Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Avant-propos

Marcel Jollivet

Texte intégral

« Il existe certes un devenir abstrait des théories scientifiques… Mais les innovations décisives dans l’évolution de la science ne sont pas de cet ordre… Ces innovations répondent à l’influence du contexte culturel, et même “idéologique”, ou pour mieux dire, elles expriment l’ouverture effective de la science au milieu où elle se développe… ».
Ilya Prigogine, Isabelle Stengers, La Nouvelle Alliance. Métamorphose de la science, Paris, Gallimard, 1979.

1La matière de ce livre est le fruit d’une réflexion sur les programmes interdisciplinaires de recherche français concernant le milieu rural, qui se sont déroulés durant les années 70 et 80. Menée dans le cadre de l’action « Écosystèmes et systèmes sociaux » du Programme Interdisciplinaire de Recherche sur l’Environnement (PIREN) du CNRS, cette réflexion constitue une véritable enquête, à des fins méthodologiques et théoriques, sur les pratiques interdisciplinaires des équipes qui ont eu la charge de mener à bien ces programmes.

2Alors que ces recherches représentent une somme de travaux considérable et qu’elles résultent pour une bonne part d’une expérience de politique de recherche originale, marquée par une volonté d’amener la communauté scientifique à s’engager dans une démarche de recherche nouvelle, aucune synthèse n’en a jamais été faite. Le moment de la faire paraît d’autant mieux choisi que ces travaux s’inscrivent dans la droite ligne des préoccupations croissantes concernant la gestion « durable » des ressources naturelles renouvelables et des milieux.

3Cette réflexion a été réalisée par un groupe de travail composé de chercheurs choisis pour la compétence qu’ils ont acquise sur la question de l’interdisciplinarité entre sciences sociales et sciences de la nature à travers leurs pratiques de recherche. Ils ont participé ou participent encore (souvent même en tant que responsables) à des programmes de ce type portant sur la gestion des ressources naturelles renouvelables ou des milieux naturels. Plusieurs d’entre eux sont des témoins majeurs de l’expérience interdisciplinaire des années 70-86.

4La mise au point de la maquette de l’ouvrage et la rédaction des textes ont fait l’objet d’un séminaire qui a duré de septembre 1986 à décembre 1989.

5La démarche suivie a commencé par un repérage de ces programmes, qui a abouti à la liste fournie en annexe à ce volume. Cette liste est, soulignons-le, une sélection parmi l’ensemble des programmes qui ont été lancés durant cette période. N’ont été retenus que ceux qui paraissaient pertinents et instructifs par rapport à l’objectif poursuivi, sur le déroulement desquels on avait des indications suffisamment précises et pour lesquels on pouvait disposer de publications rendant compte de façon suffisamment explicite des travaux de recherches réalisés et des résultats obtenus.

6Il est important de préciser que cet ouvrage ne prétend nullement être une étude historique de ce dont il traite, même s’il peut être une contribution utile à cette histoire. Il est fondé sur un corpus de textes rendant compte de ce qui, aux yeux des membres du groupe de travail, paraissait essentiel pour caractériser cette démarche.

7Le corpus utilisé – et présenté en fin de volume – est composé de fiches identifiant les programmes et d’un ensemble de publications afférentes à ces programmes, ainsi que d’articles et d’ouvrages en rapport avec les questions traitées. Les documents répertoriés pour chacun des programmes retenus sont ceux qui figurent dans la « bibliothèque » du séminaire. Il ne s’agit en aucune manière d’une bibliographie exhaustive de chacun des programmes (au demeurant la plupart du temps fort difficile à établir).

8Le groupe s’est donné un programme de travail comportant quatre points :

  1. un cadrage général de la démarche de recherche incluant notamment un état des disciplines concernées, principalement considérées sous l’angle de leurs rapports avec le projet interdisciplinaire examiné ici ;

  2. un recensement et une analyse des termes, notions et concepts constituant le langage de cette démarche ;

  3. un ensemble de considérations générales sur la façon dont l’interdisciplinarité a été abordée et pratiquée ;

  4. un énoncé et un examen des grands principes et des grandes questions théoriques et méthodologiques qui en constituent le soubassement.

9Ce programme de travail se retrouve pour l’essentiel dans le plan de l’ouvrage, le premier point correspondant à la première partie, le deuxième à la deuxième partie, les deux autres étant réunis dans la troisième partie.

10En dépit de sa forme, cet ouvrage n’est pas un traité. Il ne prétend pas présenter un savoir constitué, fondé sur une synthèse de résultats de recherche au sens strict du terme, ni un langage organisateur codifié ; il parle, au contraire, d’une pensée en mouvement. Analyse d’une expérience de recherche originale, il veut avant tout porter témoignage de la façon inhabituelle dont un certain nombre de savoirs et de démarches disciplinaires ont été sollicités et mobilisés pour répondre des questions vives des années 70 et 80 (et plus que jamais actuelles) et donner une vue d’ensemble des réévaluations de concepts et des questions théoriques et méthodologiques que soulève la mise en relation des disciplines et des problématiques ainsi tentée.

11Le propos est donc de baliser le champ scientifique couvert, de repérer les questions théoriques et méthodologiques qui y ont une importance particulière, voire qui lui sont spécifiques et de clarifier langages et procédures. En un mot, le but visé est de tirer parti de l’expérience acquise pour établir les bases d’un système de questionnement clair et rigoureux, afin de consolider le champ de recherche concerné.

12Il ne s’agit toutefois pas, il est important de le préciser, d’une entreprise philosophique ou épistémologique. Non pas que ces recherches soient sans rapports avec les grands débats contemporains sur la science : au contraire, elles sont à la pointe des questions autour desquelles ces débats tournent et elles contribuent – et contribueront – à des remises en cause radicales de certains points de vue. On trouvera des éléments allant dans ce sens dans les pages consacrées au problème du déterminisme et de la causalité, aux rapports science-société, à l’interdisciplinarité et à la prise en compte de la complexité, au rôle de l’observation par rapport à celui de l’expérience… La bibliographie générale réunie, que l’on trouvera en fin de cet ouvrage, illustre la façon dont la démarche de recherche qui est en cause ici s’inscrit dans les débats généraux actuels autour de la science.

13La constitution même de cette démarche de recherche, par son interdisciplinarité originale et par la façon propre dont elle aborde le problème des rapports homme-nature, peut être analysée comme une de ces « mutations » scientifico-historiques qui retiennent de plus en plus l’attention des historiens et des philosophes des sciences. La question de savoir si l’on a affaire à une nouvelle « science » en voie de constitution, avec tout ce que ceci suppose d’incertitudes et de propositions hypothétiques transitoires, est posée. De ce point de vue, ce livre peut incontestablement fournir des matériaux au philosophe et à l’épistémologue. Néanmoins ce n’est pas l’objet de cet ouvrage que de confronter ces aspects de la démarche et ces considérations générales à la littérature scientifique qui en traite.

14Ceux qui ont rédigé ces pages veulent avant tout rendre compte d’une expérience personnelle (par une réflexion sur un vécu) et collective (en s’appuyant sur le corpus). Le choix du détail des thèmes constituant chacune des parties, ainsi que la façon dont ces thèmes sont traités doivent donc beaucoup à la personnalité, à l’expérience et aux goûts de ceux qui les abordent, même si le groupe de travail a agi là comme un contrepoids en obligeant à la confrontation des points de vue individuels, produisant ainsi le processus collectif de théorisation recherche. On pourrait en somme parler d’un effort collectif pour théoriser une pratique, autrement dit d’une praxéologie.

15Les programmes interdisciplinaires lancés dans les années 70 et au début des années 80 ont parfois été critiqués pour leur lourdeur et pour une conception par trop systématique – trop encyclopédique, pourrait-on dire – de l’interdisciplinarité. Ils peuvent faire figurer d’avatars historiques. Aussi bien, ce livre n’est pas une défense et illustration de ces grands programmes en eux-mêmes, qui seraient en quelque sorte considérés comme une méthode sui generis, pour ne pas dire comme la méthode interdisciplinaire même. Mais ils ont fait évoluer les attitudes de recherche d’un certain nombre de chercheurs et produit chez ceux-ci tout un savoir-faire correspondant à une façon nouvelle de poser des problèmes et de définir des objets de recherche.

16Ce sont ces attitudes, ce savoir-faire, cette pratique de recherche que le groupe de travail a voulu théoriser, puisqu’aucune opportunité de le faire ne s’était jusqu’alors présentée. Ce livre veut porter témoignage de ces acquis de façon à les soumettre à une appréciation scientifique faite en connaissance de cause et afin qu’il en soit maintenant fait usage sous toutes les formes appropriées. Si les grands programmes interdisciplinaires ne sont pas la panacée, il ne faudrait toutefois pas oublier ce qu’ils ont apporté, y compris à travers l’audace, souvent involontaire, de leur éventuelle démesure.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540