Version classiqueVersion mobile

Dynamiques et structures en langue

 | 
David Piotrowski

Chapitre V. La structure interne du signe

Texte intégral

1 – Introduction

  • 1 L. Hjelmslev, 1968, p. 63.
  • 2 Ibid., p. 64.

1On doit à Hjelmslev d’avoir porté l’analyse linguistique sous le niveau du signe : suivant les principes de la glossématique, la décomposition du texte en éléments de dimensions décroissantes conduit à des grandeurs « qui ne sont pas nécessairement susceptibles d’être appariées avec les grandeurs du plan opposé1. », c’est-à-dire à des grandeurs, appelées figures, qui, lorsqu’elles sont de nature sémantique, n’ont pas de corrélat acoustique, et réciproquement : « De tels non-signes qui entrent comme parties de signes dans un système de signes, seront appelés figures2. »

  • 3 F. de Saussure, 1972, p. 32.

2Pour inscrire ainsi dans le cadre de la systématique structurale une pratique descriptive, qui, tout du moins sous une de ses formes, est plus que deux fois millénaire, Hjelmslev aura dû recomposer dans un nouvel appareil conceptuel le principe de la connexion qu’entretiennent le signifiant et le signifié, de sorte que cette jonction constituante du signe ne marque plus, comme pour Saussure, la borne ultime de la décomposition des objets linguistiques. Rappelons en effet, que pour celui-ci, « [la langue] est un système de signes où il n’y a d’essentiel que l’union du sens et de l’image acoustique3 », et, partant d’une telle prémisse, l’analyse linguistique se trouve logiquement arrêtée au moment où une étape supplémentaire établirait des éléments sans contrepartie dans le plan conjoint.

  • 4 Ibid., p. 98.
  • 5 Ibid., p. 27.
  • 6 Ibid., p. 31.
  • 7 Ibid., p. 98.
  • 8 Ibid., p. 99.
  • 9 Ibid., p. 99.
  • 10 Ibid., p. 144-145.
  • 11 Ibid., p. 153.

3La recomposition structurale qu’opère Hjelmslev, cette recomposition qui l’autorise à prolonger l’analyse sous le signe, touche en fait la pierre angulaire de la problématique saussurienne. Parce que, aux yeux de Saussure, l’union du son et du sens dans le signe constitue une caractéristique capitale des formes de l’objectivité linguistique. Cette union n’est pas une opération accessoire aboutissant au « rapprochement de deux termes4 » élaborés par ailleurs – comme une lecture trop hâtive des seules premières pages du Cours pourrait le laisser croire. En effet, rappelons que « Pour trouver dans l’ensemble du langage la sphère qui correspond à la langue, [Saussure se place] devant l’acte individuel qui permet de reconstituer le circuit de la parole5. » et il la localise « dans la portion déterminée du circuit où une image auditive vient s’associer à un concept6. » – formulation qui laisserait entendre que « concept » et « tranche sonore » sont à un certain niveau indépendants et que la langue se contente de produire leur association. Mais cette conception naïve est progressivement remaniée. D’abord dans le chapitre consacré au signe (1re partie, chap. I) où, après avoir débuté avec des formulations semblables aux précédentes : « Le signe linguistique unit [...] un concept et une image acoustique7. », Saussure souligne le caractère indissoluble du lien unissant les deux faces du signe : « Le signe linguistique est une entité [...] à deux faces [dont les] deux éléments sont intimement unis et s’appellent l’un l’autre8. » C’est à ce moment que, pour exprimer le plus clairement la nature holistique de la connexion entre un contenu et la forme phonique qui lui est appariée, Saussure introduit les termes de signifiant et signiƒié : « Nous appelons signe la combinaison du concept et de l’image acoustique : mais dans l’usage courant ce terme désigne généralement l’image acoustique seule [...]. L’ambiguïté disparaîtrait si l’on désignait les trois notions ici en présence par des noms qui s’appellent les uns les autres tout en s’opposant. Nous proposons de conserver le mot signe pour désigner le total, et de remplacer concept et image acoustique respectivement par signifié et signifiant9. » Mais ce n’est pas tout. Car pour atteindre une entière compréhension structurale il reste encore à renverser l’ordre des primautés, c’est-à-dire à établir l’existence du signifiant et du signifié sur le principe même de la liaison organique qu’ils contractent et qui les institue dans leur qualité de grandeur linguistique. À ce moment, signifiant et signifié ne sont plus seulement les appellations, mieux appropriées, des objets acoustique et sémantique insérés dans l’ordre linguistique par l’effet d’un rapport indéfectible et totalisant, mais des fractions de contenu et d’expression – objets linguistiques à part entière dénommés alors signifiant et signifié – construites sur le principe d’une fusion telle que « dans la langue, un concept est une qualité de la substance phonique, comme une sonorité déterminée est une qualité du concept10. » et que « il n’y a pas de faits linguistiques indépendants d’une matière phonique découpée en éléments significatifs11. »

  • 12 Ibid., p. 144.
  • 13 Ibid., p. 156.
  • 14 A. Sechehaye in R. Godel, 1969, p. 195.

4Ce renversement total de point de vue qui est à la base de l’objectivité linguistique, c’est-à-dire à la base de la caractérisation des unités et des identités linguistiques, ressort bien dans la longue citation suivante : « L’entité linguistique n’existe que par l’association du signifiant et du signifié ; dès qu’on ne retient qu’un de ces éléments, elle s’évanouit ; [...]. Une suite de sons n’est linguistique que si elle est le support d’une idée ; prise en elle-même elle n’est plus que la matière d’une étude physiologique. Il en est de même du signifié, dès qu’on le sépare de son signifiant. Des concepts tels que “maison”, “blanc”, “voir”, etc., considérés en eux-mêmes, appartiennent à la psychologie12. » De nombreux autres passages du Cours abondent dans ce sens, tout particulièrement, dans le chapitre quatre de la seconde partie, par exemple : « Le rôle caractéristique de la langue vis-à-vis de la pensée n’est pas de créer un moyen phonique matériel pour l’expression des idées, mais de servir d’intermédiaire entre la pensée et le son, dans des conditions telles que leur union aboutit nécessairement à des délimitations réciproques d’unités13. » – conception que Sechehaye formule en ces termes : « Le symbole n’est pas un signe arbitrairement choisi pour correspondre à une idée préexistante, mais la condition linguistique nécessaire à une opération psychologique, la formation d’une idée verbale14. »

5On mesure donc combien l’architecture hjelmslevienne qui permet à la procédure d’analyse de franchir le seuil du signe, donc de démanteler la totalité signifiant/signifié, bouleverse un des équilibres fondamentaux de la problématique structurale élaborée par Saussure : pour celui-ci, rompre la jonction entre signifiant et signifié, équivaut à sortir du plan de la réalité linguistique et à verser dans le psychologisme ou l’acoustique ; l’unité linguistique en propre est tout entière constituée sur le mode d’une interaction entre les plans de l’expression et du contenu (en reprenant ici des termes hjelmsleviens). Mais, paradoxalement, ce bouleversement de la forme linguistique saussurienne qu’accomplit la théorie glossématique s’appuie sur des options théoriques et épistémologiques en parfaite concordance avec celles du Cours.

  • 15 L. Hjelmslev, 1968, p. 66-67.
  • 16 F. de Saussure, 1972, p. 149.
  • 17 Ibid., p. 150.
  • 18 L. Hjelmslev, 1985, p. 72.
  • 19 Ibid., p. 73.

6D’abord, pour ce qui est du caractère primordial de la liaison entre les régions acoustique et sémantique, Hjelmslev partage la même vision que Saussure, tout du moins dans ses grandes lignes (comme nous le rappellerons plus avant, le linguiste danois réorganise en fait cette connexion suivant d’autres modalités) : « expression et contenu sont solidaires et se présupposent nécessairement l’un l’autre. Une expression n’est expression que parce qu’elle est l’expression d’un contenu, et un contenu n’est contenu que parce qu’il est contenu d’une expression. Aussi est-il impossible, à moins qu’on les isole artificiellement, qu’il existe un contenu sans expression ou une expression sans contenu. Si l’on pense sans parler, la pensée n’est pas un contenu linguistique [...]. Si l’on parle sans penser, produisant des séries de sons sans que celui qui écoute puisse y rattacher un contenu, ce sera un abracadabra et non pas une expression linguistique15. » Ensuite, Hjelmslev et Saussure confèrent tous deux une importance capitale à la question du mode d’existence et de constitution des identités linguistiques. En effet, comme les objets de la langue ne se donnent pas d’emblée à l’observation (« La langue présente [...] ce caractère étrange et frappant de ne pas offrir d’entités perceptibles de prime abord, sans qu’on puisse douter cependant qu’elles existent16 ») mais nécessitent pour être atteints l’application d’une grille théorique, la connaissance des formes constitutives de l’objectivité linguistique – formes auxquelles la détermination des données empiriques est subordonnée – apparaît donc centrale. Ainsi Saussure affirme-t-il que « en linguistique statique n’importe quelle notion primordiale dépend directement de l’idée qu’on se fera de l’unité et même se confond avec elle17. » En parfaite résonance, Hjelmslev remarque que « Aussi longtemps qu’on n’a pas appliqué la méthode [i.e. ordonné le divers empirique sous les concepts de la théorie], il n’existe pas de faits dits évidents (ceux que certains philosophes du langage aiment prendre pour point de départ, en faisant appel au réalisme naïf, qui, on le sait, ne résiste à aucun examen scientifique)18 » : « l’objet ne se laisse appréhender que par l’intermédiaire de la méthode19. »

7Il y aura donc lieu de poser la question suivante : quels sont précisément les a priori de la conception hjelmslevienne des formes langagières qui, bien que situant la connexion des plans de l’expression et du contenu en clef de voûte du système de la langue, rendent licite la décomposition du signifié en « figures » ?

8Mais cette question en appelle une autre – en regard de laquelle elle trouve toute sa portée. En effet, il convient aussi de s’interroger sur les régimes de structuration du signe saussurien qui s’opposent effectivement à la décomposition du signifié. Autrement dit, la question soulevée est double : quels principes de formation des objets de langue, d’une part, fondent la décomposition du signifié, et, d’autre part, la prohibent ? Pour apporter des éléments de réponse, nous choisirons la ligne d’investigation suivante : s’appuyant sur la notion de valeur, nous examinerons en premier lieu la forme interne du signe saussurien (3). À cette fin, nous introduirons et étudierons la distinction entre les relations de différence et d’opposition. Ainsi, d’une part, nous rappellerons que les formes langagières conçues par Saussure relèvent fondamentalement d’un ordre d’organisation topologique, et, d’autre part, s’attachant de plus près au concept d’opposition et aux difficultés qu’il soulève, nous esquisserons un premier schéma fonctionnel du signe saussurien. Il sera alors possible de montrer qu’une conception topologique des structures linguistiques interdit la décomposition du signifié. Puis, dans un deuxième temps (4), à la suite d’un rappel sommaire de certains concepts fondamentaux de la théorie glossématique, nous aborderons les principes de l’analyse hjelmslevienne, et nous montrerons que le prolongement de l’analyse sous le signe procède d’une caractérisation logico-algébrique des phénomènes linguistiques.

9Mais avant d’aborder ces différentes questions, nous porterons notre attention sur un certains nombre de difficultés auxquelles est confrontée l’analyse du signifié (2). En premier lieu, et dans le prolongement du chapitre précédent, nous examinerons les problèmes que pose la complexion intégrative du signifié. Ensuite, investissant la problématique structurale, nous mettrons en évidence trois types de difficulté (les difficultés « structurelle », « interprétative » et « opératoire ») que rencontre l’analyse sémique (dans sa version atomiste).

10Il s’agira, ce faisant, de renforcer le faisceau de présomptions en faveur d’une conception topologique et dynamique des formes linguistiques. En effet, nous avons vu que les modèles formels (i.e. algébriques), d’une part, contreviennent aux conditions de légitimité « forte » et « faible », et, d’autre part, ne rendent pas adéquatement compte des opérations intégratives. Si l’on ajoute à ces carences le fait que l’analyse du signifié, qui apparaît donc problématique, procède d’un a priori algébrique et que, en contrepartie, la conception topologique interdit de décomposer le signifié, il sera alors légitime de repousser les conceptions formalistes et d’opter pour une approche topologique et dynamique des phénomènes langagiers. Il restera toutefois, pour affermir cette position, à donner une caractérisation détaillée de la structure fonctionnelle du signe saussurien et à montrer qu’elle remplit les conditions de légitimité faible. Pour ce faire, il nous faudra introduire des rudiments de la théorie morphodynamique (chap. VI), à la suite de quoi (chap. VII) une architecture articulant en une structure organique consistante les dimensions du signifiant, du signifié et l’ordre du différentiel de recevabilité pourra être élaborée.

2 – Analyse du signifié : difficultés

2.1 – Intégration et analyse en substances formées

  • 20 F. de Saussure, 1972, p. 177.

11Comme il a été rappelé (voir chap. IV), la spécificité d’une complexion intégrative est d’introduire des caractères de la globalité dans l’identité des parties constituantes : « [si] Le tout vaut par ses parties, les parties valent aussi en vertu de leur place dans le tout20. » Et cette spécificité s’est avérée disqualifier une conception strictement substantielle de l’intégration. Mais, en matière de langage, cette dernière conception se trouvait pratiquement disqualifiée d’avance puisque la substance linguistique résulte d’un processus de mise en forme des diverses « matières » (psychologique, perceptive, situationnelle...) que les structures langagières investissent. Il y aura donc lieu maintenant d’examiner la possibilité et les conséquences d’un régime intégratif portant sur les constituants sémantiques du lexème envisagés comme substances linguistiquement formées au sein d’une unité intégrée – et non plus comme substances autonomes.

  • 21 E. Cassirer, 1972, p. 41.

12La possibilité d’une intégration des substances linguistiquement formées composant un lexème est une certitude analytique. Comme l’identité de telles substances résulte justement de leur place au sein d’un organisme intégré, elles détiennent donc chacune les caractères du tout nécessaires à l’accomplissement de leur synthèse. En effet, comme le formule E. Cassirer, dans une structure intégrative, un élément « ne reçoit ses déterminations que dans la mesure où le tout [...] est en même temps posé et représenté en lui sous une forme quelle qu’elle soit21. » Aussi, lorsque les données substantielles sont déterminées par des schémas relationnels intégratifs, le régime de l’intégration des parties est tautologiquement assuré.

  • 22 L. Hjelmslev, 1968, p. 81.

13Mais le régime de l’intégration, en tant qu’il procède d’une qualification des composantes linguistiques comme substances formées, remet en question la possibilité d’une analyse du signifié. Pour aborder ce point, considérons par exemple les définitions de clouer et de coller. Soit, clouer : /fixer/] avec des /clous/, et coller : /fixer/2 avec de la /colle/. Il est clair que, du point de vue des substances formées, /fixer/] et /fixer/2 désignent deux pratiques opératoires distinctes. Aussi, si l’on veut éviter que les analyses des signifiés ne produisent une multiplicité de composantes singulières – ce qui contreviendrait à toute perspective rationnelle –, il faudra pouvoir « réduire deux grandeurs [ici : /fixer/, et /fixer/2] à une seule ou, comme on dit plus souvent, d’identifier deux grandeurs l’une à l’autre22. » On sait qu’une telle procédure de réduction est donnée par l’épreuve de commutation qui consiste à tester l’identité de deux composantes en observant si leur substitution déclenche une mutation de l’unité de niveau supérieur qui les subsume. Mais il se trouve qu’il n’est pas possible, en toute rigueur, de mettre /fixer/] et /fixer/2 en alternance. En effet, cela contreviendrait à l’ordre du régime d’intégration qui exige de ses parties une homogénéité relativement au tout qu’elles composent : ainsi, pour que /fixer/1, qui est investi du sens de clouer, puisse être substitué à /fixer/2 et former avec /colle/ une totalité intégrée, il faudrait que /fixer/, recèle le sens de coller – ce qui n’est manifestement pas le cas.

  • 23 B. Pottier, 1987, p. 67.

14Confronté au problème de l’identité des « mêmes » traits présents dans différents sémèmes, B. Pottier, pour sa part, ne conclut jamais que « par nécessité » : « On est tenté de retrouver certains sèmes dans plusieurs sémèmes. Ainsi, /voir/ sera-t-il proposé comme sème des sémèmes de lunette, voyeur, œil [...], etc. S’agit-il du même sème ? [nous soulignons] [...] On déclare bien que la “sonorité” de /b/, /1/ ou /a/ est la même. C’est certainement une nécessité de notre esprit [nous soulignons] que de conceptualiser (réduire à l’essentiel) ce sentiment de permanence ou itération sémique [, ..]23. » Quant à nous, s’interdisant toute évidence et toute nécessité qui ne procèdent pas d’une méthodologie explicite et réglée, nous nous bornerons à conclure qu’une détermination des composantes du morphème comme éléments de substance linguistiquement formés satisfait le régime de l’intégration mais conduit à enregistrer de grandeurs irréductibles et rend de ce fait inconsistante toute analyse du contenu lexématique. Avant d’aborder d’autres questions, quelques remarques s’imposent.

  • 24 P. Lerat, 1996, p. 1.

15Le régime de l’intégration semble se dresser comme une limite à l’analyse : en tant que grandeurs intégrées, mais toujours singulières, les parties identifiées constituent des entités irréductibles et sont donc dénuées d’existence théorique – et donc d’existence objective. Or une telle conclusion semble pouvoir être reportée du palier lexical au palier syntagmatique. En effet, les unités morphématiques entretiennent mutuellement des rapports intégratifs et rien n’interdirait a priori de leur appliquer le raisonnement précédent pour conclure à leur inexistence théorique. Toutefois, une distinction importante entre le niveau des « figures » et celui des morphèmes offre une voie pour sortir de cette impasse : alors que les grandeurs issues de l’analyse des morphèmes constituent des portions de substance relevant exclusivement du plan du contenu, les grandeurs morphématiques participent quant à elles d’une connexion avec le plan de l’expression : les grandeurs morphématiques sont pourvues d’une caractéristique extérieure à la substance du contenu, à savoir leur « forme de mot ». Comme le souligne P. Lerat, « [cette] possibilité de la permanence d’une propriété, à savoir l’identité de l’expression, [...] [constitue] une particularité importante du lexique24 ». Ainsi, alors que les constituants sémantiques du morphème ne disposent d’aucun principe d’unité auquel rapporter leur diversité, les grandeurs de contenu morphématiques peuvent prendre appui sur une caractéristique « connexe » pour construire leur unité. Cette conception sera développée plus précisément par la suite.

2.2 – L’analyse structurale

2.2.1 – Introduction

16Nous débuterons par un bref rappel des principaux concepts de la sémantique structurale. Pour les présenter et discuter les difficultés qu’ils soulèvent, nous nous appuierons largement sur les travaux de F. Rastier – travaux qui ont affermi ce cadre problématique et l’ont aussi enrichi de nouvelles dimensions relationnelles (parmi lesquelles celle de l’afférence).

17La linguistique structurale n’envisage que des grandeurs relationnelles. Elle dénie toute pertinence épistémique aux entités de substance supposées autonomes : l’identité des unités linguistiques réside dans les rapports qu’elles contractent et qui les établissent dans leur authentique statut d’objet. En termes brefs, ce qui caractérise un mot, ce sont les connexions qu’il entretient avec d’autres mots. Suivant cette perspective, les grandeurs linguistiques sont tout entières élaborées suivant certains modes relationnels, parmi lesquels celui de la différence : les grandeurs de la langue établissent leur unité et leur valeur dans des rapports mutuels de différenciation. Tout particulièrement, c’est dans de tels jeux d’oppositions que se constituent les sémèmes (par définition, un sémème est le contenu d’un morphème) : l’identité d’un sémème procède de l’interaction différentielle qu’il engage, dans le cas le plus simple, avec un autre sémème. Par exemple, le contenu du lexème cargo ne se définit pas par la propriété « positive » d’être un véhicule se déplaçant sur la surface des eaux et destiné au transport des marchandises, mais par une opposition qu’il entretient avec le lexème paquebot.

18C’est dans ce cadre problématique qu’est introduit le concept de sème. Le sème est une unité de contenu caractérisant les relations entre des sémèmes, c’est-à-dire, plus simplement, caractérisant les sémèmes. Un sème désigne donc une composante sémantique d’un objet linguistique déterminé relationnellement. Comme ils spécifient les contenus d’une jonction oppositive, les sèmes sont entièrement définis par la donnée de cette jonction ou, de façon plus concrète, par celle des pôles manifestés de la jonction. Lorsque ces pôles sont des sémèmes, la classe qui les subsume est dénommée taxème.

  • 25 F. Rastier, 1987, p. 19.
  • 26 Ibid., p. 29.
  • 27 Ibid., p. 24.
  • 28 Ibid., p. 276.
  • 29 E. Coseriu, in F. Rastier, 1987, p. 49.

19La jonction oppositive instituée entre des sémèmes met nécessairement en œuvre deux dimensions : celle de la conjonction et celle de la disjonction. En effet, pour entrer en opposition, les unités linguistiques doivent vérifier au moins une propriété commune qui les rassemble, donc participer d’une dimension conjonctive. Par ailleurs, afin d’assurer leur différenciation et marquer leur opposition, les unités linguistiques doivent comporter des caractéristiques affrontées : c’est la dimension disjonctive. En résumé, « les sèmes sont des unités de la substance du contenu25. », « définis par des relations entre sémèmes26. » Ce sont « des éléments différentiels conjoignant et disjoignant deux sémèmes27 », et les taxèmes, coextensifs aux sèmes, sont définis comme des « classe[s] de sémèmes minimale[s] en langue, à l’intérieur [desquelles] sont définis leurs sémantèmes, et leur sème microgénérique commun28. », ou, plus généralement, des « structures paradigmatiques constituées par des unités lexicales [...] se partageant une zone commune de signification et se trouvant en opposition immédiate les unes avec les autres29 ».

  • 30 Ibid., p. 49.

20On distinguera alors deux types de sèmes : d’une part les sèmes génériques qui désignent la fraction de contenu commune à deux sémèmes dans un taxème défini, et d’autre part, les sèmes spécifiques qui constituent une contenu différenciateur : une grandeur de contenu articulant l’opposition entre les deux sémèmes. « D’après Pottier, un sème générique est un “élément du classème [i.e. ensemble des sèmes génériques d’un sémème] permettant le rapprochement de deux sémèmes voisins [...]”, alors qu’un sème spécifique est un élément du sémantème, permettant d’opposer deux sémèmes très voisins, par une caractéristique propre30. » Dans le cas le plus simple, on décrira alors un sémème S comme une somme intégrative d’un sème générique sg et d’un sème spécifique sp – ce qui se formule par l’équation : S = sp + sg.

21Après avoir effectué la synthèse des travaux de ses prédécesseurs et de ses propres études, F. Rastier a été conduit à distinguer, parallèlement à la très classique distinction générique/spécifique, deux nouveaux modes relationnels entre sémèmes. Ce sont les modes de l’inhérence et de l’afférence.

  • 31 F. Rastier, 1987, p. 44.
  • 32 Ibid., p. 44.
  • 33 Ibid., p. 46.

22Les relations que contractent les sémèmes, et qui déterminent leurs sèmes constitutifs, ne procèdent pas nécessairement du système de la langue : elles peuvent aussi tenir de conventions socio-culturelles ou de pratiques institutionnalisées. Dans un premier cas, lorsque les rapports que contractent les sémèmes sont ceux-là mêmes qui structurent le système linguistique, i.e. qui règlent l’ordre interne de la langue, les sèmes qu’ils déterminent seront appelés inhérents : « Les sèmes inhérents relèvent du système fonctionnel de la langue31 » – tout du moins, comme nous le souligne l’auteur de la précédente citation, pour autant que le lexique en relève aussi. Dans le second cas, lorsque les rapports que contractent les sémèmes n’appartiennent pas au système de la langue, on parlera de sèmes afférents : « les sèmes afférents [relèvent] d’autres types de codifications : normes socialisées, voire idiolectales32. » Plus précisément : tandis que les sèmes inhérents sont définis oppositivement dans des taxèmes, les sèmes afférents s’établissent dans des connexions entre sémèmes relatifs à des taxèmes distincts : « [un sème afférent] est donc une fonction d’un ensemble de sémèmes vers un autre33. »

23Nous porterons maintenant notre attention sur certaines difficultés que les notions précédemment introduites soulèvent. Trois types de difficulté seront examinés : les difficultés structurelles (voir 2.2.2), interprétatives (voir 2.2.3), et opératoires (voir 2.2.4). Ces difficultés seront par la suite résolues dans le cadre d’une analyse structurale topologique et dynamique (voir chap. VI 1.2).

2.2.2 – Difficultés structurelles

24Ces difficultés, qui ont déjà été discutées (voir chap. IV 2 et 3), concernent essentiellement la jonction qui rassemble les sèmes spécifique et générique au sein d’un même sémème : rappelons que dans l’équation du sémème, le caractère autonome et hétérogène des sèmes générique et spécifique pose le problème de la possibilité de leur synthèse.

  • 34 Ibid., p. 26.

25Ce problème apparaît lorsque les sèmes ne sont pas envisagés dans leur entière nature relationnelle, c’est-à-dire en tant que grandeurs de contenu caractérisant une jonction oppositive institutrice de sémèmes. C’est ainsi le cas lorsque les sèmes sont présentés comme des unités qui réunissent ou opposent deux sémèmes – ce qui signifie que les sèmes sont les éléments relationnels organisant la jonction de deux sémèmes supposés préconstitués : les sèmes assurent l’établissement d’une connexion oppositive entre des contenus linguistiques préalablement formés. Cette conception est manifeste dans l’extrait précédemment cité de B. Pottier (in F. Rastier, 1987, p. 49) ou encore dans le passage suivant : « les sèmes définissent des rapports entre sémèmes34 ». Or une telle conception implique une compréhension atomiste des sèmes.

26En effet, si les sèmes relatent une mise en rapport de deux sémèmes préexistants, comme ces sèmes sont des constituants de sémèmes, ils héritent donc, en tant que composants de ces derniers, de la nature des sémèmes qui les comportent, c’est-à-dire d’une certaine autonomie qui leur confère un caractère atomique. Un sémème se présente ainsi comme une collection définie de sèmes qui déterminent les différentes connexions que ce sémème est en mesure de contracter. On retombe alors sur les difficultés d’une intégration en substance. En effet, si les sèmes constituent des unités autonomes de la substance du contenu, rien ne préside à la nécessité de leur fusion, rien, par exemple, ne permet d’assimiler les sèmes /bateau/ et /pour la marchandise/ sous l’unité intégrée du sémème ‘cargo’.

27Mais cette conception est contraire à la perspective structurale suivant laquelle les sémèmes sont entièrement déterminés par les relations qu’ils entretiennent : les sémèmes ne sont pas préexistants aux relations, mais instaurés par des relations, et les sèmes caractérisent les relations que contractent les sémèmes (c’est-à-dire, caractérisent ces sémèmes). Aussi le problème concernant l’intégration des sèmes dans un sémème exige d’être mieux posé – comme suit : la détermination relationnelle des sèmes générique et spécifique explique-t-elle l’intégration de leurs contenus respectifs ?

28Dans le cas le plus simple, une grandeur générique est le constituant sémantique commun à deux sémèmes en opposition. Elle ne peut donc en aucun cas être envisagée indépendamment du principe spécifiant qui différencie et établit les sémèmes. En effet, du seul point de vue de la composante générique, il n’y a pas deux sémèmes en opposition mais une seule grandeur indifférenciée. Un sème n’est donc générique que parce qu’il lui est appliqué un principe de spécification caractérisant deux sémèmes. En d’autres termes, la notion de généricité n’a de sens qu’au regard d’une spécification oppositive qui, en langue, s’y rapporte. Et inversement : un couple de grandeurs oppositives ne peut être qualifié de spécifique que s’il se trouve appliqué à une grandeur générique : /pour la marchandise/ vs /pour les humains/ tient un rôle spécifique parce qu’il existe une grandeur commune, à savoir /bateau/, qualifiable en langue par cette opposition. Le mode de l’identité structurale implique donc une interdétermination absolue entre généricité et spécificité. Généricité et spécificité sont deux aspects, deux faces, d’un même et unique fait relationnel. Cela permet-il alors de comprendre la fusion nécessaire des sèmes spécifique et générique dans le sémème ? De prime abord, il le semblerait.

29En effet, si un sème générique n’existe que corrélé à un sème spécifique, et réciproquement, cela explique bien le principe de leur intégration dans le sémème : sèmes générique et spécifique ne sont pas des entités indépendantes à fusionner mais sont à l’image du signifiant et du signifié : ils n’existent que l’un par rapport à l’autre ; c’est leur jonction même qui les constitue en tant que tels. Sèmes générique et spécifique sont donc nécessairement conjoints dans le sémème.

30Mais ce raisonnement est abusif. Car l’interdépendance entre spécificité et généricité est établie non pas entre un sème spécifique et un sème générique, mais entre un sème générique et un couple oppositif de sèmes : si une grandeur est générique, ce n’est pas parce qu’il existe un sème qui s’y applique – ce qui d’ailleurs n’a aucun sens entendu que la notion de pertinence sémantique repose entièrement sur le principe d’une opposition –, mais parce qu’il se trouve un couple de sèmes qui caractérise la grandeur initiale en deux sémèmes opposés. Aussi, la synthèse nécessaire des sèmes d’un sémème ne peut donc être expliquée ni substantiellement, ni relationnellement. Encore une fois, la validité de l’équation S = sp + sg est remise en question.

2.2.3 – Difficultés interprétatives

  • 35 G. Kleiber et I. Tamba, 1990.

31Choisissons une équation sémique particulière, et voyons quelle lecture en donner. Par exemple35, au sein d’un taxème facile à concevoir, le sémème ‘écarlate’est composé du sème générique /rouge/ et du sème spécifique /vif/. Ce qui correspond à la formule :

32‘écarlate’ = /rouge/ + /vif/

33Cette écriture qui semble donner accès aux composantes sémantiques d’’écarlate’ indépendamment les unes des autres (/rouge/ peut y être considéré indépendamment de /vif/ et réciproquement) suggère alors des interprétations fondées sur des « extractions » sémiques, comme, par exemple : « si l’objet X est écarlate alors il a la propriété d’être rouge »– la possibilité de cette interprétation tenant au fait que le sème /rouge/ peut être envisagé séparément de /vif/ et, partant, que le sens d’écarlate comporte distinctement le sens de /rouge/.

  • 36 Ibid., p. 13.

34Mais une telle lecture se découvre problématique. En effet, le sens de /rouge/, considéré en tant que tel, déploie un espace de significations qui déborde celui d’‘écarlate’ et qui est donc passible de caractérisations dont ‘écarlate’ ne peut être l’objet : « Il est clair que rouge doit contenir un trait général qui indique la possibilité de plusieurs nuances de rouge. Ce trait ne peut évidemment se retrouver dans le sens d’écarlate, puisqu’il ne s’agit plus que d’une nuance vive de cette couleur36. » On ne peut donc affirmer que la teinte écarlate a, en langue, la propriété d’être rouge.

35D’un certain point de vue, cette réfutation semble aller de soi. D’une part, parce que l’interprétation contestée repose sur une compréhension incorrecte des structures sémiques, à savoir sur une autonomisation abusive des traits spécifique et générique, et, d’autre part, parce qu’un certain bon sens nous certifie que de l’écarlate ce n’est pas tout simplement du rouge, mais c’est du rouge de type vif. Il n’y a donc pas lieu de séparer les sèmes /rouge/ et /vif/ dans l’équation du sémème. Mais le problème subsiste, car cette conception alternative de l’équation du sémème engendre à son tour des difficultés.

  • 37 H. Jorgensen et F. Stjernfelt, 1987, p. 90.

36Parce que, comme il a été examiné au paragraphe précédent, la jonction nécessaire entre les sèmes spécifique et générique ne procède pas de leur contenu. Aussi, sous l’angle des significations, rien n’impose ni n’explique la jonction des sèmes /rouge/ et /vif/. Et même à supposer l’existence de cette jonction : si /rouge/ et /vif/ étaient indissociables relativement à ‘écarlate’ ; si, suivant les modes relationnels hjelmsléviens, la présence de l’un des sèmes impliquait nécessairement la présence de l’autre et réciproquement, alors, c’est la possibilité même de l’analyse du sémème qui serait récusée. Car on se trouverait en présence d’une interdétermination sémique qui « colle les deux termes ensembles, [...] les réunit à tel point qu’ils deviennent inséparables [...] et si deux termes se manifestent toujours ensemble, il est désormais impossible de les séparer à leur propre niveau37. »

37Il y aura donc lieu, plus avant, de réviser quelques pans de l’analyse sémique pour dépasser ces différentes inconséquences.

2.2.4 – Difficultés opératoires

  • 38 F. Rastier, 1985.
  • 39 F. Rastier, 1987, p. 15.

38Comme l’a observé F. Rastier38, certaines méthodes « classiques » de l’intelligence artificielle reprennent implicitement les modalités descriptives de l’analyse sémique : cette dernière « est équivalente formellement aux réseaux sémantiques utilisés en Intelligence Artificielle39 ». Il sera donc intéressant de se tourner vers l’intelligence Artificielle pour y examiner certaines difficultés qui dérivent directement des représentations en composants sémantiques. Celles dont nous allons traiter sont afférentes aux procédures de sélection d’unités lexicales.

  • 40 F. Rastier, 1991, p. 124.

39Les réseaux sémantiques, qui « sont utilisés pour modéliser des contenus linguistiques40 », se présentent comme des systèmes de nœuds reliés par des arcs. Les nœuds correspondent à des sémèmes et les arcs, aux relations que les sémèmes entretiennent et qui les caractérisent. Parmi les relations que contractent les nœuds, on compte bien évidemment la relation hypéronyme/hyponyme.

  • 41 W.-J.-M. Levelt, 1992, p. 6.
  • 42 Ibid., p. 5.
  • 43 Ibid., p. 6.
  • 44 Ibid., p. 7.

40Dans des systèmes de représentation ainsi structurés, les procédures de sélection d’un item lexical, c’est-à-dire les procédures d’activation d’un nœud auquel est attaché un certain contenu « visé » par ailleurs, s’avèrent inopérantes si elles ne sont pas contraintes par un principe externe. En effet, il se trouve que le faisceau d’informations qui « active » une unité du réseau est aussi susceptible d’activer les unités du genre prochain. Dans un tel système de production, « when a speaker intends to express the concept CAT, then all conceptual conditions for the retrieval of the lemma animal are also satisfied, because the meaning of cat entails the meaning of animal. Why then does the speaker not say animal instead of cat41 ? » (un lemme est une unité définie sémantiquement et syntaxiquement42). Ce problème est intitulé « problème de l’hypéronyme », et il se formule comme suit : « When lemma A’s meaning entails lemma B’s meaning, B is a hyperonym of A. If A’s conceptual conditions are met, then B’s are necessarily also satisfied. Hence, if A is the correct lemma, B will (also) be retrieved43. » La solution pour bloquer cette propagation d’activations qui part des termes spécifiques vers leurs génériques consiste à postuler un « principe de spécificité » tel que « of all lemmas whose conditions are satisfied by the concept-to-be-expressed the most spécifie one (the most entailing one) should be selected44. »

  • 45 D. A. Cruse, 1986.
  • 46 J. Lyons, 1990.

41Le problème de l’hypéronyme dérive en fait d’une hypothèse implicite de compositionalité et non du rapport hypéronyme/hyponyme – du moins tel qu’il est défini par Cruse45 ou Lyons46. En effet, suivant la définition de Cruse et Lyons, « B est un hypéronyme de A » signifie que « le sens de A implique celui de B ». Or, c’est une chose admise en logique, les données d’une mineure et d’une implication ne sont pas suffisantes pour passer à la conclusion. La réalisation du programme de construction que constitue une implication nécessite un acte opératoire – généralement défini par une règle d’inférence. Aussi, il ne suffit pas que B soit un hypéronyme de A et que « les conditions conceptuelles déterminant A soient satisfaites » pour que « celles de B soient aussi satisfaites ». La seule donnée de A et de l’implication entre A à B ne suffisant pas à générer B.

42Le problème de l’hypéronyme ne se pose donc que si l’activation de A déclenche directement, i.e. sans le recours à un mécanisme extérieur, celle de B. L’hypothèse de la compositionalité vérifie ce cas de figure – tout en respectant la définition de l’hypéronymie avancée par Cruse et Lyons. En effet, suivant cette hypothèse, le contenu d’un sémème est formé d’éléments autonomes et identitaires susceptibles d’être extraits et traités indépendamment de ceux avec lesquels ils composent le sémème. Partant, l’activation d’une composante sémantique provoque l’activation de tous les termes spécifiés par cette seule composante : si l’on peut décomposer A sous la forme A = a + b et si B = b, alors on a bien « A implique B » (i.e. B est un hypéronyme de A), et l’activation de l’hyponyme A, à savoir l’activation de a et b, entraîne bien celle de l’hypéronyme B (= b).

43Le problème de l’hypéronyme partage donc les mêmes racines que la difficulté rencontrée dans l’interprétation de l’équation du sémème ‘écarlate’ – difficulté qui, rappelons-le, résulte de la possibilité d’identifier et d’« extraire » des composantes autonomes de sens.

3 – La perspective saussurienne

3.1 – La notion de valeur : introduction

  • 47 F. de Saussure, 1972, p. 160.
  • 48 Ibid., p. 160.
  • 49 Ibid., p. 159.
  • 50 Ibid., p. 159.

44Une valeur est définie par deux propriétés, toutes deux relationnelles. La première propriété d’une valeur réside dans sa correspondance avec des entités extérieures au système au sein duquel elle est considérée. Par exemple, la valeur d’une pièce de cinq francs tient à ce « qu’on peut l’échanger contre une quantité déterminée d’une chose différente, par exemple du pain47 ». La seconde propriété se trouve dans les relations qu’une valeur contracte avec d’autres valeurs du système dont elle est membre. Par exemple, « [...] on peut la comparer [la pièce de cinq francs] avec une valeur similaire du même système, par exemple une pièce d’un franc48 ». Ces deux dimensions relationnelles, l’une extérieure et l’autre intérieure au système où se constituent les valeurs, sont définitoires de la notion de valeur : « Elles [les valeurs] sont toujours constituées : 1° par une chose dissemblable susceptible d’être échangée contre celle dont la valeur est à déterminer ; 2° par des choses similaires qu’on peut comparer avec celle dont la valeur est en cause49. » Soulignons de nouveau, après Saussure, que « Ces deux facteurs sont nécessaires pour l’existence d’une valeur50. »

  • 51 C. Zilberberg, 1988, p. 17.

45Mais la majorité des exégètes et des continuateurs de Saussure ont essentiellement retenu la seconde dimension de la valeur. Comme l’a très justement souligné C. Zilberberg, « la tradition linguistique s’est constituée par l’adoption du second principe et l’abandon, non théorisé..., du premier51 ». Deux raisons majeures sont sans doute à l’origine de l’oubli relatif qu’a connu le premier aspect de la valeur. D’une part, la conception des identités de langue comme grandeurs purement relationnelles – conception qui réfère à la seconde dimension de la valeur – compte parmi les apports fondamentaux de Saussure et, très logiquement, a donc été le principal objet d’attention et de développements. D’autre part, il faut reconnaître que le principe et les modalités de la connexion des deux composantes d’une valeur dans un système linguistique global et cohérent posent des problèmes assez ardus.

46Dans un premier temps, se conformant à la perspective dominante, nous porterons notre attention sur la seule dimension systémique (second aspect) de la notion de valeur. Nous préciserons la nature des formes qui déterminent une valeur, puis, après un court examen critique de ces modalités formelles, nous serons conduits à préciser les différents régimes relationnels qui, dans la conception saussurienne, administrent le système linguistique. On distinguera ainsi les deux types de rapport de différence et le rapport d’opposition. A la suite de quoi, il nous sera possible d’esquisser le schéma d’une articulation des deux facteurs composant une valeur au sein d’une système fonctionnel déterminant l’élaboration du signe comme entité organique.

3.2 – Nature formelle de la « valeur »

47Si la pensée de Saussure est traversée de nombreuses zones d’ombres, certains concepts ont fait l’objet d’expositions suffisamment claires, détaillées et récurrentes pour qu’aucun doute ne subsiste quant à leur contenu. Ainsi, il est bien établi, d’une part, que la composante systémique d’une valeur procède de rapports de différence, et, d’autre part, que les notions d’identité négative (ou identité différentielle) et de limitation réciproque s’équivalent.

  • 52 Ibid., p. 163.
  • 53 F. de Saussure, 1972, p. 166.
  • 54 Ibid., p. 162.

48La nature différentielle d’une valeur ressort très clairement dans la série de citations suivante : (nous soulignons les termes sur lesquels nous reviendrons) : « la valeur est constituée uniquement par des rapports et des différences avec les autres termes de la langue52 » ; « dans la langue [présentée initialement comme système de valeurs] il n’y a que des différences [...] [et] il n’y a que des différences sans termes positifs53. » et « Quand on dit que [les valeurs] correspondent à des concepts, on sous-entend que ceux-ci sont purement différentiels, définis non pas positivement par leur contenu, mais négativement par leurs rapports avec les autres termes du système. Leur plus exacte caractéristique est d’être ce que les autres ne sont pas54. »

  • 55 R. Godel, 1969, p. 198-199.
  • 56 Ibid., p. 197.

49Par ailleurs, identité négative (ou identité différentielle) et limitation réciproque sont bien des termes désignant un même mode de constitution d’objet. Ce point de vue, qu’attestent les précédentes citations, est une certitude analytique. En effet une unité A déterminée par des jeux de limitations réciproques avec son entourage B, C... établit son identité sur le fait qu’elle n’est ni B, ni C..., donc établit son identité sur ses différences avec B, C... et, partant, il s’agit bien d’une identité négative. Ces évidences sont confirmées par Godel qui note, concernant le plan du contenu, « Que les signifiés [...] [sont] différentiels et leur limitation toute négative, cela ressort de ce passage du deuxième cours [...] : “Si vous augmentez d’un signe la langue, vous diminuez d’autant la signification des autres. [...]”55. ». Ou encore : « La différence, en soi, est bien un caractère négatif : si a est différent de b, cela revient simplement à dire que a n’est pas b56. » Ceci étant, examinons de plus près l’être formel des identités négatives.

  • 57 F. de Saussure, 1915, p. 166.
  • 58 J. Petitot, 1988, p. 34.
  • 59 J. Petitot, 1985 b, p. 67.
  • 60 Ibid., p. 42.

50Le rapport de différence conçu comme un jeu de limitations réciproques établissant des identités négatives engage une conception topologique et dynamique des formes linguistiques. En effet, les concepts de limitation réciproque, de voisinage (« les mots qui expriment des idées voisines se limitent réciproquement »), tout comme ceux d’entourage (« la valeur de n’importe quel terme est déterminée par ce qui l’entoure ») et de différencianté sont ceux-là même qui président aux formes topologiques. Comme le souligne J. Petitot, la notion de structure élaborée par Saussure renvoie fondamentalement à l’intuition d’un ordre positionnel : une structure topologique consiste dans la division d’un substrat par un réseau de seuils (« [comme] autant de découpures faites dans la masse de la pensée57 ») qui y instaurent des sous-domaines, c’est-à-dire des identités de position déterminées par des limitations – ou frontières – avec ce qui les entoure. Ces limitations instituent bien des rapports de réciprocité, de négativité et de différencialité entre les identités qu’elles établissent. En effet, une frontière impose de fait dans sa réalisation la présence de plusieurs domaines par rapport auxquelles elle fait frontière. Partant, une unité topologique est indétachable des autres unités qui la fondent dans des rapports de détermination réciproque : « Les domaines [...] n’ont pas d’existence autonome. Ils n’existent que par leur jonction58 ». Par ailleurs, comme l’identité d’un domaine tient tout entière dans les frontières qui le circonscrivent, cette identité est donc négative et différentielle : les frontières n’expriment en effet que des faits de démarcation, d’où la négativité, et de « commutation », i.e. d’altération différentielle, lorsqu’elles sont franchies. La valeur saussurienne, dans sa seconde composante, est donc une identité de position, non au sens d’une unité insérée dans un réseau relationnel, mais suivant une acception géométrique, comme un lieu dans un espace catégorisé : « Un “espace” structural est un espace partagé en domaines (places) par un système de différences59. » et « L’identité d’une unité linguistique dans un système paradigmatique est une valeur, c’est-à-dire une identité purement positionnelle60. » Plus précisément encore, la notion de valeur trouve sa détermination achevée dans le cadre d’une approche morphodynamique : topologique et dynamique.

  • 61 F. de Saussure, in R. Godel, 1969, p. 199.
  • 62 F. de Saussure, 1915, p. 154.

51En effet, les valeurs étant définies en termes de limitations réciproques, c’est-à-dire par leur caractère « conflictuel », le réseau de frontières déterminant les différents domaines d’un espace substrat ne procède donc pas d’un ordre statique, mais dynamique. Les équilibres établis, qui s’expriment par des frontières, sont issus de la neutralisation des tendances de chaque domaine à envahir l’ensemble du substrat : « les synonymes “craindre, redouter” n’existent que l’un à côté de l’autre ; craindre s’enrichira de tout le contenu de redouter tant que redouter n’existera pas (R). Même, allons plus loin : chien désignera le loup tant que le mot loup n’existera pas61. » Le dynamisme ici envisagé comme jeu d’antagonismes se disputant des régions de l’espace substrat trouve son expression accomplie dans un dynamisme plus primitif d’émergence des frontières (établir ce dernier point nécessite toutefois des considérations mathématiques que nous reportons au chapitre suivant). Aussi, les valeurs relèvent-elles essentiellement d’un processus de genèse de limitations réciproques. C’est bien là l’esprit de la perspective morphodynamique qui explicite et réalise mathématiquement la pensée saussurienne : les identités-valeurs (« la notion d’identité se confond avec celle de valeur et réciproquement62. ») ne sont pas des entités disponibles dans une sorte de réservoir que serait le système linguistique, mais des termes chaque fois reconstruits, reconstitués lors de parcours dynamiques où s’élaborent des identités négatives. Nous reviendrons longuement sur cet aspect fondamental des mécanismes du langage. Dans l’immédiat, nous montrerons que le seul régime de la différencialité n’est pas suffisant pour rendre compte des structures linguistiques. À la suite de quoi nous introduirons les distinctions que Saussure a établi entre les rapports de différence et d’opposition et nous examinerons comment ces différentes modalités organisationnelles se composent pour dépasser la limitation observée.

52Il convient de souligner que le parcours argumentatif ici suivi fait momentanément et volontairement abstraction des résultats de la théorie morphodynamique. Plutôt que d’appliquer directement à l’étude des phénomènes langagiers des régimes de structure déduits de principes généraux, nous préférons d’abord, nous appuyant sur la pensée saussurienne, mettre informellement au jour le schéma d’organisation interne du signe (et, corrélativement, rendre compte de son insécabilité). Ensuite seulement, nous nous tournerons vers la théorie morphodynamique pour apporter au schéma précédemment identifié toute la rigueur et la précision requises. Il va toutefois sans dire que le recours à la théorie morphodynamique ne procède pas de motivations purement utilitaires ; il est fondé sur une profonde adéquation entre les concepts saussuriens et les formes d’organisation (essentiellement topologique et dynamique) que cette théorie explicite et élabore.

3.3 – Insuffisance de la négativité

53On a vu que, dans leur seul aspect systémique, les valeurs sont des identités de position : des zones qui résultent de l’avènement d’un système de frontières dans un espace substrat, d’expression ou de contenu. Considérons alors, pour aider le raisonnement, le cas de figure minimal où l’espace est divisé en deux sous-domaines par le fait d’une unique frontière F. Pour fixer les idées, reprenant un exemple de Saussure, on peut considérer que le substrat sémantique est l’espace des occurrences de la famille des canidés, et que les sous-domaines se rapportent aux vocables loup (L) et chien (C) (voir fig. 1) :

54Il est alors aisé de montrer (voir infra) que, définies négativement, les identités de IL et C se retrouvent détachées du substrat particulier qu’elles compartimentent. Il s’ensuit, dans notre exemple, que les identités de loup et de chien sont réduites à de pures identités formelles, identiques alors à toutes celles résultant d’une même procédure de catégorisation – comme, par exemple, les identités des verbes craindre et redouter qui, pareillement à loup et chien, partitionnent un substrat générique – cette fois le substrat des « sentiments d’appréhension ».

55Si l’on se tient strictement à la notion de négativité, les identités IL et C se renvoient l’une l’autre dans un jeu des déterminations abstraites qui dénoue toute liaison avec la substance particulière de leur espace générique. Le raisonnement est des plus directs. On remarque d’abord que, défini comme ce que C n’est pas, IL ne s’identifie pas à l’ensemble des occurrences qui ne sont pas celles regroupées sous C, c’est-à-dire au complémentaire « positif » de C. Pour deux bonnes raisons. D’abord, s’il était possible de reconnaître toutes les occurrences de C pour identifier ensuite celles de IL, la réciproque serait aussi vraie, et, en conséquence, les regroupements respectifs des éléments de IL et de C seraient donnés d’avance et indépendamment l’un de l’autre. Aussi, l’existence d’un frontière apparaîtrait comme un fait secondaire et contingent – ce qui contrevient radicalement à la pensée saussurienne. D’autre part, si la négation ensembliste de C permettait d’atteindre toutes les occurrences de IL, le regroupement « positif » des entités de IL ne constituerait jamais qu’un conglomérat hétérogène, un collection sans unité. Aussi, il est inconséquent d’identifier IL à un simple regroupement d’occurrences. Pour aborder le second volet de la « démonstration », reprenons le précédent argument. Ce qui fait défaut à un regroupement « positif » construit par complémentation, c’est un principe d’unité. Or dans le cas d’une détermination « négative », ce principe réside justement dans la négation d’une grandeur appariée : ce qui rassemble et homogénéise les occurrences de IL enregistrées suivant le critère de « ne pas relever de C », c’est justement le fait d’être « en négation de C ». En d’autres termes, l’identité du domaine L est exactement et seulement d’être ce que C n’est pas. Comme, réciproquement, C n’est que ce que n’est pas, il s’ensuit que l’identité de L se construit suivant un schéma qui n’engage aucune caractéristique du substrat, seul compte le rapport d’opposition entre L et C. Autrement dit, les identités de L et C, qui sont élaborées indépendamment de ce que IL et C peuvent positivement être dans leurs différentes réalisations, constituent des identités purement formelles. Le seul fait positif qui ressort d’une telle distribution structurale c’est celui d’une frontière, d’un seuil différenciateur, exprimant la possibilité d’une alternance qualitative, de L vers C par exemple, sans que cette alternance n’implique de caractéristiques substantielles, et ordonnant un jeu sous-jacent et abstrait d’oppositions entre états virtuel et actuel (sur ce point, voir chap. VI) qui caractérisent les identités L et C : lorsqu’on se trouve en L, on est dans un état actuel en opposition à un autre état virtuel appelé ici C, et le franchissement de la frontière renverse la situation : on actualise alors l’état opposé C caractérisé par son opposition à IL alors virtuel mais potentiellement actualisable.

56En résumé, si l’on suit à la lettre la définition de la valeur (dans son aspect systémique) on est conduit à se détacher des substances pour aboutir à une compréhension strictement formelle et abstraite des « objets-valeurs ». On est passé de l’idée d’une frontière dans l’espace substrat à celle d’une connexion oppositive entre états abstraits, virtuels et actuels, caractérisés par leur seule opposition formelle. En d’autres termes, on a évacué tout ce qui caractérise en propre les domaines du contenu ou de l’expression. Mais au plan de la réalité linguistique, de l’exercice intuitif du langage, un tel détachement de toute substance se révèle déconcertant : il est flagrant que la langue met en jeu des sens et des sons, et que ce n’est donc pas une forme radicalement désincarnée comme celle à laquelle l’examen de la composante systémique de la valeur nous a conduit. Si la langue est une forme, elle est une forme qui investit une matière pour y instituer des grandeurs de nature linguistique. Il est donc nécessaire de prolonger la démarche jusqu’ici suivie en cherchant à reconnaître les modalités de la coalescence entre les faits de forme pure et la matière où ils s’incarnent. À cette fin, il sera utile d’examiner plus en détail les notions de différence et d’opposition telles qu’elles ont été définies par Saussure.

3.4 – Opposition et différences

  • 63 R. Godel, 1969, p. 198.
  • 64 T. de Mauro, notes à F. de Saussure, 1972, p. 466-467.

57Les rapports de différence et d’opposition qui sont au fondement du système de la langue ne doivent pas être confondus. Comme le souligne Godel, « À en juger par les notes des étudiants, la distinction entre opposition et différence a été observée assez constamment par Saussure63 » – distinction corroborée par T. de Mauro qui fait état « [d’un] rapport d’opposition que Saussure tend à concevoir comme différent du rapport de différence64. » Examinons alors le contenu des notions de différence et d’opposition, ainsi que le mode de leur connexion.

3.4.1 – Les rapports de différence

58Dans un paragraphe précédent (3.2), nous avons établi l’équivalence des notions de différence, de limitation réciproque et d’identité différentielle et négative, et nous avons montré que ces notions relèvent d’un niveau d’analyse topologique : les identités négatives sont des domaines d’un espace substrat divisé par un système de frontières. Suivant cette optique, la relation de « différence » est alors établie entre grandeurs relevant d’un domaine de matérialité commun, à savoir l’espace substrat : par exemple, la relation de limitation réciproque entre les mots loup et chien se réalise par une frontière dans un même substrat de contenu, celui des occurrences de la famille des canidés. Ce type de relation de différence qui s’instancie dans une région donnée et la catégorise, sera dénommé différence négative. La différence entre deux phonèmes, /p/ et /b/ mettons, est un exemple type de différence négative : la dimension du voisement est catégorisée par un seuil différenciateur instituant des traits distinctifs et déterminant des identités phonématiques. Parallèlement à la différence « négative », qui institue les valeurs, Saussure envisage implicitement une autre sorte de rapport de différence que nous dénommerons différence distinctive. La différence « distinctive » est une différence élaborée sur des différences « négatives ». Elle relève donc d’un niveau plus élevé de la hiérarchie linguistique : les différences négatives produisent les identités avec lesquelles sont construits des agencements complexes distincts. À l’inverse des « différences négatives », les « différences distinctives » ne procèdent pas d’une subdivision d’un substrat commun : elles sont à leur niveau mutuellement extérieures et indépendantes (non-coïncidentes), et c’est pour cela que la discrimination introduite entre ces deux types de différence semble nécessaire.

  • 65 R. Godel, 1969, p. 199.

59S’agissant des différences « distinctives », Saussure a essentiellement en vue les signifiants : « sans le reconnaître expressément, Saussure devait penser que les différences des signifiants se laissent observer et analyser plus aisément que celles des signifiés. Deux “suites de sons” quelconques ne peuvent différer que par le nombre, la qualité et l’ordre des unités irréductibles65. » Dans cette citation on voit bien que la relation de différence réfère à un rapport de discrimination (différence distinctive) plutôt qu’à une relation de limitation réciproque (différence négative). Par exemple, les signifiants avion et voiture sont construits sur des identités phonématiques négatives mais n’entretiennent évidemment pas un rapport différentiel, tout du moins direct.

60La distinction entre les différences « distinctives » et « négatives » semble s’imposer, mais elle n’est pas explicitement formulée dans l’œuvre saussurienne. Aussi, pour établir fermement sa validité, il conviendra de la motiver plus encore, d’une part, en la situant relativement à d’autres concepts primordiaux du structuralisme saussurien, et, d’autre part, en montrant que la consistance des formes langagières suppose une telle distinction. Pour ce faire, revenons plus précisément sur le rapport de différence.

3.4.2 – Différences et opposition

61Le mode relationnel de la « différence » engage et institue des grandeurs d’une même nature : soit des grandeurs du contenu, soit des grandeurs de l’expression. Du coté du contenu, comme on a vu, la relation de différence doit être entendue comme une relation de limitation réciproque. Du coté de l’expression, elle présente deux aspects : soit, concernant les unités phonématiques élémentaires, elle désigne, tout comme au plan du contenu, un régime différentiel, soit, s’agissant cette fois des formes complexes de l’expression, elle relate simplement leur non-coïncidence, i.e. leur dissemblance (différence « distinctive »). Examinons alors, d’une part, les relations que contractent les rapports de différence (« négative ») réalisés dans chacun des plans, et d’autre part ce qui les distingue du rapport d’opposition.

  • 66 F. de Saussure, 1972, p. 166.
  • 67 F. de Saussure, in R. Godel, 1969, p. 244.
  • 68 F. de Saussure, 1972, p. 156.

62Selon Saussure, les différences de l’expression et du contenu participent d’un rapport de détermination mutuelle : « Un système linguistique est une série de différences de sons combinées avec une série de différences d’idées66. » Ce principe d’un rapport de conditionnement réciproque entre les deux systèmes de différences est exposé avec la plus grande clarté et ne fait aucun doute : « Il n’y a que des différences, qui sont de deux ordres et se conditionnent les unes les autres67 ». Et c’est cette conception qui est illustrée par le célèbre schéma des « masses amorphes » du son et du sens dont « l’union [régie par la faculté de langage], aboutit nécessairement à des délimitations réciproques d’unités68. » (voir fig. 2). Qu’en est-il du rapport d’opposition ?

  • 69 Ibid., p. 167.
  • 70 F. de Saussure, in R. Godel, 1969, p. 259.
  • 71 R. Godel, 1969, p. 197.

63Alors que les rapports de différence investissent chaque plan séparément, le rapport d’opposition implique des grandeurs duales conjoignant les deux plans, à savoir les signes. Sur ce point, aussi, les sources sont sans équivoque et aucun doute n’est permis : « Dès que l’on compare entre eux les signes [...] on ne peut plus parler de différence ; l’expression serait impropre, puisqu’elle ne s’applique bien qu’à la comparaison de deux images acoustiques [...] ou à celle de deux idées [...] ; deux signes comportant chacun un signifié et un signifiant ne sont pas différents, ils sont seulement distincts. Entre eux il n’y a qu’ opposition69 », ou encore : « Il n’y a de différences que si l’on parle soit des signifiés soit des signifiants. Quand on arrivera aux termes eux-mêmes, résultant de rapports entre signifié et signifiant, on pourra parler d’opposition70 ». En résumé, « deux signifiants ou deux signifiés sont différents ; deux signes sont opposés71. »

64Mais on conviendra que tout cela manque de clarté : on ne voit pas bien encore, à travers les précédentes citations, quelles sont les caractéristiques exactes de la relation d’opposition, ni comment elle se raccorde précisément aux rapports de différence.

  • 72 Ibid., p. 200.
  • 73 Ibid., p. 197.

65Pour effectuer un premier pas dans le traitement de cette question, revenons sur la complexion du signe linguistique. On sait, d’une part, que le signe est le lieu de fusion des identités différentielles de l’expression et du contenu, et, d’autre part, qu’il est déterminé par des rapports syntagmatiques et paradigmatiques. Aussi, on peut raisonnablement concevoir la relation d’opposition, qui engage le signe dans sa totalité, comme la détermination suivant les rapports syntagmatique et paradigmatique du mode fondamental de la différence. Et c’est bien cette interprétation que rapporte Godel : « la définition saussurienne de l’opposition [est] : différence conjointe à un rapport, [et] le jeu des différences se manifeste dans deux ordres de rapports : celui des syntagmes et celui des associations72. », ou encore : « dès l’instant où un rapport existe [...] entre a et b, ils sont membres d’un même système, et la différence devient opposition73. »

66A ce stade, on retiendra donc deux choses : d’une part, les rapports de différence « négative » entre signifiés d’un côté et signifiants de l’autre se conditionnent réciproquement : ils participent d’une sorte d’équilibre structural qui les instaure les uns en regard des autres, et, d’autre part, la relation de différence entretient une connexion avec le mode des rapports syntagmatique et paradigmatique – et elle porte dans ce cas le nom d’opposition. Examinons maintenant de plus près ces deux caractéristiques fonctionnelles.

3.4.3 – L’interdépendance des formes de l’expression et du contenu

67Le rapport de conditionnement réciproque entre les différences des deux plans est représenté dans la (célèbre) figure où les deux masses amorphes s’imprègnent et s’ordonnent mutuellement (fig. 2).

  • 74 L. Hjelmslev, 1968, p. 68.
  • 75 F. de Saussure, 1972, p. 155-156.
  • 76 F. de Saussure, in R. Godel, 1969, p. 92.

68On sait que Hjelmslev portait un regard sévère sur cette illustration informelle : « cette expérience pédagogique, si heureusement formulée qu’elle soit, est en réalité dépourvue de sens, et Saussure doit l’avoir pensé lui-même74. » Certes, un tel schéma n’a rien de démonstratif mais il peut soutenir l’examen de la pensée saussurienne, et c’est à ce titre que nous nous y référons. Si l’on considère les domaines A et B séparément, les lignes (frontières) qui les structurent délivrent une représentation naïve mais fondée des rapports topologiques de délimitation, c’est-à-dire des rapports de différence négative (voir supra). Les insuffisances apparaissent lorsqu’on examine les modalités de détermination réciproque des frontières instanciées dans les deux masses amorphes – ces modalités qui réalisent « une série de subdivisions contiguës dessinées à la fois [nous soulignons] sur le plan des idées confuses (A) et sur celui non moins indéterminé des sons (B)75 ». Parce que, de toute évidence, il ne suffit pas de tracer une ligne continue sur deux domaines pour rendre compte du fait que « [les] différences se conditionnent les unes les autres76 ». Mais, si ce schéma n’explique rien, il permet, d’une part, de voir que la relation de l’expression au contenu ne saurait être pensée d’une façon aussi directe qu’elle est ici figurée, et, d’autre part, de motiver la notion de différence « distinctive ».

  • 77 F. de Saussure, 1972, p. 164.
  • 78 Ibid.

69En effet, dans le plan de l’expression les domaines délimités sont bien évidemment des unités phonématiques : « Chaque idiome compose ses mots sur la base d’un système d’éléments sonores dont chacun forme une unité nettement délimitée77 ». Aussi, si l’on se conformait à la distribution des frontières établissant les grandeurs des plans A et B en regard les unes des autres, chaque opposition phonématique se trouverait appariée à une opposition sémantique – configuration structurale et conjoncture pour le moins contestables. En conséquence, il sera nécessaire de concevoir un ordre de correspondance plus complexe entre les formes structurant les deux domaines amorphes : un ordre tel que le régime des oppositions phonématiques sur lequel « Chaque idiome compose ses mots78 » ne soit pas « directement » corrélé au système de différences catégorisant la substance du contenu.

70Dans une telle composition fonctionnelle, au plan de l’expression, les différences « négatives » vont donc constituer une sous-structure dont les unités servent à élaborer des formes plus complexes (tout simplement : les formes de mot), et, ce sont les rapports de différence « distinctive » que contractent ces formes complexes qui vont contribuer à l’établissement de valeurs différentielles du contenu. On est donc passé d’une structure à deux niveaux articulant sur chaque plan des rapports de différence négative à une structure à trois niveaux (voir fig. 3) où les rapports de différence négative administrent les premier et troisième niveau, et où le rapport de différence distinctive opère au second niveau.

  • 79 Ibid., p. 160.
  • 80 I. Tamba-Mecz, 1991, p. 46.

71Cette nouvelle conformation, où le plan de l’expression se trouve scindé en deux niveaux régis chacun par un type distinct de rapport de différence, est manifestement plus proche des données de l’expérience. En effet, de toute évidence, la différence79 de sens entre sheep et mutton ou entre redouter et craindre n’entretient pas une relation avec les différences négatives que contractent les phonèmes composant ces différentes formes de mot, mais avec les identités « distinctives » globales que celles-ci constituent. Par ailleurs, il n’est en rien inconséquent « d’éloigner » le niveau des formes phonologiques de celui des rapports sémantiques et de lui allouer ainsi une certaine autonomie : le simple fait que l’on puisse produire des enchaînements phonématiques recevables en langue mais ne véhiculant aucune signification, donc que l’on puisse produire des signifiants sans signifiés correspondants, suffirait à l’attester. Plus rigoureusement, il est aujourd’hui établi « [...] qu’une forme signifiante est reconnaissable grâce à sa permanence “schématique” (toute occurrence de signifiant s’identifie par référence à un prototype mémorisé invariant)80 ». L’identité des formes de mot est donc bien en partie déliée du système des signifiés.

3.4.4 – Architecture différentielle et oppositive

72Il faut maintenant élucider le principe du raccordement fonctionnel des second et troisième niveau du schéma précédent. C’est à ce moment que l’on reprendra la notion d’opposition. L’opposition, rappelons-le, désigne un rapport de différence négative participant d’une connexion avec les relations syntagmatique et paradigmatique. Il faut reconnaître que la notion d’opposition ne frappe toujours pas par sa limpidité : la forme que peut prendre la connexion entre un rapport différentiel et les relations in praesentia et in absentia est loin de s’imposer d’emblée à l’évidence. On gagnera à formuler le problème plus précisément – comme suit : comment articuler en une totalité organique les deux sortes de différences opérant à leurs niveaux respectifs et le croisement des rapports syntagmatique et paradigmatique (soit au total quatre modalités relationnelles) ? Autrement dit, quelle architecture fonctionnelle peut conjoindre, d’une part, le niveau des grandeurs distinctives (de l’expression), d’autre part, le niveau des identités différentielles de signification, et, enfin les « axes » syntagmatique et paradigmatique ? Examinons d’abord les données « positives » dont nous disposons pour résoudre ce problème.

73D’abord, on sait que les éléments distinctifs (les signifiants) relèvent d’un niveau de structure en partie « délié » des modalités organisationnelles du palier sémantique – plus précisément, relèvent d’un niveau de structure qui entretient en langue une relation indirecte avec les formes différentielles du palier sémantique. Aussi, dans un premier temps, on considérera les formes de mots, par exemple redouter, craindre ou des formes comme abromol créées de toutes pièces pour la circonstance, comme des réalisations phonématiques complexes structurellement détachées de toute valeur significative en langue.

74Ensuite, on sait que les relations syntagmatique et paradigmatique impliquent le signe dans sa totalité (les deux faces). Cela signifie, d’une part, que les relations syntagmatique et paradigmatique participent à l’élaboration des signifiés (car elles sont fonctionnellement liées aux formes différentielles qui administrent les valeurs du contenu), et, d’autre part, qu’elles impliquent aussi le système des signifiants.

75La structure fonctionnelle, encore incomplète, qui progressivement se dessine est alors la suivante (fig. 4) :

76D’un côté : des grandeurs d’expression distinctives (les signifiants) relevant en tant que telles d’une sphère d’organisation en partie autonome, de l’autre : une substance du contenu régie par un système de formes différentielles, enfin, administrant la sphère des signifiants et la structure du contenu : les relations syntagmatique et paradigmatique (dorénavant S & P).

77Ce schéma fonctionnel est problématique en deux points. D’abord, on ne voit pas le rôle qu’y tiennent les signifiants (distinctifs). Ensuite, les termes entrant dans les rapports S & P ne sont pas clairement identifiés.

78On voit bien que pour dépasser la première imprécision, pour produire un schéma fonctionnel unitaire et cohérent, il faut combler le vide entre les unités distinctives de l’expression et la substance du contenu : il faut rajouter une dimension relationnelle. Cette dimension supplémentaire est justement la première composante de la valeur : le rapport d’échange entre des grandeurs mutuellement extérieures.

  • 81 F. de Saussure, 1972, p. 157.

79Rappelons en effet que jusqu’à présent, la notion de valeur a été traitée sous son seul aspect « systémique » (formel) : comme identité négative, ou, plus précisément, comme grandeur procédant d’un rapport de différence réalisé en substance. Mais on sait l’importance dans la pensée saussurienne de la connexion qu’entretiennent les plans de l’expression et du contenu : « La linguistique travaille [...] sur le terrain limitrophe où les éléments des deux ordres [sonore et sémantique] se combinent81. » : « La langue élabore ses unités en se constituant entre deux masses amorphes. » Toute la question est alors de comprendre le principe de cet « entre-deux » et de déterminer sa position fonctionnelle au sein d’un schéma global de construction des identités en langue.

3.4.5 – Le schéma fonctionnel du signe

  • 82 Ibid., p. 160.
  • 83 Ibid.
  • 84 Ibid.

80Pour ce faire, revenons à la notion de valeur envisagée dans son rapport d’échange. De même qu’une pièce de cinq francs peut être échangée contre du pain, « un mot peut être échangé contre quelque chose de dissemblable : une idée82 ». Ce rapport de « troc », Saussure le dénomme « signification » : « [un mot] peut être “échangé” contre tel ou tel concept [n.b. et non pas un signifié], c’est-à-dire qu’il a telle ou telle signification83. » La signification est donc la correspondance conventionnelle entre des unités distinctives de l’expression et des occurrences singulières de la substance du contenu, et non pas entre des unités distinctives et un signifié constitué. On comprend alors que « le français mouton peut avoir la même signification que l’anglais sheep, mais non la même valeur [systémique]84 ». Dans cette optique, aussi, la valeur (systémique) est une potentialité de langue et la signification une réalisation de parole. C’est ce lien de signification établi entre les grandeurs distinctives de l’expression et les éléments de la substance du contenu qui va combler le vide fonctionnel précédemment mentionné et remédier aux insuffisances observées.

  • 85 Ibid., p. 162.
  • 86 A. Culioli, 1990, p. 83.
  • 87 Ibid., p. 86.

81Soulignons encore que la relation de signification (Rs) n’est pas identique au rapport entre signifiant et signifié : c’est une correspondance conventionnelle de nature psycho-cognitive, mettons, et non pas linguistique, qui met en relation des formes de mot avec des identités singulières du contenu, avec la diversité des moments de pensée visés dans leur singularité irréductible. L’idée qu’une forme de l’expression « ouvre » sur une multiplicité d’occurrences dans un espace de sens est d’ailleurs aujourd’hui partagée par différents courants théoriques. Par exemple, pour Langacker « A complex predicate like [cat] or [banana] is more accurately viewed as a set of routines, which are interrelated in varions ways facilitating their coactivation85. » Sous un angle différent, A. Culioli dénonce cette « illusion que les mots désignent un sens, [...] que des mots pointent un sens, sont des pointeurs sémantiques86. » et poursuit : « Il y a foisonnement, c’est-à-dire que vous avez tout un ensemble de propriétés qui s’organisent les unes par rapport aux autres, qui sont physiques, culturelles, anthropologiques, et qui font qu’en fin de compte un terme ne renvoie pas à un sens, mais renvoie [...] à un domaine notionnel, c’est-à-dire à tout un ensemble de virtualités87. »

82Reconsidérons maintenant le schéma précédent après y avoir introduit le rapport d’échange Rs suivant lequel une forme de mot « pointe » vers des singularités de la substance du contenu (voir fig. 5). Précisons que cette connexion n’est pas figée : en parole, la forme de mot est susceptible de réaliser (très exactement : de parcourir) une infinité d’occurrences (α, β, γ...).

83Sur cette base, on peut maintenant identifier le principe de la connexion entre d’un côté, les rapports S & P et, de l’autre, le module des signifiants et les formes différentielles structurant le contenu.

84En effet, on sait que les rapports S & P concernent les deux faces du signe. Plus précisément les rapports S & P portent d’un côté sur des signifiants et, de l’autre, sur les modalités différentielles qui déterminent des signifiés. Mais si le régime de la première connexion semble clair (signifiants en rapport de coexistence ou d’alternance), il n’en est pas de même pour la seconde (formes différentielles en rapport de coexistence ou d’alternance). Or on observe que la connexion « directe » du module S & P à la substance du contenu se superpose à une connexion « indirecte » obtenue par composition fonctionnelle de la relation du module S & P au module des signifiants avec la relation de signification Rs. Aussi, pour éviter d’avoir à établir une articulation fonctionnelle en soi douteuse et structurellement superflue entre le module S & P et les formes oppositives du contenu, il est raisonnable et « naturel » de rompre la connexion « directe » entre le pôle S & P et le palier du contenu pour l’établir via le module des expressions distinctives et la relation Rs. Le schéma fonctionnel final est alors le suivant (fig. 6) :

85Dans ce schéma, les régimes de structure S & P occupent une position dominante : ils conditionnent les distributions syntagmatique et paradigmatique des signifiants et, à travers le rapport de signification, s’expriment sous forme différentielle dans les zones de contenu que « pointent » et « parcourent » les signifiants.

86Ce schéma requiert des nombreuses précisions supplémentaires. Tout particulièrement, il importera de préciser la nature des régimes S & P et les modalités suivant lesquelles ils gouvernent l’émergence de réseaux de frontières instaurant des identités négatives dans la substance du contenu. Nous reportons le traitement de ces questions au chapitre VII. Signalons toutefois, au risque d’anticiper, que la logique du schéma fonctionnel proposé institue les contraintes S & P en contraintes de recevabilité. En effet, les formes S & P gouvernent, via le module des signifiants, l’émergence de frontières dans la substance du contenu. Aussi, elles sont en relation avec le succès ou l’échec de cette opération. Dans le premier cas (succès) l’établissement d’un seuil différenciateur construit des identités de langue, dans le second cas (échec), aucune valeur de sens linguistique n’est produite. Autrement dit, les contraintes S & P sont fonctionnellement appariées, dans le premier cas, à la réalisation d’un objet de langue, et dans le second cas, au fait de l’inexistence en langue. L’ordre des contraintes S & P est donc clairement rattaché à celui du différentiel de recevabilité (pour plus de détails sur le régime de la recevabilité et sa relation à l’existence en langue, voir chap. III 3).

3.4.6 – Pour conclure

87Pour l’heure, conformément au programme fixé, nous nous contenterons de constater que le schéma fonctionnel proposé – qui est issu d’une approche topologique des phénomènes langagiers – ne permet pas d’envisager la décomposition du signifié. En effet, on voit bien que la construction du signifié « transite » entièrement (i) par les signifiants mobilisés pour la formulation des contraintes S & P et (ii) par la relation de signification. Aussi, les signifiés se révèlent indétachables des signifiants, puisque ceux-ci sont impliqués dans leur élaboration, puisqu’ils sont les intermédiaires par lesquels les contraintes S & P structurent la substance du contenu pour y produire des valeurs linguistiques. L’identification de « figures » de contenu sans corrélat dans le plan adjoint s’avère donc structurellement impossible.

88En conclusion, moyennant le choix d’une compréhension topologique des faits de langue, la décomposition du signifié est prohibée.

89Ce constat dressé, examinons maintenant quelles options architecturales et conceptuelles Hjelmslev élabore pour prolonger l’analyse linguistique sous le signe.

4 – La perspective hjelmslevienne

4.1 – Introduction

90L’indivisibilité du signifié découle, on l’a vu, d’une caractéristique fondamentale de la forme linguistique, à savoir sa nature topologique. La possibilité de décomposer le signifié dans la théorie glossématique dérive quant à elle d’une orientation générale de la problématique hjelmslevienne, à savoir l’orientation « déductive », – c’est du moins ce que nous proposons maintenant d’établir. A cette fin, il sera utile de rappeler intuitivement trois des concepts centraux qui articulent la pensée hjelmslevienne, et plus généralement, la perspective structurale « formaliste ».

  • 88 Ibid., p. 115.

91Le premier concept est celui de forme. La forme, ou structure, est un réseau relationnel abstrait, une système réglé de connexions, qui objective le champ des phénomènes envisagés. On sait en effet que dans la perspective structurale l’identité relationnelle prime sur l’identité d’objet : ce qui est connaissable, ce qui est accessible à la faculté de connaissance, donc ce qui est objectif, réel (suivant l’acception transcendantale de ce terme), ce n’est pas une entité matérielle individuée et autonome, dotée de qualités propres, et engageant sur cette base des rapports avec d’autres entités, mais c’est un tissu de relations aux croisements desquelles se constituent des identités de structure. Une telle distribution réglée de relations est donc dénommé forme. Nous retiendrons surtout le fait que la notion de forme est conçue par Hjelmslev sous un mode abstrait : la structure linguistique est une « forme pure », et cette « forme pure [est] définie par [ses seules] fonctions internes88 ».

  • 89 Ibid., p. 58.

92Parallèlement au concept de forme, Hjelmslev introduit les concepts de matière et de substance pour désigner un substrat, d’une part, en tant qu’il est susceptible de recevoir la forme linguistique, donc en tant que réceptacle potentiel, et, d’autre part, en tant que la forme linguistique y est incarnée, actualisée, donc en tant qu’il est administré par celle-ci. La « matière » est donc une région empirique quelconque (par exemple : psychique, socio-culturelle, acoustique, articulatoire ou graphique) envisagée indépendamment de toute structuration sémiolinguistique. Ce qui caractérise essentiellement une matière c’est son indépendance par rapport aux régimes de la forme linguistique : elle est amorphe du point de vue de l’ordre linguistique. La substance, quant à elle, désigne la matière ordonnée par le système de la langue : « substance veut dire substance sémiotique [...]. La substance est déjà sous la domination de la forme sémiotique [...]. C’est une substance sémiotiquement formée89. »

4.2 – Forme, substance et matière

93Pour introduire l’orientation « déductive » de la théorie glossématique qui nous mènera vers la décomposition du signifié, et, surtout, pour bien en souligner la teneur et l’importance épistémologique, on examinera d’abord les différentes relations que contractent la forme et la substance.

  • 90 L. Hjelmslev, 1985, p. 80.
  • 91 Ibid., p. 87-130.
  • 92 Ibid., p. 97.
  • 93 L. Hjelmslev, 1968, p. 134.

94Suivant un premier point de vue, qui est le plus immédiat dans la mesure où il prolonge directement leur compréhension intuitive, la forme et la substance entretiennent une relation dite de « manifestation ». En effet, les entités de la substance, que celle-ci soit de l’expression ou du contenu, sont élaborées, par définition, suivant l’ordre des formes linguistiques. Elles en constituent donc le reflet concret : une sorte d’incarnation qui extériorise le schéma abstrait de la langue. La substance se présente donc comme une « manifestation », un mode d’apparaître, de la forme linguistique : « D’ordinaire, nous appelons le manifestant la substance, et le manifesté la forme90. »). Plus précisément, la notion de « manifestation » est définie (Déf. 28) (Déf. 28 désigne la Définition 28 du Résumé91) comme « une sélection entre hiérarchies et entre dérivés de différentes hiérarchies92. » ou, en des termes plus simples, comme « une sélection dans laquelle la forme linguistique est la constante et la substance, la variable93. » Rappelons succinctement qu’une sélection est une relation syntagmatique (ou relation de coexistence) entre une constante et une variable, c’est-à-dire entre deux termes dont le premier (la constante) est une condition nécessaire à la présence de l’autre (la variable), mais pas réciproquement : la présence de la variable n’est pas exigée par le terme avec lequel elle entre en relation.

95Le mode relationnel de la manifestation, à savoir la sélection, présente donc deux facettes : c’est d’une part une relation entre une constante et une variable (dans la terminologie de la glossématique, cette relation s’appelle une détermination), et d’autre part une relation établie sur le mode du syntagmatique, c’est-à-dire sur le mode d’un rapport de coexistence entre les pôles.

  • 94 L. Hjelmslev, 1985, p. 80.

96La première facette ne pose aucun problème de compréhension En effet, si il y a substance alors il y a nécessairement forme – du fait que la substance est une matière régulée par le système de la langue – mais pas réciproquement : rien n’impose à la forme d’être instanciée, elle est alors dite « latente » : « [...] [la] manifestation n’est pas nécessaire – les unités linguistiques peuvent bien exister sans être manifestées – en ce cas on les appelle latentes. En revanche, il ne peut exister par exemple aucun son linguistique sans une langue ; mais seulement des sons physiques qui ne sont pas linguistiques94. »

  • 95 L. Hjelmslev, 1968, p. 75.
  • 96 L. Hjelmslev, 1985, p. 80.
  • 97 L. Hjelmslev, 1968, p. 138.
  • 98 Ibid., p. 138.

97Mais sous l’angle des rapports syntagmatiques, la connexion entre forme et substance est à la source de graves difficultés. En effet, la substance résulte de l’instanciqtion d’un système formel dans une matière « réceptacle ». Autrement dit, le rapport entre forme et matière est un rapport de projection entre entités mutuellement extérieures. Cela est explicite dans les écrits de Hjelmslev : « [...] la substance du contenu et la substance de l’expression [...] apparaissent quand on projette la forme sur la matière, comme un filet tendu projette son ombre sur une face ininterrompue95. », ou encore : « L’objet de la phonétique et de la sémantique est la projection du système linguistique sur le système physique ou ontologique96 ». Mais si cette conception de la langue, comme forme autonome susceptible d’investir et donc de réguler toutes les régions de sens, met en lumière la propriété du langage d’être « une sémiotique dans laquelle toutes les autres sémiotiques peuvent être traduites [...]. Cette traductibilité résulte de ce que les langues et elles seules sont capables de former n’importe quelle matière97 », cette conception, donc, comporte à l’opposé un dimension totalement obscure que Hjelmslev se garde d’ailleurs bien d’aborder. C’est que le mécanisme de projection qui met en coalescence deux ordres indépendants, l’un substrat amorphe, l’autre forme abstraite d’organisation, ce mécanisme, donc, il faut le reconnaître, reste conceptuellement opaque et mystérieux – en un mot : inintelligible. Et s’il s’agit là, aux yeux de Hjelmslev, d’une « propriété remarquable [dont] nous n’avons pas à nous demander en quoi [elle] réside98 », il n’en reste pas moins que c’est une propriété fortement problématique qui affecte sérieusement la consistance de l’épistémologie structurale.

  • 99 L. Hjelmslev, 1971, p. 142.
  • 100 Ibid., p. 81.
  • 101 L. Hjelmslev, 1968, p. 135.

98De surcroît, le principe d’un rapport de « projection » pose le problème de la fixation de la forme dans la matière. En effet, si la forme était constituée indépendamment de tout substrat, son instanciation dans la matière ne serait soumise à aucun régime d’ancrage : rien ne l’empêcherait alors de dériver continûment, de fluctuer de façon erratique, et de réagencer, à chacune de ses altérations, une nouvelle substance, i.e. de nouveaux contenus linguistiques. On sait qu’il n’en est rien, et qu’une certaine persistance régit l’ordre de la substance, même si celle-ci est susceptible de variations progressives. Or une conception projective ne permet pas d’en rendre compte – autrement qu’en termes, assez sibyllins, « d’affinité » entre forme et substance (ici au sens de « matière ») : « Le signe est en principe arbitraire. Mais l’usage a ses préférences et tend à réaliser une affinité entre une forme donnée et la substance dans laquelle elle se manifeste99. » La stabilité de « l’usage » (défini d’une part comme « ensemble des habitudes100 » et aussi comme « substance qui manifeste un schéma linguistique101. ») repose en fin de compte sur une convenance énigmatique entre la forme et la matière.

4.3 – La « déduction » : du phénomène à l’objet

4.3.1 – Introduction

99Le problème des modes de connexion entre la forme, la substance et la matière reste donc entier. Mais il ne constitue pas pour autant une pierre d’achoppement définitive, un lieu d’inconsistance irréductible de la perspective théorique hjelmslevienne. Car, à travers le concept de déduction, Hjelmslev envisage entre la forme et la substance une autre sorte de jonction que la jonction syntagmatique : la forme et la substance entretiennent aussi des rapports paradigmatiques, c’est-à-dire des rapports d’alternance. Et c’est suivant le mode paradigmatique que la forme, la matière et la substance vont pouvoir engager des connexions intelligibles. Voyons cela.

  • 102 L. Hjelmslev, 1985, p. 71.
  • 103 L. Hjelmslev, 1968, p. 26.
  • 104 Ibid.

100Une des caractéristiques les plus remarquables de la théorie glossématique est sans nul doute la prise qu’elle articule sur les données empiriques. Une théorie au sens de Hjelmslev n’est pas un simple modèle des phénomènes langagiers, une représentation abstraite des mécanismes qui régissent les combinaisons d’unités linguistiques. Une théorie, au sens de Hjelmslev est aussi une méthode qui permet d’atteindre, i.e. d’expliciter, la forme et les objets d’une langue en partant de la donnée de ses réalisations manifestées : « La mission la plus importante du [linguiste] théoricien est d’imaginer une démarche qui permette une description adéquate de toute langue102. », ou encore : « la théorie a pour but d’indiquer une méthode de reconnaissance ou de compréhension d’un objet [linguistique] donné103. », « [elle] a pour but d’élaborer un procédé au moyen duquel on puisse décrire [...] des objets donnés d’une nature supposée104. » Cette méthode a pour nom la déduction.

  • 105 Ibid., p. 35.

101Il s’ensuit qu’une théorie, au sens de Hjelmslev, entretient avec le champ des phénomènes empiriques une connexion qui n’est pas simplement descriptive. Il ne s’agit pas d’un système autonome reflétant fidèlement la systématicité observable des phénomènes empiriques (en somme, un modèle), mais d’un corps de concepts qui s’applique au matériau empirique visé et qui administre l’identification de sa forme interne. Ainsi, dans sa dimension déductive la théorie n’est pas extérieure à la matière qui la concerne. Ce n’est pas l’image désincarnée des configurations phénoménales, mais le principe d’un acte de saisie d’une matière empirique en vue de son instauration au rang d’objet linguistique. La théorie organise donc le passage du phénomène à l’objet. A cet effet, d’une part, elle définit dans son système hiérarchisé les modes relationnels susceptibles d’être observés dans les faits empiriques, et, d’autre part, elle ordonne la succession des relevés relationnels : « En partant du texte comme donnée et en cherchant à indiquer la voie pour une description [...] de celui-ci à travers une analyse, [...] il faut que les niveaux les plus profonds [...] de la théorie du langage traitent du principe de cette analyse, déterminent sa nature et les concepts qui y rentrent105. »

4.3.2 – Procédure

  • 106 L. Hjelmslev, 1985, p. 89.
  • 107 Ibid., p. 92.

102Conformément à l’optique structurale, l’analyse va consister à mettre au jour les réseaux de relations que les phénomènes manifestent. Rappelons que Hjelmslev définit l’analyse (Déf. 3) comme « la description d’un objet sur la seule base des relations de dépendances homogènes qu’il entretient avec d’autres objets et que ceux-ci entretiennent entre eux106. » Aussi, la déduction est-elle synthétiquement définie (Déf. 17) comme « une analyse continue ou un complexe d’analyses avec détermination entre les analyses qui y entrent107. », c’est-à-dire comme une procédure visant le relevé d’un certain régime relationnel à tous les niveaux de profondeur de l’objet considéré, ou bien comme une succession ordonnée de relevés de différents régimes relationnels.

  • 108 Ibid., p. 89.
  • 109 voir L. Hjelmslev, 1968, p. 25 et 1985, p. 74-75.
  • 110 L. Hjelmslev, 1985, p. 75-76.

103Dans ses grandes lignes, le processus de déduction enchaîne deux opérations : il y a d’abord l’identification des unités formelles élémentaires, puis leur recomposition en un système global. Les concepts dirigeant ces deux opérations sont définis dans la composante universelle *GgA (et présupposée) de la théorie108. La partie liminaire de *GgA (*GgA0) introduit les modes relationnels fondamentaux qu’une première phase d’analyse vise à mettre en évidence. Ces modes relationnels dépassent le cadre strict de la théorie du langage et relèvent des formes de la connaissance pure109. Il s’agit essentiellement des « fonctions (ou relations) de dépendance » qui expriment la cohésion totalisante qui existe entre le tout et ses parties : « [la notion] de fonction [i.e. relation], comprise dans son sens le plus abstrait [...] engendre les notions de dépendance et de cohérence110. » On y trouve aussi, et parmi d’autres concepts fondamentaux, les rapports dits de « corrélation » et de « relation » qui, respectivement, articulent le « système » (i.e. le paradigmatique) et le « procès » (i.e. le syntagmatique).

104Suivant la définition précédente, l’analyse, tout du moins dans ses premiers moments, va consister à enregistrer les rapports de dépendance que manifestent les données empiriques. Dans un syntagme nominal donné, on constatera par exemple que tel adjectif contracte une dépendance dite de « détermination » (plus précisément, de « sélection » puisque cette détermination est établie suivant le mode syntagmatique) avec tel nom ; en effet, l’adjectif implique la présence du nom dans le syntagme qui le subsume, mais pas l’inverse. Mais cette analyse en dépendance présuppose une décomposition antérieure.

  • 111 L. Hjelmslev, 1971, p. 53.
  • 112 L. Hjelmslev, 1968, p. 77.
  • 113 L. Hjelmslev, 1985, p. 77.
  • 114 L. Hjelmslev, 1968, p. 78.

105En effet, la donnée empirique est une matière organisée linguistiquement sur les deux plans de l’expression et du contenu. Or « la distinction entre contenu et expression est supérieure à celle entre forme et substance111 » – cela, d’une part, pour des raisons structurelles : « toute langue [...] renferme en soi une forme de l’expression et une forme du contenu – c’est pourquoi l’analyse du texte doit, dans son tout premier stade, conduire à une division en ces deux grandeurs112. », et d’autre part, pour des raisons corrélatives de simplicité : « Compte tenu du principe de simplicité, il faudra effectuer la division la plus simple à chaque étape de la procédure [d’analyse] ; à la première étape, on aboutira à une division du texte en deux : un plan du contenu et un plan de l’expression113. » Aussi, pour une même donnée, l’analyse établira en première dichotomie deux plans, c’est-à-dire deux strates de phénomènes distincts : ceux de l’expression et ceux du contenu. À la suite de quoi, la procédure d’analyse se prolongera dans chacun des plans pour y enregistrer les différentes dépendances qui ordonnent les phénomènes considérés. Ainsi, très approximativement, un syntagme sera dans un premier temps décomposé en « [une] ligne de l’expression et [une] ligne du contenu qui, de par la fonction sémiotique, sont solidaires l’une de l’autre114. » Ensuite, la « ligne de l’expression », d’un côté, sera segmentée en syllabes puis en phonèmes, et la « ligne du contenu », de l’autre, sera articulée en composantes syntactico-sémantiques.

106Ce faisant, Hjelmslev imprime au schéma saussurien une sorte de rotation. En effet, alors que la délimitation des unités s’effectue chez Saussure suivant des « lignes d’analyse » transverses aux plans, chez Hjelmslev, ces lignes (qui, en première approximation, sont des arbres de dépendances) sont développées indépendamment dans chaque plan – ce qui peut donc être illustré par une rotation de ces plans, comme suit (fig. 7) :

  • 115 Ibid., p. 67.

107Mais cette rotation évacue la liaison entre les unités de chaque plan, liaison qui, chez Saussure, est un des modes constituants du signe. Rappelons en effet que c’est la connexion entre signifié et signifiant qui, dans la perspective saussurienne, fonde leur existence. Aussi, on doit s’interroger sur le principe qui autorise Hjelmslev à identifier, dans les premières étapes de l’analyse, des unités linguistiques séparément dans chaque plan – alors que, rappelons-le, lui même reconnaît en dernière instance le caractère primordial de leur jonction : « Si, dans l’analyse du texte, on omettait de considérer la fonction sémiotique [i.e. la solidarité entre expression et contenu] on ne pourrait pas délimiter les signes, et on ne pourrait absolument pas faire de description exhaustive du texte. [...] On serait en somme dépourvu de critère objectif utilisable comme base d’analyse115. »

108Pour répondre à cette question, il faudra investir le cœur théorique et épistémologique de la pensée hjelmslevienne et pénétrer l’unité conceptuelle qui se construit sur les concepts de forme, de substance, de matière, ainsi que sur la procédure de déduction. Il sera ainsi possible d’apporter quelque lumière sur un ensemble de points problématiques mutuellement imbriqués, à savoir : les rapports que contractent la forme et la substance, la dimension applicative de la glossématique (i.e. les modalités de la « prise » qu’elle articule sur les phénomènes), et, précédemment évoqué, le principe d’une décomposition autonome des grandeurs dans chaque plan. À ce moment, la rationalité d’un prolongement de l’analyse sous le signe pourra être établie.

4.3.3 – Forme, substance et déduction

  • 116 Ibid., p. 21.

109L’orientation déductive ne relève pas uniquement d’une position épistémologique. Cette orientation, qui consiste à « partir des données supposées de l’expérience116 » pour en dégager l’ordre interne, ne se réduit pas à un précepte général, déterminant, certes, l’architecture de la théorie, mais ne participant pas à son corps conceptuel. Tout au contraire, la déduction entre à part entière dans la charpente conceptuelle hjelmslevienne : elle est intrinsèquement rattachée à la triade forme/substance/matière dont elle distribue les termes qui, corrélativement, explicitent sa logique d’effectuation.

110Considérons d’abord l’intrication de la forme et de la matière qui réalise une substance. Nous avons relevé précédemment les difficultés liées à la conception « syntagmatique » : c’est-à-dire la conception d’une matière informée par une structure qui lui est extérieure. Suivant le prisme de la « déduction », la forme et la matière ne figurent plus comme des entités préexistantes et constituées dont la fusion générerait la substance : si l’on suit le régime de la déduction, la forme linguistique se présente comme le résultat d’un travail d’abstraction, comme le produit d’un processus d’analyse qui dirige la reconnaissance des phénomènes examinés. Suivant l’optique de la déduction, la forme ne constitue plus une structuration abstraite préétablie et autonome, mais un réseau relationnel dont le montage s’exécute au fil de l’analyse : la forme, dans son existence, en tant que structure objectivant les phénomènes, est donc conquise par le linguiste dans son travail descriptif.

111Parallèlement, toujours suivant l’orientation déductive, la substance n’est plus à considérer comme la résultante d’un mystérieux mécanisme de projection d’une forme sur une matière phénoménale. Tout au contraire, la substance apparaît comme le fait premier, la donnée empirique initiale soumise à l’attention du linguiste : la substance est le phénomène, c’est-à-dire la donation liminaire d’une objectivité linguistique dans une matière qui constitue son mode d’apparaître.

112C’est suivant cette perspective que la forme et la substance entretiennent des rapports paradigmatiques, i.e. des rapports d’alternance. En effet, dans l’enchaînement réglé des étapes d’analyse, les données explorées sont successivement considérées comme des objets formels et comme des substances. Les données se présentent comme des phénomènes dont il s’agit d’identifier la forme interne, c’est-à-dire dont il s’agit d’enregistrer le réseau des dépendances qui les constitue comme objets. Mais ce réseau relationnel ne se laisse pas identifier en un seul temps d’analyse, c’est-à-dire en un seul et unique moment opératoire de la procédure déductive. Aussi il y a lieu d’engager une succession de phases d’analyse qui contribuent alors, à chaque niveau de la procédure, à coordonner logiquement – et pour ainsi dire nécessairement – deux points de vue distincts. Le premier point de vue se concentre exclusivement sur le fait formel enregistré – par exemple, la relation de solidarité entre le et petit chien dans le syntagme le petit chien. Suivant ce premier point de vue, l’identité des composantes (par exemple le et petit chien) relève exclusivement d’un ordre formel. Mais pour prolonger l’analyse et satisfaire ainsi à l’exigence d’exhaustivité, au point de vue précédent doit succéder un autre qui, quant à lui, s’intéresse à la facette substantielle des composantes précédemment identifiées. Celles-ci (par exemple petit chien) sont alors considérées comme des phénomènes dont il s’agira d’identifier la forme interne (par exemple la dépendance unilatérale entre petit et chien).

  • 117 L. Hjelmslev, 1971, p. 55.

113Ainsi, la direction déductive institue un rapport d’alternance, i.e. une relation paradigmatique, entre la forme et la substance. Très précisément, cette relation est une complémentarité (i.e. une interdépendance paradigmatique) : « du point de vue paradigmatique il y a réciprocité (plus particulièrement : complémentarité) entre forme et substance117 ». En effet, forme et substance constituent deux points de vues qui articulent l’unité de la procédure de déduction ; relativement à celle-ci, ils sont donc bien complémentaires.

4.3.4 – Structure de la matière

114Après avoir montré comment la procédure de déduction conjoint la forme et la substance dans un schéma fonctionnel unitaire et consistant, nous examinons maintenant quelles options théoriques légitiment, dans les premiers moments de la procédure d’analyse, un traitement séparé (dans chaque plan) des phénomènes de l’expression et du contenu

115Rappelons d’abord qu’au sens de Hjelmslev la matière désigne un substrat non formé sémiotiquement, et que le phénomène, ou substance, est la manifestation d’une forme par les unités de ce substrat. Que peut-on alors asserter de la matière ? D’un point de vue sémiolinguistique, apparemment rien. En effet, la matière étant linguistiquement informe, elle échappe totalement à la connaissance linguistique. Mais il y a lieu d’être plus précis, et d’examiner dans le cadre problématique de la triade forme/substance/matière quelle complexion la matière peut présenter.

  • 118 L. Hjelmslev, 1985, p. 79.

116On sait que la déduction s’intéresse à la substance : « Il faut décrire la manifestation en partant d’une subdivision fonctionnelle de la substance dans laquelle elle a lieu118. » On sait aussi que cette substance est une matière informée, dont il s’agit d’extraire la forme. Donc, sous un certain angle à préciser, la substance est aussi matière – elle est même nécessairement matière dans la mesure où la donation du phénomène passe par la matière : un fait de substance est donc corrélé à un fait de matière. La substance peut donc être envisagée sous deux angles : celui de la forme qui concerne l’analyse, et celui de la matière qui concerne la manifestation.

  • 119 L. Hjelmslev, 1971, p. 59.

117Toute la question est alors : de quelle façon la substance implique-t-elle la matière ? quels sont les caractères de la matière que la substance recouvre pour manifester la forme ? Soit encore : dans le processus de manifestation, quels aspects du substrat sont mis à contribution pour incarner la forme ? Ces aspects ne sont certes pas ceux qui déterminent la matière dans sa nature extra-linguistique. En effet, si « sous peine d’échapper à la connaissance, [la] matière doit être scientifiquement formée, du moins à un degré qui permette de la distinguer d’autres matières119 », on sait toutefois que le mode de formation « scientifique » de la matière est indépendant de celui de la substance sémiotique.

  • 120 U. Eco, 1988, p. 30.

118Pour répondre à la question posée, examinons plus précisément le rapport qu’entretiennent une donnée de substance (un phénomène) et le système théorique qui en vise la reconnaissance. On sait que la substance et le système théorique contractent un rapport d’« objectivation » administré par la procédure de déduction : la théorie a pour but d’identifier la forme interne du phénomène pour l’établir au rang d’objet. Mais ce n’est pas tout. Car le processus d’objectivation suppose un moment préthéorique : le moment premier de la donation du phénomène, le moment préalable de son apparaître empirique. Et c’est à ce moment qu’intervient la matière. En tant que substrat actualisant une forme d’objet, la matière « porte aux yeux » du système théorique (i.e. « soumet » au système théorique) les phénomènes dont il vise la qualification ; elle constitue le principe d’existence des occurrences concrètes (« tokens ») que subsument et caractérisent les identités de forme (rappelons d’ailleurs cette évidence que « Les « types » [i.e. les identités de forme] se reconnaissent, parce qu’ils sont réalisés comme des occurrences concrètes120. »). Aussi, la fonction de la matière est d’établir un moment empirique sous une forme telle qu’il puisse être appréhendé en vue de son analyse. Autrement dit, la matière doit conférer aux moments empiriques manifestés une complexion suffisamment stable et univoque, i.e. unitaire, pour qu’ils puissent se prêter à une approche théorique. En conséquence, la seule caractéristique organisationnelle que réalise la matière dans ses rapports à la forme est la caractéristique de l’unité : l’identité matérielle d’un phénomène est entièrement indéterminée – et hors de propos – mais son unité matérielle est la condition première de sa saisie théorique.

  • 121 L. Hjelmslev, 1985, p. 98.

119La matière participe donc au système forme/substance/matière en mettant en jeu de simples unités concrètes. Ces unités, d’identité indéterminée, supportent et manifestent les faits de forme qui leur confèrent le statut de substance. Cette conception de la matière est rigoureusement définie par Hjelmslev de la façon suivante (Déf. 36) : « Une matière est une classe de variables qui manifeste au moins deux chaînes dans au moins deux syntagmatiques et au moins deux paradigmes dans au moins deux paradigmatiques121. » Examinons en quoi cette définition caractérise formellement la notion de matière et, à cette fin, concentrons notre attention sur la première partie de la définition, à savoir « une matière est une classe de variables qui manifeste... ».

  • 122 Ibid., p. 92.
  • 123 Ibid., p. 92.

120Rappelons au préalable qu’une variable (Déf. 15) est un « fonctif [i.e. « un objet qui a une fonction [relation] par rapport à d’autres objets122. »] dont la présence n’est pas une condition nécessaire à la présence du fonctif par rapport auquel il a une fonction123. » Une classe de variables est donc un ensemble d’objets caractérisés formellement par leur faculté d’être mutuellement indépendants : les variables sont des unités formelles autonomes, et elles sont de ce fait détachables de la classe qui les regroupe. Ne contractant aucun lien de dépendance, elles ne participent donc pas d’un système au sens structural de ce terme, c’est-à-dire qu’elles n’entrent pas dans une organisation relationnelle cohésive, et elles ne détiennent donc aucune identité relationnelle. Par ailleurs, elles forment une collection homogène, et sont donc mutuellement indistinguables. La matière en tant que classe de variables est donc définie comme une collection d’unités formelles autonomes, sans identité propre, et susceptibles de manifester un « schéma » linguistique – ce qui correspond bien à la conception introduite intuitivement plus haut : les objets de la matière possèdent une seule et unique propriété, celle d’être de pures unités, c’est-à-dire des entités dont les seules caractéristiques sont l’univocité et l’autonomie.

  • 124 L. Hjelmslev, 1968, p. 107.

121Aussi, du point de vue des rapports qu’elle entretient avec la forme linguistique, la matière ne se réduit pas à un hylé indifférencié, une région absolument informe : instable et toujours fluctuante. La matière présente une texture élémentaire : c’est un ensemble régulier d’unités simplement univoques. Mais cette organisation interne ne suffit pas pour autant à établir la matière en objet de connaissance, et dans ce sens elle reste bien informe. En effet, d’une part, les unités qu’elle contient sont homogènes, donc indifférenciables. L’espace de la matière pourrait être illustré par une surface sans repère : chaque point de cette surface est constitué dans son unité interne, mais ne peut être discriminé des autres points, et, tous les points étant équivalents, un observateur placé en un endroit quelconque de la surface sera incapable de s’y situer : de s’y reconnaître. D’autre part, ne contractant aucun rapport de dépendance, les unités de la matière ne forment pas une structure au sens hjelmslévien du terme. La matière, définie comme une classe de variables, échappe donc à la connaissance structurale : « Le but de l’entreprise scientifique étant toujours l’enregistrement de cohésions [i.e. relations de dépendance unilatérale ou bilatérale], la possibilité d’un traitement exact cesse d’exister si un objet n’offre que la possibilité d’enregistrer des constellations [i.e. des relations entre « variables »] ou des absences de fonctions124. »

122L’ordre interne de la matière maintenant identifié, on est en mesure de comprendre comment l’analyse des phénomènes linguistiques qu’administre la procédure de déduction peut être entreprise dans chaque plan séparément, et aussi comment cette analyse peut être prolongée en dessous du niveau du signe.

4.3.5 – La décomposition du signe

123Rappelons, pour débuter, que l’analyse saussurienne est factorisée par le signe (ce dernier concept désignant, dans la perspective saussurienne, des grandeurs duales de dimension quelconque) parce que l’existence du phénomène linguistique est conditionnée par la connexion entre le signifiant et le signifié. Si la connexion constituante du signe est rompue, les identités linguistiques sont annihilées.

124Or, dans la problématique hjelmslevienne de la déduction, les phénomènes linguistiques détiennent une portion de stabilité, donc un quantum d’existence, indépendamment de la relation qu’il peuvent contracter avec les grandeurs du plan conjoint. En effet, on sait que le phénomène, en tant que manifestation dans le plan de l’expression ou du contenu – donc en tant que substance de l’expression ou du contenu –, présente deux aspects : un aspect matériel et un aspect formel. Et on a montré que, dans la problématique de la déduction, l’aspect matériel qui supporte la forme linguistique recèle un ordre propre : les occurrences matérielles sont constituées dans leur unité. Aussi, le phénomène manifesté, que ce soit dans le plan de l’expression ou du contenu, est d’emblée stabilisé, de façon autonome, sous la forme primitive d’une unité à laquelle l’analyse vise à attribuer une identité, c’est-à-dire une dimension relationnelle.

125Partant, la procédure d’analyse peut être appliquée dans chaque plan séparément. Chaque fait de substance étant envisagé comme une unité (investie d’une forme linguistique à découvrir), les phénomènes linguistiques, de l’expression ou du contenu, se présentent donc sous une forme pré-constituée qui leur assure une stabilité et une existence, rudimentaires, certes, mais suffisantes pour légitimer leur traitement sans prendre en compte leur contrepartie dans le plan opposé. Les analyses développées dans un seul plan sont de ce fait licites, et, – conséquence immédiate – il est alors possible de décomposer le signiƒié : la procédure d’analyse aborde le signifié comme un phénomène doté d’une forme d’existence autonome dont rien a priori n’interdit la décomposition.

126Avant d’apporter quelques indications sur la seconde étape de la procédure de déduction – étape qui prolonge logiquement le relevé, dans chaque plan, des relations de dépendance –, résumons-nous et précisons la nature formelle de l’architecture théorique ici mise au jour.

4.3.6 – Remarques conclusives

127En résumé : nous avons montré que la direction déductive, qui permet de conjuguer de façon cohérente la forme et la substance, confère à la matière une complexion élémentaire qui légitime le prolongement de l’analyse sous le signe et, par voie de conséquence, la décomposition du signifié. Or cette complexion est celle du niveau formel appelé « logico-algébrique », ou plus simplement « algébrique ».

  • 125 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 13.
  • 126 H. B. Curry, 1963, p. 112.

128Rappelons qu’à ce niveau (voir chap. III 5), les objets formels procèdent de l’a priori d’une unité autonome et que leur identité est établie relationnellement. Les objets « algébriques » sont construits récursivement sur une collection d’unités primitives indifférenciées (i.e. sans identité intrinsèque) que le logicien Curry dénomme « obs » (pour « unspecified objects125 »). Tant que ces « obs » ne sont pas insérés dans un réseau relationnel construit sur un système d’axiomes et de règles d’inférence, ce sont des objets, constitués (par principe) dans leur unité, mais sans identité propre au sein du système dont ils relèvent. Curry les dénomme alors des « indéterminés » : « An indeterminate is an atom concerning which the [...] frame of the System makes no spécific statement beyond the fact that it is an atom126 ». Ainsi, au niveau algébrique, les identités sont des valeurs relationnelles investissant des unités autonomes et indifférenciées. On retrouve ici le même principe d’organisation que celui de la matière dans son rapport à la forme linguistique : les objets de la matière sont des unités autonomes, indifférenciables, i.e. sans caractère propre (ce sont les « obs » indéterminés de Curry), et c’est la forme (chez Curry : le système axiomatique d’une théorie formelle) qui, les investissant, les établit en substance : i.e. leur alloue une identité relationnelle. C’est donc la décision d’engager la procédure de reconnaissance des phénomènes sémio-linguistiques à un niveau formel « logico-algébrique » qui légitime et implique le prolongement de l’analyse sous le signe.

129Examinons maintenant les étapes de la procédure d’analyse qui conduisent, conformément au principe d’adéquation, à réagencer sous un ordre topologique la forme algébrique préalablement identifiée – pour parvenir ainsi à une reconnaissance achevée des phénomènes de langue. Ne s’agissant, dans ces lignes, que de souligner l’orientation de la méthode déductive vers une identification topologique des phénomènes langagiers, nous nous bornerons à en présenter les grandes lignes.

130Si chaque donnée de substance est envisagée comme une unité investie d’une forme, l’analyse sera confrontée à la totalité, potentiellement infinie, des données de substance : toutes les occurrences d’un même phonème, ou toutes les significations attachées à un même morphème, sont des grandeurs, stabilisées dans leur unité et manifestant un faisceau relationnel, que la théorie doit saisir et redistribuer dans une structure globale. L’orientation déductive de la glossématique – ou, ce qui est équivalent, le choix d’une première étape descriptive à un niveau formel algébrique – conduit donc à enregistrer dans le cadre structurel de la langue l’ensemble exhaustif des variations d’un même élément linguistique.

  • 127 L. Hjelmslev, 1968, p. 81.
  • 128 L. Hjelmslev, p. 94.
  • 129 L. Hjelmslev, 1985, p. 99.

131Il sera donc nécessaire de « disposer d’une méthode qui permette, dans des conditions précisément fixées, de réduire deux grandeurs à une seule ou, comme on dit plus souvent, d’identifier deux grandeurs l’une à l’autre127. » Cette méthode est donnée avec la relation de commutation, intuitivement définie comme une « corrélation [rapport d’alternance] d’un plan qui contracte une relation [rapport de coexistence] avec une corrélation de l’autre plan de la langue128 ». C’est sur la base de la commutation que, schématiquement, va s’ordonner la seconde étape fondamentale (dans la « composante universelle ») de la procédure de déduction, à savoir « l’articulation d’une classe de fonctifs129 » et que va s’opérer un changement de niveau formel : Hjelmslev va inscrire dans un ordre topologique les fonctifs identifiés à un niveau algébrique.

  • 130 Ibid., p. 99.
  • 131 Ibid., p. 100.
  • 132 Ibid., p. 103.

132Cette procédure « se divise en trois opérations qui se trouvent en relation mutuelle130 ». D’abord « l’articulation de la classe de fonctifs en classe de variantes et en classe d’invariantes131 ». Cette première opération, basée sur la relation de commutation, administre le regroupement des variantes, i.e. des unités mutuellement réductibles, et la séparation des invariantes. La deuxième opération concerne la distribution de ce qui est communément dénommé « variantes libres » (« variations » dans la terminologie glossématique) et « variantes liées » ou « contextuelles » (« variétés » dans la terminologie glossématique). La troisième opération, intitulée « articulation d’une classe donnée de fonctifs132. », vise à organiser les classes de variations en groupements de nature topologique. Les concepts de « case », de « participation » (i.e. de recouvrement de zones paradigmatiques), « d’exclusion »... sont introduits pour rendre compte des jeux de frontières entre domaines construits sur les regroupements de variations. C’est à ce moment que la glossématique élabore les outils conceptuels pour décrire adéquatement les phénomènes de nature fondamentalement topologique que sont le syncrétisme, les rapports extensif/intensif, les oppositions qualitatives, privatives...

133Aussi, le niveau algébrique auquel s’amorce la procédure d’analyse de la glossématique, et qui détermine le prolongement de l’analyse sous le signe, ne constitue qu’une étape intermédiaire dans la méthode de reconnaissance des phénomènes linguistiques : la méthode de déduction vise en ultime instance l’identification d’un ordre topologique. Cet échelonnement de niveaux d’analyse : algébrique puis topologique, s’il permet d’articuler de façon consistante la procédure de déduction, donc de construire une forme linguistique extérieure, d’un certain point de vue, aux faits de substance, cet échelonnement, donc, se révèle néanmoins restrictif dans la mesure où la forme topologique qu’il vise à dégager est une forme reconstruite axiomatiquement et non appréhendée dans sa nature propre : topologique et dynamique. La théorie glossématique, parce qu’elle appréhende initialement les phénomènes suivant le filtre des formes algébriques, n’est donc pas en mesure de rendre compte des mécanismes intrinsèquement topologiques et se découvre limitée dans sa portée explicative et descriptive.

134On conclura ce chapitre en notant que la possibilité de décomposer le signifié se présente comme un artefact : elle résulte d’un passage artificiel de l’analyse par un niveau algébrique. On choisira donc d’avancer dans la voie d’une analyse topologique des phénomènes langagiers.

Notes

1 L. Hjelmslev, 1968, p. 63.

2 Ibid., p. 64.

3 F. de Saussure, 1972, p. 32.

4 Ibid., p. 98.

5 Ibid., p. 27.

6 Ibid., p. 31.

7 Ibid., p. 98.

8 Ibid., p. 99.

9 Ibid., p. 99.

10 Ibid., p. 144-145.

11 Ibid., p. 153.

12 Ibid., p. 144.

13 Ibid., p. 156.

14 A. Sechehaye in R. Godel, 1969, p. 195.

15 L. Hjelmslev, 1968, p. 66-67.

16 F. de Saussure, 1972, p. 149.

17 Ibid., p. 150.

18 L. Hjelmslev, 1985, p. 72.

19 Ibid., p. 73.

20 F. de Saussure, 1972, p. 177.

21 E. Cassirer, 1972, p. 41.

22 L. Hjelmslev, 1968, p. 81.

23 B. Pottier, 1987, p. 67.

24 P. Lerat, 1996, p. 1.

25 F. Rastier, 1987, p. 19.

26 Ibid., p. 29.

27 Ibid., p. 24.

28 Ibid., p. 276.

29 E. Coseriu, in F. Rastier, 1987, p. 49.

30 Ibid., p. 49.

31 F. Rastier, 1987, p. 44.

32 Ibid., p. 44.

33 Ibid., p. 46.

34 Ibid., p. 26.

35 G. Kleiber et I. Tamba, 1990.

36 Ibid., p. 13.

37 H. Jorgensen et F. Stjernfelt, 1987, p. 90.

38 F. Rastier, 1985.

39 F. Rastier, 1987, p. 15.

40 F. Rastier, 1991, p. 124.

41 W.-J.-M. Levelt, 1992, p. 6.

42 Ibid., p. 5.

43 Ibid., p. 6.

44 Ibid., p. 7.

45 D. A. Cruse, 1986.

46 J. Lyons, 1990.

47 F. de Saussure, 1972, p. 160.

48 Ibid., p. 160.

49 Ibid., p. 159.

50 Ibid., p. 159.

51 C. Zilberberg, 1988, p. 17.

52 Ibid., p. 163.

53 F. de Saussure, 1972, p. 166.

54 Ibid., p. 162.

55 R. Godel, 1969, p. 198-199.

56 Ibid., p. 197.

57 F. de Saussure, 1915, p. 166.

58 J. Petitot, 1988, p. 34.

59 J. Petitot, 1985 b, p. 67.

60 Ibid., p. 42.

61 F. de Saussure, in R. Godel, 1969, p. 199.

62 F. de Saussure, 1915, p. 154.

63 R. Godel, 1969, p. 198.

64 T. de Mauro, notes à F. de Saussure, 1972, p. 466-467.

65 R. Godel, 1969, p. 199.

66 F. de Saussure, 1972, p. 166.

67 F. de Saussure, in R. Godel, 1969, p. 244.

68 F. de Saussure, 1972, p. 156.

69 Ibid., p. 167.

70 F. de Saussure, in R. Godel, 1969, p. 259.

71 R. Godel, 1969, p. 197.

72 Ibid., p. 200.

73 Ibid., p. 197.

74 L. Hjelmslev, 1968, p. 68.

75 F. de Saussure, 1972, p. 155-156.

76 F. de Saussure, in R. Godel, 1969, p. 92.

77 F. de Saussure, 1972, p. 164.

78 Ibid.

79 Ibid., p. 160.

80 I. Tamba-Mecz, 1991, p. 46.

81 F. de Saussure, 1972, p. 157.

82 Ibid., p. 160.

83 Ibid.

84 Ibid.

85 Ibid., p. 162.

86 A. Culioli, 1990, p. 83.

87 Ibid., p. 86.

88 Ibid., p. 115.

89 Ibid., p. 58.

90 L. Hjelmslev, 1985, p. 80.

91 Ibid., p. 87-130.

92 Ibid., p. 97.

93 L. Hjelmslev, 1968, p. 134.

94 L. Hjelmslev, 1985, p. 80.

95 L. Hjelmslev, 1968, p. 75.

96 L. Hjelmslev, 1985, p. 80.

97 L. Hjelmslev, 1968, p. 138.

98 Ibid., p. 138.

99 L. Hjelmslev, 1971, p. 142.

100 Ibid., p. 81.

101 L. Hjelmslev, 1968, p. 135.

102 L. Hjelmslev, 1985, p. 71.

103 L. Hjelmslev, 1968, p. 26.

104 Ibid.

105 Ibid., p. 35.

106 L. Hjelmslev, 1985, p. 89.

107 Ibid., p. 92.

108 Ibid., p. 89.

109 voir L. Hjelmslev, 1968, p. 25 et 1985, p. 74-75.

110 L. Hjelmslev, 1985, p. 75-76.

111 L. Hjelmslev, 1971, p. 53.

112 L. Hjelmslev, 1968, p. 77.

113 L. Hjelmslev, 1985, p. 77.

114 L. Hjelmslev, 1968, p. 78.

115 Ibid., p. 67.

116 Ibid., p. 21.

117 L. Hjelmslev, 1971, p. 55.

118 L. Hjelmslev, 1985, p. 79.

119 L. Hjelmslev, 1971, p. 59.

120 U. Eco, 1988, p. 30.

121 L. Hjelmslev, 1985, p. 98.

122 Ibid., p. 92.

123 Ibid., p. 92.

124 L. Hjelmslev, 1968, p. 107.

125 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 13.

126 H. B. Curry, 1963, p. 112.

127 L. Hjelmslev, 1968, p. 81.

128 L. Hjelmslev, p. 94.

129 L. Hjelmslev, 1985, p. 99.

130 Ibid., p. 99.

131 Ibid., p. 100.

132 Ibid., p. 103.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search