Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Deuxième partie : dix célébrités

Bobby Vernon

Texte intégral

1Bobby Vernon, peut-être d’origine française – son véritable nom était Silvion De Jardins – est né à Chicago le 9 mars 1897. Sa mère (1875– 1970), actrice de cinéma sous le nom de Dorothy Vernon, ou D. Baird, ou enfin D. Burns après son mariage avec le metteur en scène Harry Burns, était née en Allemagne ; elle tourna dix longs métrages entre 1924 et 1930 ; en particulier, elle apparut aux côtés de Johnny Hines dans Conductor 1492 (1924).

  • 1 Blair Miller, op. cit., p. 243.

2Après avoir été vendeur de journaux, Bobby débute très jeune en Californie dans des comédies musicales. En 19131 il entre à l’Universal où Harry McCoy et Max Asher étaient alors les vedettes de la série « Mike and Jake ». B. Vernon tourne avec eux et Louise Fazenda de nombreuses comédies et, lorsque McCoy part à la Keystone, il le remplace. Vernon passe à la Keystone-Triangle en 1915 : il fait partie de la bande des Keystone Cops de Mack Sennett, puis monte en grade et devient le partenaire privilégié de Gloria Swanson. En 1917, il quitte Sennett pour travailler avec Albert E. Christie, d’abord pour L-KO Universal puis pour Educational et Paramount où il tourne les Bobby Vernon Comedies jusqu’en 1929. Il travaille aussi pour Vitaphone et R.K.O. En 1930, on le retrouve superviseur de comédies (pour W.C. Fields, Bing Crosby) à la Paramount. Particularité : il a tourné très peu de longs métrages, trois seulement semble-t-il. Il meurt à Hollywood d’une crise cardiaque le 28 juin 1939. Il était marié à l’actrice Frances Lee.

3Petit (1,60 mètre) et léger (61 kilos si l’on en croit le Who’s Who on the Screen de 1920), les yeux bleus, les cheveux châtain clair bien gominés, Bobby fait partie de la catégorie des comiques imberbes. Pendant toute sa carrière (1913– 1932), il incarnera les jeunes premiers, mais sa période de gloire reste celle des Bobby Vernon Comedies tournées entre 1918 et 1929 pour Albert E. Christie.

BOBBY VERNON, L’AMOUREUX CONTRARIÉ

4Ce jeune premier de comédie, petit homme à l’œil clair, agité et agile, ce séducteur fanfaron, l’un des plus beaux fleurons de l’écurie d’Albert Christie, fut une fort populaire vedette du burlesque dès 1915 et jusqu’à l’arrivée du parlant. Tout au long de ses vingt ans de carrière (1913– 1932) et des 210 films que nous avons pu recenser, il est presque toujours apparu dans le même rôle : celui d’un amoureux malchanceux ou maladroit. Parions que s’il avait mesuré 20 centimètres de plus, il aurait fait une carrière à la Rudolph Valentino, car Bobby jouissait d’un physique agréable – un visage rieur, éclairé par des yeux clairs et un sourire charmeur –, mais il étai petit (1,60 mètre)... Il se vit donc attribuer les rôles de jeune premier comique dans lesquels s’illustrèrent les Charley Chase, Neal Burns, Eddie Quillan, etc.

5Bobby fait ses premières armes à l’Universal aux côtés de comédiens doués tels que le ventripotent Max Asher, la grimacière Louise Fazenda, Harry McCoy, Gale Henry, William Franey... Une solide équipe qui tourne à grande vitesse (un ou deux films en lb par semaine) sous la direction d’Allen Curtis. Lorsque Bobby passe à la Triangle-Keystone pour rejoindre Mack Sennett, il a donc déjà une sérieuse expérience du burlesque. Sennett, avec son flair habituel, a sans doute détecté en B. Vernon un acteur comique de haut niveau ; de plus, il lui parait intéressant d’opposer ce physique de lutin séducteur à des silhouettes plus massives ou plus sévères, telles que Ford Sterling, Harry Gribbon ou Wallace Beery.

6À son arrivée chez Sennett, voici donc Bobby prêt à incarner le personnage qu’il va conserver durant toute sa carrière. Dès son second film à la Triangle-Keystone (His Father’s Footsteps, 1915), il joue un amoureux contrarié : Bobby doit échafauder un plan tortueux pour obliger son père (F. Sterling) – un monsieur trop entreprenant – et sa mère (Polly Moran) – une dame à principe – à le laisser convoler avec sa jolie voisine (Marie Prevost). Cette situation, parfois scabreuse puisque Sterling tente avec conviction de séduire sa future belle-fille, n’effraye pas Sennett chez qui la famille est souvent rudement mise à mal. B. Vernon retrouve un rôle similaire dès le début de l’année suivante avec His Pride and Shame (1916) où Ford Sterling, chef de la police locale, se trouve derechef son géniteur. Cette fois, les manières assez efféminées de Bobby indisposent le beau-père et, pour gagner la main de la brune Juanita Hansen, il doit effectuer de véritables exploits de super-héros : capture de voleurs, sauvetage de sa promise, etc.

7Ce thème de l’éternel fiancé en butte à l’hostilité de la génération précédente sera repris dans Hearts and Sparks (1916) où Bobby, bricoleur de génie, est condamné à gagner une course de voitures pour obtenir le consentement du papa. A Social Cub (1916) montre encore un Bobby amoureux, mais confronté à un rival, tandis que, dans Teddy at the Throttle ( 1917), il hésite entre deux jeunes filles et sera la victime du complot ourdi par le sauvage Wallace Beery. Cependant, chez Sennett, ces intrigues très conventionnelles constituent seulement le cadre nécessaire pour intégrer les éléments burlesques qu’il affectionne, par exemple une course de tacots en folie (Hearts and Sparks) ou une parodie de serials du style « Tie’em to the rails ! » (Teddy al the Throttle).

8Il en sera autrement chez Christie pour lequel B. Vernon va tourner à partir de 1918. Ce producteur va profiter de la notoriété naissante acquise par Vernon chez Sennett pour exploiter à fond ce personnage d’amoureux à problèmes en imaginant toutes les variantes possibles, y compris les plus délirantes. Le comique de ces films demeure donc essentiellement un comique de situations. La trame générale reste pratiquement la même de film en film : Bobby est amoureux (fiancé ou jeune marié) ; un événement (héritage, hypothèque etc.) ou un personnage (beau-père, belle-mère, rival...) font obstacle à son bonheur. Bobby, preux chevalier, doit affronter cette épreuve, véritable rite initiatique, pour accéder à la félicité parfaite. Chez Christie, le comique va résider d’abord dans le type d’obstacle – souvent farfelu, comme nous le verrons – que va rencontrer Bobby, mais surtout dans la méthode, tout aussi loufoque, qu’il va adopter pour surmonter cette épreuve, et dans les complications qui vont en résulter. Plus la solution est baroque, plus elle est génératrice d’imbroglios inextricables et de quiproquos catastrophiques. Généralement, ces diverses péripéties conduisent B. Vernon au bord du gouffre : le voici tombé de Charybde en Scylla et sa situation parait bien désespérée. Mais la Providence – en l’occurrence l’inépuisable imagination des scénaristes – veille et, miraculeusement, tout rentre dans l’ordre...

9Marriage by Proxi (1918), un des premiers films tournés par Vernon chez Christie, suit pas à pas le schéma que nous avons indiqué. Cependant, l’épreuve que Bobby doit affronter est ici double : d’une part, il doit, pour des raisons financières (récupération d’un héritage), se marier dans les deux mois, et, d’autre part, il lui faut convaincre sa jeune fiancée de ne pas attendre d’avoir 18 ans pour convoler (c’est-à-dire six mois de plus). La solution – assez folle – consiste à remplacer la jeune promise par sa sœur. Cette usurpation d’identité entraîne un certain nombre de troubles et, comme bien souvent, la troupe au grand complet se retrouve au poste de police ; mais les dieux veillent et la jeune écervelée, source de tous les problèmes, arrivera assez tôt pour que toutes les difficultés disparaissent comme par enchantement. Dans Sea Sirens (1919), Bobby doit forcer le consentement du père de sa fiancée : problème classique que l’on résout par un chantage peu glorieux ; Bobby jette son futur beau-père dans les bras de jolies baigneuses et, pour étouffer le scandale, ce dernier accepte le mariage. Autre épreuve : comment se débarrasser d’une belle-mère envahissante, qui perturbe l’intimité du couple, lorsque l’on est jeune marié ? La solution tient du coup de billard : attaquons le problème par la bande, faisons la cour à la maman et la jalousie de l’épouse fera le reste (Bobby, sa femme et sa belle-mère, T.O.N.I.). Dans Avance à l’allumage (T.O.N.I.), Bobby résout encore son problème par l’absurde : timide, il n’ose pas demander la main de sa fiancée ; la solution consistera à proclamer partout que les deux amoureux sont déjà mariés...

10Il arrive parfois que Bobby le romantique tombe amoureux d’un visage entrevu ou d’un simple portrait au dos d’une montre (Watch Out, 1925) dont il est accidentellement le possesseur. L’épreuve consiste cette fois à retrouver le propriétaire de ce précieux bijou dans l’espoir de gagner le cœur de la belle. Cette histoire d’amour fou est à la base d’un des meilleurs films de B. Vernon : ce dernier reconnaît dans la rue la jeune fille du portrait et la suit dans un grand magasin, puis la perd comme dans un cauchemar ; une série d’événements s’enchaînent : la montre s’accroche malencontreusement à un lustre, puis s’envole, pendue à un ballon rouge ; Bobby essaye en vain de la rattraper, déclenche une alerte d’incendie et une cataracte d’eau ; enfin après une course poursuite en voiture – car des voleurs s’intéressent aussi à cette fameuse montre -, il parviendra à ramener l’objet à son propriétaire et à séduire la belle. Vernon fait preuve tout au long du film d’une superbe ingéniosité pour lutter contre la malchance qui s’acharne contre lui depuis qu’il a entre les mains cette montre quasi magique, qui finalement lui apportera le bonheur.

11Dans les cas les plus désespérés, – si, par exemple, les parents de la jeune fille sont intraitables –, Bobby n’hésite pas à recourir à des méthodes brutales pour résoudre ses problèmes de cœur. Par exemple, dans A Barnyard Cavalier (1922), Bobby, inspiré par la lecture des Trois Mousquetaires, enlève à cheval sa dulcinée. De même, dans Une cure salutaire (T.O.N.I.), ne parvenant pas à triompher d’un rival fortuné, il enlève tout simplement la jeune fille objet du litige.

12L’épreuve peut tenir quelquefois du pari stupide : Bobby et son rival en amour conviennent que le premier des deux arrivé au domicile de la jolie Frances Lee aura le droit de l’épouser, sans d’ailleurs demander l’avis de la belle (Jail Birdies, 1927)... Pour corser l’affaire, le père de la jeune fille est aliéniste et cherche à faire enfermer le prétendant qui n’est pas à son goût – Bobby Vernon, bien sûr. Fort heureusement, Frances Lee n’est pas de l’avis de son père ! Autre type de contrainte : dans Bobby chauffeur émérite (T.O.N.I.), notre héros est obligé, pour sauvegarder son amour, de satisfaire les envies de son beau-frère : acheter une voiture alors que Bobby, en bon bourgeois, voulait avec cet argent meubler son appartement. Le voici donc au volant et l’épreuve sera surtout pour ses passagers. Enfin, dans Tie That Bull (1927), Bobby se propose de rattraper un dangereux évadé dans le but d’épater sa fiancée. Variante originale : l’épreuve est ici imposée par l’intéressé lui-même ; fanfaronnade sans doute, et aussi inconscience. Grâce à beaucoup de chance, Bobby parviendra finalement à ses fins après plusieurs arrestations, presque toutes suivies d’évasions...

13Dans tous ces films, les caractéristiques principales de Vernon sont le dynamisme et la ténacité. Cependant, il convient d’ajouter à ces deux qualités un brin d’inconscience, voire de naïveté, et une certaine prétention : ce fanfaron ne craint personne de loin, mais, au pied du mur, il est plus opportuniste que téméraire. Cependant, dans certains de ses films, il semble que Christie se soit amusé à modifier plus ou moins, quelquefois même à inverser, le schéma classique de l’amoureux qui doit faire ses preuves. Ainsi, dans Plumb Crazy (1923), pour obtenir la main de la jeune fille, il accomplit cette fois un exploit négatif, autrement dit il engendre une catastrophe : Bobby incarne un ouvrier immigré – ce qui est déjà assez peu banal chez Christie – qui hérite accidentellement de la carte professionnelle d’un plombier ; le voici donc embarqué, sans aucune qualification, chez un client en pleine réception pour réparer une fuite dans la cave ; les initiatives de Bobby en matière de plomberie tournent au drame : les invités asphyxiés, puis aspergés, prennent congé avec des airs pincés ; le client, ravi d’être débarrassé de ces importuns, félicite Bobby, le rémunère largement et du coup, le patron de notre héros qui assistait au désastre lui donne sa fille en prime !

14Ailleurs, Vernon sera présenté comme un timide jeune homme, amoureux en puissance, et l’épreuve consistera, classiquement, à séduire une belle inconnue rencontrée dans la rue, mais cette fois Bobby va échouer (Wife Shy, 1926) par maladresse et par malchance : dans cette excellente comédie, Bobby apprend à séduire les filles grâce aux conseils précis d’un ami jeune marié. Sauver une demoiselle d’un grave danger est certainement l’un des moyens les plus sûrs pour se l’attacher ; Bobby dispose des peaux de banane sous les jolis pieds de Frances Lee, mais la manœuvre ne conduit pas au résultat espéré : il récolte une paire de gifles et se fait arrêter par un policeman ; son ami le tire de ce mauvais pas, et le hasard le met encore en présence de la même fille qui, persuadée d’avoir à faire à un satyre, s’évanouit de saisissement. Bobby, embarqué à nouveau au poste et libéré par son copain, met des œillères comme un vieux canasson pour ne plus voir les femmes dans la rue. Bien entendu, il tombera encore sur Frances Lee et les mêmes événements se reproduisent dans un savant crescendo : cris, poursuites, etc. Frances Lee se révèle être la jeune épouse de son ami, mais – pour sauver une happy end bien compromise – elle a une sœur fort séduisante dont Bobby s’accommode immédiatement. Dans cette comédie très bien construite, Bobby est donc présenté comme une victime du sexe faible, tandis que Frances Lee, qui incarne la femme type, apparaît comme une hystérique, totalement inaccessible et parfaitement incompréhensive. Notre héros reste donc l’amoureux romantique – certes maladroit – que nous connaissons, mais en quête d’une femme qui n’existe pas, car la fin est évidemment très artificiellement plaquée. Le film reste donc, très inhabituellement, sur une impression d’échec.

15Cette misogynie se retrouve dans Athanase garde-bébé (T.O.N.I.) où Bobby, rebaptisé Athanase dans la version française, est condamné par une épouse autoritaire à jouer les baby-sitters tandis que Madame est de sortie. Cette situation, qui semble bien banale aujourd’hui, paraît atteindre Bobby dans sa virilité même : il ne peut s’empêcher d’aller faire un tour à son club, emmenant avec lui son rejeton qui, évidemment, va en profiter pour disparaître mystérieusement. La fin – hautement morale ! – remet le couple dans le droit chemin : c’est désormais l’épouse qui gardera Bébé. Les ligues féministes frémiront à la vision de cette œuvre vertueuse...

16Par esprit de compensation, sans doute, Christie n’hésite cependant pas à donner parfois le beau rôle au sexe faible et à ridiculiser notre héros. : dans Brigadier, vous avez raison (T.O.N.I.), Bobby, incorrigible joueur, se sert de l’argent qu’il a récolté pour la Croix-Rouge ; sa femme organisera une fausse descente de police dans son tripot pour lui donner une leçon. D’ailleurs, la vie en couple est-elle bien le paradis ? Dans Bobby manque de courage (T.O.N.I.), nous retrouvons bien Bobby en fiancé classique au début du film, mais la suite est plus originale : le voici endormi, rêvant sa future vie conjugale. Tableau cauchemardesque ! À son réveil, Bobby s’enfuit vers des îles lointaines... Cette fois, l’épreuve à surmonter, c’est le mariage lui-même et Bobby recule devant cet ultime et décisif examen...

17Tous les metteurs en scène chevronnés qui dirigèrent Bobby Vernon – Al Christie lui-même au début, puis William Beaudine, Scott Sidney, Gilbert Pratt, Walter Graham – ont su mettre en valeur ces situations burlesques et imprimer à toutes ces comédies le rythme rapide qui s’imposait : poursuites et acrobaties diverses se succèdent avec bonheur. Mais, à la différence des films produits par Sennett, dans les Christie Comedies, certains types de gags purement visuels, fondés par exemple sur le détournement de fonction d’un objet ou sur le non-sens, demeurent assez rares. Cependant, quelques trouvailles de génie parsèment ces films : dans Choose Your Weapons (1922), Bobby, qui doit sauver une jeune fille prisonnière dans un palais d’opérette (on reconnaît le schéma traditionnel des comédies de Vernon), se trouve poursuivi par une meute d’hommes en armes dans d’immenses salles de réception ; il se glisse sous un vaste tapis, progresse comme un taupe et ses agresseurs l’imitent aussitôt : une colonne serpente comme un gros ver aveugle sous l’épais tapis à la recherche de Bobby ; ce dernier les attend à la sortie pour les assommer un par un. Watch Out (1925), par ailleurs fertile en spectaculaires cascades comme nous l’avons déjà signalé, se termine par un gag digne de Sennett : au cours d’une poursuite en voiture, celle de Bobby est détruite et il se retrouve sur le toit du véhicule ennemi, tenant encore le volant et sa barre de direction : après avoir inséré celle-ci à travers le toit de la voiture, Bobby parvient – non sans anicroches – à la diriger à son gré... jusque dans la salle à manger de ). Duffy ! La dernière image montre Bobby pendu par les bras au chambranle d’une porte ; sa fiancée va chercher une échelle, la dresse contre lui, et grimpe pour l’embrasser. Dans Wife Shy (1926), on notera un gag assez scabreux comme on en trouve chez Charley Chase : Bobby, qui a répandu en vain une douzaine de peaux de banane sous les pas de Frances Lee, la poursuit de ses assiduités, en brandissant innocemment un de ces fruits à la main, ce qui achève de convaincre la dame qu’elle a affaire à un vrai obsédé...

18De film en film, Bobby Vernon a su composer, avec l’aide de l’équipe d’Al Christie, un type de personnage bien particulier, ce qui est la caractéristique des grands comiques. Ce jeune don juan, que rien ne décourage, est tenace et même un brin teigneux car sa persévérance le rend parfois insupportable. Content de lui, un peu prétentieux, il fanfaronne loin des réalités-, c’est vrai qu’il sait tout faire : se déguiser, faire l’acrobate ou manier le colt comme Buffalo Bill lui-même. Devant le danger, il est moins agressif, quelquefois un peu lâche même, mais sa bonne étoile lui permet de surmonter les épreuves les plus inattendues. Éminemment sympathique parce que profondément humain, Bobby Vernon demeure aujourd’hui encore l’une des figures les plus populaires du cinéma burlesque.

FILMOGRAPHIE

SOUS LE NOM DE SILVION DE JARDINS :

1913

19Joker Comedies-Universal (lb, – R : Allen Curtis) :

13.8 – The Great Towel Robbery – I : Max Asher, Lee Morris, Billie Bennett.

4.10 – His Priceless Treasure – I : Max Asher, Allen Curtis, Eddie Boland, Billie Bennett, F.C. Law.

11.10 – Thou Shalt not Rubber (l/2b) – I : Louise Fazenda, Max Asher, Lee Morris, Billier Benett, Adelaide Bronti.

25.10 – The Cheese Special – I : Max Asher, Lee Morris, Louise Fazenda, Hank Mann.

29.10 – The Tramp Dentists – I : Max Asher, Lee Morris, Eddie Boland, Joseph Singleton.

15.11 – Almost an Actress – I : Louise Fazenda, Max Asher, Eddie Holland, Lee Morris, Lon Chaney.

SOUS LE NOM DE BOBBY VERNON :

1913

20Joker Comedies-Universal (lb, – R : Allen Curtis sauf mention spéciale) :

1. 11 – Throwing the Bull – I : Max Asher, Lee Morris, Billie Bennett.

5.11 – Mike and Jake Go Fishing – I : Louise Fazenda, Harry McCoy, Max Asher.

8.11 – Love and Limburger – I : Lee Morris, Lorena Foster, Max Asher.

12.11 – Mike and Jake among the Cannibals – I : Louise Fazenda, Harry McCoy, Max Asher.

15.11 – Mike and Jake at College – I : Louise Fazenda, Harry McCoy, Max Asher.

19.11 – Mike and Jake at the Beach – I : Louise Fazenda, Harry McCoy, Max Asher.

29.11 – Lazy Louis – I : Louise Fazenda, Max Asher.

3.12- Mike and Jake in The Wild, Wild West – I : Louise Fazenda, Harry McCoy, Max Asher.

10.12 – Mike and Jake in Mexico – I : Louise Fazenda, Max Asher, Harry McCoy, Charles McCoombs.

13.12 – The Joy Rider – I : Louise Fazenda, Max Asher, Harry McCoy.

17.12 – Mike and Jake as Heroes – I : Louise Fazenda, Max Asher, Harry McCoy.

20.12 – For Art and Love – I : Louise Fazenda, Max Asher, Harry McCoy.

24.12 – Mike and Jake as Pugilists – I : Louise Fazenda, Max Asher, Harry McCoy, Charles McCoombs, J.R. Lewis.

27.12 – She Should Worry (l/2b) – I : Louise Fazenda, Max Asher.

31.12 – Mike and Jake in Society – I : Louise Fazenda, Max Asher, Harry McCoy.

1914

7.1 – Mike and Jake Live Close to Nature – I : Louise Fazenda, Max Asher, Harry McCoy.

10.1 – Some Nightmare (l/2b) – I : Louise Fazenda, Max Asher.

14.1- Saving the Child – I : Louise Fazenda, Max Asher ;

17.1 – The Mystery of a Taxi Cab (2b) – I : Max Asher, Harry McCoy, Louise Fazenda.

24.1 – Heaven Will Protect the Working Girl – I : Louise Fazenda, Max Asher.

29.1 – A Freak Temperance Wave – I : Louise Fazenda, Max Asher, |ane Day.

31.1 – How Bobby Called Her Bluff (Edison film).

31.1 – In the Year 2014 – I : Louise Fazenda, Max Asher, Jane Day.

4.2 – Love and Politics – I : Louise Fazenda, Max Asher, Sam Kaufman.

7.2 – The Midnight Alarm – I : Louise Fazenda, Max Asher, Gale Henry.

14.2 — Chicken Chasers – I : Louise Fazenda, Max Asher, Gale Henry, William Franey, Charles McCoombs.

21.2 – The Tenderhearted Sheriff – I : Louise Fazenda, Max Asher, Gale Henry, Ralph McComas.

7.3 – A Mexico Mix (2b) – I : Louise Fazenda, Max Asher.

11.3- Traffic Souls – I : Louise Fazenda, Max Asher.

21.3 — Mike and Jake Go in for Matrimony – I : Louise Fazenda, Max Asher, Midred Wallace.

28.3 – The Headwaiter – I : Louise Fazenda, Max Asher.

11.4 – Schultz the Paperhanger – I : Louise Fazenda, Max Asher.

15.4 – Mike and Jake in the Clutch of Circumstances – I : Max Asher, Louise Fazenda, Harry McCoy, William Franey, Al Fredericks, Ralph McComas.

25.4 – The Sharps Want a Flat – I : Louise Fazenda, Max Asher.

2.5 – Buck Sharpers ou The « Bucket » Sharpers – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Ralph McComas.

9.5 – Schultz the Barber – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Gale Henry, Ralph McComas.

3.6 – Their First Anniversary – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey.

6.6 – Love and Electricity (2b) – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Gale Henry.

10.6 – Mike Searching for His Long-Lost Brother – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Ralph McComas.

17.6 – The Fatal Letter – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Ralph McComas, Gale Henry.

4.7 – Captain Kid’s Priceless Treasure – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Gale Henry.

10.7 – The Great Universal Mystery – R : Allan Dwan – I : toutes le vedettes de l’Universal.

11.7 – Love, Roses and Trousers – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Gale Henry.

18.7 – His Wife’s Family – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Gale Henry, Queenie Rosson.

25.7 – The Polo Champions – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Gale Henry, Sam Kaufman.

1.8 – Wifies’ Busy Day – I : Louise Fazenda, Max Asher, Gale Henry.

8.8 – That’s Fair Enough – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Gale Henry, Sam Kaufman.

15.8 – What Happened to Shultz ? I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Gale Henry, Sam Kaufman.

29.8- Well ! Well ! I : Louise Fazenda, Max Asher, Gale Henry.

5.9 – Oh ! What’s the Use ?I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Gale Henry.

12.9 – Jam and Jealousy (1/2b) – R : ? – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey, Gale Henry, L. Harris.

19.9 – Love and Graft (2b) – I : Louise Fazenda, Max Asher, William Franey.

21Universal Rex :

The Hungry Actors (1b) – I : Harold Lloyd, Martha Maddox, Roy Stewart, Neely Edwards, Jane Novak.

1915

22Universal Big U :

4.2 – Her Bargain (2b) – R/Sc. : Sydney Ayres, – I : Sydney Ayres, Doris Pawn, Val Paul, Wilbur Highby.

11.2 – The Vaudry Jewels (2b) – R : Gutton L. King, – I : Edna Maison, Ray Gallagher, Eugene Derne.

23Universal Powers :

29.4 – A Family Affair (1b) – R : Clarence Badger, – I : Fred Adrath, Carmen Phillips, Lule Warrenton, Eddie Boland.

24Universal Broadway-Bosworth :

6.9 – Utile Brother of the Rich (5b) – R : Otis Turner, – Sc. : Joseph M. Patterson – I : Hobart Bosworth, Jane Novak, Hobart Henley, Maude George, Albert Mac Quarrie, Carl Von Schiller, Edmund Brown, Walter Belasco, William Clark Jr., Jane Bernoudy.

25Joker Comedies-Universal :

18.9 – He Couldn’t Fool His Mother-In-Law (I b) – R/Sc. : Allen Curtis, – I : Max Asher, Lillian Peacock, William Franey, Gale Henry.

25.9 – He Couldn’t Support His Wife (1b) – R/Sc. : Allen Curtis, – I : William Franey, Gale Henry.

2.10 – An Innocent Villain (1b) – R : Allen Curtis, – I : Edith Payne, Margaret Whistler, Eddie Boland.

26Universal Special :

14.4 – The Black Box (serial en 15 episodes) – R : Otis Turner, – I : Herbert Rawlinson, Anna Little, William Worthington.

27Keystone-Triangle :

14.11 – Fickle Fattys Fall (Fatty et la plon-geuse) (2b) – voir filmographie de R. Arbuckle.

28.11 – His Father’s Footsteps (Bobby veut se marier) (2b) – R : Ford Sterling and Charles Parrott, – I : Ford Sterling, Polly Moran, Charley Chase, May Emory, Guy Woodward, Fritz Schade, Marie Prevost, Cecile Evans, Virginia Fox.
Sc. : « B.V. aime sa voisine Arlette et veut se marier avec elle a toute force. Le père du jeune homme, sur les instances de sa femme, se rend chez Arlette pour lui reprocher d’accaparer son fils. Mais à son tour, papa est séduit par les charmes captivants de la belle fille. Oubliant les vertus de ses ancêtres, il se jette aux genoux d’Ariette et la supplie d’accepter à souper au café Royal. Le soir même, il feint un violent mal de tête et envoie sa femme et son fils au cinéma tandis qu’il se rend au Royal en compagnie d’Ariette. La fine mouche avait trouvé moyen de glisser un billet à Bobby lui annonçant qu’elle soupe avec son père au Royal. B.V. laisse tomber par mégarde le billet au cinéma. Sa mère exprime le désir d’aller souper au Royal avec son fils. On devine le reste : Papa est surpris en train de danser la crapouillette et une scène de ménage a lieu. Mais B.V. innocente son père en disant que toute cette scène n’était qu’une comédie arrangée avec son père pour forcer la maman à donner son consentement au mariage avec Arlette. Sur ces entrefaites, le feu prend, communiqué par une lampe. Arlette sauve la mère et de ce fait tout le monde est d’accord ; le mariage a lieu sur le champ » (C.C., 2/11/1918).

19.12 – Fatty and the Broadway Stars (2b) – voir filmographie de R. Arbuckle.

26.12 – The Hunt (Polyte le groom) (2b) – R : Ford Sterling et Charles Parrott, – I : Ford Sterling, Polly Moran, May Emory, Fritz Schade, Guy Woodward, Frank Opperman, Dorothey Hagart.
Catalogue Blackhawk.

1916

6.2 – His Pride and Shame (2b) – R : Ford Sterling et Charles Parrott, – I : Ford Sterling, Guy Woodward, Juanita Hansen, Bobby Dunn, James Donnelly, Robert Eddy, James Rowe, Frank Hayes.
Sc. : « G. Woodward (maire de la ville) nourrit d’excellents rapports avec Ford Sterling (chef de la police) et leurs enfants respectifs (J. Hansen et B.V.) sont fiancés. Mais les manières efféminées de B.V., qui revient du collège, choquent le maire et ce dernier refuse son consentement. Le chef d’une bande de voleurs (B. Dunn) s’évade de prison avec l’aide d’un complice et tire sur le bureau du maire. Le maire se cache dans les toilettes tandis que Sterling se réfugie sur une conduite d’eau chaude. La chaleur lui fait lâcher prise : il tombe sur le voleur et l’assomme. Fier d’avoir arrêté seul le malfaiteur, il fait sortir le maire de sa cachette. Le voleur, visité par B.V. dans sa cellule, lui prend ses vêtements et s’enfuit en le laissant en prison. Le maire et le chef de la police sont irrités par la stupidité de B.V., mais ce dernier les guide jusqu’à la tanière des voleurs qui ont enlevé la fille du maire. Sterling et Woodward, déguisés en voleurs, se tirent dessus par erreur. Cependant, ). Hansen se sauve par le toit de la chambre où elle était enfermée et B.V. vient la délivrer avec une échelle. Après de nombreuses péripéties, les deux jeunes gens rejoignent la maison de la jeune fille. Sterling, capturé par les voleurs, se voit contraint à porter une bombe dans la maison du maire pour la faire sauter. Peu de temps avant l’explosion, Woodward, Sterling et Vernon s’échappent, mais ce dernier se souvient d’avoir enfermé sa fiancée dans sa chambre. Il court à la maison et parvient à la délivrer ; il gagne ainsi sa main » (Davide Turconi, op. cit., p. 205). (d.v.)

28Universal Powers :

20.5 – Their Social Smash (1b) – R/Sc. : Harry Wulze, – I : Dan Russel, Mrs Plater, Marcia Moore, Miss Nathen.

29Keystone-Triangle :

23.4 – A Dash of Courage (2b) – R : Charles Parrott, – I : Harry Gribbon, Wallace Beery, Guy Woodward, Gloria Swanson, William Mason, Frank Opperman.
Sc. : H. Gribbon et sa bande de voleurs prennent connaissance d’un télégramme qui mandate un commissaire de police pour rassembler des fonds pour une « maison des vieux policiers ». Gribbon se substitue à lui et commence à collecter de l’argent chez les plus riches de ses concitoyens. Ses hommes ont chloroformé les vrais policiers et endossé leurs uniformes. Les victimes de l’escroquerie de Gribbon font appel à la loi et ce sont les faux policiers qui leur conseillent d’attendre pour prendre le voleur sur le fait. Pendant ce temps, les vrais policiers se réveillent et le film se termine par une poursuite endiablée en voiture.

4.6 – Hearts and Sparks (Cœurs et étincelles) (2b) – R : Charles Parrott, – I : Gloria Swanson, Hank Mann, Nick Cogley, Billie Bennett, Tom Kennedy, Joe Lee.
Sc. : Un inventeur (B.V.) construit une auto téléguidée par radio. Il est fiancé à G. Swanson, la fille de N. Cogley qui a des problèmes d’argent : il a en effet hypothéqué sa maison pour emprunter à H. Mann. Ce dernier propose d’annuler l’hypothèque si Cogley lui accorde la main de sa fille. Le père consent, se réservant d’attendre l’issue d’une course de voitures à laquelle B.V. doit participer : s’il gagne, il pourra épouser G. Swanson et payer l’hypothèque. Mann paye alors deux malfaiteurs pour incendier le garage de B.V., mais le système radio sauve la voiture en la faisant sortir automatiquement du garage. Le jour de la course, Mann enferme B.V. dans un grenier sans se douter que, de cet endroit, B.V. peut téléguider sa machine. Il gagne la course avec plusieurs tours d’avance. Cependant, les malfaiteurs avaient réussi à piéger à l’explosif le compteur de vitesse, ce qui donne lieu à un final à suspense. (d.v.)

16.7 – A Social Cub (2b) – R : Clarence Badger, – I : Gloria Swanson, Reggie Morris, Elizabeth DeWitt, Harry Gribbon, Joseph Swickard, Della Pringle, Blanche Payson, Miss Maxanie.
« Une gracieuse jeune fille est attirée dans un auberge douteuse par un mauvais sujet très élégant. Voilà la base de cette comédie assez peu piquante et encore moins originale... Un jeune homme plutôt timide (B.V.) et une jeune fille (G. Swanson) sont fiancés et vivent avec leurs parents dans une auberge. Un ami de collège (R. Morris) leur rend visite et décide immédiatement de voler G. Swanson à son fiancé. Vernon hausse le ton, mais tout ce qu’il obtient de Gloria, c’est la restitution de sa bague de fiançailles. Celles-ci sont rompues et tous deux manifestent leur irritation en s’en-voyant des billets caustiques, mais avant que ces derniers arrivent à destination, les deux amoureux seront réconciliés car Gloria a découvert que Morris n’est qu’un bon à rien. Swanson et B.V. s’embrassent à la fin sous les yeux ravis des parents » (MOT., 26/8/1916).

13.8 – The Danger Girl ou Love on Skates (2b) (Bobby et sa compagnie) – R : Clarence Badger, – I : Gloria Swanson, Helen Bray, Myrtle Lind.
Catalogue Blackhawk (d.v.)

1.10 – Haystacks and Steeples (2b) – R : Clarence Badger, – I : Gloria Swanson, Reggie Morris, Delia Pringle, Eva Thatcher, George Felix, Helen Bray, Joseph Swickard.

30Universal-Victor Comedies :

4.11 – Kitty from the City ou Kitty from Kansas City (1b)- R/Sc. : Harry Wulze, – I : Marcia Moore, Lou Dunbar, Miss Perry, Dan Russell.

1917

31Keystone-Triangle :

11.2 – The Nick of Time Baby (2b) – R : Clarence Badger, – I : Gloria Swanson, Tom Kennedy, Baby Boulden, le chien Teddy. Copie aux Archives du cinéma danois (Copenhague).

15.4 -Teddy at the Throttle (2b) (Les tribulations de Bobby) (2b) -R : Clarence Badger, – I : Gloria Swanson, Wallace Beery, Blanche Phillips, May Emory, le chien Teddy.
Sc. : Bobby hésite entre deux jeunes filles : Gloria Dawn (G. Swanson) qui possède un gros chien (Teddy) et une Junon qui a la tête de plus que lui (May Emory). W. Beery, le vilain, fait tout pour favoriser le mariage avec cette dernière pour que Gloria, qu’il veut épouser, hérite d’une grosse fortune. Au cours d’une soirée, May et Bobby font un superbe numéro de danse, mais Bobby reste toujours amoureux de Gloria qui a découvert les manigances de W. Beery. May enferme Gloria et enlève Bobby pour un mariage éclair.
Gloria téléphone au notaire qui prend aussitôt le train. Une tornade éclate : la voiture de Bobby s’enlise, Gloria et W. Beery galopent sous la pluie. Gloria renvoie Bobby et, le lendemain, W. Beery qui a peur d’aller en prison attache Gloria sur les rails du chemin de fer ; Gloria siffle Teddy qui avertit Bobby, puis les conducteurs du train, qui s’arrêtera à temps. Le méchant est arrêté et les deux amoureux, perchés à l’avant de la locomotive, s’embrassent.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1.7 – Whose Baby (2b) – R : Clarence Badger, – I : Gloria Swanson, Ethel Teare, Tom Kennedy, Charles Bennett, William Irving, Phyllis Haver, Ed Kennedy, Vera Steadman, Roxana McGowan. (d.v.)
Sc. : Gloria Swanson, monitice de sport ( ?) dans une institution de jeunes filles, est mariée secrètement à B.V. Une servante noire élève leur bébé. Le père de Gloria revient inopinément de Bornéo, et veut marier sa fille avec un grand escogriffe. B.V. décide alors d’enlever Gloria un soir d’orage. Mais la tempète se déchaîne et perturbe ses plans. Le bébé évite de peu la noyade ; le père de Gloria découvre le mariage secret et accepte son gendre.
Catalogue Pathéscope 9.5 incomplet (1b) (d.v.)

30.9 – The Sultans Wife (Une veuve inconsolable) (2b) – R : Clarence Badger, – I : Gloria Swanson, Joseph Callahan, Phyllis Haver, Gonda Durand, Roxana McGowan, Blanche Payson, le chien Teddy.
Sc. : B.V. et Gloria Swanson voyagent aux Indes avec leur père. Gloria attire l’attention d’un sultan qui fait le projet de l’enlever pour son harem. Pour tromper le sultan, B.V. et Gloria échangent leurs vêtements. B.V. se retrouve dans le harem, ce qui entraîne toutes sortes de complications. Grâce à Teddy, B.V. se tirera de ce mauvais pas.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1918

32Christie Comedies-Al Christie Films Co. :

12.1 – Five to Five (1d) – R/Sc. : Al Christie, – I : Ethel Lynne, Harry Edwards.

12.2 – Mum’s the Word (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

25.2 – The House That Jack Built (1b) – R/Sc. : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

1.3 – In the Dark (1b)- R/Sc. : Al Christie, – I : Ethel Lynne, Betty Compson.

33SunshineComedie-Fox :

15.3 – A Self-Made Lady (2b) – R : Henry Lehrman, – I : Dot Farley, Edgar Kennedy, John Rand.

34Christie Comedies Al Christie Films Co. :

22.4 – Here Comes the Groom (1b) – R : Al Christie, – I : Betty Compson, Dorothy Dane, Ethel Lynne.

29.4 – Somebody’s Baby (1b) – R : Al Christie, – I : Betty Compson, Dorothy Dane, Billy Mason.

2.5 – In and Out (1b) – R : Al Christie, – I : Elinor Field, George B. French. 4.5 – By Orange Aid (Les oranges de Maud [ ?]) (1b) – R/Sc. : Al Christie, – I : Elinor Field, Dorothy Dane.

10.5 – Love and a Gold Brick (1b) – R : Al Christie, – I : Elinor Field, Dorothy Dane, Ethel Lynne.

20.5 – Their Breezy Affair (1b) – R : Al Christie, – I : Billy Mason, Dorothy Dane, Ethel Lynne.

21.5 – A Regular Patsy (1b) – R : Al Christie, – I : Billy Mason, Elinor Field, Dorothy Dane.

17.6 – Some Romeo (1b) – R : Al Christie, – I : Elinor Field, Dorothy Dane. 8.7 – Efficiency (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

15.7 – Just Like Dad (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

22.7 – This Way Out (1b) – R : Al Christie, – I : Ethel Lynne.

19.8 – Does Your Sweetheart Flirt ? (Les flirts de Dolly |[ ?]) (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

30.9 – Oh, Bobby How Could You ? (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

35Strand Comedies-Caulfield Photoplay :

1.10 – Keep Her Smiling (Rira bien qui rira le dernier [ ?]) (1b) – R : Scott Sidney, – I : Elinor Field.

36Al Christie Films Co-Christie Comedies :

5.10 – Marriage by Proxy (Marié par procuration) (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.
Sc. : « Georges (B.V.) entre en possession de l’héritage laissé par sa tante s’il est marié dans les deux mois suivant l’ouverture du testament. La chose semble simple, Georges étant fiancé à la charmante Nelly (D. Dane). Mais il avait compté sans le caractère fantasque de celle-ci qui refuse de se marier avant ses 18 ans révolus, c’est-à-dire dans six mois. Un beau matin, Georges s’aperçoit que dans quelques heures les deux mois se seront écoulés et que l’héritage de sa tante va lui échapper. 11 conte sa mésaventure au père de Nelly, qui trouve rien de mieux que de la remplacer par sa sœur pour cette cérémonie. Le mariage est célébré sans difficulté... Mais un policeman vient troubler la fête et, après une poursuite pleine de péripéties, la nouvelle mariée est conduite au poste de police. Pourtant, tout finira bien. Un coup de téléphone mettra Nelly au courant ; elle arrivera à temps pour signer les papiers de l’héritage, pardonnera le subterfuge et, accompagnée de Georges et de son père, va recevoir, en personne cette fois, la bénédiction du pasteur. » (C.C., 7/5/1921).

7.10 – Why Get a Divorce (Bobby veut divorcer ([ ?]) (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

14.10 – Three Hours Late (1d) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

21.10 – My Husbands Flirt (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane. 26.10 – Some Cave Man (1d) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

30.10 – Just Plain Folks (1d) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

4.11- Two’s Company (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

10.12 – Johnny, Go Get’Em (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Dane.

1919

6.1 – Five Hundred or Bust (1b).

28.2 – Welcome Home (1b) – R : Al Christie, -

I : Dorothy Devore, Earl Rodney.

3.3 – Bobby Comes Marching Home (1b).

12.3 – Lost-a Bridegroom (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Devore.

17.3 – Oh, What a Night (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Devore.

19.3 – Marrying Molly ( lb) – R : Al Christie, – I : Dorothy Devore.

22.3 – Four of a Kind (1d) – R : Al Christie, – I : Dorothy Devore.

22.3 – Good Gracious Bobby (1b) – R : Al Christie, – I : Patricia Palmer, Francis Feeney, George French, Roscoe Karn, Dorothy Devore (?).
Sc. : Un veuf, son fils et un de ses copains reçoivent trois jeunes filles qui doivent avoir pour chaperon une certaine Mrs Benton. Cette personne étant retenue, les deux jeunes gens proposent à un de leurs amis (B.V.) de la remplacer. Ce dernier, déguisé en dame de compagnie, prend goût à son rôle, séduit une des filles ainsi que le père esseulé. La vérité éclate à l’arrivée de la vraie Mrs Benton, mais tout se termine bien avec la formation de quatre couples d’amoureux. Catalogue Blackhawk.

1.4 – A Rustic Romeo (1b) – R : William Beaudine, – I : Vera Steadman.

12.4 – Sea Sirens (1b) – R : William Beaudine, – I : Patricia Palmer.
Sc. : B.V., artiste amateur, peint des baigneuses sur une plage. Le père de sa fiancée refuse sa main à Bobby tant qu’il n’aura pas vendu un de ses tableaux. Aussi, avec la complicité des autres baigneuses, Bobby organise des flirts pour son futur beau-père et en profite pour le peindre dans des situations compromettantes. Quand le père voit le tableau, il est forcé non seulement de l’acheter, mais aussi de bénir le mariage de sa fille. Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

17.4 – Too Many Wives (1d) – R : Al Christie, – I : Dorothy Devore, Harry Ham.

21.4 – Kiss the Bride (1d) – R : Scott Sidney, – I : Dorothy Devore.
« Comédie domestique basée sur des quiproquos : ainsi la rencontre répétée et accidentelle d’une bonne et d’un portier d’hôtel. L’intrigue se développe autour d’une confusion de sexe avec des allusions à l’homosexualité féminine » (Paolo Usai Cherchi, Griffithiana n° 51-52, octobre 1994, p. 182).
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

37Nestor Comedies-Universal :

26.4 – He Was not a Lady (1b) – R/Sc. : Harry White, – I : Marcia Moore.

38Christie Comedies – I Christie Film Co. :

12.5 – Oh, My Dear (1b) – R : Al Christie, – I : Patricia Palmer, James Liddy.

17.5 – Can Wives Be Trusted ? (1b) – R : Al Christie, – I : Ethel Lynne, James Harrison. Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

1.6 – He Who Be Hesitates (1b) – R : William Beaudine, – I : Ethel Lynne.

9.6 – There Goes the Groom (1b) – R : Al Christie, – I : Lucille Hutton.

16.6 – Cupids Hold-Up (1b) – R : Al Christie, – I : Lucille Hutton.
Sc. : « B.B., acteur dramatique dans la troupe Christie, est sans cesse contrarié par les acteurs comiques de l’équipe. On le prend pour un voleur lorsqu’il fait la cour à une figurante (L. Hutton). Des séquences intéressantes dans les studios Christie » (Robert Farr, Griffithiana, n° 51-52, octobre 1994, p. 174).

16.7 – Lovein a Hurry (1b) – R : Al Christie, – I : Dorothy Devore. (d.v.)

10.8 – His Master’s Voice (1b) – R : Al Christie, – I : Alma Bennett.

1.10 – All Jazzed Up (1d) – R : William Watson, -I : Helen Darling.
Sc. : B.V. est en voyage de noces à Los Angeles. Les jeunes mariés descendent dans un grand hôtel qui les éblouit. Les deux amoureux se disputent : la jeune femme (H. Darling) part faire du tourisme et emprunte le fameux funiculaire Angel Flight tandis que B.V, chez le notaire, se fait voler son argent. Les voleurs cachent l’argent dans une voiture : c’est celle de B.V. ! De retour à l’hôtel, ce dernier trouve un mot de sa femme disant qu’elle l’attend au Angel Flight « L’envol de l’ange » : il croit qu’elle s’est suicidée et essaye en vain de se tuer à son tour. Un policier lui explique sa méprise. Il retrouve sa femme au funiculaire et son argent dans la voiture.
Copie super-8 (d.v.)

?.11 – Bobbys Baby (1b).

?. 11 – Her Bear Escape (1b) – R : Scott Sidney.

1920

29.3 – Fair but False (1d) – R : Al Christie.

?.3 – Petticoats and Pants (2b) – R : Al Christie, – I : Victor Rodman, Elinor Field, Helen Darling.
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

1.4 – Watch Your Step, Mother (1b) – R : William Beaudine, – I : Vera Steadman.

39Christie Comedies-Educational :

29.4 – Kiss Mc Caroline (2b) – R : Al Christie, – I : Charlotte Merriam, Vera Steadman, Neal Burns, Eugene Corey, Teddy Sampson.

11.9 – Seven Bald Pates (Chauve qui peut) (2b) – R : William Beaudine, – I : Dorothy Devore, Victor Rodman, Francis Feeney.

2.10 – A Homespan Hero ou A Howe Made Hero (2b) – I : Helen Darling, Vera Steadman, George Ford.

31.10 – Going through the Rye (2b) – R. William Beaudine, – I : Vera Steadman, Eugene Corey, Jack Henderson.

12.12 – Back from the Front (2b) – R : William Beaudine, – I : Vera Steadman, Laura La Plante, Neal Burns, William Sloan, Francis Feeney.

1921

By Hook or Crook (2b).

30.1 – Oujia Did It (1b) – R : Frederick Sullivan.

28.2 – Hey, – Rube ! (2b) – R : Harold Beaudine ; – I : Helen Darling, Thornton Edwards, Gus Leonard.

27.3 – Dead Easy (1b) – R : William Beaudine, – I : Earl Rodney, – Irene Dalton.

10.4 – Short and Snappy (2b) – R : William Beaudine, – I : Billy Bletcher, Vera Steadman, Gus Edwards, Eddie Barry.

2.10 – Exit Quietly (2b) – R : Frederick Sullivan, – I : Vera Steadman. (d.v.) Copie au musée d’Art moderne (New York).

30.10 – Pare and Simple (2b) – R : William Beaudine, – I : Josephine Hill, Ward Caufield, Victor Rodman, Virginia Ware.

27.11 – Fresh from the Farm (2b) – R : William Beaudine, – I : Josephine Hill, George Pearce, Victor Rodman.

1922

8.1 – A Barnyard Cavalier (Les trois mousquetaires) (2b) – R : Al Christie, – I : Viola Daniel, Victor Rodman, Ward Caufield, Neal Burns.
Sc. : Jack (B.V.), champion du village au lancer du fer à cheval, est amoureux de Jane (V. Daniel), son amie d’enfance, fille du plus riche fermier du coin. Il a un rival, Peter Black. Jack accompagne sa dulcinée faire des courses, lui porte son panier, mais le père n’apprécie guère cet amoureux. Jack lance à Jane un chou-fleur sur lequel il a inscrit un rendez-vous. Ils se retrouvent dans un champ de maïs près d’un épouvantail, mais les deux amoureux sont surpris par le père et le rival. Jack doit s’enfuir sous les menaces. Chez lui, il lit Les Trois Mousquetaires avant de s’endormir et rêve. Le voici en d’Artagnan, se battant contre les gardes du Cardinal avec l’aide des trois mousquetaires. Le fermier et sa fille Jane habitent un palais princier et le mariage avec Peter est décidé. Jane envoie un message à son amoureux qui saute sur son cheval et arrive à la rescousse. Il parvient à empêcher le mariage après une série de combats meurtriers, aidé par les mousquetaires. Puis il enlève la jeune fille sur son cheval... Jack se réveille chevauchant son traversin. Avec ses amis il décide de réaliser son rêve, mais le père de Jane, au courant du projet, l’accueille à coups de fusil : ses amis se sauvent et la jeune fille est enfermée dans sa chambre : nouant ses draps, elle parvient à descendre par la fenêtre et s’enfuit à cheval avec Jack. (d.v.)

19.2 – Hokus Pocus (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Josephine Hill, Victor Rodman, Alice Maison, Henry Murdock.

9.4 – Tis the Bull (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Alice Maison, Victor Rodman, Earl Rodney, Ward Caufield.

4.6 – A Hickory Hick (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Charlotte Stevens, Tom O’ Brien, William Irving.

17.9 – Pardon My Glove (2b) – R : William Beaudine, – I : Vera Steadman, Zack Williams, Tom O’Brien, Ward Caufield, George Pearce.

5.11 – Choose Your Weapons (2b) – R : Al Christie, – I : Charlotte Stevens, Earl Rodney, Maude Traux, Lincolm Plumer.
Sc. : Un faux roi moustachu, en réalité boucher kasher des bas-fonds de New York, embauché par petites annonces, va bientôt épouser la belle princesse qui règne sur un royaume d’opérette. B.V. est amoureux de la jeune fille (Ch. Stevens) et jure de la tirer de ce mauvais pas. Déguisé sous un uniforme militaire et affublé d’une paire de fausses moustaches, il pénètre dans le palais et se bat au sabre contre une foule de dignitaires et de gardes. Un gag original : B.V. poursuivi se fourre sous un immense tapis et progresse comme une taupe ; la meute de ses assaillants l’imite et un long convoi ondulant comme un gros ver progresse sous le tapis ; B.V. sort de là et assomme un à un ses poursuivants. B.V. parviendra évidemment à quitter le palais avec la jolie princesse. (d.v., incomplet)

17.12 – In Dutch (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Charlotte Stevens, William Irving, George Pearce.

1923

4.2 – Second Childhood (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Earl Rodney, Babe London, Lincoln Plumer, Charlotte Stevens, Lois Leslie.
Copie au musée George-Eastman (Rochester, États-Unis).

3.6 – Plumb Crazy (Une affaire de fuites) (2b) – R : Scott Sidney, – I : Diane Thompson, Tommy O’Brien, Ward Caufield.
Sc. : B.V, ouvrier immigré, casse la croûte en compagnie d’un petit singe. Après une dispute avec un copain qui en veut à son sandwich, B.V. se voit dépossédé de sa carte de travail ; heureusement, le singe a volé celle de son collègue, plombier. C’est à ce titre que B.V. est embauché par un patron imprudent. Ce dernier le présente à sa fille et les deux jeunes gens tombent immédiatement amoureux l’un de l’autre. B.V. part en mission réparer une fuite dans la cave d’un particulier qui donne une réception. La lampe à souder fait des dégâts : B.V. inonde de fumée la salle de bal, ce qui provoque une panique générale. La maîtresse de maison appelle le patron de B.V. pour se plaindre et il arrive aussitôt. B.V. continue à sévir dans la cave et branche l’eau sur les conduites de gaz : arrosage général des invités qui prennent congé avec des airs pincés. À la surprise générale, le maître de maison félicite B.V. (sans doute pour l’avoir débarrassé des invités...) et le paye grassement. Le patron est aux anges et accepte le mariage avec sa fille. Mais le vrai plombier poursuivi par la police, débarque le jour de la cérémonie : il veut la place de Bobby ! Après une série de poursuites et de courses en tout sens, Bobby parviendra à faire arrêter son rival et à épouser la jeune fille. (d.v.)

6.7 – Take Your Choice (2b) – R : Scott Sidney, – I : Charlotte Stevens, Harry Dunkinson, Ward Caufield, William Irving, Diane Thompson, Natalie Johnson, Margaret Clous, Gladys Baxter.

30.9 – Hold Everything (2b) – R : Scott Sidney, – I : Vera Steadman, George Hall. Catalogue Morcraft.

18.11 – A Perfect 36 (2b) – R : Al Christie, – I : James Harrison, Lincoln Plumer, Teddy Sampson, Patricia Palmer, Ward Caufield.

1924

13.1 – Ride’Em Cowboy (2b) – R : Al Christie – I : Charlotte Stevens, Tom Murray, Bill Chapman.

23.3 Reno or Bust (Amour, police et orgue) (2b) – R : Archie Mayo, – I : Diane Thompson, Lila Leslie, Victor Rodman, Billy Bletcher, Budd Fine.
(d.v.)

4.5 – Corn Fed (2b) – R : Gil Pratt, – I : Diane Thompson, Victor Rodman, Jack Duffy, George B. French, Lincoln Plummer, George Williams.
(d.v.)

14.9- bright Lights (2b) – R : Walter Graham, – I : Jay Belasco, Anne Cornwall.

9.11 – High Gear (2b) – R : Archie Mayo, – I : Marion Harlan, Lincoln Plummer, William Irving, George Williams.

1925

4.1 – French Pastry (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Anne Cornwall, William Irving, Eddie Baker.

1.3 – Great Guns (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Marion Harlan, William Irving, Eddie Baker, Margaret Cullington Fitzroy.

22.3 – Love Goofy (2b) – R : Jimmy Adams.

19.4 – Don’t Pinch ou Brass Buttons (2b) – R : Walter Graham, – I : Victor Rodman, Molly Malone, Billy Bletcher, Eddie Baker, William Blaisdell.

14.6 – Air Tight (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Charlotte Stevens, Ward Caufield, Eddie Baker.
(d.v.)

6.9 -Watch Out (Contre la montre) (2b) – R : William Watson – I : Frances Lee, Jack Duffy, Victor Rodman.
Sc. : J. Duffy collectionne les montres et vient d’acquérir un exemplaire unique : une montre de laboureur. Un vilain barbu paye deux truands pour lui dérober l’objet. À la suite d’une rencontre un peu brutale au coin d’une rue, Bobby se retrouve possesseur de cette montre. À l’intérieur se trouve le portrait de la fille de J. Duffy (F. Lee) et Bobby la reconnaît dans un magasin. Il essaye de lui rendre la montre : cependant, loin d’y réussir, il provoque une série de catastrophes. Il se rend chez la jeune fille, mais les voleurs subtilisent l’objet. Bobby finit par enlever F. Lee et, à la suite d’une course folle en voiture, la ramène avec la montre à son père.
Catalogue Connaissance du cinéma.

1.11 – Slippery Feet (La bourse ou l’habit) (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Frances Lee, George Hall, Blanche Payson.
Sc. : Dans une soirée mondaine, on danse avec un orchestre entièrement féminin. B.V. effectue un numéro d’imitations pour distraire les invités (entre autres, Napoléon). Son rival lui suggère de se faire la tête d’un bandit évadé et fixe la fausse moustache (et le melon) de Bobby avec de la colle extra-forte. Le vrai voleur fait irruption avec un revolver et terrorise les invités. La police débarque et B.V., ne pouvant ôter ses postiches est arrêté. Enfermé dans une cellule, il y rencontre un complice du bandit qui le fait évader. Le vrai voleur redébarque à son tour dans la soirée mondaine et rançonne les invités. B.V. arrive lui aussi et les invités ne savent plus quel est le vrai et le faux, ce qui donne lieu à de nombreux quiproquos. B.V. effectue le numéro classique de la glace brisée avec son sosie et finit par le faire arrêter.
Catalogue Connaissance du cinéma.

27.12 – Yes, Yes, Babette ou Oo-La-La (2b) – R : Earl Rodney, – I : Frances Lee, William Irving, Yola D’Avril.

1926

28.2 – Page Me (2b) – R : William Watson, – I : Frances Lee, William Irving, William Blaisdell. (d.v.)

11.4 – Broken China (Pas de quartier pour les Chinois ou Quartier chinois) (2b) – R : Earl Rodney, – I : Frances Lee, William Blaisdell.
Sc. : B.V., policeman, est de service tout seul au quartier chinois. Installé sur un tonneau, il est victime des farces des enfants (pétards, etc.). À la suite d’une explosion, il se retrouve assis sur l’embrasure d’une fenêtre aux côtés d’un fumeur d’opium. Drogué par la fumée, il saute et tombe sur un Chinois, puis est bombardé de pots de fleurs. Une bouche d’incendie (qui camoufle un périscope) le surveille. B.V. finit par tomber, par une bouche d’égout, dans une cave qu’il explore prudemment. Il enflamme les moustaches d’un mandarin qui le poursuit ; les escaliers sont truqués et les marches s’abaissent sur commande : B.V. a du mal à s’échapper et doit se déguiser en bouddha. Une voiture de police débarque dans le quartier avec une jeune fille (F. Lee) qui ne tarde pas à disparaître dans les sous-sols. B.V. la défend contre les Chinois et la séduit. Finalement, il réussit à expédier vers les agents tous les Chinois les uns après les autres et sera félicité pour son efficacité.
Catalogue Connaissance du cinéma. (d.v.)

13.6 – Till We Eat Again (2b) – R : Earl Rodney, – I : Frances Lee, Rose Gore.

15.8 – Dummy Love (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Frances Lee, Thelma Daniels, Jack Duffy, Eddie Baker, George Hall.

26.9 – Wife Shy (Cherchez la femme) (2b) – R : William Watson, – I : Frances Lee.
Sc. : Bobby rend visite à un vieil ami de collège qui lui explique comment séduire une jeune fille : il faut la tirer d’un mauvais pas. Bobby essaye la technique sur une jolie brune (F. Lee) en provoquant quelques incidents. Il ne réussit qu’à se faire emprisonner pour harcèlement. Son ami le délivre, mais il retombe sur F. Lee dans l’immeuble où habite son copain. La jeune personne hurle et Bobby se retrouve emprisonné. Ce schéma se répète plusieurs fois jusqu’au moment où l’on s’aperçoit que la jolie brune est la femme de son copain. Heureusement, cette dernière a une charmante sœur célibataire qui convient tout à fait à Bobby. Catalogue Connaissance du cinéma. (d.v.)

21.11 – Hoot Mon ! (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Frances Lee, Eddie Baker, Jack Duffy, William Irving.

26.12 – Sure Fire (2b) – R : Earl Rodney, – I : Frances Lee.

1927

8.2 – Duck Out (2b) – R : William Watson, – I : Frances Lee, William Irving. Catalogue Morcraft. (d.v.)

10.4 – Jail Birdies (Une prison pour deux [ ?]) (2b) – R : William Graham, – I : Frances Lee, Billy Engle, Eddie Baker, Tom Dempsey, George Hall, George Burton, Phil Salvadore, Jack Gray, Bob North, George O’Dell, Charles Maker.
Sc. : « Deux amis doivent se marier et, pour rire, on les met derrière les barreaux d’une prison, enterrant ainsi leur vie de garçon. Mais ils s’aperçoivent qu’ils aiment la même jeune fille. Elle sera à qui arrivera le premier chez elle. Course insensée chez son père, médecin aliéniste, qui, naturellement, tâchera de faire enfermer comme fou le fiancé dont il ne veut pas pour sa fille, car ce dernier insiste trop. Mais les goûts de sa fille ne vont pas avec les siens et elle préfère le soi-disant aliéné. Poursuites folles, déguisements, chutes, noyades, fuites en auto, en yacht, à brouette, presque en sous-marin, c’est une macédoine, un méli-mélo divertissant... » (C.C., 28/4/1928).

29.4 – Tie That Bull (Extra muros) (2b) – R : Robert Kerr, – I : Frances Lee.
Sc. : Un voleur s’est échappé. B.V. promet à sa fiancée de le rattraper et prend le train avec un énorme appareil de photo. Sur le quai, encombré, il a des ennuis avec une jeune fille. Il parvient cependant à photographier le voleur, mais provoque une explosion qui l’éjecte du train. Après une poursuite, il arrête le voleur accidentellement, mais ce dernier s’évade encore et jure de se venger. Il se rend chez la fiancée de Bobby, tandis que celui-ci, affolé, se cache dans la cave. Le bandit découvre enfin Bobby et une poursuite dans l’appartement s’engage. Tout le monde se retrouve au grenier : le plafond s’effondre et assomme le voleur qui parvient encore à s’évader. Bobby se retrouve dans le même taxi que le voleur et réussit enfin, grâce à sa chance, à l’arrêter.
Catalogue Connaissance du cinéma. (d.v.)

17.7 – Dead Easy (2b)-R : Harold Beaudine.

40Paramount-Al Christie Comedies :

13.8 – Shortsocks (2b) – R : Harold Beaudine – I : Frances Lee.
(d.v.)

17.9 – Crazy to Fly (Bien faire pour la séduire) (2b) – R : Harold Beaudine.
(d.v.)

22.10 – Wedding Wows (2b) – R : Harold Beaudine.

3.12 – Splash Yourself (2b) – R : Harold Beaudine, – I : Eddie Baker, William Blaisdell, Billy Engle.
Sc. : B.V. et E. Baker sont deux émigrants suédois sur un bateau. Ce dernier vole la carte de débarquement de Bobby, qui la récupère grâce à un petit chien. Employé comme plombier par W. Blaisdell, il sème la panique chez une cliente qui fait du spiritisme avec des amis : inondation, eau dans le gaz et inversement. Le mari de la cliente, le petit Billy Engle, ravi que toute l’assemblée prenne la fuite, récompense largement B.V. qui peut ainsi se marier avec la fille du patron. Remake de Plumb Crazy (1923).
Catalogue Morcraft (incomplet, Ib). (d.v.)

41Our Gang Comedies – Hal Roach MGM :

19.11 – Heebee Jeebees (2b) – R : Anthony Mack.

1928

42Al Christie Comedies-Paramount :

28.1 – Save the Pieces (2b) – R : William Watson.

10.3 – Sweeties (2b) – R : Arvid E. Gillstrom. (d.v.)

21.4 – Bugs, My Dear ! (2b) – R : William Watson.

2.6 – Holder Cowboy (2b) – R : William Watson, – I : Frances Lee, Jack Duffy ( ?), Stella Adams, Jack Singleton.
Sc. : Cactus Pete (J. Duffy ?) et sa femme (S. Adams) vont fêter les fiançailles de leur fille (F. Lee) avec J. Singleton. Ils reçoivent une lettre qui annonce, venant de Snake Gulch dans l’Ouest, l’arrivée du fils d’un de leurs amis. L’intrusion de ce « cow boy » (B. Vernon) ne leur plaît pas. Dans le train, B.V. menace le contrôleur avec un soi-disant revolver qui n’est en réalité qu’un distributeur de cigarettes. Puis il fait arrêter un bandit de grand chemin et emprunte son habit de cow-boy. C’est dans cette tenue qu’il débarque à la réception des fiançailles. Le nouveau venu fait le malin et se fait éjecter par les domestiques. Il tombe sur une dame qui lui explique qu’elle est mariée au fiancé, J. Singleton, qui n’est qu’un affreux escroc. B.V. parvient à s’infiltrer sous la table pendant le repas, mais il est encore jeté dehors. Des policiers qui font leur ronde le renvoient brutalement à l’intérieur. Le manège se reproduit plusieurs fois. À la fin B.V. parvient à entrer avec l’épouse légitime qui flanque une correction à son mari. B.V., en smoking, impressionne la famille et la jeune fille, F. Lee, qui se consolera dans ses bras.
D’après une copie 8 millimètres incomplète (1b). (d.v.)

11.8 – Stop Kidding (2b) – R : William Holland.

22.9 – The Sock Exchange (2b) – R : Harold Beaudine.

(d.v.)

3.11 – Hot Sparks (2b) – R : William Watson.
Sc. : B.V. a hérité de son oncle une statue d’Indien grandeur nature. Son logeur la lui achète pour 20 dollars. B.V. croit qu’elle n’a aucune valeur, mais quand il sait qu’elle vaut de l’or, il se lance à la poursuite de l’escroc. La voiture de ce dernier heurte celle d’un Indien. B.V. prend le vrai Indien pour la statue et l’emporte sur un diable, puis il ramène le tout chez un collectionneur pourvu d’une jolie fille. Ce dernier achète l’« objet », mais veut l’électrocuter pour le protéger des vers. L’Indien réagit vivement et se réveille en sautant partout. B.V. rend l’argent et est jeté dehors par le collectionneur, mais où est l’Indien de bois ?

8.12 – Footloose Wommen (2b) – R : Arvid Gillstrom.

1929

12.1 – Why Gorillas Leave Home (2b) – R : Arvid E. Gillstrom.

16.2 – His Angel Child (1b) – R : Eddie Baker. (d.v.)

16.3 – Turn Him Loose (2b) – R : Eddie Baker.

13.4 – Sappy Service (2b) – R : Eddie Baker, – I : Vera Steadman, Tom Dempsey.
Sc. : B.V., employé chez un avocat, est chargé d’amener au tribunal, à trois heures précises, un chirurgien qui doit divorcer. Pour pénétrer dans l’hôpital, il simule un accident, puis se déguise en infirmière, enfin se retrouve sur le point d’être opéré de l’appendicite. Il se sauve en pulvérisant de l’éther sur les infirmiers et sur le chirurgien qu’il emmène sur un lit à roulettes jusqu’au tribunal après une course folle à travers la ville. Là, il apprend que l’épouse ne veut plus divorcer et s’endort lui même à l’éther.
Nouveau remake d’un scénario très classique, repris par exemple dans Un témoin capital avec Clyde Cook (prod. Hal Roach). Catalogue Blackhawk. (d.v.)

FILMS PARLANTS :

1930

43Vitaphone :

Bobby Vernon in Cry Baby ou Cry Baby (1b).

1931

44Mack Sennett-Educational :

1.2 – One Ward to Go (2b) – R : William Beaudine, – I : Marjorie Beebe, Frank Eastman, Dot Farley, Cyril Chadwick, – Ray English, Ernie Alexander, George Gray, Jack Dillon, Marvin Lobach.

45RKO-Pathé :

15.6 – Stout Heart and Willing Hands (2b) – R : Bryan Foy, – I : Frank Fay, Lew Cody, Laura La Plante, Alec B. Francis, Mary Carr, Owen Moore, Matt Moore, Tom Moore, Eddie Quillan, Ford Sterling, Mack Swain, Chester Conklin, Clyde Cook, James Finlayson, Hank Mann.

Sneer Luck (L.M.) – R : Bruce Mitchell.

1932

46Al Christie-Vanity-Educational :

21.2 -That Rascal (2b) – R : Al Christie, – I : Harry Barris.

7.8 – Ship A-Hooey ! (2b) – R : Harry J. Edwards, – I : Glenn Tryon.
(d.v.)

47Paramount :

12.7 Make Me a Star (9b) – R : William Beaudine, – I : Stuart Irwin, loan Blondell, Zasu Pitts, Ben Turpin.

T.O.N.I. :

Minute papillon ! (2b) (Catalogue Connaissance du cinéma).

Bobby est trop aimé (2b) (3/1918) Triangle-Keystone.

Brigadier, vous avez raison (9/1920).
Sc. : B.V. a parié avec sa femme qu’il toucherait parmi ses amis plus d’argent qu’elle pour le comité de la Croix-Rouge. La journée est presque achevée et B.V. mène la fête avec 200 dollars d’avance. Mais il a un défaut, c’est un joueur et sa femme le sait. Il ne peut résister à la tentation d’aller au tripot le soir. Sa femme se déguise en brigadier de police et, avec quelques amis également déguisés, fait irruption dans la salle de jeu. Le scandale va éclater, mais avec de l’argent tout s’arrange. Tard dans la nuit, quand B.V. totalise ses recettes, il comprend enfin le tour qu’on lui a joué.

Bobby s’amuse (2b) (12/1920) – R : William Beaudine.

Bobby est encombrant (1b) (3/1921).

Bobby, sa femme et sa belle-mère (3/1921 ).
Sc. : B.V, récemment marié, ne peut se débarrasser d’une belle-mère gênante qui s’implante chez lui et prétend mener son ménage à sa guise. Sur le conseil d’un ami, B.V. imagine de faire à sa belle-mère une cour déguisée et de se montrer plein de prévenances. La femme de B.V. en conçoit une jalousie justifiée et renvoie la belle-mère. B.V. dévoile alors à sa femme le procédé ingénieux qui lui a permis de rester seule avec elle.

Bobby mangue de courage (4/1921) – peut-être : Lost a Bridegroom ou He Who Hesitates.
Sc. : La coquette fiancée de B.V. s’attarde aux soins de sa toilette tandis que B.V, qui lui apporte sa bague de fiançailles, s’impatiente au salon. Le temps passe, en vain les cigarettes succèdent aux cigarettes, B.V. baille, s’endort dans un fauteuil et nous assistons au rêve le plus abracadabrant qui soit, pour notre plaisir et au grand dam de la tardive fiancée, car, au réveil, B.V. dégoûté du mariage tel qu’il vient de le voir en rêve ment effrontément, assure qu’il a oublié la bague de fiançailles et s’enfuit malgré les larmes de sa fiancée. Il part, dit-il, étudier le problème du mariage et de la repopulation à Honolulu.

Bobby est incorrigible (5/1921) – peut-être : Two’s a Company ou Too Many Wifes.
Sc. : B.V. se trouve aux prises avec deux flirts qu’une fâcheuse coïncidence fait demeurer dans la même maison. Le voilà dans l’obligation de les demander toutes les deux en mariage, et, de ce fait, il aura deux fiancées. Tout se découvrira et se terminera en poursuite. Etant parvenu à s’échapper, il tombera de Charybde en Scylla, car, à peine dans la rue, et pas encore remis de ses émotions, il tombe en arrêt devant le minois d’une charmante jeune fille et le flirt recommence.

Bobby veut divorcer (6/1921 ).

Un pari original (7/19211.

Bobby chauffeur émérite (7/1921).
Sc. : Après avoir obtenu la main d’une charmante jeune fille, B.V. se trouve dans l’obligation, pour donner satisfaction à son irascible futur beau-frère, d acheter une auto au lieu d’un mobilier. Les flirts de Dolly (8/1921).

Un mari à combinaisons (9/1921 ).

Rira bien qui rira le dernier (11/1921) – peut-être Keep Her Smiling, 1918.

Un joyeux anniversaire (11/1921).

Athanase garde-bébé (12/1921).
Sc. : Athanase est un papa mué, par la volonté de sa femme, en bonne d’enfant. On a beau être père, on n’en est pas moins homme. Les amis réclament ce père de famille modèle et le voilà parti au club emmenant avec lui le bébé puisque Madame passe ses journées à faire du tricot pour les soldats ! L’enfant disparaît ! Le jeu des poursuites commence et dure... Lorsqu’il cessera, Bébé une fois retrouvé, Madame, dégoûtée de son amie et du tricot, jurera, mais un peu tard, que c’est elle désormais qui gardera Bébé. Mais sera-t-il mieux gardé pour cela ?

Excentric’s music hall (3/1922).

Bobby a de la veine (6/1922).

Bobby et le régime sec (9/1922).

La 300 hp de Bobby (2b) (12/1922).

B.V. y joue le rôle d’un écolier.

Avance à l’allumage (5/1923).
Sc. : B.V. et Lily font croire à leur famille qu’ils sont mariés et cela parce que B.V., très timide, n’ose pas avouer aux parents de Lily qu’il veut épouser leur fille !
Imbroglio, complications... pasteur et finalement véritable mariage.

Ce lourdaudde Bobby (2b) (7/1923).

Une cure salutaire (2b) (9/1923) – peut-être Fresh from the Farm, 1921.
Sc. : Né flemmard, B.V. a trouvé un moyen ingénieux de ne pas s’en faire en actionnant mécaniquement toutes les machines de son patron au moyen d’un vieux tacot acheté aux puces. Amoureux de Lily Faceblett, fille du fermier chez qui il est employé, B.V. est persuadé qu’il obtiendra sa main lorsqu’un jeune dandy de la ville Ralph Rigodon, arrive au village pour se mettre au vert. Le père Faceblett, qui sait tirer parti de tout, confie Ralph à Bobby afin que le jeune dandy puisse revenir rapidement à la santé en contribuant aux travaux de la ferme. Un jour que le shérif de l’endroit vient demander le remboursement d’une créance au père Faceblett, celui-ci ne peut payer. Rigodon, qui s’est amouraché de Lily, propose au fermier de liquider sa dette et de s’associer avec lui. Le jour de la fête du village, Faceblett profite de la circonstance pour célébrer le mariage de sa fille et de son associé. Après la cérémonie, B. V, désespéré de perdre l’objet de ses amours, enlève Lily. Le pasteur de l’endroit veut bien les marier malgré l’opposition du père Faceblett et la célébration a lieu au nez et à la barbe de Rigodon, le malheureux rival de B.V.
Catalogue Pathé Baby 9.5 :

Mariage à la vapeur (3 X 20 m) (peut-être extrait de Love in a Hurry, 1919.)
Sc. : Si Bobby, jeune célibataire, n’est pas marié dans une heure, son oncle le déshérite. Bobby bouscule les événements et finit par prononcer le « oui » sacramentel juste au moment où la pendule sonne l’heure fatale. Bobby est un heureux homme : en une heure, il aura trouvé la fortune et l’amour.

Notes

1 Blair Miller, op. cit., p. 243.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search