Version classiqueVersion mobile

Langues indo-européennes

 | 
Françoise Bader

Chapitre 11. L’albanais

Shaban Demiraj

Texte intégral

1.

1L’albanais est une langue indo-européenne parlée aujourd’hui en Albanie (plus de 3 millions de locuteurs), dans l’ex-Yougoslavie (Kosovo-Metohija, Macédoine et Monténégro – environ 2 millions) et en Grèce (au sud de la frontière commune avec l’Albanie), ainsi que par nombre d’émigrés en Turquie, aux États-Unis d’Amérique, en France, en Syrie, en Australie, etc. Il y a aussi de nombreux îlots linguistiques de date ancienne en Italie du Sud, en Sicile et en Grèce (Attique, Péloponnèse, Salamine, etc.), où l’on parle un albanais archaïque fortement influencé là par l’italien, ici par le grec. Le mot albanais (en latin arbanensis/albanensis) tire son origine de l’ancien ethnonyme/toponyme Árbën/Arbër < Árban (« Albanie »), dont les habitants s’appelaient arbënesh/arbëresh et parlaient l’arbënisht//arbërisht. Ce dernier mot a été remplacé au seizième siècle par l’adverbe shqip, sur lequel sont formés les dérivés shqip-tar « albanais », Shqip-ni/Shqip-ëri « Albanie », etc.

2.

2Tous les parlers albanais se laissent grouper en deux dialectes principaux, le guègue au nord et le tosque au sud du pays. Leurs traits linguistiques communs sont beaucoup plus nombreux que leurs différences dialectales, qui consistent surtout en un nombre limité de phénomènes phonétiques dont les plus importants sont : en guègue, la nasalisation des voyelles devant les consonnes nasales ; en tosque, le rhotacisme du -n- intervocalique en -r- et le changement de -a- et de -e- en -ë- (semblable au français -eu- dans peur) devant consonne nasale. Exemples :  – zë < *zan « voix », zan-i – zër-i « la voix », frẽ – frë « frein » (< lat. frēnum), fren-i – frër-i « le frein », etc. Ces changements phonétiques, qui ne se rencontrent que dans les vieux mots hérités et les emprunts au grec ancien et au latin ont cessé d’être actifs, selon toute vraisemblance, dès le huitième siècle de notre ère. Il est donc improbable que ces changements phonétiques de l’albanais aient quelque connexion historique avec les phénomènes correspondants du roumain, qui sont moins anciens.

  • 1 Voir Shaban Demiraj, Grammatikë historike e gjuhës shqipe (Tirana, 1986), p. 964 sq.

3Dans le domaine de la grammaire, il faut souligner que l’infinitif périphrastique du type de me ba « faire » qui se rencontre dans les parlers guègues fait défaut au dialecte tosque, soit que ce dernier n’ait jamais développé une telle forme verbale, soit qu’il l’ait laissée tomber en désuétude au cours du temps ; en l’état actuel des études, on ne saurait décider entre les deux thèses1.

3.

  • 2 V. Shaban Demiraj, Gjuha shqipe dhe historia e saj (Tirana, 1988), p. 44 sq.

4En ce qui concerne l’origine de l’albanais, différentes hypothèses ont été avancées jusqu’ici : origine illyrienne, thrace, daco-mysienne, etc. Ceux qui ont présenté des hypothèses sur l’origine non illyrienne de l’albanais ont cherché à les appuyer par des arguments qui, à leur avis, prouveraient que la migration des ancêtres des Albanais vers l’Albanie de l’époque historique s’est faite à partir de la partie orientale ou de la partie centrale des Balkans. Parmi leurs arguments, il faut souligner surtout les concordances lexicales anciennes entre l’albanais et le roumain, ainsi que l’hypothèse selon laquelle l’illyrien aurait été une langue du type centum, tandis que l’albanais est une langue du type satəm. Mais la plupart des spécialistes admettent au contraire que l’illyrien était une langue satəm. On ne peut, de toute manière, soutenir le caractère centum de l’illyrien en s’appuyant sur des noms propres comme Acra-banus, Ves-cleves, etc., où la tectale palatale était suivie de -r- ou de -l-, car en une telle position une tectale palatale se réalise comme vélaire même en albanais. Quant à la présence de nombreuses correspondances lexicales anciennes entre l’albanais et le roumain, elle peut être expliquée plus rationnellement par le voisinage ancien des ancêtres des Albanais et des Roumains, qui a été interrompu à la suite de l’arrivée des Slaves dans les Balkans (vi-viie siècles)2.

4.

5En revanche, l’origine illytienne de l’albanais peut être étayée par plusieurs arguments, dont les principaux sont les suivants :

  1. L’évolution phonétique de toponymes anciens de l’Albanie comme Durrachion > Durrës (avec accent initial en albanais), Aulona > Vlonë – Vlorë (avec rhotacisme en tosque, cf. § 2), etc., a suivi le cours normal de l’évolution historique du système phonétique de l’albanais, ce qui montre que ces toponymes n’ont jamais cessé depuis l’Antiquité d’être en usage chez les ancêtres des Albanais.

  2. Il y a en albanais des emprunts au grec ancien (dialecte dorien) et au latin qui datent d’une période antérieure à notre ère, ainsi mokënë/mokërë « meule », du grec ancien (dorien) µᾱχαvᾱ.

    • 3 Ibid., p. 103 sq.

    L’histoire n’a enregistré aucune migration massive de l’est à l’ouest des Balkans qui pourrait témoigner d’une migration relativement ancienne des ancêtres des Albanais de l’est des Balkans vers leur pays actuel. Donc, selon toute vraisemblance, l’albanais représente un développement récent de ce qui à date ancienne était l’illyrien du sud. La transition graduelle de l’illyrien à l’albanais a dû avoir lieu au plus tard entre le cinquième et le sixième siècle de notre ère3.

5.

6L’albanais, comme le roumain et le lituanien, est connu par des documents écrits depuis le xvie siècle. Le plus ancien livre en albanais a été publié en 1555. Dès lors cette langue a été cultivée en ses deux dialectes. Mais depuis 1972 on a pris la décision d’employer partout une langue littéraire unifiée, qui a été adoptée même par les Albanais de l’ex-Yougoslavie.

6.

7L’albanais se range parmi les langues indo-européennes les plus évoluées. Mais malgré cette évolution frappante il a conservé de nombreux traits linguistiques hérités d’un passé ancien. Parmi ces traits il faut relever :

  1. l’apophonie ;

  2. le système des trois genres ;

  3. la flexion synthétique (nominale et verbale) ;

  4. la présence de nombreux mots d’origine indo-européenne, etc.

8À l’inverse, parmi les innovations il faut relever :

  1. dans le système phonétique : la fixation de l’accent, l’élimination de l’ancienne opposition entre voyelles brèves et voyelles longues, l’évolution des tectales et des consonnes aspirées indo-européennes ;

  2. dans la morphonologie : la métaphonie et certains autres phénomènes analogues ;

  3. dans le système morphologique : la création d’un thème de pluriel dans les substantifs, le système des articles, la déclinaison au début du mot, les formes verbales analytiques, les formes impersonnelles, etc. ;

  4. dans le domaine de la syntaxe : la reprise des compléments d’objet, l’ordre des mots dans la phrase, etc.

7.

  • 4 V. op. cit. (n. 1), p. 90 sq.

9On ne peut distinguer en albanais que peu de traces de l’apophonie qualitative ancienne, comme par exemple bie< *bher- – barrë < *hhomā « porter »– « fardeau, charge », vjer – var < *wer-/*wor- « suspendre, accrocher », etc. En revanche, on peut reconnaître plusieurs traces de l’apophonie quantitative dans le système verbal (cf. lat. vĕniō/vēnī, etc.). Dans l’ancien parfait synthétique de l’albanais, l’ancienne apophonie quantitative s’est transformée de bonne heure en une apophonie qualitative par suite de l’évolution de *ē et de *ā en o, ainsi dans mjel < *mel – mol-a « traire », marr < *mers- – mor-a « prendre », etc. Cette sorte d’apophonie, qui a cessé d’être active dès les temps préhistoriques, se rencontre à présent dans plus de 35 verbes hérités ainsi que dans leurs dérivés4.

8.

10La plupart des désinences de la déclinaison indéfinie et de la conjugaison synthétique (présent, imparfait et passé défini) sont héritées de l’indo-européen. Elles ont subi, naturellement, des changements phonétiques et analogiques. Il suffit de mentionner ici la désinence de l’ablatif pluriel – sh (ex. : male-sh « des montagnes »), qui remonte à la désinence indo-européenne *-su du locatif pluriel. Cf. aussi les désinences du pluriel du passé défini -më, -të, -në, qui remontent aux désinences indo-européennes *-mes/mos, *-the, *-nti (ex. : pa-më, -të, -në « nous vîmes, vous vîtes », etc.). Comme désinences nouvelles, on peut mentionner, à titre d’exemple, celles de l’imparfait en-ja, -je, – (n) te (shih-ja, -je, -te « je voyais, tu voyais », etc.).

9.

11Les documents albanais ont conservé plusieurs traces du système des trois genres attesté dans les autres langues indo-européennes. Mais il faut souligner qu’en albanais, comme dans la plupart des langues indo-européennes, le neutre hérité s’est intégré graduellement aux autres genres particulièrement au genre masculin. En outre, il faut relever que le neutre attesté de l’albanais n’a de forme propre qu’au nom.-acc. singulier de la flexion définie : ainsi djathë-të « le fromage », miell-të « la farine » (mais à présent plutôt masc. djath-i, tniell-i), etc.

10.

  • 5 V. Eqrem ρabej, Studime etimologjike në fushë të shqipes, I (Tirana, 1982).

12L’albanais a conservé aussi un nombre considérable de mots hérités de l’indo-européen, qui ont subi naturellement des changements phonétiques et sémantiques au cours de l’évolution préhistorique et historique de la langue. Tels sont, outre les verbes apophoniques (voir § 7) et les verbes supplétifs du type de shoh – pa-sh-ë « voir », etc., de nombreux autres mots : verbes, substantifs, adjectifs, prépositions, etc. Exemples : di « savoir », (v) des « mourir », fle « dormir », hyj « entrer », korr « récolter », njoh « connaître », puth « embrasser », ruaj « garder », etc. ; – bir, bijë « fils, fille », dhëndër « beau-fils », mise « belle-fille », burrë « homme, mari », njeri « homme », grua « femme », vjehërr « beau-père », ballë « front », gjak « sang », gji « sein », mjekër « barbe, menton », sy « œil », vesh « oreille », etc. ; – i athët « acide », i bardhë « blanc », i gjallë « vif », i gjerë « large », i zi « noir », etc., – një « un, une », dy « deux », tre/tri « trois », etc., –  « à », mbi « sur », me « avec », për « pour », prej « de », etc.5.

11.

13L’albanais a suivi une évolution partiellement semblable à celle des autres langues indo-européennes, en particulier les langues balkaniques, mais sur certains points il n’y a pas de parallélisme. Les phénomènes les plus significatifs de cette évolution peuvent être présentés brièvement comme suit.

14L’albanais se caractérise par un accent plutôt dynamique, qui s’est fixé de bonne heure sur une certaine syllabe du radical. Dans le système verbal il s’est fixé régulièrement sur la dernière syllabe, tandis que dans le système nominal il s’est fixé généralement sur la syllabe pénultième du radical. Mais il y a aussi plusieurs substantifs qui portent l’accent sur la première ou la dernière syllabe d’un radical polysyllabique. On comparera flútur, flútur-a, flútur-a-ve, etc. « papillon, papillons, aux papillons » ; punój, punó-jmë, punó-va, etc. « je travaille, nous travaillons, je travaillai », etc.

15La fixation de l’accent sur une syllabe du radical est un phénomène achevé plusieurs siècles avant l’émigration des Albanais en Grèce (xive siècle) et en Italie (xv-xvie siècle). Selon toute vraisemblance, c’est un des phénomènes linguistiques qui ont entraîné la transformation graduelle de l’illyrien en albanais.

12.

16Si l’on compare le système phonétique de l’albanais au système primitif indo-européen, on peut observer plusieurs innovations qui datent, pour une part, d’une période très ancienne. Il s’agit de changements comme l’élimination de l’ancienne opposition entre voyelles brèves et voyelles longues, l’évolution des tectales et des consonnes aspirées, etc.

17L’ancienne opposition voyelles brèves – voyelles longues a été éliminée de bonne heure du fait surtout de l’évolution des voyelles longues. On tient pour acquis que l’ancien *ā a donné en albanais o (ex. : motër « sœur » < *mātēr). On a démontré aussi que l’*ē avait évolué à date ancienne en o, l’*ō en e, l’*ū en y, etc. Ex. : dorë « main » < *ĝhērā, ne « nous » (acc.) < *nōs, dyllë « cire » < *ghūd-los, etc.

  • 6 V. Gustav Meyer, Albanesische Studien, III (Vienne, 1892), p. 79 sq.

18Il faut souligner aussi que même certaines voyelles brèves ont subi de profonds changements, ainsi *o > a (natë « nuit », cf. lat. nox, noctis), *e > ie, ia, etc.6.

19Quelques-uns des changements que l’on vient de mentionner ont affecté même la vieille couche des emprunts au grec ancien et au latin, ainsi mokënë/mokërë (voir §4), herë « fois » (< lat. hōra), gjymtyrë « membre » (< lat. junctūra), etc.

13.

  • 7 V. Holger Pedersen, KZ XXXVI (1900), 277-340.

20En ce qui concerne l’évolution des tectales indo-européennes en albanais, on a généralement admis la thèse de H. Pedersen7 selon laquelle les tectales palatales *k̂ *g ont abouti à th, dh / d par un intermédiaire *ć, *ǵ, et les labiovélaires *kw, *gw à s, z par un intermédiaire *ć, dź > s, z devant les voyelles i et e, tandis que dans d’autres positions elles ont abouti à des vélaires simples. Exemples :

  1. vélaires indo-européennes : ka « bœuf » < *kav-, gjak « sang » < *sokos, gardh « haie » < *gardos < *ghordhos, shteg « sentier » < *stoighos, etc. ;

  2. palatales : bathë « fève » < *bhak̂ā, i athët < *ak̂idus, derr < *ĝhoiro-, dorë < *ĝhērā, dhandër/dhëndër < *ĝent-, i bardhë « blanc » < *borĝhos, etc. ;

    • 8 V. Shaban Demiraj, Gjuha shqipe... (op. cit. n. 2), p. 38 sq.

    labiovélaires : pesë « cinq » < *penkwe, si « comme » < *kwei, darsmë « noce » < *dorkwi-mā, mais darkë « repas du soir », ilk « loup » (cf. gr. λύχος), ect.8

14.

21La désaspiration des anciennes occlusives aspirées s’est elle aussi achevée de bonne heure, avant l’introduction des emprunts au grec ancien et au latin : comparer bie (r) < *bherō avec le grec φέµω et le latin ferō.

15.

22En ce qui concerne les phénomènes morphonologiques qui constituent la flexion interne de l’albanais, on doit relever, outre l’apophonie (v. § 7), la métaphonie et le changement de -e/-ie- en -i- (généralement) devant deux consonnes suivies de -i, ainsi : dash – desh « bélier – béliers », dal – del – dil-ni « je sors, tu sors, vous sortez », etc. Ces deux phénomènes sont essentiellement le résultat d’une assimilation régressive. La métaphonie a été provoquée par un -i final qui dans certains cas a laissé aussi d’autres traces, comme par exemple la palatalisation de -k en -q (= /c/) dans le pluriel de certains substantifs anciens comme plak – pleq < *plak-i « vieillard », etc. Ces phénomènes ont eu lieu avant la pénétration des emprunts slaves en albanais, mais on en compte aussi des exemples dus à l’analogie et de date relativement récente, comme turk – turq « turc – turcs », çek – çeq-e « chèque – chèques », etc.

16.

23Les innovations qui se sont produites dans le système morphologique de l’albanais ont eu lieu, elles aussi, dès la période prélittéraire de cette langue. Telle est par exemple la création du thème de pluriel des substantifs, qui se forme ou par l’adjonction d’une désinence (monosémantique), ou par des phénomènes phonétiques, ou bien par deux procédés réunis. Les désinences casuelles s’ajoutent à ce thème de pluriel : ainsi mal – mal-e – male-ve, male-sh « mont – monts – aux monts, des monts », plak – pleq – pleq-ve, pleq-sh « vieillard – vieillards – aux vieillards, des vieillards », etc.

24Pareille innovation s’est produite aussi en roumain et en allemand, mais il s’agit de développements parallèles.

17.

25Une autre innovation, et de plus grande portée, est la création d’un système complexe d’articles, qui a provoqué une série de transformations dans le système nominal de l’albanais, à savoir l’apparition non seulement de l’article postposé (qui a donné lieu à la création de la déclinaison définie), mais aussi de ce qu’on appelle l’article de liaison antéposé. Ce dernier phénomène a donné lieu, entre autres, à la création d’une classe d’adjectifs qui s’oppose à une autre classe, dénuée de cet article (ex. : i mirë – trim « bon – brave »). Cet article a servi aussi à distinguer le génitif du datif (ex. : malit – i malit « mont – du mont »). Dans les deux cas l’article de liaison antéposé se décline régulièrement, donnant lieu ainsi à l’apparition’d’une nouvelle sorte de flexion au début du mot, ce qui est une grande innovation par rapport au type flexionnel indo-européen.

  • 9 V. Shaban Demiraj, Grammatikë historike... (op. cit. n. 1), p. 326 sq.

26L’article postposé, qui s’est développé aussi en roumain, en bulgare et en macédonien, s’est agglutiné en albanais, selon toute vraisemblance, dès les premiers siècles de notre ère. L’article préposé s’est développé plus tard, mais en tout cas avant la pénétration des emprunts au slave. On ne peut donc pas établir une liaison directe entre l’article préposé de l’albanais et les deux sortes d’articles préposés du roumain, qui sont apparues plus tard9.

18.

27Dans le système verbal aussi on peut constater plusieurs innovations intéressantes. Il suffit de mentionner ici les formes analytiques du parfait et du futur, les formes particulières de l’admiratif et les formes impersonnelles analytiques.

  • 10 Ibid., p. 797 sq.

28Les formes analytiques du parfait, qui se sont développées non seulement au mode indicatif mais aussi au subjonctif, à l’optatif et à l’admiratif, sont constituées par les verbes auxiliaires « avoir » et « être », comme dans les langues romanes, et le participe passé invariable en cet emploi, comme dans les langues germaniques. Exemple : kam larë – jam larë « j’ai lavé – je me suis lavé/j’ai été lavé », kisha larë – isha larë « j’avais lavé – je m’étais lavé/j’avais été lavé ». Ces formes analytiques datent de la période prélittéraire de l’albanais. Selon toute vraisemblance, il s’agit d’un développement interne de cette langue10.

19.

  • 11 Ibid., p. 822 sq.

29Quant au futur, l’albanais en connaît deux types. L’un est de type balkanique, formé avec l’auxiliaire « vouloir » (figé en albanais comme en grec) et le subjonctif (ex. : do të bëj « je ferai », cf. grec θα χἄνω). L’autre type est formé au moyen des formes personnelles de l’auxiliaire kam « avoir » et des formes impersonnelles du type de me ba « faire » (en guègue) ou bien për të bërë « faire » (dans les deux dialectes). Ex. : kam (ke, ka, etc.) me ba/për të bërë « je ferai, tu ferais, il fera », etc. Les deux types remontent l’un et l’autre à la période prélittéraire de l’albanais11.

20.

30Il s’est développé en albanais une forme verbale particulière, qui consiste en une agglutination du parfait renversé et qui a pris le sens de l’admiratif présent. Il s’agit de la forme du type de qen-kam (< *qenë kam) « on dit que je suis ». Sur ce modèle sont formés un imparfait (qen-kësha « on disait que j’étais »), un parfait (paskam qenë « on dit que j’ai été ») et un plus-que-parfait (paskësha qenë « on disait que j’avais été »), L’admiratif de l’albanais remonte à la période prélittéraire de cette langue.

21.

31L’albanais attesté ne connaît pas d’infinitif synthétique, et l’on a beaucoup discuté la question de savoir s’il en a existé un antérieurement. Actuellement on emploie avec la valeur d’infinitif des formes analytiques, du type de me ba en guègue et de për të bërë dans les deux dialectes. La première date de la période prélittéraire, tandis que la seconde est une innovation postérieure aux premiers documents.

22.

  • 12 . Ibid., p. 581 sq.

32Dans le domaine de la syntaxe, il faut relever surtout la reprise des compléments d’objet par les formes atones des pronoms personnels, comme dans la plupart des langues balkaniques. En albanais, ce phénomène date de la période prélittéraire12.

33Quant à l’ordre des mots, il faut souligner que l’albanais n’a conservé que partiellement l’ancienne liberté des langues indo-européennes. Il faut relever aussi qu’en albanais les adjectifs, les possessifs et d’autres déterminants du même type se placent régulièrement après le substantif.

23.

34De ce qui vient d’être présenté succinctement, on peut conclure que l’albanais appartient au groupe satəm des langues indo-européennes, mais qu’il occupe une place à part dans ce groupe (voir § 13). Selon toute vraisemblance, il s’est développé par une évolution de l’ancien illyrien du sud entre les cinquième et sixième siècles. Au cours de son évolution, il s’est enrichi de mots nouveaux ainsi que de plusieurs formes analytiques qui se sont ajoutées aux formes synthétiques héritées. Ainsi l’albanais s’est-il transformé en une langue synthético-analytique de type balkanique.

Notes

1 Voir Shaban Demiraj, Grammatikë historike e gjuhës shqipe (Tirana, 1986), p. 964 sq.

2 V. Shaban Demiraj, Gjuha shqipe dhe historia e saj (Tirana, 1988), p. 44 sq.

3 Ibid., p. 103 sq.

4 V. op. cit. (n. 1), p. 90 sq.

5 V. Eqrem ρabej, Studime etimologjike në fushë të shqipes, I (Tirana, 1982).

6 V. Gustav Meyer, Albanesische Studien, III (Vienne, 1892), p. 79 sq.

7 V. Holger Pedersen, KZ XXXVI (1900), 277-340.

8 V. Shaban Demiraj, Gjuha shqipe... (op. cit. n. 2), p. 38 sq.

9 V. Shaban Demiraj, Grammatikë historike... (op. cit. n. 1), p. 326 sq.

10 Ibid., p. 797 sq.

11 Ibid., p. 822 sq.

12 . Ibid., p. 581 sq.

Auteur

Université de Tirana, Albanie

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search