adhérentes à telle coopérative, de telle commune ou petite région, voire de telle région, et participer à la solution de problèmes posés par les responsables du développement et de l’aménagement. La création du département Système Agraire et Développement (SAD) en 1979 à l’INRA marque une certaine reconnaissance institutionnelle de ce courant de l’agronomie et permet une extension des travaux qui s’y rattachent.

25Dans ce courant de l’agronomie, les recherches diffèrent selon l’importance donnée au caractère opératoire de leurs résultats ; les disciplines rencontrées ne sont pas les mêmes selon les cas. Certains travaux privilégient l’étude des modalités des pratiques, de leur origine et de leur évolution, leur efficacité, de leur répartition géographique. Des convergences apparaissent avec des ethnologues (André Georges Haudricourt, André Leroy-Gourhan, Charles Parain, F. Sigaut) et avec des géographes comme O. Dollfus, N. Mathieu et des « africanistes » : G. Sautter, J. Pelissier, Ch. Blanc-Pamard, J.Y. Marchal.

26D’autres travaux, plus finalisés par l’action, sont orientés vers la gestion technique individuelle ou collective. Cette orientation vers une agronomie gestionnaire fondée sur une bidisciplinarité (économie-agronomie) est sans doute une des conséquences majeures des incitations des Comités de la DGRST.

27Un exemple d’évolution de l’agronomie vers une technologie agricole : les recherches sur la fertilisation azotée du blé.

28On peut schématiquement distinguer différentes étapes dans la recherche sur la fertilisation azotée du blé qui dénotent et illustrent une évolution des points de vue des agronomes.

  • a) Au début des années 60, la multiplication des mesures et des observations permettait de proposer des normes techniques reliant le rendement en blé à une certaine quantité d’azote. Nous qualifierons d’empirique le point de vue correspondant à cette première étape.

  • b) En 1967-1968, les physiologistes proposent un fractionnement des apports qui permet, en tenant compte des stades de développement de la plante, une meilleure utilisation de l’azote : méthode Coïc (point de vue physiologique),

  • c) Dans les années 70, outre le développement du peuplement, sont pris en compte l’état du sol, l’histoire culturale (arrière-effet) et le climat de la parcelle, pour établir des bilans : méthode Hebert (point de vue écophysiologique).

  • d) Les travaux des années 80 considèrent les objectifs finaux de l’agriculteur ainsi que les coûts de production sur la parcelle ; ce qui suppose une analyse à l’échelle de l’exploitation. Pour y parvenir une méthode de contrôles réguliers pour « pilotage » du milieu et du peuplement est proposée (Meynard, 1985) (point de vue de la gestion technique individuelle).

  • e) Dans les travaux récents relatifs à la pollution des nappes et rivières par les nitrates, les agronomes sont amenés à aborder le problème de la fertilisation azotée au niveau de portions de l’espace rural, telles qu’un bassin-versant, un périmètre de protection ou un massif. Ils doivent considérer les interactions techniques et écologiques entre parcelles agricoles et non agricoles voisines et tenir compte des liaisons socioéconomiques entre les exploitations et les autres activités concernées par ce territoire : point de vue social et spatial de la technologie (Programmes de recherche INRA localisés dans les marais de l’Ouest et dans le périmètre des eaux minérales de Vittel).

3. Influences des diverses disciplines sur l’agronomie

29L’agronomie, science de relations entre divers types de phénomènes et science d’action, a été, dans son évolution, sous influence de disciplines diverses.

30Dans l’émergence d’une agronomie orientée vers la technologie, on observe l’influence de la pensée philosophique, celle de Gaston Bachelard notamment (théorisation et contact avec le réel), celle issue de la médecine (notions de diagnostic, de symptôme, de syndrome, valorisation du qualitatif). Dans le développement de ce courant de l’agronomie, différentes disciplines sont impliquées : micro-économie rurale, économie des exploitations et de la décision ; ethnologie des techniques (chaîne opératoire, histoire des techniques). On observe également l’influence d’une géographie (paysage, terroir, système agraire, « transect », tour de pays) et d’une sociologie (référentiel et norme, groupe professionnel local, réseau) qui considèrent le fait technique comme déterminant dans l’évolution des espaces et des sociétés.

31Bref, dans son contenu actuel, l’agronomie apparaît comme issue d’un large réseau d’influences disciplinaires ; ce qui la marque sans doute, selon les termes de Ch. Sauvage (977), comme « discipline carrefour » entre sciences humaines, sciences biologiques et sciences de la terre : d’où le rôle central joué par l’agronomie dans de nombreux programmes interdisciplinaires.

4. Agronomie et recherches interdisciplinaires

32Quelques remarques générales peuvent être faites avant d’analyser les relations entre l’agronomie et l’interdisciplinarité.

33Les objets de l’agronomie sont complexes. Le champ cultivé intègre, on l’a vu, de nombreuses composantes et des points de vue variés. Le degré de complexité est d’autant plus élevé que, en plus d’être le lieu d’une culture, le champ est un élément du système de production de l’exploitation ou une facette localisée dans un paysage ou encore un constituant d’un système agraire. La complexité fait une première obligation d’interdisciplinarité.

34Par ce qui la lie à une demande sociale et par une de ses finalités qui est de porter des jugements sur des situations concrètes, l’agronomie est en « interface » avec les disciplines étudiant les mécanismes qui interviennent dans l’activité de l’homme.

35Par les relations étroites qu’elle entretient avec le « terrain », c’est-à-dire avec un territoire, mais aussi avec des agriculteurs et leurs projets et avec un environnement économique et social, l’agronomie est source d’informations originales, mais aussi de questions pour diverses disciplines.

36Cette présentation de l’agronomie, de son champ et de son évolution révèle sa prédisposition à l’interdisciplinarité, mais il convient de voir ce qu’il en a été réellement au cours des deux dernières décennies. Pour en juger nous avons retenu à titre de faits révélateurs, quelques concepts ou méthodes développés pendant cette période par l’agronomie orientée vers la technologie. En nous appuyant sur des expériences scientifiques concrètes, nous nous proposons de rechercher ce qui peut être en relation, dans cette évolution, avec l’interdisciplinarité. Nous abordons successivement quatre notions : celles de profil cultural, de potentialités, de pratiques agricoles et d’interface herbe-animal.

4.1. Le profil cultural

37Avec le « profil cultural », S. Henin propose un concept opératoire, appuyé sur une théorie de l’évolution des sols sous culture et permettant d’étudier globalement l’ensemble fonctionnel constitué par le peuplement végétal, le sol, le climat et les interventions de l’homme (Henin et al., 1960). L’analyse du profil cultural fournit à l’agronome le moyen de lire sur une tranche de sol l’histoire des pratiques appliquées par un agriculteur à une parcelle, de juger de l’effet de ces pratiques et de définir des règles d’action. La méthode est neuve. Elle associe la mesure aux évaluations qualitatives ; elle apparaît systémique avant l’heure, en ce sens qu’elle ne dissocie pas le sol de la plante, non plus que ces éléments des actions techniques. La méthode est exigeante, mais peu lourde. Elle facilite les observations multilocales et les études comparatives. Elle révèle, au travers de la multiplicité de leurs effets, la grande diversité des pratiques agricoles ; celles-ci étant considérées comme les façons particulières dont l’agriculteur procède dans les conditions particulières de temps et de lieu de ses activités de production. Enfin, elle inaugure un nouveau type de relations entre l’agronome et l’agriculteur. La notion de profil cultural a appelé des relations avec différentes disciplines.

  • 1 Cf. Monique Barrué-Pastor, C. Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines, « le Paradoxe du paysage », (...)

38Dans le cadre de l’analyse de la diversité locale et régionale des pratiques mises en œuvre par les agriculteurs, des agronomes ont emprunté aux géographes la notion de paysage. Les publications dans les années 60 sur la « science du paysage » ont fait référence (Bertrand, 1969). La confrontation du profil cultural des agronomes et du paysage des géographes s’est révélée un facteur stimulant pour les deux disciplines. Pour les agronomes, le paysage est apparu comme un moyen de systématiser le passage du sol (espace à deux dimensions), au terrain (espace à trois dimensions) et de spatialiser les faits agronomiques. Les géographes ont vu le concept de paysage, qui leur semblait quelque peu usé depuis les travaux de Vidal de Lablache ou de Blanchard, reprendre une vitalité particulière avec l’analyse agronomique. La conception du paysage comme un support d’informations localisées et mémorisées relatives à des échelles variées présente de fortes analogies avec celle du profil cultural proposée par S. Henin ; cette analogie, malgré les différences d’échelles et de finalités, a facilité les relations entre les deux disciplines. Maintenant il paraît aux agronomes impossible de se passer de l’information contenue dans le paysage1.

39Le profil cultural a acquis une dimension nouvelle, dans un autre domaine, à savoir les recherches menées en commun entre agronomes et sociologues du local. C’est en effet à l’occasion de travaux sur les systèmes agraires locaux, sur leur fonctionnement et leur dynamique (recherches appliquées fondées sur l’hypothèse que la dimension locale était pertinente à prendre en compte par les responsables du développement en milieu rural) qu’est apparu l’intérêt de l’analyse du profil cultural dans l’étude des « référentiels techniques » d’un groupe local d’agriculteurs (Darre, 1962-1967, Moisan, 1988). L’observation des traces des pratiques culturales archivées dans le profil cultural, associée aux témoignages des praticiens, s’avérait un moyen de percevoir dans un lieu, les normes techniques, leurs variantes, leurs dynamiques. Le profil cultural est aussi profil culturel.

40D’une façon plus générale, la valorisation de la connaissance qualitative que suppose l’analyse du profil cultural est à la base d’un rapprochement entre l’agronomie et les sciences sociales.

4.2. Les potentialités des terrains2

  • 2 Cf. Bernard Hubert, Nicole Mathieu, « Potentialités, contraintes, ressources : récurrence ou renouv (...)

41Dans les années d’après-guerre un déterminisme fort des facteurs du milieu amenait à parler de « vocation » des terrains. Au cours des années 60 on assistait à l’inverse, à une négligence des contraintes des terrains consécutives à une perspective d’industrialisation de l’agriculture – « On peut tout produire n’importe où ». En réaction à ces attitudes, des chercheurs, sous l’impulsion de S. Henin, ont engagé des travaux dans le but de proposer une évaluation des terrains qui prenne en compte les conditions techniques de leur utilisation au niveau des exploitations agricoles d’une région (Deffontaines-Henin 1970, Gras et al., 1971, Auriscoste, 1983).

42Ces travaux ont permis de distinguer différentes significations du terme potentialités selon le point de vue sur le terrain – support de couvert végétal, lieu des pratiques, objet soumis à décisions – et selon le jeu de contraintes pris en compte. À chaque définition correspondent des conditions d’interdisciplinarité différentes pour l’agronome. Cette collaboration s’établit avec des pédologues, des bioclimatologistes ou des physiologistes dans le cas où seuls interviennent les facteurs du milieu. On peut citer en exemple la carte des potentialités fourragères du Comité Land Use de la CEE (Lee, 1981). L’introduction des facteurs techniques favorise les rapprochements de l’agronomie avec l’ethnologie. Les recherches qui ont concerné le village de Salmé au Népal peuvent illustrer ce type d’interdisciplinarité (Dobremez et al., 1986).

43Lorsque le terrain est resitué dans le cadre de l’exploitation, l’agronomie est en interface avec l’économie, la sociologie, l’écologie. On peut citer le cas des recherches menées dans la vallée de la Plaine dans les Vosges (Coujard, 1981), dans la haute vallée de la Moselle (groupe INRA-ENSSAA, 1986) ou dans le Noyonnais (Sebillotte et al., 1989).

4.3. Les pratiques agricoles3

  • 3 Cf. Chantal Blanc-Pamard, Jean-Pierre Deffontaines, Claudine Friedberg, « Techniques et pratiques : (...)

44Quand et pourquoi et dans quel sens les agronomes ont-ils employé le terme de pratiques agricoles ? Ce terme apparaît dans les années 70 dans des recherches interdisciplinaires clairement finalisées par une problématique de développement (Landais-Deffontaines, 1989). Cette problématique était fondée sur l’hypothèse que les freins à l’innovation technique étaient liés à une inadaptation des « progrès techniques » proposés aux situations concrètes des exploitations et donc à une insuffisante connaissance et compréhension des conditions dans lesquelles les agriculteurs exercent leur activité, de leurs pratiques agricoles.

45Cette notion de pratiques s’est avérée d’autant plus nécessaire que les recherches se déroulaient dans des régions d’agriculture difficile, voire marginale, en zone de montagne (Corse [V.35.3.J, Pyrénées [V.7.4.J, Vosges [V.4.l.] ou dans un pays en développement difficile (Haiti [V.12.l], Népal [V.5.2], Madagascar, Guyane [V.8.2.], Sénégal).

46Ces recherches ont été à l’origine d’un point de vue nouveau pour l’agronome sur l’activité technique des agriculteurs. Il consistait à postuler que ceux-ci avaient des raisons de procéder comme ils le faisaient et qu’il fallait tenter de comprendre ces raisons avant toutes propositions. De ce point de vue, la connaissance des pratiques pouvait être à l’origine de « progrès techniques ».

47Un point majeur qui se dégage de ces travaux est que les pratiques observées sont le produit à la fois d’une culture technique qui est le propre d’une société et des relations qu’elle établit avec le milieu, et d’une « situation-projet » qui résulte du lien individuel et singulier que l’agriculteur entretient avec un système climat-sol-plante. Dès lors on comprend les « rencontres » entre l’agronomie et différentes disciplines.

48Une première rencontre s’est faite avec une économie de la décision dans l’exploitation agricole, comme cela a été mentionné précédemment. Un deuxième type de relations s’est établi avec des ethnologues de la technologie. Certains, comme F. Sigaut, étaient très sensibles aux filiations et aux cohérences techniques (la notion de chaîne opératoire présente de grandes convergences avec celle d’itinéraire technique). D’autres ouvraient très largement sur les dimensions sociales du technique : ce fut la « découverte » au début des années 1980 d’auteurs comme André Leroi-Gourhan, Charles Parain, plus récemment André Georges Haudricourt.

49Enfin une articulation, dont les implications furent grandes, s’est faite avec les chercheurs – sont-ils anthropologues ou sociologues ? – comme J.P. Darre, M. Salmona, dont les travaux portaient sur les pratiques des agriculteurs ou en traitaient. Ces relations furent très importantes et stimulantes pour les recherches qui suivirent, malgré l’indifférence, sinon l’hostilité, manifestée par les institutions de recherche.

4.4. Le système fourrager ou l’interface herbe-animal

50Les agronomes « modernes » ont longtemps laissé de côté les surfaces en herbe, plus particulièrement la prairie permanente. Prairies artificielles et prairies temporaires s’accordaient avec les concepts de base de l’agronomie, rappelés précédemment, mais la prairie, dite naturelle ou permanente, était « hors assolement ». Les chercheurs « fourragers » qui s’intéressaient aux techniques de productions fourragères étaient généralement, à l’origine, des généticiens (améliorateurs de plantes) qui, tel J. Rebischung, ont cherché dans les années 60 à lier la plante à son utilisation. Cette démarche se situe dans les mêmes périodes où S. Henin proposait sa première définition de l’agronomie. Les deux hommes se côtoyaient, mais les prairies n’en restèrent pas moins exclues de l’agronomie.

51La notion de « peuplement » de plantes cultivées, mise en avant par les agronomes, a sans doute fait obstacle au rapprochement avec les « couverts herbacées », de composition complexe, des fourragers. De plus les fourragers, s’intéressant à une production utilisée par l’animal, ont une notion particulière du rendement qui rendait difficile une démarche parallèle à celles des agronomes pour ce qui est des schémas d’élaboration du rendement. Ils étaient obligés de considérer l’animal et étaient naturellement portés à une relation avec les zootechniciens. Enfin la notion de parcelle pour les fourragers est plus fluctuante que la parcelle agronomique de plantes cultivées ; elle devient problématique en cas de pâturage.

52C’est en fait, dans le cadre d’une problématique technologique que l’on assiste à des échanges de concepts et de méthodes entre disciplines. Peut-être sont-ce les pastoralistes, pour lesquels la ressource végétale pouvait le plus difficilement être analysée isolément, qui ont les premiers engagés cette interface herbe-animal. Il se trouve que la plupart des opérations de recherches incitées par les Comités se situaient en zones pastorales, sèches (Corse [V.35A], Garrigue Montpelliéraine [V.18.2) ou humides (Pyrénées [V.7.3.J, Briançonnais [V.20.1.], Cévennes [V.34.1.], Vosges méridionales [V.41.1.], Landes de Gascogne [V.6.1.]…). Il y avait en quelque sorte obligation à cette interface.

53On retrouve dans les travaux des années 80 des fourragers la même dualité qu’en agronomie stricto sensu. Certaines recherches mettent l’accent sur une écophysiologie de la prairie, voire de la plante fourragère. Dans ce cas, il n’y a pas eu interdisciplinarité malgré l’annonce faite (Gounot, 1982). Dans d’autres travaux, l’orientation se fait clairement dans le sens d’une technologie pastorale, et l’interface avec la zootechnie, mais aussi avec les sciences humaines, se développe (Causses [V.15.2.], Pyrénées, Vosges [V.4.4.], avec J.C. Flamand, B. Jeannin, M. Duru, J.L. Fiorelli, A. Mathieu). C’est à l’occasion de ces recherches que se précisent ou apparaissent les notions de système fourrager (pendant du système de culture), de calendrier fourrager, de pratiques fourragères et pastorales, mais aussi de gestion technique (trésorerie fourragère, jours d’avance…). Si la notion de séquence technique s’avère pertinente, celle d’itinéraire technique ne s’adapte pas sans difficultés.

5. Conclusion

54De ce bref regard sur l’agronomie, sur son évolution récente, sur les tendances qui la composent et sur les relations qu’elle a établies récemment avec différentes disciplines, il apparaît que les agronomes tiennent les deux bouts d’une chaîne qui va des mécanismes physiologiques, édaphiques et climatologiques aux pratiques des agriculteurs. Cette chaîne, en tension, évolue-t-elle vers une complémentarité des courants écophysiologiques et technologiques ou vers la rupture ? L’évolution de l’agronomie depuis les années 60 dans le sens d’une technologie ouverte aux sciences humaines s’est faite au contact de disciplines diverses et à l’occasion de travaux interdisplinaires ; elle a été favorisée par les incitations des Comités successifs de la recherche. Dans cette évolution des tentatives réussies ont montré qu’il était possible de « caler » solidement les recherches technologiques sur les mécanismes qui fondent le fonctionnement du système climat-sol-plante. Il s’est avéré également que ces recherches technologiques contribuaient à l’orientation des travaux de recherche sur ces mécanismes. Cette dualité des recherches en agronomie est nécessaire et stimulante à condition d’éviter la dérive vers le « sectoriel » non opératoire ou vers un globalisme illusoire.

Bibliographie

Auricoste, C. et al. (1983), Friches, parcours et activité d’élevage. Points de vue d’agronomes sur les potentialités agricoles. Le cas des Vosges et des Causses, INRA, Paris, 55 p.

Bertrand G. (1969), « Paysage et géographie physique globale ». Esquisse méthodologique, Rev. Géo. des Pyr. et du S.O., t. 39, n° 3.

Bonnemaire J. (1987), Notes de lectures à propos de la démarche agronomique, document de travail, ENSSAA, 77 p.

Brossier J. (1973), « un Essai de liaison entre la recherche, la formation et l’action à partir de l’analyse des décisions économiques des agriculteurs », Annales ESR INRA, 2 (2), pp. 111-113.

Cachan P. (1981), Transformation de l’espace et gestion des milieux naturels, ENSAIA, Nancy.

Coujard J.L. (1981), Recherches sur la dynamique d’un espace rural. La vallée de la Plaine, ENSAIA, Nancy, 70 p., recueil d’articles.

Darre J.P. (1962-67), Réseaux de communication et changements techniques dans l’agriculture – Extraits d’études, Paris, GERDAL, 254 p.

Deffontaines J.P., Henin S. (1970), « Principe et utilité de l’étude des potentialités agricoles », CR Acad. Agri., pp. 463-472.

Deffontaines J.P. (1972), « Analyse des situations dans différentes régions de France. Freins à l’adoption d’innovations techniques », Études rurales, n° 52, pp. 81-90.

Deffontaines J.P., Osty P.L. (1977), « Des systèmes de production aux systèmes agraires », l’Espace géographique, (3), pp. 195-199.

Deffontaines J.P. (1985), « Étude de l’activité agricole et analyse du paysage », l’Espace géographique, n° 1, pp. 37-47.

Demolon A. (1938), Principes d’Agronomie, t. 1 : Dynamique des sols, t. II : Croissance des végétaux, Dunod, Paris, 495 p.

Dobremez et al. (1986), Les collines du Népal central. Écosystèmes structures sociales et systèmes agraires, INRA, Paris, t. 1 : 182 p., t. II : 190 p.

Dumont R. (1956), Voyage en France d’un agronome, Genin, 485 p.

Gachon L. (1974), Charte du nouveau département d’agronomie, INRA, doc. multigraph., 24 p.

De Gasparin A. (848), Cours d’Agriculture, la Maison Rustique, Paris, t. 5.

Gounot M. (1982), « Analyse et modélisation de l’écosystème prairial », Acta Oecologica. Oecologica generalis, vol. 3, n° 7-28.

Gras R. et al. (1971), « Contribution à l’étude de la culture de la betterave à sucre sur sols du Laonnois et de la Champagne de l’Aisne », Ann. Agron., 22 (5), pp. 537-584.

Gras R. et al. (1989), le Fait technique en agronomie. Activité agricole, concepts et méthodes d’étude, INRA, l’HARMAITAN, Paris, 183 p.

Groupe INRA-ENSSAA (1977), Pays, paysans, paysages dans les Vosges du Sud. Les pratiques agricoles et les transformations de l’espace, Paris, INRA, 192 p.

Groupe INRA-ENSSAA (1966), Espaces fourragers et aménagement. Le cas des Hautes Vosges, INRA, Paris, 228 p.

Henin S. (1944), Essai sur la méthode en agronomie, Labo Sols INRA, Versailles, 140 p.

Henin S. et al. (1960), le Profil cultural. Principes de physique du sol, Paris, SEIA, 320 p.

Henin S. (1967), « les Acquisitions techniques en production végétale et leur application », Économie rurale, 74, pp. 37-44.

Henin S., Sebillotte M. (1985), « Agronomie », in Encyclopedia Universalis, Corpus 1, pp. 575-580.

Jouve Ph. (1982), « Intérêts et exigences méthodologiques d’une approche systémique de la production agricole », Communication aux « Journées sur la Recherche-Développement en milieu rural », Montpellier, 8-9-10 Novembre 1982, ClRAD-DSA, 13 p.

Landais E., Deffontaines J.P., Benoit M. (1989), « les Pratiques des agriculteurs. Points de vue sur un courant nouveau de la recherche agronomique », Études rurales, n° 109, Paris, pp. 125-158.

Lee J. (1981), Carte des potentialités fourragères, Comité Land Use, CEE.

Meynard J.M. (1985), Construction d’itinéraires techniques pour la conduite du blé d’hiver, thèse d’ing. doct., INA PG, Paris, 297 p.

Milleville P. (1972), « Approche agronomique de la notion de parcelle en milieu traditionnel africain : la parcelle d’arachide en moyenne Casamance », Cah. ORSTOM, Ser. Biol., ní 17, pp. 213-237.

Moisan H. (1988), Développement agricole et localités – Chemin critique d’une pratique de recherche sociologique dans les territoires villageois de la plaine ouest des Vosges, Université de Paris X Nanterre, 313 p.

Osty P.L. (1978), « L’exploitation vue comme un système. Diffusion de l’innovation et contribution au développement », Bull. Tech. Inf Min. Agric., 326, pp. 43-49.

Petit M. (971), « Recherche sur les obstacles au progrès fourrager », Revue Fourrages, pp. 163-187.

Petit M. (1975), « Adoption des innovations techniques par les agriculteurs. Plaidoyer pour un renouvellement de la théorie économique de la décision », Pour, n° 40.

Reboul Cl. (1976), « Mode de production et système de culture et d’élevage », Économie Rurale, n° 112, pp. 55-65.

Romane F. (1979), Compte rendu des journées de travail du 10, 11 et 12 Octobre Barre les Cévennes – Montpellier, la parcelle – La marginalisation, DGRST, Comité GRNR, Groupe méthodologie écologique, ronéo, 7 p.

Sautter G. (1985), « Paysannerie », in : À travers champs – Agronomes et géographes. Colloques et séminaires, ORSTOM, Paris, pp. 289-297.

Sebillotte M. (1974), « Agronomie et agriculture. Essai d’analyse des tâches de l’agronome », Cah. ORSTOM, Sér. Biol., n° 24, pp. 3-25.

Sebillotte M. (1978), « Itinéraires techniques et évolution de la pensée agronomique », CR Acad. Agric. Fr. (1), pp. 906-914.

Sebillotte M. et al. (1989), Fertilité et systèmes de production, INRA, 369 p.

De Serres O. (1619), le Théâtre d’agriculture et mesnage des champs où est représenté ce qui est requis et nécessaire pour bien dresser, gouverner, enrichir et embellir la maison rustique, 878 p., dernière édition revue et argumentée par l’auteur.

Tirel J.C. (1962), INRA Grignon, 47 p.

Notes

1 Cf. Monique Barrué-Pastor, C. Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines, « le Paradoxe du paysage », p. 231.

2 Cf. Bernard Hubert, Nicole Mathieu, « Potentialités, contraintes, ressources : récurrence ou renouveau bien tempéré ? », p. 239.

3 Cf. Chantal Blanc-Pamard, Jean-Pierre Deffontaines, Claudine Friedberg, « Techniques et pratiques : à la jonction du naturel et du social », p. 269.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540