Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Troisième partie: les héros du «séries»

Louise Fazenda

Texte intégral

  • 1 Allen Corliss, in Photoplay, avril 1918, reproduit dans Griffithiana, n° 12-15, octobre 1983, pp. 9 (...)
  • 2 Blair Miller, op. cit., p. 84.

1Née à Lafayette (Indiana) le 17 juin 1889, Louise Fazenda était la fille d’un boulanger pâtissier basque. Après avoir étudié dans une high school a Los Angeles, elle se prépare à faire ses études à l’université lorsque le commerce paternel fait faillite. Une voisine qui travaille à l’Universal lui propose de l’y accompagner pour chercher du travail. Elle est engagée. Son premier rôle1 (dans A House Divided de Wilfrid Lucas, 1913) sera celui d’une domestique noire dans un film dramatique. Bien vite, ses talents comiques sont reconnus et elle tourne dans les Joker Comedies (productions Universal) avec Max Asher2, vedette comique de la maison, puis avec Bobby Vernon. En 1915, remarquée par Ford Sterling qui la présente à Sennett, elle entre à la Keystone pour travailler sous la direction de Mack Sennett et, l’année suivante, se marie à un des metteurs en scène de la maison, Noel Mason Smith, avec qui elle restera jusqu’en 1926 (un an plus tard, elle épousera le producteur Hal Wallis). Polly Moran étant malade, Louise la remplace et devient vite une vedette. Dès 1922, elle apparaît en outre dans des comédies de long métrage pour la First National ou la Warner. En 1927-1928, elle forme un tandem comique avec Clyde Cook pour la Warner. Dans les années 1930-1931, elle revient aux « shorts » en tournant, pour la Standard Cinema Corporation, les Louise Fazenda Series. Sa dernière apparition sur les écrans date de 1939 avec The Old Maid (La vieille fille) d’Edmund Goulding aux côtés de Bette Davis. Elle consacre la fin de sa vie aux enfants handicapés et meurt le 17 avril 1962 d’une hémorragie cérébrale à Beverly Hills (Californie).

  • 3 Blaise Cendrars, Pompon, Paris, Denoël, 1927.

2Louise Fazenda, « la femme la plus prodigieuse révélée à l’écran », comme l’écrivait Biaise Cendrars3, fut baptisée en France à ses débuts Maggie (comme aux États-Unis) et devint ensuite Philomène. En Italie, c’était Bartolomea ou Filomena. Louis Delluc écrivait à son sujet :

  • 4 Louis Delluc, in Paris-Midi, 21/6/1919.

3« Louise Fazenda représente le type même de cet introuvable phénomène : un clown féminin. On a essayé plusieurs fois de nous en révéler. Ça n’a pas réussi. Je crois que maintenant c’est fait. L. Fazenda interprète ces personnages loufoques où l’on vit la déplorable Totoche et où s’amusa, pour un temps, Mabel Normand […]. Louise Fazenda doit, au contraire, accentuer la nudité de ces procédés. L’humour et la bouffonnerie de Ch. Chaplin, qui devaient le mener plus loin, doivent aller aussi aigu qu’il se peut. L. Fazenda est drôle. Sera-t-elle le Little Tich des femmes et de l’écran ? Elle est dirigée par un maître entre les maîtres du rire, M. Sennett4. »

4Cette jeune personne, une des plus fortes personnalités du cinéma burlesque, pouvait jouer tous les rôles féminins classiques de la comédie : les vamps, les jeunes filles refoulées, les épouses jalouses et vindicatives ou les serviteurs dévoués. Brune et mince, elle n’hésitait pas à s’enlaidir par des grimaces simiesques et des coiffures ridicules (généralement de longues tresses). Chez Sennett, elle a subi la dure loi générale : les culbutes et cabrioles n’étaient pas seulement réservées aux hommes…

5Dans A Hash House Fraud (1915), affublée d’une perruque frisée blonde, elle joue une caissière de charme dans un restaurant en perdition tenu par un longiligne escroc (Frank Hayes). Pour mieux vendre son fonds de commerce, ce dernier invite une bande de clochards à qui il promet un repas gratuit : le lieu semblera ainsi très fréquenté ! L. Fazenda, ondulante, aguiche les clients, mais aussi le nouveau propriétaire. Plus tard, enlevée par son expatron en fuite, elle est victime d’un bain forcé et épouse le gros cuisinier ! Une Fazenda plus classique – longues tresses brunes et vêtements ordinaires – apparaît dans Fatty’s Tintype Tangle (1915) : elle est la femme d’un aventurier de l’Alaska (Ed. Kennedy) à la recherche d’un logement. Le couple sera hébergé par Minta Durfee, la bien-aimée de Fatty ; à la suite de quiproquos, Louise se retrouve sous la douche en compagnie de Fatty, situation qui n’est guère appréciée par Ed. Kennedy et engendre une homérique bataille entre les deux hommes. Dans Her Torpedoed Love (1917), Louise incarne cette fois une cuisinière (gros chignon, cheveux tirés) qui n’hésite pas à effectuer quelques exercices de haute voltige : poursuivie par le maître d’hôtel (Ford Sterling) qui veut lui soutirer son argent, elle effectue en rebondissant sur son lit une spectaculaire pirouette pour échapper à l’étreinte de l’affreux… Plus tard, elle fait un numéro de fildeférriste sur une corde à linge, mais, soyons honnête, le plan général suggère que Philomène est sans doute doublée…

FILMOGRAPHIE

1. COURTS MÉTRAGES :

1913

6Joker Comedies-Universal :

4.1 – A House Divided (3b) – R : Wilfrid Lucas.

7.1 – The Romance of the Utah Pioneers (2b) – R : Charles Farney.

16.8 – Poor Jake’s Demise (1b) – R : Allen Curtis.

715 films avec Bobby Vernon (voir filmographie de B. Vernon).

1914

8(R : Allen Curtis, tous en lb, sauf mention spéciale)

21.1 – Mike and Jake Join the Army ; 22.8 – The Diamond Nippers ; 3.10 – In the Clutches of the Villain (l/2b) ; 7.10 – The Baseball Pans of Fanville ; 10.10 Cruel, Cruel World ; 17.10 – Across the Court.

935 films avec Bobby Vernon (voir filmographie de B. Vernon).

10Sterling Company – Universal :

8.4 – The Butler’s Busted Romance (1b) – R : David Kirkland.

11Joker Comedies-Universal (1b, – R : Allen Curtis) :

31.10 – When Their Wives Joined the Regiment ; 14.11 – De-Feet of Father ; 21.11 – The Battle of the Nations ; 21.11 – He Married Her Anyhow, 28.11 – A Dream of a Painting ; 5.12 – Love Disguised ; 19.12 Lizzie’s Fortune ; 19.12 – His Doctor’s Orders.

1915

9.1 – Hubby’s Cure ; 1.2 – The Blank Note ;

6.2 – Won with Dynamite ; 13.3 – The Water Cure.

12Sterling Company-Universal :

13.3 – Raindrops and Girls (1b).

13Keystone-Mutual (1b sauf mention spéciale) :

9.1 – Only a Farmer’s Daughter (Maggie fermière) – R : Nick Cogley.

1.3 – Wilful Ambrose – R : Mack Sennett.

15.3 – Ambrose’s Little Hatchet (Ambroise cowboy) – R : Mack Sennett.

25.3 – Ambrose’s Fury (La fureur d’Ambroise) – R : Mack Sennett.

3.4 – Ambrose’s Lofty Perch – R : Mack Sennett.

17.4 – Ambrose’s Nasty Temper – R : Walter Wright.

29.4 – A Bear Affair – R : Mack Sennett

13.5 – Crossed Love and Swords (Joseph veut épouser Maggie).

29.5 – A Versatile Villain (Un féroce armateur) – R : Frank Griffin.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

2.6 – A Hash House Fraud – R : Mack Sennett.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

26.7 – Fatty’s Tintype Tangle (2b) – R : Roscoe Arbuckle.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

14Triangle-Keystone (2b) :

7.11 – A Game Old Knight – R : F. Richard Jones.

12.12 – The Great Vacuum Robbery (Ingénieux filous ou Déménagement gratis) – R : F. Richard Jones.

1916

22.1 – A Movie Star – R : Fred Fishback.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

6.2 – His Hereafter (Maggie hérite) – R : F. Richard Jones.

5.3 – The Judge (Une audience orageuse) – R : F. Richard Jones.

19.3 – A Love Riot – R : F. Richard Jones.

2.4 – A Bath House Blunder – R : Del Henderson.

2.5 – Her Marble Heart – R : F. Richard Jones.

11.8 – Pills of Perils – R : F. Richard Jones.

19.8 – The Feathered Nest ou The Girl Guardian (Un nid douillet) – R : Frank Griffin. (d.v.)

15.9 – Maid Mad (Blondine, la jolie bonne [ ?] – R : Frank Griffin.
Catalogue Blackhawk.

31.10 – Bombs ! – R : Frank C. Griffin.

1917

25.2 – Maggie’s First False Step (Maggie danseuse ! – R : Frank Griffin.

25.3 – Her Fame and Shame (Les débuts d’une vedette) – R : Frank Griffin.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

13.5 – Her Torpedoed Love – R :Charles Parrott.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

10.6 – The Betrayal of Maggie (Maggie est trop naïve).

29.7 – Thirst.

12.8 – Lost-a Cook (Ambroise cuisinier) – R : F. Richard Jones. (d.v.)

9.9 – His Precious Life (Son premier amour).

15Mack Sennett-Paramount (2b) :

12.10 – Are Waitresses Safe ? (Les déboires de Philomène) – R : Victor Heerman et Hampton Del Ruth.

1918

13.1 – The Kitchen Lady (Philomène fille de salle) – R : Eddie Cline.

25.3 – Those Athlelic Girls (Le gymnase en folie) – R : Eddie Cline et Hampton Del Ruth.

1.7 – Her Screen Idol – R : Eddie Cline.

 ?.8 – It’s a Cinch (l/2b) (film de propaganda pour la Grande Guerre).

26.8 – The Summer Girls (A la plage ou Plaisirs d’été) – R : Eddie Cline.

24.11 – Her First Mistake – R : Walter Wright.

29.12 – The Village Chestnut (L’idiot du village) – R : Walter Wright et Ray Griffith.

1919

9.2 – Rip and Stick Tailor (La petite dame d’à côté) – R : William Watson et Malcolm St. Clair.

9.3 – The Village Smithy – R : F. Richard Jones.

13.4 – The Foolish Age (Vite, mariez-nous) – R : F. Richard Jones.

8.6 – Hearts and Flowers (Dites-le avec des fleurs) – R : Eddie Cline.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

3.8 – Treating’Em Rough – R : Frederick Jackman.

14.9 – Back to the Kitchen (Une bonne place) – R : Reggie Morris.

26.10 – Salome Vs Shenandoah (Casimir perd la tête) – R : Erle C. Kenton.

16Eff and Eff Prod. :

( ?) Bullin the Bullsheviki (4b) – R/Sc. : Frank Donovan.

17Mack Sennett Sol Lesser :

10.5 – Why Beaches Are Popular (1b) – R : F. Richard Jones.

1920

18Mack Sennett-Paramount (2b) :

18.1 – The Star Boarder (Restaurant de luxe) – R : James Davis.

25.3 – Let’er Go (Qui va a la chasse) – R : James Davis.

18.4 – The Gingham Girl – R : James Davis.

27.6 – You Wouldn’t Believe It – R : Erle C. Kenton.

4.7 – The Quack Doctor – R : George Gray et Billy Bevan.

19.9 – It’s a Boy ! – R : Noel M. Smith.

17.10 – My Goodness – R : Erle C. Kenton.

28.11 – A Fireside Brewer – R : Noel M. Smith.

26.12 – Bungalow Troubles (Un locataire ahurissant) – R : Albert Austin.

1921

6.3 – Wedding Bells Out of Tune – R : Malcolm St. Clair.

24.4 – Astray from the Steerage – R : Frank Powell.

19Mack Sennett-Associated Producers :

6.3 – Made in the Kitchen (2b) – R : Noel M. Smith.

20DNC :

The Love Egg ( ?b)

A Rural Cinderella ( ?b) – R : Jack Duffy.

1922

21Mack Sennett-First National (2b) :

17.6 – Oh Daddy ! ou Ma and Pa (Ah, la belle famille !) – R : Roy Del Ruth.

15.7 – Homemade Movies (Le cinema chez soi) – R : Gus Meins.

2.9 – Bow Wow (Ouah ! Ouah !) – R : Fred W. Jackson.

1923

22Mermaid Comedies-Educational (2b) :

11.2 – Pest of the Storm Country – R : Robert Kerr.

29.4 – Cold Chills – R : Robert Kerr et Del Lord.

1924

29.6 – Dizzy Daisy – R : Fred Hibbard.

30.11 – What a Night – R : Norman Taurog.

1925

24.5 – Hello Goodby – R : Norman Taurog.

FILM PARLANT :

1929

23Paramount :

Faro Nell ou In Old Californy (2b) – R : William Watson.
Catalogue Morcraft. (d.v.)

T.O.N.I. :

Le Nouveau Riche (4/1919).

Une joyeuse école (6/1919).

2. LONGS METRAGES (LISTE PARTIELLE) :

1920

Down on the Farm (Un mariage mouvementé) (5b) – R : Erle C. Kenton et Ray Grey.

Married life (En famille) (5b) – R : Erle C. Kenton.

1921

A Small Town Idol (7b) – R : Erle C. Kenton.

1922

The Beauty Shop – R : Ed. Dillon.

1923

Quincy Adams Sawyer – R : Clarence Badger.

Tea-With a Kick – R : Erle C. Kenton.

1924

The Galloping Fish (Les deux Agénor) – R : Del Andrews.

Lighthouse by the Sea – R : Malcolm St. Clair.

1925

A Broadway Butterfly – R : William Beaudine ;

Cheaper to Marry – R : Robert Z. Leonard.

Déclassée (Les deux méthodes) – R : Robert Vignola ;

Hogan’s Alley – R : Roy Del Ruth.

The Love Hour – R : Herman Raymaker.

The Night Club (Raymond ne veut plus de femmes) – R : Frank Orson et Paul Iribe.

1926

The Lady of the Harem (Sultane) – R : Raoul Walsh.

The Footloose Widow – R : Roy Del Ruth.

Millionaires – R : Herman Raymaker.

Miss Nobody (Vagabond malgré elle) – R : Lambert Hillyer.

1927

The Red Mill (7b) – R : William Goodrich (Roscoe Arbuckle).

The Cradle Snatchers – R : Howard Hawks.

Finger Prints – R : Lloyd Bacon.

The Gay Old Bird – R : Herman Raymaker.

Simple Sis (Grande sœur) – R :Herman Raymaker.

A Sailor’s Sweetheart – R : Lloyd Bacon I : Clyde Cook.

Babe Comes Home – R : Ted Wilde.

1928

The Terror – R : Roy Del Ruth (premier film parlant de L.F.).

Domestic Troubles (Avec la bonne !) – R : Ray

Enright – I : Clyde Cook.

Tillie’s Punctured Romance – R : Eddie

Sutherland – I : W.C. Fields.

Vamping Venus – R : Eddie Cline.

Pay as You Enter – R : Lloyd Bacon – I : Clyde Cook.

Five and Ten-Cent Annie – R : Roy Del Ruth – I : Clyde Cook.

Heart to Heart – R : William Beaudine.

Riley the Cop – R : John Ford.

Noah’s Ark (L’arche de Noé) – R : Michael Curtiz.

1929

Stark Mad – R : Lloyd Bacon.

The House of Horror – R : Benjamin Christensen.

Hard to Get – R : William Beaudine.

1939

The Old Maid (La vieille fille) – R : Edmund Goulding (dernier film).

Notes

1 Allen Corliss, in Photoplay, avril 1918, reproduit dans Griffithiana, n° 12-15, octobre 1983, pp. 99-101.

2 Blair Miller, op. cit., p. 84.

3 Blaise Cendrars, Pompon, Paris, Denoël, 1927.

4 Louis Delluc, in Paris-Midi, 21/6/1919.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search