Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Première partie. Cadrages

Le citoyen, le savant, le journaliste et le politique

Bernard Picon

Texte intégral

1Est-il concevable de tenter de mettre en parallèle le mode d’appréhension d’un champ spécifique comme celui du rapport de l’homme à la nature et à l’espace rural par les sciences d’une part, et par le sens commun, les médias et les politiques d’autre part ? Il est en effet, de règle de penser qu’il n’y a aucun rapport entre les deux ordres de phénomènes. La science est réputée avoir sa démarche propre puisqu’elle s’attache à construire son objet indépendamment des modes et des représentations sociales. Pourtant, la proximité des questions posées, des préoccupations, des démarches des uns et des autres donne à penser le contraire.

2Ce qui est dit dans ce chapitre des politiques scientifiques confirme cette hypothèse selon laquelle, en France du moins, la mise en place d’une problématique scientifique sur le rapport homme-nature s’est faite dans un contexte social et idéologique évolutif auquel elle s’est trouvée liée. Il n’est pas simple d’analyser ces liens, car il ne s’agit pas, en effet, de pures et simples relations causales, ou d’un déterminisme mécanique des pensées et des pratiques sociales sur les pratiques scientifiques et inversement. Il existe en fait des enracinements inconscients dans des traditions culturelles dominantes qui imprègnent peu ou prou les individus et les groupes sociaux, chercheurs compris. Si les démarches de ces derniers restent imprégnées de positivisme, il n’en demeure pas moins qu’elles sont inscrites dans un contexte social évolutif. Le positivisme est un état d’esprit voire un idéal qui anime tous les chercheurs en quête du meilleur recul analytique qui soit par rapport à leur objet, mais il serait illusoire de croire qu’il existe un positivisme intégral de la science par rapport à une normativité propre aux démarches non scientifiques. Nous posons même pour principe que c’est faire preuve de positivisme que de replacer les mouvements scientifiques dans leur contexte social.

1. La nature hors du rural

3Les exemples abondent de découvertes ou de théories scientifiques nouvelles qui n’ont pu prendre corps ou s’imposer dans un cadre social matériellement ou idéologiquement inapte à les intégrer.

4Les années 1950 et 60 qui précèdent tout le mouvement interdisciplinaire autour de la gestion des ressources naturelles et du rapport homme-nature sont significatives à cet égard. À la suite de Tansley qui avait relevé l’importance de la relation biotope-biocénose (Tansley, 1935), et de Lindeman qui avait jeté les bases de la notion d’écosystème en faisant un tout de ces deux éléments (Lindeman, 1942), les frères Odum avaient en 1953 jeté les bases de l’écologie avec Fundamentals of Ecology. Comme le fait remarquer P. Acot, « le développement et la théorie des écosystèmes induiront l’apparition d’une idéologie écologiste systémiste qui transformera les représentations sociales des relations nature-société dans les sociétés industrielles » (Acot, 1988). Ces transformations ne seront pas immédiates et loin de là dans la France des années 50, même si l’ouvrage des frères Odum aborde « la question des incidences écologiques des activités humaines », même si l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) venait d’être créée en 1950 sous l’égide de l’UNESCO, même si Eugène Odum prêchait déjà pour l’interdisciplinarité : « La gestion des écosystèmes et l’écologie humaine appliquée deviennent de nouvelles entreprises qui exigent la confluence d’une multitude de disciplines et d’actions qui, jusqu’à présent, ont été développées indépendamment les unes des autres » (Odum, 1953). Même si l’on connaissait donc, dans certains milieux scientifiques, l’importance et l’intérêt de la gestion écologique, les préoccupations des Français étaient ailleurs. « On veut d’abord sortir la France de l’état de Nature où l’ont maintenue la paysannerie et une agriculture familiale et traditionnelle… L’espace rural n’est d’ailleurs pas à protéger, il est à aménager, écrit E. Leynaud, c’est avant tout l’espace de la production agricole : intensification culturale, remembrement, électrification, amélioration des logements, organisation coopérative sont les maîtres mots d’une politique volontariste. De puissants outils d’intervention sont alors mis en place, comme les grandes compagnies d’aménagement : Compagnie nationale d’aménagement du Bas Rhône-Languedoc (1955), Compagnie des coteaux de Gascogne (1959), SOMIVAC pour la Corse (1957), Compagnie des Landes de Gascogne (1959), Friches de l’Est (1958) (…). » En bref, en France, les structures de production de la paysannerie sont mises en question « (…) on essaiera de concilier l’inconciliable, à savoir une agriculture d’entreprise greffée sur une société paysanne et respectant le principe de l’exploitation familiale » (Leynaud, 1985).

5Dans ce contexte de modernisation de la France rurale comme de la France urbaine, la nature n’est pas associée au rural, elle doit même en être extirpée. L’interdisciplinarité sciences sociales – sciences de la nature n’a pas sa place dans de telles perspectives de développement et d’aménagement.

6« L’écologie agricole », terme né en 1920 en Italie, trouve des applications en agronomie pour améliorer la lutte contre les parasites des cultures tout en évitant les effets toxiques secondaires des pesticides de synthèse et les résistances manifestées par les populations cibles. L’écologie permet d’inventer la lutte microbiologique (1939), puis la lutte autocide par stérilisation des mâles (1955) et enfin la lutte intégrée (1959) associant plusieurs méthodes de lutte sur un front cohérent : lutte chimique et lutte biologique intégrées sont moins nocives pour l’environnement et plus efficaces. Toutes ces applications de l’écologie à l’amélioration des rendements agricoles ne sont pas spécifiquement françaises, mais sont révélatrices d’une époque où le productivisme est le mot-clef.

7L’association de l’écologie à la protection de la nature ne viendra que plus tard, quand un mouvement social sera porteur de l’idée d’un homme défenseur et serviteur d’une nature menacée. Pour l’heure, la nature est encore pensée comme étant au service de l’homme. À son service pour le nourrir, à son service pour son bien-être. Dans ces années 50-60, ces deux fonctions cohabitent en France, mais ne sont en rien reliées. La politique de modernisation des structures de production agricole se met en place et la campagne est pensée par les politiques chargées de cette mise en œuvre comme le lieu d’expression de la modernité ; en contrepoint les espaces dits « naturels », essentiellement la haute montagne, commencent à être pensés par une élite sociale comme lieux de repos et de récréation pour les individus « traumatisés » par la vie urbaine. L’idée de protéger la nature ne s’impose pas encore pour elle-même, mais pour ceux qui vont la fréquenter.

8En effet, parallèlement à la reconstruction de l’après-guerre, à l’extension urbaine, à l’industrialisation et à la modernisation des campagnes, l’idée de création de parcs nationaux fait son chemin dans l’esprit de certaines personnalités qui, déjà avant la guerre, avaient visité certains grands parcs nord-américains. Elles plaident pour la mise en place de parcs nationaux français sur des territoires encore à l’écart des opérations de mise en valeur. Il s’agit avant tout pour les uns de protéger la faune et la flore sauvages (projet Couturier de Parc de la Vannoise, 1943-1955) afin de préserver « la beauté, l’intégrité et le calme des sites naturels », pour d’autres (Thibon) de « rénover le pacte nuptial entre l’homme et la création » (Leynaud, 1985). Quant à G. Duhamel, il plaide dans le Figaro du 30 nov. 1956 pour la création d’un « grand parc national de silence, antidote de la société industrielle ». Le grand objectif des parcs nationaux dont la loi est finalement votée le 5 août 1960 est de réconcilier « l’homme moderne et la nature ».

9Mais comme le fait remarquer E. Leynaud, « les préoccupations écologiques et paysagères ne dominent guère l’opinion en 1960 : à titre d’exemple, la naissance du premier parc national français, n’a entraîné dans toute la presse nationale qu’un entrefilet dans un quotidien et une caricature dans un autre » (Betolaud, 1971). Les scientifiques, les naturalistes eux-mêmes restent à l’écart du phénomène ; ils sont quasiment absents du Comité de patronage des parcs présidé par René Coty. Ils se méfient de ces projets conçus plus pour l’homme que pour la nature et les considèrent donc comme des aménagements. E. Leynaud indique que « les personnalités scientifiques semblent s’être plus intéressées à la création des réserves naturelles où il s’agissait de protéger la nature sauvage contre toute transformation de quelque nature que ce soit, qu’à celle des parcs nationaux à la française considérés avec méfiance ».

10En ces années où le modernisme est partout présent, y compris dans le monde agricole, l’idée de protection de la nature reste confidentielle et ne concerne que des territoires vides d’hommes. Les naturalistes restent dans les « réserves », les sciences sociales s’intéressent à l’industrialisation de la société.

2. Le rural naturalisé

11La modernisation de l’agriculture est telle, dans la décennie 60-70, que parallèlement à l’exode rural, se posent des problèmes de surproduction et de baisse des revenus. Cette intensification implique l’abandon progressif de vastes territoires où la mécanisation de l’agriculture s’avère impossible.

12Cette marginalisation d’espaces inadaptables aux conditions de l’agriculture mécanisée s’accompagne de la part d’une société urbanisée d’un regain d’intérêt pour la nature dont elle se sent soudain frustrée. Cette nature, elle va la façonner à sa manière en lui donnant une extension bien supérieure aux seules zones aménagées en parcs nationaux en 1960.

13La croissance économique, l’augmentation du niveau de vie, l’apparition de la société de consommation amènent les membres des sociétés industrialisées à concevoir les espaces naturels et les espaces ruraux qui ont échappé à l’agriculture mécanisée et à l’urbanisation comme objets de consommation, comme envers de leur cadre de vie quotidien. Cette demande qui concernait une élite sociale et politique jusqu’en 1960 s’étend à l’ensemble des couches moyennes urbanisées en forte expansion. La concrétisation institutionnelle de ce mouvement est l’invention des parcs naturels régionaux : un groupe de réflexion comprenant des hommes politiques, des universitaires, des représentants d’associations jette les bases de ces parcs aux cours d’un colloque organisé à Lurs en Provence en 1966. Par rapport à 1956, le discours compensatoire n’a pas vraiment changé : « À toute extension urbaine, à tout développement de zone industrielle doit correspondre la protection, la création d’une zone naturelle de détente » (Guichard, 1966). La protection de la nature est toujours envisagée comme étant au service d’un homme traumatisé par l’artificialisation de son cadre de vie.

14Cependant une nouvelle dimension se fait jour par rapport aux projets de parcs nationaux de 1960. Il s’agit de trouver pour ces régions des solutions alternatives à l’agriculture en disparition pour que s’y maintienne un minimum de vie sociale et d’entretien du paysage. Olivier Guichard annonce ainsi au colloque de Lurs que les parcs naturels régionaux auront aussi pour fonction « d’animer quelques secteurs ruraux, notamment ceux qui seront les plus difficilement adaptables aux exigences d’une agriculture moderne ».

15Les populations autochtones et leurs territoires marginalisés sont ainsi désignés dans l’article 1er du décret du 1er mars 1967 instituant les parcs naturels régionaux comme patrimoines culturels et naturels : « le territoire de tout ou partie d’une ou de plusieurs communes peut être classé en “Parc Naturel Régional” lorsqu’il présente un intérêt particulier, par la qualité de son patrimoine naturel et culturel, pour la détente, le repos des hommes et le tourisme, et qu’il importe de le protéger et de l’organiser ». Un basculement mental d’une très grande portée vient de s’opérer : par opposition à la ville, l’espace naturel, de zones vides d’homme, s’est étendu, dans les représentations dominantes, aux sociétés rurales marginalisées. La nature n’est plus seulement un espace naturel, elle est aussi faite de territoires où hommes et milieu entretiennent des rapports considérés comme plus naturels, parce que plus archaïques. Le mythe du paradis perdu renaît un peu comme au XVe siècle. Là où le rapport à la nature n’est pas médiatisé par le machinisme agricole, la vie est « naturelle » ! La nature n’est plus perçue comme un territoire vide d’hommes opposée aux concentrations humaines, elle est perçue comme le lieu où l’homme vit en harmonie avec elle.

16La montée de cette nouvelle représentation, symbolisée, sur le plan institutionnel, par la création des parcs naturels régionaux se combine tout à fait bien avec la contestation de l’ordre capitaliste et industriel par la jeunesse de mai 1968 et aussi avec la recherche de solutions économiques pour l’agriculture française. Le mouvement de mai 1968 contribue à investir socialement l’écologie. Il en fait un mouvement social qui ne cessera de s’affirmer ultérieurement dans les luttes contre les pollutions diverses et notamment dans les luttes antinucléaires à partir de 1974.

17Pour l’heure, le mouvement de mai 1968 croit contester la société industrielle en valorisant son contraire ; la nature. Non pas une nature vierge, mais une nature où modes de vie et rapports sociaux seraient plus authentiques. Le passage à l’acte se concrétise sous des formes diverses et variées de « retour à la nature » dès les années 65-70 dans les zones marginales et notamment dans et autour des parcs (Cévennes, Pyrénées, Mercantour, Écrins, etc.) : « Immigrants de l’utopie, non parce que leur démarche serait nécessairement irréaliste ou farfelue, mais parce que leur refus du quotidien et leur rêve d’un à venir autre s’expriment dans cette tentative pour retrouver, loin des villes, un âge d’or que le progrès, l’industrie, le mirage productiviste ont, selon eux, détruit » (D. Léger, B. Hervieu, 1979).

18En 1969, paraissent le plan de S. Mansholt et le rapport de G. Vedel préconisant la disparition des petites exploitations sur les terres les moins « rentables ». « De nouvelles fonctions sont proposées à ces zones agricoles marginales : outre le reboisement et la sylviculture, on y mènera des actions sur le plan communautaire, destinées à favoriser la détente et la santé publique, par l’encouragement et la création de parcs naturels et de zones de détente. Il est entendu que des actions concertées et parallèles doivent être entreprises dans le secteur des activités touristiques » (Mansholt - Vedel, 1969).

19Sans évoquer les institutions (parcs ou réserves), le rapport Vedel indique, écrit E. Leynaud, que « la gestion des ressources rares, le tourisme et le repos dans des sites quasi vierges peuvent permettre à certains agriculteurs d’espérer des sources complémentaires de revenu. Ils pourront ainsi consacrer leur temps à la protection et à l’exploitation du domaine rural, indépendamment de tout souci de productivité. Ainsi se trouvent préfigurées dans les orientations du plan Mansholt et dans son application à l’agriculture française, l’indemnité spéciale montagne (ISM) et d’autres mesures de même ordre » (Leynaud, 1985).

20Paradoxalement, cette restructuration de l’agriculture française qui s’appuie sur la froide logique de la rentabilité capitaliste va servir ceux qui, au nom de la condamnation du même capitalisme, s’en marginalisent à travers le retour à la nature. Comme le fait remarquer E. Leynaud, « les parcs sont souvent suspectés d’être des repaires à marginaux, alors que ces marginaux, auraient dû, bien au contraire, fuir ces zones où les produits de “l’État total et totalitaire” avaient été implantés » (Leynaud, 1985).

21Cette bipolarisation ambiguë de l’espace rural français repose à la fois sur des considérations économiques (l’intensification de l’agriculture) et sur des considérations idéologiques selon lesquelles l’homme a besoin de se ressourcer dans la nature. Incluses dans la sphère du social, économie et idéologie sont des thèmes qui ne constituent pas des objets d’étude pour les sciences de la nature, cependant c’est en constatant « les dégâts » provoqués sur la nature par ce système économique que les spécialistes des sciences naturelles commencent à le remettre en cause, puis à réfléchir avec les sciences sociales à d’autres modèles. C’est dans ce contexte que va naître le mouvement interdisciplinaire dont l’analyse constitue l’objet de cet ouvrage.

3. À la recherche d’un nouveau rapport homme-nature

22Remettre en cause le consensus autour du « progrès » n’est pas chose aisée dans les années 60. Seuls des ouvrages qui frappent l’imagination à travers des thèmes catastrophiques permettent d’alerter l’opinion. Dès 1965, le naturaliste Jean Dorst écrit Avant que Nature ne meure. Ce cri d’alarme pose la question de savoir si la société technicienne ne se fourvoie pas dans une voie sans issue : « L’homme est apparu comme un ver dans le fruit, comme une mite dans une balle de laine, et a rongé son habitat en secrétant des théories pour justifier son action (…). La civilisation que nous sommes en train de créer, en supprimant tout ce qui faisait le contexte de notre vie jusqu’à présent est peut-être dans une impasse, elle ne mène peut-être à rien, sauf à la ruine de l’humanité ».

  • 1 Fournier, Charlie-Hebdo, 29.11.71.

23Cette inquiétude trouve une résonance dans la presse contestataire des années 68-70 et notamment dans la remise en cause du modèle dominant qui préside à la mise en place d’une agriculture compétitive et performante : « Vouloir appliquer à la production agricole dont le but est l’entretien de la vie, les impératifs de “rentabilité” applicables à la production industrielle, dont le but est la croissance économique aux dépens de la vie, telle est l’une des erreurs fondamentales dont la société capitaliste va crever – mais nous avec »1.

  • 2 Fournier. Hara-Kiri Hebdo, 1.12.69.

24Le militantisme écologique naissant a pour ambition de sortir la société des impasses précédemment évoquées : « Une conception optimiste de l’avenir est-elle aberrante ? Non, si en partant des données d’une Écologie Totale, notre société adopte une agriculture, une médecine et un urbanisme à la mesure de l’homme (…). Les embryons de solutions aux problèmes soi-disant insolubles existent. Ils ne sont même pas inconnus, ils ne sont que méconnus, diffamés, caricaturés, ridiculisés. Des méthodes adaptées, logiques, rationnelles, scientifiques mais malencontreusement inhabituelles, existent dans les domaines vitaux, agriculture, éducation, hygiène, depuis un quart de siècle, un demi-siècle, parfois bien davantage. Elles ont une histoire et des références. Elles sont éprouvées. Elles ne sont neuves qu’au regard ingénu des masses, au regard aveugle de leurs exploiteurs2 »

25Les conditions d’un rapport à la nature différent sont à rechercher dans des « méthodes malencontreusement inhabituelles » mais qui ont pourtant « une histoire », or, c’est précisément au moment où ces lignes sont écrites que le comité « Lutte biologique » de la DGRST est créé. Effectivement, la lutte biologique est une vieille application de l’écologie qui retrouve un regain d’intérêt, sans doute pas par hasard, au moment où l’opinion est alertée par les risques que fait courir une agriculture de plus en plus intensive et artificialisée. En 1972, le comité « Lutte biologique » devient « Équilibre et lutte biologique ». Cette notion d’équilibre rajoutée au titre de ce comité est symbolique de l’intérêt que les biologistes portent de nouveau au contexte social de leur action : la lutte biologique est intéressante si elle contribue à rétablir des rapports plus équilibrés entre nature et société. D’ailleurs dès 1974, les spécialistes des sciences sociales sont incités à participer aux programmes de recherche financés par ce comité.

26C’est aussi en 1972, année de création de ce premier comité scientifique interdisciplinaire, que le « club de Rome » publie Halte à la croissance. Cet ouvrage est issu d’une simulation faite par le professeur Meadows au Massachussets Institute of Technology (MIT) qui prévoyait l’effondrement pour l’année 2025 des systèmes économiques développés si l’on ne réduisait pas très fortement la croissance et si on ne modifiait pas les habitudes de consommation dans un bref délai. Passé inaperçu au moment de sa parution, ce rapport, médiatisé à l’extrême lors de la première crise pétrolière sera, pendant un temps, au centre des débats économiques.

27Dès 1974, cette crise pétrolière, devenue crise économique, remet au premier plan la recherche de solutions alternatives et notamment la recherche de nouveaux rapports à la nature. Les cris d’alarme des années 65-70 trouvent auprès des politiques et des médias un écho relativement favorable, les politiques de recherche vont s’en trouver modifiées. Nombreux sont alors ceux qui s’interrogent sur le bien-fondé d’un système économique fragilisé par la simple augmentation d’une ressource énergétique, non renouvelable de surcroît : le pétrole. La crise qui frappe une société française habituée depuis trente ans à une inéluctable croissance économique prend aussi l’aspect d’une crise sociale et morale.

28La CFDT publie en 1977 les Dégâts du progrès, résultats d’une recherche sociologique collective entamée en 1974. La question du « progrès technique » y est centrale. Après « l’émerveillement initial », il y a constat de démystification : « À cette découverte quotidienne des limites du rêve des grands prophètes de la révolution industrielle et technique est venue s’ajouter une succession d’événements qui, à l’échelle du monde, ont posé les mêmes questions : tout cela pourquoi ? pour qui ? pour aller où ? » Guerre du Vietnam, énergie nucléaire et ses risques, pollution de la planète, sous-développement du tiers-monde inquiètent d’autant plus que le progrès technique auquel il est de plus « sacrifié tant de vies de travail », semble à ce prix…

  • 3 Valéry Giscard d'Estaing, 10.5.74.
  • 4 Valéry Giscard d'Estaing, interview accordé à Paris-Match, 6.75.

29Le président de la république, Valéry Giscard d’Estaing, propose pour sa part, de mettre cette pause de l’économie de croissance à profit pour s’attaquer au problème de la qualité de la vie à travers l’amélioration de l’environnement qui remplace, dès lors, le terme restrictif de protection de la nature : « Améliorer et protéger l’environnement est désormais un impératif pour la France »3. Souci électoraliste ou certitude, le président légitime l’écologie comme système de valeur alternatif à l’économie de masse : « La croissance de la société de consommation a été de courte durée. Elle s’est étendue sur une période allant des années 1960 à 1973 (…) la satisfaction quantitative, de plus en plus, dans tous les domaines doit être remplacée par une satisfaction de choix de qualité. C’est le passage historique et d’ailleurs naturel de la quantité vers la qualité (…). Si bien que le mouvement écologique est profondément fondé4 ».

30Des personnalités scientifiques s’appuient sur cette conjoncture pour prêcher en faveur d’une interdisciplinarité sciences sociales - science de la nature à même, sur le plan scientifique, d’apporter les analyses nécessaires à l’élaboration de nouveaux modèles que la classe politique et la société tout entière semblent attendre. Ainsi le naturaliste Jacques Barrau condamne une écologie coupée de la société : « L’écologie avait bien du mal à prendre en compte les hommes et leurs activités si ce n’est en les considérant, c’est encore le cas aujourd’hui, comme perturbateurs du cours normal des choses d’une nature devenue pour le moins chimérique » (Barrau, 1975). Il insiste sur la nécessité d’une approche interdisciplinaire ou « diversifiée » du rapport nature -société si l’on veut franchir ce pas décisif vers la « qualité » : « Il faut que le système socio-économique où s’inscrivent aménagement de la nature et l’exploitation des ressources permette un usage judicieux de ces dernières… (il faut) revenir vite à une approche diversifiée dans l’usage des milieux naturels et de leurs ressources, n’exploiter et ne produire que l’utilisable nécessaire, veiller à bien gérer l’usage des ressources exploitées, recycler les résidus, récupérer l’énergie perdue, éviter les pollutions toujours contrôlables si on y met le prix » (Barrau, 1975). Cette citation met clairement en évidence que la finalisation de la recherche interdisciplinaire est en partie implicitement dictée par le contexte économique et social des années 74-80.

31C’est ainsi que la plupart des programmes de recherche sur lesquels s’appuie ce livre sont apparus dans cette période : après « Équilibre et lutte biologique » (1971-1976) déjà évoqué, la DGRST lance le programme « Gestion des ressources naturelles renouvelables » (1976-1979), puis « Écologie et aménagement rural » (1979-1981). Le CNRS met en place le PIREN (Programme Interdisciplinaire de Recherche sur l’Environnement) en 1978. L’INRA de son côté met en place le département « Systèmes agraires et développement » (SAD) en 1979. Dès 1974, le Secrétariat général au haut comité de l’environnement avait créé le Comité « Espace et cadre de vie ».

32Le problème proposé aux scientifiques par ce dernier comité est une preuve supplémentaire, s’il en fallait une, de la filiation existant entre les préoccupations sociales de l’époque et le courant interdisciplinaire naissant : « Ce que nous appelons aujourd’hui les “30 glorieuses” s’achevait sans qu’on le perçoive encore et les préoccupations liées à l’environnement apparaissent peut-être comme le signe avant-coureur de la fin d’un modèle de croissance (…). À la différence des comités scientifiques de l’eau, de l’air, du bruit, des déchets solides, de la contamination des chaînes biologiques qui couvrent des secteurs délimités faisant appel à des sciences comme la physique, la chimie, la biologie, le comité « Espace et cadre de vie » porte une interrogation tout à la fois plus globale et plus diffuse dont l’analyse revient avant tout aux sciences sociales… : l’utilisation et l’organisation de l’espace en liaison avec ce que l’on appelle parfois le cadre de vie, parfois la qualité de la vie » (II. 5).

33Les sciences sociales sont chargées d’investir le champ de l’environnement au moment même où les hommes politiques envisagent des solutions alternatives à la crise : parmi celles-ci, existe l’idée, prise aux écologistes balbutiants des années 65-70, d’expérimenter des systèmes productifs plus qualitatifs dans les territoires laissés pour compte par la société de croissance.

34Aux chercheurs, est alors confiée la tâche de réfléchir à de nouveaux modes plus « écologiques » et moins « intensifs » de réinvestissement des zones agricoles désertées par l’exode rural. Dans le cadre de cette problématique les travaux des anthropologues et des ethnologues sur les rapports que les sociétés « à faible distance écologique » entretiennent avec leur environnement naturel sont d’une grande portée théorique.

4. La tentation globalisante

35Avec la relative reprise économique des années 80, les préoccupations environnementales se modifient. Les pollutions et certaines de leurs conséquences sous forme de catastrophes spectaculaires ravissent la vedette à l’aménagement du territoire. Les médias révèlent à l’opinion publique l’effet de serre, les modifications climatiques possibles qui s’en suivent, la possible diminution de la couche d’ozone, les hypothèses explicatives des pluies acides, l’érosion des sols… etc. Mais cette fois-ci, le thème du retour à la nature comme antidote aux méfaits de la société industrielle ne fait plus recette. Le monde a retrouvé confiance dans la technique et l’idée prévaut de plus en plus dans l’opinion que si la technique pollue, les nouvelles technologies ont aussi les moyens de dépolluer.

36Ce regain de confiance dans la société technicienne converge avec le déclin des idéologies qui, dans le cas des problèmes d’environnement, mettaient en cause les systèmes sociaux et les rapports de production. Impensable il y a encore quinze ans, le concept neutre « d’Homme » ou « d’Humanité » remplace dans les analyses interdisciplinaires les classifications en groupes sociaux issues des diverses théories produites par les sciences sociales. Il y a quinze ans, par exemple, on ne parlait pas d’homme, mais de sociétés capitalistes ou socialistes. Dans les premières, la loi du profit ne pouvait qu’engendrer pollution et dégradation des sols, dans les autres, le souci de l’intérêt collectif supposait une meilleure prise en compte du cadre de vie. Aujourd’hui, de l’Amoco-Cadiz à Tchernobyl, les frontières idéologiques ont disparu. René Dumont dénonce « la croissance économique délirante que le monde “libre” ou “socialiste” a connue de 1945 à 1973 » (Dumont, 1977). On croyait que les agriculteurs avaient la sagesse d’entretenir leur environnement par opposition aux urbains et aux industriels destructeurs. Aujourd’hui, on sait qu’une partie des nitrates et des phosphates qui polluent gravement les nappes phréatiques sont d’origine agricole.

37Il n’y a donc plus de capitalistes et de socialistes, d’urbains et de ruraux, il y a « l’Homme ». Pourtant tous ces problèmes se posent aussi parce que le même modèle s’est finalement étendu à toute la surface de la planète : les pays socialistes, les paysans, les pays du tiers-monde sont bel et bien entrés ou en passe d’entrer dans l’économie de marché. Ce système économique est toujours en cause, mais faisant l’unanimité à l’Est comme à l’Ouest, au Nord comme au Sud, les « catastrophes » qu’il engendre ne peuvent maintenant être imputées qu’à « l’Homme » et ses conséquences sont « planétaires ».

38Le Président Mitterrand n’envisage plus, comme son prédécesseur, des modèles alternatifs, mais encourage les chercheurs à se préoccuper de manière interdisciplinaire de la planète Terre, support d’une humanité indifférenciée : « L’humanité ne dispose donc que de cette planète de plus en plus étroite pour subsister. Or, depuis l’avènement de l’ère industrielle surtout, on assiste, ou, hélas, on participe, au saccage de notre Terre : pollutions de l’air, des sols, des rivières et des mers, pluies acides, disparition des forêts, désertification, etc. Il suffisait de vous écouter pour s’en rendre compte. Ce n’est pas la forêt ou la prairie, ou la rivière qui est en danger, c’est la Terre dans son ensemble » (Mitterrand, 1989).

39Les mouvements écologiques ou verts, de leur côté, ne condamnent plus l’économie de croissance, ils somment les industriels de prendre des mesures pour produire sans polluer. Quoiqu’il en soit, un champ beaucoup plus vaste qu’auparavant s’ouvre au courant interdisciplinaire. La problématique sur les espaces ruraux peut trouver matière à un élargissement important : les friches et les jachères augmentent dans des proportions considérables au fur et à mesure de l’intensification et de la concentration de la production agricole qui ont repris de plus belle depuis 1980. La société de consommation, que l’on avait enterrée trop vite est à nouveau demandeuse d’espaces de loisirs.

40Comment gérer ces espaces pour éviter que leur sous-exploitation ne provoque des dégâts écologiques, peut constituer un axe de recherche renouvelé. S’interroger sur le bien-fondé d’un système qui surexploite ici et sous-exploite là, constituerait aussi une problématique dans le droit fil des préoccupations des années 70 (Jollivet, 1978). Mais au-delà des pistes de recherche évoquées ici, un champ d’une autre ampleur s’offre aux perspectives de recherche interdisciplinaire. En effet, en s’appuyant sur l’expérience acquise, ce livre a pour ambition d’autonomiser ce courant de recherche par rapport au sinueux parcours des discours circulants évoqués dans ce texte. Il devrait apparaître ainsi comme le soubassement épistémologique indispensable à une interdisciplinarité renouvelée autour de recherches concrètes et localisées à l’heure où comme le dit Pascal Acot « les écologistes ne craignent pas de mondialiser leurs analyses, même si c’est scientifiquement hâtif » (Acot, 1988).

Bibliographie

Acot, P. (1988), Histoire de l’écologie, Paris, PUF.

Barrau, J. (1975), « Écosystèmes, civilisations et sociétés humaines », Information sur les sciences sociales, (XIV).

Barrau, J. (1975), « l’Homme dans le milieu naturel », Environnement et Qualité de la vie, Paris, Guy Leprat.

Betolaud, Y. (1971), « les Parcs nationaux français », Revue forestière française.

CFDT, 1977, les Dégâts du progrès, Paris, Seuil, coll. Point.

Club de Rome (1972), Halte à la croissance, Paris, Fayard.

Dorst, J. (1965), Avant que nature ne meure, Delachaux et Niestlé, Neuchâtel.

Dumont, R. (1977), Seule une écologie socialiste, Lafont, Paris.

ECAR (Comité) (1984), Réflexions sur les origines et le vécu du comité.

Guichard, O. (1966), le Colloque de Lurs en Provence sur les Parcs naturels régionaux, la Documentation française, Paris.

Jollivet, M. (1978), « Rente foncière et gestion de ressources naturelles. Quelques remarques sur la rente foncière dans une perspective interdisciplinaire », Études rurales, 71-72.

Léger, F., Hervieu, B. (1979), le Retour à la nature, Seuil, Paris.

Leynaud, E. (1985), l’État et la nature. L’exemple des parcs nationaux français, L’Harmattan, Paris.

Lindeman, R.L. (1942), « The tropic dynamic aspect of ecology », Ecology, (23).

Mitterand, F., « Allocution de Monsieur François Mitterrand, président de la République, à l’occasion de la clôture du Colloque. Planète Terre », Paris, Palais de l’Elysée, mardi 13 juin 1989, Paris, 1989, 5 p. ronéo.

Plan Mansholt et Rapport Vedel (1969), Éd. du groupe Lafayette, Paris.

Odum, E.P. (953), Fundamentals of ecology, WB Saunders Co, Philadelphia.

Tansley, A.G. (1935), « The use and abuse of vegetational concepts and terms », Ecology, (6).

Notes

1 Fournier, Charlie-Hebdo, 29.11.71.

2 Fournier. Hara-Kiri Hebdo, 1.12.69.

3 Valéry Giscard d'Estaing, 10.5.74.

4 Valéry Giscard d'Estaing, interview accordé à Paris-Match, 6.75.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540