Version classiqueVersion mobile

Langues indo-européennes

 | 
Françoise Bader

Chapitre 7. L’arménien

Charles de Lamberterie

Texte intégral

1Sommaire. – 1. Histoire de la recherche : (a) avant Hübschmann ; (b) Hübschmann ; (c) de Hübschmann à nos jours : Meillet et Adjarian. – 2. Place de l’arménien parmi les langues indo-européennes : questions d’ensemble. – 3. Phonétique : (a) la « loi de Meillet » ; (b) le traitement des gutturales ; (c) la mutation consonantique : innovation ou archaïsme ? (d) la prothèse vocalique. – 4. Morphologie. – 5. Lexique.

1. Histoire de la recherche

  • 1 Sur les recherches antérieures à Hübschmann, voir Schmitt, 1975 et 1986 ; sur Hübschmann, l’introdu (...)

2La charnière de cette histoire est constituée par la personnalité du savant allemand Heinrich Hübschmann (1848-1908)1

3a) Il est inutile de mentionner les étymologies « sauvages », antérieures au développement de la grammaire comparée, qui consistaient à rapprocher un mot arménien d’un mot grec, latin, hébreu, persan ou turc pourvu que les sens concordent et qu’il y ait une vague ressemblance phonétique. Cette manière de faire est encore pratiquée systématiquement dans le grand dictionnaire de l’arménien ancien, à savoir le Nor baṙgirk’ haykazean lezui publié par les Mékhitaristes de Venise en 1836-37 ; c’est que les auteurs de cet ouvrage – remarquable par ailleurs – étaient restés à l’écart des courants intellectuels de leur époque, ceux notamment qui cherchaient à délimiter des familles de langues.

  • 2 Schrôder, 1711 ; Bolognesi, 1988 et 1990b, avec la conclusion (1990b, 235) : « Il est bon de ne pas (...)

4Si ces travaux n’ont plus maintenant qu’un intérêt historique, il peut arriver que tel ou tel d’entre eux renferme des vues que la postérité a ratifiées et qui font maintenant partie du fonds commun de la linguistique historique. Pour le problème qui nous intéresse, l’arméniste italien G. Bolognesi a montré tout récemment que l’orientaliste allemand J. Schrôder avait, dès le début du xviiie siècle, relevé plusieurs affinités lexicales entre l’arménien et d’autres langues (arm. k‘an – lat. quam « que », particule prohibitive mi – gr. μή, etc.), et fait le départ entre mots empruntés à l’iranien et mots hérités2. Mais Schrôder n’avait évidemment pas les moyens de prouver la justesse de ses intuitions, puisqu’à son époque il n’était question ni de régularité des changements phonétiques, ni même de famille des langues indo-européennes, toutes notions qui ne sont apparues qu’au siècle suivant.

  • 3 Bopp, 1816. – Dans une lettre à Karl Joseph Windischmann, Bopp déclare pourtant qu’il avait parcour (...)
  • 4 Petermann, 1837 ; Windischmann, 1846 (sur la genèse de cet ouvrage, voir Schmitt, 1975, 11-4). – Le (...)
  • 5 Bopp, 1833-49, 1271-2. L’auteur rapproche aussi, pour la formation du présent, arm. luanam de gr. π (...)

5La nouveauté apportée par Franz Bopp (1791-1867) a été de substituer aux rapprochements isolés des comparaisons de systèmes flexionnels. Faute, sans doute, de connaître l’arménien, Bopp lui-même n’a pas fait état de cette langue dans son ouvrage de 1816 sur la conjugaison, alors que pourtant la flexion verbale de l’arménien présente avec les autres langues indo-européennes des analogies évidentes : c’est ainsi que le présent de l’indicatif du verbe berel « porter »– soit berem, beres, berē, beremk‘, berēk‘, beren – a, même pour l’œil le moins exercé, une « allure » indo-européenne frappante et se laisse comparer immédiatement à skr. bhárati, gr. φέµω lat. ferō, got. baira, toutes formes que Bopp citait abondamment et qui servaient de base à ses démonstrations3. Quand, en 1833, Bopp publie le premier volume de sa Vergleichende Grammatik, l’arménien n’y est toujours pas pris en compte. Mais la parution de ce livre eut un effet séminal en stimulant l’esprit de deux autres savants allemands, qui, à la différence de Bopp, avaient séjourné chez les Mékhitaristes de Venise et pratiquaient l’arménien, à savoir Julius Heinrich Petermann (1801-1876) et Friedrich Windischmann (1811-1861). Ils purent ainsi montrer, le premier dans sa Grammatica linguœ armeniacæ de 1837, et le second dans un ouvrage paru en 1846 seulement mais dont l’idée avait germé dès 1833, que l’arménien appartenait à la famille des langues indo-européennes, c’est-à-dire à ce qu’on entendait par là, selon l’enseignement de Bopp, à cette date, à savoir l’indo-iranien, le grec, le latin, le germanique, le baltique et le slave4. Bopp lui-même, toujours à l’affût du nouveau et désireux d’élargir le cercle de la famille indo-européenne – ce qui l’entraîna parfois, comme on sait, à des tentatives plus ou moins heureuses –, fut aussitôt convaincu par cette démonstration, et il fait état de l’arménien dans le cinquième volume (1849) de son ouvrage, en se référant aux travaux de Petermann et de Windischmann. Certaines de ses analyses restent vraies aujourd’hui encore, ainsi quand il remarque que pour le vocalisme l’arménien concorde avec le grec et non avec le sanskrit (ber- « porter » = gr. φερ- vs skr.bhar-), ou qu’ il attribue l’ē de berē « il porte » et de berēk ‘ « vous portez », en regard de -e- dans le reste du paradigme, au traitement d’un ancien *-t-5.

  • 6 Voir sur ce point Bréal, op. cit. (n. 4), XIX-XXII (à propos de Bopp, 1816).
  • 7 Schleicher, 1861-62, 5, et même doctrine déjà dans un ouvrage de 1850, à la suite de Windischmann ( (...)
  • 8 Bopp, 1866-72,1 (1866), 11 (= 1857-61, I, 1857, XIV).
  • 9 Ibid., 15 (= XVII).
  • 10 Bopp, 1866-72, I (1866), § 183b, 2, p. 402 (« d’après... germaniques » souligné par nous).
  • 11 Ibid., §87, 1, p. 149.
  • 12 Cette analyse de arm. ta- = lat. dǎ- < i.-e. *d∂- a été reprise notamment par R. Godel (1982, 21 = (...)

6La linguistique comparative du milieu du xixe siècle, dominée par la personnalité de Bopp, partage, pour l’essentiel, les qualités et les défauts de cet auteur. Ce qui fait la force de Bopp, c’est, outre une curiosité d’esprit peu commune, que sa pratique de la comparaison se fonde moins sur le lexique que sur la morphologie et qu’il propose une explication des flexions6. Sa faiblesse principale, c’est l’absence de toute rigueur en matière de phonétique historique, qui le conduit la plupart du temps à des rapprochements inadmissibles parce que contradictoires : tel phonème, tel morphème de la langue-mère est en général représenté dans une langue indo-européenne par tel phonème ou tel morphème, mais « peut » aussi, et sans raison apparente, aboutir à tel autre. Dans le cas de l’arménien, langue qui a beaucoup emprunté à l’iranien, ce laxisme empêchait évidemment de faire le départ entre mots hérités et mots empruntés, si bien que l’arménien apparaissait comme une langue iranienne. Telle est la doctrine qui, à partir de l’ouvrage de F. Windischmann, a prévalu jusqu’à Hübschmann et qui est enseignée notamment dans les deux grandes synthèses antérieures au courant néo-grammairien, à savoir le Compendium d’A. Schleicher7 et la deuxième édition de la Vergleichende Grammatik de Bopp. Comme s’il avait mauvaise conscience d’avoir presque entièrement négligé l’arménien dans la première édition, Bopp consacre à cette langue le début de l’introduction de la deuxième, avec le projet de « mettre en lumière les rapports, quelquefois très-cachés, et en partie encore inconnus, qui l’unissent au sanscrit, au zend et aux idiomes congénères de l’Europe »8. Admettant que « l’arménien fait partie du rameau iranien de notre famille de langues »9, Bopp constate qu’il semble cependant s’en écarter sur certains points et attribue ces traits aberrants au fait que la forme d’iranien dont procède l’arménien serait un état de langue plus ancien que l’iranien ancien. Il met le doigt sur certaines difficultés, et signale notamment qu’en arménien ancien « la racine sanscrite dā- “donner” était devenue t (tam “je donne”) d’après une loi de substitution analogue à celle des langues germaniques », puis « a repris dans la prononciation actuelle [.sc. occidentale] la valeur de d : de sorte que nous avons aujourd’hui une forme dam “je donne” qui répond au sanscrit dadāmi, et das “tu donnes”, qui sonne comme la forme équivalente en latin »10. Mais dans d’autres mots, c’est au contraire l’arménien moderne qui « ressemble au germanique » et « l’ancienne prononciation » qui « se rapproche davantage du sanscrit »11. Tout Bopp est là, avec ses contradictions, son incapacité à maîtriser la phonétique historique et à dépasser le stade de la ressemblance, mais aussi avec une intuition féconde en matière d’analyse morphologique12.

  • 13 Voir le détail des données chez Schmitt, 1975, 15-9.

7Au point où nous en sommes, l’arménien apparaît comme un idiome qui, la plupart du temps, concorde avec l’« aryen » (= indo-iranien), si bien qu’on peut le considérer comme une langue iranienne, mais qui, sur plusieurs points importants, s’en sépare. Pour rendre compte de ces contradictions, on recourait le plus souvent au concept, bien commode, de « langue mixte ». C’est ainsi que procède notamment l’un des personnages les plus influents de cette époque, à savoir Paul de Lagarde (Bötticher de son nom de naissance, 1827-1891), qui distingue en arménien trois strates, toutes les trois iraniennes : la couche « haïkanienne » (du nom de Hayk, l’ancêtre mythique du peuple arménien), la plus ancienne, puis la couche arsacide, remontant à l’époque de la domination parthe en Arménie, et enfin la couche sassanide, constituée de mots perses13. L’idée d’établir une chronologie relative dans le lexique arménien est en elle-même un progrès notable, mais le point de départ reste toujours l’iranien : là où l’haïkanien s’en écarte (système vocalique plus proche du grec que de F indo-iranien, mutation consonantique), c’est, croit-on, en vertu d’une évolution particulière.

  • 14 Vemer, 1877. Tout récemment, B. Olsen, compatriote de Verner, a pensé pouvoir établir un équivalent (...)
  • 15 H. Hübschmann, « Ueber die stellung des armenischen im kreise der indogermanischen sprachen », KZ 2 (...)

8b) Le grand mérite du courant néo-grammairien, qui s’est développé en Allemagne à partir de 1875, a été d’introduire une exigence de rigueur en matière de phonétique historique. L’idée qu’on se faisait jusqu’alors du système phonétique de l’indo-européen s’est trouvée bouleversée dès lors qu’on a posé en principe le primat de la correspondance sur la ressemblance. La rupture avec les méthodes de Bopp et de Schleicher étant consommée, il en est résulté pour la reconstruction de l’indo-européen une série d’acquis durables, sur lesquels nous vivons encore même si les générations suivantes ont été amenées à les modifier sur certains points : théorie des gutturales, des sonantes voyelles (brèves et longues), du vocalisme et de l’alternance vocalique. Au nom du principe de la « constance des lois phonétiques », il est devenu nécessaire de rendre compte des anomalies au lieu d’admettre, comme on le faisait antérieurement, la possibilité de déviations arbitraires. Parmi les résultats les plus importants de cette démarche, il faut mentionner deux grands articles publiés dans le xxiiie volume de la Kuhns Zeitschrift. L’un, du danois Karl Vemer (1846-1896), explique une exception à la mutation consonantique du germanique en établissant ce qu’on appelle depuis lors la « loi de Vemer », à savoir une trace des oppositions accentuelles indo-européennes en germanique ancien14. L’autre, de H. Hübschmann, traite des contradictions phonétiques de l’arménien. Ainsi le nom indo-européen *gwow- du « bovin » est représenté par kov (gén. kovu) « vache », et la racine *aĝ- « mener » par acem « je mène » ; mais on trouve d’autre part gaw- et -az- dans le composé gawazan « houlette ». L’auteur montre qu’il faut distinguer dans le lexique arménien ce qui est emprunté à l’iranien (gaw-az-, cf. av. gavāza-, pers. gavāz « aiguillon ») de ce qui est hérité (kov, ac-), et qu’une fois mis de côté les emprunts, qui sont très nombreux, il subsiste en arménien un élément irréductible à l’indo-iranien. L’arménien doit donc être considéré comme une branche autonome à l’intérieur de la famille des langues indo-européennes15.

  • 16 Voir sur ce point Meillet, 1936, 15 et 1937, 476. – En ce qui concerne le « mouvement de 1875 », l’ (...)
  • 17 Hübschmann, 1897. La plupart des études rassemblées dans Hübschmann, 1976 étant antérieures à cet o (...)

9Par la rigueur de sa méthode, Hübschmann est le véritable fondateur de la grammaire comparée de l’arménien ; même si l’on trouve des idées justes chez tel ou tel de ses devanciers, proches ou lointains, il est le premier qui ait établi sur des bases solides l’étude préhistorique de la langue arménienne16. L’essentiel des résultats auxquels il est parvenu est rassemblé dans un dictionnaire étymologique de l’arménien, première partie d’une Armenische Grammatik dont la suite n’a jamais paru du fait de la mort de l’auteur ; le lexique arménien y est divisé en deux grands groupes : mots empruntés et mots hérités (« echtarmenische Töiter »)17.

  • 18 Ce fait a été établi par A. Meillet, MSL 17, 1911, 242-50 (repris dans Meillet, 1977, 142-50) ; REA (...)

10À la fois iraniste et arméniste, Hübschmann était en son temps le mieux placé pour identifier les emprunts de l’arménien à l’iranien, et il a été l’initiateur d’un champ de recherche qui après lui n’a cessé de se développer. L’arménien classique est la langue dans laquelle est écrit un corpus de textes dont la couche la plus ancienne, à savoir une traduction de la Bible chrétienne, date du ve siècle de notre ère. Comme la seule langue iranienne à peu près contemporaine que l’on connaissait au xixe siècle était le pehlevi ou moyen perse, intermédiaire entre le vieux perse et le persan, Hübschmann qualifiait de « persische Wörter » les originaux iraniens des emprunts arméniens ; quand il ne disposait pas d’une forme pehlevie, il remontait à l’iranien ancien (avestique et vieux perse) ou descendait jusqu’au persan. Mais par la suite les perspectives ont changé. Grâce à la découverte des textes de Turfan et à l’enrichissement du corpus des inscriptions, nous savons désormais que la plupart des mots empruntés par l’arménien classique à l’iranien proviennent du parthe, dialecte iranien du nord-ouest, et remontent à un état ancien de cette langue18. C’est en effet à partir du 1er siècle de notre ère que les mots parthes sont entrés en masse dans la langue arménienne, quand le pays a été dominé par une aristocratie arsacide ; les premiers monuments de la langue parthe, que nous connaissons par les fouilles de Nisa et par quelques rares inscriptions, datent, pour l’essentiel, du 1er siècle av. J.-C. et se distinguent des documents postérieurs (c’est-à-dire les inscriptions d’époque sassanide et les textes manichéens de Turfan) par certains traits, comme la conservation des occlusives sourdes intervocaliques, que l’on retrouve dans les emprunts arméniens.

  • 19 Cela est vrai particulièrement lorsque l’arménien et l’iranien connaissent le même développement ph (...)
  • 20 Voir en dernier lieu Bolognesi, 1990a, 389-90 (repris de REArm 18, 1984, 294).
  • 21 Cette remarquable étymologie, qui est due à O. Szemerényi (1991, 1888-90 = Sprache 12, 1967, 223-5) (...)

11Les principes posés par Hübschmann demeurent, aujourd’hui encore, plus valables que jamais : le moindre soupçon qu’un mot arménien soit emprunté à l’iranien mérite d’être pris en considération19. Nous sommes même en droit de considérer comme emprunté plus d’un mot que l’on croyait jadis hérité, même si nous ne disposons pas de l’original iranien ; comme il n’existe aucune langue moyen-iranienne dont le lexique conservé soit aussi étendu que celui de l’arménien classique, l’arménien est parfois le seul vestige d’un mot iranien disparu ailleurs. C’est ainsi que le correspondant iranien *ntðrā- de skr. nidrā- « sommeil » n’est connu que par l’emprunt arménien nihr20. À cela s’ajoute que l’influence de l’iranien sur l’arménien ne se limite pas aux emprunts de mots ; elle s’étend parfois aux emprunts de sens, sous la forme de calques. Un exemple caractéristique à cet égard est celui du verbe ant’eṙmum, aor. ∂nt‘erc‘ay « lire », qui repose sur un composé *∂ndi-harc‘– de harc‘– « interroger » (prés. harc‘anem, aor. harc’ʻi) ; tant la racine harc‘– (< i.-e. *pṛsk̂-) que le préverbe *ǝndi- (< i.-e. *anti) sont hérités, mais le procédé qui consiste à former un verbe « lire » en ajoutant un préverbe à un verbe « interroger » est emprunté à l’iranien, à preuve v.p. pars- « examiner » (le correspondant étymologique de arménien harc‘–) et pati-pars-, pth. pdfwrs- Ipadfurs-I « lire »21.

12D’une manière générale, la langue arménienne a montré une grande faculté d’assimilation à l’égard des éléments étrangers. En plus des emprunts à l’iranien, elle a beaucoup pris au syriaque et au grec, parfois d’ailleurs au grec par l’intermédiaire du sémitique. L’influence culturelle du grec a été considérable en Arménie au cours de l’époque classique, notamment (mais non uniquement) par le biais de l’école dite hellénistique. Ici aussi, on relève nombre de calques, et bien des mots arméniens sont incompréhensibles sans un détour par le grec. Ainsi, à partir de p‘aṙ-k‘ « gloire » (< pth. frh Ifarrahl), qui traduit gr. δόξα, on obtient le composé utt-a-p‘aṙ « όµθόδοξοε » (de utit « droit »), le second membre du composé arménien recevant, sur le modèle de gr. °δοξο, le sens de « doctrine » qu’il n’a aucunement par ailleurs. Le slave a recouru, lui aussi, au même procédé, d’où le composé r. πρaΒοcπaΒƄIЙ « orthodoxe », formé sur cлaBa « gloire » avec le même suffixe que le simple cχaΒΗΒΙЙ « glorieux ».

  • 22 Ouvrages : Meillet, 1936 et 1913. Articles : Meillet, 1962 (cinq grands articles, écrits entre 1897 (...)
  • 23 Parmi ces derniers, on peut signaler, pour se limiter aux ouvrages d’ensemble : Godel, 1975 ; Schmi (...)
  • 24 Adjarian, 1971-79.

13c) L’œuvre que Hübschmann n’a pu écrire, à savoir une grammaire de l’arménien conçue selon les principes de la linguistique historique, a été réalisée par le linguiste français Antoine Meillet (1866-1936), à qui l’on doit non seulement une grammaire comparée de l’arménien et une description strictement synchronique de la langue classique, mais encore une infinité d’études de détail, dont plusieurs sont de véritables livres et dont aucune n’est indifférente22. En matière de grammaire comparée de l’arménien, l’œuvre de Meillet constitue, aujourd’hui encore, le point de référence et la base de tous les travaux ultérieurs23. Le complément indispensable en est le dictionnaire étymologique écrit entre 1926 et 1935 par le linguiste arménien H. Adjarian (1876-1953), ouvrage admirable tant par la richesse des données qu’il contient que par sa doctrine24 : contemporain du Dictionnaire étymologique de la langue latine d’Emout et Meillet, il est conçu selon les mêmes principes, et l’on y trouve en outre une bonne part de l’enseignement oral de Meillet.

2. Questions d’ensemble

14Du fait de la masse des emprunts, la composante héritée de l’indo-européen ne représente dans l’ensemble du lexique arménien qu’une part assez modeste. Le comparatiste travaille donc sur un matériel assez réduit. Si l’on ajoute à cela que la langue n’est attestée qu’à une date tardive (ve siècle de notre ère) et qu’elle a subi au cours de sa préhistoire de profonds bouleversements, on conçoit qu’il ne soit guère aisé de définir avec précision la place de l’arménien parmi les langues indo-européennes. Certains linguistes dressent des listes de correspondances (empruntées souvent à des sources vieillies) entre l’arménien et telle ou telle langue, et en tirent des données chiffrées qui sont censées révéler des degrés plus ou moins étroits de parenté ; une telle méthode, déjà contestable en elle-même, l’est encore plus dans le cas de l’arménien.

  • 25 Voir en ce sens notamment l’ouvrage classique de Porzig, 1954, 152 sq. (avec renvoi aux travaux ant (...)
  • 26 Voir Lamberterie, 1978-79.
  • 27 Watkins, 1963, 15, avec les compléments de Bader, 1973, 32-3.
  • 28 Voir Schmidt, 1980, 39 et n. 13 (avec bibl.).
  • 29 Voir Watkins, 1969, §43 (avec bibl.).

15Un point toutefois se dégage assez nettement : il semble bien que les langues avec lesquelles l’arménien présente les isoglosses les plus notables et les plus nombreuses soient le grec et l’indo-iranien ; on relève aussi des correspondances précises avec le phrygien et l’albanais, mais le témoignage qu’on peut tirer de ces deux langues pour la comparaison est fort limité. Tel est le résultat auquel aboutissent la plupart des travaux qui traitent de la question25. Grec, arménien, phrygien et indo-iranien constituent notamment ce que l’on appelle « l’aire de l’augment » : skr. ádhāt – gr. dial. ὰν) έθη = arm. ed « il plaça » < *édhēt, aoriste radical dont on rapprochera les formations suffixées v. phryg. edaes « fecit », gr. ἔθηχε ; skr. ábharat = gr. ἔφερε « il portait » = arm. eber « il porta » < *ébheret. Cette aire coïncide avec celle de l’aoriste thématique : gr. ΞΡιδε « il vit (he saw) » = arm. egit = skr. ávidat « il trouva » < *éwidet ; on a même pu montrer qu’en grec homérique l’aoriste Fίδε avait conservé dans une formule archaïque le sens de « recevoir, obtenir » qu’il a en arménien et en indo-iranien26. Depuis une étude classique de C. Watkins, on sait que l’augment est une ancienne particule de phrase qui fonctionne encore comme telle dans le louvite a « et, alors »27 ; la valeur spécifique qu’a cet élément *é- dans une partie du domaine indo-européen est donc une innovation commune à ces dialectes et non, comme on le croyait jadis, une conservation de l’état indo-européen originel ; l’aire dialectale ainsi définie n’en est que mieux marquée28. L’aoriste thématique apparaît, lui aussi, comme une catégorie récente en indo-européen29.

  • 30 Pedersen, 1982, 220 (= ZVS 39, 1906, 442) et 302-9 (écrit en 1924) ; Meillet, 1936, 142 ; Bonfante, (...)
  • 31 Voir notamment Hamp, 1979, 4-5 et 1983, 6.

16À l’intérieur de cet ensemble, il est établi, depuis les travaux de H. Pedersen – un des grands noms de la linguistique arménienne (1867- 1953) –, que l’arménien est particulièrement proche du grec30, au point que le comparatiste américain E.P. Hamp a pu parler d’une unité dialectale originelle à laquelle il donne le nom d’« helléno-arménien », comparable dans une certaine mesure au balto-slave31. Il est peut-être hardi d’aller jusque-là, encore que l’hypothèse dispose de bons arguments ; ce qu’il y a de sûr, en tout cas, c’est que l’arménien, malgré la date tardive à laquelle il est attesté, apparaît comme une sorte de trait d’union entre le grec et l’indo-iranien.

  • 32 D’où le scepticisme de Pedersen, 1925, 44-51.

17Une tradition ancienne, qui remonte à Hérodote (VII, 73), veut que l’Arménie ait été une colonie phrygienne (’Αµµένιοι, ... έὁντες Φρυγῶν ἄποιχοι). La linguistique n’y contredit pas, et l’on pourrait même songer à rapprocher le fameux mot phrygien βέχος « pain » – mot de la langue la plus ancienne de l’humanité selon Hérodote (II, 2) – du verbe arménien bekanem, beki « rompre » et du dérivé nominal bekor « morceau » (pour le sens, cf. gr. mod. ψωµî « pain » < gr. ancien ψωµίоν « petit morceau, bouchée »). Mais nous connaissons trop peu le phrygien pour aboutir à des conclusions fermes32 ; est-il bien sûr d’ailleurs que le phrygien d’Hérodote soit le même que celui des inscriptions paléo- et néo-phrygiennes ? L’origine du peuple arménien demeure mystérieuse, et l’on a trop souvent sollicité à l’excès les données linguistiques pour résoudre les problèmes d’ethnogénèse. À plus forte raison la réserve s’impose-t-elle à l’égard des tentatives qui cherchent à établir des relations entre l’arménien et des langues anciennes du Proche-Orient dont nous ignorons presque tout.

  • 33 Voir en ce sens Winter, 1966 ; Jahukyan, 1983 (= 1984), et la préface de Jahukyan à Greppin-Khachat (...)
  • 34 Sur cette racine et ses correspondants grecs, voir Létoublon-Lamberterie, 1980.
  • 35 Voir, par exemple, Weitenberg, 1985 et 1986 (avec bibl.) ; cf. aussi Jahukyan, 1985. – Sur les dial (...)
  • 36 Voir la contribution de M. Mayrhofer dans le présent recueil.

18Il est probable qu’il existait des dialectes dans l’Arménie ancienne, mais la langue littéraire qu’est l’arménien classique obéit à une norme rigoureusement fixée ; c’est ainsi qu’elle a pu, à partir de l’invention de l’alphabet et de la traduction des Livres saints par Mašt‘oc‘ (Mesrovb) et son école dans la première moitié du Ve siècle, être le ciment de l’unité culturelle de la nation. Certains linguistes ont cherché à dresser des listes de doublets étymologiques ou de traitements phonétiques divergents qui témoigneraient de variations dialectales33 ; mais le matériel allégué ne permet guère d’aboutir à des conclusions décisives. Certains exemples paraissent pourtant incontestables : ainsi le substantif apa-t‘arc‘ « apostrophe », composé forgé par l’école hellénistique sur le modèle de gr. ὰπόστροφος, atteste une variante t‘arc‘– (avec deux sourdes aspirées) de la racine darj- « tourner » (< i.-e. *dhṛĝh-, cf. gr. τµέχω « tourner sur un axe ») qui dans les textes classiques traduit gr. στµέφω34. Il est possible aussi que certains dialectes modernes continuent des dialectes anciens différents de la langue classique et soient dignes d’être pris en compte pour la reconstruction du proto-arménien ; mais les résultats obtenus actuellement sont encore modestes et fragiles, car les données sont complexes et souvent peu fiables. Si les recherches entreprises en ce domaine sont conduites avec méthode, comme c’est le cas de celles de J. Weitenberg, on peut en attendre beaucoup35. On est bien parvenu, en appliquant avec rigueur la méthode comparative, à identifier, sur la base de langues du Nouristan qui ne sont connues qu’à l’époque moderne, une branche de l’indo-iranien qui ne se confond ni avec l’indo-aryen, ni avec l’iranien36 ; pourquoi ne pourrait-il en être de même pour l’arménien ? Sans remonter aussi haut, rien n’interdit a priori de croire que certains dialectes arméniens modernes aient conservé des archaïsmes comparables à ceux du tsaconien en regard des autres dialectes du grec moderne. Mais les risques d’anachronisme sont évidents : plus d’un romaniste serait tenté, si nous ne connaissions pas le latin, de faire remonter le verbe français tenir à un étymon *tenīre comparable au grec τεἰνω ((< *τέν-γω) « tendre », c’est-à-dire de le situer au même niveau chronologique que esp. tener < lat. tenēre.

3. Phonétique

19On n’envisagera ici que quelques points particuliers, instructifs pour la méthode.

a) La « loi de Meillet »

  • 37 Ainsi Meillet, 1925, 5-7, 31-4, 106-9. Sur cette correspondance, qui a été souvent – et bien à tort (...)
  • 38 Lamberterie, 1988, 227.
  • 39 Benveniste, 1930, mais avec une chronologie différente de la nôtre : l’auteur situe la métathèse ap (...)

20Le groupe de consonnes i.-e. *dw- (*-dw-) a subi entre l’indo-européen et l’arménien une évolution remarquable, connue sous le nom de « loi de Meillet », qui montre assez la profondeur des bouleversements intervenus dans la préhistoire de l’arménien. L’exemple canonique est celui du numéral « deux », i.-e. *dwō > arm. erku (cf. aussi, en composition, *dwi- > erki-), que citait volontiers Meillet pour illustrer le primat de la correspondance sur la ressemblance en matière de parenté de langues37. Dans une étude récente, nous avons tenté de restituer les étapes suivantes38 : *dw- > *dgw- (renforcement du *-w- appuyé) > ðgw- (spirantisation de l’initiale en position implosive) > *rgw- (fait banal en phonétique générale, cf. ir. -♂- > arm. -r- entre voyelles dans les emprunts) > ergw- (prothèse vocalique, l’arménien n’admettant pas d’initiale *r-) > erk- (mutation consonantique, cf. *gw- > k- dans i.-e. *gwenā > kin « femme »). Le traitement est en partie parallèle à celui du groupe i.-e. *tw- > arm. k‘– (k‘o « ton » < i.-e. *twos), à travers les étapes *tkw- > *]okw- > *kw- > k‘– (cf. lik‘– « laisser » < i.-e. *likw-y ; la seule différence est que la spirante sourde *]o> s’amuït devant consonne, comme dans le groupe *tr- > *]or- > *r- > er- (*treyes > erek‘ « trois »), au lieu de dégager un *r comme le fait la sonore *Ծ. Nous pouvons ajouter maintenant qu’une confirmation de cette chronologie est fournie par l’adjectif merk « nu », si l’on admet, avec É. Benveniste, qu’il repose sur i.-e. *megw-do- : il suffit de considérer que dans ce mot la première étape a été une métathèse – phénomène courant dans la préhistoire de l’arménien – aboutissant à *medgwo-, après quoi l’évolution est identique à celle du numéral « deux »39.

21Ce traitement, qui caractérise en propre l’arménien, paraît singulier à tous égards ; il est cependant conforme à cette tendance générale de la langue qu’est l’élimination des groupes de consonnes tautosyllabiques, traités par disparition du premier élément (*k̂l- > *t- > l-) ou interversion (*dr- > *ard- > art-, etc.).

b) Le traitement des gutturales

22Les comparatistes du xixe siècle divisaient les langues indo-européennes en deux ensembles dialectaux bien différenciés : un groupe occidental ou centum, caractérisé par une corrélation *kw/k, et un groupe oriental ou sam (d’après le nom du numéral « cent » en avestique), caractérisé par une palatalisation des dorsales, d’où une corrélation *k/k̂. Mais la découverte du tokharien et le déchiffrement du hittite ont bouleversé les perspectives : étant donné que ces langues, quoique situées à l’est du domaine, ont conservé la corrélation kw/k de l’indo-européen commun, on ne peut plus parler d’un groupe centum. En revanche, comme il y a une contiguïté géographique des langues satəm (indo-iranien, arménien, balto-slave – le cas du phrygien est discuté), on peut encore parler d’une aire satəm.

  • 40 Sur le détail des données, voir notamment Jahukyan, 1978, 119-29 (repris de ZVS 89, 1975, 31-42 [ve (...)
  • 41 Voir en dernier lieu Bolognesi, 1990a, 371-5 (avec bibl.) ; Lamberterie, 1990, 268-70, où il est mo (...)

23L’arménien occupe ici une situation charnière. D’une part, en effet, il présente, comme les autres langues satəm, les corrélations k/k̂, *g/ĝ et *gh/ĝh-40 ; mais d’autre part on trouve dans quelques mots une trace indirecte des labiovélaires, sous la forme d’un w-umlaut : ainsi la racine i.-e. *h3engw- « oindre » (lat. ungu-, skr. añj-) est-elle représentée par awc-, qui repose sur un degré zéro *h3ṇ gw- à travers les étapes *angw- > *awng- (umlaut) > *awĝ- (écrasement de la nasale, et palatalisation de *g au contact de -w-) > awc- (mutation consonantique)41.

c) La mutation consonantique : innovation ou archaïsme ?

  • 42 Voir en ce sens notamment Brugmann-Delbrück, 1897-1916,1/2 (1897), 623-721.
  • 43 Voir Meillet, 1922, 78-83 ; 1977, 274-85 (= BSL 36, 1935, 109-20) ; Hiersche, 1964 ; Lamberterie, 1 (...)

24En ce qui concerne le mode d’articulation des occlusives, les comparatistes ont longtemps reconstruit l’indo-européen en projetant dans la préhistoire le système indien, avec ses quatre modes d’articulation : sonores simples, sonores aspirées, sourdes simples et sourdes aspirées42. En réalité, la série des sourdes aspirées ne peut être mise sur le même plan que les autres, car elle n’apparaît que sur une aire dialectale limitée et dans des conditions particulières. On ne peut reconstruire de sourdes aspirées que sur la base des correspondances gr. y = arm. x (ach-Laut) = skr. kh, gr. ø = arm. p‘ = skr. ph, gr. θ = arm. t‘ = skr. th, lesquelles ne se rencontrent guère que dans des termes expressifs et/ou sous l’infl *s uence trent guère que dans des t’ermes expresifs et/ou sous l’influence d’un *s précédant l’occlusive ; plutôt que des phonèmes, les sourdes aspirées sont des variantes des sourdes simples, comme le montre l’alternance *k̂/kh (> arm. s/x), *k/kh (> arm. k‘/x), *t/th, *p/ph (> arm. h/p‘), fréquente dans le lexique des trois langues en question43. Cette isoglosse entre le grec, l’arménien et l’indo-iranien s’ajoute à celles qui ont été signalées plus haut. Si l’on remonte à l’indo-européen commun, seules les trois premières séries sont à considérer.

  • 44 Meillet, 1936, 25-38. Cf. aussi 1922, 89-96 (reproduit dans 1977, 391-97).

25Selon la théorie classique, telle qu’elle est développée notamment dans l’Esquisse de Meillet, l’arménien et le germanique ont fait subir au système des occlusives indo-européennes un bouleversement complet, connu sous le nom de mutation consonantique 44: les sonores aspirées indo-européennes sont devenues des sonores simples, les sonores simples des sourdes simples et les sourdes simples des sourdes aspirées, susceptibles d’aboutir ultérieurement à des spirantes. Il s’agit là d’innovations indépendantes, qui n’impliquent aucune affinité particulière entre le germanique et l’arménien.

26Ces vues traditionnelles ont été contestées sur deux points :

    • 45 Benveniste, 1959, 46-56, avec histoire de la question (l’idée remonte à Pedersen, 1982, 114-5 = ZVS(...)
    • 46 Voir Pisowicz, 1976, 25 sq. ; Kortlandt, 1978a ; Lamberterie, 1984, 226-30.

    Un premier point a trait à la série des « sonores aspirées » indo-européennes. D’après É. Benveniste et H. Vogt, les consonnes b, d, g, j, ǰ de l’arménien classique auraient été non pas des sonores simples, mais des aspirées, conservées sans changement depuis l’indo-européen (exception faite de la palatalisation pour j et ǰ) et comparables à la série bh, dh, h (< indo-iranien *jh), gh du sanskrit45. Cette analyse, si l’on pouvait l’accepter, serait de grande portée, car elle sortirait de leur isolement les sonores aspirées du sanskrit et prouverait que la mutation consonantique de l’arménien n’a altéré que partiellement le système des occlusives indo-européennes ; mais les données de l’arménien moderne sur lesquelles elle s’appuie peuvent s’interpréter autrement46.

    • 47 Voir notamment Jakobson, 1962, 523-32 (première publication en 1958).
    • 48 Voir Martinet, 1953, 70 n. 1 ; Gamkrelidze-Ivanov, 1973 ; 1984, 41-54 ; Haudricourt, 1975, 267-72 ; (...)
    • 49 Voir notamment Gamkrelidze-Ivanov, 1973 ; 1984, 5-80 ; Hopper, 1973, 1981, 1982 ; Haudricourt, 1975 (...)

    Bon nombre de linguistes ont contesté, au nom de la vraisemblance typologique, le système reconstruit pour l’indo-européen, car il ne semble correspondre à aucun modèle connu47. Une série d’études convergentes, dont l’initiateur a été A. Martinet, tend à considérer que les sonores non aspirées [*b], *d, *g, *gw que l’on reconstruit en indo-européen étaient en réalité des globalisées ; dans cette perspective, les éjectives p t’, k’, c’, č’ attestées dans une partie des dialectes arméniens modernes orientaux ne résulteraient pas d’une influence des langues du Caucase, mais continueraient directement une série indo-européenne48. Allant plus loin, certains comparatistes – ainsi P. Hopper, T. Gamkrelidze et V.V. Ivanov – ont proposé de substituer au schéma traditionnel indo-européen *d (sonores) – *t (sourdes) – *dh (sonores aspirées) un système *t’ (globalisées) – *t/th (sourdes) – *d/dh (sonores), en admettant que les sonores et les sourdes pouvaient avoir deux réalisations, aspirée et non aspirée49.

  • 50 T. Gamkrelidze parle, en toute modestie, de « révolution copemicienne » (1987 et 1990).
  • 51 Pour le germanique, voir en ce sens Normier, 1977 et Vennemann, 1984.

27Il s’agit là d’une reconstruction entièrement nouvelle, qui prend exactement le contrepied des conceptions traditionnelles50. Dans la théorie classique, en effet, on admet que la majorité des langues de la famille ont conservé, pour l’essentiel, le système ancien (parfois en le simplifiant), à l’exception du germanique et de l’arménien, qui sont passés par une mutation consonantique. Dans la nouvelle théorie, ce sont au contraire les langues à mutation consonantique que l’on tient pour conservatrices, ou, plus exactement, la prétendue mutation se révèle n’être qu’un mirage : on considère que le germanique et l’arménien ont gardé l’articulation sourde des globalisées, ce qui, par contrecoup, a imposé l’allophone aspiré dans les sourdes quand le trait de glottalisation s’est trouvé menacé dans la série précédente, et, par un second contrecoup, l’allophone non aspiré dans les sonores51. S’il faut parler de mutation consonantique, c’est bien plutôt à propos des autres langues (indo-iranien, etc.), car elles ont changé en sonores les anciennes glottalisées sourdes, ce qui, par contrecoup, a entraîné la réalisation aspirée de la série sonore. L’arménien apparaît alors comme une langue particulièrement archaïque, trait lié à la théorie de T. Gamkrelidze et V.V. Ivanov selon laquelle le berceau des Indo-Européens se serait situé précisément en Arménie.

  • 52 Voir Pisowicz, 1988 ; état de la question un peu plus ancien chez Lamberterie, 1984, 226-30. Sur l’ (...)

28Sans entreprendre ici une discussion d’ensemble de cette théorie, nous nous limiterons à quelques remarques concernant les données arméniennes52 :

  1. Le point le plus solide de la théorie est la réinterprétation des sonores simples de l’indo-européen comme d’anciennes glottalisées, mais il ne s’ensuit pas que les éjectives de certains dialectes arméniens modernes orientaux continuent directement une série indo-européenne : quand on connaît l’importance des phénomènes de glottalisation sur l’aire caucasienne, une telle idée paraît contestable, et le traitement *dw- > erk- (ci-dessus 3a) invite à penser que le *t’ du plus ancien indo-européen était passé à *d dans la préhistoire de l’arménien comme dans le reste du domaine ; rien ne prouve d’ailleurs qu’il faille reconstruire les glottalisées indo-européennes comme des sourdes et non comme des sonores.

  2. Le traitement i.-e. *k > arm. s (sirt « cœur » < *kērdi) prouve qu’on ne peut poser en indo-européen une série *k/kh de sourdes potentiellement aspirées dont l’arménien attesterait la réalisation aspirée. Tout s’explique, au contraire, si l’on admet que dans la préhistoire de la langue il s’est produit d’abord une palatalisation *k > , commune à l’aire satǝm, puis, ensuite seulement, une mutation qui n’a pu atteindre un *k̂ > *ś déjà sorti du système des occlusives : la mutation n’a porté que sur un résidu et non sur l’ensemble du système indo-européen. Il y a là une isoglosse notable avec l’indo-iranien, puisque * aboutit en sanskrit à la sifflante palatale ś, donc à une non occlusive, au lieu que *ĝ et *ĝh aboutissent aux miocclusives j et *jh > h, c’est-à-dire au même résultat que dans la préhistoire de l’arménien avant la mutation qui a fait passer *j à c (= Itsl) et *jh à j (= /dz/). L’évolution ultérieure de *ś en s est attestée non seulement en arménien, mais aussi dans la plupart des parlers iraniens, sans parler de sl. s en regard de balt. š.

  3. C’est un paradoxe que de tenir pour conservatrices des langues comme le germanique ou l’arménien, car elles manifestent encore au cours de leur histoire une tendance persistante au chamboulement des séries : le nom Tigran de l’arménien ancien, conservé dans les dialectes orientaux, aboutit en arménien moderne occidental à Dikran, par l’effet d’une mutation comparable à celle qui sépare le haut-allemand des autres dialectes germaniques. Dans le cadre de la théorie classique, cette tendance s’interprète, tout naturellement, comme la continuation d’un processus entamé dans la préhistoire de la langue. Les autres langues indo-européennes, au contraire, font preuve sur ce point d’une bien plus grande stabilité au cours de leur histoire ; il est donc raisonnable de les tenir pour conservatrices en ce qui concerne également leur préhistoire. Comme le système consonantique de l’arménien classique ressemble d’une manière frappante à celui des langues non indo-européennes du Caucase du sud (géorgien, et plus encore mingrélien), l’idée, chère à Meillet, selon laquelle les mutations du germanique et de l’arménien seraient dues à l’influence d’un substrat reste plausible aujourd’hui encore.

d) La prothèse vocalique

  • 53 Discussion chez Lamberterie, 1984, 230-1 (à propos des thèses d’É. Benveniste). La prothèse vocaliq (...)

29Il s’agit là d’une isoglosse qui unit l’arménien au grec et aussi au phrygien, comme on le voit par le nom de l’« homme » : arm. ayr (nom.) < *anēr – gr. ἀνήρ (gén.aṙn< *anros = ἀνδρός), phryg. αναρ, en regard de skr. nar-/nṛ –, Dans cet exemple, la prothèse provient du dégagement d’une voyelle consécutif à la disparition d’une consonne « laryngale »*/h2, consonne qui remonte à l’état le plus ancien de l’indo-européen et dont une autre trace indirecte est l’allongement du composé skr. sū-nára- « à la force puissante » < *h1-h2nóre/o-. Mais les voyelles prothétiques ne remontent pas toutes à des laryngales ; certaines d’entre elles ont une origine récente ou tiennent à des contraintes du système phonétique de la langue. L’arménien partage notamment avec le grec la particularité de ne pas admettre la consonne *r- en début de mot, sans qu’on puisse savoir si c’est là un archaïsme ou une innovation53.

4. Morphologie

30On a déjà signalé plus haut (§ 2) que le grec, le phrygien, l’arménien et l’indo-iranien constituaient un ensemble que l’on peut définir comme l’aire de l’augment, aire qui coïncide avec celle de l’aoriste thématique. Encore faut-il préciser qu’à la date tardive où l’arménien nous est connu, la distinction entre thèmes thématiques et thèmes athématiques n’est plus pertinente dans la flexion de l’aoriste : tant à l’actif qu’au moyen, la langue n’a qu’un seul jeu de désinences verbales. Quant à l’augment, ce n’est ni une marque facultative comme en grec homérique et en sanskrit védique, ni une marque obligatoire comme en sanskrit et en grec classiques, mais un élément à fonction purement rythmique dont l’emploi est réglé par la structure de la racine ; l’augment n’apparaît qu’à certaines formes de l’aoriste pour donner plus de consistance à des formes qui sans cette adjonction seraient monosyllabiques : ainsi, du thème d’aoriste ber- « porter », e-ber « il porta » (avec désinence -Ø) en regard de ber-i « je portai » ou de ber-aw « il fut porté ». C’est là le résultat d’une longue évolution dont le détail nous échappe mais qui n’est pas sans évoquer, à certains égards, l’emploi de l’augment en grec moderne (έδεσα « je liai » vs δέθηχα « je fus lié »). D’une manière générale, la structure du verbe arménien classique, qui est fondée sur l’articulation de deux thèmes verbaux, le présent et l’aoriste, et dont le pivot est soit l’aoriste (dans les formations héritées), soit le présent (dans les formations récentes), rappelle fortement celle du grec moderne. Il s’agit là de développements parallèles dans deux langues proches l’une de l’autre.

31Si le système verbal résulte d’une série d’innovations qui sont allées dans le sens d’une simplification, l’arménien a, en revanche, gardé une riche flexion nominale, avec sept cas, ce qui est surprenant pour une langue qui dans sa préhistoire a perdu les finales indo-européennes. Ce maintien d’une structure archaïque est peut-être dû à l’influence des langues environnantes, notamment celles du Caucase du sud, qui ont une riche déclinaison ; ce qui invite à chercher en ce sens, c’est que l’arménien ignore tout autant que ces langues le genre grammatical, trait qui, pour une langue indo-européenne, représente évidemment une innovation.

5. Lexique

  • 54 Voir en ce sens Pedersen, 1982, 114 (= ZVS 39, 1906, 336). Dans une étude récente (Lamberterie, 199 (...)

32Les travaux classiques de Pedersen et de Meillet (ci-dessus § 2) restent, pour l’essentiel, valables aujourd’hui encore : c’est avec le grec que le vocabulaire arménien offre les correspondances les plus nombreuses et les plus frappantes. Parmi les éléments du lexique limités à ces deux langues, on peut citer, par exemple, les deux racines homonymiques arm. awel- = gr. όφελ- « accroître » et arm. awel- = gr. ὸφελ- « balayer », qui n’en faisaient sans doute qu’une seule à l’origine54.

  • 55 Voir Lamberterie, 1978, 243-5.

33Parfois la prise en compte de l’arménien permet d’éclairer l’origine des données grecques. Ainsi ayr « caverne » (homonyme de ayr « homme » = ἄνήµ), qui fait penser à gr. ἄντρον, ne peut y correspondre exactement ; mais si l’on reconstruit en grec commun un substantif animé *ἀντής dont le collectif ἀντρα aurait entraîné secondairement la création d’un singulatif ἄντρον on obtient une équation parfaite entre les deux langues et l’on restitue en grec une chaîne de formation identique à celle de ἀστήρ « astre » → ἄστραἄστρον 55.

  • 56 Voir sur ce point Euler, 1979.
  • 57 Meillet, 1977, 209-12 (= REArm 4, 1924, 1-4), avec nos prolongements 1988, 224-5.

34Dans le domaine de la formation des noms, où le grec présente tant de traits communs avec l’indo-iranien56, on relève également nombre d’isoglosses gréco-arméniennes. L’une des plus remarquables est celle des deux adjectifs « long » de l’arménien, dont l’étymologie est due à Meillet57 : d’une part arm. erkar = gr. δFηµός (*dwā-ó-, en regard du dérivé *dū-ró- des langues périphériques (skr. dūra-, lat. dūrāre), qui a le même suffixe mais une base radicale différente ; et de l’autre arm. erkayn < *dwā-n-yo-, dérivé (de date arménienne) en *-yo- d’un thème *dwā-n- reflété par l’adverbe gr. δFήν « longtemps » (pour la formation, cf. arm. layn « large » < *plā-nyo- en regard de lat. plānus) ; dans les deux langues, il faut partir de l’éclatement d’un thème hétéroclitique en *-r-/-n-.

  • 58 Voir Lamberterie, 1983.
  • 59 Cf. le substantif gawazan « houlette » cité ci-dessus § 1b. Sur le suffixe arménien, voir Bolognesi (...)

35Il arrive que l’on puisse restituer des mots gréco-arméniens d’une certaine ampleur. Ainsi gr. δµεπἄνη « faucille » a un répondant exact dans arm. artewan < *drepanā « sourcil » (désignation métaphorique)58. Comme il existe en grec un certain nombre de noms d’instruments en -ανον et en – ἄνη, on serait tenté a priori de considérer δµεπἄνη comme un dérivé de date grecque formé sur le verbe δµέπω « cueillir », et du côté arménien le suffixe -an- est productif également pour former des noms d’instruments59 ; mais il est exclu qu’il s’agisse, en l’occurrence, de créations parallèles. C’est dire que ces suffixes ont derrière eux une longue histoire.

Bibliographie

Bibliographie

Adjarian (Ačaṙyari) H. (1909). – Classification des dialectes arméniens, Paris.

- (1971 -1979). – Hayeren armatakan baṙaran [Dictionnaire étymologique de l’arménien], Erevan. I (A-D), 1971 ; II (E-K), 1973 ; III (H-Č‘) 1977 ; IV (P-F), 1979 (édition imprimée de l’original paru en polycopie en 7 vol., de 1926 à 1935).

Awetikean G., Siwrmelean X., Awgerean M. (1836-1837). – Nor baṙgirk’ haykazean lezui [Nouveau Dictionnaire de la langue arménienne], Venise. I (A-K), 1836 ; II (H-F), 1837.

Bader E (1973). – « Lat. nempe, porceo et les fonctions des particules pronominales », BSL 68, 27-75.

– (1985). – « De skr. anyá- à ārya- : noms i.-e. de l’“autre” », BSL 80, 57-90.

Benveniste É. (1930). – « Sur -r- de arménien merk “nu” », REArm 10, 187.

– (1959). – « Sur la phonétique et la syntaxe de l’arménien classique », BSL 54, 46-68.

– (1961). – Проблемы армянского консонантизма, ВЯ (Vopr. Jаz.) 3, 37-39.

Bolognesi G. (1960). – Le fond dialettali degli imprestiti iranici in armeno, Milan.

– (1984). – « Arménien et iranien dans l’œuvre d’É. Benveniste », É. Benveniste aujourd’hui, Actes du Colloque international du CNRS (Tours, 28-30 septembre 1983), II, 183-196.

– (1987). – « Il contributo di Antoine Meillet agli studi di linguistica armena », L’opéra scientifica di Antoine Meillet, ed. A.Q. Moreschini, Pise, 119-146.

– (1988). – « La stratificazione del lessico armeno nell’opera di J.J. Schröder », Energeia und Ergon. Festschrift für E. Coseriu, edd. J. Albrecht, J. Ludtke et H. Thun, Tübingen, II, 561-571.

– (1990a). – Studi glottologici filologici orientali, Brescia.

– (1990b). – « Arménien et iranien. Une théorie linguistique passée inaperçue », When Worlds Collide : The Indo-Europeans and the Pre-Indo-Europeans, edd. T.L. Markey et J.A.C. Greppin, Ann Arbor, 227-236.

Bomhard A.R. (1979). – « The Indo-European phonological System : new thoughts about its reconstruction and development », Orbis 28, 66-110.

– (1988). – « Recent trends in the reconstruction of the Proto-Indo-European consonant System », HS 101, 2-25.

Bonfante G. (1937). – « Les isoglosses gréco-arméniennes. I. Faits phonétiques », Mélanges... Pedersen, Aarhus, 125-33.

– (1946). – « Armenians and Phrygians », Armenian Quarterly I/1, 82-97.

– (1978). – « Faits phonétiques romans éclairant des faits indo-européens », BSL 73, 221.

– (1982). – « The place of Armenian among the Indo-European languages », AION 14, 151-169.

Bopp F. (1816). – Über das Conjugationssystem der Sanskritsprache in Vergleichung mit jenem der griechischen, lateinischen, persischen und germanischen Sprache, Francfort-sur-le-Main (repr. Hildesheim – New York, 1975).

– (1833-1849). – Vergleichende Grammatik des Sanskrit, Zend, Griechischen, Lateinischen, Litthauischen, Gothischen und Deutschen, Berlin. I, 1833 ; II, 1835 (avec adjonction de Altslawischen dans le titre) ; III, 1837 ; IV, 1842 ; V, 1849.

– (1857-1861). – Vergleichende Grammatik des Sanskrit, Send, Armenischen, Griechischen, Lateinischen, Litauischen, Altslawischen, Gotischen und Deutschen, Berlin. I, 1857 ; II, 1858 ; III, 1861 (+ index par C. Arendt, 1863).

– (1866-1872). – Grammaire comparée des langues indo-européennes, comprenant le sanscrit, le zend, l’arménien, le grec, le latin, le lithuanien, l’ancien slave, le gothique et l’allemand, traduite sur la deuxième édition par M. Bréal, Paris. I, 1866 ; II, 1868 ; III, 1869 ; IV, 1872 (+ V, index par F. Meunier, 1874).

Brixhe C. (1983). – « Épigraphie et grammaire du phrygien : état présent et perspectives », Le lingue indoeuropee di frammentaria attestazione (Atti del Convegno délia Società Italiana di Glottologia e della Indogermanische Gesellschaft, Udine, 22-24 set. 1981), Pise, 109-133.

Brixhe C. – Lejeune M. (1984). – Corpus des inscriptions paléo-phrygiennes, Paris.

Brugmann K. – Delbrück B. (1897-1916). – Grundriβ der vergleichenden Grammatik der indogermanischen Sprachen, Strasbourg. I-II, 2e éd. (K.B.), 1897-1916 ; III-V (B.D.), 1893-1900.

Chantraine P. (1933). – La Formation des noms en grec ancien, Paris.

Djahukian. – voir Jahukyan.

Dumézil G. (1948). – « L’Arménien à l’École Nationale des Langues Orientales Vivantes », Cent-cinquentenaire de l’École des Langues Orientales, Paris, 65- 74.

Dunkel G. (1981). – « Typology versus reconstruction », Bono Homini Donum : Essays in Historical Linguistics, in Memory of J. Alexander Kerns, edd. Y.L. Arbeitman et A.R. Bomhard, Amsterdam, II, 559-569.

Euler W. (1979). – Indoiranisch-griechische Gemeinsamkeiten der Nominalbildung und deren indogermanische Grundlage, Innsbruck.

Gamkrelidze T.V. (1981). – « Language typology and language universals and their implication for the reconstruction of the Indo-European stop System », Bono Homini Donum : Essays... Kerns (cf. Dunkel, 1981), II, 571-609.

– (1984). – « Индоевропейскаяглоттальная теорияи система. древнеармянского консонантизма”, Miǰazgayin hayerenagitakan gitažołov (Erevan, 21-25 sept. 1982), Zekuc’umner, Erevan, 31-34.

– (1985). – « The Indo-European “glottalic theory” and the System of Old Armenian consonantism », Studia Linguistica Diachronica et Synchronica, Werner Winter sexagenario anno MCMLXXXIII, edd. U. Pieper et G. Stickel, Berlin – New York – Amsterdam, 281-284 (= 1984).

– (1987). – « The Indo-European glottalic theory : a new paradigm in i.-e. comparative linguistics », JIES 15, 48-59.

– (1989). – « Markedness, sound change and linguistic reconstruction », Markedness in Synchrony and Diachrony, ed. O.M. Tomić, Berlin – New York, 1989, 87-101.

– (1990). – « The Indo-European glottalic theory in the light of recent critique », FoLH9H, 3-12.

Gamkrelidze T.V. – ivanov V.V. (1973). – « Sprachtypologie und die Rekonstruktion der gemeinindogermanischen Verschlüsse », Phonetica 27, 150-156.

- (1984). – Индоевропейский язык и Индоевропейцы, 2 vol., Tbilissi.

Godel R. (1975). – An Introduction to the Study of Classical Armenian, Wiesbaden.

– (1982). – Linguistique arménienne : Etudes diachroniques, Vaduz-Paris.

Greppin J. – Khachaturian A. (1986). – A Handbook of Armenian Dialectology, Delmar (NY).

Haas O. (1966). – Die phrygischen Sprachdenkmäler, Sofia.

Hagège Cl. – Haudricourt A.G. (1978). – La Phonologie panchronique, Paris.

Haider H. (1985). – « The fallacy of typology », Lingua 65, 1-27.

Hamp E.P. (1979). – « Indo-European *gwen-Ha », ZVS 93, 1-7.

– (1983). – « Philologica varia », REArm 17, 5-12.

Haudricourt A.G. (1975). – « Les mutations consonantiques (occlusives) en indo-européen », Mélanges linguistiques offerts à Émile Benveniste, Paris-Louvain, 267-272.

Hersche R. (1964). – Untersuchungen zur Frage der Tenues Aspiratae im Indogermanischen, Wiesbaden.

hopper P.J. (1973). – « Glottalized and murmured occlusives in Indo-European », Glossa 7, 141-166.

– (1981). – « “Decem” and “Taihun” languages : an Indo-European isogloss », Bono Homini Donum : Essays... Kems (cf. Dunkel, 1981), I, 133- 142.

– (1982). – « Areal typology and the early Indo-European consonant System », The Indo-Europeans in the Fourth and Third Millenia, ed. E.C. Polomé, Ann Arbor, 121-139.

Hübschmann H. (1897). – Armenische Grammatik. Erster Teil : Armenische Etymologie, Leipzig.

– (1976). – Kleine Schriften zum Armenischen, ed. R. Schmitt, Hildesheim – New York.

Huld M. (1986). – « On the unacceptability of the Indo-European voiced stops as ejectives », IF 91, 67-78.

Jahukyan (Джаукян) GB. (1978). – Oσɰee И aрмянcкoe яЗЬIкοЗнaниe Erevan.

– (1980). – « On the position of Armenian in the Indo-European languages », First International Conférence on Armenian Linguistics, Proceedings, ed. J. Greppin, Delmar (NY), 3-16.

– (1982). – Сравнительная грамматика ВpМЯНСКОГО ЯЗЫКВ, Erevan.

– (1983). – « On etymological doublets and parallels of Armenian », AArmL 4, 23-34.

– (1984). – « Об этимологических дублетах и параллелях в армянском языке, Miǰazgayin hayerenagitakan gitaǯoƚov (Erevan, 21-25 sept. 1982), Zekuc’umner, Erevan, 146-160 (= 1983).

– (1985). – « Die archaischen Schichten armenischer Dialektwôrter », Studia Linguistica Diachronica et Synchronica, Werner Winter sexagenario anno MCMLXXXIII, edd. U. Pieper et G. Stickel, Berlin – New York – Amsterdam, 151-160.

– (1987). – Hayoc’ lezvi patmut’yun. Naxagrayin ǯamanakašrǰan [Histoire de la langue arménienne : époque prélittéraire], Erevan.

– (1990). – « A variational model of the Indo-European consonant System », HS 103, 1-16.

Jakobson R. (1962). – Selected Writings, I, La Haye.

Jankowsky K.R. (1972). – The Neogrammarians, La Haye – Paris.

Klingenschmitt G. (1972). – Das altarmenische Verbum, Wiesbaden.

Kortlandt F. (1978a). – « Notes on Armenian historical phonology II (The second consonant shift) », Stud. Caucas. 4, 9-16.

– (1978b). – « Proto-Indo-European obstruents », IF 83, 107-118.

– (1985). – « Proto-Indo-European glottalic stops : the comparative évidence », FLH VI/2, 183-201.

– (1986). – « Armenian and Albanian », La Place de l’arménien dans les langues indo-européennes, edd. M. Leroy et F. Mawet, Louvain, 38-47.

– (1989). – « The making of a puzzle », AArmL 10, 43-52.

Lamberterie Ch. de (1973-74). – « Les occlusives sonores aspirées de l’arménien classique », REArm 10, 39-44.

– (1978). – « Armeniaca I-VIII : études lexicales », BSL 73, 243-285.

– (1978-79). – « Armeniaca X : une isoglosse gréco-arménienne », REArm 13, 31-40.

– (1980). – « Échange de gutturales en arménien » (= Armeniaca XII), AArmL 1, 23-37.

– (1982). – « La racine *(s) per-ĝh- en arménien » (= Armeniaca XVI), REArm 16, 57-68.

– (1983). – « Une bagatelle étymologique (artewanunkʻ / δµεπἄνη) » (= Armeniaca XVII), REArm 17, 21-22.

– (1984). – « Benveniste et la linguistique arménienne », É. Benveniste aujourd’hui, Actes du Colloque international du CNRS (Tours, 28-30 sept. 1983), Paris, II, 225-238.

– (1985). – « Arménien apak’ēn » (= Armeniaca XVIII), AArmL 6, 39-44.

– (1986). – « Deux isoglosses entre l’arménien et l’indo-iranien » (= Armeniaca XIX-XX), La Place de l’arménien (cf. Kortlandt, 1986), 48-61.

– (1988). – « Meillet et l’arménien », HEL 10/2 (Antoine Meillet et la linguistique de son temps), 217-234.

– (1989). – « Arménien ari et anari », Études irano-aryennes offertes à Gilbert Lazard, edd. C.-H. de Fouchécour et Ph. Gignoux, Paris, 237-246.

– (1990). – Les Adjectifs grecs en -υ, 2 vol., Louvain-la-Neuve.

– (1992). – « Le problème de l’homonymie : les trois verbes όφέλλω en grec ancien », La langue et les textes en grec ancien (Actes du colloque Pierre Chantraine, Grenoble, 5-8 septembre 1989), ed. F Létoublon, Amsterdam, 201- 217.

Létoublon F. – Lamberterie Ch. de (1980). – « La roue tourne », RPh 54, 305-326 (pp. 314-326 = C.L. Armeniaca XIII).

Martinet A. (1953). – « Remarques sur le consonantisme sémitique », BSL 49, 67-78.

Mayrhofer M. (1986). – Indogermanische Grammatik. 1/2 : Lautlehre, Heidelberg.

Meillet A. (1913). – Altarmenisches Elementarbuch, Heidelberg.

– (1922). – Les Dialectes indo-européens, 2e éd. (nouveau tirage avec une introduction nouvelle), Paris (1re éd., 1908).

– (1925). – La Méthode comparative en linguistique historique, Oslo.

– (1936). – Esquisse d’une grammaire comparée de l’arménien classique, 2e éd., Vienne (1re éd., 1903).

– (1937). – Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes, 8e éd., Paris (repr. Alabama, 1964 – 1re éd., 1903).

– (1962). – Études de linguistique et de philologie arméniennes. I, Lisbonne.

– (1977). – Études de linguistique et de philologie arméniennes. II, Louvain.

Normier R. (1977). – « Idg. Konsonantismus, germ. “Lautverschiebung” und Vernersches Gesetz », ZVS 91, 171-218.

Olsen B. (1985). – « On the development of Indo-European prothetic vowels in classical Armenian », REArm 19, 5-17.

– (1989). – « A trace of Indo-European accent in Armenian », HS 102, 220-240.

Pedersen H. (1925). – Le Groupement des dialectes indo-européens, Copenhague.

– (1982). – Kleine Schriften zum Armenischen, ed. R. Schmitt, Hildesheim – New York.

Petermann H. (1837). – Grammatica linguœ armeniacœ, Berlin.

Picard M. (1989). – « A reanalysis of Armenian prothesis and metathesis », FLH 10/1-2, 61-69.

Pisowicz A. (1976). – Le développement du consonantisme arménien, Cracovie.

– (1988). – « Objections d’un arménologue contre la théorie glottale », FO 25, 213-225.

Porzig W. (1954). – Die Gliederung des indogermanischen Sprachgebiets, Heidelberg (repr., 1974).

Schleicher A. (1861-1862). – Compendium der vergleichenden Grammatik der indogermanischen Sprachen, Weimar (3e éd., 1871).

Schmidt K.H. (1980). – « Armenian and Indo-European », First International Conférence on Armenian Linguistics : Proceedings, ed. J. Greppin, Delmar (NY), 35-58.

– (1990). – « The Indo-European basis of Proto-Armenian : Principles of Reconstruction », AArmL 11, 33-47.

Schmitt R. (1972) [74], – « Die Erforschung des Klassisch-Armenischen seit Meillet (1936) », Kratylos, 17, 1-68.

– (1975). – « Von Bopp bis Hübschmann : Das Armenische als indogermanische Sprache », ZVS 89, 3-30.

– (1981). – Grammatik des Klassisch-Armenischen mit sprachverglei-chenden Erläuterungen, Innsbruck.

– (1983). – « Iranisches Lehngut im Armenischen », REArm 17, 73-112.

– (1986). – « Ein vergessener Pionier der Armenisch-Forschung », o-ope-ro-si, Festschrift für Ernst Risch zum 75. Geburtstag, ed. A. Etter, Berlin – New York, 650-653.

– (1987). – « Iranian influences in Armenian. I. General », Encyclopaedia Iranica, ed. E. Yarshater, Londres – New York, II, 445-459.

Schrôder J.J. (1711). – Thésaurus linguœ armeniacœ, Amsterdam.

Solta G.R. (1960). – Die Stellung des Armenischen im Kreise der indogermanischen Sprachen, Vienne.

Szemerényi O. (1987). – Scripta Minora, 3 vol. (I : Indo-European : II : Latin ; III : Greek), Innsbruck.

– (1991). – Scripta Minora, IV (I.-E. Languages Other than Latin and Greek), Innsbruck.

Vennemann T. (1984). – « Hochgermanisch und Niedergermanisch. Die Verzwei-gungstheorie der germanisch-deutschen Lautverschiebung », PBB 106, 1-45.

– (1986). – « Syllable-based sound changes in early Armenian », AArmL 7, 27-43.

– (1989). – T.V (ed.), The New Sound of Indo-European. Essays in Phonological Reconstruction, Berlin – New York.

Verner K. (1877). – « Eine ausnahme der ersten lautverschiebung », KZ 23, 97- 130 (écrit en 1875).

Vogt H. (1988). – Linguistique caucasienne et arménienne, Oslo.

Watkins C. (1963). – « Preliminaries to a historical and comparative analysis of the syntax of the Old Irish verb », Celtica 6, 1-49.

– (1969). – Geschichte der indogermanischen Verbalflexion (= Indogermanische Grammatik, ed. J. Kuryłowicz, III/1), Heidelberg.

Weitenberg J.J.S. (1985). – « Additional -n in Armenian », AArmL 6, 101-106.

– (1986). – « Additional h-, initial y- and Indo-European *y- in Armenian », La Place de l’arménien (cf. Kortlandt, 1986), 90-101.

Windischmann F. (1846). – « Die Grundlage des Armenischen im arischen Sprachstamme », Abhandlungen der königlich bayerischen Akademie der Wissenschaften, philos.-philolog. Classe, IV/2, Munich, 1-49.

Winter W. (1966). – « Traces of early dialectal diversity in Old Armenian », Ancient Indo-European Dialects, edd. H. Birnbaum et J. Puhvel, Berkeley – Los Angeles, 201-211.

Zeller H. (1927). – « Armenisch », Die Erforschung der indogermanischen Sprachen (= Geschichte der indogermanischen Sprachwissenschaft II), IV/2, Berlin – Leipzig, 85-104.

Notes

1 Sur les recherches antérieures à Hübschmann, voir Schmitt, 1975 et 1986 ; sur Hübschmann, l’introduction de R. Schmitt à Hübschmann, 1976 (p. IX-XIV). Cf. aussi Zeller, 1927, 85-9.

2 Schrôder, 1711 ; Bolognesi, 1988 et 1990b, avec la conclusion (1990b, 235) : « Il est bon de ne pas négliger a priori la lecture de livres appartenant à la “préhistoire” de la linguistique, celle-ci pouvant nous réserver la belle surprise de découvrir qu’en réalité des vérités scientifiques, considérées comme des acquisitions récentes, ont depuis longtemps été énoncées ».

3 Bopp, 1816. – Dans une lettre à Karl Joseph Windischmann, Bopp déclare pourtant qu’il avait parcouru une grammaire de l’arménien au cours de l’été 1814 lors de son séjour à Paris (voir Schmitt, 1975, 4). Il s’agit probablement du bref Essai sur la langue arménienne (P‘orjaṙut‘iwn haykakan lezuin) de M. Bellaud, docteur en médecine, publié à Paris en 1812 (an 1261 de l’ère arménienne). Élève de Chahan de Cirbied, qui depuis le 5 février 1811 donnait un cours d’arménien à l’École spéciale des langues orientales vivantes, l’auteur de cet opuscule le présente comme une propédeutique à la « grammaire arménienne complète » que préparait son maître (p. VI). Ladite Grammaire de l’arménien parut, de fait, en 1823 (voir Dumézil, 1948, 65).

4 Petermann, 1837 ; Windischmann, 1846 (sur la genèse de cet ouvrage, voir Schmitt, 1975, 11-4). – Le slave, absent du premier volume (1833) de l’ouvrage de Bopp, figure dans le titre à partir du second volume (1835). – Sur l’importance de la Vergleichende Grammatik, voir l’introduction de M. Bréal à la traduction française de la 2e édition (1866-72, I [1866], XXXVI-XXXVIII). L’admirable texte de Bréal (p. I-LVII), qui porte la marque d’une clairvoyance peu commune, mérite d’être considéré comme un classique de la linguistique.

5 Bopp, 1833-49, 1271-2. L’auteur rapproche aussi, pour la formation du présent, arm. luanam de gr. πλύνω « baigner » (1272). À propos des présents en -a-, il évoque la première conjugaison latine (1273, avec référence à Windischmann), et sur ce point il a raison plus encore qu’il ne le pense, car l’exemple qu’il cite, à savoir orsam « chasser », s’analyse à l’intérieur de l’arménien comme un dérivé de ors, gén. orsoy « chasse » (sur le type, voir Klingenschmitt, 1982, 89), au même titre qu’en latin proāüre « faire une demande en mariage » dérive de procus, gén. procī « prétendant ». À partir de la racine i.-e. *perk- /prek̂- « chercher à obtenir », les deux langues présentent un remarquable parallélisme de développement : pré-arménien *pórk̂- e/0- (nom d’action) → *pork̂-āye/0-, pré-latin *prok̂- ó- (nom d’agent) → *prok̂-āy e/0-. L’arménien atteste en outre un thème nominal *pork̂-ā-dans le nom d’agent composé jkn-ors, instr. °orsaw « pêcheur », litt. « chasseur de poisson » (sur le type, voir Meillet, 1962, 171-4 = MSL 18, 1913, 257-60).
La première mention de l’arménien apparaît pp. 1269-70, à propos de l’infinitif en -l que Bopp rapproche de l’infinitif germanique en -an et des formations indo-iraniennes en – ana-, en considérant que -l provient de la même « dégénérescence » de -n que dans arm. ayl, gr.ἄλλος, lat. alius « autre » en regard de skr. anyá- de même sens. Dans la lignée de Bopp, divers auteurs ont cherché à ramener à l’unité les deux noms indo-européens *alyo-et *anyo- de l’« autre » (ainsi, récemment, Bonfante, 1978, qui part de *alyo-’), tandis que d’autres les considèrent comme irréductibles l’un à l’autre (ainsi Bader, 1985, 57), ce qui paraît préférable : l’élément *-n- qui figure dans *anyo- ne saurait, en effet, être séparé du thème pronominal i.-e. *no- qui désigne l’objet lointain (v.sl. onǔ, etc.), et ce dernier est représenté en arménien par n- (anaphorique na < *no-ay, démonstratif ayn < *ay-no-, etc.).

6 Voir sur ce point Bréal, op. cit. (n. 4), XIX-XXII (à propos de Bopp, 1816).

7 Schleicher, 1861-62, 5, et même doctrine déjà dans un ouvrage de 1850, à la suite de Windischmann (voir Schmitt, 1975, 14).

8 Bopp, 1866-72,1 (1866), 11 (= 1857-61, I, 1857, XIV).

9 Ibid., 15 (= XVII).

10 Bopp, 1866-72, I (1866), § 183b, 2, p. 402 (« d’après... germaniques » souligné par nous).

11 Ibid., §87, 1, p. 149.

12 Cette analyse de arm. ta- = lat. dǎ- < i.-e. *d∂- a été reprise notamment par R. Godel (1982, 21 = REArm N.S. 2, 1965, 23), mais avec des réserves, car le présent arménien peut aussi reposer sur *dǝ-y e/0- (Meillet, 1936, 132-3). G. Klingenschmitt (1982, 85-6) estime que le seul présent de la racine *dō- < *deh3- que l’on puisse poser en indo-européen est une formation à redoublement, reconstruite à partir du grec et de l’indo-iranien, et laisse la forme arménienne inexpliquée ; mais la racine hittite dā- « prendre », que l’on s’accorde à faire dériver de i.-e. *dō-, a un présent sans redoublement. Tout n’est certes pas clair dans la flexion du verbe arménien, mais le thème tac‘– du subjonctif aoriste, qui repose sur i.-e. *d∂-sk̂ e/0-, se retrouve dans l’itératif hittite daskizzi de dā- (Watkins, 1969, 57) ; on rapprochera aussi, avec désinences secondaires, l’itératif ionien δόσχον. La question reste posée de savoir si ce subjonctif, qui en synchronie se rattache à l’aoriste, doit être considéré en diachronie comme un dérivé du thème d’aoriste ou du thème de présent ; R. Godel a donné successivement les deux analyses (1982, 34 = REArm 2, 1965, 36 ; 1982, 85-6 = REArm 14, 1980, 16).

13 Voir le détail des données chez Schmitt, 1975, 15-9.

14 Vemer, 1877. Tout récemment, B. Olsen, compatriote de Verner, a pensé pouvoir établir un équivalent arménien de cette loi (1989) ; l’idée est en elle-même fort intéressante, mais les exemples allégués ne nous paraissent pas tous également convaincants.

15 H. Hübschmann, « Ueber die stellung des armenischen im kreise der indogermanischen sprachen », KZ 23, 1 (1875), 5-49, repris dans Hübschmann, 1976, 1-45. Les exemples cités ici sont analysés p. 9, 20, 21 et 33 (= 5, 16, 17, 29 du recueil). La finale de arm. gawazan (instr. sg. gawazanaw) est un suffixe -an- usuel dans la langue pour former des noms d’instruments (voir ci-dessous § 5).

16 Voir sur ce point Meillet, 1936, 15 et 1937, 476. – En ce qui concerne le « mouvement de 1875 », l’exposé de Meillet (1937, 468-78 – cette expression p. 478) garde encore toute sa valeur. Il est fort surprenant que dans un ouvrage de 275 pages consacré aux néo-grammairiens (Jankowsky, 1972) le nom de Hübschmann n’apparaisse pas une seule fois, autant du moins qu’on puisse en juger d’après l’index placé à la fin du volume. Peu importe, en l’occurrence, que Hübschmann ait fait partie ou non du groupe de Leipzig ; l’essentiel n’est pas l’appartenance à une chapelle ou le rattachement à un slogan. La fécondité du courant néo-grammairien est d’avoir opéré une rupture épistémologique avec le romantisme (« scission... définitive », Meillet, 1937,468-9) et introduit une exigence de rigueur en linguistique historique ; à cet égard, Hübschmann s’y rattache pleinement et son œuvre en est l’un des acquis les plus brillants. Il en va de même du Mémoire de F. de Saussure (1878), quelles qu’aient été les relations de Saussure avec « ces messieurs de Leipzig ».

17 Hübschmann, 1897. La plupart des études rassemblées dans Hübschmann, 1976 étant antérieures à cet ouvrage, on peut considérer que, pour l’essentiel, il représente le dernier point de vue de l’auteur.

18 Ce fait a été établi par A. Meillet, MSL 17, 1911, 242-50 (repris dans Meillet, 1977, 142-50) ; REArm 1, 1920, 9-14 (= 1977, 180-85) et 2, 1922, 1-6 (= 1977, 197-202). De nombreux emprunts à l’iranien ont été identifiés aussi par É. Benveniste (cf. Bolognesi, 1984) et par bien d’autres savants : voir les synthèses de Bolognesi, 1960 ; Schmitt, 1983 et 1987.

19 Cela est vrai particulièrement lorsque l’arménien et l’iranien connaissent le même développement phonétique à partir de l’indo-européen : les deux langues représentent en effet i.e. *bh et *dh par b et d, etc. Lorsque les critères phonétiques ne permettent pas de trancher, il faut recourir à la morphologie pour décider entre l’emprunt et l’héritage (voir certains cas de ce type Lamberterie, 1984, 236). Parfois l’arménien offre un mélange inextricable de formes empruntées et de formes héritées (Lamberterie, 1985 et 1989).

20 Voir en dernier lieu Bolognesi, 1990a, 389-90 (repris de REArm 18, 1984, 294).

21 Cette remarquable étymologie, qui est due à O. Szemerényi (1991, 1888-90 = Sprache 12, 1967, 223-5), nous paraît résister aux objections de Klingenschmitt, 1982, 251-2. – Pour d’autres exemples de calques, voir, outre les études citées n. 18, Bolognesi, 1990a, 197-212 (= RIL 96, 1962, 235 sqq.) et 319-46 (= HA 75, 1961, 657-84).

22 Ouvrages : Meillet, 1936 et 1913. Articles : Meillet, 1962 (cinq grands articles, écrits entre 1897 et 1911, qui forment une suite intitulée par l’auteur « Recherches sur la syntaxe comparée de l’arménien », plus une étude sur la composition) et 1977. Le recueil de 1977, dont la réalisation laisse à désirer, est loin d’être complet : voir Lamberterie, 1988 (avec bibl.). Sur l’œuvre de Meillet, voir aussi Bolognesi, 1987.

23 Parmi ces derniers, on peut signaler, pour se limiter aux ouvrages d’ensemble : Godel, 1975 ; Schmitt, 1981 ; Jahukyan, 1982 et 1987. – Les travaux publiés entre 1936 (année de la mort de Meillet) et 1972 sont recensés par Schmitt, 1972 [74] ; après cette date, il faut se référer à la rubrique « arménien » de la Bibliographie linguistique et de l’Indogermanische Chronik (R. Schmitt) dans la revue Die Sprache.

24 Adjarian, 1971-79.

25 Voir en ce sens notamment l’ouvrage classique de Porzig, 1954, 152 sq. (avec renvoi aux travaux antérieurs, dont le plus important est Meillet, 1922). Parmi les études plus récentes : Solta, 1960 ; Jahukyan, 1980 ; 1982, 199-205 ; 1987, 86-222 ; Schmidt, 1980 et 1990 ; Kortlandt, 1986 ; Lamberterie, 1986. – En ce qui concerne les relations entre arménien et phrygien, les travaux de Bonfante (1946, 1982) et de Haas (1966, 240-57) sont vieillis sur le plan philologique ; les données paléo-phrygiennes sont à citer désormais d’après Brixhe-Lejeune, 1984, ouvrage qui se refuse à la comparaison mais grâce auquel on dispose enfin d’une base solide pour tout futur travail comparatif (cf. aussi Brixhe, 1983).

26 Voir Lamberterie, 1978-79.

27 Watkins, 1963, 15, avec les compléments de Bader, 1973, 32-3.

28 Voir Schmidt, 1980, 39 et n. 13 (avec bibl.).

29 Voir Watkins, 1969, §43 (avec bibl.).

30 Pedersen, 1982, 220 (= ZVS 39, 1906, 442) et 302-9 (écrit en 1924) ; Meillet, 1936, 142 ; Bonfante, 1937 et 1982.

31 Voir notamment Hamp, 1979, 4-5 et 1983, 6.

32 D’où le scepticisme de Pedersen, 1925, 44-51.

33 Voir en ce sens Winter, 1966 ; Jahukyan, 1983 (= 1984), et la préface de Jahukyan à Greppin-Khachaturian, 1986, 9-10.

34 Sur cette racine et ses correspondants grecs, voir Létoublon-Lamberterie, 1980.

35 Voir, par exemple, Weitenberg, 1985 et 1986 (avec bibl.) ; cf. aussi Jahukyan, 1985. – Sur les dialectes arméniens, voir Adjarian, 1909 et Greppin – Khachaturian, 1986.

36 Voir la contribution de M. Mayrhofer dans le présent recueil.

37 Ainsi Meillet, 1925, 5-7, 31-4, 106-9. Sur cette correspondance, qui a été souvent – et bien à tort – contestée, voir Lamberterie, 1988, 222-8, avec histoire de la question et relevé de l’ensemble des exemples ; en dernier lieu Vennemann, 1986 (pour la loi), Kortlandt, 1989 (contre la loi) et Picard, 1989 (pour la loi, mais contre les vues de Vennemann). Les adversaires de la loi posent une correspondance i.-e. *dw- > arménien k- (parallèle à *tw- > k‘–) qu’ils sont bien en peine de justifier par une étymologie convaincante.

38 Lamberterie, 1988, 227.

39 Benveniste, 1930, mais avec une chronologie différente de la nôtre : l’auteur situe la métathèse après la mutation consonantique, alors que nous y voyons une étape antérieure, comme dans le groupe *dr- > *ard- > art-.

40 Sur le détail des données, voir notamment Jahukyan, 1978, 119-29 (repris de ZVS 89, 1975, 31-42 [version allemande]).

41 Voir en dernier lieu Bolognesi, 1990a, 371-5 (avec bibl.) ; Lamberterie, 1990, 268-70, où il est montré que l’anticipation de l’élément labial se retrouve en grec dans le nom du « cou », gr. αύχήν, arm. awjik’, qui est un dérivé à suffixe *-w- de la racine *anĝh- « resserrer » (gr. ἀγχ-. arménien anj-).
Nous ne poserons pas ici le « problème des gutturales », qui consiste à savoir s’il faut restituer en indo-européen deux séries de dorsales, sc. *kw/k, conservées dans les langues centum et palatalisées en *k/k̂ dans l’aire satəm, ou trois séries, sc. *kw (labiovélaire), *k (vélaire pure, représentée par k dans l’ensemble du domaine indo-européen) et * (palatale conservée dans l’aire satəm et confondue avec la vélaire pure dans les langues centum). Nous nous rallions à la première thèse (Lamberterie, 1980 ; Létoublon-Lamberterie, 1980, 317-8 ; Lamberterie, 1986, 53-7), estimant, avec Meillet, qu’il est simpliste de restituer de l’indo-européen en additionnant ce qu’on trouve dans les langues indo-européennes. On a cherché des traces des labiovélaires en albanais et en indo-iranien (Bolognesi, l.e., avec bibl.) ; les exemples allégués ne sont guère convaincants, mais ce n’est pas ici le fieu de développer ce point.

42 Voir en ce sens notamment Brugmann-Delbrück, 1897-1916,1/2 (1897), 623-721.

43 Voir Meillet, 1922, 78-83 ; 1977, 274-85 (= BSL 36, 1935, 109-20) ; Hiersche, 1964 ; Lamberterie, 1982 ; 1990, 823-4 et 841-2.

44 Meillet, 1936, 25-38. Cf. aussi 1922, 89-96 (reproduit dans 1977, 391-97).

45 Benveniste, 1959, 46-56, avec histoire de la question (l’idée remonte à Pedersen, 1982, 114-5 = ZVS 39, 1906 [écrit en 1904], 336-7) et 1961 ; Vogt, 1988, 430-48 (= NTS 18, 1958, 143-61) et 458-61 (= Vopr. Jaz. 1961, 3, 40-3). Cf. aussi, dans le même sens, Lamberterie, 1973-74.

46 Voir Pisowicz, 1976, 25 sq. ; Kortlandt, 1978a ; Lamberterie, 1984, 226-30.

47 Voir notamment Jakobson, 1962, 523-32 (première publication en 1958).

48 Voir Martinet, 1953, 70 n. 1 ; Gamkrelidze-Ivanov, 1973 ; 1984, 41-54 ; Haudricourt, 1975, 267-72 ; Hagège-Haudricourt, 1978, 123-5 et 165-6 ; Gamkrelidze, 1984 et 1985. F. Kortlandt (1978a, 12-5 ; 1978b, 107 et 110-1) estime que les éjectives de l’arménien sont bien héritées, mais reconstruit en indo-européen des glottalisées sonores.

49 Voir notamment Gamkrelidze-Ivanov, 1973 ; 1984, 5-80 ; Hopper, 1973, 1981, 1982 ; Haudricourt, 1975 ; Bomhard, 1979 ; Kortlandt, 1978b et 1985 (cette dernière étude faisant des concessions à la théorie classique) ; Gamkrelidze, 1981, 1984, 1987, 1989, 1990. Synthèse utile chez Bomhard, 1988, avec une riche bibliographie. État de la question et discussions récentes chez Vennemann (ed.), 1989, 83-263.

50 T. Gamkrelidze parle, en toute modestie, de « révolution copemicienne » (1987 et 1990).

51 Pour le germanique, voir en ce sens Normier, 1977 et Vennemann, 1984.

52 Voir Pisowicz, 1988 ; état de la question un peu plus ancien chez Lamberterie, 1984, 226-30. Sur l’ensemble de la théorie, objections de Dunkel, 1981 (d’où une vive polémique avec Hopper, dont on trouve un écho chez Hopper, 1981, 140-1) ; Haider, 1985 ; Huld, 1986 ; Mayrhofer, 1986, 96-7 ; Szemerényi, 1987, I, 397-410 (= TPS 1985, 3-15) ; Djahukian, 1990.

53 Discussion chez Lamberterie, 1984, 230-1 (à propos des thèses d’É. Benveniste). La prothèse vocalique de l’arménien et du grec a été l’objet d’une multitude de travaux : voir Olsen, 1985, avec histoire de la question.

54 Voir en ce sens Pedersen, 1982, 114 (= ZVS 39, 1906, 336). Dans une étude récente (Lamberterie, 1992), nous montrons que la comparaison avec l’arménien permet de clarifier le dossier complexe des trois verbes gr. ὀφέλλω (« balayer – accroître – devoir ») auquel le déchiffrement du linéaire B a donné une orientation nouvelle.

55 Voir Lamberterie, 1978, 243-5.

56 Voir sur ce point Euler, 1979.

57 Meillet, 1977, 209-12 (= REArm 4, 1924, 1-4), avec nos prolongements 1988, 224-5.

58 Voir Lamberterie, 1983.

59 Cf. le substantif gawazan « houlette » cité ci-dessus § 1b. Sur le suffixe arménien, voir Bolognesi, 1990a, 225-38 (= RL 5, 1962, 105 sq.) ; sur les données grecques, Chantraine, 1933, 196-200.

Auteur

Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris, France

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search