Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Troisième partie: les héros du «séries»

Billy Dooley

Texte intégral

  • 1 Richard Roberts, « Al Christie », in Classic images, n° 212, février 1993, pp. 42, 44-45 et 56.

1Né le 8 février 1893 à Chicago, Billy Dooley fut d’abord danseur excentrique et acrobate de cirque (spécialité : le vélo). Il débuta au cinéma en 1925 avec Al Christie1 et, après avoir tenu des rôles secondaires, devint une authentique vedette de la maison (avec pour partenaire féminine Vera Steadman) en créant un personnage original : un marin grimacier et acrobate. Il mourut à Los Angeles le 4 août 1938.

2Un de ses films les plus connus – et les plus réussis – est sans doute Sailor Beware (1927). Débarquant avec son uniforme à l’envers (col marin sous le menton !), Billy va porter un cadeau inattendu à sa fiancée (V. Steadman) : un cochon d’Inde. Cependant, le quotidien local annonce qu’un de ces rongeurs, échappé d’un laboratoire, est porteur d’un virus fatal. Le conducteur du taxi qui charge les deux individus est pris de panique ; Billy monte alors dans un tram et, très communicatif, sort l’animal de sa boîte pour le montrer à ses voisins : tous les passagers, y compris le conducteur, jaillissent du véhicule en marche à l’exception d’un Écossais qui ne veut pas avoir payé son voyage pour rien. Le tramway fou dévale les rues, mais Billy parvient à le stopper et arrive chez sa fiancée. Un solide gaillard (Eddie Baker), son rival, l’attend pour lui faire sa fête, mais il suffit à Billy d’exhiber son cadeau pour qu’Eddie prenne la fuite. Le final est bien enlevé : la brigade sanitaire, protégée par des masques à gaz, intervient armée de pulvérisateurs destinés à endormir l’inoffensive bête : nous assistons à une bataille à coups de nuages soporifiques dont les victimes sont évidemment E. Baker, Max Asher (le père de Vera) et finalement tout l’escadron d’infirmiers, car Billy s’est emparé de l’arme fatale…

3Easy Curves, tourné la même année, se déroule dans une maison de haute couture. Billy, amoureux d’un mannequin (V. Steadman), fait une apparition remarquée en plein défilé de modèles et se heurte à l’incompréhension du patron qui recevra en récompense plusieurs cornets de glace sur le crâne. La présentation de mode sera très agitée ; on notera en particulier un bombardement en règle (cible : Billy) par une série de potiches de plus en plus monstrueuses, que Billy évite avec élégance (sauf la dernière !), mais qui atteignent cependant un objectif imprévu.

4Dans Campus Cuties (1928), V. Steadman a emprunté l’uniforme d’apparat de son amiral de père et Billy est chargé de le récupérer. Deux flics stupides (pléonasme dans l’univers du burlesque), dont le solide William Blaisdell, lui compliquent la tâche et déclenchent une poursuite loufoque, Billy s’étant enfui en voiture…

5Rough Dried, plus tardif (1929), est original par le fait que Billy n’est plus qu’un marin démobilisé : il apparaît donc sans son uniforme et, de plus, marié et non plus fiancé… Chargé de faire fonctionner un lave-linge, Billy va bien entendu répandre des cataractes sur le locataire du niveau inférieur, un pianiste qui, à chaque accord, reçoit une averse sur sa romantique chevelure. Le propriétaire intervient et arrête les jets d’eau musicaux. Puis un livreur dépose assez brutalement une énorme caisse : un nuage de plâtre embrume notre artiste qui, cette fois, s’exerçait à l’hélicon. Pour ouvrir le colis, Billy se saisit d’une scie et le spectateur tremble : évidemment, il découpe aussi le plancher et le mystérieux contenu (un réfrigérateur ?) passe directement à l’étage du dessous. Billy dissimule le trou avec un tapis car le propriétaire arrive. Ce dernier pose un pied autoritaire et autorisé sur le cache-misère et passe à la trappe, suivi bien vite par Billy. On reconnaît dans cette excellente comédie de très nombreux emprunts à Mister Wife, tourné par Neal Burns pour Christie en 1926.

  • 2 Ibid., p. 44.

6Débrouillard, mais un peu ahuri, et très attiré par les dames, on a pu dire de lui que c’était « une sorte de croisement entre Harry Langdon et Slim Summerville2 ». De Langdon, il a en effet le visage et quelques expressions, et de Slim, la souplesse et la minceur. Grâce à ses talents d’acrobates, Billy Dooley se meut avec une étonnante fluidité : on n’oubliera pas sa façon de monter les escaliers en se dandinant comme un pingouin, les jambes raides et écartées. Une autre de ses spécialités consistait à tordre sa bouche de façon à faire un huit…

FILMOGRAPHIE

1. COURTS METRAGES :

1925

7Al Christie Comedies-Educational (2b, – R : William H. Watson sauf mention spéciale) :

4.10 – A Misfit Sailor.

8.11 – A Goofy Gob. (d.v.)

1926

17.1 – A Salty Sap.

25.4 – Shore Shy. (d.v.)

19.9 – A Dippy Tar.

24.10 – A Briny Boop. (d.v.)

12.12 Have Courage.

1927

20.2 – Sailor Beware. (d.v.)

24.4 – Dumb Belles.

26.6 Wild Wallops.

8Al Christie Comedies-Paramount (2b, – R : William H. Watson sauf mention spéciale) :

20.8 – Row, Sailor, Row.

24.9 – A Moony Mariner.

12.11 – Easy Curves. (d.v.)

17.12 Dizzy Sights. (d.v.)

1928

4.2 Water Buys.

7.4 – Campus Cuties.

26.5 – A Gallant Gob.

14.7 – Sea Food.

18.8 – The Dizzy Diver. (d.v.)

29.9 – Oriental Hugs – R : Albert E. Christie

10.11 – A She-Going Sailor.

15.12 – Gobs of Love – R : Albert E. Christie.

Old Wives Who Knew – R : Billy Dooley.

1929

19.1 – Happy Heels – R : Norman Mc Leod. (d.v.)

23.2 Off the Deck.

23.3 – Crazy Doings – R : Edward Baker. (d.v.)

20.4 – Rough Dried – R : William Holland.

FILMS PARLANTS :

1931

9Educational :

27.12 – Smart Work (2b) – R : William Goodrich (Roscoe Arbuckle).

1934

10Columbia :

6.4 – Fishing for Trouble (2b) – R : Sam White.

Sea Food, Crazy Doing, Campus Cuties, Dizzy Sights, Rough Dried, Sailor Beware, Easy Curves ont été distribués en 8 millimètres en version plus ou moins condensée.

T.O.N.I. :

Une mission délicate (2b) (sans doute Sailor Beware).

2. LONGS METRAGES :

1927

The Moving Guest (5b) – R : Morris S. Schlank ( ?).

DE 1932 À 1938, NOMBREUX FILMS DONT :

1934

Treasure Island (L’île aux trésors) – R : Victor Fleming.

1936

Anything Goes – R : Lewis Milestone.

Little Lord Fauntleroy (Le petit lord Fontleroy) – R : John Cromwell.

1937

A Star Is Born (Une étoile est née) – R : William A. Wellman.

1938

Call of the Yukon – R : B. Reeves Eason.

The Marines Are Here – R : Phil Rosen.

Notes

1 Richard Roberts, « Al Christie », in Classic images, n° 212, février 1993, pp. 42, 44-45 et 56.

2 Ibid., p. 44.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search