Version classiqueVersion mobile

Le patronyme

 | 
Gianna Zei
, 
Pierre Darlu
, 
Guy Brunet

Première partie. Le nom : origine, fixation, transmission

Chapitre premier. Nommer au Moyen Âge : du surnom au patronyme

Patrice Beck, Monique Bourin et Pascal Chareille

Texte intégral

1Les noms sont un sujet peu fréquenté par les historiens médiévistes, même s’il est reconnu depuis longtemps, et notamment depuis Marc Bloch (Bloch, 1932), qu’ils constituent une source très abondante et un document qui permet d’accéder à divers aspects de la société médiévale. Cette lacune est d’autant plus surprenante que c’est pendant la période médiévale, en substance entre les xie et le xiiie siècles, que s’est mis en place le système de désignation qui est encore le système actuel et que l’expansion de l’influence de l’Europe occidentale a répandu bien au-delà des frontières de l’Occident chrétien où il est apparu. En effet, si au haut Moyen Âge a prévalu un système de nom unique, il a été ensuite remplacé par un système à deux éléments, un nom et un surnom. Le nom (ou nomen proprium) est ainsi peu à peu devenu notre prénom, et le surnom, à l’origine largement individuel (cognomen), s’est transformé en un patronyme héréditaire, transmis de père en fils.

Les raisons d’une enquête

2Paradoxalement, les études historiques ont d’abord exploré la période où dominait le nom unique, selon le système de dénomination germanique qui s’est imposé à l’Europe au haut Moyen Âge, bien au-delà des familles des « envahisseurs ». La rareté des sources et une relative clarté du mode de formation des anthroponymes dans les familles aristocratiques, les seules vraiment connues, expliquent sans doute cette primauté du haut Moyen Âge.

3Pour la période suivante, celle où se forme le système anthroponymique moderne, les études ont plus souvent porté sur le premier élément, le nom (prénom).

4On serait tenté de l’appeler nom de baptême, car on sait bien que le pédobaptisme, c’est-à-dire l’usage de baptiser l’enfant très peu après sa naissance, a vite prévalu dans la chrétienté. Pourtant, à la différence de ce qui s’est passé dans la chrétienté grecque, l’Eglise latine semble avoir peu pesé sur le choix du nom ; elle n’a pas élaboré de politique dans cette matière. Mais il est vrai que, dans les exemples qu’elle fournissait lorsqu’il s’agissait de donner un nom, elle choisissait des noms « chrétiens ». Ainsi, le moine Raoul Glaber (Arnoux, 1996), qui vit en Bourgogne au début du xie siècle, c’est-à-dire à une époque où les noms les plus fréquents sont, dans la région, Hugues ou Eudes, raconte à propos d’un individu, d’ailleurs à comportement louche, dont il fait un portrait fort peu flatteur : « Il alla se réfugier dans les Alpes. Là il prit le nom d’Étienne, lui qui s’était appelé ailleurs Pierre ou Jean. » Ce sont les noms de l’avenir, des xiie-xve siècles, évidemment issus du Nouveau Testament. L’Eglise a sans nul doute peu à peu influencé les modes de dénomination, mais sans qu’une législation brutale ne vienne imposer des changements radicaux.

5Le choix des noms s’est en effet profondément modifié à partir de la fin du xe siècle. Non pas que le corpus ait évolué : à en faire la liste, ce sont à peu près les mêmes que l’on trouve aux environs de l’an mil et trois siècles plus tard. Mais leur répartition s’est complètement modifiée : une concentration des choix sur quelques noms, très fréquemment portés, que nous considérerons comme les noms « dominants » et une multitude d’autres, qui font figure de noms rares. Les premières études consacrées à Gênes (Kedar, 1967) et au Limousin (cf. Pérouas et al., 1984) ont montré que le sens général était celui d’une christianisation des noms. Au xive siècle, c’est presque le quart des Européens qui s’appellent Jean. Mais l’évolution, nous le verrons, est loin d’être simple.

6L’apparition du surnom et du patronyme avait fait, jusqu’à ces dernières années, l’objet de très peu de recherches. Dans un article fondateur, Georges Duby (Duby, 1972) a utilisé l’anthroponymie pour analyser les structures de la noblesse dans le sud de la Bourgogne et a individualisé quelques groupes de cousins qui portaient un corpus commun de noms, avec des surnoms qui distinguaient, au sein de ce cousinage, plusieurs branches ou lignées. Certains de ces surnoms étaient des sobriquets et certains, parmi eux, étaient devenus héréditaires. Cependant, les processus qui avaient fixé ces surnoms l’avaient finalement peu intéressé. Pas plus qu’il n’avait eu de véritable attention pour constater que le phénomène débordait largement le milieu de la noblesse et intéressait l’ensemble de la société.

  • 1 Le débat – il faudrait parler de controverse – auquel prit part également B. Kedar (Kedar, 1973, p. (...)

7En revanche, deux historiens du monde méditerranéen avaient remarqué ce phénomène, pour une époque plus tardive, et avaient polémiqué sur le sujet : selon Richard Emery, le surnom était normalement héréditaire à la fin du xiie siècle (Emery, 1952 ; 1955), tandis que, pour Roberto Lopez, il ne l’était pas encore (Lopez, 1954)1 . L’un et l’autre, finalement, avaient raison : le premier partait de documents du Roussillon et de la Catalogne, le second de la Toscane. Bien qu’appartenant les unes et les autres au monde méditerranéen, ces régions offrent des profils d’évolution anthroponymique sensiblement différents.

8C’est ce qui a motivé un projet d’enquête dans lequel s’est lancé, il y a une dizaine d’années, un groupe de médiévistes, principalement français, italiens et espagnols : il s’agissait de décrire les rythmes et les formes de cette évolution anthroponymique dont on sentait qu’au sein d’une modification européenne globale, elle avait connu bien des nuances régionales importantes. Ce groupe nourrissait aussi l’espoir de comprendre les raisons qui avaient conduit la société médiévale à élaborer ce système et à s’y attacher {Genèse, 1989 ; 1992 ; 1995 ; 1997).

9L’enquête comportait en fait deux volets. Le second, qui consiste à analyser le passage du surnom individuel au patronyme, est à peine entamé. Dans le premier volet, il s’agissait de comprendre pourquoi s’était imposé le système à deux éléments, car deux explications étaient proposées : ou bien la concentration des choix avait créé une homonymie qui rendait nécessaire le port d’un surnom pour différencier les individus entre eux (c’était l’hypothèse la plus commune) ou bien le fait fondamental était la modification des structures familiales avec l’organisation d’une conscience de la famille à dominante verticale et patrilinéaire qui avait imposé le surnom familial collectif comme signe commun et avait permis un choix plus homogène, moins diversifié des noms, puisque désormais le surnom portait la plus grande partie du système de différenciation des individus.

Concentration des noms et création des surnoms vont de pair

10Le premier résultat de notre enquête a été de confirmer la concentration des noms (Fig. 2).

11Mais le second a été de montrer qu’il n’y a pas de primat chronologique absolu de l’homonymie sur la diffusion du surnom : ce n’est pas parce que la proportion de Guillaume ou de Pierre dans l’ensemble de la population s’accroît qu’il faut adjoindre au nom un surnom. Dans la plupart des régions les deux phénomènes sont liés et se développent conjointement, l’un consolidant l’autre. Il n’y a pas de nécessité au surnom : les deux phénomènes sont allés de pair. C’est à une transformation d’ensemble du mode de désignation des individus que l’Occident a procédé.

Figure 1 – Origine géographique des documents exploités.

Figure 2 – a) Pourcentage de la population portant le nom le plus fréquent.
b) Pourcentage cumulé de la population portant les 12 noms les plus fréquents (1000-1130).

12Il y a des traces d’homonymie dans les documents du xie siècle qui ne semblent pas avoir gêné les contemporains : au bas des documents qui rapportent, dans les années 1060-1070, des transactions foncières, les listes de témoins juxtaposent des homonymes, en les distinguant par un simple alius (un autre). Mais les scribes italiens ont au même moment fait place à une multitude de variations sur un même nom, sous forme de diminutifs divers, qui permettaient de distinguer les homonymes les uns des autres (MEFRM, 1994). Sans doute la pratique orale jouait-elle partout ainsi, mais les notaires ne l’enregistrait pas.

13Pourquoi cette concentration des choix ? Elle se fait en deux temps. Tout d’abord, les noms princiers l’emportent, à tel point que l’on distingue nettement à travers l’Europe des aires d’influence politique distinctes. Dans le domaine royal français, on s’appelle majoritairement Hugues et Robert, en Germanie Heinrich et Konrad, abrégés en Hinz et Kunz, dans l’espace anglo-normand Richard et Guillaume. On reconnaît là les noms des grands. En Gascogne, le basculement de l’aristocratie de l’influence navarraise vers l’influence aquitaine ou toulousaine se marque par l’abandon de Sanche et Garsia pour Guillaume, Raimond et Bernard (Cursente, 1996).

14Puis vient l’influence des grands saints chrétiens, non pas des saints locaux que pourtant on révère déjà, mais qui ne marqueront l’anthroponymie qu’à partir du xve siècle ; ce sont des grands saints qui assurent protection et salut, comme Pierre, Étienne et Jean (Mitterauer, 1993) (Tabl. I).

15L’évolution de ces choix est variable. Il est des régions où elle touche d’abord l’aristocratie, puis, avec retard, le reste de la population. C’est le cas le plus fréquent. Il est des régions, comme la Catalogne (Antroponimia, 1995 : in To Figueras) et le Bas-Languedoc, où l’évolution est si brutale qu’on distingue à peine l’avance aristocratique. Dès la fin du xie siècle, du moins pour les tranches de population qui nous sont accessibles par les documents écrits, en Bas-Languedoc, quatre noms suffisent pour désigner les deux tiers de la population (Biget, 1982 ; Genèse, 1989 : in Bourin).

16Parallèlement se manifeste le désir de mieux désigner les individus en ajoutant au premier élément un élément complémentaire. Presque partout en Europe cette évolution date de la seconde moitié du xie siècle. À l’échelle de l’Europe, le système dominant est mis en place pour les laïcs de sexe masculin : c’est le surnom. Mais ce désir de précision se marque pour les clercs par la précision de la fonction ajoutée au nom ; pour les femmes à une relation familiale (le mari ou le père en général) (Genèse, 1992). Et dans certaines régions où le surnom ne gagne que beaucoup plus tard, comme les pays celtiques, c’est la filiation qui l’emporte, même pour les hommes laïques (Genèse, 1992-1 : in Chedeville).

17Les courbes de condensation des noms et de disparition des désignations de type I (nom unique) ne sont pas identiques et sont décalées dans le temps : ici, la première a une pente forte et la seconde peine à la suivre ; là, c’est l’inverse (Fig. 3). Le phénomène est complexe. L’évolution anthoponymique mêle des aspirations de protections nouvelles sur les individus (par le choix des noms) et un désir d’organisation précise des cadres de la société que l’on suit, non seulement dans l’anthroponymie, mais aussi dans toute la gestion des personnes et de l’espace et à laquelle l’historien Robert Fossier a donné le nom d’encellulement.

Tableau 1. Noms les plus portés dans diverses régions (xe-xiiie siècles).

Tableau 1. Noms les plus portés dans diverses régions (xe-xiiie siècles).

Tableau I (suite).

Tableau I (suite).

N.B. : les séries indiquées en italique correspondent à des résultats établis sur plusieurs tranches chronologiques.
Il en est par exemple ainsi pour Auch (la première série est établie pour la période 950-1050) ou pour le Vendômois (la première série est établie pour l’ensemble du xie siècle et la deuxième pour l’ensemble du xiie siècle).

Figure 3 – Évolution comparée de la condensation des noms (stock/100 individus) et du pourcentage de noms uniques (type I) pour les hommes (laïcs) dans diverses régions

Les divers types de surnoms : une géographie de l’Europe

18Globalement, dès l’origine, les surnoms appartiennent à quatre types différents : le sobriquet, la fonction (ou le métier), le nom de lieu et le nom de personne. Lorsqu’on commence à les écrire dans les actes, certaines chancelleries répugnent à les mettre à « égalité » avec les noms et les inscrivent en interligne, au-dessus des noms, quel que soit leur type (Genèse, 1995 : in Parisse). On ne fait aucune différence entre les types de surnom.

19Nous avons l’habitude de considérer comme « noble » le nom de lieu précédé d’une particule. Il est de fait que bien des familles aristocratiques ont adopté les noms de leur seigneurie, bien souvent un château qui était symbole et moyen de leur pouvoir. Toutefois, d’une part, le sobriquet héréditaire a fonctionné longtemps comme marque de certaines lignées qu’un ancêtre prestigieux avait marquées (Duby, 1972 ; Barthélemy, 1993). D’autre part, l’anthroponymie aristocratique est particulièrement riche et changeante : la variété provient de l’ampleur du patrimoine et le nom s’adapte aux circonstances, selon qu’il importe d’exprimer la possession légitime de tel droit ou de tels biens. Enfin le nom de lieu n’est nullement exclusif de la noblesse. Tant de paysans ou de citadins en portent. Pendant longtemps le faciès social du nom semble peu marqué (Fig. 4).

20Selon les régions, ces divers types de surnom sont très inégalement répartis. Dans l’Europe continentale, le nom de lieu est un choix écrasant. Parmi ces noms de lieu, celui du meix ou du mas l’emporte partout où l’habitat dispersé est présent ; mais les détails topographiques du village ne sont pas absents dans les noms des habitants des régions d’habitat concentré. Ni les noms d’origine, notamment dans la population urbaine.

21En revanche, l’Europe méditerranéenne choisit d’abord le nom de personne. Elle ajoute au nom de la personne celui de son père qu’en général elle décline au génitif : Petrus Martini est le fils de Martinus. Comme dans l’Europe celtique au même moment, la référence dominante est celle de la filiation. Mais tandis que la Méditerranée l’exprime sous cette forme brève, l’Europe de l’Ouest a tendance à indiquer la filiation sous la forme développée : un tel fils un tel, comme dans Guillelmus filius Pétri (Guillaume fils < de > Pierre). La solution méditerranéenne est appelée nomen paternum. Elle existe aussi en Angleterre, marqué par le « s », comme dans « Peter Martins ». C’est ce que les Anglais appellent patronymics, ce qui n’est pas sans ambiguïté avec notre « patronyme ».

22Ce système du nomen paternum s’est peu à peu mué en un système héréditaire. Il a persisté dans une bonne partie de la péninsule Ibérique et notamment au Portugal, où il était porté également par les garçons et les filles : la fratrie était la cellule familiale fondamentale, qui se reconnaissait par le port en commun du nom du père. Mais il semble qu’il ait peu à peu été abandonné au fur et à mesure qu’un système différent de dévolution patrimoniale s’installe : lorsqu’à l’égalité de tous les enfants sont substituées la primogéniture chez les garçons et l’exclusion des filles, qui reçoivent une dot, il semble bien qu’on passe à un « faux nomen paternum », en fait celui d’un ancêtre éponyme. Patrimoine foncier et patrimoine anthroponymique vont, pour une part au moins, ensemble.

N.B. :
1. Dans chaque tranche chronologique, les pourcentages correspondent à la proportion des individus (nobles et non-nobles) qui portent un anthroponyme du type mentionné.
2. « Surnom de lieu » = surnom (ou désignation complémentaire) faisant référence à un lieu et « surnom en forme de nom » = surnom (ou désignation complémentaire) faisant référence à un nom.
Figure 4 – Références aux lieux et aux personnes dans les surnoms et désignations complémentaires dans le cartulaire du chapitre d’Agde : nobles et non-nobles.

23La date à laquelle ces surnoms, quel qu’en soit le type, sont devenus normalement hérités de père en fils est encore inconnue avec précision. Elle diverge d’une région à l’autre. Les historiens sont toujours frappés par les quelques exemples tardifs où père et fils ou deux frères ne portent pas le même surnom. De fait, puisque l’anthroponymie médiévale est un usage social et non pas une loi, elle est souple. Elle se doit de garder de la vraisemblance, d’être évocatrice. Des tris se sont faits, qui ont plutôt tendu à faire disparaître les sobriquets les plus extraordinaires. Dès l’époque médiévale, cet élagage se faisait déjà. Il est des régions où ne se trouve aucun sobriquet vraiment ridicule ou cruel : nul doute que l’usage quotidien n’en ait attribué, mais on ne les écrivait pas comme patronyme « officiel ». Il y a évidemment tout un jeu entre les familles, les individus et la société, dans la fonction créatrice des surnoms.

24Dans ce volet de l’enquête, il nous reste encore beaucoup à faire. Il s’agit tout d’abord de mesurer à quel rythme s’installe un système normalement héréditaire et de comprendre le détail de certaines mutations tardives. Ensuite, il faut aller au-delà de la typologie régionale et étudier les divers corpus de surnoms, non pas dans leurs grands traits, mais dans leurs spécificités, pour y relever les patronymes marqueurs, et éventuellement en suivre la diffusion.

Les problèmes méthodologiques de la documentation médiévale

25Les difficultés propres à la documentation médiévale expliquent pour une part la lente progression de cette enquête. Si cette documentation est abondante, en ce qu’elle fournit un grand nombre de noms, elle est pauvre en précisions sur le système lui-même. À l’exception de quelques notaires italiens qui fournissent parfois des précisions, les sources sont avares de commentaires. Ce n’est pas un trait propre à la civilisation médiévale : beaucoup d’anthropologues l’ont noté : les règles de l’anthroponymie demeurent normalement le domaine du non-dit.

26Quant aux données des actes de la pratique, ces multitudes de noms crûment accumulés, elles posent un certain nombre de problèmes spécifiques de traitement. L’absence d’état civil, de registres paroissiaux, donc de matériau qui puisse garantir peu ou prou la collecte de données exhaustives, est une caractéristique fondamentale de cette période. C’est sur une documentation partielle – il faudrait probablement dire partiale – que le médiéviste doit s’appuyer. Les données qu’il exploite sont éparses, fournies par des masses documentaires rarement homogènes, souvent fragmentaires et lacunaires (cartulaires, plus tardivement dénombrements de chefs de feux et autres listes fiscales). Les pièges de ce type de documents sont nombreux. Leur conservation variable dans le temps et dans l’espace. De surcroît, il faut compter avec les déformations diverses, liées à la qualité des enregistrements, à la variété des pratiques notariales, et plus généralement au rôle de filtre joué par l’écrit à une époque où son usage n’est encore pas généralisé.

27Aux problèmes classiques que pose d’ordinaire une analyse qui s’appuie sur des échantillons – qu’un traitement statistique suffisamment élaboré permet en général de surmonter –, s’ajoutent un certain nombre de difficultés liées directement aux informations anthroponymiques collectées et à leur représentativité. Le plus souvent, seuls certains des individus de la population sur laquelle s’interroge l’historien sont mentionnés dans les documents qu’il exploite. De surcroît, son travail s’appuie sur des échantillons qu’il sait non aléatoires et qui proviennent de « populations mères » dont il lui est parfois difficile de cerner avec précision les contours. Le matériau qui lui est donné à voir est donc issu d’un « filtrage » préalable, filtrage dont il n’a pas la maîtrise et qu’il lui faut accepter en l’état.

28Pour autant, tout essai de quantification ne doit pas être abandonné. L’approche statistique est en effet indispensable pour révéler ce qui est de l’ordre du modèle, du système, nécessaire aussi pour éviter qu’une trop grande attention ne soit portée à l’exceptionnel, toujours plus remarquable que l’ordinaire. Elle doit contribuer à dater avec précision la fixation du surnom en patronyme, comme elle a permis de préciser la chronologie de la « révolution anthroponymique » caractérisée par le passage d’un système de dénomination à un élément (système « germanique » du nom unique) à un système plus complexe à deux éléments.

29Si l’approche quantitative ne suggère aucune explication, elle fournit un cadre rigoureux à l’analyse, facilite les comparaisons, que celles-ci soient menées dans le temps, dans l’espace, ou au niveau social.

30Elle suppose pour cela la mise en œuvre d’une méthodologie spécifique :

  • dans le dépouillement de la documentation (grilles d’analyse, typologie des désignations, etc.) ;

  • dans l’exploitation statistique des données (indicateurs adaptés).

31Elle suppose également la distinction de deux échelles d’analyses :

  • l’échelle « macro », qui s’appuie sur des données agrégées (pour l’étude des noms et des surnoms dans l’espace et dans le temps ; pour l’examen de la dynamique historique : modes de transmission, transformation, fixation, etc.) ;

  • l’échelle « micro », qui s’appuie sur des données plus « monographiques », pour l’étude du fonctionnement du système anthroponymique au sein du groupe familial.

Échelle « macro »

32Au niveau agrégé, des indicateurs simples permettent de rendre compte d’une façon objective des modalités et des rythmes des évolutions.

33Un « palmarès », établi pour chaque région par tranche chronologique et par catégorie sociale, permet de connaître le nombre et la distribution des noms [ou des surnoms] suivant le nombre de porteurs. Des indicateurs statistiques spécifiques permettent de caractériser ces distributions ; ils sont utilisés pour décrire les corpus correspondants.

34Ces indicateurs peuvent être classés selon le type d’information qu’ils fournissent sur ces corpus et la gestion qui en est faite, consciemment ou non, par la communauté. Pour le corpus des noms (les mêmes indicateurs valent pour celui des surnoms), on distingue :

351. La condensation, évaluée par :

  • 2 Le même indicateur est utilisé en anthropologie biologique pour décrire les corpus de patronymes où (...)

36– le nombre moyen d’individus par noms (ou – ce qui est équivalent – par son inverse : le stock de noms pour 100 individus)2 .

372. La concentration, évaluée par :

38– la proportion d’individus désignés par les cinq noms les plus fréquents ;

39– le nombre minimal de noms nécessaire (et suffisant) pour désigner au moins la moitié des individus ;

40– l’indice de concentration global, associé à la courbe de concentration (type courbe de Lorenz) de la distribution. Cet indice est minimal et vaut 0 lorsque tous les individus portent un nom différent ; il est maximal et vaut 1 lorsqu’ils portent tous le même nom.

413. L’extension, évaluée par :

42– le nombre de noms différents ;

  • 3 La proportion de « patronymes uniquement représentés » est également utilisée en anthropologie biol (...)

43– le nombre et la proportion de noms portés par un seul individu3, ainsi que le nombre et la proportion d’individus que ces noms permettent de désigner.

444. Le taux d’homonymie, évalué par :

  • 4 Cet indicateur correspond à l’« indice d’isonymie », fréquemment utilisé en anthropologie biologiqu (...)

45– la probabilité que deux individus pris au hasard dans un même ensemble portent le même nom4. Cette probabilité est nulle si et seulement si tous les noms du corpus sont distincts ; elle est maximale lorsqu’ils sont tous identiques.

Quelques pièges

46Toutefois, ces paramètres, calculés à partir de données qui – faut-il le rappeler – ne sont pas exhaustives pour la période médiévale, ne permettent pas toujours d’envisager des comparaisons directes entre des ensembles (comparaison spatio-temporelle et/ou sociale).

  • 5 Il est équivalent de dire que la richesse du corpus des noms – son « potentiel » – décroît avec la (...)
  • 6 Cela ne signifie pas que la comparaison de la condensation entre deux échantillons de tailles diffé (...)

471. La condensation – c’est-à-dire le stock de noms pour 100 individus – croît avec la taille de l’échantillon sur lequel repose l’analyse5. En effet, dès que l’analyse porte sur un nombre d’occurrences qui dépasse le nombre de noms disponibles – qui, bien qu’inconnu, ne saurait être infini –, la condensation augmente indépendamment de toute autre considération. Cette corrélation positive rend les comparaisons difficiles, en particulier entre ensembles de tailles différentes6.

  • 7 Par exemple, un nom qui serait porté seulement par cinq individus sur 1000 dans la population de ré (...)

482. L’apparition du surnom (et donc la mise en place du système de désignation à deux éléments) a longtemps été interprétée comme la conséquence d’un appauvrissement plus ou moins progressif du corpus des noms et de ses conséquences en matière d’homonymie. Cette interprétation repose sur l’évaluation d’une érosion du stock des noms. Mais, pour une région donnée (et pour la période médiévale), connaître le nombre et la distribution réelle des noms suivant le nombre de porteurs n’est pas chose facile. Les données, partielles, ne permettent en effet pas d’estimer d’une façon satisfaisante l’intégralité de cette distribution : si les fréquences (réelles) des noms les plus courants de la population sur laquelle on s’interroge peuvent être aisément estimées à partir des données fournies par des échantillons, il n’en est rien des noms rares (ceux qui sont portés par un petit nombre d’individus). Un nom rare au niveau de la population d’une région a en effet très peu de chance d’apparaître dans un échantillon7.

  • 8 Faute d’échantillons de tailles suffisantes, certaines études régionales peuvent donc laisser au mé (...)

49Seule une documentation exhaustive, qui fait le plus souvent défaut pour le Moyen Âge, peut permettre de démontrer avec toute la rigueur nécessaire l’éventuelle érosion d’un corpus ou son renouvellement8.

50En l’état de la recherche, il semble possible d’affirmer que :

  • le nombre de noms différents est resté très important tout au long du Moyen Age (et pas seulement – comme cela a pu être un temps suggéré – pour les périodes les plus hautes) ;

  • les noms portés par un tout petit nombre d’individus (voire par un seul individu) représentent une part importante du corpus des noms (souvent plus de la moitié), ce alors même que la concentration des choix sur quelques noms s’est accrue au cours de la période. La concentration masque donc en partie la richesse des corpus et ne peut être interprétée comme allant nécessairement de pair avec une érosion du stock des noms.

513. La mesure de l’homonymie (calculée sur le corpus des noms) ne se confond pas avec la plus ou moins forte concentration des choix sur quelques noms. Le nom le plus fréquent peut désigner près de un individu sur quatre, et le taux d’homonymie dans la population correspondante n’être que de 5 %.

  • 9 En outre, la notion d’homonymie ne semble opérationnelle – pour les problématiques qui sont les nôt (...)

52Ni les paramètres usuels de concentration (proportion d’individus désignés par les cinq noms les plus fréquents ou nombre de noms nécessaires pour désigner la moitié des individus) ni même ceux de condensation (nombre moyen d’individus par nom, ou stock de noms pour 100 individus) ne permettent de rendre compte d’une façon satisfaisante de cette homonymie9.

53Les comparaisons dans l’espace, le temps et l’échelle sociale des distributions de noms [ou de surnoms] passent donc nécessairement par d’autres approches. Dans cette perspective, nous avons défini les notions de noms spécifiques, de nom caractéristique et de noms déficitaires.

  • 10 Il est équivalent de dire que les noms spécifiques sont ceux qui n’ont que moins de 5 % de chance d (...)

54Un nom est spécifique d’une « catégorie » (ou d’une sous-population donnée : période chronologique, région, strate sociale, etc.) lorsque le nombre d’occurrences observées de ce nom dans la catégorie examinée a 95 % de chances (sous l’hypothèse d’indépendance entre nom et catégorie) d’être inférieur à ce qu’il est effectivement10.

55À l’opposé, les noms dont la spécificité est inférieure à 0,05 peuvent être considérés comme des noms déficitaires dans cette catégorie.

  • 11 Les noms les plus fréquents ont une spécificité souvent nettement inférieure à 0,95 alors qu’en gén (...)

56Le nom caractéristique d’une catégorie donnée est le nom le plus fréquent parmi les noms spécifiques. Ce n’est pas nécessairement le plus fréquent dans l’absolu11. Lorsque plusieurs noms présentent une fréquence et une spécificité proches de celles du nom caractéristique, il est raisonnable de leur accorder une attention particulière.

57Cette approche a le mérite de faire apparaître, par contraste, des phénomènes qui pourraient passer inaperçus et qu’il est toujours possible de nuancer par un examen détaillé des noms ainsi « sélectionnés ». Elle n’est pas sans risque, en particulier lorsque les noms spécifiques sont relativement minoritaires dans le corpus. Cependant, dans ce cas, le nom le plus fréquent ne l’est guère moins, de sorte que ce cas de figure ne concerne pas les corpus qui présentent une forte concentration, ce qui explique que la méthode soit particulièrement bien adaptée à nos données.

Niveau « micro » : la famille, la fratrie

58Les transformations du système de désignation observées entre le ixe et le xiie siècle, perceptibles à l’échelle de la macro-analyse, se traduisent-elles au niveau familial ? Des transformations mineures au niveau de la famille peuvent-elles conduire à des transformations majeures au niveau global ?

59Le système qui se met en place vers la fin du xie siècle semble plus souple que le système anthroponymique contemporain. Il est des familles où le surnom semble être très tôt partiellement héréditaire – au moins sur quelques générations et pour certains enfants ; il en est d’autres où il reste très longtemps nettement individuel. L’instauration du système patronymique (strictement héréditaire) s’est donc faite selon un rythme et des modalités qui restent à préciser, au niveau régional comme au niveau social.

60Pour répondre aux interrogations nouvelles soulevées par ce changement d’échelle, le fonctionnement du système anthroponymique doit être examiné dans le cadre familial. À ce niveau d’observation, l’objectif consiste à accumuler des données pour répondre à une question simple : à quel moment, pour chaque région, éventuellement pour chaque milieu social, est atteint un seuil de 50 % de transmissions [du nom et/ou du surnom] ?

  • 12 Il s’agit naturellement du nom et du surnom, respectivement 1er et 2e élément de la désignation, à (...)

61La réponse passe par la mesure de la transmission héréditaire des différents éléments de la désignation12. Mais la transmission d’un nom ou d’un surnom à l’un des enfants n’est pas de même nature que la transmission systématique d’un nom ou d’un surnom à tous les enfants d’une fratrie. À l’échelle familiale, il faut donc différencier deux niveaux d’analyses : l’analyse « en famille » et l’analyse « en individus » (pour distinguer « noms [ou surnoms] de lignée » et « noms [ou surnoms] de famille »).

  • 13 On désigne par fragment de généalogie toute information textuelle comportant au moins deux individu (...)

62Cette quantification doit être faite, non pas à travers une documentation spécifiquement généalogique, qui est toujours limitée à une toute petite strate, le plus souvent très élevée, de la noblesse, mais pour tout le matériau disponible sous forme de fragment de généalogie13, afin d’obtenir une meilleure profondeur sociale et de surmonter les difficultés liées à la maigreur des informations disponibles pour ces populations.

63Pour des raisons évidentes, il est souhaitable de mener de front cet effort de quantification et les études de cas qui permettent parfois d’approfondir les raisons et les formes de la transmission, ou non-transmission, du surnom. La méthode a été élaborée. L’enquête est en cours. Elle se révèle longue et difficile.

64En l’état de la recherche, il semble que plusieurs modèles aient coexisté, mais les interrogations restent nombreuses :

  • l’examen minutieux des palmarès de noms [et de surnoms] par famille montre que les noms [et les surnoms] les plus fréquents d’une région et d’une tranche chronologique données ne sont pas toujours les plus fréquemment utilisés comme marqueurs familiaux. Les palmarès par famille ne permettent donc pas de présumer des palmarès au niveau agrégé ;

  • certaines familles nobles ne semblent pas disposer de noms porteurs d’une quelconque gloire familiale. D’autres semblent recourir volontiers à quelques noms rares. Mais aucune corrélation significative n’a pu être établie entre ces deux situations. En outre, lorsque des noms porteurs de la gloire familiale existent, leur nombre et leur type ne sont pas liés d’une façon simple à la présence plus ou moins marquée de noms rares.

  • la transmission des noms semble, au moins jusqu’au xiiie siècle, être plus fréquente que celle des surnoms (sans qu’il soit possible, en l’état, de repérer de véritables modèles de dévolution) et ce même dans des familles qui pratiquent déjà la transmission héréditaire (partielle) du surnom ;

  • certains noms semblent réservés à des enfants, ce qui permet de supposer une gestion différenciée selon le rang de naissance.

65Cette enquête en cours à travers les sources médiévales, principalement entre le xe et le xiiie siècle, révèle la profondeur des transformations anthroponymiques. Elles furent rapides en certains lieux, principalement en Catalogne, Languedoc et dans une grande Aquitaine, au sens médiéval de l’expression ; plus lentes ailleurs, y compris dans une Italie pourtant à l’avant-garde de la modernité économique. Les modifications anthroponymiques semblent plus liées à la mise en place d’un système politique seigneurial efficace qu’à des transformations démographiques ou économiques. En tout cas, ces nouveaux usages de désignation se sont mis en place au cours de la période médiévale et nullement sur l’injonction de l’Eglise ou de l’État : ces autorités n’ont fait que rendre le système obligatoire et rigide, tardivement.

66Par ailleurs, la désignation des individus n’est évidemment pas exclusivement organisée autour de leur différenciation. Au Moyen Âge, comme dans bien d’autres civilisations, le nom est aussi un élément classificatoire et un signe d’appartenance à un groupe. Le généalogiste, qui se bat avec de parfaits homonymes contemporains appartenant à la même famille, le sait bien. L’historien aussi, qui remarque que les noms de métiers sont fréquents en ville, là où précisément ils ne sont pas les plus distinctifs, ou que bien des villageois portent le nom du village où ils habitent, ce qui les y intègre plus que ne les distingue d’autrui.

67L’évolution du système anthroponymique médiéval (Fig. 5) conduit à une uniformisation croissante, notamment dans les choix des noms ; la typologie des surnoms aussi gagne en homogénéité. Cependant, l’héritage médiéval garde la trace des fortes nuances régionales. Voilà pourquoi le cadre régional est, sans doute possible, celui que doit emprunter une enquête générale.

N.B. : type I = nom unique ; type II = nom unique + désignation complémentaire ; type III = nom + surnom ; type IV = nom + surnom + autre élément
Figure 5 – Évolution du système anthroponymique entre le xe et le xiiie siècle.

Notes

1 Le débat – il faudrait parler de controverse – auquel prit part également B. Kedar (Kedar, 1973, p. 123-129), portait sur l’utilisation des surnoms géographiques comme indicateur d’origine et donc sur la validité de leur emploi pour l’étude de l’immigration urbaine au cours des xie-xiiiesiècles.

2 Le même indicateur est utilisé en anthropologie biologique pour décrire les corpus de patronymes où il est considéré comme un indicateur du « potentiel patronymique » (Darlu et al., 1997, p. 610).

3 La proportion de « patronymes uniquement représentés » est également utilisée en anthropologie biologique pour décrire les corpus de patronymes (Darlu et al., 1997, p. 617). On parle ailleurs de « patronymes monophylétiques », de « monohomonymes » (Brouard, 1989), ou encore, en linguistique, de « hapax » (ou « hapax legomena »).

4 Cet indicateur correspond à l’« indice d’isonymie », fréquemment utilisé en anthropologie biologique, sous des formulations variables, pour décrire les corpus de patronymes (par exemple : Yasuda et al., 1967 ; Chen et al., 1983 ; Darlu et al., 1997).

5 Il est équivalent de dire que la richesse du corpus des noms – son « potentiel » – décroît avec la taille de l’échantillon.

6 Cela ne signifie pas que la comparaison de la condensation entre deux échantillons de tailles différentes soit impossible, mais celle-ci nécessite la mise en œuvre d’une procédure statistique ad hoc.

7 Par exemple, un nom qui serait porté seulement par cinq individus sur 1000 dans la population de référence n’a qu’un peu plus de 20 % de chance d’apparaître dans un échantillon de taille 50. Et un nom porté par moins de 2 % des individus n’a que moins de 50 % de chance d’apparaître dans un échantillon de taille = 30. Les noms portés par une petite fraction des individus (moins de 1 p. 1000) ont une probabilité d’apparition dans un échantillon de taille = 200 extrêmement faible. Or, en pratique, pour certaines tranches chronologiques, nombre d’études s’appuient sur de tels effectifs.

8 Faute d’échantillons de tailles suffisantes, certaines études régionales peuvent donc laisser au médiéviste l’impression trompeuse d’un perpétuel renouvellement des corpus.

9 En outre, la notion d’homonymie ne semble opérationnelle – pour les problématiques qui sont les nôtres – qu’à un certain niveau d’observation, donc d’analyse. Sans doute le « seuil du supportable » en matière d’homonymie n’est-il pas le même au sein d’une région, d’une communauté villageoise ou d’une famille.

10 Il est équivalent de dire que les noms spécifiques sont ceux qui n’ont que moins de 5 % de chance d’être plus fréquemment observés que ce qui est effectivement obtenu.

11 Les noms les plus fréquents ont une spécificité souvent nettement inférieure à 0,95 alors qu’en général le nom caractéristique a une spécificité souvent supérieure à 0,99. La notion de nom caractéristique dépend en fait assez peu du seuil retenu.

12 Il s’agit naturellement du nom et du surnom, respectivement 1er et 2e élément de la désignation, à supposer que les cas de désignation plus complexes, qui ne sont pas exceptionnels pour les périodes qui nous intéressent, restent marginaux.

13 On désigne par fragment de généalogie toute information textuelle comportant au moins deux individus dont la relation familiale est connue.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Origine géographique des documents exploités.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Figure 2 – a) Pourcentage de la population portant le nom le plus fréquent.b) Pourcentage cumulé de la population portant les 12 noms les plus fréquents (1000-1130).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Tableau 1. Noms les plus portés dans diverses régions (xe-xiiie siècles).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41709/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Tableau I (suite).
Légende N.B. : les séries indiquées en italique correspondent à des résultats établis sur plusieurs tranches chronologiques.Il en est par exemple ainsi pour Auch (la première série est établie pour la période 950-1050) ou pour le Vendômois (la première série est établie pour l’ensemble du xie siècle et la deuxième pour l’ensemble du xiie siècle).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41709/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Figure 3 – Évolution comparée de la condensation des noms (stock/100 individus) et du pourcentage de noms uniques (type I) pour les hommes (laïcs) dans diverses régions
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41709/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende N.B. :1. Dans chaque tranche chronologique, les pourcentages correspondent à la proportion des individus (nobles et non-nobles) qui portent un anthroponyme du type mentionné.2. « Surnom de lieu » = surnom (ou désignation complémentaire) faisant référence à un lieu et « surnom en forme de nom » = surnom (ou désignation complémentaire) faisant référence à un nom.Figure 4 – Références aux lieux et aux personnes dans les surnoms et désignations complémentaires dans le cartulaire du chapitre d’Agde : nobles et non-nobles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41709/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende N.B. : type I = nom unique ; type II = nom unique + désignation complémentaire ; type III = nom + surnom ; type IV = nom + surnom + autre élémentFigure 5 – Évolution du système anthroponymique entre le xe et le xiiie siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41709/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search