Version classiqueVersion mobile

Dynamiques et structures en langue

 | 
David Piotrowski

Chapitre II. Légitimité en linguistique : généralités

Texte intégral

1 – Préambule

1Le premier chapitre a été consacré à des questions de fondements méthodologiques. En suivant les arguments de l’épistémologie popérienne, on a mis en évidence les conditions de structure qui, parce qu’elles fondent en raison et en pratique les instances de légitimation, assurent aux théories une relation consistante à l’empirique. Ces conditions, on a vu, se résument pour l’essentiel à l’établissement d’un « espace de phase » qui théorise le fait d’un « croisement » de régions d’objectivités. Dans ce cadre problématique, la réalité expérimentale prend la forme d’une fonction de réfutation dont l’applicabilité procède d’un système de qualification indépendant (en partie) de la théorie mise à l’épreuve, mais « raccordé » aux phénomènes que celle-ci vise à reconnaître. De même, c’est cette dimension d’objectivité « connexe » qui préserve les théories de l’écueil de l’autocohérence.

  • 1 E. Cassirer, 1972, p. 16.

2C’est par rapport à cette grille problématique de référence qu’il convient maintenant d’examiner certaines des principales méthodes de l’analyse linguistique. Un tel examen est loin d’être gratuit. Sans doute, si les données linguistiques se donnaient à l’observation avec des traits de stabilité, de permanence et de reproductibilité suffisants, si les notions léguées par la tradition et sur lesquelles s’ordonne une image socialisée du langage ne s’avéraient pas aussi systématiquement défaillantes, enfin, si les faits de langue se présentaient à l’intuition avec la même fermeté, la même force d’évidence et des contours aussi précis que certains événements concrets, tout du moins pour les plus apparents d’entre eux, alors, dans ses premiers moments, la science linguistique pourrait avancer sans avoir à recourir à des considérations de méthode. S’appuyant sur des invariants manifestes et se fixant comme but de produire une image fidèle (un modèle) des factualités langagières, elle pourrait s’en tenir à parler « le langage de la théorie du reflet1 ».

  • 2 W. von Humboldt, 1974, p. 203.
  • 3 Ibid., p. 323.

3La prise de conscience de la nature fluctuante et instable des phénomènes linguistiques remonte au moins à Humboldt. Celui-ci prend clairement acte de la part inhérente de singularité que véhiculent les grandeurs langagières : « Nul ne donne au mot exactement la même valeur qu’autrui2 » et « Lorsqu’il s’agit de nommer l’objet le plus courant, par exemple un cheval, ils [les locuteurs] visent bien tous le même animal, mais chacun glisse sous le mot une autre représentation3. » La réflexion saussurienne débutera sur ce même constat de la profonde singularité de chaque production langagière, sur le constat de la diversité et de l’irréductibilité des significations que recouvre ce que l’intuition linguistique reconnaît comme une même unité de langue.

  • 4 V. Henry, 1896, p. 4.
  • 5 R. Martin, 1992, p. 292.
  • 6 F. de Saussure, 1985, p. 23.

4A l’inverse des sciences de la nature, la linguistique ne bénéficie donc pas d’une « entité primordiale4 », d’un invariant empirique s’imposant comme référence. Les grandeurs données à l’observation se montrent « ondoyantes et diverses5 », elles ne manifestent pas, avec toute la constance nécessaire, de propriétés stables susceptibles de fixer leur unité d’objet. En bref, si « D’autres sciences opèrent sur des objets donnés d’avance et qu’on peut considérer ensuite à différents points de vue ; dans notre domaine [la linguistique], rien de semblable6. »

  • 7 W. von Humboldt, 1974, p. 322.
  • 8 T. de Mauro, Préface à F. de Saussure, 1985, p. v.

5Mais de telles observations, si elles ne sont pas entièrement dénuées de fondement, valent tout au plus comme indice d’une complexion particulière de l’objet « langage ». Rien de définitif ne saurait en être déduit. Et même si « La possibilité de servir à l’expression de valeurs individuelles si différentes, paraît impliquer pour la langue l’absence complète de tout caractère sien7 » il serait par trop hâtif de conclure que l’être du langage est frappé d’une sorte de défaut d’ordre interne, d’une sorte d’insuffisance intrinsèque de formation, qui le ferait échapper par essence aux prises de la rationalité. On constate, certes, que l’identité des phénomènes langagiers se dérobe lorsqu’ils sont soumis à un « examen attentif », mais ce constat n’a aucune valeur démonstrative : il ne résulte pas d’un protocole d’observation bien réglé, d’une procédure d’accès à l’objectivité en langue. « la conscience aiguë de l’individualité absolue, unique de chaque acte expressif, cet acte que [Saussure] appelle parole8. » reste donc à être élucidée dans son principe pour trouver la place qui lui revient dans un schéma général de compréhension des faits langagiers. Nous nous y attacherons.

  • 9 R. Martin, 1992, p. 249.
  • 10 N. Ruwet, 1967, p. 42.
  • 11 Ibid., p. 42-43.

6Par ailleurs, aux effets de fluctuation et d’instabilité dont les entités linguistiques sont le siège apparent, rien n’empêche d’opposer nombre d’indices qui, à ce niveau de superficialité, pèsent au moins du même poids dans l’autre plateau de la balance. À l’intuition « attentive » de la diversité en parole répond l’intuition « linguistique » pour laquelle, sans nul doute, les contraintes, les identités et les régularités en langue sont des faits assurés, réellement appréhendés, qui attestent de l’existence d’une authentique législation langagière. Ainsi, comme l’observe R. Martin, « [si] il n’existe, pas en toute rigueur, deux énoncés strictement équivalents [...] tout locuteur a cependant le sentiment d’une invariance9 ». De même, pour N. Ruwet, il semble difficile d’ignorer « “sans détruire l’objet même” de la linguistique10 », outre l’existence des jugements de recevabilité, l’existence de « toutes sortes d’autres “jugements” : par exemple, le jugement que port et porc sont homonymes, celui que Pierre aime Marie est une phrase du même type que le garçon frappe le ballon, que Marie est aimée de Pierre est le passif correspondant à Pierre aime Marie, que l’expression l’amour de Dieu est ambiguë, etc.11 » On s’interrogera longtemps, et peut-être sans raison, sur le contenu d’un mot, sur les lois de ses combinaisons... mais le simple fait que cette question soit posée témoigne de l’existence d’une certaine unité, d’une certaine constance par laquelle les grandeurs de langue existent à la conscience et qui fait que l’idée d’un ordre « langagier » peut s’éveiller à la faculté de connaissance. De fait, dans son travail d’exploration le linguiste n’est pas confronté à du chaos. Il est faux de se représenter l’espace des phénomènes linguistiques comme une diversité labile. Tout au contraire, l’horizon linguistique manifeste des lignes de force ainsi que des régimes d’organisation et de systématicité qui, témoignant d’une juridiction proprement linguistique, dessinent les contours de l’existence en langue, et auxquels toute investigation empirique doit se soumettre.

  • 12 F. de Saussure, 1985, p. 149.

7Puisque les deux modes d’appréhension des factualités empiriques du langage – l’une s’attachant aux hétérogénéités de substance, l’autre percevant les grandeurs dans leur stabilité et leur identité pressenties mais encore indéterminées – restent, à ce stade de la réflexion, superficielles et indépartageables, puisque, et pour l’essentiel, l’objet « langue » ne manifeste pas immédiatement d’identités assurées susceptibles de valoir comme référence empirique – « sans qu’on puisse douter cependant qu’elles existent12 » –, on comprend que la linguistique ne puisse faire l’économie d’une réflexion sur les méthodes d’accès à son objet – ces méthodes qui dirigent une saisie réglée et une objectivation (délimitation et qualification) des phénomènes et, partant, qui constituent les instances de légitimation de ses discours.

8Tout particulièrement, dans son travail d’élucidation des factualités qui constituent son matériau premier et l’objet de ses préoccupations, la linguistique devra s’interroger sur la consistance et la suffisance de ses méthodes. À ce titre, il importera donc d’examiner si les procédures d’accès aux objets satisfont aux conditions architecturales des sciences empiriques : comment ces méthodes se situent-elles par rapport à la grille problématique des théories réfutables ? sont-elles assurées de capter une réalité « objective », c’est-à-dire valent-elles de droit comme instance de légitimation ? et quelle est l’effectivité de telles instances ?

2 – De la systématicité à la forme d’objet

9Suivant qu’ils sont appréhendés à travers la multiplicité de leurs qualités singulières ou sur la base des régularités qu’ils manifestent, les phénomènes empiriques montrent le visage de la variabilité ou de la stabilité. Une certaine inconstance substantielle n’est donc pas le propre des phénomènes linguistiques et, partant, les difficultés qui dérivent de cette conjoncture sont a priori passibles du même traitement que celui appliqué à d’autres classes de phénomènes (du reste, on sait que les observations de Saussure avaient pour seul but de mettre en évidence les confusions qu’une approche strictement substantielle des identités linguistiques ne manque pas d’entraîner : l’unité de langue ne présente pas de qualités de substance univoques et permanentes auxquelles attacher une identité). Par exemple, comme il a été déjà souligné, les objets physiques manifestent des traits de substance des plus singuliers (couleur, rugosité, forme...). Mais on sait que de telles distinctions qualitatives n’importent guère dans une théorie de la dynamique : elles n’influent pas sur la régularité des comportements et se trouvent dès lors abstraites de l’objectivité physique recherchée. Sur la base des régularités qui déterminent l’accès à leur caractérisation physique, les différents corps, quelle que soit leur substance, voient donc leur identité disparate rapportée à celle, homogène, d’une notion (la masse) qui rend compte des interactions possibles. Un kilo de plomb équivaut à un kilo de plumes, et les obstacles que rencontre l’identification substantielle des grandeurs empiriques s’évanouissent aussitôt que sont clairement posés les principes d’une analyse systémique – ou plus généralement structurale.

10Autrement dit, c’est sur la base d’un ensemble de régularités « observables » dont il s’agira de rendre compte, qu’une diversité empirique hétérogène peut être caractérisée univoquement sous des concepts théoriques. Le passage du divers empirique à une unité d’objet s’accomplit en référence à des comportements réguliers (dont les couples présence/absence ou identité/altérité constituent des types particuliers) produits par certains protocoles d’expérimentation, et que la théorie se donne pour but de décrire adéquatement. Les « systématicités » de référence permettent alors de statuer sur la pertinence ou la contingence des propriétés assignées, soit à la suite d’un examen intuitif, soit par hypothèse, aux phénomènes examinés. Cette méthodologie, déjà évoquée, est bien connue. Il s’agit de la pratique variationnelle : si la variation d’une caractéristique ne modifie pas l’identité ou la régularité de comportement observée, alors ce « quantum » variationnel n’entrera pas dans l’identité d’objet. Tout particulièrement, si une certaine propriété peut varier librement en laissant inchangé un régime de comportement ou un aspect de l’identité du phénomène qu’elle qualifie (par exemple la propriété de couleur d’un corps relativement à son mouvement de chute, ou la puissance sonore d’émission d’un phonème par rapport à sa fonction distinctive), alors cette propriété se trouvera exclue de l’identité que la théorie confère à ce phénomène. Les investigations empiriques, et, plus spécialement, les procédures de réduction du singulier à l’identique, ou, tout du moins, à l’homogène, sont donc entièrement administrées par des régimes de régularité, i.e. par certaines manifestations de systématicité.

  • 13 Dans l’article cité (1960, p. 60), J.L. Prieto propose une solution pour sortir de la circularité. (...)

11Dans le champ linguistique, les principaux protocoles d’expérimentation qui font apparaître la systématicité, ces protocoles qui, corrélativement, guident la qualification des données empiriques, sont les épreuves de commutation et de recevabilité (couple possible/impossible en langue). Mais il se trouve que ces deux protocoles de « qualification » ne sont pas de la même nature que ceux qui administrent la détermination des phénomènes physiques comme dans l’exemple précédent. Alors que les régularités du monde physique (régularités de mouvement, par exemple) sont des régularités qualifiées dans un système d’organisation constitué indépendamment (du moins en partie) de la théorie discutée (très exactement, il s’agit, on le sait, d’un espace de phase), et sur la base duquel une théorie peut être réfutée ou provisoirement validée, les régularités que manifestent les phénomènes linguistiques, à savoir les produits des épreuves de commutation ou des tests de recevabilité, relèvent d’un ordre d’objectivité spécifiquement linguistique : ce sont des phénomènes langagiers. Ainsi, par exemple, si l’on substitue le phonème /p/ au phonème /b/ dans le contexte /-u1/, on observe dans le plan du contenu l’alternance des signifiés « poule » et « boule ». La preuve expérimentale que les phonèmes /p/ et /b/ sont des identités irréductibles prend donc appui sur un jugement qui porte sur des grandeurs de nature linguistique, à savoir : « les signifiés “poule” et “boule” sont distincts » – ce qui est une évidence intuitive pour tout locuteur francophone. Sans doute, il manque encore à ces signifiés les caractérisations précises qui en feraient d’authentiques objets linguistiques mais, en tant que phénomènes manifestés, on admettra qu’ils relèvent incontestablement de l’ordre langagier. Ce qui revient à dire « que pour analyser du point de vue linguistique, au moyen de la commutation, la réalité concrète que constitue la phonie, il faut auparavant avoir soumis à une analyse analogue l’autre entité concrète de l’acte de parole, le sens », et « Puisque l’analyse du sens [...] se fait également au moyen de la commutation », On se trouve donc devant un cercle vicieux13. Il en est de même pour les jugements de recevabilité (sur ce point, voir chap. III 2).

12Cette observation a deux conséquences importantes, dont il conviendra de tenir compte dans l’édification d’une théorie linguistique et l’élaboration de l’objectivité en langue.

  • 14 N. Ruwet, 1967, p. 42.

13– D’une part : on ne peut observer en langue de systématicités déterminées indépendamment du filtre d’une théorie linguistique (ce point est repris plus avant). Aussi, comme l’observation de toute forme de régularité ou d’identité suppose un système précis de qualification dont on sait qu’il ne saurait, pour des raisons de bouclage, être d’ordre linguistique, il s’ensuit que les phénomènes langagiers ne peuvent être approchés sous l’angle de la régularité de leur comportement, de leur identité ou de leur similarité apparentes. De cette façon, s’il est légitime de prendre en considération un jugement comme « Pierre aime Marie est une phrase du même type que le garçon frappe le ballon14 », il faut néanmoins admettre que ce jugement ne procède pas d’une démarche théorique rigoureuse, dans la mesure où le prédicat « P1 est une phrase de même type que P2 » ne relève pas d’un système de qualification explicite et externe à la théorie linguistique.

14– D’autre part : les grandeurs linguistiques présentent une complexion « pluri-régionale » et les protocoles d’expérimentation sont la version opératoire de certains régimes de structuration des objets linguistiques. En effet, les effets des protocoles variationnels s’actualisent nécessairement dans une région de phénomènes distincte de celle où est appliqué le protocole. Ainsi, par exemple, des alternances dans le plan de l’expression produisent (ou non) des effets dans le plan du contenu, et la substitution de deux morphèmes se traduit (ou non) par une variation, dans une sorte de « méta-région » à déterminer, de la valeur de recevabilité d’un énoncé. Par ailleurs, comme l’assignation, d’une propriété linguistique dans une région de phénomènes donnée (par exemple, le plan de l’expression) dépend des identités des phénomènes d’autres régions, on doit conclure que les identités des différentes régions impliquées dans la constitution de l’objet linguistique sont fonctionnellement appariées et qu’elles participent d’une structure globale commune.

  • 15 C. Hagège, 1985, p. 131.

15– En conclusion, les protocoles d’expérimentation en linguistique ne permettent pas, en toute rigueur, d’approcher l’identité des phénomènes empiriques mais nous informent avec certitude sur la complexion structurale de l’objet linguistique en général : la systématicité à laquelle les protocoles donnent accès n’est pas une systématicité de comportements manifestés (ce qui, on le sait, requiert un espace de phase) mais une systématicité d’organisation interne, à savoir le fait d’une complexion fonctionnelle pluri-régionale. Nous y reviendrons plus avant. À ce titre, on notera que l’on retrouve ainsi le « théma » de la nature duale du signe linguistique (parmi mille autres, citons Hagège : « La propriété cardinale du signe est la même qui fait tout le mystère des langues en tant qu’organismes investissant la substance phonique par l’intention de signifier, ou faisant, de la matérialité des sons, surgir le sens : signifiant et signifié sont absolument indissociables et ne peuvent d’aucune manière être conçus séparément. [...] Ainsi, pour un même signe, le signifiant, quelle que soit sa forme, et le signifié, quel que soit son domaine, sont, par l’effet des structures de la langue qui les contient, deux faces constitutivement solidaires d’une même réalité15. ») Mais il faudra maintenant envisager d’enrichir cette complexion duale d’une nouvelle composante relative aux phénomènes de recevabilité. Sans viser directement ce but, c’est-à-dire en travaillant des questions connexes (essentiellement : l’analytique de la recevabilité et la procédure d’intégration), nous serons conduits à proposer un modèle de structuration des identités linguistiques qui met en interaction fonctionnelle les trois dimensions de l’expression, du contenu et de la recevabilité.

3 – Substance en langue

16Pour aussi rudimentaires et rebattues qu’elles soient, ces premières observations offrent néanmoins l’intérêt d’introduire directement à quelques problèmes centraux de la linguistique, problèmes « persistants » qui touchent aux rapports entre forme et substance. Il sera utile d’apporter tout de suite quelques précisions sur ces deux notions fondamentales (voir aussi chap. V 4.3.3).

  • 16 L. Hjelmslev, 1968, p. 103.
  • 17 L. Hjelmslev, 1971, p. 56.

17On suivra la conception que Hjelmslev résume par la formule « Ce qui, d’un point de vue, est “substance” devient “forme" d’un autre point de vue16. » Précisément, on appellera forme tout système réglé et consistant de rapports internes, et, par substance, on entendra ce qui est « complémentaire » à la forme – cela de deux façons possibles. Soit « complémentaire » par rapport à un niveau de la procédure d’analyse. C’est le cas lorsque d’un phénomène soumis à l’analyse il n’a été identifié qu’une fraction de sa structure interne. Le « complémentaire », c’est-à-dire la partie de structure non encore enregistrée par la procédure, constitue alors une substance en regard de la forme déjà relevée. Soit « complémentaire » par rapport à une modalité d’analyse particulière qui a pour but de caractériser dans une matière phénoménale donnée une certaine tranche d’objectivité. Ainsi, les qualifications d’un phénomène suivant les formes théoriques A, B ou C constituent une substance du point de vue de la science D. En résumé, et de façon générale : « Tout ce qui n’est pas compris dans [la] “forme”, mais qui de toute évidence appartiendrait à une description exhaustive de l’objet étudié, est relégué à une autre hiérarchie [i.e. une autre forme] qui par rapport à la “forme” joue le rôle de “substance”17. » On parlera, dans le premier cas, de substance d’analyse, et, dans le second, de substance empirique ou substance d’expérience (la substance sans qualification désignera par la suite la substance empirique).

18Par le biais de ces deux notions fondamentales de la linguistique, on rejoint alors la problématique des espaces de phase précédemment introduite. En effet, on sait qu’un espace de phase relate un croisement de régions d’objectivité : c’est une région d’organisation d’objets « connexe » à celle qu’élabore un système théorique. En d’autres termes, l’espace de phase qualifie une certaine substance (empirique) d’objet relativement à un prisme de formes théoriques donné. Pour résumer, la théorie détermine une certaine forme, et le complémentaire formé suivant d’autres modalités est la substance qui, dans le cadre problématique des sciences expérimentales, se trouve théorisée sous le concept d’espace de phase.

19La question de la compatibilité des formes théoriques de la linguistique avec la charpente logique des théories à base empirique se reformule alors, suivant les termes propres de la linguistique, comme une question sur l’existence d’une substance de langue, à savoir : est-ce que les grandeurs linguistiques sont dotées d’une substance ? au sens où celles-ci seraient toujours porteuses des caractéristiques d’une région d’objectivité connexe – tout comme la notion de masse est traversée des dimensions de l’espace-temps dont participent les phénomènes qu’elle qualifie.

  • 18 J.-C. Milner, 1989b, p. 131.
  • 19 Ibid., p. 131.

20Or, en se tenant aux acceptions précises conférées aux notions de forme et de substance, et en concordance avec les conclusions du paragraphe précédent, il semble confirmé que les grandeurs de langue sont des grandeurs sans substance : les grandeurs de langue ne sont pas conjuguées à des modalités d’organisation indépendantes qui constitueraient la substance des identités (de forme) linguistiques. Autrement dit, il se trouve que la linguistique est une science isolée face à son objet : elle est seule à entreprendre les phénomènes où l’intuition reconnaît une nature langagière : « quelle autre science que la linguistique parlera du groupe nominal ? [...], quelle autre science que la linguistique parlera du mot homme, du mot le, du phonème /p/, etc.?18 » – ce qui signifie que ces phénomènes ne relèvent pas d’autres schémas de régulation, i.e. d’autres régions d’objet, que ceux de l’ordre langagier. Suivant les termes de J.-C. Milner, la linguistique est donc « scienta unica » : « Non seulement elle ne peut s’appuyer sur aucune science logiquement antérieure et localement indépendante pour construire un observatoire, mais, plus généralement, aucune autre science qu’elle même ne parle des données qui lui sont pertinentes19. »

21Ici, et au risque de se répéter, il convient d’être très précis. Ce qui est affirmé, ce n’est pas que les grandeurs linguistiques restent irrémédiablement extérieures à toute « matière » psychique, représentationnelle... (i.e. à toute « substance » au sens vague) distincte de l’ordre langagier, ou qu’elles n’investiront et n’informeront jamais quelque région de factualités cognitives, mais qu’elles ne sont pas spécifiquement dotées d’une substance, c’est-à-dire qu’il ne leur est pas adjoint une qualification d’objet en partie indépendante de la dimension strictement langagière.

  • 20 J.-C. Milner, 1989a, p. 411.

22Comme, dans leur constitution interne, les phénomènes linguistiques ne sont donc traversés d’aucun principe de formation extra-linguistique, soit encore, comme ils ne peuvent être appréhendés en tant que substance d’une forme linguistique, il s’ensuit que les théories linguistiques ne satisfont pas aux conditions de structure des sciences empiriques (i.e. des théories réfutables) : les phénomènes langagiers ne se prêtent à aucune caractérisation extra-linguistique qui permettrait de les « observer », c’est-à-dire qui permettrait de suivre leur comportement indépendamment des formes régulatrices d’une théorie donnée : « Aucune évidence indépendante, fondée dans une discipline psychologique extérieure à la linguistique, ne saurait falsifier ni réfuter ni confirmer la moindre proposition linguistique20. »

23S’il était nécessaire, illustrons encore ce point capital avec l’exemple simple de l’optique physique. Dans la théorie de Maxwell, la lumière est décrite comme une propagation de deux champs (magnétique et électrique) vibratoires. De la façon la plus simple, une émission lumineuse est alors caractérisée, d’une part, par des propriétés physiques (intensité des champs, fréquence, indice du milieu...), et, d’autre part, par les modalités (fonction sinusoïdale de propagation) suivant lesquelles l’émission lumineuse occupe l’espace et le temps, i.e. à tel moment, en tel lieu, les champs ont telle direction, telle intensité... Un phénomène lumineux porte donc, outre ses caractéristiques physiques, une détermination qui relève d’un système d’organisation autonome : la fonction de propagation conjugue sous une forme sinusoïdale les paramètres d’espace et de temps. Il s’ensuit qu’un faisceau lumineux est déterminé par une structure d’occupation d’espace (la fonction de propagation) qui le qualifie précisément, i.e. qui l’objective, dans un espace empirique sécant. En d’autres termes, un phénomène lumineux relève sous une forme précise d’une substance d’expérience, à savoir l’espace-temps. Aussi, il sera possible de réfuter la théorie de Maxwell en confrontant ses analyses à des résultats d’expérimentation qui sont qualifiables dans une région d’organisation indépendante de la théorie (par exemple, l’expérience des interférences produit une alternance de raies lumineuses et sombres mesurable dans une géométrie d’espace). Si l’on se prête maintenant au jeu des analogies entre l’exemple précédent et les grandeurs langagières, on voit bien que celles-ci sont sans substance : les phénomènes langagiers ne sont pas spécifiés par des régimes de structuration définis dans des systèmes extra-linguistiques. Et si c’était le cas, si les réalisations des objets de langue suivaient des modalités d’organisation déterminées dans une région empirique connexe (par exemple, on peut imaginer : en mémoire) – de la même façon que les phénomènes lumineux suivent une loi d’occupation d’espace/temps caractérisée par une fonction sinusoïdale –, alors il serait possible d’envisager des expériences portant sur des entités de langue, dont les résultats s’observeraient « objectivement » dans un espace indépendant (par exemple : en mémoire). Or tel n’est évidemment pas le cas : les objets de langue sont de fait dénués de substance.

24En conclusion, comme les grandeurs langagières ne participent pas d’une « région transverse » détenant une forme d’organisation autonome, autrement dit, comme elles ne se prêtent pas au mode d’organisation d’un espace de phase, les théories linguistiques contreviennent donc aux conditions d’architecture des sciences empiriques et sont des théories non réfutables.

25L’absence de substance linguistique, ou l’impossibilité de construire un espace de phase, fournit donc une caractérisation précise de l’écueil de circularité auquel est confrontée la linguistique : décidant en toute indépendance des propriétés et des régularités destinées à objectiver ses données, et ne pouvant corroborer ses analyses par des éclairages d’optiques transverses, les modèles de la linguistique se voient constamment confrontés au problème de l’autosatisfiabilité – les objets d’expérience que ces modèles instituent validant toujours le analyses qu’ils dirigent aussi. Si l’on accepte les termes de cette évaluation, il faut donc conclure sur le caractère non réfutable des analyses linguistiques. Comme la connaissance linguistique ne recoupe aucune région d’organisation au lieu de laquelle certains paramètres peuvent valoir comme référence empirique autonome : comme entité primordiale dont les traits extrinsèques fournissent cette manifestation stabilisée que requiert une observation expérimentale indépendante de la grille théorique à tester, la linguistique affiche donc les traits d’une système non falsifiable.

  • 21 L. Hjelmslev, 1971, p. 137.
  • 22 Ibid., p. 138.

26Mais si ces conclusions – négatives quant à la portée réelle du savoir linguistique ou quant à la rationalité intrinsèque de l’objet langue – , semblent incontestables, elles doivent toutefois être nuancées. Car il faut bien admettre que les phénomènes langagiers ne se prêtent pas à n’importe quel discours, ils imposent à l’expérience quelques grands régimes d’organisation auxquels les approches théoriques ne peuvent que se conformer. En effet, comme il a déjà été déjà observé, la procédure de commutation et le test de recevabilité révèlent le fait d’une constitution complexe de l’objet linguistique : celui-ci s’élabore au carrefour de différentes régions de factualité : les plans de l’expression, du contenu et l’ordre de recevabilité. Comme y insiste Hjelmslev, les certitudes « tangibles » de la linguistique doivent donc être cherchées ailleurs que dans les manifestations en parole ; elles relèvent d’un ordre supérieur aux phénomènes empiriques : ce sont des certitudes de structure – parce que, à travers les productions immédiatement observables des manipulations variationnelles, ce sont les régimes d’organisation en langue qui se manifestent. Aussi, les formes langagières se présentent bien comme « des faits à la fois généraux et apostérioriques, à la fois abstraits et objectifs21 », et, partant, « La structure de la langue s’impose immédiatement à l’esprit observateur et a donc tous les caractères d’un objet empiriquement accessible. [...] C’est ainsi que quelques grandes catégories simples, abstraites et fondamentales de la structure linguistique ont été reconnues de bonne heure et pour ainsi dire immédiatement [...]. On a pu les préciser plus tard et pourra encore les préciser [nous soulignons, car tel est notre objectif] ; on les a reconnu par le fait même qu’elles s’imposent. Il y a certaines évidences primitives sur lesquelles on ne ferme pas les yeux22. »

27Il faudra maintenant situer avec précision la position et le rôle de ces régimes d’organisation dans la rationalité des systèmes linguistiques, et tout particulièrement, revenir sur la possibilité d’un instance de légitimation « affaiblie ». Ce sera l’objet du paragraphe suivant.

4 – Instances de légitimation et de constitution

28On a vu que certains des régimes fondamentaux des structures langagières opèrent au carrefour de différentes régions de factualité pour y établir des identités de langue mutuellement dépendantes. On sait aussi que ces régimes ne peuvent donner lieu, dans leur version opératoire, à des protocoles d’expérimentation valant comme d’authentiques instances de légitimation – parce que celles-ci doivent être fondées en raison et en pratique (consistance logique et effectivité opératoire) sur un espace d’objectivité sécant, et que la linguistique est « scienta unica ».

29Mais ces régimes ne sont pas pour autant dénués de toute attache avec la pierre angulaire des sciences empiriques, à savoir ce croisement de régions d’objectivité qui fonde la possibilité d’une observation indépendante et d’une épreuve de réfutation. En effet, il suffit « d’émousser » quelque peu cette pierre angulaire pour y asseoir les régimes de la commutation et de la recevabilité et ainsi identifier leur rationalité. Nous abordons maintenant ce point.

30La « charpente logique » des sciences expérimentales impose donc une intersection de régions d’objectivité. Une version « affaiblie » de cette charpente consistera à exiger un croisement, non plus d’espaces empiriques régis par des formes d’organisation indépendantes, mais de simples espaces (ou régions, ) de factualités, rassemblés alors par le principe d’une structure fonctionnelle complexe qui, investissant conjointement ces différentes régions, y établit des identités mutuellement corrélées. Plus précisément, dans la version « faible » les régions empiriques « sécantes », i.e. qui s’interpénétrent, ne sont pas administrées suivant des régimes d’organisation (en partie) indépendants : il s’agit de champs de factualité, extérieurs, en tant que tels, les uns aux autres, et dont la rencontre procède de l’actualisation d’une certaine complexion structurale qui les informe simultanément. Les identités d’objet ainsi produites dans chaque région de phénomènes sont alors inséparables de celles réalisées dans les autres régions.

31Les rapports entre régions prennent alors une tournure nouvelle. Dans la version « forte », les régions sécantes (espaces de phase) constituent des bases d’observation (voir chap. I 5.3.2) : les analyses théoriques sont confrontées aux déterminations des régions sécantes, et le croisement des régions ordonnées par des structures indépendantes fonde donc une instance de légitimation par réfutation. Dans la version « faible », les régions ne sont pas investies par des modes de structuration autonomes. Autrement dit, et pour autant qu’il y ait matière à connaissance, les formes d’organisation des différentes régions sont interdépendantes. Le croisement de régions de factualités n’institue donc pas une instance de confrontation mais une instance de constitution. En effet, les régimes de structuration qui opèrent sur les régions de factualités rendues ainsi connexes y élaborent des objectivités liées. Par exemple, les objets construits dans la région A sont intrinsèquement corrélés aux objets construits dans les régions B, C... Aussi, les rapports qu’entretiennent les régions A, B, C... ne sont plus des rapports de confrontation, mais des rapports de participation dans l’établissement de leurs grandeurs respectives – en bref, des rapports de constitution.

32On a donc retrouvé la conception, introduite dans le premier chapitre (I 4.3), d’une instance de légitimation fonctionnant comme instance de constitution. Avec une nuance, toutefois, qui tient à ce que dans le cas d’un croisement de régions d’objectivité indépendantes (i.e. le cas des espaces de phase), l’interaction entre les différentes régions est progressive : les analyses de la région A se légitiment à travers les formes de la région B, et une connaissance plus élaborée de B va parfois aboutir à reconsidérer les analyses de A et ainsi de suite... Il y donc bien production progressive d’un équilibre entre régions de connaissance, i.e. entre formes d’objectivité, mais cet équilibre n’est pas globalement réalisé au sens où il ne s’actualise pas simultanément dans les différentes régions de factualité ; il suit le mouvement continu de la connaissance, lorsque les explorations des différentes régions empiriques connexes avancent chacune à leur tour d’un degré supplémentaire en profondeur.

33Alors que les régions d’objectivité croisées prennent appui l’une sur l’autre pour se confronter et se confirmer mutuellement, les régions de factualités croisées se constituent conjointement dans leurs objectivités et n’entrent donc pas dans des rapports confrontatifs. On conçoit ainsi que les grandeurs constituées au croisement de régions de factualités, comme elles ne disposent pas de l’« inertie » d’une objectivité en partie autonome, soient susceptibles de connaître de fréquentes reconfigurations.

34Il s’ensuit que dans le cas de figure « faible », le principe de légitimation ne peut être fondé sur le mode de la confrontation (et constituer une instance de réfutation) mais doit prendre appui sur le mode de la constitution mutuelle des identités régionales au sein d’un système linguistique global. Autrement dit, un principe de légitimation « faible » consistera à exiger des montages théoriques qu’ils rendent compte, non pas des qualifications de certains phénomènes (par exemple les signifiés) sur la donnée de qualifications connexes (par exemple les valeurs de sémanticité), mais à rendre compte des modalités fonctionnelles qui permettent aux différentes grandeurs régionales de s’inter-déterminer dans une structure unitaire et d’interagir dans la constitution de leur identité d’objet linguistique. Le principe de légitimation « faible » définit donc une épreuve de conformité structurale.

35On observe alors que les formes d’organisation en langue sont compatibles avec la version « faible » des croisements de régions empiriques : la constitution des objectivités en langue s’effectue en effet à l’intersection de plusieurs régions de factualités. En conséquence, il faut nuancer la conclusion négative quant à l’impossibilité d’une connaissance rationnelle des langues, ou, ce qui revient au même, quant à l’inexistence d’une instance de légitimation des théories linguistiques. En effet, si la linguistique ne recoupe pas des optiques scientifiques transverses pour confirmer temporairement ou réfuter définitivement ses analyses, plus généralement, si la linguistique ne satisfait pas strictement aux conditions d’architecture qui fondent les sciences empiriques – ces conditions qui assurent aux théories un rapport de confrontation à des faits constitués indépendamment d’elles-mêmes –, la complexion « pluri-régionale » des phénomènes de langue lui permet néanmoins de dépasser les difficultés rédhibitoires induites par son statut de « scienta unica ». Comme la linguistique traite d’objets qui rassemblent plusieurs régions de factualités et qui se forment à leur jonction, la possibilité d’une connaissance rationnelle des langues peut effectivement s’établir sur le fait d’une forme d’organisation conjuguant différents domaines. La linguistique ne dispose donc pas d’une instance de légitimation « forte » : d’une instance de réfutation empirique, mais elle peut se prévaloir d’une instance « faible » qui légitime un accès raisonné à ses objets : une théorie passera avec succès l’épreuve de légitimation faible si elle apporte une qualification explicite et précise des modalités structurales qui déterminent, dans les différents plans de factualité où se manifestent les phénomènes langagiers, des identités d’objet entretenant des rapports d’interdépendance fonctionnelle, i.e. des identités d’objet entrant dans des rapports de constitution réciproques. La connaissance des faits langagiers reste donc possible : comme connaissance des structures fonctionnelles de langue.

36Pour avancer dans cette voie, il faudra procéder indirectement. Schématiquement, les principales étapes du parcours seront les suivantes. Dans un premier temps (chap. III), nous porterons notre attention sur le différentiel de recevabilité. Après avoir reconnu sa nature de phénomène langagier, nous examinerons quelle structure d’objet linguistique il présuppose et comment, envisagé alors abusivement comme critère de réfutation, les théories formelles (de type [logico-] algébrique) en rendent compte. On sera ainsi conduit à mettre en évidence certaines difficultés de principe qui affectent les caractérisations « algébriques » des phénomènes langagiers. Dans un second temps (chap. IV), pour consolider la précédente critique et motiver par la suite l’introduction de modèles topologiques et dynamiques, nous aborderons la question des procédures intégratives et nous montrerons que les approches formalistes (algébristes) ne peuvent rendre compte de cette propriété fondamentale du langage. Ensuite, troisième temps (chap. V), nous examinerons les problèmes que pose l’analyse du signifié.

  • 23 G. Vignaux, 1988, p. 149.
  • 24 Ibid., p. 116.

37Il s’agira alors de dépasser ces différentes difficultés ainsi que d’avancer vers un modèle consistant et adéquat du différentiel de recevabilité et des procédures intégratives. En reprenant les théories saussurienne et hjelmslevienne du signe, nous montrerons (chap. V et VI) que la possibilité de décomposer le signifié est la conséquence directe d’une qualification des phénomènes langagiers a un niveau formel « logico-algébrique » et, qu’en contrepartie, une analyse développée à un niveau topologique interdit la décomposition du signifié. Aussi, compte tenu des difficultés que rencontrent les approches formalistes, et eu égard aux problèmes que pose l’analyse du signifié, nous choisirons de développer une modèle topologico-dynamique du signe saussurien. Après avoir introduit les éléments techniques nécessaires (chap. VI), nous proposerons (chap. VII) une qualification topologique et dynamique des formes langagières, qualification qui visera à rendre compte des opérations intégratives, de la forme interne du différentiel de recevabilité, ainsi que des rapports fonctionnels entre les éléments de l’expression, du contenu et le différentiel de recevabilité au sein d’une même unité organique. Ainsi, ce modèle pourra satisfaire à la condition de légitimité faible qui fonde l’objectivité de la connaissance linguistique. Très précisément, nous montrerons que c’est dans une interaction entre les trois domaines de l’expression, du contenu et des contraintes de recevabilité que se forment et se déforment les identités de sens linguistique : les valeurs de recevabilité constituent des lieux où se négocient et s’ajustent les significations selon les besoins et les finalités de sens des locuteurs. En s’approchant ainsi, par des chemins détournés, d’une conception du langage comme faculté de construction de sens, faculté « capable de réguler ses propres productions, de contrôler son autonomie, d’agencer ses jeux en fonction de régularités progressivement assurées et de situations qui vont en favoriser l’exercice et la flexibilité23. », on recoupera alors, sous un jour plus analytique, les travaux conduits par G. Vignaux sur les jeux de stabilité et de déformabilité en langue : ces jeux qui, sous-jacents aux « régularités apparentes voire codifiées de la ‘‘communication”24 », constituent sans doute l’essence de l’activité langagière.

Notes

1 E. Cassirer, 1972, p. 16.

2 W. von Humboldt, 1974, p. 203.

3 Ibid., p. 323.

4 V. Henry, 1896, p. 4.

5 R. Martin, 1992, p. 292.

6 F. de Saussure, 1985, p. 23.

7 W. von Humboldt, 1974, p. 322.

8 T. de Mauro, Préface à F. de Saussure, 1985, p. v.

9 R. Martin, 1992, p. 249.

10 N. Ruwet, 1967, p. 42.

11 Ibid., p. 42-43.

12 F. de Saussure, 1985, p. 149.

13 Dans l’article cité (1960, p. 60), J.L. Prieto propose une solution pour sortir de la circularité. Cette solution ne semble toutefois pas satisfaisante dans la mesure où elle suppose que les entités acoustiques concrètes réalisant chaque phonème ont certaines propriétés constantes.

14 N. Ruwet, 1967, p. 42.

15 C. Hagège, 1985, p. 131.

16 L. Hjelmslev, 1968, p. 103.

17 L. Hjelmslev, 1971, p. 56.

18 J.-C. Milner, 1989b, p. 131.

19 Ibid., p. 131.

20 J.-C. Milner, 1989a, p. 411.

21 L. Hjelmslev, 1971, p. 137.

22 Ibid., p. 138.

23 G. Vignaux, 1988, p. 149.

24 Ibid., p. 116.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search