Version classiqueVersion mobile

Dynamiques et structures en langue

 | 
David Piotrowski

Chapitre IV. Le régime de l’intégration

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1 – Introduction

Le régime de l’intégration (ou de la synthèse) constitue sans nul doute une des propriétés fondamentales du langage, une propriété de structure qui peut être placée sur un même plan de certitude empirique que le différentiel de recevabilité ou la dualité du signe. Il est donc à inscrire au nombre des régimes de fonctionnement dont un modèle linguistique doit rendre compte.

Le fait de l’intégration, c’est le fait qu’une série d’éléments distincts, possédant chacun leur identité propre, s’organisent et se fondent en une unité de sens globale et close. C’est le fait que l’on « interprète l’énoncé [Pierre est à côté de Paul] comme l’affirmation d’une proximité de Pierre et Paul [et que] ces six mots, extérieurs l’un à l’autre, et dont chacun possède son sens particulier, arrivent à suggérer l’unité d’une expérience1. » Sapir décrit cette propriété fonctionnelle de la façon suivante : « La phrase est la traduction logique de la pensée complète, même si on la conçoit comme ...

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search