Version classiqueVersion mobile

Langues indo-européennes

 | 
Françoise Bader

Chapitre 3. Les noms des Aryens : ethniques et expansion

Françoise Bader

Texte intégral

1. Ensemble onomastique structuré

1Les hommes de langue indo-européenne se sont donné des noms qui forment un ensemble structuré, fragmenté selon un procédé dont leur onomastique offre bien d’autres témoignages : ainsi les anthroponymes mythiques, comme ceux qui structurent chez Homère l’idéologie du χλέον ἄφθιτο définie par Achille, Iliade 9, 411-6 : Nestor « qui survit (en sa vieillesse) » ; Achille « qui endeuille le peuple en armes » [* ’Αχί-λᾱος] ; Héraklès « qui obtient sa gloire, son χλέος d’Héra » (et non du combat) ; les toponymes qui comme Delphes/Pythô peuvent avoir un nom qui se rapporte à une particularité physique (ici, le « nombril ») et un autre à un exploit (ici celui d’Apollon contre le serpent Python), ou qui, dans l’espace, peuvent, comme Λήµισαι et Νέον Τεῖῖχος (Hérodote 1, 149), s’appliquer à deux lieux géographiquement voisins, définis chacun par l’une des deux données de la défense pierreuse, la première naturelle (« le (lieu) des Pierres »), la seconde culturelle (le mur d’enceinte construit) ; les formulaires toponymiques dont des exemples ont été donnés dans l’Introduction, §1-3.

2Les ethniques qui, comme par exemple les toponymes retenus dans ces formulaires, sont tous fondés sur un appellatif, sont relatifs à l’expansion territoriale et à l’établissement politique de ceux qui se les sont attribués : « Migrants » (Pélasges), « Désirant conquérir » (Vénètes), venus d’un « Autre » territoire (Ārytz-), ils ont fait « Leur » le territoire de conquête (Suessionēs, Suēbī, Sabīnī), pour l’avoir organisé en « réunion, fédération » {Semnonēs, Sabīnī), en « totalité politique » (Teutōnēs) de « tous les hommes » (Ala-mannī, Slaves, Hellènes), qui transcende l’opposition de l’« autre » et du « soi », des conquérants et des conquis. Leur successivité, telle qu’elle vient d’être résumée, est adaptée de manière iconique au déroulement dans le temps de leur conquête et de leur établissement, et déterminera le plan selon lequel ils seront examinés. L’existence même de cette structure pose un problème sans solution à l’heure actuelle : pour que ces hommes se soient donné l’un de ces noms, il faut qu’ils aient connu l’existence des autres ; et il en va de même à une époque moins reculée que celle à laquelle ils renvoient par exemple pour les noms issus du uēr sacrum italique (§ 4). Car chacun de ces noms ne reçoit sa valeur sémantique propre que de l’ensemble dont il fait partie. C’est donc cet ensemble, ainsi que l’appellatif qui est à la base de chacun de ces noms, qui fournira la valeur sémantique de ceux-ci.

2. Pélasges

3Le nom des « Pélasges » est fait sur la racine « errer » de πλανἄοµαι, *pḷ -h2-, qui a eu une forme élargie par *-g- : *pḷ h2-g- par exemple dans le nom des « Planctes », terres « Errantes » (dans la mer) avant de se fixer, en une antique cosmologie, ou dans le verbe employé pour Ulysse, Odyssée 1, 1-2, ὃς µἄλα πολλὰ β πλἄγχθη, dès le début de l’Odyssée (qui peut être lue comme un mythe initiatique d’errance) ; et *pel-h2-g-, dans trois ethniques :

  1. Πελἄγονες (d’où l’anthroponyme Πελἄγων et le toponyme Πελαγονία au Nord de la Macédoine ; il est fait, comme Στµἄβων sur στραβός sur un *πέλαγος, ou qui est à πέλαγος, ου « mer » (conçue comme « lieu d’errance ») ce que par exemple ’’Αργo, ou est à ’’Αργο, oυ, toponyme ;

  2. le nom des « Pélasges » < *pel-h2-g- + *-sko- avec le même suffixe que par exemple Op-scī « Osques », et le même phonétisme que µίσγω <*mi-g-+-skō ; autre suffixe en sifflante, *-sti- (cf. de la racine « être large et plat »*pḷh2-°sti- > hitt. palha-sti-, gr. παλαστι-αῖος) dans χλαστιχóν, nom d’un mur d’Athènes réputé avoir été fondé par les Étrusques, par ailleurs appelés aussi Pélasges (*pelh2 (g)– + °sti-ko-), et qui a aussi pour nom πελαµγιχόν, dérivé de :

  3. πελαµγός qui s’échange avec πελασγός dans la tradition manuscrite, s’agissant des Pélasges d’Attique, et qui est identique au nom des « cigognes ». C’est, non un dérivé comme les deux ethniques précédents, mais un composé *χελαγο- +-αµγός >* πελαγᾱργός > πελᾱργός, par superposition syllabique, avec -ᾱ- attesté, puisqu’il est condamné, Phryn. 88 ; il est du type dit dvandva, comme par exemple les anthroponymes Λέπταµγος, « Léger et Raôde », Σίµαµγος « (au nez) Camus et Brillant », avec un second membre de sens tantôt « rapide » tantôt « brillant », comme de manière générale les termes de la famille de *h2er-g-, De sens « errant [et] rapide » (ainsi que « d’un blanc brillant » pour les cigognes), ce composé peut avoir été simultanément employé comme ethnique et comme nom d’oiseau, à moins que le premier ait été tiré du second. En tout cas, l’oiseau a un symbolisme migratoire clair ; et il n’est pas fortuit que les Pélasges, les oiseaux et une forme de πλανἄοµαι « errer » soient associés dans des textes, e.g. Strabon 5, 2, 4 (221) ; Serv., ad Aen. 8, 600, Isid., Etym. 9, 2, 74, deux auteurs qui soulignent l’arrivée des Pélasges (d’Italie) par « voiles », uēlis (ce qui s’accorde avec le rapprochement étymologique de πέλαµγος), au printemps (saison du retour des oiseaux, et du uēr sacrum).

4Propre au grec, et employé pour les Étrusques dans des conditions qu’il ne nous appartient pas d’examiner, le nom des Pélasges, s’il n’est pas par là même un bon exemple d’un ethnique accessible à la comparaison, montre dans quelles conditions il est possible d’attribuer une étymologie et un sens à un nom propre, en principe dépourvu en tant que tel de l’une et de l’autre, que seul un contexte permet de fonder. Le contexte, dans le cas des semi-mythiques Pélasges, est fourni, comme pour un grand nombre de noms mythiques, par le mythe même, ici celui des oiseaux migrateurs au nom apparenté. Aucun argument de ce genre ne pourra intervenir pour l’explication des autres noms, historiques, de l’ensemble sémantiquement structuré ici proposé ; mais un autre argument est commun à l’interprétation du nom des Pélasges et de ceux-ci : le fait que tous ces ethniques sont fondés, dans la langue, sur un appellatif qui en fournit le sens et l’étymologie. Si l’appellatif *πελαγός est masqué par la dérivation et la composition dans le nom grec des Pélasges, ce n’est pas le cas des autres noms ici examinés, celui des Vénètes, fait comme le nom des Pélasges sur une racine verbale, ceux des types Aryens, Sabins, Samnites, Teutons, issus de lexicalisations pronominales.

3. Vénètes

5Le nom des Vénètes est un dérivé de *h1w-en-/ *h1w-n- (> *wṇh1- par métathèse) qui est apparenté par son sens à d’autres racines de sens « désirer » (comme *h1w-el-> lat. uelle, gr. (ἐ) έλδοµαι), « espérer » (gr. (ἐ) έλποµαι), et, signifiant proprement « désirer obtenir d’un autre par des actes », en couple avec *pr-ek- « désirer obtenir d’un autre par des paroles ».

3.1. Racine et problèmes sémantiques

6De la complication sémantique des formes de cette famille, qui tient à ce que le procès qu’indique la racine implique un long déroulement dans le temps, avec des modalités et des finalités diverses, on se contentera ici d’abord de donner trois illustrations : ’

  1. les sens pris par le présent */h1wṇ -sko- (*wṇ h1-sko-) : skr. vāñchati « désirer », comme alL wünschen ; mais hitt. uwansik- « futuere », et tokh. A winās- / B wināsk- « vénérer » ;

  2. les sens pris par le dérivé en *-i- (élargi parfois en *-i-n-, *-i-ā-) : got. wēns « espoir ». ; tokh. A wañi- « plaisir » ; skr. vanί- « désir, demande » nom d’action et nom d’agent en second membre de composé upamāti-váni- « qui agrée un discours », et simple en -i-n- vanín- « désirant ; distribuant » (exemple de diathèse factitive de cette racine d’échange) ; av. vanya- « victoire » et -vanya- « qui vainc » ; gaul (anthroponyme) Venitouta, quelque chose comme « famille et patrie (totalité politique) », avec des formes apparentées aux noms des Vénètes et des Teutons ; v. irl. fine « famille » < *h1weniā, comme lat. uenia, qui a un autre sens « grâces accordées » (par les dieux ; et par les hommes : « pardon ») ; v. irl. juin « pardon » < *h1woniā ;

  3. la diversité des sens de l’ail, wünschen, gewinnen « gagner, remporter », wohnen « habiter », gewöhnen « être habitué à », Wahn « espoir, attente » ; Wonne « plaisir (sexuel) » ; et cf. v.h.a. wini « ami », winnan « combattre, s’épuiser de travail », got. winnan « souffrir », v.angl. winn « travail, peine, combat ».

7On cernera ensuite quelques-uns des champs sémantiques de cette racine (qui a donné au français des termes aussi différents que « péché véniel » et « maladie vénérienne »).

8L’un est la vénération, pour laquelle *h1wen-os- s’applique aux deux partenaires de l’échange, les dieux, skr. gír-vanas-, yajñá-vanas- « qui désirent obtenir des actes de grâces, des sacrifices », et les hommes qui les « vénèrent », lat. ueneror, dénominatif en regard de tokh. AB winās (k)– ; au vocabulaire religieux appartient *h1 won-tā-, av. vantā-bǝrǝti- « acte d’apporter des hommages », vén. vo.l.te.r.ko.n. vo.n.ta.r. « par un acte volontaire de vénération », formule allitérante, qui trouve un écho dans la mention homérique du nom des Vénètes (§ 3.3). Un autre champ sémantique est celui du « désir sexuel », qui aboutit à la reproduction, et par elle à la famille : lat. uenus, ail. Wonne, et Wonne-monat, nom du mois de mai, qui est le mois de la reproduction ; v.irl.fine « famille », coibnes « allié, membre de la même famille ; parenté, consanguinité » ; on soulignera ici l’emploi de termes de la famille pour des divinités et des généalogies mythiques : av. Kavāta- (*Kavi-vāta-), nom du fondateur de la dynastie des Kavi- ; lat. Venus, incarnation de uenus « acte sexuel », mais aussi mère d’Enée ; Vanes, nom générique des divinités germaniques de la fécondité. L’objet du désir peut être divers (c’est parfois un « ami » : v.h.a. wini, v.isl. vinr), et l’obtention comporter bien des modalités, « acte de plaire » (lat. uenustās), « argumentation » (v.h.a.wānida), et devenir violente quand l’échange est impossible (lat.uēnor « chasser »), ou que l’argumentation échoue : elle consiste alors à « conquérir » (all. gewinnen), champ sémantique particulièrement bien représenté en avestique : vanana- « vainqueur », vananā- « victoire » ; haθra-vanya- « qui vainc d’un coup » ; vīspa-vanya- « vainquant tout le monde » ; aiwi-vanyah- « qui a le dessus » ; vanō-vīspa- « vainquant le monde » ; vanāra- nom de démon « qui vainc les hommes » (*h2wene-h2ier- o-) ; van-at-i- « victoire », vanat-pǝšana- « gagnant la bataille », dérivé en *-et- comme le nom des Vénètes.

3.2. Interprétations du nom des Vénètes

9Celui-ci a été diversement interprété : parfois comme « aimé », ce qui est d’autant moins vraisemblable pour un nom de peuple que l’amour indiqué par *h1wen- est sexuel ; parfois aussi par référence à v.irl. fine, v.isl. vinr, ce qui est plus grave, car comme certaines explications des noms en *s-bhe, cette étymologie renvoie à une parenté ethnique, conçue parfois de plus comme sodalité guerrière, ce qui procède de la même conception que celle qui a fait des ārya- des « nobles » (cf. ἄριστος). La méthode mise en œuvre ici, et qui revient à poser que les hommes de langue indo-européenne se sont désignés eux-mêmes par des appellatifs dont ils ont fait des noms propres, par un processus bien connu dans leurs diverses langues, ne permet qu’un rapprochement : celui des formes en *h1w-en-et- de l’avestique qui, en cette langue, sont propres à la « victoire » ; celle-ci n’est que l’un des aboutissements du « désir de conquête », si bien qu’il n’est pas nécessaire de voir dans les Vénètes des « Victorieux » : on attribuera à leur nom le sens étymologique d’où procède la valeur des termes avestiques, « désirant conquérir » ; ce sont en somme des « conquistadores », comme l’a pensé Devoto.

3.3. Extension géographique

10Les lieux si nombreux auxquels les Vénètes ont laissé leur nom laissent entrevoir certaines des modalités de leur conquête.

11Le nom des Vénètes peut être attesté par hitt. TULWa-na-at-ti-ja-ta, nom d’une source au Nord de la Syrie. Sinon, sa plus ancienne attestation concerne les Vénètes de Paphlagonie (dans la région d’Amisos selon Hécatée de Milet [frg. 200] ap. Strab. 12,830 ; et cf. Eust., ad Il. 2, 852), alliés des Troyens nommés peu après les Pélasges,

12Iliade, 2, 851, Παφλαγόνων δ΄ὴγεῖτο Πυλαιµένεος Fλἄσιον χῆς

13852 ἐξ Ḟενετῶν, ὅθεν ὴµιόνων γένος ἀγροτεράων,

14avec une allitération qu’offre par ailleurs le vén. vo.l.te.r.ko.n. vo.n. ta.r., et qui conjoint les deux racines « désirer », *h1w-en- dans le nom des Vénètes, et *h1 w-ḷ – dans le syntagme dont dépend le nom du chef, à peu près « volonté » (« cœur volontaire », cf. vén. vo.l.tiio-) ; elle a été méconnue des sources classiques, qui ont transmis le nom sous la forme ’Ενετοί. Sous cette forme ou une autre, le nom des Vénètes se trouve dans divers toponymes et ethniques dans des conditions telles qu’ils laissent parfois entrevoir la successivité de couches indo-européennes diverses : la Baltique s’est appelée « golfe Vénète », Ptolémée 3, 5, 1, avant de s’appeler « mer suébique » ; en Sarmatie d’Europe, au bord de la Vistule, les Germains ont baptisé leurs voisins slaves du nom de Wendes (emprunté par les Finnois, qui ont nommé la Russie Venäf) ; les Carpates sont appelées « mont Vénète », Ptolémée 3, 5, 4, et nommées immédiatement après le mont « Alain » ; le lac que nous nommons de Constance est Venetus lacus chez Pomponius Mêla, 3, 2, tandis que les Allemands l’appellent « lac de Bregenz », du nom de la ville celtique auquel correspond le Brigantinus lacus de Pline, 9, 63 ; du Tirol à l’Alsace des montagnes et agglomérations s’appellent Gross Venediger, Venetberg, Wennerberg, Wennederberg, Wendenheim. Les Vénètes ont laissé une langue italique aux bords de l’Adriatique, par des inscriptions s’étageant d’environ -550 à – 100, époque où ils se sont romanisés, et en Pannonie sur la rive droite du Danube, par des inscriptions d’une nécropole en activité entre – 440 et – 340, c’est-à-dire juste avant l’arrivée des Celtes dans la plaine danubienne ; des Venetulani se sont établis dans le Latium, Pline 3, 69 (tandis que dans le Sud de l’Italie, Venusia porte un nom apparenté) ; du côté de l’Atlantique, ils ont laissé leur nom à Vannes, et un texte (à Plumergat) montre que ces Vénètes du Morbihan parlaient du gaulois ; proches, les Veneticae insulae (Pline 4, 109), qui ont donné lieu à des identifications variées (Belle-Ile, Noirmoutiers, Oléron...), ont dû se trouver dans la région de l’embouchure de la Loire.

3.4. Ethnographie

15Cette extension géographique permet des remarques ethnographiques : les établissements vénètes se trouvent près de voies d’eau, mers (mer Noire, Baltique, Adriatique, Atlantique) et fleuves, souvent près de l’embouchure de ces derniers (Vistule, Rhône formant une sorte de delta dans le lac de Constance, Danube près du confluent de la Drave, Adige, Atlantique), et/ou de régions montagneuses pouvant fournir du bois de construction. Cela donne une coloration particulière aux « migrations » par lesquelles ces hommes ont « désiré conquérir » : l’impulsion de celles-ci est le commerce ; et les Vénètes apparaissent déjà comme des spécialistes du transport et de la circulation dans le si suggestif distique homérique cité : ils y sont caractérisés de ce point de vue aux plans de la culture et de la nature, par leurs mules, animal de transport par excellence dans l’Antiquité, et par la Paphlagonie, région côtière et montagneuse connue également dans l’Antiquité pour l’excellence de ses bois, employés pour la charpente des navires, et, pourquoi pas, pour la fabrication des chariots tirés par les mules.

16Concernant les instruments de transport, animaux attelés à des chariots et chars (de transport, non de guerre) et navires, nous savons que, spécialistes des mules à l’époque de la guerre de Troie en Paphlagonie, ils le furent dans la région de l’Adriatique à l’époque de Denys Ier, tyran de Syracuse puisqu’à sa demande ils exportèrent en Sicile des chevaux (Strabon 5, 212) ; l’élevage que les Vénètes faisaient de chevaux était si célèbre qu’il est le sujet d’un mythe (Strabon 5, 215) ; ces chevaux devaient être comparables à ceux des Sigynnes, voisins des « Enètes de l’Adriatique » selon Hérodote, 5, 9 : « attelés à des chars, ils sont très vifs ; c’est pourquoi les gens du pays circulent sur des chars » (traduction Legrand). Quant aux navires, nous ne savons pas si ces Vénètes de l’Adriatique, établis dans une région où coulent l’Adige, la Gail (affluent de droite de la Drave), où le Timave prend sa source, et qui est bordée par une côte, en ont construit, et, si oui, s’ils les ont transportés sur leurs épaules pour franchir le Brenner ainsi que l’ont fait leurs voisins Istri (Plin. 3, 127-8 ; Flor. 32, 3, 13) ; mais nous savons bien quel mal les bateaux des Vénètes du Morbihan ont donné à César, qui les décrit minutieusement, B.G., 3, 8 ; 13.

17Concernant les voies de circulation, les Vénètes se sont établis près de routes commerciales qui leur préexistaient, par un processus qui n’a rien que de normal, et qu’illustre par exemple à l’autre extrémité du monde indo-européen, bien plus tard au viie siècle, le fait que les documents tokhariens ont été trouvés en des lieux qui jalonnent une partie de la route de la soie. Ces routes, préhistoriques dans le cas des Vénètes, sont celles de l’ambre et de l’étain (deux produits dont la circulation est en partie liée, puisque l’ambre a initialement servi de monnaie d’échange contre des métaux). C’est l’ambre qui a pu attirer les Vénètes du côté de la Baltique, immense fournisseur d’ambre, et le plus ancien ; et ce sont les routes de l’ambre qui suivent les voies naturelles que sont les grands fleuves de l’Europe centrale qu’ont dû emprunter ceux des Vénètes qui ont laissé leur nom à la Vistule, aux Carpates, au lac de Constance, et qui se sont établis dans l’Adriatique : dans cette région se situe un mythe d’ambre – le mythe des Héliades transformées en peupliers et dont les larmes devinrent des gouttes d’ambre lorsqu’elles pleurèrent la mort de leur frère Phaéthon, tombé dans l’Eridan, fleuve qui peut représenter en partie le Pô, mais dont le nom rappelle ceux du Rhône, Rhodanos, et de la Radaunè qui se jette dans la Baltique – ; et ce mythe a été confirmé par de nombreuses trouvailles archéologiques comme celles de Frattesina di Fratta Polesine. Il n’est pas impossible que, bien plus tard, les Vénètes de l’Adriatique aient été attirés en Pannonie par le commerce de l’ambre ; en tout cas Pline, 37, 44, dit que l’ambre « est apporté par les Germains principalement dans la province de Pannonie, d’où les Vénètes, que les Grecs ont appelés Enètes, ont été les premiers à le faire connaître, étant proches voisins de la Pannonie et vivant autour de la mer Adriatique » (traduction de Saint-Denis). Et c’est l’étain qui a pu attirer les Vénètes de l’Atlantique, et son commerce leur conférer une puissance si redoutable pour César.

4. Ver sacrum et introduction aux ethniques fondés sur des lexicalisations pronominales

18Tous les hommes de langue indo-européenne ne se sont pas répandus selon les voies des Vénètes, non nécessairement belliqueuses. Moins pacifique, parfois, a dû être la fondation de colonies consécutive à une disette, ainsi dans le cas de Bellovèse, dont le départ fut à l’origine de la descente des Gaulois sur Rome selon Tite-Live, 5, 34 ; ou de celui du uēr sacrum italique par lequel, en cas d’épidémie ou de disette, étaient voués à Mars les enfants à naître au printemps suivant ; parvenus à l’âge d’homme, ceux-ci devaient partir fonder une colonie ; et l’on peut imaginer que leurs expéditions ont pu s’accompagner d’actes tels que celui que le mythe romain narre sous le nom d’enlèvement des Sabines. Quoi qu’il en soit, le uēr sacrum désigne pratiquement en Italie les migrations des Sabins et Samnites qui, par leur nom, nous mènent vers un ensemble d’ethniques autre que celui qui a été étudié jusqu’ici.

19Ces autres ethniques sont tirés de formations pronominales figurant dans le lexique comme pronoms proprement dits, ou comme lexicalisations pronominales, ainsi que de dérivés d’appartenance-détermination de ces pronoms. Le sens de l’ethnique se tire clairement de l’appellatif correspondant, comme dans le cas des ethniques tirés de racines verbales. A la différence de ce qui se passe pour ces derniers, leur champ sémantique est structuré par une opposition qui découle du fait que, de manière générale, les pronoms sont des indices de relation qui, à ce titre, impliquent des oppositions binaires (par exemple « ici » et « là » dans l’espace). L’opposition est ici celle de l’« autre » et du « soi » : les hommes de langue indo-européenne se sont donné des noms se référant à leur qualité d’hommes venant d’un « autre » territoire, et ayant fait « leur » le territoire sur lequel ils se sont établis, ce qui correspond naturellement à une réalité historique que nous connaissons bien.

20Pour ce qui est de l’« autre », c’est-à-dire des noms du type Aryens, cette polarité suffirait à en établir le sens ; on répondra cependant à l’objection parfois faite qu’on ne s’appelle pas soi-même « autre », que c’est pourtant une vérité d’expérience dans les minorités, qui se justifie, au plan de la langue, par la valeur inclusive de « autre » (cf. « nous autres », expression employée, par exemple, par les Juifs qui ne voulaient pas que leur qualité de « Juif » puisse être explicitement nommée, donc facilement reconnue, au moment du nazisme).

5. L’autre, ārya-

21Le nom des ārya-, qui a désigné à l’époque de leur communauté les Indo-Iraniens (et dont l’Iran a tiré son nom), est apparenté en sanskrit même à des appellatifs qui sont dans le même rapport formel que par exemple lat. ali- et ali-o- : arí-, qui s’applique à toutes sortes de relations d’altérité, bonnes ou mauvaises, « ami » et « ennemi », « hôte », « rival », moitié exogamique dans le vocabulaire du mariage, etc. ; árya-et aryà- « hôte » et « maître de maison » (d’où, dénominatif, Arya-mán-, dieu du mariage ; de ceux qui se reconnaissent ārya- par opposition aux Barbares, etc.) ; le nom des AlainsΑλανοί, etc.) est, lui, une lexicalisation onomastique de skr. árana- « étranger » (itération pronominale brisée agglutinant deux noms de l’« autre », *al- et *-ano-) ; peuvent lui être apparentés l’ethnique Alināsah, s’il repose sur *ali-no- avec une formation comparable à celle de celt. Suer-āres (*-eh2-s°/i-), et le nom de ville Alakā, morphologiquement apparenté à tokh. A ālak/ B alyek « autre », et, avec d’autres valeurs relevant du champ de l’altérité, got. alakjo « ensemble », v. irl. aire, gén. airech « libre ». Il est possible, mais indémontrable, que certains toponymes anatoliens aient le même origine : URUAla, URUAlalija (*al-ali-, cf. lat. al-ter et ali-quis ?), URUAlana, à côté du nom des Alains, Ala-sia, nom de Chypre, qui pourrait être un dérivé d’appartenance-détermination du type Venu-sia sur Ala- < *alo-, cf. ali-dans gaul. Ali-sia ; etc. Il est sûr en tout cas que l’altérité doit être comprise comme celle du territoire, comme le montrent, sinon ces toponymes, du moins l’ethnique gaul. Allo-broges, « qui viennent d’une autre marche », d’un type morphologique différent et plus récent que le type ārya- : en celui-ci sont conjoints deux sèmes, l’un d’altérité, l’autre d’espace ; ces deux thèmes sont dissociés et chacun d’eux précisé par chacun des deux membres du composé nominal Allo-broges, par un mécanisme qu’illustrent d’autres exemples, ainsi le nom du Sam-land à côté de l’ethnique prussien Sémbai ; ou Opi-tergium (mod. Oderzo) « sur/vers le marché », à côté de l’ethnique Opi-cī « Osques » (cf. Op-scī). Le nom des Allo-broges est fondé, comme celui des ārya, sur un terme du lexique, comme lui composé de « autre » et du nom de la « marche »*mr-og-, cf. gall. allfro « étranger », et avec pour nom de l’« autre » non plus allo-<*alno- (à côté de *al-ano->áraṇa-, et peut-être *ali-no- dans Alināsah), mais *ali- (o)– dans run. norv. (vers + 400) alja-markiR. Par leur nom, les Alsaciens (lat. du Moyen Age Ali-sātia, v.h.a. Eli-sázzo) viennent d’un « autre établissement », de l’autre côté du Rhin ; et cf. v.h.a. ali-, eli-lenti, v.irl. aili-thir, gall. all-myr « d’une autre terre », « d’une autre mer » ; etc.

6. Le soi

22D’autres noms sont bâtis sur le réfléchi. L’opposition entre l’« autre » et le « soi » peut prendre des valeurs diverses, en partie en fonction du déroulement de la conquête : l’« autre » peut être l’« étranger » que le conquérant trouve à son arrivée, en valeur non inclusive, et en valeur inclusive, le même que le soi, s’agissant du territoire « autre » au départ, « sien » à l’arrivée. Mais l’opposition de l’« autre » et du « soi » est au terme de la conquête neutralisée, car elle est transcendée par l’organisation politique d’une fédération (qui peut avoir pour signifiant *sem-no-), d’une « totalité politique » (qui a pour signifiant spécialisé *teutā). De cette nécessaire complémentarité entre le « soi » et l’« autre » témoigne l’emploi de la particule san accolée au nom des Barbares hitt. LUMEšLulahhiassan (cf. louv. dLulahinzas-tar, et pour l’agglutination des deux particules, skr. sanu-tár « au loin »), d’un *se-n qui a donné, entre autres, le nom des Sénons.

6.1. Nitiobroges et Allobroges

23Parce que les pronoms sont asémantiques et qu’une même fonction peut être assumée par des pronoms différents (e.g. lat. quī et gr. ὅς, relatifs), les noms de l’« autre » peuvent présenter des variations telles que *ali- (o), *alno-, etc., et les noms du « soi » différer autant l’un de l’autre que par exemple *nítyo- (skr. nítya- « son propre », got. nipjis lexicalisé pour le « parent (par alliance) », etc.) et *, *s-wē, etc. Les deux réfléchis s’opposent à des formes de *al- « autre » dans des textes, e.g. pour le premier R.V. 3, 53, 24 ; 5, 85, 7 ; 7, 4, 7 (áraṇa- ≠ nítya –), ou pour le second R.V. 6, 75, 19 ; 10, 124, 2 (áraṇa-≠ sva-), v. angl. Aelpeódige maen... swaèse maen in leódum. A skr. áraṇa- ≠ nítya- répond dans l’onomastique gauloise Allo-broges / Nitio-broges (tandis que les Combroges [gall. Cymmry] sont ceux « qui ont une marche commune, sont limitrophes »). A skr. áraṇa- ≠ sva- correspondent, à côté des noms du type ārya-, des noms en *s(w)e-.

6.2. Un nom en *s(w)e hors de l’Europe : la Chorasmie

24Un problème concerne l’extension dialectale de ces derniers. En tout état de cause, on ne retiendra pas les toponymes de l’anatolien (où par ailleurs le réfléchi est du thème *te, louv. -ti, hitt. -za<*-ti-o) comme Salma (cf. tokh. B solme ??), Sapana (*sebh-°no- ??). Mais alors que ces ethniques sont essentiellement européens, on peut se demander si la situation offerte par ẳrya- / Allobroges, Alsaciens (noms plus vivants en indo-iranien que dans les langues européennes) ne se reflète pas, inversée, pour les noms en *s(w)e, puisque la Perse a au moins un exemple de ceux-ci à ma connaissance : non pas le nom de la Susiane, huvaǰa-, qui est à lire Ūνǰa, –, mais celui de la Chorasmie, huvārazmī-. C’est en effet un composé du réfléchi et d’un second membre qui, en tant que dérivé en *-m-, répond en iranien à l’av. rasman-, nom d’une unité militaire « regimen », mais qui, sans ce suffixe, répond à skr. sva-rāj- « qui domine par lui-même », d’où sva-rājya- « domination propre ». Le toponyme répond alors à l’un des vieux noms de la « Suède », Swe-rīke (§ 6.3), l’isoglosse irano-germanique étant soulignée par l’existence, dans un autre vocabulaire, d’un composé du réfléchi s’appliquant à celui qui est mort de sa « propre » mort, mort naturelle, v.p. uvā-maršiyu-, v. isl. sví-dauđr, à second membre renouvelé et premier membre identique aux diverses formes du nom des « Suédois ».

6.3. *swī et le nom des Suédois

25La forme de ces noms montre bien que le réfléchi est employé pour l’appropriation du territoire : *swῑ, identique au génitif du possessif du réfléchi lat. suī, cf. skr. svī-kr- « s’approprier ». Cette forme (qui apparaît aussi dans le nom de la Suisse, ci-dessous) a donné Sviár, mod. Svear « Suédois », formellement identique à skr. svīya- (*swī-o-), et recaractérisé par un suffixe d’ethnique en Suīōnēs (Tacite), Sueōnēs (Adam de Brême), v. angl. Swéhon, etc. Par le processus qui a abouti à la formation de Allo-brogēs à côté de ārya-, la lexicalisation pronominale a été refaite en composés nominaux : v. suéd. Swē-rīke > mod. Sverige-, Sví-]ojóđ (run.s. sui]oiu]ou, sve]oiu]o). S’il ne s’est pas développé indépendamment du nom de la Chorasmie, le premier est un héritage, et le second en est une adaptation au système de la *teutā (c’est l’inverse dans le cas contraire). De toute manière, le second repose simultanément sur le vieux syntagme représenté aussi par le sud-picénien SAFINA TOÚTA « totalité politique de ceux qui ont fait leur le territoire », en lequel sont dissociés les sèmes de « réunion » et « possession », comme d’une autre façon dans les noms des Samnites / Semnons et Sabins/Suèves (ci-dessous).

26Ce composé souligne le caractère de l’appropriation : politique (et non politique et territoriale comme dans le composé à second membre nom du « royaume », ni seulement territoriale comme dans le cas des Allobroges). Il serait en tout cas d’autant plus erroné de rechercher dans ce nom, et dans d’autres, apparentés (comme *s-bhe, ci-dessous), une désignation de parenté ethnique, raciale, comme cela a été de mise trop longtemps, que là où *swī figure dans un nom de parenté, celle-ci est une parenté par alliance : v.h.a. gi-swīo « beau-frère », mari de la « sœur », cf. les noms de « beaux-frères dont les femmes sont sœurs », lit. sváinis, lett. svaῖnis, de *swoi-ni-, sur la forme de datif du réfléchi à côté de *sei-no- > got. seins, etc., adjectif possessif, et de gr. εἰλίονες < *sweo-li- + -on-, ασλιοι, ἀέλιοι < *sṃ-swi-, *sṃ-swe-li-o-, etc.. Svί]Oióđ s’oppose à gall. all-tud, v. angl. ael]oeód « d’une autre *teutā » comme Nitio-broges, skr. nítya- et sva-, à árana-.

6.4. *s(w)e-t... : Suetidī, Svẽte, Suisse, Sētia, Saticula, Satricum, etc.

27C’est à des agglutinations pronominales qu’appartiennent toutes les autres formes sous réserve peut-être de certaines formes en *s(w)e-t..., dont la dentale peut être un suffixe nominal et/ou un thème pronominal comme le second constituant de ní-tya- (apparenté à la particule réfléchie hitt. -za). Ces formes sont les moins claires de toutes celles qui seront examinées, pour cette raison, et parce qu’on a fait de certaines d’entre elles des hypocoristiques du composé Sví-]oiόđ (alors à mettre au compte des désignations relevant de *teutā). C’est le cas pour Suetidi, d’où peut-être le nom du dieu Óđinn, Sviđtrir, Sviđrur, Sviđurr, si on le comprend comme « dieu des Suédois ». Mais, parmi les autres, il en est qui peuvent reposer sur *s(w) ē-ti- (agglutination de deux thèmes dont chacun a pu donner un réfléchi), cf. alb. ve-të « soi-mème » <*swe-ti-, et lit. svetỹs, svẽčias « hôte », v.sl. *sětŭ dans si. po-sĕtiti « inviter » : ainsi le toponyme Jette Svẽte ; le nom de la Suisse Iswītsl Schwyz, à l’origine nom d’un village (entre les lacs de Zug et des Quatre-Cantons), puis de son canton, ensuite employé par les Autrichiens pour la confédération, sous forme Schweiz (avec *ῑ > ei dans les parlers bavarois de l’Autriche), qui peut reposer sur *swīt (a)– ; et les villes d’Italie Sētia, cf. *sēto->v.sl. *sětŭ, et avec le même vocalisme que dans le nom des Sabins et Samnites, probablement osco-ombrien, *s°- (forme avocalique du pronom, et anaptyxe), Saticula ; et Sa-tri-cum. Ce dernier doit avoir le suffixe nominal d’opposition (cf. lat. cēterī « les autres » < *ke-e-tero-, et les toponymes v. irl. Airthir « qui est devant », air- < *pari-, ou Sues-tra, ci-dessous) ; pour le sens, Satricum peut désigner le « soi » comme Sabīnī, ou la « réunion » comme Samnītēs : cf. skr. satrā, av. haθrā « ensemble » (de la même forme *s°-tr- ou de *sṃ-tr-).

28Sous bénéfice d’inventaire, on ajoutera aux formes en dentale le mod. Saix (en Poitou) < *Suēdas, Suaedas, dont le -d- peut venir de la sonorisation romane de *-t- ou être un ancien *-d-, cf. σδιος « propre à » < *swi-di-o- ; ambiguïté du même genre dans l’ethnique germanique transmis par Ptolémée, 2, 11, 14, Σειδινοί (v.l. Σιδεινοί) dont la dentale peut être un *d ou un *t si la forme a été soumise à l’action de la loi de Verner.

6.5. *s(w)e- (no-, -ro-) : Sénons, Suerārēs

29Comme les noms de la Suisse et des Suédois, d’autres ethniques sont en rapport avec des possessifs et réfléchis (de cas direct ou indirect comme *s(w)e et *s(w)e/oi). Ainsi les noms des SēnΟ̄nēs « l’un des peuples gaulois les plus puissants », Cés., B.G. 54, 2 (auxquels on attribue la prise de Rome vers – 385) ; de l’île de Sein ; des Suen-cī (même suffixe que dans Opicῑ), d’où Sainex (dans la Nièvre) : cf. outre la particule d’altérité -san ajoutée en hittite au nom des « Barbares », de *s(w)e-n i/0- le réfléchi tokh. A sñi/B sañ et son dérivé saññe « en propre », ainsi que AB șñașșe « parent (par alliance) », et de *swe / oi-ni / 0-lit. svaínis, etc. (et v. sl. *svěnǔ dans svěnje « à l’écart de », o-svěniti « se tenir à l’écart », avec sèmes d’altérité et d’espace) ; parallèle peut être, en *swe-r(o)–, Suerārēs (Sougères sur Yonne), cf. *swo-ro- dans alb. vajë < *swariā « jeune fille », *sew (e /o)-ro-dans arm. iwr « sui, sibi ».

6.6. *s(w)es-so- : Suessa, Suessula, Suessionēs

30Certaines formes sont faites sur le réfléchi et/ou son adjectif au datif (cas qui prédique la possession, à côté du génitif qui prédique l’appartenance), comme *s(w)es-so, cf. ombr. sueso « suō », seso et got. sis « sibi », et, lexicalisés, got. swēs « en propre », v.h.a. v.s. swās « en propre, aimé », v.fr. swēs « apparenté » ; en Italie, Suessa, nom de deux villes distinguées par leurs épithètes, Suessa Aurunca (mod. Sezza), ville principale des Auruncī, et Suessa Pōmetia (qualificatif latin par opposition à Abella), et les deux Suessula, l’une en Sabine au voisinage de Reate, l’autre en Campanie ; chez les Germains, Suesia palus, nommé comme l’un de leurs plus grands marécages, Mela 3, 29 ; chez les Celtes de la Gallia Belgica, les habitants du Soissonnais, Suessiōnēs, et chez les Celtes d’Espagne les Suess-et-ānī (deux suffixes d’ethniques) ; avec des suffixes en *-t-, Sues-tra, mod. Susteren dans la province du Limbourg, Suess-ātiō, Itin. 454, 9 ; Σουεστἄσιον (Sues-tāt-io-), Ptol. 2, 6, 64.

6.7. Sabins, Suèves et Samnites, Semnons

31Apparentées également à des réfléchis et possessifs sont les formes en *s-bhe, cf. gr. σφέ, σφός, et *s(w) ē-bh-, cf. lit. sẽbinu, sẽbinti « mettre de côté » : de *s°-bho-, *Sabus dans les anthroponymes Sabō, Sabeius (*s°bhei-o-, cf. lat. sibī, et pour la structure lat. meus, skr. svay-á-) d’Italie, et le théonyme Sābus bâti sur lui par allongement de la voyelle radicale (« vṛddhi ») comme ārya- sur ȁrya-, et dans le dérivé d’appartenance (--) – détermination (-no-) Sabīnī, avec *bh > lat. b, o.o. f (SAFINA TOÚTA, etc.) ; de *swē-bho-, le nom des Suēbῑ transmis par Tacite, cf. v.h.a. Swāba, v.isl. Sváfa- (land), run. suéd. swaƀa-harjaR ; etc.

6.7.1. Problèmes sémantiques

32Comme le nom des Suédois, cet ethnique permet de bien poser le problème sémantique : « possession » ou « parenté (ethnique) » ? C’est le plus souvent par le second de ces sens qu’on explique ces noms, avec une référence particulière à la famille d’all. Sippe, au mépris de plusieurs faits : la parenté étymologique, pourtant simultanément admise, avec skr. sabhā « réunion (sociale »), qui implique que Sippe s’applique non à la parenté par le sang, mais à la « réunion (familiale) » des deux types de parents, par le sang et par alliance (évoquée ici à maintes reprises par des noms de « beaux-frères »), « réunion » qui caractérise tous ceux que la « grande famille » considère comme « siens », *s(w)e (comme dans sabhā, Sippe), au terme de l’échange exogamique ; le fait que ces noms sont, comme ceux qui les ont précédés dans cet exposé, en rapport avec des possessifs et des réfléchis, ce que soulignent les lexicalisations v.sl. sobiti « s’approprier », sobina (même forme que Sabīno-) « possession ». Le problème sémantique se déplace alors du dilemme « possession »/ « parenté ethnique » au dilemme « possession »/ « réunion ». La diversité des couches d’hommes qui ont apporté en Italie les divers parlers osco-ombriens (qui peuvent remonter au « sabin »), et la diversité des populations suèves énumérées par Tacite (Germ. 38-44) donnent à penser que les noms des Sabins/Suèves a pu s’appliquer à la « réunion » de ceux qui ont fait « leur » le territoire ; mais en fait les deux sèmes, dont rien n’empêche la conjonction en une lexicalisation pronominale, ont été répartis en deux formes, toutes proportions gardées comme en Suīpiōđ/safina toúta : le nom des Sabins/Suèves a été restreint à la valeur de « possession » par suite de l’emploi pour des rameaux qui se sont détachés d’eux de noms à valeur de « réunion », comme le thème *sem- dont ils sont des adjectifs déterminés, ceux des Samnites (ethnique dérivé du toponyme Samnium, à même suffixe que par exemple tokh. B saññe) et Semnons ; en *s (e/o) m-n i/ o-, ils sont étymologiquement apparentés à des formes qui désignent dans le lexique la « réunion », de l’Inde (skr. sámana- « ensemble ») à l’Irlande (v. irl. samain, nom d’une fête fédérale annuelle), en passant par le grec (ἄµα < *s°m-, avec anaptyxe comme dans Samn-), le germanique (v.h.a. samana « ensemble », ail. zu-sammeri), etc. Par leur nom, les Samnites/Semnons sont désignés comme « réunis » aux Sabins/Suèves.

6.7.2. Données culturelles

33On ne peut en effet considérer ces deux paires de noms comme indépendantes l’une de l’autre : la hiérarchie Sabins/Suèves – Samnites/Semnons est un héritage culturel et onomastique commun à ceux des Italiques que nous appelons Osco-Ombriens, et dont le plus ancien parler est le « sabin », et aux Germains que décrit Tacite, en les enfermant par un procédé de composition circulaire entre ceux de leurs noms qui sont faits sur le thème du réfléchi, Suēb (suivi de Semnōnēs) et Suῑōnēs : insistant d’abord sur la diversité des Suēbī (38), il passe aux Semnōnēs (39), « vetustissimos... nobilissimosque Sueborum », puis aux nombreux autres peuples suèves (40-43), aux noms sans rapport avec le réfléchi, pour finir par Suīonēs (il parachève ensuite sa description par la mention des peuples non germaniques des bords de la mer suēbicum [auparavant « vénète » = Baltique], 45, et conclut, 46, « Hic Suebiae finis », par une composition circulaire complète). Or nous savons que les Samnites sont un rameau des Sabins par exemple par Strabon (5, 4, 12) qui, dans le même ordre de composition que Tacite, énumère ensuite des peuplades de moindre importance également aux noms divers, essentiellement Hirpīnī et Pīcentēs (5, 4, 13). Dans une étude plus poussée, ceux-ci, reliés à la louve et au pic de Mars, dieu du uēr sacrum, apparaîtraient comme faisant partie d’un ensemble structuré en fonction de ce dernier : Marsī, Marrūcīnī, Mamertīnī : Mars ; Frentānī, sur un nom du « cerf », animal dont la ramure symbolise le printemps animal et végétal, et Sācranī : uēr sacrum ; Pīcentēs et Hirpīnī, symboles de la conception animale et de la nourriture des petits mammifères (ainsi que de l’agriculture : cf. hirpex), tandis que Bouiānum l’est de l’économie tout entière, pastorale et agricole ; etc.

6.8. Autres formes en rapport avec *s-bhe : Sémbai, Sabellī, Suebrī, Serbes, etc.

34Les thèmes des noms des Samnites/Semnons et des Sabins/Suèves sont entrés en collision dans les formes en *sem-bh- que sont d’une part l’ethnique de Prusse Sémbai (Sembī, Adam de Brême, Sambītae, Peter von Duisburg) et le toponyme Sam-land < *semb-land, et d’autre part lett. sḝbrs « ami » à côté de sebris, ci-dessous. Aux noms des Sabins/Suèves sont apparentées des formes complexes qui peuvent avoir un rapport plus ou moins lointain avec un génitif pronominal, un possessif et/ou un réfléchi :

  1. *s°bhe-l-no- dans le nom des Sabellī osco-ombriens, avec les mêmes constituants mais dans un ordre différent, que dans *s(w)e-l-bho- >angl. self, etc. ; c’est un adjectif déterminé en *-no- bâti sur ce qui serait un génitif pronominal en *-ɭ- dans une langue anatolienne, cf. hitt. sel, anaphorique, apel, démonstratif éloigné, de *hhe-l à côté de *bhi-l (-i-, – Ο-) dans lyd. bilis « son propre », gr. φίλ (o)–, indiquant la possession inaliénable, et lexicalisé pour l’« ami » ;

  2. *s(w)e-bh-ro- (agglutination qui en ses derniers éléments rappelle (ṍ)-φρα. etc.) dans les ethniques celtes In-subrī (cf. pour *su-bho- v.pr. sups « son propre »), Suebrī (cf. pour *sē-bh-ro- lit. sêbras, lett. sebris « ami », etc.) ; un adjectif déterminé est tiré de cette forme dans l’anthroponymie d’Italie, *s°bh-r i/o-ni-o- > Sabernius, Safrōnius ;

  3. *s(w)e-r-bho- qui est à *s(w)e-bh-ro- ce que *s(w)e-l-bho- est à *s (we)-bhe-l- (no)–, dans le nom des slaves Serbes, Sorbes, auquel correspond dans le lexique russe pa-serb « beau-fils » ; alors que *s°bhe-l- (no)– a un parallèle dans hitt. apel, *s(w)e-r- (bho)– en a un dans le nom des Suerārēs, et les possessifs correspondants.

35On ne peut dire si ces noms ont la seule valeur de « possession » des ethniques en *s(w) ē-bho-, ou, de plus, la valeur de « réunion » qui y est tombée en déshérence par suite de l’emploi, à côté de Sabīnī, Suēuī, de Samnītēs, Semnōnēs. Mais c’est la valeur de « réunion » qu’offrent tous les autres des noms ici présentés, qu’ils aient quelque chose à voir étymologiquement avec *se (auquel est apparenté *se-m), ou non, comme en *te (souvent associé à *se dans d’autres champs sémantiques) les noms tirés de celui de la *teutā et en *alo- « autre » et « tout », l’un des noms des Allemands.

6.9. *s(w)el- (-wo-, -no-) : Slaves, Hellènes

36En *s(w)e-l-, de même structure que *s°bhe-l- et *s(w)e-r-, sont les noms du peuple dont les Serbes font partie, les Slaves eux-mêmes, et leurs voisins hellènes. La forme *s(w)e-l- a pu en effet s’appliquer à la totalité : *s e/ol-m- > tokh. B solme « tout » ; *se /Ol-wo- (cf. ombr. SEVOM « totum » pour le second élément de l’agglutination) pour le « tout » avec vocalisme *-o- (skr. sárva-, gr. ὄλoς, gall. holl), et pour la « possession » avec vocalisme *-e-, v. irl. selb « propriété, possession », gall. helw, gaul. Lugu-selva « propriété du dieu Lug » (et cf. s°l-wo- dans lat. saluas, pour l’intégrité physique). Sur *sol-wo- repose le nom des Slaves (avec *ol > la comme dans v. si. lani < *olnei « de l’an passé ») ; de même radical, le nom des Slovènes peut avoir le même suffixe *-ēn- que le nom des Hellènes. Celui-ci entre dans une famille de mots en *s(w)e-l-, qui peut : avoir des vocalismes divers ; être déterminé par *-no-, et parfois alors passer aux thèmes sigmatiques comme Fhε-διέσᾱτς à côté de ιδιο ; avoir un doublet composé en *sṃ-s(w) el- (d’où une dissimilation d’aspiration, l’esprit doux venant ailleurs d’une psilose), et être en cela comparable au nom des « beaux-frères », *sṃ-swe /ili-o- > ἀέλιοι, ασλιοι et sans *sṃ- v. isl. svilar, gr. εἱλίονες (autre composition dans le m. néerl. swā-sel-inc « beau-frère ») :

  • sṃ-sw(e)-l-n-es->ἀFλανέōς, adverbe, et ὰολλής, ὰελλής « rassemblé » ;

  • sw-ḷ-i- (ou *sw°-l-i- ? cf. ἄµα, et lat. similis < *sṃ-°li- ou *s°m- °li- ?) > ἄλις « en masse » ;

  • sw-ḷ-n-es- > ᾱλής « rassemblé », et *swe-l-no- (parallèle à *s°bhe-l-no- > Sabellī) dans ἀπέλλαι « assemblées », εἰλέω dénominatif « rassembler » (d’une forme en *-no- ou en *-n-es-). C’est sur *swe-l-no- qu’est fait Έλλοί et avec le suffixe d’ethniques *-ēn- ̓Eλληνε (qui a donc un correspondant formel dans le vocabulaire de la parenté, comme le nom des Serbes dans russ. pa-serb). D’abord désignation d’une population de Dodone, le nom a été étendu à l’ensemble des Grecs, comme ceux des Francs, Alamannī, Angles ou Bretons à l’ensemble des Français, Allemands, Anglais/Britanniques.

7. Totalités transcendant l’opposition du soi et de l’autre : Teutons, Allemands

37A côté de ces noms en *s(w)e indiquant comme ceux en *sem- une « réunion », a existé un nom de la « totalité politique », *teutā largement répandu dans l’onomastique (par exemple pélasgique ou illyrienne), et appellatif attesté en baltique, germanique, celtique, messapien, osco-ombrien, vénète, c’est-à-dire dans toute l’Europe sauf là où sont employées d’autres formes, ce qui est le cas dans l’onomastique pour le *s(w)e/ol- (-wo-, – no-) des noms des Slaves et Hellènes, et dans le lexique en latin : la forme étymologiquement correspondante y a donné l’adjectif tōtus, et la forme sémantiquement correspondante y est cīui- (tās), qui procède d’une autre agglutination, *kei-wi- ; celle-ci associe non le « soi » et l’« autre » (désigné comme « lointain » dans *s-we, comme « (l’autre de) deux » dans *s-bhe), mais le « proche » (*kei- de *ke) et le « lointain » (*we), et désigne quelque chose qui est voisin de τό χΟανόν, Hdt. 1, 67, etc. Le nom de la *teutā a donné en Italie les ethniques des Praetuttii au Nord d’Adria et des Tūtῑnῑ en Calabre, et chez les Germains, des Teutōnēs, Teutōnī, attesté pour la première fois dans le récit du voyageur Pythéas (vers – 340), et dont le dérivé adjectif (v.h.a. diutisk, etc.) s’est appliqué d’abord à la langue (populaire par opposition à la langue savante), avant de désigner ceux que nous appelons en français non pas Deutschen, mais Allemands.

38Ce dernier n’est que l’un des renouvellements des ethniques qui indiquent qu’est transcendée l’opposition du « soi » et de l’« autre », par la « réunion » de « tous les hommes », ce que Tite-Live appelle dans le lexique latin gens universa, 1, 1, en décrivant les conditions d’établissement des Vénètes, en des termes qu’on pourrait probablement appliquer à toutes les couches d’hommes de langue indo-européenne venus d’« ailleurs ». Au terme de l’évolution, *al-o-, qui donne un nom de l’« autre » dans le nom des Alains apparenté à celui des Aryens, a le sens « tout » dans Ala-manni, ’Αλαµανοί, composé à second membre nom de l’« homme » (apparenté en germanique au nom indien qui a servi de base à l’ethnique Manus désignant les Tsiganes) ; il est du type Allo-broges, c’est-à-dire substitué à une plus ancienne lexicalisation pronominale onomastique ; par une réduplication, qui évoque l’itération brisée *teutá (*te-u-, cf. skr. tá- u + *-tā ; pour l’itération cf. myc. toto [weto], etc.), la Skeireins, 8, 12, a allaim alemannam « totalité de tous les hommes ».

39Sans aucun doute cette organisation politique, jointe à l’immense science dont témoignent leurs poètes, a, autant et plus que le char de guerre, permis aux hommes dont la langue était indo-européenne d’imposer celle-ci sur les territoires que, venus d’ailleurs, ils firent leurs, en absorbant linguistiquement tant de leurs prédécesseurs dont, pour cette raison même, nous ignorerons toujours les langues et souvent jusqu’aux noms.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search