Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Troisième partie: les héros du «séries»

Max Davidson

Texte intégral

  • 1 Robert Farr, « Max Davidson, Hollywood Mensh », in Griffithiana, n° 55-56, septembre 1997, pp. 107- (...)

1Né à Berlin le 23 mai 1875, Max Davidson passe son enfance en Allemagne puis émigre vers les Etats-Unis où il commence une carrière théâtrale en 1895 en jouant dans des mélodrames tels que Fighting Fate, The Bowery Newsgirl, Billy the Kid et Alias Jimmy Valentine. En 19121, il débute au cinéma à la Biograph, passe à la Reliance-Majestic, puis à la Komic Pictures, dont le directeur artistique était Herbert Yates ; pour cette maison de production, il apparaît dans la série « Etheland Bill » (sous la direction de Eddie Dillon) en compagnie de Fay Tincher – qui fut surnommée « The Feminine Chaplin » et devint une vedette d’Al Christie – et Elmer Booth. Max incarne aussi Izzy Brown, un époux malheureux, dans la série des Izzy Comedies. Puis, après un bref passage à la Keystone, il travaille en indépendant pour de nombreuses compagnies. En 1926, il rejoint l’équipe d’Hai Roach et devient une des vedettes les plus originales de la maison. Il continue à tourner des comédies de court métrage pour diverses compagnies (RKO, Columbia, etc.) jusqu’en 1940 et meurt le 4 septembre 1950 à Woodland Hills (Californie).

  • 2 Leonard Maltin et Richard W. Ban, The Little Rascals, New York, Crown Trade Paperback, 1992, p. 90.

2De taille moyenne, plutôt mince, pourvu d’une abondante tignasse noire ou grise et les yeux bleus, il apparaît généralement barbu, jouant dès ses débuts le classique Juif coléreux et cupide : il semble cependant difficile de porter un jugement sur ses premiers films, pour la plupart inaccessibles ou définitivement perdus. Par contre, les comédies de la période Hal Roach sont bien connues des amateurs : Max va trouver là son heure de gloire en tournant des scénarios sur mesure concoctés par une équipe bien rodée. Le comique est fondé essentiellement sur les travers mythiques dont se trouvent traditionnellement accusés les Israélites, principalement l’avarice, mais ce personnage à la Popeck reste éminemment sympathique. Hal Roach prétendait2 cependant que « la seule raison qui l’avait amené à arrêter cette série, c’était que la communauté juive s’était insurgée »…

3Dans Should Husbands Corne First ? (1927), réalisé par Leo McCarey, Max s’apprête à épouser une veuve de 40 ans, mais les enfants de celle-ci veulent à tout prix empêcher cette union. Lors de la première visite du fiancé, ils s’acharnent à se faire passer pour une famille de cinglés : les deux frères font une série d’apparitions burlesques et loufoques qui affolent le brave Max. Puis ils lui font croire que leur mère a empoisonné le potage de son mari pour s’en débarrasser. Justement, il y a du potage au dîner, et les comploteurs ont ajouté de l’essence dans l’assiette de Max. Ce dernier fait des grimaces inquiètes et, constatant que sa pitance active violemment le feu de la cheminée, commence à comprendre qu’il est victime d’une machination. Le mariage a pourtant lieu. Les deux enfants têtus, et obstinés, tentent une dernière manœuvre : l’aîné se déguise en père outragé et le plus jeune (Spec O’Donnell), costumé en héroïne de mélodrame et tenant dans ses bras un bébé noir blanchi à la farine, joue « Séduite et abandonnée ». Les invités édifiés reprennent vite leurs cadeaux de mariage… Mais pendant que les deux frères content leur feuilleton (ce qui nous vaut trois savoureux flash-backs), l’un perd sa moustache, l’autre découvre les fesses noires du négrillon… et la vérité éclate. Dans Call of the Cuckoo (1927), autre excellente production de Hal Roach, Max achète une belle maison, mais il va de déception en déception : rien ne fonctionne et tout se détraque. De plus, un asile de fous n’est pas loin et ses pensionnaires (une drôle d’équipe : Laurel et Hardy, Charley Chase, Jimmy Finlayson !) envahissent les pelouses… Max n’a pas fini de s’énerver…

FILMOGRAPHIE

1. COURTS MÉTRAGES :

1912

4Biograph :

1.8 – The Narrow Road (1B) – R : D.W. Griffith.

1913

9.10 – Scenting a Terrible Crime (1/2b) – R : Edward Dillon.

1914

5Reliance-Mutual :

21.2 – An Interrupted Seance (1b) – R : Edward Dillon.

(R : ?, tous en 1b) :

20.5 – Izzy the Operator ; 24.6 – Izzy’s Night Out ; 1.7 – Izzy, the Detective ; 8.7 – How Izzy Was Saved ; 15.7 – How Izzy Stuck to His Post ; 22.7 – Izzy and the Diamond ; 5.8 – Izzy and his Rival ; 19.8 – Izzy Gets the Wrong Bottle.

6Komic-Mutual : (R : Edward Dillon, tous en 1b) :

25.3 – After Her Dough ; 29.4 ( ?) – Izzy and the Bandit ; 24.5 – Nell’s Eugenic Wedding ; 7.6 – The Last Drink of Whiskey ; 14.6 – Hubby to the Rescue ; 30.8 – Bill Organizes a Union ; 6.9 – The Mascot ; 13.9 – In Business for Himself ; 4.10 – The Million Dollar Bride ; 11.10 – Bill Spoils a Vacation ; 18.10 – Dizzy Joe’s Career ; 25.10 – Bill loins the WWW’S ; 1.11 – Casey’s Vendetta ; 15.11 – Oat Again-In Again ; 22.11 – Ethel Has a Steady ; 6.12 – Mr. Hadley’s Uncle ; 13.12 – The House Breakers ; 27.12 – The Record Breaker.

1915

17.1 – A Flyer in Spring Water ; 31.1 – Cupid and the Pest ; 7.2 – Bill Turns Valet, 14.2 – Music Hath Charms ; 28.2 – A Costly Exchange ; 17.2 – Bill Gives a Smoker ; 14.3 – Caught by the Handle ; 21.3 – Ethel’s Doggone Luck ; 8.4 – Ethel’s New Dress ; 25.4 – Horne Again ! ; 30.5 – Gasoline Gas ; 6.6 – Bold and Brave ; 27.6 – Beautiful Love ; 4.7 – Mr.’s Wallack Wallet ; 18.7 – A Chase by Moonlight ; 25.7 – Safety First ; 1.8 – The Deacon’s Whiskers ; 15.8 – The Fatal Finger Prints ; 22.8 – Faithful to the Finish ; 29.8 – Shocking Stocking ; 5.9 – Over and Back ; 12.9 – The Jinx on Jenks.

7Keystone-Mutual :

 ?. 1 – A Dark Lovers Play (1b) – R : Ed Frazee et Nick Cogley.

11.3 – Love in Armor (1b) – R : Nick Cogley.

8.4 – The Rent jumper (1b) – R : Frank Griffin.

26.4 – Love, Loot and Crash (2b) – R : Nick Cogley.

1916

12.3 – A Village Vampire (La course au collier) (2b) – R : Edwin Frazee.

8Fine Art Film Co :

13.8 – Puppets (2b) – R : Tod Browning.

9Vitagraph :

18.8 – ( ?) A Villainous Villain (2b) – R/Sc. : Larry Semon.

1923

10Christie Comedies-Educational :

3.6 – Plume Crazy (2b) – R : Harold Beaudine.

1924

11Century Comedies-Stern Brothers-Universal :

27.8 – Eat and Run (2b) – R : A1bert Herman.

1926

12Hal Roach-Pathé (2b) :

23.5 – Don Key ou Son of Burro – R : Grover Jones et Hal Yates.

13.6 – Long Fliv the King – R : Leo McCarey. (d.v.)

31.10 – Get’Em Young – R : Fred Guiol.

7.11 – Raggedy Rose (3b) – R : Stan Laurel et Richard Wallace. (d.v.)

13Mack Sennett-Pathé :

19.12 – Kitty from Killarney (2b) – R : Eddie Cline ou Arthur Rossen.

1927

14Hal Roach-Pathé (2b) :

2.1 – Anything Once – R : F. Richard Jones ou Hal Yates.

20.2 – Why Girls Say No – R : Leo McCarey.

8.5 – Jewish Prudence ou Prudence (Prudence) – R : Leo McCarey.
Catalogue Kodascope.

3.7 – Don’t Tell Everything – R : Leo McCarey.

23.10 – Should Second Husbands Come First ? – R : Leo McCarey.
Copie 8 millimetres.

18.12 – Flaming FathersR : Leo McCarey.

15Hal Roach-MGM (2b) :

17.9 – What Every Iceman Knows – R : Hal Yates.

15.10 – Call of the Cuckoos – R : Clyde Bruckman. (d.v.)

12.11 – Love’Em and Feed’Em – R : Clyde Bruckman.

10.12 – Fighting Fathers – R : Fred Guiol.

16Metro :

( ?) Glad Rags (2b) – R : Hugh Fay.

1928

17Hal Roach-MGM (2b) :

7.1 – PASS the Gravy – R : Fred Guiol.

4.2 – Dumb Daddies – R : Hal Yates.

3.3 – Came the Dawn – R : Arch Heath.

31.3 – Blow by Blow – R : James Parrott.

28.4 – Tell It to the Judge – R : Fred Guiol.

26.5 – Should Women Drive ? – R : Hal Yates.

15.9 – That Night – R : Arch Heath.

13.10 – Do Gentlemen Snore ? – R : Arch Heath.

27.10 – All Parts – R : Hal Yates.

10.11 – The Boy Friend – R : Fred Guiol.

8.12 – Feed’Em and Weep – R : Fred Guiol.

18Cameo Comedies-Educational :

23.9 ( ?) – Wife Trouble (2b) – R : Wallace MacDonald.

1929

19Hal Roach-MGM (2b) :

5.1 – Going Ga-Ga – R : Fred Guiol.

FILMS PARLANTS :

11.5 – Hardy Gurdy – R : Hal Roach.

7.12 – Moan and Groan Inc. – R : Robert McGowan (Série Our Gang). (d.v.)

28.12 – Great Gobs – R : Warren Doane.

1930

3.5 – The Shrimp – R : Charles Rogers.

T.O.N.I.

Jacob et fils (2b).

Le Devoir d’un père (2b).
Catalogue Kodascope.

2. LONGS MÉTRAGES (LISTE PARTIELLE)

1916

Don Quixote (Don Quichotte) (5b) – R : Edward Dillon.

Sunshine Dad (5b) – R : Edward Dillon.

Mr Goode, (tie Samaritan (5b) – R : Edward Dillon.

Intolerance (14b) – R : D.W. Griffith.

The Heiress at the Coffee Dan’s (5b) – R : Edward Dillon.

1917

A Daughter of the Poor – R : Edward Dillon.

1918

The Hun Within – R : Chester Whithey.

1919

The Mother and the Law (7b) – R : D.W. Griffith.

The Hoodlum (7b) – R : Sidney Franklin.

1921

No Woman Knows (7b) – R : Tod Browning.

The Idle Rich (5b) – R : Maxwell Karger.

1922

The Right That Failed (5b) – R : Bayard Veiller.

Second Hand Rose (5b) – R : Lloyd Ingraham.

Remembrance (6b) – R : Rupert Highes.

1923

The Darling of New-York – R : King Baggot.

The Extra Girl (Vedette d’occasion) (6b) – R : Mack Sennett.

The Ghost Patrol – R : Nat Ross.

The Rendez-vous – R : Marshall Neilan.

1924

Hold Your Breath (Une femme a osé ou En hauteur) – R : Scott Sidney.

Fool’s Highway (7b) – R : Irving Cummings.

Untamed Youth (5b) – R : Emile Chautard.

1925

The Ragman (Marchand d’habits) (6b) – R : Eddie Cline.

Hogan’s Alley (7b) – R : Roy Del Ruth.

Old Clothes (Vieux habits… Vieux amis) (6b) – R : Eddie Cline.

Justice of the Far North (6b) – R : Norman Dawn.

1926

The Johnstown Flood (6b) – R : Irving Cummings.

Into Her Kingdom (7b) – R : Svend Gade.

Sunshine of Paradise Alley (7b) – R : Jack Nelson.

1927

Hotel Imperial (8b) – R : Maurice Stiller.

Cheaters (6b) – R : Oscar Apfel.

Pleasure before Business (6b) – R : Frank Strayer.

1929

So This Is College (11b) – R : Sam Wood.

1942

Reap the Wind – R. Cecil B. De Mille (dernier film).

Notes

1 Robert Farr, « Max Davidson, Hollywood Mensh », in Griffithiana, n° 55-56, septembre 1997, pp. 107-149.

2 Leonard Maltin et Richard W. Ban, The Little Rascals, New York, Crown Trade Paperback, 1992, p. 90.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search