Version classiqueVersion mobile

Le patronyme

 | 
Gianna Zei
, 
Pierre Darlu
, 
Guy Brunet

Préface

Luca Cavalli-Sforza

Texte intégral

1C’est un grand plaisir pour moi que de préfacer ce livre sur les noms de famille. Il doit beaucoup à l’initiative de Jacques Ruffié qui, grâce à sa connaissance profonde de la génétique des populations, a eu l’intuition immédiate de l’importance du sujet. Sa collaboration avec Pierre Darlu, associée à l’expérience de Gianna Zei, a permis de mettre en route très rapidement un programme de recherche sur les patronymes en France.

2Le colloque tenu à Lyon en 1998 sur le thème « Le patronyme : histoire, anthropologie, société » a toutefois largement dépassé le cadre de la génétique des populations, comme l’indique son intitulé. Sous l’impulsion de Guy Brunet et d’Alain Bideau, il fut une occasion unique de découvrir d’autres aspects des études sur les noms de famille, en particulier historiques et sociologiques, auxquels ce livre fait une très large place. Je regrette vivement de n’avoir pu participer à ces réunions autrement que sous la forme d’une contribution écrite. Au fil des générations, le prénom s’est rapidement révélé insuffisant pour identifier l’individu. Le nom de famille s’est alors imposé. C’était une façon d’ajouter une information généalogique à l’identité individuelle. La prédominance du nom sur le prénom, qui s’instaure très vite, revenait à donner aux ancêtres une place plus importante qu’aux individus qui en descendent. Dans de nombreuses cultures, les généalogies, bien qu’extrêmement complexes, ont une telle valeur que chacun est tenu de garder en mémoire une longue liste d’ascendants qu’il se doit d’honorer de multiples façons. Les coutumes européennes modernes tendent à négliger la majeure partie des ancêtres, en simplifiant l’histoire généalogique jusqu’à la restreindre au seul nom de famille dont l’origine, le plus souvent, remonte à un prénom ou un nom attribué à un père fondateur – d’où le substantif « patronyme » –, et transmis par la suite aux descendants. Il en résulte que la seule identité portée, après le prénom qui est strictement personnel, est souvent celle de cet ancêtre lointain. Dans quelques cas, ce peut être le nom d’une personne illustre, mais le plus souvent, il s’agit simplement d’un prénom ou d’un nom choisi à l’origine librement ou imposé par mesure coercitive.

3L’attribution d’un patronyme est cependant loin d’être une règle universelle. Dans certaines cultures, c’est le nom de clan, la « gens » latine ou le nom de tribu qui était ou est encore attribué. D’ailleurs, au début, la transmission des noms s’opérait en général selon la lignée maternelle. Cet usage fut fréquemment l’enjeu d’une bataille entre sexes, la lignée masculine s’imposant dans certaines cultures et la lignée féminine dans d’autres. Il arriva même que les deux lignées coexistent, comme ce fut le cas en Chine jusqu’à ce qu’un empereur « machiste » décide de supprimer la transmission matrilinéaire des noms.

4Grâce à leurs connotations géographiques, sociales et psychologiques souvent évidentes, les noms de famille sont une source de multiples informations. L’origine géographique est manifeste lorsqu’ils dérivent d’un toponyme, l’origine sociale lorsqu’ils font référence à une profession ou à une position dans l’échelle sociale. Même dans les nombreux cas où le nom est également un nom de baptême, celui-ci n’est pas dépourvu d’information généalogique. En effet, une tradition voulait que l’on choisisse un nom de baptême pour rappeler la mémoire d’un parent, d’un grand-parent ou d’un oncle. Le respect de cette tradition finit ainsi par instaurer des lignées identifiables par un même prénom, qui s’imposa ensuite comme nom de famille.

5Chez les Scandinaves, les prénoms étaient utilisés comme patronymes, si l’on en juge par le maintien de cette coutume en Islande, où persistent bien d’autres particularités linguistiques. La rareté des immigrants, surtout dans les îles lointaines, réduit en effet les innovations, et rend conservateurs. Il existe très peu d’Islandais dont le nom de famille ne soit pas le prénom du père suivi du suffixe « son » ou « dottir », selon qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme. J’avais un ami islandais qui obtint le privilège de ne pas suivre la règle, et fut autorisé à perpétuer le nom de famille de son père, suivant en cela les règles en vigueur dans la plupart des pays d’Europe, y compris la Scandinavie moderne. Mais il fallut d’abord obtenir un édit spécial du Parlement islandais ! Cette coutume islandaise était sans doute habituelle chez les Celtes, comme le démontre la fréquence actuelle des préfixes Mac, Mc en Ecosse et Irlande, O’ en Irlande, et la désinence en « s » typique des noms de famille gallois.

6Enfin, beaucoup de patronymes trouvent leur origine dans des sobriquets, qui deviennent à leur tour noms de famille, probablement dans toutes les langues. Ils pérennisent ainsi pour les générations à venir les traces de l’humour ou, quelquefois, de la méchanceté humaine. Le sobriquet a pu également constituer une identification supplémentaire indispensable, particulièrement dans les petits villages où la plupart des habitants finissaient par porter le même nom, voire le même prénom.

7On peut regretter que la transmission du nom de famille par la lignée féminine ait presque universellement disparu, sauf dans une certaine mesure en Espagne, et malgré quelques tentatives de rétablissement comme au Québec. Il serait tellement utile pour le généticien des populations, de bénéficier d’une transmission matrilinéaire du nom qui suive les mêmes règles que celles prévalant pour l’ADN mitochondrial, à l’image de la transmission du nom par la lignée masculine et du chromosome Y. Peut-être en sera-t-il ainsi dans le futur ?

8Lorsque le génome de chacun d’entre nous sera plus facilement lisible qu’il ne l’est aujourd’hui, il pourra sans ambiguïté servir à notre identification, mieux que nos noms et prénoms. Mais surtout, les particularités de notre ADN mitochondrial et celles de notre chromosome Y pourront, bien plus précisément que les noms de famille, raconter l’histoire de nos origines et les pérégrinations de nos ancêtres.

Auteur

Department of Genetics
Stanford University School of Medicine, Stanford
USA

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search