Version classiqueVersion mobile

Langues indo-européennes

 | 
Françoise Bader

Chapitre 12. Le balte et le slave

Heinz Dieter Pohl

Texte intégral

1. Introduction

1Les langues baltes et slaves appartiennent avec les langues germaniques à l’aire Nord-Ouest du proto-indo-européen. D’où une série de caractères communs à ces trois langues, comme les finales casuelles en -m- (v.sl. vlǔkomǔ, lit. vilkàms, got. wulfam « aux loups ») en regard des finales en -bh- des autres langues (skr. vṛkebhyaḥ, lat. hominibus) ; ou la flexion de thèmes en *-yo- des participes en *-nt-, mais qui est moins probante, car elle peut résulter de développements parallèles indépendants : il subsiste des formes sans *-yo-, et le phénomène n’apparaît pas dans la plus ancienne hydronymie. Les caractères communs ne sont pas répartis également entre les trois langues ; en tout cas le balte et le slave sont plus proches l’un de l’autre que de l’une des autres langues indo-européennes apparentées. Considérons d’abord les langues baltes et slaves.

1.1. Les langues baltes

2On entend par « balte » un groupe de langues indo-européennes, qui ne sont plus représentées aujourd’hui que par deux langues, le lituanien et le letton. Le lituanien est à maint égard une des langues indo-européennes les plus archaïques et par là l’une des « langues clés » pour la reconstruction du proto-indo-européen. Il est parlé par environ 2600000 personnes en Lituanie, ancienne république socialiste de l’URSS, où les Lituaniens représentent à peu près 80 % de la population. Le letton est la petite sœur du lituanien, avec lequel il représente le rameau oriental des langues baltiques ; il est parlé par 1 400 000 locuteurs, soit 52 % de la population de Lettonie.

3Le lituanien se divise en deux groupes de dialectes : l’un occidental (bas-lituanien = žemaitique), l’autre oriental (haut-lituanien = aukštaitique) ; la langue littéraire se fonde essentiellement sur l’aukšaitique occidental). Le letton comprend trois groupes de parlers : l’un parlé (à l’Ouest) en Courlande et Livonie, le letton central qui est à la base de la langue littéraire, et le haut letton.

4Le principal représentant du rameau occidental (disparu) des langues baltiques est ce qu’il est convenu d’appeler vieux prussien, langue originelle de la Prusse progressivement évincée par l’allemand qui s’est éteinte au xviie siècle (peut-être au xviiie par endroits). Par suite de la distribution des anciens Prussiens en de nombreux rameaux, le vieux prussien comprenait plusieurs dialectes, par exemple les « Sudauisch » et « Jatwingisch ». A l’Est du vieux prussien se trouvait la langue de l’ancienne Courlande entre la Baltique, la Venta, l’Abava et le cours inférieur de la Nemunas (Memel). Il fut refoulé au nord par le letton, au sud par le lituanien. Il occupe une position intermédiaire entre le baltique occidental et le baltique oriental, dans la mesure où les gloses, les toponymes et les emprunts aux autres langues (letton, live) permettent de le voir. Meilleure est la transmission du vieux prussien, grâce au « vocabulaire d’Elbing » (glossaire allemand-vieux prussien d’environ 800 substantifs et adjectifs), ainsi qu’aux trois catéchismes imprimés à Königsberg (I et II en 1545, III, l’« Enchiridion » en 1561, d’Abel Will). S’y ajoutent quelques moindres documents. Aussi le vieux prussien peut-il être considéré comme langue à corpus restreint ; mais les noms propres, anthroponymes, toponymes, noms de fleuves, etc., ont une grande importance.

5Les principales particularités des langues baltiques sont :

  1. un système verbal particulier ;

  2. des prétérits en -ē- et -ā- (e.g. lit. dἱrbo « je travaillais » ; móke « j’enseignais », de dìrbti, mókyti ; pr. kūra « je construisais », ismigē « il mourut ») ;

  3. une forme identique pour la 3e personne de tous les nombres (étymologiquement 3e sg., *-t dans les thèmes parisyllabiques, qui s’amuït ensuite, et *-ti, désinence primaire, dans les athématiques, cf. v.lit. ẽsti, pr. ast « est », lit. tùri, pr. turri « a ») ;

  4. la 1re sg. athématique a la désinence *-mái (e.g. pr. asmai « je suis » ; lit. -mi, réfléchi -mie-s’) ;

  5. la généralisation de la voyelle thématique -a- (< indo-européen – Ο-) ;

  6. des substantifs thèmes en -ē- (e.g. lit. žẽmė, pr. semmē « terre ») ;

  7. la tendance à l’épenthèse d’un -k- devant un groupe consonantique commençant par s (e.g. lit. krìkštyti « baptiser », pr. Cricstus [-kst-], de Christus, lit. pir̃štas « doigt » en regard de lett. pìrksts) ;

  8. de nombreux procédés de formation communs (nom, verbe) ;

  9. des anthroponymes communs (e.g. lit. Algirdas, pr. Algard) ;

  10. un vocabulaire baltique spécial (e.g. lit. dangùs, pr. dangus « ciel », lit. gim̃ti, lett. dzìmt « naître », pr. gemmons « né »).

6Les langues baltiques sont séparées par d’importantes différences dialectales, ce que montrent clairement des distinctions entre le vieux prussien (baltique occidental) et le letto-lituanien (baltique oriental) :

  1. gén. sg. lit. diẽvo (de l’ablatif indo-européen)/pr. deiwas (génitif indo-européen), cf. 3.3. ;

  2. lit. -m-/pr. -sm- dans la flexion pronominale, cf. 3.3. ;

  3. participe présent passif lit. -mas (e.g. lit. nẽšamas « étant porté » comme v.sl. nesomǔ, à parallèles anatoliens, louv. -m(m) a-, hitt.-hiér. – ma-)/pr. -manas (e.g. poklausīmanas « étant entendu », correspondant à gr. -menas, skr. -māna-) ;

  4. le nom de nombre « neuf », cf. 3.3. ;

  5. le nom de nombre « troisième », cf. 3.3. ;

  6. les adjectifs possessifs lit. mãnas « mon », tãvas « ton », sãvas « son »/pr. mais, twais, swais, cf. 3.2. ;

  7. prétérit lit.-lett. bi-/pr. bēi, be « était », cf. 3.2. ;

  8. présents en nasale de *sed- « être assis » et *stā- « être debout » en vieux prussien (pr. sindats, syndens, postanai) en regard de lit. sėda, stója, cf. 3.2. ;

  9. en vieux prussien indo-européen *ei subsiste en toute position (e.g. pr. deiwas, ci-dessus sous 1) ;

  10. le vieux prussien a des restes de neutres (en baltique oriental les anciens neutres sont devenus masculins, e.g. lit. ẽžeras/pr. asseran, v.sl. jezero « lac ») ;

  11. datif pluriel pr. -mans/v. lit. -mus (mod. -ms) ;

  12. différences dans le vocabulaire, ainsi que dans les pronoms et le comparatif.

7Les principales différences entre le letton et le lituanien sont (dans la mesure où elles concernent également leurs rapports au slave) :

  1. en letton k et g devant des voyelles antérieures et j deviennent c et dz (palatalisation, e.g. lett. cits « autre », dzîvs « vivant »/lit. kìtas, gývas ; le slave connaît un phénomène semblable, cf. 7.2.) ;

  2. les correspondants des palatales indo-européens k’ g’ sont en lituanien š, ž, en lette (ainsi qu’en vieux prussien et slave) s z (e.g. indo-européen *deḱṃ « dix », lit. dẽšimt, lett. desmit, v.sl. desętĭ’ ; indo-européen *ǵhei-m°- « hiver », lit. žiemà, lett. ziema, v.sl. zima). Le proto-balte avait š ǯ, ce que montrent les emprunts baltiques en finnois, e.g. à lit. s correspond finn. s., mais à lit. š répond h, ce qui montre que les dialectes baltiques avec lesquels le finnois est entré en contact distinguaient entre /s/ et /š/ (e.g. finn. salo « île », lit. salà ; finn. heinä « foin », lit. šiẽnas).

  3. les noms de nombre de 11 à 19 sont en letton comme en slave du type « un, deux plus dix » (lett. vien-pa-dsmit, v.sl. jedinǔ na desęte), tandis que le lituanien forme ces numéraux à l’aide d’un élément -lika (vienúolika, dvýlika, etc.) jusqu’à 19 ; cf. germ. de même « 11 » et « 12 », got. ainlif, twalif.

8Il existe certes d’autres différences ; en général le letton représente un état de langue plus récent que le lituanien.

1.2. Les langues slaves

9Le slave fut à l’origine parlé sur une aire beaucoup plus étroite qu’aujourd’hui. Le « berceau » des Slaves se trouvait au Nord de l’arc des Carpates dans les actuelles Pologne et Ukraine occidentale ; le cœur de leur domaine était les pentes septentrionales des Carpates approximativement entre Zakopane à l’Ouest et la Bukowina à l’Est. L’expansion des Slaves dans leurs habitats historiques a dû être très rapide : le vie et viie siècle de notre ère. Dans de nombreux domaines se mêlèrent des populations slaves et non slaves, et l’élément slave ne put se maintenir partout (par exemple en Grèce) ou fut trop faible pour s’imposer (par exemple en Autriche orientale) ou encore fut recouvert par d’autres populations (par exemple les Hongrois et les Allemands orientaux).

10La langue slave originelle (« proto-slave ») était assez unitaire. Au contraire de ce qui se passe pour le balte, pour rendre compte de la place du slave dans les langues indo-européennes, il faut partir de l’idée que le slave dans son ensemble manifeste les mêmes affinités linguistiques. L’émiettement d’un protoslave relativement unitaire découle de l’expansion des Slaves et produit la nouvelle phase du « slave commun » (viiie-xie siècle). D’un point de vue géographique apparaissent au xiie siècle trois groupes de langues : le slave occidental (polonais, kachoube, tchèque, slovaque, sorabe et quelques langues éteintes comme le polabe), le slave oriental ([grand)] russe, biélorusse et ukrainien), et le slave du Sud (slovène, croate ou serbe [ « serbocroate » dans la terminologie scientifique], bulgaromacédonien). Cette tripartition ne résiste pas à l’examen linguistique ; ni le slave occidental ni le slave du Sud ne représentent un type homogène. Aussi y a-t-il eu ces dernières années des tentatives pour lutter contre cette tripartition. Mais pour l’appréciation des rapports entre le slave et le balte la division du slave est sans importance.

11Les principales caractéristiques du proto-slave sont :

121) disparition des voyelles arrondies (il ne reste qu’une diphtongue en -u-, -au-, qui passe ensuite à u). Le système vocalique proto-slave était (selon F.V. Mareš) :

13La notation très répandue o pour ă vient d’une valeur phonétique ultérieure ; elle n’est pas justifiée pour le proto-slave. D’une part les plus anciens noms propres slaves qui ont o sont encore transmis avec a, e.g. Dabramuzli = Dobromyslĭ ; de même l’ethnique slověne « Slaves » apparaît dans les sources latines et grecques sous la forme Sclaveni, Sklavenoi, etc. ; de plus l’ă étranger des mots d’emprunts est représenté par o en slave, e.g. lat. pǎgānus : v.sl. poganŭ mais l’o étranger par ǔ (bref) ou bien par y ou u (long), e.g. rom. (h) ortus si. vǔrtǔ, rom. cróce si. kryǯĭ, rom. ratiōne scr. račun « calcul ». – À côté de au existait aussi jau, noté aussi ’au par de nombreux savants ; celui-ci donna ensuite ju (écrit aussi ü) ; il vient de l’indo-européen *eu. La diphtongue ei (de l’indo-européen *ei) doit avoir très tôt évolué en i ; ai (de l’indo-européen *ai, *oi) s’est monophtongué relativement tard (en « ě2 », « i 2 »). Comptaient également pour diphtongues les combinaisons de ă et e avec r l m n (ǎr, el, etc.) ;

142) harmonie syllabique : en relèvent la palatalisation des vélaires devant les voyelles d’avant (on parle de palatalisation 1. et – devantĕ2 i2 – de palatalisation 2.) ; la mouillure des autres consonnes également devant les voyelles d’avant ; ce qu’on appelle la yodisation (développement de consonnes + j) ; et quelques autres modifications. Voici quelques exemples : « palatalisation 1. » : V. sg. v.sl. rače, boiǯe, duše (de proto-sl. *rak-e, *bǎg-e, *daux-e) à côté du N. sg. rakǔ. « écrevisse » ; bogŭ « dieu », duxŭ « esprit » ; « palatalisation 2. » : impér. 2e sg. v.sl. rĭci « dis » (de *rek-i, proto-sL *rek-ai) à côté de 1re sg. v.sl. rekǪ, dat.-loc. sg. v.sl. rǪcě (de *rǫk-ĕ, proto-sl. *rǎnk-ai) à côté de rǫka « main » ; « yodisation » : v.sl. pišq « j’écris » (de *pis-jam) depĭsati, mǫžĭ « homme » (de *mǎngjǔ-), v.sl. viždq « je vois » (de *vidjam), russ. viŽu, scr. dial, (ancien) viđtu, v.sl. svešta « lumière » (de *svetja), russ. sveča, scr. sveća ; « mouillure » : un russ. p’at’ « cinq » suppose une prononciation préhistorique p’ent’ʻi (v.sl. pçtt) avec une mouillure de p et de t devant les voyelles claires e et i. C’est en polonais, biélorusse et russe que la mouillure est le mieux conservée, tandis que plusieurs langues n’en ont aucune trace (par exemple Slovène et serbocroate) ;

153) loi des syllabes ouvertes : en relèvent la monophtongaison des diphtongues, la naissance des nasales-voyelles et la métathèse des liquides ; auparavant il y avait déjà eu amuïssement de toutes les consonnes à la finale de mot et à l’initiale des groupes consonantiques. Voici des exemples : monophtongaison des diphtongues (cf. duše, rĭci, rǫcš ci-dessus) ; naissance des nasales-voyelles : acc. sg. v.sl. rqkq « main » (de proto-sl. *rǎnkam), desętĭ « dix » (de proto-sl. *desentĭ> *desimtiy ; métathèse des liquides : aboutissements divers selon les langues comme v.sl. gradǔ « ville, citadelle » (de gᾰrdiǔ, brĕgǔ « rive » (de *bergǔ), en slave oriental « vocalisme plein » (« Voilant », “pléophonie”, russ. « polnoglasie »), e.g. russ. gorod, bereg (russ. -grad dans les noms de ville est emprunté à l’ancien slavon d’Église) ; chute des consonnes finales : nom. sg. nt. telⱸ « veau », G. sg. telçte (thème telęt-), aor. 2.3. sg. moŽe « pouvais », « pouvait » (d’un plus ancien *măges, *màget, avec désinences secondaires – s pour la 2e p., -t pour la 3e p.).

16À la fin du proto-slave et au début d’au moins une partie du slave commun (d’où procède l’ancien slavon d’Église, la plus ancienne langue slave littéraire, à fondements slaves méridionaux), le système phonologique devait être le suivant :

17Discutée est la valeur phonétique primaire de t’ et d’, réflexes de proto-sl. *tj, *dj : ils apparaissent dans le plus ancien slave comme t’ ou ou bien d’ ou ǵ (ainsi dans le slave alpin précurseur du Slovène : e.g. le nom de personne Boruth, -uch = v.sl. borǫšt- de proto-sl. *bărăntj- « combattant », dans des documents du Freising imoki – v.sl. impšti de proto-sl. *jῐmǎntj- « ayant », dans des toponymes de Carinthie e.g. Radweg de *Radoviḱe (proto-sl. *-itje), Slovène moderne Radoviče « village, gens de Rado » ; en macédonien la valeur ḱ ǵ s’est conservée jusqu’à nos jours), mais dans les documents de l’ancien slavon d’Église (vieux bulgare) écrits en cyrillique comme št et žd (cf. ci-dessus « yodisation »).

2. Les langues baltes dans le cadre des langues indo-européennes

18Aussi bien le baltique que le slave entretiennent des relations de parenté diverses avec d’autres langues indo-européennes, l’un ou l’autre parfois, plus souvent tous deux ensemble (cf. 1. en ce qui concerne le germanique).

2.1. Le balte et les autres langues indo-européennes

19Les rapports de parenté du balte vont dans toutes les directions, ce que souligne bien l’hydronymie paléo-européenne : beaucoup de noms dispersés sur ce vaste domaine ont souvent un correspondant en baltique (e.g. At (h) esis, aujourd’hui Etsch/Adige en haute-Italie, cf. Atesỹs en Lituanie ; Apsona, aujourd’hui Aisne en France, cf. Apsuonà en Lituanie ; Varia, aujourd’hui Vaire en France, cf. Vãrė en Lituanie ; Dravus, aujourd’hui Drau/Drava, en Autriche et dans l’ex-Yougoslavie, cf. Drawe en Prusse orientale, etc. ; toutes ces données d’après W.P. Schmid).

20Si l’on fait abstraction des rapports étroits entre balte et slave, le balte partage une série d’isoglosses avec le germanique et l’indo-iranien, mais aussi avec les Balkans et le Nord de l’Adriatique, à quoi s’ajoutent des relations récentes d’emprunt avec les langues finnoises. Deux isoglosses balto-germaniques importantes sont l’ordinal « premier », v.a. forma-, got. fruma-, lit. pìrmas, pr. pirmas (d’indo-européen *pṛH-mo- en regard de *pṛH-wo- > skr. pūrvaḥ, sl. prǔvǔ) et les noms de nombre « 11 » et « 12 » (cf. 1.1). Deux isoglosses caractéristiques partagées avec l’indo-iranien sont entre autres les voyelles longues de lit. výras, skr. vīrá- « homme » (en regard e.g. de lat. uir, germ. wer-) et de lit. vėjas, skr. vāyú- « vent » (en regard de v.sl. větrǔ comme de lit. vėtra « tempête » ou du plus récent lat. uentus).

2.2. Le slave et les autres langues indo-européennes

21Les rapports les plus étroits se trouvent entre le slave et le balte, et entre ces deux derniers ensemble à nouveau avec le germanique et l’indo-iranien. Il existe en outre des contacts et des rapports étroits avec l’iranien, mais aussi l’italique, l’albanais, l’anatolien et l’arménien, pour ne nommer que les plus importants.

22Avec l’iranien le slave a des correspondances aussi bien grammaticales que lexicales, e.g. instr. sg. des thèmes en -ā-, v.sl. -ojǫ, iran. -ayá, thème pronominal v.sl. ovu, iran. ava- « celui-ci », v.sl. radi, v.p. rādiy « à cause de », etc., ou bien au plan du vocabulaire v.sl. bogŭ « dieu », (en composition) « part », e.g. bogatǔ « riche » (proprement : « pourvu d’une part »), neboğu « pauvre » (proprement : « n’ayant pas de part »), v.p. baga- « dieu », av. baya- « dieu ; part » (en regard de lit. diẽvas, v.isl. tivar « dieux », skr. devá- « divinité », etc.), v.sl. slovo, av. sravah- « mot », v.sl. zadŭ « derrière », av. zadah- « le derrière », v.sl. zŭlŭ « méchant », av. zūrah- « injustice, tromperie » (ces exemples illustrent en même temps les accords dans le domaine des représentations religieuses). Il y a bien d’autres emprunts à l’iranien en slave faits à des époques diverses.

23Dans le domaine des correspondances entre slave et latin on trouve des exemples comme e.g. v.sl. mrǔtvǔ « mort »/lat. mortuus ; souvent le baltique participe aux isoglosses, e.g. v.sl. vetuxŭ, lit. vẽtušas, lat. vetus ; ou au sens de « corps céleste lumineux » se rencontrent v.sl. luna « lune », pr. lauxnos [-ksn-] « étoiles, constellation »/lat. lūna (cf. aussi av. raoxŠna- « lumière »). Remarquables sont les concordances dans la formation des mots entre hittite et slave dans le cas de hitt. -asti- et -tal (l) a- et v.sl. -ostῐ et – tel’ĭ, e.g. hitt. dalugasti- « longueur » (de daluki- « long ») et avec le même sens v.sl. dlǔgostῐ (de dlǔgǔ), et hitt. aršanatalla- « envieux » (de aršaniia- « envier »), v.sl. učitel’ĭ « maître » (de učiti « enseigner »). Avec l’arménien, le slave partage le participe en -l- tiré du thème d’aoriste.

3. Les relations entre le balte et le slave

24Le rapport entre le balte et le slave est l’un des problèmes les plus discutés au sujet de la division dialectale des langues indo-européennes. Des correspondances frappantes (par exemple pour l’accent) d’une part s’opposent à des différences profondes (par exemple dans le domaine du système verbal) d’autre part. Il en résulte des opinions très divergentes ; si l’on croyait encore au xixe siècle que le balte et le slave étaient les rejetons d’un « balto-slave » commun, depuis 1908, date à laquelle l’indoeuropéanisant français A. Meillet a pour la première fois remis en question l’unité balto-slave, la discussion n’a jamais cessé. Aujourd’hui la majorité des chercheurs croit à une unité très ancienne entre les deux langues (à une époque tardive de l’indo-européen, sans doute dans le cadre de l’aire Nord-Est de l’Europe, au IIIe millinéaire avant J.-C.). De plus vers 2000 – 1500 avant J.-C. les ancêtres des Baltes et des Slaves eurent des contacts étroits, auxquels on doit un faisceau très ancien d’isoglosses ; puis vint le temps de la séparation et des développements séparés (à partir de 1500 environ). C’est seulement plus tard que les contacts reprirent entre les deux langues (à partir du début de notre ère), d’abord entre Baltes occidentaux et Slaves, plus tard (dans la première moitié du 1er millinéaire après J.-C.) entre Baltes orientaux et Slaves. A partir de 600 après J.-C. (et peut-être même avant) l’expansion des Slaves recouvre le domaine balte, ce qui aboutit à une influence durable du slave sur le balte oriental (lituanien et lette).

25Cette situation se reflète dans la distribution des caractères communs aux deux langues et explique en même temps les différences flagrantes entre les deux, ce à quoi seront consacrés les paragraphes suivants (3. 1-5).

3.1. Coïncidences anciennes et importantes entre le balte et le slave

26Le balte et le slave manifestent des correspondances très anciennes dans le traitement des laryngales, l’élimination des aspirées, l’évolution des liquides et nasales syllabiques, dans la satémisation, dans l’évolution de l’s indo-européen après i u r k, dans la genèse des intonations, et dans la formation de morphèmes de dérivation identiques.

27Les « laryngales » sont dans les deux langues (comme en iranien) amuïes en syllabe intérieure (en slave probablement en toute position), mais ont laissé des traces à travers les intonations ; les aspirées (bh dh ph th, etc.) ont disparu sans laisser de traces, en d’autres termes ont été remplacées par les occlusives non aspirées correspondantes (b d p t, etc.). Voici quelques exemples relatifs à la formation des mots : abstraits en – bā- (lit. -yba, e.g. ganýba « garde, pâture » de ganýti « paître »/v.sl. -ĭba, e.g. družĭba « amitié » de druğu « ami », à rapprocher de lett. draudzība « sodalité, amitié ») ; noms d’agent en -tā-yo- (développement du type gr. ποιητής, e.g. lit. artójas = v.sl. ratai « laboureur ») ; dans la dérivation verbale e.g. lit. -āuju = v.sl. -ujǫ (cf. lit. keliáuju « aller son chemin », prêt. 3e p. keliãvo/v.sl. kupujǫ « acheter », aor. 3e sg. kupova).

28Les liquides voyelles (ṛ ḷ) et nasales voyelles (ṃ ṇ) ont donné en baltique et (à l’origine) aussi en slave le plus souvent ir il im in, mais également ur ul un um : à une majorité de diphtongues en i s’oppose une minorité de diphtongues en u, les deux langues coïncidant dans l’ensemble jusque dans le détail (e.g. lit. širdìs, v.sl. srĭdĭce de proto-sl. *sĭrdĭ-kǎ-, indo-européen *ḱṛd- « cœur », lit. kùrti « construire », v.sl. krǔčii « forgeron », c’est-à-dire proto-sl. *kŭr- + un suffixe -čijῐ, d’indo-européen *kṛ-).

29La satémisation et le passage d’indo-européen s à š (qui passe ensuite en slave à x) après i u r k concernent aussi notoirement d’autres langues (entre autres l’indo-iranien) ; mais ce qui est remarquable, c’est que :

  1. il y a des exceptions à la satémisation (en balte plus qu’en slave, sans que les deux s’accordent toujours, e.g. lit. žqsìs en regard de v.sl. gǫsῐ « oie » d’indo-européen *ǵhans, lit. šlovė « gloire » à côté de klausýti « entendre », mais v.sl. slava et slyšati, d’indo-européen *klew-), et que

  2. le balte n’est que partiellement affecté par le passage de s à š (e.g. lit. viršùs = v.sl. vruxu « haut, dessus », mais lit. saũsas à côté de v.sl. suxŭ « sec ».

30Cas sans doute unique dans les langues indo-européennes, le balte et le slave ont développé des intonations sur toutes les syllabes du mot, l’opposition aigu/circonflexe, selon la même formule : les voyelles longues et les diphtongues à premier élément long (même si elles sont nées d’une diphtongue à premier élément bref ou d’une liquide + « laryngale ») reçoivent l’aigu, les diphtongues à premier élément bref le circonflexe. Parmi les langues slaves le témoin principal pour les intonations est le serbo-croate : à un aigu lituanien répond une intonation descendante brève, à un circonflexe, une intonation descendante longue (le russe, entre autres, en a des traces dans des groupes « pléophoniques »), e.g.

lit.

bóba

scr.

bàba « vieille femme »

kárvė

krȁva « vache » (russ. koróva)

várna

vrȁna « corneille » (russ. vorÓma)

kálti

klȁti « abattre » (russ. kolót’)

Žὶrnis

zr̀no « blé »

saũsas

suh « sec »

gar̃das

grád « citadelle », ville (russ. górod)

νίr̃šų

vr̂h « en haut, au-dessus de »

Žam̃bas

zub « dent »

var̃nas

vrán « corbeau » (russ. vóron).

31Les deux langues montrent également d’étonnants parallélismes dans des cas d’altération d’accent, e.g.

32L’ordinal « huitième » est aussi une ancienne caractéristique commune au balte et au slave : v.lit. ãšmas, pr. asmus, v.sl. osmǔ (en regard de lat. octāuus, gr.ὄγδο (F) ο.) Pour le vocabulaire, voir ci-dessous 3.4..

3.2. Coïncidences entre le balte occidental et le slave

33Les principales correspondances entre le baltique occidental et le slave sont :

  1. les adjectifs possessifs : pr. mais, twais, swais auxquels correspondent exactement v.sl. moi, tvoi, svoi « mon, ton son » (en regard de lit. mãrias, tãvas, sãvas) ;

  2. les présents à nasale des verbes indo-européens *sed- « être assis », *stā- « être debout » (v.sl. sędǫ, c’est-à-dire proto-sL *send-, stanǫ, pr. part, sindats, syndens ainsi que po-stanai « devient » en regard de lit. sé du, stóju) ;

  3. le prétérit pr. bēi, be et v.sl. bĕxŭ, bĕ, etc., « était » (en regard de lit. bùvo, qui est une innovation).

3.3. Coïncidences entre le balte oriental et le slave

34Les principales correspondances entre le baltique oriental et le slave sont :

  1. le génitif des thèmes indo-européen en -o- : le slave et le baltique oriental lui ont substitué l’ablatif indo-européen (i.-e. tardif *-ād/-ōd de *-o-H2ed-) : lit. vĩlko, v.sl. vlǔka « du loup » (les deux formes ne se laissent comparer que si on pose *-ād). Le vieux prussien partage avec le germanique la désinence répandue de génitif sg. *-os (y) o/-es (y) o, e.g. pr. deiwas « du dieu », got. wulfis « du loup » ;

  2. le nom de nombre « neuf » (v.sl. devętῐ, lit. devynì, lett. devini en regard de pr. newīnts « neuvième » comme got. niun à initiale n-, cf. skr. náva-, lat. nouem, du type indo-européen commun ; les formes en d-viennent probablement d’une contamination avec le nom de nombre « dix », v.sl. desętῐ, lit. dẽšimt) ;

  3. l’ordinal « troisième », lit. trẽčias, lett. trešais, v.sl. tretĭi (en regard de pr. tīrts, auquel skr. tṛtīyaḥ correspond pour le radical ; on ne peut savoir si got.]oridja repose sur *tret- comme les formes du baltique oriental et du slave ou sur *trit- comme gr. τµίτος ;

  4. Dat.-loc. sg. -m- des pronoms (au lieu du -sm- des autres langues indo-européennes), e.g. dat. sg. lit. jám, tám, šiám, v.s.l. jemu, tomu, semu en regard de pr. stesmu, schismu, cf. skr. tasmai, got.]oamma. Au loc.sg. répond à un lit. tamè un v.sl. tomῐ.

3.4. Différences majeures entre le balte et le slave

35Une différence frappante entre baltique et slave consiste en ce que tous deux traitent pareillement *ă et *ŏ (comme le germanique, en ă, puis en slave o à une date relativement tardive), tandis que et *ō coïncident en slave (en a, originellement long) et en germanique (en o), mais non en baltique, où ils restent séparés :

indo-européen *māter- « mère », lit. mōté « épouse », v.sl. mati
indo-européen *dō- « donner », lit. dúo-ti, v.sl. da-ti.

36En outre la satémisation s’est déroulée différemment dans les deux langues (proto-balt. š ǯ, proto-sl. s z d’indo-européen *, *ǵ).

37En morphologie, il y a des différences notables, entre autres les désinences verbales personnelles, aux 1re et 2e p.sg. et 3e p.pl. :

38c’est-à-dire la désinence du singulier, phénomène qui n’a pas encore reçu d’explication satisfaisante, cf. 1.1).

39Certes le balte et le slave coïncident en leurs prétérits en *-ā- et *-ē- ; cependant, en leurs structures, les flexions de ces prétérits ne peuvent guère être comparées. Il existe des concordances anciennes comme lit. sùko « tournais », álko « avais faim », v.sl. sǔka, al (ǔ) ka, mais en balte le thème du prétérit dépend de celui du présent, au contraire de ce qui se passe en slave, e.g. v.sl. beretŭ « recueille, lit », aor. bĭra, kupujetŭ « achète », aor. kupova, vidit̆u « voit », aor. vidĕ, infin. bĭrati, kupovati, vidĕti, part. prét. act. bĭralǔ, kupovalu, vidĕlu (-a- et -ě- sont devenus thèmes « seconds », tandis que les correspondants baltiques ont des valeurs purement prétéritales, lit. 3e p.sg. dὶrb-o « travaille », mók-ė « enseigna », 1re p.sg. dìrbau, mókiau, 1re p.pl. dìrbome, mókėme ; en slave s’ajoute au thème d’« aoriste ou thème second » le morphème d’aoriste proprement dit -x-, 1re p.sg. bĭra-x-ǔ, 1re p.pl. bĭraχ-om̆u, etc.). Le baltique connaît le futur en -s-, le slave l’aoriste en -s- (le plus souvent passé à -x-), ce qui n’a guère à susciter de commentaires.

40Le balte n’a pas les correspondants des participes slaves en -lo- du prétérit, – (u) no- du passif (à côté de -to- comme en germanique, mais avec une distribution différente).

41Il est vrai que les correspondances sont nombreuses dans le vocabulaire, e.g. :

42mais il existe aussi de graves divergences, par exemple dans la terminologie religieuse (« dieu » : v.sl. bogǔ, lit. diẽvas, cf. 2.2.), ainsi que dans le vocabulaire de base : manquent en slave les correspondants de lit. výras « homme », lit. žõdis/lett. vārds/ pr. vīrds « mot », lit. sẽnas « vieux », dantὶs « dent » (le slave a člověkŭ, slovo, starŭ, zǫbŭ), etc. Il y a certes déshérence dans les deux langues de termes indo-européens (comme par exemple *genH1- « engendrer, naître », *pH2ter- « père », *ped- « pied », qui n’ont laissé que des traces isolées) ; mais les innovations qui les ont remplacés diffèrent dans les deux langues (v.sl. roditi, otucĭ, noga, lit. gim̃ti, tėvas, kója).

3.5. Solidarités récentes et évolutions parallèles

43Le baltique et le slave ont eu maints développements communs, sans qu’il faille y reconnaître le résultat de rapports directs. Ainsi le développement des intonations a produit des résultats pour une part étonnamment comparables (cf. 3.1.) ; mais cela ne doit pas faire perdre de vue l’apparition de divergences (aux similitudes dans le domaine nominal s’opposent les différences dans le domaine verbal). Des tendances au nivellement dans les paradigmes flexionnels comme la confusion des déclinaisons consonantique et en -i-, et l’introduction de *tos, tā au nominatif sg. des démonstratifs au lieu de*so, *sā sur le modèle des cas obliques sont des phénomènes fréquents dans les langues indo-européennes. Même la formation d’une flexion d’adjectifs déterminés ne saurait être surestimée, car elle n’a été grammaticalisée qu’après l’entrée en vigueur des accidents phonétiques affectant en slave la finale (où ne sont pas admises les consonnes), e.g. nom.sg. lit. -as + jis-asis, mais v.sl. -ǔi ou -yi, c’est-à-dire -ǔ + *jĭ, ce qui suppose le remplacement de l’indo-européen *-Ŏs par *-ŭs et la chute de -s final.

44En réalité, du fait de l’extension du slave aux dépens du balte, et des contacts intensifs pluriséculaires entre balte et slave, les langues baltes et slaves ont développé des points communs qu’il n’est pas nécessaire de considérer comme héritages d’étapes linguistiques antérieures. Il en va ainsi par exemple pour la palatalisation du letton (lett. dzivs en regard de lit. gývas, cf. v.sl. ǯivu), la mouillure du lituanien, les noms de nombre de 11 à 19 en lette (cf. 1.1.), l’aspect verbal, l’instrumental prédicatif, etc.

4. Conclusion

45Le problème des rapports entre balte et slave relève aussi bien de la linguistique historique comparative (génétique) que de la linguistique aréale ; la recherche relative aux contacts linguistiques peut contribuer à la solution du problème. L’hypothèse d’une très ancienne unité du pré-balte et du pré-slave (de la période de l’indo-européen tardif : Introduction), suivie d’une séparation et de développements indépendants puis à nouveau de rapprochements tardifs du baltique et du slave, peut être étayée par :

  1. des correspondances anciennes et importantes entre les deux langues (cf. 3.1) ;

  2. des différences caractéristiques entre les deux (cf. 3.4) aussi bien que des développements parallèles indépendants (cf. 3.5) ;

  3. des isoglosses entre le baltique occidental et le slave (cf. 3.2) et le baltique oriental et le slave (cf. 3.3) dues à un rapprochement précoce ;

  4. une interpénétration due à l’expansion des Slaves à époque historique (cf. 3.5).

46Pour être complet, signalons que d’aucuns ont pensé que le slave était issu de dialectes baltiques périphériques (parfois sous l’influence d’autres langues, comme l’iranien ou l’« ancien balkanique »).

Les langues slaves et baltiques d’après leur importance quantitative
(en millions de locuteurs, ✝= éteintes)
1. russe (140) 2. ukrainien (35) 3. polonais (34) 4. serbo-croate (18) 5. tchèque (9,7) 6. bulgare (8,3) 7. biélo-russe (6,7) 8. slovaque (4,5) 9. Slovène (2) 10. macédonien (1,5) 11. sorbe (0,05) 12. kachoube (quelques milliers) 13. polabe (✝) A. lituanien (2,6) B. lette (1,4) C. v. prussien (†)

La position centrale du baltique dans l’Indogermania (d’après W.P. Schmid) : le baltique a des rapports aussi bien avec l’Ouest qu’avec l’Est ; en étoile sont dans le premier cercle des langues qui entretiennent les rapports les plus étroits avec le baltique, dans le second cercle (à l’extérieur) prennent place les autres langues. La ligne en caractères gras souligne l’isoglosse « satem ».

Bibliographie

Bibliographie

Birnbaum H. (1970). – « Four approaches to Balto-Slavic », Festschrift Stang (Donum Balticum, Stockholm), p. 69-76.

– (1975). – Common Slavic. Progress and problems in its reconstruction. Cambridge/Mass.

Birnbaum H., Merrill P.T. (1985). – Recent advances in the reconstruction of Common Slavic (1971-1982). Columbus/Ohio.

Erhart A. (1958). – « Zum Problem der baltisch-slavischen Spracheinheit », Sborník filosofické fakulty Brnĕnské University 7, A6, p. 123-130.

Fraenkel E. (1950). – Die baltischen Sprachen. Heidelberg.

Gimbutas M. (1963). – The Balts. London – New York – Washington.

– (1971). – The Slavs. London – New York – Washington.

Karaliūnas S.K. (1968). – « Einige Problème der ältesten baltischen und slavischen Sprachbeziehungen », Lietuviu kalbotyros klausimai 10, 7-100 (en lituanien, avec résumé en allemand).

Klimas A. (1970). – « Baltic, Germanie and Slavic », Festschrift Stang (Donum Balticum, Stockholm), p. 263-269.

Kronsteiner O. (1977). – « Ist die Einteilung der slawischen Sprachen in Ost-, West- und Südslawisch gerechtfertigt ? », Österreichische Namenforschung, p. 17-28.

Mareš F.V. (1980). – « Die Tetrachotomie und doppelte Dichotomie der slavischen Sprachen », Wiener Slavistisches Jahrbuch 26, p. 33-45.

– (1986). – « Vom Urslavischen zum Kirchenslavischen. » In : Rehder P. (Hg.), Einführung in die slavischen Sprachen (Darmstadt) p. 1-19.

Mažiulis V. (1970). – Baltų ir kitų indoeuropiečių kalbų santykiai. Vilnius (« Relations entre les langues baltiques et les autres langues indo-européennes » [avec résumé en allemand p. 328-599]).

Meillet A. (1908). – Les Dialectes indo-européens, Paris.

Meillet A., Vaillant A. (1934). – Le Slave commun, Paris.

Pohl H.D. (1977). – « Forschungsbericht : Historische slavische Sprachwissenschaft seit 1945 », Kratylos 22, p. 1-39.

– (1981). – « Sprachverwandtschaftsmodelle (zur arealen Giederung des slavischen Sprachgebietes) », Slavistična revija 29, p. 401-411.

– (1982). – « Die balto-slavische Einheit – areal gesehen », Wiener Slavistisches Jahrbuch 28, p. 77-91. (Version abrégée de : « Baltisch und Slavisch », Klagenfurter Beiträge zur Sprachwissenschaft 6, 1980, 58-101 und 7, 1981, p. 93-126).

Porzig W. (1954). – Die Gliederung des indogermanischen Sprachgebietes, Heidelberg.

Sadnik L. (1959). – Slavische Akzentuation I : Vorhistorische Zeit. Wiesbaden.

Schmid W.P. (1973). « Baltische Sprachen und Völker. Baltoslawische Spracheinheit », In : Reallexikon der germanischen Altertumskunde II, p. 14-22.

– (1978). – Indogermanistische Modelle und osteuropäische Früh-geschichte, Mainz.

Senn A. (1966). – « The relationship of Baltic and Slavic », In : Birnbaum H., Puhvel J. (Hg.), Ancient Indoeuropean dialects (Berkeley-Los Angeles), p. 139- 151.

– (1970). – « Baltic and Slavic linguistic relations », Festschrift Stang (Donum Balticum, Stockholm), p. 485-494.

Stang C.S., (1942). – Das slavische und baltische Verbum, Oslo.

– (1957). Slavonie accentuation, Oslo.

– (1966). – Vergleichende Grammatik der baltischen Sprachen, Oslo.

Trubačev O.N. (1982). – « Jazykoznanie i ėtnogenez slavjan. Drevnie slavjane po dannym ėtimologii i onomastiki (“La linguistique et l’éthnogenèse des Slaves. Les anciens Slaves d’après les données de l’étymologie et de l’oonomastique”) ». Voprosy jazykoznanija 4, 10-26 und 5, 3-17.

Udolph J. (1979). – Studien zu slavischen Gewässernamen und Gewásser-bezeichnungen, Heidelberg.

Vaillant A. (1950-1977). – Grammaire comparée des langues slaves, Paris, 5 vol.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41567/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41567/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41567/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Les langues slaves et baltiques d’après leur importance quantitative(en millions de locuteurs, ✝= éteintes)1. russe (140) 2. ukrainien (35) 3. polonais (34) 4. serbo-croate (18) 5. tchèque (9,7) 6. bulgare (8,3) 7. biélo-russe (6,7) 8. slovaque (4,5) 9. Slovène (2) 10. macédonien (1,5) 11. sorbe (0,05) 12. kachoube (quelques milliers) 13. polabe (✝) A. lituanien (2,6) B. lette (1,4) C. v. prussien (†)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41567/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende La position centrale du baltique dans l’Indogermania (d’après W.P. Schmid) : le baltique a des rapports aussi bien avec l’Ouest qu’avec l’Est ; en étoile sont dans le premier cercle des langues qui entretiennent les rapports les plus étroits avec le baltique, dans le second cercle (à l’extérieur) prennent place les autres langues. La ligne en caractères gras souligne l’isoglosse « satem ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41567/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Auteur

Université de Klagenfurt, Autriche

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search