Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Troisième partie: les héros du «séries»

Charles R. Bowers

Texte intégral

  • 1 La biographie de Ch. Bowers repose sur les articles de Louise Beaudet et Raymond Borde, « Charles R (...)

1Né à Cresco (Iowa) en 1889, Charles Bowers serait le fils d’une comtesse française et d’un médecin irlandais, du moins si l’on en croit une biographie parue en 1928 et probablement dictée par l’auteur lui-même1... À 5 ans il rencontre un ancien acrobate qui lui apprend un numéro de funambule. Un an plus tard, un directeur de cirque le remarque, l’enlève et l’emmène en tournée avec sa troupe, sans l’accord de ses parents semble-t-il. Il jouera ainsi les enfants prodiges (acrobate équilibriste) pendant deux ans jusqu’à ce que son oncle retrouve sa trace et parvienne à négocier son retour au bercail ! Son père, traumatisé par sa disparition, est décédé et, à 9 ans, Charles devient soutien de famille. Très jeune, le voilà donc contraint de pratiquer les petits métiers pour gagner un peu d’argent : garçon d’ascenseur, jardinier, employé de magasin etc.. Il n’a pas 10 ans lorsque sa famille vient s’installer à Pueblo (Colorado), où il continue à travailler à divers emplois : livreur de journaux, garçon de course chez un architecte, le soir, placeur dans un théâtre et même à l’occasion acteur s’il y a un rôle d’enfant dans la pièce. Le dimanche, il reprend son numéro de funambule dans les foires. Au cours d’une fête, il est victime d’un accident en aidant au lancement d’un ballon et se retrouve à l’hôpital. Là, il fait connaissance avec un jockey qui le propulse dans le monde des courses. Le voici engagé comme jockey titulaire à Denver. Un an plus tard, il se lance dans le dressage des chevaux sauvages, mais un mustang trop nerveux le désarçonne et Charles se fracture le crâne. Aussitôt remis, il entre dans un cirque à Chicago, où il fait son numéro de funambule prenant de plus en plus de risques ; il échappe à un grave accident et cette fois renonce à ce métier dangereux. Bowers se retrouve empaqueteur, mais pour peu de temps, car il se tourne maintenant vers le théâtre où il débute comme acteur, puis passe régisseur et costumier-décorateur. Un de ses décors est remarqué et il est engagé par une agence de publicité.

2Après avoir travaillé dans deux autres firme similaires, il signe un contrat avec l’American Lithograph Company ; il est chargé par la Chambre de commerce de Jersey City de réaliser des fresques. Il publie aussi des caricatures dans le Jersey City Journal, dessine pour le Chicago Tribune, le Chicago Star et le Newark Evening News.

3C’est en 1912, à l’âge de 23 ans, qu’il se lance dans le dessin animé : il transpose à l’écran des B.D. célèbres, comme les Katzenjammer Kids (en France : Pirn, Pam, Poum), Happy Hooligan, Jerry on the Job et Bringing Up Father (en France : La Famille Illico). Le premier studio de Bowers (Mutt and Jeff, – Inc.) est fondé en 1916 et produit une série fameuse avec les personnages créés par Bud Fisher (Mutt et Jeff). Le studio s’associe avec Raoul Barré, puis avec Fisher lui-même pour accroître sa production. Bowers est chargé spécialement des scénarios et distribue le travail. Toute une équipe dirigée par Dick Friel travaille à l’animation. Bowers signera environ 200 à 250 films de la série. En 1918, Raoul Barré quitte le studio et c’est Bowers qui en prend la direction. Cependant, accusé de fraude, il est rapidement évincé au profit de Dick Friel. Un mois plus tard, Bowers annonce que, avec l’aide de quelques dissidents, il va produire des « Mutt and Jeff » dans son propre studio à Mount Vernon (New Jersey). Vers 1920, il déménage son studio à Fordham (État de New York). Un étage est réservé à des films plus personnels : Bowers fait quelques essais de films d’animation avec marionnettes. Pourtant, ce n’est qu’en 1924 qu’il réalise ses premières comédies dans son studio d’Astoria, à Long Island. Il y met en scène à la fois des personnages vivants et des objets animés image par image. Simultanément, il ouvre le studio Queen Plaza pour produire encore des « Mutt and Jeff ». Six mois plus tard, Gillette, Gould et Harrisson reprennent le studio sous le nom de The Associated Animation Studio et Bowers abandonne définitivement le dessin animé. En 1926-1927, Bowers tourne en tant que metteur en scène (en collaboration avec un caméraman, Harold L. Muller), scénariste et acteur une série de 14 comédies en 2 bobines, produites par R.C. Picture Corp. Puis, en 1928, il est le principal actionnaire des Bowers Comedies et paraît dans 6 comédies dirigées par H.L. Muller. Bowers met au point un procédé permettant des trucages originaux, écrit les scénarios, fait le caméraman, etc.

4On perd ensuite sa trace : un seul film en 1930 (It’s a Bird, qui fascinera André Breton). En 1935, on retrouve Bowers chez Universal, travaillant comme réalisateur de dessins animés pour Walter Lantz et créant le personnage de Dumb Duck. On sait aussi que, jusqu’en 1940, il tourne des films publicitaires (la plupart perdus), notamment pour la bière Pride Of Newark (P.O.N.), la cire Jonhson et la Petroleum Industry. Par ailleurs, il écrit des livres pour enfants et met au point un Bowers’s Movie Book, appareil de projection sans pellicules... Il réalise son dernier film en 1940, Wild Oysters (1b), pour les studios Max Fleisher. Gravement malade dès 1941, il doit arrêter toute activité et meurt le 25 novembre 1946 dans le New Jersey.

5Redécouvert par la cinémathèque de Toulouse, Charles Bowers est véritablement un des grands noms du cinéma burlesque. Son originalité – mêler intimement le slapstick et le cinéma d’animation –, il la doit certainement à sa formation de « cartoonist ». Le surnom de Bricolo, que lui attribuèrent les distributeurs français, était, pour une fois, assez justifié, car les activités de Bowers acteur, et généralement co-réalisateur et scénariste, sont toujours centrées sur des inventions mirobolantes : robot au savoir-faire universel, procédé de greffe miraculeuse ou plus prosaïquement oeufs incassables, peaux de banane antidérapantes, etc. Quant aux séquences tournées image par image, d’une étonnante perfection technique, ce sont des chefs-d’oeuvre d’imagination et de poésie : une voiture qui couve et engendre des petits modèles réduits, une plante à chats, un oiseau qui se nourrit de ferraille et pond des automobiles, etc.

6Mais laissons la plume à Raymond Borde qui fut une des premiers à reconnaître le génie de Ch. Bowers et à le situer parfaitement dans son époque : « Bowers qui est-ce ? D’abord un inventeur. Bricolo, le bricoleur impénitent, c’est le portrait de Bowers lui-même travaillant à ses bricolos. Il intervient à une époque où la machine fascine l’humanité. Dans l’inconscient collectif, les pistons, les leviers, l’acier qui coule des hauts fourneaux et les postes à galène dessinent la même image d’un avenir radieux. De toute part, de La ligne générale à L’âge des machines et de la subversion Dada, au lyrisme de Walter Ruttman, une utopie joue à plein. Communiste ou capitaliste, russe ou américaine, la technique est mobilisante et dynamisante. Nous sommes à ce carrefour des années vingt et trente où la mécanique était devenue un immense alibi.

  • 2 Raymond Borde, op. cit., « Une découverte », p. 4.

7Or Charlie Bowers invente. Il est à la fois le bouffon dérisoire et le chantre modeste de cette épopée. Il participe et il rigole. Une des énigmes est donc de savoir ce qu’il pensait réellement de l’assemblage de boulons, des rivets, du métal. Y croyait-il2 ?»

8André Martin écrivait quant à lui :

  • 3 André Martin, in Banc-Titre, n° 1-2, 1978.

9« Bricolo nous ramène à l’enthousiasme de la mécanique qui s’est emparé de l’Amérique, avec l’entrée en force des machines destinées au grand public, que ce soit l’automobile en 1922 ou le grille-pain électrique en 1926. Le clavecin nerveux du slapstick nous a proposé à ce moment une superbe parodie de cette nouvelle révolution industrielle et de ses arts ménagers, que ce soit avec les remises en question des grands systèmes ferroviaires ou météorologiques de Buster Keaton, les plus modernes installations domestiques de Snub Pollard ou les chantiers ingénieux des jeunes héros de la série Our Gang3. »

10Mais, bien avant ces historiens du cinéma, le poète espagnol Rafaël Alberti rendait en 1929 un hommage frénétique à Bowers dans un texte intitulé « Charles Bowers inventor » dont nous citerons seulement les quatre derniers vers :

11« Mécanique.

12Amour.

13Poésie.

  • 4 Rafaël Alberti, in Poesia 1927-1967, Madrid, Aguilar, 1972, pp. 431-432.

14Oh4 ! »

15Enfin, signalons qu’André Breton, qui ne pouvait être insensible à l’imagination surréaliste de ce cinéaste, a classé It’s a Bird (1930) parmi les rares films qu’il conserve dans son musée imaginaire aux côtés de King-Kong, Nosferatu et The Gold Rush.

FILMOGRAPHIE

1926

16Wirlwind Comedies-R.-C. Pictures Corp. :

11.4 – Не Done His Best (Les trucs de Bricolo [ ?]) (2b) – R/Sc. : Ch. Bowers, H.L. Muller et Ted Sears, – I : Charles Bowers.
Sc. : Bricolo va demander la main de la jeune fille qu’il aime. Le père de celle-ci, le prenant pour le nouveau plongeur, ne veut écouter aucune explication et l’envoie à la cuisine. La grève est décidée et Bricolo remplace à lui seul tout le personnel. Il finit par détruire le restaurant, en fonde un autre où tous les employés sont remplacés par une machine. Elle fait office de cuisinier, garçon, plongeur, etc. Il suffit de pousser les boutons et les tables sont dressées, les plats servis fumants, les clients satisfaits. De petits cochons entrent par un bout et par l’autre bout sortent, cuites et couvertes de sauce, les côtelettes et les saucisses. Mais au moment où, très fier, il croit avoir enfin conquis sa fiancée, il apprend que la jeune fille est destinée à un autre mari et, navré, reprend le chemin de son village. (D’après Cinémagazine du 10/3/1928 et C.C. du 10/3/1928.) Pas de copie connue.

4.10 – Edged on (Pour épater les poules) (2b) – R/Sc. :Ch. Bowers, H.L. Muller et Ted Sears, – I : Charles Bowers.
Sc. : Bricolo travaille à la fabrication d’oeufs incassables. Pensant avoir trouvé la solution, il essaye d’intéresser plusieurs hommes d’affaires à son idée, mais en vain. Au cours de ses pérégrinations, il rencontre une cousine qui l’emmène dans sa ferme où il pourra travailler tranquillement à son invention. Il construit sa machine en dérobant des objets hétéroclites un peu partout (pédalier de vélo, gonds, robinets, etc.). La machine, très complexe, semble fonctionner et Bricolo convoque le syndicat des éleveurs de poule, mais il a du mal à trouver des oeufs. Un panier d’œufs est laissé dans une voiture : ceux-ci éclosent et il en sort une foule de petites autos. Bricolo trouve enfin une poule qui vient pondre dans une caisse de dynamite qu’elle a l’habitude de picorer. Il prend l’œuf et rejoint les officiels pour faire sa démonstration. L’œuf est placé sur une enclume, le secrétaire du syndicat frappe d’un grand coup de marteau... et c’est l’explosion.

1.11 – A Wild Roomer (Un original locataire ou Un inventeur acharné) – R : Ch. Bowers, H.L. Muller – Sc. : Ch. Bowers, H.L. Muller et Ted Sears, – I : Charles Bowers.
Sc. : La pension Horace est le siège de phénomènes anormaux (déplacement d’objets). Au premier étage, Bowers met au point une machine merveilleuse. Un télégramme l’appelle pour l’ouverture du testament de son grand-père. Bowers apprend qu’il hérite de sa fortune à condition qu’il fasse, dans les 48 heures, la démonstration que sa machine fonctionne. Dans le cas contraire, l’argent reviendra à son oncle. Chez lui, Bowers explique à sa logeuse le fonctionnement de sa machine fort complexe. Deux bras en sortent, construisant une poupée qui s’anime, puis un écureuil apparaît et toutes ces marionnettes disparaissent enfin dans la machine. Bowers téléphone à son oncle que sa machine est au point et qu’il va la lui porter, tandis que ce dernier achète des grenades pour saboter l’engin. Pour sortir sa machine, Bowers est obligé de défoncer les murs de la pension ; il s’élance dans les rues au volant de l’engin. L’oncle le bombarde de grenades, mais sans succès. Arrivé à destination, Bowers montre son invention à sa jolie cousine et à sa mère qui, tandis que les deux jeunes gens flirtent, appuie sur les boutons de commande de la machine. Celle-ci emprisonne l’oncle, le rase, lui fait un shampooing, etc., et finit par le laisser choir dans la mer. L’oncle revient ruisselant et donne à Bowers un coup sur le crâne à l’aide d’un gros poisson.
Catalogue Pathé-Baby 9,5 (2b) sous le titre Bricolo inventeur

9.11 – Fatal Footstep (Le roi du charleston) (2b) – R/Sc. : H.L. Muller, Ch. Bowers et Ted Sears, – I : Charles Bowers.
Sc. : La mode de la danse a atteint un petit village de la campagne. Un concours de danse est organisé, mais les anciens ne peuvent accepter une telle folie. Cependant Charlie a une arme secrète pour gagner le concours. (Jan Zaalberg, Griffithiana, n° 51-52, octobre 1994, p. 178.) « Bowers, garçon de ferme et fanatique du charleston, jure de gagner le titre de roi du charleston au concours de danse qui doit avoir lieu prochainement. La danseuse Pepita Tumafole épousera le vainqueur. Après de multiples avatars, Bowers invente des souliers extraordinaires qui lui permettent de gagner le titre et la bourse destinés au vainqueur» (C.C., 14/4/1928).

27.12 – Now You Tell One (Non, tu exagères) (2b) – R : Ch. Bowers et H.L. Muller – Sc. : Ch. Bowers, H.L. Muller et Ted Sears, – I : Charles Bowers.
Sc. : Le Club des menteurs se réunit à Tumbluff. Chacun raconte son histoire sous la forme d’un flash back. C’est le tour de Bricolo : il a inventé un procédé de greffe universelle, une liqueur qui « suffirait pour faire pousser un peuplier sur un manche de brosse ». Une paille glissée dans ses cheveux devient un chapeau de paille, une autre plantée dans un pot devient un lacet et s’enfile dans ses chaussures. Parti à la campagne pour vendre son invention, Bowers fait une démonstration sur une plante qui pousse à grande vitesse sous les vêtements d’un paysan. Une jeune femme a des problèmes avec des souris et des rats (ces derniers tirent à coups de revolver sur le chat !) : Charlie greffe des rameaux sur une plante en pot et les branches se transforment en chats (blanc, noir, gris, etc.). Il déclare son amour à la jeune femme, mais le mari survient et chasse Bricolo. Retour au Club.

1927

24.1 – Manu a Slip (2b) – R : Ch. Bowers and H.L. Muller-Sc. : Ch. Bowers, H.L. Muller et Ted Sears, – I : Charles Bowers.
Pas de copie connue.

21.2 – Enough Is Plenty (2b) – R : Ch. Bowers et H.L. Muller, – I : Charles Bowers.
Pas de copie connue.

18.3 – Gone Again (2b) – R : Ch. Bowers and H.L. Muller Sc. : Ch. Bowers, H.L. Muller et Ted Sears, – I : Charles Bowers.
Pas
de copie connue.

21.3- When Squirrels Leave Horne (2b) – R : Ch. Bowers et H.L. Muller, – I : Charles Bowers. Pas de copie connue.

28.3 – Shoosh (2b) – R : Ch. Bowers et H.L. Muller, – I : Charles Bowers.
Pas de copie connue.

18.4 – He Couldn’t Help It (2b) – R. et Prod. : Ch. Bowers et H.L. Muller, – I : Charles Bowers.
Pas de copie connue.

16.5 – The Vanishing Villain (2b) – R : Ch. Bowers et H.L. Muller – Sc. : Ch. Bowers, H.L. Muller et Ted Sears, Prod : Ch. Bowers – I : Charles Bowers.
Pas de copie connue.

13.6 – Sleamed Up (2b) – R : Ch. Bowers et H.L. Muller, – I : Charley Bowers.
Pas de copie connue.

11.7 – Nothing Doing (2b) – R et Prod. : Ch. Bowers et H.L. Muller, – I : Charley Bowers, Kewpie Morgan.
Sc. : « Charlie devient flic afin de demander la main de sa bien-aimée dont le père est chef de la police locale. Scènes d’animation avec une bataille entre un chien et un chat» (Lorenzo Codelli, Griffithiana, n° 51-52, octobre 1994, p. 185).

1928

17Bowers Comedy-Bowers Company Corp.-Educational :

1.1 – There It Is (2b) – R : H.L. Muller, – I : Charles Bowers, Buster Brodie, Melbourne McDowell, Kathryn McGuire.
« La maison paraît hantée : on dirait Scotland Yard : le quartier général des détectives (parmi eux, un taon !) est précisément un cour écossaise où les enquêteurs en jupe patrouillent, la loupe à la main... Des prises de vue image par image et du surréalisme à gogo» (Paolo Cherchi Usai, Griffithiana, n° 51-52, octobre 1994, p. 191).

18.2 – Say A-h ! (2b) – R : H.L. Muller, – I : Charles Bowers, J. Gordon Russell, Jean Douglas, Eddie Dunn, Buster Brody, Kewpie Morgan, Ray Turner.
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

17.3 – Whoozit (2b) – R : H.L. Muller, – I : Charles Bowers, Emily Gerdes, Ted Lorch, Anne Brodie.
Pas de copie connue.

30.5 – You’ll Be Sorry (2b) – R : H.L. Muller, – I : Charles Bowers, Betty Cauldwell, Jack Lipson.
Pas de copie connue.

23.7 – Hop Off (2b) – R : H. L. Muller, – I : Charles Bowers, Yvonne Howell, Dan Mason, Robert Graves.
Pas de copie connue.

29.7 – Goofy Birds (2b) – R : H.L. Muller, – I : Charles Bowers, Buster Brody.
Pas de copie connue.

1930

It’s a Bird (2b) – R : H.L. Muller, Animation : Ch. Bowers – I : Charles Bowers.
Sc. : Charlie explique à la radio comment il a trouvé un moyen pour faire disparaître les déchets métalliques. Il vide un camion de déménagement pour y mettre de la ferraille. Le camion livre ce chargement à une cliente mécontente. Un naturaliste explique à Bowers comment on peut attraper l’oiseau qui se nourrit de métal : il faut jouer de la musique. Bowers part en Afrique, traînant une cage, des musiciens, des tables, etc. Sur place, un ver de terre apparaît : Bowers le maquille pour qu’il paraisse métallique et s’en sert comme appât. Le volatile est capturé et ramené aux Etats Unis. Bowers continue son récit à la radio ; l’oiseau se nourrit de morceaux de voiture, puis pond un oeuf d’où sort une petite auto qui grandit et devient une vraie voiture. Bowers déclare : « On va se faire des millions de dollars...» et l’oiseau répond : « Je ponds un oeuf tous les deux ans ! » Catalogue Morcraft.

1935-1936

Réalisateur de dessins animés avec Walter Landtz, pour Universal.

1939

18Prod. Petroleum Industry Exhibition :

Pete Roleum and His Cousins (1b) – Prod./Sc. : Joseph Losey – Animation : Ch. Bowers – Marionnettes : les Frères Bunin – Conception : Howard Bay.

1940

19Studio Max Fleischer, Série « Animated Antic » :

Wild Ousters (1b) – R : Ch. Bowers – Prod : J. H. Hoffberg. Film entièrement d’animation.
Sc. : Un chat et un chien, tous deux habillés drôlement, sont dans un appartement. Un souris pointe son nez. La famille souris s éveille et le chat est à l’affût. Une souris perce un trou dans une planche, y passe la queue du chat et fait un noeud avec celle-ci. Le chat, ainsi immobilisé, et le chien se querellent. Une souris s’introduit dans la bouteille de lait et la vide. Des huîtres, énervées par le bruit, s’attaquent à un souriceau qui rentre précipitamment au logis, poursuivi par les huîtres. Une huître attaque maintenant le chat, toujours coincé, mais qui finit par se libérer en arrachant la planche à laquelle il était attaché.

T.O.N.I. :

Bricolo inventeur (1b).
(Il s’agit d’un film différent du Bricolo inventeur distribué par Pathé-Baby ; une copie, probablement incomplète, est conservée par les Service d’archives du film)
Sc. : Bricolo a mis au point une machine servant à assouplir les bottines, mais les essais sont catastrophiques et le client gifle l’inventeur. Cependant, sa belle-mère essaye de convaincre un homme d’affaires de s’intéresser à ces inventions. Bricolo cherche un système pour rendre les peaux de bananes antidérapantes. Chez lui, ses initiatives conduisent à des drames : ainsi, l’eau de la baignoire gèle pendant que le mari prend son bain. Bricolo observe les peaux de banane avec un microscope géant et fait quelques essais infructueux de liquide antidérapant. Le laitier en fait les frais, puis des visiteurs et un encaisseur venu chercher le loyer. Le dernier essai est le bon. L’homme d’affaires donne un chèque de 50 000 dollars, mais un policier l’embarque avec la belle-mère : c’est un fou évadé d’un asile.

Notes

1 La biographie de Ch. Bowers repose sur les articles de Louise Beaudet et Raymond Borde, « Charles R. Bowers ou le mariage du slapstick et de l’animation», in Les Dossiers de la Cinémathèque, n° 8, Cinémathèque québécoise et Cinémathèque de Toulouse, 1980.

2 Raymond Borde, op. cit., « Une découverte », p. 4.

3 André Martin, in Banc-Titre, n° 1-2, 1978.

4 Rafaël Alberti, in Poesia 1927-1967, Madrid, Aguilar, 1972, pp. 431-432.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search