Version classiqueVersion mobile

Dynamiques et structures en langue

 | 
David Piotrowski

Chapitre III. L’instance de la recevabilité

Texte intégral

1 – Introduction

  • 1 S. Auroux, in G. Vignaux, 1992, p. 247.

1La notion de recevabilité (acceptabilité, grammaticalité, sémanticité... nous préciserons par la suite la terminologie) occupe une place centrale dans la méthodologie de la linguistique contemporaine. Une revue rapide des ouvrages et des travaux actuels suffit pour le constater. Très schématiquement, le différentiel de recevabilité (le couple recevable/irrecevable, approximativement : « se dit »/ « ne se dit pas », correct/incorrect, possible/impossible...) apparaît à deux titres. Dans de nombreuses approches, conformément aux principes de l’épistémologie popérienne, il constitue (sous différentes qualifications) un critère de réfutation des analyses et des élaborations théoriques : les propriétés assignées à telle ou telle unité sont valides pour autant qu’on ne peut en dériver, par voie de calcul, des configurations irrecevables. Parallèlement, au plan de la pratique descriptive, le différentiel opère comme un indicateur : les valeurs de recevabilité produites par les procédures variationnelles signalent des propriétés fonctionnelles spécifiques et contribuent à orienter les analyses. Plus généralement, et comme le rappelle S. Auroux, le différentiel de recevabilité est à la source de l’activité grammaticale – celle-ci consistant en effet à qualifier (catégoriellement et fonctionnellement) les unités linguistiques en vue de rendre compte de la répartition « empirique » du possible et de l’impossible en langue : « Le protocole d’analyse qui va dominer la grammaire occidentale peut se décrire de la façon suivante : les unités du langage naturel sont réparties en catégories (les fameuses parties du discours), celles-ci décrites par un ensemble de traits et les possibilités de co-occurrence des unités définies par la compatibilité des traits des catégories auxquelles elles appartiennent. Comme le remarque Priscien, personne ne dit ego facis (pronom personnel à la 1re personne + verbe à la 2e personne). Cette découverte – qui interdit de voir dans le langage naturel un monoïde libre – est aussi solide, stable et fondamentale dans l’histoire de l’humanité que le théorème de Pythagore. Elle correspond à la notion de grammaticalité1. » Examinons plus précisément le statut et la position fonctionnelle du différentiel de recevabilité.

2 – Précisions et problèmes

  • 2 R. Martin, 1992, p. 227-228.

2D’abord, concernant le statut du différentiel de recevabilité, on observera qu’il se manifeste dans l’activité langagière. Autrement dit, les jugements de recevabilité sont des observables relevant d’une même sphère d’expérience que les énoncés produits par les locuteurs : les jugements de recevabilité sont des phénomènes langagiers à part entière (on emploiera dorénavant les termes de recevabilité et irrecevabilité pour désigner les phénomènes du possible et de l’impossible en langue). Il importe, sur ce point, d’apporter plus de précisions : si le jugement d’acceptabilité (grammaticale ou sémantique) prend une forme explicite dans l’activité grammaticale (dont il est, on l’a vu, le fondement) – celle-ci visant à rendre compte de la bonne formation catégorielle des énoncés déliés des situations singulières de leur énonciation (i.e. des phrases « en compétence ») – on ne peut toutefois ignorer que la recevabilité concerne aussi, et primordialement, les énoncés en acte et en contexte. Comme le souligne R. Martin, « Les phrases ne sont pas seulement plus ou moins conformes à la grammaire de la langue et aux exigences de la construction sémantique. Elles s’adaptent aussi plus ou moins harmonieusement au contexte où on les fait apparaître. Il importe ainsi de compléter la notion d’acceptabilité (grammaticalité et sémanticité) par celle de cohésion : la cohésion détermine l’appropriation d’une phrase bien formée à un contexte [...] Au demeurant, la cohésion textuelle, propre à la composante discursive, se complète, dans la composante pragmatique, par les exigences de la cohérence. Celle-ci fait intervenir le contexte dans un sens plus large, c’est-à-dire la situation extra-linguistique et les connaissances d’univers2. »

  • 3 J.-C. Milner, 1989b, p. 54.

3La « découverte » des contraintes de recevabilité qui fonde les pratiques grammaticales ne procède donc pas d’une pure élaboration conceptuelle : c’est dans les termes introduits pour qualifier ces contraintes, pour les décrire et les expliquer, que réside l’élaboration conceptuelle. Quant au fait premier de la pratique grammaticale, à savoir l’assignation d’un jugement différentiel à des « événements » langagiers, il relève d’une autre sphère que les systèmes de détermination linguistiques : c’est un phénomène coextensif à l’activité langagière : « De fait, on constate que l’enquête ethnologique sur les langues a toujours été possible, même auprès de sujets qui ne peuvent se référer à aucune notion “grammaticale”. Leur jugement sera souvent brut. Il prendra notamment la forme d’un jugement d’appartenance communautaire : “Jamais, dira le sujet, quelqu’un de mon groupe ne dira cela.” Et, sollicité d’expliquer sa réponse, il en sera souvent incapable. Malgré tout, on a bien là l’essentiel du jugement grammatical3. »

4Pour consolider ce point de vue, on observera que, si tant est que les concepts de grammaticalité, acceptabilité, sémanticité... ne sont pas des notions vides – et personne n’en doutera – ils doivent bien recouvrir une certaine classe de faits empiriques ; en d’autres termes, ils doivent bien subsumer un certain ensemble de données phénoménales. Les jugements de recevabilité qui expriment l’acceptation, le rejet ou l’embarras ressenti face à un énoncé, doivent donc être reconnus comme d’authentiques phénomènes langagiers et, par voie de conséquence, doivent être pris en charge en tant que tels dans les différents édifices théoriques. Voyons cela.

5En premier lieu, on notera que, comme phénomènes langagiers, les jugements différentiels ne relèvent assurément pas de la même région empirique que les énoncés ou les discours proférés. D’abord, de toute évidence, parce que la « matière » de leur manifestation n’est pas celle des énoncés – qui se réalisent dans les substances de l’expression et du contenu. Ensuite parce que, s’appliquant à des données de langue, ils ne se situent pas au même niveau de hiérarchie fonctionnelle que celles-ci : ils relèvent d’une strate d’organisation « dominant » celle des énoncés.

  • 4 A. Philonenko, 1989, p. 107.

6En second lieu, en tant que phénomènes, les jugements de recevabilité demandent à être qualifiés. En effet, envisagés comme simples données empiriques, ils sont dépourvus d’existence objective : « C’est seulement lorsqu’ils sont saisis dans la connaissance scientifique [...] que [les phénomènes] reçoivent la dignité de la réalité objective4. » Tout comme les factualités de parole, leur identité « réelle » procède de leur inscription dans un système théorique.

7Les travaux accomplis en la matière ont conduit à distinguer un certain nombre de concepts et d’oppositions susceptibles de subsumer et d’ordonner, en somme d’établir au rang d’objet, la diversité des jugements de recevabilité. D’abord, le vague sentiment de rejet éprouvé à l’égard d’un énoncé doit être épuré de sa composante appréciative, qui n’exprime jamais que des tensions entre les différentes strates d’une hiérarchie de normes sociolectales (niveaux de langue, critères de bienséance ou de prestige social...), pour ne conserver que la composante regardant la forme interne des productions langagières. Ensuite, à un niveau homogène de langue donné, il est devenu courant de distinguer l’acceptabilité au sens strict qui relève de la seule performance (modalités cognitives et circonstancielles de l’actualisation langagière), de la grammaticalité et de la sémanticité qui, elles, relèvent de la compétence (faculté pure de langage), la première étant relative à la bonne formation syntaxique, la seconde à une certaine cohésion sémantique.

  • 5 A. Berrendonner, 1983, p. 24.
  • 6 J. Lyons, 1990, p. 17.
  • 7 Ibid., p. 18.
  • 8 Ibid., p. 22.
  • 9 R. Martin, 1978, p. 9.
  • 10 Ibid., p. 12.
  • 11 Ibid., p. 13-14.
  • 12 R. Martin, 1994, p. 81 et 1992, p. 15.

8Mais il s’agit là, rappelons-le, d’une détermination productive et non d’une classification purement descriptive : les notions de grammaticalité, de sémanticité et d’acceptabilité sont en effet des concepts théoriques reflétant une conception particulière des objets et des opérations linguistiques et destinés à ordonner un ensemble diversifié de phénomènes. Ainsi, la grammaticalité n’est pas une caractéristique empirique susceptible d’être mise en évidence à travers des protocoles expérimentaux, et « tous les tests de grammaticalité auxquels on a pu penser ne résistent pas à un examen tant soit peu rationnel5. » Rappelons, par exemple, que si « Le meilleur indice de l’inacceptabilité grammaticale est ce qu’on appelle parfois la corrigibilité6 », il n’aura jamais force de preuve car, en définitive, « La corrigibilité en soi n’est ni une condition nécessaire, ni une condition suffisante de l’inacceptabilité grammaticale7. » Et, en définitive, « il est probable qu’on ne trouvera jamais de critère tel qu’il nous permette de décider si toutes les suites de formes sont grammaticalement acceptables ou non8. » Quant à la notion de recevabilité sémantique, la sémanticité, elle rencontre en pratique les mêmes problèmes que la grammaticalité : aucun critère rigoureux et systématique ne permet de la cerner. Comme l’a montré9 R. Martin, elle ne peut être traitée suivant les seuls critères de l’interprétabilité. Du reste, cette dernière notion, beaucoup trop intuitive, requiert des précisions. En effet, « presque » tous les énoncés, moyennant certains contextes, sont susceptibles de produire, par des voies parfois les plus obliques et sous des formes les plus indiscernables, l’impression d’un contenu (les textes poétiques fournissent des exemples canoniques) ou de susciter des interprétations de circonstance. Aussi, tout énoncé serait d’une certaine façon compréhensible et la notion d’interprétabilité s’avérerait inopérante. Pour faire le départ entre les contenus relevant de modalités externes au système de la langue et ceux attachés en propre aux objets linguistiques, « une distinction capitale [s’impose donc], celle du sens et de la signification10. », et, « En toute rigueur, il nous faut donc restreindre la question de l’interprétabilité à l’intelligibilité du sens, car l’intelligibilité de la signification est aussi variable que les situations elles-mêmes11. » En conséquence, les jugements sur la sémanticité d’un énoncé procèdent d’une démarcation théorique, certes fondée, entre les concepts de sens et de signification (ou, suivant une autre terminologie, entre les concepts12 de sens et d’interprétation) et, partant, constituent une décision sur l’identité du contenu en langue d’un vocable.

  • 13 A. Berrendonner, 1983, p. 26.

9En conclusion, l’astérisque (qui note l’agrammaticalité ou l’asémanticité) n’est pas une donnée brute : son assignation est partie prenante d’un travail de mise en forme de l’empirique conditionné par des options théoriques, et au cours duquel s’élabore progressivement l’identité d’objet des données de l’expérience. Ainsi, pour la grammaticalité comme pour la sémanticité, « il semble [bien] impossible de trouver [...] une source qui ne soit pas la théorie elle-même13. »

10Revenons alors au différentiel de recevabilité dans sa fonction d’évaluation des appareils théoriques. On sait que pour entrer en confrontation avec des descriptions théoriques, les jugements de recevabilité doivent recevoir, en tant que phénomènes, certaines qualifications qui établissent leur identité d’objet, et que ces qualifications doivent être (en partie) indépendantes des principes et des formes du système théorique à tester. Force est alors de conclure, comme il a déjà été souligné au premier chapitre (voir 3), que les jugements de recevabilité « objectivés », par exemple en termes de grammaticalité, acceptabilité ou sémanticité, entrent dans le cercle vicieux de l’autocohérence : ils sont déterminés par des principes et des schémas théoriques qu’ils ont aussi pour but d’évaluer.

11Face à cette conjoncture, par ailleurs notoire, la science linguistique ne peut se dérober et poursuivre en toute innocence ses investigations avec des méthodes défectueuses. Il lui importe de clarifier ses positions. Dans ce sens, deux attitudes sont envisageables. La première, outrancière, consiste à reconnaître explicitement la nullité de ses édifices théoriques et des propositions qu’elle énonce. La seconde consiste à se pourvoir d’un cadre problématique plus sophistiqué où les apories de circularité mises au jour sont maîtrisées. De nouveau, deux options sont possibles.

  • 14 J.-C. Milner, 1989b, p. 135-179.
  • 15 Ibid., p. 171.
  • 16 Ibid., p. 174.

12– La première consiste à reprendre la difficulté à un niveau problématique plus élevé et à lui apporter une solution épistémologique idoine. Ainsi, le problème d’autoconsistance posé par le critère de recevabilité sera envisagé comme une conséquence de la nature « asubstantielle » des données de langue (i.e. les phénomènes de langue ne sont pas accessibles à travers des grilles théoriques indépendantes des sciences du langage, d’où la non réfutabilité des théories linguistiques – voir chap. I 3 et II 3) et on discutera de la possibilité de fonder rationnellement des théories traitant de phénomènes de cette nature. C’est cette démarche, exposée par J.-C. Milner, qui conduit à inscrire la science linguistique dans le cadre d’une « épistémologie du dispositif14 » légitimant des représentations « détaillées » lorsque l’observatoire fait défaut, et où la formulation de contraintes « suffisamment restrictives pour que n’importe quelle conjecture [ne] soit pas licite15. » contribue à « éliminer la fantasmagorie16. »

13– La seconde voie, que nous nous proposons de suivre, consiste à reconsidérer la position théorique du différentiel de recevabilité. En effet, l’écueil méthodologique constaté procède de la qualification des jugements de recevabilité comme instances d’évaluation. Aussi, pour échapper au cercle de l’autosatisfiabilité, il s’agira d’élaborer un cadre théorique où le différentiel de recevabilité occupe une fonction et reçoit une détermination nouvelles et conséquentes. Tout particulièrement, considérant le différentiel comme un fait empirique : comme un phénomène, il s’agira doublement (i) d’en déterminer les formes d’organisation interne, à savoir les régimes fonctionnels qui sous-tendent l’ensemble de ses manifestations particulières et qui fondent son objectivité en langue, et (ii) de rattacher ces régimes fonctionnels aux identités de langue manifestées en parole (mots, énoncés, discours...). On sait que, ainsi explicitement inscrit dans le système de la théorie et analytiquement intégré aux objets de langue, le différentiel de recevabilité ne pourra plus prétendre valoir, à quelque titre que ce soit, comme « solide de référence » : comme instance de légitimation des propositions théoriques. On sait aussi (voir chap. II 4) que les embarras que suscite cette conjoncture (parce qu’elle prive la science linguistique d’une de ses sources de validation les plus utilisées) sont levés par un changement d’appui : en choisissant un critère de légitimation « faible », suivant lequel la pertinence d’un cadre théorique procède de son aptitude à rendre compte de la complexion fonctionnelle pluri-régionale de l’objectivité en langue.

3 – Le double niveau d’objectivité en langue

  • 17 Ibid., p. 51.

14Le différentiel opère sous une forme prédicative : « [l’exemple] a la forme d’un jugement d’attribution dont le sujet est une donnée de langue et dont le prédicat est du type “se rencontrer/ne pas se rencontrer”, “se dire/ne pas se dire.”, etc17. » Or, pour que l’application de ce prédicat soit logiquement possible, pour que les qualifications de recevabilité soient conséquentes et dotées d’une portée effective, les données empiriques sur lesquelles il prédique doivent être pourvues d’un statut linguistique. En effet, si les énoncés impossibles en langue étaient dénués de toute forme d’existence linguistique, il n’y aurait aucun sens à leur appliquer le prédicat différentiel et ce dernier ne serait jamais qu’une formule vide.

15Mais, d’un certain point de vue qu’il faudra nuancer, dire qu’un énoncé est irrecevable, c’est dire qu’il viole les règles de la législation langagière. Ainsi, au plan de l’objectivité en langue, si telle configuration syntagmatique est agrammaticale (ou asémantique), à différents titres ou degrés, c’est parce que le procédé de construction dont elle résulte n’aboutit pas à une grandeur de langue. Un défaut de grammaticalité (ou de sémanticité) dénote donc l’échec de la faculté linguistique de mise en forme. Or c’est cette mise en forme, cette structuration, qui seule confère aux phénomènes un authentique statut d’objet de langue. Partant, un syntagme agrammatical (ou asémantique) est dénué d’existence objective en langue. En d’autres termes encore, si d’un côté du différentiel se trouvent des grandeurs régulées en langue et, de ce fait, dotées d’une existence linguistique, de l’autre, c’est le néant : et il n’y a plus lieu, en cet endroit, de parler d’objet linguistique. Corrélativement, au plan des phénomènes manifestés, un énoncé irrecevable est nié dans son statut de phrase, ce n’est qu’une enveloppe matérielle dépourvue de qualification en langue.

  • 18 A. Berrendonner, 1983, p. 22.
  • 19 N. Ruwet, 1967, p. 32.
  • 20 E. Bach, p. 25.

16Ce point de vue n’a rien d’original. On le retrouve chez de nombreux auteurs. Berendonner, par exemple, considère que « “Grammatical” s’oppose à “agrammatical”, qui est synonyme de non-phrase » et que « Une séquence agrammaticale, de n’est rien d’autre qu’une séquence à laquelle on a refusé [...] le statut de phrase de la compétence18. » Aussi, sachant que l’ensemble des « phrases », produits de la compétence, délimite l’objectivité en langue, une « séquence » agrammaticale n’est donc pas un objet de langue (à ce titre, de nombreux auteurs, par exemple N. Ruwet19, font la distinction terminologique entre la « phrase », nécessairement grammaticale, et la « séquence de morphèmes », qui peut être agrammaticale). La même conception transparaît dans les propos de E. Bach : après avoir rappelé que le but d’une théorie linguistique est « qu’elle caractérise et prévoit toutes les phrases de la langue et rien qu’elles », il souligne que « L’instruction “toutes et rien que” est presque une tautologie, un peu comme la proposition “une théorie physique adéquate doit rendre compte de tous les phénomènes physiques (et non des phénomènes théologiques, etc.)20. » Il s’ensuit qu’il semble bien inconséquent d’appliquer à un énoncé irrecevable un prédicat dont le régime fonctionnel relève de l’ordre langagier – tout comme il serait délirant d’appliquer le jugement de recevabilité à un objet du monde physique.

  • 21 J.-C. Milner, 1989b, p. 83.
  • 22 Ibid., p. 120.

17On est maintenant confronté à l’alternative suivante : soit, sous prétexte d’inconsistance avérée, on retire tout crédit au différentiel de recevabilité et on l’exclut de la méthodologie linguistique (ce qui paraît peu défendable), soit on suppose que les grandeurs de langue présentent une conformation originale qui permet de dépasser l’apparente inconsistance du jugement de recevabilité. En première approximation, cette conformation serait alors une sorte de bipolarité intrinsèque : un pôle « en matière » doublé d’un pôle « en langue », telle que les contraintes portant sur le second pôle n’affectent pas les latitudes de fonctionnement du premier. De cette façon, « l’usage par un sujet d’une forme jugée impossible en langue est toujours matériellement possible : rien de physique ni de moral n’empêche Martine de proférer ne servent de rien, rien de physique ni de moral n’empêche Philaminte de proférer ne servent pas de rien21. » On fera donc l’hypothèse que les objets de langue procèdent d’un mode de structuration (i.e. d’objectivité) très particulier, qu’il conviendra de détailler par la suite avec toute la précision requise – structuration qui, grossièrement, donc, prend la forme d’une complexion articulant deux niveaux (au moins) d’organisation ; ceux-ci étant suffisamment conjoints pour participer d’un même objet unitaire et cohérent en langue, et suffisamment disjoints pour que les formes de l’un (les séquences de morphèmes) puissent se réaliser sans que soient satisfaites les conditions de structure de l’autre (conditions qui déterminent les phrases). Notons que le principe d’une telle complexion à deux niveaux n’a rien de novateur ou de paradoxal : il ne renvoie à rien d’autre qu’à la patente nature duale des objets linguistiques. Il reste que « La science linguistique ne peut [...] pas éviter de rencontrer l’embarras que suscite l’autonomie éventuelle du possible de langue à l’égard du possible événementiel22. »

  • 23 Ibid., p. 89.

18En résumé, pour autant que la répartition différentielle relève pleinement de l’ordre langagier, ce qui semble indiscutable, son expression prédicative exige l’articulation d’un double niveau d’objectivité en langue qui assure à l’ensemble des énoncés observables, en deçà de leur qualification « première » dans le système de la langue, une sorte de réalité linguistique « secondaire » autonome : « la grammaire se propose de décrire des propriétés ; par définition, elle les tient pour objectives, mais il se trouve que ces propriétés censément objectives concourent à définir une répartition du possible et de l’impossible qui ne se confond pas entièrement avec l’attesté et l’inattesté. La grammaire est donc amenée nécessairement à supposer une objectivité de langue, qui soit distincte de l’objectivité généralement définie pour les objets23. »

19Nous porterons maintenant notre attention sur les théories formelles en linguistique – pour deux raisons. D’une part, parce que ces théories sont centrées sur le différentiel de recevabilité, et il importe donc de prendre la mesure, au moins partiellement, du traitement qu’elles en donnent. D’autre part, parce que les théories formelles occupent une place de premier plan dans la linguistique contemporaine, et il convient donc de se situer (établir une position critique) par rapport à elles – et, secondairement, de les situer par rapport à notre démarche. Nous montrerons d’abord comment ces théories, qui confèrent au différentiel de recevabilité la fonction (contestable) de critère de réfutation, satisfont à la condition du double niveau d’organisation d’objet. Puis, nous mettrons en évidence certaines de leurs insuffisances. Pour l’essentiel, nous montrerons que ces démarches théoriques ne thématisent pas de façon rigoureuse, c’est-à-dire conformément à la « charpente logique » des théories réfutables, le différentiel de recevabilité.

4 – Les théories formelles : éléments

20L’ambition de la linguistique formelle est d’entreprendre l’investigation des phénomènes langagiers sous la conduite de l’épistémologie popérienne qui, on sait, rapporte l’objectivité scientifique au critère de réfutabilité : une théorie scientifique est un corps de conjectures réfutables par l’expérience (voir chap. I 5).

  • 24 N. Chomsky, 1969, p. 7.

21Rappelons à ce titre les lignes introductrices de Structures syntaxiques où Chomsky reprend implicitement cette position épistémologique : « Des modèles de structure linguistique construits avec précision peuvent jouer un rôle important, à la fois négatif et positif, dans le processus de découverte lui-même. En poussant une formulation précise mais inadéquate jusqu’à une conclusion inacceptable, nous pouvons souvent mettre en lumière la source exacte de l’inadéquation et, par conséquent, approfondir notre compréhension des données linguistiques24. » On relèvera dans cette citation deux exigences qui vont guider la détermination des formes théoriques d’une linguistique « scientifique ». La première directive est de pouvoir « pousser » une « formulation précise » à son terme, la seconde, d’aboutir à des conclusions « inacceptables ».

22À travers le terme « précision », la première directive relate d’abord une évidente nécessité de rigueur. Les concepts de la théorie doivent être institués sous une forme suffisamment explicite pour que leur contenu soit univoquement fixé et que leur traitement soit soumis à une contrôle effectif. C’est seulement ainsi qu’il sera possible d’échapper aux conceptualisations vagues et aux enchaînements approximatifs pour conduire des déductions systématiques et atteindre cette forme d’exactitude partagée, reproductible et transmissible que suppose le savoir rationnel. En termes brefs, l’exigence ici formulée vise la formalisation des concepts de la théorie linguistique. Venons en alors à la deuxième attente, celle de produire des « conclusions inacceptables », i.e. « réfutables ».

  • 25 N. Ruwet, 1967, p. 32.

23On sait que le « solide de référence » choisi par la grammaire générative, la donnée empirique en regard de laquelle s’évalue la validité des constructions théoriques, est le différentiel de recevabilité (qualifié par les concepts de grammaticalité et de sémanticité) : « la tâche la plus élémentaire qu’une grammaire doive remplir [est d’être] capable d’énumérer explicitement toutes les phrases qui sont incontestablement grammaticales, ou bien formées, dans la langue étudiée, et d’exclure explicitement toutes les séquences qui sont incontestablement agrammaticales dans cette langue25. » On sait aussi, que pour modéliser la démarcation entre les énoncés jugés recevables et les énoncés irrecevables, en somme pour représenter adéquatement la distinction de référence entre données possibles et impossibles en langue, la linguistique formelle développe ses modèles dans le cadre de la théorie des systèmes formels.

24Le projet de la linguistique formelle est en effet étroitement apparenté à celui de la théorie des systèmes formels. Il s’agit dans les deux approches de rapporter une opposition constatée (recevable/irrecevable dans le premier cas, vrai/faux dans le second) à une opposition calculatoire (démontrable/indémontrable) qui l’explicite. Plus précisément, la modélisation linguistique consiste (i) à représenter les données empiriques, simples ou complexes, par, respectivement, des symboles formels (de différents types) ou des agencements de symboles formels, et (ii) à définir un système d’axiomes et de règles d’inférence qui « démontre », i.e. « produit », (resp. exclut) les seules expressions symboliques représentant des énoncés recevables (resp. irrecevables). Il s’agit donc de superposer l’opposition calculatoire démontrable/indémontrable à son pendant empirique de référence. Corrélativement, la structure interne du système formel délivre une caractérisation détaillée des données empiriques ainsi modélisées.

  • 26 G.-G. Granger, 1982.

25L’organisation des théories linguistiques formelles est donc bien conforme, dans son principe, à celle de la donnée expérimentale dont elles visent à rendre compte. Vérifions maintenant si ces théories satisfont aussi à la condition du double niveau d’organisation d’objet qu’exige une théorisation du différentiel (voir supra). Pour examiner rigoureusement ce point et déterminer avec précision les caractéristiques des entités de chaque niveau ainsi que le mode de leurs interconnexions, il sera au préalable nécessaire d’identifier le « contenu formel26 », i.e. les « concepts régulateurs », des objets que définissent les systèmes formels. À cette fin, nous reprendrons les conceptions élaborées par H.B. Curry – conceptions que nous introduisons dans la section suivante.

5 – La forme logico-algébrique

  • 27 D. Hilbert, in J. Ladriere, 1957, p. 3.
  • 28 D. Hilbert, in J. Ladriere, 1957, p. 7.

26À l’origine du programme formaliste, c’est là chose connue, se trouve la question de la rigueur mathématique, question rendue obligée par la mise au jour de paradoxes dans l’univers des mathématiques. La réponse hilbertienne va consister, en rapportant la nature de l’être mathématique à la concrétude des symboles, à rattacher la rigueur de la pensée mathématique à l’ordre des manipulations symboliques. Pour Hilbert, « En mathématiques [...], l’objet de notre examen ce sont les signes concrets eux-mêmes dont la forme nous apparaît immédiatement avec évidence27 ». L’évidence mathématique ainsi placée au niveau de l’intuition sensible du signe, la démonstration « devient quelque chose de concret et de repérable28 », et la garantie de sa correction réside dans la conformité, tangible, des manipulations symboliques avec des règles données explicitement.

  • 29 J. Ladriere, 1957, p. 9.

27Mais la réduction de la pensée mathématique à la concrétude symbolique s’est découverte limitative, des théorèmes célèbres l’ont prouvé, et partant, comme le souligne Ladrière, « L’utilisation de la méthode formelle [...] ne dispense pas la pensée mathématique de maintenir le contact avec certaines intuitions qui sont antérieures à la formalisation et que celle-ci peut seulement aider à clarifier29. » C’est par rapport à cette dernière remarque que le travail de Curry trouve sa dimension. Curry réinvestit le cadre problématique des systèmes formels mais en l’enrichissant d’ « intuitions minimales » qui les rapprochent, d’un « quantum conceptuel », de l’univers notionnel mathématique. Le « contact avec certaines intuitions » ainsi rétabli, l’architecture des systèmes formels constitue alors un cadre d’étude rigoureux en vue d’une « clarification » de certaines opérations fondamentales. C’est dans ce cadre que l’on va investir la notion d’« identité logico-algébrique » – ou plus simplement d’« identité algébrique ».

  • 30 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 12.
  • 31 Ibid., p. 13.
  • 32 Ibid., p. 15.
  • 33 Ibid., p. 15.

28Curry envisage les systèmes formels comme « a body of theorems generated by objective rules and concerning unspecified objects30. » (dans sa terminologie les « unspecified objects » sont appelés « obs »31). Très précisément, la définition d’un système formel est la suivante : « A formal System is defined by a set of conventions which we call its primitive frame. This frame has three parts, which specify respectively : (a) a set of objects, which we call obs, (b) a set of statements, which are called elementary statements, concerning these obs, (c) the set of those elementary statements which are true, constituting the elementary theorems32. » Nous nous intéresserons ici à la classe des « obs ». Celle-ci est construite inductivement, suivant certaines opérations définies dans le système, sur la base de « obs primitifs » appelés « atomes »33. Examinons alors la nature des « obs ».

  • 34 Ibid., p. 15.
  • 35 H. B. Curry, 1963, p. 30.

29D’abord, de façon très générale, pour Curry, les entités dont traitent les systèmes formels ne sont pas des marques graphiques tangibles mais sont rattachées à des intuitions premières qu’il nomme « idées primitives » : « Atoms, operations and predicates, taken collectively, constitute the primitive ideas34. » En d’autres termes, atomes, opérations et prédicats sont, dans le cadre problématique de Curry, des entités abstraites, idéelles – en fait, très exactement, des catégories de la pensée formalisante. La conséquence directe d’une telle approche qui se fonde sur des intuitions formelles, c’est qu’il est alors nécessaire d’envisager et de décrire le mode d’une correspondance entre les entités abstraites qui constituent le système formel et un choix de marques concrètes – en général des symboles graphiques que Curry appelle « inscriptions35 » – que, pour des raisons pratiques évidentes, il est opportun de leur assigner.

  • 36 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 20.
  • 37 Ibid., p. 20.
  • 38 Ibid., p. 20, nous traduisons.

30Dans ce sens, Curry introduit les notions de présentation et de A-langage. « A particular enunciation of the primitive frame of a formal System will naturally employ symbols to designate primitive ideas [...]. Such a particular enunciation, with its spEcial choice of symbolism, we call a présentation36. » Une présentation est bien entendu arbitraire : « [...] a formal System [is] something independent of this choice [of symbolism]37. » Elle autorise seulement la désignation et la manipulation des entités formelles et de ce fait « un système formel est abstrait par rapport à sa présentation38. »

  • 39 H. B. Curry, 1963, p. 50.

31Le choix d’une présentation institue ce que Curry appelle un A-langage, c’est-à-dire un ensemble de symboles intégrés au langage utilisé (U[sed]-langage) pour communiquer le système formel, ou encore le commenter : « In order to présent [...] a System in the U-language, it is necessary to décidé on a notation for naming the formal objects [...]. This notation [...] forms a language [...] ; this language is here called the A-language39. »

  • 40 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 20, nous traduisons.
  • 41 Ibid., p. 20.

32Mais si une présentation ne « spécifie pas quelle chose bien déterminée chaque ob est40 », le mode de correspondance entre entités formelles et signes concrets que définit une présentation permet en revanche de mettre en évidence certaines des intuitions formelles sous-jacentes à l’ordre algébrique. En effet, d’une présentation il est requis « one indispensable condition – namely that distinct names be assigned to distinct obs41 » et, parallèlement, que les jeux d’arrangements symboliques reflètent fidèlement les structures formelles abstraites qu’ils manifestent. Ainsi, par ces dernières conditions, l’évidence première attachée à la concrétude du signe hilbertien, à savoir son caractère univoque et autonome – univoque, car les multiples occurrences d’un même symbole renvoient à une seule et unique entité, et autonome parce que tout symbole peut être posé, pensé et visé indépendamment du reste du système – le caractère univoque et autonome du signe hilbertien, donc, se trouve reporté par la réciproque d’une correspondance présentative sur l’intuition formelle que désigne une entité abstraite nommée « ob ».

33Aussi, c’est bien d’un principe apriorique d’unité de type univoque et autonome, spécification de la première catégorie kantienne de la quantification, que procède fondamentalement, à ce stade de notre étude, l’ordre algébrique des systèmes formels.

  • 42 J. Petitot, 1988, p. 34.

34Ces traits d’univocité et d’autonomie qui caractérisent la forme algébrique peuvent sembler triviaux, mais ils constituent en fait des spécificités structurelles très particulières, et qui ne sont pas systématiquement vérifiées. En effet, naïvement : qu’une chose soit identique à elle-même dans ses différentes actualisations, et envisageable en tant que telle indépendamment de toute autre chose, i.e. qu’elle présente les caractères de l’univocité et de l’autonomie, semble aller de soi. Mais l’observation des phénomènes sémiotiques nous revèle plutôt la diversité des variations d’un même individu, ce qui met alors en doute l’évidence du mode de l’univocité. Et pour ce qui est de l’autonomie, cette propriété désigne aussi une imposition structurelle très forte qui ne se retrouve pas, par exemple, dans les systèmes relevant d’un ordre topologique : dans ces derniers, les unités sont des unités de position ; ce sont des domaines institués par un réseau de frontières, et, partant, il n’est en aucun cas possible de considérer une unité (domaine) particulière sans actualiser d’emblée les autres domaines avec lesquels elle fait frontière : « Les domaines [...] n’ont pas d’existence autonome. Ils n’existent que par leur jonction42. »

  • 43 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 52 et H. B. Curry, 1963, p. 111.

35Les unités algébriques reposent donc sur les intuitions formelles primitives de l’univocité et de l’autonomie. On propose maintenant d’avancer plus précisément dans la caractérisation de l’ordre algébrique en traitant la nature des identités algébriques. Pour ce faire, on prendra appui sur la typologie des variables que développe Curry43.

  • 44 H. B. Curry, 1963, p. 112.

36Curry recense trois sortes de variables formelles : les « indéterminées », les « variables substitutives » et les « variables liées ». Nous ne nous attacherons ici qu’à l’examen des « indéterminées », qui sont définies comme suit : « An indeterminate is an atom concerning which the primitive frame of the System makes no spécifie statement beyond the fact that it is an atom44. »

37L’appellation d’ « indéterminé » pose d’emblée la question de la nature de l’indétermination véhiculée par ces objets formels dits « indéterminés ». En effet, en tant qu’entité d’un système algébrique, très exactement en tant qu’atome, une variable indéterminée présente le caractère de l’univocité, et cela conjointement à sa nature indéterminée. L’appariement de ces deux propriétés, d’univocité et d’indétermination, sous l’unité d’un même objet formel semble conflictuel, mais celles-ci ne concernent pas la même facette de l’objet. En effet, une variable indéterminée est univoque – et autonome – dans son unité, et indéterminée dans son identité. Pour plus de clarté revenons à la définition précédente.

  • 45 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 52.

38Celle-ci stipule qu’un indéterminé n’est défini que par l’absence de spécifications, mise à part celle d’être un objet formel : « An indeterminate is an atom concerning which the primitive frame spécifiés nothing except that it is an ob45. » L’indétermination véhiculée par une variable indéterminée est donc une indétermination relationnelle. En effet, l’objet formel « indéterminé », comme il n’est pas spécifié dans la troisième partie du cadre primitif qui, comme on sait, gouverne l’élaboration des théorèmes sur la base d’un choix d’axiomes et de règles d’inférence, l’objet « indéterminé », donc, – qui, en tant qu’objet de type algébrique, présente néanmoins une unité univoque et autonome – comme il n’est inscrit dans aucun axiome et, par suite, dans aucun théorème, reste extérieur au réseau propositionnel d’une quelconque théorie formelle, et de ce fait, apparaît dépourvu de toute caractérisation relationnelle, donc de toute identité intrinsèque au système dont il est membre.

39La classe des « indéterminées » est donc une classe d’unités autonomes et univoques, mais mutuellement indifférenciables parce qu’indéterminées dans leur identité formelle. Plus précisément, les « indéterminées » constituent, suivant une terminologie kantienne, les « objets en général » de l’ordre algébrique : les prédicats d’univocité et d’autonomie s’appliquant à toutes les entités algébriques, ils définissent les catégories d’une objectivité algébrique, et, partant, le concept d’indéterminé décline bien la forme générale des objets de ce niveau d’analyse.

  • 46 L. Hjelmslev, 1968, p. 36.

40Ce n’est que lorsqu’ils sont enrichis de spécifications relationnelles, posées d’abord dans une collection d’axiomes puis déduites par des règles d’inférence, que les « obs » dépassent l’indétermination et accèdent à une identité formelle effective. Leur caractérisation par des prédicats, i.e. leur inscription dans le réseau relationnel, leur confère une valeur formelle – à savoir, en paraphrasant Hjelmslev, celle d’un point d’intersection de faisceaux de rapports46 – qui enrichit leur simple univocité d’une identité particulière.

41Illustrons par un exemple simple ce mode d’organisation algébrique. On considérera sans peine chaque point du plan comme un objet « indéterminé », c’est-à-dire comme l’instance d’un « objet en général » ne relevant que des seules formes de l’objectivité à un niveau d’analyse logico-algébrique, à savoir des formes de l’univocité et de l’autonomie. Chaque point est univoque parce qu’il procède d’une certaine constance, et autonome parce qu’il ne fonde son unité que sur lui-même. Conséquemment aussi, chaque point du plan est indifférenciable, indistinguable des autres : deux points, même s’ils peuvent être envisagés séparément, ne présentent en propre aucun caractère distinctif. Mais on peut augmenter certains points du plan de propriétés qui leur confèrent alors une identité déterminée. La figure d’un cercle en est une illustration. Les différents points du tracé d’un cercle manifestent une identité particulière qui est celle d’un faisceau de relations mutuellement entretenues. Et il importe peu – si cela a un sens – à quel endroit du plan le cercle est dessiné : la seule donnée pertinente, du point de vue des identités produites et accessibles, c’est le tissu des relations supporté par la forme générale des objets algébriques, à savoir par des entités univoques et autonomes.

42En conclusion, les grandeurs définies dans le cadre théorique des systèmes formels vérifient l’équation suivante :

6 – Le double niveau d’objectivité dans les théories formelles

43Les théories linguistiques formelles articulent bien un double niveau d’organisation d’objet :

  • À un premier niveau, se trouvent des grandeurs « simplement » unitaires, dénotées par des symboles, et dénuées de toute spécification relationnelle susceptible de leur conférer une identité précise au sein du système théorique. Le premier niveau d’organisation est donc bien indépendant de toute qualification linguistique et entretient avec le second niveau (des structures langagières) un rapport de « fondation ».

  • Au second niveau, les unités du premier niveau se trouvent investies de propriétés relationnelles qui leur assignent une authentique identité d’objet.

44Avant d’examiner plus précisément la qualification linguistique des grandeurs de chaque palier d’organisation et les rapports que ces paliers entretiennent, nous illustrons cette configuration à deux niveaux à travers l’exemple d’une théorie linguistique triviale présentée sous la forme d’un langage algébrique.

  • 47 J.-M. Autebert, 1987, p. 37.

45Par définition, étant donné un alphabet X (ensemble fini de symboles appelés lettres), on appelle langage sur un alphabet X toute partie de X* (i.e. toute partie de l’ensemble des mots construits par concaténation des lettres de X). Un langage peut être spécifié par une grammaire G (on dit alors que la grammaire « engendre » le langage) définie comme un « quadruple < X, V, P, S >X et V sont deux alphabets disjoints [resp. alphabet terminal et initial], S est un élément de V [appelé l’axiome de la grammaire] et où P est une partie finie de (Χ υ V)* V (Χ υ V)*x (Χ υ V)* dont les éléments sont appelés les règles de la grammaire47. » Plutôt que de raisonner en termes généraux, prenons un exemple trivial dont il est inutile de commenter les symboles :

46La finalité des règles, on le sait, est double : elles permettent, d’une part, d’engendrer une partie de X*, donc de délimiter un sous-ensemble autorisé dans l’ensemble des mots construits sur X suivant le produit de concaténation, et, d’autre part, d’associer aux mots du langage engendré par G une identité structurale (i.e. relationnelle) de type hiérarchique : par exemple, à la séquence DetNV correspond la hiérarchie d’engendrement suivante (fig. 1) :

47Parallèlement aux caractérisations structurales que les règles confèrent aux différents symboles primitifs (par exemple : le règle Sn ̶> DetN assigne à Det et N une valeur relationnelle qui est celle de leur position dans le rapport de hiérarchie qu’ils contractent avec Sn), les symboles (Det, N...) sont définis de façon autonome dans le vocabulaire de la grammaire, en tant qu’unités indéterminées (au sens de Curry, voir supra), et entrent à ce titre dans toutes les compositions concaténationnelles possibles – dont la grammaire a pour but de circonscrire la fraction acceptable. Aussi, les symboles représentant les données langagières détiennent une existence indépendante des règles qui les qualifient en tant qu’identités linguistiques – et c’est à ce niveau d’organisation que des constructions illicites, comme VNDet, sont assurées d’une existence théorique. Le cadre des systèmes formels vérifie donc bien le double niveau de constitution d’objet qu’exige une théorisation du différentiel de recevabilité.

7 – Difficultés

  • 48 J.-C. Milner, 1989b, p. 130.

48Les théories formelles en linguistique reproduisent, sous un mode calculatoire, l’opposition empirique de référence, et, corrélativement remplissent l’exigence du double niveau d’organisation d’objet. Partant, elles se conforment bien aux structures des données dont elles visent à rendre compte et, de ce point de vue, constituent des modèles adéquats. Il reste toutefois encore à vérifier qu’elles satisfont aussi aux conditions architecturales des théories empiriques. Or tel n’est évidemment pas le cas. Pour la simple raison que le différentiel de recevabilité n’est pas une donnée externe à la théorie. Comme le rappelle J.-C. Milner, « la limite entre possible et impossible de langue constitue en soi un concept – et un concept relativement sophistiqué de la théorie. On retrouve [donc] la circularité décrite au [chapitre] précédent : la théorie doit se précéder elle-même48. » Aussi, en toute rigueur, les jugements de recevabilité ne peuvent être pris comme une donnée de référence : une donnée autonome dont la théorie doit reproduire une image fidèle. Plus généralement on sait que le problème est le suivant : (i) une théorie réfutable suppose la composante d’un espace de phase, (ii) un espace de phase correspond à une substance d’expérience autonome « conjuguée » au domaine empirique dont traite la théorie, (iii) les objets de langue sont dépourvus de substance, et, par voie de conséquence, (iv) les théories linguistiques échappent au couperet de la réfutation. Mais, quel que soit son poids, cette conclusion critique apparaîtra sans doute trop générale – trop rapide aussi. Elle mérite d’être affinée, et nous nous y emploierons avec la double intention de l’affermir et de mieux cerner certains aspects des formes langagières. À cette fin, nous examinerons ce qu’il en est exactement des espaces de phase dans le cadre des approches formelles.

7.1 – Difficultés théoriques

49En contradiction avec la conclusion précédente, il semble, à l’examen des voies d’accès qu’elles empruntent pour atteindre l’identité d’objet des phénomènes empiriques, que les théories formelles sont effectivement pourvues d’un espace de phase.

50En effet, si l’on fait le choix de « reconnaître », i.e. de décrire et d’expliquer, les phénomènes langagiers à un niveau d’analyse algébrique, alors ceux-ci sont appréhendés suivant le filtre des catégories a priori qui déterminent les formes logico-algébriques, à savoir les catégories de l’univocité et de l’autonomie (voir infra). Ce qui revient alors à conférer aux données empiriques une qualification d’objet (à savoir la qualification d’« unité indéterminée ») indépendante des spécifications relationnelles d’un quelconque système linguistique. En d’autres termes, les approches formelles en linguistique assignent par principe une certaine substance « minimale » aux phénomènes qu’elles visent, et cette substance « minimale », dont la complexion est donc celle du premier niveau d’organisation d’objet des théories formelles (la classe des « expressions bien formées »), semble susceptible de constituer un espace de phase (il est ici important de noter qu’il n’en est pas de même lorsque le niveau d’analyse choisi est le niveau topologique. En effet, le concept de frontière a un contenu relationnel qui ne qualifie pas les données en propre, mais les rapports oppositifs qu’elles contractent. Et dans ce cas, les données empiriques ne reçoivent pas de qualifications indépendantes des relations qu’elles entretiennent, en d’autres termes, indépendantes de leur identité linguistique envisagée à ce niveau d’analyse).

51Par ailleurs, on sait que, par construction, un espace de phase renferme la totalité des « énoncés de base » (voir chap. I 5.3) sur lesquels la théorie doit se prononcer. Il rassemble, suivant des modes d’organisation indépendants de la théorie en question, toutes les configurations concevables, et la théorie a pour but d’isoler celles susceptibles d’une réalisation effective. Or on constate que la substance « minimale », à savoir l’ensemble des expressions bien formées de la théorie, rassemble bien toutes les configurations symboliques concevables, i.e. tous les assemblages possibles d’entités linguistiques à son niveau d’organisation, et la théorie a pour but d’établir si telle ou telle configuration est effectivement réalisable. Sous cet angle, et pour autant que l’on puisse faire abstraction du problème du cercle vicieux, il semble donc que les théories formelles disposent d’un authentique espace de phase et satisfont aux conditions architecturales des théories réfutables.

52Mais un examen plus attentif oblige de reconsidérer ce point de vue. En effet, alors qu’un espace de phase articule et inscrit dans la théorie en question la structure des données empiriques de référence, c’est-à-dire la structure qui dirige une observation des phénomènes indépendamment de la théorie (par exemple la structure cinématique dans une théorie de la dynamique), l’ensemble des expressions bien formées ne comporte aucune spécification structurale du différentiel de recevabilité (qui est la structure empirique de référence). Pour conférer à la classe des expressions bien formées le rôle théorique d’un espace de phase, il faudrait que la structure oppositive du différentiel de recevabilité y soit inscrite ; il faudrait que la démarcation possible/impossible en langue y figure. Or la classe des expressions bien formées n’est pas structurée suivant le principe d’organisation des faits empiriques de référence, à savoir le couple possible/impossible en langue, et sa forme interne ne permet donc pas de rendre compte des jugements de recevabilité. Les théories formelles en linguistique se découvrent donc incomplètes, au sens où elles n ’objectivent pas leur régime de validation : elles ne déterminent pas, dans ce qui leur tient lieu d’espace de phase, la forme de l’opposition possible/impossible en langue. Cette opposition de référence est certes simulée par la démarcation qu’induisent les règles de réécriture dans la classe des expressions bien formées, mais elle n’est pas spécifiée dans son mode interne de fonctionnement de manière à qualifier, à travers des formes théoriques précises, la nature « recevable » ou « irrecevable » d’un énoncé. En conséquence, et en toute rigueur, comme les données empiriques posées en référence ne sont pas objectivées par des structures précises entrant, comme structures d’espace de phase, dans la composition de la théorie testée, une confrontation entre ces données et les agencements produits par la théorie (les théorèmes) s’avère formellement impossible. Voyons cela plus précisément encore.

53On sait que l’espace des énoncés de base rassemble, suivant des modalités formelles précises, tous les événements empiriques concevables : tous ces événements qui peuvent logiquement se produire. Par exemple, dans une théorie dynamique, les énoncés de base sont des formules caractérisant des mouvements, et tous les mouvements possibles sont pris en charge de manière à donner un statut théorique, d’une part, au « non-réalisé prédit » (la théorie prévoit un mouvement M et c’est le mouvement M’ qui se réalise), et, d’autre part, inversement, au « réalisé non-prédit », pour ainsi permettre une confrontation consistante et rigoureuse entre les faits empiriques et les descriptions théoriques. Dans le cas d’une théorie linguistique, si les données de référence sont les jugements de recevabilité, l’espace de phase devra comprendre toutes les formes de réalisation empiriquement possibles de manière, à nouveau, à donner une statut théorique précis, d’une part au « réalisé non-prédit » et, d’autre part, au « prédit non-réalisé ». Aussi, pour qu’une confrontation à l’expérience soit possible, il faudrait que l’espace des expressions bien formées (en tant qu’espace des énoncés de base) rassemble toutes les configurations empiriques envisageables, c’est-à-dire toutes les configurations de symboles linguistiques auxquelles serait appliqué une fois le symbole * interprétable comme valeur d’impossibilité (non-recevabilité), et une autre fois un symbole (mettons un symbole « vide ») interprétable comme valeur de possibilité (recevabilité). En d’autres termes, si l’on note par S une séquence quelconque de symboles linguistiques, l’espace des expressions bien formées devrait contenir toutes les 5 et toutes les *S. C’est à cette condition que la théorie peut être rigoureusement réfutée. En effet, dans ce cas, si la théorie prédit la recevabilité (resp. l’irrecevabilité) de P (resp. P’), alors que P (resp. P’) est impossible (resp. possible), comme P et *P (resp. P’ et *P’) relèvent d’un même cadre théorique, leur confrontation est bien fondée. Or, comme l’espace des expressions bien formées n’est pas structuré suivant l’opposition possible/impossible en langue, en d’autres termes, comme toutes les configurations symboliques qu’il comprend sont « neutres » par rapport au différentiel de recevabilité, il s’ensuit que les descriptions que produisent les théories formelles en linguistique ne sont pas rigoureusement réfutables. Par exemple, si la théorie produit la configuration NNN, sa réfutation du fait du constat empirique *NNN ne repose pas sur une base solide : elle relève d’appréciations incontrôlés. En conclusion, les théories formelles en linguistique ne vérifient pas la « charpente ogique » des théoriques réfutables, et, corrélativement, les théories formelles sont affectées d’un manque de théorisation : une théorie complète devrait prendre en charge toutes les configurations S et *S, et, pour ce faire, elle devrait intégrer dans son système, mais sous un mode suffisamment autonome pour constituer un espace de phase, les formes internes du différentiel de recevabilité.

7.2 – Difficultés empiriques

  • 49 Exemple pris dans R. Martin, 1978.
  • 50 J. Lyons, 1980, p. 18.

54Le double niveau d’organisation d’objet propre à la forme logico-algébrique, alloue aux identités de langue une latitude d’agencement quelque peu excessive et artificielle. Pour motiver cette affirmation, on notera d’abord que, dans leur grande majorité, les constructions irrecevables qui, considérées isolément, présentent quelque intérêt pour la recherche linguistique, sont celles qui offrent à l’intuition une certaine qualification en langue : *une solde de notaire49 ou *les [célèbres] idées vertes [qui] dorment furieusement sont des constructions « intéressantes », « significatives », parce qu’elles comportent une certaine structuration, un certain noyau, linguistiquement constitué, plus ou moins apparent, plus ou moins abstrait – donc une certaine existence en langue –, sur le fond duquel peuvent se manifester des distorsions et se profiler les contraintes qui conditionnent les objets de langue. À l’inverse une configuration comme sorti interrompu est suis avoir il (voir infra) n’est manifestement d’aucun intérêt, symptôme sans doute de son inexistence en langue, pour soutenir l’analyse linguistique : pour rendre explicite des conditions de forme. Or il se trouve, comme le souligne Lyons, que de telles configurations ne doivent leur existence qu’à l’introduction de la perspective calculatoire (logico-algébrique) en linguistique : « Il est intéressant de noter [...] que ce n’est que depuis l’avènement de la grammaire générative (qui se donne pour but de diviser toutes les suites de formes en deux sous-ensembles complémentaires, les phrases et les non-phrases) que des suites telles que Sorti interrompu est suis avoir il ont été citées par les linguistes comme exemples manifestes d’agrammaticalité, et non comme suites de formes-de-mot dépourvues de sens ou par ailleurs inacceptables50. » En d’autres termes, l’espace des expressions bien formées déborde la réalité empirique de l’irrecevabilité en langue, soit encore, suivant une autre perspective : la substance « minimale » que l’approche formaliste alloue aux objets de langue est trop « riche », trop « forte » : elle promeut à l’existence des configurations qui outrepassent la pertinence linguistique.

55Pour dépasser ces inconséquences et déterminer le rôle et la position fonctionnelle du différentiel de recevabilité dans le système de la langue, il importe de revenir sur quelques points de méthode. Très précisément, il s’agit d’examiner le différentiel dans son rapport à la pratique variationnelle.

  • 51 J.-C. Milner, 1989b, p. 116.

56On sait que la méthode variationnelle consiste à faire varier une partie d’un tout (paramètre « local ») et à observer la présence ou l’ absence de modification d’une propriété que manifeste ce tout (propriété « globale »). La formule canonique de la pratique variationnelle peut s’écrire ϭl -> ±ΔG, où δl est la variation d’un paramètre « local » et ±ΔG la présence ou l’absence de variation d’une propriété « globale ». Cette propriété peut être une grandeur d’expression, de contenu ou de recevabilité. Quoi qu’il en soit, ce que la pratique accomplit, recherche et enregistre, ce sont toujours des variations (ou des absences de variation). En d’autres termes, la portée informative des valeurs de recevabilité réside entièrement dans leur alternance potentielle : si des écarts « locaux » sont signifiants, c’est parce que les propriétés globales sont susceptibles de variation : une variation globale signale une modification d’identité locale, l’absence de variation globale relate une permanence de l’identité locale. Aussi, en tant que propriété « globale » résultant d’une épreuve variationnelle, la recevabilité est toujours méthodologiquement et rationnellement appariée à son pôle converse : les énoncés irrecevables n’ont de sens qu’en relation à des énoncés recevables, et réciproquement – ce que J.-C. Milner formule en ces termes : « c’est l’opposition de l’exemple et du contre-exemple qui constitue le test, et non pas l’exemple seul ou le contre-exemple seul51. » Ainsi, ce n’est pas la recevabilité de l’énoncé isolé *une solde de notaire qui est significative, mais bien le rapport entre les énoncés *une solde de notaire – une solde de capitaine. De même, en opérant non plus sur des énoncés mais sur des transformations d’énoncés, la recevabilité de je lui parle ou l’irrecevabilité de je lui pense ne prend son sens qu’à travers les rapports qu’entretiennent les deux paires d’énoncés : je parle à untel – je lui parle, je pense à untel – *je lui pense.

57Compte tenu du rapport de conditionnement réciproque entre les méthodologies descriptives et l’objectivation des phénomènes, on comprend alors la rationalité de la connexion entre l’impossible « en langue » et le possible « matériel ». Les qualifications qui déterminent l’objectivité en langue étant structurellement coordonnées à des variations de recevabilité (généralement produites par des transformations illicites de configurations licites), l’existence en langue est donc consubstantielle à la latitude de sa transgression, et, partant, l’objectivité en langue est une objectivité de limitation, une objectivité de frontières (qui conduit naturellement à une compréhension structurale topologique). Le langage, tel qu’il est objectivement constitué, i.e. en tant qu’il se donne à la connaissance, comporte donc une connexion nécessaire entre le possible et l’impossible : sa forme interne recèle les dispositions opératoires qui permettent d’outrepasser sa législation – dispositions, qui, schématiquement, procèdent d’un appariement fonctionnel entre un niveau « matériel » qui offre une liberté combinatoire, et un niveau « en langue » où se manifestent les effets variationnels.

58On mesure alors le caractère artificiel et l’inintérêt de configurations comme *sorti interrompu est suis avoir il qui ne se prêtent à aucun confrontation variationnelle signifiante et ne témoignent d’aucune limitation précise en langue. Corrélativement, on comprend pourquoi l’espace de phase, tel qu’on a pu l’envisager en tant que composante d’une théorie linguistique formelle, est une construction inconséquente d’une part parce qu’il rassemble toutes les configurations possibles e impossibles sans les ordonner par paires contrastives, d’autre part parce qu’il renferme des configurations illicites qui ne participent pas de la rationalité intrinsèque de la langue, i.e. qui ne constituent pas des limitations que le méthode variationnelle est susceptible de rencontrer dans son travail de détermination des objets de langue.

8 – En conclusion

59L’étude des approches formelles a confirmé ce qui est une certitude de principe : le différentiel de recevabilité ne peut valoir comme « solide de référence ». Ainsi, on a montré que les théories formelles ne sont pas pourvues d’un authentique espace de phase qui assure la réfutabilité de leurs propositions et, corrélativement, on a pu entrevoir les inconséquences qu’il y aurait à inscrire le différentiel de recevabilité dans le cadre fonctionnel d’une espace de phase. Car cela revient à rompre la logique oppositive et l’unité structurale du couple possible/impossible. En effet, le système de qualification d’un espace de phase, bien qu’intégré à une structure théorique globale, est en partie indépendante de celle-ci. Aussi, dans ce contexte, la distribution des valeurs de recevabilité se trouve déliée de la qualification et des latitudes variationnelles des données linguistiques. En termes simples : on a d’un côté « toutes les séquences licites » et de l’autre « toutes les séquences illicites », mais on n’a pas « ceci est licite tandis que cela est illicite » ou encore « ceci est licite et cela est licite aussi » (de surcroît, dans un espace de phase toutes les séquences possibles sont enregistrées comme licite et illicite (voir supra)). Dans cette perspective, le différentiel se voit donc privé de sa signification contrastive. Cette inconséquence majeure nous fait alors retrouver la notion de légitimité faible. En effet, pour rendre compte du caractère oppositif du différentiel de recevabilité, il est nécessaire de l’apparier aux latitudes variationnelles des différentes productions langagières. En d’autres termes, il est nécessaire de le conjuguer aux données langagières. Il s’ensuit qu’une des conditions principales que doivent vérifier les formes théoriques est une condition de structure : la théorie doit rendre compte des modalités fonctionnelles suivant lesquelles les valeurs de recevabilité et les autres composantes linguistiques s’inter-déterminent – on aura reconnu le critère de légitimation faible.

Notes

1 S. Auroux, in G. Vignaux, 1992, p. 247.

2 R. Martin, 1992, p. 227-228.

3 J.-C. Milner, 1989b, p. 54.

4 A. Philonenko, 1989, p. 107.

5 A. Berrendonner, 1983, p. 24.

6 J. Lyons, 1990, p. 17.

7 Ibid., p. 18.

8 Ibid., p. 22.

9 R. Martin, 1978, p. 9.

10 Ibid., p. 12.

11 Ibid., p. 13-14.

12 R. Martin, 1994, p. 81 et 1992, p. 15.

13 A. Berrendonner, 1983, p. 26.

14 J.-C. Milner, 1989b, p. 135-179.

15 Ibid., p. 171.

16 Ibid., p. 174.

17 Ibid., p. 51.

18 A. Berrendonner, 1983, p. 22.

19 N. Ruwet, 1967, p. 32.

20 E. Bach, p. 25.

21 J.-C. Milner, 1989b, p. 83.

22 Ibid., p. 120.

23 Ibid., p. 89.

24 N. Chomsky, 1969, p. 7.

25 N. Ruwet, 1967, p. 32.

26 G.-G. Granger, 1982.

27 D. Hilbert, in J. Ladriere, 1957, p. 3.

28 D. Hilbert, in J. Ladriere, 1957, p. 7.

29 J. Ladriere, 1957, p. 9.

30 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 12.

31 Ibid., p. 13.

32 Ibid., p. 15.

33 Ibid., p. 15.

34 Ibid., p. 15.

35 H. B. Curry, 1963, p. 30.

36 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 20.

37 Ibid., p. 20.

38 Ibid., p. 20, nous traduisons.

39 H. B. Curry, 1963, p. 50.

40 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 20, nous traduisons.

41 Ibid., p. 20.

42 J. Petitot, 1988, p. 34.

43 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 52 et H. B. Curry, 1963, p. 111.

44 H. B. Curry, 1963, p. 112.

45 H. B. Curry et R. Feys, 1974, p. 52.

46 L. Hjelmslev, 1968, p. 36.

47 J.-M. Autebert, 1987, p. 37.

48 J.-C. Milner, 1989b, p. 130.

49 Exemple pris dans R. Martin, 1978.

50 J. Lyons, 1980, p. 18.

51 J.-C. Milner, 1989b, p. 116.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search