Version classiqueVersion mobile

Dynamiques et structures en langue

 | 
David Piotrowski

Chapitre VI. La perspective morphodynamique, rudiments

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1 – Esquisse d’une solution topologique

1.1 – Introduction

La conception topologique et dynamique des formes linguistiques, explicitement exposée par Saussure (voir chap. V 3), n’est pas la thèse singulière d’un savant isolé. Hjelmslev, par exemple, qui aborde pourtant les phénomènes langagiers sous l’angle d’une caractérisation algébrique (voir chap. V 4), reconnaît en ultime instance leur nature topologique. On peut le lire aussi bien dans les Prolégomènes, où le linguiste danois décrit une « forme linguistique [...] [qui] pose ses frontières arbitraires dans un continuum de sens en lui-même amorphe1 », que dans ses premiers travaux où il décompose les classes paradigmatiques en « zones de signification » – par exemple : « La case qui est choisie comme intensive a une tendance à concentrer la signification, alors que les cases choisies comme extensives ont une tendance à répandre la signification sur les autres cases de façon à envahir l’ensemble du domaine sémantique occupé par la ...

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search