Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Troisième partie: les héros du «séries»

Lupino Lane

Texte intégral

  • 1 La biographie de L. Lane repose sur l’article de Richard M. Roberts, « Lupino Lane, Music Hall Come (...)

1Henry George Lupino1 est né à Londres le 16 juin 1892 d’une famille d’acteurs d’origine italienne : les Lupino, célèbre troupe de smarionnettistes, avaient émigré dès le xviie siècle, puis s’étaient illustrés au music-hall. Le père, Henry Charles, épousa une Lane, famille célèbre de la scène anglaise, et eut deux fils : Henry George qui adopta comme pseudonyme les noms de ses deux géniteurs (Lupino Lane) et Wallace qui comme son frère fit une carrière cinématographique. Le petit Henry George suit les traces de son père et débute à trois ans à Birmingham dans une pantomime pour une soirée de bienfaisance. À sept ans, il est déjà professionnel et apparaît dans un sketch, Le Petit Chaperon rouge, au Shakespeare Theatre de Liverpool. Après des tournées en Europe, on le verra de 1915 à 1917 dans plusieurs comédies musicales : Watch Your Step, Follow the Crowd, We’re All in T, Extra Special, What a Catch.

2Il semble que L. Lane ait fait ses débuts au cinéma dès 1913 en apparaissant dans des « shorts » pour O.G. Film Company, mais c’est seulement en 1915 qu’il tourne en vedette dans les studios de Clapham Park à Londres pour Davison Film Sales. Il incarne Little Nip (surnom qu’il gardera), souvent aux côtés de Violet Blythe qu’il épouse en 1917 et avec qui il restera toute sa vie. En 1918, il est la vedette d’une série de comédies un peu fantastiques, où abondent les effets spéciaux, réalisées pour Homeland Globe. Cependant, il poursuit une brillante carrière au music-hall : en 1919, il incarne Coucourbi dans Afgar, qu’il jouera à Broadway, un an plus tard, au Century Theatre ; revenu à Londres, il est Pekoe dans Aladdin.

3En 1922, William Fox lui propose de tourner aux États-Unis dans une série de comédies : il débarque à Hollywood au printemps et apparaît dans son premier film américain, The Broker, dirigé par John G. Blystone. Il tourne quatre films qui reçoivent un accueil assez tiède. Cependant, Fox lui fait confiance dans un long métrage, A Friendly Husband (1/1/1923), dont il est la vedette en compagnie de A1berta Vaughn. Malgré le succès modéré de ce film, il tourne encore deux longs métrages, dont Isn’t Life Wonderful ? (1/12/1924) sous la direction de D.W. Griffith. Il y incarne un pauvre acteur de music-hall que recueillent Carol Dempster et sa famille. En 1925, Lupino passe chez Educational, où il va rester pendant quatre ans de 1925 à 1929. Immédiatement, les Lupino Lane Comedies (en 2b), réalisées par Charles Lamont, Norman Taurog, Mark Sandrich, William Goodrich (Fatty Arbuckle) ou enfin par Lupino Lane lui-même, ont un énorme succès. Il continue toutefois à monter sur scène en Angleterre : en janvier 1926, il joue Ko-Ko dans The Mikado à New Oxford et en juin apparaît dans Turned Up à Londres. De retour aux États-Unis fin 1926, il continue à tourner pour Educational avec son frère Wallace Lupino à qui sont dévolus les rôles de grand méchant. Wallace fait parallèlement une carrière indépendante en étant la vedette de quelques Cameo Comedies, toujours pour Educational. En mai 1928, Lupino Lane se met à diriger lui-même ses comédies pour Educational sous le pseudonyme de Henry W. George. Il tourne alors ses meilleurs films : Roaming Romeo (1928), parodie hilarante des péplums, et surtout Only Mc (1929), inspiré du sketch de Fred Karno A Night in an English Music-Hall que Chaplin avait déjà repris dans A Night in The Show (1915). Un peu à la manière de Keaton dans The Playhouse, Lupino Lane incarne, dans Only Me, vingt-quatre rôles différents : le classique spectateur éméché, tous les numéros successifs, le public et même le bébé qui apparaît dans un mélodrame…

4Ses premiers films parlants sont, en revanche, d’un niveau très inférieur et Lupino, conscient de ses limites, abandonne le slapstick pour jouer généralement des rôles secondaires dans des comédies de long métrage. C’est ainsi qu’on le verra aux côtés de Maurice Chevalier dont il est le timide maître d’hôtel dans The Love Parade (1929) de Ernst Lubitsch, puis dans plusieurs films pour la Warner Bros. En 1930, avec son frère Wallace, il revient dans son pays natal où il est resté très populaire, tandis que l’Amérique commence à l’oublier. Il remonte sur scène dans Silver Wings, devient metteur en scène (il dirige en particulier son cousin Stanley Lupino, père d’Ida Lupino), puis en 1931 joue The One Girl au London Hippodrome et Golden Boy au Coliseum de Londres. En 1935-1936, il tourne quatre comédies musicales pour les St. George’s Pictures et, en 1937, obtient un énorme succès sur scène avec Me and my Girl au Victoria Palace. En 1939, ce show est transformé en film, rebaptisé The Lambeth Walk, du nom de l’air le plus célèbre de cette comédie musicale. Il meurt le 10 novembre 1959 à l’âge de 67 ans.

5Connu en France par son prénom Lupino, ce comique acrobate demeure aujourd’hui assez méconnu, d’autant qu’une partie de son œuvre semble à jamais perdue : le nombre de ses courts métrages encore accessibles n’atteint sans doute pas la vingtaine…

6Bien que né en Angleterre, Lupino ne possède certes pas le flegme britannique : ses origines italiennes l’emportent ; son style rappelle à la fois celui de Larry Semon et celui d’Al St. John : une agitation désordonnée ponctuée de chutes et d’acrobaties qui défient les lois de la physique. Ce petit homme brun (1, 60 mètre) porte généralement une mèche spiralée soigneusement plaquée sur le côté droit de son front ; mince et souple, il joue de son corps avec une subtile dextérité : après un grand écart, il reprend, sans effort apparent, une position naturelle en remontant ses jambes en douceur ; ou bien, il fait une cabriole arrière en se tenant un instant verticalement sur la tête et imprimant à son corps une rotation complète de 360 degrés. Dans un ouvrage publié en 1945, How to Be a Comedian, Lupino Lane décrit, dessins à l’appui, quelques-uns de ces périlleux exercices…

7Assurément, le personnage créé par Lupino manque sérieusement d’épaisseur psychologique, mais le slapstick n’a que faire des élucubrations cérébrales. Ce pantin hors norme confère à ses films une vitalité débordante et une certaine magie poétique, toutes deux liées à ses performances acrobatiques. Dans Maid in Morroco (1925), peintre en voyage de noces au Maroc, Lupino se trouve dans un harem, poursuivi par les zélés et cruels serviteurs du sultan : on le voit ainsi courir sur les montants d’un portail arrondi de style mauresque, se retrouver la tête en bas et achever tranquillement le tour complet pour repartir aussitôt avec la meute à ses trousses. Plus loin, il effectue une longue glissade sur un tapis ; enfin, emportant une favorite dans ses bras, il entreprend une véritable course de haies dans les ruelles de la ville. Auparavant, déguisé en bayadère, il a exécuté un numéro de danse aussi original qu’acrobatique devant les yeux du sultan médusé (Wallace Lupino).

8Sword Points (1928) nous présente un assortiment particulièrement varié de gags acrobatiques : Lupino, serveur dans une taverne, lance d’un seul geste six chopes ; celles-ci vont se disposer miraculeusement sous six bouteilles de vin qui, débouchées simultanément d’un adroit coup d’épée, remplissent chaque récipient. Plus tard, descendu à la cave, chopes en main, pour se ravitailler, il est bombardé de tous côtés par des barils et des bouteilles ; il s’arrange pour les ouvrir, inondant le cellier et, nageant dans l’alcool, remplit les chopes qu’il tenait à la main, puis remonte dans la salle trempé, mais sa mission accomplie. Enfin, lors du duel final avec l’infernal vicomte (W. Lupino), ce dernier brise la pointe de son épée et, aussitôt, toujours chevaleresque, Lupino casse la sienne… Le manège se répète plusieurs fois, si bien que le duel se termine uniquement avec les gardes des épées…

9Dans Monty of the Mounted (1927), Lupino reprend un gag éprouvé de music-hall : après une bagarre spectaculaire avec des bandits, il tente d’endosser son manteau ; il enfile la manche droite tandis que l’un des voleurs enfile la gauche sans qu’il s’en aperçoive. Cette situation donne lieu à quelques gags réjouissants : Lupino sort une cigarette, et la main du bandit l’allume ; Lupino prend peu à peu conscience que son bras gauche est un peu trop indépendant, en particulier lorsque ce dernier commence à lui torturer le nez et les yeux…

10Enfin dans Roaming Romeo (1928), parodie des péplums antiques et peut-être le meilleur film de la série, deux esclaves (Lupino et son frère Wallace) sont poursuivis dans le palais de l’empereur par sa garde personnelle. Au cours de leur fuite, ils brisent deux statues et aussitôt prennent leur place sur le piédestal, adoptant, à chaque coup d’oeil des gardes, des postures aussi pittoresques que variées… Comme le montrent ces quelques exemples, le comique de Lupino Lane n’est pas uniquement fondé sur ses exceptionnelles qualités d’acrobate : l’équipe de Jack White, producteur de la série, a su parsemer ces films de gags burlesques bien adaptés au style de Lupino. Notons par ailleurs que, avant de passer lui-même derrière la caméra, il fut parfaitement servi par certains réalisateurs, au premier rang desquels il faut placer William Goodrich-Roscoe Arbuckle. Ainsi dans The Fighting Dude (1925), le frêle Lupino, rival d’amour du solide Wallace Lupino, défie ce dernier pour un combat singulier ; Wallace, dans la pièce voisine, enlève calmement sa bague, la confie au maître d’hôtel, lisse ses cheveux et quitte la pièce. L’écran reste vide quelques instants, puis Wallace sort, imperturbable, et récupère sa bague. Cette audacieuse ellipse donne à ce combat invisible et inégal un humour savoureux, tout à fait original. Une redécouverte de Lupino, l’homme caoutchouc, s’impose. Ce petit bonhomme, pur produit du music-hall anglais, était inimitable et unique. Il l’est resté…

FILMOGRAPHIE2

I. COMME ACTEUR OU ACTEUR ET RÉALISATEUR :

1. COURTS MÉTRAGES :

EN GRANDE-BRETAGNE :

1913

11O.G. Film Company :

Aucun titre connu.

1915

12Prod. John Bull pour Davison Film Sales (tous en 1b) :

?.9 – His Cooling Courtship ; ?. 10 – Nipper’s Busy Holiday ou His Busy Holiday.

Homeland-Globe :
 ?.9 – The Man in Possession (3b) – R : W.P. Kellino – I : Billy Mason ( ?), Winifred Delevanty, Blanche Bella.

1916

13Davison Film Sales (tous en 1b) :

 ?. 1 – Nipper and the Curate ou The Curate ; ?. 8 – Nipper’s Busy Bee Time.

14Homeland-Butcher :

 ?. 10 – A Wife in a Hurry (3b) – R : W.P. Kellino – I : Winifred Delevanti, Blanche Kellino, Will Kellino, Fred Toose.

15Homeland-Globe :

 ?. 12 – The Dummy (2b) – R : W.P. Kellino – I : Winifred Delevanti.

1917

 ?.4 – Hullo : Who’s Your Lady Friend ? (2b1/2) – R : W.P. Kellino – I : Violet Blythe, Winifred Delevanti, Blanche Bella.

 ?.5 – The Missing Link – R : (2b1/2) – R : W.P. Kellino – I : Winifred Delevanti, Blanche Bella, Will Kellino.

 ?.7 – Splash Mc Nicely (2b) – R : W.P. Kellino – I : Winifred Delevanti, Viola Marriott.

1918.

Série The « Blunders of Mr. Butterburn » (Mr. Butterburn : L. Lane, tous en 2b) :
 ?.5 –
Тhе Unexpected Treasure – R : Fred Rains – I : Wallace Lupino.
 ?.5 –
Trips and Tribunals – R : Fred Rains – I : Judd Green.
 ?.5 –
His Busy Day.
 ?.5 – His Salad Days.
 ?.5 – Love and Lobster.

1919

16Globe :

 ?.6 ou 7 – A Dreamland Frolic (2b).
L.L. reprend le personnage de Nipper.

1920

17Ideal :

 ?. 11 — A Lot about a Lottery (2b).

 ?. 11 – A Night Out and A Day In (2b) – I : Eric Blore, Florence Vie, J. Monichouse, Dmitri Vetter.

 ?.12 – Clarence, Crooksand and Chivalry (2b).

AUX ÉTATS-UNIS :

1922

18Lupino Lane Comedies-Fox :

(2b – R :John G. Blystone)

 ?.3 – The Broker.

10.8 – The Reporter.
L.L. incarne un reporter qui couvre la révolution au Mexique.

8.10 – The Pirate.
L.L. joue un troubadour dans la Venise d’autrefois.

19.11 – My Hero.
Un timide garçon de la ville est expédié dans l’Ouest par son père.

(Ces premiers films de la Fox sont considérés actuellement comme perdus).

1925

19Lupino Lane Comedies-Educational (2b) :

11.10 – Maid in Morroco – R : Charles Lamont, – I : Violet Blythe, Wallace Lupino, Helen Foster, Otto Fries.
Sc. : Un peintre (L.L.) est en voyage de noces au Maroc. Son épouse (V. Blythe) est enlevée par le sultan pour être séquestrée dans son harem. L.L. réussit à pénétrer dans le palais et à tirer son épouse de ce mauvais pas.Catalogue Perry, incomplet (1b). (d.v.)

6.12 – The Fighting Dude – R/Sc. : William Goodrich (Roscoe Arbuckle), – I : Wallace Lupino, Virginia Vance, Glen Cavender, George Davis.
Sc. : Riche mais un peu gringalet, L.L. voit sa fiancée convoitée par le solide et athlétique W. Lupino. L.L. défie à plusieurs reprises son rival et chaque fois attrape une superbe dérouillée malgré ses acrobaties. Enfin il provoque W. Lupino au golf : le match se termine encore par un furieux combat sur le green, mais à la vue de deux golfeurs qui se battent aussi pour une fille, ils deviennent subitement raisonnables. (d.v.)

1926

7.2 – Time Flies – R : Jess (ou Jesse) Robbins, – I : Wallace Lupino, Virginia Vance, Gwendolyn Lee, Otto Fries.
Sc. : L.L. incarne grand-père Lupino, son fils et son petit-fils. Le premier sauve la vie de W. Lupino au cours d’un duel. Ce dernier lui donne une montre en or pour lui porter chance. Le fils en hérite, puis le petit-fils, qui découvre que le porteur de la montre hérite d’une grande fortune. Malheureusement, un couple d’escrocs enlève L.L. pour lui voler la montre et récupérer le magot. (d.v.)
Variations sur le thème de Grandma’s Boy (l922) de Harold Lloyd.

21.3 – Fool’s Luck – R/Sc. : William Goodrich, – I : Virginia Vance, George Davis, Jack Lloyd, Wallace Lupino.
Sc. : Nip (L.L), millionnaire, perd toute sa fortune, puis la regagne sur un coup de chance.

16.5 – His Private Life – R/Sc. : William Goodrich, – I : George Davis, Wallace Lupino, Glen Cavender, George Davis.
Sc. : L.L., riche dandy, est incorporé dans l’armée et se retrouve sous les ordres de son ancien valet de chambre (G. Davis) devenu sergent. (d.v.)

28.11 – Movieland – R/Sc. : Norman Taurog, – I : Wallace Lupino, Kathryn McGuire, Glen Cavender, Tom O’Grady, Lloyd Hamilton. Sc. : Un riche célibataire (L.L.) est amoureux d’une vedette de cinéma qui repousse ses avances. L.L. réussit à pénétrer dans le studio où tourne la vedette et perturbe les équipes en plein travail. Courte apparition de Lloyd Hamilton, jouant son propre rôle.
Catalogue Perry. (d.v.)

1927

16.1 – Howdy Duke (Une réception mouvementée) – R/Sc. : Norman Taurog, – I : Wallace Lupino, Glen Cavender, Karthryn McGuire, Charles Meakin, Frona Hale.
Sc. : Wallace Lupino a un vendeur de journaux qui se fait passer pour un personnage de sang royal pour discréditer son romantique rival. L.L. joue un double rôle : le duc de Worcestershire et le vendeur de journaux « Nip ».
Catalogue Connaissance du cinéma. (d.v.)

20.2 – Drama De Luxe – R/Sc. : Norman Taurog, – I : Kathryn McGuire, Wallace Lupino, Glen Cavender, Bob Kortman.
Sc. : L.L. perd toute sa fortune à la Bourse et trouve du travail dans une troupe théâtrale. L.L. y fait un grand numéro d’équilibre acrobatique en voulant poser une affiche contre une palissade, alors que le sol est particulièrement boueux : l’échelle s’enfonce, le papier se déchire et enfin la palissade s’effondre, révélant un précipice impressionnant…
Catalogue Castle Film sous le titre Wrong Way Willie, incomplet (1b).
(d.v.)

27.4 – Naughty Boy – R/Sc. : Charles Lamont, – I : Robert Graves, Kathryn McGuire, Blanche Payson, Wallace Lupino.
Sc. : Nip (L.L.) doit se faire passer pour un enfant pour affoler la petite amie de son père et lui faire croire que ce dernier est un tout jeune homme.
(d.v.)

29.5 – Who’s Afraid – R : Charles Lamont – Sc. : Lupino Lane, – I : Kathryn McGuire, Robert Graves, Wallace Lupino.
Sc. : Enfermé dans un Musée de l’Horreur, L.L. empêche un vol et reçoit une récompense.
(d.v.)

24.7 – Monty of the Mounted – R : Charles Lamont – Sc. : Lupino Lane, – I : Wallace Lupino, Estelle Bradley, Glen Cavender. Sc. : Monty (L.L.) est une nouvelle recrue de la Police Montée. Le sergent Walker l’envoie capturer le méchant Black Pete (W. Lupino) qui est le demi-frère du sergent. L.L. trouve Black Pete et son gang dans une taverne et déclenche une spectaculaire bagarre. À cet instant apparaît le sergent Walker déguisé en Black Pete ( !), ce qui complique la tâche de Monty. Ce dernier parvient enfin à ficeler acrobatiquement Black Pete à un arbre. (d.v.)

18.9 – A Half-Pint Hero – R : Charles Lamont, – I : Wallace Lupino, Toy Gallagher.
Sc. : Deux pompiers rivaux luttent pour sauver la fille dont ils sont amoureux.

6.11 – Some Seoul – R : Mark Sandrich, – I : Wallace Lupino, Estelle Bradley.
Sc. : Nip (L.L.) est recruté par un groupe de pionniers pour qu’il les défende contre les Indiens.

25.12 – Hello Sailor – R : Mark Sandrich, – I : Wallace Lupino, Charlene Aber, Minniela Aber.
Sc. : Deux matelots (L.L. et W. Lupino) s’échappent pendant une escale pour voir une fille dont ils sont tous deux amoureux. En réalité, ce sont deux jumelles… Le film se termine par une mise à sac de l’appartement des deux filles. (d.v.)

1928

12.2 – Swords Points – R : Mark Sandrich, – I : Wallace Lupino, Jack Lloyd, Thelma Salter.
Sc. : L.L. est serveur dans une taverne où un diabolique vicomte (W. Lupino) complote contre le roi. Il fera échouer les tentatives du vicomte qui veut intercepter le messager du roi. La taverne, pleine de portes secrètes, de cachettes et de trappes, est le siège d’un pittoresque combat à l’épée entre L.L. et son frère Walter. (d.v.)

25.3 – Listen Sister – R : Clem Beauchamp ou James Iones, – I : Wallace Lupino, Glen Cavender, Phil Dunham.
Sc. : Nip (L.L.) prend la place de sa sœur jumelle (également jouée par L.L.) au pensionnat.

6.5 – Fandango – R : Henry W. George (L.L), – I : Wallace Lupino, Marjorie Moore, Anita Garvin.
Sc. : Dans un pays imaginaire (Bullonia) le Señor Lane conquiert sa fiancée par des sérénades et en faisant le toréador.

17.6 – Hectic Days – R : Henry W. George, – I : Thelma Salter, Stanley Blystone, Jack Miller.
Sc. : Un homme de l’Ouest, Nip (L.L), conquiert le cœur de T. Salter en capturant le méchant Black Tom.

29.7 – Roaming Romeo ou Bending Hur (L’as des gladiateurs) – R : Henry W. George, -1 : Wallace Lupino, Anita Garvin, Stanley Blystone.
Sc. : L.L. (Nipibus) et W.L. sont deux esclaves enchaînés à leur aviron sur une galère, mais la rame de L.L. est très courte et ne touche pas l’eau, ce qui facilite le travail… Tous deux s’échappent, volent les habits de deux gladiateurs et pénètrent dans le palais de l’empereur. Ils sont obligés de se battre contre d’autres gladiateurs : L.L. tombe sur un géant qu’il parvient, grâce à ses acrobaties, à précipiter dans une mare : le géant rétrécit à l’eau et il se transforme en nain. Proclamé vainqueur, L. L touche sa récompense : la pulpeuse Anita Garvin. Mais celle-ci est la favorite de l’empereur et les deux compères s’enfuient, poursuivis par les gardes. Ils retournent à leur galère, trouvant que la vie d’esclave est moins pénible… (d.v.)

9.9 – Pirates Beware (Lupino pirate) – R : Henry W. George, – I : Wallace Lupino, Betty Boyd.
Sc. : Nip (L.L.), serveur dans une taverne, est enlevé et poursuivi par la Reine des pirates, Betty Black.

28.10 – Fisticuffs – R : Henry W. George, – I : Wallace Lupino, Harry Dunkinson, Ruth Eddings.
Sc. : Nip (L.L.), apprenti forgeron, doit monter sur le ring à la place de « Battling Smithy ».

9.12 – Be My King (Lupino roi) – R : Henry W. George, – I : Wallace Lupino.
Sc. : L.L. et W. Lupino sont deux marins naufragés sur une île peuplée d’animaux sauvages et d’indigènes peu accueillant et anthropophages. Ils essayeront de séduire les populations par quelques jolis numéros de danse qui rappellent leur brillant passé au music-hall.
Copie super-8, catalogue Castle Films sous le titre Two’s for the Pot, incomplet (1b). (d.v.)

1929

20.1 – Only Me – R : Henry W. George, – I : Walter Lupino.
Remake de
A Night in an English Music-Hall, fameux sketch de Fred Karno. L.L. joue 24 rôles : un gentleman drogué, le guichetier, un enfant espiègle, son oncle, le présentateur, un jongleur, un danseur, un trapéziste, un chanteur soprano, le chef d’orchestre, le flûtiste, le tuba, le contrebassiste, le chauffeur de taxi, un lutteur, son entraîneur, les quatre membres du quartet, le marin, le vilain, le bébé et sa mère (dans le mélodrame), etc.

17.3 – Summer Saps – R : Henry W. George, – I : Sybil Grove, Blanche Payson, Wallace Lupino.
Sc. : Une sortie en famille sur la plage tourne à la catastrophe car il pleut pendant deux semaines sans discontinuer.

28.4 – Good Night Nurse – R : Henry W. George, – I : Wallace Lupino, Fay Holderness, Eleanor Frederick, Muriel Evans.
Sc. : Nip (L.L.) est le malade (dépression nerveuse) et W. Lupino est le docteur (fou). Reprise de sketchs classiques du music-hall. Le film se termine dans un asile d’aliéné où L.L. fait des ravages. (d.v.)

2.6 – Battling Sisters – R : Henry W. George, – I : Betty Boyd, Marjorie Jennings, Wallace Lupino, Violet Blythe.
Sc. : Dans un monde futur (nous sommes en 1980), les femmes font la guerre et les hommes portent des robes. (d.v.)

21.7 – Joy Land – R : Henry W. George, – I : Wallace Lupino, Muriel Evans.
Sc. : Employé dans un magasin de jouets et réparateur de poupées, Nip (L.L.) rêve que les jouets prennent vie.

FILMS PARLANTS :

21.4 – Ship Mates – R : Henry W. George, – I : Wallace Lupino, Stanley Blystone, Charlotte Merriam, Francis Martin, Tom Whitley.
Sc. : Le matelot Nip (L.L.) crée du désordre à bord en jouant de la musique et en lançant des tartes à la crème.

14.7 – Buying a Gun – R : Henry W. George, – I : Wallace Lupino, Charline Burt, George Burton.
Sc. : Dans le magasin de chasse où il essaye d’acheter un fusil, le millionnaire D’Arcy s’avère une menace pour L.L. et pour les autres.

8.9 – Fire Proof (Lupino pompier [ ?]) (2b) – R : Charles Lamont, – I : Wallace Lupino, Betty Caldwell, Lorraine Rivera.
Sc. : Le pompier débile Clarence (L.L.) sauve sa fiancée du feu.

17.11 – Purely Circonstantial – R : Henry W. George, – I : Wallace Lupino, Phyllis Crane, Stanley Blystone, Betty Boyd, Blanche Payson.
Sc. : La lune de miel de L.L. avec P. Crane est perturbée par un militaire revêche (S. Blystone) qui est jaloux de sa femme (B. Boyd).
(d.v.)

1930

20Vitaphone Corp.-Warner Bros. :

11.7 – Evolution of the Dance (2b).

T.O.N.I.

Lupino foudre de guerre (5/1923).

Lupino visage pâle (2b) (1/1924).

21Sunshine Comedies-Fox :

Une partie de plaisir (4b) (7/1924) (peut-être A Friendly Husband).

Des congés impayables (2b) (Catalogue Connaissance du cinéma.)

2. LONGS MÉTRAGES :

AUX ÉTATS-UNIS :

1923

A Friendly Husband (Une partie de plaisir [ ?]) (5b) – R : John G. Blystone, – I : A1berta Vaughn, Eva Thatcher.

Aventures d’une famille qui fait du camping en voiture.

1924

The Ziegfeld Follies of 1924 – I : Will Rogers, Ann Pendington.

Isn’t Life Wonderful – R : D.W Griffith.

1929

The Love Parade (Parade d’amour) – R : Ernst Lubitsch.

The Show of Shows – R : John G. Adolfi.

1930

Bride of the Regiment – R : John Francis Dillon.

Golden Dawn – R : Ray Enright.

EN GRANDE-BRETAGNE :

The Yellow Mask – R : Henry Lachman.

1931

Never Touble Trouble – R : Lupino Lane.

No Lady – R/Sc. : Lupino Lane.

1933

A Southern Maid – R : Harry Hughes, – I : Bebe Daniels.

1935

Trust the Navy – R : Henry W. George, – I : Wallace Lupino.

Who’s Your Father ? – R : Henry W. George, – I : James Finlayson.

The Deputy Drummer – R : Henry W. George, – I : Wallace Lupino.

1936

Hot News – R : W.P. Kellino, – I : Wallace Lupino ;

1939

The Lambeth Walk – R : A1beit de Courville, – I : Wallace Lupino.

1940

Lights Out in Europe – R ; Herbert Kline.

II. COMME RÉALISATEUR SEULEMENT :

1. COURT MÉTRAGE :

1928

22Cameo Comedy-Educational :

3.6 – Crown Me (1b) – I : Walter Lupino.

2. LONGS MÉTRAGES (EN G.B.) :

1931

Love Lies – I : Stanley et Wallace Lupino.

The Love Race Sc. : L. Lane – I : Stanley Wallace et Ida Lupino.

1932

The Innocents of Chicago.

Old Spanish Customers – I : Wallace Lupino.

Maid of the Mountains – I : Wallace Lupino.

1933

Letting in the Sunshine.

Oh ! What a Duchess ! ou My Old Duchess.

Notes

1 La biographie de L. Lane repose sur l’article de Richard M. Roberts, « Lupino Lane, Music Hall Comedian », in Classic Image, n° 256, octobre 1996, pp. 22-25.

2 La filmographie est tirée de Robert Farr, Joe Moore et Richard M. Roberts, « The Filmography of Lupino Lane », in Classic Images, n° 257, novembre 1996, pp. C7-C9.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search