Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Première partie. Cadrages

L’écologie, avec ou sans l’homme ?

Geneviève Barnaud and Jean-Claude Lefeuvre

Full text

Nous tenons à remercier J. Le Duchat d’Aubigny pour l’aide apportée à la mise en forme du texte.

  • 1 Il est d'ailleurs paradoxal que l'écologie et l'économie aient la même racine puisque ce sont les c (...)

1Le terme d’écologie, proposé en 1866 par Haeckel, biologiste allemand, désigne la science qui étudie les relations des êtres vivants avec leur milieu. Étymologiquement, il associe les mots grecs oikos et logos et signifie science de l’habitat. En fait, l’écologie vise à établir les lois régissant non seulement les rapports entre les êtres vivants et leur environnement physico-chimique, mais aussi les relations développées entre les organismes. Pour cette raison, Bourlière (1965) la définit comme « une économie et une sociologie de la nature »1.

2Si l’on veut présenter schématiquement l’objectif principal de l’écologie fondamentale, on peut dire qu’elle tente de comprendre les causes de la diversité spécifique et les raisons de sa variation dans différentes communautés. Selon Orians (1990), malgré quelques dérapages dans les écrits de certains écologistes, aucune valeur particulière n’est attribuée à la richesse spécifique. L’écologie n’est donc pas une science normative. Par contre, la conservation biologique utilise des considérations de cet ordre, la diversité des organismes et la complexité écologique étant qualifiées de « positives » et l’extinction des espèces, de « négative ». La diversité biotique acquiert ainsi une valeur intrinsèque (Soulé, 1985).

  • 2 Tous les débats entre les tenants des divers courants philosophiques ont un lien direct ou indirect (...)

3Sans en nier l’importance, nous ne traiterons des filiations entre l’écologie et les courants philosophiques que de manière ponctuelle car elles ont déjà été traitées par divers auteurs, écologistes ou philosophes de formation. À titre d’exemple, l’ouvrage Conceptual Issues in Ecology est une intéressante synthèse de cet aspect de la question (Saarinen, 1980)2.

4Notre propos n’est pas non plus d’analyser en détail les origines et le développement des différents courants de l’écologie, domaine couvert par l’histoire des sciences et l’épistémologie (en France : Morin, 1980 ; Dajoz, 1984 ; Drouin, 1984 ; Acot, 1988 ; à l’étranger : McIntosh, 1976, 1985 ; Egerton, 1977, 1983, 1985), mais de répondre à la question : l’écologie est-elle réellement un carrefour de l’interdisciplinarité menant à une science de l’homme et de la nature, rôle que certains ont voulu lui faire jouer et que d’autres lui ont dénié ? A-t-elle simplement participé, au même titre que d’autres disciplines, à la création d’une démarche interdisciplinaire permettant de mieux comprendre les rapports homme-nature, ou bien a-t-elle favorisé l’éclosion de celle-ci ?

5Nous appuyant sur l’évolution de l’écologie au cours du temps, nous tenterons de cerner les raisons de ses difficultés d’insertion dans le courant interdisciplinaire alors qu’a priori elle bénéficie de caractéristiques intéressantes pour fédérer d’autres disciplines. Schématiquement, on peut distinguer des obstacles internes, dus à son origine et à la confrontation des différents courants de pensée qui l’animent, et des externes, notamment le réductionnisme imposé par l’évaluation classique et traditionnelle des sciences.

1. Naissance et développement

6Pour comprendre la situation de l’écologie dans la recherche interdisciplinaire, il est nécessaire d’esquisser à grands traits ses origines, relativement récentes malgré les références à l’histoire naturelle, et ses relations avec les autres sciences physiques ou biologiques. En effet, la participation des écologistes à ce type de programmes a été largement influencée par le statut de la discipline et par ses débats internes.

1.1. L’enfance naturaliste

7D’un point de vue historique, l’écologie est fortement enracinée dans les sciences naturelles. Pour Elton (1926, cité par Voute, 1968) « écologie (…) signifie simplement histoire naturelle scientifique ». Le développement de l’écologie doit beaucoup aux naturalistes de la fin du XIXe et du début du XXe siècles. Sans entrer dans le détail de la naissance de l’écologie moderne traitée par Dajoz (1984), il semble intéressant de mentionner, sans être exhaustif, le rôle d’Alexandre von Humbolt, fondateur de la géographie botanique et précurseur de l’écologie végétale, d’Augustin Pyrame de Candolle dans le domaine de la biogéographie végétale, de Charles Darwin, père de la théorie moderne de l’évolution, et d’Alfred Russel Wallace, biogéographe considéré par les historiens comme l’un des fondateurs de l’écologie au sens scientifique du terme. Un géologue, Charles Lyell, dans son ouvrage The principles of Geology (1830-1832), énonce aussi de nombreux thèmes majeurs en écologie. À la fin du XIXe siècle, des botanistes ouvrent la voie : Andreas Franz Schimper publie le premier ouvrage consacré à l’écologie et J.E.B. Warning donne le premier cours d’écologie à l’Université de Copenhague. Les premiers concepts écologiques sont alors formulés. Karl August Möbius, zoologiste, inventeur de la biocénose, propose une véritable méthodologie écologique, et S.A. Forbes, entomologiste, invente le microcosme, synonyme du concept actuel d’écosystème. Au début des années 1900, H.C. Cowles est la tête de file de la première génération de biologistes se présentant comme des écologistes à part entière, et McIntosh (1980) le qualifie de « titan » de l’écologie américaine pour ses travaux sur les successions végétales.

1.2. La spécificité scientifique

8L’existence de lois biologiques spécifiques et la nature de leurs relations avec les lois physiques – la physique étant toujours donnée en exemple de rigueur et de théorisation – ont été de longue date débattues. Ces réflexions concernent en grande partie l’écologie. Pour Bray (1958), deux divergences expliquent le manque d’unité de la biologie et de la physique autour de concepts fondamentaux opérationnels. Premièrement, de nombreux naturalistes et écologistes pensent qu’il existe des forces « supranaturelles » qui influencent le comportement du monde naturel. Deuxièmement, ces chercheurs considèrent les phénomènes biologiques comme des expressions hautement organisées de phénomènes physiques. Ceci se concrétise par trois types d’approches : une démarche mécaniste, une autre organiciste fondée sur la reconnaissance d’une spécificité liée à la complexité des phénomènes biologiques et, en position intermédiaire, une démarche systémique qui prône l’examen des phénomènes physiques et biologiques dans les termes d’une théorie Scientifique générale commune. Comparativement aux systèmes physiques, selon Erlich (1989), les systèmes modélisés par les théoriciens de l’écologie sont très complexes, d’où une plus grande difficulté à résoudre la question de l’équilibre entre généralité ou précision des théories. De manière synthétique, en reprenant les termes de Tilman (1989), on peut dire que la recherche en écologie consiste à émettre des hypothèses simplifiées qui permettent de résumer au mieux la complexité de la nature en quelques variables.

1.3. La difficile démarcation au sein de la biologie

9Sa situation parmi les sciences du vivant suscite plusieurs propositions de classement des disciplines en fonction des objets (de la cellule aux espèces) et des problèmes (de la structure aux aires d’extension) (Gisin, 1949). À la fin des années 50, divers auteurs, en analysant les caractéristiques de l’écologie au sein des sciences naturelles, parlent de superscience, causale, analytique et synthétique mais comprenant des aspects téléologiques. Pour Voute (1968), la distinction entre l’écologie et les autres sciences naturelles apparaît plus nettement en examinant les questions posées. L’écologiste s’intéresse en premier lieu aux raisons de la présence, de l’abondance, des fluctuations d’effectifs d’une espèce ou de groupements d’espèces en différentes localités, et aux mécanismes permettant le développement de telle ou telle communauté d’êtres vivants. Ces sujets impliquent l’étude des relations entre les individus, populations, communautés ou systèmes écologiques et leur environnement. Par contre, le physiologiste, l’éthologiste, etc., donnent la primauté à un certain type d’interaction.

1.4. La pleine croissance

10L’expérience des chercheurs les amène à ajuster en continu leurs concepts, entraînant ainsi une évolution rapide de l’écologie après la Deuxième Guerre mondiale. Boudière, l’un des précurseurs de l’écologie en France, écrit en 1965 : « Il n’a guère fallu plus de vingt ans à l’écologie pour passer du stade de spécialité ésotérique à celui d’une discipline maîtresse de la biologie ». Actuellement, elle est considérée par les géographes (Pinchemel et Pinchemel, 1988) comme « une science du vivant et des êtres vivants » étudiant essentiellement la biosphère.

  • 3 Cherret (1990) parle de la nature « inclusive » ou globalisante de l'écologie. La complexité de tou (...)

11Ce point de vue, qui fait de l’écologie une science « biocentrique » pour reprendre une expression de Bertrand (1975), s’oppose à une conception plus synthétique que di Castri (1981) illustre par l’image d’un tronc commun vers lequel convergent de multiples disciplines : « D’abord la botanique, la zoologie, la climatologie, la science des sols, la géographie physique, puis la biochimie et la microbiologie (…) ou les mathématiques avancées (…) et enfin la sociologie, la géographie humaine, la psychologie, voire les sciences économiques ». Conception un peu idéaliste, exprimée encore plus largement par Duvigneaud (1974) pour qui l’écologie est une vaste science de synthèse faisant appel aux disciplines les plus diverses. Cette extension du champ de recherche3 se traduit, comme nous le verrons plus loin, par des controverses, certains écologistes se qualifiant de fondamentalistes, d’autres de généralistes, avec parfois des ruptures dont les conséquences aux plans scientifique et institutionnel sont importantes pour le développement de l’interdisciplinarité.

1.5. Les diverses étapes internes

12En fait, une analyse historique montre que l’écologie change peu à peu d’objet scientifique en élargissant son champ d’investigation : étude des espèces considérées dans leurs relations avec le milieu physique environnant, puis analyse d’assemblage d’espèces (communautés) dans des milieux naturels non perturbés considérés alors comme des systèmes, et enfin prise en considération de complexes de systèmes intégrant l’homme et ses activités (exploitation agricole, production industrielle, aménagement de l’espace, etc.), à différentes échelles de temps et d’espace. Cette dernière phase conduit les écologistes à interroger les chercheurs en sciences humaines.

13Di Castri (1981) distingue de façon chronologique et conceptuelle cinq étapes dans cette progression ; l’autoécologie, la synécologie, l’écosystème, la biosphère et l’homme dans la biosphère. En réalité, le poids des disciplines naturalistes d’origine influe sur l’évolution de l’écologie ; de la persistance de principes issus de la botanique et de la zoologie découle un intérêt marqué pour les niveaux d’organisation correspondant à l’individu, à la population (autoécologie) ou aux groupements d’espèces (synécologie). Cette tendance s’oppose au progrès de la démarche systémique conduisant à l’analyse des niveaux d’organisation supérieurs. Actuellement, les complémentarités de ces diverses démarches sont de plus en plus évidentes.

  • 4 Il est intéressant de noter que pour Egerton (1977), historien des sciences, la compétition et l'éq (...)
  • 5 Soulignons que plusieurs termes importants en écologie sont traités dans la deuxième partie de ce l (...)

14De nombreux auteurs cherchent à clarifier le champ disciplinaire4. Ainsi, Cherret (1990) s’est fixé comme objectif de cerner les relations entre concepts, théories et principes en écologie sachant que les premiers sont prédominants et ceci parfois au détriment des seconds. Il part des six principes formulés par Grubb (1989) dans son ouvrage intitulé Toward a more exact Ecology dont les cinq premiers ont trait à la dynamique, à la croissance des populations, à la compétition inter et intraspecifique et à la prédation ; le sixième, relatif aux pertes d’énergie dans les réseaux trophiques, correspond à une traduction écologique du second principe de la thermodynamique. Pour déterminer les concepts reconnus par les écologistes anglais, suite à une enquête, Cherret établit la liste des 236 concepts énoncés dont les six premiers sont : l’écosystème, la succession, le flux d’énergie, la conservation des ressources, la compétition et la niche. Les questions soulevées par ce classement final, compte tenu de la nature des principes admis, sont traitées ultérieurement5.

1.6. Les grands débats

15Il nous paraît utile, sans les hiérarchiser, de passer en revue les grands thèmes débattus par les écologistes, dans la mesure où ils ont conditionné la pratique ou le rejet de l’interdisciplinarité.

16L’écologie est-elle une science de l’observation sur le terrain (Voute, 1968) ou une science expérimentale donc très dépendante du laboratoire (Varley, 1957, Diamond, 1986) ? La généralisation des résultats d’expérimentation est délicate en écologie, car la formule préalable. « toutes choses étant égales par ailleurs » ne peut s’appliquer au vivant que de manière très limitée. On trouve souvent en corollaire les oppositions entre les méthodes descriptives ou mathématiques (Roughgarden et al., 1989), entre les approches réductionnistes et holistiques (Friederichs, 1958), entre la « little science » et la « big science » (Fosberg, 1969). Ces divers discours interviennent dans les dissensions entre écologie fondamentale et écologie appliquée ou finalisée.

17Par ailleurs, Egerton (1985) dans son histoire de l’écologie appliquée fait bien ressortir des filiations directes avec l’agronomie (gestion des pâturages, contrôle des « nuisibles »), la « foresterie », la gestion de la pêche, du gibier, et la médecine traitant des questions de parasitisme et de pollution. De façon empirique, de nombreux praticiens utilisaient des notions écologiques bien avant qu’elles soient formalisées au sein de la discipline. Ces constats sont importants car ils expliquent en partie les potentialités de l’écologie à être partie prenante de l’interdisciplinarité.

18Le dernier point et non des moindres concerne l’attitude du chercheur en écologie vis-à-vis de l’application de ses connaissances et, d’une manière plus générale, son engagement dans une écologie politique. Face à l’amalgame entre écologie scientifique et écologie politique, ces scientifiques en sont venus à se dénommer écologues pour se distinguer des militants politiques baptisés écologistes par le grand public. Cherret (1990) note que le chercheur peut souvent prédire empiriquement les conséquences des changements des pratiques, notamment agricoles, des utilisations plus intensives des ressources, des rejets de déchets, etc., mais où se trouve la limite de sa responsabilité ? Par exemple, l’Ecological Society of America, de crainte de voir sa crédibilité scientifique remise en cause, s’interdit de prendre position sur des questions impliquant un jugement de valeur.

19En France, les écologues n’échappent pas à cette tendance, et ceux qui militent au sein d’associations de protection de la nature ou de l’environnement se voient attaqués au plan scientifique. Pourtant, ces chercheurs sont souvent demandeurs de recherche interdisciplinaire car ils sont confrontés aux problèmes environnementaux (protection d’espèces, d’espaces, pollution, alternatives aux modes de production) posés de manière globale par les aménageurs. Dans une optique de maintien de la diversité spécifique, ils ont, dans un premier temps, prôné la conservation des espèces par la création de réserves et de parcs en mettant en avant le caractère irrémédiable de la perte d’un taxon. Ce courant a parfois donné lieu à des dérives nettement conservatrices, contrebalancées par des interventions dans des projets de développement local et de restauration de milieux (lutte contre l’érosion, désertification, etc.). Face à la complexité des interactions entre les espèces, entre les espaces même protégés, et poussés par les implications politiques des applications de leurs résultats, ils ont évolué vers une analyse plus globale des sujets et ainsi vers une prise en considération des apports de l’interdisciplinarité. Des propositions de programmes de développement intégré ou durable ont vu le jour. Simultanément, des chercheurs en sciences humaines ont eu besoin des connaissances des écologistes pour mener à bien leurs programmes de recherche.

1. 7. Une image confuse

20De l’extérieur, les va-et-vient conceptuels, l’apparente quête perpétuelle de principes unificateurs peuvent être perçus comme une faiblesse, la discipline semblant avoir des contours flous, une multiplicité de concepts à l’origine de nombreuses polémiques, et disposer de théories qui ne permettent pas de prédire précisément l’évolution de la taille des populations ou l’extinction d’espèces. Cherret (1990), à propos du problème toujours sous-jacent du statut réel de la discipline, cite en exemple Cowles, se plaignant en 1904 du fait que « […] les écologistes ne sont pas d’accord même sur des principes généraux… » et McIntosh constatant en 1985 qu’« il n’est pas encore aisé de trouver un consensus parmi les écologistes sur les théories, sur leurs postulats de base… ». Au départ, les théories sont essentiellement « verbales » et de nombreux concepts émergent qui favorisent les échanges entre études expérimentales et théories mathématiques (Steele, 1989). Puis vers les années 50, on assiste à une floraison de théories mathématiques stimulée par des responsables d’équipes tel G.E. Hutchinson ou R. MacArthur. Ils font passer la discipline d’un stade purement descriptif à un cadre théorique actuellement en plein développement, dont les apports sont indéniables y compris dans le domaine des relations entre l’homme et son environnement (Erlich, 1989).

21Paradoxalement, cette recherche d’une identité et d’un statut, considérée comme une faiblesse, constitue aussi une des forces de l’écologie en lui conférant une capacité d’adaptation remarquable vis-à-vis des nouvelles questions environnementales. Quelles que soient l’importance de ces débats, la diversité des approches et la multiplicité des concepts et théories, O’Neill et al. (1986) estiment qu’actuellement, l’écologie est toujours partagée en deux grands courants. Ils distinguent de manière volontairement schématique une approche « population-communauté » formalisée par Diamond et Case (1986) et une approche « fonctionnement » des écosystèmes. En France, on retrouve globalement ces deux tendances sous une forme nuancée par les traits de notre histoire scientifique.

2. Les grands courants scientifiques

2.1. Le courant populationnel

22Ce mouvement traverse avec vigueur toute l’histoire de l’écologie. Il est tellement puissant que d’aucuns le considèrent encore comme le seul, à l’instar de Tilman (1989) pour qui « l’écologie est la discipline scientifique qui tente de déterminer les causes des modèles de distribution, d’abondance et de dynamique des êtres vivants ».

23La grande période de l’écologie théorique – on parle même d’âge d’or – se situe dans les années 1920-1930, lorsque l’étude des populations intègre les modèles mathématiques (Lotka, Volterra). Cette évolution permet d’éviter les approximations sémantiques et de tester les hypothèses des statisticiens. L’autre étape importante a lieu dans les années 60 avec le passage d’une démarche descriptive à une approche plus globale, fondée sur des problématiques intégrant la dimension évolutive.

24On distingue différentes étapes marquant la progression du courant populationnel. La cinétique démographique (ou constat des fluctuations densitaires) vient en premier, suivie de la dynamique de population (ou étude des facteurs à l’origine de ces fluctuations) permettant de prédire l’évolution des populations (Dajoz, 1974). La troisième phase, dénommée biologie des populations (Barbault, 1981, 1984), est fondée sur une démarche pluridisciplinaire incluant la génétique, la biochimie, la physiologie, l’écologie, l’éthologie, la biométrie et les mathématiques (Legay et Debouzie, 1985).

25S’intéressant uniquement à un niveau d’organisation, celui de la population, tout en puisant des concepts et des méthodes dans d’autres branches de la biologie (biologie de la reproduction, du développement, génétique, etc.), ce courant est situé dans la lignée directe de disciplines mères comme la zoologie ou la botanique, explication possible de son attrait pour un nombre élevé de biologistes. Il est incontestable que son relatif réductionnisme et sa capacité à utiliser dès le début l’outil mathématique, le font accepter aisément par la communauté scientifique, d’où son succès national et international entièrement justifié par la qualité de ses résultats. Ainsi, pour di Castri (1984), la biologie des populations serait mieux admise par les scientifiques que l’approche écosystémique car plus « compréhensible » et plus facilement compatible avec d’autres branches de la biologie (génétique, évolution).

  • 6 Selon Barbault (1984), nous sommes en train de passer très progressivement d'une écologie fixiste, (...)

26Aujourd’hui, la connaissance des mécanismes de régulation des populations (stratégie démographique, stratégie adaptative) implique d’analyser ces dernières dans leur environnement et d’étudier les comportements individuels ou collectifs. Il en découle une prise en compte de l’espace et de son hétérogénéité, ainsi que du changement vu comme élément moteur du complexe « population-environnement »6. Les résultats acquis au cours des études de cinétique démographique sont appliqués pour la gestion de stocks d’espèces intéressantes des points de vue de l’économie, de la lutte biologique et de la conservation. C’est l’un des domaines où l’écologie appliquée a fait ses preuves en prescrivant des techniques aujourd’hui largement employées.

2.2. La notion de groupement : influence de l’écologie végétale

27Bien qu’intimement liée à la notion de biocénose définie par Möbius en 1877 à partir de travaux sur les bancs d’huîtres, la notion de groupement connaît son plein développement en écologie végétale. Après s’être démarquée de la botanique et de la géographie végétale (Major, 1958), l’écologie végétale joue, dès l’origine, un rôle théorique prépondérant dans la définition de ce nouveau niveau d’intégration, en passant des inventaires floristiques (phytotaxons) à l’utilisation de caractères analytiques (degré d’abondance, pourcentage de recouvrement) permettant d’appréhender la végétation à une échelle plus vaste (associations, groupements, communautés, peuplements).

28Intégrant la composition et la physionomie des groupements végétaux, la phytosociologie marque une nouvelle étape dans la description et la cartographie de l’espace, renforçant ainsi les liens entre écologistes, géographes et pédologues. Cette évolution est la première esquisse d’une démarche pluridisciplinaire et non un simple emprunt réciproque d’idées et de méthodes. Au début du siècle, on assiste au rayonnement de différentes écoles. Gounot (1969) distingue un courant européen fondé sur une conception « phytosociologique issue des travaux des grands phytogéographes du siècle dernier et mise en forme par Braun-Blanquet et ses élèves » et un courant anglo-saxon très théorique comprenant l’étude quantitative et les méthodes statistiques. L’écologie française est fortement influencée par la première école dont les méthodes sont adoptées et adaptées largement par les chercheurs. En effet, pour Ozenda (1986), la partie de l’écosystème formée par les végétaux vasculaires est presque toujours très représentative de son fonctionnement, car elle représente quantitativement « l’essentiel de la biomasse et des échanges ». Il en conclut que la cartographie de la végétation est à l’origine et reste le centre de la cartographie écologique.

29Un autre courant américain joue aussi un grand rôle en écologie, il s’agit de la théorie des successions et du concept de climax mis au point par F.E. Clements au cours des années 30. Cette écologie dynamique, fondée sur l’analogie entre le développement d’un organisme et celui d’une association végétale, imprègne les écologistes travaillant sur les communautés végétales ou animales, qui en déduisent certaines propriétés homéostatiques des milieux. On trouve encore cette conception organiciste chez quelques écologistes (McIntosh, 1980) bien que H.A. Gleason et Sir A. Tansley, contemporains de Clements, aient fermement rejeté cette théorie du « superorganisme » (Watt, 1964).

30Dès la fin des années 60, en zone tempérée, l’application de ces notions pose le problème de l’impact des activités humaines (exploitations et transformations des milieux) et de sa mesure. En effet, cette théorie suppose admis l’équilibre de la nature, axiome réfuté par les démonstrations portant sur l’influence importante des perturbations. Le débat sur la prise en compte ou l’exclusion de l’homme dans les systèmes écologiques commence alors.

2,3. L’approche « fonctionnement » des écosystèmes7

  • 7 Cf. ci-dessous Patrick Blandin, « De l'écosystème à l'écocomplexe », p. 209.
  • 8 Dans cet esprit, l'une des meilleures définitions a été donnée par Evans (1956, cité par Schlesinge (...)

31De nombreux auteurs reconnaissent que le concept d’écosystème, fondamental en écologie, a permis de fédérer les chercheurs, de consolider les bases théoriques de cette discipline et de donner enfin à l’écologie une unité d’étude. La création du mot en 1935 est le fait d’un botaniste, A.G. Tansley, qui se propose de clarifier « le fondement logique d’une théorie de la végétation » (cité par Drouin, 1984). Mais il faut attendre 1942 pour qu’un limnologiste, R.L. Lindemann, lui donne le statut de concept. Pour Schlesinger (1989), les études écosystémiques traditionnelles sont des analyses de flux d’énergie et de matériaux au travers d’unités composées de communautés biotiques arbitrairement définies8.

32Les années 50 se caractérisent par le développement de ce type d’approche dont la généralisation est assurée par l’édition d’ouvrages de synthèse. Par exemple, le Fundamentals of ecology d’Odum (1953), véritable bible des écologistes, officialise l’utilisation du terme écosystème en exposant les méthodes quantitatives énergétiques et en proposant différents modèles. Cette présentation est reprise par de nombreux auteurs dont Duvigneaud (1962, 1974) et Margalef (1968). Au cours des années 60, en liaison avec le Programme biologique international, on assiste au développement des études écosystémiques qui s’orientent vers la biogéochimie.

33Selon Drouin (1984), « dès l’origine, les débats théoriques auxquels donne lieu le concept d’écosystème mettent en jeu une série de rapports entre l’homme et la nature, le vivant et le non vivant, l’unité et la multiplicité ». Cette analyse est confortée par Acot (1988), philosophe des sciences, pour qui naît alors une « pensée écosystémique » induisant « l’apparition d’une idéologie écologiste systémiste qui transformera les représentations sociales des relations nature-société dans les sociétés industrielles ».

  • 9 Reiners (1986, cité par Schlesinger, 1989) pense que « depuis environ 1960, l'absence de développem (...)
  • 10 « Les écosystèmes sont à la fois le résultat observable et la contrainte déterminante, ou la cause (...)

34Au milieu des années 70, l’étude des niveaux et des processus débouche sur un rapprochement fructueux entre l’écologie physiologique et la science des écosystèmes. Simultanément, les modélisateurs centrent leurs investigations sur des composantes de sous-systèmes, ce qui permet d’intégrer les facteurs de contrôle des systèmes ; Pour certains, ces orientations entraînent une fragmentation du champ traditionnel de la science des écosystèmes9 et, mise à part l’intégration des lois de la thermodynamique et de la conservation des masses, on est en droit de se demander si la science moderne des écosystèmes a encore un paradigme (Schlesinger, 1989). Burns (1990) répond en partie à cette interrogation en analysant « le pouvoir du concept et du paradigme écosystème ». Pour lui, les résultats de l’enquête de Cherret (1990) montrent que le fait d’avoir placé l’écosystème au premier rang des concepts écologiques conduit à une situation paradoxale car son caractère holistique ne permet pas de le relier directement aux six principes de base de la discipline. Il voit dans cette faille une des origines de l’instabilité de l’écologie10.

35Une fois postulé le rôle capital des études écosystémiques pour résoudre les problèmes d’environnement sensu lato (Odum, 1969, 1980), on assiste à une profusion de débats sur la valeur du concept, certains voulant assurer soit sa défense (Knight et Swaney, 1981), soit sa nature cybernétique (Naughton et Coughenour, 1981), ou d’autres souhaitant clarifier l’usage et les abus de l’utilisation du terme (Rossiter, 1990).

  • 11 Cf. ci-dessous Olivier Godard et Jean-Marie Legay, « Entre disciplines et réalité, l'artifice des s (...)

36Son emploi amène cependant des dérives. L’un des glissements les plus fréquents relève de la confusion entre le modèle, outil destiné à faciliter l’étude, et l’objet réel analysé11. Il consiste à accorder à l’écosystème valeur d’unité homogène et/ou d’entité fonctionnelle plus ou moins facilement délimitée (étang, forêt, savane) pour élaborer des modèles quantitatifs parfois éloignés de la réalité afin de donner une large portée aux résultats (Blandin et Lamotte, 1989). L’écosystème est alors considéré comme un spécimen abstrait sans lieu ni histoire, excluant en fait l’homme. Stenseth (1984) émet une autre critique : il s’agit de la tendance, perceptible chez Tansley et accentuée chez Odum, à se représenter l’écosystème comme un superorganisme. Cette tendance aboutit à l’hypothèse très controversée de Gaia, énoncée par Lovelock en 1979 : la terre est un superorganisme autorégulé. Les défenseurs de cette nouvelle idée voient l’intérêt de la métaphore dans la prise de conscience de la gravité de la situation mondiale accompagnée d’une certaine remise en cause scientifique des méthodes d’analyse (Hinkle et Margulis, 1990), alors que ses nombreux détracteurs mettent en avant l’impossibilité de tester l’hypothèse.

37Cependant, l’analyse écosystémique marque la vraie rupture entre l’écologie et les autres disciplines biologiques. Elle permet l’intégration plus ou moins facile et justifiée de principes issus d’autres théories tels ceux de la thermodynamique du vivant (quantification des flux énergétiques), de la cybernétique (analyse de la régulation, des échanges entre composantes, des facteurs de contrôle), de l’information, théorie introduite en écologie par Margalef (fonctionnement en réseau). Son atout majeur est la quantification des phénomènes par la mesure des flux systémiques.

2.4. Pistes ouvertes par l’application de la démarche systémique

2.4.1. La notion de groupe fonctionnel : influence de l’écologie animale

38Par manque d’une méthodologie applicable à l’ensemble d’un système, les travaux sont menés au préalable sur des parties ou des propriétés particulières des systèmes étudiés. Ainsi, l’identification d’une structure trophique composée de compartiments – producteurs primaires (organismes autotrophes), consommateurs primaires (herbivores), secondaires (prédateurs, parasites) et décomposeurs (organismes saprophages) – a stimulé la réflexion.

39Citons, à titre d’exemple, quelques laboratoires français qui s’investissent sur ce thème dès la fin des années 60. L’équipe de V. Labeyrie choisit, pour étudier les phénomènes complexes liés aux interactions producteurs-consommateurs primaires, une approche expérimentale à partir de modèles simplifiés confrontés ensuite au terrain. Par certains aspects, celle-ci peut être vue comme réductionniste et proche des démarches autoécologiques et écophysiologiques. L’équipe de M. Lamotte approfondit les bilans énergétiques de l’écosystème savane au cours de vingt années de recherches menées à Lamto, dans l’esprit du Programme biologique international (PBI). L’écosystème est considéré a priori comme homogène, d’où le choix des stations, des méthodes d’échantillonnage et des compartiments étudiés (sol, climat, végétation, peuplements animaux), ce qui limite la portée des interprétations finales. L’équipe de J.C. Lefeuvre, J. Touffet et P. Trehen fonde dès son origine le programme d’étude de « l’écosystème lande », en Bretagne, sur la notion de groupe fonctionnel, en analysant les interfaces entre les compartiments : relations sol-faune, plante-animal, prédateur-proie, ceci pour éviter les dérives disciplinaires qui, malgré tout, réapparaissent.

40Ces programmes sont l’occasion de mises au point méthodologiques aussi bien pour la prise de données (échantillonnage) que pour leur traitement (modèle). Cependant, par le choix des problématiques et des localisations, ils évacuent, dans la mesure du possible, le facteur « activités humaines ».

41Sur un autre plan, signalons que la prédominance de l’analyse par groupes fonctionnels « déspatialise » l’écosystème. Certains géographes le considèrent de ce fait comme « adimensionnel » et ont du mal à l’adopter comme modèle.

42Aujourd’hui, l’étude de la structure des réseaux trophiques connaît un regain d’actualité. Elle correspond à un domaine très actif et innovateur de l’écologie contemporaine (Pimm, 1980, 1982 ; Briand et Cohen, 1987) et favorise le développement de recherches biologiques pluridisciplinaires.

2.4.2. Les échanges intersystèmes : influence des études en milieu aquatique

43L’écologie des systèmes aquatiques, dont les racines se trouvent dans la limnologie et l’hydrobiologie, vit les mêmes péripéties que l’écologie terrestre, malgré son rôle de précurseur dans plusieurs domaines théoriques. Les travaux dirigés par G.E. Hutchinson, à l’origine du passage de la méthode descriptive à la méthode expérimentale en limnologie, en sont un bon exemple. Lindeman, membre de son équipe, formalise le concept d’écosystème à partir de l’analyse des processus en jeu dans un système lacustre composé de sous-systèmes interreliés (Egerton, 1983). L’hydrobiologie passe aussi par une période « d’hégémonie » de la phytosociologie au moment des recherches sur l’eutrophisation en systèmes lentiques (lacs, réservoirs).

  • 12 Cf. ci-dessous Patrick Blandin, op. cit., p. 209.

44Mais très vite, pour comprendre le fonctionnement d’un lac ou d’une rivière, les hydrobiologistes pressentent l’importance des transferts d’éléments allochtones, produits essentiellement par les écosystèmes terrestres. Pour Schlesinger (1989), la reconnaissance du concept de bassin-versant par Bormann et Lickens (1967) fournit aux écologistes terrestres une définition de frontière très utile. Les notions de « continuum » et « coupling system » sont formalisées à la fin des années 70 (Hasler, 1975). Elles initient la réflexion sur les écocomplexes au sens de Blandin et Lamotte (1985)12. Ce passage de l’écosystème à l’écocomplexe met l’accent sur les transferts intersystèmes. On n’envisage plus de construire un programme de recherche sur les flux en tant que tels, mais plutôt sur les fonctions remplies par certains systèmes écologiques. Par exemple, les zones humides sont maintenant étudiées à travers leurs fonctions d’écrêtement des crues, de dénitrification des effluents ou de recharge des nappes aquifères, etc.

45Cette mise en relation des systèmes à l’échelle des bassins-versants implique logiquement de s’intéresser à l’homme qui, de longue date, a façonné plus particulièrement ces territoires fluviaux. Au-delà de l’explication des modalités de transferts et des propriétés particulières des zones d’échange (écotones), le caractère général des principes mis en jeu pour expliquer les phénomènes à cette échelle débouche sur la naissance d’une nouvelle branche de l’écologie : l’écologie du paysage (Forman et Godron, 1981 ; Naveh et Lieberman, 1984). Pour les écologistes préoccupés par les problèmes de gestion du territoire, cette échelle d’étude facilite la compréhension des mécanismes en jeu. Elle permet, par la « respatialisation » des systèmes écologiques, la prise en compte de l’hétérogénéité, ainsi que l’intégration de l’homme comme composante et moteur de l’évolution des systèmes écologiques (Lefeuvre et Barnaud, 1988). D’ailleurs, le maintien de la diversité biologique nécessite, dans de nombreux cas, une gestion à l’échelle biogéographique ou à celle du paysage dépassant les intérêts locaux, et la coopération interdisciplinaire devient alors obligatoire (Turner, 1989).

2.5. Tendances actuelles et ouverture à l’interdisciplinarité

46L’écologie actuelle est le résultat de cette histoire qui commence avec l’émergence d’un nouveau domaine de recherche, point de rencontre de disciplines des sciences naturelles, et qui aboutit actuellement, si l’on reprend l’image de l’arbre, à des différenciations multiples, fruits de l’individualisation de nombreux courants en sous-disciplines (biologie des populations, écophysiologie, écotoxicologie, écobiogéographie, etc.). Mais au fur et à mesure que se complique cette ramification, un autre phénomène se produit au plan théorique, le rapprochement des deux branches maîtresses qui portent l’écologie, c’est-à-dire le courant populationnel et le courant systémique baptisés maintenant écologie évolutive et écologie fonctionnelle (Blondel, 1990). Cette fusion, logique puisque le monde n’est pas coupé en morceaux distincts, est obtenue par l’intégration, en un véritable continuum, des différents niveaux d’organisation qui dictaient intuitivement les échelles d’approche. Ce besoin de synthèse se retrouve chez Blandin et Lamotte (1989) : « Les écologues doivent maintenant intégrer l’histoire dans leurs analyses structurales et fonctionnelles. S’il faut rechercher un nouveau paradigme, c’est dans l’articulation de l’écologie fonctionnelle et des théories évolutionnistes qu’il faut le faire. »

47Bien entendu, les points de vue sur les priorités en écologie varient selon les auteurs. Certains pensent que les approches mécanistes pourraient encore être très profitables et que la découverte de principes écologiques peut progresser si des collaborations plus étroites entre partisans des méthodes empiriques, expérimentales et théoriques sont établies (Tilman, 1989). D’autres prônent le couplage des approches holistiques, expérimentales et rétrospectives pour aboutir à des modèles prévoyant les réactions de différents écosystèmes vis-à-vis du stress (Levin, 1989). Enfin, le développement de l’analyse du changement global comprenant un important volet biogéochimique est la voie d’avenir pour tout un ensemble de chercheurs engagés dans les programmes internationaux (Pavé et Barbault, 1990).

  • 13 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet et Jacques Lepart, « Hétérogénéité, diversité, complexité : nuances (...)

48Pour sa part, Schlesinger (1989) insiste sur la nécessité de passer de la science traditionnelle des écosystèmes focalisée sur les concepts d’équilibre, à une science moderne des écosystèmes qui doit être prête à traiter des conditions de non-équilibre aux échelles locale et globale. Pour expliquer certaines fluctuations de populations soumises à des perturbations d’origine anthropique, au milieu des années 70, May teste une application de la théorie du chaos, dont les résultats ne sont pas très probants pour le moment (Pool, 1989), Mais surtout, en mettant en cause les relations de cause à effet entre diversité-complexité et stabilité (May, 1973), il relance le vieux débat sur l’équilibre de la nature (Egerton, 1977 ; May, 1977 ; Smith, 1980 ; Pimm, 1984, 1986 ; Connel et Sousa, 1983 ; Leigh, 1990)13.

49En outre, il semble que la manière de poser les questions évolue énormément sous la pression de plus en plus forte des demandes extérieures. L’ensemble de ce mouvement se concrétise, entre autres, par le développement de nouvelles pistes de réflexion intéressantes quant à leurs applications potentielles, d’une part dans le domaine de la biologie de la conservation (Soulé et Wilcox, 1980 ; Soulé, 1986 ; Wilson, 1988 ; Simberloff, 1988 ; Pimm et Gilpin, 1989), et d’autre part dans les échanges et le fonctionnement à différentes échelles allant de l’unité représentée par une population à celle englobant un paysage. Sur ce dernier point, O’Neill et al. (1986) proposent une théorie de la hiérarchie, focalisée sur les processus et les échelles temporelles comme déterminants des propriétés et des composantes des systèmes écologiques. L’accent est alors mis sur les caractéristiques et l’évolution de nouvelles « propriétés émergentes » observées lors du passage entre niveaux d’organisation.

50Mais pour arriver à ce stade, les écologistes doivent surmonter un obstacle fondamental : admettre que la nature est en grande partie un « artifice ». Cette révolution des mentalités est loin d’être accomplie, ainsi pour Larrère (sous presse), « l’exclusion de l’homme est, pour l’écologie, dès qu’elle se fait écosystémique, une nécessité de structure ». Au mieux l’homme est considéré comme « perturbateur » et les actions humaines « bouleversent » des « équilibres préexistants ». Cette restriction est souvent présentée comme une commodité pour permettre la modélisation, mais elle limite la portée des résultats. Par contre, Lefeuvre (1989) pense que la nature des questions posées par la gestion et l’aménagement du territoire implique la prise en compte de l’espace, de l’hétérogénéité, des changements liés aux activités humaines, etc. Cette évolution des idées autorise désormais un rapprochement voulu, et non plus forcé, des sciences biologiques et des sciences humaines.

3. Les grands programmes internationaux

51Bien que déjà reconnue au plan institutionnel entre les deux guerres aux États-Unis, en Angleterre et en Allemagne, l’écologie ne prend réellement son essor qu’à partir des années 50. Son développement est en partie lié à la mise en œuvre de programmes internationaux qui, par leurs objectifs et leur conception, sont également à l’origine des recherches interdisciplinaires. Le développement de l’écologie, notamment en France, est donc parallèle à cette réflexion générale qui génère des recherches favorisant le rapprochement entre les sciences humaines et les sciences de la vie.

  • 14 L'histoire du PBI a été écrite par son directeur scientifique E.B. Worthington (1975).

52Le premier d’entre eux, le Programme biologique international (PBI), lancé en 1964 sous l’égide du Comité international des unions scientifiques (ICSU) après une réflexion débutée en 1959, ouvre la voie à ce rapprochement. Son titre, Bases biologiques de la production et bien-être humain, est significatif à cet égard. À son propos, McIntosh (1980) parle du plus grand événement de l’histoire récente de l’écologie. Ce programme englobe des approches fondamentales et appliquées dans différents domaines14.

  • 15 Certaines méthodes du PBI ont été évaluées récemment à la lumière des problèmes de changements glob (...)

53Achevé en 1974, le PBI est critiqué pour plusieurs raisons dont une d’ordre purement financier (les sommes importantes attribuées sont en fait soustraites des budgets des autres programmes). Pour certains, son orientation totale vers l’étude écosystémique limite l’indépendance des chercheurs vis-à-vis de leur sujet (McIntosh, 1980) et renforce peut-être artificiellement la portée de la démarche systémique (Simberloff, 1980). Pour Schlesinger (1989), le but principal du PBI est de comparer des flux d’énergie et de matière dans une grande variété d’écosystèmes naturels. Ce programme produit des modèles aboutissant à des descriptions « élégantes » de systèmes mais dont le pouvoir de prédiction reste très limité. De plus, l’analyse des facteurs contrôlant les processus au sein des écosystèmes est négligée15.

54Par ailleurs, le degré de complexité des recherches joint au coût des opérations exclut de facto la participation des pays en voie de développement. En second lieu, la collecte des données est largement privilégiée, tant et si bien qu’une bonne partie d’entre elles ne sont jamais exploitées. Enfin, malgré l’ambition de départ, la plupart des travaux portent sur des écosystèmes plus ou moins simplifiés, considérés comme « naturels » (toundra, prairie américaine, forêts tempérées, notamment de Pologne, savanes africaines). Les activités humaines sont exclues des préoccupations des concepteurs de ces programmes, ou alors considérées uniquement comme des perturbations (par exemple les feux de savane).

55Quoi qu’il en soit, le retentissement du PBI est indéniable. Les méthodologies mises au point sont adoptées presque universellement, ouvrant la voie à d’intéressantes démarches comparatives et favorisant les échanges entre chercheurs de différentes disciplines et de différents pays. Comme le fait remarquer di Castri (1981), les ouvrages de synthèse qui en résultent constitueront encore pendant les vingt ou trente années à venir une base pour comprendre la biologie des écosystèmes.

56Ce défaut de prise en considération de l’homme a été perçu par les organismes internationaux. Dès 1969, l’ICSU crée le Special committee on problems of the environment (SCOPE). Son objectif est de suivre l’avancement des connaissances à propos des conséquences des activités humaines, des changements de l’environnement et leurs incidences sur les populations, leur santé et leur bien-être en insistant particulièrement sur l’échelle planétaire. Ce comité qui fonctionne sur la base de groupes de travail pluridisciplinaires réunis sur un thème particulier est à l’origine de nombreux ouvrages de synthèse qui contribuent aussi à l’avènement des recherches interdisciplinaires.

  • 16 Les équipes françaises, très mobilisées lors de la phase d'élaboration du programme, ont été quasim (...)

57Mais la volonté de développer officiellement ce type de recherches émane de l’Unesco. S’appuyant sur le bilan du PEI, cet organisme propose en 1971 le Programme MAB (Man and Biosphere), réellement effectif en 1974, et dont l’originalité première consiste à intégrer les interactions entre l’homme et son environnement. Bien que fondé sur des recherches effectuées à un échelon le plus souvent national, parfois régional, le MAB favorise néanmoins l’émergence de recherches fédératives internationales comprenant des biologistes, écologistes, géographes, sociologues, économistes, tout en focalisant les chercheurs sur des thèmes précis16.

58Cette mondialisation de la recherche interdisciplinaire, associant en principe sciences écologiques et sciences humaines, vient d’atteindre son apogée sous l’égide de l’ICSU, avec un programme scientifique réellement planétaire The International Geosphere-Biosphere Programme : a study of global change (IGPB). Il résulte des inquiétudes provoquées par les grands changements, notamment climatiques, qui affectent la biosphère sous l’impact de diverses perturbations liées aux activités humaines. Pour Rossiter (1990), il s’agit d’un véritable bond en avant de la recherche scientifique. L’investissement des équipes françaises est sollicité au plan national (Pavé et Barbault, 1990). Des débats de fond animent la communauté des écologistes au sujet de la place faite à leur discipline au sein de ces grands programmes (Lefeuvre, 1990b). Par contre, l’implication des sciences humaines ne paraît pas évidente actuellement.

4. Officialisation de l’écologie en france et premiers pas vers l’interdisciplinarité

59C’est dans ce contexte, et au cours de cette période de près de trente ans qui permet à l’écologie de forger un corpus théorique et d’obtenir à l’échelon international ses titres de noblesse, que se développe l’écologie française.

  • 17 Dans la préface des actes, il est précisé que « devant l'ampleur excessive des problèmes écologique (...)

60Sa reconnaissance institutionnelle suit de près son acceptation comme discipline scientifique. En 1950, le CNRS organise la première rencontre internationale consacrée à l’écologie17. Sur cet élan, le Muséum national d’histoire naturelle installe la chaire d’Écologie et de protection de la nature (1955), baptisée chaire d’Écologie générale en 1959 (Lefeuvre, 1990a). De son côté, le CNRS officialise le terme écologie en 1961, en créant le plus grand laboratoire propre du CNRS, le Centre d’études phytosociologiques et écologiques (CEPE) devenu CEPE L. Emberger en 1969, et Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE) en 1988.

61À la fin des années 60, l’intitulé des premiers laboratoires affichant l’écologie comme champ de recherche (Écologie végétale, Écologie animale, Écologie marine, terrestre ou aquatique) dénote leur filiation. Les responsables de ces entités ont eux-mêmes pour formation d’origine l’une des disciplines classiques des sciences naturelles (botanique, zoologie, pédologie, etc.). Les premières générations de jeunes chercheurs qui ont choisi de suivre la filière écologie sont, au cours de leur formation, très imprégnées par ces disciplines, les situations étant très variables selon les universités, les individus et les possibilités de participation à des programmes internationaux, véritables écoles de terrain.

  • 18 A titre de comparaison, les anglais ont créé le Journal of Ecology en 1913 et le Journal of Animal (...)
  • 19 Egerton (1985) a mis en évidence les relations entre les décisions politiques impliquant une organi (...)
  • 20 Cf. ci-dessous en annexe Jean-Pierre Deffontaines, « Chronique des comités », p. 539.

62Peu après la parution des premiers ouvrages « alarmistes » (Carson, 1962 ; Dorst, 1965), les écologistes français se dotent d’une Société d’Écologie (1969) et lancent un Bulletin d’Écologie (1970). C’est un des moyens reconnus permettant de légitimer une discipline18. Il faut attendre 1983 pour que cette Société adhère à l’International society for ecology (Intecol) mise en place en 1967. Dans le domaine de l’écologie fondamentale et appliquée, il est utile de préciser qu’en 1980 une série de revues complémentaires voit le jour : Acta Œcologia Generalis (écologie théorique, expérimentale et descriptive), Acta Œcologia Applicata (écologie appliquée, gestion des populations animales et des écosystèmes anthropisés), et Acta Œcologia Plantarum (structure, fonctionnement et dynamique des populations végétales et des écosystèmes)19. Dès le début des années 70, les premiers programmes interdisciplinaires affichant des objectifs finalisés de recherche et sollicitant l’intervention des écologistes sont initiés par la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST), organisme rattaché au Premier ministre20. Les institutions se mobilisent et le ministère de l’Environnement est créé en 1971, en partie sous l’accentuation de la poussée des inquiétudes « environnementalistes », ces dernières donnant lieu à la publication et à la diffusion dans le grand public de plusieurs ouvrages (Commoner, 1971 ; Erlich et Erlich, 1971 ; Meadows et al., 1972).

63Avec la tenue de la Conférence mondiale sur l’environnement (Stockholm) et la création du Programme des nations unies pour l’environnement (PNUE) en 1972, la recherche en écologie, discipline majeure des études d’environnement, se retrouve sous les spots de l’actualité. Le terme tombe dans le domaine public, avec tous les risques de dérives liés à ce type de récupération. Les mouvements politiques dits écologistes en sont la meilleure illustration.

64La publication des premières réflexions sur l’interdisciplinarité dans le domaine qui nous intéresse va provoquer des réactions en chaîne. Il s’agit de Pour une histoire écologique de la France rurale de Bertrand (1975) et d’un travail collectif Les bocages : histoire, écologie, économie (1976). De même, les premières tentatives pour placer dans un même cadre conceptuel des approches différentes méritent d’être soulignées (Éco-toxicologie : Ramade, 1977 ; Écoéthologie, Gautier et al., 1978 ; Écogéographie, Tricart et Kilian, 1979 ; Biogéographie et écologie, Blondel, 1979).

  • 21 Il est précisé plus loin : « Aux prises avec des systèmes d'une extrême complexité, carrefour de di (...)

65En 1976, le CNRS crée une section d’écologie (Section 29), assurant ainsi la reconnaissance de cette discipline par l’ensemble de la communauté scientifique. Les recrutements, bien qu’inférieurs à ceux des autres sections, permettent de conforter les laboratoires universitaires et de voir se dessiner une politique nationale. Cette section fonctionne jusqu’en 1982, et ses rapports de conjoncture nous éclairent sur les orientations scientifiques officielles, les courants dominants et les positions vis-à-vis de l’interdisciplinarité. En 1980, M. Lamotte, président de la section, annonce clairement que « les écosystèmes doivent constituer l’axe majeur des recherches à venir » et aborde ensuite les questions d’interdisciplinarité dans le cadre des problèmes posés par les notions d’équilibre et d’évolution. Mais il s’agit plutôt d’un élargissement de l’écologie aux autres disciplines biologiques21 et les questions relatives à l’évolution et à la transformation des écosystèmes artificiels ne sont mentionnées qu’à la fin du rapport de conjoncture et de manière succincte.

  • 22 La nécessité du développement de recherches interdisciplinaires, en particulier dans le cadre d'obs (...)

66À la fin des années 70, la programmation de la recherche suit son cours avec l’obligation constante de monter des programmes pluridisciplinaires et ce, malgré des changements notables d’orientation : création des divers comités DGRST et au ministère de l’Environnement, du Comité faune et flore (programme publié en 1979), auquel a succédé le Comité écologie et gestion du patrimoine naturel (orientations publiées en 1985)22.

67Toutefois, pour assurer l’efficacité et la qualité des recherches dans le domaine de l’environnement, dont le caractère pluri ou même interdisciplinaire apparaissent nettement, le CNRS crée en 1978 le Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement (PIREN), avec plusieurs comités thématiques (milieu rural, eau) dont les problématiques font appel à l’écologie. De son côté, l’INRA constitue en 1979 le Département de recherche sur les systèmes agraires et le développement (SAD) et, une fois organisée l’Unité d’écodéveloppement en 1980, des écologistes sont recrutés, ce qui permet, au sein de cet organisme, le développement de programmes pluridisciplinaires (agronomie-écologie) sur la valorisation des ressources naturelles et l’impact des activités humaines sur la structuration de l’espace rural.

68Simultanément, sous l’égide de la section d’écologie, les interactions entre « écologie et développement » font l’objet de réflexions, avec la mise en place d’un réseau d’échanges, animé par G. Ricou, J.C. Lefeuvre et G. Long, qui organise des journées d’études en 1979. À cette occasion, des scientifiques d’horizons variés, appartenant aussi bien aux sciences biologiques que sociales, analysent les conditions nécessaires à la compréhension de l’évolution des systèmes naturels en intégrant les besoins des aménageurs. Pour recenser les partenaires intéressés par ce type de démarche, une enquête est effectuée (Long, 1981). Malgré les limites de ce genre d’exercice et les problèmes de représentativité des réponses, l’échelle d’étude choisie en majorité par les chercheurs est celle des communautés complexes, reflet de préoccupations liées à la problématique « écologie et développement ». Cependant, cet effort de coordination n’a pas eu de suites tangibles immédiates, le CNRS mettant fin à ce type d’expérience et les chercheurs n’étant peut-être pas assez motivés, trop peu nombreux et/ou trop sollicités par ailleurs, pour assurer, hors de leurs institutions, le fonctionnement du réseau.

69Ces différentes initiatives ont pour conséquence de placer l’écologie au centre des programmes traitant du devenir des milieux naturels, l’adjonction des sciences humaines se faisant souvent a posteriori. Cette tendance se traduit-elle par un soutien institutionnel ? Certainement pas, pour Dollfus (1982), car les organismes susceptibles de conforter l’écologie ne concrétisent pas cette avancée par des recrutements : pas de section d’écologie au CSCU ni de département d’écologie appliquée à l’INRA. De plus, la juxtaposition de la section d’écologie et des programmes PIREN au CNRS ne semble pas avoir eu un effet multiplicateur, au contraire, elle a plutôt contribué au « repli » des écologistes fondamentalistes sur une spécificité plus étroite de la biologie des populations.

5. Les remises en cause

70En 1980, l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources) édite la Stratégie mondiale de la conservation prônant la gestion des systèmes naturels à partir des connaissances acquises sur leur structure et leur fonctionnement dans divers contextes locaux socio-économiques et culturels. L’Unesco, l’ICSU et le MAB, en organisant en 1981 la conférence intitulée Ecology in practice – Establishing a scientific basis for land management, affichent clairement des options finalisées. Au plan international, ces partenaires institutionnels soutiennent ouvertement les recherches, fondamentales et appliquées, en écologie.

  • 23 En réaction contre le reproche fait à l'écologie de ne s'intéresser qu'aux milieux naturels, il est (...)

71À cette période, la section d’écologie (CNRS, 1980a) publie une synthèse mettant l’accent sur l’état et les problèmes de la recherche en écologie. Ce rapport souligne la nécessité d’une « conception holistique des problèmes qui fait l’originalité de l’écologie et confère une unité à cette discipline par ailleurs très vaste et très dispersée ». L’attention est attirée sur l’importance des sollicitations extérieures (problèmes de pollution, de gestion des ressources naturelles). L’étendue des domaines abordés, fait « des problèmes écologiques le champ privilégié de recherches interdisciplinaires »23 et de nombreuses pistes de recherches pertinentes sont ouvertes sur les échelles d’espace et de temps, les facteurs historiques, les actions de l’homme dans les systèmes, etc.

  • 24 Cf. ci-dessous en annexe, Jean-Marie Legay, « Rapport du Colloque "Écologie et Aménagement rural" » (...)

72On assiste alors à un bouillonnement d’initiatives et de réflexions de fond sur la place réelle de l’écologie dans le champ scientifique et sur les moyens, en hommes et en matériel, nécessaires à son développement (en 1981 : Colloque de Lyon sur les relations entre écologie et évolution de la demande sociale24 ; séminaire de Sevran sur l’organisation de la recherche en écologie ; propositions de constitution d’un institut national ; Séminaire des Houches rassemblant quatorze chercheurs – CNRS pour la plupart – avec pour objectif de préciser les spécificités de la recherche française en écologie, ses limites et les stratégies futures). Fait intéressant, on trouve une défense claire de la discipline dans le document récapitulatif des travaux du Séminaire des Houches (Logique et unité de l’écologie) : « À la faveur, notamment, de la constitution d’un corpus théorique unifiant, on assiste depuis une quinzaine d’années à un renouvellement de l’écologie qui, de jeune discipline largement descriptive, se mue en science majeure, explicative et prédictive » (Barbault et al., 1981).

  • 25 « Un problème d'environnement est le plus souvent par nature un problème très pluridisciplinaire qu (...)

73C’est le moment que choisit le CNRS (1982), s’inspirant des conclusions de ce séminaire, pour transformer la section d’écologie en section de biologie des populations et des écosystèmes (Section 32 subdivisée en : 1) biosystématique et génétique des populations, évolution, spécialisation, adaptation ; 2) structure et fonctionnement des populations, des peuplements et des écosystèmes. Ce recentrage vers l’écologie fondamentale est justifié par la nécessité de développer simultanément des approches réductionnistes et globalistes, tout en évitant « la dispersion ». Il est spécifié que la recherche directement orientée vers les problèmes d’environnement ne concerne pas la section pour éviter de tomber dans la confusion trop répandue entre environnement et écologie25. Le manque de chercheurs est présenté comme un handicap réel de la programmation pouvant être en partie surmonté par des coopérations avec les organismes de recherche appliquée.

74Un grand nombre d’écologistes voient là un retour aux démarches réductionnistes et la mise à l’écart des efforts d’intégration dans les programmes interdisciplinaires. Le séminaire de Saint-Prix (1981), remettant en cause les orientations du Comité « milieu rural » du PIREN, et le colloque d’évaluation et de prospective des programmes de ce comité (1985) accentuent ce malaise et déstabilisent les chercheurs investis dans les programmes interdisciplinaires. Ces changements traduisent des inversions de rapports de force au sein de la communauté scientifique française. Schématiquement, les « écosystématiciens » qui ont régné de 1976 à 1982, sont renversés par les « biologistes de population », et les chercheurs s’interrogent alors sur les fondements de ces mouvements de balancier. Au-delà des positions individuelles, ce remue-ménage ne recouvre-t-il pas la difficulté du CNRS d’admettre le caractère fondamental des recherches portant sur le fonctionnement de systèmes écologiques ?

75En 1983, face à cette situation un peu confuse et polémique, le ministère de la Recherche confie une mission d’expertise à F. di Castri et le ministère de l’Environnement, une mission de prospective et de proposition à C. Henry. Le rapport di Castri (1984) fait ressortir les points forts et les faiblesses de la discipline et le continuum entre le fondamental et l’appliqué, et celui de C. Henry (1984), dans la même optique, débouche sur un projet d’institut permettant d’assurer l’organisation et la mise en œuvre de programmes allant de la demande sociale (création d’un réseau régional) aux applications techniques (développement du génie écologique). Notons que la proposition de création d’un institut d’écologie appliquée à la gestion du patrimoine naturel date en réalité de la fin des années 70 et résulte des réflexions menées par J. Navarin et J.C. Lefeuvre (Lefeuvre, 1983).

  • 26 Il est dit : « L'affermissement théorique peut se structurer autour de deux courants unificateurs, (...)

76Cependant, jusqu’à ce jour ces espoirs de relance ont été déçus. En effet, l’écologie au CNRS se focalise de plus en plus sur la biologie des populations en privilégiant un certain réductionnisme. Pourtant, l’étendue du champ de recherche, depuis l’organisme jusqu’à la biosphère, est reconnue dans le rapport de conjoncture 1988, les orientations étant, toutefois, centrées sur les populations et les écosystèmes26. L’homme et ses activités sont intégrés dans « la prise en compte du rôle moteur, structurant et déstructurant, des processus anthropiques dans la dynamique des paysages et des peuplements qui les composent. Au plan fondamental, cette dimension permet la compréhension des systèmes écologiques complexes comprenant l’homme ; au plan finalisé, elle aboutit à la gestion des espaces et des espèces ». Mais en réalité, l’écologie au CNRS a toujours eu du mal à intégrer l’homme dans ses problématiques scientifiques et cela malgré les nombreuses déclarations à propos du caractère déterminant représenté par le facteur humain.

  • 27 Dans le contexte français, il semble intéressant de rappeler l'appartenance de l'écologie au départ (...)

77Les problèmes d’écologie finalisée sont confiés au PIREN et au ministère de l’Environnement, et ceux d’écologie appliquée à l’INRA. Or, le PIREN et le ministère n’ont pas la possibilité de pérenniser des opérations de recherche ni surtout de recruter des chercheurs, et ils ne peuvent accorder que des crédits incitatifs. Les équipes investies dans les programmes du PIREN ou de la DGRST font figure de pionniers de l’interdisciplinarité. Mais les résultats issus de ces travaux souffrent d’un manque de reconnaissance institutionnelle et cette dichotomie, entre science « pure et dure » au CNRS et science « molle et floue » ailleurs, ne favorise pas le renforcement de la crédibilité de la discipline en général, que ce soit dans la communauté scientifique ou à l’extérieur. De plus, l’absence d’évaluation spécifique des travaux de ces chercheurs et le manque de revues spécialisées dans ce domaine ont pour conséquences une marginalisation des chercheurs, des blocages de carrières et un taux de recrutement ridicule27.

78Parallèlement, l’écologie perd l’un de ses moyens de programmation avec le remplacement du Comité écologie et aménagement rural (ECAR) par le Comité diversification des modèles de développement rural (DMDR), dépendant du ministère de l’Industrie et de la Recherche, dont les préoccupations sont plus socio-économiques malgré l’intégration des relations entre les sociétés rurales et leur environnement.

79Rappelons que la fin des années 80 se caractérise à l’échelon international par un intérêt accru pour la démarche holistique et l’indispensable jonction entre l’écologie et les sciences humaines. Di Castri démontre dans une série de trois articles (1985, 1986, 1988) que l’écologie est « crédible » en fournissant des arguments issus d’un ensemble de programmes internationaux interdisciplinaires. D’ailleurs, les orientations de ces derniers sont, en fonction de la prise de conscience de nouveaux problèmes environnementaux, de plus en plus « globalisantes » avec le lancement en 1986 du programme sur les changements globaux (IGPB) qui représente, comme nous l’avons déjà dit, un enjeu scientifique capital. La tendance est donc d’envisager des programmes à long terme et d’étudier les changements à l’échelle mondiale.

80On se trouve donc en France en plein paradoxe : si l’écologie veut survivre, elle doit, à la demande de l’administration de la recherche, s’orienter de plus en plus vers un réductionnisme outrancier, alors que les comités de programmes internationaux prônent le développement d’une approche holistique et systémique, seul moyen d’appréhender le fonctionnement de l’ultime niveau d’organisation qu’est la biosphère. Pour débloquer la situation, il serait sans doute utile de comprendre les raisons profondes du décalage entre l’apparente aura dont bénéficie l’écologie systémique dans la communauté scientifique internationale, dans le grand public (de manière souvent très ambiguë), et les réticences des diverses instances de programmation de la recherche en France.

6. L’écologie dans les programmes interdisciplinaires

81Les programmes affichant l’interdisciplinarité comme moyen de développer des recherches sur l’évolution et le devenir d’espaces humanisés ne voient le jour officiellement qu’avec la création du PIREN (1978). Cependant il existe une réelle filiation entre les programmes DGRST, ceux du ministère de l’Environnement et ceux du PIREN. Certaines des orientations proviennent aussi directement des acquis méthodologiques et théoriques des grands programmes internationaux (PEI, MAB, SCOPE) dans lesquels la prépondérance de l’écologie et de l’agronomie est de notoriété publique. Les réflexions menées dans ces diverses instances sont à l’origine de la formulation du besoin de l’interdisciplinarité pour résoudre des questions complexes d’aménagement rural.

82En effet, traiter des problèmes de planification de l’espace, d’études d’impact et de gestion d’espèces (protection, chasse, pêche), nécessite de faire appel à l’écologie que ce soit par le biais des inventaires des espèces présentes, de la description et de la distribution des communautés (la « zonation » des territoires), de la mise en œuvre d’indicateurs d’évolution pluriannuelle des milieux (par exemple, les indices biotiques en· milieu aquatique) et de la dynamique des populations (quotas de pêche, de tir)… L’écologie systémique et la biologie des populations devraient se trouver concernées par ces problèmes. Cependant, le poids de l’histoire de la discipline, comme nous l’avons vu, et les axes définis par les instances de programmation, sont à prendre en considération pour comprendre le niveau d’investissement des équipes et la place de la discipline écologique dans l’interdisciplinarité.

6.1. Les comités DGRST28

  • 28 Cf. ci-dessous en annexe Jean-Pierre Deffontaines, op. cit., p. 539.
  • 29 L'objectif était d'avoir des réponses face à « l'emploi exagéré et non contrôlé de produits hauteme (...)
  • 30 Le groupe méthodologie, créé pour aider les chercheurs, a énormément fait avancer la clarification (...)

83Les thématiques du Comité lutte biologique (LB), fondé en 1968, relèvent de l’autoécologie et de la synécologie29 alors que l’orientation du Comité équilibre et lutte biologique (ELB), créé en 1971, est plus écosystémique (milieux prairiaux, forestiers, aquatiques, zones peu productives de basse et moyenne altitude, …). Certains des programmes ont d’ailleurs fait partie du PEI30.

84Le Comité gestion des ressources naturelles renouvelables (GRNR) est mis en place en 1975. Selon Ch. Sauvage (1979), son président, l’accent est mis sur les zones marginalisées qui sont traitées par le biais des « questions d’équilibres ou plutôt de déséquilibres qui se posent d’une façon particulièrement aiguë dans les zones plus ou moins productives, de ce fait marginalisées, mais qui offrent pourtant des ressources naturelles renouvelables de plus en plus mal gérées, voire complètement délaissées par déprise humaine ». Ch. Sauvage parle aussi de l’extension de la pluridisciplinarité et souligne « la nécessité de coopération étroite entre sciences de la vie et sciences de l’homme ». En réalité, on constate un certain décloisonnement entre les sciences biologiques et l’agronomie, évolution qui semble moins évidente avec les sciences humaines.

  • 31 Les travaux ont porté sur des milieux naturels spécifiques, « des écosystèmes considérés comme frag (...)

85Le Comité écologie et aménagement rural (ECAR), créé en 1978, malgré la connotation restrictive de son titre, marque un changement notable dans les orientations et les premières intégrations réelles des sciences de la vie et des sciences humaines ; sa présidence est d’ailleurs confiée à un géographe, O. Dollfus. La préoccupation du devenir de portions du territoire national en voie de désertification humaine et économique s’accentue31. Les thèmes développés se réfèrent à des perceptions diversifiées de l’espace : espace siège d’une dynamique écologique, espace comme point d’application ou partie intégrante de techniques de production, espace comme domaine d’activité d’une société.

86De ce fait, certains programmes adoptent des démarches écologiques permettant l’étude de la structure et du fonctionnement des systèmes. C’est le cas d’au moins trois d’entre eux : « Action concertée mangrove et zone côtière » en Guadeloupe (responsable B. Salvat) ; « Utilisation des parcours des Causses par l’élevage ovin » (responsable J.C. Flamant) ; « Élevages et éleveurs en Pyrénées » (responsables J.C. Flamant et G. Bertrand). Bien que les autres programmes aient des approches partiellement écologiques, ils restent pour la plupart au stade descriptif.

  • 32 Cf. ci-dessous en annexe Jean-Pierre Deffontaines, op. cit., p. 539.

87À la suite des Assises nationales de la recherche et de la technologie, le Comité diversification des modèles de développement rural (DMDR) est créé en 198332. Ses objectifs sont la mise en valeur de l’espace rural et la promotion de modèles mieux adaptés aux conditions techniques, écologiques et socio-économiques. La démarche, très interdisciplinaire, vise à comprendre le fonctionnement des systèmes agraires.

6.2. Le PIREN

88Au CNRS, le Comité milieu rural du PIREN a pour objectif dès 1979 la mise en place d’un « réseau d’observatoires des changements écologiques, économiques et sociaux » de l’environnement dans les zones rurales et à ses interfaces, notamment avec les systèmes urbains (Lefeuvre, 1985). Par le biais des études de faisabilité, il facilite la clarification des objectifs de chaque programme. L’accent est mis sur les aspects méthodologiques et la prise en considération du long terme. Les concepts et théories écologiques (organisation et emboîtement de systèmes, échelle de temps à moyen et long terme, quantification des échanges) sont, dans la plupart des cas, le point de départ du montage des protocoles. La disparition de Ch. Sauvage, président du Comité directeur du PIREN, et un certain retour vers le réductionnisme, après la réunion de Saint-Prix, aboutissent à un changement des orientations. Au total, dix équipes travaillent dans ce contexte pendant trois à quatre ans.

89Le colloque du PIREN organisé en novembre 1983, « Recherches sur l’environnement rural, bilan et perspective », est un moment fort de l’évaluation de la recherche en écologie dans le cadre de l’interdisciplinarité. Des constats sont établis en introduction montrant le caractère écologique et interdisciplinaire des programmes (Massoud, 1985), une grande diversité des démarches ainsi que le poids conceptuel et méthodologique de la discipline de départ du responsable de l’opération. Le comité confirme ensuite l’abandon des projets d’observatoire pour lesquels les relais locaux n’ont pas été trouvés, à l’exclusion des programmes « Causses-Cévennes » et « Pays de Paimpont ». Il reprend, à la dissolution du Comité DMDR, quelques opérations initiées par ce dernier, dont certaines comprennent un volet écologique, par exemple les travaux de l’équipe de B. Hubert sur les Préalpes de Digne.

90Signalons que le Comité eau du PIREN, à ses débuts, lance un programme intitulé « Grands fleuves », reconnu comme une réussite au plan international. Il permet d’initier des recherches pluridisciplinaires intégrant les « changements fonctionnels induits par les grands aménagements » (barrage, endiguement : travaux de l’équipe de A.L. Roux sur le Rhône et du laboratoire de H. Décamps sur la Garonne) et les activités humaines (rôle des forêts riveraines dans le processus de dénitrification : programme de E. Fustec et G. Pinay sur la Garonne).

6.3. Les écueils

91Ils sont de deux ordres, l’un scientifique et l’autre institutionnel.

92Premièrement, les protocoles sont souvent bâtis en fonction de la disponibilité des chercheurs locaux, donc de leurs compétences et les objectifs doivent être adaptés à ces contraintes purement logistiques en perdant de leur pertinence scientifique. Par ailleurs, les chercheurs engagés sur un même programme ont souvent des difficultés à travailler sur des sites communs. Par exemple, au cours du programme sur les landes armoricaines, les économistes choisissent comme terrain les landes de Lanvaux et les écologistes, les landes des monts d’Arrée. Dans le Briançonnais, les spécialistes des rongeurs et des orthoptères mènent leurs études dans des sites différents. Cette dispersion est de plus amplifiée par les problèmes d’échelles d’analyse. Les responsables se retrouvent avec une série de monographies disciplinaires dont la synthèse est peu aisée, voire impossible.

Point de vue d’écologistes ayant participé à l’évolution récente de la discipline. Exemple du programme « Landes armoricaines »

La création du GELA
Le Groupe d’Études des Landes Armoricaines (GELA) a été fondé en 1972 par l’association spontanée de laboratoires universitaires dans le but d’étudier le fonctionnement des écosystèmes (responsable J.C. Lefeuvre). S’inspirant des travaux d’Odum et de ceux développés par le PBI sur les grands biomes, ce programme pluridisciplinaire regroupait le personnel enseignant-chercheur d’anciens laboratoires de Botanique et de Zoologie devenus Laboratoire d’Écologie végétale et Laboratoire de Zoologie et d’Écologie, et celui de la Station Biologique de Paimpont. Pour marquer leur volonté de développer une approche systémique, ces chercheurs se sont spécialisés respectivement dans l’étude de la production primaire, des consommateurs et des décomposeurs. Des pédologues ont rejoint temporairement le groupe dont l’orientation principale est restée biologique.
La DGRST et le programme sur les landes armoricaines
Ce programme sur le fonctionnement de l’écosystème lande, exposé à une réunion de l’association « Informatique et Biosphère » (1972), a intéressé le Président du Comité ELB. Un premier contrat de trois ans (1972-1974) a été signé avec pour résultats des données essentiellement descriptives, c’est-à-dire des inventaires, des cinétiques démographiques d’espèces dominantes et plusieurs cartes thématiques (sol, groupements végétaux, biomasse, etc.).
En 1974, à la demande de la DGRST, des chercheurs en sciences humaines ont été associés au GELA pour traiter les questions de conservation, de valorisation et de gestion de ces zones d’inculture. Cette pluridisciplinarité imposée a été mal perçue et même rejetée par la plupart des biologistes déjà installés dans leur recherche et ce, malgré l’attrait financier du renouvellement de contrat et l’intérêt intellectuel manifesté par Jean-Claude Lefeuvre, responsable du contrat. Elle a été mal ressentie par les sociologues, les économistes et les géographes qui n’avaient pas participé à la définition du nouveau programme et n’étaient pas intéressés par les stations d’études choisies par les biologistes. Le second contrat a ainsi abouti à l’acquisition de connaissances supplémentaires sur les landes dans les domaines des sciences humaines (économie, sociologie, géographie) et des sciences de la vie sans qu’il soit possible de développer une approche réellement interdisciplinaire. Cette exclusion des sciences humaines par les écologistes apparaît nettement dans la publication des actes du colloque franco-anglais de restitution des recherches sur les landes dont le thème central est l’écologie (Lefeuvre, 1980).
Le contrat DGRST a été renouvelé dans les mêmes conditions (1975-1976). Les travaux des sociologues et des géographes sont restés sectoriels. Le chercheur en économie, par contre, en développant le thème des « aménités », s’est rapproché à la fois des géographes et des écologistes (Harkat, 1974).
Le CNRS et le programme sur les landes armoricaines
Les écologistes ont bénéficié d’une dynamique scientifique et aussi d’une reconnaissance institutionnelle : les crédits de la DGRST ont joué pleinement leur rôle « incitatif » en renforçant les liens entre les chercheurs, en aboutissant à une production scientifique qui a débouché sur la création, en 1976, d’une équipe de recherche associée au CNRS (ERA 798) sur la base d’un programme ayant pour sujet les systèmes pionniers. Notons que, lors d’une première soumission en 1975, le projet proposé au CNRS faisant état du programme finalisé soutenu par la DGRST n’avait pas été accepté.
Les suites des programmes DGRST
L’acquisition d’un savoir-faire pluridisciplinaire biologique grâce aux études de fonctionnement de systèmes est à l’origine de la participation du groupe à plusieurs autres programmes de recherche parmi lesquels l’action concertée pluridisciplinaire de recherche sur le bocage (1973-1976). Les contacts avec les sciences humaines ont amené des innovations méthodologiques. En effet, dès les années 1973-1974, l’équipe a compris l’intérêt de l’analyse de l’hétérogénéité spatiale et des échanges intersystèmes, et a perçu le rôle des activités humaines présentes et passées dans la structuration et l’organisation des systèmes écologiques actuels (Lefeuvre et al., 1976).
Pendant cette phase, un certain équilibre s’est établi entre les objectifs fondamentaux des chercheurs engagés dans l’unité associée et les diverses sollicitations extérieures. Citons en exemple : l’étude des potentialités des steppes algériennes réalisée par le Laboratoire d’Écologie végétale, la relance de l’élevage ovin et caprin en zone d’inculture examinée par le Laboratoire de Zoologie et d’Écologie et la biologie du sol dans les îles subantarctiques traitée par la Station Biologique de Paimpont. Pour éviter une juxtaposition des travaux monodisciplinaires sur le thème des landes, il a alors été décidé d’analyser les phénomènes à l’échelle des interfaces. Les problématiques ne recouvraient plus des compartiments : producteurs, consommateurs, décomposeurs, mais des relations : sol-végétation, animal-végétation, sol-matière organique-décomposeurs.
Le PIREN et le programme sur les landes armoricaines
Le lancement du programme « Observatoire des changements écologiques, économiques et sociologiques en zone rurale » (comité milieu rural) a permis au groupe GELA de renouer en 1981 avec une démarche interdisciplinaire intégrant les sciences humaines. La différence essentielle avec la première tentative tient au fait que les géographes, sociologues et économistes ont été sollicités dès le début de la programmation et ont accepté à la fois la problématique définie par le maître d’œuvre écologiste (P. Tréhen) – « l’étude des déterminants des changements structuraux et fonctionnels d’une interface forêt-agrosystème » – et une unité de lieu, le pays de Paimpont. Cette opération a pleinement bénéficié des acquis en sociologie des programmes DGRST, en particulier, l’intégration des landes dans leur système de production par les sociétés locales. On peut constater un élargissement du thème central incluant les relations forêts-landes.
Du point de vue des écologistes, cette opération a servi à conforter la problématique de l’URA 696 (qui a succédé à l’ERA 798) en permettant à une fraction de l’équipe de développer une démarche expérimentale sur le thème des « successions en landes après incendie ». En outre, des chercheurs ont su tirer parti de cette pluridisciplinarité en étudiant les peuplements de vers de terre, indicateurs de l’histoire passée des landes, de leur origine (abandon de terres cultivées ou régression de la forêt), des usages anciens et de la périodicité des incendies. Ces travaux ont bénéficié des recherches des archéologues qui, en réponse aux sollicitations des écologistes, ont adopté une démarche consistant à reconstituer les paysages à différentes époques de l’histoire de cette région.
Pour les sciences humaines, on constate l’absence d’équipes structurées compensée par la participation de chercheurs isolés sollicités sur des questions relevant de la sociologie et de l’économie, sujets imposés par la formulation des programmes PIREN. D’ailleurs, une partie des « produits » fournis par ces chercheurs est restée très sectorielle. C’est le cas de l’approche juridique développée sur l’évolution des droits d’usage ou de l’approche sociologique ayant pour objet le décryptage des mythes liés à la forêt de Brocéliande.
Par contre, notons la véritable approche interdisciplinaire menée par un groupe composé de juristes, de sociologues, de géographes et d’informaticiens sur l’analyse de la « forêt-loisir » (Tréhen, 1985). Enfin, il faut souligner que le chercheur en économie, très à l’écoute des résultats des autres disciplines et notamment des écologistes, est sans doute le seul à avoir développé une véritable recherche interdisciplinaire, au travers des thèmes ressources renouvelables et incendies (Fayat, 1983-1988).
En résumé, on peut dire que les regroupements pluridisciplinaires imposés par des mesures budgétaires contractuelles ont fait énormément progresser les responsables de programmes (écologistes), leur ouvrant de nouvelles perspectives scientifiques par la prise en compte des relations homme-nature sur un territoire déterminé. Le gain pour les chercheurs de « base » semble moins évident dans l’immédiat mais le fait d’avoir vécu ces différentes étapes a sûrement laissé des traces, ne serait-ce que dans le traitement des phénomènes en prenant garde aux échelles d’analyse. La manière de poser les questions a changé de même que les méthodes utilisées. Cette évolution se serait-elle déroulée selon ce schéma et à cette allure sans l’enrichissement réciproque des débats nés de la coopération ou de la confrontation des disciplines ? Certainement pas. Malgré certaines déceptions dues aux objectifs trop ambitieux, les écologistes ont acquis un certain recul globalement bénéfique à leur activité scientifique.
Enfin, ce type de recherche interdisciplinaire finalisée a eu des conséquences au plan local ou régional. Le dialogue s’est instauré entre scientifiques et responsables de l’aménagement du territoire. En apparence, les applications directes ne sont pas visibles. Cependant, une observation plus approfondie montre que certains résultats ont été assimilés et ont fait évoluer les mentalités, comme le prouvent les modifications des pratiques de l’élevage en lande dans le Parc naturel régional d’Armorique.

  • 33 « […] L'étude complète d'une biocénose, et à plus forte raison d'un écosystème, est une entreprise (...)

93Entre écologistes, on assiste aussi à des luttes d’influence. Les chercheurs en écologie végétale jouent un grand rôle dans de nombreux programmes en assurant la partie description et cartographie de l’espace mais leur importance n’est pas toujours bien évaluée car ils sont parfois considérés comme des prestataires de service. Inversement, par la prééminence donnée à leurs travaux, cette démarche est parfois perçue comme « hégémonique ». Avec le recul, on se rend compte de leur influence sur les orientations générales des travaux écologiques. La caractérisation des terrains par les groupements végétaux33 provoque des erreurs d’échantillonnage de la part des scientifiques s’intéressant aux animaux, gomme les effets d’interface et l’importance des échanges intergroupements et intersystèmes. Les cartes sont aussi des instantanés qui minimisent les variations saisonnières, interannuelles et leur utilisation nécessite certaines précautions au risque de tomber dans des interprétations trop schématiques. Les analyses synchroniques sont privilégiées au détriment des études diachroniques faute de moyens et de garantie de la durée des soutiens. Il a pourtant été démontré que la comparaison de sites à un temps t, bien que très utile pour de nombreux sujets, ne permet pas de comprendre réellement les processus sous-jacents aux évolutions de milieux.

94Deuxièmement, la faiblesse des crédits attribués par le CNRS incite les équipes à fonctionner avec les crédits des divers comités. Parmi ceux qui contribuent le plus à l’émergence des recherches interdisciplinaires, une place privilégiée revient à la DGRST, par son travail sur la traduction de questions politiques en programmation. Ses comités fonctionnent comme de véritables sections parallèles à celles du CNRS allant jusqu’au recrutement de jeunes chercheurs hors statuts, impliqués dans les programmes (1979). Cet état de fait amène une question de fond : les écologistes sont-ils venus à l’interdisciplinarité par intérêt scientifique ou par besoin vital de crédits ? La réponse n’est pas évidente. Malgré toutes les précautions d’usage, ce type de financement sur appel d’offres peut facilement être perverti.

95De plus, comme nous l’avons dit, les grilles d’évaluation des résultats ne sont jamais clairement définies, ce qui conduit à une marginalisation des équipes concernées. À ces limites, s’ajoute une certaine indisponibilité des personnes impliquées dans l’expérience. De tout temps, la communauté des écologistes se caractérise par des effectifs réduits. En conséquence, on retrouve les mêmes personnes dans les différents comités aux stades de la conception et de la réalisation. Le renouvellement est quasiment nul.

96Au sein des comités successifs de la DGRST, notons aussi que l’origine institutionnelle (INRA), la formation de départ (agronomie) et la personnalité des chargés de mission, combinées aux profils (agronome, écologiste, géographe, sociologue) et aux objectifs des présidents, forment une trame de fond des programmations loin d’être neutre. À certaines périodes, on a reproché aux écologistes considérés comme les maîtres d’œuvre des programmes de négliger l’agronomie ou la zootechnie, malgré les efforts de Ch. Sauvage, et d’imposer les sciences humaines une fois les opérations lancées. Réciproquement, les écologistes ont fait grief aux agronomes et aux chercheurs en sciences humaines d’avoir une attitude exclusive.

6.4. Les acquis

97En résumé, les différentes actions en faveur du développement de l’écologie finalisée, dans un cadre interdisciplinaire, ont souffert du manque de chercheurs et des changements d’orientation successifs de la programmation. Cependant, de la mise en commun des problématiques et des méthodologies, ont émergé de nouvelles pistes de recherche, en particulier dans le domaine de l’écologie du paysage (Lefeuvre et Barnaud, 1988). Ces travaux aboutissent à des changements d’objets d’étude qui conduisent à une « respatialisation » des recherches, à une valorisation de la dimension historique et à une nouvelle manière de poser les problèmes. La prise de conscience des différentes échelles spatio-temporelles d’étude impliquées par l’interdisciplinarité, la réflexion sur les corrélations possibles de résultats issus de disciplines diverses a nécessité une clarification des concepts de l’écologie (Fabiani, 1985) et un renouvellement des méthodes.

7. Conclusion

98L’écologie doit donc simultanément défendre sa place en tant que science à part entière, assurer son autonomie et assumer son rôle dans l’interdisciplinarité. D’une part, elle bénéficie d’une longue habitude de travail en pluridisciplinarité due à la nécessité de traiter des données provenant d’autres disciplines pour obtenir des modèles « prédictifs ». D’autre part, le changement des problématiques implique l’intégration de l’homme et une modification des hypothèses de travail. De cette évolution découle la multiplication des contacts avec les sciences humaines, plus aisés avec les géographes par le biais de la « respatialisation » des écosystèmes (écologie du paysage), plus laborieux avec la sociologie de l’économie.

  • 34 Weber et al. (1990), à propos des progrès de la connaissance sur les ressources renouvelables, insi (...)

99De plus, selon la formule de di Castri, le passage de « l’homme au dehors » à « l’homme au dedans » de la biosphère n’est pas un simple jeu de mots. Il suppose une véritable révolution conceptuelle et surtout méthodologique puisque « l’écologie a commencé à prendre en considération les éléments intangibles et non quantifiables de l’action et de l’esprit humain » (di Castri, 1981). Ceci sous-entend, en amont de la programmation, une réflexion sur la formulation des problématiques34.

  • 35 Dans cet esprit, Price (1984) souligne que de nombreux concepts en écologie ont été développés à pa (...)

100L’adoption, même avec des ambiguïtés, de la démarche systémique, surtout lorsqu’elle comprend l’analyse des modèles spatiotemporels (Levin, 1989), facilite la mise en commun des hypothèses et des méthodes. Toutefois, les écologistes doivent continuellement garder à l’esprit le nécessaire et indispensable retour périodique vers le fondamental afin d’assurer les bases théoriques de leur discipline. Ceci devrait leur permettre de ne pas tomber dans les travers relevés par Dollfus (1982) : « faiblesse théorique et traitement peu satisfaisant des données marquent beaucoup d’entreprises affublées du terme d’écologiques »35.

101En outre, un des handicaps majeurs de l’écologie, comme de nombreuses sciences du vivant, concerne la difficulté de sortir de la démarche traditionnelle inductive pour adopter la démarche hypothético-déductive. Le passage du stade analytique au stade prédictif, par la mise à l’épreuve d’hypothèses alternatives, n’est pas évident, car les phénomènes étudiés sont rarement reproductibles. L’expérimentation est délicate, mais les comparaisons diachroniques, basées sur l’observation, permettent de surmonter en partie cet obstacle. Toutefois, l’attitude de certains défenseurs de la méthode Popper, allant dans l’interprétation jusqu’à dénier toute légitimité aux programmes de recherche non présentés en termes d’hypothèses falsifiables, est critiquée (Roughgarden et al., 1989). Actuellement, de nombreux auteurs pensent qu’en écologie, il est préférable de combiner les approches théoriques et empiriques car elles sont fondamentalement complémentaires et de « secouer » ensemble les idées anciennes et nouvelles en portant un regard neuf sur les sujets plutôt que de recourir automatiquement aux modèles et aux théories issus d’autres champs disciplinaires. De même que les méthodes scientifiques se caractérisent par leur grande variété, les intérêts et les aptitudes des chercheurs sont multiples et cette diversité doit désormais être acceptée.

  • 36 Cf. ci-dessous Olivier Godard et Jean-Marie Legay, Modélisation et simulation : une approche de la (...)

102Pour Roughgarden et al. (1989), « la théorie est une voie permettant l’extrapolation, la généralisation et la compréhension, elle fournit un antidote au sentiment d’impuissance engendré par le point de vue selon lequel la nature est si compliquée et les processus de l’évolution si dépendants d’accidents et de l’histoire, que, dans le meilleur des cas, nous ne pouvons espérer connaître en détail que des situations spécifiques, définies dans le temps et dans l’espace, mais pas obtenir des règles ou modèles de caractère général ». Savoir choisir le modèle approprié, qui peut être simple ou très détaillé sans tomber dans l’illusion de la précision, constitue l’essentiel d’une bonne théorie36.

103Il est très important aussi d’admettre, compte tenu des diverses expériences déjà menées, le droit à l’erreur, l’expérimentation en vraie grandeur (manipulation des systèmes écologiques) et la possibilité de disposer du long terme qui sont des conditions sine qua non au développement d’une théorie en écologie finalisée permettant de comprendre les problèmes de nature socio-économique. L’enjeu est donc la construction d’une démarche inductive scientifique afin de pouvoir anticiper et prédire des phénomènes.

104Dans le contexte français, malgré les déceptions, les critiques et les remises en cause, le travail en interdisciplinarité a permis de cerner certaines limites méthodologiques et explicatives de la discipline, de faire passer dans la communauté scientifique quelques principes écologiques et de lancer de nouveaux défis. Élément déterminant à certaines périodes, évoluant en fonction de sa dynamique propre, l’écologie est indubitablement une pierre de l’édifice de l’interdisciplinarité, même si elle n’en est pas la clé de voûte…

Bibliography

Acot, P. (1988), Histoire de l’Écologie, PUF, Paris.

Barbault, R. (1981), Écologie des populations et des peuplements, Masson, Paris.

Barbault, R. (1984), « De la biologie des populations », Bull. Écol., 15, 107.

Barbault, R. et al. (1981), « Les Houches – Logique et unité de l’écologie », Publ. Lab. Zool., ENS, n° 20, 34 pp.

Bertrand, G. (1975), « Pour une histoire écologique de la France rurale », in G. Duby et A. Wallon (eds), Histoire de la France rurale, Seuil, Paris, t. l, pp. 33-113.

Blandin, P. et Lamotte, M. (1985), « Écologie des systèmes et aménagement : fondements théoriques et principes méthodologiques », in Lamotte, M. (eds), Fondement rationnel de l’aménagement d’un territoire, Masson, Paris, pp. 139-162.

Blandin, P. et Lamotte, M. (1989), « L’organisation hiérarchique des systèmes écologiques », in Atti del 3° Congresso Nazionale della Societa Italiana di Ecologia, Sienna, 21-24 octobre 1987, S.I.T.E. Atti 7, pp. 35-48.

Blondel, J, (1979), Biogéographie et écologie, Masson, Paris.

Blondel, J, (1990), « Exposé sur les problèmes d’échelle de perception et de niveau d’organisation : le point de vue de l’écologie évolutive », in CNRS Ced.), l’Interdisciplinarité, Session plénière du Comité national de la recherche scientifique, Actes du Colloque Carrefour des sciences, Paris, 12-13 février 1990, CNRS, Paris, pp. 63-69.

Bormann, EH. et Likens, G.E. (1967), « Nutrient cycling », Science, 155, pp. 424-429.

Bourlière, F. (1965), Préface, in Farb, P., l’Écologie, « Collection Life Time » Inc : 8.

Bray, J.R. (1958), « Notes toward an ecological theory », Ecol., 39, pp. 770-776.

Briand, F. et Cohen, J.E. (1987), « Community food webs have scale-invariant structures », Nature, 307, pp. 264-266.

Burns, T.P. (1990), « The power of the ecosystem concept and paradigm », in Kawanabe, H. et al. (eds), Ecology for tomorrow. Phys. and Ecol. Japan, 27, Special number, pp. 191-197.

Carson, R. (1963), Printemps silencieux, Plon, Paris.

Cherret, J.M. (1990), « The contribution of ecology to our understanding of the natural world : a review of sorne key ideas », in Kawanabe, H. et al. (eds), Ecology for tomorrow. Phys. and Ecol. Japan, 27, Special number, pp. 1-16.

Clarck, C.W. (1989), « Bioeconomics », in Roughgarden, J. et al. (eds), Perspectives in ecological theory, Princeton University Press, Princeton, pp. 275-285.

CNRS (1952), « Écologie. Compte rendu sur le colloque international d’écologie de Paris. Paris 20-25 février 1950 », Colloques internationaux du CNRS, 33, pp. 1-350.

CNRS, Commission d’Écologie (1980a), Rapport de conjoncture, rapport inédit, rédigé par M. Lamotte et la Commission d’Écologie du CNRS, 13 pp.

CNRS, Commission d’Écologie 1976-1980 (1980b), les Recherches écologiques en France : état et problèmes, rapport inédit, rédigé par M. Lamotte et la Commission d’Écologie du CNRS, 47 pp.

CNRS, Section Biologie des Populations et des Écosystèmes (1984), Rapport de conjoncture, rapport inédit, établi par l’ensemble de ses membres et mis en forme par le bureau, son président L. Thaller et son secrétaire C. Juberthie, 14 pp.

CNRS, Section Biologie des Populations et des Écosystèmes (1988), Rapport de conjoncture (texte provisoire), rapport inédit, établi par l’ensemble de ses membres et mis en forme par le bureau, son président L. Thaller et son secrétaire C. Juberthie, 52 pp.

Commoner, B. (1969), Quelle terre laisserons-nous à nos enfants ?, Seuil, Paris (1re éd. 1963).

Connel, J-H. et Sousa, W.P. (1983), « On the evidence needed to judge ecological stability on persistence », Am. Nat., 121, pp. 789-824.

Cowles, H.C. (1904), « The work on the year 1903 in ecology », Science, 19, pp. 879-885.

Dajoz, R. (1974), Dynamique des populations, Masson, Paris.

Dajoz, R. (1984), « Éléments pour une histoire de l’écologie », Histoire et Nature, 24-25, pp. 5-111.

Diamond, J. et Case, T.J. (eds) (1986), Community ecology, Harper & Row, Publishers, New York.

Diamond, J- (1986), « Overview : laboratory experiments, field experiments, and natural experiments », in Diamond, J et Case, T.J- (eds.), Community ecology, Harper & Row, Publishers, New York, pp. 3-24.

Di Castri, F., Baker, F.W.G. et Hadley, M. (1984), Ecology in practice, Vol. 1 : Ecosystem management, Vol. 2 : The social response, TycooIy, Dublin and Unesco, Paris.

Di Castri, F. (1981), « l’Écologie : naissance d’une science de l’homme et de la nature », le Courrier de l’Unesco, 34, pp. 6-11.

Di Castri, F. (1984), l’Écologie : les défis d’une science en temps de crise, rapport au ministre de l’Industrie et de la Recherche, la Documentation française, Paris.

Di Castri, F. et Hadley, M. (1985), « Enhancing the credibility of ecology : can research be made more comparable and predictive ? », Geojournal, 11, pp. 321-338.

Di Castri, F. et Hadley, M. (1986), « Enhancing the credibility of ecology : is interdisciplinary research for land use planning useful ? », Geojournal, 13, pp. 299-325.

Di Castri, F. et Hadley, M. (1988), « Enhancing the credibility of ecology : interacting along and across hierarchical scales », Geojournal, 17, pp. 5-35.

Dollfus, O. (1982), « l’Écologie est morte, vive l’écologie ! », Hérodote, 26, pp. 23-39.

Dorst, J. (1965), Avant que nature meure, Delachaux et Niestlé, Neuchâtel (2 éd., 1971).

Drouin, J.M. (1984), la Naissance du concept d’écosystème, thèse de Doctorat de 3e cycle en Philosophie, Université de Paris I.

Duvigneaud, P. (1962), l’Écologie science moderne de synthèse, Vol. 2 : Écosystèmes et biosphère, ministère de l’Education Nationale et de la Culture, Bruxelles, Documentation n° 23.

Duvigneaud, P. (1974), la Synthèse écologique : population, communauté, écosystème, biosphère, noosphère, Doin, Paris.

Egerton, F.N. (1977), Histoire of American Ecology, New York, Arno Press.

Egerton, F.N. (1983), « The history of ecology : achievements and opportunities, Part one », J. Hist. Biol., 16, pp. 259-311.

Egerton, F.N. (1985), « The history of ecology : achievements and opportunities, Part two », J. Hist. Biol., 18, pp. 103-143.

Ehrlich, P.R (1989), « Discussion : ecology and ressource management – Is ecological theory any good in practice ? » in Roughgarden, J. et al. (eds), Perspectives in ecological theory, Princeton University Press, Princeton, pp. 306-318.

Ehrlich, P.R et Ehrlich, A. (1972), Population, Ressources, Environnement, Fayard, Paris.

Fabiani, J.L. (1985), Conditions sociales du développement scientifique : les usages sociaux du concept d’écosystème, rapport final du séminaire STS du CNRS, Laboratoire de sciences sociales, ENS, rapport inédit, 40 p.

Fayat, C. (1983-1988), Bio-économie dynamique. Théorie – Application : ressource, environnement et histoire quantitative. Analyse des systèmes de modélisation causale d’émergence d’ordre, Centre de développement, Faculté des sciences économiques et d’économie appliquée à la gestion, Université de Rennes I. [Cinq volumes dont trois relevant du Programme PIREN].

Flamant, J.C. (1982), « Utilisation des parcours des Causses par l’élevage ovin », in Colloque ECAR, non publié.

Forman, RT.T. et Godron, M. (1986), Landscape ecology, Wiley et Sons, New York.

Fosberg, ER. (1986), « A balanced ecology », Ecology, 50, pp. 763-764.

Friederichs, K. (1958), « A definition of ecology and sorne thoughts about basic concepts », Ecology, 39, pp. 154-159.

Gautier, J.Y., Lefeuvre, J.C., Richard, G. et Trehen, P. (1978), Écoéthologie, Masson, Paris.

Gisin, H. (1949), « L’écologie », Act. Bioth., 9, pp. 89-99.

Gleason, H.A. (1939), « The individualistic concept of the plant association », Amer. Midl. Nat., 21, pp. 92-110.

Gounot, M. (1969), Méthodes d’étude quantitative de la végétation, Masson et Cie, Paris.

Grene, M. (1980), « A note on Simberloff’s succession of paradigms in ecology », in Saarinen, E. (ed.), Conceptual issues in ecology, Pallas Paperback/23, D. Reidel Publishing Company, London, pp. 101-105.

Grubb, P.J. (1989), Toward a more exact ecology, Blackwell Scientific Publications, Oxford.

Harkat, A. (1974), La prise en compte des externalités positives par le système économique : l’exemple des landes armoricaines, [sous-titré : Contribution à une intégration du système écologique et du système économique.], Laboratoire d’économie régionale, (Doc. GELA).

Hasler, A.O. (1975), « Coupling of land and watersystems », Ecological Studies 10, Springer Verlag, New York.

Henry, C. (1984), Organisation de la recherche et de la formation pour la maîtrise écologique du territoire, rapport à Madame Huguette Bouchardeau, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, Chargée de l’Environnement et de la Qualité de la Vie, rapport inédit, 82 pp.

Higashi, M. et Ohgushi, T. (1990), « Three interconnections of ecology », in Kawanabe, H. et al. (eds), Ecology for tomorrow. Phys. and Ecol. Japan, 27, Special number, pp. 199-205.

Hinckle, G. et Margulis, L. (1990), « Global ecology and the Gaia hypothesis », in Kawanabe, H. et al. (eds), Ecology for tomorrow. Phys. and Ecol. Japan, 27, Special number, pp. 53-62.

Knight, R.L. & Swaney, D.P. (1981), « In defense of ecosystems », Am. Nat., 117, pp. 991-992.

Larrere, G.R. (sous presse), l’Écologie, ou le geste d’exclusion de l’homme, séminaire « Maîtres et protecteurs de la nature », Institut d’Histoire des Sciences.

Lefeuvre, J.C.. (1980), « Genèse et présentation du colloque » – [Colloque sur l’écologie des landes, Rennes, 2-7 juillet 1979], Bull. Ecol., 11, pp. 35-146.

Lefeuvre, J.C. (1983), « Pour un Institut national de la recherche appliquée à la gestion du patrimoine naturel », Aménagement et Nature, 69, pp. 25-26.

Lefeuvre, J.C. (1985), « Des observatoires des changements écologiques, économiques et sociaux en zone rurale », in Colloque Recherches sur l’environnement rural, bilan et perspectives, Paris, novembre 1983, CNRS-PIREN, pp. 1-4.

Lefeuvre, J.C. (1989), « l’Écologie ne peut plus être une réflexion sur la nature », in Mathieu, N. et Jollivet, M. (eds), Du rural à l’environnement. La question de la nature aujourd’hui, ARF Éditions/l’Harmattan, Paris, pp. 23-30.

Lefeuvre, J.C. (1990a), « la Recherche en écologie en France, heur et malheur d’une discipline en difficulté », Aménagement et Nature, 97, pp. 1-4.

Lefeuvre, J.C. (1990b), « De Grands Programmes pour agir localement » (Interview par M. Boissany-Vinau), la Recherche, 21, pp. 1178-1180.

Lefeuvre, J.C., Missonier, J. et Robert, Y. (1976), « Rapport de synthèse » [du chapitre IV : « Caractérisation zoologique. Écologie animale »], in Ouvrage collectif, les Bocages. Histoire. Écologie, Économie, Rennes, 5-7 juillet 1976, INRA, CNRS, Université de Rennes, pp. 315-326.

Lefeuvre, J.C. et Barnaud, G. (1988), « l’Écologie du paysage : mythe ou réalité ? », Bull. Écol., 19, pp. 493-522.

Legay, J.M. (1974), Méthodologie écologique : analyse des systèmes et modélisation, rapport auprès du Comité scientifique de la DGRST « Équilibre et Lutte biologique », rapport inédit. 9 pp.

Legay, J.M. et Debouzie, D. (1985), Introduction à une biologie des populations, Masson, Paris.

Leigh, E.G. jr (1990), « Community diversity and environmental stability : a re-examimition », Trends Ecol. Evol., 5, pp. 340-344.

Linderman, R.L. (1942), « The trophic-dynamic aspect of ecology », Ecology, 23, pp. 399-418.

Levin, S.A. (1989), « Challenges in the development of a theory of community and ecosystem structure and function », in Roughgarden, J. et al. (eds), Perspectives in ecological theory, Princeton University Press, Princeton, pp. 242-255.

Levins, R. et Lewontin, R. (1980), « Dialectics and reductionism in ecology », in Saarinen, E. (ed.), Conceptual issues in ecology, Pallas Paperback/23, D. Reidel Publishing Company, London, pp. 107-108.

Long, G. (1981), « Résultats de l’enquête réalisée par le groupe de réflexion du réseau Écologie et Développement », in CNRS (ed), Écologie et développement, journées scientifiques, Paris, 19-20 sept. 1979, CNRS, paris, pp. 13-21.

Loverlock, J.E. (1979), Gaia : A new look at life on earth, Oxford University Press, Oxford.

Lyell, C. 0830-1832), The principles of Geology, (Nombreuses éditions).

Major, J. (1958), « Plant ecology as a branch of botany », Ecology, 39, pp. 352-363.

Margalef, ER. (1963), « On certain unifying principles in ecology », Am. Nat., 897, pp. 357-374.

Margalef, ER. (1968), Perspectives in ecological theory, Univ. of Chicago Press.

Massoud, Z. (1985), « Interdisciplinarité », in Colloque Recherche sur l’environnement rural, bilan et perspectives. Paris, novembre 1983, CNRS-PIREN, pp. 5-10.

May, R.M. (1973), « Qualitative stability in model ecosystems », Ecology, 54, pp. 638-641. MAY, R.M. (1977), « Thresholds and breakpoints in ecosystems with a multiplicity of stable states », Nature, 269, pp. 471-477.

May, R.M. (1977), « Thresholds and breakpoints in ecosystems with a multiplicity of stable states », Nature, 269, pp. 471-477.

McIntosh, R.P. (1976), « Ecology since 1900 », in Taylor, B.J. et White, T.J. (eds), Issues and ideas in America. Norman, University of Oklahoma Press, reprinted in Egerton, E.N. (1977), pp. 353-372.

McIntosh, R.P. (1980), « The back ground and sorne current problems of theoretical ecology », in Saarinen, E. (ed.), Conceptual issues in ecology, Pallas Paperback/23, D. Reidel Publishing Company, London, pp. 1-61.

McIntosh, R.P. (1985), The background of ecology, Cambridge University Press, Cambridge.

Meadows, D.H., Meadows, D.L., Randers, J. et Behrens III, W.W. (1972), « Rapport sur les limites de la croissance » in Halte à la croissance, Fayard, Paris, pp. 131-309.

Ministère de l’Environnement (1985), Connaître pour mieux gérer. Programme de recherche 1985-1989, rapport ministère de l’Environnement, SRETIE, 46 p.

Morin, E. (1980), la Méthode, t. II, la Vie de la vie, Seuil, Paris, « Point ».

McNaughton, S.J. et Coughenour, M.B. (1981), « The cybernetic nature of ecosysrems », Am. Nat., 117, pp. 985-990.

Naveh, Z. et Lieberman, A.S. (1984), Landscape ecology. Tbeory and application, Springer-Verlag, München.

O’Neill, R.V., De Angelis, D.L., Waide, J.B. et Allen, T.EH. (1986), A hierarchical concept of ecosystems, Princeton University Press.

Odum, E.P. (1953), Fundamentals of ecology, WB. Saunders Co., Philadelphia.

Odum, E.P. (1969), « The strategy of ecosystem development », Science, 164, pp. 262-270.

Orians, G.H. (1990), « Ecology and conservation Biology : mutually supportive Sciences », in Kawanabe, H. et al. (eds), Ecology for tomorrow. Phys. and Ecol. Japan, 27, Special number, pp. 151-105.

Ouvrage Collectif (1976), les Bocages. Histoire. Écologie, Économie, Rennes, 5-7 juillet 1976, INRA, CNRS, Université de Rennes, 586 p.

Ozenda, P. (1986), la Cartographie écologique et ses applications, Masson, Paris.

Pave, A. et Barbault, R. (1990), « Écosystèmes et environnement », in Documents préparatoires du Colloque PlREN Recherche Environnement, Strasbourg 24-25 septembre 1990, CNRS PIREN, Paris, pp. 25-38.

Pimm, S.L. (1980), « Properties of food webs », Ecology, 6, pp. 219-225. PIMM, S.L. (1982), Food webs, Chapman and Hall, London.

Pimm, S.L. (1984), « The complexity and stability of ecosystems », Nature, 307, pp. 321-411.

Pimm, S.L. (1986), « Community stability and structure », in Soule, M.E. (ed.), Conservation biology. The science of scarcity and diversity, Sinauer Associates, INC, Publishers, Sunderland, Mass, pp. 309-329.

Pimm, S.L. et Gilpin, M.E. (1989), « Theoretical issues in conservation biology », in Roughgarden, J. et al. (eds), Perspectives in ecological theory, Princeton University.Press, Princeton, pp. 287-305.

Pinchemel, Ph. et PINCHEMEL, G. (1988), la Face de la terre, Armand Colin, Paris.

Price, P., « Community ecology, plant-herbivore interactions, and insect ecology in general », in Cooley, J.H. & Golley, EB. (eds), Trends in ecological research for the 1980s, Proc. of a NATO ARW and INTECOL workshop on the Future and use of ecology after the decade of the Environment, Louvain-la-Neuve, April 7-9 1983, Plenum Press, New York, pp. 75-88.

Pool, R. (1989), « Ecologist flirt with chaos », Science, 243, pp. 310-312.

Ramade, E (1977), Écotoxicologie, Masson, Paris.

Rosnay, J. (de) (1975), le Macroscope, vers une vision globale, Seuil, Paris.

Rossiter, A. (1990), « Ecology, environment and economics : a Pandoran Perspective », in Kawanabe, H. et al. (eds), Ecology for tomorrow. Phys. and Ecol. Japan, 27, Special number, pp. 169-189.

Roughgarden, J., May, R.M. et Levin, S. (1989), Introduction in Roughgarden, J. et al. (eds), Perspectives in ecological theory, Princeton University Press, Princeton, pp. 3-10.

Saarinen, E. (ed.) (1980), Conceptual issues in ecology. Pallas Paperback/23, D. Reidel Publishing Company, London.

Sauvage, C. (1979), Rapport du Président Sauvage au sujet de la succession à donner au comité GRNR (28 septembre 1979), rapport inédit, 10 p.

Schlesinger, W.H. (1989), « Discussion : ecosystem structure and function », in Roughgarden, J. et al. (eds), Perspectives in ecological theory, Princeton University Press, Princeton, pp. 268-274.

Simberloff, D. (1980), « A succession of paradigms in ecology : essentialism ta materialism and probabilism », in Saarinen, E. (ed.), Conceptual issues in ecology, Pallas Paperbackl23, D. Reidel Publishing Company, London, pp. 63-99.

Simberloff, D. (1988), « The contribution of population and community biology to conservation science », Ann. Rev. Ecol. Syst., 19, pp. 47351l.

Smith, O.L. (1980), « The influence of environmental gradients on ecosystem stability », Am. Nat., 116, pp. 1-24.

Soule, M.E. et Wilcox, B.A. (eds) (1980), Conseroation biology : an evolutionary-ecological perspective, Sinauer Associates, INC, Publishers, Sunderland, Mass.

Soule, M.E. (ed.) (1986), Conservation biology. The science of scarcity and diversity, Sinauer Associates, INC, Publishers, Sunderland, Mass.

Soule, M.E. (1985), « What is conservation biology ? », BioScience, 35, pp. 727-734.

Southwood, T.R.E. (1980), « Ecology – A mixture of pattern and probabilism », in Saarinen, E. (ed.), Conceptual issues in ecology, Pallas Paperback/23, D. Reidel Publishing Company, London, pp. 203-214.

Stenseth, N.e. (1984), « Why mathematical models in evolutionary ecology ? », in Cooley, J.H. & Golley, F.B. (eds), Trends in ecological research for the 1980s, Proc. of a NATO ARW and INTECOL workshop on the Future and use of ecology after the decade of the Environment, Louvain-la-Neuve, April 7-9 1983, Plenum Press, New York, pp. 239-287.

Steele, J.H. (1989), « Discussion : scale and coupling in ecological systems », in Roughgarden, J. et al. (eds), Perspectives in ecological theory, Princeton University Press, Princeton, pp. 177-180.

Tansley, A.G. (1935), « The use and abuse of vegetational concepts and terms », Ecology, 16, pp. 284-307.

Thaller, L. (1990), « l’Homme et son Environnement », in l’Interdisciplinarité, Session plénière du Comité national de la recherche scientifique, Actes du Colloque Carrefour des Sciences, pp. 63-69.

Tilman, D. (1989), « Discussion : population dynamics and species interactions », in Roughgarden, J. et al. (eds), Perspectives in ecological theory, Princeton University Press, Princeton, pp. 89-100.

é

Trehen, P. (1985), « Interface forêt-agrosystème : le Pays de Paimpont », in CNRS-PIREN (eds), Colloque Recherches sur l’environnement rural, bilan et perspectives, Paris, novembre 1983, pp. 185-204. ~

Tricart, J. et Killian, J. (1979), « l’Écogéographie et l’aménagement du milieu naturel », Hérodote, Maspero, Paris.

Turner, M.G. (1989), « Landscape ecology : the effect of pattern on process », Ann. Rev. Ecol. Syst., 20, pp. 171-197.

UICN (1980), Stratégie mondiale de conservation de la nature, UICN, PNU, WWF, non paginé.

Varley, G.e. (1957), « Ecology as an experimental science », J. Anim. Ecol., 16, pp. 139-187.

Voute, A.D. (1968), « Ecology as a teleological science », Acta Biotheor., 18, pp. 143-164.

Watt, A.S. (1964), « The community and the individual », J. Ecol., 52 (suppl.), pp. 203-211.

Weber, J., Betsch, J.M. et Cury, Ph. (1990), « À l’interface hommes-nature : les ressources renouvelables » in Documents préparatoires du Colloque PlREN Recherche Environnement, Strasbourg 24-25 septembre 1990, CNRS PIREN, Paris, pp. 39-50.

Wilson, E.O. (ed.) (1988), Biodiversity, National forum on biodiversity, Washington, 1986, National Academie Press.

Worthington, E.B. (ed.) (1975), The evolution of IBP, Cambridge University Press, Cambridge.

Notes

1 Il est d'ailleurs paradoxal que l'écologie et l'économie aient la même racine puisque ce sont les conflits d'intérêts entre les deux disciplines qui ont mené à la crise planétaire de l'environnement (de Rosnay, 1975 ; Rossiter, 1990). La bioéconomique, qui a pour origine les modèles de gestion des ressources, est maintenant proposée pour relier l’analyse des interactions entre systèmes biologiques et systèmes économiques (Clarck, 1989 ; Erlich, 1989).

2 Tous les débats entre les tenants des divers courants philosophiques ont un lien direct ou indirect avec les controverses internes à l'écologie. Que ce soit le vitalisme, avec de nombreux adeptes chez les naturalistes de la fin du XIXe siècle, et encore actuellement chez les écologistes ; le déterminisme (la méthode expérimentale) ; le mécanisme, surtout au cours des années 50, et en relation avec les sciences physiques ; l’organicisme sous-jacent à l’étude des communautés puis à la démarche écosystémique ; le dynamisme (avec Bergson), puis le structuralisme ; le « systémisme » avec la théorie générale des systèmes de Bertalenffy introduite en écologie par Lindemann et Odum et le holisme (Friederichs, 1958). Un fait mérite d'être souligné ; le terme écologie a été créé au moment où Claude Bernard définissait le déterminisme des phénomènes biologiques. Cette empreinte philosophique a certainement été à l'origine de nombreuses incompréhensions entre chercheurs des sciences humaines et écologistes analysant des espaces aménagés, les premiers donnant la primauté à l’homme, les seconds aux « évolutions naturelles » pour expliquer les états et les dynamiques observés. Se reporter aussi ci-dessus au texte de Claudine Friedberg, « La question du déterminisme dans les rapports homme-nature », p. 47.

3 Cherret (1990) parle de la nature « inclusive » ou globalisante de l'écologie. La complexité de tout système écologique et le type même des problèmes traités font de la discipline une synthèse d'autres sciences (Higashi et Oghushi, 1990). Pour Roughgarden, Mayet Levin (1989), aujourd'hui, la théorie écologique recouvre une grande gamme de sujets, de la physiologie et du comportement d'individus ou de groupes d'organismes, à l'écologie des écosystèmes et des cycles géochimiques mondiaux, en passant par la dynamique des populations et l'écologie des communautés.

4 Il est intéressant de noter que pour Egerton (1977), historien des sciences, la compétition et l'équilibre de la nature sont au centre des débats. Pour Margalef (1963), tout tourne autour de la structure de l'écosystème dont l'analyse fait appel aux notions de maturité, de diversité, de production primaire, de biomasse, de succession, de mouvement d'espèces, d'évolution.

5 Soulignons que plusieurs termes importants en écologie sont traités dans la deuxième partie de ce livre comme notions clés de l'interdisciplinarité ; la diversité, l'écosystème, le système, l'hétérogénéité, le paysage, les milieux naturels, le patrimoine, les potentialités, les ressources, la gestion ; ou dans la troisième partie : la modélisation, les niveaux d'organisation.

6 Selon Barbault (1984), nous sommes en train de passer très progressivement d'une écologie fixiste, descriptive, morcelée, à une écologie évolutionniste, prédictive, "intégrante".

7 Cf. ci-dessous Patrick Blandin, « De l'écosystème à l'écocomplexe », p. 209.

8 Dans cet esprit, l'une des meilleures définitions a été donnée par Evans (1956, cité par Schlesinger, 1989) pour qui un écologiste écosystémique étudie « la circulation, la transformation, et l'accumulation d'énergie et de matière par l'intermédiaire des êtres vivants et de leurs activités ».

9 Reiners (1986, cité par Schlesinger, 1989) pense que « depuis environ 1960, l'absence de développements théoriques utiles et les digressions actuelles de la recherche écosystémique vers un certain réductionnisme » rendent la discipline incohérente.

10 « Les écosystèmes sont à la fois le résultat observable et la contrainte déterminante, ou la cause formelle (Ulanowicz, 1986, 1990), des principaux phénomènes écologiques ». En réalité, selon Burns (1990), l'écosystème est pleinement intégré aux principes les plus établis de l'écologie.

11 Cf. ci-dessous Olivier Godard et Jean-Marie Legay, « Entre disciplines et réalité, l'artifice des systèmes », p. 191.

12 Cf. ci-dessous Patrick Blandin, op. cit., p. 209.

13 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet et Jacques Lepart, « Hétérogénéité, diversité, complexité : nuances et convergences », p. 289.

14 L'histoire du PBI a été écrite par son directeur scientifique E.B. Worthington (1975).

15 Certaines méthodes du PBI ont été évaluées récemment à la lumière des problèmes de changements globaux et des sous-estimations importantes de la productivité primaire en zones herbacées tropicales sont apparues (Rossiter, 1990).

16 Les équipes françaises, très mobilisées lors de la phase d'élaboration du programme, ont été quasiment absentes lors de sa phase opérationnelle, mis à part les travaux en Guyane (ECEREX) et les projets en régions méditerranéennes comprenant des coopérations avec la Tunisie, l'Algérie, l'Egypte, etc.

17 Dans la préface des actes, il est précisé que « devant l'ampleur excessive des problèmes écologiques, pris en leur ensemble, les organisateurs se proposèrent de centrer l'attention sur la synécologie zoologique, ou écologie des groupements animaux » (CNRS, 1952).

18 A titre de comparaison, les anglais ont créé le Journal of Ecology en 1913 et le Journal of Animal Ecology en 1932.

19 Egerton (1985) a mis en évidence les relations entre les décisions politiques impliquant une organisation de l'écologie appliquée et la création de revues spécialisées sur le sujet. En Grande-Bretagne, le Gouvernement a créé le Nature Conservancy Council en 1969 et le Journal of Applied Ecology date de 1964 ; aux États-Unis, le Congrès a voté le National Environmental Act en 1969 et la revue Environmental Management date de 1976.

20 Cf. ci-dessous en annexe Jean-Pierre Deffontaines, « Chronique des comités », p. 539.

21 Il est précisé plus loin : « Aux prises avec des systèmes d'une extrême complexité, carrefour de disciplines multiples, l'écologie est par essence le domaine de recherches pluridisciplinaires et ne peut être conçue que comme une Science d'équipe » (CNRSa, 1980).

22 La nécessité du développement de recherches interdisciplinaires, en particulier dans le cadre d'observatoires du suivi de l'évolution des milieux, y est clairement annoncée, les problèmes de gestion rencontrés dans les espaces protégés impliquant de plus en plus l'ouverture vers les sciences humaines (ministère de l'Environnement, 1985).

23 En réaction contre le reproche fait à l'écologie de ne s'intéresser qu'aux milieux naturels, il est spécifié : « […] Ce sont désormais ces systèmes complexes qu'il convient d'étudier : des groupes d'écosystèmes, des paysages entiers même, secteurs de plus en plus étendus de la biosphère », et plus loin « […] c'est par rapport à lui-même, à ses besoins et en fonction de ses volontés, que l'homme considère le reste du monde vivant. Toutes les applications de l'écologie, et elles sont de nos jours innombrables, sont donc liées à ce point de vue anthropocentrique […] ; l'homme est à la fois l'élément dominant et le facteur essentiel des écosystèmes » (CNRS, 1980b).

24 Cf. ci-dessous en annexe, Jean-Marie Legay, « Rapport du Colloque "Écologie et Aménagement rural" » (Lyon, 1981).

25 « Un problème d'environnement est le plus souvent par nature un problème très pluridisciplinaire qui déborde les compétences de la section » (CNRS, 1984).

26 Il est dit : « L'affermissement théorique peut se structurer autour de deux courants unificateurs, l'approche évolutionniste d'une part et l'approche holistique des processus à l'échelle de la biosphère d'autre part ». L'écologie occupe « une position assez singulière au sein des sciences de la vie, par l'ampleur de ses objectifs et l'importance des enjeux qui s'y jouent, par sa dépendance étroite des progrès d'autres disciplines et aussi par les liens qu'il lui revient d'établir entre la biologie et les sciences de l'Univers » (CNRS, 1988).

27 Dans le contexte français, il semble intéressant de rappeler l'appartenance de l'écologie au département des Sciences de la vie du CNRS, celui-ci représentant pour Thaller (1990) « le champ clos d'égoïsmes sous-disciplinaires non maîtrisés qui étouffent les recherches aux interfaces ».

28 Cf. ci-dessous en annexe Jean-Pierre Deffontaines, op. cit., p. 539.

29 L'objectif était d'avoir des réponses face à « l'emploi exagéré et non contrôlé de produits hautement toxiques pour lutter contre les nuisances d'origine végétale et animale » et de « savoir quelle place les parasites occupent par rapport à l'amont comme à l'aval dans les chaînes et les réseaux alimentaires et quel rôle ils jouent dans les équilibres biologiques » (Sauvage, 1979). Aux concepts naturalistes classiques commençaient ainsi à se surajouter quelques concepts écologiques, comme celui de biocénose parasitaire, et l'analyse des principaux types de biotopes (vergers, forêts, etc.).

30 Le groupe méthodologie, créé pour aider les chercheurs, a énormément fait avancer la clarification des hypothèses de départ et la valorisation des résultats, en ayant comme ligne de travail « l'approfondissement de la connaissance des écosystèmes et du développement de leur instrument d'étude, c'est-à-dire des modèles » (Legay, 1974).

31 Les travaux ont porté sur des milieux naturels spécifiques, « des écosystèmes considérés comme fragiles et dont il paraissait intéressant de mettre l'évolution en relation avec celle de la société locale et des systèmes de production » (Flamant, 1982).

32 Cf. ci-dessous en annexe Jean-Pierre Deffontaines, op. cit., p. 539.

33 « […] L'étude complète d'une biocénose, et à plus forte raison d'un écosystème, est une entreprise considérable, nécessairement pluridisciplinaire et qui requiert de nombreux spécialistes […]. Il faut donc chercher à remplacer la représentation de chaque écosystème par une image simplifiée mais suffisamment approchée. L'expérience a montré qu'en pratique la considération de la partie végétale de l'écosystème, c'est-à-dire de la phytocénose, donne cette image approchée d'une manière satisfaisante, en ce sens que la phytocénose permet de déduire une foule de renseignements sur les animaux, les microorganismes, les conditions de climat et de sol qui lui sont liées et qui sont celles de l'écosystème tout entier » Ozenda (1986).

34 Weber et al. (1990), à propos des progrès de la connaissance sur les ressources renouvelables, insistent sur la nécessité de l'interdisciplinarité sciences biologiques-sciences sociales. Cependant pour eux, « le chemin est long, qui aboutirait à poser dans les termes propres à chaque discipline des questions communes : le seul fait de parler d'action anthropique "sur un écosystème" est de nature à choquer le sociologue pour qui l'écosystème observé n'est ce qu'il est que du fait des hommes, qui font partie de l'écosystème exploité ».

35 Dans cet esprit, Price (1984) souligne que de nombreux concepts en écologie ont été développés à partir de travaux utilisant des méthodes scientifiques pas assez rigoureuses, sans possibilité de test.

36 Cf. ci-dessous Olivier Godard et Jean-Marie Legay, Modélisation et simulation : une approche de la prédictivité, p. 377.

© CNRS Éditions, 1992

Terms of use: http://www.openedition.org/6540