Version classiqueVersion mobile

Dynamiques et structures en langue

 | 
David Piotrowski

Chapitre premier. Fondements méthodologiques

Texte intégral

1 – Préambule

1L’entreprise que poursuit la linguistique n’est pas affranchie des exigences de la rationalité. Pour autant qu’elle prétende tenir des discours conséquents, des discours qui délivrent une qualification fondée des phénomènes dont elle vise la reconnaissance, la linguistique s’oblige, dans ses élaborations conceptuelles comme dans ses investigations empiriques, à la plus stricte observance de certains principes de rigueur. Parmi ceux-ci figure en position cardinale l’impératif de consistance, dont on distinguera les deux facettes : la consistance interne des formes théoriques et la consistance externe des discours sur un objet.

  • 1 K. R. Popper, 1978, p. 90.
  • 2 C. Lévi-Strauss, 1964, p. 339.

2L’impératif de consistance réside aux fondements de la rationalité : « On peut [le] considérer comme la première des conditions auxquelles doit satisfaire tout système théorique, qu’il soit ou non empirique1. » Mais sa portée déborde largement le champ de la pure prospection scientifique : pour l’essentiel, la condition de consistance traduit en termes prescriptifs les dispositions propres de la pensée. En effet, œuvrant à saisir et à ordonner le monde de l’expérience en une totalité cohérente et nécessaire, les facultés intellectives instituent chaque chose, chaque événement à une place précise d’un réseau unifiant. Ces différentes places ne sauraient donc s’équivaloir – sans quoi les valeurs qu’elles déterminent et qui qualifient les phénomènes s’équivaudraient aussi, et le monde pensé s’abolirait dans la confusion. La condition de consistance stipule précisément l’existence nécessaire d’un système de qualifications distinctives par lequel le monde se pourvoit en objets, en valeurs et en significations. Les diverses formes suivant lesquelles la pensée s’actualise sont donc conditionnées par l’impératif de consistance. Ainsi en est-il, par exemple, de « la matrice de significations » que constituent les mythes : « si les mythes d’une société autorisent toutes les combinaisons [...] ; n’importe quelle combinaison ayant vocation signifiante autant qu’une autre, à la limite, on pourra faire dire à chacune n’importe quoi. La mythographie se réduirait alors à une glossolalie2. »

2 – La Consistance

2.1 – Consistance interne

  • 3 K. R. Popper, 1978, p. 90.
  • 4 A. Berrendonner, 1983, p. 9.

3Au plan de son organisation interne, une théorie est par définition inconsistante si elle « accepte » (i.e. tient pour valide) toutes les propositions qui peuvent être formulées dans le langage où elle est exprimée. En effet, lorsque toutes les propositions qu’un langage peut produire (par exemple, sous forme de prédicats P. appliqués à des termes t.) sont acceptées, les spécifications que ce langage énonce (à savoir les prédicats Pi) conviennent indifféremment à l’ensemble des termes (ti) et ne délivrent donc aucune qualification distinctive. Corrélativement, les termes (ti), qui reçoivent toutes les qualifications (Pi), sont, de même, indifférenciables. Aucune identité n’est alors établie, toutes les grandeurs se valent, et l’univers théorique s’avère conceptuellement vide. Aussi, « on évaluera l’importance de la condition de cohérence si l’on réalise qu’un système incohérent ne nous fournit aucune information puisque nous pouvons en dériver toute conclusion qui nous satisfait3. » A la base de tout édifice intellectuel, figure donc nécessairement quelque instance de régulation, quelque principe législateur qui prohibe ou agrée, qui valide ou réfute, les assertions dicibles pour instaurer ainsi des grandeurs pourvues d’une identité et d’une signification effectives. Avec Berrendonner, on conviendra en définitive que « La moindre des choses que l’on puisse attendre d’un modèle à prétentions scientifiques [...] c’est une forme rigoureuse de cohérence interne, ce que l’on appelle la “consistance logique”4. »

2.2 – Consistance externe

4Mais l’impératif de consistance, discipline par laquelle les produits de la pensée sont promus à l’existence, ne préside pas au seul ordre interne des élaborations conceptuelles. Son autorité s’exerce aussi sur les discours dans leurs rapports aux données phénoménales dont ils visent la qualification. Dans ce cas, le critère de consistance interne se double d’une dimension externe qui introduit la nécessité de faire le départ entre les discours qui délivrent une caractérisation adéquate d’un objet donné et ceux qui y échouent.

5Fondamentalement, le principe de consistance externe procède des mêmes attendus que sa version interne. Dans les deux cas, il s’agit d’adhérer aux formes primitives de la pensée et d’échapper à l’insignifiance. Au plan interne : insignifiance des termes qui acceptent toutes les qualifications et, inversement, insignifiance des qualifications qui portent sur tous les termes ; au plan externe : insignifiance, si tant est qu’ils ne peuvent être départagés, des multiples discours qui déchiffrent (décrivent et expliquent) une matière donnée d’expérience – ou, inversement, insignifiance et irréalité d’une matière qui se prête à tous les discours. S’il ne se trouve aucun critère pour asseoir la justesse ou, corrélativement, pour établir l’inexactitude, de tel ou tel éclairage d’un objet donné, de quelque nature soit-il, de nouveau toutes les affirmations sont autorisées et se valent. Tout peut être dit et, dès lors, rien n’est jamais dit.

2.3 – Synthèse

6Tout discours sur le monde et l’existant, tout système de propositions qui entend décrire une certaine « réalité » des choses, présuppose donc, tant au plan de ses articulations internes qu’à celui de ses relations aux objets appréhendés, l’autorité de quelque critère de légitimation qui instancie la condition nécessaire de consistance. Cette instance de légitimation peut prendre des figures variées qui régissent, pour chacune, des modes de constructions intellectives ou des régimes d’objectivation particuliers. Ainsi, au sommet des édifices de la pensée on trouvera des mythes fondateurs, des opérations classifiantes, des principes dogmatiques, des règles de raisonnement, des repérages collectifs... De telles instances ne sont pas nécessairement intangibles. Elles donnent parfois lieu à des controverses cruciales dans la mesure où, par essence, elles fondent le statut des objets et la sûreté des discours. Par exemple, dans l’univers de la pensée logique, le principe du tiers exclu et le mode de démonstration par l’absurde qui en découle peuvent être remis en cause au profit d’une conception constructiviste où la légitimité des objets logiques, et plus fondamentalement leur nature et leur mode d’existence, repose sur des procédures de construction. Dans ce cas, les seules formules licites sont celles qui peuvent être produites suivant un enchaînement réglé d’opérations de construction, et les preuves par l’absurde, qui présupposent une objectivité mathématique indépendante des opérations de pensée, perdent alors toute valeur démonstrative.

7Quoi qu’il en soit, puisque tout travail de la pensée, tout montage conceptuel, toute représentation théorique, est assujetti à quelque principe de légitimation, il ne peut qu’en être de même pour les analyses produites par les sciences du langage. Il importera donc, en préalable à toute prospection empirique, d’expliciter les modes de légitimation des discours qui qualifient cet ensemble de phénomènes regroupés sous le titre de « langagier ».

3 – La légitimité en linguistique : première approche

8Il s’agit donc de donner une caractérisation précise de l’instance de légitimation des analyses linguistiques, ce qui engage au moins trois niveaux d’étude.

  • 5 Ibid., p. 21.
  • 6 L. Hjelmslev, 1971, p. 125.

9– Le premier niveau concerne la correspondance entre le critère de conformité du système théorique à son objet et la quiddité supposée des grandeurs langagières, c’est-à-dire la conception a priori de ce qui constitue le propre des entités de langue, de ce qui permet de les reconnaître au sein d’une matière d’expérience des plus hétérogènes. C’est qu’une méthode d’analyse ou de validation énonce implicitement une idée particulière de l’objectivité en langue. Rappelons par exemple que, se fixant comme but l’étude de la compétence linguistique, c’est-à-dire l’étude de la faculté pure de langage : indépendamment des circonstances toujours singulières de son effectuation (les facteurs de performance), la grammaire générative vise un objet (la phrase grammaticale) qui est une abstraction et une reconstruction des données d’observation suivant le principe de l’opposition compétence/performance. Aussi, le critère de grammaticalité qui légitime et pilote les descriptions des théories générativistes et, plus généralement, des approches formelles en linguistique, s’avère inséparable d’une certaine position théorique sur la nature d’objet des langues naturelles – position théorique dont il n’est en définitive que la version opératoire. Les notions de grammaticalité, de compétence et de phrase se recouvrent donc : « [la notion de grammaticalité fournit] une paraphrase concrète au concept de compétence, qu’elle reformule autrement. La “grammaticalité” ce n’est rien d’autre qu’un nom pour la propriété caractéristique censée définir l’ensemble des phrases de la compétence5. » De même, la méthode de commutation renvoie à une conception du langage comme structure articulant, à un certain niveau de sa hiérarchie, une relation d’interdépendance entre les « plans » de l’expression et du contenu : « La fonction principale, celle qui sert à différencier le système sémiologique de tout autre système et qui en constitue la differentia specifica et le trait fondamental, est la fonction qui établit le signe en tant que tel, la fonction qui réunit [...] l’expression et le contenu6. »

  • 7 A. Berrendonner, 1983, p. 26.
  • 8 Ibid., 1983, p. 26.
  • 9 R. Martin, 1978, p. 5.

10À ce premier niveau d’étude, on retrouvera les problèmes de circularité auxquels sont inévitablement confrontées ces démarches où l’objet à décrire et le système descriptif sont élaborés en miroir l’un de l’autre. On portera tout particulièrement notre attention sur le phénomène (au sens kantien de objet indéterminé) de « recevabilité » dont les principales qualifications théoriques (en termes de grammaticalité et de sémanticité) employées comme critère d’évaluation entrent dans le cercle vicieux de l’autocohérence. En effet, il est patent « [qu’il] semble impossible de trouver aux jugements de grammaticalité une source qui ne soit pas la théorie elle-même7 », en d’autres termes, il est impossible de « définir la grammaticalité par autre chose qu’elle-même8. » On ne saurait donc éluder les difficultés que soulève cette configuration problématique : « On a fait apparaître, non sans quelque raison, l’écueil de la tautologie [...] : le “locuteur-auditeur idéal” se situe au départ, mais aussi à l’arrivée du modèle. Pure abstraction supposée définie, la compétence du « locuteur-auditeur idéal » représente en même temps et l’objet de la description, et la finalité de la théorie que le linguiste cherche à construire9. » Aussi, pour inscrire en toute rigueur le « différentiel de recevabilité » (le couple recevable/irrecevable) dans l’arsenal des procédures d’analyse de la linguistique, il sera nécessaire de déterminer avec exactitude son rôle, son statut et ses spécifications internes (i.e. son analytique) au sein d’un système théorique et d’un cadre problématique cohérents et minutieusement détaillés. Ces différentes questions seront traitées en partant du troisième niveau d’étude (voir infra) des instances de légitimation.

11– Le deuxième niveau d’étude a trait aux modalités d’inscription des instances de légitimation dans un système théorique. Pour conférer aux méthodes d’analyse et aux critères de légitimation une teneur conceptuelle consistante et une opérationalité effective, il convient de les établir dans une structure théorique explicite et précise. À ce titre, on examinera (voir chap. III 6) comment les grammaires formelles organisent leur forme interne pour accueillir et déterminer la notion de recevabilité, et on observera quelles difficultés elles rencontrent.

  • 10 K. R. Popper, 1978, titre de la deuxième partie.

12– Les questions soulevées au troisième niveau d’étude des instances de légitimation sont les plus fondamentales et leur traitement devra permettra de mieux comprendre puis de dépasser les difficultés constatées au premier niveau. Au troisième niveau, il sera question de la forme générale des théories régies par un principe de légitimation « externe ». En prenant comme grille « métathéorique » de référence la « charpente logique » des théories de l’expérience, il s’agira de situer rigoureusement les notions et les opérations fondamentales de la méthodologie linguistique (tout particulièrement le différentiel de recevabilité) pour ainsi déterminer avec exactitude leur rôle et leur portée dans la reconnaissance et l’élaboration des objectivités de langue. Pour accomplir ce programme, on partira de considérations générales sur la théorisation des faits empiriques, et plus particulièrement, des données langagières. Il s’agira de rappeler un certain nombre de principes et de problèmes qui font l’objet d’un large consensus, sur lesquels on s’appuiera pour avancer, et dont on donnera une présentation élémentaire (4) en vue de préparer aux étapes suivantes. Dans un second temps (5), en suivant de près l’argumentation de K. Popper, on exposera les « composantes structurales d’une théorie de l’expérience10 ». Il sera alors possible, dans les chapitres suivants, d’évaluer les méthodes de l’analyse linguistique en regard des structures fondamentales de la connaissance empirique et de discuter leur rationalité propre, c’est-à-dire la nature de leur rapport aux objectivités de langue. Progressivement, alors, on introduira à l’idée et aux formes d’un système linguistique comme principe d’élaboration de valeurs sémantiques d’une nature oppositive – valeurs sémantiques en perpétuelle reconstruction, en perpétuel réajustement suivant les finalités de signification des partenaires en parole : interlocuteurs ou organes sociaux.

4 – Théorie/expérience : rappels

4.1 – Introduction

13Une théorie consacrée à la reconnaissance d’une certaine classe de phénomènes empiriques suppose donc quelque principe de légitimité « externe », c’est-à-dire quelque méthode de vérification impliquant des facteurs d’expérience ou d’observation à l’aune desquels établir la validité ou la fausseté des propositions théoriques. Reste à déterminer la nature et le statut de ces facteurs empiriques ainsi que leur rôle dans la procédure de « mise à l’épreuve » des théories. C’est un problème classique de l’épistémologie et, plus particulièrement, de la science linguistique contemporaine.

  • 11 E. Cassirer, 1972, p. 15.

14Il est aujourd’hui acquis, et il semble difficile de l’ignorer, que les rapports de la théorie à l’expérience relèvent d’autres modalités que celle du « reflet », modalité suivant laquelle les représentations théoriques miment plus ou moins fidèlement un matériau empirique s’offrant d’emblée à l’observation et en référence auquel elles sont évaluées. Avec les progrès de la pensée, « [...] la théorie naïve qui faisait de la connaissance un pur reflet se voit privée de ses fondements : les concepts fondamentaux de chaque science, outils au moyen desquels elle pose ses questions et formule ses réponses, n’apparaissent plus du tout comme les reflets passifs d’un être donné par ailleurs, mais comme des symboles intellectuels créés de manière autonome11. »

15Le théorique et l’empirique n’entretiennent donc pas le même rapport qu’une copie et un original. Car la réalité empirique n’est pas une donnée de référence directement accessible : indépendante, constituée dans son objectivité et manifestant des caractéristiques d’objet ou de comportement univoques auxquelles les systèmes théoriques doivent s’ajuster. Doit-on rappeler à ce titre que la conception d’une instance de légitimation se situant à la croisée de deux univers distincts (la raison et la réalité empirique), et contrôlant par un test de superposition la conformité des représentations théoriques aux données brutes d’observation, soulève des difficultés insurmontables.

  • 12 G. Frege, 1971, p. 172.
  • 13 A. Philonenko, 1989, p. 39.
  • 14 G. Deleuze, 1963, p. 22.

16C’est que, de toute évidence, « Le recouvrement d’une chose par une représentation ne serait possible que si la chose était, elle aussi, une représentation12. » Or, comme l’a observé Kant, il y a « entre le “Dasein” et le concept un fossé que rien ne saurait combler13. » la pensée logique et la réalité effective procèdent de nécessités distinctes et mutuellement extérieures. Ce qui revient à dire que les faits ne « parlent » pas la langue de la raison : la matière empirique reste « muette » vis-à-vis de tout système théorique. Le principe d’une compatibilité entre, d’un côté, un matériau d’expérience et, de l’autre, des formes de la pensée, semble donc difficilement défendable autrement que par le recours à un appareil doctrinal, comme dans le rationalisme dogmatique où « [le principe] d’un accord entre l’ordre des idées et l’ordre des choses [a] deux aspects : il impliqu[e] en lui-même une finalité ; et il exig[e] un principe théologique comme source et garantie de cette harmonie, de cette finalité14. »

  • 15 A. Philonenko, 1989, p. 79.

17La distance qui sépare l’abstraction théorique du monde empirique sera franchie en mettant en œuvre des catégories pratiques : des concepts opératoires subsumant et administrant une diversité phénoménale pour produire des faits qualifiés, i.e. pour produire un concret rationnellement investi. Ces catégories déterminent des dispositifs expérimentaux et, dans cette perspective du rationalisme empirique, l’expérience sera alors définie comme « La connaissance sensible, soutenue par l’usage logique de l’entendement [...] : « la connaissance réfléchie qui naît de plusieurs apparences confrontées par l’entendement, s’appelle expérience15 » (Kant) ».

  • 16 Encyclœpédia Universalis, p. 723, art. « Sciences ».
  • 17 R. Bouveresse, 1978, p. 95.

18Il est donc avéré que l’observation n’appréhende jamais une matière brute : les comptes rendus d’observation ne sont jamais l’expression conforme des propriétés d’un objet supposé constitué de façon autonome, ils procèdent toujours de médiations objectivantes, de moments de conceptualisation qui administrent et informent la diversité empirique et élaborent ainsi un authentique objet de connaissance. En d’autres termes, on pourra dire que par le seul fait d’être énoncée, toute observation introduit un système de qualifications. Comme le formule J. Ladrière, « un résultat d’expérience ne consiste [donc] nullement en “données” observationnelles pures, il est toujours déjà une interprétation du “donné”16. » En effet, comme on a vu, les protocoles d’expérience sur lesquels repose le savoir empirique sont réglés suivant des formes conceptuelles qui déterminent dans leur qualité d’objet de connaissance les données auxquelles elles s’appliquent. Aussi, « la « réalité extérieure » ne peut être distinguée de ce qu’on sait d’elle17 ».

  • 18 I. Stengers, 1995, p. 92.
  • 19 É. Benveniste, 1966, p. 119.
  • 20 L. Hjelmslev, 1985, p. 72.
  • 21 F. de Saussure, 1985, p. 23.

19En bref, « de Popper à Feyerabend, de Lakatos à Kuhn, l’ensemble des auteurs [...] sont d’accord sur un seul point : [...] aucun “fait” intervenant dans un raisonnement scientifique n’est “constatable” de manière neutre et aucun raisonnement scientifique ne se réduit à une opération logiquement admissible sur les “faits” ; tous comportent une part d’élaboration dans l’abstrait”18. » Cette thèse, qui constitue un acquis de l’épistémologie moderne, est partagée par de nombreux linguistes. Ainsi, parmi les plus illustres, Benveniste souligne que « [la description exige] au préalable l’établissement de procédures et de critères adéquats, et qu’en somme la réalité de l’objet [n’est] pas séparable de la méthode propre à le définir19. » De même, Hjelmslev : « Aussi longtemps qu’on n’a pas appliqué la méthode, il n’existe pas de faits dits évidents (ceux que certains philosophes du langage aiment prendre pour point de départ, en faisant appel au réalisme naïf, qui, on le sait, ne résiste à aucun examen scientifique)20 », ou encore Saussure : « Bien loin que l’objet précède le point de vue, on dirait que c’est le point de vue qui crée l’objet21 ». Il serait aisé, sur ce thème, de multiplier les citations, toujours très explicites.

20Le scientifique ne peut donc puiser « directement » dans les faits, par une observation spontanée, ces caractéristiques d’objet ou de comportement supposées constitutives de la réalité à l’aune desquelles pourraient être jaugées ses propres théories. Soulignons qu’il ne s’agit pas ici de vagues considérations, disons de « culture générale », sans incidence sur les élaborations théoriques et les pratiques descriptives. Tout au contraire, ce rapport d’intrication entre théorie et expérience doit impérativement être pris en considération dans la définition d’une architecture théorique et d’une méthodologie descriptive conséquentes, de manière à prémunir celles-ci des apories de circularité que cette conjoncture induit directement. Pour expliciter les modes de légitimation du savoir linguistique, il ne suffit donc pas d’annoncer quelque critère évident de conformité entre analyses et faits, quelque critère satisfaisant l’intuition et soutenant une pratique simpliste. Il est impérieusement nécessaire d’identifier avec minutie les interactions entre le théorique et l’empirique ainsi que les modalités suivant lesquelles ces deux ordres s’investissent mutuellement au sein d’une complexion unitaire où une procédure d’évaluation est logiquement possible et effectivement applicable. Pour ce faire, nous examinerons par quelles dispositions architecturales les théories scientifiques remédient au problème de l’autosatisfiabilité. Mais auparavant il faudra avancer une caractérisation plus élaborée des notions fondamentales mises en jeu et, pour commencer, revenir sur ce que l’on doit entendre par réalité empirique et instance de légitimation.

4.2 – L’aporie de la circularité

21En clé de voûte des productions de la pensée, se trouve donc, rappelons-le, un principe fondamental de consistance : principe conditionnant toute intelligibilité et auquel il paraît inconcevable d’échapper. C’est en référence à cet impératif de consistance qu’il conviendra de reprendre la notion de réalité empirique.

22On sait que la condition générale de consistance s’accomplit dans des instances de légitimation particulières qui prononcent les verdicts de validité ou de fausseté en appliquant des procédures d’évaluation. Il s’ensuit que les différentes figures que prend la « réalité empirique » doivent être conçues comme autant d’instances particulières de légitimation. Le raisonnement qui établit cette équivalence est des plus directs : puisque connaître quelque chose c’est en produire une caractérisation conceptuelle consistante (par rapport à cette chose), la condition de consistance est donc appariée à la chose en question ; ce qui se réalise par une instance de légitimation particulière, soit encore par une procédure d’évaluation particulière. Plus généralement, comme l’instance de légitimation est une méthode de confrontation qui produit des jugements de validité et que la réalité est ce à quoi se confronte la faculté de connaître et à quoi sont confrontées les constructions théoriques, l’instance de légitimation et la réalité empirique apparaissent bien comme des termes synonymes.

23L’instance de légitimation (dans sa réalisation comme procédure d’évaluation) ne figure donc pas comme un tiers terme opérant une mystérieuse jointure entre l’empirique et le théorique ; elle constitue, en tant que telle, une réalité empirique particulière. Autrement dit, la réalité empirique n’a d’autre existence objective que d’être une instance de légitimation, c’est-à-dire une certaine actualisation de la condition supérieure de consistance.

24Mais en posant l’équivalence de deux des termes du schéma initial (à savoir R et ℱ, voir infra) qui, dans une approche naïve, en compte trois, à savoir : la « réalité » empirique externe R, la procédure d’évaluation et la construction théorique T, c’est aussi le troisième terme T que l’on est amené à fusionner aux deux autres (R et

25pour produire alors un schéma unitaire – et évidemment problématique. Car si le réalisme naïf achoppe sur le principe d’une compatibilité entre les ordres du réel et du conceptuel, la conception de la réalité comme instance de légitimation se heurte à une difficulté inverse qui découle du recouvrement trop serré de ces deux ordres.

26En effet, l’instance de légitimation, qui vaut comme réalité empirique, est nécessairement investie des spécifications organisationnelles du cadre théorique dont elle a pour fonction d’estimer la validité : si les grandeurs de « référence » et les paramètres de la théorie relevaient de systèmes de qualification distincts, si les facteurs empiriques n’étaient pas compatibles et comparables avec leurs représentations théoriques, alors le cadre théorique resterait extérieur à toute factualité empirique, et, partant, aucune évaluation n’en serait possible. Autrement dit, pour que les « observables » puissent être confrontés aux propositions de la théorie, et réciproquement, ils doivent se conformer aux modes d’organisation et de qualification de la théorie. La notion d’instance de légitimation s’avère alors inconsistante.

27Car, on l’a vu, pour assurer l’applicabilité de la méthode d’évaluation, l’instance de légitimation doit être réglée suivant les formes du système théorique sur lequel elle a à prononcer un jugement. Évidemment, c’est l’amorce d’un cercle vicieux : comme l’instance de légitimation apparie la réalité empirique et les spécifications théoriques, elle objective l’empirique, i.e. lui confère un caractère confrontatif, conformément au schéma théorique qu’elle recèle. Aussi, la notion d’instance de légitimation se découvre inconsistante – puisque, ne jugeant jamais que ce qu’elle produit, elle ne saurait émettre un verdict négatif. Comme les épreuves expérimentales sont gouvernées par les concepts de la théorie, elles ne peuvent que la corroborer.

28Cette difficulté peut être présentée à l’aide d’une écriture symbolique simple qui sera utile pour introduire le principe de sa solution. Soit R un ensemble de faits empiriques (la « réalité ») considérés dans un premier temps comme des données absolues. Soit T une théorie censée rendre compte de R, et soit une procédure évaluant l’adéquation de T à R.ℱ est donc quelque chose comme une fonction à deux arguments, et ℱ(R, T), l’application de à R et T, a pour valeur le vrai ou le faux.

29Mais on sait que R n’a de contenu objectif qu’à travers la fonction qui lui équivaut : ℱ objective l’intuition d’un R particulier qui la caractérise et qui peut donc être considéré comme un paramètre intrinsèque, indétachable de ℱ – ce que l’on notera ℱR. Par ailleurs, on a vu que l’application de la procédure à T présuppose la conformité des systèmes de qualification d’objet propres à et T. Aussi, à l’instar de R, T spécifie ℱ – qui peut alors s’écrire ℱT.

30La procédure ℱ(R, T) est donc intrinsèquement corrélée à R et T – ce que l’on notera ℱR. T (R, T). Il s’ensuit que R et T ne sont pas des arguments libres de et la procédure d’évaluation constitue une fonction sans argument, soit : ℱR. T(). L’instance de légitimation opère donc comme un fonction constante : elle ne peut prononcer qu’un seul verdict.

4.3 – Principe d’une solution

31Pour échapper à ce bouclage, et avancer vers une caractérisation effective et consistante de l’instance de légitimation, la solution consiste, on le sait (et on l’examinera en détail dans la suite à travers une lecture de l’épistémologie popérienne), à doubler (au moins) les couples de paramètres R et T de manière à effectuer des confrontations croisées, c’est-à-dire non pas des confrontations entre éléments (nécessairement conformes) d’un même couple R et T, mais des confrontations au carrefour de couples (Ri, Ti. Voyons plus précisément le principe de cette nouvelle complexion méthodologique.

32Supposons que l’on dispose d’une classe de phénomènes empiriques φ susceptibles d’être l’objet de (au moins) deux approches descriptives indépendantes à un certain niveau (nous discuterons ce point délicat plus avant) mais conjointes dans un cadre plus global ; autrement dit, supposons que l’on dispose d’une classe de phénomènes empiriques φ susceptibles d’être abordés sous deux angles : d’être saisis par deux systèmes de qualification T1 et T2 autonomes à un niveau donné, mais qui se conjuguent dans un système théorique unitaire T. Du point de vue de T1, φ correspond alors à un certain R1, et du point de vue de T2, à un certain R2.

33La fonction d’évaluation qui implique conjointement les théories T1 et T2 de φ (T1 et T2 étant corrélés à R1 et R2) est, on a vu, une fonction sans argument qui peut s’écrire ℱR1. R2. T1. T2 (). Mais dans cette fonction il est maintenant possible de fixer un couple, par exemple (R1, T1) comme base d’évaluation, c’est-à-dire comme détermination empirique de référence. Cela s’exprime en réécrivant la fonction précédente sous la forme suivante : ℱR1. T1 (R2, T2). Dans cette nouvelle formule, la théorie T2 et son pendant empirique objectivé R2 constituent alors des arguments libres de la fonction ℱR1. T1. Ainsi ℱR1. T1 peut effectivement mettre à l’épreuve les descriptions produites par la théorie T2 (plus précisément : mettre à l’épreuve le couple (R2, T2)) en les examinant sur la base des données d’observation posées en référence, à savoir suivant le mode d’organisation du réel empirique R1 régi par T1.

  • 22 J.-C. Milner, 1989b, p. 127.

34Cette solution au problème du bouclage entre concepts théoriques et données empiriques, est présentée par J.-C. Milner dans les termes suivants : « Pour [qu’une instance de réfutation (remarque : cas particulier de la légitimation)] soit possible, il convient que l’outillage expérimental [à savoir, en reprenant les formulations précédemment introduites, un protocole de manipulation réglé suivant les qualifications de T1] jouisse d’une indépendance logique à l’égard des propositions soumises aux tests [à savoir les propositions de T2]. Cette indépendance serait évidemment assurée s’il existait des observations brutes, qui ne supposent aucune théorie. [...] Admettons cependant, comme semblent l’avoir établi l’épistémologie et plus encore l’histoire des sciences, qu’il n’y a pas d’observation brute, c’est-à-dire pas d’observation qui ne se fonde elle-même sur une théorie, il suffit [alors] d’une indépendance au second degré : il faut seulement que les propositions de la théorie qui fondent l’expérimentation [à savoir T1] soient indépendantes de la proposition qu’il s’agit de tester [à savoir T2]22. »

35Examinons maintenant les problèmes que soulève la condition d’indépendance des prismes théoriques T1 et T2 appliqués aux phénomènes φ.

36Pour garantir la consistance des pratiques expérimentales, deux schémas d’organisation d’objet indépendants portant sur un même matériau empirique sont donc nécessaires. Mais ce n’est pas tout. Comme on a vu, il faut aussi que ces deux schémas se conjuguent dans un cadre théorique global T. Autrement, les déterminations apportées par, mettons, T2, ne rencontreraient jamais celles fournies par T1, et un « suivi » des phénomènes qualifiées par T2 à partir du poste d’observation élaboré sur T1 serait évidemment impossible.

  • 23 G.-G. Granger, 1992, p. 264.
  • 24 Balzer, in G.-G. Granger, 1992, p. 264.
  • 25 G.-G. Granger, 1992, p. 265.

37Si, à la suite de J.D. Sneed, on définit comme « théorique » un terme tel que « dans toute procédure de détermination effectuée dans une application visée quelconque, la théorie est en tout ou partie supposée valide23 », alors, comme les concepts de T1 et T2 sont intégrés dans T, du point de vue de T tous les termes des systèmes de qualification de T1 et T2 sont « théoriques », et, en conséquence, comme le souligne W. Balzer, la théorie T se révèle non réfutable : « car si T est présupposée dans toute détermination de ƒi [terme théorique], comment pouvons-nous tester T (dans l’hypothèse que c’est seulement possible sur la base de quelques valeurs concrètement déterminées des fonctions de T, parmi lesquelles ƒi)24 ? ». La connexion nécessaire des théories T1 et T2 dans un cadre T global semble alors faire ressurgir le problème de la circularité des vérifications. Mais, comme le développe G.-G. Granger, la notion de « terme théorique » mérite d’être affinée. En effet, il a été observé que « [...] la qualification de “théorique” au sens large semble devoir s’étendre à presque tous les concepts d’une théorie scientifique. Tous sont introduits en effet dans un certain système symbolique de représentation de l’expérience, et leur ensemble forme une totalité plus ou moins intégrée25. » Aussi, la notion de « terme théorique » qui, par exemple, dans la théorie (globale T) de la mécanique classique alloue un même statut aux paramètres cinématiques d’espace-temps (cadre T1) et à ceux, dynamiques, de force et de masse (cadre T2), parce qu’ils participent d’un système d’équations unitaire, s’avère par trop généralisante. Certes, tous les concepts d’une théorie (globale) entretiennent des rapports de dépendance, mais à des degrés divers qu’il convient de distinguer clairement. Ainsi, on pourra, comme le suggère B. Victorri, envisager le système global comme une superposition de couches théoriques. Par exemple, dans le cas de la mécanique classique, la couche dynamique « reposera » sur la couche cinématique, intégrant ainsi dans son cadre de détermination les modes de qualification géométrique sur lesquelles elle prend appui.

  • 26 Ibid., p. 265.

38Dans cette perspective, plus précisément, G.-G. Granger propose d’introduire des « degrés de théoricité26 » qu’il illustre, entre autres, avec l’exemple du système cosmologique de Ptolémée. On sait que dans le système de Ptolémée, la terre est placée au centre du monde et le mouvement de chaque planète est décrit par la rotation uniforme d’un point qui parcourt un cercle, nommé épicycle, – cercle dont le centre est lui-même en rotation uniforme (le cercle tracé est nommé déférent) autour de la terre (voir fig. 1).

  • 27 Ibid., p. 267-268.

39Dans ce système théorique, il est alors possible de distinguer : « 1. Des concepts purement non théoriques, relativement à la théorie en cause : la terre comme centre immobile ; la planète et ses positions angulaires observées. Bien entendu, ces observations peuvent bien dépendre de certaines connaissances théoriques (par exemple d’applications de la trigonométrie) mais extrinsèques pour la théorie considérée. 2. Des concepts auxiliaires “théoriques purs” : la géométrie et l’arithmétique sur les cercles [...] qui ne dépendent en rien des “phénomènes” et relèvent des mathématiques [...]. 3. Des concepts théoriques propres : l’épicycle comme trajectoire du point représentatif de la planète, le déférent comme trajectoire du centre de l’épicycle27 ».

  • 28 Ibid., p. 264.

40Dans la hiérarchie des degrés de « théoricité » introduite par Granger, les concepts « non théoriques » le sont, ce point est capital, « relativement à la théorie en cause ». Ainsi, la caractérisation d’une planète comme point d’une géométrie d’espace-temps, bien qu’elle participe du système cosmologique global, n’entre pas directement dans les fins descriptives que se fixe la théorie de Ptolémée, à savoir : rendre compte des trajectoires des différentes planètes. De cette façon, la détermination d’une planète par sa position dans une géométrie d’espace relève d’un cadre théorique (T1, si l’on reprend les formulations introduites précédemment) indépendant « relativement à la théorie en cause » et qui constitue, de ce fait, une base d’observation et d’évaluation consistante de la théorie (T2) qui décrit les trajectoires comme composition de mouvements uniformes suivant des épicycles et des déférents. De la même façon, dans la mécanique classique le système de l’espace-temps, qui entre dans la composition globale de cette théorie, apporte des qualifications « indépendantes » de celles fournies par les concepts de la théorie dynamique : « les fonctions de masse et de force dans la mécanique classique des particules sont théoriques, alors que les fonctions de position et de temps sont déterminables indépendamment de la théorie28. »

41En résumé, la validité d’un prisme théorique s’établit donc dans l’adéquation de ses analyses avec d’autres prismes qui appréhendent de façon conjuguée une même matière d’expérience sous des angles différents. Autrement dit, c’est par un jeu de recoupements théoriques que se construit l’objectivité – entendue ici comme instance de légitimation. La sortie du cercle vicieux qui fait se recouvrir nécessairement analyses et données, s’effectue donc par une confrontation de couplages « empirique » et « théorique ». Nous reviendrons de façon plus détaillée et plus technique sur les formes théoriques organisant une telle complexion de couples (Ri, Ti). Notons seulement pour clore ce paragraphe que la présente conception présuppose le syncrétisme des couplages – syncrétisme nécessairement inaccessible à l’observation et à la théorie puisqu’il est le principe de leur possibilité, et qu’il faudra bien considérer comme le point aveugle de toute méthodologie.

42Mais l’instance de légitimation constitue plus qu’une simple procédure à visée évaluative, elle apparaît fondamentalement comme une correspondance régissant l’élaboration de régions d’objectivité entrecroisées. Établissant à tour de rôle les différentes composantes empiriques d’une certaine classe de phénomènes dans la position de grille de référence, en d’autres termes, considérant tour à tour les différents aspects (investis de leurs formes théoriques) d’une certaine classe de phénomènes comme des systèmes de repérage absolus, elle gouverne sur cette base tournante l’évaluation des descriptions apportées par les systèmes théoriques visant la qualification des aspects complémentaires (à celui qui, à un moment donné, est posé en référence) – ce qui revient à dire, en toute généralité, qu’elle gouverne à partir de différentes « bases » empiriques de référence la production d’objectivités dans les régions empiriques conjuguées à ces bases. La fonction principale de l’instance de légitimation est donc d’administrer un équilibre d’objectivités entre des régions de phénomènes entrecroisées. Plus qu’une stricte instance de confrontation, elle est une instance d’objectivation, de formation d’objet, par établissement d’une concordance entre les systèmes théoriques qui informent les différentes régions d’expérience combinées dans une même matière empirique.

43C’est cette conception plus générale de l’instance de légitimation que l’on reprendra par la suite lorsqu’il sera question de la légitimité en linguistique. On montrera en effet que la complexion des phénomènes langagiers ne satisfait pas aux conditions de mise en œuvre d’une procédure d’évaluation des propositions théoriques, et qu’une conception « élargie » (ou « affaiblie ») de l’instance de légitimation est donc nécessaire. Mais, pour établir ce point, il faudra auparavant caractériser en détail l’architecture des théories régies par un principe de consistance externe, i.e. par un principe de légitimation empirique, et, corrélativement, spécifier la portée exacte de la fonction de légitimation lorsqu’elle implique la dimension de l’empirique. Pour ce faire on se référera largement à l’ouvrage de K. Popper La logique de la découverte scientifique. Plus précisément encore, et rejoignant ainsi au terme d’un parcours argumentatif parallèle les points de vue introduits précédemment, on examinera par quelles dispositions architecturales les théories consistantes intègrent la dimension d’un empirique de référence (d’une région phénoménale constituée suivant un ordre indépendant de la théorie) sur la base duquel tester leurs analyses, et, corrélativement, on spécifiera le type de jugement que l’instance de légitimation peut prononcer. On montrera par la suite que le schéma architectural poppérien n’est pas approprié aux phénomènes linguistiques et qu’une conception strictement « confrontative » de la légitimité en linguistique est de ce fait contestable.

5 – La charpente logique des sciences empiriques

  • 29 K. R. Popper, 1978, p. 29.
  • 30 Ibid., p. 24.

445.1 – Les sciences empiriques rencontrent la réalité dans l’expérience : la légitimité des appareils théoriques s’affirme au regard de résultats d’expérimentation, et les constats d’observations sont les seuls garants de la pertinence des caractérisations du monde empirique. La réalité empirique, en tant qu’elle relève d’une saisie conceptuelle, s’identifie donc à un fonction de contrôle portant sur les systèmes de qualification d’une classe donnée de phénomènes. C’est dans les « exigences de la pratique, surgies d’expérimentations purement scientifiques ou d’applications techniques concrètes29. » que résident les conditions nécessaires de rigueur auxquelles se soumettent les productions de la pensée et qui permettent « de décider de la vérité ou de la fausseté30 » des élaborations théoriques.

  • 31 Ibid., p. 26.

45L’incorporation de la dimension empirique aux formes internes (logiques) des dispositifs théoriques va s’opérer sous le mode d’une double spécialisation. D’un côté, la réalité, conçue comme instance de légitimation mobilisant l’expérience, va déterminer des architectures théoriques conformes à son principe, c’est-à-dire des architectures articulant la méthode de contrôle par expérimentation, de l’autre côté, les dispositifs théoriques, dont la rationalité interne procède de purs schémas déductifs, vont spécialiser la portée de la procédure d’évaluation. Des contraintes d’assimilation entre la réalité empirique et les schémas d’organisation théorique découlent alors les caractéristiques générales d’architecture des systèmes régissant « [une] méthode déductive de contrôle31 ».

  • 32 Ibid., p. 24.
  • 33 Ibid., p. 25.
  • 34 Ibid., p. 37.

465.2 – Du premier côté, celui de la réalité expérimentale, la validité des observations et des résultats d’expérimentation est bornée au moment et au lieu particulier de leur constat : « Il est clair [...] que l’exposé d’une expérience [...] n’est d’abord qu’un énoncé singulier, et non universel32. » Aussi, toute inférence inductive étant exclue du fait des difficultés « insurmontables33 » que pose ce mode de raisonnement, les enchaînements logiques s’amorçant sur les données toujours singulières de l’expérience ne pourront jamais aboutir à des énoncés universels. En d’autres termes, le critère d’évaluation empirique ne permet pas de valider des propositions à portée universelle : « Les théories ne sont [...] jamais vérifiables empiriquement34. »

  • 35 Ibid., p. 58.
  • 36 Ibid., p. 38.

47Tout à l’inverse, seule la fausseté des systèmes théoriques est effectivement démontrable, et la procédure de légitimation empirique apparaît donc essentiellement dissymétrique : la justesse et la fausseté d’une théorie ne sont pas des pôles symétriques et également accessibles. En effet, la connexion déductive qui peut être établie entre des prémisses relatant des constats d’expérience, c’est-à-dire des « énoncés singuliers se rapportant à l’événement particulier en question35 », et des énoncés d’une niveau d’universalité supérieur est le modus tollens, à savoir une implication prouvant la fausseté d’une hypothèse (universelle) à partir de la négation assertée d’une de ses conclusions (particulières) : « Cette manière de prouver la fausseté d’énoncés universels constitue la seule espèce d’inférence strictement déductive qui procède, pour ainsi dire, dans la « direction inductive », c’est-à-dire qui va des énoncés singuliers aux énoncés universels36. » L’application de la règle du modus tollens, qui débute, lorsqu’elle est possible, sur les données initiales de l’expérience, débouche donc sur la falsification d’un système d’hypothèses théoriques.

  • 37 Ibid., p. 37.

48La réalité empirique, dans son incorporation à la pensée logique, se manifeste donc comme une instance d’évaluation à portée négative. La réalité empirique n’est autre qu’une modalité de réfutation des montages théoriques et, partant, une théorie embrassant cette réalité « doit pouvoir être réfutée par l’expérience37. »

  • 38 Ibid., p. 29.
  • 39 Ibid., p. 40.
  • 40 Ibid., p. 40.

495.3 – L’intégration, sous la forme d’énoncés singuliers, des certitudes d’expérience dans la charpente logique des théories scientifiques confère donc une portée « négative » à la méthode de « mise à l’épreuve38 ». Inversement, il faudra examiner quelle complexion interne doit vérifier un système théorique pour assurer l’applicabilité de la procédure de falsification. Autrement dit, on s’interrogera sur la forme et l’organisation des énoncés qui rendent compte d’un matériau d’observation pour qu’ils puissent servir de « prémisses dans les inférences falsifiantes39 ». De tels énoncés portent le nom d’« énoncés de base » : « Ce que j’appelle « énoncé de base » [...] est un énoncé qui peut servir de prémisse dans une falsification empirique ; en bref, c’est l’énoncé d’un fait singulier40. »

  • 41 Ibid., p. 92-111 et p. 39.
  • 42 Ibid., p. 40.
  • 43 Ibid., p. 92.

50Le problème ici soulevé est intitulé par Popper « problème de la « base empirique »41 ». C’est le problème du « caractère empirique des énoncés singuliers et [de] la manière de les soumettre à des tests42 ». Problème absolument central puisque « la question de la falsifiabilité des théories [se ramène] à celle de la falsifiabilité de ces énoncés singuliers auxquels j’ai donné le nom d’énoncés de base. Mais quelle espèce d’énoncés singuliers ces énoncés de base constituent-ils ? Comment peuvent-ils être falsifiés ?43 ».

  • 44 Ibid., p. 40.
  • 45 Ibid., p. 80.

51Le problème de la base empirique comporte au moins trois facettes. La première concerne la nature logique des énoncés singuliers qui rapportent des constats d’observation et qui entrent dans les raisonnements falsificateurs. La seconde a trait à l’irréductible différence de nature (évoquée plus haut) entre les données de l’expérience « concrète » et les énoncés y référant suivant les formes d’un système théorique particulier : pour amorcer une déduction falsifiante, un énoncé de base doit être reconnu comme faux, donc doit être soumis au jugement d’un instance empirique, or, tout le problème est que « on a senti [...] à juste titre, que des énoncés ne peuvent être logiquement justifiés [et réfutés] que par des énoncés44. » La troisième facette est relative à l’organisation interne d’une théorie empirique, i.e. d’un système susceptible d’être soumis aux épreuves falsifiantes, autrement dit : d’un « système réfutable45 ». Nous verrons que ces trois facettes, qui vont être examinées tour à tour, se recoupent largement.

525.3.1 – La nature logique des énoncés de base se déduit à l’examen des inférences falsifiantes. Comme on a vu, celles-ci suivent la règle du modus tollens : soit L une loi universelle, I des conditions initiales d’expérience, C les conclusions logiques de l’application de L à I. Supposons que la manipulation expérimentale reproduisant les conditions I établit (suivant des modalités à discuter) la fausseté de C. Cela veut dire que, dans le contexte théorique choisi, l’énoncé ~C est asserté. La configuration symbolique qui relate cette situation est la suivante : [(L[I] => C) & -C]. Le schéma déductif du modus tollens permet alors d’asserter -L[I], en d’autres termes, permet de falsifier le dispositif théorique.

53Or ce mode de raisonnement postule la réalisation conjointe de C et -C : le schéma inférentiel du modus tollens ne peut, en effet, être opérant que si les énoncés en contradiction coexistent à un même niveau d’organisation et de fonctionnement logiques. La réfutation de L[I] nécessite donc les assertions simultanées de C et -C. Le mode de légitimation négative qu’est la procédure de réfutation suppose donc un cadre de concepts et d’opérations où les énoncés mutuellement incompatibles sont acceptés sur un même plan.

  • 46 Ibid., p. 36.
  • 47 Ibid., p. 83.
  • 48 Ibid., p. 84.
  • 49 Ibid., p. 84.

54Cela signifie d’abord qu’une théorie empirique doit être synthétique, « de manière à pouvoir représenter un monde possible, non contradictoire46 » : C et -C sont tous deux des énoncés synthétiques, c’est-à-dire des énoncés logiquement possibles. Ils ne sont intrinsèquement ni vrais ni faux, ou, dans les termes de l’empiricité qu’ils modélisent, ni nécessaires ni impossibles. Ce n’est qu’en regard de conditions particulières d’expérimentation qu’ils s’investissent d’une valeur de vérité. « Le système des énoncés de base doit [...] inclure tous les énoncés singuliers non contradictoires ayant une forme logique déterminée ; tous les énoncés factuels singuliers concevables en quelque sorte. Le système groupant tous les énoncés de base contiendra donc beaucoup d’énoncés incompatibles47. » Plus précisément, l’espace des énoncés de base est l’espace d’un possible empirique dans le cadre duquel les analyses théoriques vont être confrontées aux constats d’expérimentations. Le système théorique divise l’espace des énoncés de base en deux sous-classes mutuellement exclusives regroupant respectivement les énoncés acceptés et les énoncés rejetés par la théorie, c’est-à-dire « [d’une part] la classe de tous les énoncés de base avec lesquels elle est en contradiction (ou qu’elle exclut ou défend) et que nous appelons la classe des falsificateurs virtuels de la théorie, et [d’autre part] celle des énoncés de base avec lesquels elle n’est pas en contradiction (ou qu’elle « permet »)48. » Une théorie est donc falsifiable si « la classe de ses falsificateurs virtuels n’est pas vide49. » L’observation d’événements empiriques relatés par des énoncés de base falsificateurs déclenche alors la procédure logique de réfutation.

  • 50 Ibid., p. 91.

55Si l’on revient un instant sur la notion primitive de consistance (voir 2), on voit bien comment les notions de consistance interne et externe se recouvrent. Dans les deux cas, l’impératif de consistance s’actualise sous la forme d’une séparation entre énoncés admis et énoncés exclus. Dans les deux cas, le non-respect du critère de consistance engendre obscurité et confusion : il n’y a plus moyen de distinguer les différents énoncés. « Les deux conditions [de cohérence interne et de falsifiabilité] sont dans une large mesure analogues. Les systèmes ne satisfaisant pas à la condition de cohérence sont incapables de différencier deux énoncés pris dans l’ensemble des énoncés possibles. Les systèmes ne satisfaisant pas à la condition de falsifiabilité sont incapables de différencier deux énoncés quelconques pris dans l’ensemble des énoncés de base empiriques possibles50. » Ce qui caractérise alors le mode de consistance que gouverne la légitimité empirique, c’est la prééminence accordée aux énoncés rejetés. Alors que dans le cadre théorique, considéré comme construction formelle autonome, les deux types d’énoncés entretiennent un rapport de symétrie, ce n’est plus le cas lorsqu’ils sont envisagés suivant le prisme de la légalité expérimentale. Seuls les énoncés contradictoires sont susceptibles d’induire des inférences au terme desquelles un jugement définitif sur la théorie peut être logiquement prononcé.

  • 51 Ibid., p. 100-101.
  • 52 Ibid., p. 101.

56Pour ce qui concerne la forme logique des énoncés de base, elle se dérive assez directement de leurs finalités représentatives et fonctionnelles. Rappelons que les énoncés de base, d’une part, relatent des constats d’expérimentation et, dès lors, directement corrélés à des faits d’expérience, ils présentent par nature un caractère singulier qui les démarque des lois universelles. D’autre part, ils constituent les prémisses d’inférences falsifiantes. D’où les deux conditions auxquelles doivent satisfaire les énoncés de base : « a) D’un énoncé universel sans conditions initiales, il n’est pas possible de déduire un énoncé de base. D’autre part, (b) un énoncé universel et un énoncé de base peuvent se contredire mutuellement51. » Il s’ensuit que les énoncés de base « doivent avoir la forme [logique] d’énoncés existentiels singuliers52. »

575.3.2 – Il faut maintenant éclaircir le lien qui existe entre les énoncés de base qui relatent, dans un cadre conceptuel donné, certains événements observés et ces événements en tant que données empiriques factuelles.

  • 53 Ibid., p. 102.
  • 54 Ibid., p. 103.

58Suivant Popper, en plus des exigences formelles mentionnées ci-dessus, un énoncé de base doit « satisfaire à une exigence matérielle, à savoir une exigence relative à l’événement qui, comme l’énoncé de base nous le dit, a lieu à l’endroit k : Cet événement doit être “observable", c’est-à-dire [qu’il doit pouvoir être soumis] à des tests intersubjectifs faisant intervenir l’« observation ». Puisqu’il s’agit d’énoncés singuliers, cette exigence ne peut évidemment se rapporter qu’à des observateurs placés dans l’espace et le temps de manière appropriée53. » Plus succinctement, « Les énoncés de base sont [...] des énoncés affirmant qu’un événement observable a lieu dans une région particulière déterminée de l’espace et du temps54. » Ces deux citations introduisent trois notions qui caractérisent les énoncés de base et qui demandent à être précisées dans leur contenu ainsi que dans leur rapport fonctionnel à la théorie testée. Ces trois notions, qui s’enchaînent naturellement, sont : l’intersubjectivité, l’observabilité et l’espace-temps.

  • 55 K. R. Popper, 1985, p. 62.
  • 56 K. R. Popper, 1978, p. 104.
  • 57 Ibid., p. 105.

59Les énoncés de base constituent donc les énoncés « les plus facilement testables intersubjectivement55 », ce qui signifie que ce sont des propositions dont différents observateurs s’accordent à reconnaître qu’elles décrivent de façon appropriée certains phénomènes auxquels ils prêtent attention. En d’autres termes, la notion d’intersubjectivité désigne avant tout le fait d’un consensus ou d’une convention concernant la qualification de certaines données d’expérience. Cela est très clairement exprimé par Popper : les énoncés de base sont « des énoncés sur l’acceptation ou le rejet desquels les divers chercheurs peuvent s’entendre56. » ou encore « [Inacceptation des énoncés de base résulte d’une décision ou d’un accord et à cet égard ces énoncés sont des conventions57. » Aussi, c’est le principe de l’intersubjectivité des déterminations apportées aux phénomènes empiriques qui fonde la validité de leur conversion en termes intellectifs.

60Mais l’intersubjectivité qui préside au rapport de correspondance entre les énoncés de base et les factualités empiriques suppose que ces dernières suivent des modes d’organisation intersubjectifs. En effet, pour qu’un consensus soit possible sur des faits, pour que des faits puissent être effectivement « observables » et « constatables », que ce soit, par exemple, des faits de mouvement, de couleur ou de température, il est nécessaire que le matériau empirique donné à l’observation se manifeste par des grandeurs stables, reproductibles et réglées, susceptibles alors de faire l’objet d’une reconnaissance commune – ou d’un désaccord motivé. Aux fondements d’une appropriation intersubjective des phénomènes se trouvent donc à l’œuvre des modalités d’objectivation, plus ou moins explicites sans doute, mais toujours régulatrices et partagées. Ainsi, les objets en mouvement peuvent relever des formes de l’intuition sensible, les couleurs, d’une sémiotique de la perception ou, de façon plus élaborée, d’une théorie physique des ondes électromagnétiques, et la température, d’un appréhension spontanée intéroceptive ou de la thermodynamique. À chaque fois, donc, les caractères intersubjectifs de l’événement « observé » mobilisent certaines formes d’objectivation.

  • 58 Ibid., p. 102.
  • 59 A. Boyer, 1994, p. 25.
  • 60 K. R. Popper, 1978, Appendice x, p. 431.
  • 61 R. Bouveresse, 1978, p. 35.
  • 62 A. Boyer, 1994, p. 26.

61On comprend alors la place centrale accordée à l’observation dans l’espace et le temps, c’est-à-dire à la qualification suivant les formes de l’intuition externe et interne. C’est que celles-ci constituent par excellence des modes d’objectivation intersubjectifs. Mais la conception de Popper dépasse cette perspective encore par trop psychologisante : il ne saurait être question, sous peine de faire ressurgir les apories du psychologisme, de comprendre les énoncés de base comme des énoncés de perception – quand bien même cette perception serait réglée suivant les formes de l’intuition pure. Aussi, l’observation intersubjective dans l’espace et le temps doit reposer sur un ordre d’objectivité d’un niveau supérieur, et c’est à cet endroit que Popper signale expressément que le concept d’événement observable doit être utilisé « de telle façon que l’on pourrait aussi bien le remplacer par “un événement impliquant la position et le mouvement de corps physiques macroscopiques58”. » Autrement dit, comme le formule A. Boyer, « Popper, d’accord en cela avec Neurath, tient que les énoncés de base doivent être “exprimés en langage physicaliste : c’est-à-dire que nous testons nos théories [...] en dérivant à partir d’elles des énoncés décrivant le comportement d’objets physiques”59 ». Les énoncés de base sont donc des énoncés théoriques. Comment d’ailleurs pourrait-il en être autrement ? On sait que l’épistémologie a conclu définitivement sur l’impossibilité d’une observation « neutre ». À son tour Popper ne manque pas de signaler l’absence de délimitations marquées entre les observations dites brutes et les analyses théoriques : « Presque chacun de nos énoncés transcende l’expérience. Il n’y a pas de ligne de démarcation précise entre un “langage empirique” et un “langage théorique” ; nous sommes constamment en train de faire des théories même lorsque nous formulons l’énoncé singulier le plus banal60. » Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que Popper choisisse comme énoncés de base des « énoncés déjà relativement riches théoriquement comme “Un courant électrique de 15 ampères est passé”61 ». En définitive, les énoncés de base sont des propositions empiriques formulées suivant les catégories et les formes d’un certain prisme théorique mais suffisamment particulières, i.e. relatant un événement bien circonscrit dans l’espace et le temps, pour qu’elles puissent faire l’objet d’une entente commune – au moins temporaire puisque, administrées par des préceptes théoriques, leur validité est toujours sujette à caution. Autrement dit « les énoncés de base sont des hypothèses comme les autres, mais d’un niveau de généralité peu élevé62 ».

62Cette conception des énoncés de base, si elle apporte une solution au problème de la connexion entre les propositions théoriques et les constats d’expérience, requiert toutefois encore quelques éclaircissements. Car introduite sans plus de précisions, elle semble bien tomber dans le cercle de l’autocohérence : celui-ci se refermant aussitôt que l’observation qui doit falsifier une théorie est conditionnée par cette dernière – et on sait que les énoncés d’observation (i.e. de base) ont justement le statut d’énoncés théoriques. La réponse à un tel risque de circularité est des plus directes : elle consiste « simplement » à produire les énoncés de base à l’extérieur du cadre théorique à tester. Voyons plus précisément quelles en sont les modalités.

63Comme les énoncés de base servent de prémisses dans les inférences falsifiantes, il est exclu que les observations qu’ils relatent procèdent du seul système descriptif de la théorie à tester. Cette impossibilité a une double raison. D’une part, une raison interne : comme, par construction (voir supra), dans l’espace des énoncés de base qui comporte des paires d’énoncés incompatibles, la théorie prend en charge des événements qui la contredisent, il en découle que les énoncés de base sont formulés suivant des modalités indépendantes des formes de la théorie mise à l’épreuve, autrement la théorie serait autocontradictoire. D’autre part, une raison externe : on a vu que si les énoncés les plus « proches de l’expérience » sont construits suivant les seuls concepts du dispositif théorique, les constats d’observation qu’ils expriment seront nécessairement conformes à l’ordre dont ils procèdent et, partant, aucune falsification ne sera possible. Aussi, comme les énoncés de base constituent des propositions théoriques, on conclut que les formes théoriques qui les articulent sont des formes indépendantes de celles de la théorie qu’ils sont susceptibles de falsifier.

  • 63 J.-C. Milner, 1989b, p. 133.
  • 64 Ibid., p. 127.

64Il s’ensuit que les énoncés de base, qui seront intersubjectivement acceptés ou rejetés au regard des résultats d’expérimentation, figurent comme des éclairages complémentaires à l’optique de la théorie testée (ce point sera repris au chapitre II à travers les concepts de forme et de substance). Les énoncés de base, introduisent dans le dispositif théorique évalué une dimension de factualité dont la systématique procède d’un ordre constitué par ailleurs – et c’est ainsi que leur nature synthétique se trouve assurée, puisque dans cette dimension connexe, et suivant l’optique de la théorie considérée, tous les événements sont bien logiquement possibles. En conséquence, comme les énoncés de base fournissent les prémisses des inférences falsifiantes, la « réalité » des sciences empiriques, qui est une procédure de réfutation, se compose au croisement de régions d’objectivité : comme il a été indiqué précédemment, un système théorique trouve son objectivité dans ses recouvrements avec d’autres optiques théoriques : « De façon générale, la combinaison du réseau de confirmations mutuelles et de l’instance de l’observatoire [i.e. la procédure d’expérimentation] constitue ce qu’on appelle souvent la positivité des sciences de la nature63. » C’est ainsi qu’une théorie empirique échappe au cercle vicieux de l’autosatisfiabilité : la nature des énoncés de base est par construction telle qu’ils font intervenir des formes d’objectivité sécantes – formes d’objectivité relativement auxquelles des protocoles expérimentaux à visée falsifiante peuvent effectivement être élaborés. En somme, pour que la réfutation soit possible, « il convient que l’outillage expérimental jouisse d’une indépendance logique à l’égard des propositions soumises au test64. »

  • 65 Ibid., p. 164.

65Très généralement, on retiendra que l’accès aux objectivités d’une région de phénomènes empiriques suppose l’intrication de celle-ci avec au moins un autre espace de factualités, et que dans cet espace « externe » résident les éléments d’une reconnaissance réaliste (rappelons que « le réalisme doit être entendu seulement comme une doctrine de la réfutabilité65 ») de la région examinée. Autrement dit, la connaissance dans les sciences expérimentales se construit comme un équilibre entre modes d’objectivation (i.e. entre formes théoriques), et on retrouve alors ce qui a été avancé dans un paragraphe précédent (4.3) : les différents couples « Réalité » (empirique)/Théorie qui s’entrecroisent dans l’expérience sont tour à tour choisis comme base de légitimation, c’est-à-dire comme espace de formulation des énoncés de base, des couples qui leurs sont appariés et qui, tour à tour aussi, constituent les théories à tester.

665.3.3 – On peut maintenant donner une caractérisation détaillée de l’architecture d’une théorie « réfutable », c’est-à-dire d’une théorie régie par une instance de légitimation externe. Cette architecture définit la « grille de référence » sur la base de laquelle les modalités d’analyse et de légitimation de la linguistique seront par la suite évaluées.

67On a vu que la réfutabilité (i.e. le rapport à l’empirique) est fondée sur une classe particulière de propositions théoriques, intitulées « énoncés de base », qui présentent les propriétés d’être singulières, synthétiques, et de relever d’une région d’objets sécante à celle de la théorie testée. Autrement dit, les énoncés de base sont des propositions qui qualifient un certain matériau empirique soumis à une analyse théorique, suivant des formes d’objectivité recoupant celles que la théorie en question élabore. En référence à la mécanique analytique, un tel espace, qui regroupe l’ensemble des possibilités événementielles de la région d’objectivité croisant celle qui fait l’objet d’une théorisation, sera dénommé espace de phase, et il constitue la caractéristique fondamentale des théories réfutables. C’est par rapport à cette composante architecturale centrale que constituent les espaces de phase que l’on examinera les méthodologies linguistiques. Dans ce qui suit, pour simplifier l’exposé, sans pour autant nuire à sa rigueur, on limitera à deux le nombre de régions d’objectivité.

68Compte tenu de l’importance de la notion d’espace de phase, il sera utile de donner l’exemple d’une démarche théorique organisant un espace de phase et, à cette occasion, d’illustrer concrètement ce que peut être un « croisement » de régions d’objectivité.

69L’exemple le plus élémentaire que l’on puisse fournir est celui d’un système mécanique simple : mettons un pendule. Le dispositif empirique que constitue ce système est un certain corps, occupant une certaine portion d’espace-temps, dont les latitudes de mouvement sont contraintes par un montage mécanique qui lui impose une trajectoire circulaire. Par ailleurs, l’expérience nous apprend que ce système, lorsqu’il est soumis à certaines conditions expérimentales bien réglées (par exemple, interaction gravitationnelle et frottements), manifeste dans l’espace-temps des comportements réguliers. Il est donc raisonnable d’envisager une théorie « dynamique » pour rendre compte de telles régularités, et, à cette fin, il sera question d’élaborer un cadre d’objectivation dont les « catégories » (paramètres, modes de calculs, relations...) caractérisent le système pendulaire sous l’angle des régularités observées.

70On sait que les lois de la dynamique qui décrivent le comportement d’un corps soumis à des interactions sont exprimées par une égalité de torseurs : étant donné un repère d’espace galiléen g, le torseur dynamique {TgΣ} d’un ensemble matériel Σ est égal au torseur des efforts extérieurs Σ’ agissant sur Σ, soit :

  • 66 E. Cassirer, 1972, p. 16.

71Ce qu’il convient de rappeler ici, au risque d’insister, c’est que ces formules ne sont pas purement descriptives. Ce ne sont pas des équations reflétant le comportement d’entités constituées hors de tout cadre théorique, en somme fournissant l’image plus ou moins exacte d’une réalité autonome. Tout au contraire, comme y insiste E. Cassirer : « Si ces concepts [i.e. les grandeurs théoriques, ici les paramètres des équations] ont une valeur, ce n’est pas parce qu’ils reflètent fidèlement un donné préalable, mais bien en vertu de l’unité que d’eux-mêmes ces outils de connaissance produisent entre les phénomènes66. » En effet, une telle équation « opère » sur la donnée empirique, et à deux niveaux.

72D’abord, à travers le concept de masse, une diversité empirique dont les éléments portent la marque du singulier se trouve homogénéisée et identifiée : la masse est une élaboration abstraite, un concept sous lequel se rassemblent des phénomènes d’apparence irréductible. Attribuer telle masse à tel système concret – de même qu’attribuer une propriété catégorielle à une donnée linguistique –, c’est donc l’objectiver. Car c’est lui assigner une propriété précise et stable et le rendre comparable à d’autres données de même nature. Mais ce n’est pas tout. En effet, le concept de masse n’existe que comme composante de cette construction unitaire que sont les équations de la dynamique. Aussi, ce n’est pas en tant que notion isolée qu’il objective les phénomènes mais en tant que partie d’une totalité synthétique, en tant qu’élément d’un équilibre équationnel. En d’autres termes, si telle portion de matière est justiciable de telle masse, c’est parce qu’elle participe d’un ordre global qui distribue les phénomènes en une totalité réglée d’objets.

73La théorie de la dynamique instaure donc un ordre d’objectivité particulier. Pour que cette théorie soit empirique, i.e. réfutable, on sait qu’elle doit comprendre la composante d’un espace de phase. Autrement dit, la matière qu’elle qualifie doit relever d’autres régions d’objectivité. Dans l’exemple traité, cette autre région d’organisation d’objet, « croisant » les formes de la théorie, est bien évidemment l’espace-temps : les corps déterminés dans un certain cadre d’analyse par le paramètre de masse restent attachés à l’ordre de l’espace-temps et sont donc pourvus des qualifications d’objet que délivre une certaine géométrie. Les énoncés de base d’une théorie de la dynamique sont alors des propositions relatives à la cinématique d’entités matérielles. Relevant d’une région d’objectivité connexe, les paramètres cinématiques ne sont pas soumis aux contraintes qui régissent le système matériel, et c’est cette complexion qui garantit à un mouvement différent de celui calculé d’être rationnellement concevable, c’est-à-dire objectivable, et, plus avant, à la théorie d’être logiquement réfutable.

74On voit bien dans cet exemple simple comment une entité peut se situer au carrefour de deux régions d’objectivité. Un corps physique relève conjointement des formes de l’espace-temps, c’est-à-dire d’une cinématique, et d’un système de lois relatives aux interactions qu’il subit, c’est-à-dire d’une dynamique. Et cette dynamique va se manifester dans la région de la cinématique. L’instance de légitimation de la théorie dynamique procédera donc suivant les modalités du cadre cinématique : c’est au regard d’un ordre d’objectivité indépendant en soi, mais incorporé aux phénomènes examinés, qu’une théorie peut être réfutée ou temporairement validée.

75Plus précisément encore, un espace de phase est un espace abstrait dont les coordonnées sont les paramètres indépendants, i.e. des paramètres non mutuellement contraints du système, d’une région d’objectivité sécante. C’est donc l’espace de l’ensemble des états logiquement « concevables » d’un système. Dans l’exemple du pendule, l’espace de phase, dont les points (positions) représentent chacun un état cinématique possible du système, est un espace à deux dimensions ; l’une relative à l’angle que fait le pendule avec un axe de référence, l’autre relative à sa vitesse angulaire. Dans cet espace, les énoncés de base (les propositions réfutables) seront les configurations obtenues par synthèse (respectant la structure de l’espace de phase) de ces états : ce sont des trajectoires dans l’espace de phase. Chaque trajectoire représente une évolution particulière du système, c’est-à-dire une évolution conjointe de sa position et de sa vitesse angulaires. Ces configurations, qui déclinent exhaustivement le concevable empirique, n’annoncent en rien les réalisations effectives, à savoir les réalisations sous des conditions d’expérience particulières. Et la théorie dynamique aura pour objet de déterminer dans l’ensemble des configurations construites sur l’espace de phase celles qui sont effectivement accomplies dans des circonstances d’expérimentation données, c’est-à-dire celles qui satisfont les contraintes d’une certaine juridiction physique.

76En somme, l’espace de phase se présente, à travers l’ensemble des configurations qu’il sous-tend, comme l’établissement et l’homogénéisation en système du possible et de l’impossible théorique : le « possible » et l’« impossible » sont uniformément enregistrés dans l’espace des phase sous le statut de « concevable » – « concevable » apparié à un ordre d’objectivité autonome et sécant. L’objet de la théorie sera alors, en vertu de sa propre juridiction et au regard de conditions expérimentales données, d’y discriminer le possible de l’impossible.

Notes

1 K. R. Popper, 1978, p. 90.

2 C. Lévi-Strauss, 1964, p. 339.

3 K. R. Popper, 1978, p. 90.

4 A. Berrendonner, 1983, p. 9.

5 Ibid., p. 21.

6 L. Hjelmslev, 1971, p. 125.

7 A. Berrendonner, 1983, p. 26.

8 Ibid., 1983, p. 26.

9 R. Martin, 1978, p. 5.

10 K. R. Popper, 1978, titre de la deuxième partie.

11 E. Cassirer, 1972, p. 15.

12 G. Frege, 1971, p. 172.

13 A. Philonenko, 1989, p. 39.

14 G. Deleuze, 1963, p. 22.

15 A. Philonenko, 1989, p. 79.

16 Encyclœpédia Universalis, p. 723, art. « Sciences ».

17 R. Bouveresse, 1978, p. 95.

18 I. Stengers, 1995, p. 92.

19 É. Benveniste, 1966, p. 119.

20 L. Hjelmslev, 1985, p. 72.

21 F. de Saussure, 1985, p. 23.

22 J.-C. Milner, 1989b, p. 127.

23 G.-G. Granger, 1992, p. 264.

24 Balzer, in G.-G. Granger, 1992, p. 264.

25 G.-G. Granger, 1992, p. 265.

26 Ibid., p. 265.

27 Ibid., p. 267-268.

28 Ibid., p. 264.

29 K. R. Popper, 1978, p. 29.

30 Ibid., p. 24.

31 Ibid., p. 26.

32 Ibid., p. 24.

33 Ibid., p. 25.

34 Ibid., p. 37.

35 Ibid., p. 58.

36 Ibid., p. 38.

37 Ibid., p. 37.

38 Ibid., p. 29.

39 Ibid., p. 40.

40 Ibid., p. 40.

41 Ibid., p. 92-111 et p. 39.

42 Ibid., p. 40.

43 Ibid., p. 92.

44 Ibid., p. 40.

45 Ibid., p. 80.

46 Ibid., p. 36.

47 Ibid., p. 83.

48 Ibid., p. 84.

49 Ibid., p. 84.

50 Ibid., p. 91.

51 Ibid., p. 100-101.

52 Ibid., p. 101.

53 Ibid., p. 102.

54 Ibid., p. 103.

55 K. R. Popper, 1985, p. 62.

56 K. R. Popper, 1978, p. 104.

57 Ibid., p. 105.

58 Ibid., p. 102.

59 A. Boyer, 1994, p. 25.

60 K. R. Popper, 1978, Appendice x, p. 431.

61 R. Bouveresse, 1978, p. 35.

62 A. Boyer, 1994, p. 26.

63 J.-C. Milner, 1989b, p. 133.

64 Ibid., p. 127.

65 Ibid., p. 164.

66 E. Cassirer, 1972, p. 16.

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/41362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9k

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search