Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Dictionnaire des petits maîtres du Burlesque

Texte intégral

A

1ADAMS (Jimmy)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 373.

2ALEXANDER (Bennie)

Voir 3e partie : Les Kid Series, pp. 579 et 585.

3ALEXANDER (Frank « Fatty »)

Voir FATTY (les trois).

4ALT (Alexandre)

Né dans l’État de New York le 8 octobre 1897. Décédé le 8 février 1992 à Santa Monica (Californie). Avant de devenir une vedette de l’Universal, Al Alt semble débuter en 1923 dans les Hallroom Boy Comedies (il joue le rôle de Percy) aux côtés de Jimmy Aubrey et de Bud Jamison. Physiquement, il ressemble assez à Monty Banks avec, néanmoins, un visage plus allongé : élégant, arborant volontiers le canotier et la lavallière, il porte une fine moustache et des lunettes rondes. Dans Speed, (1927), Al Alt, mécanicien-inventeur, a construit une voiture dans son garage avec l’aide de son chien, dressé à lui apporter ses outils, et participe à une course dont, naturellement, il sera le vainqueur.

1. COURTS MÉTRAGES :

1923

Hallroom Boy Comedies (11 films)

1924

Tuxedo Reel Comedies-Educational :

27.10 – Stupid, but Brave (2b) – R : Al St. John.

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

3.3 – Don’t Worry – R/Sc. : :William H. Watson ; 23.4 – Pretty Plungers – R/Sc. : Noel Smith ; 7.5 – Taxi ! Taxi ! – R/Sc. : Noel Smith ; 21.5 – The Tired Business Men – R/Sc. : Edward – I. Luddy ; 14.6 – Fearless Fools – R/Sc. : Noel Smith ; 25.6 – A Royal Pair – R/Sc. : Noel Smith ; 13.8 – Scared Stiff – R/Sc. : Al Herman ; 27.8 – Eat and Run – R/Sc. : Al Herman ; 15.10 – Sahara Blues – R : Noël Smith ; 22.10 – Some Tomboy – R : Edward I. Luddy ; 26.11 – Dancing Daisies – R/Sc. : Al Herman ; 10.12 – Harem Follies – R/Sc. : Edward – I. Luddy.

Mack Sennett-Pathé :

30.11 – The Cannonball Express – R : Del Lord.

1925

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

7.1 – Looking Down – R/Sc. : less – Robbins ; 18.2 – A Dangerous Peach – R/Sc. : Jess – Robins ; 4.3 – Don’t Worry – R/Sc. : William H. Watson ; 15.4 – Getting Trimmed – R/Sc. : Edward – I. Luddy ; 13.5 – The Queen of Aces – R/Sc. : William H. Watson ; 3.6 – Speak Freely – R/Sc. : William H. Watson ; 8.7 – A Rough Party – R/Sc. : Charles – Lamont ; 12.8 – Paging a Wife – R/Sc. : Charles Lamont ; 10.10 – Piping Hot – R/Sc. : Charles Lamont ; 3.12 – Scandal Hunters – R/Sc. : Jess Robbins.

Gold Metal Comedies-Samuel Bischoff (2b) :

20.12 – Cured Hams – R : George Jeske.

1926

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b, – R : Charles Lamont) :

10.3 – Al’s Troubles –, 6.5 – Helpful Al ; 17.6 – Accidents Can Happen ; 16.7 – Thanks for the Boat Ride ; 25.8 – Her Ambition.

Radiant Comedies – Rayart (2b) :

?.9 – On the Jump – R : Charles Lamont ; ?. 11 – Moving Guests – R : Robert Furer ; ?. 12 – The Million Dollar Derby – R : Robert Furer.

1927

?.1 – Radio Love – R : Robert Furer ; ?.2 – Baby Faces – R : Robert Furer ; ?.3 – Never Again – R : Robert Furer ; Speed – R : Bobby Ray.

1929

Cameo Comedies-Educational (2b, – R : Francis J. Martin) :

30.6 – Rubbing It in ; 14.7 – Lucky Breaks ; 28.7 – Contented Wifes.

Mermaid Comedies-Educational (2b) :

7.7 – Top Speed – R : Charles Lamont T.O.N.I. :

Charleston, gérant d’hôtel (2b) (6/1926) [Universal].

2. LONGS MÉTRAGES :

1927 The Price of a Good Time (7b) – R : Lois Weber.

1928 Devil Dogs (6b) – R : Fred Windermere.

1929 Top Speed (8b) – R : Mervyn Le Roy.

5ANIMAUX

Domestiques ou sauvages, ils tiennent une place importante dans de nombreuses comédies burlesques. Certains d’entre eux furent presque aussi célèbres que leurs partenaires humains.

Les chiens

  • 1 Leonard Maltin et Richard W. Bann, op. cit., pp. 281 – 283.
  • 2 Robert Florey, Hollywood d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Ed. Prisma, 1948, p. 129.

Parmi ces animaux, classiquement fidèles et dévoués, quelquefois farceurs, il y eut quelques vedettes incontestées : une des premières fut sans doute la chienne savante de la Vitagraph, Jean (baptisée en France Ginette). Chez Hal Roach, Pete the Pup1, un gros bouledogue avec un curieux anneau noir autour de l’œil droit (résultat d’un savant maquillage), débuta dans The Freshman (1925) avec Harold Lloyd, puis joua un chien dénommé Tige dans la série des Buster Brown (1925-1927) et repassa chez Roach pour tourner dans la série « Our Gang » où il remplaça Pal (encore un bouledogue). Ledit Pal avait débuté dans les Married Life Series de la Fox, puis en 1922 avait tourné dans les Juvenile Comedies (Educational), les Century Comedies (Stern Brothers) pour apparaître dans « Our Gang » en 1924 dans The Buccaneers. En 1927, remplacé chez Roach par Pete, il continua sa brillante carrière à la Fox dans les Animal Fox Comedies et les Imperial Comedies. Si l’on en croit Robert Florey2, le chien savant Pal était français ! Il aurait été amené aux États-Unis par un certain Harry Lucenay.

  • 3 Robert Florey, Filmland, Paris, Ed. de Cinémagazine, 1923, p. 208.

Brownie, « The Wonder Dog », le chien qui – entre autres – joue du piano, fut pour l’Universal, la vedette d’une série (46 films en 2b) qui dura de 1919 à 1923. Peter « The Great », autre chien star, joua dans les Christie Comedies, puis dans les Baby Peggy Series (cf. les Kid Series, p. 580). Buddy, autre chien vedette, semble avoir débuté en 1923 dans les Hamilton Comedies chez Educational, puis il tourna de 1925 à 1927 dans les Christie Comedies et fut le partenaire de Charley Chase chez Roach. Enfin, chez Sennett, Fido, le brave et gros chien de Fatty, était spécialiste des courses éperdues et des sauvetages (cf. filmographie de R. Arbuckle) tandis que le petit fox Cameo (baptisé en France Victor) était du genre farceur et débrouillard : lors d’une mémorable partie de poker, il donne de précieux conseils à B. Bevan dans Nip and Tuck (1923). Teddy, un danois, avait le même caractère joueur, mais était quelquefois un peu teigneux. D’après Florey : « Le chien Teddy a son dressing-room comme les grandes stars. Les murs de sa chambre sont couverts de photos d’étoiles dédicacées au bon gros toutou3 »

À partir de 1916, Fatty eut ensuite pour compagnon Luke, qui le suivit à la Comique. Enfin, toujours chez Sennett, la famille Smith de la célèbre série avait, outre une petite fille, un gros chien danois qui fut joué successivement par Cap et Balto.

Les chats

  • 4 Robert Florey, op. cit., p. 208.

Contrairement aux chiens, ils ont presque toujours un rôle assez négatif. Eternelles victimes du sadisme non avoué des auteurs, ils sont souvent malmenés, voire torturés. Dissimulés dans des objets divers (chaussette, chapeau) qu’ils animent de mouvements désordonnés, ils sèment la frayeur, en particulier chez les gens de couleur !Peu de chats ont laissé un nom dans le cinéma burlesque. Seul le matou de chez Sennett, Pepper, est sorti de l’anonymat : c’était un bel animal au poil ras et gris, mais le noir et blanc ne permet pas aujourd’hui de préciser s’il s’agissait d’un chartreux ou d’un british blue... Pepper apparaît en particulier aux côtés de L. Fazenda et de B. Turpin dans Are Waitresses Safe ? (1917). Toujours d’après Florey, « Le chat noir Pepper est assuré pour une somme considérable. En outre, il ne fait jamais les exercices périlleux, ayant spécialement un double pour cet office4 »

Les chevaux

Arabia, pour la Fox (Imperial Comedies, 1923) et Queenie pour l’Universal (Century Comedies, 1922) sont les seuls noms que nous avons relevés dans les comédies burlesques.

Les mules

Vedette à part entière de « Our Gang » (Hal Roach), Dinah la mule apparaît dès le premier film de la série, en 1922. Maude figurait dans les Century Comedies (Universal) de 1922 à 1923. Fanny opérait chez Universal dans les Blue Bird Comedies...

Les singes

Snooky « The Humazee » fut la vedette des treize Chester Comedies (1920-1923) pour Educational sous la direction de William S. Campbell, puis il tourna trois Snooky Comedies, toujours pour la même maison en compagnie d’un couple de singes baptisés Tom et Jerry. Citons aussi les Monkey Comedy Series (Fox), six films réalisés en 1924-1925 et dont les héros étaient trois singes (Max, Moritz et Pep). Ce trio avait tourné auparavant en 1923 dans les Sunshine Comedies et dans les Imperial Comedies (Fox) de 1923 à 1924. Le chimpanzé Elmer apparut dans quelques comédies de la série « Our Gang ».

Les lions

Le célèbre et placide lion de Mack Sennett, Numa, parut en particulier dans The Hollywood Kid (1924) où on le voit assis sur le bureau du patron et dans Circus to Day (1926) où il caresse le dos dénudé de la jolie Madeline Hurlock. Mais était-ce bien la même bête ? Les Century Lions (Universal) sont les vedettes de vingt-sept Century Comedies en 2b de 1919 à 1922. Signalons que les lions – ainsi que d’autres animaux sauvages anonymes, tels que phoques, autruches, boas, etc. apparaissent fréquemment dans les films de Jimmy Adams et de L. Hamilton, mais aussi avec Paul Parrott et beaucoup d’autres.

Enfin, il convient de citer les Dippy Doo Dads Comedies (1923-1924), produites par Hal Roach et dirigées par Len Powers, exclusivement jouées par des animaux, les Animal Comedies de la Fox (1926-1928) où, apparaissent kangourous et éléphants, et les Barnyard Animal Series, produites par Larry Darmour pour Standard Cinema Corp. (1928-1929), jouées par les animaux de la ferme.

6ARBUCKLE (Roscoe « Fatty »)

Voir 2e partie : Dix célébrités, p. 127.

7ARTHUR (Johnny)

Né à Scottdale (Pensylvanie) le 20 mai 1883, il eut sa période de gloire entre 1925 et 1928 en tournant en vedette pour Educational dix-huit films en 2b (Tuxedo Comedies). Il meurt le 31 décembre 1951 à Woodland Hills (Californie).

Portant une étroite moustache, quelquefois des lunettes, les cheveux soigneusement gominés, c’est un comédien élégant qui rappelle un peu Max Linder. Dans Home Cured (« Plus mort que vif », 1926), il joue un malade imaginaire qui se jette sur les médicaments soldés dans les pharmacies. Pour le guérir de sa névrose, le médecin lui annonce que sa fin est proche, tandis que sa femme se console devant lui avec son meilleur ami. Johnny finit par sauter du lit et retrouve l’amour de sa femme. Scénario classique repris par Charley Chase dans Calling All Doctors (1937).

COURTS MÉTRAGES SEULEMENT :

Tuxedo Comedies-Educational (2b) :

1925

20.9 – The Tourist – R : William Goodrich (Roscoe Arbuckle).

22.11 – Cleaning Up – R : William Goodrich.

1926

17.1 – My Stars (L’amour en vedette) – R : William Goodrich.

14.3 – Home Cured (Plus mort que vif) – R : William Goodrich, (d.v.)

2.5 – Mr. Cinderella – R : Norman Taurog.

4.7 – Honest Injur – R : Norman Taurog.

10.10 – The Humdinger – R : Norman Taurog.

15.8 – Open House – R : Charles Lamont.

5.12 – Close Shaves – R : Charles Lamont.

1927

6.2 – Wedding Yells – R : Charles Lamont.

1.4 – The Draw-Back – R : Norman Taurog.

5.6 – Her Husky Hero – R : Norman Taurog.

28.8 – Live News – R : Charles Lamont.

13.11 – Scared Silly – R : Charles Lamont.

1928

22.1 – Wildcat Valley – R : Charles Lamont.

4.3 – Visitors Welcome – R : Harry Sweet.

29.4 – Slippery Head – R : Norman Taurog.

15.7 – Blondes Beware – R : Norman Taurog. Dans les années trente, J. Arthur apparaît dans la série « Our Gang » de Hal – Roach : Anniversary Trouble (1935) ; Feed ‘Em and Weep (1937) ; Night’n Gales (1937) où il joue le père de la jeune Darla Hood.

8ASHER (Max)

  • 5 Blair Miller, op. cit., p . 19.

Né à Oakland (Californie) en 1880, Max débute dans le show-business comme concierge et balayeur dans un théâtre d’Oakland5. Puis il joue de petits rôles et finit par se faire engager pour faire du vaudeville dans les petits théâtres californiens. En 1912, il fait un bref séjour chez Mack Sennett, puis, à partir de 1913, est loué à Carl Laemmle de l’Universal pour apparaître dans les comédies de « l’Universal-Joker » et de l’Universal-Powers. Associé à Harry McCoy (série « Mike and Jake »), il devient la vedette comique de la maison sous la direction d’Allen Curtis. Lorsque McCoy passe chez Sennett en 1914, il est remplacé par Bobby Vernon. En octobre 1914, Max Asher fait partie de l’équipe des Sterling Comedies que vient de créer l’Universal pour Ford Sterling, puis, après leur échec, il revient aux Powers Comedies. Universal lance alors les Max Asher Comedies qui ont un succès certain. Après un bref retour à la scène, Max tourne, pour la Vitagraph, une série de courts métrages produits par Earl Montgomery et Joe Rock. À partir de 1920, il joue de petits rôles comiques pour différentes maisons de production : en 1926-1929, il apparaît dans les Let George Do It Comedies (produites par les Stern Brothers pour Universal) et, en 1927, dans les Snub Pollard Series (Artclass). À l’arrivée du parlant, Asher se reconvertit peu à peu et devient maquilleur. Il meurt à Hollywood (Californie) le 15 avril 1957. Max fut un grand professionnel du cinéma burlesque qui travailla pour tous les grands producteurs, de Sennett à Roach. Grand et bedonnant, le visage grimaçant et plutôt sévère, il savait utiliser à merveille son physique de gros bourgeois.

I. COURTS MÉTRAGES :

1913

Universal-Powers (1b) :

13.6 – The Great Towel Robbery ; 17.9 – The Pearl of the Golden West.

IMP Comedies-Universal (l/2b) :

4.10 – His Priceless Treasure – R : Allen Curtis ; 11.10 – Thou Shalt not Rubber.

Joker Comedies-Universal (R : Allen Curtis ; tous en 1b sauf mention spéciale) :

16.8 – Poor Jake’s Demise (I/2b) ; 23.8 – The Statue (l/2b) ; 29.10 – The Tramp Dentists ; 19.11 – Mike and Jake at the Reach ; 25.10 – The Cheese Special ; 1.11 – Throwing the Bull, 15.11 – Mike and Jake at College ; 29.11 – Lazy Louis ; 5.11 – Mike and Jake Go Fishing ; 12.11 – Mike and Jake among the Cannibals ; 15.11 – Almost an Actress ; 22.11 – The Stinger Stung ; 3.12 – Mike and Jake in the Wild, Wild West ; 6.12 – A Pair of Bears (l/2b) ; 10.12 – Mike and Jake in Mexico ; 13.12 – The Joy Ridders ; 17.12 – Mike and Jake as Heroes ; 20.12 – For Art and Love ; 24.12 – Mike and Jake as Pugilists ; 27.12 – She Should Worry ; 30.12 – Mike and Jake in Society.

1914

7.1 – Mike and Jake Close to the Nature ; 10.1 – Some Nightmare ; 14.1 Saving the Child ; 17.1 – The Mystery of a Taxi Cab ; 21.1 – Mike and Jake in the Army ; 24.1 – Heaven Will Protect a Working Girl ; 28.1 A Freak Temperance Wave ; 31.1In the Year 2014 ; 4.2 – Love and Politics ; – 7.2 – The Midnight Alarm, 14.2 – Chicken Chasers ; 21.2The Tender Hearted Sheriff ; 7.3 – A Mexico Mix ; 21.3 – Mike and Jake Go in for Matrimony ; 28.3 – The Head Waiter 11.4 – Schultz the Paperhanger ; 15.4 – Mike and Jake in the Clutch of Circumstances ; 25.4 – The Sharps Want a Flat ; 2.5 – The Bucket Sharpers ; 9.5 – Schultz the Barber :3.6 – Their First Anniversary ; 6.6 – Love and Electricity ; 10.6 – Mike Searches for His LongLost Brother ; 17.6 – The Fatal Letter ; 4.7 – Captain Kid’s Priceless Treasure ; – 11.7 Love Roses and Trousers ; 18.7 – His Wife’s Family ; 25.7 – The Polo Champions ; 1.8 – Wifies’ Busy Day ; 8.8 – That’s Fair Enough ; 15.8 – What Happened to Schultz ? ; 22.8 – The Diamond Nippers ; 29.8 – Well ! Well ! ; 5.9 – Oh ! What’s the Use ? ; 12.9 Jam and Jealousy ; 19.9 – Love and Graft ; 21.9 – In and Out (3b) ; 3.10 – In the Clutches of the Villain ; 17.10 – Across the Court ; 12.12 – Love Disguised.

Sterling Comedies-Universal :

5.10 – Myer’s Mistake ; 5.11 – Dot’s Chaperone ; 26.11 – Dot’s Elopement ; 3.12 – Love, Luck and Candy.

1915

Joker Comedies-Universal (R : Allen Curtis ; tous en lb sauf mention spéciale) :

9.2 – The Plumber Wins the Girl ; 15.2 – Fooling Father ; 27.2 – Saved by Shower ; 8.3 – School Days ; 8.3 – Back to School Days ; 13.3 – Schultz’s Lady Friend ; 20.3 – The Rejuvenation of Liza lane ; 5.4 – Wedding Bells Shall Ring ; 17.4 – The Way He Won the Widow ; 19.4 – The Fatal Kiss ; 29.4 – The Runaway Auto ; 26.4 – Over the Bounding Waves ; 17.5 – A Day at the San Francisco Fair ; 225 – The Lady Doctor and the Grizzly Gulch ; 24.5 – Hiram’s Inheritance ; 27.5 – Lady Baffles and Detective Duck in « The Great Egg Robbery » (2b) ; 5.6 – The Lover’s Lucky Predicament ; 7.6 – How Billy Got His Raise ; 10.6 – Lady Baffles and Detective Duck in « The Sign of the Sacred Safety Pin » (2b) ; 14.6 – A Duke for a Day ; 19.6 – At the Bingville Booster’s Barbecue ; 24.6 – Lady Baffles and Detective Duck in « The 18 Carroll Mystery » (2b) ; 26.6 – When Schultz Led the Orchestra ; 28.6 – The Mechanical Man ; 5.7 – Right Off the Reel ; 8.7 – Lady Baffles and Detective Duck in « Baffles Aids Cupid » (2b) ; 17.7 – Freaks ; 22.7 – Lady Baffles and Detective Duck in « The Signal of the Three Socks » (2b) ; 24.7 A Duel at Dawn ; 31.7 – The Village Smithy ; 3.8 – Lady Baffles and Detective Duck in « Saved by a Scent » (2b) ; 7.8 – Their Bewitched Elopment, 14.8 – A Dip In the Water ; 19.8 – Lady Baffles and Detective Duck in « The Dread Society of the Sacred Sausage » (2b) ; 28.8 – The Bravest of the Brave ; 4.9 – When Hiram Went to City, 11.9 – At the Beach Incognito ; 18.9 – He Could not Fool His Mothe-In-Law ; 30.9 – Lady Baffles and Detective Duck in « The Ore Mystery » (2b) ; 9.10 – No Babies Allowed ; 14.10 – Lady Baffles and Detective Duck in « When the Wells Went Dry » (2b) ; 16.10 – A Millionnaire for a Minute (Catalogue Morcraft) ; 23.10 – Pete’s Awful Crime ; 28.10 – Lady Baffles and Detective Duck in « The Last Roll » (2b) ; 20.11 – Chills and Chickens ; 25.11 – Lady Baffles and Detective Duck in « Kidnapping the King’s Kid » (2b) ; 27.11 – Dad’s Awful Deed ; 4.12 – Mrs. Prune’s Boarding House ; 11.12Slightly Mistaken ; 18.12 – The Opera Singer’s Romance ou Stage Truck.

1916

1.1 – Lemonade Aids Cupid ; 8.1 – Those Female Haters ; 24.8 – You Want Something ?

1917

Victor Comedies-Universal (R : Craig Hutchinson ; 1b sauf mention spéciale) :

27.8 – Scandal Everywhere (2b) ; 3.9 – The Curse of Flirting Heart ; 10.9 – \n the Clutches of the Milk ; 17.9 – Marathon Maniacs ; 1.10 – Kicked in the Kitchen, 8.10 – Rainstorms and Brainstorms ; 22.10 – A Wise Dummy ; 29.10 – A Devil with the Wimmin.

Fox Comedies (2b) :

22.1 – Brainstorm – R : Harry Edwards ; 28.5 – Suds of Love – R : Jay A. Howe ; 25.6 – His Final Blow – R : OutHank Mann.

1918

Vitagraph (R : Jay A. Howe ; 1b) :

7.1 – Bonds and Banners ; 14.1 – Maimed in the Hospital ; 6.5 – Laws and Outlaws.

Keystone-Mutual (2b) :

17.3 – Mud – R : William Beaudine.

1920

Vitagraph (2b) :

Footprints – R : Grover Jones.

1921

Hallroom Boys Comedies (2b) :

7.1 This Is the Life.

Prod. W.H. Hodkinson (2b) :

2.10 – Rip Van Winkle – R : Ward Lascelle.

1923

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b, – R : Alf Goulding) :

8.2 – Peg O’the Movies ; 25.4 – Sweetie.

1924

3.3 – Don’t Worry (2b) – R : William W. Watson.

Blue Ribbon Comedies-Joe Rock (2b) :

13.12 – A Peaceful Riot – R : Marcel Perez.

1925

Century Comedies-Stem Brothers-Universal :

31.1 – His First Degree (2b) – R : Edward I. Luddy.

1926

Apparaît dans les Let George Do It Comedies (Universal) avec Syd Sailor.

Charley Chase Comedies-Hal Roach-Pathé (2b) :

22.8 – Crazy Like a Fox – R : Leo McCarey.

1927

Snub Pollard Series – Artclass (R : James Davis, 2b) :

26.1 – The Fire ; 30.3 – All Wet ; Once Over – R : ?

Christie Comedies-Educational (2b) :

20.2 – Sailor Beware – R : William Watson.

Vitagraph (2b) :

6.11 – Present Arms – R : E.I. Luddy. Apparaît dans la série « What Happened to Jane » ? (Stern Brothers) avec Thelma Daniels (1926-1927).

2. NOMBREUX LONGS MÉTRAGES DE 1921 A 1934 DONT :

1921

The Silver Car (6b) – R : David Smith.

1922

The Ladder Jinx (6b) – R : less Robbins.

1923

At Devil George (5b) – R : Aston Dearholt.

Slow as Lightening (5b) – R : Grover Jones.

1924

The Shooting of Dan McGrew (7b) – R : Clarence Badger.

1925

Heir-Loons – R : Grover Jones.

1926

We’re in the Navy Now (6b) – R : Edward Sutherland.

1927

Lost at the Front (6b) – R : Del Lord.

Play Safe – R : Monty Banks.

She’s My Baby (6b) – R : Fred Windermere.

1928

Burning Up Broadway (6b) – R : Phil Rosen.

1929 Snowboat (12b) – R : Harry Pollard.

The Kid’s Clever (6b) – R : William J. Craft.

9AUBREY (James)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 378.

B

10BAKER (Eddie)

Né à Davis (WV) le 17 novembre 1897, Eddie apparaît dès 1918 dans les Model Comedies (Universal) avec Gale Henry comme partenaire. En 1920 il tourne, pour la même maison, dans les Rainbow Comedies et passe ensuite chez Al Christie, puis chez Hal Roach où il est le partenaire de Stan Laurel (Smithy, 1924) et de Charley Chase (Powder and Smoke, 1924 ; Hard Knock, 1924, etc.). Il revient chez Christie en 1925 où il est associé au matelot excentrique Billy Dooley jusqu’en 1927. Il tourne quelques comédies en deux bobines pour la Columbia dans les années cinquante et meurt à Los Angeles le 4 février 1968.

Assez large, trapu, le visage rond, il porte une petite moustache et joue plutôt les mauvais garçons.

11BANKS (Monty)

Voir 2e partie : Dix célébrités, p. 315.

12BEAUCHAMP (Clem) [alias DREW Jerry]

Clem Beauchamp, alias Jerry Drew, est né à Bloomfield (Iowa) le 26 août 1898. Il travaille avec Griffith dès 1918. D’abord cascadeur, il devint acteur puis directeur de production et réalisateur. Sa période de gloire se situe en 1926-1928, où il est la vedette de comédies pour Educational. Marié pendant quelques années à la troublante Anita Garvin. Décédé le 14 novembre 1992 à Santa Rosa (Californie).

Très élégant, coiffé souvent d’un haut-de-forme, noeud papillon au col, œillet à la boutonnière, il a un visage triangulaire aux traits fins orné d’une mince moustache. C’est un homme à femmes, sémillant et charmeur. On le reconnaît parfaitement sur quelques photos du catalogue Pathé-Baby dans Brioche voyage (1b) et Brioche et son bottier (1b), ce qui laisse supposer que Brioche (Arthur) était sur surnom français... Dans Hot Lightenings (Un hôtel du tonnerre, 1927), Clem est le neveu de la patronne d’un grand hôtel ; toujours aussi coureur de jupons, il flirte avec les clientes et a des problèmes avec le détective de l’établissement. Après les classiques jeux de cache-cache avec le mari, la tante et le détective, un orage apocalyptique éclate qui conduit à un final digne des meilleurs Mack Sennett.

COURTS MÉTRAGES :

I. Comme acteur :

1926

Cameo Comedies-Educational (1b) :

Sous le nom de Clem Beauchamp : 6.6 – Meet My Dog – R : Jules White ; 12.6 – The Radio Bug – R : Stephen Roberts ; 20.6 – Hold’Er Sheriff – R : Stephen Roberts ; 4.7 – Hanging Fire – R : Stephen Roberts ; 18.7 – Squirrel Food – R : Stephen Roberts ; 1.8 – Don’t Miss – R : Stephen Roberts.

Mermaid Comedies-Educational (2b) :

20.6 – Who’s My Wife ? – R : Stephen Roberts ; 1.8 – Solide Gold – R : Stephen Roberts ; 22.8 – Kiss Papa – R : Stephen Roberts ; 2.10 – Pink Elephants – R : Stephen Roberts ; 21.10 – Midnight Follies – R : James Jones ; 1.11 – Flaming Romance – R : Stephen Roberts.

1927

(R : Stephen Roberts) :
2.1 – High Sea Blues ; 8.2 – Listen Lena ; 6.3 – Hot Lightening (d.v.) ; 3.4 – Brainstorm ; 24.4 – Jungle Heat (d.v.) ; 6.5 – Queens Wild ; 7.6 – No Cheating.

Sous le nom de Jerry Drew :
25.9 – Fox Tales – R : Stephen Roberts ; 7.10 – Sure Cure – R : Stephen Roberts ; 6.11 – Brunettes Prefer Gentlemen – R : Charles Lamont.

1928

29.1 – High Strung – R : Mark Sandrich ; 11.3 – Indiscrete Pete – R : Harry Sweet ; 8.7 – Ladies Preferred – R : Charles Lamont ; 19.8 – Just Dandy – R : Stephen Roberts.

1929

Sous le nom de Clem Beauchamp :
Ideal Comedies-Jack White Corp. (2b) : Only Her Husband – R : Charles Lamont. T.O.N.I. : Brioche sera vedette (1b) ; Brioche voyage (1b) ; Le cauchemar de Brioche (1b) ; Brioche et son bottier (1b) (Pathé-Baby, 9,5). Longs métrages jusqu’en 1936.

II. Comme réalisateur :

1919 ou 1920

Hank Mann Comedies-Arrow Films :

The Janitor (Bill Boquey concierge)

1926

Educational :

26.9 – Kiss Me Kate (1b) ; 10.10 – Plumb Goofy (1b) ; 19.12 – Mister Chump (1b).

1927

13.2 – Listen Una (2b) ; 13.3 – A Perfect Day (1b).

1928

25.3 – Listen Sister (2b) – 1 : Lupino Lane.

13BEERY (Wallace)

  • 6 George W. katchmer, op. cit., pp. 49-56.

Wallace Beery est né à Kansas City (Missouri) le 1er avril 18856. Fils d’un policier municipal, il ne se passionne ni pour les études, ni pour les leçons de piano qu’on lui impose et, dèsl’âge de 15 ans, il quitte le foyer familial pour Saintt Louis, puis Chicago, et trouve enfin du travail dans une ferme de l’Illinois. Avec l’argent gagné, il s’achète une superbe paire de souliers jaunes dont il est très fieR : il revient même dans sa famille six semaines plus tard pour les faire admirer !L’enfant prodigue est bien accueilli et, après avoir payé un costume neuf à son fils, son père lui trouve du travail comme mécanicien dans les Chemins de fer de Santa Fe. Un cirque est de passage : Wallace, fasciné par les éléphants, parvient à se faire embaucher à 3,50 dollars la semaine pour s’occuper du troupeau. Au bout de trois ans, il est responsable des 26 éléphants du Forepaugh – Sells Circus. A New York, où le cirque est de passage, Beery, qui a une belle voix de basse, se fait engager comme boy dans une revue. C’est le début d’une carrière théâtrale : il paraît dans quelques comédies musicales comme Babes in Toyland et, vers 1905, devient la vedette de The Yankee Tourist. En 1913, tandis qu’il joue à Chicago dans un show, les studios Essanay lui proposent de faire un essai pour le cinéma. Engagé, il devient rapidement la vedette des Sweedie Comedies où, travesti en bonne suédoise (!), il a pour principal partenaire Ben Turpin. En 1915, Gloria Swanson, alors âgée de 16 ans, se présente au studio avec sa mère pour faire de la figuration. Beery tombe immédiatement amoureux de Gloria ; il fera de son mieux pour favoriser la carrière de sa bien-aimée, et la fait engager à l’Essanay. La même année, cette compagnie installe ses studios à Niles en Californie, mais, après quelques mois, arrête sa production. Beery ne reste pas longtemps au chômage : il travaille d’abord pour Universal où il dirige en particulier Carter De Haven dans la série « Timothy Dobbs, That’s Me », puis est embauché par Mack Sennett à 125 dollars par semaine. Gloria Swanson, qui a rejoint Beery en Californie, est aussi engagée, mais à 75 dollars par semaine seulement. Ils seront tous deux associés à Bobby Vernon dans plusieurs comédies. En 1916, Wallace et Gloria se marient et resteront ensemble deux ans seulement : le divorce sera prononcé en 1918, mais ils demeureront bons amis. Abandonnant peu à peu le burlesque tout comme Gloria Swanson, W. Beery va tourner alternativement des rôles dramatiques (films de guerre, westerns) et comiques en tandem avec Raymond Hatton (1926-1928). Il s’adapte bien au parlant et continue une brillante carrière sous la direction de E. Goulding, M. Le Roy, George Cukor, Clarence Brown, etc. De 1932 à 1935, il fait partie des dix vedettes les mieux payées de Hollywood, tourne son dernier film en 1948 pour MGM (Big Jack) et meurt d’une crise cardiaque le 15 avril 1949 à Los Angeles. Grand (1,85 mètre) et massif (102 Kilos), la mèche en bataille, la bouche un peu molle, de petits yeux porcins, il a l’allure d’un vaurien assez rustre. L’écrivain et correspondant de guerre Richard Harding Davis l’avait baptisé « face de courge »... Il composa une assez surprenante bonne suédoise dans la série des Sweedie, et triompha rapidement dans les rôles de gangsters, d’ivrognes... ou de shérifs. Un de ses rôles les plus marquants est sans doute celui de l’imprévisible professeur Challenger dans The Lost Word (1925).

1. COURTS MÉTRAGES :

1913

Essanay (1b) :

23.8 – His Athletic Wife ; 30.8 – Mr. Dippy Dipped ; 13.9 – Sweet Revenge, 20.9 – Love Incognito ; 27.9 – A Successful Failure ; 4.10 – Dad’s Insanity ; 18.10 – Day by Day, 15.11 – The Usual Way ; 16.11 – Their Wives Incognito ; 29.11 – Kitty’s Knight ; 6.12 – Smithy Grandma’s Party ; 13.12 – Hello, Trouble ; 20.12 – At the Old Maid’s Call.

1914

(Tous en 1b sauf mention spéciale) 7.1 – A Foot of Romance ; 12.1 – Looking for Trouble ; 4.2 – Into Society and Out ; 18.2 – One-Two-Three ; 21.2 – Mrs. Manleu’s Baby ; 7.3 – The Girl, the Cop and the Burglar ; 14.3 – Oh ! Doctor ; 28.3 – A Queer Quarantine ; 8.4 – The Bargain Hunters ; 17.4 – The Winner (2b) ; 22.4 – Wrong All Around ; 25.4 – Ups and Downs ; 29.4 – Curing a Husband ; 6.5 – Making Him Over ; 13.5 – Three Little Powders ; 20.5 – Actor Finney’s Finish ; 27.5 – Pat Casey’s Case ; 3.6 – Beans ; 10.6 – This Is the Life ; 17.6 – The Fable of the Brash Drummer and the Nectarine ; 17.6 – Grass Country Goes Dry, 24.6 – The Epidemic ; 13.7 – Sweedie the Swater ; 15.7 – The Fable of Napoleon and the Bumps – R/Sc. : George Ade ; 22.7 – The Prevailing Craze ; 22.7 – The of the Higher Education That Was Too Much for the Old Man – R/Sc. : George Ade ; 27.7 – The Fable of the Coming Champion Who Was Delayed – R/Sc. : George Ade ; 29.7 – Sweedie and the Lord, 1.8 – In and Out ; 10.8 – TopsyTurvy Sweedie ; ?.8 – The Fable of the Busy Business Boy and the Droppers-ln – R/Sc. : George Ade ; 17.8 – Sweedie and the Double Exposure ; 24.8 – Sweedie Springs a Surprise ; 31.8 – Love and Soda – Sc. : E. Mason Hopper ; 7.9 – When the Knights Were Bold ; 14.9 – The Joblot Recruits, 21.9 – Sweedie’s Skate ; 28.9 – Sweedie’s Cleanup ; 2.10 – Golf Link Champion « Chick » Evans Links with Sweedie ; 5.10 – The Fickleness of Sweedie ; 12.10 – Sweedies Learns to Swim (d.v.) ; 19.10 – She Landed a Big One ; 26.10 – Rivalry and War, 2.11 – The Laundress ; 9.11 – Sweedie and the Trouble Maker ; 11.11 – Three Boiled Down Fables – R/Sc. : George Ade ; 16.11 – Countless Sweedie ; 28.11 – Sweedie at the Fair ; 30.11 – A Maid of War ; 1.12 – The Fable of Bushlleague Lover Who Failed to Qualify – R/Sc. : George Ade ; 5.12 – Sweedie and the Hypnotist ; 7.12 – Cheering a Husband ; 14.12 – Madam Double X ; 21.12 – Their Cheap Vacation ; 28.12 – Sweedie Collects for Charity ; 30.12 – Two Dinky Dramas of a Non-Serious Kind – R/Sc. : George Ade.

1915

4.1 – Sweedie and the Sultan’s Present ; 11.1 – Sweedie’s Suicide ; 18.1 – Sweedie and the Dog ; 25.1 – Two Hearts That Beat as Ten ; 1.2 – The New Teacher ; 8.2 – Sweedies Goes to College – R :R.F. Baker ; 15.2 – The Victor ; 13.2 – A Pound for a Pound ; 20.2 – Ain’t It the Truth ; 1.3 – Sweedie’s Hopeless Love ; 8.3 – Father’s New Maid ; 15.3 – Love and Trouble ; 22.3 – Sweedie’s Learns to Ride ; 25.3 – The Roystering Blades ; 29.3 – Curiosity ; 15.4 – The Bouquet ; 22.4 – Done in Wax ; 13.5 – Sweedie’s in Vaudeville ; 20.5 – Sweedie’s Hero ; 29.5 – The Slim Princess (4b) – R : E.H. Calvert ; 10.6 – Sweedie’s Finish ; 17.5 – The Broken Pledge ; 8.7 – Education.

1916

Universal Powers (1b) :

6.7 – The Janitor – R/Sc. : Wallace Beery.

Victor Comedies-Universal (1b, – R/Sc. :Wallace Beery) :

28.7 – Just a Few Little Things ; 10.11 – Sweedie, the Janitor ; 17.11 – A Capable Lady Cook.

Universal :

Du 14.8 au 16.10 Série « Timothy Dobbs, That’s Me » :
10 films en lb réalisés par W. Beery avec Carter De Haven (voir à ce nom) et Robert Milash. W. Beery ne joue pas dans cette série.

Keystone-Triangle :

23.4 – A Dash of Courage (2b) – R : Charles Parrott.

1917

Victor Comedies-Universal (1b) :

2.1 – Bombs and Banknotes – R : WallaceBeery.

Keystone-Triangle (2b) :

7.3 – Maggie’s First False Step – R : Frank Griffith ; 15.4 – Teddy at the Throttle – R : Clarence Badger ; 9.6 – Cactus Nell – R : Fred Fishback ; 15.7 – A Clever Dummy – R : Herman Raymaker.

Mack Sennett-Paramount (2b) :

29.12 – That Night – R : Eddie Cline et Hampton Del Ruth.

1918

Nestor Comedies-Universal (1b) :

2.5 – A Bathhouse Scandal – R : Wallace Beery.

1919

6.1 – She Wasn’t Hungry, But – (R seulement) ; 20.1 – Only a Janitor – R/Sc. : Wallace Beery ; 24.3 – A Beach Nul – R/Sc. : Wallace Beery.

1921

Selig-Rork (2b, – R : Bertram Bracken) :

12.8 – The Northern Trail ; 4.9 – The Policeman and the Baby, 24.10 – The Ne’er to Return Road ; ?. 11 – Sleeping Acres – , 15.11 – The White Mouse.

FILMS PARLANTS :

1931

National Vaudeville Association (1b) :

The Stolen Jools – R : George Hill. (Catalogue Blackhawk, d.v.)

1935

MGM (1b) :

Jackie Cooper’s Christmas.

2. LONGS MÉTRAGES (118 FILMS), PRINCIPAUX TITRES :

1917

Patria – R : Theodore et Leopold Wharton (15 épisodes : tous en 2b sauf le premier en 3b)

The Little American (La petite Américaine) – R : Cecil B. De Mille.

1919

Soldiers of Fortune (Le dictateur) – R : Allan Dwan.

Victory (Une victoire) – R : Maurice Tourneur.

Life Line (La ligne de vie) – R : Maurice Tourneur.

1920

The Virgin of Stambul (La vierge d’Istanbul) – R : Tod Browning.

The Last of Mohicans (Le dernier des Mohicans) – R : Maurice Tourneur et Clarence Brown.

813 – R : Scott Sidney.

1921

The Four Horsemen of the Apocalypse (Les quatre cavaliers de l’Apocalypse) – R : Rex Ingram.

1922

Wild Honey – R : Wesley Ruggles. Robin Hood (Robin des bois) – R : Allan Dwan.

1923

Drifting – R : Tod Browning.

The Three Ages (Les trois âges) – R : Buster Keaton.

The White Tiger – R : Tod Browning.

1924

The Signal Tower – R : Clarence Brown.

The Red Lily – R : Fred Niblo.

1925

Coming Through – R : Edward Sutherland. The Lost World (Le monde perdu) – R : Harry O’Hoyt.

The Pony Express (Pony Express) – R : James Cruze.

1926

The Wanderer – R : Raoul Walsh.

Behind the Front – R : Edward Sutherland.

We’re in the Navy Now – R : Edward Sutherland.

1927

Casey at the Bat (Le chevalier de la balle) – R : Monte Price.

Fireman, Save My Child (Sapeur... sans reproche) – R : Edward Sutherland.

1928

Wife Savers (Suivez le guide) – R : Ralph Cedar.

The Big Killing – R.F. Richard Jones.

Beggars of Life (Les mendiants de la vie) – R : William A. Wellman.

Nombreux films parlants jusqu’en 1949.

14BENNETT (Alma)

Née à Seattle (Washington), le 9 avril 1904, Alma Bennett débute chez Al Christie en 1919. Puis elle tourne avec Larry Semon et, à partir de 1925, dans l’équipe de Mack Sennett. Elle décède le 16 septembre 1958 à Los Angeles (Californie). Grande, brune, les cheveux courts, cette jolie jeune femme est l’héroïne d’Une fine mouche (sans doute Lookling for Trouble) : elle se promène portant, sans le savoir, un collier volé et sera poursuivie durant tout le film par des malfaiteurs qui veulent récupérer leur butin. Après une excellente séquence où Alma déambule sur un trottoir en essayant de semer les voleurs, notre héroïne s’illustre dans des acrobaties diverses, sautant d’une voiture en marche à une autre, faisant de la barre fixe, etc.

I. COURTS MÉTRAGES :

1919

Al Christie Comedies (1b) :

?.10 – His Master Voice – R : Albert Christie.

Star Comedies-Universal (1b, – R/Sc. et – I : Eddie Lyons et Lee Moran) :

27.5 – His Friend’s Trip, 4.9 – Somebody Lied.

1920

17.5 – Too Many Burglars.

Universal :

16.5 – Thieve’s Clothes ou Circumstantial Evidence (2b) – R : Mack V. Wright.

1924

Larry Semon Comedies-Chadwick Prod. (2b) :

23.9 – Her Boy Friend – R : Larry Semon et Noel M. Smith.

1925

Mack Sennett-Pathé (2b) :

23.8 – Don’t Tell Dad – R : Gil Pratt ; 25.10 – A Sweet Pickle – R : Art Rosson.

1926

4.3 – Meet My Girl – R : Lloyd Bacon ; 19.12 – A Blonde’s Revenge – R : Del Lord.

1927

30.1 – A Hollywood Hero – R :Harry Edwards ; 13.2 – The Plumber’s Daughter – R : Larry Semon ; 13.3 – The lolly Jitter – R : Eddie Cline ; 24.4 – Broke in China – R : Eddie Cline ; 24.4 – Catalina, Here I Come – R : Earle Rodney ; 4.9 – The Golf Nut – R : Harry Edwards ; 2.10 – A Cold Digger of Weepah – R :Harry Edwards ; 23.10 – Daddy Boy – R : Harry Edwards ; 11.12 – Smith’s Modist Shop – R : Alf Goulding.

1928

19.2 – The Best Man – R : Harry Edwards ; 23.9 – The Campus Carmen – R : Alf Goulding ; 30.9 – Motor Boy Mamas – R : Harry Edwards ; 2.12 – Hubby’S Week-End Trip – R : Harry Edwards ; 9.12 – The Burglar – R : Phil Whitman.

1929

27.1 – Uncle Tow – R : Phil Whitman ; 9.5 – Don’t Get Jealous – R : Phil Whitman.

Mack Sennett Educational :

9.6 – Girl Crazy – R : Alf Goulding.

date inconnue :
Looking for Trouble (Une fine mouche) (2b) (d.v.)

2. PRINCIPAUX LONGS MÉTRAGES :

1923

Man’s Size (5b) – R : Howard M. Mitchell.

1924

Triumph (Triomphe) – R : Cecil B. De Mille.

The Dawn of Tomorrow (6b) – R : George Melford.

1925

The Light of Western Stars (La ruée sauvage) – R : William K. Howard.

The Silent Lover – R : George Archainbaud.

1927

Long Pants (6b) – R : Frank Capra, I : Harry Langdon.

1929

Midnight Daddies (6b) – R : Mack Sennett.

The Good-Bye Kiss – R : Mack Sennett.

15BEVAN (Billy)

Voir 2e partie : Dix célébrités, p. 59.

16BLETCHER (Billy)

  • 7 Scott Johnson, « The Schmaltz Brothers », in Classic Images, n° 123, octobre 1985, pp. 16-17.

« Poke and Jabbs » avec Bobbie Burns et Walter Skull, et « Plump and Runt » avec Oliver Hardy et Billy Rudge. En 1916, avec sa femme Arlene Roberts, il revient à la Vitagraph comme assistant-metteur en scène et passe ensuite à la Keystone. De 1917 à 1919, il tourne dans les Gayety Comedies (R : Craig Hutchinson) et, de 1920 à 1930, travaille pour diverses maisons de production : on le verra dans les Christie Comedies (1921 et 1925), les Universal Comedies (1924), les Animal Comedies (Fox, 1928). Il tourne aussi quelques films avec Laurel et Hardy. En 1933, il apparaît avec les Tax1boys en compagnie de Billy Gilbert (né en 1894 et décédé en 1971) qui fit l’essentiel de sa carrière pendant le parlant. Hal Roach essaya de lancer ce nouveau tandem (Bletcher – Gilbert) pour rivaliser avec Laurel et Hardy : ce furent les très éphémères Schmaltz Brothers7 que l’on vit en 1933 dans Rhapsody in Brew (R : B. Gilbert) qui fut un échec. Bletcher tourna ensuite quelques comédies en deux bobines pour la Columbia et travailla pour les studios Disney, prêtant sa voix à des personnages de cartoons comme le Grand Méchant Loup dans Three Little Pigs. Il mourut le 5 janvier 1979 à Los Angeles.

Plutôt petit, élégant, coiffé d’un canotier, le visage orné d’une fine moustache, il ressemble un peu à Charley Chase et joue presque toujours les seconds rôles. Dans les années trente, sa moustache s’épaissit.

17BOOKER (Harry)

  • 8 Blair Miller, op. cit., p. 27.

Né dans le Kentucky en 1850, cet ancien acteur de vaudeville (il faisait partie du duo Canfield et Booker) rejoint la Keystone en 19158 à l’âge où certains prennent leur retraite. Il apparaît dans de très nombreuses comédies, comme The feathered Nest (1916) où il a comme partenaires Louise Fazenda et le gros Wayland Trask. En 1920, il tourne dans les Sunshine Comedies de la Fox et meurt à San Diego (Californie) le 28 juin 1924.

Ce petit homme aux jambes courtes et torses, qui fait toujours des grimaces horribles, était chez Sennett le spécialiste des rôles de vieillards ridicules (fermiers, flics etc.).

18BOLAND (Edward « Bo »)

Né à San Francisco le 27 décembre 1885, Eddie Boland apparaît dès 1913 pour Universal dans les Joker Comedies. En 1920, il tourne dans les Rolin Comedies d’Hal Roach et sera le partenaire de Snub Pollard avant d’être la vedette de quelques films. En 1922, il joue aussi dans les Star Comedies pour Universal, puis en 1923 et jusqu’en 1927, travaille pour Educational (Cameo, Juvenile, Hamilton, Mermaid Comedies), et décède à Los Angeles le 3 février 1935. Le visage allongé orné d’une fine moustache, de grandes oreilles un peu décollées, il joue plutôt les hommes du monde. Dans On Their Way (1921), il fait du camping en compagnie de sa femme, avec une voiture spécialement (et très originalement) équipée de gadgets : casseroles dans le capot, poulets vivants dans la malle... Il sera aux prises avec une bande de redoutables romanichels parmi lesquels on reconnaît l’inénarrable George Rowe.

I. COURTS MÉTRAGES :

1914

Joker Comedies-Universal (R : Allen Curtis) :

4.3 – Sheridan’s Pride (1b) ; 25.3 – Pay the Rent (2b) : 16.5 – The Fascinating Eye (1b) ; 23.9 – Jane’s Lovers (l/2b) ; 14.10 – On again, Off again Finnegan (2b) ; 21.10 – The Countless Count (1b) ; 18.11 – His Night Out (2b).

1915

(1b, sauf mention spéciale) :

4.1 – Two of a Kind (2b) – R : Allen Curtis ; 15.3 – Refugees (2b) – R : Archer McMackin ; 27.3 – Dixie’s Day Off – R : Archer McMakin ; 10.4 – Fares, Please ! – R : Craig Hutchinson ; 12.4 – Skipper Simpson’s Daughter – R : Archer McMakin ; 29.4 – A Family Affair – R : Clarence Badger ; 3.5 – She Winked (l/2b) – R : Archer McMakin ; 15.5 – Nothing Ever Happens Right – R : Roy McCray ; 29.5 – No Soup (l/2b) – R : Roy McCray ; 31.5 – Hearts and Clubs – R : Roy McCray ; 2.10 – An Innocent Villain – R : Harry Wulze ; 2.12 – Like Father, Like Son (2b) – R : Allen Curtis.

L-KO Comedies-Universal (1b) :

24.4 – The Adventures of Uncle.

Universal :

13.5 – Adventures of Peg O’the Ring – R : Francis Ford et Jacques Jaccard (serial en 15 épisodes).

1916

IMP Comedies-Universal (1b) :

9.5 – When a Wife Worries – R : Hal Clotworthy.

1918

L-KO Comedies-Universal (2b) :

2.10 – Nuts and Noodles – R : James D. Davis.

1920

Rolin Comedies-Hal Roach-Pathé (1b) :

24.2 – Getting His Goat – R : Charles Parrott (?) I : Snub Pollard ; 24.2 – Raise the Rent – R : Charles Parrott ou Fred Newmeyer I : Snub Pollard ; 11.3 – Flat Broke – R : Charles Parrott (?) I : Snub Pollard ; 15.6 – Drink Hearty – R : arles Parrott (?) I : Snub Pollard ; 23.6 – Grab the Ghost – R :Alf Goulding 1 : Snub Pollard ; 3.10 – June Madness – R : Nick Barrows (?) ; 14.11 – The Sandman – R : Bruce Gordon ; 17.10 – Alias Aladin – R : Nick Barrows ; 31.10 – Mania’s Boy – R : Nick Barrows ; 28.11 – Queens Up ; 12.12 – R : Greek Meets Greek – R :Bruce Gordon ; 26.12 – The Sleepy Head – R : Bruce Gordon.

1921

9.1 – Pinning It On – R : Nick Barrows ; 16.1 – Burglar’s Bold – R : Nick Barrows ; 6.2 – Oh, Promise Me ; 20.2 – Prince Pistachio – R :Nick Barrows ; 6.3 – Paint and Powder – R :Nick Barrows ; 20.3 – Running Wild – R : Bruce Gordon ; 3.4 – The Love Lesson – R : Nick Barrows ; 17.4 – Hobgoblins – R : Barrows ; 1.5 – Hurry West ; 15.5 – A Straight Crook – R : Nick Barrows ; 3.6 – Whirl O’the West – R : Charles Parrott (?) I : Snub Pollard ; 23.8 – Stop Kidding – R : Nick Barrows ; 11.9 – On Their Way – R : Nick Barrows (d.v.) ; 25.9 – The Chink – R : Nick Barrows ; 9.10 – Sweet By and By – R : Robert Kerr ; 23.10 – Late Hours – R : Nick Barrows.

1922

Star Comedies-Universal (avec E. Boland en vedette, 1b, – R : Craig Hutchinson) :

23.1 – The News Maker ; 30.1 – The Fake Quake ; 6.2 – Watch Your Wallet ; 20.2 – Friday the 13 th ; 13.2 – Both Booths ; 27.2 – A Bottle Baby.

Rolin Comedies-Hal Roach-Pathé (1b) :

18.6 – Good Morning Judge – R : Nick Barrows ; 25.6 – Many Happy Returns – R : Robert Kerr ; 2.7 – The Man Haters – R : Nick Barrows ; 9.7 – The Late Lamented – R :Robert Eddy.

1923

Cameo Comedies-Educational (1b) :

5.8 – Wrecks – R : Fred Hibbard.

1924

Arrow Films (2b) :

12.7 – I’m. Cured – R : Eugene De Rue.

Juvenile Comedies-Educational (2b) :

31.8 – Oh, Teacher – R : Fred Hibbard.

1925

Mermaid Comedies-Educational (2b) :

29.11 – On Edge – R : Norman Taurog.

1926

Hamilton Comedies-Educational (2 b, – R Norman Taurog) :

7.2 – Careful Please ; , 4.4 – Nobody’s Business ; 6.6 – Nothing Matter.

Mermaid Comedies-Educational (2b) :

20.6 – Who’s My Wife ? – R : Stephen Roberts ; 23.7 – Buzzie Lizzie – R : Jack White.

1929

Paramount (2b) :

24.2 – Love Spats – R : William Holland ; 14.3 – Single Blues – R : Eddie Baker ; Are Scotchmen Tight ? – R : Neal Burns.

T.O.N.I. :

Paquinos habille d’un rien (1b).

2. LONGS MÉTRAGES :

1922

Oliver Twist (8b) – R : Frank Lloyd.

1923

The Face on the Barroom Floor (6b) – R : Francis Ford.

Within the Law (8b) – R : Frank Lloyd.

Little Miss Crusoe (7b) – R : Eddie Cline.

Long Live the King (10b) – R : Victor Schertzinger.

1925

A Gentleman Roughneck (5b) – R : Grover Jones.

1926

Unknown Danger (5b) – R : Grover Jones.

Hard Boiled (6b) – R : John G. Blystone.

The Kid Brother (8b) – R : Ted Wilde.

1927

Sunrise (L’aurore) (10b) – R : F.W. Murnau.

1928

Making the Varsity (7b) – R : Cliff Wheeler.

Manhattan Knights (7b) – R : Burton King.

1929

The Last Performance – R : Paul Fejos ; Nombreux films parlants de 1930 à 1937.

19BOWERS (Charlie)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 382.

20BOWES (Clifford)

Né à Pueblo (Colorado) le 14 novembre 1894, Cliff Bowes eut une carrière bien remplie (plus de 80 films en vedette). Il débute, comme tant d’autres, chez Sennett en 1915, puis on le voit à la Fox, et, en 1919, dans les Century Comedies (Stern Brothers). Il tourne ensuite dans les Star Comedies pour Universal en 1921 et passe chez Educational en 1923 : il apparaît dans les Cameo Comedies et les Mermaid Comedies. Il meurt le 6 juillet 1929.

Type du jeune premier élégant et bien bâti, il possède un visage régulier, mais très expressif. Bowes se révèle un excellent acrobate comme on peut en juger dans Out Bound (1924), où il fait équipe avec Sid Smith : vêtu d’un élégant costume de cycliste, il accomplit, sur son vélo, un numéro que n’aurait pas désavoué Al St. John, s’accrochant aux voitures qui le doublent, attrapant au vol un plat porté par un mitron, sautant dans une auto en marche... Dans Weak Knees (1925), il incarne un séducteur maladroit qui commence par arroser d’essence la voiture en flammes du père de sa fiancée (Virginia Vance), puis réussit à s’introduire chez elle pour s’opposer à un faux comte qui veut aussi sa main. Poursuites, quiproquos... Cliff finit par enlever la jeune fille dans un tapis, mais il s’apercevra plus tard que c’est le père qu il a kidnappé.

COURTS MÉTRAGES SEULEMENT :

1918

Mack Sennett-Paramount (2b) :

27.1 – His Hidden Purpose – R : Eddie Cline et Clarence Badger.

1920

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

9.2 – Old Little Brownie – R :William H. Watson ; 1.3 – Red Hot Finish – R/Sc. : William H. Watson ; 8.11 – Lyin’ Tamer – R/SC. : Charles (Chuck) Reisner ; 8.12 – A Lucky Dog’s Day – R/Sc. : William H. Watson.

1921

5.1 – Happy Daze – R : Charles Reisner.

Star Comedies-Universal (1b) :

31.10 – Back Stage – R : William H. Watson ; 14.11 – Should Stepmothers Ttriffle ? – R : William H. Watson ; 18.11 – Ice Box Pirates – R : William H. Watson ; 5.12 – Heart Breakers – R : William H.Watson.

1923

Mermaid Comedies-Educational (2b) :

11.2 – Pest of the Storm Country – R :Robert Kerr.

28.10 – Running Wild – R : Norman Taurog.

Cameo Comedies-Educational (1b) :

13.5 – Exit Stranger – R :Fred Hibbard ; 10.6 – Between Showers – R : Fred Hibbard ; 8.7 – Tail Light – R : Fred Hibbard ; 22.7 – Plus and Minus – R : Fred Hibbard ; 5.8 – Wrecks – R : Fred Hibbard ; 19.8 – West Is West – R : Fred Hibbard ; 2.9 – His New Papa – R : Fred Hibbard ; 19.9 – Moving – R : Fred Hibbard ; 30.9 – The Limit – R : Fred Hibbard ; 14.10 – Simple Sadie – R : Gil Pratt ; 28.10 – Heads Up – R : Fred Hibbard ; 11.11 – Hang On – R : Fred Hibbard ; 25.11 – Hot Sparks – R : Norman Taurog ; 9.12 – Under Covers – R : Norman Taurog ; 23.12 – Film Foolish – R : Norman Taurog.

1924

6.1 – Don’t Hesitate – R : Albert Ray ; 24.1 – Paris Lights – R : Gil Pratt ; 3.2 – Oh ! Girls ! – R : Albert Ray ; 17.2 – Here and There – R :Lee Moran ; 2.3 – Oh ! Captain – R : Albert Ray ; 16.3 – Cave Inn – R : Albert Ray ; 30.3 – Bargain Day – R : Albert Ray ; 13.4 – Dusty Dollars – R : Harry Edwards ; 23.4 – Fold Up – R : Albert Ray ; 11.5 – Out Bound – R :Harry Edwards (d.v) ; 25.5 – Powder Marks – R : Albert Ray ; 8.6 – Lunch Brigade – , 22.6 – Family Fits – R : Arvid Gillstrom ; 6.7 – Pardon Us (1b) – R : Albert Ray ; 20.7 – Head On – R : Albert Ray ; 3.8 – Turn About – R : Albert Ray ; 17.8 – Good News ; 31.8 – Drenched – R :Albert Ray ; 14.9 – Don’t Fail – R : Lloyd Bacon ; 28.9 – Cheer Up – R : Stephen Roberts ; 12.10 – Desert Blues – R : Albert Ray ; 26.10 – No Foolin’ – R : Albert Ray ; 9.11 – Go Easy – R : Albert Ray ; 23.11 – Empty Heads – R : Lloyd Bacon ; 7.12 – Watch Your Pep – R : Albert Ray ; 21.12 – CutLoose – R : Albert Ray.

Mermaid Comedies-Educational (2b) :

3.2 – Neck and Neck – R : Fred Hibbard ; 29.6 – Dizzy Daisy – R : Fred Hibbard.

1925

15.3 – Hello Hollywood – R : Norman Taurog.

Cameo Comedies-Educational (1b) :

3.1 – Have Mercy – R : Stephen Roberts ; 7.1 – The Mad Rush – R : Albert Ray ; 1.2 – Weak Knees – R : Albert Ray (d.v.) ; 15.2 – Have a Heart – R : Albert Ray ; 1.3 – Welcome Danger – R : Albert Ray ; 15.3 – High Hopes – R : James Davis ; 29.3 – Merrymakers – R : Lloyd Bacon ; 12.4 – Inside Out – R : Albert Ray ; 26.4 – Ship Shape – R : Albert Ray ; 10.5 – Rock Bottom – R : Albert Ray ; 24.5 – Wild Waves – R : Stephen Roberts ; 7.6 – Fun’s Fun – R : Albert Ray ; 21.6 – Wake Up – R : Albert Ray ; 5.7 – Never Fear – R : Albert Ray ; 19.7 – Permit Me – R : Albert Ray ; 2.8 – Look Out – R : Albert Ray ; 13.9 – In Deep – R : Charles Lamont ; 11.10 – Dog Daze – R : Charles Lamont ; 8.11 – Sweet and Pretty – R : Jess Robbins ; 22.11 – Hot Feet – R : Hugh Fay ; 6.12 – Slow Down – R : Jess Robbins ; 20.12 – What’s Up – R : Jess Robbins.

Biff Comedies-Van Pelt Brothers (2b) :

10.9 – Six Miles to Go – R : Ernest Van Pelt.

1926

Cameo Comedies-Educational (1b) :

3.1 – Sky Hooks – R : Jess Robbins ; 17.1 – Brotherly Love – R : Jess Robbins ; 14.2 – Keep Trying – R :Zion Myers ; 28.2 – Don’t Stop – R : Jules White ; 14.3 – Quick Service – R : Jules White ; 28.3 – Scratching Through – R : Jules White ; 11.4 – Tonight’s the Night – R : Jules White ; 25.4 – Somebody’s Wrong – R : Jules White ; 9.5 – Who’s Boss ? – R : Jules White ; 6.6 – Meet My Dog – R : Jules White ; 20.6 – Holder Sheriff – R : Stephen Roberts ; 4.7 – Hanging Fire – R : Stephen Roberts ; 18.7 – Squirrel Food – R : Jules White ; 1.8 – Don’t Miss – R : Stephen Roberts.

1927

31.7 – Hold Fast – R : Mark Sandrich.

1929

10.2 – Served Hot – R : Francis J. Martin.

21BUNNY (John )

  • 9 Blair Miller, op. cit., pp. 30-32

Né à New York le 21 septembre 1863, John Bunny était le fils d’un officier de marine anglais9. Employé dans un magasin, puis acteur de théâtre, il débute au cinéma en 1910 à la Vitagraph où il fera toute sa carrière. Associé à ses débuts à Mabel Normand (1911) et à l’imposante Kate Price, il devient rapidement la vedette de nombreuses comédies (plus de 80) très populaires, tournées à la cadence d’une par semaine. Ventru, les traits épais, pourvu d’un gros nez, le cheveu rare, il est associé ensuite à une jeune femme maigre et longue, au visage en lame de couteau, Flora Finch, qui forme ainsi avec lui un couple aussi désassorti que pittoresque. En 1911, il participe à Vanity Fair, film de prestige de la Vitagraph, aux côtés d’Helen Gardner, puis, en 1913, incarne Pickwick dans Pickwick Papers (3b). Il meurt prématurément de la maladie de Bright, le 26 avril 1915, après avoir tourné plus de 150 comédies.

  • 10 L’Encyclopédie du cinéma, Bruxelles, Ed. Atals, 1984, t. IX, p. 2380.

Flora FINCH, née dans le Sussex le 17 juin 1869, avait commencé sa carrière cinématographique en Angleterre. Après la mort de Bunny, elle travailla successivement pour la Biograph, Pathé – Thanhouser, la Fora-Finch Company (1917), la Flagg-Paramount, Educational, où elle parut dans les Torchy Comedies (1922), et Hodkinson Corporation (All Star Comedies, 1922). Décédée le 4 janvier 1940. Il est difficile aujourd’hui de voir un film du tandem Bunny-Finch. Avec A Cure for Pokeritis (1912), un des rares films qui ait survécu à la politique destructrice de la Vitagraph, on peut juger de la différence de ton entre les comédies de cette maison de production et celles de Sennett ou de Roach. Ici, les acteurs, sans maquillages outranciers ou accoutrements ridicules, ne sont plus des marionnettes et animent avec une certaine sobriété un scénario relativement réaliste et vraisemblable ; les gags de type slapstick sont totalement absents et il faut reconnaître que le succès obtenu par ces films paraît aujourd’hui assez surprenant, tant leur vis comica s’est émoussée... Dans ce film, Bunny incarne un invétéré joueur de poker que sa femme (F. Finch) essaye de corriger en faisant effectuer une fausse descente de police dans le tripot où son mari se réunit avec ses amis. La fin reste ouverte, mais le spectateur est prêt à parier que Bunny recommencera à dilapider son argent... Enfin, dans Stenographer Wanted (1912), « Bunny et ses collègues reçoivent des candidates dactylos : leurs femmes surgissent alors dans le bureau pour exiger que l’emploi échoie à la plus laide des postulantes, qui n’est autre que Finch elle – même10 ». Comme on le voit, Flora Finch joue les mégères acariâtres et John Bunny les gros maris hypocrites, couple classique que l’on retrouvera plus tard avec Hardy et son épouse...

22BURKE (Johnny)

Ce comique tardif fut une vedette de Mack Sennett dans les années 1927-1930. L’air ahuri et niais, il essayait de ressembler physiquement à Harry Langdon, incarnant des braves garçons un peu simples d’esprit et intimidés par les femmes. On le verra souvent associé à la petite Daphné Pollard, comme dans Campus Vamp (1928) : il y joue une espèce de factotum dans un collège de jeunes filles, aidant par exemple Daphné – amoureuse de lui – à faire le ménage dans les chambres. Dans Clunked on the Corner (Labille voleur de bijoux), (1929), qui figurait au catalogue Kodascope, il est aux prises avec un redoutable bandit (Vernon Dent). Ce dernier essaye de récupérer un collier de perles volé qu’une jolie complice (Carmelita Geraghty) en difficulté a glissé dans la poche de Johnny. Situation classique qui permet à Sennett de reprendre des gags éprouvés.

1. COURTS MÉTRAGES :

1927

Mack Sennett-Pathé (2b) :

6.2 – Smith’s Customer – R : Lloyd Bacon ; 2.10 – A Gold Digger of Weepah – R : Harry Edwards ; 23.10 – Daddy Boy, 16.10 – Smith’s Cook – R : Alf Goulding ; (?) A Finished Actor – R : Mack Sennett.

1928

16.9 – A Dumb Waiter (2b) – R : Harry Edwards ; 11.11 – A Jim Jam Janitor – R : Harry Edwards ; 25.11 – The Campus Vamp – R : Harry Edwards ; films de la série « The Smith Family ».

Mack Sennett-Educational :

9.12 – The Lion’s Roar (2b) – R : Sc. : Mack Sennett.

1929

Mack Sennett-Pathé (2b) :

6.1 – Clunked on the Corner (Labille voleur de bijoux) – R : Harry Edwards ; 3.3 – Ladies Must Eat – R : Harry Edwards ; 31.3 – Matchmaking Mamas (Je veux marier ma fille) – R : Harry Edwards ; 28.4 – The Night Watchman’s Mistake – R : Harry Edwards ; 23.6 – A Close Shave – R : Harry Edwards.

Mack Sennett-Educational (2b) :

13.1 – The Bride’s Relation – R : Mack Sennett ; 16.2 – The Old Barn – R : Mack Sennett ; 10.3 – Broadway Blues – R : Mack Sennett.

FILMS PARLANTS :

1930

23.3 – He Trumped Her Ace – R : Leslie Pearce.

Quelques courts métrages en 2b pour Paramount.

2. LONG MÉTRAGE :

1928 The Good-Bye Kiss (9b) – R : Mack Sennett.

23BURNS (Neal)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 389.

24BUSCH (Mae)

  • 11 Bruce Crowther, Laurel and Hardy, Clown Princes of Hollywood, London, Columbus Book, 1987, p. 159.

Mae est née à Melbourne le 19 janvier 1901 dans une famille d’artistes : sa mère était chanteuse d’opéra et son père chef d’orchestre de l’Australian Symphony Orchestra11. Emigrée aux Etats-Unis en 1905, elle est élevée dans une pension religieuse du New Jersey et débute au cinéma dès 1912 dans The Agitator. Elle fait également du music-hall aux côtés d’Eddie Foy, un comique très populaire. En 1915, Mabel Normand la présente à Mack Sennett au cours d’une visite à Los Angeles : engagée pour figurer parmi les Bathing Beauties, elle va travailler à la Keystone pendant plusieurs années. Sa liaison avec Mack Sennett marque le début de la descente aux enfers de Mabel Normand (voir la biographie de cette dernière). Mariée avec l’acteur Frank McDonald en 1917, elle divorce en 1924, ayant entamé une carrière d’actrice dramatique sous la direction de metteurs en scène de renom tels von Stroheim, Sjöstrom, Tourneur et Tod Browning. Cependant une dépression nerveuse arrête momentanément sa carrière. Puis Hal Roach l’embauche dans son équipe : elle sera une des partenaires favorites de Laurel et Hardy avec qui elle tournera 13 films. Elle meurt le 19 avril 1946 à l’hôpital de San Fernando Valley (Californie).

1. COURTS MÉTRAGES :

1912

American prod, (1b) :

The Agitator – R : Allan Dwan.

1915

Keystone-Mutual (lb sauf mention spéciale) : 11.3 – Love in Armor – R : Nick Cogley ; 13.3 – Beating Hearts and Carpets – R : Edwin Frazee ; 22.3 – One Night Stand (2b) – R : Horace McCoy ; 8.4 – The Rent lumpers (2b) – R : Nick Cogley ; 23.5 – Those College Girls (2b) ; 3.6 – Merely a Married Man – R : Charles Avery ; 9.8 – A Rascal of Wolfish Wags (2b) – R : F. Richard Jones.

Triangle-Keystone (2b, sauf mention spéciale) : 14.11 – A Favorite Fool – R : Mack Sennett ; 5.12 – The Best of Ennemies – R : Frank Griffin.

1916

2.1 – The Worst of Friends – R : Frank Griffin ; 11.2 – Better Late Than Never – R : Frank Griffin ; 13.2 – Because He Loved Her – R : Del Henderson (d.v) ; 5.3 – Wife and Auto Troubles – R : Del Henderson (d.v) ; 18.3 – Settled at the Seaside (1b) – R : Walter Wright (d.v.) ; 2.4 – A Bath House Blunder – R : Del Henderson.

1917

IMP-Universal (2b) :

23.2 – The Folly of Fanchette – R : John McDermott.

1927

Hal Roach-Pathé (2b, 1 : Laurel et Hardy) :

12.6 – Love’Em and Weep – R : Fred Guiol.

1928

Hal Roach-MGM (2b, I : Laurel et Hardy) :

Unaccustomed as We Are – R : Lewis Foster et Hal Roach.

Films parlants :

1931

Come Cleans – R : James W. Home.

1934

The Private Life of Oliver the Eight (3b) – R : Lloyd French ; Going Bye-Bye – R : Charles Rogers ; Them Thar Hills – R : Charles Rogers ; The Live Ghost – R : Charles Rogers.

1935

Tit for Tat – R : Charles Rogers ; The Fixed Uppers – R : Charles Rogers.

1941

Columbia (2b) :

French Fried Patootie – R : Jules White.

2. LONGS MÉTRAGES :

1919

The Grim Game (Un reportage tragique) (9b) – R : Irving Willet.

The Man Hunter (6b) – R : Frank Lloyd.

1920

The Devil’s Pass Key (Le passe – partout du Diable) (6b) – R : Erich von Stroheim.

Her Husband’s Friend (5b) – R : Fred Niblo.

1921

The Love Charm (5b) – R : Thomas Heffron. A Parisian Scandal (5b) – R : George Cox.

1922

Foolish Wives (Folies de femmes) (10b) – R : Erich von Stroheim.

Her Own Money (5b) – R : Joseph Henabery.

Pardon My Nerve (5b) – R : Reaves Eason.

Brothers under the Skin (6b) – R : Mason Hopper.

Only a Shop Girl (7b) – R : Edward J. Le Saint.

The Christian (Calvaire d’apôtre) (8b) – R : Maurice Tourneur.

1923

Souls for Sale (Ames à vendre) (8b) – R : Rupert Hughes.

1924

The Shooting of Dan McGrew (7b) – R : Clarence Badger.

Broken Barriers (6b) – R : Reginald Barker.

Bread (7b) – R : Victor Schertzinger.

The Trifflers (7b) – R : Louis Gasnier.

Nellie the Beautiful Cloak Model (7b) – R : Emmett Flynn.

Name the Man (Le glaive et la loi) (8b) – R : Victor Sjöstrom.

Married Flirts (7b) – R : Robert G. Vignola.

A Woman Who Sinned (7b) – R : Finnis Fox.

1925

The Unholy Three (Le club des trois) (7b) – R : Tod Browning.

Time, the Comedian (5b) – R : Robert Z. Leonard.

Frivorous Sal (8b) – R : Victor Schertzinger. Camille of the Barbary Coast (6b) – R : Hugh Dierker.

1926

Miracle of Life (5b) – R : S.E.V. Taylor.

The Nut Cracker (6b) – R : Lloyd Ingraham.

Fools of Fashion (7b) – R : James McKay.

The Truthful Sex (6b) – R : Richard Thomas.

1927

The Perch of the Devil (7b) – R : King Baggot.

Tongues of Scandal (6b) – R : Roy Clements.

Beauty Shoppers (6b) – R : Louis Gasnier.

1928

Ride of Colorado.

San Francisco Nights (7b) – R : William Neill.

Fazil (L’insoumise) (7b) – R : Howard Hawks.

Black Butterflies (7b) – R : James Home.

While the City Sleeps (9b) – R : lack Conway.

Sisters on Eve (6b) – R : Scott Pembroke.

1929

Alibi ou The Perfect Alibi (10b) – R : Roland West.

A Man’s Man (Un homme) (8b) – R : James Cruze.

Nombreux longs métrages de 1930 à 1946.

C

25CARNEY (Augustus)

  • 12 Blair Miller, op. cit., pp. 38-39.

Après le classique vaudeville, Carney débute à l’Essanay en 1910 dans les Hank and Lank Comedies avec Victor Potel comme partenaire12, puis crée le personnage très populaire d’« Alkali Ike », toujours pour Essanay, dans les Snakeville Comedies. Il quitte ensuite l’Essanay à la suite d’un refus d’augmentation de salaire et passe à l’Universal où il sera « Universal Ike » sous la direction d’Harry Edwards (32 Universal Joker Comedies en lb) : le premier film (Universal Ike Gets a Goat) est distribué le 3 mars 1914 et le dernier (Mary Green’s Husband), le 13 octobre 1914. Dans cette série, il a pour partenaires Ray Gallagher et Louise Glaum. En mai 1914, il quitte l’Universal et tourne dans les Luna Comedies (Albuquerque Film Company) Hickville’s Diamond Mystery (9 mars 1915, – R : Archer McMakin). Sa carrière cinématographique s’arrête en 1915.

26CARTWRIGHT (Peggy)

Voir 3e partie : Les Kid Series, p. 585.

27CARVER (Louise)

Née à Davenport (Iowa) le 9 juin 1868, elle débute sans doute vers 1917 dans les Klever Comedies avec Victor Moore, puis tourne de nombreux films chez Sennett (1924-1928). Son physique ingrat lui impose de jouer les mégères (bonnes insupportables, belles-mères exigeantes...) aux côtés de Murray (The Hollywood Kid. 1924), Langdon (The First Hundred Years, 1924), Bevan (Ice Cold Cocos, 1926) ou Turpin (The Prodigal Bridegroom, 1926). On la verra ensuite avec Jack Cooper dans Daze of 49 (Skylark Comedies, Bray Prod., 1928) où elle incarne une logeuse tyrannique et amoureuse. Elle apparaît dans les comédies de la Columbia dans les années trente. Décédée à Los Angeles le 19 janvier 1956.

28CAVENDER (Glen)

Né à Tucson (Arizona) le 19 septembre 1883, Glen Cavender est d’abord acteur et metteur en scène à la St. Louis Motion Picture Company avant de passer à l’Universal, puis à la Keystone où il fait partie des Keystone Cops. Chez Sennett, il se remet à la mise en scène. En 1919-1920, il tourne comme acteur dans les Sunshine Comedies (Fox), puis de 1922 à 1924 dans les Century Comedies (Stern Brothers) et, de 1925 à 1928, pour Educational (Mermaid, Hamilton, Tuxedo et Dorothy Devore Comedies). Il apparaît aussi dans les longs métrages de Fatty en 1926. On le reverra cependant dans l’équipe Mack Sennett pour The Golf Nut (1927). Il meurt à Los Angeles le 9 février 1962.

29CHAPLIN (Sydney)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 395.

30CHASE (Charley)

Voir 2e partie : Dix célébrités, p. 171.

31CLYDE (Andy)

Voir 3e partie : Les héros de séries p. 399.

32COGLEY (Nick)

Né en 1868 à New York, Cogley fait ses premières armes au théâtre. Il entre à la Keystone dès sa fondation en 1913 après avoir fait ses débuts cinématographiques à la Selig vers 1910. Acteur et surtout metteur en scène, il participe à de nombreuses comédies chez Sennett. De 1920 à 1921, il joue dans les Edgar Comedies (Goldwyn). Décédé le 20 mai 1936 à Santa Monica (Californie).

Acteur de second plan chez Sennett : petit et gros, il joue les notables et porte souvent la moustache en croc.

33COLLINS (Monty ou Monte)

Né le 3 décembre 1898 à New York, il fait ses débuts dans un cirque avant d’être figurant en 1920 dans Forty Minutes from Broadway. Il tient ensuite des petits rôles auprès de Keaton (Our Hospitality, 1923) ou dans des films dramatiques (The King of Kings, 1927). Plus tard, de 1927 à 1929, il est la vedette de plusieurs Cameo Comedies, Tuxedo Comedies et Mermaid Comedies (Educational). Il travaille à partir de 1934 pour la Columbia et fait une nouvelle carrière dans les comédies en 2 b produites par Jules White : il tourne en particulier de 1935 à 1938 les Collins et Kennedy Series (avec pour partenaire Tom Kennedy). Il écrit également des scénarios, tourne des longs métrages, puis quitte la Columbia en 1947. Décédé le 1er juin 1951 à North Hollywood. Grand, efflanqué, le nez un peu fort souligné d’une fine moustache, l’œil vif, il apparaît dans Hot Sports (1929) en tandem avec Vernon Dent, ils incarnent deux plombiers qui viennent perturber une soirée mondaine. Dans ce petit film, bien enlevé, un excellent gag : chaque fois qu’un chanteur à voix ouvre largement sa bouche, M. Collins y expédie un grain de raisin ou même une banane... Le couple formé avec le massif V. Dent (ainsi que de nombreux gags) rappelle Laurel et Hardy.

COURTS MÉTRAGES SEULEMENT :

1927

Cameo Comedies-Educational (1b) :

6.11 – Rest Day – R : Jules White ; 4.12 – It’s Me – R : Harry Sweet ; 18.12 – Fall In – R : Jules White.

1928

1.1 – Wedding Slips – R : Jules White ; 12.2 – A Mysterious Night – R : Zion Myers ; 26.2 – Pretty Baby – R :Jules White ; 25.3 – Spring Has Came – R : Jules White ; 22.4 – Off Balance – R : Jules White ; 20.5 – Three Tough Onions – R : Jules White ; 17.6 – Sailor Boy– R : Jules White ; 15.7 – The Lost Laugh – R : Stephen Roberts ; 12.8 – He Tried to Please – R : Harry Sweet ; 26.8 – Troubles Galore – R : Francis J. Martin.

Tuxedo Comedies-Educational (2b) :

22.1 – Wildcat Valley – R : Charles Lamont.

Dorothy Devore Comedies-Educational (2b) :

25.3 – Circus Blues – R : Charles Lamont.

Mermaid Comedies-Educational (2b) :

13.5 – At It Again – R : Norman Taurog ; 10.6 – Who’s Lyin’ ? – R : Stephen Roberts ; 29.7 – Leaping Luck – R : Stephen Roberts ; 30.9 – Polar Perils – R : Stephen Roberts ; 11.11 – Hold That Monkey – R : ules White ; 23.12 – Social Prestige – R : Stephen Roberts. 1929

10.2 – Whoopee Boy – R : Stephen Roberts ; 24.3 – Parlor Pests – R : Stephen Roberts ; 5.5 – Those Two Boys – R : Stephen Roberts ; 2.6 – Household Blues – R : Jules White ; 16.6 – What a Day – R : Stephen Roberts ; 28.7 – Honeymooniacs – R : Stephen Roberts (d.v) ; 11.8 – Hot Sports – R : Jules White (catalogue Blackhawk, d.v) ; Anybody’s Goat (catalogue Morcraft).

Nombreux courts métrages parlants jusqu’en 1955. T.O.N.I. :

Des cheveux dans la soupe (catalogue Connaissance du cinéma).

34COMPSON (Betty)

Née à Beaver (Utah) le 18 mars 1897, Betty Compson débute au cinéma en 1916 après une courte carrière dans le vaudeville. Elle travaille d’abord chez Al Christie, apparaissant dans les CUB Comedies et les

Christie Comedies jusqu’en 1921. Elle est aussi la partenaire de Fatty Arbuckle dans The Sheriff (1918), puis elle passe chez Universal et aux studios Paralta-Artclass. Elle tournera ensuite de nombreux longs métrages, abandonnant le cinéma burlesque. Elle meurt le 18 avril 1974 à Glendale (Californie).

35CONKLIN (Charles « Heinie »)

Né à San Francisco le 16 juillet 1880, il débute à la Keystone en 1915 après avoir fait du vaudeville. En 1917, il tourne dans les Fox Comedies, puis dans les Sunshine Comedies (1918), toujours pour la Fox. De retour dans l’équipe Sennett en 1919, il y restera jusqu’en 1921. L’année suivante, il apparaît encore dans des Sunshine Comedies et dans les Imperial Comedies de la Fox (1922-1924). trente, il est recruté dans l’équipe des « Columbia Comedy Shorts » par lack White et joue dans de nombreux films. Décédé le 30 juillet 1959 à Los Angeles.

36CONKLIN (Chester)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 404.

37CONLEY (Lige)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 412.

38COOK (Clyde)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 416.

39COOKE (Albert G. « Al »)

Né à Los Angeles en 1882, il semble débuter chez Sennett en 1919 dans de petits rôles, puis devient la vedette de R-C Pictures Corp. de 1924 à 1929, tournant plus d’une centaine de films en 2b pour cette maison de production distribuée par F.B.O. Il meurt le 6 juillet 1935 à Santa Monica. Al Cooke, dit « Cookie », ressemble beaucoup à Monty Banks physiquement : petit, élégant, le visage rond pourvu d’une courte moustache ; son style de comique est aussi très proche de celui de Banks. Dans All Washed Up (« Comme deux gouttes d’eau », 1928), Cookie est aux prises avec un sosie, un P-D-G. déprimé, prêt à se suicider. Les deux hommes échangent leur rôle : Al Cooke se retrouve dans la luxueuse demeure du businessman et s’intéresse de près à l’épouse de son sosie. Mais le vrai mari débarque et, pour savoir lequel des deux préfère la dame, les sosies font semblant de se tuer en duel. L’épouse s’enfuit avec un ami de son mari...

COURTS MÉTRAGES SEULEMENT :

Mack Sennett-Paramount (petits rôles, 2b) :

1919

His Last False Step ; Salome Vs Shenandoah ; The Speak-Easy.

1920

By Golly ! ; Don’t Weaken ; Fickle Fancy ; Fresh from the City, Great Scott ! ; Movie Fans ; My Goodness ; The Quack Doctor ; Bungalow Troubles ; Dabbling in Art.

1921

Hard Knocks and Love Taps ; The Unhappy Finish.

Mack Sennett-First National :

Love and Doughnuts ; Love’s Outcast.

1922

Be Reasonable ; Bow Wow ; Gymnasium Jim ; On Patrol.

Mack Sennett-Pathé :

1923

Nip and Tuck.

1924

Telephone Girl Comedies – R-C Pictures Corp. (2b) :

2.3 – Julius Sees Her – R : Malcolm St. Clair ; 16.3 – When Knighthood Was in Tower –R : Malcolm St. Clair ; 30.3 – Money to Burns – R : Malcolm St. Clair ; 13.4 – Sherlock’s Home – R : Malcolm St. Clair ; 27.4 – King Leary – R : Malcolm St. Clair ; 115 – William Tells –R : Malcolm St. Clair ; 25.5 – For the Love of Mix –R : Malcolm St. Clair ; 8.6 – Square Sex – R : Malcolm St. Clair ; 22.6 – Bee’s Knees – R : Malcolm St. Clair ; 6.7 – Love and Learn – R : Percy Pembroke ; 20.7 – Faster Foster – R : Herman RayMaker ; 3.8 – Never Say Never – R : Percy Pembroke.

Go-Getter Series – R-C Pictures Corp. (2b, – R : Del Andrews) :

14.9 – Getting Going ; 28.9 – In the Knicker Time ; 12.10 – And Never the Trains Shall Meet ; 26.10 – A Kick for Cinderella ; 9.11 – Fire When Ready ; 23.11 – A Miss in the Dark ; 7.12 – The Going of Cumming ; 1.12 – Who’s Hooligan.

1925

4.1Playing with the Fire ; 18.1 – The Sleeping Cutie ; 1.2 – Ain’t Love Grand ; 15.2 – The Way of a Maid.

Pacemakers Series – R-C Pictures Corp. (2b, – R : Wesley Ruggles) :

1.3 – Welcome Granger, 15.3 – He Who Gets Rapped ; 29.3 – Merton of the Goofies ; 12.4 – The Great Decide ; 26.4 – The Fast Male ; 105 – The Covered Flagon ; 24.5 – Madam Sans Gin ; 7.6 – Three Bases East ; 21.6 – The Merry Kiddo ; 5.7 – What Price Gloria ? ; 19.7 – Do Coo-Coo ; 2.8 – Miss Me Again.

The Adventures of Mazie – R-C Pictures Corp.(2b, – R : Ralph Cedar) :

3.9 – Amazing Mazie ; 27.9 – The Constant Simp ; 11.10 – Or What Have You ; 25.10 – Mazies Won’t Tell ; 8.11 – So’s Your Old Man ; 22.11 – Pike’s Pique ; 6.12 – Tea for Toomey ; 20.12 – The Vanishing Armenian.

1925

3.1 – High but not Handsome ; 17.1 – Little Andy Looney ; 31.1 – A Snitch in Time ; 14.2 – Mazie’s Married.

1926

Fighting Hearts Series – R-C Pictures Corp.(2b, – R : Ralph Cedar) :

1.3 – Roll Your Own ; 14.3 – It’s a Buoy ; 28.3 – Plane Jane ; 11.4 – Sock Me to Sleep ; 25.4 – Smouldering Tires ; 9.5 – Whiskering Chorus ; 23.5 – The Lighting Slider ; 6.6 – The Big Charade ; 20.6 – Up and Wooing ; 4.7 – When Sally’s Irish Rose ; 18.7 – Twelve Smiles Out ; 1.8 – All’s Swell That Ends Swell.

Bill Grim’s Progress – R-C Pictures Corp. (2b) :

1.9 – The Lady of Lyons, N.Y. – R : Ralph Cedar ; 6.9 – The Fight That Failed – R : Ralph Cedar ; 12.9 – Where’s There a Bill – R : Ralph Cedar ; 29.9 – The Last of His Face – R : Ralph Cedar ; 10.10 – When a Man’s Fan –R : Arvid Gillstrom ; 24.10 – The Midnight Son – R : Arvid Gillstrom ; 7.11 – Bruisers and Losers – R : Arvid Gillstrom ; 21.11 – Little Miss Bluffit – R : Arvid Gillstrom ; 5.12 – Ladies Prefer Brunettes – R : Arvid Gillstrom ; 19.12 – Assorted Nuts – R : Arvid Gillstrom ; 16.1 – A Knight Before Christmas – R : Arvid Gillstrom.

1927

The Wisecrackers – R-C Pictures Corp. (2b) :

30.1 – The Artist Brawl – R : Del Andrews ; 13.2 – Turkish Howls – R : Del Andrews ; 27.2

– Love at First Fight – R : Del Andrews ; 13.3 – Oily Bird – R : Del Andrews ; 27.3 – Cry and Get It ; 10.4 – A Chin He Loved to Touch ; 24.4 – Shy Knees ; 8.5 – Not So Big ; 22.5 – The Better Role ; 5.6 – A Socle in Time ; 19.6 – Bo’s Guest ; 13.7 – A Kick in the dark.

The Beauty Parlor Series – R-C Pictures Corp. (2b) :

3.8 – The Beauty Parlor – R : Arvid Gillstrom et Reggie Morris ; 10.8 – The Permanent Rave – R : Reggie Morris ; 17.8 – The Last Nose of Summer – R : Arvid Gillstrom ; 24.8 – Boys Will Be Girls – R : Reggie Morris ; 31.8 – Helene of Troy, N.Y. – R : Arvid Gillstrom ; 7.9 – Toupay or not Toupay – R : Reggie Morris ; 14.9 – Chin He Loved to Lift – R : Reggie Morris ; 21.9 – Fresh Air Friends – R : Arvid Gillstrom ; 28.9 – Peter’s Pan – R : Reggie Morris ; 5.10 – The Beloved Rouge – R : Arvid Gillstrom ; 12.10 – New Faces for Old – R : Reggie Morris ; 19.10 – She Troupes to Conquer – R : Arvid Gillstrom.

1928

Karnival Komedies – Larry Darmour R-C Pictures Corp. (2b, – R : Albert Herman) :

23.1 – A Social Error ; 6.2 – All Washed Up (Comme deux gouttes d’eau) (d.v.) ; 5.3 – Too Many Hisses ; 19.3 – Top Puts ; 2.4 – Are Husband People ? ; 16.4 – My Kingdom for a Hearse ; 30.4 – After the Squall Is Over14.5 – Restless Bachelors ; 28 5 – Silk Sock Hall ; 11.6 – Come Meal ; 25.6 – Almost a Gentleman.

Hysterical History Comedies-Universal (1b) :

20.2 – Rah ! Rah ! Rexie ! – R : Albert Herman.

Jewel Comedies-Universal (2b) :

7.10 – Watch Your Pep – R : Ralph Cedar et Albert Herman.

The Racing Blood Series- Larry Darmour R-C Pictures Corp. (2b, – R : Ralph Cedar et Albert Herman) :

26.8 – Jessie’s James ; 2.9 – The Wages of Synthetic ; 9.9 – You Just Know She Dares ‘Em ; 19.9 – The Arabian Fights ; 23.9 – Ruth Is Stanger Than Fiction ; 30.9 – The Sweet Buy and Buy ; 14.10 – Mild but She Satisfies ; 24.10 – That Wild Irish Pose ; 27.10 – The Six Best Fellows ; ?. 11 – The Naughty Forties – R : Ralph Cedar ; ?. 11 – Broadway Ladies.

40COOPER (Jack)

De 1918 à 1920, c’est une des vedettes des Sunshine Comedies de la Fox. En 1923, il fait un bref séjour dans les Century Comedies des frères Stem et passe chez Sennett avec qui il restera jusqu’en 1928. On le vena dans Down to the Sea in Shoes (1923), The Wild Goose Chaser (1925), A Rasberry Romance (1925), Love’s Languid Lure (1925) ; il est également le partenaire de Langdon dans ses premiers films – Picking Peaches (1924), Smile Please (1924), His New Mama – (1924) et celui d’Alice Day (Love and Kisses, 1925). Puis il apparaît dans les Happiness Comedies (« Hairbreath Harry Series », produites par les frères West), comme Danger Ahead (1927). De 1928 à 1929, il incarne un chauffeur de taxi ahuri dans une série de films réalisés par Del Lord, toujours pour Mack Sennett : Taxi for Two ; A Taxi Scandal ; Taxi beauties ; Taxi Spooks ; Caught in a Taxi. De 1927 à 1928, il tourne aussi dans les Skylark Comedies (Bray Production Inc.). Il est ainsi la vedettes de Daze of 49 (1928, – R : Glen Lambert, copie 8 millimètres) : pour fuir sa logeuse, amoureuse de lui mais si peu avenante (Louise Carver), Jack part chercher de l’or dans une ville de l’Ouest sur la foi d’un journal du siècle dernier... Il y rencontrera un vieux mineur et sa fille (Nita Cavalier), mais ne pourra éviter de retomber dans les griffes de Louise... Le front dégarni, il porte généralement une large moustache aussi noire que ses épais sourcils. Dans Tax1beauties (1928), il passe son temps à conduire de jolies filles soit à un institut de beauté, soit sur la plage. Là, sort de son taxi une cohorte sans fin de demoiselles en tenue de bain. J. Cooper passe lui-même un (ridicule) maillot et va faire le malin à la piscine ; un ballon bien envoyé lui fera avaler son cigare. C’est déjà du Sennett un peu décadent, l’intérêt du film étant davantage centré sur l’anatomie agréable, quoique démodée, des Bathing Beauties que sur l’originalité des gags...

41CORNWALL (Ann)

Née le 17 janvier 1897 à Brooklyn, elle est la vedette féminine de plusieurs Christie Comedies dans les années 1924-1928 : Bright Lights (1924), French Pastry (1925), Hold Still, Cool Off (1926), Chicken Feathers (1927), Fighting Fanny, Halfback Hannah, Love’s Young Scream (Et que ça saute !, 1928). Elle est également la partenaire de Buster Keaton dans College (1927).

Décédée le 2 mars 1980 à Van Nuys (Californie).

42COURTNEY (Minerva)

Voir 3e partie : Les imitateurs de Chariot, p. 568 et 577.

D

43DANIELS (Veronique « Bebe »)

  • 13 1. Blair Miller, op. cit., p. 57.

Bebe est née à Dallas (Texas) le 14 janvier 1901. Son grand-père était consul à Buenos Aires et sa mère était d’origine espagnole. Elle commence une carrière théâtrale dès l’âge de 4 ans en jouant dans Richard III de Shakespeare aux côtés de ses parents, tous deux comédiens13, et débute au cinéma à la Selig Polyscope Company où elle tient des rôles d’enfant. Puis elle tourne pour IMP, Pathé, Kalem et les studios de Thomas Ince. A 14 ans, elle est déjà la partenaire d’Harold Lloyd dans la série des « Lonesome Luke » (plus de 200 films de 1915 à 1916). En 1919, elle abandonne Hal Roach et la Rolin pour travailler avec Cecil B. De Mille et sera remplacée par Mildred Davis. Son dernier film avec Lloyd sera Captain Kidd’s Kids (1919). Elle signe ensuite un contrat avec la Famous-Players-Lasky et tourne de nombreuses comédies de long métrage. Elle meurt d’une hémorragie cérébrale le 16 mars 1971 à Londres.

Brune aux yeux noirs, dynamique et charmeuse, elle reste la partenaire idéale d’Harold Lloyd.

44DAVENPORT (Alice)

Née à New York le 29 février 1864, Alice débute à la Nestor Films en 1911 avec sa fille Dorothy, puis entre à la Keystone dès 1912. En 1914, elle tourne avec Chaplin (de Making a Living à Tillie’s Punctured Romance) et se spécialise dans les rôles de belle-mère ou d’épouse acariâtre. En 1916, elle tourne pour la Kalem (Trapping the Bachelor, Counting out the Count, films en lb dirigés par William Beaudine) et, en 1920, passe chez Fox où elle apparaît dans les Sunshine Comedies. Décédée le 24 juin 1936 à Los Angeles.

45DAVIDSON (Max)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 420.

46DAVIS (Mildred)

Née à Philadelphie le 22 février 1901, elle entame une carrière cinématographique chez Hal Roach en 1919. Remplaçant Bebe Daniels, elle est la partenaire de Harold Lloyd à partir de From Hand to Mouth (1919) et jusqu’à Safety Last (1923). Mariée à Harold Lloyd, elle continue à tourner pour Roach, associée à Snub Pollard et à Charley Chase (Mama Behave, 1926). Décédée le 18 août 1969 à Los Angeles.

Petite jeune fille aux yeux clairs et aux longs cheveux bouclés, Mildred n’avait pas le dynamisme ni le charme coquin de Bebe Daniels. Un peu fade et trop effacée, elle avait avec Lloyd des rôles assez conventionnels d’ingénue sans grand caractère.

47DAY (Alice)

Voir GRAVES (Ralph).

48DE HAVEN (Carter)

Né à Chicago le 5 octobre 1886, Carter De Haven apparaît dès 1916 avec Robert Milash dans la série « Timothy Dobbs, That’s Me » pour Universal. Puis, en 1919-1920, on le voit dans les Capitol Comedies et dans les Paramount-De Haven Comedies et il se lance dans la mise en scène. De 1922 à 1923, il est la vedette des Carter De Haven Comedies. Assistant metteur en scène de Chaplin dans Modern Times (1936), il tient un petit rôle (un ambassadeur) dans The Great Dictator (1940). Décédé le 20 juillet 1977 à Los Angeles.

COURTS METRAGES SEULEMENT :

1916

Série Timothy Dobbs, That’s Me-Universal (2b, – R : Wallace Beery, – I : C. De Haven et Robert Milash) :

14.8 – The Sody Clerk ; 21.8 – A Thousand $ a Week ; 28.8 – He Becomes a Cop ; 4.9 – From the Rogues’ Gallery ; 11.9 – Hired and Fired ; 18.8 – He Almost Lands an Angel ; 25.9 – A Hero by Proxy ; 2.10 – Borrowed Plumes ; 9.10 – Breaking into Society ; 16.10 – Fame at Last.

1917

Victor Comedies-Universal (2b sauf mention spéciale, – R : Carter De Haven) :

9.1 – A Gentleman of Nerve (1b) ; 19.1 – His Little Room Mate ; 15.2 – The Losing Winner ; 13.7 – Kicked Out ; 19.4 – The Topsy Turvy Twins – R : Richard Stanton ; 3.8 – Where Are My Trousers ? ; 20.8 – A Five Foot Ruler.

1918

Nestor Comedies-Universal (2b, – R : Wallace Beery) :

2.5 – A Bathouse Scandal ; 14.10 – Perils of the Parlor.

1919

Capitol Comedies-National Film Corp. (2b, – R : William Seiter) :

1.6 – In a Pinch ; 29.6 – Their Day of Rest ; 27.7 – After the Bawl ; 24.8 – Close to Nature ; 21.9 – Honeymooning ; 19.10 – Why Divorce ? ; 16.11 – Moving Day, 14.12 – The Little Dears ; 28.12 – A Sure Sure.

1920

8.2 – Excess Baggage – R : Harry Edwards ; 7.3 – Forget-Me-Not – R : Robert McGowan ; 4.4 – Rare Bits – R : Harry Edwards ; 2.5 – What Could Be Sweeter ? – R : Carter De Haven.

DeHaven Comedies-Paramount (2b, – R : Charles Parrott) :

Hoodooed ; Teasing the Soil ; Spring ; Beating Cheaters ; A Model Husband ; Vacation Time ; Never Again ; Kids Is Kids ; Spirits. (voir filmographie de Charley Chase) Star Comedies-Universal (1b) :

6.11 – Am I Dreaming ? – R : Carter De Haven.

1922

Carter De Haven Comedies – R-C Pictures Corp. (2b, – R : Mal St. Clair) :

3.9 – Their First Vacation ; 1.10 – Twin Husbands ; 29.10 – Entertaining the Boss ; 26.11 – Keep’Em Home.

1923

21.1 – Christmas – R : Mal St Clair ; 18.2 – A Waggin’ Tale – R : Carter De Haven ; 18.3 – Say It With Diamonds –R : Carter De Haven ; 15.4 – Private-Keep off – R : Carter De Haven ; 13.5 – Borrowed Trouble – R : Carter De Haven ; 10.6 – Rice and Old Shoes – R : Carter De Haven ; 8.7 – The Panic’s On – R : Carter De Haven.

49DENT (Vernon)

  • 14 Ted Okuda et Ed Walz, « Always in the Foreground, Vernon Dent », in Classic Film Collector, n° 52, (...)

Né le 16 février 1895 à San Jose (Californie) où il fit ses études, Vernon Dent14 débute sur les planches avec une troupe d’amateurs. Comme il possède une belle voix de ténor, il forme un trio vocal avec Fred Bell et Harry Highsmith, et chante au Jewel City Café de Seal Beach, toujours en Californie. Hank Mann le remarque et le fait entrer chez Arrow en décembre 1919 : Vernon Dent jouera de petits rôles dans des comédies dont Hank est la vedette. Puis, en 1921, il tourne dans les Folly Comedies, distribuées par Pacific Film and Co, où il tient le rôle principal. La série s’arrête à la fin de l’année et Dent travaille alors en indépendant pour plusieurs maisons de production comme la Fox, avec qui il tourne son premier long métrage (Hail the Woman, 1921, avec Florence Vidor). Il travaille également pour Vitagraph aux côtés de Larry Semon. Au printemps 1923, il entre aux studios Sennett où il tourne de très nombreux courts métrages, en particulier avec Harry Langdon comme partenaire. Lorsqu’il est maquillé, il est le sosie exact d’un sévère critique de théâtre de l’époque, Alexander Woolcott, avec ses cheveux plaqués sur le crâne, sa petite moustache et ses grosses lunettes d’écaille. Cette ressemblance, qu’il cultive avec soin, est une des clefs de son succès. Lorsque Langdon quitte Sennett, Dent tourne avec Ralph Graves et Thelma Parr, ou avec Billy Bevan dont il est le souffre – douleur, et dans la série de la « Famille Smith ». Il reste avec Sennett jusqu’en 1932, puis travaille pour Educational (où il reforme un tandem avec Harry Langdon), pour Paramount et, en 1935, pour Columbia où il va trouver les trois Stooges, Charley Chase et Andy Clyde. Il continuera à tourner des courts métrages comiques jusqu’en 1957 malgré de graves ennuis de santé (à partir de 1954, il commence à perdre la vue) et meurt d’une crise cardiaque le 4 novembre 1963 à Hollywood.

De taille moyenne (1,75 mètre), puissant et massif (125 kilos), Vernon Dent fait partie de la catégorie des grands méchants qui servent de faire-valoir aux vedettes du burlesque. Avec son cou de taureau, son regard inquiétant, son allure décidée, il est l’antithèse parfaite du frêle Langdon aux yeux candides, aux gestes inachevés et incertains : cette association fonctionna parfaitement et c’est avec Dent que Langdon tournera de petits chefs-d’oeuvre tels que All Night Long (1924) ou Saturday Afternoon (1926).

1. COURTS MÉTRAGES :

1920

Hank Mann Comedies-Arrow Films :

Broken Bubbles (1b) – R : Hank Mann ; A Roaming Romeo (1b) – R : Hank Mann ; When the Spirit Moves (2b) – R : Charles Parrott.

1921

Folly Comedies-Pacific Film and Cie :

Aucun titre connu.

1922

Larry Semon Comedies-Vitagraph :

15.8 – Golf – R : Larry Semon et Tom Buckingham.

1924

Mack Sennett-Pathé (2b, sauf mention spéciale) :

3.2 – Picking Peaches – R : Erle C. Kenton – 1 : Harry Langdon ; 24.2 – The Half-Back of Notre-Dame – R : Del Lord ; 20.4 – The Hollywood Kid – R : Roy Del Ruth ; 10.5 – Black Oxfords –R : Del Lord ; 15.6 – The Lion and the Souse – R : Harry Edwards ; 24.8 – East of Water Plug – R : F. Richard Jones ; 10.8 – Wall Street Blues – R : Del Lord ; 21.9 – Little Robinson Corkscrew – R : Ralph Cedar ; 19.10 – Riders of he Purple Cows – R : Ralph Cedar ; 9.11 – All Night Long – R : Harry Edwards – 1 : Harry Langdon ; 16.11 – Loves Sweet Piffle – R : Edgar Kennedy ; 7.12 – Feet of Mud – R : Harry Edwards – 1 : Harry Langdon ; 23.12 – Bull and Sand (Toréador prends garde) – R : Del Lord.

1925

1.2 – Boobs in the Woods – R :Harry Edwards – I : Harry Langdon ; 8.2 – The Beloved Bozo – R : Eddie Cline ; 1.3 – His Marriage Wow – R : Harry Edwards – I : Harry Langdon ; 29.3 – Plain Clothes – R : Harry Edwards – I : Harry Langdon ; 26.4 – Remember When ? – R : Harry Edwards – I : Harry Langdon ; 16.8 – Lucky Stars – R : Harry Edwards – I : Harry Langdon ; 20.9 – Hurry, Doctor ! – R : Lloyd Bacon ; 27.9 – Love and Kisses – R : Eddie Cline ; 15.11 – Take Your Time – R : Lloyd Bacon ; 29.11 – There He Goes (3b) – R : Harry Edwards.

1926

31.1 – Saturday Afternoon (3b) – R : Harry Edwards – I : Harry Langdon ; 7.2 – Funnymooners – R : Lloyd Bacon ; 11.7 – A Sea Dog’s Tale – R : Del Lord ; 8.8 – Hubby’s

Quiet Little Game – – R : Del Lord ; 5.9 Hoboken to Hollywood – R : Del Lord ; 29.9 – The Prodigal Bridegroom R : Lloyd Bacon ; 31.10 – Masked Mamas – R : Del Lord ; 28.11 – The Divorce Dodger – R : Del Lord ; 19.12 – A Blonde’s Revenge – R : Del Lord ; 26.12 Flirty Four – Flushers – R : Eddie Cline. Rôles dans la série « The Smith Family ».

Christie Comedies-Educational (2b) :

12.12 – Have Courage – R : William Watson.

1927

Mack Sennett-Pathé (2b) :

23.1 – Should Sleepwalkers Marry ? – R : Del Lord ; 20.2 – Peaches and Plumbers – R : Eddie Cline ; 12.6 – Cured in the Excitement – R ; Del Lord ; 4.9 – The Golf Nut – R : Harry Edwards ; 2.10 – A Gold Digger of Weepah – R ; Harry Edwards ; 16.10 – Smith’s Cook – R : Alf Goulding ; 30.10 – For Sale a Bungalow – R : Earle Rodney ; 27.11 – Fiddlesticks – R : Harry Edwards – 1 : Harry Langdon ; 27. II – The Bull Fighter – R : Earle Rodney ; 11.12 – Smith’s Modiste Shop – R : Alf Goulding.

Hal Roach-Pathé(2b) :

6.3 – A One Mama Man – R : James Parrott.

1928

Mack Sennett-Pathé (2b) :

22.1 – The Beach Club – R : Harry Edwards ; 19.2 – The Best Man – R : Harry Edwards ; 18.3 – The Bicycle Flirt – R : Vernon Smith et Phil Whitman ; 12.8 – His Unlucky Night – R : Harry Edwards ; 16.9 – A Dumb Waiter – R : Harry Edwards ; 30.9 – Soldier Man (3b) – R : Harry Edwards – I : Harry Langdon ; 30.9 – Motor Boat Mamas – R : Harry Edwards ; 4.11 – Hubby’s Latest Alibi – R : Phil Whitman ; 11.11 – A Jim Jam Janitor – R : Harry Edwards ; 25.11 – The Campus Vamp – R : Harry Edwards ; 2.12 – Hubby’s Week-End Trip – R : Harry Edwards.

Mermaid Comedies-Educational (2b) :

10.6 – Who’s Lyin’ ? – R : Stephen Roberts.

Cameo Comedies-Educational :

16.12 – Murder Will out (1b) – R : Jules White ; 30.12 – In the Morning (2b) – R : Francis J. Martin.

Adventures of Van Bibber in Society-Fox (2b) :

22.7 – His Favorite Wife – R : Orville Dull.

Imperial Comedies-Fox (2b) :

19.8 – Her Mother’s Back – R : Jasper Blystone et Gene Forde.

1929

Mack Sennett-Pathé (2b) :

3.2 – Calling Hubby’s Bluff – R : Harry Edwards ; 24.2 – Button My Back – R : Phil Whitman ; 3.3 – Ladies Must Eat – R : Harry Edwards ; 17.3 – Foolish Husbands – R : Phil Whitman ; 21.4 – Pink Pajamas – R : Phil Whitman ; 2.5 – Don’t Get Jealous – R : Phil Whitman ; 23.6 – A Close Shave – R : Harry Edwards ; 21.7 – The Barber’s Daughter – R : Mack Sennett.

Mack Sennett-Educational (2b) :

16.2 – The Old Barn – R : Mack Sennett ; 9.6 – Girl Crazy – R : Mack Sennett ; 16.6 – Motoring Manias – R : Phil Whitman.

Cameo Comedies-Educational (1b) :

13.1 – What a Trip (Les plaisirs de la pêche) – R : Francis J. Martin (catalogue Connaissance du cinéma) ; 2.6 – Household Blues – R : Jules White.

Mermaid Comedies-Educational (2b) :

10.2 – Whoopee Boys – R : Stephen Roberts ; 24.3 – Parlor Pests – R : Stephen Roberts ; 21.4 – Howling Hollywood – R : James Jones (catalogue Morcraft) ; 5.5 – Those Two Boys – R : Stephen Roberts ; 16.6 – What a Day – R : Stephen Roberts ; 11.8 – Hot Sports – R : Jules White ; The Talkies – R : Stephen Roberts ; Tickeless Business – R : Stephen Roberts.

Comédies de courts métrages jusqu’en 1955.

2. LONGS MÉTRAGES :

1921

Hail the Woman (8b) – R : John Griffith Wray.

1923

Soul of the Beast (5b) – R : John Griffith Wray.

The Extra-Girl (Vedette d’occasion) (6b) – R : F. Richard Jones.

1927

His First Flame (5b) – R : Harry Edwards I : Harry Langdon.

1928

Golf Widows (6b) – R : Erle C. Kenton.

The Cameraman (Le cameraman) (8b) – R : Edward Sedgwick.

Nombreux longs métrages jusqu’en 1951.

50DEVORE (Dorothy)

  • 15 Blair Miller, op. cit., pp. 60.

Alma Inez Williams, alias Dorothy Devore, est née à For Worth (Texas) le 22 juin 1899. Elle est tout d’abord comédienne amateur puis, à 17 ans, débute au cinéma chez Al Christie où elle devient une vedette et gagne jusqu’à 1 500 dollars par semaine15. Comme on lui refuse une augmentation (elle exige 2 500 dollars par semaine), elle rachète son contrat, passe à la Warner et travaille également comme indépendante, tournant des films avec le chien Rin-Tin-Tin. Enfin, elle signe chez Educational pour qui elle tourne, de 1927 à 1929, des comédies romanesques. Grâce à son statut de vedette, elle choisit les scénarios, son metteur en scène et ses partenaires. Elle abandonne pratiquement le cinéma à l’arrivée du parlant et meurt le 10 septembre 1976 à Woodland Hills (Californie).

Dans Hold Your Breath (1924), distribué en France par Kodascope en version abrégée (3b) sous le titre En hauteur, elle est fiancée au gros Walter Hiers et veut aider son frère malade et sa belle-soeur dans le besoin. Remplaçant son frère à son journal, elle est chargée d’interviewer un milliardaire acariâtre qui vient d’acheter un collier de 50 000 dollars. Dorothy parvient à pénétrer chez le riche grincheux, mais un petit singe dérobe le bijou : D.D. se lance à sa poursuite sur la corniche de l’immeuble. Cela nous vaut un long numéro d’acrobaties à la Harold Lloyd, tandis qu’en bas, dans la rue, Max Davidson, fidèle à son personnage, loue des pliants et des longues vues pour que les badauds puissent apprécier confortablement le spectacle.

1. COURTS MÉTRAGES :

1918

Star Comedies-Universal (lb, – R : Eddie Lyons et Lee Moran) :

12.1 – How’s Your Husband ? ; 27.6 – Marry My Wife ; 1.9 – The House Cleaning Horrors ; 9.9 – The Extra Bridegroom ; 28.9 – Please Hit Me ; 5.10 – Frenzied Film ; 18.11 – Maid Wanted ; 10.12 – The Price of a Rotten Time ; 21.12 – Camping Out ; 28.12 – Swat the Flirt.

1919

20.1 – Sing, Rosa, Sing ! ; 28.7 – All in the Swim.

Al Christie Comedies-Christie Films Co. (1b) :

20.1 – Good Gracious, Bobby – R : l Christie (?) ; 27.1 – You Couldn’t Blame Her – R : Al Christie (?) ; 10.2 – Salvation Sue – R : Al Christie (?) ; 17.2 – Four of a Kind – R : Al Christie (?) ; 24.2 – Welcome Home – R : Al Christie (?) ; 17.3 – Oh, What a Night ! – R : Al Christie ; 24.3 – Brides for Two – R : William Beaudine ; 31.3 – Marrying Molly – R : William Beaudine ; 14.4 – Lost – a Bridegroom – R : Scott Sidney ; 5.5 – Too Many Wives– R : Al Christie (?) ; 26.5 – Kiss the Bride– R : Scott Sidney ; 19.5 – Oh, Susie, Be Careful– R : Scott Sidney ; 16.6 – A Full House – R : Al Christie (?) ; 30.6 – Anybody’s Wife – R : Al Christie (?) ; ?.7 A Flirt There Was – R : Al Christie (?) ; ?.8 – A Cheerful Liar – R : Al Christie (?) ; ?. 10 – Love – in a Hurry – R : Al Christie (?) ; ?. 11 – Her Bear Escape– R : Scott Sidney ; ?. 12 – ‘Twas Midnight.

Star Comedies-Universal :

9.6 – All in the Swim (1b) – R : Eddie Lyons et Lee Moran.

1920

Al Christie Film-Educational (2b, sauf mention spéciale) :

?.8 – Seven Bald Pates – R : William Beaudine.

1921

2.1 – Movie Mad – R : Al Christie (?) ; ?2 – Man VersusWoman – R : Al Christie (?) ; (?) Mind Your Business (1b) – R : Al Christie ; (?) Naughty Mary Brown (1b) – R : Al Christie ; 13.3 – The Reckless Sex (1b) – R : Al Christie ; 24.4 – Sneakers (Ib) – R : Al Christie (?) ; 7.8 – Nothing Like It – R : Al Christie ; (?) Paying Patients– R : Al Christie ; 13.11 – Saving Sister Susie– R : Scott Sidney.

1922

22.1 – One Stormy Night– R : Harold Beaudine ; 19.3 – Oh, Promise Me – R : Scott Sidney ; 23.4 – Fair Enough– R : Al Christie ; 2.7 – Mile-a-Minute Mary – R : Harold Beaudine ; 1.10 – Let’Er Run– R : Al Christie ; 19.11 – Chop Suey– R : Scott Sidney ;

1923

7.1 – Hazel from Hollywood– R : Scott Sidney ; 4.3 – Babies Welcome– R : Scott Sidney ; 6.5 – Winter Has Came – R : Al Christie ; 16.9 – Navy Blues– R : Harold Beaudine ; 2.12 – Kidding Kate – R : Al Christie (catalogue Morcraft).

Pathé-Hal Roach (2b) :

17.6 – Pick and Shovel– R : George Jeske.

1924

Christie Comedies-Educational (2b) :

27.1 – Stay Single– R : Scott Sidney ; 9.3 – Getting Gertie’s Goat (Une simple formalité) – R : Scott Sidney, (catalogue Connaissance du cinéma)

1925

Stan Laurel Series-Joe Rock ; Standard Cinema Corp. (2b) :

Somewhere in Wrong ; The Snow Hawk ; The Sleuth (voir filmographie de Stan Laurel).

1927

Dorothy Devore Comedies-Educational (2b, – R : Norman Taurog) :

28.8 – Up In Arms ; 9.10 – Kilties ; 20.11 – The little Rube.

1928

15.1 – Cutie. (2b, – R : Charles Lamont) : 25.3 – Circus Blues ; 3.6 – Rah, Rah, Rah ; 7.10 – Companionate Service ; 5.11 – Misplaced Husbands.

1929

17.2 – Auntie’s Mistake.

Date inconnue : Know Thy Wife, (d.v.)

2. LONGS MÉTRAGES :

1918

String Beans (5b) – R : Victor Schertzinger. Law of the North (5b) – R : Irvin V. Willat.

1920

Forty Minutes from Broadway (6b) – R : Joseph De Grasse.

1921

The Magnificent Brute (5b) – R : Robert Thornby.

1923

When Odds Are Even (5b) – R : James Flood.

1924

Hold Your Breath (Une femme a osé) (6b) – R : Scott Sidney. (Version abrégée en 8 millimètres (3b) Kodascope sous le titre En hauteur). The Narrow Street (7b) – R : William Beaudine. The Tomboy (6b) – R : David Kirkland. (d.v.)

1925

The Broadway Butterfly – R : William Beaudine. How Baxter Butted in– R : William Beaudine. Three Weeks in Paris (6b) – R : Roy Del Ruth. His Majesty, Bunker Bean (7b) – R : Harry Beaumont. Who Cares ? (6b) – R : David Kirkland. Fighting the Flames (6b) – R : Reeves Eason. The Prairie Wife (7b) – R : Huge Ballin.

1926

The Gilded Highway (7b) – R : James Stuart Blackton. The Social Highwayman (7b) – R : William Beaudine. The Man Upstairs (6b) – R : Roy Del Ruth. Senor Daredevil (Senor Risque – Tout) (7b) – R : Albert S. Rogell. Money to Burn (6b) – R : Walter Lang.

1927

The First Night (6b) – R : Richard Thorpe. Better Days (7b) – R : Frank S. Mattison. The Wrong Mr Right– R : Scott Sidney. Mountains of Manhattan (6b) – R : James P. Hogan.

1928

No Baby Wanted ou The Baby Mother (6b) – R : John Harvey.

Dernier long métrage en 1939.

51DOOLEY (Billy)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 425.

52DRESSLER (Mary)

  • 16 Blair Miller, op. cit., pp. 61-62.

Leila Koerber est née à Cobourg (Canada) le 9 novembre 1869. Elle débute sur les planches à 14 ans et entre à la Keystone en 191416. Elle est une des vedettes de Tillie’s Punctured Romance (R : Mack Sennett) où elle joue l’insupportable épouse de Chariot. Elle passe ensuite à la Lubin où elle paraît dans des longs métrages comiques. En 1917, elle tourne huit films en 2b pour la Dressier Producing Company (distribuée par Goldwyn). Le premier de la série (The Scrublady) est réalisé et écrit par Vincent

Bryan avec, aux côtés de Marie Dressler, Florence Hamilton, Fred Hallen et Harriet Ross. Elle travaille aussi pour la World (Tillie Wakes Up, 1917). En 1929, elle apparaît dans un long métrage produit pour la M.G.M., Jiggs and Maggie, avec pour partenaire Polly Moran et J. Farrell Mac Donald. Dans ce film, inspiré de la fameuse B.D. de Geo McManus « Binging Up Father » (La famille Illico), Marie Dressier tient le rôle de la servante. Elle continue sa carrière à l’arrivée du parlant, souvent en compagnie de Polly Moran (voir à ce nom). Décédée à Santa Barbara (Californie) le 28 novembre 1934. C’était une dame assez forte, au visage carré, condamnée par son physique, aux rôles ingrats de belle-mère ou de mégère.

53DREW (Jerry)

Voir BEAUCHAMP (Clem).

54DUFFY (Jack)

  • 17 Richard Roberts, « Al Christie », in Classic Images, n° 212, février 1993, p. 44.

Jack Duffy (né à Pawtucket le 4 septembre 1882) débute sur scène dans les théâtres de New York. Il semble qu’il se lance dans le cinéma vers 1913 à l’Universal – Nestor sous la direction d’Al Christie. Duffy travaillera ensuite pour la Metro, Vitagraph, Fox, Arrow, Hal-Roach-Pathé... A partir de 1925 et jusqu’à l’apparition du parlant, il reste fidèle à Albert Christie et devient alors une des vedettes de la maison en tournant une série où il incarne Sandy McCuff, un vieil Écossais avare. En réalité, il a seulement la quarantaine et c’est le maquilleur qui, l’affublant d’une belle barbe blanche, fait de lui un vieux monsieur, irascible et agité, « incarnation vivante du fermier Alfalfa17 ». Dans les années trente, il arrête pratiquement sa carrière d’acteur pour devenir maquilleur et meurt à Los Angeles le 23 juillet 1939.

1. COURTS MÉTRAGES :

1913

Nestor Comedies-Universal (2b) :

1916

28.4 – The Newlyweds’ Mix-Up – R : Eddie Lyons.

5.12 – Locked Out at Twelve– R : Al E. Christie.

1919

Metro Pictures (2b) :

14.4 – Blackie’s Redemption – R : John Ince.

1921

Christie Comedies-Educational (2b) :

17.4 – Dummy Love – R : Harry Beaudine ; 18.9 – Say Uncle – R : Al E. Christie.

California Picture Corp. (2b) :

10.9 – Country Chickens– R : Erle C. Kenton.

13.11 – A Rural Cinderella. 1922

Star Comedies-Universal (2b) :

14.8 – Simply Shocking– R : Reggie Morris.

1923

Larry Semon Comedies-Vitagraph (2b) :

22.1 – The Counter Jumpers – R : Larry Semon.

Sunshine Comedies-Fox (2b) :

26.8 – Jungle Pals – R : Lewis Seiler.

1924

Imperial Comedies-Fox (2b) :

13.1 – Schools Pals – R : Lewis Seiler.

Christie Comedies-Educational (2b) :

4.5 – Cornfed – R : Gil Pratt ; 15.6 – Grandpas Girl– R : Gil Pratt ; 24.8 – Savage Love– R : Scott Sidney ; 28.9 –1 Court Plaster– R : Gil Pratt ; 30.9 – Hold Everything– R : Scott Sidney.

Eddie Lyons Comedies-Arrow Films (2b) :

1.9 – Her Other Husband – R : Eddie Lyons.

1925

Christie Comedies-Educational (2b) :

25.1 – Good Spirits – R : Archie Mayo ; 31.1 – Sea Legs– R : Gil Pratt ; 29.3 – A Rarin’ Romeo– R : Archie Mayo ; 26.4 – Why Hesitate ? – R : Archie Mayo ; 6.9 – Watch Out– R : William H. Watson ; 13.9 – Off His Beat – R : Archie Mayo ; 15.12 – (?) Madame Behave.

1926

3.1 – Weak but Willing– R : Archie Mayo ; 17.1 – A Salty Sap – R : William H. Watson ; 7.3 – Wireless Lizzie (Les surprises du radio guidage) – R : Earl Rodney ; 28.3 – Dancing Lady– R : Harry Beaudine ; 9.5 – Gimmie Strength – R : Harry Beaudine ; 20.6 – Hitchin’up – R : Walter Graham ; 4.7 – Mister Wife – R : Harry Beaudine ; 15.8 – Dummy Love– R : Harry Beaudine ; 5.9 – Uppercuts – R : Walter Graham ; 19.9 – A Dippy Tar– R : William H. Watson ; 10.10 – Hold Still – R : William H. Watson (d.v.) ; 21.11 – Hoot Mon ! – R : Harry Beaudine ; 19.12 – Cool Off –R : William H. Watson.

1927

16.1 – Breakaway – R : Harry Beaudine ; 27.2 – Chicken Feathers – R : Walter Graham (d.v.) ; 24.4 – Dumb Belles – R : William H. Watson ; 1.5 – A Queer Duck – R : Harry Beaudine ; 12.6 – Giddy Gobblers –R : Albert E. Christie.

Christie Comedies-Paramount (2b) :

1.10 – Hot Papa – R : Albert E. Christie ; 24.12 – Nifty Nags – R : Albert E. Christie.

1928

21.1 – Fighting Fanny – R : Robert Kerr ; 17.3 – Long Nose – R : William H. Watson (d.v.) ; 30.3 – Stop Flirting– R : Scott Sidney ; 17.4 – Lay on, Mac Duff – R : Eddie Lyons ; 12.5 – Love’s Young Scream – R : William H. Watson ; 9.6 – Say Uncle – R : Albert E. Christie ; 25.8 – Hot Scotch – R : Albert E. Christie (d.v.) ; 6.10 – Loose Change – R : Harry Beaudine ; 12.12 – Should Scotchmen Marry ? – R : William H. Watson.

1929

2.2 – Papa Spank – R : Neal Burns ; 2.3 – Are Scotchmen Tight ? – R : Neal Burns ; 30.3 – Single Bliss – R : Eddie Baker ; 6.4 – Reckless Rosie – R : Neal Burns ; 27.4 – Love Spats – R : William Holland.

Date inconnue :
Quiet and Peace (2b).

2. LONGS MÉTRAGES :

1919

Lord and Lady Algy (6b) – R : Harry Beaumont.

1930

Sally – R : John Francis Dillon

Nombreux longs métrages jusqu’en 1937.

55DUNCAN (Albert E. « Bud »)

  • 18 Bo Berglund, « Lloyd Hamilton : Silent Comedy’s Poor Soul », in Griffithiana, n° 44-45, p. 191.

Albert E. Duncan, né à New York le 31 octobre 1883, débute dans le vaudeville, puis passe au cinéma dès 1911 chez Universal-Nestor (production Al Christie) en jouant dans la série « Mutt and Jeff », basée sur la célèbre bande dessinée de Bud Fisher (il tient – dans deux films seulement – le rôle de Jeff18). Bud travaille ensuite pour la Biograph où, de 1912 à 1913, il joue avec Fred Mace dans les Apollo Comedies. Il fait ensuite un voyage mouvementé au Mexique au cours duquel il essaye de réaliser un documentaire, puis tourne pour la Kalem à partir de 1914 avec John Brennan et Ruth Rolland sous la direction de Marshall Neilan. Il s’associe ensuite à Lloyd Hamilton (le duo Ham et Bud), mais, en août 1915, Ham doit s’arrêter pour raison de santé et Bud tourne seul 24 films jusqu’en décembre 1915. La série continue avec les deux comédiens en 1916 pour s’arrêter définitivement en octobre 1917. Duncan figure ensuite dans les Clover Comedies (produites par National Films) et dans une série pour Reelcraft’s Shiller Production Company. En 1928-1929, il tourne pour la Standard en compagnie de Thelma Hill une série inspirée par un comic strip « Toots and Casper », et enfin en 1940 il incarnera Snuffy Smith, autre héros de B.D., pour la Monogram. Il meurt à Los Angeles le 26 novembre 1960.

Petit (1,50 mètre), grassouillet, il faisait avec Lloyd Hamilton (1,83 mètre) un couple original qui eut un certain succès, (voir aussi à L. Hamilton, p. 445)

1. COURTS MÉTRAGES :

1912

Biograph (l/2b, – R : Del Henderson) :

1.3 – Among Club Fellows ; 15.3 – A Delivery Package ; 28.12 – Bill Bogg’s Windfall.

1913

3.1 – A Queer Elopement (1b) – R : Eddie Dillon ; 8.3 – The Spring of Life (l/2b) – R : Frank Powell ; 5.5 – Frappe Love (l/2b) – R : Del Henderson ; 10.5 – A Rainy Day (l/2b) – R : Tony O’Sullivan ; 24.5 – Trimmers Trimmed (l/2b) – R : Del Henderson ; 6.5 – Just Kids (l/2b) – R : Del Henderson ; 6.9 – Red Hicks Defies the World (l/2b) – R : Del Henderson ; 19.6 – Almost a Wildman (l/2b) – R : Del Henderson ; 23.6 – Mister Jefferson Green (l/2b) – R : Del Henderson ; 23.6 – A Compromising Complication (l/2b) – R : Del Henderson ; 4.8 – The Widow’s Kids (l/2b) – R : Del Henderson.

Apollo :

11.2 – His Nobs, The Plumber ; 11.9 – Freddy Loosebelt from Africa ; 5.10 – The Rube Boss.

Kalem :

9.11 – Romance a la Carte.

1914

Edison :

21.2 – Cheese Mining (l/2b) – R : Charles H. France.

Kalem (1b) :

Plusieurs films avec L. Hamilton (voir filmographie de L. Hamilton, p. 448)

1915

11.1 – Guardian Angel ; 16.1 – Cooky’s Adventure – R : Chance E. Ward ; 7.3 – The Hopi Raiders ; 15.3 – The Bandits of Macaroni ; 31.8 – Mixing It up ; 18.9 – Double Crossing Marmaduke– R : Rube Miller ; 25.9 – Foiled ; 19.10 – Adam’s Ancesters ; 23.10 – The Knaves of the Night ; 30.10 – Diana of the Farm ; 1.11 – Getting Father’s Goat ; 6.11 – Hoodoo’s Busy Day ; 9.11 – Nearly a Bride ; 13.11 – Oh, Doctor ! ; 25.11 – Only a Country Girl ; 14.12 – Almost a King, 18.12 – The Caretaker’s Daughter ; 25.12 – The Missing Mummy et 3 films avec L. Hamilton (voir filmographie de L. Hamilton)

Ham Comedies-Kalem (1b) :

25 films avec L. Hamilton (voir filmographie de L. Hamilton)

Apollo (1b) :

15.3 – Dad’s Terrible Match.

1916

Ham Comedies-Kalem (1b) :

45 films avec L. Hamilton (voir filmographie de L. Hamilton)

1917

25 films avec L. Hamilton (voir filmographie de L. Hamilton)

Kalem (1b) :

2.1 – The Terrible Tender Foot– R :.Lloyd Hamilton

1918

Clover Comedies-National film Corp. (1 : Dot Farley, Kewpie Morgan)

Pas de titres connus.

1919 (?)

Série pour la Reelcraft’s Shiller Production Company

1927

Cameo Comedies-Educational (1b) :

16.1 – Dear Season – R : Nate Watt

1928

Toots and Casper Series – Standard Cinema Corp. (2b) :

19.9 – Fooling Casper – R : St. Elmo Bryce ; 14.10 – What a Wife – R : St. Elmo Bryce ;

11.11 – The Family Meal Ticket– R : St. Elmo Bryce ; 9.12 – Casper’s Week-End – R : St. Elmo Bryce.

1929

6.1 – Smile, Battercup, Smile– R : St. Elmo Bryce (d.v.) ; 3.2 – Big Hearted Toots – R : St. Elmo Bryce ; 3.3 – Casper’s Night out – R : Albert Herman ; 31.3 – Toots’ Big Idea – R : Albert Herman ; 28.4 – Spareribs Reforms – R : Albert Herman ; 26.5 – His Wife’s Secret – R : Albert Herman ; 23.6 – Who’s the Boss ? – R : George Summerville ; 21.7 – Don’t Sag Ain’t – R : George Summerville.

T.O.N.I. :

Un fier-à- bras

2. LONGS MÉTRAGES :

1917

The Cruise of the Make-Believes (5b) – R : George Melford

1919

Maggie Pepper (5b) – R : Chester Withey

1927

The Haunted Ship (5b) – R : Forrest K. Sheldon

56DUNHAM (Philip Gray « Phil »)

Né à Londres le 23 avril 1885, il débute probablement en 1915 dans les Kalem Comedies. En 1916, il est acteur à la L-KO jusqu’en 1919 et réalise quelques films, notamment en 1917. Puis il paraît dans les Century Comedies (Productions Stern Brothers, distribuées par Universal) et les Rainbow Comedies (1919-1920) d’Universal. De 1922 à 1927, il tourne pour Educational dans les Juvenile, Cameo, Mermaid et Tuxedo Comedies où il sera en particulier le partenaire de Lige Conley.

Dans les années trente, il apparaît dans quelques « shorts » de la Columbia. Décédé à Los Angeles le 5 août 1972. C’était un comédien élégant et fin, pourvu d’une fine moustache, souvent réduit à jouer les seconds rôles.

57DUNN (Bobby)

Voir 3e partie : Les imitateurs de Chariot, p. 564 et 574.

58DURFEE (Minta)

Née à Los Angeles en 1897. Epouse et partenaire de Roscoe « Fatty » Arbuckle (Voir 2e partie : Roscoe Arbuckle, p. 127). Après avoir abandonné le cinéma, elle dirigea un magasin de vêtements. Décédée en 1975.

F

59FABRE Marcel

Voir PEREZ (Marcel)

60FARLEY (Dot)

  • 19 George Katchmer, « Remember the Silents : Dot Farley », in Classic Images, n° 223, janvier 1994, p. (...)

Née à Chicago le 6 février 188119, Dot Farley semble débuter à la Lubin en 1913 : elle est la partenaire de L. Hamilton dans ses premiers films. La même année, elle travaille pour l’Essanay avant de passer avec Alan Dwan et quelques autres à la « Flying A » (American Film Manufacturing Company) où elle tourne comédies et westerns. De 1914 à 1915, Dot devient la vedette, en compagnie d’Augustus Carney, des Luna Comedies (Albuquerque Film Manufacturing Company), 27 films en 1 ou 1/2 b, réalisés par Archer McMackin et distribués par Warner. En 1915, elle apparaît dans les MinA Comedies, les Kuku Comedies (avec Sammy Burns), puis en 1917 dans les Sunshine Comedies (Fox) en compagnie de Billy Ritchie et Henry Lehrman. Vers 1918, elle est encore la vedette des Clover Comedies (National Film Corp.) avec Bud Duncan et le gros Kewpie Morgan, puis, en 1919, elle figure dans quelques Century Comedies (Stern Brothers) avant de passer chez Mack Sennett (1921-1927) où elle sera la partenaire de Ben Turpin et de Billy Bevan. Elle meurt le 21 mai 1971 à Woodland Hills (Californie).

61FATTY (les trois)

Les Standard Comedies produites de 1925 à 1928 par Joe Rock pour R-C Pictures Corp. avaient pour héros trois énormes personnages. Le plus connu était Frank Alexander (né le 25 mai 1879, décédé le 8 septembre 1937) qui débuta à la Keystone avec Mack Sennett, puis passa à la Fox (Sunshine Comedies) en 1917 et enfin à la Vitagraph en 1918 où il fut le partenaire de Larry Semon. Les deux autres poids lourds étaient Hilliard Karr et Kewpie Ross. Il furent surnommés, en France, les trois Fatty, et quelques-uns de leurs films furent distribués en version plus ou moins complète par Pathé-Baby. Les gags des trois Fatty reposent principalement sur le poids de ces trois personnages qui doit au total frôler le quintal : voitures effondrées, bateaux submergés, sièges enfoncés, etc. Dans Campus Romeos (1927), ils se retrouvent dans une maison truquée farcie de squelettes animés et de monstres velus : pour fuir ce lieu maudit, ils sautent tous trois par la fenêtre, équipés de minuscules ailes... L’atterrissage sera rude.

1. COURTS METRAGES :

1925

Standard Comedies-Joe Rock (2b) :

6.9 – Tailoring– R : James Davis (d.v) ; 4.10 – Three Wise Goofs – R : James Davis ; 1.11 – On the Link – R : James Davis ; 29.11 – All Tied Up – R : George (Slim) Summerville. (d.v.)

1926

24.1 – In the Air– R :George (Slim) Summerville ; 21.2 – Heavy Love – R : Percy Pembroke ; 21.3 – A Beauty Parlor– R : James Davis ; 18.4 – Honeymoon Feet– R : Gil Pratt ; 16.5 – The Heavy Parade– R : Gil Pratt ; 13.6 – Three of a Kind– R : Harry Sweet ; 11.7 – Wedding Daze ; 20.8 – Galloping Ghosts– R : Ralph Cedar ; 28.8 – Back Fire ; 18.10 – Heavy Fullbacks ; 15.11 – The Vulgar Yachtman– R : Marcel Perez ; 13.12 – Heavyation– R :Francis Corby.

1927

10.1 – Three Glad Men– R : il Pratt ; 7.2 – The Unsocial Three– R : Gil Pratt ; 7.3 – Old Tin Sides (Une fine équipe) – R : Gil Pratt (d.v.) ; 4.4 – You’re Next – R : Gil Pratt ; 2.5 – Heavy Hickers– R : Gil Pratt ; 30.5 – What Price Dough– R : Gil Pratt ; 27.6 – How High Is up – R : Gil Pratt ; 25.7 – Campus Romeos– R : Gil Pratt (Copie 8 millimètres) ; 11.9 – Wanderers of the Waistline – R : Albert Herman ; 10.10 – Tanks of the Wabash– R : Albert Herman ; 14.11 – Fleshy Devils – R : Albert Herman ; 12.12 – Three Missing Links – R :Albert Herman, (d.v.)

1928

9.1 – Panting Papas– R : Albert Herman ; 13.2 – Oui, Oui, Heidelberg– R : Earl T. Montgomery ; 12.3 – The Happy Trio – R : Earl T. Montgomery ; 9.4 – All Afike – R : Earl T. Montgomery ; 14.5 – Big Berthas– R : Earl T. Montgomery ; 11.6 – Heavy Infants– R : Earl T. Montgomery ; 9.7 – Standing Pat – R : Earl T. Montgomery ; 14.8 – Joyful Day– R : Earl T. Montgomery.

T.O.N.I. :
Des vacances à tout casser.

Catalogue Pathé-Baby, 9,5 :
Le Tramway en délire (1b) ; Trop lourds (2b) ; Les Deux Équipes (2b).

62FAZENDA (Louise)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 428.

63FIELDS (W.C)

  • 20 Donald Dreschner, The Films of W.C. Fields, New York, Citadel, 1966.

Né à Philadelphie le 29 janvier 1880, William Claude Dakenfield sort en grande partie du cadre que nous nous sommes fixé puisque c’est surtout avec le parlant qu’il connut la notoriété20. Cependant, signalons qu’il débuta en 1915 au cinéma dans les Casino Star Comedies pour Gaumont : son premier film, Pool Sharks (1b) (19/9/1915), réalisé par Edwin Middleton, figurait au catalogue Blackhawk. Il tourna ensuite His Lordship’s Dilemma (R : William Haddock, 1b) et revint ensuite au music-hall jusqu’en 1924, date à laquelle il commença à tourner une série de longs métrages : Janice Meredith (R : E. Mason Hopper, 1924), Sally of the Sawdust (Sally fille de cirque – R : D.W. Griffith), 1925, That Royal Girl (Détresses – R : D.W. Griffith, 1925), It’s an Old Army Game (R : Edward Sutherland, 1926), So’s Your Old Man (Aïe, mes aïeux – R : G. La Cava, 1926), The Potters (R : Fred Newmeyer, 1927), Running Wild Dans la peau du lion – R : G. La Cava, 1927), The Flaming Youths (R : John Walters), Tillie’s Punctured Romance (R : E. Sutherland, 1928) et Fools for Luck (R : Charles Riesner, 1928). Suivirent de nombreux longs métrages parlants.

Enfin, signalons cinq excellents courts métrages (2b) produits par Sennett pour Paramount et tous d.v. :

22.10.1930 – The Golf Specialist– R : Monte Brice.

22.10.1931 – The Dentist– R : Leslie Pearce.

3.3.1933 – A Fatal Glass of Beer – R : Clyde Bruckman.

21.4.1934 – The Pharmacist – R : Arthur Ripley.

28.7 1934 – The Barber Shop– R : Arthur Ripley.

Décédé le 15 avril 1949 à Los Angeles.

Déjà, dans Pool Sharks (1915), on trouve le Fields iconoclaste et sans scrupule des années trente : il se bat sauvagement avec son rival en amour – doigts dans les yeux, dans la bouche, – etc. puis le défie au billard, ce qui donne lieu à des séquences d’animation où les boules de Fields empruntent de miraculeux circuits pour arriver à leur but... Le rival finira la tête dans un tonneau.

64FINCH (Flora)

Voir BUNNY (John).

65FINLAYSON (James)

  • 21 Bruce Crowther, op. cit., pp. 157-158.

James Henderson Finlayson est né à Falkirk (Ecosse) le 27 août 1887. Il débute sur les planches dans son pays natal avec son compatriote Andy Clyde21, puis part aux États-Unis en 1911 et apparaît à New York dans une pièce de Graham Moffat, Bunty Pulls the Strings, qu’il a déjà jouée en Grande Bretagne. Après le classique vaudeville, il entre chez Sennett en 1919, fait partie des Keystone Cops, puis tourne en compagnie de Charlie Murray, Billy Bevan, Louise Fazenda, etc. En 1920, il apparaît aussi dans une série de comédies avec Dorothy Mackaill (Torchy Comedies) pour Mastodon Films. En 1922, il quitte Sennett et travaille pour différents studios ; il rejoint enfin l’équipe d’Hal Roach en 1923. Fin’ y joue surtout les faire-valoir : d’abord avec Snub Pollard (Beaucitron), puis avec Stan Laurel, Charley Chase, Clyde Cook et enfin avec le tandem Laurel et Hardy. Il tourne cependant quelques films en vedette pour Roach, notamment sous la direction de Stan Laurel. Décédé le 9 octobre 1953 à Los Angeles d’une crise cardiaque

Sa calvitie précoce lui fait incarner dès ses débuts des rôles de quadra – ou de quinquagénaire. Ses colères et sa parfaite pratique du « slow-burn » aux côtés de Laurel et Hardy le rendront immortel à jamais. Il est aussi l’inventeur du « double take » que Robert Florey décrivait ainsi :

  • 22 4. Robert Florey, Hollywood d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Prisma, 1948, p. 125.

« Finlayson, le comédien écossais, avait créé le regard dit du "double take". Il fixait d’abord un acteur dans les yeux, puis, tournant rapidement la tête d’un air indifférent, regardait un autre artiste l’espace d’une seconde et ramenait ensuite rapidement ses yeux sur le premier individu en lui faisant une grimace et comme s’il venait seulement de s’apercevoir de sa présence22 »

Dans In the Grease (1925), un des rares films où il tient le rôle principal, Fin’, visiblement veuf ou divorcé, prépare le breakfast pour son fils, puis le fait lever pour qu’il parte à l’école. Le garçonnet revient en se plaignant des mauvais traitements de son maître. Fin’ l’accompagne, pénètre dans la salle de classe et trouve l’instituteur avec un œil poché. Celui – ci abandonne son poste et cède la place à Fin’. La classe est plutôt agitée : avions en papier, jets de cerise à la fronde... Puis la monitrice de gym fait son entrée et les élèves sont très intéressés par ses jolies jambes. Fin’, qui exécute les mouvements avec les élèves, fait craquer son pantalon et le recoud derrière un paravent, mais un élève glisse un essaim d’abeilles au fond de sa culotte. Bref, J.F. constate que l’éducation de ces petits monstres n’est pas une sinécure. Un film à projeter aux associations de parents d’élèves...

1. COURTS MÉTRAGES :

1918

Films Muets

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (1b) :

17.7 – Hey Doctor ou Banana– R : John G. Blystone.

L-KO Comedies-Universal (1b) :

23.11 – Painless Love.

1919

Mack Sennett-Paramount (2b, – R : F. Richard Jones) :

9.3 – The Village Smithy, 13.4 – The Foolish Age ; 6.5 – Love’s False Faces.

1920

27.6 – You Wouldn’t Believe It – R : Erle C. Kenton ; 15.8 – Great Scott ! – R : Charles Murray ; 5.9 – Don’t Weaken – R : Mal St. Clair ; 17.10 – My Goodness– R : Noel Smith ; 28.11 – A Fireside Brewer – R : Noel Smith ; 26.12 – Bungalow Troubles– R : Albert Austin.

Torchy Comedies-Mastodon Films (2b) :

11.7 – Torchy ; ?.8 – Torchy Comes Through ; 5.9 – Torchy in High ; 3.10 – Torchy’s Millions ; 14.11 – Torchy Turns Cupid ; 19.12 – Torchy Double Triumph.

1921

Mack Sennett-Paramount (4b) :

22.5 – Home Talent –R : James Abee.

Mack Sennett-Associated First National (2b) :

8.5 – She Sighed by the Seaside– R : Erle C. Kenton ; 17.7 – Love’s Outcast – R : John W. Waldron ; 15.9 – Love and Doughnuts – R : Roy Del Ruth.

1922

9.1 – Bright Eyes – R : Mal St. Clair ; 9.5 – Gymnasium Jim – R : F. Richard Jones ; 17.6 – Ma and Pa – R : Roy Del Ruth ; 15.7 – Home Made Movies – R : Ray Grey et Gus Meins, 23.9 – When Summer Comes – R : Roy Del Ruth.

Stan Laurel Comedies-Metro (3b) :

13.11 – Mud and Sand– R : Gil Pratt.

Sunshine Comedies-Fox (2b) :

21.5 – The Wise Duck – R : Tom Buckingham.

1923

Mack Sennett-Pathé (2b) :

8.7 – Where Is My Wandering Boy This Evening ? – R : J.A. Waldron ; 2.9 – Pitfalls of a Big City – R : J.A. Waldron.

Stan Laurel Comedies-Metro (2b) :

12.2 – When Knights Were Cold – R : Frank Fouce ; 13.3 – The Handy Man – R : Robert Kerr.

Hal Roach-Pathé (2b, sauf mention spéciale) : 4.3 – Before the Public– R : Charles Parrott ; 29.4 – The Noon Whistle (1b) – R : George Jeske ; 29.4 – California or Bust– R : Craig Hutchinson ; 13.5 – White Wings – R : George Jeske ; 27.5 – Sold at Auction – R : Charles Parrott ; 17.6 – Pick and Shovel (1b) – R : George Jeske ; 24.6 – The Courtship Of Mike Sandwich – R : Charles Parrott ; 19.8 – The Mystery Man– R : Hugh Fay ; 14.9 – The Walk-Out– R : George Jeske ; 19.9 – A Man about Town (1b) – R : George Jeske ; 30.9 – Roughest Africa – R : Ralph Cedar ; 28.10 – Frozen Hearts – R : Jay A. Howe ; 4.11 – The Whole Truth– R : Ralph Cedar ; 25.11 – The Soilers – R : Ralph Cedar ; 9.12 – Schorching Sands (1b) ; 23.12 – Mother’s low (Ib) – R : Ralph Cedar.

1924

Hal Roach-Pathé (2b, sauf mention spéciale) : 4.1 – The Wages of Tin – R : Roy Clements ; 20.1 – Smithy– R : George Jeske ; 17.2 – Postage Due – R : George Jeske ; 16.3 – Zeb Vs Paprika – R : Ralph Cedar ; 13.4 Brothers under the Chin (1b) – R : Ralph Cedar ; 11.5 – Near Dublin – R : Ralph Cedar ; 1.6 – Before Taking ; 8.6 – Rupert of Hee-Haw – R : Percy Pembroke ; 13.7 – Why Husbands Go Mad ; 16.7 – Wide Open Spaces – R : George Jeske ; 19.7 – Our Congressman – R : Robert WagneR : 2.8 – Short Kilts (1b) – R : George Jeske ; 9.11 – Hot Heels – R : George Jeske.

Mack Sennett-Pathé (2b) :

20.4 – The Hollywood Kid – R : Roy Del Ruth.

1925

Hal Roach-Pathé (2b) :

15.3 – Hard Boiled– R : Leo Mc Carey ; 29.3 – The Haunted Honeymoon – R : Fred Guiol et Ted Wilde ; 12.4 – Are Husbands Human ? – R : Nick Barrows ; 24.5 – Tell It to a Policeman – R : Fred Guiol ; 24.5 – Sure Mike ! – R : Fred Guiol ; 21.6 – Thundering Landlords– R : James W. Home ; 21.6 – In the Grease – R : Jay.A. Howe (Catalogue Blackhawk) ; 28.6 – Official Officers – R : Robert McGowan (série « Our Gang ») ; 5.7 – Chasing the Chasers– R : Stan Laurel ; 19.7 – Yes, Yes Nanette– R : Stan Laurel et Clarence Hennecke ; 2.8 – Innocent Husbands – R : Leo McCarey ; 9.8 – Madame Sans lane– R : James W. Home ; 23.8 – Mary, Queen of Tots – R : Robert McGowan (série « Our Gang ») ; 13.9 – Unfriendlly Ennemies– R : Stan Laurel ; 4.10 – Moonlight and Noses – R : Stan Laurel ; 11.10 – The Caretaker’s Daughter– R : Leo McCarey ; 18.10 – Cuckoo Love – R : Fred Guiol ; 27.12 – Flaming Flappers – R : Fred Guiol.

1926

3.1 – Punch in the Nose– R : Jay A. Howe ; 17.1 – What’s the World Coming to ? – R : E. Richard Wallace ; 7.2 – Your Husbands Past – R : Fred Guiol ; 14.3 – Dizzy Dadies – R : E. Richard Wallace ; 28.3 – Wife Tamers – R : James W. Home ; 11.4 – Ukulele Sheiks – R : Fred Guiol ; 18.4 – Madame Mystery – R : Stan Laurel ; 23.5 – Don Key ou Son of Burro– R : Grover Jones et Hal Yates ; 27.6 – Never Too Old – R : Stan Laurel et Richard Wallace ; 18.7 – Thundering Fleas – R : Robert McGowan (série « Our Gang ») ; 1.8 – The Merry Widower – R : Stan Laurel et Richard Wallace ; 5.9 – Should Husbands Pay ? – R : F. Richard Jones ; 3.10 – Wise Guys Prefer Brunette – R : Stan Laurel ; 7.11 – Raggedy Rose (3b) – R : Stan Laurel et Richard Wallace ; 5.12 – The Nickel Hopper (3b) – R : F. Richard Wallace ; 26.12 – 45 Minutes from Broadway– R : Fred Guiol.

1927

2.1 – Anything Once – R : Hal Yates ou F. Richard Jones ; 13.2 – Seeing the World – R : Robert McGowan (série « Our Gang ») ; 27.2 – One Hour Married – R : Jerome Storm ; 10.4 – Forgotten Sweeties – R : James Parrott ; 12.6 – Love’Em and Weep – R : Fred Guiol ; 3.7 – Don’t Tell Everything – R : Leo McCarey ; 28.8 – With Love and Hisses – R : Fred Guiol.

Hal Roach-MGM (2b) :

17.8 – Sugar Daddies – R : Fred Guiol ; 21.9 – The Second Hundred Wears– R : Fred Guiol ; 15.10 – Call of the Cuckoo – R : Clyde Bruckman ; 17.10 – Hats off – R : Hal Yates ;

20.11 – Do Detective Thinks ? (2b) – R : Fred Guiol.

1928

15.1 – Should Tall Men Marry ? (2b) – R : Clyde Bruckman ; 12.2 – Flying Elephants– R : Frank Butler ;11.3 – Galloping Ghosts– R : James Parrott.

Imperial Comedies-Fox (2b) :

8.4 – Old Wives Who Knew – R : Billy West.

1929

Hal Roach-MGM (2b, sauf mention spéciale) :

28.1 – Liberty – R : Leo McCarey ; 4.5 – Fast Freight – R : Anthony Mack (série « Our Gang ») ; 27.6 – Big Business – R : James W. Home ; 29.7 Men O’War – R : Lewis Foster.

Films parlants :

11.9 – The Hoosegow – R : James Parrott.

1930

6.1 – Night Owls – R : James Parrott ; 8.12 – Another Fine Mess (3b) – R : James Parrott. 1931

3.3 – Chicken Go Home (3b) – R : James W. Home ; 27.4 – Our Wife – R : James W. Home ; 23.5 – One of the Smiths (3b) – R : James Parrott ; 5.10 – One Good Turn – R : James W. Home ; 19.12 – A Hasty Marriage – R : James Parrott.

Masquer’s Club of Hollywood-RKO (2b) :

Stout Hearts and Willing Hands – R : Bryan Foy.

RKO Pathé (2b) :

Oh ! Oh ! Cleopatra – R : Joseph Santell ; False Roomers – R : Mark Sandrich ; A Melon Drama– R : Mark Sandrich ; Scratch as Catch Can – R : Mark Sandrich.

1932

Hal Roach-MGM (2b, sauf mention spéciale) : 26.5 – The Chimp (3b) – R : James Parrott ; 3.9 – Young Ironsides – R : Gil Pratt ; 12.9 – Scram– R : Raymond McCarey.

RKO-Pathé :

(?) The Iceman’s Ball – R : Mark Sandrich.

(?) The Millionnaire Cat – R : Mark Sandrich.

1933

Hal Roach-MGM (2b) :

Me and My Pal – R : Charles Rogers et Lloyd French.

His Silent Racket – R : Charles Parrott. 1935

Thicker Than Water R : James W. Home.

2. LONGS MÉTRAGES :

1920

Down on the Farm (5b) – R : Erle C. Kenton. Married Life (5b) – R : Erle C. Kenton.

1921

A Small Town Idol (7b) – R : Erle C. Kenton.

1922

The Crossroads of New York (6b) – R : F. Richard Jones ;

1923

Rex, King of the Wild Horse (Sans loi) (5b) – R : F. Richard Jones.

1927

A Man’s Law – R : Fred Jackson.

1928

Ladies Be Good – R : Richard Wallace.

Show Girl– R : Alfred Santell.

Ladies in a Turkish Bath – R : Edward Cline. Bachelor’s Paradise – R : George Archainbaud.

1929

Two Weeks off – R : William Beaudine. Hard to Get– R : William Beaudine. Wall Street – R : R. William Neill.

De 1930 à 1951 nombreux longs métrages.

66FOXE (Earle)

Né à Oxford (Oklahoma) le 25 décembre 1891, Earle Foxe débute en 1912 à la Kalem et, de 1924 à 1927, sera la vedette d’une série de comédies pour la Fox (« Adventures of Van Bibber in Society »). Il bénéficia, en France, d’un surnom très élaboré : « Napoléon César, baron de La Panouille » ! Décédé à Los Angeles le 10 décembre 1973.

Les films de La Panouille restent, de nos jours, peu accessibles... Par ailleurs, Earle Foxe paraît ignoré des historiens du cinéma. Pourtant, un surréaliste, Benjamin Péret, écrivait en 1926, sur The Last Man on the Earth (1924), quelques lignes très élogieuses que nous citons in extenso : « Nous sommes en 1942 ! L’existence telle que nous la concevons en 1926 paraît à nos petits-enfants aussi primitive que celle des naturels de la région du Zambèze. À force d’entraînement, les hommes sont devenus des athlètes complets et les femmes ont tellement raccourci leurs robes qu’elles n’ont plus que des chemises. L’avion est à peu près le seul moyen de locomotion utilisé. Une épidémie épouvantable s’abat sur l’humanité. Le "masculitis", un microbe terrible, s’est abattu sur l’homme adulte. Tous les mâles au-dessus de 14 ans sont impitoyablement fauchés. Bientôt, l’homme a disparu de la surface du globe. Seuls subsistent quelques rares enfants en bas âge, choyés comme des animaux de luxe. Cependant, un peu avant cette hécatombe, un descendant du baron de La Panouille, amoureux fou de la jeune Rosie Brown, voulut l’épouser, mais la cruelle lui rit au nez. De désespoir, La Panouille résolut d’aller vivre dans une forêt vierge.

1950 ! Plus un homme sur la terre. Des expéditions féminines parties à la recherche des hommes reviennent bredouilles. Cependant, des femmes – bandits découvrent le baron de La Panouille dans sa forêt vierge. Il est vendu aux enchères et naturellement il est "acquis par l’État".

Mais, dans la foule, le baron de La Panouille aperçoit Rosie qu’il aime toujours, et menace de se tuer si on ne le laisse pas l’épouser. Le mariage a lieu et, au printemps suivant, naissent deux jumeaux Remus et Romulus.

  • 23 Benjamin Peret, L’Humanité, 20 mars 1926, cité dans les Œuvres complètes, Paris, Corti, t. VII, p. (...)

Le Dernier Homme sur la terre est l’un des meilleurs films qu’il m’ait été donné de voir. Certes, il appartient à cette "veine" si décriée des films comiques, mais là, l’invention et la poésie se rejoignent et, en ce qui me concerne, j’avoue avoir vu ce film sans rire "extérieurement". Cependant la succession des images, des tableaux m’a rempli d’une joie, d’une émotion intense. On ne peut, en présence de ce film, qu’invoquer un criterium poétique, car c’est vraiment de poésie qu’il s’agit et de la plus profonde, celle qui va au – delà du rire et touche ce qu’il y a de plus secret, de plus intime en vous, cette poésie qui est par rapport à l’amour ce que l’humour est à la vie23 »

1. COURTS METRAGES :

1912

Kalem (1b) :

16.11 – The Tell-Tale Message

1913

Reliance (4b) :

18.4 – The Fire Coward – R : James Kirkwood.

Kalem :

4.1 – The Sawmill Hazard (1b) ; 4.5 – The Scimitar of the Prophet (1b) ; 11.7 – Rosemary, That’s for Remembrance (2b) – R : Francis J. Grandon.

1914

Reliance :

18.4 – The Floor Above (4b) – R : James Kirkwood.

17.10 – The Girl in the Shack (1b).

Kalem (1b) :

4.5 – The Pursuit of the Smugglers (1b).

L-KO Comedies-Universal (3b) :

11.9 – Silk Hose and High Pressure (3b) – R : Henry Lehrman.

Selig (1b) :

14.10 – The hover’s Gift (Ib) – R : George Nichols.

Keystone-Mutual (1b) :

16.10 – Shot in the Excitement (1b) – R : Del Henderson.

1915

Selig (2b, sauf mention spéciale) :

17.2 – The Eternal Duel – R : Bertram Bracken ; 19.6 – His Father’s Rifle (3b) – R : E. J. Le Saint ; 24.10 – The Lost Messenger– R : George Nichols ; 12.11 – Jungle Justice (1b) – R : William Robert Daly ; 12.11 – Locked In– R : George Nichols.

1916

19.2 – The Black Orchid– R : George Nichols. 1917

L-KO Comedies-Universal (2b) :

7.7 – Alice in Sawdust – R : John G. Blystone.

1921

Ziegfeld-Equity Films (2b) :

15.5 – The Black Panther’s Cub.

1922

Samuel Goldwyn (3b) :

25.3 – Vanity Fair – R : Hugh Ballin.

1924

Adventures of Van Bibber in Society-Fox (2b) :

24.8 – The Fight – R : George E. Marshall ; 17.9 – The Race– R : George E. Marshall ; 14.9 – The Hunt – R : George E. Marshall ; 9.11 – Paul Jones, Jr – R : George E. Marshall ; 7.12 – The Burglar (La Panouille cambrioleur) – R : George E. Marshall.

1925

18.1 – The Guest of Honor – R : Robert Kerr ; 15.2 – A Spanish Romeo (La Panouillle toréador [?]) – R : George E. Marshall ; 22.3 – The Amateur Detective (La Panouille détective) – R : Robert Kerr ; 16.4 – The Big Game Hunter (La Panouille chez les fauves) – R : George E. Marshall ; 16.4 – The Sky jumper – R : George E. Marshall ; 1.11 – The Wrestler (La Panouille lutteur) – R : George E. Marshall ; 13.12 – A Parisian Knight– R : George E. Marshall.

1926

31.1 – The Feud (La Panouille en vendetta [?]) – R : Robert Kerr ; 14.3 – The Reporter (La Panouille journaliste) (2b) – R : Lewis SeileR : 25.4 – The Mad Race (La Panouille en auto [?]) – R : Ben Stoloff ; 6.6 – Rah, Rah, Heidelberg – R : Lewis Seiler ; 29.9 – The Swimming Instructor (La Panouille maître-nageur) – R : Albert Austin ; 10.10 – King Bozo– R : Robert Kerr ; 21.11 – Tennis Wizard (La Panouille champion de tennis) – R : Orville Dull.

1927

2.1 – Motorboat Demon – R : Jesse Robbins ; 13.2 – A Society Architect– R : Robert Kerr ; 10.4 – Car Shy –R : Orville Dull ; 14.4 – Not the Type – R : Jesse Robbins ; 19.6 – A Hot Potato– R : Jesse Robbins.

T.O.N.I. :

La Panouille dompte les flots (Ib). Catalogue Pathé-Baby 9,5.

La Panouille aviateur (2b). (1/1926).

La Panouille skieur (2b). (4/1926).

2. LONGS MÉTRAGES :

1914

Home Sweet Home (5b) – R : D.W. Griffith.

1916

The Trail of Lonesome Pine (5b) – R : Cecil B. De Mille.

1917

The Dream Girl (5b) – R : Cecil B. De Mille. The Fatal Ring (serial en 20 épisodes de 2b) – R : George Seitz.

Panthea (5b) – R : Allan Dwan.

1924

The Last Man on the Earth (Le dernier homme sur terre) (9b) – R : Lewis Seiler. Oh, You Tony (7b) – R : John G. Blystone.

1925

Wages for Wives (7b) – R : Frank Borzage.

1926

A Trip to Chinatown (6b) – R : Robert Kerr.

1927

Upstream (6b) – R : John Ford.

Slaves of Beauty (6b) – R : John G. Blystone.

Ladies Must Dress (6b) – R : Victor Heerman.

1928

Four Sons (Les quatre fils) (10b) – R : John Ford.

Sailors’ Wives (7b) – R : Joseph Henabery.

The Hangman’s House (La maison du bourreau) (7b) – R : John Ford.

1929

Through Different Eyes (6b) – R : John G. Blystone.

New Year’s Eve (7b) – R : Henry Lehrman.

Fugitives (6b) – R : William Beaudine.

De 1930 à 1946, nombreux films.

67FRANEY (William)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 433.

68FRIES (Otto)

Né à Saint. Louis (Missouri) le 28 octobre 1887, Otto Fries tourne de 1920 à 1928 pour Educational dans les Mermaid Comedies. Il joue les méchants avec Lige Conley ou Lloyd Hamilton, ou des rôles secondaires en compagnie de Lillian Hackett, Jack Lloyd, Spencer Bell et Harry Trask. De 1927 à 1928, il apparaît dans les Snub Pollard Comedies (série Art Class) avec Marvin Lobach. En 1928, on le retrouve chez Mack Sennett (Taxi for Two) et dans la série « The Smith Family » (1927-1928). Décédé le 15 septembre 1938.

G

69GARVIN (Anita)

Née à New York, le 11 février 1906, elle apparaît dans les Christie Comedies dès 1924. En 1926-1927, elle tourne pour Jack White dans plusieurs Mermaid Comedies, des Hamilton Comedies et des Tuxedo Comedies, puis en 1926 devient une des vedettes féminines d’Hal Roach : elle sera la pétulante partenaire de Charley Chase, puis de Laurel et Hardy (Flying Elephants, 1928). On la verra aussi dans un film de la série « Our Gang » (The Old Wallop, 1927), dans l’excellent A Pair of Tights (1928) avec Ed. Kennedy, puis, en 1934, dans quelques comédies en 2b de la Columbia. Anita, brune aux yeux de braise, fut pendant quelques années l’épouse de Clem Beauchamp. Décédée le 7 juillet 1994 à Woodland Hills.

70GORDON (Eddie)

Né en 1886, c’est une des vedettes des Century Comedies (Stern Brothers) de 1925 à 1926. Puis Eddie tourne dans les Sava Comedies et les Tennek Comedies. Décédé le 20 novembre 1938 à Los Angeles.

Mince, le visage allongé, il portait une courte mais épaisse moustache.

COURTS MÉTRAGES :

1925

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

21.1 – Her Daily Dozen – R : Edward I. Luddy ; 1.4 – Puzzled by Crosswords – R : Charles Lamont ; 6.5 – Itching for Revenge – R : Noel M. Smith ; 10.6 – Kicked About – R : Noel M. Smith ; 22.7 – The Polo Kid – R : Jess Robbins ; 26.8 – Crying for Love– R : Noel M. Smith ; 9.9 – Officer N° 13 – R : Edward I. Luddy ; 31.10 – A Taxi War – R : Noel M. Smith ; 16.12 – Captain Suds – R : Noel M. Smith.

1926

10.2 – Crowning the Count– R : less Robbins ; 31.3 – A Flivver Vacation – R : Noel M. Smith.

Sava Comedies (2b) :

Gypying the Gyps ; The Married Widow.

Tennek Comedies (2b) :

The Wise Quacker.

71GRAVES (Ralph) et DAY (Alice)

Né à Cleveland (Ohio) le 23 janvier 1900, Ralph Graves débute à l’Essanay, puis travaille chez Griffith de 1918 à 1922. De 1924 à 1926, il tourne, chez Mack Sennett, vingt-deux films en vedette, les Ralph Graves Comedies. Au début, il a pour partenaire Alice Day, puis est associé à Ruth Taylor. Il poursuit ensuite sa carrière à la MGM, puis à la Columbia. Décédé le 18 février 1977 à Santa Barbara (Californie).

Grand et athlétique, il joue les jeunes premiers dans les comédies sentimentales un peu décadentes que produit Sennett à partir du milieu des années vingt.

Alice Day, née le 7 novembre 1906 à Colorado Springs (Colorado), débute dans les Century Comedies, puis devient chez Sennett la star féminine des films de Harry Langdon. Elle sera aussi la vedette des Alice Day Comedies – toujours pour Mack Sennett – dont deux seront dirigées par Larry Semon, victime de difficultés financières. Décédée le 25 mai 1995.

COURTS MÉTRAGES :

I) Ralph Graves :

Ralph Graves Comedies-Mack Sennett-Pathé (2b) :

1924

24.8 – East of Waterplug– R : Francis J. Martin ; 21.9 – Little Robinson Corkscrew – R : Ralph Cedar ; 19.10 – Riders of the Purple Cows– R : Ralph Cedar ; 16.11 – Love’s Sweet Piffle– R : Edgar Kennedy ; 14.12 – Off His Trolley – R : Eddie Cline (d.v.)

1925

11.1 – The Plumber – R : Eddie Cline ; 8.2 – The Beloved Bozo – R : Eddie Cline ; 8.3 – Bashful Jim – R : Eddie Cline ; 5.4 – Breaking the Ice – R : Lloyd Bacon ; 3.5 – He Who Gets Smacked– R : Lloyd Bacon ; 31.5 – Good Morning, Nurse – R : Lloyd Bacon ; 26.7 – Cupid Boots– R : Edgar Kennedy ; 23.8 – Don’t Tell Dad– R : Gil Pratt ; 20.9 – Hurry Doctor ! – R : Edgar Kennedy ; 18.10 – Good Morning, Madam– R : Lloyd Bacon ; 15.11 – Take Your Time – R : Lloyd Bacon ; 13.12 – The Window Dummy– R : Lloyd Bacon.

1926

10.1 – Wide Open Faces – R : Lloyd Bacon ; 7.2 – Funnymooners – R : Lloyd Bacon ; 7.3 – Meet My Girl– R : Lloyd Bacon ; 4.4 – Hoofed at the Altar– R : Arthur Ripley et Wesley Ruggles (Catalogue Morcraft) ; 30.5 – A Yankee Doodle Duke – R : Charles Lamont (Catalogue Morcraft).

II) Alice Day :

1923

Century Comedies-Stren Brothers-Universal (2b) :

12.12 – My Pal – R : Albert Herman.

1924

Harry Langdon Comedies-Mack Sennett-Pathé (2b) :

30.3 – Shangaied Lovers– R : Roy Del Ruth.

27.4 – Flickering Youth– R : Erle C. Kenton.

25.5 – The Cat’s Meow – R : Roy Del Ruth.

22.6 – His New Mamma – R : Roy Del Ruth.

17.8 – The First Hundred Years – R.F. Richard Jones.

Tourne dans les Ralph Graves Comedies de East of Waterplug (24.8.1924) à Breaking The Ice (5.4.1925).

1925

Mack Sennett-Pathé (2b) :

25.1 – Honeymoon Hardship – R : Ralph Cedar.

Mack Sennett-Alice Day Comedies (2b) :

2.8 – Tee for Two– R : Eddie Cline ; 30.8 – Cold Turkey– R : Eddie Cline ; 27.9 – Love and Kisses – R : Eddie Cline ; 25.10 – A Sweet Pickle– R : Arthur Rosson ; 22.11 – A Soapsuds Lady – R : Arthur Rosson ; 20.12 – Hotsy Totsy – R : Alf Goulding.

1926

17.1 – Hot Cafes for Two – R : Alf Goulding ; 14.2 – Goose Land – R : Alf Goulding ; 14.3 – Spanking Breezes – R : Eddie Cline ; 11.4 – A Love Sundae – R : Eddie Cline ; 9.5 – The Ghost of Folly – R : Eddie Cline ; 6.6 – Puppy Lovetime – R : Eddie Cline ; 1.8 – Alice Be Good – R : Eddie Cline ; 29.8 – Her Actor Friend– R : Eddie Cline ; 29.9 – The Perils of Petersboro – R : Earl Rodney ; 24.10 – Should Husbands Marry ? – R : Eddie Cline ; 21.11 – Hesitating Horses – R : Eddie Cline ; 19.12 – Kitty from Killarney– R : Eddie Cline.

1927

16.1 – Pass the Dumpling – R : Larry Semon ; 13.2 – Plumber’s Daughter – R : Larry Semon ; 13.3 – A Dozen Socks– R : Earl Rodney.

72GREGORY (Ena)

Marion Douglas (Ena Gregory), née à Sydney le 18 avril 1906, débute très jeune en 1920 dans les Rainbow Comedies (Universal), puis tourne dans les Century Comedies. En 1923 – 1924 elle est la partenaire de Stan Laurel chez Hal Roach : Man about Town, Roughest Africa, etc. ainsi que de Monty Banks (Grand-Asher) : Paging Love, The Covered Schooner, etc. Elle sera ensuite celle de Charley Chase : A Ten Minute Egg, Seeing Nellie Home, Accidental Accidents (1924) chez Roach. Décédée le 13 juin 1993 à Laguna Beach (Californie).

73GRIBBON (Eddie)

  • 24 George Katchmer, « Remeber the Silents : Eddie Gribbon », in Classic Images, n° 246, décembre 1995, (...)
  • 25 Robert Florey, op. cit., pp. 124-125.

Né à New York le 3 janvier 1890. Après le classique vaudeville, il débute en 1917 dans les Christie Comedies, puis passe à la Keystone vers 191924. Décédé à Los Angeles le 28 septembre 1965. « Eddie Gribbon était notre comique préféré. C’est lui qui avait inventé la fameuse grimace, adoptée depuis par tous les clowns des studios. Elle consistait à porter une main, en forme de conque, près de sa bouche ouverte, tandis que, pointant l’index de l’autre main dans la direction de son partenaire, il l’agitait devant sa figure en faisant rouler les yeux. Il avait l’air de dire : “Il m’est impossible de parler en la présence de cet individu mais c’est lui le coupable, méfiez-vous !”25 »

Grand et gros (il pesait près de 95 kilos), il jouait des rôles de composition qu’il chargeait avec outrance. Chez Sennett, on l’avait baptisé « Silk Hat » car il portait très souvent le haut-de-forme.

I. COURTS MÉTRAGES :

1917

Christie Comedies-Christie Films Co. (1b) :

28.7 – Down by the Sea – R : Al Christie ; ?.8 – Her Merry Mix-Up ; ? 8 – Crazy by Proxy ; 1.10 – Local Color ; 22.10 – Almost Bigamist – R : Al Christie ; 26.11 – Betty Wakes Up – R : Al Christie.

1918

Keystone-Triangle (2b) :

The Iceman’s Bride.

1919

20.7 – Among Those Present – R : Erle C. Kenton et Ray Grey.

21.12 – The Speak Easy – R : F. Richard Jones.

1920

4.4 – Gee Whiz– R : :F. Richard Jones ; A Film johnny – R : Vin Moore ; 15.4 – Ten Dollars or Ten Days.

1921

16.4 – Officer Cupid – R : Frank Powell ; 22.5 – Home Talent (4b) – R : James Abee ; 26.6 – Call a Cop (2b) – R : Mal St. Clair.

Christie Comedies-Educational (1b) :

14.8 – A Smokey Love Affair – R : Al Christie. 1943 – 1944. courts métrages pour la Columbia

2. LONGS MÉTRAGES :

1920

Love Honor and Behave (5b) – R : F. Richard Jones et Erle C. Kenton.

1921

Molly O (8b) – R : F. Richard Jones.

A Small Town Idol (5b) – R : Erle C. Kenton.

1922

The Village Blacksmith (Le forgeron du village) (9b) – R : John Ford.

A Tailor Made-Man (9b) – R : Joseph De Grasse.

A Self Made Man (5b) – R : J.F. Dillon.

The Crossroads of New – York (6b) – R : F. Richard Jones.

Alias Julius Caesar (5b) – R : Charles Ray.

Oliver Twist (8b) – R : Frank Lloyd.

Hoodman Blind (6b) – R : John Ford.

The Poor Worm (5b) – R : Henry Lehrman.

Double Dealing (5b) – R : Henry Lehrman.

Captain Fly – By – Night (5b) – R : William K. Howard.

1926

The Bat (9b) – R : William C. Menzies.

Hard Boiled (6b) – R : |ohn G. Blystone (?).

1927

Streets of Shangaï (6b) – R : Louis Gasnier.

United State Smith (7b) – R : Joseph Henabery.

1929

So Long Letty (6b) – R : Lloyd Bacon.

The Tide of Empire (8b) – R : Allan Dwan.

Midnight Daddies (6b) – R : Mack Sennett.

The Mysterious Island (10b) – R : Lucien Hubbard.

Two Weeks Off (7b) – R : William Beaudine.

The Shakedown (7b) – R : William Wyler.

Honeymoon (7b) – R : William Wyler.

Longs métrages parlants jusqu’en 1951.

74GRIBBON (Harry)

Frère aîné d’Eddie Gribbon, Harry est né à New York le 3 janvier 1885, il commence sa carrière cinématographique à la L-KO en 1915, puis passe à la Keystone. Il est fidèle à Mack Sennett jusqu’en 1920, puis tourne pour Educational, Fox et Universal. De retour chez Sennett en 1923, il restera avec lui jusque dans les années trente. Il meurt à Los Angeles le 28 juillet 1961.

Grand et fort, élégant, il joue volontiers de ses yeux clairs qu’il roule pour exprimer la colère ou l’angoisse. Vedette de Caught with the Goods (1918), il porte l’habit et le huit-reflets pour séduire la fille du patron d’un grand magasin. Son rival, chef de rayon, s’arrange pour faire passer Harry pour un voleur alors que c’est une jeune kleptomane qui est la coupable...

1. COURTS MÉTRAGES :

1915

Keystone-Mutual :

23.1 – Fatty and Mabel at the San Diego Exposition (l/2b) – R : Roscoe Arbuckle ; 28.1 – Mabel, Fatty and the Law (1b) – R : Roscoe Arbuckle ; 18.2 – Ye Olden Grafter (1/2b) – R : Del Henderson ; 1.3 – Ambrose’s Sour Grapes (2b) – R : Walter Wright ; 26.4 – Their Social Splash (1b) ; 3.4 – Gussle’s Backward Way (2b) – R : Charles Avery ; 19.12 – Fatty and the Broadway Stars (2b) – R : Roscoe Arbuckle.

L-KO Comedies-Universal (1b, sauf mention spéciale) :

28.5 – Mister Flirt in Wrong (2b) – R : Vin Moore ; 6.6 – Park johnnies ; 20.6 – Blue Blood and Yellow Backs (2b)R : David Kirkland ; 23.6 – A Dismantled Beauty ; 21.7 – A Curse of a Name– R : David Kirkland ; 28.7 – Life and Moving Pictures (2b) ; 4.8 – In the Claw of the Law, 26.9 – Avenged by a Fish ; 17.10 – Does Flirting Pay ? ; 3.11 – The Iddle Rich (2b).

Keystone-Triangle (2b, sauf mention spéciale) :

5.12 – A janitor’s Wife Temptation– R : Del Henderson.

1916

2.1 – The Great Pearl Tangle – R : Del Henderson ; 2.1 – The Worst of Friends– R : Frank Griffin 23.1 – Perils of Park –R : Del Henderson ; 23.1 – A Movie Star – R : Fred Fishback ; 30.1 – Love Will Conquer– R : Edward Frazee ; 18.2 – His Auto Ruination – R : Fred Fishback ; 23.4 – A Dash of Courage – R : Charles Parrott ; 24.4 – Love, Loot and Crash (1b) – R : Nick Cogley (Catalogue Blackhawk) ; 25.6 – His Wild Oats – R : Ford Sterling et Clarence Badger ; 2.8 – A Social Cub– R : Clarence Badger ; 9.9 – A Lover’s Might ou The Fire Chief – R : Harry Edwards.

L-KO Comedies-Universal (2b) :

2.3 – Caught on a Skyscraper – R : Vin Moore.

1917

Keystone-Triangle (2b) :

18.2 – Stars and Bars – R : Fichter Herman ; 1.4 – Pinched at the Finish ; 29.4 – A Maiden’s Trust ; 26.8 – Two Crooks – R : Victor Heerman.

1918

20.1 – Dimple and Danger.

10.3 – Did She Do Wrong – R : Reggie Morris. 17.3 – Caught with the Goods– R : Nick Cogley (catalogue Blackhawk, d.v.).

Mack Sennett-Paramount (2b, sauf mention spéciale) :

8.4 – Friend Husband – R : Walter Wright ; 6.5 – His Smothered Love – R : Eddie Cline ; 15.6 – Ladies First – R : Fred Fishback et Ray Grainger.

L-KO Comedies-Universal (2b) :

14.8 – Business Before Honesty – R : Charles Parrott ; 18.9 – A Pullman Blunder– R : Craig Hutchinson ; 4.12 – King of the Kitchen– R : Frank C. Griffin ; 25.12 – Work or Fight – R : Craig Hutchinson.

1919

Mack Sennett-Paramount (2b) :

9.2 – Rip and Stitch Taylors – R : William H. Watson et Mal St. Clair ; 14.8 – Among Those Present – R : Erle C. Kenton et Ray Grey.

Sunshine Comedies-Fox (2b) :

28.9 – His Naughty Wife – R : Victor Heerman.

1920

Mack Sennett-Paramount (2b) :

14.9 – Fickle Fancy – R : Erle C. Kenton.

Sunshine Comedies-Fox (2b) :

?.8 – Slipping Feet – R : John G. Blystone.

Christie Comedies-Educational (2b) :

5.9 – Don’t Blame the Stork– R : James Clemens.

1921

27.2 – Scrappily Married– R : Al Christie.

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

20.4 – On with the Show– R : James D. Davis.

Star Comedies-Universal (2b, sauf mention spéciale) :

22.8 – Twelve Hours to Live (Ib) – R : William H. Watson ; 12.9 – Where Is My Wandering Wife ? – R : William H. Watson ; 26.9 – Should Husbands Do Housework ? – R : William H. Watson ; 10.10 – Should Husband’s Mind babies ? – R : William H. Watson.

1923

Mack Sennett-Pathé (2b) :

12.8 – Nip and Tuck– R : Roy Del Ruth ; 9.9 – Skylarking – R : Roy Del Ruth ; 7.10 – Down to the Sea in Shoes– R : Roy Del Ruth ; 25.11 – The Dare Devil – R : Del Lord ; 30.12 – Inbab the Sailor– R : Erle C. Kenton.

Mermaid Comedies-Educational (2b) :

11.2 – Pest of the Storm Country – R : Robert Kerr ; 29.4 – Cold Chills – R : Robert Kerr et Del Lord.

1924

Mack Sennett-Pathé (2b) :

6.1 – Ten Dollars or Ten Days– R : Del Lord ; 27.1 – One Spooky Night – R : Del Lord ; 24.4 – The Half-Back Of Notre-Dame (Un rugbyman sur les dents) – R : Del Lord.

1928

Mack Sennett-Educational (2b, – R : Mack Sennett, sauf mention spéciale) :

9.12 – The Lion’s Roar.

1929

13.1 – The Bride’s Relation ; 24.2 – Whirls and Girls ; 7.4 – The Bee’s Buzz ; 2.5 – The Big Palooka ; 9.6 – Girl Crazy ; 30.6 – Jazz Mamas ; 11.8 – The Constabule ; 1.9 – The Lunkhead ; 22.9 – The Golfers ; 13.10 – A Hollywood Star ; 3.11 – Clancy at the Bat, 24.11 – The New Half-back ; 22.12 – Uppercut O’Brien – R : Earl Rodney.

Courts métrages pour Educational jusqu’en 1937.

2. NOMBREUX LONGS MÉTRAGES, DONT :

1920

Down on the Farm (5b) – R : Erle C. Kenton. Love, Honor and Behave (5b) – R : Erle C. Kenton et F. Richard Jones.

1921

12 Hours to Live – R : James Davis.

1923

The Extra Girl (6b) – R : Mack Sennett.

1927

Knockout Reilly (7b) – R : Malcolm St. Clair.

1928

The Cameraman (L’opérateur) (8b) – R : Edgard Sedwick, I : Buster Keaton.

Show People (7b) – R : Malcolm St. Clair.

75GRIFFITH (Raymond)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 437.

H

76HAMILTON (Lloyd)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 445.

77HANSEN (Juanita)

  • 26 George Katchmer, « Remember the Silents : Juanita Hansen », in Classic Images, n° 233, janvier 1994 (...)

Née le 3 mars 1895 à Des Moines (Iowa), Juanita Hansen26 débute avec Griffith (Martyrs of the Alama) puis passe à la Keystone avec Mack Sennett en 1916. Cette charmante blonde aux yeux bleus, dont le physique rappelle celui d’Edna Purviance, appartient à la troupe des Bathing Beauties et paraît dans un grand nombre de comédies comme A Clever Dummy (1917). Elle est aussi l’actrice principale de Black Eyes and Blue (1916, – R : Robert Kerr, catalogue Blackhawk) produit pour la Triangle-Keystone, où elle est aux prises avec Billy Armstrong, séducteur patenté qui imite visiblement Max Linder. Elle est aussi une vedette de serials avec The Secret of the Submarine (1916) et The Jungle Princess (1920). Sa carrière est brisée par un accident peu banal : à New York, après une averse, elle met sa tête sous un robinet d’eau brûlante et perd tous ses cheveux ; elle se met alors à se droguer. Le cycle infernal désintoxication-rechute commence ; elle abandonne le cinéma pour divers métiers : son dernier emploi sera dans une compagnie de chemin de fer. Elle meurt le 29 septembre 1961.

78HARDY (Oliver « Babe »)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 463.

79HAVER (Phyllis)

  • 27 John F. Thayler « Star Screen of 1916 », in Classic Film Collector, n° 58, printemps 1978, p. 8.

Née à Douglas (Texas) le 6 janvier 1899, cette délicate blonde aux yeux clairs27 fait partie de l’équipe Sennett dès 1916 et débute avec les Bathing Beauties. Puis elle tourne avec Ben Turpin dans de nombreuses comédies (voir filmographie de Turpin) et quitte Sennett vers 1924. Partenaire de B. Keaton dans The Baloonatic (1923), elle arrête sa carrière en 1929 avec Thunder pour se marier avec le millionnaire William Seeman. Décédée le 19 novembre 1960.

80HENRY (Gale)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 475.

81HIATT (Ruth)

Voir SMITH (famille).

82HIERS (Walter)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 480.

83HINES (Johnny)

  • 28 George Katchmer, « Happy-Go-Lucky, Forgotten Johnny Hines », in Classic Images, n° 142, avril 1987, (...)

Né à Golden (Colorado) le 25 juillet 1895, J. Hines commence sa carrière artistique sur scène dès 1905 à New York dans The Babes and the Baron28. On le verra ensuite dans Babe in Toyland en 1906 puis il fait une carrière honorable au théâtre. Il débute au cinéma en 1914 dans un film de Ralph Ince, Lincoln the Lover (1b), puis tourne pour World Picture avec Marie Dressier (The Meal Ticket,2b) ; Maurice Tourneur le dirige dans 8 films. Il tourne aussi sous la direction d’Emile Chautard, toujours pour World. Jusqu’en 1919, il joue dans des longs métrages des rôles importants. En 1919, il revient à Broadway pour une pièce de théâtre (Just a Minute) dans laquelle C.C. Burr, associé à la Famous Players Lasky, le remarque : il l’engage comme vedette pour une série de courts métrages comiques, les Torchy Comedies, qui seront distribuées par Master Film pour Educational, la vedette féminine étant la piquante Dorothy Mackaill. Après le succès de ces comédies – qui s’arrêtent en 1922 – , Hines décide de se lancer dans le long métrage. Jusqu’à l’arrivée du parlant, il tourne 18 comédies : 6 d’entre elles sont disponibles en vidéo et sont, dit-on, d’un très bon niveau. Il continuera à tourner après l’arrivée du parlant, mais seulement des rôles de second plan. Décédé à Los Angeles le 24 octobre 1970.

1. COURTS MÉTRAGES :

1914

Vitagraph (1b) :

5.2 – Lincoln the Lover – R : Ralph Ince.

1915

World Pictures (2b) :

15.5 – The Meal Ticket – 1 : Marie Dressier.

1917

Tillie Wakes Up (3b) – R : Harry Davenport – 1 : Marie Dressier (catalogue Blackhawk)

1920

Torchy Comedies-Master-Educational (R : C.C. Burr [?], 1b sauf mention particulière) :

11.7 – Torchy ; ?.8 – Torchy Cornes Through ; 5.9 – Torchy in High ; 3.10 – Torchy’s Millions ; 14.11 – Torchy Turns Cupid ; 19.12 – Torchy s Double Triumph.

1921

23.1 – Torchy Mixes In ; 20.2 – Torchy’s Night Hood ; 20.3 – Torchy’s Big Lead ; 16.4 – Torchy’s Knighthood ; 27.4 – Crowning Torchy ; 15.5 – Torchy’s Promotion ; 18.9 – Dog-Gone Torchy ; 16.10 – Torchy a la Carte ; 20.11 – Torchy’s Frame Up ; 18.12 – Torchy Takes a Chance.

1922

22.1 – Battlin’ Torchy ; 26.3 – Torchy and Orange Blossom (2b) ; 30.4 – Torchy’s Ghost (2b) ; 28.5 – Torchy’s Hold Up (2b) ; 25.6 – Torchy Steps Out (2b) ; 30.7 – Torchy’s Nut Sunday (2b) ; 27.8 – Torchy’s Feud (2b).

1930

Educational (2b) :

Johnny’s Week – End– R : William Watson.

En 1940, il tourne dans les « Pete Smith Speciality » (lb, – R : Johnny Hines) pour MGM.

2. LONGS MÉTRAGES :

1914

The Man of the Hour (La treizième heure) (5b) – R : Maurice Tourneur.

The Wishing Ring (Fille de pirates) (5b) – R : Maurice Tourneur.

As Ye Sow (5b) – R : Frank H. Crane.

Alias Jimmy Valentine (5b) – R : Maurice Tourneur.

The Arrival of Perpetua (5b) – R : Emile Chautard.

The Family Cupboard (5b) – R : Frank H. Crane.

The Man Who Found Hilmself (5b) – R : Frank H. Crane.

A Butterfly on the Wheel (Insouciance) (5b) – R : Maurice Tourneur.

The Grey Mask (5b) – R : Frank H. Crane.

The Cub (5b) – R : Maurice Tourneur.

Little Miss Brown (4b) – R : James Young.

1916

The Pawn of Fate (La folle chimère) (5b) – R : Maurice Tourneur.

Miss Petticoats (5b) – R : Harley Knoles.

All Man (5b) – R : Emile Chautard.

1917

A Girl’s Folly (5b) – R : Maurice Tourneur.

The Dancer’s Peril (5b) – R : Travers Vale.

Man’s Woman (5b) – R : Travers Vale.

Yankee Pluck (5b) – R : George Archainbaud.

Youth (b) – R : Romaine Fielding.

1918

The Studio Girl (5b) – R : Charles Giblyn.

Neighbors (5b) – R : Frank H. Crane.

The Golden Wall (5b) – R : Del Henderson.

Merely Players (5b) – R : Oscar Apfel.

The Powder and the Glory (5b) – R : Lawrence Windon.

Just Sylvia (5b) – R : Travers Vale.

1919

What Love Forgives (5b) – R : Henry N. Vekroff.

Heart of Gold (5b) – R : Travers Vale.

The Little Intruder (5b) – R : Oscar Apfel.

Three Green Eyes (5b) – R : Del Henderson.

Eastward Ho !(5b) – R : Emmett J. Flynn.

1921

Burn’Em Up Barnes (6b) – R : Geo. André Béranger(d.v).

1922

Sure Fire Flint (7b) – R : Del Henderson.

1923

Luck (7b) – R : Charles Hines. Little Johnny Jones (7b) – R : Arthur Rosson.

1924

Conductor 1492 (7b) – R : Charles Hines (d.v.).

The Speed Spook (7b) – R : Charles Hines (d.v.).

1925

The Crackerjack (7b) – R : Charles Hines (d.v.).

The Early Bird (7b) – R : Charles Hines (d.v).

The Line Wire (8b) – R : Charles Hines (d.v.).

1926

The Brown Derby (7b) – R : Charles Hines.

Rainbow Riley (7b) – R : Charles Hines.

Stepping Along (7b) – R : Charles Hines.

1927

All Aboard (7b) – R : Charles Hines.

Home Made (7b) – R : Charles Hines.

White Pant Willie (7b) – R : Charles Hines.

1928

Chinatown Charlie (7b) – R : Charles Hines.

The Wright Idea (7b) – R : Charles Hines.

84HONG (Ray « Charlie from the Orient »)

Voir 3e partie : Les imitateurs de Chariot, p. 565 et 573.

85HORTON (Edward Everett)

Né à Brooklyn le 18 mars 1887, ce comique tardif est la vedette des Edward Everett Horton Comedies (Hollywood Productions 1927-1928). Décédé le 29 septembre 1970 à Encino (Californie).

COURTS MÉTRAGES :

1927

Hollywood Prod. – Paramount (2b) : 1.8 – No Publicity – R : Nick Barrow.

5.11 – Find the King– R : Jay A. Howe.

1928

7.1 – Dad’s Choice – R : Jay A. Howe (catalogue Morcraft).

3.3 – Behind the Counter – R : Jay A. Howe.

19.5 – Horse Shy– R : Jay A. Howe (catalogue Morcraft).

30.6 – Scrambled Weddings– R : Nick Barrow.

15.9 – Vacation Waves– R : Nick Barrow (catalogue Morcraft).

20.10 – Call Again– R : Jay A. Howe.

86HOTELY (Mae)

Née dans le Maryland le 7 octobre 1872, Mae était l’épouse de l’acteur, réalisateur et scénariste Arthur D. Hotaling qui travaillait pour la Lubin Company depuis 1896. Engagée comme comédienne, elle simplifie son nom en Hotely et joue des rôles nombreux et variés de 1909 à 1916 aux côtés de Billy Reeves, Raymond McKee (Gay Times Comedies, 1913) et Oliver Hardy. Elle abandonne le cinéma en 1929 après Girls Who Dare. Arthur Hotaling meurt le 16 juillet 1937 et son épouse, le 6 avril 1954 à Coronado (Californie).

87HOWELL (Alice)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 483.

88HUGHES (Ray)

Voir 3e partie : Les imitateurs de Chariot, p. 565 et 573.

89HURLOCK (Madeline)

Née à Federalsburg (MD) le 12 décembre 1899, cette ancienne écuyère de cirque est une des vedettes féminines de l’équipe Sennett de 1923 à 1928. Partenaire de Billy Bevan, de Ben Turpin et de lack Cooper, cette jolie jeune femme brune, aux cheveux courts et au profil très pur, joue auss1bien les ingénues que les vamps. Décédée à New York le 4 avril 1989.

J

90JACOBS (Paul « Little Billy »)

Voir 3e partie : Les Kid Series, p. 578 et 584.

91JAMISON (William Edwards « Bud »)

Né à Vallejo (Californie) le 15 février 1894, il fait d’abord du vaudeville avant d’entrer à l’Essanay (en 1914 ou 1915) où il est le partenaire de Chaplin. Puis, de 1917 à 1918, il paraît dans la série des « Lonesome Luke » (Rolin Comedies de Roach). De 1920 à 1922, il tourne, – toujours des seconds rôles –, dans les Century Comedies (Stern Brothers) et les Rainbow Comedies (Universal) et apparaît ensuite dans les Hallroom Boy Comedies (1923), les Imperial Comedies (1923-1928), toujours pour Universal, ainsi que dans les Sunshine Comedies et les O’Henry Stories de la Fox. En 1927-1928, il travaille pour Mack Sennett (A Hollywood Hero et Bulls and Bears) et avec H. Lloyd (Play Safe, 1927). Plus tard, dans les années trente, on le verra chez Hal Roach aux côtés de Laurel et Hardy, ZaSu Pitts, Thelma Todd, Charley Chase, Edgar Kennedy, etc. Il rejoint l’équipe des courts métrages comiques de la Columbia et tourne en particulier avec Andy Clyde et les trois Stooges. Jusqu’à sa mort, il jouera aux côtés de ces trois sympathiques cinglés, le plus souvent les rôles de flic débonnaire de type irlandais. Décédé le 30 septembre 1944 à Los Angeles.

92JONES (Johnny)

Voir 3e partie : Les Kid Series, p. 579 et 584.

93JOYCE (Natalie)

Née à Norfolk (VA) en 1902, elle est une des vedettes féminines des Christie Comedies de 1923 à 1927. On la verra ensuite dans les Imperial Comedies (Universal), puis de 1928 à 1929 dans les Tired Business Man Series produite par Mack Sennett avec Billy Bevan en vedette. Décédée le 9 novembre 1992 à San Diego (Californie).

K

94KENNEDY (Edgar)

  • 29 Blair Miller, op. cit., pp. 122-124.

Edgar Livingston Kennedy, né le 26 avril 1890 près de Monterey (Californie), débute au cinéma à la Biograph29. En 1912, il rejoint la Keystone et fait partie des Keystone Cops ; il tourne avec Chaplin, Mack Swain, Ford Sterling, etc. puis passe ensuite à la Fox vers 1918 et quitte provisoirement le cinéma pour devenir boxeur professionnel : il aurait même rencontré Jack Dempsey à ses débuts ! Quelques mois plus tard, il revient au cinéma et travaille pour la L-KO ou il est associé à Bobby Dunn sous la direction de Robert Kerr. Vers 1927, on le trouve dans l’équipe d’Hal Roach où il est un des partenaires attitrés de Laurel et Hardy. Il est aussi, à l’occasion, metteur en scène et vedette de nombreuses comédies.

Grand et solide, le crâne dégarni, le visage généralement impassible, E.K. n’a pas des réactions très rapides ce qui ne les empêche pas d’être violentes et incontrôlables. On se souviendra en particulier de ses mésaventures en voiture avec deux jeunes personnes (Anita Garvin et Marion Byron) qu’il a séduites avec l’aide d’un copain (A Pair of Tights, 1928) : Marion est chargée de rapporter quatre cornets de glace jusqu’au véhicule ; un passant, un chien, puis un client irritable vont rendre cette mission impossible et ce parfait chef-d’oeuvre se termine par une apocalypse digne des meilleurs Laurel et Hardy. Edgar sera ensuite un des souffre-douleur du célèbre tandem dans bon nombre de films, jouant généralement les flics peu compréhensifs. Il assurera lui-même la mise en scène de deux des plus belles réussites du tandem : From Soup to Nuts (1927) et You’ll Darn Tootin’ (1928). Ce grand serviteur du burlesque, à qui est attribué l’invention du « slow burn », meurt le 9 novembre 1948 à Los Angeles.

I. COMME ACTEUR

COURTS MÉTRAGES :

1912

Keystone-Mutual (lb, sauf mention spéciale) : 21.12 – Hoffmeyer’s Legacy – R : Mack Sennett.

1913

10.2 – The Jealous Waiter– R : Henry Lehrman ; 13.2 – Mabel’s Heroes– R : George Nichols ; 17.2 – Heinze’s Resurrection– R : Mack Sennett ; 19.2 – A Thief Catcher– R : Henry Lehrman ; 1.3 – A Landlord’s Trouble – R : George Nichols ; 22.3 – The Chief’s Predicament – R : George Nichols ; 29.3 – Hide and Seak – R : George Nichols ; 12.4 – A Life in Balance – R : Mack Sennett ; 26.4 – His Chum, the Baron – R : George Nichols ; 12.5 – Mabel’s Awful Mistake– R : Mack Sennett ; 24.5 – Toplitsky and Company – R : George Nichols ; 23.9 – Cohen Saves the Flag– R : Mack Sennett ; 27.10 – The Janitor– R : Henry Lehrman ; 8.12 – A Ride for a Bride– R : George Nichols ; 22.12 – A Bad Game – R : Mack Sennett ; 25.12 – Some Nerve – R : Mack Sennett.

1914

5.1 – Mabel’s Stormy Love Affair– R : George Nichols ; 22.1 – In the Clutch of the Gang – R : George Nichols ; 22.1 – Won in a Closet– R : George Nichols ; 16.3 – His Favorite Pastime – R : George Nichols ; 26.3 – Cruel, Cruel Love ou Lord Helpus – R : George Nichols ; 4.4 – The Star Boarder– R : George Nichols ; 19.3 – Wished on Mabel – R : Roscoe Arbuckle ; 20.4 – Twenty Minutes of Love – R : Joseph Madden ; 27.4 – Caught in a Cabaret (2b) – R : Ch. Chaplin et Mabel Normand ; I2.6 – The Fatal Mallet– R : Ch. Chaplin et Mack Sennett ; 11.6 – The Knock – Out (2b) – R : Mack Sennett ; 13.6 – Mabel’s Busy Day – R : Ch. Chaplin et Mabel Normand ; 7.9 – The Rounders (2b) – R : Ch. Chaplin ; 10.10 – Those Love Pants – R : Ch. Chaplin ; 26.10 – Dough and Dynamite (2b) – R : Charles Chaplin ; 29.10 – Gentlemen of Nerve (2b) – R : Charles Chaplin ; 19.11 – The Noise of Bombs – R : Charles Parrott ; 5.12 – Getting Acquainted– R : Charles Chaplin ; 12.12 – Ambrose First Falsehood– R : Del Henderson.

1915

10.2 – Forced Bravery– R : George Nichols ; 18.3 – His Luckless Love – R : Del Henderson ; 26.4 – Gussle Rivals Jonah (2b) – R : Del Henderson ; 1.5 – Mabel’s Wilful Day–R : Roscoe Arbuckle et Mabel Normand (?) ; 8.5 – Gussle Tied to Trouble (2b) – R : Charles Avery ; 10.5 – Our Daredevil Chief (2b) – R : Charles Parrott ; 15.5 – Miss Fatty’s Seaside Lovers (1b) – R : Roscoe Arbuckle ; 28.6 – Foiled by Fido (2b) – R : Roscoe Abuckle ; 26.7 – Fatty’s Tintype Tangle (2b) – R : Roscoe Arbuckle ; 2.8 – A Lover’s Lost Control (2b) – R : Mack Sennett ; 16.8 – The Battle of Ambrose and Walrus (2b) – R : Walter Wright.

Triangle-Keystone (2b) :

6.11 – A Game Old Knight– R : F. Richard Jones ; 27.11 – A Janitor’s Wife’s Temptation – R : Del Henderson ; 12.12 – The Geat Vacuum Robbery– R : Harry Williams et Clarence Badger ; 19.12 – Fatty and the Broadway Stars – R : Roscoe Arbuckle ; 22.12 – Fickle Fatty’s Fall– R : Roscoe Arbuckle ; 28.12 – A Submarine Pirate (4b) – R : Charles Avery.

1916

6.2 – His Hereafter – R : F. Richard Jones ; 19.4 – Bucking Society– R : William Campbell et Harry Williams ; 30.4 – His Bitter Pill– R : Fred Fishback ; 10.6 – Ambrose’s Cup of Woe– R :Fred Fishback et Herman C. Raymaker ; 16.7 – Mad Cap Ambrose – R : Fred Fishback ; 29.8 – The Winning Punch –:Eddie Cline ; 8.10 – Bombs – R : Frank Griffin ; 9.11 – A Scoundrel’s Toll –:Glen Cavender.

1917

25.3 – Her Fame and Shame – R : Frank Griffin ; 13.5 – Her Torpedoed Love – R : Frank Griffin ; 27.5 – Oriental Love – R : Walter Wright ; 17.6 – Skidding Hearts– R : Walter Wright ; 1.7 – Whose Baby ? R : Clarence Badger.

L-KO Comedies-Universal (1b) :

5.12 – A Hero for a Minute – R : Robert Kerr.

1918

Sunshine Comedies-Fox (2b) :

21.2 – The Roaming Bathtub – R : Frank Griffin ; 15.3 – A Self-Made Lady– R : David Kirkland.

Mack Sennett-Paramount (2b) :

3.8 – Treatin’ Em Rough – R : Frederick Q. Jackman ; 11.8 – She Loved Him Plenty– R :F. Richard Jones

1920

Sunshine Comedies-Fox (2b) :

?.2 – Her Naughty Wink – R : John G. Blystone ; 3.4 – A Lightweight Lover – R Roy Del Ruth ; ?.7 – TnrouaA the Keyhole – R Roy Del Ruth ; 16.10 – Chase Me – R : Roy Del Ruth ; 28.11 – The Huntsman – R John G. Blystone.

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

6.9 – You Tell’Em, I Roar– R : William H. Watson.

1921

Clyde Cook Comedies-Fox (2b, – R : John G. Blystone) :

24.7 – The Sailor ; ? 12 – The Chauffeur ou The Haunted House.

1922

Sunshine Comedies-Fox (2b) :

27.8 – The Eskimo– R : Slim Summerville ; 2.9 – The Toreador– R : John G. Blystone ;

5.11 – Lazy Bones– R : John G. Blystone ; 14.12 – High and Dry – R : Slim Summerville

1923

Hamilton Comedies-Educational (2b) :

13.5 – F.O.B. – R : Lloyd Bacon et Hugh Fay.

Sunshine Comedies-Fox (2b, – R : Slim Summerville) :

19.8 – The Cyclist ; 18.11 – Wet and Weary.

1924

Universal :

27.2 – Big Bow Blue (?b)

Clyde Cook Comedies-Educational (2b, – R : Clyde Cook) :

10.2 – The Broncho Express ; 23.3 – Misfit ou Under Orders.

Educational (2b) :

22.6 – Hot Air – R : Norman Taurog.

1928

Hal Roach-MGM (2b) :

28.1 – Leaving’Em Laughing – R : Clyde A. Bruckman ; 18.2 – The Family Group –R :Fred Guiol ; 25.2 – The Finishing Touch – R : Clyde A. Bruckman ; 14.4 – Limousine Love – R :Fred Guiol ; 12.5 – The Fight Pest – R : Fred Guiol ; 1.9 – imagine My Embarassement – R : Hal Yates ; 8.9 – Should Married Men Go Home ? – R : James Parrott ; 29.9 – Is Everybody Happ ? – R : Hal Yates ; 27.10 – All Parts –R : Hal Yates ; 3.11 – Two Tars – R : James Parrott ; 24.11 – The Booster – R : Hal Yates ; 8.12 – Feed’Em and Weep – R : Fred Guiol ; 10.12 – A Pair of Tights – R :Hal Yates (catalogue Blackhawk) ; 11.12 – Chasing Husbands – R : James Parrott.

1929

5.1 – Going Ga-Ga – R : James W. Home ; 19.1 – Ruby Love ou Ruby Lips –R : James Parrott ; 16.2 – Off to Buffalo –R : James W. Home ; 2.3 – When Money Comes – R : Hal Roach ; 4.5 – Unaccustomed as We Are – R : Lewis Foster ,2.6 – Hurdy Gurdy – R : Hal Roach ; 29.7 – Dad’s Day – R : Hal Roach ; 10.8 – A Perfect Day – R : James Parrott ; 17.8 – Hotter Than Hot – R : Lewis Foster ; 7.9 – Crazy Feet – R : Warren Doane (sonore) ; 19.10 – Bacon Grabbers – R : Lewis Foster ; 7.12 – Moan and Groan, Inc. – R : Robert McGowan (série « Our Gang ») ; 14.12 – Angora Love – R : Lewis Foster ;18.12 – Great Guns – R : Warren Doane.

Courts métrages sonores pour Hal Roach, puis RKO-Radio et RKO-Pathé jusqu’en 1946.

LONGS MÉTRAGES :

1914

Tillie’s Punctured Romance (6b) – R : Mack Sennett.

1916

Blue Streak (5b) – R : William Night.

1921

Skirts (5b) – R : John Blystone.

1925

His People – R : Edward Sloman.

1929

Trent’s Last Case (6b) – R : Howard Hawks. They Had to See Paris (9b) – R : Frank Borzage.

Welcome Danger (11b) – R : Clyde Bruckman.

De 1931 à 1948, nombreux longs métrages.

II. COMME RÉALISATEUR :

1922

Sunshine Comedies-Fox (2b) :

23.4 – His Wife’s Son ; 18.6 – Safe in the Navy ; 15.10 – Step Lively, Please ; 10.12 – The Fresh Heir

1924

Mack Sennett-Pathé (2b) :

14.9 – Three Foolish Weeks – CoR : Reggie Morris ; 26.10 – The Reel Virginian ; 16.11 – Love’s Sweet Piffle.

1925

12.4 – The Marriage Circus – CoR : Reggie Morris ; 26.7 – Cupid’s Boots ; 20.9 – Hurry, Doctor !

1926

Blue-Bird Comedies-Universal (1b) :

6.1 – Prep School ; 27.1 – Hot Dog ; 28.4 – A Couple of Skates ; 24.5 – Separated Sweethearts ; 20.9 – Two Dollars, Please ; 11.10 – Olga’s Boatman ; 1.11 – For Cryin’ out Loud.

1927

13.6 – Do or Diet ; 20.6 – Doctor’s Prefer Brunettes. 1928

Hal Roach-MGM (2b) :

24.3 – From Soup to Nuts.

1929

21.4 – You’re Darn Tootin’.

1930

19.4 – All Teed Up ; 24.5 – Fighty Million Husbands – CoR : James W. Home

95KING (Charles)

Né à Dallas (Texas) le 21 février 1895, Ch. King tourne en 1922 dans les Universal Comedies puis, de 1925 à 1926, dans les Century Comedies (Stern Brothers). Toujours pour les frères Stern, il est la vedette des Excuse Maker Comedies (1926-1927) et des Mike and Ike Comedies (1927-1928). Enfin, il tourne deux films de la série « Our Gang » (1928) pour Roach ; il abandonne ensuite le burlesque pour le western.

Dans Which Is Which (1926), Ch. King incarne un jeune homme élégant et mince, mais visiblement peu fortuné. Comme un créancier se présente, il ouvre la fenêtre et se met à jouer du saxophone. En retour, il est bombardé de projectiles variés (chaussures, chapeaux, raquettes de tennis, etc.) qu’il rassemble dans un grand sac pour vendre le tout à un brocanteur, ce qui lui permet de payer ses dettes. Le père de sa fiancée est le sosie d’un redoutable cambrioleur et ce classique scénario permet nombre de quiproquos tout aussi traditionnels. En particulier, nous n’échappons pas au numéro du faux miroir, exécuté par les deux sosies. Chales King imite Chase – dont il a la silhouette (et la moustache) – avec un certain talent, mais l’absence de gags originaux se fait cruellement sentir...

COURTS MÉTRAGES :

1922

Universal Comedies (1b) :

6.11 – A Bully Pair – R : Gil Pratt.

1925

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

12.8 – Paging a Wife – R : Charles Lamont ; 16.9 – Too Much mother-In-Law – R : Noel M. Smith ; 23.9 – Educating Buster – R : Charles Lamont.

1926

27.1 – Helpful Al – R : Charles Lamont ; 24.5 – Yearning for Love – R : Edward I. Luddy

The Excuse Makers Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

11.4 – Keeping His Word – R : Percy Pembroke ; 28.4 – Too Many Babies – R : Percy Pembroke ; 26.5 – Honeymooning with Ma – R : Percy Pembroke ; 9.5 – What’ll You Have ? – R : Francis Corby ; 3.6 – Motor Trouble – R : Percy Pembroke ; 22.7 – Some More Excuses – R : Scott Pembroke ; 16.8 – Jane’s Honeymoon – R : Charles Lamont ; 29.9 – Love’s Hurdle – R : Francis Corby ; 13.10 – Which Is Which – R : Sam Newfield (Copie 8 millimètres) ; 10.11 – Please Excuse Me – R : Sam Newfield ; 8.12 – Second Hand Excuse – R : Francis Corby. 22.12. Snookums’ Merry Christmas (2b) – R : Gus Meins (Newlyweds and Their Baby series)

1927

9.2 – What’s Your Hurry ? – R : Scott Pembroke ; 23.3 – Be My Wife – R : Francis Corby ; 11.4 – Keeping His Word – R : Scott Pembroke ; 10.5 – She’s My Cousin – R : Francis Corby ; 8.6 – That’s no Excuse – R : Scott Pembroke ; 29.6 – My Mistake – R : Sam Newfield ; 13.7 – What an Excuse ! – R : Sam Newfield ; 24.8 – Please Don’t : – R : Scott Pembroke.

Mike and Ike Comedies-Stern Brothers-Universal (2b, – R : Francis Corby) :

21.9 – Dancing Fools ; 19.10 – All for Uncle ; 23.11 – Oh, Mabel ! ; 21.12 – There’s a Will.

Ch. King apparaît aussi dans la série « What Happened to Jane ? » (2 films).

1928

18.1 – Dates for Two ; 22.2 – What a Party, 21.3 – No Blondes Allowed ; 18.4 – Taking the Count.

Série The Little Rascals-Hal Roach-MGM (2b) :

7.4 – Barnum and Ringling, Inc. – R : Robert McGowan ; 5.5 – Fair and Muddy – R : Charles Oelze.

96KINGSTON (Natalie)

Née à Vallejo (Californie) le 19 mai 1905, N. Kingston est une des vedettes féminines de Mack Sennett de 1924 à 1926 ; elle apparaît en particulier aux côtés de Ben Turpin, Ralph Graves et Harry Langdon. Décédée à West Hills (Californie) le 2 février 1991.

97KIRTLEY (Virginia)

Née à Bowling Green (Kentucky) le 11 novembre 1883, elle débute sur scène au Burbank Theatre à Los Angeles en 1910. En 1912, elle entre chez IMP, puis l’année suivante à la Keystone et devient la partenaire de Chariot débutant (Making a Living, A Film Johnnie, Tango Tangles, 1914). Chez Sennett, elle apparaît encore dans The Woman Haters, Chicken Chasers, A Flirt’s Mistake, Too Many Brides, A Bathing Beauty. En 1915, elle passe à l’American Company où elle sera la vedette des films d’Irving Cummings, Joseph Harris et Webster Campbell. Au milieu de la même année, elle signe chez Selig pour trois ans et tourne des films non burlesques avec Robyn Adair pour partenaire. Son dernier film sera Who Shall Take My Life (1918). Mariée en 1917 avec le populaire comique Eddie Lyons, elle abandonne sa carrière d’actrice pour collaborer aux scénarios des films de son mari (comme The Nightcap). Après la mort de ce dernier, en 1926, elle essaye sans succès un retour à l’écran. Décédée le 19 juillet 1956 à Sherman Oaks (Californie).

L

98LAKE (Alice)

Née à Brooklyn (N.Y.) le 12 septembre 1895, A. Lake ressemblait beaucoup physiquement à Minta Durfee, la première épouse de Fatty Arbuckle : même taille, mêmes cheveux châtain foncé et mêmes yeux sombres. Elle débute comme danseuse au Waldorf Hotel à New York à l’âge de 15 ans, puis joue quelques petits rôles à la Vitagraph. Enfin, chez Sennett, elle est la partenaire favorite de Fatty à partir de The Moonshiners (1916). Elle suit ce dernier à la Comique et tourne avec lui jusqu’à la fin de 1919. La même année, elle apparaît encore dans Cupid’s Day Off (R : E. Cline) pour Sennett et dans une Christie Comedy (Shades of Shakespeare, – R : A. Christie). Décédée le 15 novembre 1967.

99LAKE (Arthur)

Né à Corbin (Kentucky) le 17 avril 1905, Arthur Lake accomplit toute sa carrière de comique à l’Universal. En 1924-1925 il apparaît dans les Universal Comedies, puis, l’année suivante, tourne dans les Bull’s Eye Comedies. Puis il sera la vedette de plusieurs séries : de 1925 à 1927 les Blue – Bird Comedies, de 1927 à 1929 les Drug Store Cowboy Comedies et la série « Horace in Hollywood », et enfin de 1929 à 1930 les Arthur Lake Comedies. Décédé le 9 janvier 1987 à Indiana Wells (Californie).

(Voir aussi à Slim Summerville).

100LANE (Lupino)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 487.

101LAUREL (Stanley Jefferson)

Voir 2e partie : Dix célébrités, p. 253.

102LOBACH, ou LOBACK, ou LOBECK (Marvin)

Né à Tacoma (Washington) le 21 novembre 1896, cet imposant personnage tourne avec Mack Sennett de 1924 à 1926 (Off His Trolley, The Plumber, A Harem Knight avec B. Turpin), puis, associé à Snub Pollard, forme un tandem qui préfigure Laurel et Hardy dans les Snub Pollard Series (Artclass, 1927-1928). Décédé le 18 juillet 1938. (Voir aussi à Snub Pollard).

103LOMBARD (Carole ou Carol)

  • 30 Karen Burrough hannsberry, « Gone too Soon », in Classic Images, n° 231, septembre 1994, pp. 12 – 1 (...)

Jane Alice Peters, alias Carole Lombard30, est née à Ford Wayne (Indiana) le 6 octobre 1908. Très sportive (volley – ball, tennis), elle est engagée à 12 ans par Allan Dwan pour tourner avec lui A Perfect Crime (1920). En 1925, elle est remarquée au cours d’un exhibition de danse et signe à la Fox où elle apparaîtra dans : Marriage in Transit et dans deux westerns : Hearts and Spurs (R : W. Van Dyke) et Durand of the Bad Lands. Elle jouera aussi un petit rôle dans The Road of Glory de H. Hawks. Après un accident d’auto où elle a la joue déchiquetée, la Fox annule son contrat. En 1927, elle fait un essai chez Mack Sennett, qui l’embauche. Elle tourne dans les Smith Family Series, puis en 1928 dans un certain nombre de comédies assez inégales. Elle sera ensuite la vedette de nombreux longs métrages (comme To Be or not To Be de E. Lubitsch) qui lui assureront la notoriété. Elle meurt dans un accident d’avion le 16 janvier 1942.

COURTS MÉTRAGES SEULEMENT :

Mack Sennett-Pathé (2b) :

1927

18.9 – Smith’s Pony – R : Alf Goulding ; 2.10 – A Cold Digger of Weepah Karen – R : Harry Edwards ; 4.12 – The Girl from Everywhere (4b) – R : Eddie Cline.

1928

15.1 – Run, Girl, Run (Une petite femme très sport) – R : Alf Goulding (Catalogue Blackhawk, d.v.) ; 22.1 – The Beach Club – R : Harry Edwards ; 5.2 – Smith’s Army Life – R : Alf Goulding ; 19.2 – The Best Man – R : Harry Edwards ; 26.2 – The Swim Princess – R : Alf Goulding ; 18.3 – The Bicycle Flirt – R : Harry Edwards ; 31.3 – Matchmaking Mama (Je veux marier ma fille) – R : Harry Edwards (Catalogue Kodascope) ; 1.4 – Smith’s Restaurant – R : Phil Whitman ; 5.8 – The Girl from Nowhere – R : Harry Edwards (d.v) ; 12.8 – His Unlucky Night – R : Harry Edwards ; 19.8 – Smith’s Restaurant – R : Phil Whitman ; 23.9 – The Campus Carmen (Bravo Toro) – R : Alf Goulding (Catalogue Morcraft) ; 25.9 – The Campus Vamp – R : Harry Edwards (Catalogues Blackhawk et Morcraft, d. v.) ; 30.9 – Motorboat Mamas – R : Harry Edwards ; 2.12 – Hubby’s Week- End Trip – R : Harry Edwards.

1929

31.3 – Matchmaking Mama – R : Harry Edwards ; 19.5 – Don’t Get jealous – R : Phil Whitman.

104LONDON (Jean « Babe »)

Née à Des Moines (Iowa) en 1901, cette corpulente dame tourne d’abord dans les Century Comedies pour les frères Stern, puis dans les Christie Comedies (1923-1924). De 1924 à 1927, elle travaille surtout pour Educational et apparaît dans les Tuxedo Comedies, les Hamilton Comedies, les Mermaid Comedies (où elle est la partenaire de Al St. John dans Red Pepper) et les Dorothy Devore Comedies. On la verra aussi en 1931 dans Our Wife (R : James W. Horne) où Hardy, son fiancé, se retrouve (presque) marié avec Laurel par suite d’une bévue de Ben Turpin... Décédée le 29 novembre 1980 à Woodland Hills (Californie).

105LUPINO (Wallace)

Né à Edimbourg (Ecosse) le 23 janvier 1898, Walter est le frère cadet de Lupino Lane. Après une carrière au music-hall en Grande-Bretagne, il accompagne son frère à Hollywood en 1922 et débute dans les Juvenile Comedies pour Educational. Il tourne ensuite régulièrement dans les Lupino Lane Comedies : il y incarne le plus souvent le « vilain » de service, mais forme quelquefois avec son frère un duo sympathique de marins en goguette (« Nip et Wally »). Il est aussi la vedette de quelques Cameo et Tuxedo Comedies, toujours pour Educational. Revenu en Angleterre avec son frère en 1930, il meurt à Ashford (Middlesex) le 11 octobre 1961.

COURTS MÉTRAGES SEULEMENT :

Tous produits par Educational :

1922

Apparitions dans des Juvenile Comedies.

1926

Cameo Comedies (1b) :

5.12 – Sweet Baby – R : Hugh Fay.

Tuxedo Comedies (2b) :

5.12 – Close Shaves – R : Charles Lamont.

1927

Cameo Comedies (1b) :

27.3 – First Prize – R : Norman Taurog. 8.5 – Aunties Aunt – R : Sam Newfield. 25.9 – Off Again – R : Robert Dillon.

Tuxedo Comedies (2b) :

10.4 – The Draw – Back – R : Norman Taurog.

1928

Cameo Comedies (1b) :

15.1 – All Set – R : Harry Sweet.

26.2 – Pretty Bab – R : Jules White.

5.5 – Never too Late – R : Jules White.

3.6 – Crown Me – R : Henry W. George (L. Lane).

15.7 – The Lost Laugh – R : Stephen Roberts.

29.7 – Hard Work (Un week-end carabiné) – R : Jules White (d.v.).

Dorothy Devore Comedies (2b) :

3.6 – Rah, Rah, Rah ! – R : Norman Taurog.

Juvenile-Big Boy Comedies (2b) :

8.4 – No Fare – R : Charles Lamont.

1929

Tuxedo Comedies (2b) :

6.1 – Husbands Must Play – R : Jules White. (Pour les films tournés avec son frère Lupino Lane, voir la filmographie de ce dernier, p. 487.)

106LYONS (Eddie)

  • 31 Blair Miller, op. cit., p. 155.

Né le 25 novembre 1886 à Beardston (Illinois), Lyons est d’abord figurant à la Biograph, puis travaille pour IMP et à la Nestor de David Horsley où il est associé à Lee Moran sous la direction d’Al Christie31. En 1916, ils deviennent les deux grandes vedettes comiques de la Nestor ; aussi, lorsque Christie quitte cette compagnie, il emmène avec lui le tandem. Cependant, Horsley réussit à ramener dans son giron le couple Lyons-Moran en créant pour eux les Star Comedies (94 films en lb) qui s’échelonnent de 1918 à 1920, date à laquelle les deux comédiens se séparent. Ces films étaient le plus souvent mis en scène par Lyons et Moran eux-mêmes, ou par Lyons seul. Ils se retrouvent très épisodiquement dans quelques Jewels Comedies (1921) des frères Stem. Puis Lyons tourne chez Arrow les Eddie Lyons Comedies (23 films réalisés de 1921 à 1924 par E. Lyons lui-même, quelquefois aidé d’Eugène De Rue). Marié en 1917 avec l’actrice et scénariste Virginia Kirtley, Lyons meurt prématurément d’une tumeur au cerveau le 30 août 1926 à Pasadena.

De son côté Lee Moran, né le 23 juin 1890 à Chicago, continue sa carrière : en 1922, il tourne dans les Century Comedies (17 films). Puis, de 1923 à 1925, il paraît dans les Mermaid Comedies (Educational) ; en 1924, on le verra dans Pain as You Enter (Sunshine Comedy, Fox), Upon the Farm (Imperial Comedie, Fox), et en 1925 dans Salute (Blue Ribbon Comedy de )oe Rock). Il meurt le 24 avril 1961 à Woodland Hills (Californie).

M

107MACE (Fred)

Voir 2e partie : Les héros de séries, p. 486.

108MACK (Hughie)

  • 32 Blair Miller, op. cit., p. 161.

Né le 26 novembre 1884 à Brooklyn (N.Y.), Hughie McGowan fut tout d’abord employé des pompes funèbres. Il débute à la Vitagraph en 1912 avec |ohn Bunny32. De 1913 à 1915, il devient une vedette et tourne une série de comédies en une bobine où il est souvent baptisé Fatty (Fatty’s Affair of Honor, 1913 ; Fatty on the Job, 1914 ; Fatty’s Sweatheart, 1914) vu son embonpoint, tout comme Roscoe Arbuckle. A la mort de |ohn Bunny, en 1915, il devient le comique numéro un de la Vitagraph. En 1916, il fait équipe avec Patsy De Forest et tourne sous la direction d’un nouveau venu, Lawrence Semon – le futur Zigoto – , les Hughie Mack Comedies. On le retrouve ensuite en 1917 à la L-KO avec Gale Henry et Bobby Dunn, puis en 1919 chez Sennett-Paramount, et enfin en 1920 dans l’équipe d’Hal Roach. Il meurt à Santa Monica (Californie) le 13 octobre 1927. Son surnom en France pourrait être Bouboule (époque Vitagraph). (Voir aussi à Larry Semon)

1. COURTS MÉTRAGES :

1912

Vitagraph (1b, sauf mention spéciale) :

4.9 – Captain Barnacle’s Legacy – R : Van Dyke Brooke ; 8.10 – The Grandmother – R : Ralph Ince ; 11.11 – Captain Barnacle, Reformer – R : Van Dyke Brooke ; 22.11 – The Servant Problem ou How Mr. Bullington Ran the House – R : Bert Engels ; 30.11 – O’Hara, Squatter and Philosopher – R : Van Dyke Brooke ; 2.12 – The Absent Minded Valet – R : Frederick Thompson ; 4.12 – The Curio Hunter – R : Ralph Ince ; 30.12 – Planting The Spring Garden – R : William Humphrey.

1913

31.1 – How Fatty Mad Good – R : Ralph Ince (Catalogue Morcraft) ; 1.2 – It Made Him Mad – R : James Young ; 3.2 – Cutey and the Twins – R : James Young ; 10.2 – A Trap to Catch a Burglar – R : Van Dyke Brooke ; 14.2 – The Man Higher Up – R : Frederick Thompson ; 3.3 – O’Hara Goodchild – R : Van Dyke Brooke ; 15.3 – The Dog-House Builders – R : James Young ; 22.3 – Getting Up a Practice – R : William V. Ranous ; 1.4 – O’Hara Helps Cupid – R : Van Dyke Brooke ; 10.4 – Cutey and the Chorus Girls – R : James Young ; 11.4 – Wanted a Strong Man – R : Van Dyke Brooke ; 17.4 – Sleuthing – R : Bert Angeles ; 6.5 – Omen and Oracles – R : Bert Angeles ; 14.5 – Two Souls with but a Single Though ou A Maiden and Three Men ou Two Hearts That Beat as One – R : Bert Angeles ; 14.5 – Two’s a Company, Three’s a Crowd – R : Ralph Ince ; 20.5 – The Amateur Lion Tamer – R : Frederic Thompson ; 24.5 – If Dreams Come Through ou Who’d Have Thunk It ? – R : George D. Baker ; 3.6 – There to One – R : Bert Angeles ; 7.6 – The Circus Menagerie Broke Loose ou Wild Beasts at Large ou When the Menagerie Broke Loose – R :Frederic Thompson ; 17.6 – The Coming of Gretchen – R : Bert Angeles ; 24.6 – No Sweets – R : Van Dyke Brooke ; 30.6 – Roughing the Cub – R : Bert Angeles ; 9.7 – A Millinery Bomb (I/2b) – R : Wilfred North ; 23.7 – An Error in Kidnapping – R : Frederick Thompson ; 22.8 Playing the Pipers – R : William Humphrey ; 25.8 When Classes Are not Glasses – R : Van Dyke Brooke ; 27.8 – Which Way Did He Go ?(l/2b) – R : George D. Baker: 19.9– John Tobin’s Sweetheart – R : George D. Baker – 31.10 – Fatty’s Affair of Honor – R : Ralph Ince ; 5.11 – The Hodoo Umbrella (l/2b) – R : Bert Angeles ; 7.11 – Flaming Hearts – R : George D. Baker ; 12.11 – An Elopement at Home – R : Van Dyke Brooke ; 20.12 – The Ancient Order of Good Fellow (2b) – R : Harry Lambert ; 24.12 – The Honorable Algernoon – R : Van Dyke Brooke.

1914

27.1 – Pickles, Art and Sauerkraut (2b) – R : James Young ; 28.1 – Scotland Forever – R : Harry Lambert ; 4.2 – How Burke and Murke Made Good – R :Harry Lambert ; 18.2 – Fatty on the Job – R : Ralph Ince ; 25.2 – The Hero (3/4 b) – R : Frederic Thompson ; 6.3 – The Speeder’s Revenge – R : Wilfrid North ; 1.4 – Stage Truck – R :Ned Finley ; 6.4 – Cherry (2/3b) – R : James Young ; 13.4 – The New Stenographer – R : Wilfrid North ; 20.5 – The Adventure of the Rival Undertaken – R : Lee Beggs ; 6.6 – Too Many Husband’s (2b) – R : Sidney Drew ; 10.6 – The Widow Of Red-Rock – R : Wallie Van ; 2.9 – The Lost Cord – R : Wilfrid North ; 9.9 – The Band Leader – R : Edmund F. Stratton ; 21.9 – The Win (K) Some Widow – R : Edmund F. Stratton ; 16.10 – Fatty’s Sweetheart – R : Ralph Ince ; 21.11 – Mary \ane Entertains (2b) – R : George D. Baker ; 6.12 – C.O.D. (4b) – R : Tefft Johnson ; 25.12 – Sweeney’s Christmas Bird – R : George D. Baker.

1915

8.1 – The Smoking out of Bella Butts – R : George D. Baker ; 23.1 – War (2b) – R : George D. Baker ; 26.2 – A Man of Parts – R : Wally Van ; 29.5 – Jane Was Worth It (2b) – R : George D. Baker ; 11.6 – Fair, Fat and Saucy – R : Jay Williams ; 22.6 – Meet Me at Seven ou Victor’s at Seven (3b) – R : Jay Williams ; 19.7 – The Highwayman – R : Wally Van ; 30.7 – Some Duel – R : George D. Baker ; 7.8 – Pat Hogan Deceased (2b) – R : George D. Baker ; 14.8 – Heavy Villains (3b) – R : George D. Baker ; 2.10 – A Queen for an Hour (2b) – R : George D. Baker ; 4.10 – The Dust of Egypt (6b) – R : George D. Baker ; 27.10 – Itsky the Inventor ou The Patent Alarm Clock – R : Jay Williams ; 30.10 – Jane Was with It (2b) – R : George D. Baker ; 10.11 – Hats Is Hats – R : Wally Van ; 17.11 – The Counts ou Count’Em – R/Sc. : Ralph Ince ; 2.12 – The Sultan of Zulon (2b) – R : Wally Van ; 11.12 – Hughey of the Circus (2b) – R : Wally Van ; 20.12 – The Patent Food Conveyn – R : Jay Williams.

1916

3.1 – When Hooligan and Dooligan Ran for Mayor (2b) – R : Wally Van ; 31.1 – A Night Out – R : George D. Baker ; 21.2 – Hughey, the Process Server – R : Wally Van.

De Tubby Turns the Table (3.3) à Shanks and Chivalry (25.12) : 33 films en 1b avec – R : Larry Semon (voir filmographie de Larry Semon).

1917

De Speed and Spunk (1.1) à Hazard and Home Runs (16.4) : 17 films en Ib avec – R : Larry Semon (voir filmographie de Larry Semon).

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

14.8 – Bawled Out (2b) – R : Noel M. Smith ; 9.10 – Entamed Ladies (2b) – R : James Davis.

L-KO Comedies-Universal (2b) :

14.11 – Hula, Hula Hughie – R : James Davis

1918

19.1 – The Torpedo Pirates – R : Noel M. Smith ; 30.1 – Barbarous Plot – R : James Davis et Robert Kerr ; 13.2 – Pearls and Girls – R : James Davis ; 6.3 – A Flyer in Folly – R :Robert Kerr ; 20.3 – Cooks and Crooks – R : James Davis ; 27.3 – Sherlock Ambrose – R : William Frederick ; 3.4 – Gowns and Girls – R : James Davis ; 10.4 – Saved from a Vamp – R : James Davis ; 24.4 – A Rural Riot – R : James Davis ; 8.5 – Her Movie Madness – R : Robert Kerr ; 15.5 – Pretty Babies – R : James Davis ; 10.8 – The Geezer of Berlin – R : Arthur D. Hotaling.

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

29.5 – Her Unmarried Life – R : John G. Blystone ; 17.7 – The Choo Choo Love – R : John G. Blystone ; 14.8 – Bawled Out – R : James Davis ; 28.8 – Hoot ! Hoot ! – R : James Davis ; 9.10 – Untamed Ladies ; 18.12 – Cupid Vs Art – R : Vin Moore ; 18.12 – The Cabbage Queen – R : Vin Moore.

1919

15.3 – Behind the Front – R : Vin Moore ; 3.3 – Society Stuff – R : Vin Moore ; 14.5 – In Bad All Around – R : William Watson.

L-KO Comedies-Universal :

11.6 – All Jazzed Up (1b) – R : William Watson ; 20.8 – Charlie the Hero (2b) – R : Alf Goulding.

Mack Sennett-Paramount (2b) :

9.2 – Rip and Stitch Taylors – R : William H. Watson et Mal St. Clair.

1920

Rolin Comedies-Hal Roach-Pathé (1b) :

23.6 – Don’t Rock the Boat – R : Charles Parrott ; 19.9 – Go as You Please – R : Alf Goulding.

1921

13.2 – Open Another Bottle – R : Alf Goulding ;

10.4 – Rush Orders – R : Alf Goulding.

T.O.N.I. :

Vitagraph :

Bouboule fait du sport (1b) (3/1917) ; Bouboule cambrioleur (1b) (5/1917) ; Bouboule ravisseur (1b) (7/1917) ; Bouboule victorieux (1b) (8/1917) ; Bouboule policeman (1b) (8/1917) ; Bouboule amoureux (1b) (9/1917) ; Bouboule est brave (1b) (10/1917) ; Bouboule est généreux (1b) (11/1917) ; Bouboule est fiancé (1b) (11/1917) ; Bouboule fête la Noël (1b) (12/1917) ; Bouboule boxeur (1b) (12/1917) ; Bouboule sauveteur (1b) (3/1918).

2. LONGS MÉTRAGES :

1920

Seeing It Through (5b) – R : M. Mitchell.

1922

Trifling Women (Le suprême rendez – vous) (9b) – R : Rex Ingram.

1923

Going up (6b) – R : Lloyd Ingraham.

Reno (7b) – R : Rupert Hughes.

1925

Greed (Les rapaces) (11b) – R : Eric Von Stroheim.

The Merry Widow (La veuve joyeuse) (10b) – R : Eric Von Stroheim.

A Woman’s Faith (7b) – R : Edward Laemmle.

1926

Mare Nostrum (Mare Nostrum) (10b) – R : Rex Ingram.

1927

Where Trails Begin (6b) – R : Noel M. Smith.

The Arizona Whirlwind (5b) – R : William H. Craft.

1928

Four Sons (Les quatre fils) (10b) – R : John Ford.

The Wedding March (La symphonie nuptiale) (11b) – R : Erich von Stroheim.

109MANDY (Jerry)

Né à Utica (N.Y.) le 5 juin 1892, Jerry Mandy fut une des vedettes mineures d’Hal Roach. En 1926, on le voit dans Dog Shy (avec Charlie Chase) et dans quelques Roach Star Comedies : Don Key ou Son of Burro (R : Grover Jones et Hal Yates), Cow’s Kimono (R : Fred Guiol), The Merry Widower (R : Stan Laurel et Richard Wallace), puis dans Thundering Fleas (série « Our Gang »). En 1928, il tourne quelques Cameo Comedies (Educational) : All in Fun (R : Francis J. Martin), Playful Papas (R : Francis J. Martin) et Four Wheel Breaks (R : Jules White). Décédé à Los Angeles le 1er mai 1945.

110MANN (Hank)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 501.

111MASON (Dan)

Né à Syracuse (N.Y.) le 9 février 1857, Mason tourne pour la Compagnie Edison de 1913 à 1915 en compagnie de William Wadsworth, Gertrude McCoy et Arthur Housman. De 1920 à 1922, il est la vedette, pour la Lubin, de la Toonerville Trolley Serie : 17 films en 2 bobines inspirés d’une célèbre B.D. de Fontaine Fox. Ces films étaient dirigés par Ira Lowry tandis que Wilma Wild, Robert Maximilian, Helen Gerould Rose et Wilma Wilcox entouraient Dan Mason qui incarnait le conducteur, « The Skipper », d’un autobus remorqué par un cheval dans une petite ville. Le premier de la série, The Toonerville Trolley That Meets all Trains, fut distribué en septembre 1920. Seuls 7 films de la série ont été retrouvés à ce jour, The Shipper’s Narrow Escape, Toonerville’s Boozem Friends, The Skipper’s Flirtation, Toonerville Follies, Toonerville Tactics, The Skipper’s Treasure Garden, Toonerville’s Fire Brigade. Dan Mason, qui avait 63 ans au début de la série, incarne un vieux bonhomme, long et mince, pourvu d’une longue et hirsute barbe blanche, et coiffé d’un képi. D’août 1922 à mai 1923, il incarne « Pop’Tuttle » pour la Gerson Pictures Corporation : cette nouvelle série, les Plump Center Comedies, se déroulait dans une ville imaginaire (Plump Center) et était réalisée par Robert Eddy avec, outre la vedette Dan Mason, Wilma Hervey, Oliver J. Eckhart et Helen Howell : Pop’Tuttle’s One Horse Play, Pop’Tuttle’s Movie Queen, Pop’Tuttle’s Clever Catch, Pop’Tuttle Fire Chief, Pop’Tuttle’s Grass Widow, Pop’Tuttle Deteckative, Pop’Tuttle’s Last Shot, Pop’Tuttle’s Pole Cat Plot, Pop’Tuttle’s Lost Control, Pop’Tuttle’s Lost Nerve, Pop’Tuttle’s Russian Rumor, Pop’Tuttle’s Tac-Tics. Décédé à Bersville (N.Y.) le 6 juillet 1929.

112McCOY (Harry)

Né à Philadelphie le 10 décembre 1889, McCoy débute au théâtre en 1910 avant de tourner dans les Joker Comedies de l’Universal en 1913 avec Max Asher, sous la direction d’Allen Curtis (Mike and Jake Comedies). Après son départ à la Keystone en 1914, il sera remplacé par Bobby Vernon. Avec Mack Sennett, il joue un peu tous les rôles (surtout les jeunes gens) et apparaît dans la plupart des films de Chariot. En 1916, il tourne deux films en vedette : His Last Laugh (2b, – R : Walter Wright) et She Loved a Sailor (2b, – R : Victor Heerman), et, l’année suivante, His Wife’s Friend (2b, – R : Walter Wright). Il passe à la Fox en 1919 et tourne dans les Sunshine Comedies (His Naughty Wife, 2b, – R : Victor Heerman). De 1920 à 1921, il tient le rôle de Percy dans les Hallroom Boys Comedies, puis, de 1924 à 1925, il apparaît dans les Century Comedies des Stern Brothers et dans plusieurs Arrow Comedies. Il meurt à Los Angeles le 1er septembre 1937. On peut le voir en pleine action dans Stick Around (1925) avec Oliver Hardy et Bobby Ray, incarnant le directeur d’un asile psychiatrique : brun, une fine moustache, le front dégagé et le cheveu court, il s’agite, plus excité que ses pensionnaires...

113McGUIRE (Kathryn)

Née à Pretoria (Illinois) le 6 décembre 1903, K. McGuire débute très jeune chez Mack Sennett vers 1922 : on la verra en particulier dans The Shreik of Araby avec Ben Turpin et Ma and Pa avec Billy Bevan. Elle quitte Sennett en 1925 et joue dans les O’Henry Stories (Fox), puis devient la partenaire de Lupino Lane chez Educational (Movieland, 1926). Elle tourne ensuite dans les Tuxedo Comedies et les Dorothy Devore Comedies, toujours pour Educational. Elle est aussi la partenaire de Charley Bowers dans There It Is (1928) et de Buster Keaton dans The Navigator et Sherlock Junior. Enfin, elle tourne des westerns avec Tom Mix et Hoot Gibson, Jusqu’en 1930, date de son mariage avec l’agent littéraire George Landy, elle apparaît dans environ 50 longs métrages (The Crossroads of New York, Woman of Bronze,The Girl on the Pullman, Lost Zeppelin, Lilac Time, Synthetic Sin, Naughty but Nice, etc.), puis elle abandonne l’écran définitivement et meurt le 10 octobre 1978 à Los Angeles.

114McGUIRE (Paddy)

  • 33 Blair Miller, op. cit., pp. 159-161.

Cet ancien clown débute au cinéma avec Chaplin à l’Essanay en 1915 (The Champion, A Jitney Elopment, The Tramp, By the Sea, Work, The Bank, Shangaied), puis en 1916 incarne Bungling Bill, le partenaire de Ben Turpin dans les Vogue Comedies (cf. filmographie de Turpin) et, jusqu’en 1917, apparaît dans de très nombreuses comédies pour Vogue Films Inc. Il travaille ensuite pour la Triangle-Keystone. Paddy était spécialisé dans les rôles de « rube », – provincial lourdaud – , ou d’Irlandais33.

115McKEE (Raymond)

Voir SMITH (Famille).

116McKEEN (Lawrence « Sunny »)

Né à Los Angeles le Ier septembre 1924, ce bébé baptisé en France « Petit Chou », par Pathé-Baby, débute très jeune dans les Married Life Series (1925-1927) de la Fox en compagnie de Kathryn Perry, David Butler et Arthur Housman. On le reconnaît à sa coiffure : ses cheveux sont rassemblés en une longue houppe dressée sur le front comme une crête. Il apparaît aussi dans la série « Let George Do It » aux côtés de Sid Saylord (voir à ce nom). Il tourne ensuite dans les Junior Jewel (1928) et meurt à l’âge de 8 ans, le 2 avril 1933.

117MEHAFFEY (Blanche)

Née à Cincinnati (Ohio) le 28 juillet 1908, elle tourne de 1922 à 1924 pour Mack Sennett (Ma and Pa avec Billy Bevan, 1922). En 1924, elle entre dans l’équipe d’Hal Roach et devient la partenaire de Charley Chase (At First Sight, Powder and Smoke, etc.). Jusqu’en 1926 elle, tourne dans les Roach Star Comedies avec Glenn Tryon (Meet the Missus, 1924) ou Clyde Cook (Should Sailors Marry ?, 1925). Décédée à Los Angeles le 31 mars 1968.

118MELVILLE (Rose)

  • 34 Ibid., pp. 164-165.

Née à Terre Haute (Indiana) le 30 janvier 1873, Rose Melville monte sur les planches dès 1889. Elle joue avec sa soeur Ida un spectacle (Zed) où elle incarne Sis’ Hopkins34, un personnage qu’elle a imaginé et qui devient immédiatement très célèbre : une jeune fermière gauche et dégingandée, pourvue de longues tresses, coiffée d’un bonnet de paille et habillée d’un tablier de guingan. Sis’ Hopkins devient vite un spectacle de vaudeville, puis une pièce de théâtre. En 1916, la Kalem lance une série avec Sis’ Hopkins comme vedette : le premier film (A Leap Year Wooing) est présenté le 3 mars 1916. Aux côtés de Rose Melville, on trouve Frank Minzey, Arthur Alberson, Olive West, Richard Purdon (le père), Henry Murdock et Madge Kennedy. La série semble compter vingt films, tous dirigés par Robert Ellis, et s’arrête en septembre 1916 avec A Double Elopment. Le rôle de Sis’ Hopkins sera repris par Mabel Normand en 1919 pour Samuel Goldwyn. Rose Melville meurt à Lake George (N.Y.) le 8 octobre 1946.

119MINEAU (Charlotte)

De 1914 à 1915, elle tourne dans les « Essanay Fables », sous la direction de Richard Foster Baker, puis en 1915 devient la partenaire de Chaplin, toujours à l’Essanay, en compagnie de Leo White, Ben Turpin et Bud Jamison. En 1924, on la retrouve chez Mack Sennett dans les Ralph Graves Comedies (Little Robinson Corkscrew). Puis, de 1924 à 1925, elle est associée à Harry Langdon (The Hanson Cabman, The Sea Squawk). Elle passe ensuite chez Hal Roach et tourne de 1925 à 1927 dans les Roach Star Comedies et dans la série « Our Gang » (Baby Clothes, 1926).

120MONTANA (Louis, « Bull »)

  • 35 George Katchmer, « Remember the Silents : Bull Montana », in Classic Images, n° 234, décembre 1994, (...)

Né à Voglera (Italie) le 16 mai 188735, il débute au cinéma aux côtés de Douglas Fairbanks (Thirty Days, East to Make Money, etc.), puis tourne pour la Metro sous la direction de Hunt Stromberg (A Ladie’s Man, A Punctured Prince, Glad Rags, Rob’Em Good et The Two Twins) et deux films avec Stan Laurel (Mud and Sand, 1922, et When Knights Were Cold, 1923). Il incarne le cardinal Richelieu dans The Three Must-Get-There (L’étroit mousquetaire) de Max Linden En 1926, Bull est le partenaire de Larry Semon dans Stop, Look and Listen (1926), puis travaille essentiellement pour Hal Roach ; ce solide gaillard, grand et costaud, est un des comédiens favoris de Charley Chase entre 1925 et 1929. Décédé à Los Angeles le 24 janvier 1950.

121MONTGOMERY (« Baby » Peggy)

Voir 3e partie : Les Kid Series, p. 580 et 586.

122MOORE (Victor)

  • 36 Blair Miller, op. cit., pp. 169-170.
  • 37 M.P.W., février 1917, p. 1046.

Né à Hammonton (New Jersey), le 24 février 1876, ancien acteur de vaudeville36, Victor Moore débute dans les Lasky Productions en 1915 : Snobs, The Clown, Chimmie Fadden. Puis, de 1916 à 1918, Moore est la vedette des Klever Comedies, créées tout exprès pour lui (Klever Pictures Inc. pour Paramount), films en lb, dirigés par Harry Jackson ou, le plus souvent, par Chester De Vonde, avec Emma Little field. Ces comédies vont connaître un énorme succès : « Aucun artiste actuel ne possède vraisemblablement le talent de Moore pour faire rire et pleurer à la fois. Ses comédies valent les plus réussies, |...| il peut, en un instant, accomplir une petit geste qui vous désolera tellement pour lui que vous ne saurez comment réagir, mais vous réagissez, et vous éclatez de rire en regardant son nouveau jeu de scène37 » Décédé le 23 juillet 1962.

123MORAN (Lee)

Voir LYONS (Eddie).

124MORAN (Polly)

Née à Chicago le 28 juin 1883, cette actrice de vaudeville débute au cinéma à la Keystone en 1913. Elle paraît aux côtés de Ben Turpin, Charlie Murray, Marie Dressier, créant le fameux personnage de Nell, la femme – shérif (Roping Her Romeo, Taming Target Center, Sheriff Nell’s Tussle, 1918, tous avec Ben Turpin). On la verra aussi avec Paul Jacobs (Little Billy) sous la direction de Robert Thornby. En 1919-1920, elle tourne plusieurs Sunshine Comedies (Fox) avec Clyde Cook, Chester Conklin, Billie Rhodes (Sheriff Nell’s Comeback, 1920, – R : Eddie Cline). De 1921 à 1922, elle joue dans les Hallroom Boys Comedies et dans les Carnival Comedies avec « Smiling Bill » Jones comme partenaire (C.B.C. Film Sales Corp). Elle est aussi la partenaire de Charley Chase dans Are Brunette Safe ? (1927). A la fin des années vingt, elle tourne une série, « Min and Bill », pour M.G.M. avec Mary Dressier. En 1929, toujours avec M. Dressier, elle apparaît dans Dangerous Female (2b, catalogue Blackhawk) produit par Al Christie pour Paramount et dans un long métrage, Jiggs and Maggie, inspiré d’une B.D. de Geo McManus. Enfin, elle est la vedette de deux « shorts » pour la Columbia (1936-1937). Décédée le 25 janvier 1952 à Los Angeles.

Avec Louise Fazenda, Polly fut, chez Sennett, une des grandes vedettes féminines du burlesque. Trapue, athlétique, elle monte à cheval avec assurance et ne recule pas devant les cascades.

125MORANTE (Milburn)

  • 38 Blair Miller, op. cit., pp. 171.

Né à San Francisco le 6 avril 1887, Morante fait d’abord du vaudeville : il forme un trio, « The Three Morantes », avec son père Joe et son frère Al38. Milburn débute au cinéma dans les Jokers Comedies d’Universal en compagnie de Max Asher et de Gale Henry. En 1919, il tourne ensuite les Model Comedies dont la vedette est Gale Henry, puis fonde les Mercury Comedies (distribuées par Bull’s Eye) où il tient le rôle principal sous la direction de Grover Jones. En décembre 1919, les Mercury Comedies deviennent les Morante Comedies et démarrent en mars 1920, distribuées par Reelcraft Corp. Puis Morante fait banqueroute et tourne successivement dans les Federated Comedies (1922-1923), les Crescent Comedies (Production Morris R. Schlank) et enfin pour Sovereign Feature Corp. (production J.C. Cook). Décédé le 28 janvier 1964 à Pacoima (Californie). Milbum Morante, que l’on remarque en policier dément dans The Detectes (1922) aux côtés de Gale Henry, a su créer un personnage comique très original avec ses épaules carrées et son visage somnambulique.

126MORGAN (Kewpie)

Kewpie Morgan débute dans les Clover Comedies pour la National Film Corp. en compagnie de Bud Duncan et de Dot Farley. Puis, en 1920, il tourne dans les Sunshine Comedies (Fox) avant de passer chez Sennett en 1922. Il est alors le partenaire de Ben Turpin (The Daredevil, 1923) et de Billy Bevan (From Rag to Britches, 1925 ; Trimmed in Gold, 1926 ; Circus to Day, 1926). Il fait quelques incursions chez Educational : Stupid but Brave (1924) avec Al St. John, et Hooked (1925), Blazing Away (1928), A Home Made Man (1928) avec Lloyd Hamilton. En 1926, il tourne plusieurs comédies chez Roach (A Punch in the Nose, Don Key) puis avec Charley Bowers (Say Ah-H ; Whoozit, 1928). Kewpie Morgan fait partie des grands (et gros) méchants.

127MOSQUINI (Marie)

Née à Los Angeles le 3 décembre 1902, Marie Mosquini fait toute sa carrière de comédienne burlesque chez Hal Roach où elle débute dès 1918 en étant la partenaire attitrée de Harry « Snub » Pollard (Beaucitron) jusqu’en 1924. Elle tourne aussi avec Will Rogers (Jus’ Passin’ Thru’, 1923) et plus tard avec Charley Chase (1924-1925). Décédée à Los Angeles le 21 février 1983.

Solide brune aux yeux noirs et aux cheveux courts, elle ne joue pas souvent les ingénues, mais plutôt les jeunes filles délurées et hyperactives.

128MURRAY (Charlie)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 507.

N

129NORMAND (Mabel)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 513.

O

130OVEY (George)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 523.

P

131PARROTT (Charles)

Voir CHASE (Charley).

132PARROTT (Paul)

Voir 2e partie : Dix célébrités, p. 215.

133PARSON (« Smiling » Billy)

Né à Middletown, le 14 août 1878, Billy Parson fait d’abord divers métiers (médecin, assureur) avant de se lancer dans le cinéma. En 1915, il monte la National Film Corporation of America, dont le premier succès est Tarzan of the Apes. Puis Parson apparaît dans les MinA Comedies, créées par David Horsley, que ce dernier abandonne à la National Film Corp. Le premier film de la série est Beached and Bleached (21 octobre 1915, – R : Louis Chaudet, lb). Parson va ensuite tourner dans les MinA Comedies jusqu’en 1916 (dernier film : A Misfit Baron). De 1918 à 1919, Billy joue dans les Capitol Comedies : 33 films en 2b, dirigés par Louis Chaudet, William Seiter, Al Santell ou Mark Goldaine. Décédé le 28 septembre 1919.

134PASHA (Kalla)

Né à New York en 1879, Kalla tourne chez Mack Sennett dès 1922. Il est alors le partenaire de Langdon (Shangaïed Lovers, The Cat’s Meow, 1924), de Ben Turpin (Yukon Jake, 1924), d’Alice Day (Hotsy Totsy, 1925). Puis il joue dans les Imperial Comedies et les Sunshine Comedies (Fox). De 1926 à 1927, il fait partie de l’équipe d’Al Christie, puis, en 1928, apparaît aux côtés de Charley Chase dans The Booster et Chasing Husbands. Décédé à Talmage (Californie) le 10 juin 1933.

Trapu, ventru, barbu et le cheveu frisé, il est condamné aux rôles de « vilains » exotiques (sultans, pirates, etc.)

135PERCY (Eileen)

Née à Belfast (Eire) le 21 août 1900, Eileen Percy tourne pour la Fox dans les Sunshine Comedies (Waiter’s Wasted Life, 2b, – R : William Watson et lack White, 1918) et est surnommée en France Ginette. On la voit ensuite chez Roach dans les Roach Star Comedies (Scared Stiff, 2b, – R : James W. Home, 1926). Décédée le 29 juillet 1973 à Beverly Hills.

136PEREZ (Marcel Fernandez) ou FABRE (Marcel)

  • 39 Aldo Bernardini, « I comici del cinema muto italiano », in Griffithiana, n° 24/25, octobre 1985, pp (...)

Ancien clown dans un cirque, cet Hispano – Français est, à Rome pour Ambrosio Film, la vedette de la série des Robinet (1909-1915), soit environ 150 films39. Ces films sont projetés avec succès aux États-Unis et Perez est engagé par la VIM. Début 1916, il tourne avec Elsie Mac Leod une série de VIM Comedies où il incarne le personnage de Bungles : Bungles Rainy Days, Bungles Enforces the Law, Bungles Elopment, Bungles Lands a job. Puis, de juillet à décembre 1916, il tourne, pour Eagle Film Company, les Tweedledum and Tweedledee Comedies avec sa femme Babette Perez comme partenaire : Tweedledum Torpedoed Cupid, Tweedledum Plays the Hero, Tweedledum’s Busy Night, A Lucky Tramp, Lend Me Your Wife, A Bath Tub Elopment, A Shortsighted Crime, Somewhere in Mexico, The Burlesque Show, Tweedledum’s Scrambled Honeymoon. De décembre 1917 jusqu’en 1920, il apparaît dans les Twede Dan Comedies pour la (ester Company sous la direction de William Seiter. Dans les année vingt, il travaille pour diverses compagnies : Pasha, Sanford et Arrow, dirigeant quelques westerns avec Pete Morrison en vedette. Pendant un tournage, il tombe sur les dents d’un râteau. Victime du tétanos, il est amputé d’une jambe et doit abandonner sa carrière d’acteur. Il devient scénariste et réalisateur à l’Universal : il dirige un des films des Trois Fatty et une comédie de la Puffy – Cohen Serie. Décédé en 1929.

137POLLARD (Daphné)

Voir POLLARD (Harry « Snub »)

138POLLARD (Harry « Snub »)

Voir 2e partie : Dix célébrités, p. 223.

139POTEL (Victor)

  • 40 Billy H. Doyle, « Lost Players : Victor Potel », in Classic Images, n° 155, mai 1988, pp. C26 – 28.

Né à Lafayette (Indiana) le 12 octobre 1889, le grand et dégingandé Victor Potel est d’abord décorateur, voyageur de commerce, puis mannequin de mode avant de se lancer en 1910 dans le cinéma à l’Essanay, recruté par Broncho Bill Anderson : il joue ainsi avec Augustus Carney dans les Hank and Lank Comediesy40. De 1914 à 1915, il apparaît dans les Snakeville Comedies (1b), toujours pour Essanay, où il incarne le personnage vedette de Slippery Slim sous la direction de Roy Clements. A ses côté : Harry Todd (Mustang Pete), Margaret Joslin (Sophie Clutts), Fred Church (Coyotte Simpson et Rawhide Bill). Le premier film de cette longue série sera The Awakening of Snakeville (présenté le 2 janvier 1914) et le dernier, Snakeville ‘s Eugenic Marriage (sorti le 18 novembre 1915). Puis, de 1915 à 1916, Potel tourne dans les Imperial Comedies (Universal) et pour la Fox (1917) ; en 1924, on le verra dans les Telephone Girl Comedies (R-C Picture), en 1925 dans Rembrandt (R : Bryan Foy, 2b, Hysterical History Comedies) et en 1927 dans Two Arabian Nights (R : Al Nathan, 2b, Sunkist Comedies). Il continue à tourner jusqu’à sa mort, le 8 mars 1947.

140PREVOST (Marie)

  • 41 Eve Golden, « The Beautiful and the Damned », in Classic Images, n° 234, décembre 1994, pp. 22 et 3 (...)

Née Mary Bickford Dunn le 6 novembre 1998 à Sarnia dans l’Ontario (Canada)41, elle était la fille d’un champion d’athlétisme. Après avoir passé son enfance à Denver, à la mort de son père elle s’installe avec sa sœur Peggy à Los Angeles. Toutes deux se lancent dans le cinéma. Mary entre chez Sennett en 1917 et devient une des Bathing Beauties. Ses dons acrobatiques et son physique agréable lui permettent de percer rapidement. Petite et ronde, elle a de grands yeux bleus et une abondante chevelure châtain foncé. Avec Phyllis Haver, elle devient l’une des vedettes de l’équipe, tournant avec B. Turpin, Ch. Conklin, F. Sterling pour partenaires. En 1921-1922 elle tourne huit longs métrages pour Universal. Puis, jusqu’à la fin de sa carrière, elle travaille essentiellement pour la Warner Bros. À l’arrivée du parlant, Marie, reléguée dans des seconds rôles, prend du poids, supporte mal les régimes amaigrissants et sombre dans l’alcoolisme. Le 21 janvier 1937, entendant les hurlements de son chien, ses voisins enfoncent la porte de son appartement ; on la découvre sur son lit, morte d’une crise d’éthylisme aiguë, les jambes couvertes de morsures.

Sa sœur Peggy Prevost fit aussi une petite carrière cinématographique : elle tourna en particulier des comédies sous la direction de Charles Parrott pour L-KO Century en 1918 (voir filmographie de Ch. Chase).

1. COURTS MÉTRAGES :

1915

Keystone-Triangle (2b) :

28.11 – His Father Footstep – R : Ford Sterling et Charles Parrott.

1916

13.2 – Better Late Than Never – R : Frank Griffin ; 29.9 – A Scoundrel’s Toll – R : Glen Cavender.

1917

8.4 – Her Nature Dance – R : William S. Campbell (premier film en vedette) ; 22.4 – Secrets of a Beauty Parlor – R : Harry Williams ; 26.8 – Two Crooks.

1918

Mack Sennett Paramount (2b) :

27.1 – His Hidden Purpose – R :Eddie Cline et Clarence Badger ; 25.3 – Those Athletic Girls – R :Eddie Cline et Hampton Del Ruth ; 8.4 – Friend Husbands – R : Walter Wright et Hampton Del Ruth ; 6.5 – His Smothered Love – R : Eddie Cline ; 1.7 – Her Screen Idol – R : Eddie Cline ; 29.7 – Her Blighted Love – R : Walter Wright et Hampton Del Ruth ; 6.7 – She Loved Him Plenty – R : F. Richard Jones et Hampton Del Ruth ; 22.9 – Sleuths ! – R : F. Richard Jones ; 17.11 – Whose Little Wife Are You ? – R : Eddie Cline ; 15.12 – Hide and Sick Detectives – R : Eddie Cline ; 29.12 – The Village Chestnut – R : Walter Wright et Raymond Griffith.

1919

26.1 – Never too Old – R : F Richard Jones ; 9.2 – Rip and Stitch Tailors – R :Mal St. Clair et William H. Watson ; 23.2 – East Lynne with Variations – R : Eddie Cline ; 23.3 – Reilly’s Wash Day – R : F. Richard Jones ; 10.5 – Why Beaches Are Popular (1b) ; 11.5 – When Love Is Blind – R : Eddie Cline ; 25.5 – Love’s False Face – R : F. Richard Jones ; 31.8 – Uncle Tom Without the Cabin – R : Ray Hunt ; 22.8 – Up in Alf’s Place – R : F. Richard Jones ; 17.8 – The Dentist – R : F. Richard Jones ; 26.10 – Salome Vs Shenandoah – R : Erle C. Kenton et Ray Grey ; 21.12 – The Speak Easy – R : F. Richard Jones.

1920

2.5 – Fresh from the City – R : Walter Wright ; 27.6 – You Wouldn’t Believe It ! – R : Erle C. Kenton ; 3.10 – His Youthful Fancy – R : Erle C. Kenton ; 31.10 – Movie Fans – R : Erle C. Kenton ; 14.11 – Fickle Fancy – R : Erle C. Kenton ; 12.12 – Dabbling in Art – R : Erle C. Kenton.

1921

6.2 – On a Summer’s Day – R : Albert Austin ; 6.3 – Wedding Bells out of Tune – R : Malcolm St. Clair.

Mack Sennett – Associated Producers (2b) :

6.2 – Call a Cop – R : Malcolm St. Clair ; 8.5 – She Sighed at the Seaside – R : Erle C. Kenton

1924

Mack Sennett-Pathé (2b) :

20.4 – The Hollywood Kid – R : Roy Del Ruth.

1935

Warner Bros. (2b) :

Keystone Hotel – R : Ralph Staub.

2. LONGS MÉTRAGES (LISTE PARTIELLE) :

1919

Yankee Doodle in Berlin – R : F. Richard Jones. (d.v.)

1920

Down on the Farm – R : F. Richard Jones et Ray Grey.

Love, Honor and Behave – R : F. Richard Jones et Erle C. Kenton.

1921

A Small Town Idol – R : Erle C. Kenton, (d.v.)

1922

The Dangerous Little Demon – R : Clarence Badger.

The Crossroads of New York – R : F. Richard Jones.

1923

Brass – R : Sydney Franklin.

The Wanters – R : John Stahl.

The Beautiful and Damned – R : Sydney Franklin.

1924

The Marriage Circle (Comédiennes) – R : Ernst Lubitsch.

How to Educate a Wife – R : Monta Bell.

Tarnish – R : George Fitzmaurice.

The Three Women (Trois femmes) – R : Ernst Lubitsch.

Cornered – R : William Beaudine.

The Lover of Camille – R : Harry Beaumont.

1925

Recompense – R : Harry Beaumont.

Kiss Me Again (Embrassez-moi) – R : Ernst Lubitsch.

1928

The Racket – R : Lewis Milestone.

1929

The Godless Girl (Les damnés du cœur) – R : Cecil B. De Mille.

1931

Hell Divers (Les plongeurs de l’enfer) – R : George Hill.

141PRICE (Kate)

  • 42 Blair Miller, op. cit., p. 202.

Née en Irlande dans le comté de Cork, le 13 février 1872, Kate Price fait du vaudeville dès 1894, puis se lance dans le cinéma en 1910 à la Vitagraph42 – premier film : Jack Fat and Jim Slim at Coney Island (1b) avec John Bunny. En 1915, elle est la vedette des Kate Price Comedies, toujours à la Vitagraph. Après un passage à la Keystone en 1916 (dont nous n’avons pas retrouvé trace), elle tourne pour la Lubin dans les VIM Comedies avec Oliver Hardy, puis avec l’équipe de Rosemary Theby, Harry Myers et Raymond McKee. En 1917, elle joue dans Sparkle (1b) avec Billy Ruge pour Jaxon Film Company et dans Good Night, Nurse !avec Fatty et Keaton (Comique Films). Enfin, elle travaille pour les compagnies Aircraft, Fairbanks, American et Fox. Décédée le 4 janvier 1943.

De forte corpulence, le visage rond et les cheveux bouclés, Kate Price formait avec Oliver Hardy un tandem de poids.

142PUFFY (Charles)

Karl Huszar-Pufty (alias Charles Puffy) est né à Budapest (Hongrie) le 3 novembre 1882. Pesant près de 150 kilos, c’est une des grosses vedettes comiques de l’Universal de 1925 à 1928. Il apparaît d’abord dans les Bull’s Eye Comedies (une dizaine de films en Ib), puis dans les Blue Ribbon Comedies (souvent sous la direction de George « Slim » Summerville) et enfin dans les Puffy-Cohen Series (6 films en 2b, 1928) sous la direction d’Harry Sweet, Ralph Cedar ou Marcel Perez. Il joue aussi le rôle du bouffon dans The Man Who Laughs (1928) de Paul Leni. Décédé en 1942. (Voir aussi à Slim Summerville).

143PURVIANCE (Edna Olga)

Edna Olga Purviance est née à Lovelock (Nevada), dans l’Ouest américain, le 21 octobre 1894. Sa famille est aisée – son père est copropriétaire de plusieurs entreprises minières – et son enfance, heureuse et sans nuages. Edna fait ses études à San Francisco, puis, désirant gagner sa vie, elle trouve une place de secrétaire chez un industriel de cette ville. Mais le travail de bureau ne l’épanouit guère et, à la première occasion, elle l’abandonne. Étudiante au collège de Lovelock (Nevada), elle fait connaissance avec un petit jeune homme mince et très séduisant qui est déjà une vedette de cinéma à la Keystone : Charlie Chaplin. Ce denier trouve Edna photogénique et attirante ; il engage dans sa troupe cette ravissante jeune fille blonde aux yeux clairs. Malgré des débuts difficiles – Chaplin est très exigeant avec ses comédiens –, cette collaboration durera jusqu’en 1923 avec A Woman of Paris. Edna figurera dans tous les films de Chaplin de cette période (excepté One A.M. où ce dernier fait un one-man-show !) et restera l’éternelle fiancée – le plus souvent inaccessible – de Chariot. Notons qu’elle est néanmoins son épouse dans un film : A Day’s Pleasure (1919). Sa carrière s’arrête pratiquement lorsque Chaplin l’abandonne : deux longs métrages en 1926, dont un tourné en France (Éducation de prince). Enfin, Chaplin, toujours fidèle dans ses amitiés, lui donne un petit rôle dans Monsieur Verdoux (1947) et dans Limelight (1952). Elle meurt le 13 janvier 1958. Edna Purviance restera à jamais la partenaire idéale de Chariot. Grâce à son jeu sobre et à sa sensibilité, elle jouait à merveille les jeunes filles abandonnées comme dans The Tramp (1915), mais elle pouvait aussi incarner avec beaucoup de charme et de fantaisie des rôles plus inattendus comme dans Behind the Screen (1916) où, vêtue d’une salopette, elle se fait passer pour un machiniste.

FILMOGRAPHIE

1914

Keystone-Mutual (2b) :

28.1 – Between Showers – R : Henry Lehrman.

26.3 – Cruel, Cruel World – R : George Nichols.

Tous les films qui suivent, sauf exception signalée, sont mis en scène par Charles Chaplin.

1915

Essanay (2b) :

1.2 – His New lob ; 5.3 – The Champion ; 12.3 – In the Park ; 23.3 – Jitney Elopment ; 2.6 – Work ; 7.4 – The Tramp ; 26.4 – By the Sea ; 7.7 – A Woman ; 9.8 – The Bank ; 27.9 – Shangaied ; 2.11 – A Night at the Show.

1916

27.3 – Police.

Lone Star-Mutual (2b) :

15.5 – The FloorMaker ; 12.6 – The Fireman ; 10.7 – The Vagabond ; 4.9 – The Count ; 2.10 – The Pawnshop ; 13.11 – Behind the Screen ; 4.12 – The Rink ; 5.12 – A Burlesque on Carmen (4b).

1917

22.1 – Easy Steet ; 16.4 – The Cure ; I7.6 – The Immigrant ; 22.10 – The Adventurer.

1918

First National (2b) :

10.2 – Shoulder Arms ; 12.4 – A Dog’s Life (3b).

Essanay (2b) :

23.7 – Triple Trouble.

1919

First National (2b) :

4.6 – Sunnyside ; 20.11 – A Day’s Pleasure.

1920

17.1 – The Kid (6b).

1921

6.9 – The Idle Class.

1922

13.3 – Pay Day.

1923

10.1 – A Woman of Paris (8b) ; 24.1 – The Pilgrim (3b).

192

A Woman of the Sea ou The Sea Gull – R : Josef von Sternberg.
Ce film, produit par Chaplin, ne fut jamais distribué et semble avoir disparu à jamais.

1928

Éducation de prince (L.M.) – R : Henri Diamant – Berger.

1947

23.7 – Monsieur Verdoux (12b).

1952

23.10 – Limelight (14b).

Q

144QUILLAN (Eddie)

  • 43 Joe Collura, « Eddie Qillan, Mr Personality », in Classic Images, n° 142, avril 1987, pp. 29 – 31.

Né le 31 mars 1907 à Philadelphie, E. Quillan43 débute dans le vaudeville à l’âge de 7 ans avec ses frères et sa sœur, puis il joue à l’Orpheum Theatre de Los Angeles en 1925. Son père lui fait tourner un bout d’essai pour Sennett, qui l’engage aussitôt : il travaillera deux ans environ sous sa direction, tournant une vingtaine de courts métrages avec pour partenaire Madeline Hurlock et surtout Alice Day. Eddie rompt ensuite son contrat, bien que Sennett l’ai fait passer de 65 à 175 dollars par semaine : le scénario de son prochain film ne lui convient pas. Après deux films pour Educational, il tourne des comédies de long métrage, sous la direction de Cecil B. De Mille, Leo McCarey, etc. En 1934, il tient son premier rôle dramatique (Mutiny of the Bounty, aux côtés de Clark Gable). Eddie Quillan revient au court métrage en 1948 pour tourner quelques comédies produites par la Columbia avec Wally Vernon comme partenaire. Il poursuit sa carrière cinématographique jusqu’en 1970 ; on le verra aussi dans des séries TV. comme « Columbo », « Mannix » ou « La petite maison dans la prairie ». Il meurt à Burbank (Californie) le 19 juillet 1990.

Jeune homme élégant et fin, il avait un visage presque asiatique avec ses yeux noirs en pente et ses pommettes hautes. Venu au cinéma vers la fin de l’âge d’or du slapstick, sa filmographie dans ce domaine est assez réduite et on ne peut que le regretter, car ce fut sans aucun doute le jeune premier le plus élégant et le plus étrange de tout le cinéma burlesque.

COURTS MÉTRAGES SEULEMENT :

1926

Alice Day Comedies-Mack Sennett-Pathé (2b) :

11.4 – A Love Sundae – R : Edward Cline ; 9.5 – The Ghost of Folly – R :Eddie Cline ; 6.6 – Puppy Love Time – R : Eddie Cline ; 8.8 – Alice Be Good – R : Eddie Cline ; 29.8 – Her Actor Friend – R :Eddie Cline ; 26.9 – The Perils of Petersboro – R : Earl Rodney ; 24.10 – Should Husbands Marry ? – R : Eddie Cline ; 21.11 – Hesitating Horses – R : Eddie Cline ;

1927

2.1 – Kitty from Killarney – R : Eddie Cline ; 23.1 – Pass the Dumpling – R : Larry Semon ; 20.2 – The Plumber’s Daughter – R : Larry Semon ; 3.4 – A Dozen Socke – R : Earl Rodney.

Mack Sennett Comedies-Pathé (2b) :

24.4 – Catalina, Here I Come (Vacances, amour et espadon) – R : Earle Rodney (catalogue Pathé-Baby, 9,5, d.v.) ; 7.8 – College Kidoo – R : Earle Rodney (catalogue Morcraft, d.v.) ; 4.9 – The Golf Nut – R : Harry Edwards ; 30.10 – For Sale a Bungalow – R : Earle Rodney ; 27.11 – The Bull Fighter – R :Earle Rodney ; 5.12 Love in a Police Station – R : Earle Rodney, (copie 8 millimètres incomplète sous le titre The Joy Riders, d.v.).

Cameo Comedies-Educational (2b) :

20.11 – Ain’t Nature Grant – R :Stephen Roberts.

Mermaid Comedies-Educational (2b) :

27.11 – Red Hot Bullets – R : Stephen Roberts. De 1948 à 1956 courts métrages pour la Columbia.

145QUIRK (William « Billy » A.)

  • 44 George Katchmer, « Remember the Silents : Billy Quirk », in Classic Images, n° 235, Janvier 1995, p (...)

Né le 29 mars 1873 à Jersey City (New Jersey), Billy Quirk44 débute sur scène en août 1896, puis travaille chez Pathé et à la Biograph où il fait partie de l’écurie de D.W. Griffith en compagnie de Mary Pickford, Lionel Barrymore, jouant dans de nombreux westerns à partir de 1909. Il quitte la Biograph en 1910 pour la Solax Company où il tourne des comédies en vedette. En 1912, il passe à l’Universal-IMP de Carl Laemmle pour créer les Billy Quirk Gem Comedies qui démarrent au début de 1913. Puis, en 1914, il travaille pour la Vitagraph sous la direction de Lee Beggs, apparaissant dans une série de films dont il est encore la vedette avec Constance Talmage ; on le baptise Billy (il gardera ce nom en France). Cependant, sa popularité décroît rapidement dans les années 1915-1916. En 1918, on le voit dans His Day Out aux côtés de Billy West (King Bee Comedy Corp.), puis il dirige les Black Diamond Comedies et, en octobre 1919, travaille pour la Eastern Film Company. En 1920, il tente de se suicider à la suite d’une dépression nerveuse, sort de l’hôpital le 10 février 1920 et reprend son activité : il est alors la vedette des Sunlite Comedies, distribuées par Reelcraft Picture Corporation (Bride and Gloom, 1921) ; cependant, il sombre dans l’alcoolisme et le succès l’abandonne peu à peu. La même année, il tourne cinq courts métrages pour la Truart Pictures avec Minta Durfee, la femme de Roscoe « Fatty » Arbuckle, au chômage après le scandale qu’a soulevé son mari. Il meurt le 20 avril 1926.

R

146RALSTON (Jobyna)

  • 45 Anthony Walker, « Joby of the Long Brown Curls : Jobyna Ralston », in The Silent Film Newsletter, s (...)

Jobyna Ralston45, née le 21 novembre 1900 à South Pittsburg (Tennessee), se marie à 16 ans avec un ami d’enfance, mais divorce rapidement. Sa mère, photographe professionnelle, remarque que sa fille est très photogénique, Jobyna s’installe avec sa famille à New York, suit des cours de danse et se fait engager comme danseuse. En tournée à Los Angeles, elle décroche un petit rôle en 1922 dans The Call of Home pour R.C. Pictures, puis elle tourne avec Max Linder dans The Three Must-Get-There « L’étroit mousquetaire » avant d’entrer dans l’équipe d’Hal Roach où elle sera la partenaire attitrée de Paul Parrott dans une série de comédies en une bobine Simultanément, elle tourne six longs métrages en vedette avec Harold Lloyd comme partenaire. Mariée à l’acteur Richard Arlen en janvier 1927, elle continue à tourner des comédies sous la direction de Fatty Arbuckle, Frank Capra, Sam Wood, etc. Elle arrête sa carrière en 1931 pour se consacrer à sa famille et meurt le 22 janvier 1967.

Avec ses longues anglaises brunes qui cas – cadaient sur ses épaules, Jobyna, partenaire de plusieurs grandes vedettes comiques (P. Parrott, M. Linder, H. Lloyd, E. Cantor), fut une des plus jolies et des plus talentueuses jeunes premières du cinéma burlesque.

1. COURTS MÉTRAGES

1923

Série The Little Rascals-Hal Roach-Pathé (2b) :

1.7 – Dogs of the War – R : Robert McGowan

1922-1925

Paul Parrott Comedies-Hal Roach-Pathé (1b) :

(voir filmographie de P. Parrott, p. 215.)

2. LONGS MÉTRAGES :

1922

The Call of Home (6b) – R : Louis J. Gasnier The Three Must – Get – There (L’étroit mousquetaire) (5b) – R/Sc. : Max Linder

1923

Why Worry ? (Faut pas s’en faire) (6b) – R : Fred Newmeyer et Sam Taylor – I : Harold Lloyd. (d.v.)

1924

Girl Shy (Ça te la coupe) (8b) – R : Fred Newmeyer et Sam Taylor – 1 : Harold Lloyd. (d.v.)

Hot Water (Oh !Ces belles-mères!) (5b) – R : Fred Newmeyer et Sam Taylor – I : Harold Lloyd. (d.v.)

1925

The Freshman (Vive le sport) (7b) – R : Fred Newmeyer et Sam Taylor – 1 : Harold Lloyd. (d.v.)

1926

For Heaven’s Sake (Pour l’amour du ciel) (6b) – R : Sam Taylor – h Harold Lloyd. (d.v.)

Sweet Daddies (7b) – R : Alfred Santell. Gigolo (8b) – R : William K. Howard.

1927

The Kid Brother (Le petit frère) (8b) – R : Ted Wilde – I : Harold Lloyd. (Copie 8 millimètres, d.v.)

Wings (Ailes) (13b) – R : William A. Wellman.

Special Delivery (L’as des PTT) (6b) – R : William Goodrich, – 1 : Eddie Cantor. Lightning (7b) – R : James C. McKay.

Racing Romeo (7b) – R : Sam Wood.

Pretty Clothes (6b) – R : Phil Rosen.

Little Mickey Grogan (6b) – R : Leo Meehan.

1928

The Night Flyer (7b) – R : Walter Lang.

The Count of Ten (6b) – R : James Flood.

Black Butterflies (7b) – R : James W. Home.

The Big Hope (7b) – R : James W. Home.

The Toilers (8b) – R : Reginald Baker.

The Power of Press (7b) – R : Frank Capra.

1929

Some Mother’s Boy (6b) – R : Duke Worne.

The College Coquette (6b) – R : George Archainbaud.

1930

Rough Waters (6b) – R : John Daumery.

147RAY (Bobby)

Bobby Ray semble débuter au cinéma chez Arrow Films avec Oliver « Babe » Hardy comme partenaire, puis tourne en vedette les Rayart-Radiant Comedies (1926-1927). À l’arrivée du parlant, il se reconvertit en assistant-metteur en scène ou en directeur de production. Petit, mince le visage allongé et l’air ahuri, il forme un couple très disparate avec son éternel bourreau Oliver Hardy. Dans Hey ! Taxi !(Un chauffeur de taxi amoureux), il fuit sans arrêt un Hardy furieux car tous deux sont amoureux de la même fille. Au cours de cette poursuite, il déploie beaucoup d’astuce et un peu de magie : dans un entrepôt de tonneaux où il s’est réfugié, Ray se cache dans un fût, se déplace avec lui, puis passe mystérieusement dans un autre, effectuant un ballet sans logique qui affole complètement un Hardy stupéfait. Dans Howdy judge (1926), où il est seul en vedette, Bobby commet quelques excentricités en voiture et récolte un bon nombre de P.V. Devant le juge, il imagine une invraisemblable histoire : persécuté par des bandits le jour de son mariage, il aurait oublié d’abord sa licence, puis les alliances, donnant lieu ainsi à des courses – poursuites originales à pied, à cheval et en voiture...

COURTS MÉTRAGES SEULEMENT :

1925

Mirthquake Comedies-Arrow Pictures (2b, – 1 : Oliver Hardy)

1.4 – Hey ! Taxi ! (Un chauffeur de taxi amoureux) (d.v.) ; 1.5 – Stick Around ou The Paperhanger’s Helper – R : Ward Hughes (d.v.) ; 1.7 – Hop to It (Chasseur, sachez chasser) – R : Ted Burnsten (catalogue Blackhawk, d.v.) ; 1.10 – They All Fall – R : Ralph Cedar.

1926

Rayart-Radiant Comedies – Morris R. Schlank ; Rayait Pictures Corp. (2b) :

1.3 – Bonehead Bobby ; 1.4 – Howdy judge (copie 8 millimètres) ; 1.5 – Her Hunter Hero ; 1.6 – Don’t Kid Me ; 1.7 – One P.M. ; 1.8 – The Stupid Prince ; 1.9 – Dizzy Days ; 1.10 – My Baby – R : Arthur Hotaling ; 1.11 – The Flirting Fool – R : Arthur Hotaling ; 1.12 – The Channel Swim – R : James Davis.

1927

24.1 – Great the Wife – R : Robert Kerr ; 1.2 – Turkish Bath – R : Robert Furer ; ?.3 – Fighting BarbeR :Speed – R : Bobby Ray. Date inconnue : Neuralgia (Bobby garçon épicier) (1b)

T.O.N.I. :

Conduite intérieure (2b) (4/1927).

148REEVES (Billie)

Voir 3e partie : Les imitateurs de Chariot, p. 562 et 570.

149RHODES (Billy)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 527.

150RITCHIE (Billy)

Voir 3e partie : Les imitateurs de Chariot, p. 562 et 569.

151ROACH (Bert)

  • 46 George Katchmer, « Remember the Silents : Bert Roach », in Classic Images, n° 239, mai 1995, p. 5.

Né à Washington D.C. le 21 août 1891, Egbert Roach46 débute dans une comédie musicale en 1907, puis il se lance dans le cinéma avec l’équipe d’Al Christie et passe chez Sennett vers 1914 : il apparaît dans Fatty’s Magic Pants, puis dans The Youngest of the Family, The Lawyer’s Secret et Dinty’s Daring Dash (1916), Beach Nuts et Roped into Scandal (1917), A Yankee Doodle in Berlin (1919), The Millionnaire et A Small Town Idol (1921 ), etc. Il a travaillé aussi pour Reliance, Majestic, L-KO (1916-1917), les Universal-Star Comedies (1921-1922) et les Universal Comedies (1922-1925). Bert tourne ensuite de nombreux films d’action et des westerns parmi lesquels Duel in the Sun (1946) de K. Vidor. Il meurt le 16 février 1971.

Bert Roach, qui pesait 220 livres, faisait partie de la catégorie « gros benêts » : il fut le maître d’hôtel ahuri et moustachu du couple Neely Edwards-Alice Howell dans les Universal Comedies (1924-1925).

152ROCK (Joe)

Voir 1re partie : Les producteurs, p. 48.

153ROGERS (Will)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 532.

154RUGE (Billy)

Voir HARDY (Oliver)

155RUSSELL (Dan)

Né à Birmingham (G-B.) en 1875, ce gros comédien fut une vedette de la L-KO de 1915 à 1919. Parmi ses films sortis en France, où il fut baptisé Lapilule, citons :

21.11.1915 – Ready for Reno (Lapilule veut divorcer) (1b).

30.8.1916 – The Right Car but the Wrong Berth (Lapilule en voyage [?])(1b).

1.11.1916 – Terrors of a Turkish Bad (Lapilule au hammam) (2b).

1.11.1916 – Terrors of a Turkish Bad (Lapilule au hammam) (2b)

27.12.1916 – Perils of a Plumber (Lapilule plombier) (2b?).

17.1.1917 – Heartsick at Sea (Lapilule a le mal de mer) (1b).

28.2.1917 – Spike’s Bizzy Bike (Lapilule à vélo) (2b).

2.5.1917 – The Cabaret Scratch (Lapilule au cabaret) (1b).

En 1919, il tourne Lonesome Husbands and Loose Lions (R : William Watson, 2b) pour les Stern Brothers (Century Comedies). Décédé à Dallas le 19 mars 1925.

T.O.N.I. : Lapilule veut divorcer (7/1917), Lapilule chauffeur (12/1917), L’Aventure de Lapilule (7/1917), Lapilule flirte (5/1917), Lapilule fait des siennes (3/1917), Le Sosie de Lapilule (12/1917), Le Client de Lapilule (11/1917), Lapilule est ingénieux (3/1918), Le Courage de Lapilule (8/1917).

S

156ST. JOHN (Alfred)

Voir 2e partie : Dix célébrités, p. 335.

157SANDFORD (Stanley J. « Tiny »)

Né à Osage (Iowa) le 26 février 1894, Tiny Sandford apparaît dès 1922 dans les Universal Comedies (Once to Every Boy, lb, – R : W. Scott Darling). Puis, en 1925, il tourne pour la Fox dans les Married Life Series et passe dans l’équipe d’Hal Roach. On le verra aux côtés de Charley Chase dans Plain and Fancy Girls (1925), The Sting of Slings (1927), The Family Group (1928) et Movie Night (1929), avec Clyde Cook dans Starvation Blues (1925), dans la série « Our Gang » (Baby Clothes 1926, Shivering Spooks 1926, Love My Dog, 1927) et enfin avec Laurel et Hardy dans un grand nombre de films (Sailors Beware 1927, Flying Elephants 1928, etc.). Dans les années trente, il apparaît dans quelques comédies en 2b de la Columbia. Décédé le 29 octobre 1961 à Los Angeles (Californie). Spécialisé dans les rôles de flic irascible et borné, ce personnage massif fut un des plus brillants partenaires du célèbre tandem Laurel et Hardy avec James Finlayson et Charlie Hall.

158SAYLORD (Syd ou Sid)

  • 47 Ken Law, « Sidekick Comedian, Character Actor Syd Taylor », in Classic Images. n° 107, mai 1981, pp (...)

Né à Chicago le 24 mai 1895, Syd fréquente tout d’abord le Chicago Art Institute47, s’intéresse aux arts et à l’athlétisme. Avant de se lancer dans le cinéma, il fait du théâtre pendant quatorze ans, jouant dans des comédies ou des drames. Sid Saylor tourne ensuite de 1926 à 1929 (avec Ethlyne Clair et Sunny McKeen) une série de films en 2b inspirées par une célèbre B.D. (« Snookums ») de Geo McManus, le père de la célèbre « Famille Illico ». Cette série, les Let George Do It Comedies, produite par les Stern Brothers pour Universal, comprend 41 films réalisés par Francis Corby, Charles Lamont, Scott Pembroke, Gus Meins ou Sam Newfield. Elle ne semble pas avoir obtenu beaucoup de succès en France car nous n’avons trouvé aucune allusion à ces films dans la presse spécialisée. Sid tourne ensuite dans les Sid Saylor Comedies, toujours pour Universal (huit films en 2b de 1929 à 1930). Sid Saylor apparaît aussi en 1929 dans un film de la série « Our Gang » : Cat, Dog and Co. Il tourne enfin dans de nombreux longs métrages (environ 80 dont 26 westerns) : dès 1929, Shangaï Rose (pour Rayart) et lust off Broadway (pour Chesterfied), puis trois serials : The Lost jungle et Mystery Moutain (tous deux en 1934 pour Mascot Pictures) et Brenda Starr, Reporter (1945, pour Columbia). Décédé le 21 décembre 1962 à Los Angeles.

Reconnaissable par son sourire timide et son air un peu affecté, sa spécialité était un rapide mouvement de va – et – vient de la pomme d’Adam dans les moments difficiles.

159SEBASTIAN ou SABISTON (Malcolm « Big Boy »)

Voir 3e partie : Les Kid Series, p. 579 et 585.

160SELBY (Gertrude)

Née en 1896 en Pennsylvanie, elle débute en 1914 à la L-KO sous la direction d’Henry Lehrman dans Love and Surgery (2b). Elle est la première comédienne embauchée par cette maison de production pour laquelle elle travaillera jusqu’en 1917, puis elle passera à la Fox où elle tournera dans les Sunshine Comedies.

161SEMON (Larry)

Voir 2e partie : Dix célébrités, p. 283.

162SENNETT (Mack)

Voir 1re partie : Les producteurs, p. 25.

163SLEEPER (Martha)

Née à Lake Bluff (Illinois) le 24 janvier 1904, elle semble débuter au cinéma dans les Century Comedies des frères Stern en 1924. La même année, elle passe dans l’équipe d’Hal Roach où elle restera jusqu’en 1928. Elle fut, avant tout, une des partenaires privilégiées de Charley Chase, mais elle apparut aussi dans la série « Our » Gang, dans les Roach Comedies et aux côtés de Clyde Cook. Décédée le 25 mars 1983 à Beaufort (Caroline du Sud).

164SMITH (la Famille)

Vers le milieu de l’année 1926, Mack Sennett lance les Smith Family Comedies qui content les petits ennuis d’une famille d’Américains moyens : le père (Raymond McKee), son épouse (Ruth Hiatt), leur petite fille (Mary Ann Jackson) et leur chien. La série, mise en scène au début par Eddie Cline, comprend trente comédies en deux bobines, s’échelonnant de juillet 1926 à juin 1929.

Raymond McKee (7/12/1892 – 3/10/1984) débute vers 1913 à la Lubin dans les Gay Time Comedies avec Mae Hotely, puis en 1914 tourne aux côtés d’Oliver Hardy ; en 1916, il joue dans les VIM Comedies, puis en 1922 dans les All Star Comedies produites par C.C. Burr pour Hodkinson Corp., avant de passer chez Sennett vers 1925.

Ruth Hiatt (6/1/1906 – 21/4/1994) venait de chez Educational où elle avait tourné, entre autres, avec Lloyd Hamilton dès 1922. Elle signa chez Sennett vers 1926 pour être la partenaire de Harry Langdon dans Saturday Afternoon avant d’être la vedette de la Smith Family. Enfin, la jeune Mary Ann Jackson (née le 24/1/1923 à Los Angeles) avait commencé sa carrière cinématographique en figurant, au début de l’année 1926, dans les Alice Day Comedies de Mack Sennett. En 1928, elle passa dans l’équipe de « Our Gang » chez Hal Roach avec qui elle tourna 32 films.

Mack Sennett-Pathé (2b) :

1926

25.7 – Smith’s Baby – R :Eddie Cline ; 22.8 – Smith’s Vacation – R : Eddie Cline ; 19.9 – Smith’s Landlord – R :Eddie Cline (d. v) ; 3.10 – Smith’s Last Laugh, 17.10 – Smith’s Visitor – R :Gil Pratt ; 14,11 – Smith’s Uncle – R :Gil Pratt ; 12.12 – Smith’s Picnic – R : Harry Edwards, (catalogue Morcraft).

1927

9.1 – Smith’s Pets – R : Alf Goulding ; 6.2 – Smith’s Customers (Soyez notre invité) – R : Lloyd Bacon (catalogue Connaissance du cinéma) ; 17.4 – Smith’s New Home – R : Alf Goulding ; 24.4 – Smith’s Surprise – R : Gil Pratt ; 1.5 – Smith’s Kindergarten – R :Alf Goulding ; 29.5 – Smith’s Fishing Trip – R : Alf Goulding ; 21.8 – Smith’s Candy Shop – R : Alf Goulding (catalogue Morcraft) ; 18.9 – Smith’s Pony – R :Alf Goulding ; 16.10 – Smith’s Cook – R : Alf Goulding ; 13.11 – Smith’s Cousin – R : Alf Goulding ; 11.12 – Smith’s Modiste Shop – R : Alf Goulding.

1928

8.1 – Smith’s Holiday – R : Alf Goulding ; 5.2 – Smith’s Army Life – R : Alf Goulding ; 4.3 – Smith’s Farm Days – R : Phil Whitman ; 19.8 – Smith’s Restaurant – R : Phil Whitman ; 26.8 – The Chicken – R : Phil Whitman ; 14.10 – Smith’s Bargain ou The Bargain Hunt – R : Phil Whitman ; 21.10 – Catalina Rowboat Race – R : Phil Whitman ; 9.12 – The Burglar – R : Phil Whitman.

1929

20.1 – Baby Birthday – R : Phil Whitman ; 27.1 – Uncle Tom – R : Phil Whitman ; 24.3 – The Rodeo – R : Alf Goulding ; 12.5 – The New Aunt – R : Earl Rodney, (d.v.)

165SMITH (Sid)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 535.

166STEADMAN (Vera)

Née à Monterey (Californie) le 21 juin 1900, elle débute à 19 ans dans les Star Comedies (Universal), puis, en 1920, elle passe dans l’équipe d’Al Christie où elle devient une des grandes vedettes des Christie Comedies. C’est, en particulier, la partenaire attitrée de Billy Dooley. Elle quitte Christie en 1927. Décédée le 14 décembre 1966 à Long Beach (Californie).

167STERLING (Ford)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 540.

168SUMMERVILLE (George « Slim »)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 547.

169SWAIN (Mack)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 552.

170SWEET (Harry)

Né dans le Colorado en 1901, Harry Sweet débute à l’Universal dans les Rainbow Comedies, puis, jusqu’en 1924, devient la vedette des Century Comedies produites par les frères Stern. En 1923-1924, il tourne aussi des comédies pour la Fox (Imperial Comedies et Sunshine Comedies), puis devient réalisateur (1927-1928) et dirige en particulier Charles Puffy.

Décédé le 18 juin 1933 à Big Bear (Californie).

Oublié et pratiquement invisible de nos jours, Harry Sweet fait partie de l’abondante cohorte des comiques à « revisiter ».

COURTS MÉTRAGES SEULEMENT :

1919

L-KO Comedies-Universal (2b) :

24.9 – An Oriental Romeo (ou Rome) – R/Sc. :Jess Robbins.

Rainbow Comedies-Universal (2b) :

8.10 – (?) Dainty Damosels and Bogus Counts – R : Walter Stevens

1920

15.3 – A Roaring Love Affair – R/Sc. : Jess Robbins ; 21.6 – A He-Male Vamp – R/Sc. : William Watson.

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

19.3 – Over the Ocean Wave ; 14.6 – Lion’s Jaws and Kitten’s Paws – R/Sc. : William Watson ; 4.10 – Shotgun Wedding – R/Sc. : Fred Fishback ; 15.12 – Tails Win – R/Sc. : William Watson.

1921

19.1 – Fire Bugs – R/Sc. : Fred Fishback ; 9.2 – Fresh from the Farm – R/Sc. : Tom Buckingham ; 16.2 – Leaping Lions and jailbirds – R/Sc. : William Watson ; 2.3 – The Dog Doctor – R/Sc. : Fred Fishback ; 9.3 – Her Circus Man – R/Sc. : James Davis ; 6.4 – Tough Luck – R/Sc. : Tom Buckingham ; 13.4 – Harem Skarem – R/Sc. : William Watson ; 4.5 – The Country Heir – R/Sc. : William Watson ; 25.5 – A Dollar’s Worth – R/Sc. : Tom Buckingham ; 1.6 – For Sale – R/Sc. : Tom Buckingham ; 13.7 – Smart Alec – R/Sc. : Tom Buckingham ; 10.8 – In Again – R/Sc. : Tom Buckingham ; 7.9 – Stealin’ Home – R/Sc. : Alf Goulding ; 21.9 – High Life – R/Sc. : Alf Goulding ; 12.10 – Mama’s Cowpuncher – R/Sc. : Alf Goulding ; 23.11 – Playing Possum – R/Sc. : Alf Goulding ; 21.12 – Dumb Bell – R/Sc. : Tom Buckingham.

1922

4.1 – Shipwrecked among Animals – R/Sc. : Alf Goulding ; 13.1 – An Idle RoomerR/Sc. : Arvid Gillstrom ; 8.2 – Horse Sense – R/Sc. : Fred Hibbard ; 8.3 – One Horse Town –– R/Sc. : Tom Buckingham ; 29.3 – Two of a Kind – R/Sc. : Tom Buckingham ; 1.4 – No Brains – R/Sc. : Tom Buckingham ; 17.5 – Off His Beal – R/Sc. : Tom Buckingham ; 14.6 – Speed’Em Up – R/Sc. : Arvid E. Gillstrom ; 20.7 – Hello Mars – R/Sc. : Alf Goulding ; 16.8 – Bath Day – R/Sc. : Fred Hibbard ; 27.9 – The Kickin’ Fool – R/Sc. : Tom Buckingham ; 28.12 – Hee Haw – R/Sc. : Al Raymaker.

1923

Imperial Comedies-Fox (2b, – R : Tom Buckingham) :

19.8 – The Rainstorm ; 16.9 – The Two Johns ; 7.10 – Up in the AiR :2.12 – Arabia’s Last Alarm.

Sunshine Comedies-Fox (2b) :

13.5 – Roaring Lions and Steamship – R : Tom Buckingham ; 30.12 – Spring Fever – R : Archie Mayo.

1924

17.8 – Stretching the Truth – R : Benjamin Stoloff ; 2.11 – The Nickel Plated West – R : Albert Herman ; 14.12 – The Milk Bottle Bandits – R : Harry Sweet

Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

23.1 – Own a Lot – R/Sc. : Noel M. Smith ; 12.3 – That Oriental Game – R/Sc. : Noel M. Smith ; 9.4 – Checking Out – R/Sc. : Noel M. Smith.

T

171TEARE (Ethel)

Née à Phoenix (Arizona) le 11 janvier 1894, Ethel tourne tout d’abord les Ethel Teare Comedies pour la Biograph sous la direction de William Beaudine ; en 1914, elle passe à la Kalem, puis, en 1917, à la Keystone avec Mack Sennett. Elle tourne aux côtés de Ben Turpin (Roping Her Romeo, 1917), Chester Conklin (An International Sneak, 1917), Louise Fazenda (Those Athletic Girls, 1918). En 1918, E. Teare signe à la Fox pour jouer dans les Sunshines Comedies jusqu’en 1921. En 1924, elle apparaît dans Anthony and Cleopatra (R :Brian Foy), des Hysterical History Comedies produites pour Universal. Décédée à San Mateo (Californie) le 4 mars 1959.

172THEBY (Rosemary)

  • 48 Billy H. Doyle, « Rosemary Theby », in Classic Images, n° 170, août 1969, pp. 50-51.

Née à Saint Louis (Missouri) le 8 avril 188548, elle débute sur scène à New York en 1910, puis rejoint la Vitagraph en 1912 (premier film : The Wagon) où elle fait des débuts prometteurs. En 1913, on lui offre un rôle vedette à la Reliance et, l’année suivante, R. Theby passe à la Lubin où elle tourne de nombreuses comédies à succès en 1 ou 2b sous la direction de Harry C. Myers avec qui elle se marie. En 1916, ils signent tous deux à la VIM, puis tournent pour Pathé. Après 1917, ils ne travailleront que rarement ensemble. R. Theby tourne avec Billy West à la King-Bee, puis joue dans de nombreux longs métrages (serials, drames, aventures) jusqu’en 1935, mais seulement des rôles de second plan. Après la mort de son mari en 1938, on perd complètement sa trace.

173THURMAN (Mary)

Née le 27 avril 1894 à Richfield (Utah), Mary Thurman, diplômée de l’Université, commençait une carrière d’enseignante dans une école près d’Ogden lorsque, en 1916, elle fut remarquée dans un hôtel de Los Angeles par un metteur en scène de l’équipe Griffith. Elle tourne alors avec Douglas Fairbanks (Double Trouble et The Lamb), puis signe chez Sennett à la Keystone. De 1916 à 1918, souvent associée à Charlie Murray, elle apparaît dans His Last Laugh, His First False Step, Pinched in the Finish, The Betrayal of Maggie, A Bedroom Blunder, Watch Your Neighbour. Mais elle préfère le drame à la comédie et quitte Sennett en 1918. Elle va travailler en particulier sous la direction d’Allan Dwan (1920-1921) et sera la vedette de nombreux films d’aventure. Elle meurt prématurément le 22 décembre 1925.

174TINCHER (Fay)

  • 49 Billy H. Doyle, « Lost Players : Fay Tincher », in Classic Images, n° 165, mars 1989, pp. 33-35.

Née à Topeka (Kansas) le 17 avril 1884, Fay Tincher49fait du music-hall jusqu’en 1906, date de la mort de son père ; elle part alors avec sa soeur pour l’étranger pendant trois ans. A son retour, elle fait du vaudeville et, remarquée pour sa ressemblance avec Mabel Normand, est engagée par Griffith pour The Battle of Sexes 1914), un drame avec Lillian Gish. Cependant Griffith pressent qu’elle est plus douée pour la comédie. De 1914 à 1915, Fay tourne les Komic comedies pour la Mutual avec Elmer Booth et Max Davidson sous la direction d’Edward Dillon et sur des scenarios d’Anita Loos. Elle incarne Ethel dans les Ethel and Bill Series, une secrétaire plutôt détendue qui mâche interminablement son chewing-gum. En 1916, elle signe pour Fine-Arts et joue Dulcinée dans Don Quixotte de DeWolf Hopper, qui connaît un gros succès, et sur cette lancée, tourne plusieurs films avec lui. On la surnomme alors « The Feminine Chaplin ». Fay passe à la Triangle la même année et apparaît dans les Fay Tincher Triangle Comedies, puis elle tourne pour la Fox et revient ensuite à la Triangle. De 1918 à 1921, elle est la vedette de nombreuses Christie Comedies. En 1923, l’Universal réalise un série inspirée d’une B.D. connue, « The Gumps » de Sidney Smith : Fay y joue le rôle de Min, la femme d’Andy Gump qu’incarne Joe Murphy. La série, qui comprend 47 films en 2b, durera jusqu’en 1928. A la fin de sa vie, F. Tincher ne jouera que des rôles secondaires et, après Dangerous Van McGrew (1930), elle abandonne le cinéma et quitte Hollywood. Elle meurt le 11 octobre 1983 dans l’anonymat le plus complet.

Les yeux noirs, les cheveux courts et bouclés, le visage très expressif, Fay Tincher avait un vrai tempérament d’actrice comique, talent que le public sut reconnaître et apprécier.

COURTS METRAGES SEULEMENT :

1914

Komic Comedies-Mutual (1b) :

After Her Dough Victims of Speed ; The Fatal Dress Suit ; The Last Drop of Whiskey ; Hubby to Rescue ; The Deceiver Bill’s Job to Smiley ; Bill Takes a Lady to Lunch – Never Again ; Ethel’s Teacher : A Physical Culture Romance ; Bill-N°4 ; Bill Organizes a Union, The Mascot ; Bill Goes into Business for Himself ; Foiled Again ; Bill Manages a Fighter ; The Million Dollar Bride ; Bill Spoils a Vacation ; Dizzy Joe’s Career ; Bill loins the W.W.W.’S ; Casey’s Vendetta ; Ethel’s Roof Party, Out Again, in Again ; Ethel Has a Steady ; A Corner in Hats ; The Record Breakers ; Mr Hadley’s Uncle ; The Housebreakers ; Bill and Ethel at the Ball.

1915

Ethel’s First Case ; Love and Business ; A Flyer in Spring Water ; A Flurry in Art ; Cupid and the Pest ; Bill Turns Valet ; Music Hath Charms ; A Costly Exchange ; Bill Gives a SmokeR :Caught by a Handle ; Ethel’s Doggone Luck ; By Fair Means or Fowl ; Ethel’s New Dress ; Home Again ; Ethel’s Romance ; Gasoline Gus ; Brave and Bold ; Undwinding It ; When Breezes Blow Beautiful ; Love Mr Wallace’s Wallet, Beppo the Barber ; A Chase by Moonlight ; Safety First ; The Deacon’s Whiskers ; Father Love ; The Fatal Finger Prints, Faithful to the Finish ; Shocking Stocking ; Over and Back.

1919

Christie Comedies-Christie Film Co (2b) :

28.4 – Sally’s Blighted Career – R : Al Christie ; 25.5 – Rowdy Ann – R : Al Christie (d.v.) ; ?.6 – Mary Moves in – R : Al Christie ; ?.8 – Dangerous Nan McGrew ; 1.12 Go – West Young Woman – R : Al Christie.

1920

Christie Comedies-Educational (2b) :

?.7 – A Seaside Siren – R : William Beaudine ; 19.9 – Striking Models – R : Reggie Morris ; 26.12 – Dining Room, Kitchen and Sink – R : Scott Sidney.

1923

Gumps Comedies-Universal (2b, – R : Norman Taurog) :

17.9 – Uncle Bim’s Gift ; 15.10 – Watch Papa ; 12.11 – Oh, What a Day ! ; 17.12 – Aggravatn’ Mama.

1924

24.1 – Oh ! Min ! – R : Norman Taurog ; 5.5 – Whaf’s the Use – R : Erle C. Kenton ; 2.6 –

Andy’s Temptation – R : Erle C. Kenton ; 7.7 – A Day of Rest – R : Erle C. Kenton ; 4.8 – Westbound – R : Erle C. Kenton ; 6.10 – Andy’s Hat in the Ring – R : Norman Taurog ; 2.11 – Andy’s Stump Speech – R : Norman Taurog.

175TRYON (Glen)

Voir 3e partie : Les héros de séries, p. 558.

176TURNER (Doreen)

Voir 3e partie : Les Kid Series, p. 580 et 586.

177TURPIN (Ben)

Voir 2e partie : Dix célébrités, p. 87.

V

178VERNON (Bobby)

Voir 2e partie : Dix célébrités, p. 351.

179VOSS (Frank « Fatty »)

Né dans l’Illinois le 12 octobre 1888, Fatty Voss fut une des vedettes de la L-KO : de 1914 à 1917, il tourna avec Billy Ritchie, Louise Orth et Gertrude Selby. Il est probable que c’est lui qui, en France, fut baptisé « Bouftout », allusion à son physique volumineux. Il meurt prématurément à Los Angeles le 22 avril 1917.

COURTS METRAGES :

1914

L-KO-Universal (1b, sauf mention spéciale) :

1.11 – Partners in Crime.

1915

19.5 – Love and Sour Notes – R : John G. Blystone ; 6.6 – Park Johnnies ; 4.8 – In the Claw of the Law ; 8.8 – Shot in the Bar-Room ou Itching for Revenge ; 1.9 – A Game of Love ; 15.9 – No Flirting Allowed ; 10.10 – A Bathhouse Tragedy (2b) – R/Sc. : Henry Lehrman ; 13.10 – Under New Management (2b) – R : Henry Lehrman ; 31.10 – Beach Birds ; 7.11 – Her Ups and Downs ; 7.11 – Cupid and the Scrub Lady ; 21.11 – Ready for Reno ; 12.12 – Lizzies Shattered Dreams ; 19.12 – The Doomed Groom ; 26.12 – Greed and Gasoline – R : Reggie Morris.

1916

2.1 – Pants and Petticoats ; 12.1 – Gertie’s Busy Day ; 16.1 – Flirting à la Carte ; 2.2 – Sea Dogs and Land Rats ; 23.4 – Little Billy’s School Days ; 24.5 – A Busted Honeymoon – R : John G. Blystone ; 17.6 – How Stars Are Made (2b) ; 25.6 – Dirty Work in a Beanery ; 28.6 – Pirates of the Air (2b) – R : John G. Blystone ; 5.7 – A Gambler’s Gambol ; 25.7 – Lizzie’s Lingering Love (3b) – R : Henry Lehrman ; 9.9 – Unhand Me, Villain ! – R : John G. Blystone ; 12.9 – Tillie’s Terrible Tumbles (3b) – R : John G. Blystone ; 7.11 – Alice in Society (3b) – R : John G. Blystone ; 6.12 – The High Diver’s Curse (2b).

1917

16.2 – Brave Little Waldo ; 7.3 – Fatty’s Feature Fillum (2b) – R : Fatty Voss ; 8.4 – Crooks and Crocodiles.

T.O.N.I. : Bouftout au FarWest (1b) (5/1917), La Famille à Bouftout (2b) (12/1917), Bouftout sur la plage (2b) (1/1918), Le Terrible Bouftout (2b) (2/1918), Bouftout fait des conquêtes (3/1918).

W

180WADSWORTH (William)

Né à Pigeon Cove (MA) le 7 juin 1874, il débute à la Edison Company en 1912 et joue le « vilain » dans le premier serial de l’histoire du cinéma (What Happened to Mary, 1912) avant de devenir une vedette comique de cette compagnie aux côtés de Gertrude McCoy et Arthur Houseman. Il était connu en France sous le nom de Népomucène Lemarieux. Décédé à Brooklyn le 6 juin 1950.

T.O.N.I. :

Népomucène et la belle actrice, Népomucène et le mannequin, Les Expériences sentimentales de Népomucène Lemarieux (en deux parties).

181WEST (Billy)

Voir 3e partie : Les imitateurs de Chariot, p. 563 et 571.

182WHITE (Leo)

  • 50 George Katchmer, « Remember the Silents : Leo White », in Classic Images, n° 234, décembre 1994, p. (...)

Né à Graudenz (Allemagne) le 10 novembre 1882, Leo White50 fait d’abord du théâtre à la Frohman Stage Company et chez Fred Karno, puis tourne pour Essanay en 1914 : il joue dans la série des Sweedie avec Wallace Beery et Ben Turpin. On le verra ensuite dans les films que Chaplin réalise pour cette compagnie en 1915 et 1916. Pour Essanay, il monte la version en 4b de Burlesque on Carmen, ainsi que Triple Trouble (Les avatars de Chariot), réalisé à partir d’un film abandonné par Chaplin et de scènes coupées au montage de Police. En 1917, il joue aux côtés de Billy West, célèbre imitateur de Chariot, et d’Oliver Hardy, d’abord pour la King Bee, puis, l’année suivante, pour la Bull’s Eye Film Corp. Il apparaît ensuite dans les George Ade Comedies et enfin en 1923 chez Hal Roach où il sera le partenaire d’Harold Lloyd dans Why Worry ? (1923). Plus tard, il figure dans de nombreux westerns ou dans des films d’aventures (dernier film : Yankee Doodle Dandy, 1942). Il meurt à Los Angeles le 20 septembre 1948.

Agité et arrogant, ce frêle petit homme restera dans la mémoire des amateurs de burlesque sous les traits de l’immortel « comte La Purée » (dans la version française) de The Count (Chariot et le comte, 1916).

Y

183YULE (Joe, alias ROONEY Mickey)

Voir 3e partie : Les Kid Series, p. 580 et 587.

Notes

1 Leonard Maltin et Richard W. Bann, op. cit., pp. 281 – 283.

2 Robert Florey, Hollywood d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Ed. Prisma, 1948, p. 129.

3 Robert Florey, Filmland, Paris, Ed. de Cinémagazine, 1923, p. 208.

4 Robert Florey, op. cit., p. 208.

5 Blair Miller, op. cit., p . 19.

6 George W. katchmer, op. cit., pp. 49-56.

7 Scott Johnson, « The Schmaltz Brothers », in Classic Images, n° 123, octobre 1985, pp. 16-17.

8 Blair Miller, op. cit., p. 27.

9 Blair Miller, op. cit., pp. 30-32

10 L’Encyclopédie du cinéma, Bruxelles, Ed. Atals, 1984, t. IX, p. 2380.

11 Bruce Crowther, Laurel and Hardy, Clown Princes of Hollywood, London, Columbus Book, 1987, p. 159.

12 Blair Miller, op. cit., pp. 38-39.

13 1. Blair Miller, op. cit., p. 57.

14 Ted Okuda et Ed Walz, « Always in the Foreground, Vernon Dent », in Classic Film Collector, n° 52, hiver 1976, pp. 52-53.

15 Blair Miller, op. cit., pp. 60.

16 Blair Miller, op. cit., pp. 61-62.

17 Richard Roberts, « Al Christie », in Classic Images, n° 212, février 1993, p. 44.

18 Bo Berglund, « Lloyd Hamilton : Silent Comedy’s Poor Soul », in Griffithiana, n° 44-45, p. 191.

19 George Katchmer, « Remember the Silents : Dot Farley », in Classic Images, n° 223, janvier 1994, p. 47.

20 Donald Dreschner, The Films of W.C. Fields, New York, Citadel, 1966.

21 Bruce Crowther, op. cit., pp. 157-158.

22 4. Robert Florey, Hollywood d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Prisma, 1948, p. 125.

23 Benjamin Peret, L’Humanité, 20 mars 1926, cité dans les Œuvres complètes, Paris, Corti, t. VII, p. 110.

24 George Katchmer, « Remeber the Silents : Eddie Gribbon », in Classic Images, n° 246, décembre 1995, pp. 48-49.

25 Robert Florey, op. cit., pp. 124-125.

26 George Katchmer, « Remember the Silents : Juanita Hansen », in Classic Images, n° 233, janvier 1994, p. 56.

27 John F. Thayler « Star Screen of 1916 », in Classic Film Collector, n° 58, printemps 1978, p. 8.

28 George Katchmer, « Happy-Go-Lucky, Forgotten Johnny Hines », in Classic Images, n° 142, avril 1987, pp. 44-45 et 61.

29 Blair Miller, op. cit., pp. 122-124.

30 Karen Burrough hannsberry, « Gone too Soon », in Classic Images, n° 231, septembre 1994, pp. 12 – 14 et 26.

31 Blair Miller, op. cit., p. 155.

32 Blair Miller, op. cit., p. 161.

33 Blair Miller, op. cit., pp. 159-161.

34 Ibid., pp. 164-165.

35 George Katchmer, « Remember the Silents : Bull Montana », in Classic Images, n° 234, décembre 1994, pp. 41 – 42.

36 Blair Miller, op. cit., pp. 169-170.

37 M.P.W., février 1917, p. 1046.

38 Blair Miller, op. cit., pp. 171.

39 Aldo Bernardini, « I comici del cinema muto italiano », in Griffithiana, n° 24/25, octobre 1985, pp. 116 – 121.

40 Billy H. Doyle, « Lost Players : Victor Potel », in Classic Images, n° 155, mai 1988, pp. C26 – 28.

41 Eve Golden, « The Beautiful and the Damned », in Classic Images, n° 234, décembre 1994, pp. 22 et 32.

42 Blair Miller, op. cit., p. 202.

43 Joe Collura, « Eddie Qillan, Mr Personality », in Classic Images, n° 142, avril 1987, pp. 29 – 31.

44 George Katchmer, « Remember the Silents : Billy Quirk », in Classic Images, n° 235, Janvier 1995, pp. 37-38.

45 Anthony Walker, « Joby of the Long Brown Curls : Jobyna Ralston », in The Silent Film Newsletter, suppl., vol. I, n° 7, septembre 1993, pp. 1-12.

46 George Katchmer, « Remember the Silents : Bert Roach », in Classic Images, n° 239, mai 1995, p. 5.

47 Ken Law, « Sidekick Comedian, Character Actor Syd Taylor », in Classic Images. n° 107, mai 1981, pp. 58-59.

48 Billy H. Doyle, « Rosemary Theby », in Classic Images, n° 170, août 1969, pp. 50-51.

49 Billy H. Doyle, « Lost Players : Fay Tincher », in Classic Images, n° 165, mars 1989, pp. 33-35.

50 George Katchmer, « Remember the Silents : Leo White », in Classic Images, n° 234, décembre 1994, p. 40

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540