Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Première partie. Cadrages

La question du déterminisme dans les rapports homme-nature

Claudine Friedberg

Testo integrale

1Les programmes interdisciplinaires, objets de notre réflexion, étaient destinés à comprendre les interactions entre des éléments habituellement traités par des disciplines différentes, dans la perspective d’une meilleure maîtrise des interventions humaines sur les milieux naturels, c’est-à-dire d’une utilisation des ressources renouvelables qui soit économiquement rentable tout en préservant leurs possibilités de reproduction. En situant ces programmes sous le signe d’une finalité économique, sociale et écologique, les comités qui les ont mis en place étaient, au départ, particulièrement attentifs à deux types de problèmes. D’une part certaines régions, qualifiées de marginales et que l’on pouvait caractériser par des critères écologiques particuliers (zones humides, arides ou montagneuses) demeuraient en retrait par rapport au développement économique général. D’autre part les solutions élaborées par les sciences biologiques ou agronomiques en vue d’une meilleure rentabilité dans le cadre d’une exploitation rationnelle du milieu naturel assurant la protection de ce dernier, n’étaient pas toujours applicables en raison des réactions et des « résistances » du corps social.

2Les programmes interdisciplinaires impliquaient donc que l’on raisonne en termes de contraintes et de potentialités qui étaient d’emblée classées dans deux catégories distinctes : les unes étant de l’ordre de la nature et les autres appartenant au social. C’est ainsi que, de façon implicite, les chercheurs conduits inévitablement à s’interroger sur le poids relatif des différents facteurs susceptibles de jouer un rôle dans l’évolution de la situation, se sont trouvés entraînés dans une problématique déterministe : celle du primat de la nature sur la culture ou, à l’inverse, de la culture sur la nature qui avait déjà une longue histoire.

3Il ne s’agit pas ici de retracer cette dernière, mais de comprendre comment la question du déterminisme s’est posée dans le cadre des programmes interdisciplinaires. Pour cela il nous faut tout d’abord évoquer le problème du déterminisme en général indissociable de celui du principe de causalité. Puis nous examinerons de quelle façon les différentes disciplines impliquées dans les programmes interdisciplinaires envisageaient, en fonction de leur propre histoire, les deux versants du déterminisme dans les rapports homme-nature. Enfin nous conclurons sur la façon dont la pratique de l’interdisciplinarité a obligé les chercheurs à reformuler la question.

1. Déterminisme global, déterminismes locaux ; évolution de principe de causalité

4L’âpreté des débats dans ce domaine a pour origine le fait que l’esprit humain demeure partagé entre le désir d’établir des lois lui permettant de prévoir le déroulement des événements et le refus de considérer que ces mêmes lois pourraient détruire son libre arbitre. L’histoire des sciences a été ponctuée des discussions suscitées par cette contradiction. L’enthousiasme provoqué par l’apparition d’une théorie nouvelle se trouvait rapidement tempéré par les accusations de vouloir enfermer le monde dans un « esprit de système » portées contre des adeptes trop zélés. Ainsi le mécanicisme et l’organicisme ont-ils été successivement des instruments de découverte du fonctionnement de l’univers puis des moyens de réduire ce dernier à une vision trop simpliste. Le débat s’est exacerbé au cours du XIXe siècle pour atteindre des pointes paroxystiques durant le XXe siècle avec la mise en évidence de l’aléatoire, avec les incertitudes d’Heisenberg, ou du hasard dans les recompositions du stock génétique des individus à chaque génération, pour culminer enfin dans les théories du chaos.

  • 1 Voir la « Querelle du déterminisme », le Débat, Paris, Gallimard, 1990 et en particulier l'article (...)

5Jadis problème purement théologique, la question du déterminisme est devenue l’objet d’un débat central dans la philosophie des sciences : d’une part le déterminisme apparaît indissociable de la pratique scientifique, en effet sans principe déterministe général, pas de lois, donc pas de démarche scientifique mais, d’autre part, cette même démarche impliquant une remise en question permanente, selon le principe de la réfutabilité des lois qu’elle édicte, les lieux d’application des déterminismes particuliers se déplacent constamment. Pour concilier les points de vue, certains préfèrent distinguer « un déterminisme global » qui reste du domaine de la métaphysique et des « déterminismes locaux »1 qui constituent le quotidien de la plupart des scientifiques.

  • 2 Les chercheurs s'efforcent de perfectionner leur outil mathématique de façon à réduire au maximum l (...)
  • 3 On trouvera une analyse des rapports entre causalité et corrélations dans la pratique scientifique (...)

6Cependant l’histoire du déterminisme est liée au rôle du principe de causalité qui a lui-même évolué en fonction des outils utilisés par les chercheurs aussi bien sur le plan des concepts que sur celui de l’instrumentation mathématique : analyse factorielle, calcul des probabilités, statistiques, théorie des systèmes, de la communication, des catastrophes…2. Les relations de cause à effet utilisées par le sens commun depuis des millénaires dans les modes de connaissance et les pratiques traditionnelles n’apparaissaient plus comme le seul mode de raisonnement. Avec l’extension et la diversification des domaines pris en charge par les recherches scientifiques, on s’est attaché à mettre en évidence les relations entre les éléments que l’on observait ou que l’on mettait en jeu dans l’expérimentation3.

7Un tournant important a marqué la fin du siècle dernier avec l’apparition de disciplines qui se sont spécialisées dans l’étude des relations : l’écologie et la sociologie. Mais il faudra attendre l’entre-deux-guerres pour que se développe la notion d’écosystème puis la fin de la dernière pour que la cybernétique introduise le concept de rétroaction et enfin que l’outil informatique permette de traiter les variables dans leur multiplicité et leur complexité à l’intérieur des études systémiques.

8Telle est la situation générale dans laquelle les programmes interdisciplinaires se sont mis en place. Nous allons examiner maintenant comment chacune des disciplines concernées avait l’habitude de traiter les déterminismes qu’ils ont eus à affronter dans l’étude des rapports homme-nature ; nous commencerons par le second terme de cette relation.

2. Trois approches du déterminisme

2.1. Le déterminisme de la nature

9Il convient, en premier lieu, de remarquer que ce déterminisme se situe à plusieurs niveaux. Il y a tout d’abord celui de « l’ordre de la nature », peu ou prou lié à ce que nous appelions plus haut le « déterminisme global ». C’est ce déterminisme-là qui a été maintes fois utilisé, en faisant passer les arguments des sciences de la nature aux sciences de l’homme et inversement, pour justifier tel ou tel ordre social qui serait plus « naturel » que d’autres (la lutte pour la vie, la hiérarchisation des hommes ou des catégories sociales, le libéralisme économique…). Des controverses qui se sont déroulées sur ce thème nous n’en dirons pas plus étant donné qu’elles n’ont pas joué de rôle direct sur le plan scientifique dans les recherches qui nous intéressent ici. Il ne faut cependant pas oublier que ce type de déterminisme a imprégné et imprègne encore certains chercheurs et certaines disciplines plus que d’autres : plus les sciences de la vie que les sciences sociales et parmi ces dernières l’économie y a été la plus sensible.

10Restent les déterminismes que nous allons examiner maintenant celui de la nature de l’homme lui-même et celui du milieu.

  • 4 Voir à ce sujet Guille-Escuret (le rapport PlREN, 1985 et l'ouvrage qu'il a inspiré, 1989) qui a tr (...)

11Pour les sciences de la nature, l’homme est un animal social soumis comme tout autre aux lois de la biologie, c’est-à-dire celles dépendant 1) de ses caractéristiques génétiques pour ce qui est de son comportement spécifique et 2) des conditions du milieu pour ce qui est de la façon dont s’organise l’existence des individus. Même s’il n’y a pas eu interférences entre les théories biologiques sur le comportement de l’homme en société et les programmes interdisciplinaires que nous considérons ici4, dans la mesure où les problèmes n’y ont jamais été abordés en ces termes, il n’en demeure pas moins que le biologiste considérait au départ comme une évidence que l’homme devait se plier aux règles de fonctionnement de la nature telles qu’il les met en évidence et que le rôle des sciences de l’homme était d’examiner pourquoi son message n’était pas accepté et comment faire pour qu’il soit mieux transmis. En outre ceux des biologistes qui étaient habitués à traiter leurs données dans un cadre systémique exigeaient que les facteurs humains puissent être intégrés dans les mêmes conditions que les facteurs naturels et, en particulier, être susceptibles d’un traitement mathématique.

12Ajoutons que nous pourrions aussi examiner ici de quelle façon certains concepts naturalistes ont joué un rôle déterminant dans la manière de concevoir les rapports homme/nature. Ce n’est pas l’objet de cet exposé mais cet aspect sera souligné chaque fois que ce sera nécessaire et apparaîtra tout au long de cet ouvrage.

  • 5 Voir à ce sujet Pascal Acot (1988), p. 172 et suivantes. Notons en particulier le rôle joué par le (...)

13Pour ce qui est des sciences de l’homme nous ne traiterons pas du déterminisme de la nature de l’homme lui-même ; il intervient dans un certain nombre de domaines, la santé, la fécondité des femmes, le comportement, le cognitif, qui ont eu peu d’impact sur les programmes interdisciplinaires dont il est question ici5. Par contre, la façon dont on devait envisager les contraintes du milieu a été une préoccupation importante dans ces mêmes programmes et nous allons examiner comment ce thème était habituellement traité à l’intérieur de chaque discipline.

14Le déterminisme du milieu, et en particulier du climat, sur les sociétés humaines est une idée ancienne que l’on retrouve d’Aristote à Humboldt en passant par Hérodote, Jules César et Montesquieu. La géographie se trouvait être la discipline la mieux placée pour reprendre cette idée à son compte mais aussi pour la discuter et en montrer les limites.

15Avec la naissance de la géographie humaine, au tournant du XIXe et du XXe siècles, le débat a pris une nouvelle ampleur, en particulier entre les anthropogéographes allemands, dont le chef de file est Ratzel, et les géographes français représentés essentiellement par Vidal de la Blache et Jean Brunhes. Au déterminisme des premiers les seconds répliquent par l’affirmation que si les sociétés utilisent les possibilités que leur offre leur milieu, la façon dont elles se développent est indépendante de ce dernier, donnant ainsi naissance à ce que l’on a appelé le « possibilisme ». C’est en particulier à travers l’ouvrage de Lucien Febvre, la Terre et l’Evolution humaine, publié en 1922 mais écrit avant la Première Guerre mondiale, que les échos de cette querelle sont parvenus aux historiens et aux sociologues. En fait ce que l’on a le plus reproché à Ratzel a été sa façon de lier les caractéristiques, la destinée d’un peuple, au sol qu’il occupe, idée qui fut reprise dans les théories géopolitiques allemandes qui se développèrent avant et après la Première Guerre mondiale avec les résultats que nous connaissons.

16Cependant, comme le note Georges Bertrand (975), l’argumentation du possibilisme est demeurée longtemps confuse, aboutissant à des « affirmations contradictoires… car elles posent chaque problème écologique à un niveau différent, ce qui permet de retenir l’hypothèse que l’on souhaite, consciemment ou non… par exemple on affirme, d’un côté que la polyculture Aquitaine est une garantie contre les incertitudes du climat, de l’autre que les cultures fruitières de la vallée du Rhône n’ont pu se développer que grâce à la mise en place du réseau de chemin de fer… surtout l’erreur fondamentale a été de confondre les niveaux de résolution… le possibilisme ne se résoud pas de la même manière à l’échelle de l’espèce humaine et à l’échelle d’une communauté villageoise du XIe siècle ! » (p. 48).

17On pourrait faire les mêmes remarques sur la façon dont on s’est servi du déterminisme naturel. Par exemple en ce qui concerne l’action du climat, on peut distinguer au moins trois types de déterminisme : celui qui serait dû à l’impact des conditions climatiques sur la mentalité des populations et sur l’organisation de la vie sociale ; un autre qui serait lié au temps cyclique, celui des saisons qui impose un certain rythme de mode de subsistance et de vie sociale. Enfin le troisième se situe dans un temps plus ou moins long et correspond aux aléas atmosphériques qui peuvent avoir une influence sur le cours des événements ; ainsi des modifications dans les migrations d’espèces animales ont pu avoir, dans la préhistoire, une influence sur le déplacement des populations humaines ; ou encore, l’influence des intempéries entraînant de mauvaises récoltes a été l’un des éléments déclencheur de la Révolution française.

18Il s’agit de trois problèmes qu’on ne peut traiter sur le même plan. Le deuxième est au centre des préoccupations des ethnologues. Le troisième est au cœur des discussions entre historiens. Quant au premier, c’est celui qui a été le plus sujet à controverses et qui a surtout servi à construire des hypothèses sur l’origine et la répartition des cultures et civilisations : il ne s’agit plus de prédire l’avenir mais de reconstruire le passé.

19Tout au long du XXe siècle, des géographes et des historiens (M. Sorre, Lucien Febvre, Marc Bloch, Roger Dion, P. Gourou, Georges Bertrand) se sont efforcés d’analyser ce que, dans chaque cas particulier, les hommes ont fait à partir des potentialités que leur offrait le milieu dans lequel ils vivaient en fonction des circonstances économiques et culturelles. Ainsi l’apparition du chemin de fer en France a fait disparaître la vigne de nombreuses régions où sa culture était climatiquement possible mais ne présentait plus d’intérêt économique. De la même façon, on a remis en cause la détermination par les caractéristiques du sous-sol de certains modes d’utilisation des terroirs. Ainsi la répartition des open fields dans les plaines ou les plateaux limoneux et des bocages dans les régions vallonnées avec substrat argileux : Bloch (952) et Dion (981) ont montré que cette différence correspondait à une occupation des sols depuis la préhistoire par des sociétés ayant une conception différente de l’accès à la terre, des droits d’usages et des modes de faire-valoir différents.

20Abandonnée par les géographes, la notion de vocation des sols est reprise par l’agronomie qui la redéveloppe au niveau régional. Nous verrons dans la suite de cet ouvrage comment cette notion sera à nouveau battue en brèche, d’une part par des améliorations technologiques nouvelles et d’autre part par les observations sur les comportements différents des agriculteurs face aux choix technologiques.

  • 6 Voir à ce sujet Jollivet (1978) et ci-dessous Olivier Godard, « la Science économique face à l'envi (...)

21Pour les économistes, le déterminisme du milieu passait par la rente foncière, c’est-à-dire la valeur marchande de la production des terres, considérée alors comme dépendante de la plus ou moins grande capacité naturelle de ces dernières à fournir des marchandises commercialisables. Cependant, ici aussi, des interrogations nouvelles sont apparues en prélude à la mise en place des programmes interdisciplinaires. En effet la transformation des ressources naturelles en produits marchands se fait par l’intermédiaire de techniques dont nous retrouvons à nouveau la fonction médiatrice ; il convient d’en calculer la rentabilité en introduisant des coûts que les économistes n’avaient pas l’habitude de prendre en compte : celui du travail social qui englobe l’ensemble des pratiques associées aux techniques, l’entretien et la protection de l’environnement de façon à permettre la reproduction des ressources qu’il fournit et de la société qui l’occupe6.

2.2. Du déterminisme de la nature au déterminisme du social

22Nous constatons donc que dans les disciplines que nous venons d’examiner on a procédé à un déplacement du déterminisme du milieu à celui des techniques qui le transforment et de leur coût économique et social (voir par exemple Sébillotte, 1989). Ce déplacement a été l’objet de débats qui mettent en évidence que l’on ne peut considérer, comme le voudraient les sciences de la vie, que les sociétés humaines sont directement sous l’emprise de leur milieu comme le sont les animaux. Elles s’adaptent 1) en utilisant les techniques qu’elles ont inventées ou acquises 2) en fonction des caractéristiques socio-culturelles que chacune a développées au cours de son histoire.

23Le concept d’adaptation qui appartient aussi bien aux Sciences de la vie qu’aux sciences de l’homme apparaît ici comme central mais, face à la question du déterminisme, il n’a pas la même signification pour tous.

24Quand les biologistes parlent d’adaptation des organismes vivants au milieu, les caractéristiques de ceux-ci sont considérées comme déterminées par ce dernier. Quand il s’agit de sociétés humaines le propos demeure souvent ambigu ; ou bien cela signifie que l’on considère que : « un trait culturel n’est maintenu que parce qu’il présente un avantage adaptatif, soit directement (technique agricole), soit indirectement (organisation sociale), et contribue à conserver un équilibre entre la société et son milieu » (UNESCO/MAB, 1984). C’est-à-dire que nous serions en face d’une « sélection naturelle » des traits culturels qui se ferait sans intervention consciente de la société. Ou bien, au contraire, on envisage l’adaptation comme le résultat de choix délibérés et des initiatives des communautés humaines pour adopter ou créer des techniques qui leur permettent d’échapper aux contraintes du milieu.

25Dans l’un et l’autre cas on s’intéresse aux conditions matérielles du mode de vie des sociétés mais la perspective n’est pas la même. La première correspond au courant de l’écologie culturelle de l’anthropologie américaine qui prolonge la réflexion de l’anthropogéographie de Ratzel par l’intermédiaire de Steward lui-même élève de Kroeber, tandis que la seconde, héritière du courant possibiliste, plus par l’intermédiaire des historiens de l’École des Annales que par les géographes, se retrouve parmi les ethnologues français qui se sont intéressés à la technologie culturelle comme Leroi-Gourhan, Haudricourt et Parain.

26L’écologie culturelle s’est développée contre ce que les Américains ont appelé le « mentalisme » et a emprunté ses concepts à l’écologie et à la cybernétique considérant les sociétés comme autant de systèmes dans lesquels circulent à la fois des flux d’énergie et des flux d’information. Cependant ce sont surtout les flux d’énergie, c’est-à-dire les calories indispensables pour subsister et le travail nécessaire pour les obtenir qui sont pris en compte et ceci dans des sociétés à « faible distance écologique », c’est-à-dire dans lesquels les processus de transformation des milieux sont les plus réduits et pour lesquels l’impact de ces derniers peut donc apparaître plus directement déterminant.

  • 7 Voir sur ce thème, Descola (1988). Sur les principes généraux de l'écologie culturelle voir aussi P (...)

27Les travaux suscités par ce courant ont ainsi porté principalement sur l’Océanie (voir en particulier Vayda et Rappaport, 1968) et sur le bassin amazonien. Pour ce dernier, le débat se poursuit encore actuellement entre les partisans d’un déterminisme écologique qui expliquerait par les caractéristiques du milieu les modes de vie et l’organisation sociale des Amérindiens forestiers et leurs adversaires qui, réfutant une à une leurs preuves, les obligent à déplacer le lieu où s’appliquerait ce déterminisme. Tour à tour ont été avancés : le manque de fertilité des sols entraînant l’impossibilité de disposer des surplus nécessaires à la constitution de sociétés stratifiées, la rareté du gibier provoquant un déficit en protéines, l’opposition entre les plaines alluviales et les interfleuves. Chaque fois les faits découverts par de nouvelles recherches sont venus infirmer ces assertions7.

  • 8 Cette notion a été reprise de l'économie.

28Ces débats ont eu l’avantage de multiplier les recherches de terrain fournissant des exemples précis sur l’utilisation des ressources naturelles et de permettre l’affinement d’une notion comme la « capacité de charge » (carrying capacity) qui définit, en fonction du milieu et des techniques d’exploitation, la quantité de population qu’un territoire peut supporter8.

29Dans le courant de la technologie culturelle propre à l’ethnologie française, ce sont les techniques, considérées comme le lieu d’articulation du naturel et du culturel et le contexte socio-économique dans lequel elles se développent, qui deviennent déterminantes : « Le déterminisme techno-économique est une réalité qui marque la vie des sociétés assez profondément pour qu’il existe des lois de structure du monde matériel collectif aussi fermes que les lois morales qui régissent le comportement des individus vis-à-vis d’eux-mêmes et de leurs semblables » (Leroi-Gourhan, 1964, p. 209). Haudricourt explique pour sa part qu’il s’est intéressé à la façon dont l’homme s’est adapté aux différents milieux grâce à ses techniques et, allant plus loin, il donne des exemples de la manière dont ces dernières ont influencé les mentalités (Haudricourt, 1962).

30Cependant le courant de pensée marxiste a contribué à détacher l’analyse des techniques du substrat matériel dans lesquels elles s’inscrivent. En associant techniques, forces productives et modes de production on faisait remonter d’un palier le déterminisme de la nature vers la culture. Godelier a accentué le processus en y intégrant les structures sociales et d’une façon générale « l’idéel » (Godelier, 1984) en affirmant que c’est à partir de la perception de leur environnement naturel et social et de la représentation qu’ils s’en font que se construisent « les motivations et les formes d’action des individus et des groupes ».

  • 9 Il s'est déroulé de 1973 à 1978 dans le cadre du séminaire de Maurice Godelier, « Anthropologie et (...)
  • 10 Cf. ci-dessous Jean-Pierre Deffontaines, « l'Agronomie : discipline et interdiscipline », p. 93 ; B (...)

31Mais il précise (1974) : « Les structures sociales ne jouent de rôle déterminant dans la logique de fonctionnement et de l’évolution des divers types de société que si elles fonctionnent également comme rapports de production » (p. 53). C’est-à-dire que ces structures sociales « assument la fonction de déterminer l’accès et le contrôle des moyens de production et du produit social » (p. 33) ; « nous ne voyons pas apparaître un “déterminisme” écologique, mais des déterminations écologiques qui n’agissent sur la société que conjuguées aux déterminations des capacités productives dont disposent ces sociétés. Quand nous parlons de “contraintes” matérielles nous entendons donc les effets conjugués, hiérarchisés et simultanés de données de la nature et de données de la culture, leur produit combiné. Et dans cette combinaison, cette synthèse qui semble avoir plus de poids sur le fonctionnement et l’évolution des sociétés semble venir de la culture, des capacités productives plus que de la nature… On aperçoit la nécessité sur le plan théorique de développer une méthode permettant de reconstituer les systèmes de réponses historiquement possibles à des “ensembles” de contraintes spécifiques » (p. 38). C’est l’exploration de ces possibles qui a été l’objet du fameux séminaire sur la « hiérarchie des contraintes dans la reproduction des sociétés »9 qui s’inscrit déjà dans la problématique entraînée par la pratique interdisciplinaire analysée dans cet ouvrage10.

32Cependant la perspective des anthropologues était ici non pas tant de comprendre des fonctionnements actuels que d’établir des relations causales permettant d’expliquer, à partir des différentes formes de gestion du milieu, la diversité des structures sociales et de leur évolution. Ici encore les exemples sont choisis dans des sociétés à faible distance écologique ou parmi des sociétés anciennes pour lesquelles la distance historique permet de saisir plus clairement les phénomènes pertinents.

33Godelier (978) lui-même déclare : « Nous laissons donc entièrement de côté les sociétés agricoles. On y trouve de multiples formes de propriété commune du sol, lignagère ou autre. C’est aussi dans ces sociétés que l’on trouve la plus grande diversité, et de rapports de parenté et de rapports sociaux hiérarchiques dépassant, débordant la parenté… Or on trouve parmi les sociétés agricoles tous les rapports de parentés connus et on ne possède pas encore d’explications satisfaisantes de cette diversité » (p. 42),

  • 11 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, op. cit.

34Ce n’est évidemment pas la question de l’origine de la diversité des sociétés qui préoccupe les chercheurs des programmes interdisciplinaires. Ils n’en demeurent pas moins concernés par l’action causale des structures sociales (la causalité structurale) et les déterminismes historiques et économiques11.

2.3. Le déterminisme du social

35Ainsi en remontant petit à petit par les différents niveaux d’intégration du milieu au fonctionnement des sociétés, nous retrouvons le déterminisme du social. Ce à quoi la sociologie avait déjà répondu dans les textes fondateurs de Durkheim en déclarant qu’un fait social s’explique par un autre fait social, refusant ainsi le déterminisme du naturel ou de l’individuel, et plus particulièrement de la psychologie. Le débat sur la liberté de l’homme face aux divers déterminismes sociaux et économiques a joué un rôle important dans la vie intellectuelle de l’après-guerre. L’ouvrage de Georges Gurvitch (955) est significatif de l’apport de la sociologie dans ce domaine.

  • 12 Moscovici (1977), p. 15 : « L'histoire prit place de la nature et c'était elle qui démontrait clair (...)

36Le paradigme sociologique durkheimien est actuellement remis en cause par le courant « déconstructionniste » et « postmoderniste » qui refuse tout à la fois qu’une société soit autre chose qu’un agrégat d’individus, et que son fonctionnement réponde à des lois structurales. Il est vrai que le problème gênant dans la causalité structurale est celui du passage d’une structure à une autre mais ceci a peu concerné les programmes interdisciplinaires analysés ici dans la mesure où, à l’échelle du temps dans laquelle le chercheur travaille, il lui est difficile de savoir s’il a affaire à une évolution à l’intérieur d’une même structure ou s’il assiste à une mutation structurale. Pour expliquer le changement comme nous le verrons dans la suite de l’ouvrage il préfère faire appel à l’histoire (Moscovici dit que le déterminisme historique a remplacé le déterminisme naturel12) ou à l’économique.

37Mais sur ce déterminisme du social, quel était le point de vue des sciences biologiques ? Au départ des programmes interdisciplinaires les biologistes, se considérant comme les seuls à pouvoir étudier les milieux naturels, se bornaient à envisager l’homme comme un perturbateur de ces derniers. Cette vision d’un homme enclin à se comporter uniquement en destructeur de la nature a déjà une longue histoire. C’est elle qui a abouti, par exemple à la mainmise de l’État sur une partie des forêts françaises pour en assurer une gestion raisonnée à travers la création du corps des Eaux et Forêts. Il s’agit là d’une méfiance vis-à-vis d’une partie de la société – en l’occurrence la paysannerie – que l’on retrouvera à la naissance de la science agronomique dont le but est de parvenir à une gestion plus rentable des ressources : technique des assollements triennaux, abandon de la pratique de la jachère et de la vaine pâture, reboisement dans les zones menacées par l’érosion.

38Cette attitude a été transférée dans les régions tropicales par les administrations coloniales, puis reprise par les administrations des pays en voie de développement quand ceux-ci ont accédé à l’indépendance : dénonciation des pratiques traditionnelles, en particulier des cultures sur brûlis et des feux de brousse destinés à faciliter la chasse ou à provoquer la repousse d’herbes tendres pour le bétail. Dans un passé plus récent, un état d’esprit comparable anime les naturalistes quand ils réclament que soient prises des mesures conservatoires vis-à-vis de la nature.

39Cependant ces prises de position impliquent la possibilité d’étudier des milieux à l’abri de l’action de l’homme. Or tous les milieux sur lesquels les chercheurs étaient amenés à travailler étaient anthropisés depuis longtemps déjà. Il ne suffisait donc plus de le constater mais de comprendre quels étaient, quels avaient été les processus de transformation, et non pas simplement de destruction ; comment on avait abouti à l’existence de ces multiples écosystèmes fonctionnant tout en y incluant l’action de l’homme. Les programmes interdisciplinaires ont certainement aidé à la prise de conscience de ce que notre environnement était déjà en grande partie le fruit de cette dernière et que son résultat pouvait ne pas être néfaste.

40Ainsi, partant du pôle culturel on retombe sur le même constat de la nécessité de comprendre par quels mécanismes les techniques que l’homme met en jeu agissent sur tel ou tel aspect de la nature.

3. Le déterminisme dans l’interdisciplinarité et la prise en compte de la complexité

41En définitive, chaque discipline, selon le lieu où elle situe sa problématique sur le passage du naturel au social, a une approche qui lui est propre de la question du déterminisme. Cette approche s’est trouvée remise en cause par la pratique de l’interdisciplinarité : les chercheurs ayant à affronter, à un autre niveau que celui qui leur était habituel, un déterminisme élaboré dans le cadre d’une autre discipline ont perdu leurs certitudes et ont été amenés à se poser les problèmes d’une autre façon.

  • 13 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, op. cit.

42L’aspect arbitraire de la dichotomie nature-culture est apparu en même temps que la réalité interdisciplinaire des objets et phénomènes étudiés13.

43À travers les programmes interdisciplinaires, les chercheurs se sont engagés dans une étude de plus en plus précise de la façon dont s’articulent l’action de l’homme et tel ou tel processus naturel dans un jeu de réactions mutuelles dont les effets doivent être à leur tour réincorporés dans le système que constitue l’ensemble des éléments culturels et naturels concernés par le phénomène que l’on se propose d’analyser. Abandonnant la sécurité des rapports de cause à effet ils ont été ainsi obligés de prendre en compte la complexité des relations entre les différents facteurs qu’ils observaient. Comme nous le constaterons tout le long de cet ouvrage, cette démarche nouvelle conduit à un déplacement des contraintes entre les deux pôles, naturel et culturel. Ceci peut aboutir à une sorte de dilution définitive de ces dernières ou au contraire à leur exacerbation, provoquant ce que l’on a coutume d’appeler « à petite cause grands effets ».

44Cependant plus il est nécessaire de prendre en compte la diversité, l’hétérogénéité et la complexité, plus on risque de voir ressurgir chez les promoteurs d’appel d’offres, la tentation d’exiger des réponses de type déterministe, qui permettent de désigner la cause première d’un phénomène ou de prévoir ses conséquences. Sommé de faire des prévisions, le chercheur qui ne rencontre le plus souvent que des corrélations ne peut répondre que par des probabilités.

  • 14 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, op. cit.
  • 15 Voir Legay 1985 et 1988.

45Le plus important a sans doute été la prise de conscience que les réponses étaient prédéterminées par la façon dont les questions étaient posées. En effet, la formulation des appels d’offres 1) en s’inscrivant dans une certaine logique économique qui n’était pas forcément celle souhaitée par les acteurs ; 2) ceux qui se donnaient pour objectif la protection d’un environnement qualifié de naturel étaient en fait destinés à maintenir ce dernier à un certain stade du processus d’anthropisation ; 3) tous partaient du postulat de la suprématie du scientifique et du technique sur le social14. Si la complexité est un choix15, la hiérarchie des contraintes l’est aussi. Ce choix n’est pas le même pour tous et dépend de la place que l’on occupe dans la société et du système de valeur de cette dernière : tout déterminisme naturel peut être contourné à condition d’y mettre le prix, c’est-à-dire d’accepter d’autres contraintes. Mais la façon dont ce prix est évalué est socialement déterminée.

Bibliografia

Acot, Pascal (1988), Histoire de l’écologie, Paris, PUF, 285 p. (Coll. « La politique éclatée »).

Berge, P., Pomeau, Y., Vidal, Ch. (1984), l’Ordre dans le chaos. Vers une approche déterministe de la turbulence, Paris, Hermann, 353 p.

Bertrand, Georges (1975), « Pour une histoire écologique de la France rurale », in Histoire de la France rurale, dir. G. Duby et A. Wallon, Paris, Seuil, pp. 37-113.

Bloch, Marc (1952), les Caractères originaux de l’Histoire rurale française, Paris, Armand Colin, Ore édition, 1931).

Botterro, Jean (1974), « Symptômes, signes, écritures », in J.P. Vernant and al., Divination et rationalité, Paris, Éd. du Seuil, pp. 70-197.

Descola, Philippe (1988), « l’Explication causale », in les Idées de l’anthropologie, Paris, Armand Colin, pp. 13-59. (Coll. « Anthropologie au présent »).

Descola, Philippe (1988), « le Déterminisme famélique », in Chasser le naturel…, Paris, EHESS, pp. : 121-136, (Cahiers des Études rurales, 5).

Dion, Roger (1981), Essai sur la formation du paysage rural français, Neuilly-sur-Seine, Imp. Guy Durier, 168 p.

Febvre, Lucien (1922), la Terre et l’Evolution humaine, Paris, 468 p.

Godelier, Maurice (1978), « Considérations théoriques et critiques sur Ue problème des rapports entre l’homme et son environnement », Information sur les Sciences sociales (Social Science Information), XIII (6), pp. 31-60.

Godelier, Maurice (1984), l’Idéel et le Matériel, Pensée, Économies, Sociétés, Paris, Fayard, 348 p.

Guille-Escuret, Georges (1985), les Relations entre structures écologiques et sociales ; esquisse d’un bilan bibliographique, Paris, PIREN/CNRS, 49 p. ronéo.

Guille-Escuret, Georges (1989), les Sociétés et leurs natures, Paris, Armand Colin, 182 p.

Gurvitch, Georges (1955), Déterminismes sociaux et liberté humaine vers l’étude sociologique des cheminements de la liberté, Paris, PUF, 301 p. (. Bibliothèque de sociologie contemporaine.).

Gutzatz, M. (1987), « Loi et Causalité », in Isabelle Stengers ed., D’une science à l’autre ; des concepts nomades, Paris, Seuil.

Haudricourt, André-Georges (1962), « Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui », l’Homme, II, 1, pp. 40-49.

Haudricourt André-Georges (1987), la Technologie science humaine. Recherches d’histoire et d’ethnologie des techniques, Paris, MSH, 343 p.

Jollivet, M. (1978), « Rente foncière et gestion des ressources naturelles. Quelques remarques sur la rente foncière dans une perspective interdisciplinaire », Études rurales, 71-72, pp. 257-274.

Legay, J.M. (1985), Contribution à l’étude de la complexité dans les systèmes biologiques. Étude de biologie théorique (Ve séminaire, 10-12 juin), Solignac, CNRS.

Legay, J.M. (1988), « Méthodes et modèles dans l’étude des systèmes complexes ; le monde n’est pas un chaos », in Jollivet M. & al. ed., Pour une agriculture diversifiée ; arguments, questions, recherches, Paris, l’Harmattan, 335 p.

Lena, Philippe (1984), « le Développement des activités humaines », pp. 59-62, in Recherche et aménagement en milieu forestier tropical humide : le Projet Taï de Côte d’Ivoire, Paris, UNESCO/MAB, 245 p.

Leroi-Gourhan, André (1964), le Geste et la Parole, t. I : Technique et Langage, Paris, Albin Michel.

Muscovici (1977), Essai sur l’Histoire humaine de la Nature, Paris, Flammarion, 569 p.

Pomian, K. (1990), « le Déterminisme : histoire d’une problématique », in la Querelle du déterminisme, le Débat, Paris, Gallimard. Ratzel (1898-1899),·le Sol, la Société, l’État., Année sociol.

Sahlins, Marshall (1977), The Use and Abuse of Biology. An Anthropological Critique of Sociobiology, London, Tavistock Publications Limited, 120 p.

Sebillotte, Michel ed. (1989), Fertilité et systèmes de production, Paris, INRA, 369 p. (coll. Écologie et Aménagement rural.).

Stengers Isabelle ed. (1987), D’une science à l’autre ; des concepts nomades, Paris, Seuil, 387 p.

Unesco, Programme Man and Biosphere (MAB) (1984), Notes techniques du MAB 15, Recherche et aménagement en milieu forestier tropical humide : le Projet Taï de Côte d’Ivoire, préparé en coopération avec le PNUE, l’ORSTOM et l’IET, Paris, UNESCO, 245 p.

Vayda, Andrew P. & Rappaport, Roy A., (1968), « Ecology cultural and non-cultural », pp. 477-497, in J.A. Cliston ed., Introduction to cultural Anthropology, Boston (Mass.), Houghton Miffin.

Note

1 Voir la « Querelle du déterminisme », le Débat, Paris, Gallimard, 1990 et en particulier l'article de K. Pomian, p. 42, « Le Déterminisme : histoire d'une problématique ».

2 Les chercheurs s'efforcent de perfectionner leur outil mathématique de façon à réduire au maximum la part d'aléatoire. Voir P. Bergé, Y. Pomeau et Ch. Vidal (1984).

3 On trouvera une analyse des rapports entre causalité et corrélations dans la pratique scientifique dans Gutzatz (1987). Remarquons cependant que ce problème aussi est ancien. Ainsi l'efficacité des pratiques magiques relève du principe de causalité mais c'est sur la « constatation des coïncidences » qu'était fondée la « divination déductive » dans la Mésopotamie antique (Bottero, 1974, p. 149).

4 Voir à ce sujet Guille-Escuret (le rapport PlREN, 1985 et l'ouvrage qu'il a inspiré, 1989) qui a traité de cet aspect et en particulier du débat à propos de la sociobiologie. Sur ce dernier point voir aussi Sahlins (1977).

5 Voir à ce sujet Pascal Acot (1988), p. 172 et suivantes. Notons en particulier le rôle joué par le transfert de concept entre écologie et sociologie à l'École de Chicago. Pour ce qui est des liens entre la structure du cerveau, la perception des phénomènes et leur insertion dans les systèmes de représentation nous y reviendrons plus loin dans le chapitre sur l'Anthropologie à propos de l'œuvre de Levi-Strauss.

6 Voir à ce sujet Jollivet (1978) et ci-dessous Olivier Godard, « la Science économique face à l'environnement : la "résilience" d'une discipline », p. 155 sur le développement de la notion de rente de rareté.

7 Voir sur ce thème, Descola (1988). Sur les principes généraux de l'écologie culturelle voir aussi P. Léna (984) et le projet « Taï » de Côte d'Ivoire.

8 Cette notion a été reprise de l'économie.

9 Il s'est déroulé de 1973 à 1978 dans le cadre du séminaire de Maurice Godelier, « Anthropologie et Économie » à l'EHESS avec la collaboration de Jacques Barrau et O. Dollfus.

10 Cf. ci-dessous Jean-Pierre Deffontaines, « l'Agronomie : discipline et interdiscipline », p. 93 ; Bernard Hubert et Nicole Mathieu, « Potentialités, contraintes, ressources : récurrence ou renouveau bien tempéré ? », p. 239 et Marcel Jollivet, « Pluridisciplinarité, interdisciplinarité et recherche finalisée ou des rapports entre sciences, techniques et sociétés », p. 399.

11 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, op. cit.

12 Moscovici (1977), p. 15 : « L'histoire prit place de la nature et c'était elle qui démontrait clairement la genèse des formations sociales. »

13 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, op. cit.

14 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, op. cit.

15 Voir Legay 1985 et 1988.

© CNRS Éditions, 1992

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540