Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Troisième partie: les héros du «séries»

Les « Kid series »

Texte intégral

1Les comédies jouées par des enfants forment un genre très prisé dans les pays anglo-saxons, beaucoup moins semble-t-il en France où même la série phare des « Little Rascals » (Our Gang) ne connut jamais le succès triomphal qu’elle eut aux États-Unis. Hal Roach paraît être l’ » inventeur » de ce type de comédies : dès 1913, son premier film met en scène deux enfants espiègles, mais, comme cette expérience est un échec, Roach abandonne le filon.

  • 1 Blair Miller, op. cit., pp. 11

2Cependant, en octobre 1913, Mack Sennett lance, bien avant les « Little Rascals », une série (les Kid’s Pictures ou Kid Stock Company) dont le héros est un très jeune garçon baptisé Little Billy, interprété par Paul Jacobs, entouré de Thelma Slater et de Matty Roubert, généralement sous la direction de Robert Thornby. Paul Jacobs (né le 31 juillet 1910 à Laclede, Idaho), avait été découvert par Henry « Pathé » Lehrman en 19131. Little Billy’s Triumph (1914), un de ses premiers films en vedette à l’âge de 4 ans, permet de se faire une idée du ton de ces comédies : Little Billy, un joli petit enfant aux longs cheveux bouclés retombant sur le front, est la victime de vilains garnements. Afin d’acheter des marionnettes, et monter un spectacle, ces derniers volent l’argent qu’on lui a donné pour acheter des glaces. Little Billy se vengera en emportant la recette et s’empiffrera d’ice-creams sous l’œil attendri d’un flic. Lorsque Lehrman quitte Sennett en 1914 pour travailler avec Fred Balshofer à l’Universal, il emmène avec lui Little Billy et son metteur en scène Robert Thornby. La carrière du jeune prodige continuera alors quelque temps : on le verra par exemple aux côtés de Ford Sterling dans Sergent Hofmeyer (1915) ; Thornby réalisera quelques films de la même veine avec P. Jacobs et Olivia (ou Olive) Johnson, transfuge de la Keystone (Lizzies Watery Grave, 1915) ; puis Jacobs va tourner avec les frères Franklin, spécialistes de films pour enfants à la Fox (voir infra) –, on le retrouvera enfin avec Mack Sennett à la Triangle-Keystone où il sera le partenaire de Mack Swain.

3Plus tard, en 1923, devant le phénoménal succès de « Our Gang », Mack Sennett annonça qu’il avait l’intention de produire pour Pathé une nouvelle série dont les héros seraient des enfants et des animaux. Cette série ne verra jamais le jour. Sennett se contentera de tourner une parodie fort réjouissante de ce type de films avec The Hollywood Kid (1924), un des classiques du burlesque.

  • 2 Kevin brownlow, « I film per ragazzi dei fratelli Franklin » in Griffithiana, n° 32/33, septembre 1 (...)

4La Fox, avec ses Sunshine Kiddies, est sans doute la première maison de production à imposer sur le marché une série jouée par des enfants. Ce sont des courts et des longs métrages, produits et réalisés par deux frères – Sidney et Chester Franklin –, qui sont destinés à un public enfantin et non à un public adulte (à la différence de la série « Our Gang » qui vise tous les publics). Ces films furent à l’origine, en 1915, réalisés en association avec D.W. Griffith : citons The Rivals (1b), The Doll-House Mystery (2b), Let Katie Do It (5b) et, en 1916, Sister of Six avec Bessie Love. Puis, fin 1916, les frères Franklin passent à la Fox. Les films qu’ils tournent alors sont essentiellement des contes ou des histoires classiques (Jack and the Beanstalk, Treasure Island, Aladin and His Wonderful Lamp, Babes in the Woods, The Mikado, Ali-Baba and the Forty Thieves), joués par Francis Carpenter, Virginia Lee Corbin, Raymond Lee, Buddy et Gertrude Messinger. La série s’arrête définitivement fin 19172.

  • 3 Leonard Maltin et Richard W. Bann, The Little Rascals, New York, Crown Trade Papersbacks, 1992, p. (...)

5Dans les années vingt, profitant aussi du succès de « Our Gang », de nombreuses maisons lancent des Kid Series : Johnny Jones, ancienne vedette des frères Franklin à la Fox incarne le rôle principal des Edgar Comedies (12 films produits de 1920 à 1921 par Samuel Goldwyn) aux côtés de Buddy Messinger (sa bête noire). Puis Johnny passe chez Pathé et tourne les Johnny Jones Comedies (1922). Quant à Buddy Messinger (1907-1965), il est le héros des Buddy Messinger Comedies de la Broadway Distribution Corporation. Enfin, citons les Reg’lar Kids de J.M. Winkler, les séries Hey Fella’s (Davis Distribution Division) et Kid Noah (Pinella Films), les Kiddies Kute Comedies (Eureka Production), les Kiddies Troupers, les McDougal Alley Kids (Bray Productions Inc.) lancées par Joe Rock, les U.S. Bunch Comedies3, etc. En Angleterre, la British Screen Production sort la série des Hoo-Ray Kids avec comme vedette Jackie Ray (1917-1975).

  • 4 D’après John Holmstrom (The Moving Picture Boys, Norwich, Michael Russell Ed., 1996, p. 119), son v (...)

6Educational se lance dans ce genre en 1924 avec les Juvenile Comedies et des acteurs venus de Our Gang : Peggy Cartwright et Bennie Alexander (1911-1969). Norman Taurog assure le plus souvent la mise en scène. Puis, en 1926-1927, cette même maison de production tourne les Big Boy Comedies avec le jeune Malcolm Sebastian ou Sabiston4 (né le 4/11/1923), baptisé Big Boy (en France, Doublemètre ou Quatr’Sous chez Pathé-Baby), sous la direction de Jules White, Jack White ou Charles Lamont. Un chien qui rapporte (T.O.N.I.) est un excellent exemple des productions du « Big Boy », jeune garçon à l’œil malicieux : son petit chien, responsable des malheurs d’une dame, est condamné, en guise de punition, à être vendu. Après quelques essais infructueux pour se débarrasser de l’animal, les deux complices (Big Boy et son chien) se retrouvent dans le salon de leur victime et c’est le début d’une mise à sac très réussie... Dans les années trente, Educational persévère en produisant les très médiocres Baby Burlesks avec Shirley Temple.

  • 5 Blair Miller, op. cit., p. 41.
  • 6 Ibid., pp. 76-77.

7Une autre maison de production (Stern Brothers) obtint aussi un certain succès avec les Baby Peggy Series5 qui connurent une certaine notoriété en France où la jeune héroïne était connue sous le nom de Peggy. Baby Peggy était jouée par la jeune Peggy Montgomery qui tournera son premier long métrage, The Darling of New York, en 1923. Un peu plus tard, cette maison lança les Newlywed and Their Baby Series. Enfin, les frères Stern produisirent les Buster Brown Series, d’après la célèbre B.D. de R.F Outcault créée en 1902 pour le New York Herald ; réalisés au début par Gus Meins, joués par Doreen Turner, ces films furent de vrais réussites. Ils furent distribués en France en format réduit par Kodascope (Buster Boxeur, Buster l’échappe belle, etc.). On pouvait y suivre les mésaventures du petit Buster Brown accompagné de son fidèle bouledogue Tige et de son non moins fidèle négrillon... Signalons que Edison Manufacturing Company avait déjà produit en 1914 une série de 8 dessins animés dont le héros était Buster Brown6.

  • 7 Leonard Maltin et Richard W. Bann, op. cit., p. 7.

8Enfin, il ne faut pas oublier les Mickey McGuire Series7. Ces films reposaient essentiellement sur leur vedette, Joe Yule, qui deviendra plus tard Mickey Rooney. Cette série, qui continuera au début du parlant, était encore inspirée par une B.D. très populaire « Toonerville Folks » et était produite par Larry Darmour. Un cigare aux lèvres, chapeauté de noir, chemise à carreau et pantalon à bretelles, Joe Yule y singeait les adultes avec beaucoup d’application. Dans Un éléphant paresseux (T.O.N.I.), il s’intéressait à un chien martyrisé par son maître ; apparaissaient ensuite un chat, un canard, une souris (mécanique) et un éléphant. Comme on le voit, les animaux jouaient un rôle important dans ce type de films. Un excellent gag récurrent apparaît dans Mickey’s Movies (1928) : les enfants assistent au tournage d’un film et le metteur en scène – du genre coléreux – jette violemment son couvre-chef sur le sol en signe de mécontentement. Son assistante immédiatement pose sur sa tête un nouveau chapeau. Le « director » réitère son geste, l’assistante aussi, etc. et le manège se reproduit à plusieurs reprises. Lorsque les enfants, à leur tour, se lancent dans le tournage d’un film, Joe Yule – le réalisateur – va imiter ce curieux ballet jusqu’à ce que sa petite collaboratrice le bombarde et l’ensevelisse littéralement sous les chapeaux. Joe Yule fut baptisé Poussinet chez Pathé-Baby, qui distribua plusieurs de ses films en versions plus ou moins tronquées. Notons au passage que Mickey Rooney (tout comme Shirley Temple) avaient essayé vainement de se faire embaucher dans l’équipe de « Our Gang », mais Hal Roach avait trouvé ces deux candidats inaptes, les jugeant trop cabotins et pas assez naturels...

LES LITTLE RASCALS ET LA SERIE « OUR GANG »

  • 8 Ibid., pp. 1-10.

9Hal Roach, qui voulait absolument se démarquer des productions de son grand rival Mack Sennett, décide en 1922 de produire une série qui sera (presque !) entièrement jouée par des enfants8. C’est un de ses plus anciens rêves : il va s’investir totalement dans ces films qui lui tiennent particulièrement à cœur, écrivant lui-même les scénarios pendant toute la période du muet. La réalisation est assurée par Robert McGowan. Cet ancien pompier de Denver, accidenté et pensionné, s’est reconverti comme accessoiriste à l’Universal, puis est devenu réalisateur chez Christie et à la Paramount où il a rencontré Charles Parrott qui l’a emmené lui-même chez Roach. Par ailleurs, Charles Parrott, qui a toute la confiance de Roach, supervise les premiers titres. Plus tard, Bob McGowan va laisser progressivement la place à son neveu (chez Roach, le cinéma est une affaire de famille !) Anthony Mack, qui cependant se révélera moins talentueux que son oncle. L’équipe comprend en outre H.M. Walker, un ancien cartooniste et journaliste sportif, qui rédige les intertitres, Tom McNamara, auteur de la B.D. « U.S. Boys », qui travaille sur les scénarios avec Roach et Charley Oelze – ancien de l’Universal comme McGowan – assistant metteur en scène.

10La première bande de gamins de « Our Gang » comprend :

11Ernie « Sunshine » Morrison (né le 20 décembre 1912), un jeune Noir déjà très connu par les nombreux films tournés en compagnie de Snub Pollard, Harold Lloyd, Paul Parrott ou Eddie Boland, et surnommé en France « L’Afrique ».

12Jackie Condon (1918-1973, 78 films), un garçon aux cheveux ébouriffés et aux traits fin.

13Peggy Cartwright, une jolie petite fille brune aux cheveux longs.

14Mickey Daniels (né le 11 octobre 1914, 49 films), un rouquin au visage constellé de tâches de rousseurs. C’est le véritable meneur de la bande. Il sera (mal) remplacé à son départ par Jackie Cooper.

15Mary Kornman (1917-1973, 41 films), une blonde qui est la fille d’un photographe de Roach, Gene Kornman.

16Et la mule Dinah...

17Puis viennent s’ajouter rapidement Andy Samuel (né le 10 avril 1909) qui imita brillament Chaplin dans The Big Show et Jubilo Jr. et tourna 90 films de la série ; « Farina » Hoskins (née le 9 août 1920), un petit Noir qui détient le record de participation avec 105 films ; Jackie Davis (90 films), frère cadet de Mildred Davis et donc beau-frère d’Harold Lloyd, et le gros Joe Cobb (né le 10 octobre 1913, 86 films). Plus tard, d’autres « vedettes » apparurent, parmi lesquelles Jean Darling (née le 23 septembre 1922, 35 films), une très jolie petite fille blonde aux yeux bleus, « Wheezer » Hutchins (né le 29 mars 1925, 58 films), Mary Ann Jackson (née le 14 janvier 1923, 32 films) avec ses taches de rousseur et ses cheveux courts, sans oublier le chien Pete...

18Cette série – les Hal Roach’s Rascals –, souvent rebaptisée « Our Gang » du nom d’un de leurs premiers films, va battre tous les records de longévité : elle comprend 221 titres de 1922 à 1944. À l’arrivée du parlant, Roach essaye de conserver l’esprit slapstick, ajoutant des effets sonores souvent bien venus. Bob Mc Gowan et A. Mack passent la main à Gus Meins pour la réalisation, puis Gordon Douglas, George Sidney, Ed Cahn prennent le relais, tandis que les enfants qui ont grandi sont peu à peu remplacés : Jackie Cooper, Dickie Moore, Scotty Beckett, Alfalfa Spanky, etc. font leur apparition. On peut considérer toutefois que l’âge d’or de la série correspond à la période muette entre 1922 et 1929.

19Comme l’indique leur nom (rascal = vaurien), les Little Rascals ne sont pas des enfants de choeur. Quel que soit leur milieu social, que leur parents soient fortunés ou non, leur principal objectif consiste à chercher à satisfaire leurs désirs sans se soucier des retombées. Le résultat se révèle le plus souvent accablant pour l’entourage : maisons dévastées, pique-niques gâchés, rues livrées aux animaux plus ou moins domestiques, compartiments de train envahis par des insectes, spectacles sabotés, hôpitaux sinistrés, magasins anéantis, etc. Ces gosses possèdent vraiment tous les droits dans leurs films, ce qui sans doute constitue une des raisons du succès délirant de la série : enfants bien élevés et parents à principes, calés dans leurs fauteuils de cinéma, assistent avec délectation à ces catastrophes ménagères ou municipales, défoulant ainsi leurs instincts les plus primitifs. Il est vrai que ces enfants font preuve d’une imagination séduisante lorsqu’il s’agit de donner du piment à leur petite vie provinciale. Deux règles essentielles orientent cette série débridée. En premier lieu, les petits héros tentent de copier à tout prix les manières des adultes. Ainsi, on organise un match de boxe, des jeux Olympiques, des courses ; on monte une ligne de chemin de fer, une brigade de pompiers ou de policiers ; on retapisse une maison... Cela se termine toujours par un désastre, mais les enfants ont passé une bonne après-midi.

20Le deuxième thème développe fréquemment la recherche de moyens financiers... Généralement, c’est dans une louable intention : acheter des jouets pour les enfants des quartiers pauvres, aider la mère d’un des membres de la bande, entretenir une équipe sportive. Pour ramasser des dollars, les moyens sont limités : faire le cireur de bottes (pour les garçons) ou la manucure (pour les filles), organiser un spectacle (cirque, théâtre...). Encore une fois, leur débrouillardise et leur culot permettent d’obtenir des résultats étonnants à tous les points de vue. Ces enfants ne respectent pas grand-chose, et surtout pas leurs semblables : l’un d’eux vend un bébé à un copain en mal d’affection ; d’autres, embauchés comme baby-sitters, montent un concours de bébés avec les enfants dont ils ont la charge. Rarement – mais encore trop souvent, hélas ! – larmoyante et moralisatrice, cette série reste cependant mésestimée en France, bien qu’un grand nombre de titres aient été diffusés en format réduit, soit par Kodascope, soit par Pathé-Baby en version souvent condensée, soit enfin par Connaissance du cinéma qui édita un des meilleurs films de la série : Thundering Fleas (Un mariage mouvementé). On y voit en particulier une noce tout entière saisie par la danse de Saint-Guy après avoir été visitée par un chien porteur de puces savantes...

21Enfin, notons que cet univers enfantin ne connaît pas le racisme. Les petits enfants noirs des deux sexes n’ont aucune difficulté à s’intégrer à la bande. Ils sont aussi malins et farceurs que leurs homologues blancs. Ceci est assez étonnant si l’on se réfère à l’image classique du Noir que donnent les comédies de l’époque chez Harold Lloyd (produites par le même Roach) ou chez Mack Sennett : dans ces films, le Noir incarne toujours un petit travailleur tout à fait au bas de l’échelle sociale (cireur, balayeur, domestique...) dont les caractéristiques générales sont la couardise et la crédulité.

22Grâce à son côté anarchiste, souvent tempéré par une fin moralisatrice, cette série a su séduire et même passionner le public américain. Ces enfants donnent l’image d’une société moderne sans barrière raciale ni sociale, où chacun – en principe – a un jour sa chance et où l’esprit d’entreprise, même s’il conduit à un désordre momentané, trouve toujours sa récompense.

FILMOGRAPHIE

1. PAUL JACOBS (LITTLE BILLY)

1913

23Keystone-Mutual :

2.10 – Billy Dodges Bill (1b). – R : Robert Thornby.

6.10 – Across the Alley (1/2b).

  • 9 David Turconi, op. cit., p. 162.

17.11 – Our Children (1b) – R : Robert Thornby.
1
er film de la Kid Stock Company9

3.12 – The Speed Kings (1b) – R : Wilfred
Lucas I : Mabel Normand.

4.12 – The Rogue’s Gallery (l/2b).

11.12 – The Horse Thief (1b).

15.12 – Willie Minds the Dog (l/2b).

20.12 – His Sister’s Kids (1b) – R : Robert Thornby.

1914

29.1 – Little Billy’s Triumph (1b) – R : Robert Thornby.
Catalogue Blackhawk.

 ?.2 – Little Billy’s Strategy (1b) – R : Robert Thornby ;

7.2 – Kid Auto Races at Venice (1b) – R : Mack Sennett et Henry Lehrman – I : Ch. Chaplin.

26.2 – Little Billy’s City Cousin (1b) – R : Robert Thornby.

30.3 – A Back Yard Theater (1b) – R : Robert Thornby.

25.4 – Bowery Boys (1b).

20.8 – Those Country Kids (1b) – R : Roscoe Arbuckle.

24Sterling Kid Comedies-Universal (1b) :

18.5 – Billy’s Riot ; 15.6 – Kids ; 29.6 – It’s a Boy ; 6.7 – Billy’s Vacation ; 16.7 – A Beach Romance ; 3.8 – A Race for Life –, 20.8 – Lost in the Studio ; 7.9 – The Broken Doll ; 28.9 – The Battle ; 7.12 – Billy’s Charge ; 21.12 – Carmen’s Romance.

1915

7.1 – Olive’s Love Affair (1/2b) ; 25.3 – Olive’s Pet.

25Sterling Comedies-Universal :

7.5 – Sergeant Hofmeyer (1b) – R : Henry Lehrman.

26L-KO Comedies-Universal (1b) : 1.12 – Lizzie’s Watery Grave.

1916

23.4 – Little Billys Shool Days.

27Triangle-Keystone (2b) :

13.6 – Ambrose’s Cup of Woe – R : Fred Fishback et Herman Raymaker.

1917

3.6 – Cactus Nell – R : Fred Fishback.

29.7 – Thirst – I : Mack Swain.

12.8 – Lost a-Cook – I : Mack Swain.

2. JOHNNY JONES (ALFRED PEIL JR.)

28(né le 18 novembre 1907, décédé le 7 novembre 1962)

1920

29Edgar Comedies-Samuel Goldwyn (2b) : Edgar and the Teacher’s Pet ; Edgar Takes the Cake ; Edgar’s Hamlet ; Edgar’s Jonah Day, Edgar’s Sunday Courtship ; ?.9 – Edgar’s Camp Out ; ?.10 – Edgar the Explorer ; ?.12 – Edgar’s Little Saw ; ?. 12 – Get-Rich-Quick Edgar.

1921

 ?.l – Edgar’s Country Cousin ; ?. ! – Edgar’s Feast Day ; ?.4 – Edgar the Detective.

1922

30Johnny Jones Comedies – J.M. McDonald Prod.-Pathé (2b) :

(R : Mason N. Litson – I : Johnny Jones, Gertrude Messinger)
20.7 – Supply and Demand ; 27.8 – Makin’Movies ; 24.9 – For Rent-Haunted ; 22.10 – Broadcasting Night Life in Hollywood ; 19.11 – The Big Scoop ; 17.12 – Wanted a Story.

1923

14.1 – Stung !

3. LES JUVENILE COMEDIES

31Juvenile Comedies-Educational :

(2b, – I : Peggy Cartwright, Bennie Alexander)

1923

2.9 – Yankee Spirit R : Norman Taurog.

21.10 – Three Cheers – R : Roger Keene ;

23.12 – Over the Fence – R : Arvid Gillstrom.

1924

17.2 – About Face – R : Arvid Gillstrom.

30.3 – Barnum, Jr. – R : Arvid Gillstrom.

25.5 – Junior Partner – R : Arvid Gillstrom.

31.8 – Oh, Teacher – R : Fred Hibbard.

19.10 – Dirty Hands – R : Fred Hibbard.

14.12 – Goat Getters – R : William S. Campbell et Jules White.

1925

15.2 – Wildcat Willie – R : Arvid Gillstrom.

3.5 – Dragon Alley – R : Arvid Gillstrom.

21.6 – Baby Blues – R : Jules White.

(2b, – R : Charles Lamont – I : Malcolm Sebastian « Big Boy ») :
18.10 – Baby Be Good ; 6.12 – Bachelor’s Babies.

1926

14.2 – Sea Scamps ; 4.4 – Raisin’Cain ; 23.5 – Bear Cats ; 18.7 – Excess Bagage ; 5.9 – My Kid ; 7.11 – Open Spaces.

1927

9.1 – Funny Face ; 6.3 – Grandpa’s Boy ; 8.5 – Atta Baby, 3.7 – Kid Tricks.

32Juvenile Big Boy Comedies-Educational :

(2b, – R : Charles Lamont – I : Malcolm Sebastian)
2.10 – She’s a Boy, 27.11 – Shamrock Alley (d.v.) ; 25.12 – Angel Eyes.

1928

19.2 – Chilly Days ; 8.4 – No Fare ; 27.5 – Navy Beans ; 24.6 – The Gloom Chaser ; 5.8 – Kid Hayseed ; 2.9 – Hot Luck ; 14.10 – Come to Papa ; 16.12 – Follow Teacher.

1929

3.2 – The Fixer ; 24.3 – Ginger Snaps (d.v.) ;

5.5 – Joy Tonic ; 16.6 – Helter Skelter ; 4.8 – Sole Support.
Non daté :

On the Train, (d.v.)

T.O.N.I.

Un chien qui rapporte (2b).

Pathé-Baby, 9,5 :
Epicier en bas âge (2b).
Quatr’sous agent matrimonial (1b) [peut-être Angel Eyes, 1927].
Quatr’sous sort sans sa bonne (2b).

4. BABY PEGGY MONTGOMERY

1921

33Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

9.3 – Her Circus Man – R : James Davis.

20.4 – On with the Show – R : James Davis.

27.4 – Kid’s Pal – R : Tom Buckingham.

18.5 – Playmates – R : Fred Fishback.

8.6 – On Account – R : Tom Buckingham.

15.6 – Pals – R : Tom Buckingham.

20.7 – Third Class Male – R : William Watson.

17.8 – Clean Up – R : William Watson.

24.8 – Golfing – R : Fred Fishback.

14.9 – Brownies Little Venus – R : Fred Hibbard.

28.9 – A Week Off – R : Fred Hibbard.

5.10 – Brownies Baby Doll – R : Alf Goulding.

19.10 – Seashore Shapes – R : Fred Hibbard.

16.11 – A Muddy Bride – R : Fred Hibbard.

30.11 – Teddy’s Goat – R : Fred Hibbard.

7.12 – Get Rich Quick Peggy – R : Alf Goulding.

28.12 – Chums – R : Fred Hibbard.

1922

25.1 – Circus Clowns – R : Fred Hibbard.

15.2 – Little Miss Mischief – R : Arvid Gillstrom.

15.3 – Peggy Behave – R : Arvid Gillstrom.

24.5 – The Little Rascal – R : Arvid Gillstrom.

1923

28.3 – Peg O’the Movies – R : Alf Goulding.

25.4 – Sweetie – R : Alf Goulding.

30.5 – The Kid Reporter – R : Alf Goulding.

27.6 – Taking Orders – R : Arvid Gillstrom.

25.7 – Tips – R : Arvid Gillstrom.

29.8 – Carmen, Jr. – R : Alf Goulding ;

29.9 – Nobody’s Darling ou Orphan – R : Alf Goulding.

31.10 – Little Miss Hollywood – R : Albert Herman.

28.11 – Miles of Smiles – R : Alf Goulding.

26.12 – Hansel and Gretel – R : Alf Goulding.

1924

30.1 – Such Is Life – R : Alf Goulding.

27.2 – Peg O’the Mounted – R : Alf Goulding.

34Baby Peggy Comedies-Universal (2b) :

11.5 – Our Pet – R : Herman Raymaker.

25.5 – Flower Girl – R : Herman Raymaker.

8.6 – Stepping Some – R : Arvid Gillstrom.

22.6 – Poor Kid – R : Arvid Gillstrom.

7.7 – Jack and the Beanstalk – R. Alf Goulding.

1925

12.6 – Little Red Riding Hood – R : Alf Goulding.

Née à Rock Island (Illinois), Peggy Montgomery – aujourd’hui Diana Serra Cary – a tourné de 1924 à 1929, 21 longs métrages, généralement des westerns. Citons : Captain January (– R : Eddie Cline, 1924, d.v.), The Family Secret (– R : William Seiter, 1924, d.v.), April Fool (– R : Nat Ross, 1926, d.v.) et Brand of Courage (– R : Bruce Mitchell, 2b, 1928).

5. DOREEN TURNER (BUSTER BROWN)

1921

35Campbell Comedies – Campbell Comedy Corp. :

(2b, – R : William S. Campbell) :
25.9 – The Stork’s Mistake ; 30.10 – A Nick Time Hero, 27.11 – Stolen Glory ; 25.12 – Assorted Heroes.

1922

29.1 – Schoolday Love ; 26.2 – Monkey Shines ; 2.4 – A Ray Do/I Romance ; 14.5 – A Penny Reward ; 11.6 – A False Alarm ; 9.7 – Circus Days ; 24.9 – A Ring Tail Romance.

1925

36Buster Brown Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

23.9 – Educating Buster – R : Charles Lamont.

28.10 – Buster Be Good – R/Sc : Charles Lamont.

25.11 – Oh ! Buster ! – R : Gus Meins.

23.12 – Buster’s Nightmare – R : Gus Meins.

1926

(R : Gus Meins) :
13.1 – Buster’s Bust-Up ; 24.2 – Buster’s Nose Dive ; 17.3 – Buster’s Hunting Party ; 14.4 – Buster’s Skyrocket ; 12.5 – Buster’s Mix-Up ; 10.6 – Buster’s Heart Beats ; 21.7 – Buster’s Orphan Party ; 18.8 – Buster Helps Dad ; 6.9 – Buster’s Girl Friend ; 3.10 – Busier, Watch Tige ; 1.11 – Buster’s Narrow Escape ; 6.12 – Buster’s Prize Winner.

1927

(R : Gus Meins sauf mention spéciale) : 1.4 – Look Out Buster ! ; 6.6 – Buster’s Frame-Up ; 4.7 – Buster’s Initiation ; 21.7 – Buster’s Picnic ; 29.7 – Buster’s Sleigh Ride ; 1.8 – Buster’s Handicap ; 23.8 – Buster’s Dark Mystery ; 29.8 – Buster, Don’t Forget ; 14.9 – Buster, Come on ! – R : Francis Corby ; 12.10 – Buster’s Home Life – R : Francis Corby ; 16.11 – Buster, What’s Next ? ; 4.12 – Run Buster ! – R : Francis Corby.

1928

(– R : Francis Corby sauf mention spéciale) :
111 – Buster’s Big Chance ; 8.2 – Buster Steps Out ; 14.3 – Buster Shows off – R : Roland Asher ; 11.4 – That’s That ; 23.5 – Buster’s Whippet Race.

(R : Sam Newfield) :
19.6 – Buster Minds the Baby ; 25.7 – Good Scout Buster ; 15.8 – Busting Buster ; 19.9 – Half-Back Buster, 17.10 – Buster Trims Up ; 14.11 – Teacher’s Pest ; 12.12 – Watch the Birdie.

1929

(R : Sam Newfield sauf mention spéciale) :
9.1 – Out at Home ; 6.2 – Have Patience ; 6.3 – Knockout Buster (Buster boxeur [ ?]) – R : Francis Corby ; 3.4 – Tige’s Girl Friend ; 1.5 – Magic ; 29.5 – Delivering the Goods ; 26.6 – Buster’s Choice ; 26.6 – Buster’s Spools ; 24.7 – Getting Buster’s Oat – R : Gus Meins ; 21.8 – Stop Barking.

6. MICKEY MCGUIRE

Mickey McGuire Comedies (2b, – I : Joe Yule, alias Mickey Rooney) :

1927

37Larry Darmour Prod.-R.C. Pictures Corp. :

4.9 – Mickey’s Circus (Poussinet s’amuse) – R : Albert Herman, (d.v.)

3.10 – Mickey’s Pals – R : Albert Herman, (d.v.)

7.11 – Mickey’s Eleven – R ; Albert Herman. (d.v.)

5.12 – Mickey’s Battle (Le poulain de Poussinet [ ?]). – R : Albert Herman
Catalogues Regent Films et Pathé-Baby, 9,5. (incomplet)

1928

2.4 – Mickey’s Little Eva – R : Albert Herman.
Catalogue Regent Films.

7.5 – Mickey’s Wild West – R : Earl Montgomery.

4.6 – Mickey in Love (Poussinet fait des grâces [ ?]) – R : Earl Montgomery.

2.7 – Mickey’s Triumph – R : Earl Montgomery.

7.8 – Mickey Babies (Poussinet nourrice sèche) – R : Earl Montgomery.

38Larry Darmour – F.B.O. Prod. :

6.2 – Mickey in School – R : Albert Herman.

5.3 – Mickey’s Nine – R : Albert Herman.

39Larry Darmour – Standard Cinema Corp. :

2.9 – Mickey’s Movies (Poussinet fait du cinéma) – R : Earl Montgomery.
Catalogues Regent Films et Pathé-Baby, 9,5 (incomplet), (d.v.)

30.9 – Mickey’s Rivals – R : Albert Herman.

29.10 – Mickey the Detective – R. Albert Herman.

25.11 – Mickey’s Athlets – R : Albert Herman.

23.12 – Mickey’s Big Game Hunt (Poussinet terreur du gibier [ ?]) – R : Albert Herman.

1929

(R : Albert Herman) :
30.1 – Mickey’s Great Idea (d.v.) ; 17.2 – Mickey’s Explorers ; 17.3 – Mickey’s Menagerie (Poussinet et sa ménagerie) ; 14.4 – Mickey’s Last Chance ; 9.6 – Mickey’s Northwest Mounted ; 7.7 – Mickey’s Initiation.

Films parlants :
12.5 – Mickey’s Brown Derby (d.v.) ; 18.8 – Mickey’s Midnight Follies.

1930

(R : Albert Herman) :
29.1 – Mickey’s Strategy ; 30.7 – Mickey’s Merry Men ; 17.8 – Mickey’s Winners ; 24.10 – Mickey’s Musketeers.

1931

(R : Albert Herman sauf mention spéciale) :
7.2 – Mickey’s Stampede ; 12.4 – Mickey’s Crusaders ; 25.6 – Mickey’s Rebellion ; 15.7 – Mickey’s Diplomacy ; 19.12 – Mickey’s Helping Hand – R : J.A. Duffy ; 26.12 – Mickey’s Side Line – R : J.A. Duffy.

1932

404.2 – Mickey’s Holiday – R. J.A. Duffy.

41T.O.N.I. :

42Pathé-Baby, 9,5 :

43Poussinet a le double muscle. 4x20 m

44Poussinet chasse les grands fauves. 5x20 m

45Quand Poussinet travaille. 10 m

46Poussinet s’occupe. 2x20 m

47Poussinet a une vie agitée. 2x20 m

48Poussinet et son chien. 3x10 m

49Poussinet fait du sport. 3x20 m

50Poussinet garçon livreur. 20 m

51Poussinet malade pour rire. 4x20 m

52Poussinet chef de chantier. 3x20 m

53Poussinet, acteur de music-hall. 2x20 m

54Poussinet, Bob et Cie. 4x20 m

55Poussinet pauvre pécheur (1b).

56Poussinet artiste capillaire. 5x20 m

57Poussinet aviateur. 5x20 m

58Poussinet et le pot au lait. 20 m

59Les Nuits blanches de Poussinet. 4x20 m

60Poussinet hardi navigateur. 3x20 m

61Poussinet n’a pas le beau rôle. 20 m

7. SERIE « OUR GANG »10

  • 10 La filmographie repose sur : Leonard Maltin et Richard W. Bann, op. cit., pp. 10-227.

62(les films sont présentés par ordre chronologique de tournage, la date précédant le titre du film étant toujours celle de sortie du film aux États-Unis.)

1922

63Hal Roach-Pathé :

5.11 – Our Gang (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Pour sauver de la faillite le magasin de la mère de l’un des membres de l’équipe, les enfants organisent un spectacle d’animaux domestiques pour attirer les clients.
(Pas de copie connue).

8.10 – Fire Fighters (Avec les pompiers [ ?]) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Le gang monte une escouade de pompiers avec un véhicule tiré par un chien ; ils interviennent à la première fumée, mais ce n’est que la vapeur d’une bouilloire et ils l’arrosent avec leur pompe qui, par erreur, contient de l’alcool de contrebande...

26.11 – Young Sherlocks (2b) – R : Robert McGowan et Tom McNamara.
Sc. : J. Condon et E. Morrison, apprentis détectives, parviennent, avec l’aide de leur mule Dinah, à sauver une jeune fille enlevée par un gangster.

10.9 – One Terrible Day (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Un dame honorable décide d’emmener le gang en excursion dans sa voiture. La journée sera un vrai cauchemar pour cette personne dévouée, mais inconsciente.

31.12 – A Quiet Street (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Le gang s’apprête à accueillir à sa façon un nouveau gosse dans le quartier et participera, par hasard, à l’arrestation d’un gangster notoire.

3.12 – Saturday Morning (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Quatre enfants qui n’aiment pas les samedis matin décident de construire un radeau et de jouer aux pirates comme Huckleberry Finn, (d.v.)

1923

25.2 – The Big Show (Le grand cinéma) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Le gang assiste et participe aux festivités locales : animaux dressés, imitations d’acteurs célèbres par les enfants. À la fin, l’un des gosses – exclu de la bande parce que trop jeune – se venge en libérant les animaux de la ménagerie.
Catalogue Morcraft.

18.2 – The Cobbler (2b) – R : Tom McNamara.
Sc. : Une vieille dame qui a touché sa pension offre un pique-nique en voiture au gang. Le véhicule tombe en panne et la journée sera fertile en incidents.

28.1 – The Champeen (Négritina poids plume) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : E. Morrison, qui a besoin d’argent pour payer une amende, organise un combat de boxe entre deux gamins. Ces derniers s’unissent contre un rival trop élégant.
Catalogue Pathé-Baby, incomplet (1b).

8.4 – Boy to Board (2b) – R : Tom McNamara.
Sc. : Aidès par le mari (Pop Malone) d’une institutrice avare, les jeunes pensionnaires s’enfuient de l’école et se réfugient dans la maison d’un gangster qu’ils font arrêter. P. Malone, auréolé de gloire, prendra le pensionnat en main.

18.3 – A Pleasant journey (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : E. Morrison et Farina, cireurs de chaussure trop entreprenants, sont poursuivis par la police jusqu’à la gare où ils trouvent le reste de la bande. Là ils prennent la place de fugueurs qui doivent être rapatriés à San Francisco. Le voyage sera pittoresque.

13.5 – Giants Vs Yanks (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande s’entraîne au base-ball dans une maison mise en quarantaine car le bébé a une maladie contagieuse. Pendant une semaine, ils mettent la maison à sac jusqu’au moment où l’on s’aperçoit que la maladie n’est pas contagieuse. Ils sont jetés dehors.

3.6 – Back Stage (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. La bande rencontre une troupe de vaudeville qui l’invite à assister à une représentation au théâtre local. Sans le vouloir, les gosses sabotent la soirée.

1.7 – Dogs of War (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande livre une bataille rangée à coups de tomates près d’un studio de cinéma. Ils finissent par y pénétrer, sèment la pagaille et sabotent le tournage d’un film. À noter la présence de H. Lloyd, de Jobyna Ralston et du réalisateur Fred Newmeyer dans leurs propres rôles.

29.7 – Lodge Night (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Un nouveau garçon débarque et la bande lui fait subir une initiation. Au cours de la « cérémonie », la bande tombe sur des voleurs d’auto. J. Condon et Farina sont enlevés en voiture, tandis que la bande les poursuit. Les enfants toucheront la récompense pour avoir aidé à l’arrestation des voleurs.

16.11 – Fast Company (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Mickey Daniels échange ses vêtements avec un petit riche et se rend à sa place à son hôtel où la bande le rejoint pour mettre un peu d’animation...
(Pas de copie connue)

 ?.10 – Stage Fright (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Pour aider la population affamée de Trombonie, un escroc, le prince Dalmar El Faro, fait jouer une pièce par la bande. Au dernier acte, J. Condon accroche des pétards à la queue d’une vache et termine le spectacle par un vrai feu d’artifice.

26.8 – July Days (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Le forgeron du coin construit une trottinette à voile pour la bande. Mickey fait la cour à Mary et l’emmène dans une voiture tirée par une chèvre. Pour lui plaire, il s’habille avec une armure de fortune et joue au chevalier.

16.12 – Sunday Calm (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Les enfants doivent participer à un pique-nique avec leur famille. Ils s’arrangent pour semer leurs parents qui ne les rejoignent qu’au moment où éclate un terrible orage.

23.9 – No Noise (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Mickey, malade, est hospitalisé et ne peut participer au match de football. La bande va pratiquer ce sport à l’hôpital et sème la pagaille. Les enfants sont capturés et soignés à l’huile de castor, (d.v.)

 ?.11 – Derby Day (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande, fascinée par les courses de chevaux, organise une course avec une mule, une vache, une chèvre et un chien. Le derby se termine en course à pied, gagnée par Farina.
Catalogue Morcraft.

1924

13.1 – Tire Trouble (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande emmène en balade, sur son taxi autopropulsé, un vieux monsieur que l’on dit très malade. Ce dernier en reviendra en grande forme et tout à fait guéri.

10.2 – Big Business (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande ouvre une boutique de coiffeur avec cireur et manucure. Les clients en sortent en piteux état ; Mickey sera une des victimes : sa mère s’évanouit en le voyant.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

9.3 – The Buccaneers (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande joue aux pirates, mais le radeau dérive en pleine mer. Un bateau sauve les naufragés, mais ils s’échappent et retournent dans leur embarcation jusqu’à ce que la police les rende à leur famille

6.4 – Seein’ Things (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Après un gros repas, Farina fait un étrange cauchemar : poursuivi par les gosses, qui sont devenus des géants, il est victime d’une série de catastrophes, (d.v.)

4.5 – Commencement Day (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : À la fête de fin d’année de l’école, les enfants se distinguent en faisant des farces. Farina tombe dans un puits et, pour finir, l’un d’eux lâche un essaim d’abeilles dans la salle de classe, (d.v.)

27.7 – It’s a Bear (Une grande chasse) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande va dans les bois pour chasser... le cochon ou tout autre animal. Ils tombent sur deux ours et Joe Cobb s’enfuit en perdant son pantalon.
Catalogue Kodascope.

1.6 – Cradle Robbers (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande présente le gros Joe à un concours d’enfants et gagne le prix du plus gros bébé, mais le subterfuge est découvert. Les gosses montent ensuite leur propre concours avec des bébés dont on leur avait confié la garde.
Catalogue Morcraft.

29.6 – Jubilo Jr. (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Jubilo (Will Rogers), qui tourne un film, se souvient en un flash-back comment, enfant, il avait monté un cirque pour acheter un cadeau à sa mère. Apparition de Ch. Chase en metteur en scène.

24.8 – High Society (Nestor dans le monde ou De bons petits diables) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Nestor (Mickey Daniels) est adopté par une riche tante. La bande débarque dans la maison de celle-ci et entreprend une mise à sac en règle de l’habitation. À son retour, la tante renonce et renvoie Mickey avec la bande.
Catalogue Kodascope. (d.v.)

21.9 – The Sun Down Limited (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande construit son propre chemin de fer sur une voie abandonnée. Un rival sabote l’entreprise et tout se termine par un déraillement.
Catalogue Morcraft.

19.10 – Everyman for Himself (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Il faut trouver de l’argent pour aider l’équipe d’athlétisme : la bande cire les chaussures des parents. Mickey se bagarre avec un nouveau venu ; en réalité, ce sont deux jumeaux qui finiront par être adoptés par la bande, (d.v.)

24.12 – The Mysterious Mystery (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Un gosse de riche est kidnappé : Mickey et toute la bande jouent au détective. Un pigeon voyageur doit apporter la rançon ; Mickey, Joe et Farina le suivent en avion et parviennent à faire arrêter les gangsters.

1925

11.1 – The Big Town ou In New York (New York) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande visite New York à bord d’un autobus volé. La police les renvoie chez eux par le train ; là, ils libèrent un flot d’insectes provenant de la collection d’un entomologiste.
Catalogue Kodascope.

8.2 – Circus Fever (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Un cirque doit donner une unique représentation en matinée. Mickey, Jackie et Joe font semblant d’être malade pour ne pas aller à l’école et assister au spectacle. La ruse ne trompe pas le médecin et l’instituteur donne des billets gratuits à toute la classe.

8.3 – Dog Days (Un défi impossible à relever) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Un membre de la bande a un chien bien entraîné qu’il pense être le meilleur. Mary invite tous les enfants à une fête au cours de laquelle un des chiens disparaît. On le retrouve avec une portée de chiots. (Pas de copie connue.)
Catalogue Kodascope, incomplet (1b).

5.4 – The Love Bug (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande va voir Eugène « Pineapple » Jackson qui est groom dans un grand salon de coiffure. Toute l’équipe met la main à la pâte avec des succès divers. Le patron appelle un policier pour sauver le salon de la destruction totale.

31.5 – Ask Grandma (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La mère de Mickey veut le garder à la maison tandis que la bande (avec Mary, sa petite amie) s’amuse devant ses fenêtres. Avec l’aide de sa grand-mère, Mickey parvient à s’échapper et sur ses conseils, il passe à tabac son rival qui appelle son père au secours. Heureusement, la grand-mère intervient encore...

3.5 – Shootin’ Injuns (Fantasmagories [ ?])(2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande sort la nuit pour aller chasser les Indiens. Il pleut et ils doivent se réfugier dans une maison « magnétique », destinée à un parc d’attraction. Ils auront quelques frayeurs, mais les parents, à leur tour, en connaîtront de plus intenses en les retrouvant dans ce palais du mystère.
Catalogue Kodascope.

28.6 – Official Officers (Policiers en herbe) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande est embauchée par un policier compréhensif pour maintenir la loi et l’ordre, et aussi pour rendre les gens heureux. Les enfants prennent leur boulot au sérieux et font arrêter un ancien flic renvoyé de la police.
Catalogue Kodascope.

23.8 – Mary, Queen of Tots (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La petite Mary est riche et sa gouvernante, trop sévère, jette ses poupées. Les gosses du gang qui ressemblent à quatre de ses poupées, débarquent dans la maison. La gouvernante appelle la police qui ne trouve que les quatre poupées et pense que la gouvernante est folle, (d.v.)

26.7 – Boys Will Be Joys (Luna-park improvisé) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande parvient à convaincre un PDG de faire un parc d’attraction sur le terrain prévu pour une nouvelle usine. Catalogue Kodascope.

1.11 – Better Movies (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande veut faire du cinéma, mais il manque la caméra. L’un d’eux apporte une caméra d’amateur. Le film est tourné, mais la première se terminera mal. (d.v.)

27.9 – Your Own Back Yard (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Farina veut jouer avec des enfants blancs, mais est repoussé sans cesse. La bande a des échantillons gratuits de dentifrice et les essaye sur des chiens qui, écumant, sont pris pour des bêtes enragées et sont pourchassés par la police.
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

6.12 – One Wild Ride (Sans moteur, sans frein) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande a récupéré une vieille voiture sans moteur qui sera remorquée en haut d’une côte pour avoir de l’élan. Farina emprunte le véhicule pour une course folle qui se termine sur un chariot plein de pastèques.
Catalogue Kodascope. (d.v.)

1926

10.1 – Good Cheer (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : C’est Noël et la bande essaye de gagner de l’argent pour jouer au Père Noël dans les quartiers pauvres. Les gosses aident à capturer des bootleggers déguisés en Père Noël.

14.2 – Buried Treasure (Le trésor des pirates) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Dans une île, la bande est à la recherche du trésor du capitaine Kidd. Une équipe de tournage essaye de les effrayer, mais ce sont les cinéastes qui seront les victimes du gang.
Catalogue Kodascope. (d.v.)

21.3 – Monkey Business (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Au cours d’une fugue, Farina devient le copain d’un singe échappé. Ce dernier, après avoir bu de l’alcool, sème la terreur dans la ville, puis conduit lui-même la voiture de police dans une course folle, (d.v.)

25.4 – Baby Clothes (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Afin de lui soutirer de l’argent, un couple fait croire à l’oncle de l’un des époux qu’il a deux enfants. Ce dernier étant annoncé, Joe et Mickey sont recrutés pour tenir les rôles, mais il y aura des complications car la bande tout entière s’en mêle.

30.5 – Uncle Tom’s Uncle (Le casse de l’oncle Tom) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande joue La Case de l’oncle Tom dans la grange de Mickey devant un parterre d’enfants fort indisciplinés qui bombardent les acteurs de projectiles divers.
Catalogue Blackhawk.

18.6 – Thundering Fleas (Un mariage mouvementé) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Le chien de Farina, Magnolia, enlève sur son dos les puces savantes d’un cirque. Au mariage de la sœur aînée de Mary, Magnolia lâche ses pensionnaires qui sautent sur la noce tout entière... À noter la présence d’Oliver Hardy en policier et de Ch. Chase en invité de la noce. Catalogue Cinémathèque pour vous et Pathé-Baby (sous le titre Pipique et ses sœurs), (d.v.)

8.8 – Shivering Spooks (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande s’attaque au professeur Fleece, un mage escroc qui les empêche de jouer au base-ball. Les gosses pénètrent dans sa cave et déjouent les pièges du professeur et de sa bande jusqu’à l’arrivée d’un détective, (d.v.)

12.9 – The Fourth Alarm (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande, adoptée par le chef des pompiers, constitue une escouade junior pour lutter contre l’incendie. Un feu se déclare et les enfants empêchent l’explosion d’un dépôt de dynamite.
Catalogue Morcraft.

21.11 – War Feathers (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande va visiter une vraie ville de l’Ouest. Dans un ranch, les enfants sont aux prises avec un trio de bandits qu’ils parviendront à capturer avec l’aide de la chance, (d.v.)

19.12 – Telling Whoppers (2b) – R : Robert McGowan et Anthony Mack.
Sc. : Un certain Toughey (le petit Johnny Downs) terrorise la bande. Joe et Farina sont chargés de le neutraliser et, comme Toughey semble avoir quitté la ville, ils inventent de rocambolesques aventures. Lorsque Toughey, qui avait simplement perdu ses vêtements, est de retour, la situation se complique.

1927

13.2 – Seeing the World (Les globe-trotters) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : J. Finlayson, instituteur, emmène toute la bande en voyage en Europe. À Londres, apparition éclair de Stan Laurel. Final sur la tour Eiffel où Farina fait des acrobaties. Mais ce n’était qu’un rêve...
Catalogues Blackhawk et Kodascope.

16.1 – Bring Home the Turkey (2b) – R : Robert McGowan et Anthony Mack.
Sc. : La bande, maltraitée dans un orphelinat, appelle à son secours Oncle Tom (Tom Wilson) qui, les aide à s’échapper. Les enfants seront rattrapés, mais placés dans une institution moderne et agréable.

13.3 – The Years Old (2b) – R : Anthony Mack.
Sc. : La bande est invitée par Jackie pour son anniversaire, et comme c’est aussi celui de Joe, ce dernier est de la fête. 11 arrive avec un gâteau surprise plein de savon et de clous ; Farina lui offre un chat qui est en réalité une moufette.

17.4 – Love My Dog (Drame à la fourrière) (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Par suite d’une épidémie de rage, les chiens errants sont capturés. Celui de Farina est emmené à la fourrière et il doit trouver 5 dollars pour le libérer. Il parviendra à sauver son chien de la chambre à gaz.
Catalogue Kodascope.

15.5 – Tired Business Men (Joe se venge) (2b) – R : Anthony Mack et Charles Oelze.

Sc. : La bande transforme une vieille grange en « Manhattan Club ». Joe, fils de policeman, n’est pas accepté comme membre. Un pilleur de banque, réfugié au Club, sera capturé par les gosses.
Catalogues Morcraft et Kodascope.

 ?.6 – Baby Brother (2b) – R : Anthony Mack et Charles Oelze.
Sc. : Joe, fils unique, s’ennuie et voudrait un petit frère. Pour 3 dollars, Farina lui vend un bébé noir, mais qu’il a peint en blanc. La couleur part au lavage et la maman récupère son bébé. Pour le consoler, les parents de Joe lui offrent un poney.

6.11 – Chicken Feed (2b) – R : Anthony Mack et Charles Oelze.
Sc. : Après une séance de magie, Joe joue au prestidigitateur et transforme Jannie Mango Hoskins en singe, qui lui même semble devenir un chat, puis un ours et enfin un poulet qu’un vagabond va dévorer. Les plumes restantes suffiront pour ressusciter Mango... à la grande frayeur de la bande.

11.9 – Olympic Games (2b) – R : Anthony Mack.
Sc. : La bande organise une série de compétitions athlétiques qui sont perturbées par le petit Wheezer. Les jeux Olympiques se terminent par une bagarre générale.
Catalogue Morcraft.

26.6 – The Glorious Fourth (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Farina achète une fusée qui va créer un vrai feu d’artifice. Le chien Pansy avale un tas de pilules explosives et tout le monde prend la fuite, mais il recrache rageusement ses pilules une par une, provoquant seulement des mini-explosions.

1928

1.1 – Playin’Hookey (2b) – R : Anthony Mack.
Sc. : Pansy, le chien de Bobby Wheezer’Hutchkins, fait des bêtise, mais il est engagé pour faire du cinéma. La bande s’infiltre dans les studios tandis que Pansy fait des dégâts sur le plateau. Les agents de sécurité essayent de se débarrasser des enfants, qui les accueillent à coups de tartes à la crème.

26.2 – The Smile Wins (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La mère de Farina, blanchisseuse peu fortunée, a des problèmes financiers : il faut trouver de l’argent pour le loyer. La bande vient à son aide : les enfants forent un puits pour trouver du pétrole et sauvent la situation.

64Hal Roach – M.G.M. :

24.9.1927 – Yale Vs Harvard (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande se met au football américain.
(Pas de copie connue.)

22.10.1927 – The Old Wallop (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Wheezer, vedette de cinéma, boxe tout le monde sur le nez, y compris son frère. Farina, les flics et ses parents le regardent en disant : « Quel solide bébé ! » Puis la bande se retrouve sur un gratte-ciel en construction où Farina a de nombreux problèmes.
(Pas de copie connue.)

19.11.1927 – Heebee Jeebees (2b) – R : Anthony Mack.
Sc. : Un magicien jette un sort sur chaque membre de la bande et sur le policier du village. Chacun d’eux se trouve affublé des caractéristiques d’un animal.
(Pas de copie connue.)

17.12.1927 – Dog Heaven (2b) – R : Anthony Mack.
Sc. : Joe croit que son chien Pete a poussé dans le lac sa petite amie. Il l’abandonne, mais un autre chien, copain de Pete, l’aide à retrouver la confiance en son chien : en réalité, Pete a sauvé la petite fille de la noyade.

14.1.1928 – Spook Spoofing (Chez les revenants [ ?]) (3b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Pour effrayer Farina qui est superstitieux, la bande monte une série de farces à base de fantômes dans un cimetière. Mais une éclipse de soleil et un orage mettent en déroute toute l’équipe.
Catalogues Kodascope et Blackhawk. (d.v.)

11.2– Rainy Days (2b) – R : Anthony Mack.
Sc. : Wheezer et Jean Darling ont crayonné sur les murs de leur maison et on fait appel à la bande pour retapisser. Après son passage, la maison est dévastée, submergée de colle et de papiers.

10.3 – Edison, Marconi and Co (2b) – R : Anthony Mack.
Sc. : Une bande de jeunes inventeurs, dont Jay R. Smith est le chef et Wheezer l’assistant, construit une voiture originale qui ressemble à un sous-marin.
(Pas de copie connue.)

7.4 – Barnum and Ringling, Inc. (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La bande organise un spectacle avec des animaux exotiques dans le hall d’un grand hôtel où Farina est groom. Le détective de l’hôtel arrête le show qui se transforme en une chasse à travers tout l’établissement. Apparition d’Oliver Hardy en ivrogne.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

15.5 – Fair and Muddy (2b) – R : Charley Oeze.
Sc. : Une vieille fille qui veut adopter la bande les emmène en auto. Les gosses détruisent la voiture, font démissionner le chauffeur et se battent avec une autre bande de garçons plus âgés.
(Pas de copie connue.)

2.6 – Crazy House (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Jean Darling invite toute la bande pour passer une après-midi chez elle mais son père a rempli la maison de farces et attrapes en prévision du 1er avril. L’un des gosses finit par déclencher une alarme et les flics débarquent.

22.9 – Growing Pains (2b) – R : Anthony Mack
Sc. : La bande corrige Mary Ann Jackson qui est une petite peste. Elle choisit Wheezer pour la défendre et lui fait prendre de l’huile de foie de morue pour qu’il devienne très grand. Le miracle se produit : le géant d’un cirque de passage remplacera Wheezer.
(Pas de copie connue.)

20.10 – Old Gray Hoss (2b) – R : Anthony Mack.
Sc : Les enfants aident un vieux cocher qui se bat contre uncocurrent, propriétaire d’un taxi. Catalogue Blackhawk (d.v.)

17.11 – School Begins (2b) – R : Anthony Mack.
Sc. : C’est la fin des vacances et les gosses reprennent le travail avec d’autant moins d’enthousiasme qu’un cirque est de passage. Des phoques s’en échappent et viennent perturber l’école.
(Pas de copie connue)

15.12 – The Spanking Age (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Wheezer et Mary Ann, dont le père est inventeur, sont persécutés par leur belle-mère. Grâce au chien Pete, ils volent un gâteau au chocolat, puis organisent un goûter avec toute la bande. Le père, à son retour, a vendu un brevet et part avec ses deux enfants.

1929

12.2 – Election Day (2b) – R : Anthony Mack.
Sc. : Après plusieurs tentatives infructueuses, Farina et sa sœur Pleurisy parviennent à se sauver pour aller en ville un jour d’élection. Ils sont pris dans une bataille rangée entre la police et des politiciens pourris.
Catalogue Blackhawk.

9.2 – Noisy Noises (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Joe a mal aux dents et doit garder son petit frère Rupert avec l’aide de la bande. Sa mère lui donne un dollar pour aller se faire arracher la dent mais la bande, aidée par le chien Pete, se charge de l’opération.

9.3 – The Holy Terror (2b) – R : Anthony Mack.
(Pas de copie connue.)

6.4 – Wiggle Your Ears (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Harry Spear sait remuer ses oreilles et M.A. Jackson en est émerveillée. Joe, amoureux de Mary, essaye vainement d’imiter Harry. Ce dernier est séduit par Jean Darling et Mary se déguise en vamp pour le reconquérir, mais en vain. Joe arrive enfin à remuer les oreilles et gagne les faveurs de Mary.
Catalogues Morcraft et Blackhawk. (d.v.)

4.5 – Fast Freight (2b) – R : Anthony Mack. Sc. : La bande, emmenée par Farina, veut aller en Californie (où les rues sont pavées d’or) par le train. À la suite d’une invasion d’insectes, ils quittent le train, se retrouvent dans une vieille maison isolée qu’ils croient hantée. Le shérif les ramènera.

1.6 – Little Mother (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : La maman de Wheezee et de Beezer (Donnie Smith) est morte et Mary Ann s’occupe d’eux, mais ils sont bien bruyants et empêchent Joe de dormir. Miracle : la maman reparaît ; c’est en réalité sa sœur jumelle qui va élever les enfants.

14.9 – Cat, Dog and Co (2b) – R : Anthony Mack.
Sc. : Joe, Harry Spear et Farina font des courses de voiture à chien. On leur explique qu’il faut être bon avec les animaux et le gang décide de libérer tous les animaux de la ville. Une fin fantastique : des animaux géants envahissent les rues.
Catalogue Blackhawk.

9.11 – Saturdays Lesson (2b) – R : Robert McGowan.
Sc. : Les enfants sont obligés de rester à la maison pour faire le ménage. Les mères ont promis que le diable les emporterait s’ils n’obéissaient pas. Un homme déguisé en diable s’amuse justement à affoler les enfants qui, du coup, travaillent avec ardeur, mais le chien Pete n’est pas dupe et attrape le faux diable par la queue, (d.v.)

FILMS PARLANTS :

1929 :

Small Talk (3b) – R : Robert McGowan. (d.v.)

Rail Roadin’ (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Boxing Gloves (2b) – R : Anthony Mack.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Lazy Days (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Bouncing Babies (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Moan and Groan, Inc. (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1930

Shivering Shakespeare (2b) – R : Anthony Mack.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

The First Seven Years (2b) – R : Robert McGowan. (d.v.)

When the Wind Blows (2b) – R : James W. Home, (d.v.)

Bear Shooters (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

A Tough Winter (2b) – R : Robert McGowan. (d.v.)

Pups Is Pups (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Teacher’s Pel (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

School’s Out (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1931

Helping Grandma (2b) – R : Robert McGowan. (d.v.)

Love Business (2b) – R : Robert McGowan. (d.v.)

Little Lady (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk.

Bargain Day (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk.

Fly MY Kite (2b) – R : Robert McGowan. (d.v.)

Big Ears (2b) – R : Robert McGowan.

Shiver My Timbers (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk.

Dogs Is Dogs (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk.

1932

Readin’ and Writin’ (2b) – R : Robert McGowan.

Free Eats (2b) – R : Raymond McCarey. (d.v.)

Spanky (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Choo-Choo ! (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

The Pooch (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk.

Hook and Ladder (2b) – R : Robert McGowan. (d.v.)
Copie super-
8.

Free Wheeling (2b) – R : Robert McGowan. (d.v.)

Birthday Blues (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk.

A Lad an’a Lamp (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1933

Fish Hooky (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Forgotten Babies (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

The Kid from Borneo (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Mush and Milk (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Bedtime Worries (2b) – R : Robert McGowan. (d.v.)

Wild Poses (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1934

Hi’Neighbor ! (2b) – R : Gus Meins.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

For Pete’s Safe (2b) – R : Gus Meins.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

The First Round Up (2b) – R : Gus Meins.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Honkey Donkey (2b) – R : Gus Meins.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Mike Fright (2b) – R : Gus Meins. (d.v.)

Washee Irone (2b) – R : James Parrott.
Catalogue Blackhawk.

Mama’s Little Pirate (2b) – R : Gus Meins.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Shrimps for a Day (2b) – R : Gus Meins.

1935

Anniversary Trouble (2b) – R : Gus Meins.
Catalogue Blackhawk.

Beginner’s Luck (2b) – R : Gus Meins.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Teacher’s Beau (2b) – R : Gus Meins. (d.v.)

Sprucin’up (2b) – R : Gus Meins.
Catalogue Blackhawk.

The Lucky Corner (2b) – R : Gus Meins. (d.v.)

Little Papa (2b) – R : Gus Meins. (d.v.)

Little Sinner (2b) – R : Gus Meins.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Our Gang Follies of 1936 (2b) – R. Gus Meins.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1936

Divot Digger (2b) – R : Robert McGowan.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

The Pinch Singer (2b) – R : Fred Newmeyer.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Second Childhood (2b) – R : Gus Meins.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Arbor Days (2b) – R : Fred Newmeyer. (d.v.)

Bored of Education (1b) – R : Gordon Douglas, (d.v.)

Two Two Young (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Pay as You Exist (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Spooky Hooky (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk.

General Spanky (6 426 pieds) – R : Gordon Douglas et Fred Newmeyer.

1937

Reunion in Rythm (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk.

Glove Taps (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Hearts and Thumps (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Three Smart Boys (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Rushin’ Ballet (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Roamin’ Holiday (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Night’ n’Gale (1b) – R : Gordon Douglas.

Fishy Tales (1b) – R : Gordon Douglas. (d.v.)

Framing Youth (1b) – R : Gordon Douglas, (d.v.)

The Pigskin Palooka (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Mail and Female (1b) – R : Fred Newmeyer. (d.v.)

Our Gang Follies of 1938 (2b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1938

Canned Fishing (1b) – R : Gordon Douglas.

Bear Facts (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Three Men in a Tub (1b) – R : Nate Watts.

Came the Brawn (lb) – R : Gordon Douglas. (d.v.)

Feed’ Em and Weep (1b) – R : Gordon Douglas, (d.v.)

The Awful Tooth (1b) – R : Nate Watts.
Catalogue Blackhawk.

Hide and Shriek (1b) – R : Gordon Douglas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

65MGM :

The Little Ranger (1b) – R : Gordon Douglas.

Party Fever (1b) – R : George Sidney.

Aladin’s Lantern (1b) – R : Gordon Douglas.

Men in Fright (1b) – R. George Sidney.

Football Romeo (1b) – R : George Sidney.

Practical Jokers (1b) – R : George Sidney.

1939

Alfalfa’s Aunt (1b) – R : George Sidney.

Tiny Troubles (1b) – R : George Sidney.

Duel Personalities (1b) – R : George Sidney.

Clown Princes (1b) – R : George Sidney.

Cousin Wilbur (1b) – R : George Sidney.

Joy Scouts (1b) – R : Edward Cahn.

Dog Daze (1b) – R : George Sidney.

Auto Antics (1b) – R : Edward Cahn.

Captain Spanky’s Show Boat (1b) – R : Edward Cahn.

Dad for a Day (1b) – R : Edward Cahn.

Time Out for Lessons (1b) – R : Edward Cahn et Bud Murray.

1940

Alfalfa’s Troubles (1b) – R : Edward Cahn.

Bubbling Troubles (1b) – R : Edward Cahn.

The Big Premiere (1b) – R : Edward Cahn.

All about Hash (1b) – R : Edward Cahn.

The New Pupil (1b) – R : Edward Cahn.

Coin’ Fishin’ (1b) – R : Edward Cahn.

Good Bad Boys (1b) – R : Edward Cahn.

Waldo’s Last Stand (1b) – R : Edward Cahn et Steven Granger.

Kiddie Kure (1b) – R : Edward Cahn.

1941

Fightin’ Fools (1b) – R : Edward Cahn.

Baby Blues (1b) – R : Edward Cahn.

Ye Olde Minstrels (1b) – R : Edward Cahn et Bud Murray.

Come Back, Miss Pips (1b) – R : Edward Cahn.

1-2-3 Go ! (1b) – R : Edward Cahn.

Robot Wreck (1b) – R : Edward Cahn.

Helping Hands (1b) – R : Edward Cahn.

Wedding Worries (1b) – R : Edward Cahn.

1942

Melodies Old and New (1b) – R : Edward Cahn.

Going to Press (1b) – R : Edward Cahn.

Don’t Lie (1b) – R : Edward Cahn.

Surprised Parties (1b) – R : Edward Cahn.

Doin’ Their Bit (1b) – R : Edward Cahn et Herbert Glazer.

Rover’s Big Chance (1b) – R : Edward Cahn.

Mighty Like a Goat (1b) – R : Edward Cahn.

Unexpected Riches (1b) – R : Edward Cahn.

1943

Benjamin Franklin Jr. (1b) – R : Edward Cahn.

Family Troubles (1b) – R : Edward Cahn.

Election Daze (1b) – R : Herbert Glazer.

Calling All Kids (1b) — R : Sam Baewitz.

Farm Hands (1b) – R : Herbert Glazer.

Little Miss Pinkerton (1b) – R : Herbert Glazer.

Three Smart Guys (1b) – R : Edward Cahn.

1944

Radio Bugs (1b) – R : Cyril Endfield.

Dancing Romeo (1b) – R : Cyril Endfield.

Taie of a Dog (1b) – R : Cyril Endfield.

T.O.N.I. :

Quitte pour la peur (2b).

Vive la paix.

À l’ouest du nouveau.

Un bon gardien.

Une drôle de bombe.

Mickey aux champs.

Qui bien se porte.

T’as bonne mine.

66Pathé-Baby, 9,5 :

Négritina a faim (1b) 10 m.

Négritina fait l’oie (1b) 3x10m.

Négritina présidente du club des C.C.K. 10 m.

Négritina et Cie.

Roscoe « Fatty » Arbuckle en tournée à Atlantic City vers 1927. © Agence Keystone

Charlie Bowers dans Egged On (Pour épater les poules), 1926. © Cinémathèque de Toulouse

Mae Busch vers 1925.

© Agence Keystone

Walter Hiers et son épouse Adah McWilliams. © Agence Keystone

Sydney Chaplin (à gauche) et son frère Charles dans Pay Day, 1922. © Roy Export Company Establishment

Clyde Cook et Louise Fazenda dans Pay as You Enter, 1928. © Agence Rue des Archives

Max Davidson (allongé) dans Do Gentlemen Snore ?, 1928. © Agence Rue des Archives

Chester Conklin, Leo White et Ben Turpin. Photo publicitaire pour Keystone Hotel, 1935. © Agence Keystone

Mary Thurman, Louise Fazenda et Charles Murray dans The Betrayal of Maggie, 1917. © Agence Rue des Archives

Charles Chaplin et Mack Swain dans The Cold Rush, 1925. © Roy Export Company Establishment

Louise Fazenda et Ford Sterling (au centre) dans The Summer Girls, 1918. À droite, en canotier, Erle Kenton. © Agence Rue des Archives

Photo publicitaire pour les « Snub » Pollard Comedies : au centre, S. Pollard ; à droite, le producteur Hal Roach. © Agence Rue des Archives

Marie Mosquini et Harry « Snub » Pollard dans un film de Hal Roach, non identifié. © Agence Rue des Archives

Le Hongrois Karl Huszar, dit Charles Puffy, vedette comique de l’Universal. © Agence Keystone

Larry Semon à l’hôtel Astor de New York avant la première de The Wizard of Oz, 1925. © Agence Keystone

Affiche Pathé pour The Anvil Chorus, avec Snub Pollard et Noah Young, 1922. © Agence Rue des Archives

Affiche Pathé pour Dig Up, avec Snub Pollard et Marie Mosquini, 1923. © Agence Rue des Archives

Affiche Pathé pour Wife Tamers, avec Clyde Cook (en haut à gauche], Lionel Barrymore et Vivien Oakland, 1926. © Agence Rue des Archives

Affiche de la Keystone-Triangle pour The Betrayal of Maggie, 1917. © Agence Rue des Archives

Notes

1 Blair Miller, op. cit., pp. 11

2 Kevin brownlow, « I film per ragazzi dei fratelli Franklin » in Griffithiana, n° 32/33, septembre 1988, pp. 49-56.

3 Leonard Maltin et Richard W. Bann, The Little Rascals, New York, Crown Trade Papersbacks, 1992, p. 6.

4 D’après John Holmstrom (The Moving Picture Boys, Norwich, Michael Russell Ed., 1996, p. 119), son vrai nom serait Malcolm Williams ; il avait débuté dès l’âge de un an dans Bread et dans Three Weeks (1924).

5 Blair Miller, op. cit., p. 41.

6 Ibid., pp. 76-77.

7 Leonard Maltin et Richard W. Bann, op. cit., p. 7.

8 Ibid., pp. 1-10.

9 David Turconi, op. cit., p. 162.

10 La filmographie repose sur : Leonard Maltin et Richard W. Bann, op. cit., pp. 10-227.

Table des illustrations

Légende Roscoe « Fatty » Arbuckle en tournée à Atlantic City vers 1927. © Agence Keystone
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Charlie Bowers dans Egged On (Pour épater les poules), 1926. © Cinémathèque de Toulouse
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Légende Mae Busch vers 1925.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Walter Hiers et son épouse Adah McWilliams. © Agence Keystone
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Sydney Chaplin (à gauche) et son frère Charles dans Pay Day, 1922. © Roy Export Company Establishment
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Légende Clyde Cook et Louise Fazenda dans Pay as You Enter, 1928. © Agence Rue des Archives
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Max Davidson (allongé) dans Do Gentlemen Snore ?, 1928. © Agence Rue des Archives
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Chester Conklin, Leo White et Ben Turpin. Photo publicitaire pour Keystone Hotel, 1935. © Agence Keystone
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Mary Thurman, Louise Fazenda et Charles Murray dans The Betrayal of Maggie, 1917. © Agence Rue des Archives
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Légende Charles Chaplin et Mack Swain dans The Cold Rush, 1925. © Roy Export Company Establishment
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Louise Fazenda et Ford Sterling (au centre) dans The Summer Girls, 1918. À droite, en canotier, Erle Kenton. © Agence Rue des Archives
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Photo publicitaire pour les « Snub » Pollard Comedies : au centre, S. Pollard ; à droite, le producteur Hal Roach. © Agence Rue des Archives
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Marie Mosquini et Harry « Snub » Pollard dans un film de Hal Roach, non identifié. © Agence Rue des Archives
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Légende Le Hongrois Karl Huszar, dit Charles Puffy, vedette comique de l’Universal. © Agence Keystone
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Larry Semon à l’hôtel Astor de New York avant la première de The Wizard of Oz, 1925. © Agence Keystone
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende Affiche Pathé pour The Anvil Chorus, avec Snub Pollard et Noah Young, 1922. © Agence Rue des Archives
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Affiche Pathé pour Dig Up, avec Snub Pollard et Marie Mosquini, 1923. © Agence Rue des Archives
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Affiche Pathé pour Wife Tamers, avec Clyde Cook (en haut à gauche], Lionel Barrymore et Vivien Oakland, 1926. © Agence Rue des Archives
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Affiche de la Keystone-Triangle pour The Betrayal of Maggie, 1917. © Agence Rue des Archives
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4139/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 620k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search