Version classiqueVersion mobile

Dynamiques et structures en langue

 | 
David Piotrowski

Chapitre VII. Ouvertures

Texte intégral

1 – Rappels

1Rappelons d’abord comment le modèle morphodynamique rend compte de la catégorisation d’un espace « substrat » W.

2Dans sa version « élémentaire », la théorie morphodynamique considère W comme un espace « externe » qui « contrôle » des processus dynamiques définis par des fonctions potentiel ƒw : M ̶> R. Autrement dit, W est l’espace « source » d’un champ σ : W qui associe aux unités w de W des éléments ƒW, de l’espace ℱ des processus dynamiques choisis. Ces processus dynamiques déterminent alors les états « internes » d’un certain système S, et la catégorisation de W procédera de la qualification de ses unités w sur la base de l’identité qualitative (intrinsèque) des états internes que celles-ci contrôlent.

  • 1 J. Petitot, 1985a, p. 189.

3Plus précisément, la donnée d’une topologie et d’un groupe opérant sur permet d’y introduire les notions de stabilité et de type qualitatif, et on montre que, sous certaines conditions, les formes dynamiques issues des stabilisations successives d’une dynamique instable ƒ de ℱ se distribuent dans suivant une stratification K d’interfaces (frontières) qui catégorise localement ℱ. Les portions d’espace qui regroupent des formes de même type qualitatif sont mutuellement séparées par des frontières qui correspondent aux formes de degré d’instabilité supérieur. La catégorisation Kw de l’espace « substrat » W est alors « la trace sur lui des instabilités des formes [dynamiques] qu’il contrôle1 » et des rapports de conflit que les états internes entretiennent.

4Cette articulation fonctionnelle peut être illustrée par le schéma suivant (fig. 1) qui, en dépit de son caractère rudimentaire, permet de fixer les idées :

5Très schématiquement : les unités A et B de l’espace externe W déterminent des dynamiques (fonctions potentiel) fA (minimum absolu m1 et minimum relatif m2) et ƒB (minimum absolu m2 et minimum relatif m1) qualitativement opposées (attracteurs m1 et m2 en compétition pour l’actualisation). La frontière Kw qui sépare les domaines contenant respectivement A et B est un lieu d’instabilité : une variation infinitésimale des dynamiques associées aux unités de Kw (par exemple H) peut en modifier le type qualitatif. Dans notre schéma, la fonction potentiel ƒH qui correspond à la valeur de contrôle H possède deux minima égaux, et une « légère » déformation de cette fonction lui fait prendre le type qualitatif de ou de ƒB. Le franchissement de la frontière Kw, par exemple au point H à l’occasion d’un cheminement continu C de A vers B, sera le moment d’une commutation qualitative des états internes déterminés par les dynamiques que contrôlent les valeurs de C. En effet, de A à H les paramètres de W déterminent des dynamiques qualitativement analogues afA (attracteur mt actualisé et attracteur m2 virtualisé). Au point H la dynamique présente un type qualitatif « instable », et de H à B les dynamiques prennent le type qualitatif de fB (attracteur m2 actualisé et attracteur m1 virtualisé).

2 – Architecture fonctionnelle du signe

2.1 – Position du problème

6Examinons alors comment appliquer au schéma du signe (que nous reproduisons ci-dessous – fig. 2) les spécifications du modèle morphodynamique.

7Dans un premier temps, conformément à l’économie des processus de catégorisation définis dans le modèle morphodynamique, il faudra introduire une configuration de contrôle qui prend la forme d’un champ « envoyant » un espace « externe » W dans un espace de formes dynamiques ℱ dont les instabilités induisent dans W un système d’interfaces K.

8Dans son principe général, cette « introduction » est immédiate : la substance du contenu, catégorisée par un système de limitations réciproques, i.e. par un réseau de frontières, sera « naturellement » identifiée à un espace externe instanciant une morphologie d’interfaces – ce qui peut schématiquement être illustré comme suit (fig. 3) :

9Mais l’identification « directe » substance du contenu Ξ espace externe n’est pas satisfaisante car elle a pour conséquence d’« isoler » le « module » de la substance du contenu et le « module » ℱ des processus internes (encadrés) des autres composantes du schéma du signe, dont elle fragmente alors l’unité organique. En effet, si la substance du contenu constituait à part entière un espace de contrôle, sa catégorisation s’accomplirait indépendamment de ses rapports (de signification) aux signifiants ou aux régimes des contraintes S & P.

10Par ailleurs, dans cette hypothèse, on voit mal quel statut fonctionnel accorder en langue au champ σ. Car, de toute évidence, σ ne relève pas des seules formes internes du processus de catégorisation. Si c’était le cas, si le champ σ constituait une modalité fonctionnelle sans corrélat en langue – et pour autant que l’on admette le principe de l’autonomie des structures et des opérations langagières –, alors les correspondances que σ établit entre la substance du contenu et l’espace des formes dynamiques n’auraient aucune de raison de varier, et corrélativement, le jeu des oppositions catégorisant la substance du contenu et déterminant les signifiés serait une donnée intangible. Mais cette conjoncture est manifestement contredite par l’observation, même imprécise, des évolutions diachroniques et du « travail » sur les mots (production de nouvelles oppositions, glissements sémantiques, remplissage par de nouvelles matières d’expérience...) que les locuteurs accomplissent au quotidien. Aussi, il est « naturel » de considérer le champ σ comme une composante à part entière du système de la langue et, corrélativement, il conviendra d’instruire en langue les modalités de ses variations (ou de ce qui en tient lieu, voir infra). On est ainsi reconduit au problème de l’unité du schéma du signe. Car pour conférer à σ un statut fonctionnel en langue, il est nécessaire de le relier aux composantes des structures langagières, autrement dit : il est nécessaire de l’inscrire dans le schéma du signe pour qu’il y occupe une position fonctionnelle précise.

11Comment alors concevoir l’unité des jonctions entre les différents modules composant le schéma du signe, et comment caractériser en langue l’espace externe de contrôle ?

2.2 – L’espace externe et le contrôle « primaire »

12Pour répondre à ces deux questions, examinons d’abord plus précisément quelles sortes de rapports entretiennent l’espace externe et la substance du contenu.

13En premier lieu, comme on a vu, la substance du contenu doit d’une certaine façon tenir le rôle d’espace externe, puisqu’elle est le lieu d’instanciation d’une morphologie d’interfaces. Mais, cette caractérisation, par ailleurs problématique (voir supra), requiert des compléments. Car il faut aussi préciser à quel « endroit » de la substance du contenu des frontières vont être actualisées. En d’autres termes, il est nécessaire d’avoir en langue des informations sur le positionnement des seuils différenciateurs dans la substance. Le système de la langue devra donc comporter les éléments permettant (i) de sélectionner les occurrences de la substance qui vont former les interfaces (i.e. par lesquelles vont « passer » les frontières) et (ii) de déterminer un champ qui, grosso modo, associe des formes dynamiques instables aux occurrences préalablement sélectionnées (et, corrélativement, des formes dynamiques plus stables aux unités de part et d’autre des frontières). Nous commencerons par traiter le second point, et pour ce faire, nous prendrons appui sur le cas de figure simple de la singularité « cusp » (voir chap. VI) – cas de figure qui pourra aisément être généralisé.

14On sait que l’espace de contrôle des stabilisés de la singularité « cusp » est un voisinage à l’origine O de R2 (le plan (u, v)). Aux couples de paramètres (ui, vi) de R2, le champ de contrôle σ associe donc des formes dynamiques de différents types qualitatifs, obtenues par stabilisations successives de la singularité cusp. Nous rappelons dans la figure ci-dessous (fig. 4) la morphologie des stabilisés de la singularité cusp.

15Remarque : Dans cette figure, ainsi que dans la suite, comme l’espace externe W est « plongé » dans ℱ (l’espace fonctionnel des dynamiques), W et ℱ se « superposent » et σ est alors implicite.

16De façon générale, pour définir un champ de contrôle dont l’espace source est une substance de contenu S, il faudra considérer cette substance comme un espace abstrait (par exemple : d’états mentaux) de grande dimension, et « assimiler » une portion de cet espace à la structure de l’espace de contrôle. Dans le cas particulier de la singularité cusp, il faudra « assimiler » une portion de la substance S à un voisinage du plan (u, v) autour de O. Pour ce faire, on établira un isomorphisme θ (correspondance biunivoque respectant les structures d’espace) entre des portions (à choisir) de S et un voisinage du plan autour de l’origine – ce qui revient à « délimiter » dans S un sous-espace S’ isomorphe à W, à savoir, dans le cas du cusp, une portion de surface isomorphe au plan R2 au voisinage de O.

17Dans cette nouvelle configuration (voir fig. 5), le contrôle σ : W -> ℱ se trouve précédé d’un contrôle « primaire » θ : S’ -> W (en langue) et par composition fonctionnelle σ o θ : S’ -> ℱ, les unités de S’ contrôlent les dynamiques de Corrélativement, et à l’instar de W, S’ reçoit en « retour » les stratifications catégorielles de ℱ. θ constitue ainsi un dispositif de contrôle dont on montrera qu’il est intégré au système de la langue.

18Comme le champ σ est une donnée du modèle morphodynamique, la question de l’« établissement » en substance, et, plus avant, la question des variations, du système des formes différenciatrices se ramène à celle de la détermination en langue du contrôle « primaire » θ. Par ailleurs, la question de l’unité du schéma du signe (augmenté de la composante morphodynamique) se reformule comme suit : quelle corrélation fonctionnelle intégrée existe-t-il entre le contrôle θ, le module S & P et la relation de signification Rs ? – ce sont ces questions que nous abordons maintenant.

2.3 – Module S & P et structure du contenu

19On suppose donc qu’un contrôle « primaire » θ établit, par voie d’isomorphisme et par composition avec le champ σ, une sous-région S’ de la substance S en position fonctionnelle d’espace de contrôle. Pour déterminer complètement θ, il faut (i) définir son espace source, à savoir délimiter une portion S’ de S isomorphe à un certain W, et (ii) indiquer le positionnement du système de frontières dans S’. Pour traiter ces deux points, nous partirons de la question plus générale du statut linguistique des processus d’instanciation de frontières en substance.

2.3.1 – Généralités

20Une morphologie d’interfaces instanciée dans une certaine sous-région S’ de la substance du contenu y produit des identités oppositives de signification, c’est-à-dire des signifiés. La question de l’actualisation des réseaux de frontières est donc rattachée à celle de l’élaboration de signifiés, donc, plus généralement, à celle de leur existence : très généralement, on a vu que la présence ou l’absence d’un système de frontières dans la substance du contenu traduit l’existence ou la non-existence de signifiés. Il s’ensuit que les modalités d’instanciation des frontières sont fonctionnellement corrélées au module des contraintes S & P. Rappelons, en effet, que les relations S & P administrent l’accès aux valeurs de possibilité en langue, c’est-à-dire administrent les constats d’existence ou de non-existence en langue. On pressent donc le principe de l’unité fonctionnelle entre les formes S & P et les régimes de catégorisation de la substance du contenu : cette unité réside dans leur rapport aux modalités d’existence en langue des grandeurs de signification.

21Plus précisément : on sait que les prédicats de recevabilité sont porteurs d’un sens différentiel. Autrement dit, et pour autant qu’ils présentent une pertinence en langue, les prédicats de recevabilité sont intrinsèquement corrélés à des procédures variationnelles. Rappelons que, comme il est bien établi, ce n’est pas l’impossibilité d’une construction syntagmatique, par exemple *AB’, qui est significative, mais la donnée d’un couple AB et *AB’ signalant la rencontre d’une contrainte en langue au cours d’un processus de variation paradigmatique B – B’ effectué sur le syntagme AB. L’existence et la non-existence en langue, i.e. le possible et l’impossible en langue, sont donc indétachables des procédures variationnelles qui, il faut le souligner, ne se réduisent pas à des alternances paradigmatiques de composantes syntagmatiques (voir les procédures de pronominalisation, de passivation, etc.) – et à ce titre, le module S & P, dont on conservera toutefois la dénomination, doit être dorénavant considéré comme le module général des procédures variationnelles (ou transformationnelles). On voit alors de quel motif procède la correspondance entre les structures S & P et les systèmes de frontières instaurant des identités différentielles dans une substance de contenu : tous deux touchent directement aux formes de l’existence et de l’objectivité en langue.

22Ce qui est en jeu ici, c’est, d’une certaine façon, le « bouclage » du schéma du signe. La stratification fonctionnelle du schéma du signe permet de comprendre comment le différentiel de recevabilité peut tenir le rôle d’un jugement d’expérience, donc se manifester comme donnée phénoménale, tout en relevant des formes internes du système de la langue. En effet, dans l’architecture du signe la recevabilité est présente, sous deux formes distinctes, aux niveaux supérieur et inférieur de la hiérarchie fonctionnelle dont elle réalise ainsi le bouclage. En premier lieu, au niveau inférieur, le prédicat de possibilité en langue est présent en tant que jugement d’expérience portant sur des configurations de l’expression : le jugement de recevabilité exprime, le succès ou l’échec de la production de formes langagières dans le contenu. En d’autres termes, au niveau des formes S & P les jugements de recevabilité sont le reflet, ou la manifestation, de la réussite ou de l’échec d’un processus de construction en langue d’identités de contenu. Mais le jugement de recevabilité prend appui sur le système linguistique : il relève de l’ordre langagier. Autrement dit, le phénomène de la recevabilité, tel qu’il est appréhendé au niveau des formes S & P, est la manifestation de certains régimes d’organisation internes. Et ces régimes, qui délivrent une analytique de la recevabilité, se situent au niveau supérieur de la hiérarchie fonctionnelle du signe. C’est au niveau des principes de catégorisation de la substance du contenu que se jouent l’existence et l’inexistence en langue, autrement dit, que se constituent les valeurs du possible et de l’impossible telles qu’elles se manifestent (sous forme prédicative) au niveau du module S & P. Ainsi, la recevabilité referme bien la chaîne fonctionnelle qui raccorde les formes S & P et les signifiés par le biais des signifiants. Mais ce bouclage passe par un changement de statut : le niveau supérieur de l’architecture du signe est celui des formes internes de la recevabilité, en somme de son analytique, le niveau inférieur est celui du phénomène appréhendé.

2.3.2 – Caractérisation des contraintes S & P

23Le module S & P, qui administre et relate l’instanciation d’un système de seuils différenciateurs dans la substance du contenu, doit donc fournir des informations sur la localisation (ii) d’une portion S’ de contenu et (ii) des lieux d’instanciation des frontières.

24– Concernant le premier point. Remarquons au préalable que le schéma du signe remplit la condition du double niveau d’organisation requise par les systèmes linguistiques. En effet, on sait (voir chap. III 3) que la possibilité d’une réalisation linguistique de l’impossible en langue présuppose des objets construits sur au moins deux paliers, de telle sorte que le prédicat d’inexistence affecte les composantes du palier « haut » (le contenu) sans neutraliser celles du palier « bas » (l’expression). Autrement dit, les constats d’inexistence en langue sont conditionnés par la donnée de constituants élaborés indépendamment des grandeurs de contenu dont les procédures variationnelles testent les limites. Cette condition est manifestement satisfaite dans le schéma du signe : la formulation des contraintes S & P d’impossibilité en langue est « assumée » par des unités du plan de l’expression (les formes de mots, ou signifiants) qui sont constituées indépendamment des structures du contenu.

25Aussi, comme les « arguments » des contraintes S & P sont des signifiants, le module S & P « ouvre » sur la relation de signification Rs qui, elle-même, donne accès à des sites particuliers de la substance du contenu. Le module S & P recèle donc, via la relation de signification, des indications de positionnement nécessaires à la détermination de l’espace source S’ du contrôle θ. Ces informations sont nécessaires mais pas suffisantes. En effet comme S’ doit respecter la structure de W, les localisations en S apportées par Rs ne déterminent pas S’ de façon absolue, mais fixent des lieux par lesquels doit « passer » un sous-espace S’ isomorphe à W. Autrement dit, le module S & P fournit des informations positionnelles dans S pour construire un S’ respectant certaines contraintes structurelles.

26Pour illustrer cela (voir fig. 6), considérons un schéma variationnel, par exemple la construction syntagmatique V en trois (morceaux, parties...)V désigne le paradigme des synonymes de couper, à savoir, parmi d’autres, enlever, scinder, détacher, óter, diviser... On voit que, par la relation de signification, ces différents vocables pointent (et parcourent) différents sites de la substance du contenu et fixent les « jalons » d’une sous-région S’ de S. Soit :

27Enfin, on notera que comme les valeurs de recevabilité sont atteintes à travers les transformations de configurations syntagmatiques appréhendées et manipulées au palier de l’expression, et comme les formes de mots présentes dans ces configurations pointent vers des unités de la substance du contenu via la relation de signification (voir supra), les signifiants constituent des entités de transition qui, d’une part, fondent l’accès aux valeurs du possible et de l’impossible en langue, et, d’autre part, ouvrent sur des régions du contenu pour y « instaurer » (suivant des modalités qui restent encore à déterminer) ces qualifications sous la forme de seuils produisant des signifiés.

28– Venons-en au second point, à savoir la localisation des lieux-frontières dans la substance du contenu.

29Pour ce faire, considérons les informations disponibles au niveau S & P, à savoir des jugements de recevabilité portant sur des arguments (syntagmes) et des produits de procédures variationnelles ; par exemple : l’alternance paradigmatique B – B’ appliquée au syntagme AB, avec les assignations de recevabilité suivantes : AB et *AB’. On sait que la conjonction des clauses AB et *AB’ relate, au niveau « bas » de la hiérarchie, les configurations du niveau « haut » suivantes : (i) la recevabilité du syntagme AB correspond à l’instanciation dans la substance du contenu de formes oppositives établissant certaines valeurs différentielles, (ii) l’irrecevabilité de *AB’ exprime l’échec du processus de différenciation en substance, en d’autres termes, exprime l’inexistence de signifiés, et plus précisément : (iii) comme les clauses AB et *AB’ sont corrélées à la variation B – B’ sur un syntagme AB, c’est la réalisation (ou non) d’une opposition entre des régions de substance relatives à B et B’ qui est ici en jeu. En résumé, la donnée des clauses AB et *AB’ relate (i) l’existence d’une opposition potentielle entre des régions de contenu relatives aux vocables B et B ’, et cette opposition (ii) est réalisée (« actualisée ») avec le syntagme AB (envisagé dans sa variation en AB ’) et (iii) reste « suspendue » avec le syntagme AB’ (envisagé dans sa variation en AB).

30Les informations positionnelles minimales nécessaires à l’instanciation d’une frontière en substance sont apportées par la relation de signification. En effet, la paire de clauses AB et *AB’ stipule, lorsque le syntagme AB est proféré, l’actualisation d’une frontière séparant B et B’, donc l’actualisation d’une frontière qui passe par des points situés « entre » les éléments de substance respectivement « désignés » par B et B’ suivant la relation de signification (voir fig. 7). Ce qui revient à dire que l’espace source de θ est construit sur la base des occurrences de S pointées par B et B’, et les points-frontières de cet espace source, à savoir les points qui sont associés par θ (exactement : par la composition (σ ο θ)) à des dynamiques instables, sont à choisir « entre » les régions de substance associées aux vocables B et B’.

31Cette configuration appelle deux remarques.

32– D’une part, l’information positionnelle ainsi apportée est relativement grossière : elle ne fixe pas précisément les points-frontières dans S’ mais délimite une zone, jalonnée par des sites que pointent les vocables impliqués dans le schéma variationnel, où les frontières sont susceptibles d’être actualisées, et, plus précisément, où la singularité-origine (image inverse par θ de l’origine de W) doit être placée. Aussi, plus les informations variationnelles seront riches, plus la zone d’instanciation de la frontière sera délimitée avec précision.

33Illustrons ce point en reprenant l’exemple du schéma variationnel V en trois (morceaux, partie...)V désigne le paradigme des synonymes de couper. Conformément aux propositions précédentes, les données de recevabilité (*enlever, *óter, *détacher, scinder, couper, diviser...) en trois (morceaux, parties...) vont déterminer un système de frontières (une dynamique de différenciation) dans la substance du contenu opposant les régions de substance « pointées », d’un côté, par les vocables couper, scinder, diviser... et, de l’autre, par óter, détacher, enlever... De cette façon, la frontière se trouve « encadrée » par de plus nombreux jalons, ce qui diminue les latitudes de son tracé (voir fig. 8).

34– D’autre part, on sait que le contrôle « primaire » θ est un isomorphisme d’une portion S’ (de S) vers W. Il s’ensuit que S’ doit respecter la structure de W et, tout particulièrement sa dimension d’espace. Par exemple, on a vu que dans le cas de la singularités cusp, W est de dimension 2, et le sous espace S’ doit donc être de dimension 2. Il s’agit là d’une contrainte inhérente aux formes internes des processus de catégorisation. En langue, cette contrainte signifie que les éléments pointés par la relation de signification, plus précisément, les « nuages » d’occurrences pointées par la relation de signification, doivent être disposés de façon telle qu’ils puissent appartenir à une sous-région de S de dimension égale à celle de W. Par ailleurs, dans le cas où plusieurs sous-espaces S’ sont susceptibles d’être construits, il y aura indétermination en langue des structures paradigmatiques mises en jeu, autrement dit : indétermination des composantes génériques de sens.

35En résumé, nous avons inscrit le contrôle θ dans le schéma du signe et établi par là même son unité fonctionnelle. En effet, il a été montré (i) que θ, qui contrôle des formes instables et « induit » dans S’ des systèmes d’interface, caractérise les contraintes de recevabilité manifestées au niveau du module S & P, (ii) que les éléments qui déterminent l’espace source de θ sont donnés par le module S & P et la relation de signification Rs, et (iii) que les informations sur les lieux d’actualisation des frontières sont, de même, fournies par le module S & P. Ainsi, θ se trouve déterminé par le module S & P, et le schéma du signe peut être illustré de la façon suivante (fig. 9) :

36Il s’agira maintenant de donner une caractérisation plus rigoureuse de la connexion fonctionnelle entre le module S & P et les systèmes de formes différentielles, et, à cette fin, il faudra rendre compte de la « virtualisation » des frontières en substance lorsque des constructions non recevables sont produites.

2.4 – Connexion θ <-> S & P

37La connexion fonctionnelle entre le module S & P et le système des formes différentielles, que l’on cherche maintenant à caractériser rigoureusement, nous est fournie avec le modèle du déploiement universel d’une singularité (forme instable). Rappelons sommairement qu’un déploiement universel constitue une géométrie « universelle » des formes obtenues par stabilisation (suivant différents chemins) d’une singularité. L’espace de contrôle (externe) W de ces formes « reçoit » en retour une stratification exprimant les configurations d’instabilité dans l’espace fonctionnel des formes (rappel : pour des raisons de simplicité, nous nous bornerons aux formes du déploiement universel et de la stratification de la singularité « cusp »).

38Donnons-nous, pour commencer, un schéma variationnel paradigmatique B – B’ opérant sur le syntagme AB, et les clauses de recevabilité suivantes : AB et *AB’. On conviendra que l’opposition des vocables B et B’ n’est pas une donnée actuelle et intangible de la langue. En effet, cette opposition qui est rencontrée à l’occasion de la transformation de AB en AB’ aurait été négligée si le locuteur avait eu en vue l’opposition de B avec, mettons, B” à travers la variation AB – *AB”. Aussi, les formes différenciatrices en langue, ces formes qui instaurent les signifiés dans leur identité oppositive, doivent être envisagées non comme des formes établies, des formes définitivement distribuées, mais comme des formes produites et renouvelées à l’occasion d’activités langagières. Dans cette optique, on caractérisera les clauses AB et *AB’ par la donnée (i) d’une singularité et (ii) d’un parcours de stabilisation. Examinons ce point.

39Les vocables B et B’ délimitent une certaine sous-région de la substance du contenu, qui par le biais des correspondances θ et σ, tient lieu d’espace de contrôle. Cet espace substrat n’est pas, en tant que tel, investi des frontières caractérisant l’opposition que contractent B et B’ : il se prête en effet à une multitude de catégorisations réalisant des oppositions les plus diverses. Aussi, l’opposition entre B et B’, qui va être instanciée à partir des instructions que fournissent les clauses AB et *AB’, doit être conçue, non pas comme une opposition en présence, mais en puissance : comme un germe différentiel actualisé par l’activité langagière. Autrement dit, les clauses AB et *AB’ renferment l’information d’une singularité, à savoir un potentiel d’actualisation de l’opposition entre B et B’. Passons alors au second point : la stabilisation de cette singularité.

40Il s’agit maintenant de caractériser les processus dynamiques déterminant (i) l’actualisation de B en opposition à B’ lorsque AB est produit et (ii) la « suspension » des frontières lorsque c’est *AB’ qui est produit. On sait (voir chap. VI 2.5) que la réalisation des oppositions s’effectue suivant des parcours de stabilisation de la singularité-origine, qui, dans notre cas de figure, caractérise les clauses AB et *AB Aussi, l’actualisation de B versus B’ est directement qualifiable par un chemin de stabilisation. Par exemple, si le vocable B pointe par Rs, et dans son opposition (qualitative) à Bdes unités de la zone présentée dans la figure ci-dessous en gris (fig. 10 – remarque : dans cette figure, pour des raisons de simplification, nous « écrasons » les paliers fonctionnels S’, W et ℱ), alors le parcours d’actualisation de B déclenché par la production du syntagme AB, sur la base des clauses AB et *AB’, sera donné par le chemin C. Rappelons (voir chap. VI 2.5.3.2) que ce chemin « prend en charge » une opposition qualitative instable entre des attracteurs (notés aussi B et B ’) et résout l’instabilité à l’avantage de B (qui devient actuel en opposition à B’ virtuel) : très exactement, c’est une forme dynamique déterminée (via θ et σ) par les unités de S’ pointées par B qui est actualisée.

41Aussi, la connexion fonctionnelle entre le module S & P et le module des signifiés (substance du contenu catégorisée par des régimes oppositifs) est fondée sur le principe suivant : les prédicats de recevabilité attachés à des données variationnelles (par exemple AB et *AB’) déterminent une singularité du contenu et prescrivent un chemin de stabilisation orienté vers l’actualisation d’une forme dynamique associée (par les contrôles θ et σ) au vocable qui fait l’objet d’un traitement variationnel et qui est présent dans la construction recevable (à savoir B).

42On rappellera que les informations nécessaires à la localisation du « centre organisateur », i.e. de la singularité, à la source de la morphologie d’interfaces, ainsi que les informations déterminant la direction du parcours de stabilisation, sont données par le module S & P, via la relation de signification.

43Examinons alors ce qu’il advient si un locuteur produit un syntagme incorrect, par exemple *AB’. Dans ce cas de figure, la production de *AB’ détermine un parcours de stabilisation, nous dirons : « force » un parcours de stabilisation, qui tend vers l’actualisation de B’ aux dépens de B alors virtualisé. En effet, la profération de B’ lui confère une présence effective et force le système de la langue dans la direction de son actualisation. Aussi (voir fig. 11), la configuration dynamique est la suivante :

44Deux chemins de stabilisation incompatibles s’affrontent, chacun visant à actualiser un pôle de l’opposition. En principe, ce conflit n’a pas de solution : pris entre les deux tendances, le chemin restera sur la frontière Kc (v = 0), soit en position d’instabilité (u < 0), soit en résorbant toute forme d’opposition (U > 0). Dans les deux cas, aucune valeur oppositive stable n’est actualisée, et, partant, aucun signifié n’est promu à l’existence. Ainsi, l’impossible en langue (niveau S & P) relate bien l’inexistence en langue (niveau des formes du contenu).

45Pour illustrer cette configuration fonctionnelle, reprenons le schéma variationnel V en trois (morceaux, partie...). Les données de recevabilité (*enlever, *óter, *détacher, scinder, couper, diviser...) en trois (morceaux, parties...) vont être qualifiées dans le système de la langue par une certaine singularité d’origine et des parcours de stabilisation orientés vers l’actualisation des lexèmes couper, scinder, diviser... en opposition aux lexèmes óter, détacher, enlever... Les différents emplacements de la substance du contenu pointés par ces vocables portent en eux l’information positionnelle requise pour situer les lieux d’instanciation des seuils différentiels ; de telle façon que l’opposition (qualitative) spécifiée dans le schéma syntagmatique V en trois (morceaux, partie...) se réalise par une frontière séparant les zones regroupant d’un côté scinder, diviser et couper, et de l’autre óter, enlever et détacher... Ce qui revient à positionner le repère des axes (u et v) du déploiement de la singularité « cusp » et à prescrire un parcours de stabilisation « vers » la région pointée par couper, scinder... Soit (fig. 11) :

46Lorsque le syntagme *enlever en deux est proféré, le parcours de stabilisation orienté vers enlever est « forcé » et s’oppose au parcours prescrit. Les dynamiques déterminées par (σ o θ) ne peuvent donc se stabiliser et, par voie de conséquence, aucune opposition en langue n’est réalisée : *enlever en deux, qui ne produit aucun signifié, est donc bien donc une construction impossible en langue.

2.5 – Synthèse

47Nous pouvons maintenant synthétiser les spécifications architecturales et fonctionnelles du schéma du signe (voir fig. 13).

  • Contrôle σ : W → ℱ (implicite)

  • Contrôle (primaire) θ : S’ → W

  • Relation de signification Rs : Ex → S

  • Module de l’expression Ex

  • Module des régimes variationnels S & P : contient des paires de clauses Vn(Ai) vs *Vn (Aj), où les Ai (et Aj) sont des vocables (formes de mots) et les Vn, des schémas variationnels.

  • S & P détermine θ via Rs de la façon suivante : (i) les Ai et les Ajimpliqués dans les clauses Vn(Ai) et *Vn(Aj) « pointent » par Rs des sites de S qui délimitent S’ et (ii) les points de S’ susceptibles d’être associés (par θ) à des formes instables sont « encadrés » par les sites relatifs aux Ai et Aj.

  • S & P détermine le parcours de stabilisation C via Rs de la façon suivante : pour actualiser un système d’oppositions, C part de θ-1 (O) (l’image inverse par θ de l’origine de W) vers la zone pointée par les vocables Ai dans S’.

3 – Rebroussement

48À la lumière des caractérisations fonctionnelles apportées au schéma du signe, nous sommes maintenant en mesure de revenir sur les principaux points problématiques abordés au cours cette étude, pour leur apporter quelques éléments de réponse.

3.1 – Légitimation « faible »

49Rappelons que les difficultés que pose le différentiel de recevabilité sont afférentes à son emploi comme critère de réfutation des propositions théoriques. On a vu, en effet, que la recevabilité n’est pas une donnée « externe » à la langue : ses régimes constitutifs relèvent des formes de l’objectivité linguistique. Par voie de conséquence, théorisé sous une forme ou sous une autre (par exemple en termes de grammaticalité), le différentiel de recevabilité ne peut légitimement être le garant des édifices théoriques dont il constitue une des articulations maîtresses. Autrement dit, dans une théorie linguistique, le différentiel de recevabilité ne peut valoir comme critère de réfutation (au sens « fort »). Un examen de ce problème nous a permis d’en mieux cerner les causes internes.

50D’abord, (chap. I), s’intéressant à l’architecture des théories empiriques, nous avons montré que la réfutabilité des propositions théoriques procède de l’existence d’un espace de phase, c’est-à-dire de l’inscription dans l’appareil théorique de régimes d’organisation constitués indépendamment des concepts « propres » de la théorie, et valant alors comme facteurs de réfutation. Cette configuration architecturale suppose que les phénomènes visés par une théorie relèvent secondairement d’une grille de qualification indépendante, en soi, du cadre théorique en question mais participant néanmoins au système descriptif que celui-ci définit ; c’est la condition première pour qu’une vérification soit logiquement possible et rationnellement réalisable. Or nous avons vu que les théories linguistiques sont des constructions « autonomes » : elles n’impliquent, dans leur forme interne, aucune grille théorique connexe qui fournirait des qualifications susceptibles de constituer un poste d’observation indépendant et d’évaluer la validité de leurs propositions. Autrement dit : les objets de langue sont dénués de substance, et les théories linguistiques sont des montages conceptuels non réfutables.

51Pour sortir de cette impasse, nous avons proposé d’ « affaiblir » le rapport des appareils théoriques à l’empirique. La version « forte » (la réfutabilité) est fondée sur l’intrication de plusieurs régions empiriques administrées suivant des régimes d’organisation en partie indépendants : la région des phénomènes à reconnaître (i.e. visés par une théorie) implique alors des grandeurs d’expérience pourvues d’une structure indépendante (qualifiée par un espace de phase) de la théorie en question. Dans la version « faible », on dispose toujours de plusieurs régions empiriques, i.e. de plusieurs régions de factualités, mais ces régions sont constitutives d’une même sorte d’objet : il ne s’agit plus de régions d’objectivité autonomes, bien que « se croisant », mais de régions entretenant une connexion telle que les formes d’objet de l’une sont structurellement appariées aux formes d’objet des autres. De cette façon, aucune des différentes régions de factualités ne peut valoir comme base d’évaluation des qualifications apportées aux autres régions – puisqu’elles se déterminent mutuellement. En revanche, le fait « observable » d’une connexion entre plusieurs régions phénoménales, c’est-à-dire l’existence de protocoles variationnels raccordant différentes sortes de phénomènes suivant des formes opératoires bien réglées, fournit un critère de validation « faible ». Pour y satisfaire, une théorie doit rendre compte des phénomènes en établissant les régimes de leurs formes internes au « carrefour » des différentes régions de factualité qu’elles impliquent et administrent, à savoir, dans le cas d’une théorie linguistique, au carrefour des « substances » de l’expression, du contenu et de la recevabilité. Le schéma du signe que nous avons proposé vise précisément ce but.

3.2 – La recevabilité

52Le schéma du signe, précédemment déterminé, conjugue dans une structure unitaire les formes et les substances du différentiel de recevabilité, des signifiés et des signifiants. Plus précisément, dans le schéma du signe la recevabilité et les signifiés sont présents dans leur double dimension de « factualité » et d’objet, autrement dit : dans leur double dimension de matières empiriques et d’unités investies des formes objectivant ces matières. En effet, dans le schéma du signe, la substance du contenu est présente en tant que région de factualités indéterminées de sens, en tant que substrat amorphe des significations, et, le schéma apporte à ce substrat la détermination des formes qui, s’y instanciant, réalisent des signifiés. De même, le fait de la recevabilité (le constat de possibilité ou d’impossibilité d’une configuration syntagmatique) est envisagé au niveau des procédures variationnelles (module S & P) en tant que phénomène indéterminé, et ses régimes constitutifs, en somme : l’analytique de la recevabilité, sont inscrits au niveau des procédures de catégorisation de la substance du contenu : on a vu que le caractère impossible d’une production langagière est décrit par un chemin de stabilisation « défectueux », i.e. un chemin qui contrevient au parcours de stabilisation prescrit et qui ne produit aucune opposition dans la substance du contenu. De cette façon, la recevabilité se trouve explicitement qualifiée comme régime interne à la langue, et ses formes opératoires sont corrélées aux formes constitutives des identités du contenu. Ainsi, en s’articulant sur le module « médian » des signifiants, le schéma du signe met en connexion fonctionnelle les régions empiriques de la recevabilité et du sens à travers les formes qui y établissent des objets de langue. Le schéma du signe définit donc une architecture en langue satisfaisant au principe de légitimation faible. Examinons maintenant les conséquences de la connexion sens/recevabilité.

3.3 – Opérations en langue

53On sait que les procédures variationnelles, qui donnent accès aux constats de possibilité et d’impossibilité en langue, déterminent une correspondance θ (qui, par composition avec le champ σ, associe des dynamiques aux unités de la substance) et prescrivent des chemins de stabilisation (d’une singularité) en vue d’actualiser certaines formes différenciatrices dans la substance du contenu. Aussi, l’impossibilité vs la possibilité de proférer certaines combinaisons de signifiants déterminent directement la valeur des signifiés associés. L’impossibilité vs la possibilité rencontrées en langue ne sont donc pas seulement le corollaire d’un ordre langagier stabilisé (voir infra) mais sont aussi des principes de production de grandeurs signifiantes : les valeurs de possibilité sont les lieux où vont se négocier la portée et le contenu des mots. Il s’ensuit que les prescriptions normatives tout comme les déviances revendiquées, sont la face apparente des processus de création de signifiés : les prescriptions et les infractions que connaît la langue sont l’image, presque fidèle, des compétitions entre dynamiques dont la substance du contenu est le siège et qui débouchent sur l’établissement de signifiés. Les individus ou les groupes sociaux qui introduisent de nouvelles tournures ou retouchent les conventions, à l’égal des autorités et des instances législatrices qui décrètent les bons usages, sont ainsi les acteurs conflictuels de la « vie des mots ». En remodelant les latitudes d’emploi des vocables et des constructions que ceux-ci composent, ce sont de nouvelles distributions du possible et de l’impossible en langue qui sont soumises à l’acceptation du plus grand nombre de locuteurs, et, corrélativement, ce sont de nouvelles identités de sens qui sont présentées devant le tribunal de l’usage.

  • 2 G. Vignaux, 1988, p. 97.

54Le schéma du signe permet ainsi de retrouver la conception de la langue comme système de négociation de significations : la connexion fonctionnelle entre d’un côté « l’accepté » et le « rejeté » et de l’autre les formes catégorisant la substance du contenu, délivre une analytique des procédures d’ajustement de sens mises en œuvre par les partenaires en parole, individus ou institutions. Sous cet angle, « Le langage est bien un système, mais c’est un système nécessairement ouvert, travaillant constamment de l’ajustement entre énonciateurs, entre “idées”, entre états de connaissances et les expressions qui en font “repères”2 ».

55Mais on sait, d’une part, que l’accès aux valeurs de recevabilité en langue repose sur le niveau « primaire » des signifiants qui, du fait de leur constitution autonome, se prêtent à des manipulations transgressant l’ordre interne de la langue, et, d’autre part, que la connexion fonctionnelle entre les contraintes de recevabilité et les dynamiques différentielles ne suffit pas pour déterminer complètement les signifiés. En effet, rappelons (voir supra) que les formes oppositives coordonnées aux distributions du possible et de l’impossible en langue sont des formes abstraites génériques, et que leur instanciation en certains lieux d’une substance particulière requiert des informations complémentaires de localisation en substance apportées par la relation de signification entre les signifiants et les unités du contenu.

56Aussi, les modalités de « travail » des contenus en langue, fondées sur la connexion entre les valeurs de recevabilité et les formes différentielles, impliquent structurellement le niveau des signifiants, et se trouvent ainsi doublées de négociations portant sur le positionnement des oppositions en substance. C’est que les rapports entre un signifiant et les « occurrences » de sens ou de représentation qu’il pointe n’ont rien d’intangible. Les pôles en substance de la relation de signification vont fréquemment être remis en cause à l’occasion d’échanges portant sur les exemplifications empiriques des vocables. Ainsi, c’est dans l’activité quotidienne de la langue, qui superpose la verbalisation aux situations empiriques, que se construisent et se recomposent les rapports de signification. Les interactions entre locuteurs auront donc aussi pour but d’établir un consensus sur la diversité d’expérience que subsume une forme de mot, et plus fondamentalement, sur certains lieux centraux par rapport auxquels les frontières des signifiés doivent être situées.

  • 3 F. de Saussure, 1972, p. 138.

57En conclusion, en conformité avec l’enseignement de Saussure, le schéma du signe délivre une analytique des variations en langue induites par l’activité de parole. Les signifiants sont comme des « leviers » dont jouent les instances locutrices : ces leviers, qui donnent accès au possible et à l’impossible en langue, déterminent des formes différentielles, et, corrélativement, spécifient en substance les lieux fixant les limites des signifiés. Ainsi, « C’est [bien] dans la parole que se trouve le germe de tous les changements : chacun d’eux est lancé d’abord par un certain nombre d’individus avant d’entrer dans l’usage3. »

3.4 – Intégration et Stabilité

  • 4 G. Vignaux, 1988, p. 96.
  • 5 F. de Saussure, 1972, p. 138.

58Mais si la langue se prête à des reconfigurations incessantes, si ses formes internes acceptent des réajustements au gré des usages auxquels on la soumet, elle ne constitue pas pour autant une structure « fragile », une structure bouleversée par chaque écart ou chaque innovation en parole. Bien au contraire, la langue est dotée d’une inertie structurale qui résiste à la multitude de variations idiosyncratiques. Aussi, « on doit constater que [l’activité langagière] est faite en permanence de labilité et de stabilité4 ». Pour expliquer la persistance des formes langagières face aux activités de parole qui les éprouvent, la dimension sociale ne suffit pas. Certes, comme le développe Saussure, c’est lorsqu’il est accepté par la communauté qu’un fait de parole devient un fait de langue. Aussi bien, « toutes les innovations de la parole n’ont pas le même succès, et tant qu’elles demeurent individuelles, il n’y a pas à en tenir compte, puisque nous étudions la langue5. » Mais l’agrément donné par le groupe social n’explique en rien la concordance des jugements de recevabilité prononcés par les locuteurs. C’est donc au niveau de la faculté de langage qu’il convient de trouver les motifs de stabilité qui préservent le système de la langue.

59Pour ce faire, il nous faudra d’abord traiter des formes de l’intégration dans une approche topologique et dynamique. On mettra ainsi au jour un principe de stabilisation mutuelle des formes oppositives et l’existence d’un gradient de stabilité en langue.

3.4.1 – L’intégration

60Le problème de l’intégration en langue, que nous avons abordé sous différents angles (voir chap. IV), peut se résumer de la façon suivante : comment concevoir des composantes « accessibles » indépendamment les unes des autres et telles que l’unité de leur synthèse soit présente dans l’identité de chacune. La difficulté réside, rappelons-le, dans le fait que ces composantes doivent être d’une certaine façon séparables, et, d’une autre, inséparables, puisqu’elles tiennent leur identité de la totalité qu’elles composent. Nous montrerons maintenant comment le schéma du signe apporte une solution au problème de l’intégration. Pour plus de clarté, notre exposé suivra maintenant le fil d’un exemple simple et aisément généralisable.

61Soit la phrase P ce train dessert Paris. Cette construction se prête à diverses manipulations variationnelles, par exemple suivant des alternances paradigmatiques sur la base du mot train et du verbe desservir. Comme ces manipulations visent à mettre au jour les frontières délimitant les zones de signification associées aux signifiants train et desservir, on effectuera des alternances paradigmatiques avec des vocables pointant dans la substance du contenu des lieux « voisins » de ceux pointés respectivement par train et desservir. Par exemple, les acceptions de train et de desservir dans ce train dessert Paris étant approximativement « moyen de transport » et « assurer l’accès à », on choisira, respectivement « autour » de train et de desservir, les vocables suivants : autocar, avion, voiture, moto... et mener à, conduire à, passer par, aller à... Ce qui peut être représenté par la figure 14 (qui réduit le schéma du signe à la seule relation de signification) :

62Les variations paradigmatiques effectuées sur P débouchent sur des valeurs de recevabilité, soit :

ce train dessert Paris
cet avion dessert Paris
cet autocar dessert Paris
*cette voiture dessert Paris
*cette moto dessert Paris

ce train dessert Paris
ce train passe par Paris
ce train va à Paris
*ce train mène à Paris
*ce train conduit à Paris

63La première série de variations, qui rencontre les contraintes sélectionnelles du verbe desservir, fait apparaître une opposition entre les moyens de transport privés et collectifs : d’une côté train, avion et autocar, de l’autre, voiture, moto... (remarque : on peut aussi avoir cette route, ce chemin dessert le chantier – route et chemin désignant bien ici des « moyens d’accès mis au service du public »). Les valeurs de recevabilité atteintes dans la seconde série de variations relatent une opposition entre, disons, des « canaux de transport » et des « agents de transport ». En effet, si ce train conduit, mène à Paris n’est pas recevable, en revanche cette route mène, conduit à Paris ne pose aucun problème.

64Suivant les processus de catégorisation décrits dans le schéma du signe, les valeurs de recevabilité de la première (resp. seconde) série de variations sont fonctionnellement corrélées à une frontière séparant les unités de contenus situées « du côté » de celles pointées par avion, autocar et train (resp. desservir, passer par, aller à) de celles situées « du côté » des unités pointées par voiture et moto (resp. conduire à, mener à) (remarque : dans la figure 15, qui illustre cette configuration, nous faisons abstraction de la composante de l’espace des formes dynamiques, des contrôles θ et σ, ainsi que des processus de stabilisation définis par des chemins C, et nous réduisons les structures de catégorisation complexes déterminées par la théorie morphodynamique à la forme élémentaire d’une frontière linéaire séparant deux régions. Mais, bien que tronquée et superficielle, cette représentation reste toutefois conforme aux principes fonctionnels du schéma du signe).

65L’intégration des éléments syntagmatiques de P est alors une conséquence directe du mode de formation des signifiés. En effet, on sait que les signifiés de train et de desservir sont caractérisés (i) par la localisation en substance des unités qu’ils pointent et (ii) par les oppositions qu’ils entretiennent. Aussi, concernant le second point, comme l’opposition entre d’un côté train (resp. desservir) et de l’autre voiture et moto (resp. mener à, conduire à) est déterminée par les contraintes sélectionnelles que desservir (resp. train) impose à son sujet (resp. prédicat), l’identité des signifiés de train et desservir procède bien de la rencontre de leurs signifiants respectifs dans P. En d’autres termes, les mots qui composent une unité syntagmatique déterminent mutuellement leurs possibilités variationnelles (en terme de recevabilité) et ces possibilités relatent et administrent des oppositions en substance qui caractérisent les signifiés. Il s’ensuit que les signifiés, qui se déterminent mutuellement dans l’unité syntagmatique qu’ils composent, apparaissent bien comme les produits de celle-ci. Par exemple, dans ce train va à Paris, train qui ne s’oppose pas cette fois à voiture et moto (cette voiture, moto va à Paris est recevable) a donc une valeur différente que dans ce train dessert Paris. Par ailleurs, on notera que sur la donnée du seul exemple traité, train ne s’oppose pas à autocar ; la discrimination des contenus de ces deux vocables suppose en effet que soit « convoquée » une construction syntagmatique à partir des limites variationnelles de laquelle une frontière séparant train de autocar puisse être prise en considération. Ainsi, procédant du tout dont ils sont les constituants, les signifiés d’une structure syntagmatique entretiennent bien une authentique liaison intégrative : ils sont de fait inséparables, puisque leur identité (différentielle) est intégralement élaborée au palier de la totalité qui les subsume.

  • 6 W. von Humboldt, 1974, p. 241.

66En conclusion, le schéma du signe rend compte des modalités d’une connexion intégrative, à savoir une connexion où « au sens le plus authentique du terme, la synthèse [crée] ce qui n’a d’existence propre dans aucune des parties constituantes de la combinaison elle-même6. » Corrélativement, les constituants intégrés restent « accessibles », c’est-à-dire « séparables » et « manipulables », en tant que signifiants.

3.4.2 – Stabilité vs Instabilité

67Il est maintenant possible de revenir sur le problème de la stabilité des formes de la langue. Dans un premier temps, nous avons examiné comment, dans le schéma du signe, les formes constitutives des signifiés se prêtent à un remodelage à travers les activités de parole. Mais, on sait aussi que la langue n’est pas une pâte molle que l’on peut façonner à sa convenance ; elle oppose aux changements une résistance dont il s’agira maintenant d’éclairer le principe. Pour ce faire, revenons au schéma précédent (schéma des oppositions en substances relatives aux limitations variationnelles des vocables train et desservir dans ce train dessert Paris).

68Dans ce schéma, les seuils différenciateurs catégorisant les substances impliquées par les paradigmes de train et desservir (dans une position syntaxique donnée) se déterminent mutuellement. En effet, si l’on prend plus précisément en compte les processus d’émergence des frontières, on sait (voir supra) que train (resp. desservir) en position sujet (resp. prédicat) prescrit (dans la substance des significations voisines de « assurer l’accès à » (resp. « moyens de transport ») un parcours de stabilisation (C’) (resp. C) d’une singularité qui se stabilise en une dynamique associée à desservir (resp. train) aux dépens des dynamiques associées à conduire à, aller à... (resp. voiture., auto...) soit (fig. 16) :

69On sait aussi que lorsque train (resp. desservir) entre dans une combinaison illicite, par exemple *ce train conduit à Paris (resp. *cette moto dessert Paris), alors les frontières instituant les signifiés sont annihilées : l’actualisation « forcée » de conduit à (resp. moto) « impose » un parcours de stabilisation qui s’annule avec le parcours C’ (resp. C) prescrit par train (resp. moto), et laisse informe la substance des significations voisines de « assurer l’accès à » (resp. « moyens de transport »), et, corrélativement, la production de conduire à (resp. desservir) prescrit un parcours auquel contrevient l’actualisation de train (resp. moto), ce qui a pour effet de laisser amorphe la substance des « moyens de transport ». Aussi, les frontières dans les deux substances entretiennent bien une corrélation fonctionnelle : elles ne se réalisent qu’en regard l’une de l’autre. Et c’est sur le principe de cette correspondance que va s’établir la stabilité des formes linguistiques.

70En effet, lorsque le nombre de frontières en connexion ou le nombre d’unités lexicales en jeu est limité, comme dans l’exemple précédent, leur disparition n’a pas de conséquences trop dévastatrices pour le système linguistique : les effets de la production irrecevable restent circonscrits aux unités directement impliquées – et il peut d’ailleurs se faire qu’une production irrecevable déplace des frontières et produise en fin de compte de nouvelles valeurs sémantiques. Pour illustrer cette possibilité, prenons, par exemple, quelques vocables exprimant une sensation : chaud, froid, soif et faim. On peut dire j’ai faim, soif froid, chaud mais la distribution de ces vocables est limitée dans la construction avec il fait : on a il fait chaud, froid mais pas *il fait soif, faim. Autrement dit, la construction il fait X établit une frontière dans la substance « des sensations » entre d’un côté des sensations qui dénotent des propriétés objectives de référents, à savoir « chaud » et « froid », et, de l’autre, des sensations purement subjectives : « la faim » et « la soif ». Qu’en est-il alors du tour familier *il fait soif ? On conviendra qu’il est sémantiquement productif, donc qu’il n’est pas la cause d’un effondrement des frontières instituant les signifiés. En effet, on peut pressentir dans *il fait soif un déplacement, plutôt qu’un effacement, de frontières : suite au « coup de force » de *il fait soif la frontière séparant les unités (de la substance des sensations) pointées par soif et faim de celles pointées par chaud et froid va être déplacée pour regrouper dans une même région les significations de chaud, froid et soif et ainsi adjoindre à ce dernier vocable un vernis d’objectivité.

71Mais si les connexions établies entre différentes frontières impliquent un très grand nombre d’unités ou forment une chaîne plus complexe, alors une production illicite risque d’abattre des pans entiers du système de la langue et de mettre celui-ci en péril. Pour illustrer cette conjoncture, examinons l’exemple rudimentaire de l’opposition singulier/pluriel. Le système de déterminations mutuelles entre les frontières marquant l’opposition singulier/pluriel dans une multitude de substances peut être schématiquement illustré comme suit (fig. 17) :

72Conformément aux analyses précédentes, une production comme *le bocaux... ou *ce cheval dorment va supprimer la frontière qui partitionne le paradigme des déterminants et, corrélativement supprimer les innombrables frontières qui lui sont fonctionnellement appariées. Il s’ensuit un effondrement généralisé des significations produites sur l’opposition singulier/pluriel ; effondrement exprimé par le sentiment de l’irrecevabilité de telles constructions. Mais ce qui différencie cet exemple du précédent, et qui fait qu’une renégociation des formes en langue se heurte à l’inertie du système, c’est la densité du réseau de frontières. En effet, une construction contrevenant à l’ordre du couple singulier/pluriel met en péril la totalité des contrastes singulier/pluriel. Aussi, une négociation « locale » de la pertinence de l’opposition singulier/pluriel ne peut aisément avoir lieu, puisque cette opposition a des ramifications dans une très large partie du système. Pour que l’opposition singulier/pluriel soit effectivement évacuée des structures de langue, il faudrait que les locuteurs acceptent de l’effacer de la totalité, ou presque, des couples lexématiques et morphématiques qui la mettent en jeu, donc qu’ils « travaillent » en parole la pertinence de chacun de ces couples. On mesure l’ampleur et le caractère irréaliste de cette tâche.

73En conclusion, la stabilité du système linguistique se mesure à la densité du réseau des connexions oppositives sur lesquelles se construisent les signifiés. Aussi, on envisagera un « noyau dur » d’oppositions qui recouvrent très largement le système de la langue, présentant de ce fait un haut degré de stabilité, et que l’on pourra qualifier de « grammaticales ». En s’éloignant du noyau dur, on trouvera des systèmes d’oppositions de moins en moins étendus, impliquant un nombre plus limité d’unités, et susceptibles de faite l’objet de manipulations et de traitements locaux sans conséquences globales. Il n’y aura donc pas de rupture nette entre le noyau et la circonférence, entre la composante rigide et la composante ductile de la langue : la densité de stabilité qui, mettons, distingue la grammaire du lexique, est un continuum.

Notes

1 J. Petitot, 1985a, p. 189.

2 G. Vignaux, 1988, p. 97.

3 F. de Saussure, 1972, p. 138.

4 G. Vignaux, 1988, p. 96.

5 F. de Saussure, 1972, p. 138.

6 W. von Humboldt, 1974, p. 241.

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Figure 2
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 3
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Titre Figure 5
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Figure 6
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 7
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Figure 8
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 9
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 10
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Titre figure 11
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Titre Figure 12
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5k
Titre Figure 13
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Figure 14
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 15
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Figure 16
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 17
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41392/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search