Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Troisième partie: les héros du «séries»

Sydney Chaplin

Texte intégral

  • 1 Blair Miller, op. cit., pp. 44-45.

1Fils de Hannah Chaplin, mère de Charlie Chaplin, et de son premier mari, Sydney (ou Sidney) naît à Cape Town (Afrique du Sud) le 17 mars 1885. Il fait ses débuts sur scène alors qu’il n’est qu’un tout jeune enfant. Puis il s’engage comme marin et part pour l’Australie sur un voilier. En 1901, il revient à la scène et commence déjà à s’occuper de la carrière de son demi-frère cadet Charlie, qui apparaît déjà comme un surdoué. Sydney entre dans la troupe de Fred Karno en 1905 et fait partie des « Mummings Birds ». Il fait alors engager son frère Charlie qui n’a que 8 ans. Ce n’est que lorsque Charlie Chaplin quitte Mack Sennett et la Keystone que Sydney fera ses débuts au cinéma : en 1914, il entre donc chez Sennett1. Il crée le personnage de Gussle (en France, Julot) et devient vite une vedette. En 1917, il quitte cependant la Keystone pour se consacrer à la défense des intérêts de son frère et tourne avec lui occasionnellement (Shoulder Arms, 1918, où il joue le Kaiser ; Pay Day, 1922, etc.). En janvier 1918, il abandonne sa charge à Alfred Reeves et paraît sur les écrans comme acteur ou producteur. Il travaille successivement pour la Paramount, la First National et la Warner. Cependant, il a des ennuis aux États-Unis avec la police des mœurs, tout comme son demi-frère ; on l’accuse d’avoir séduit une mineure de 16 ans. Il doit quitter les États-Unis et vient se réfugier en France, à Nice, où il demeurera jusqu’à sa mort le 15 avril 1965.

2Coiffé d’un chapeau mou, la moustache en croc, Sydney revêt généralement un accoutrement qui ressemble fort à celui de son frère. Ses mimiques elles aussi, sa façon de monter l’escalier, de prendre un virage sont visiblement copiées sur le même modèle. Julot ne serait-il qu’une pâle démarcation du génial Chariot ? Certainement non. Julot n’est pas un vagabond, mais plutôt un bourgeois, vivant et pittoresque, et particulièrement coureur...

3Louis Delluc écrivait à son sujet :

  • 2 Louis Delluc, in Bonsoir, 21 août 1923.

4« Excessif, agile, élégant, Sydney exploite les traditions du music-hall avec une ingéniosité, une personnalité qui méritent mieux2. »

5Dans Gussle’s Wayward Path (1915), il revient de la chasse accompagné d’un minuscule petit chien qu’il accroche au porte – manteau avec son fusil, en arrivant chez lui. Sa femme, une impressionnante mégère, lui transmet un télégramme qui le convoque à une réunion. Le voici préparant son sac de voyage, dont il finit par arracher le fond à force de le bourrer à coups de pied. Sa femme décroche le chien toujours pendu et, pour le venger, accroche à sa place son mari qui pédale dans le vide et gesticule avec ardeur. Le pasteur et son épouse sont en visite et Sydney retrouve la terre ferme : il en profite pour lutiner la jolie femme de chambre. Enfin, le voici parti à la gare, mais sa moitié soupçonneuse le suit à distance. Le sac sans fond de Julot lui permet de dérober les bagages d’un voyageur, puis, posant ledit sac à malices sur l’éventaire d’un marchand ambulant, il vole sans danger, et pour les beaux yeux d’une jeune femme, plusieurs sacs de sucreries. La dame séduite l’accompagne dans le train tandis que son épouse, toujours en chasse, s’installe dans le compartiment voisin et flirte avec un inconnu : Sydney, dont la jalousie s’est éveillée, coiffe la tête des deux galants avec son sac fourre-tout, et cogne...

6Dans A Submarine Pirate (1915), qu’il met en scène lui-même avec son complice Charles Avery, Syd incarne un serveur de restaurant peu scrupuleux, mais malin, puisqu’il arrive à voler le sous-marin d’un de ses clients ! Au début du film – premier long métrage (4b) de la Triangle-Keystone – Syd fait une éblouissante démonstration d’adresse avec des assiettes, des bouteilles, etc., puis sert un client d’une manière peu orthodoxe en transportant couvert, plats et mets dans ses vastes poches ou dans son pantalon...

FILMOGRAPHIE

1. COURTS MÉTRAGES :

1914

7Keystone-Mutual :

21.11 Fatty’s Wine Party (1d) – R : Roscoe Arbuckle.

28.12 – Gussle, the Golfer (Julot champion de golf) (1b) – R : Del Henderson.

1915

7.1 – Giddy, Gay and Ticklish (1b) – R : Nick Cogley.

4.1 – Hushing the Scandal (1b) – R : Del Henderson.

25.2 – That Springtime Feeling (Julot fait une conquête) (1b) – R : Del Henderson.

12.3 – His Luckless Love (1b) – R : Del Henderson

29.3 – Gussle’s Day of Rest (L’escapade de Julot) (2b) – R : Del Henderson.

26.4 – Gussle Rivals Jonah (Joseph et Julot rivaux d’amour) (2b) – R : Del Henderson.

?.4 – Gussle’s Wayward Path (Julot séducteur [ ?]) (1b) – R : Charles Avery.
Catalogue Blackhawk.

3.5 – Gussle’s Backward Way (Julot dans la montagne) (1d) – R : Charles Avery.

2.8 – A Lover’s Los ! Control (Julot et le coiffeur)
(2b) – R : Charles Avery.

8Triangle-Keystone :

( ?) Gussle Tied to Trouble (Julot au parc) (1b) – R : Charles Avery.

26.12 – A Submarine Pirate (Le sous-marin pirate) (4b) – R : Charles Avery et Syd Chaplin.
Catalogue Blackhawk en version abrégée (3b) (d.v.).

1916

( ?) No One to guide Him (Julot en voyage) (2b).

1918

9First National :

14.4 – A Dog’s Life (Une vie de chien) (4b) – R : Charles Chaplin. (d.v.)

20.10 – Shoulder Arms (Chariot soldat) (4b) – R : Charles Chaplin. (d.v.)

15.12 – The Bond (1b) – R : Charles Chaplin. (d.v.)

1922

2.4 – Pay Day (Jour de paye) (2b) – R : Charles Chaplin. (d.v.)

25.8 – The Pilgrim (Le pèlerin) (3b) – R : Charles Chaplin. (d.v.)

1929

Hello, Frisco (1b) – R : Slim Summerville.

T.O.N.I.

Julot à bord (l1/1921).

Julot aux Galeries Farfouillettes (3/1922).

Julot fait la fête (2/1922).

L’Irascible Époux d’Ugène (4/1924).

2. LONGS MÉTRAGES :

1921

King, Queen and Joker (Un coup d’État) – R : E. Mason Hopper.

1923

Her Temporary Husband – R : John McDermott.

The Rendez-Vous – R : Marshall Neilan.

1924

The Perfect Flapper – R – John Francis Dillon.

The Galloping Fish (Les deux Agénor) – R : Del Andrews.

1925

The Man on the Box – R : Charles F. Riesner. (d.v.)

Charley’s Aunt (La marraine de Charley) – R : E. Mason Hopper.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1926

Oh ! What a Nurse – R : Charles F. Riesner.

The Better’Ole (Le bourreau des cœurs) – R : Charles Riesner.

1927

The Fortune Hunter – R. Charles F. Riesner.

The Missing Link – R : Charles F. Riesner.

1928

A Little Bit of Fluff – R : Jess Robbins.

Notes

1 Blair Miller, op. cit., pp. 44-45.

2 Louis Delluc, in Bonsoir, 21 août 1923.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search