Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Première partie. Cadrages

Un chapitre de l’histoire récente d’une vieille et grande question : les rapports homme-nature

Marcel Jollivet

Texte intégral

  • 1 La DGRST a été créée en 1958 et dissoute le 1er décembre 1981. De 1958 à 1969, puis de 1977 à 1981, (...)
  • 2 Pour plus de précisions sur cette terminologie, cf. F. di Castri, 1985. Il s'agit là d'une proposit (...)
  • 3 Ici, l'expression « ressources naturelles renouvelables » inclut les sols, ainsi que la production (...)

1Durant les années 70, a été tentée, essentiellement à l’initiative de la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique (DGRST)1, une expérience de recherche multidisciplinaire, et parfois même interdisciplinaire2, centrée sur la gestion des ressources naturelles renouvelables (Veith, 1986)3. C’est d’elle que part cet ouvrage.

  • 4 On en trouve la liste dans la Ve partie de la bibliographie générale fournie en fin de cet ouvrage.
  • 5 Cf. D. Veith, op. cit. Cf. également, en annexe, la chronique de ces comités. Le comité « Diversifi (...)

2Les programmes de recherche qui constituent le noyau de la matière de ce livre4 ont été financés par la DGRST, à travers trois comités qui se sont succédé de 1971 à 1981. Ce sont les Comités « Équilibres et lutte biologiques » (1971-1976), « Gestion des ressources naturelles renouvelables » (1976-1979) et « Écologie et aménagement rural » (1979-198.1). Ces comités avaient un rôle « incitatif ». Agissant par le biais d’appel d’offres, ils distribuaient des financements à durée limitée et sur une base contractuelle5.

  • 6 Au sein de l'INRA, le SAD prend en fait la suite d'une structure déjà existante : le Service d'Expé (...)

3Dans une seconde phase, des structures ont été créées au sein des organismes de recherche, ce qui a permis d’assurer une certaine continuité aux orientations de recherche ainsi impulsées. Il s’agit, d’une part, du Programme Interdisciplinaire de Recherche sur l’Environnement (PIREN) du CNRS créé en 1978 et d’autre part, du département « Systèmes Agraires et Développement » (SAD) de l’INRA créé en 19796.

  • 7 Il s'agit en particulier des programmes « Causses-Cévennes », « Noyonnais », « Paimpont », « Vidaub (...)

4On retrouve donc, dans la liste des programmes de recherche retenus ici, à côté de ceux de la DGRST, ceux du SAD et du PIREN qui ont poursuivi les orientations de recherche dont la DGRST avait pris l’initiative et qui avaient déjà produit des résultats au moment où ce travail de bilan a été entrepris7.

  • 8 Cf. bibliographie générale.

5À ces programmes s’ajoutent ceux qui furent financés par le Comité « Espace et cadre de vie » créé en 1974 par le Secrétariat Général au Haut Comité de l’Environnement (SGHCE), avec des préoccupations proches, mais davantage orientées vers les sciences sociales8.

  • 9 Cf. ci-dessous pp. 29-30.

6Les conditions dans lesquelles ces expériences se sont déroulées9 n’ont pas permis que les résultats des recherches alors entreprises bénéficient de la meilleure diffusion possible. On est par excellence dans le domaine de la « littérature grise ». Une meilleure valorisation de ces résultats est donc le premier objectif de ce livre.

  • 10 Cette notion renvoie à celle de « développement durable » adoptée en 1987 par l'Assemblée générale (...)
  • 11 Ils s'inscrivent dans le même courant que les réflexions sur l'« écodéveloppernent », terme lancé e (...)

7Ceci se justifie d’autant plus que cette expérience fait aujourd’hui figure de précurseur, à un moment où les préoccupations concernant l’environnement occupent une place croissante dans les politiques des gouvernements et suscitent un appel à une recherche scientifique capable non seulement d’éclairer la décision, mais aussi d’aider à concevoir des formes de développement plus soucieuses de préserver la « nature ». Les réflexions actuelles à propos de l’« agriculture durable »10 sont tout particulièrement dans la droite ligne de ces travaux. On peut dire que ceux-ci ont anticipé sur elles11.

  • 12 La nécessité de développer des recherches interdisciplinaires s'est de plus en plus imposée dans le (...)

8Au-delà de leur thématique propre, ces recherches prennent par ailleurs place dans un mouvement d’ensemble autour de l’interdisciplinarité12. La caractéristique majeure du débat actuel, par rapport à de nombreuses pratiques disciplinaires devenues usuelles entre la physique, la chimie et la biologie, est d’intégrer les sciences humaines et sociales dans le concert interdisciplinaire. Ceci n’est pas propre au thème abordé ici. La santé, l’alimentation, l’urbanisme, entre autres, suscitent cette même quête d’une convergence de disciplines appartenant à des secteurs différents de la connaissance.

1. Une tradition interdisciplinaire

  • 13 Cf. ci-dessous Claudine Friedberg, « La question du déterminisme dans les rapports homme-nature », (...)
  • 14 On peut se reporter à ce sujet au vaste débat sur les rapports entre géographie physique et géograp (...)

9Au demeurant, l’association de sciences de la nature et de sciences de la société dans une démarche conjointe en vue d’analyser les évolutions d’une région et d’une population agricoles n’est pas une nouveauté. Les questions de fond que cela pose non plus, qu’il s’agisse de celle du déterminisme naturel13 ou de celle de l’interdisciplinarité elle-même14. Les grands programmes interdisciplinaires des années 70 et 80 appartiennent donc à toute une tradition de la recherche universitaire et il importe de les situer dans celle-ci.

  • 15 Cf. ci-dessous Nicole Mathieu, « Géographie et interdisciplinarité : rapport naturel ou rapport int (...)
  • 16 Cf. ci-dessous Claudine Friedberg, « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs "natures"  (...)
  • 17 Cf. J. Barrau, « Histoire naturelle et anthropologie », L'Espace géographique, n° 3, 977 pp. 200-20 (...)
  • 18 En plus des deux ouvrages majeurs cités ici, André-Georges Haudricourt a écrit de multiples article (...)
  • 19 Moins hybrides que ceux d'André Leroi-Gourhan et d'André-Georges Haudricourt (il s’agit clairement (...)
  • 20 Cf. en particulier ci-dessous Marcel Jollivet, « Pluridisciplinarité, interdisciplinarité et recher (...)

10La géographie est ici aux premiers rangs15, mais aussi l’ethnologie et l’anthropologie (associées à l’écologie)16, le tout renvoyant,selon J. Barreau, à cette « vieille histoire naturelle », dont il continue,quant à lui, de se réclamer17. On retrouve aussi sur ce chemin des hommes inclassables et dont l’œuvre a préludé aux travaux examinés ici, comme A. Leroi-Gourhan (1943, 1945, 1964, 1965), André-Georges Haudricourt (1943, 1955)18 et Charles Parain19. Et ceci a toute son importance comme on le verra20.

  • 21 Il s'agit en particulier des programmes « Forêt Tai », « Contact forêt-savane » ainsi que, d'une fa (...)

11C’est pourquoi ont été ajoutés dans la liste des travaux sur lesquels se fonde ce livre des programmes qui ne sont pas directement issus des financements incitatifs, mais qui appartiennent à des orientations et démarches de recherche plus ou moins anciennes traitant des mêmes thèmes et les abordant également de façon interdisciplinaire21. Ces programmes offrent l’intérêt d’apporter l’éclairage de démarches moins soumises aux contraintes institutionnelles découlant des financements contractuels et s’appuyant plus sur un corps de connaissances constitué. Leur interdisciplinarité est moins large, les équipes de recherche également, il peut même s’agir d’une recherche individuelle. De ce fait, elles innovent sans doute moins, mais elles maîtrisent mieux leur démarche de recherche et traitent plus à fond que les grands programmes interdisciplinaires de questions qui y sont pourtant posées.

  • 22 Cf. Bibliographie générale (1. – Généralités sur la science, 1.1. – La « question de l'environnemen (...)
  • 23 Cf. Bibliographie générale (1. – Généralités sur la science, 1.2. – Questions sur la science). Le p (...)

12L’expérience d’interdisciplinarité rejoint également de multiples interrogations actuelles sur la science. Ces interrogations se développent dans deux directions. Certaines portent sur les rapports entre la science et la société ; elles s’expriment à travers une terminologie très variée : question de l’« environnement », question des « risques technologiques majeurs », problèmes de « bio-éthique » etc.22. D’autres concernent la démarche scientifique elle-même (question du déterminisme et de la contingence, souci de tenir compte de la diversité et de la complexité du réel, etc.) et débouchent sur des remises en question méthodologiques importantes23. Il y a bien sûr des correspondances étroites entre ces deux ordres de préoccupations, ainsi qu’entre elles et le contexte socio-économique global des années 70 et 80.

13L’interdisciplinarité, vue d’une façon générale, peut être considérée, même si elle n’en a pas toujours conscience, comme une tentative de réponse à ces interrogations, voire même comme une voie pour une pratique de recherche qui les prenne en compte et en charge. De ce point de vue, celle dont il est question ici propose tout particulièrement des pistes pour ce qui concerne les rapports homme-nature et homme-techniques.

14On peut penser que tout progrès réalisé dans la pratique de recherche interdisciplinaire ici ou là a une portée générale et est transposable dans tous les domaines où le besoin de l’interdisciplinarité se fait sentir. Et précisément la conviction qui est à l’origine de ce livre est qu’il est possible de dégager des recherches prises en compte ici une contribution à une méthodologie de la pratique de recherche interdisciplinaire (et peut-être même a un paradigme de l’interdisciplinarité).

15Il paraît tout particulièrement nécessaire – et c’est l’objet même de cet ouvrage – de caractériser la démarche de recherche ainsi tentée, de l’identifier à travers les traits généraux qui se dégagent d’une pratique de recherche extrêmement diverse dans ses modalités et ses moyens. Cette diversité qui rend souvent le dessin – voire le dessein lui-même – général invisible est la rançon des conditions dans lesquelles ces recherches ont été lancées et menées : elle est le prix de l’innovation. Elle peut aussi en être la richesse si l’on sait en tirer parti. D’où la nécessité de procéder sans tarder ces confrontations à travers lesquelles une communauté scientifique organise ses débats et structure son champ de recherche.

  • 24 La politique scientifique « incitative » a suscité des réserves dans la mesure où elle faisait trop (...)
  • 25 La mise en place de structures plus pérennes (le SAD et le PIREN) a incontestablement amélioré la s (...)
  • 26 En 1984, la direction du département des Sciences de l'Homme et de la Société du CNRS avait envisag (...)
  • 27 Cf en particulier, dans la bibliographie en fin de cet ouvrage : Blanc-Pamard, 1977 ; Guille-Escure (...)

16Ceci est d’autant plus indispensable que, pour l’essentiel produit conjoncturel d’une politique scientifique « incitative », ces orientations de recherche ont toujours souffert24 – et continuent de souffrir25 – d’une grande précarité institutionnelle. De ce fait, aucun lieu institué n’existe pour organiser, au sein de l’ensemble de la communauté scientifique concernée, une pratique régulière et systématique de la critique interne de cette démarche de recherche particulière et hors normes26. Cet ouvrage prend donc place dans l’ensemble des tentatives visant à pallier cette carence27.

17Ce n’est pas un hasard si le problème clé sur lequel cette institutionnalisation achoppe est celui, évidemment essentiel, des procédures d’évaluation des recherches et des chercheurs. En la matière, les recherches interdisciplinaires restent assujetties à des structures institutionnelles fondées sur le découpage disciplinaire qu’elles perpétuent, quitte à rejeter comme non-scientifique toute démarche de recherche n’entrant pas dans sa logique intellectuelle et sociale. C’est là une question décisive tant sur le plan institutionnel que sur celui de la conception même de la recherche. On pourrait dire qu’en fin de compte l’ambition de ce livre est de montrer que ces recherches constituent une démarche d’accumulation de connaissances particulières, avec ses objectifs, ses partis pris et sa cohérence propres et de fournir ainsi les bases et les grands repères d’une évaluation scientifique centrée sur les questions et problèmes théoriques, méthodologiques, techniques qu’elle pose, compte tenu de sa configuration particulière.

18Ainsi l’ampleur des travaux réalisés, la médiocre diffusion et valorisation scientifique de leurs résultats, l’actualité des thèmes traités, la portée méthodologique générale de cette démarche de recherche à un moment où l’interdisciplinarité apparaît plus nécessaire que jamais, ont paru justifier qu’un bilan général soit fait.

19Le but poursuivi est, en somme, triple : 1) faire mieux connaître la démarche de recherche qui retient notre attention ici, 2) en donner une vision aussi synthétique que possible afin d’en clarifier les enjeux scientifiques et de tracer les voies à suivre pour accroître sa rigueur et son efficacité et 3) fournir ainsi, à partir d’un champ de recherche particulier, une illustration de la façon dont se construit une démarche interdisciplinaire, de manière à contribuer à l’élaboration de règles de méthodes en la matière.

2. Une expérience particulière liée à un contraste historique

20Si les programmes de recherche financés par la DGRST appartiennent bien, comme on l’a vu ci-dessus, à tout un phylum de tradition universitaire et si cette filiation doit être soulignée pour que l’on comprenne mieux de quoi il s’agit, il n’en demeure pas moins qu’ils se situent dans un contexte historique propre et qu’ils ont pris des formes particulières. Ils sont donc susceptibles d’enrichir de leurs singularités l’expérience du courant de pensée dans lequel ils s’inscrivent.

  • 28 C'est là une limite importante de ce travail. L'émergence de cette démarche de recherche présente e (...)
  • 29 Pour une présentation détaillée de certains d'entre eux, cf. Dobremez et al., 1990.
  • 30 Selon Prigogine, Stengers (1979), le terme « finalisation » vient de la sociologie des sciences all (...)

21Il ne s’agit certes pas ici de faire de l’histoire de la recherche28, mais bien de réfléchir sur une pratique de recherche pour en expliciter les fondements et les ressorts. Néanmoins il convient de présenter un peu plus les programmes de recherche qui constituent la matière de départ de cet ouvrage29. Outre le fait, déjà évoqué mais sur lequel il convient de revenir, qu’ils se déroulent dans le cadre d’une politique scientifique incitative et contractuelle deux de leurs caractéristiques doivent en particulier être rappelées : leur orientation « finalisée »30 et l’interdisciplinarité particulière qui en découle, car ce sont là les deux traits qui, pris ensemble, leur donnent leur originalité et leur caractère novateur sur le plan de la démarche scientifique.

3. Une recherche « finalisée »31

  • 31 En position intermédiaire entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, la recherche « (...)
  • 32 On notera que l'action des comités en cause ici se déroule pour l'essentiel durant la période où la (...)

22La politique scientifique qui est à l’origine de ces programmes a un objectif bien précis : il s’agit en fait à travers elle de contraindre les organismes de recherche à s’attaquer à des problèmes nouveaux et jugés prioritaires pour l’action32. Deux idées forces, d’ailleurs très proches l’une de l’autre, peuvent résumer les nouvelles priorités affichées pour justifier les programmes examinés ici : la « gestion rationnelle des ressources renouvelables » et la « protection de l’environnement ». Ces thèmes, on le voit, sont déjà en eux-mêmes orientés vers l’action.

  • 33 Cf. Marcel Jollivet, Un exemple d'interdisciplinarité au CNRS : le PIREN, 23 p. ronéo. et Environne (...)

23Les termes utilisés pour la désignation des comités qui lancent les appels d’offres et financent les programmes sont également tout à fait explicites. « Équilibres et lutte biologiques », « Gestion des ressources naturelles renouvelables », « Écologie et aménagement rural » : les préoccupations d’action l’emportent nettement sur les préoccupations scientifiques et la seule discipline nommément désignée, l’écologie est vue à travers ses applications (qu’il s’agisse de la lutte biologique ou de l’aménagement rural). Il en va de même pour les deux structures institutionnelles qui se mettent en place à la fin des années 70 : le SAD et le PIREN. Le titre du premier indique clairement la finalité de ses travaux : le développement (agricole). Quant au PIREN, il se désigne par un terme, l’« environnement », qui n’est pas un, objet scientifique, mais un terme que l’on peut qualifier de générique et à finalité sociale : il s’agit d’étudier l’en semble des phénomènes bio-chimico-physiques qui se produisent dans l’environnement (au sens premier du terme) de l’homme et qui sont susceptibles d’avoir des effets négatifs sur lui ; et aussi surtout, ayant mis en évidence les causes économiques et sociales des déséquilibres fâcheux ou dangereux constatés, de s’interroger sur les voies et moyens – techniques, économiques, sociaux, juridiques, etc. – d’y remédier33.

24Dès lors, tous les programmes se placent sous le signe d’une finalité économique et sociale, qu’il s’agisse de trouver des voies de développement ou d’aménagement pour les zones rurales françaises fragiles ou menacées d’abandon ou pour des agricultures de pays du tiers-monde, d’adapter les systèmes productifs agricoles au nouveau contexte économique et aux nouvelles exigences en matière d’environnement, de fournir des connaissances et des outils aux gestionnaires d’espaces protégés, de forêts ou de biotopes mal connus, mal utilisés ou mal gérés ou de ressources d’intérêt comme l’eau, de valoriser ou de mieux valoriser des ressources végétales ou animales qui ne le sont pas ou qui le sont mal, de mettre en place des observatoires des changements écologiques, économiques et sociaux, etc. La liste des problèmes posés est tout à fait impressionnante et très révélatrice des questions que durant ces décennies la société française se pose à elle-même et qui la conduisent à réexaminer ses rapports avec la « nature » ou plus exactement avec les ressources et les milieux bio-chimico-physiques

  • 34 Cf. ci-dessous Monique Barrué-Pastor, « L'Interdisciplinarité en pratiques », p. 353 et Monique Bar (...)
  • 35 De ce point de vue des résultats marquants ont effectivement été atteints, en particulier, dans la (...)

25Ce souci d’utilité se marque par la recherche d’une association ou au moins d’un dialogue avec les acteurs sociaux concernés ou susceptibles d’être concernés par les résultats de la recherche. C’est là aussi une originalité et qui n’est pas des moindres, de ces programmes34. Cette originalité se retrouve sur le plan méthodologique, le souci de déboucher sur des procédures techniques maîtrisables conduisant à donner une place importante, dans les dispositifs de recherche, à des expérimentations de terrain. Courantes dans la recherche agronomique classique, ces expérimentations prennent ici la forme d’expériences en vraie grandeur auxquelles les partenaires sociaux sont étroitement associés. Il ne s’agit pas seulement en effet de fabriquer un dispositif permettant d’isoler l’action de paramètres particuliers, mais bien de travailler à la mise au point d’un dispositif technique utilisable par des praticiens35.

26Cette « finalisation » des recherches a souvent conduit à les assimiler à des recherches appliquées, alors qu’il s’agissait bel et bien en tout premier lieu de parvenir à formaliser des schémas d’analyse incluant la complexité des objets et des situations, que toute volonté d’agir contraint de prendre en compte, c’est-à-dire, ni plus ni moins, de constituer, à peu près ex nihilo, les bases d’une démarche de recherche originale. C’est effectivement à cette tâche difficile que se sont attelée les différents comités concernés. C’est bien aussi là le sens fondamental de l’intégration ultérieure de ces programmes dans les grands organismes de recherche et de leur institutionnalisation sous des formes particulières au sein de ceux-ci.

4. Une recherche à trois composantes disciplinaires

27« Gestion des ressources naturelles renouvelables » et « protection de l’environnement » : ces deux thèmes majeurs des programmes de recherche examinés ici requièrent à l’évidence tout particulièrement une analyse des rapports entre « sociétés humaines » et « milieux naturels » et, par conséquent une interdisciplinarité associant « sciences de la nature » et « sciences sociales ». Cette exigence d’interdisciplinarité liée à 1’« objet » de la recherche est redoublée par l’orientation de ces recherches vers une finalité technique, économique et sociale. Ceci se traduit, dans les programmes, au minimum, par la multidisciplinarité avec, au-delà, tous les degrés possibles d’intégration entre les disciplines.

28La finalisation se marque par une forte présence, dans les équipes, de disciplines techniques comme l’agronomie (et toutes ses spécialités, qu’il s’agisse des sciences du sol ou de la plante), la zootechnie, les « sciences de l’aménagement », la « foresterie ».

29Pour promouvoir une meilleure gestion des ressources naturelles ou protéger la nature et l’environnement, le recours aux disciplines naturalistes les moins « finalisées » est indispensable. Dans les programmes dont il est ici question, il s’agit d’abord et avant tout de l’écologie (là aussi avec toutes ses spécialités), de l’hydrologie, de la géographie physique, de la biogéographie.

30Dans les programmes DGRST, l’adjonction de certaines sciences sociales à ces équipes résulte également de cette préoccupation de finalisation. Ce sont principalement l’économie et la sociologie (et leur hybridation sous la forme de la socio-économie), qui sont impliquées. La géographie humaine et l’ethnologie, ethnosciences comprises, jouent également un rôle important, surtout si l’on tient compte des programmes tropicaux. On notera que ces deux disciplines sont particulièrement présentes dans les programmes interdisciplinaires hors DGRST, c’est-à-dire moins directement orientés vers des finalités techniques. L’histoire sociale est souvent mise à contribution. Mais elle n’est pas le fait d’historiens. Il a enfin aussi été fait appel au droit dans les programmes lancés par le PIREN.

  • 36 Ceci a incontestablement été cause d'une certaine conduite des recherches (Dobremez et al., 1990).
  • 37 Ces coopérations ont impliqué tout particulièrement l’INRA, le CNRS, l'Enseignement supérieur agron (...)
  • 38 Vaste opération de consultation et de réflexion collectives organisée par le ministère de la Recher (...)

31On le voit, l’interdisciplinarité ainsi prônée met en jeu une large palette de disciplines parfois très éloignées les unes des autres. En conséquence les programmes sont réalisés par des équipes, souvent relativement nombreuses, de chercheurs venant de tous horizons et n’ayant la plupart du temps aucune expérience antérieure de travail en commun36. Pour réunir l’ensemble des disciplines dont le concours est jugé nécessaire et notamment pour associer recherche fondamentale et recherche technique dans les mêmes programmes, une coopération entre organismes de recherche est indispensable. Un des effets sans doute les plus marquants de cette politique incitative aura été un accroissement remarquable de ces coopérations, au moins jusqu’en 198637. Ce résultat n’est pas seulement remarquable d’un point de vue institutionnel et quantitatif. Il a provoqué un intense mouvement d’échanges, de confrontations et de réflexion collective qui s’est tout particulièrement exprimé dans le contexte des États Généraux de 1 recherche (1982-1984)38. On peut se demander si la création de structures propres aux organismes (le SAD et la PIREN) n’a pas progressivement conduit à une réduction de ces collaborations et de ces échanges. Il est vrai qu’en contrepartie elle a offert des bases institutionnelles à ces orientations de recherche et permit ainsi un travail de systématisation et de réflexion théorique que des financements incitatifs rendent difficile, voire impossible.

32Cette multidisciplinarité placée sous le signe de la finalisation oblige chacune des disciplines concernées à s’adapter à de nouvelles sollicitations et contraintes, au prix parfois de véritables remises en cause. Les disciplines naturalistes et les disciplines techniques sont pressées de fournir des résultats susceptibles d’éclairer la décision des praticiens. Elles sont aussi invitées à engager un dialogue inusité avec les sciences sociales. Pas plus qu’elles, les sciences sociales ne sont préparées – voire même disposée – à cette coopération, qui est en même temps, bien sûr, une confrontation. Tout un travail de découverte et d’ajustement réciproques est donc à entreprendre.

  • 39 Pour un développement de ce point, cf. pp. 399-532.
  • 40 Cf. ci-dessous les développements consacrés aux différentes disciplines pp. 59 à 184.

33Or le recours aux sciences sociales dans une optique de finalisation introduit d’emblée une difficulté dans ce rapprochement, dans la mesure où il conduit à les situer en aval du technique et à les charger de la fonction de « transfert » des résultats de la recherche vers les partenaires sociaux, voire de contribuer à la définition de normes ou de prescriptions39. Les programmes lancés en dehors de l’égide de la DGRST ne connaissent évidemment pas ce genre de problèmes ou pas avec la même acuité. Néanmoins, chacune des disciplines concernées a plus ou moins eu à s’adapter à ce contexte et l’a plus ou moins fait, comme on le verra dans la première partie40. D’une façon générale c’est bel et bien le résultat de toutes les tensions ainsi créées au sein des équipes de chercheurs qui est au cœur de ce livre. Il témoigne ainsi de la façon dont ces tensions ont conduit les uns et les autres à infléchir leurs démarches de recherche de façon sensible et convergente.

34Il reste en effet maintenant à se demander si cette politique de recherche a produit au milieu de toutes les contradictions qu’elle contenait, sinon la démarche de recherche dont elle avait besoin, à tout le moins une démarche de recherche originale et reproductible ou, plus modestement, les premiers éléments clés pour concevoir une telle démarche. Bâti sur la conviction qu’il en est bien ainsi et fondé sur le recul qu’il est maintenant possible de prendre par rapport à cette période et aux travaux de recherche considérés, ce livre s’attache à mettre en évidence ces points forts, afin qu’ils soient pris en compte dans de nouvelles recherches, voire même qu’ils en suscitent.

Bibliographie

Di Castri, F. (1985), « Quelques considérations sur l’organisation de la recherche interdisciplinaire sur l’environnement », in Actes du colloque « Recherches sur l’environnement rural. Bilan et perspectives », PIREN, CNRS, Paris, ronéo.

Chabbal, R. (1986), Rapport à Monsieur le Secrétaire d’État à la recherche sur le financement de la recherche, Paris, 43 p. ronéo. Rapporteur : Jacques Sevin.

CNRS· (1990), « Rapport de conjoncture » du Comité National de la Recherche Scientifique, Presses du CNRS, Paris, 1990, 407 p.

CNRS (1990), Actes du colloque Carrefour des sciences, session plénière du comité national de la recherche scientifique : l’interdisciplinarité, 12 et 13 février 1990, Palais de l’Unesco, 169 p.

Commission Mondiale pour l’Environnement et le Développement (1988), Notre avenir à tous, Montréal, Éditions du Fleuve, 432 p. (traduction française du « Rapport Brundtland »).

Deffontaines, J.-P. et Hentgen, A. (1977), Rapport sur les actions pluridisciplinaires entreprises par l’INRA au niveau de l’exploitation et de la région, document de travail, 21 p.

Dobremez J.-F., Jollivet, M., Hubert, B., Raynaut, C. (1990), Pour une pratique de l’interdisciplinarité sciences de la nature/sciences de l’homme, montage de projet, production, évaluation ; leçons de dix années d’expérience au CNRS. Rapport d’évaluation, Paris, CNRS/PIREN, mars 1990, 111 p.

Feyerabend, P. (1975), Contre la méthode. Esquisse d’une théorie de la connaissance, Paris, Seuil, 320 p. (rééd. 1989).

Guille-Escuret, G. (1985), les Relations entre structures écologiques et sociales : esquisse d ’un bilan bibliographique, Paris, Piren/CNRS, 49 p. ronéo.

Haudricourt, A.-G. et Hedin, L. (943), l’Homme et les plantes cultivées, Paris, Gallimard (rééd., A.M. Métaillé, 1987).

Haudricourt, A.-G. et Jean-Brunhes-Delamarre, M. (1955), l’Homme et la charrue à travers le monde, Paris, Gallimard (rééd. la Manufacture, Lyon 1986).

Haudricourt, A.-G. (1987), la Technologie, science humaine – Recherches d’histoire et d’ethnologie des techniques, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 343 p.

Jollivet, M. et Marduel, M.-L. (1989), Compte rendu d’une enquête sur les pratiques de l’interdisciplinarité, Paris, CNRS/PIREN, 115 p., dactylogr.

Leroi-Gourhan, A. (1943), Évolution et techniques, t. 1 : l’Homme et la matière, Paris, Albin Michel.

Leroi-Gourhan, A. (1945), t. 2 : Milieux et techniques, Paris, Albin Michel.

Leroi-Gourhan, A. (1964), le Geste et la parole, vol. 1 : Technique et langage, Paris, Albin Michel.

Leroi-Gourhan, A. (1965), vol. 2, la Mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel.

Parain, C. (1979), Outils, ethnies et développement historique, Paris, Éditions Sociales.

Prigogine, I. et Stengers, I. (1979), la Nouvelle Alliance. Métamorphose de la science, Paris, Gallimard, 312 p.

Serres, M. (1990), le Contrat naturel, Paris, F. Bourin, 196 p.

Testart, J. (986), l’Œuf transparent, Paris, Flammarion, 216 p. (Coll. « Champs »).

Veith, B. (986), la Recherche contractuelle sur l’agriculture et le monde rural (1960-1982). Bibliographie signalétique des rapports de recherche de la DGRST et du CORDES, Nanterre, GRS/CNRS-Université Paris X, 77 p. ronéo.

Notes

1 La DGRST a été créée en 1958 et dissoute le 1er décembre 1981. De 1958 à 1969, puis de 1977 à 1981, elle a été rattachée directement au Premier ministre. De 1969 à 1977, elle a été rattachée au ministre de l'Industrie et, en 1981, elle a été incorporée dans le ministère de la Recherche et de la Technologie. Ces rattachements successifs traduisent le caractère hautement politique de cette instance de pilotage de la recherche qui, par ailleurs, court-circuite le ministère de tutelle traditionnel de la recherche dite « universitaire » ou « fondamentale », le ministère de l'Education Nationale. Le but de l'action de la DGRST est clairement de réorienter la recherche vers des objectifs prioritaires à finalités techniques ou socio-économiques (cf. ci-dessous note 31).

2 Pour plus de précisions sur cette terminologie, cf. F. di Castri, 1985. Il s'agit là d'une proposition parmi d'autres de clarification d'un vocabulaire qui demeure flottant. Cf. ci-dessous Olivier Godard, « La relation interdisciplinaire : problèmes et stratégies », p. 331.

3 Ici, l'expression « ressources naturelles renouvelables » inclut les sols, ainsi que la production agricole, pastorale et forestière.

4 On en trouve la liste dans la Ve partie de la bibliographie générale fournie en fin de cet ouvrage.

5 Cf. D. Veith, op. cit. Cf. également, en annexe, la chronique de ces comités. Le comité « Diversification des modèles de développement rural » (1981-1986) qui a pris la suite a œuvré dans la même direction. Mais les recherches qu’il a financées ne sont pas prises en considérations ici, car elles n'avaient pas encore produit de résultats tangibles au moment où le travail dont il est rendu compte dans cet ouvrage a été entrepris. Le comité « Diversification des modèles de développement rural » n'a pas eu de successeur. Une partie des programmes qu'il avait lancés a été reprise par le PlREN.

6 Au sein de l'INRA, le SAD prend en fait la suite d'une structure déjà existante : le Service d'Expérimentation et d'Information (SEI) dont les travaux sont même antérieurs à ceux de la DGRST (cf. « Première ébauche d'un diagnostic sur révolution de l'agriculture et de la société rurale des Vosges » (juin 1972) et « Conditions du choix des techniques de production et évolution des exploitations agricoles. Région de Rambervillers » (décembre 1973)). On trouvera une vue d'ensemble sur les travaux du SEI dans Deffontaines, Hentgen, 1977.

7 Il s'agit en particulier des programmes « Causses-Cévennes », « Noyonnais », « Paimpont », « Vidauban » pour le PIREN et « Vosges », « Népal », « Ecerex-Guyane », « Noyonnais » pour le SAD.

8 Cf. bibliographie générale.

9 Cf. ci-dessous pp. 29-30.

10 Cette notion renvoie à celle de « développement durable » adoptée en 1987 par l'Assemblée générale des Nations Unies à partir des propositions de la « Commission Brundtland » (Commission mondiale sur l'Environnement et le Développement de l'ONU). Cette commission, constituée sous l'égide de l'Assemblée générale des Nations Unies fin 1983 et présidée par Mme G.H. Brundtland, Premier ministre du gouvernement norvégien, avait pour mandat de « proposer une stratégie à long terme en matière d'environnement pour assurer un développement durable d'ici l'an 2000 et au-delà ». Ses travaux ont abouti à la rédaction d'un rapport, Notre avenir à tous, qui a été présenté à l'Assemblée générale des Nations Unies à l'automne 1987 (Notre avenir à tous, 1988).

11 Ils s'inscrivent dans le même courant que les réflexions sur l'« écodéveloppernent », terme lancé en 1973 par le directeur du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) et repris par des théoriciens et praticiens du développement (cf. Sachs I. « Environnement et styles développement », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Paris (3), mai-juin 1974, pp. 553-570. Sachs 1., Stratégies de l'écodéveloppement, Paris, Éd. Économie et Humanisme et Éditions Ouvrières (« Développement et civilisations »), 1980. Cf. également le bulletin Les Nouvelles de l'écodéveloppement publié en français et en anglais par l'Unité de documentation sur l'écodéveloppement de la Maison des Sciences de l'Homme (Paris) de 1977 à 1985 et la série des Cahiers de l'Ecodéveloppement publiée de 1975 à 1980 par le CIRED (EHESS)). Les réflexions actuelles sur le « développement durable » reprennent également les idées fondatrices du programme « l'Homme et la Biosphère » (MAB) lancé par l'UNESCO en 1976. A son origine, le PIREN s'est inspiré de celles-ci. Les programmes de recherche qui sont analysés ici s'inscrivent plus ou moins directement dans les orientations du MAB. Certains sont reconnus comme des programmes MAB par le Comité MAB-France. Il s'agit des programmes « Causses-Cévennes », « Forêt Tai », « Pays d'En-Haut », « Ventoux », « Paimpont ».

12 La nécessité de développer des recherches interdisciplinaires s'est de plus en plus imposée dans les grands organismes de la recherche en France dans le courant des années 60 et, surtout, 70 et 80 (cf. B. Veith, op. cit.), Ceci s'est par exemple traduit par l'organisation de la recherche en départements interdisciplinaires (comme à l'ORSTOM ou, à un moindre titre, à l'INRA) ou par le lancement d'actions ou la mise en place de programmes de recherche interdisciplinaires (comme au CNRS). Les Actions Thématiques Programmées du CEMAGREF vont dans le même sens. Sous l'impulsion du Directeur Général du CNRS, les travaux du Comité National de la Recherche Scientifique sont fortement placés sous le signe de l'interdisciplinarité depuis 1989. Ceci s'est marqué par une présentation nouvelle du « Rapport de conjoncture » dont ce Comité a la responsabilité (CNRS, 1990) ainsi que par la réunion de ce Comité en session plénière, procédure tout à fait exceptionnelle, sur le thème de l'interdisciplinarité (CNRS, 1990) (cf. ci-dessous en annexe Jean-Marie Legay, « L'Evaluation interdisciplinaire et sa gestion », p. 551). On peut dire que cette montée en puissance de l'interdisciplinarité est le prolongement direct de l'action lancée par la DGRST à partir de la fin des années 60 jusqu'à sa disparition en 1981.

13 Cf. ci-dessous Claudine Friedberg, « La question du déterminisme dans les rapports homme-nature », p. 47.

14 On peut se reporter à ce sujet au vaste débat sur les rapports entre géographie physique et géographie humaine (cf. note 15).

15 Cf. ci-dessous Nicole Mathieu, « Géographie et interdisciplinarité : rapport naturel ou rapport interdit ? », p. 105.

16 Cf. ci-dessous Claudine Friedberg, « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs "natures" », p. 125 et Guillet-Escuret (1985) pour les passages consacrés à l'écologie culturelle américaine (pp. 6-9) et aux courants de l'ethnologie française intégrant la dimension écologique (pp. 13-17).

17 Cf. J. Barrau, « Histoire naturelle et anthropologie », L'Espace géographique, n° 3, 977 pp. 200-202 et J. Barrau, « Des relations entre sciences naturelles et Sciences de l'Homme et de la Société », Valbonne -Sophia Antipolis, 14-18 novembre 1983, CNRS, CEDRASEMI (non publié).

18 En plus des deux ouvrages majeurs cités ici, André-Georges Haudricourt a écrit de multiples articles très dispersés, récemment réunis dans un ouvrage qui permet d'avoir un d'ensemble de son œuvre (A.-G. Haudricourt, 1987).

19 Moins hybrides que ceux d'André Leroi-Gourhan et d'André-Georges Haudricourt (il s’agit clairement d'ethno-histoire), les travaux de Charles Parain n'en sont pas moins centrés sur les mêmes questions rapportant sans cesse les unes aux autres les transformations des outils, des savoirs et des rapports sociaux. On a pu parler à propos de son œuvre d'« histoire écologique », entendant par là une recherche « sur les processus d'incessante interaction transformatrice entre milieux naturels et milieux historiques ». (A. Casanova, « Introduction », in Parain, 1979). Pour avoir une vue d’ensemble des écrits de Charles Parain, on pourra se reporter à cet ouvrage.

20 Cf. en particulier ci-dessous Marcel Jollivet, « Pluridisciplinarité, interdisciplinarité et recherche finalisée ou des rapports entre sciences, techniques et sociétés », p. 399.

21 Il s'agit en particulier des programmes « Forêt Tai », « Contact forêt-savane » ainsi que, d'une façon générale, des recherches en « ethnosciences ».

22 Cf. Bibliographie générale (1. – Généralités sur la science, 1.1. – La « question de l'environnement » et les rapports sciences-techniques-société). Les années 70 et, plus encore, les années 80 sont celles d'une constante progression des préoccupations concernant l'environnement. Sur ce point, la bibliographie est considérable. On ne trouvera dans la bibliothèque que quelques ouvrages parmi les plus récents et les plus généraux. La « question de l'environnement » est aussi une remise en question de la technique et de la science qui est à son arrière-plan. Les ouvrages mentionnés dans la bibliographie ont été choisis parmi de nombreux autres, simplement pour illustrer quelques orientations majeures de ce débat. L'utilisation de l'énergie nucléaire, à des fins civiles comme militaires, a joué le rôle de déclencheur dans l’apparition de ces inquiétudes et de ces questionnements. Le mouvement écologique a pris le relais en élargissant le champ des préoccupations à tout ce qui a trait au monde animal et végétal et aux grands équilibres de la planète. Enfin l'application de la maîtrise croissante des processus génétiques aux transplantations d'organes et d'embryons et aux manipulations génétiques (y compris chez l'homme) a ouvert encore plus l'éventail des questions posées, tant en termes de régulation sociale qu'en termes de sécurité pour l'homme. Les préoccupation éthiques reviennent en force (Serres, 1990). Dans le domaine de la biologie médicale, ceci s'est traduit en France par la création en 1983, du Comité Consultatif National d'Ethique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE). Les questions soulevées peuvent conduire certains chercheurs à refuser de poursuivre leurs investigations dans les directions qu'ils jugent dangereuses (Testart, 1986).

23 Cf. Bibliographie générale (1. – Généralités sur la science, 1.2. – Questions sur la science). Le progrès des connaissances, mais aussi les questions posées sur les risques que la science et la technique feraient courir à l'homme, conduisent à s'interroger sur les connaissances scientifiques elles-mêmes et donc sur les démarches mêmes de la science (et de la raison). L'interrogation porte simultanément sur les représentations de la nature qui sont à l'arrière-plan de la démarche scientifique et sur la nature de celle-ci, c’est-à-dire sur les procédures de validation qui sont censées lui conférer la valeur de vérité qui est sa raison d'être même et dont elle prétend avoir l'exclusivité. Toute la question est en fait de savoir si ces procédures lui permettent de s'autonomiser par rapport à toute représentation sociale pour dévoiler la nature telle qu'elle est ou si elle n'est en fait qu’une mise en forme particulière (mais dotée d'une efficacité exceptionnelle) de représentations sociales liées aux évolutions de la société. Les progrès de la biologie-science du vivant – et ceux de la micro-physique ont pesé d'un poids très lourd sur les visions déterministes et mécanistes qui fondent la macro-physique. L'irréversibilité du temps, le rôle de l'aléatoire, l'importance de l'organisation introduisent la complexité comme caractéristique majeure du réel et comme paramètre essentiel à prendre en considération dans son analyse. La bibliographie retenue est extrêmement sélective (et, au demeurant, déjà bien connue). Il ne s'agit ici que de fournir un cadrage général, en respectant autant que faire se peut, la diversité des points de vue en cause.

24 La politique scientifique « incitative » a suscité des réserves dans la mesure où elle faisait trop dépendre la recherche de la « demande sociale », et où elle l'assujettissait à des financements à court terme (cf. à ce sujet par exemple : M. Aubry, « La recherche sur l'environnement », in « Images de l'environnement », Le Courrier du CNRS, suppl. au n. 52, 1983, pp. 3-6). En fait l'histoire de beaucoup de ces programmes est complexe. Ils peuvent procéder d'itinéraires et d'initiatives de chercheurs ou d'équipes aussi bien que d'initiatives institutionnelles. Ils ont évolué dans leurs objectifs, la composition des équipes, les sources de financements. Un certain nombre d'entre eux ont été pris en relais d'un comité à l'autre ou sont passés d'une structure de recherche à une autre. Il est certain que le manque de garanties sur la durée des programmes, même si, en fin de compte, par financements successifs, certains programmes ont eu une incontestable continuité, a été une gêne et a nui à l'efficacité et à la qualité du travail des équipes de recherche

25 La mise en place de structures plus pérennes (le SAD et le PIREN) a incontestablement amélioré la situation, mais, outre le fait qu'elle est intervenue tardivement dans la période étudiée ici, elle n'a pas vraiment stabilisé le champ de recherche en voie de formation. L'existence de ces deux structures a toujours été problématique. D'autre part, quelle que soit la structure dans laquelle tous ces programmes se sont déroulés, ils ont toujours plus ou moins dépendu de financements dits incitatifs c'est-à-dire à base contractuelle, en réponse à un appel d'offres et pour une durée déterminée. Aujourd'hui encore, il n'y a guère qu'à l'INRA, dans le département SAD, qu'une relative institutionnalisation de ce type de recherches est réalisée.

26 En 1984, la direction du département des Sciences de l'Homme et de la Société du CNRS avait envisagé la création d'une section transversale du Comité National de la Recherche Scientifique du CNRS intitulée « Écosystèmes et systèmes sociaux ». Celle-ci n'a jamais vu le jour. Le PIREN a repris l'idée à son compte, en lançant une action incitative sur le même thème. Le lancement d'une revue du CNRS portant sur ces questions (sous le titre Milieux Techniques, Sociétés) a également été envisagé, mais sans se réaliser.

27 Cf en particulier, dans la bibliographie en fin de cet ouvrage : Blanc-Pamard, 1977 ; Guille-Escuret, 1985 ; Chatelin, Riou, 1986 ; Hubert, Girault, 1988 ; Jollivet, 1988 ; Gras, Benoit, Deffontaines et al., 1989 ; Jollivet, Marduel, 1989 ;Dobremez et al., 1990. Voir d'une façon générale la rubrique « Généralités sur l'interdisciplinarité », de cette bibliographie.

28 C'est là une limite importante de ce travail. L'émergence de cette démarche de recherche présente en effet un grand nombre de traits qui en font un cas de figure particulièrement intéressant à considérer du point de vue de l'histoire des sciences. Dans cette perspective, une analyse historique fine s'imposerait. Elle aurait le grand mérite de mettre le contenu de ce livre sous l'éclairage circonstancié dans lequel il prend vraiment sens, tant il est vrai que le contenu de la théorie dépend du contexte historique dans lequel il prend corps (Feyerabend, 1975 ; Prigogine, Stengers, 1979).

29 Pour une présentation détaillée de certains d'entre eux, cf. Dobremez et al., 1990.

30 Selon Prigogine, Stengers (1979), le terme « finalisation » vient de la sociologie des sciences allemande. Il exprime le fait que la science répond toujours peu ou prou « aux besoins et aux exigences collectifs » et est donc intégrée dans la société (op. cit., p. 27).

31 En position intermédiaire entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, la recherche « finalisée » est la grande nouveauté et la catégorie essentielle de la politique scientifique de la période qui nous concerne ici. En 1986, Robert Chabbal a remis au ministre de la Recherche de l'époque un rapport sur « le financement de la recherche ». Ce rapport a l'intérêt de « théoriser » pourrait-on dire, en quelque sorte après coup, la pratique de la recherche telle qu'elle s'est peu à peu construite dans les deux décennies qui ont précédé et telle qu'elle se poursuivra au moins jusqu'en 1986. Ce rapport illustre tout à fait la conception de la recherche qui a présidé au lancement des grands programmes examinés ici. Placé sous le signe d'« une tendance au dialogue entre la recherche publique et son environnement socio-économique », d’« un développement des coopérations (interdisciplinaires) dans la recherche et des projets pilotés », d’« un souci de valorisation plus poussé des acquis scientifiques », ce rapport distingue « trois sous-ensembles » dans les opérations de recherche : 1) la recherche fondamentale (qui est « non finalisée », et « qui a pour seul objet le progrès des connaissances » et la recherche exploratoire (qui « associe les finalités de connaissances et d'application, mais sur des problématiques de portée générale et avec des visées à relativement long terme », 2) la recherche finalisée (qui est « susceptible d'être parrainée et commanditée par un ou plusieurs clients » et 3) les grands « projets de développement technologique » (définis par leur « faisabilité économique »). Comme on le voit, la vieille dichotomie entre recherche fondamentale et recherche appliquée est transformée en un véritable continuum qui est en fait polarisé sur ou tendu vers le « développement technologique », et la recherche finalisée n'est pas la recherche appliquée. La « recherche finalisée » est en fait fort mal définie et pose problème au point que c'est elle qui, selon les termes de R. Chabbal, appelle « l'examen le plus attentif ». C'est à elle que de fait, le rapport consacre le plus de pages. Il ressort clairement des développements qui lui sont consacrés qu'il s'agit en fin de compte d'une recherche négociée entre ministères et organismes de recherche et qu'elle doit s’inscrire dans « une stratégie à moyen et long terme ». Autrement dit, entre « recherche exploratoire » et « recherche finalisée », il peut n'y avoir que l'épaisseur d'un fil ! La « recherche finalisée » a aussi comme objectif le progrès des connaissances (les citations sont extraites du rapport (Chabbal, 1986)).

32 On notera que l'action des comités en cause ici se déroule pour l'essentiel durant la période où la DGRST est rattachée au ministère de l'Industrie (cf. note 1).

33 Cf. Marcel Jollivet, Un exemple d'interdisciplinarité au CNRS : le PIREN, 23 p. ronéo. et Environnement, pédagogie, évaluation, compte rendu des 1eres sessions-carrefour qui se sont tenues les 7-8-9 avril 1987 au CRDP d'Orléans, ministère de l'Environnement, Délégation Régionale à l'Architecture et à l'Environnement, Centre, 1987, ronéo.

34 Cf. ci-dessous Monique Barrué-Pastor, « L'Interdisciplinarité en pratiques », p. 353 et Monique Barrué-Pastor, Michel Barrué, Bâtiments d'élevage et installation en haute montagne pyrénéenne, École d'Architecture de Toulouse, CIMA (CNRS) (Contrat financé par le MRT – Comité DMDR, octobre 1984, Toulouse, 33 p.

35 De ce point de vue des résultats marquants ont effectivement été atteints, en particulier, dans la conception des bâtiments d'élevage, dans la conduite des aménagements sylvo-pastoraux ; la mise en place en cours d'un observatoire des changements écologiques économiques et sociaux sur le Causse Méjean va dans le même sens. Il s'agit là, peut-on dire, de résultats tangibles de la finalisation annoncée et l'on pourrait se demander a contrario si, dans la plupart des cas, les choses sont allées plus loin que les intentions, en l'occurrence affichées par obligation, puisque la finalisation faisait partie du cahier des charges fixé par les appels d'offres. Outre le fait qu'il serait extrêmement difficile d'évaluer les effets pratiques qu'ont eus tous ces programmes, compte tenu de la multiplicité et de la diversité des voies et des formes de leur action, il serait erroné de les juger à cette seule aune, car la finalisation n'est pas l'application (cf. note 31). En somme, les programmes qui ont fait une proposition technique sont allés plus loin que ce qui était attendu d'eux.

36 Ceci a incontestablement été cause d'une certaine conduite des recherches (Dobremez et al., 1990).

37 Ces coopérations ont impliqué tout particulièrement l’INRA, le CNRS, l'Enseignement supérieur agronomique, les Universités, mais aussi le Muséum (MNHN), l'EHESS, l’ORSTOM et le CEMAGREF, c'est-à-dire l'ensemble des organismes concernés.

38 Vaste opération de consultation et de réflexion collectives organisée par le ministère de la Recherche et de la Technologie (1981-1982). Cf. en annexe le texte de conclusion d'un colloque qui s'est tenu dans ce cadre à Lyon et qui a réuni les équipes de recherche ayant travaillé sur des financements des comités de la DGRST, dans les domaines qui nous concernent ici.

39 Pour un développement de ce point, cf. pp. 399-532.

40 Cf. ci-dessous les développements consacrés aux différentes disciplines pp. 59 à 184.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540