Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Troisième partie: les héros du «séries»

Clyde Cook

Texte intégral

  • 1 Blair Miller, op. cit., pp. 53-55.

1Né le 16 décembre 1891 à Port McQuarrie (Australie), Clyde Cook émigre avec sa famille aux Etats-Unis dès son plus jeune âge. À 12 ans il travaille déjà dans un cirque comme clown et danseur acrobatique, puis fait le tour du monde en présentant un numéro de danse excentrique. On le verra ainsi en 1913 à Paris aux Folies-Bergère dans la revue « Valse éternelle ». Il semble qu’il débute comme clown vedette aux États-Unis avec la troupe des Ziegfeld Follies au New York Hippodrome ; son show dure 30 semaines et se termine le 27 mars 1920. Son succès est tel que, le lendemain, il est engagé par la Fox, part pour Hollywood, signe son contrat pour les William Fox Studios et dès, le 1er avril, commence à travailler sous la supervision de Hampton Del Ruth1. Son arrivée dans les studios de la Fox est précédée d’une publicité tapageuse : dans le Moving Picture World (2 septembre 1920, p. 96), on trouve un long article à la gloire de cette nouvelle recrue, intitulé « Les jambes en caoutchouc de Clyde Cook s’agitent frénétiquement dans la comédie de la Fox Kiss Mc Quick ». On y lit en particulier :

2« Clyde Cook n’est pas un simple contorsionniste. Chaque geste est chargé d’une fantastique signification. Tout ce qu’il fait a un sens. Quand il remue l’oreille gauche, il le fait sciemment, judicieusement, malicieusement ou astucieusement ; jamais simplement. Quand il tombe en bas d’un escalier, il le fait avec enthousiasme, verve, aisance et éclat, etc. »

3Clyde Cook tourne alors de nombreuses Sunshine Comedies qui vont lui conférer une certaine notoriété. Il a comme partenaire Chester Conklin – transfuge de chez Sennett –, Jimmy Savo et Slim Summerville. Il quitte la Fox, remplacé par Lupino Lane, et tourne alors pour Educational, puis fin 1923 pour Hal Roach : il est le partenaire de Snub Pollard, Oliver Hardy, Jimmy Finlayson, Noah Young, sous la direction de Stan Laurel, James Parrott, etc. En 1927-1928, en tandem avec Louise Fazenda, il est la vedette de longs métrages burlesques très populaires. Par ailleurs, à partir de 1920, il mène simultanément une carrière d’acteur dramatique et apparaît ainsi dans de nombreux longs métrages. Clyde Cook cesse son activité cinématographique en 1953 et meurt le 13 août 1984 dans sa maison de Carpinteria en Californie.

  • 2 Jean-Pierre Coursodon, « Les comiques américains », in Cinéma 60, n° 50, octobre 1960, p. 80.

4Baptisé en France « Dudule » et spécialiste, selon J-P. Coursodon2, du strabisme convergent, Clyde Cook, petit homme maigre et grimacier, était très apprécié par certains critiques. Ainsi M-A. Levinson écrivait dans le numéro spécial du Crapouillot (1927) consacré au cinéma :

5« Chariot est le premier artiste de notre époque. Keaton est ingénieux, sans plus (je préfère d’ailleurs et de beaucoup Dudule). »

6Ses films ont un succès considérable et Cinémagazine donne des comptes-rendus succincts mais dithyrambiques de ses courts métrages. Lucien Doublon écrit par exemple :

  • 3 Lucien Doublon, in Cinémagazine, n° 10, 10/3/1922.

7« Je crois que Clyde Cook, que nous connaissons depuis peu sous le nom de Dudule, conquerra facilement une très grande place dans les programmes parisiens. Après Chariot ? Avant ? Peut-être ! C’est en tout cas un comique à froid, qui sait déchaîner le rire3. »

8De même, Henry Poulaille, dans son livre sur Chaplin, déclarait :

  • 4 Henry Poulaille, Charlie Chaplin, Paris, Grasset, 1927, pp. 44-45.

9« Clyde Cook, Dudule, est le meilleur humoriste depuis Fatty. Il sait surprendre et lui non plus ne rit pas. C’est un véritable comique, on devrait présenter ses bandes plus souvent4. »

10Il est très difficile, hélas, de trouver actuellement des copies de ses films, même en vidéo. Un témoin capital (T.O.N.I.), court métrage de Hal Roach qui doit dater des années trente, permet cependant de voir évoluer un Clyde Cook un peu vieilli mais toujours aussi souple qu’une liane. Il est chargé de remettre au Dr Carbone (Edgar Kennedy) une sommation à comparaître ce jour, devant le tribunal, à 15 heures, précises. Après s’être fait éjecter de l’hôpital à plusieurs reprises par des infirmiers musclés (dont Billy Gilbert), Clyde joue au blessé grave en se couchant sous une ambulance à l’arrêt et, passant ses deux jambes derrière son cou, simule un traumatisme profond et parvient momentanément à pénétrer dans la clinique. Puis, marchand plié en deux, la tête entre les jambes, il s’affuble d’un faux crâne qui n’est autre qu’un ballon d’enfant et s’envole lorsque l’infirmière lui ôte son chapeau… Enfin, Cook parvient à ses fins grâce à un pulvérisateur rempli d’éther : tout l’hôpital plonge dans un sommeil bien mérité et le Dr Carbone, après un voyage mouvementé sur un lit à roulettes, sera à l’heure dite devant ses juges.

FILMOGRAPHIE

1. COURTS MÉTRAGES :

1908

11(en Australie)

His Only Chance – 1 : Marie Baird.

1920

12Sunshine Comedies-Fox (2b) :

1.9 – Chase Me – R : John G. Blystone ou Roy Del Ruth – I : Olive Tell, Edgar Kennedy, Dave Morris, Glen Cavender.

12.10 – Don’t Tickle ou Kiss Me Quick (Dudule et son flirt) – R : John G. Blystone.

10.11 – The Huntsman (Dudule chasseur) – R : John G. Blystone.

1921

17.1 – All Wrong – R : John G. Blystone.

10.5 – The Guide (Dudule alpiniste) – R : John G. Blystone. (d.v.)

15.7 – The Sailor (Dudule marin) – R : John G. Blystone.

18.7 – The jockey (Dudule à dada) – R : John G. Blystone.

 ?. 12 – The Chauffeur ou The Haunted House (Dudule chauffeur) – R : John G. Blystone – I : Edgar Kennedy.

The Detective (Dudule détective) – R : John G. Blystone.

1922

20.8 – Splitting Hairs (Dudule coiffeur) – R : Erle C. Kenton.

21.8 – The Eskimo (Dudule explorateur ou Dudule Nounouk) – R : Slim Summerville.

2.9 – The Toreador (Dudule toréador) – R : John G. Blystone – I : Jim Donnelly, Lois Scott, Edgar Kennedy.

5.11 – Lazzy Bones – R : John G. Blystone.

14.12 – High and Dry – R : Slim Summerville.

1923

7.4 – The Mist (Dudule rapin) – R : Slim Summerville.

19.8 – The Cyclist (Dudule champion) – R : Slim Summerville.

18.11 – Wet and Weary (Dudule dans la flotte) – R : Slim Summerville.

1924

26.1 – The Orphan (Dudule orphelin) – R : Slim Summerville.

13Clyde Cook Educational-Lou Anger (2b) :

10.2 – The Broncho Express – R : Albert Austin.

23.3 – The Misfit ou Under Orders – R : Clyde Cook et Albert Austin.

31.8 – The Pinhead – R : Slim Summerville.

14Hal Roach Pathé :

23.12 – Join the Circus (1b) – R : George Jeske – I : Snub Pollard.

1925

4.10 – Moonlight and Noses (2b) – R : Stan Laurel.

4.11 – Should Sailors Marry ? (2b) – R : James Parrott et Jess Robbins. (d.v.)

19.12 – Starvation Blues (Les deux clochards ou Dudule et les deux clochards) (2b) – R : Richard Wallace – I : Syd Crossley, Tiny Sanford, Cesare Gravina.
Catalogue Kodascope.

1926

17.1 – What’s the Word Comma to ? (2b) – R : Richard Wallace.

6.2 – The Old War Horse (2b) – R : George Jeske – I : Snub Pollard.

21.2 – Wandering Papas (2b) – R : Stan Laurel – I : Oliver Hardy.
Catalogue Blackhawk.

28.3 – Wife Tamers (2b) – R : James Horne.

2.5 – Scared Stiff (2b) – R : James Horne.

6.6 – He Forgot to Remeber (2b) – R : Tom Buckingham.

Navy Gravy (2b) – R : James Parrott.

1928

11.3 – Galloping Ghosts (2b) – R : James Parrott.

15Vitaphone :

Lucky in Love (2b) – R : Bryan Foy.

FILMS PARLANTS

1932

16Taxi Boy Series – Hal Roach-MGM :

14.9 – What Price Taxi ? (2b) – R : Del Lord – I : Franklin Pangborn, Billy Gilbert, Ben Blue.

T.O.N.I. :

17Catalogue Kodascope :

Le Cuisinier aérodynamique (2b).

La Joie de vivre (1b).

18Catalogue Film Office (incomplet) :

Un témoin capital (1b) – 1 : Edgar Kennedy.

19Catalogue Pathé Baby 9,5 :

La Nouvelle Recrue.

Dudule est mauvais soldat (4 x 20 m).

Dudule à la caserne (1b).

Dudule soldat (1923).

Ces quatre derniers titres correspondent sans doute à des extraits différents du même film.

Dudule apprenti guerrier (1920).

Dudule dans la mistoufle (11/1921).

Dudule, l’âne et l’hercule (12/1921).

Dudule a des visions (12/1923).

Dudule et Ali Baba (2b) (12/1923).

Madame Dudule (2b) (11/1924).

Dudule et les obèses (2b) (3/1925).

2. LONGS METRAGES (LISTE PARTIELLE) :

1921

Skirts (Dudule, fils de la femme à barbe) (5b) – R/Sc. : Hampton Del Ruth – I : Chester Conklin, Polly Moran, Glen Cavender, Ed. Kennedy, S. Summerville, Harry McCoy, Billy Armstrong, Bobby Dunn, Laura La Varnie, Alice Davenport, Tom Kennedy, Jack Cooper.

1927

A Sailor Sweetheart – R : Lloyd Bacon – I : Louise Fazenda.

Domestic Troubles – R : Ray Enright – I : Louise Fazenda.

1928

Pau as You Enter – R : Lloyd Bacon – I : Louise Fazenda.

Five and Ten Cent Annie – R : Roy Del-Ruth – I : Louise Fazenda.

1932

Blondies of the Follies – R : Ed. Goulding.

Notes

1 Blair Miller, op. cit., pp. 53-55.

2 Jean-Pierre Coursodon, « Les comiques américains », in Cinéma 60, n° 50, octobre 1960, p. 80.

3 Lucien Doublon, in Cinémagazine, n° 10, 10/3/1922.

4 Henry Poulaille, Charlie Chaplin, Paris, Grasset, 1927, pp. 44-45.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search