Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Troisième partie: les héros du «séries»

Les imitateurs de Charlot

Texte intégral

  • 1 Jacques Audiberti, « Le mur du fond », in Écrits sur le cinéma, Paris, Éd. Cahiers du cinéma, 1996, (...)

1Dans les années 1915-1920, le personnage du petit vagabond créé par Chaplin connaît un immense succès dans le monde entier : « Partout, des artistes de cirque, des piétons de défilés carnavalesques et des fous se déguisaient en lui. Fétiche, les femmes se l’épinglaient. Jouet, les enfants le berçaient. Peint, découpé, il figurait sur les boutiques et dans les marques de fabrique, énormité mythologique ou mimologique de cette gloire1. »

2La silhouette de Chariot, aisément reconnaissable, est utilisée très rapidement à des fins publicitaires pour lancer des produits aussi variés qu’inattendus (comme une crème pour l’entretien des cuirs !). On vend des jouets, des marionnettes qui représentent Chariot, des jeux (en particulier des jeux de massacre) où il apparaît. En 1920, Mon Journal, hebdomadaire pour enfants édité par Hachette, publie une B.D. anonyme qui raconte les aventures de Charlet, lequel bien entendu ressemble trait pour trait à Chariot. Thomen dessine pour les éditions Offenstadt Les Aventures de Chariot, bien connues des collectionneurs, et le personnage est repris après la guerre par les dessinateurs J-C. Forest et Mat.

3Ce prodigieux engouement tente les gens de cinéma, toujours à la recherche d’un succès facile : des imitateurs de Chariot vont rapidement apparaître sur les écrans du monde entier. Chaque pays, ou presque, aura son faux Chariot. Ces faussaires adoptent sans vergogne la tenue classique du petit homme et singent avec plus ou moins de bonheur sa démarche et ses grimaces. Les scénarios sont quelquefois des démarquages purs et simples des films de Chaplin.

LES TROIS BILLY

  • 2 L’essentiel de ce chapitre repose sur les articles de Bo Berglund, « Chaplin, I tre Billy e altri i (...)

4Les plus célèbres de ces imitateurs sont incontestablement Billy Ritchie, Billy (ou Billie) – Reeves et Billy West, que l’on a coutume d’appeler les trois Billy2.

Billy Ritchie

5Billy Ritchie demeure sans doute, chronologiquement, le premier imitateur de Chaplin. Henry ‘Pathé’Lehrman, qui avait dirigé Chaplin lors de ses débuts à la Keystone, quitte cette compagnie (Mack Sennett) en 1914 pour travailler chez Universal, puis fonde une autre société de production de comédies, la L-KO. Conscient du succès de Chaplin, Lehrman cherche un acteur capable de l’imiter d’assez près. Il choisira Billy Ritchie, un acteur de music-hall né à Glasgow (Ecosse) le 14 septembre 1878, qui avait travaillé comme Chaplin dans la troupe de Fred Karno où il était spécialisé dans les rôles d’ivrogne (en particulier dans le sketch Mumming Birds). Arrivé aux États-Unis en 1905, Ritchie tourne son premier film, Love and Surgery, en 1914 avec Harry Bergman, Henry Lehrman lui-même et Gertrude Selby ; il est dirigé, comme pour les treize suivants (jusqu’en février 1915) par Henry Lehrman. Puis il apparaît dans 35 comédies sous la direction de Harry J. Edwards. En 1916, Lehrman, renvoyé des studios de la L-KO par Abe Stern, va travailler à la Fox (Sunshine Comedies) où il est rejoint en 1917 par Billy Ritchie avec qui il va encore tourner. On a peu d’informations sur ces films, mais il est probable que Richie continue à y imiter Chaplin. En 1919, la carrière de Ritchie est brisée à la suite d’un accident de tournage. Il récupère cependant et reprend le chemin des studios, mais, mordu par une autruche en jouant dans une comédie animalière, il doit alors se contenter de petits rôles et meurt de ses blessures le 6 juillet 1921.

  • 3 Bo Berglund, op. cit., p. 144.

6D’après les photos qui subsistent de Billy Ritchie, ce dernier apparaît comme une réplique exacte de Chaplin, mais, selon B. Berglund3, il ne sut jamais retrouver la démarche si particulière de son modèle ; de plus, ses films étaient d’un niveau comique assez primaire.

Billy Reeves

7Au printemps 1915, la compagnie Lubin engage Billy Reeves, qui, comme Ritchie, vient de la troupe Fred Karno où il jouait lui aussi, entre autres, les ivrognes. Reeves, né à Londres en 1864, a déjà derrière lui une longue carrière de mime et d’acrobate commencée dès l’âge de 7 ans avec des tournées dans le monde entier. En particulier, il apparaît en vedette dans les Ziegfeld Follies en 1908 et 1909. Acrobate, clown, dresseur d’animaux, cet excellent patineur fait partie de la célèbre troupe des Fletcher’s Skaters. Il fait ses débuts au cinéma dans la compagnie fondée par Ford Sterling (la Sterling Film) en 1915, puis, après avoir tourné un seul film, en avril 1915 il est engagé par la Lubin pour laquelle il tourne 48 comédies en une bobine (jusqu’en avril 1916) en compagnie de Patsy de Forest, Mae Hotely, etc. Ces films sont réalisés généralement en Floride à Jacksonville et dirigés par Arthur D. Hotaling jusqu’à la fin de 1915, puis par Earl Metcalfe. Lubin exigea que B. Reeves soit une fidèle copie de Chaplin, mais Reeves refusa et gagna la partie. En fait, Reeves, toujours classé dans les histoires du cinéma parmi les imitateurs de Chariot, ne fut pas un vrai plagiaire : tout au plus peut-on lui reprocher d’avoir copié ses scénarios, souvent inspirés des pantomimes de Fred Karno. Ainsi, The Club Man (22 mai 1915), qui annonce One A.M. (Chariot rentre tard, 1916), est à l’origine un célèbre sketch de chez Karno. Reeves n’a donc pas adopté la tenue de Chariot : il porte généralement un melon gris, un parapluie mince et souple, une veste et des pantalons larges et déformés. Ses films ne sont pas très accessibles et les deux seuls que nous avons pu voir (A Day on the Force, 1915, et A Ready Made Maid, 1916, où il se déguise en bonne) nous révèlent une silhouette trapue, assez volumineuse, bien différente de celle de Chariot mais incontestablement dotée d’un tempérament comique. Après cette incursion dans le cinéma, Reeves revient au vaudeville. Il meurt le 29 décembre 1943 à Ixworth dans le Suffolk (G.-B.).

Billy West

  • 4 Robert Florey, lettre à Raymond Borde, archives de la cinémathèque de Toulouse.

8Le troisième Billy, c’est Billy West (né le 21 septembre 1895 en Russie), qui s’appelait en réalité Roy B. Weissberg. À l’âge de 2 ans, il débarque de sa Russie natale à Chicago avec ses parents. Son père gagne sa vie en faisant du porte-à-porte et Billy fait ses débuts dans le vaudeville au Aaron Jones Vaudeville Palace de Chicago en 1909 sous le nom de William B. West. Il commence à imiter Chariot sous l’impulsion de son agent Ralph Kittering et fait son numéro pour le United Theater Circuit. Il semble qu’il débute au cinéma en 1910 à la Biograph, puis il tourne pour Majestic et Reliance. Remarqué par Levinson et Symonds, il est engagé comme vedette dans les Smile and Laugh Comedies à 350 dollars par semaine. Un troisième larron se joint à eux, Jaffee, et la compagnie prend le nom de Joy Film Company. Un seul film sera tourné avec Billy West avant que son contrat soit vendu en 1916 à Unicorn Film Corp, que dirige Ike Schenk. Trois films seront alors tournés et distribués par une filiale d’Unicorn, la Belmont Film Company. Unicorn vendit ensuite le contrat de West à la Caws Comedy Company qui travaillait avec la King Bee Film Company. Billy gagne alors 750 dollars par semaine et est dirigé par un ancien de la Keystone, Arvid E. Gillstrom. Les imitations de Chariot commencent donc vers 1917, sans doute avec Back Stage (15 mai 1917), film en deux bobines produit par la King Bee. Ses partenaires sont Leo White (spécialisé dans les rôles de noble outragé chez Chaplin), Ethel Burton, Oliver ‘Babe’Hardy et Ethel Gibson. Jusqu’en juillet 1918, il tourne avec la même équipe. La plupart de ces films sont projetés en France où le héros est baptisé Billy. Au cours de l’été 1918, West quitte la King Bee pour la Bull’s Eye où il est dirigé par Charles Parrott (Charley Chase) – souvent également scénariste – en compagnie de Leo White, F.P. Heck et Ethel Gibson. Après Haunted Hearts (1919), il semble qu’il arrête définitivement ses imitations de Chariot. Il sera remplacé à la Bull’s Eye par Harry Mann. B. West continue une carrière d’acteur : en 1921, B. il apparaît dans une série de comédies produite par Joan Film Sales Incorporated (un film en 2b par mois) ; de 1922 à 1923, il tourne les Billy West Comedies à nouveau pour King Bee Comedy Corp., puis, de 1923 à 1925, il travaille pour Arrow Pictures à la fois comme acteur et producteur. Enfin, Billy est la vedette des Broadway Comedies qu’il dirige à l’occasion, et produit par ailleurs, toujours pour Arrow, les Mirthquake Comedies avec Bobby Ray comme vedette. Il termine sa carrière comme régisseur : il fut en particulier le régisseur de Robert Florey dans Monsieur Verdoux (1947) et pendant le tournage, Chaplin fit semblant de ne pas le reconnaître4. Il meurt le 21 juillet 1975 à Los Angeles.

9B. West n’est pas inconnu des collectionneurs puisque quelques-uns de ses films sont accessibles, comme Cupid’s Rival (1917), The Hobo (1917) et Ship Ahoy (1919). En visionnant ces films, on peut constater que la ressemblance de West avec Chariot est souvent hallucinante : la silhouette, la démarche, le maquillage, les mimiques, tout est presque parfait. Il manque hélas le rythme et la créativité de Chaplin, l’originalité des gags, la rigueur de la construction. Les comédies de West sont souvent des remakes de ceux de Chaplin : Backstage (15 mai 1917) de The Property Man (Chariot garçon de théâtre) – (1er août 1914), The Hero (1er juin 1917) de Caught in a Cabaret (Chariot est encombrant) – (27 avril 1914), Dough Nuts (15 juin 1917) de Dough and Dynamite (Chariot mitron) – (26 octobre 1914). Cependant, The Hobo possède un scénario original et un niveau comique tout à fait acceptable, grâce aussi à la présence de comédiens confirmés comme Oliver Hardy et Leo White. Billy West est incontestablement, et de l’avis de tous les spécialistes, le meilleur imitateur de Chaplin.

AUTRES IMITATEURS AMERICAINS

10À côté des trois Billy, il y eut, aux États-Unis, un certain nombre d’imitateurs peu connus à la carrière plus ou moins éphémère.

Bobby Dunn

11Il convient d’abord de donner une place particulière à Bobby Dunn, baptisé en France Charley, qui imita plus ou moins Chariot dans les années vingt. Né en 1891 à Milwaukee (Wisconsin), Bobby était spécialiste des plongées à cheval dans le show du Dr. Carver. Il débute au cinéma en 1915 à la Keystone sous la direction de Mack Sennett et fait partie de la première équipe des Keystone Cops. Petit et musclé, on le voit souvent associé à son ami, le longiligne Slim Summerville. Après quelques films pour L-KO sous la direction de Robert Kerr avec Edgar Kennedy, il passe à la Fox, puis devient une vedette de Arrow Film Corp. en 1922 (Mirthquake Comedies). D’après H. Poulaille :

  • 5 Henri Poulaille, Chariot, Paris, Grasset, 1927, p. 127.

12« Ce Charley, coiffé d’un melon, portait la moustache, coupée un peu à la Chariot, mais en plus fournie. Il tentait d’être lui-même, mais en le voyant, on évoquait, malgré tout, Chariot à la silhouette plus nette, aux gestes plus vrais5. »

13Enfin, Dunn retrouve son ami Slim Summerville à l’Universal en 1924. Il travaille aussi pour Hal Roach, faisant quelques apparitions dans les films de Laurel et Hardy et meurt le 27 juin 1966 à Hollywood.

14The Fast Mail-Man (1922), un des rares films de Bobby Dunn assez facilement accessible, nous révèle un personnage qui présente effectivement beaucoup de ressemblance avec Chariot : petit, une courte moustache, coiffé du classique melon, vêtu d’un costume sombre plutôt étriqué, Bobby évoque bien Chaplin comme l’écrit H. Poulaille. Dans ce film, Bobby incarne un facteur particulièrement dynamique qui ne se trouve jamais pris au dépourvu : il commence sa tournée en vidant une boîte au lettres d’où sortent miraculeusement une demi-douzaine de personnages, puis une longue cage pleine de canards... Plus tard, il attrape acrobatiquement paquets et lettres que lui jette un employé. Le film se termine par une très classique course de voitures dont le 1er prix sera la jolie Helen Dale, fille d’un notable du coin. Le rival de Bobby (Gerry O’Dell) sème mille embûches, mais notre facteur réussit à finir en tête. Hélas, il tombe en panne à un mètre de la ligne d’arrivée et perd la course et la jeune fille...

Ray Hughes

15Ray Hughes, dont les films semblent actuellement perdus à l’exception d’un ou deux titres, a imité Chaplin en particulier dans Love and Lunch (1917) dirigé par William Seiter pour Pyramid Comedies ; il s’agit d’un démarquage de His New Job (Chariot débute, 1915). Hughes avait été découvert dans un théâtre de Boston par Arthur Werner et Charles Abrams, les propriétaires de Pyramid. Devant le succès de ses films, ils font signer à Ray Hughes un contrat de longue durée. Les films connurent un tel engouement qu’ils furent vendus dans toute l’Europe. En France, où ses comédies furent distribués en 1919, il semble qu’il ait été surnommé Kikset.

Harold Lloyd

16On a l’habitude de faire aussi figurer, parmi les imitateurs de Chariot, le Harold Lloyd débutant de la série des « Lonesome Luke » (1916). En vérité, il ne s’agit pas ici d’un plagiat : H. Lloyd n’a pas copié servilement la tenue de Chariot ; il se contente de s’inspirer de son style de jeu, comme on peut en juger par exemple en voyant Luke the Candy Cut-Up (1916) où ses gesticulations et ses mimiques rappellent effectivement Chaplin.

Harry Siegel

17Harry Siegel gagna un concours de sosie de Chariot et tourna pour la Banner Film et Cie un seul et unique film, semble-t-il : A Movie Nut, qui fut distribué à l’automne 1915.

Charles Amador

18Charles (ou Carlos) Amador (1896-1974) était né à Mexico. Il fut engagé au cours du deuxième semestre de 1918 pour remplacer Billy West qui quittait la King Bee pour la Bull’s Eye. Il tourna deux films dont les titres n’ont pas été retrouvés, où il imitait West imitant Chaplin ! On sait seulement qu’Amador fit distribuer un de ses films en prenant comme pseudonyme Charles Aplin, ce qui déplut beaucoup à Chaplin... En 1919, Amador fut le scénariste de Larry Semon à la Vitagraph et tourna avec lui quelques films comme acteur (par exemple Scamps and Scandals, 1919). Il semble qu’ensuite il soit apparu, toujours sous le nom de Charles Aplin, dans une série de comédies pour la Western Feature.

Chai Hong « Charlie from the Orient »

  • 6 David Turconi, op. cit., p. 135.

19Plus original, un Chinois nommé Chai Hong fit carrière aux États-Unis sous le nom de « Charlie from the Orient ». D’avril 1919 à février 1920, il tourna pour L-KO, puis pour la Rainbow, 9 films. D’après D. Turconi6, il semble cependant que Chai Hong n’ait pas voulu faire une vraie imitation de Chariot, mais se soit simplement approprié son nom.

20Signalons enfin que Sammy Burns, vedette des Vogue Comedies de la Mutual, tourna un film intitulé en France Une admiratrice de Chariot (2b), produit par American Film Company.

LES « CHARLOT » DE L’ÉTRANGER

  • 7 Bo Berglund, op. cit., p. 142.

21En Allemagne, un certain Charlie Kaplin apparut dans Chariot fait la noce. Par ailleurs, Ernst Bosser, en compagnie d’une imitatrice d’Edna Purviance (Klara Kronburger), singea Chaplin dans Bobby Bluff. Il semble bien que, malgré les affirmations de B. Berglund7, E. Bosser et C. Kaplin soient deux personnes différentes.

22En France, nous avions André Séchan (mort en 1924). Il s’illustra dans de nombreuses imitations (Max Linder, par exemple) et parodia Chariot dans Le Rêve d’André, accompagné d’un enfant qui était habillé comme Jackie Coogan dans The Kid. Il créa par ailleurs le personnage comique de Fritzigli dans une série de films : Fritzigli cherche un logement ; Anniversaire mouvementé ; Fritzigli, c’est l’idéal ; Friztigli et la vague de courage...

23En France encore, le producteur Alex Nalpas avait découvert un sosie de Chaplin, un certain M. Jack. Il avait aussi engagé Marga Rey comme partenaire et se proposait de faire une série de 12 films avec ces deux artistes. Il semble que ce projet n’ait avorté et qu’aucune bande n’ait été tournée.

  • 8 Francis Lacassin, Maître des lions et maître des vampires, Louis Feuillade, Paris, Pierre Bordas, 1 (...)

24Enfin Biscot, avant d’être la vedette comique de Gaumont dans les années 1920-1921, faisait sur la scène des Folies-Bergère, en 1916, des imitations fort réussies de Chariot. La même année, Jacques Feyder qui tournait une parodie du serial américain « La main qui étreint » (The Clutching Hand de Louis Gasnier, 1915), intitulée avec à propos Le Pied qui étreint, fit incarner à Biscot le chef de l’organisation criminelle : « l’homme au mouchoir rouge » se démasquait à la fin, révélant sa véritable identité. C’était Chariot8 !

25De plus, outre Kikset, déjà cité, un certain Cépalui apparut, imitant Chariot, dans quelques films distribués par Askala en 1917-1918 : Une carrière difficile (novembre 1917), Cépalui fait une conquête (décembre 1917), Cépalui fait la lessive (janvier 1918), Cépalui a bon cœur (février 1918). Il ne nous a pas été possible de trouver quel acteur (français ou plus probablement américain) se cachait derrière ce surnom.

26En Espagne, berceau de la tauromachie, le matador Enrique Molina torée sous le nom de Chariot ! Toute sa quadrilla (picadors, banderilleros et peons) est habillée du classique habit de lumière, mais Molina porte la tenue de Chariot : melon, pantalons larges, petite moustache, canne qui se transforme en épée au moment de la mise à mort. Traité avec mépris par les aficionados, il eut un énorme succès dans les arènes malgré l’opposition des amateurs de corridas traditionnelles. Il se produisit en Espagne et au Portugal, puis en Amérique du Sud. Au printemps 1920, Molina tourna à Los Angeles un seul film, semble-t-il, avec toute son équipe : The Suicide of Chariot (1b). Il fit lui-même la mise en scène et en écrivit le scénario.

27Plus prés de nous, dans le temps du moins, un long métrage intitulé Chinese Chaplin and the Kung Fu Kid in Laughing Times fut tourné à Hong Kong en 1981 avec Dean Sakie dans le rôle du Chaplin Chinois.

  • 9 Bo Berglund, op. cit., p. 142.

28L’Australie, la Nouvelle-Zélande, le lapon et la Chine avaient aussi, d’après B. Berglund9, leurs propres imitateurs de Chariot...

LES « CHARLOT » FÉMININS ET ENFANTS

  • 10 Bo Berglund, « Un Chaplin al femminile », in Griffithiana, n° 32-33, septembre 1988, pp. 93-96.

29Minerva Courtney, une Américaine, imita Chariot dans trois films. Metteur en scène, scénariste et actrice, elle travaillait pour la Metropolis Film. Ces trois films furent distribués en juillet 1915 et il semble que leurs succès ait été très limité car il n’y eut pas de suite. Le premier, Miss Minerva Courtney in Her Impersonation of Charles Chaplin, était un remake, plan par plan, de The Champion (1915)10.

30En Angleterre, Florence Turner, qui avait sa propre maison de production, revêtit la défroque de Chariot, mais il semble que celle-ci se soit contentée de tournées dans des music-halls.

31Les enfants aussi imitèrent Chariot : en 1916, Joseph Monahan parodia Charlie Chaplin’s Burlesque on Carmen (1916) pour la Juvenile Film Corporation sous la direction de James Fitzpatrick : un petit garçon, Chip, s’endormait et rêvait qu’il était Chariot.

DESSINS ANIMÉS

32Charlie’s Busted Romance fut réalisé par John C. Terry et H.M. Shields pour la Movca Film Service (31/1/1916) ; on y voyait non seulement Chariot, mais aussi Fatty et Mabel. La série des Charlie continua et 12 films au total furent tournés, tous en 1916. Pat Sullivan et Otto Messmer mirent en scène Chariot dans plusieurs films en 1918 ; citons par exemple How Charlie Captured the Kaiser et Over the Rhine with Charlie.

PROCÈS ET CONTROVERSES

33Chaplin ne pouvait rester sans réaction devant cette avalanche de contrefaçons plus ou moins réussies. Dès novembre 1917, il engage des poursuites :

  • 11 David Robinson, op. cit., p. 145.

34« La Otis Litograph, la Motion Picture Film et la Big A Film, ainsi que divers individus se virent notifier l’interdiction permanente d’imiter Chaplin et de diffuser des films où il était censé apparaître11. »

35Un autre faux Chariot, The Fall of Rummy-Nuffs (produit par F.F.F. Amusement Corp.), fut interdit. Enfin Charlie in a Harem, Charlie in a Son of the Gods (produit par New Appolo Feature Films Cie) furent aussi retirés de l’affiche. D’autres procès eurent lieu en novembre 1918 qui conduisirent, entre autres, à interdire Charlie in the Trenchs. En 1922, Chaplin assigna en justice Carlos Amador (Ch. Aplin), qui se défendit en attaquant : il déclara que c’était Chaplin le plagiaire, car il avait lui-même imité Billy Ritchie, créateur en 1903 chez Karno du rôle de l’ivrogne dans un sketch intitulé Mumming Birds que Chaplin reprit à son répertoire et dont il tira One A.M. (1915). Chaplin fut débouté en partie et Amador put continuer à tourner à condition de ne pas emprunter le nom de Chaplin.

36Ainsi donc, Chaplin aura été plagié sur les cinq continents ; les pseudo-Chariot auront assurément essayé toutes les variantes possibles : hommes ou femmes, jeunes ou vieux, gros ou maigres, tous auront voulu imiter l’inimitable. Ils n’auront été, somme toute, avec plus ou moins de bonheur, que les singes de Chariot auxquels manquait l’étincelle du maître.

FILMOGRAPHIE12

1. BILLY RITCHIE

1914

37L-KO Comedies-Universal (1b) :

38(Principaux acteurs : Gertrude Selby, Henry Bergman)

25.10 – Love and Surgery – R/Sc. : Henry Lehrman.

1.11 – Partners in Crime – R. Henry Lehrman ( ?).

8.11 – The Fatal Marriage – R : Henry Lehrman.

15.11 – Lizzy’s Escape – R : Henry Lehrman.

22.11 – The Groom’s Doom.

29.11 – The Blighted Spaniard – R : Henry Lehrman.

13.12 – The Rural Demons – R. Henry Lehrman.

27.12 – The Manicure Girl – R : Henry Lehrman ( ?).

1915

39Nestor Comedies-Universal :

2.1 – When His Lordship Proposed (1b) – R : Albert E. Christie.

40L-KO Comedies-Universal (1b sauf mention spéciale) :

16.1 – Cupid in a Hospital – R : Henry Lehrman.

10.1 – Through a Knot Hole.

13.1 – Thou Shalt not Flirt – : Henri Lehrman.

24.1 – The Death of Simon Legree – R : Henry Lehrman.

31.1 – After Her Millions (3b) – R : Henry Lehrman.

3.2 – The Butcher’s Bride.

10.2 – Father Was a Loafer – R : Henry Lehrman.

12.2 – All Aboard (2b) – R : Henry Lehrman.

17.2 – Almost a Scandal.

28.2 – The Avenging Dentist (2b) – R : Harry Edwards.

3.3 – Bill’s New Pal – R : Harry Edwards.

7.3 – In and Out of Society.

31.3 – Hearts and Flames (2b) – R : Harry Edwards.

7.4 – The Fatal Note (1b) – R : Harry Edwards.

14.4 – Under the Table (2b) – R : John G. Blystone.

25.4 – Poor Policy – R : Harry Edwards.

5.5 – Father Was Neutral – R : Harry Edwards.

19.5 – Love and Sour Notes – R : John G. Blystone.

9.6 – Bill’s Blighted Career (2b) – R : Harry Edwards.

4.7 – The Curse of Work (2b) – R : Harry Edwards.

18.7 – A Doomed Hero (2b).

28.7 – Life and Moving Picture (2b) – R : Henri Lehrman.

9.8 – A Vendetta in a Hospital (3b).

11.8 – Hello, Bill ! – R : Harry Edwards.

29.9 – Married on Credit.

20.10 – Room and Board – a Dollar and a Half (2b) – R : Henry Lehrman.

8.11 – Silk Hose and High Pressure (3b) – R : Henry Lehrman ;

24.11 – Stolen Hearts and Nickels (2b).

8.12 – Sin on the Sabbath (2b).

1916

9.1 – Billy’s Reformation (3b) – R : Harry Edwards ( ?).

26.1 – Knocks and Opportunities (2b).

20.2 – Twenty Minutes at the Fair.

6.3 – False Friends and Fire Alarm (2b).

19.3 – Love Wires and Live Sparks (3b).

20.3 – A Friend, but a Star Boarder.

22.3 – Scars and Stripes Forever (2b).

19.4 – A Meeting for a Cheating.

26.4 – Bill’s Narrow Escape (2b).

7.6 – Billie’s Waterloo ou Billy’s Waterloo.

19.7 – A Bold, Bald Breeze.

21.8 – ( ?) The Temper-Mental Mother-In-Law (2b).

6.9 – Crooked from the Start (2b) – R : John G. Blystone.

20.9 – Cold Hearts and Hot Flame (2b).

18.10 – Safety First.

22.10 – She Wanted a Ford.

22.11 – Where Is My Wife ? (2b).

1917

6.5 – Scrambled Hearts.

41Fox Comedies :

19.3 – The House of Terrible Scandals (3b) – R/Sc. : Henry Lehrman.

42Sunshine Comedies-Fox :

9.12 – His Smashing Career (2b) – R : Henry Lehrman.

1918

22.9 – Roaring Lions on the Midnight Express (2b) – R : Henry Lehrman.

15.12 – The Fatal Marriage (2b) – R : Henry Lehrman.

1920

43Associated First National :

24.1 – A Twilight Baby (3b) – R : Preston Black.

2. BILLY REEVES

1915

44Sterling Coledies-Universal :

6.5 – Counting out the Count (1b).

45Lubin :

(1b – R : Arthur Hotaling – I : Patsy De Forest, Mae Hotely, Jack O’Neill, Bobby Williamson, Harry Nelson, Billy Potter, Charles Griffiths, Jonnie Doyle, Mary Hartwell, Amy Forrest, Amy Webb) :
15.5 – The Substitute ; 22.5 – The Club Man ; 29.5 – Out for a Stroll ; 6.6 – The New Butler ; 12.6 – Nearly a Prize Fighter ; 19.6 – A Safe Investment ; 26.6 – Just Life Kids ; 3.7-A Day on the Force ; 10.7 – The New Valet ; 17.7 – Wifie’s Ma Comes Back ; 24.7 – When Wife Sleeps ; 31.7 – Billies Heiress ; 7.8 – Billie’s Debut ; 14.8 – Her Romeo ; 21.8 – The Life Guard ; 28.8 – Billie Joins the Navy ; 4.9 – An Awful Artist ; 11.9 – Quennie of the Nile ; 18.9 – The Golden Oyster ; 25.9 – Captain Kid and Ditto ; 2.10 – The Cello Champion ; 9.10 – Think of the Money ; 16.10 – The Price of Pies ; 23.10 – Playing Horse ; 30.10 – His Body Guard ; 6.11 – The Cellar Spy.

(R : Earl Metcalfe – I : Carrie Reynolds, Arthur Matthess, Jessie Terry, Patsy De Forrest, Charles Griffiths) :
13.11 – His Three Brides, 20.11 – The Wife’s New Lid, 27.11 – Blaming the Dutch ou Ducking the Blame ; 4.12 – And the Parrott Said... ? ; 11.12 – Bashful Billie, 25.12 – An Unwilling Burglar ; 25.12 – No Smoking.

1916

1.1 – A Ready Made Maid ; 15.1 – A Skate for a Bride ; 22.1 – Insomnia ; 29.1 – Cured ; 5.2 – The Election Bet ; 12.2 – Billie’s Lucky Bill ; 19.2 – A Temporary Husband ; 26.2 – Billie’s Revenge ; 4.3 – Hamlet Made Over ; 18.3 – Dare Devil Bill ; 25.3 – Love One Another ; 1.4 – Billie’s Double ; 15.4 – Mr. Housekeeper ; 22.4 – Millionaire Billie.

3. BILLY WEST

1910

46Biograph (1b) :

3.4 – Up a Tree (1b) – R ; Franck Powell.

6.9 – A Knot in the Plot – R : Frank Powell.

1912

31.7 – His Own Fault – R : Mack Sennett.

47Edison (1b) :

27.4 – Blinks and Jinks, Attorney at Law.

4.9 – The Grandfather.

48Universal Gem :

3.12 – Apartment Number 13 (1b).

49Prod. GEM :

7.12 – Apartment n° 13 (1b).

1913

50Vitagraph (1b) :

1.11 – The Kings Men – R : W.J. Bauman.

1914

51Majestic (2b) :

10.1 – Sorority Initiation.

14.2 – Fate’s Decree.

5.3 – A Body in the Trunk – R : John O’Brien.

7.3 – The Stronger Hand.

13.3 – The Emerald Brooch – R. Lloyd Ingraham.

17.10 – For Her Father Sake – R : John O’Brien.

14.11 – The Niggard – R : Donald Crisp.

5.12 – Her Brave Hero – R : Robert G. Vignola.

12.12 – The Old Maid – R : John O’Brien.

1915

2.1 – His Lesson.

9.1 – Vengeance Is Mine.

23.1 – On the Table Top.

21.3 – The Last Card – R : Lloyd Ingraham.

29.5 – The Living Death.

21.8 – The Little Cupids – R : S.A et G.M. Franklin.

52Reliance (2b) :

27.2 – The Man with a Record – R : George Siegman.

7.8 – The Noon Hour.

25.9 – Merely Players.

1916

53Unicorn (2b) :

30.12 – His Married Life – R : Edwin McKim.

30.12 – His Waiting Career.

54Highgrade Films (2b) :

 ?. 12 – Boarders and Bombs.

1917

55Billy West Comedies – King Bee Comedy Corp. (2b) :

(2b – R : Arvid E. Gillstrom.) :
Début des imitations de Chaplin.

15.5 – Back Stage.

1.6 – The Hero, (d.v.)

15.6 – Dough-Nuts ou The Bakery.

1.7 – Cupid’s Rival ou The Artist, (d.v.)

15.7 – The Villain.

1.8 – The Millionnaire.

15.8 – The Goat ou The Genius.

1.9 – The Flu Cop ou The Modiste (Billy détective [ ?]).

15.9 – The Chief Cook ou The Star Boarder. (d.v.)

15.10 – The Candy Kid.

1.11 – The Hobo (Un vagabond).
Catalogue Morcraft. (d.v.)

15.11 – The Pest ou The Meddler.

1.12 – The Bandmaster ou The Musician.

15.12 – The Slave.

56Prod. Belmont :

26.2 – A Hotel Mix-Up – R : Arvid E. Gillstrom.

1918

57Billy West Comedies-King Bee comedy Corp. (2b) :

1.1 – The Stranger ou The Prospector.

15.1 – His Dag Out ou The Barber, (d.v.)

15.2 – The Rogue.

1.3 – The Orderly.

15.3 – The Scholar.

1.4 – The Messenger.

(R : Charles Parrott) :

1.5 – The Handy Man.

1.6 – Bright and Early.

15.6 – Straight and Narrow.

1.7 – Playmates.

15.7 – ( ?) Beauties in Distress.

58Highgrade Film (2b) :

 ?.6 – Billy in Harness

 ?.6 – Billy in Society

59Sunshine Comedies-Fox (2b) :

25.11 – Choose Your Exit – R : Charles Parrott.

1919

60Bull’s Eye-Universal (2b) :

(2b-R : Charles Parrott) :

11.1 – A Rolling Stone.

18.1 – He’s in Again.

27.2 – The Chauffeur (Le gai chauffeur).

28.2 – Ship Ahoy ou The Inspector.
Catalogue Blachawk. (d.v.)

18.3 – Lured.

10.4 – Flirts.

15.6 – Coppers and Scent.

18.7 – Out of Tune.

28.8 – Haunted Hearts.

Fin ( ?) des imitations de Chaplin.

 ?.12 – Her Nitro Night.

17.12 – Blue Blood and Bevo – R : ?

 ?.12 – HotDogs – R : ?

 ?. 12 – A Scented Romance – R : ?

1920

15.1 – Bone Dry – R : ?

 ?.1 – A Rural Romance

$ 1 000 Short – R : ?

61Reelcraft Photoplay Co. (2b) :

 ?.5 – Happys Days

 ?.5 – Strike Breaker (Billy Briseur de grève)

 ?.6 – The Dreamer

 ?.6 – Hands Up

1921

62Joan Sales Company (2b) :

Italian Love (2b) – I : Ethelyn Gibson, (d.v.)

Don’t Be Foolish. (d.v.)

63Star Comedies-Universal (1b) :

21.11 – The Line’s Busy (1b) – R : Craig Hutchinson, (d.v.)

1922

64Billy West Comedies – King Bee Comedy Corp. (2b) :

1.9 – Still Going Strong – R : Noel M. Smith.

21.9 – The New Mama – R : Alfred Santell.

19.10 – The Spirit of ‘23 – R : Noel M. Smith.

9.11 – All at Sea – R : Alfred Santell.

18.11 – The Dumb Waiters – R. Noel M. Smith.

6.12 – High Flyers – R : Alfred Santell.

1923

1.1 – Briddle Grooms – R : Noel M. Smith.

15.1 – West Is East – R : Alfred Santell.

1.2 – Holy Smoke – R : Noel M. Smith.

15.2 – Full o’ Pep – R : Noel M. Smith ;

5.3 – Day by Day in Every Day – R : Harry Edwards.

21.3 – Oh Ma-the Rent-Taker – R : Harry Edwards.

9.4 – Only a Husband – R : Alfred Santell.

25.4 – Tin Knights in a Hallroom – R : Alfred Santell.

18.5 – Haw and Yeggs – R : Harry Edwards.

4.6 – Monkeying Around – R : Alfred Santell.

6.7 – Seaside Simps.

65Broadway Comedies-Arrow Films (2b sauf mention spéciale) :

1.1 – Pay Up – R : Ward Hayes.

1.6 – Two after One (1b) – R : Billy West.

1.9 – Don’t Slip – R : Ward Hayes.

1.11 – Be Yourself.

3.11 – Hello, Bill – R/Sc. : Billy West.

1924

1.2 – Hello Stranger – R : Ward Hayes.

29.2 – Not Wanted – R : Billy West.

1.3 – The Nervous Reporter – R. Will Hayes.

7.5 – Oh, Billy ! – R : Jess Robbins.

15.5 – Dyin’for Love – R : Billy West.

15.8 – That’s That – R : Richard Thorpe.

1.10 – One Exciting Evening – R : R.N. Smith.

15.10 – Love – R : Billy West.

15.11 – Meet Father – R : Jess Robbins.

15.12 – Watch Out – R : Mark Goldaine.

1925

6.1 – Two After One – R : Billy West.

15.1 – Believe Me – R : George Jeske.

15.2 – Hard Hearted Husbands – R : Ward Hayes.

15.3 – Rivals – R : Ward Hayes.

15.4 – Copper Butt-Ins.

16.5 – West Is West – R : Jess Robbins.

15.6 – Fiddlin’Around – R : Jess Robbins.

18.7 – The Jokes on You – R : Ralph Cedar.

15.8 – That’s All – R : Billy West.

1924-1925

Hard Boiled Yeggs (Un héritier encombrant) (2b) – R/Sc : Percy Pembroke I : Ethelyne Gibson.
Catalogue Connaissance du cinéma, (d.v.)

So Long, Bill (2b) – R : Edward I. Luddy.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1926

Danger Ahead (2b).
Catalogue Thunderbird.

Thrilling Youth – R : Grover Jones.

1928

66Imperial Comedies-Fox (2b, – R : Billy West) :

6.1 – Hold Your Hat.

8.4 – Old Wives Who Knew.

27.5 – Jack and Jilted.

67Adventures of Van Bibber in Society-Fox (2b) :

10.6 – A Knight of Daze – R : Billy West

FILMS PARLANTS :

1934

68Columbia (2b) :

20.11 – Perfectly Mismated – R : James W. Home.

1935

15.6 – Do Your Stuff – R : James Parrott.

Date inconnue :
Trouble Shooter (2b). (d.v.)
Love on the Skids (2b). (d.v.)

T.O.N.I. :

Le Client de la mère Lanfrit (2b) [9/1919] (Bull’s Eye).

Serveur, danseur, boxeur amateur (2b) 110/19191 (Bull’s Eye).

Billy balayeur consciencieux (2b) (3/1921).

Blly garçon de ferme (4/1921).

Billy veut divorcer (6/1921).

Billy ne perd pas le nord (6/1921).

Billy acteur malgré lui (6/1921) [sans doute Back Stage, 1917].

Billy chauffeur émérite (6/1921) [sans doute The Chauffeur, 1919].

Le chapeau de Billy (6/1921).

Billy limier de la P.J. (7/1921) [sans doute The Inspector, I919].

Un gros malin (12/1921).

Billy à l’institut de beauté (12/1921).

Les Mains dans les poches (3/1922).

Les Amoureux de contrebande (3/1922).

Billy manque de cran (4/1922).

Billy garçon d’honneur (4/1922).

Billy en a marre (4/1922).

On enlève ma fille (4/1922).

Billy hérite (4/1922).

Abominations et détonations (4/1922).

Le Placier tenace (4/1922).

Billy dieu d’amour (5/1922).

Billy va fort (7/1922).

Billy victime du mariage (8/1922).

L’Irrésistible Billy (2/1923).

Un fils à papa (5/1927).

Tiens-toi Billy (9/1927).

4. BOBBY DUNN

1. COURTS METRAGES :

1914

69Sterling Comedies-Universal :

21.9 – In and Out (3b) – R : David Kirkland.

1915

70Keystone-Mutual :

13.2 – Hogan’s Romance Upset (1b) – R : Roscoe Arbuckle.

15.2 – Hogan’s Aristocratic Dream (2b) – R : Charles Avery.

2.6 – A Hash House Fraud (1b) – R : Edwin Frazee.

7.6 – Those Bitter Sweets (1b) – R : F. Richard Jones.

9.8 – A Rascal of Wolfish Ways (2b) – R : Edwin Frazee.

71Triangle-Keystone (2b) :

28.11 – Fickle Fatty’s Fall – R : Roscoe Arbuckle.

1916

6.2 – His Pride and Shame – R. Ford Sterling et Charles Parrott.

18.2 – His Auto Ruination (2b) – R : Fred Fishback.

26.3 – By Stork Delivery (2b) – R : Fred Fishback.

9.4 – His Bread and Butter – R : Eddie Cline.

10.5 – Our Daredevil Chief – R : Charles Parrott.

29.5 – A Versatile Villain – R/Sc. : Edwin Frazee.

7.6 – Bubbles of Trouble (2b) – R : Eddie Cline.

 ?.10 – The Winning Punch – R : Eddie Cline.

20.12 – His Busted Trust – R : Eddie Cline.

1917

4.3 – Villa of the Movies – R : Eddie Cline.

22.4 – Secrets of a Beauty Parlor – R : Harry Williams.

72L-KO Comedies-Universal :

5.12 – A Hero for a Minute (1b) – R : Robert Kerr.

1918

30.1 – Barbarous Plots (2b) – R : Jason Davis.

73Sunshine Comedies-Fox :

25.8 – A High Diver’s Last Kiss (1b) – R : Noel M. Smith.

1919

74L-KO Comedies-Universal (2b) :

26.2 – Lions and Ladies – R : Frank Griffin.

5.3 – A Ragtime Romance – R : Noël Smith.

75Mack Sennett-Paramount (2b) :

23.2 – East Lynne with Variations – R : F. Richard Jones.

76Sunshine Comedies-Fox (2b) :

28.9 – His Naughty Wife – R : Victor Heerman.

1920

 ?.6 – Monkey Business – R : Eddie Cline.

 ?.8 – Mary’s Little Lobster – R : Eddie Cline.

 ?.8 – Slipping Feet – R : John G. Blystone.

 ?. 11 – Pretty Baby – R : John G. Blystone.

1921

 ?.2 – His Fiery Beat – R : Del Lord.

1922

77Mack Sennett First National (2b) :

 ?. I – Be Reasonable – R : Roy Del Ruth.

78Mirthquake Comedies-Arrow Films :

2.4 – Fresh Paint (2b) – R : Ed. Lyons.

24.4 – Hands Up (2b) – R : Eugene De Rue.

9.6 – All Wrong (1b) – R : Ed. Lyons.

30.6 – Give Me Air (2b) – R : Eugene De Rue.

25.7 – No Luck (2b) – R : Eugene De Rue.

 ?.9 – The Fast Mail-Man (Facteur express) (2b) – R : Eugene De Rue. (d.v.)

Salt Air (2b) – R : Eugene De Due.

Our Alley (2b).

1923

30.6 – Hot Foot (2b) – R : Eugene De Rue.

30.7 – Oh, Shoot (2b) – R : Eugene De Rue.

1.8 – No Danger (2b) – R : Eugene De Rue.

15.11 – All Is Lost (2b) – R : Ward Hayes, (d.v.)

79Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

16.5 – Ain’t Love Awful ? – R : Eugene De Rue.

80Universal Comedies (1b) :

31.12 – The Rivals – R : William H. Watson.

81Arrow Films-Mirthquake Comedies (2b) :

4.9 – Oh ! Teatcher ! – R : Eugene De Rue.

1924

7.1 – Why Wait ? – R : Slim Summerville.

31.1 – Easy Work – R : Slim Summerville.

11.2 – Easy Money – R : Slim Summerville.

10.3 – Keep Healthy – R : Slim Summerville.

24.3 – Ship Ahoy – R : Slim Summerville.

21.4 – Green Grocers – R : Slim Summerville.

28.4 – Politics – R : Slim Summerville.

12.5 – My Little Brother – R : William H. Watson.

26.5 – Case Dismissed – R : Slim Summerville.

16.6 – Miners over Twenty – One – R : Slim Summerville.

30.6 – Cry Baby – R : Slim Summerville.

29.9 – Hello Frisco – R : Slim Summerville.

82Arrow Films :

15.1 – This Way Out (2b) – R : Eugene De Rue.

28.1 – A Fake Alarm (2b)-R : Eugene De Rue.

1.3 – Unmounted Policeman (2b) – R : Ed. Lyons.

2.4 – My Error (2b) – R : Ed. Lyons.

15.5 – Dyin’for Love (2b) – R : Billy West.

1.6 – Once a Boob (1b) – R : Eugene De Rue.

1.6 – Flapper Fever (2b) – R : Ward Hayes.

15.7 – I’m Cured (2b) – R : Eugene De Rue.

15.8 – The Dumb Waiter (2b) – R : Eugene De Rue.

26.12 – Love Awful (1b).

83Sunshine Comedies-Fox (2b) :

7.9 – Unreal News Reel N° 4 – R : Slim Summerville.

1925

84Fox (2b) :

1.1 – On the Go – R : Lewis Seiler.

85Arrow Films (2b) :

2.1 – So Simple – R : George Jeske.

1927

86Hal Roach M.G.M. (2b) :

Why Girls Love Sailors – R : Fred Guiol.

1929

Bacon Grabbers – R : Lewis Foster.

FILMS PARLANTS :

1932

87Educational (2b) :

The Big Flash – R : Arvid E. Gillstrom.

1933

88Hal Roach M.G.M. (2b) :

Me and My Pal – R : Charles Rogers et Lloyd French.

1934

Them Thar Hills – R : Charles Rogers.

1935

Tit for Tat – R : Charles Rogers.

The Fixed Uppers – R : Charles Rogers.

89Warner Bros. (2b) :

Keystone Hotel – R : Ralph Staub.

Date inconnue :
The General Store (2b). (d.v.)
Plumber’s Helper (2b). (d.v.)

90T.O.N.I. :

Charley mécano (1b) (7/1917).

Charley cuisinier (1b) (12/1917).

Charley et la maison hantée (1b) (1/1918).

Charley et les ondines (1b) (2/1918).

Charley chauffeur d’auto (1b) (3/1918).

Charley à l’école (1b) (5/1918).

Les Dangers de la grande ville (1b) (5/1918).

Charley et la piste des bonbons acidulés (1b) (5/1919).

Charley au « family house » (1b) (6/1919).

Charley et l’ardente Andalouse (1b) (6/1919).

Charley a des visions (1b) (7/1919).

Charley, prince du sang (1b) (8/1919).
(Il n’est pas certain que ces « Charley », sortis entre 1917 et 1919, aient pour vedette Bobby Dunn).

Charley s’en balance (1b) (10/1923) Arrow films.

Charley héros malgré lui (1b) (10/1923) Arrow films.

Charley se lance (1b) (11/1923) Arrow films.

Charley, l’orphelin (1b) (11/1923) Arrow films.

Les avatars de Charley (1b) (11/1923) Arrow films.

Charley et son gosse (2b) (2/1924).

Charley fait le flambard (2b) (3/1924).

Charley et les revenants (2b) (6/1924).

Charley l’endiablé (2b) (6/1924).
Catalogue Kodascope : Un esprit inventif (2b).

La Part du lion (2b).

Une bonne leçon (2b).

Attention à la peinture (2b) – I : Fay Holderness.
Catalogue Connaissance du cinéma : Amour et carburateur.

5. RAY HUGHES

1917

91Pyramid Comedies (2b – R : William Seiter) :

 ?.12 – In and Out.

 ?. 12 – Beach Birds.

 ?. 12 – Love and Lunch.

 ?. 12 – Beauties and Bombs.

T.O.N.I. :

( ?) Kikset aux bains de mer (2b) (3/1919).

( ?) Kikset flirte (2b) (4/1919).

( ?) Kikset barman ambulant (2b) (4/1919).

( ?) Kikset infirmier par amour (2b) (4/1919).

( ?) Kikset au bal masqué (2b) (5/1919).

( ?) Kikset bonne à tout faire (2b) (7/1919).

2. LONGS MÉTRAGES (LISTE PARTIELLE) :

1921

Skirts (5b) – R : Hampton Del Ruth.

1926

The Thrill Hunter (6b) – R : Eugene De Rue.

When the Wife’s away (6b) – R : Frank Strayer.

1931

Pardon Us (6b) – R : James Parrott.

1932

Million Dollar Legs (7b) – R : Nick Grinde.

1934

Broadway Bill (11b) — R : Frank Capra.

1935

Bonnie Scotland (9b) – R : James W. Horne.

George White’s Scandals (9b) – R. Robert Thornton.

Here Comes Cookie (7b) – R : Norman McLeod.

Reheads on Parade (9b) – R : Norman McLeod.

1936

The Bohemian Girl (7b) – R : James W. Home et Charles Rogers.

Our Relations (6b.) – R : Harry Lachman.

Mr. Deed Goes to Town (12b) – R : Frank Capra.

1937

Way Out West (7b) – R : James W. Horne.

6. CHAI HONG « CHARLIE FROM THE ORIENT »

1918

92L-KO Comedies-Universal (2b) :

19.6 – Romance and Dynamite – R : James D. Davis.

24.7 – A Clean Sweep.

2.10 – Nuts and Noodles – R : James D. Davis.

1919

15.1 – Charlie the Little Daredevil – R : Alf Goulding.

22.1 – The Freckled Fish – R : Joseph Le Brandt, I : Oliver Hardy.

3.2 – Charlie in Turkey (1b) – R : Alf Goulding.

93Nestor Comedies – Universal :

19.3 – Charlie Treats’Em Rough (1b).

94L-KO Comedies-Universal (2b) :

9.4 – A Movie Riot (2b) – R : Charles Butchinson.

7.5 – Good Night, Turk ! (2b) – R : James D. Davis.

9.7 – A Pair of Deuces (2b) – R : Alf Goulding.

20.8 – Charlie the Hero (2b) – R : Jim Davis.

24.9 – An Oriental Romeo (ou Rome) – R : less Robbins.

95Pathé (2b) :

19.8 – The Girl and the Gangster – R/Sc. : Artur Gray.

96Universal (2b) :

29.10 – ( ?) The Popular Villain – R : Kit Howe.

97Century Comedies-Stern Brothers-Universal (2b) :

1.12 – A Barnyard Romance – R : Jess Robbins.

31.12 — Charlie Gets a Job – R : Jess Robbins.

1920

13.3 – Over the Ocean Waves – R/Sc. : Jess Robbins.

7. MINERVA COURTNEY

1915

98Metropolis Film Manufacturing Company :

(2b – R/Sc. : Minerva Courtney) :

15.7 – Minerva Courtney in Her Impersonation of Charles Chaplin.
Catalogues JEF Films sous le titre Sweet Patootie (incomplet, 1b) et Morcraft (2b).

22.7 – Minerva Courtney as Chaplin Putting in over.

29.7 – Minerva Courtney as Chaplin in Her Job in the Laundry.

Notes

1 Jacques Audiberti, « Le mur du fond », in Écrits sur le cinéma, Paris, Éd. Cahiers du cinéma, 1996, p. 9.

2 L’essentiel de ce chapitre repose sur les articles de Bo Berglund, « Chaplin, I tre Billy e altri imitatori, le scimmie de Chaplin », in Cinegraphie 3, Transeuropa, 1991, pp. 142-147 et Davide Turconi, « Riflessi di Chaplin, plagi, parodie, contrafazzione, le scimmie de Chaplin », in Cinegraphie 3, op. cit., pp. 129-141.

3 Bo Berglund, op. cit., p. 144.

4 Robert Florey, lettre à Raymond Borde, archives de la cinémathèque de Toulouse.

5 Henri Poulaille, Chariot, Paris, Grasset, 1927, p. 127.

6 David Turconi, op. cit., p. 135.

7 Bo Berglund, op. cit., p. 142.

8 Francis Lacassin, Maître des lions et maître des vampires, Louis Feuillade, Paris, Pierre Bordas, 1995, p. 136.

9 Bo Berglund, op. cit., p. 142.

10 Bo Berglund, « Un Chaplin al femminile », in Griffithiana, n° 32-33, septembre 1988, pp. 93-96.

11 David Robinson, op. cit., p. 145.

12 Les filmographies (à l’exception de celle de B. Dunn) reposent essentiellement sur l’article de Davide Turconi, filmographie in « Le scimmie di Chaplin », op. cit., pp. 148-163. De nombreuses corrections ont été apportées à la filmographie de B. West.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search