Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Deuxième partie : dix célébrités

Alfred St. John

Texte intégral

  • 1 Robert Florey, Filmland, Paris, Ed. Cinémagazine, p. 223.
  • 2 Ibid., p. 225.

1Neveu de Roscoe « Fatty » Arbuckle – son père Walter avait épousé la sœur aînée de Fatty –, Alfred St. John naquit à Santa Anna (Californie) le 10 septembre 1892. Elève dissipé et facétieux d’après R. Florey1, il convainc ses parents qu’il n’est pas fait pour les études ; il enterre sa vie d’écolier, fait ses adieux à son instituteur qui l’embrasse devant toute la classe admirative et s’engage comme mousse en avril 1906 sur un cargo en partance pour la Chine. Arrivé au terme de son voyage, il n’obtient pas l’autorisation de débarquer ; c’est donc clandestinement, après un plongeon dans l’océan, qu’il prend contact avec le continent asiatique. Après un séjour peu confortable – il est presque sans un sou –, il réussit à embarquer pour l’Australie et jusqu’en 1912, il va bourlinguer sur tous les océans de la planète. À 19 ans, éprouvant le besoin de se fixer, il devient gardien de port et sauve une jeune fille de la noyade2. Cet exploit, d’après Florey, lui permet de débuter dans le cinéma : le père de la victime lui offre de travailler comme cascadeur ou doublure des vedettes.

  • 3 Ce passage consacré à la carrière cinématographique d’AL St. John repose sur l’article de Buck Rain (...)

2Quoi qu’il en soit, il semble commencer sa carrière à la Biograph en 19123, puis l’année suivante le voici à la Keystone avec Sennett, remplaçant Mabel Normand qui devait plonger de plus de 30 mètres de haut. Pendant un an environ, il va doubler les principales stars de la maison, puis, sans doute grâce à son oncle Fatty, il commence à tenir quelques petits rôles : il fera partie de l’équipe fameuse des Keystone Cops et de la Fire Patrol... Il se révèle un acrobate hors du commun, doué d’une étonnante souplesse, et sera le faire-valoir de Fatty dans de nombreux films jusqu’en 1916, date à laquelle il finit par obtenir un rôle de premier plan dans un film réalisé par son oncle, The Moonshiners, dans lequel ce dernier, exceptionnellement, ne joue pas. En 1917, Fatty quitte la Keystone pour fonder sa propre compagnie (Comique Film Corporation) et emmène avec lui son neveu. Ils tournent ensemble 19 films dont Fatty est la vedette. En 1919, Alfred St. John se lance à son tour dans la mise en scène avec Speed dont il a écrit aussi le scénario et où il tient enfin le rôle principal. Ce film marque le début de son œuvre personnelle. Bien que toutes les comédies qui suivent ne soient pas toutes signées de son nom, elles conservent cependant jusque vers 1926 une certaine unité de ton et de style qui permettent de considérer Al St. John comme un auteur à part entière. En 1921, il signe un contrat à la Fox, puis en 1924 travaille pour Educational dans des séries (Tuxedo Comedies, Mermaid Comedies) dont la qualité ira en se dégradant au fur et à mesure que le parlant approche.

3Parallèlement, Al St. John entreprend une carrière originale dans le long métrage : dès 1924, il apparaît, tenant des rôles secondaires, dans des films dramatiques et surtout dans des westerns à tout petit budget. Peu à peu, il se spécialise dans ce dernier domaine, tourne avec Tom Mix, John Wayne, puis devient le partenaire attitré de vedettes du genre, telles que William Boyd (Hopalong Cassidy Series), Bob Steele (Billy The Kid Series), George Houston ou Bob Livingston (Lone Rider Series), Buster Crabbe (Billy Carson Series) et enfin Lash La Rue. À partir de 1941, affublé d’une barbe de clochard, il se fait appeler « Fuzzy » (en anglais, « hirsute », mais aussi « fada ») Q. Jones. Il continue à tourner des westerns jusqu’en 1950. Puis, retiré des affaires, il parcourt les États-Unis et la Grande Bretagne pour collecter de l’argent en vue de soutenir la recherche médicale sur la dystro-phie musculaire. Il meurt à Vidalia (Géorgie) d’une crise cardiaque le 21 janvier 1963. Surnommé en France « Picratt », et en Italie, « Eccolo ».

4Environ 80 % des films avec Al St. John en vedette semblent définitivement perdus.

UN COMIQUE EN APESANTEUR : PICRATT

5Un grand nombre d’acteurs burlesques surent se faire un nom en créant une silhouette originale et bien typée, soit grâce à un accoutrement et un maquillage particuliers (chapeau, pantalon, moustache...), soit grâce à une singularité de leur physique : le strabisme pour Ben Turpin, pour Fatty, l’obésité, pour Slim Summerville, la minceur ; d’autres enfin, tel Al St. John, durent tout d’abord leur succès à d’exceptionnelles qualités d’acrobate. Gymnaste complet et d’une stupéfiante souplesse, Picratt est aisément reconnaissable dans les films de la Keystone où il a débuté : il est celui qui accomplit les cabrioles les plus folles. Son visage se distingue aussi par l’absence de moustache, particularité qu’il partage avec son oncle Fatty et quelques autres vedettes, petites (Bobby Vernon, Slim Summerville) ou grandes (Keaton, Langdon ou Lloyd). Le visage allongé, souvent blafard (est-ce le maquillage ou les effets pervers des contretypes successifs ?), ce blond dégingandé fait des grimaces à la Fazenda et roule des yeux d’une surprenante pâleur. Dès qu’il est en vedette, il adopte un uniforme bien caractéristique : chapeau noir conique trop petit posé de travers sur son crâne, chemise blanche ornée d’une lavallière, veston étroit et cintré, fleuri au revers, et pantalons trop courts s’arrêtant à 15 bons centimètres du cou de pied.

  • 4 Robert Florey, op. cit., p. 227.

6Robert Florey4, qui fut son gagman à la Fox pour les Sunshine Comedies dès 1921, déclare qu’il modifia complètement son costume après Straight from the Farm (début 1922). Effectivement, il semble bien que dans la plupart des films qui suivirent, où il incarnait des personnages très divers (chauffeur de locomotive, hors-la-loi, ingénieur, commis, etc.), il ait adopté des tenues variées, en particulier en ce qui concerne le couvre-chef, restant quand même fidèle à ses pantalons étriqués.

7À ses débuts, Al demeure pendant quelques années le faire-valoir de son oncle, le volumineux et inquiétant Roscoe « Fatty » Arbuckle dont il est presque l’antithèse, tant du point de vue physique que moral : si Fatty est tout en rondeurs, Picratt est tout en longueur, et si le premier incarne plutôt les braves garçons ou les bourgeois plus ou moins honnêtes, le second joue les « vilains » : cambrioleurs, vagabonds, voleurs de femme... Agressif et bagarreur, il persécute Fatty, le provoque sans cesse jusqu’à ce qu’il ait reçu une correction méritée, agrémentée de pittoresques cabrioles.

  • 5 Petr Kral, Le Burlesque ou Parade des somnambules, Paris, Stock, 1986, p. 97.

8À la fin de 1919, il parvient à sortir de l’ombre imposante de son oncle et commence une œuvre personnelle avec Speed. À partir de cette date et jusqu’au début du parlant, la vedette qu’est devenu Al. St. John se doit d’incarner un héros positif ; il sera donc, sans surprise, un honnête garçon un peu simplet, qui traverse les embûches de la vie grâce à son inaltérable santé. Ce portrait pourrait sans doute s’appliquer mot pour mot à nombre de comiques burlesques (Lloyd Hamilton, Snub Pollard, Bud Duncan...), mais Picratt se distingue de ses collègues par sa démarche élastique, sa légèreté, son défi constant aux lois de l’équilibre, sa « frénésie gestuelle » selon l’expression de P. Kral5. Est-il un extra-terrestre ? Il sait planer, voler presque, cabrioler, virevolter ou faire du trapèze volant sur un lustre...

  • 6 Petr Kral, op. cit., p. 268.

9Al St. John tourne une série de comédies en deux bobines, dont il est lui-même, au début, le metteur en scène ; ses films paraissent posséder une certaine unité de ton et d’inspiration bien qu’une analyse exhaustive en soit difficile étant donné le petit nombre de comédies de Picratt accessibles à ce jour. À partir de 1919 donc, et jusqu’en 1926, époque de ses meilleures réussites, Al St. John est le plus souvent l’auteur complet (réalisateur et scénariste) de ses films. Les quelques comédies encore visibles (tel l’excellent Red Pepper, 1925) montrent qu’il avait su imprimer à ses films une marque très personnelle, fondée à la fois sur son style de jeu « en souplesse » et sur des gags souvent poétiques, comme nous le verrons. Al use volontiers d’un accessoire – un vélo de cirque – que l’on peut considérer comme sa marque de fabrique. Il siffle sa bicyclette et celle-ci, comme un cheval bien dressé, vient toute seule à sa rencontre. On le verra chevaucher avec virtuosité un tel engin chargé d’encombrants ustensiles (il est poseur de papiers peints) dans The Paperhangers (1921) et plus tard virevolter avec élégance chez lui comme dans les rues avec Red Pepper. L’ouverture de ce dernier film est typique du style de Picratt : il enfourche son vélo dans son salon, sort de son petit jardin grâce à un portillon automatique qui se lève sur son passage, circule avec décontraction, les pieds sur le guidon, se roulant une cigarette, jusqu’à ce qu’il cabriole sur un rocher malencontreusement oublié sur la chaussée. Après sa chute, assisté par une vigoureuse et épaisse jeune beauté (« Babe » London), il se voit contraint à la transporter sur son vélo et c’est alors une suite de zigzags désordonnés qui perturbent la circulation et sèment le désordre dans la ville. Enfin, s’accrochant d’une main à un réverbère, il laisse son encombrante passagère aller son chemin, tandis qu’il tournoie interminablement autour de cet axe de rotation improvisé tel un jouet mécanique. À la fin du film, il retrouve son vélo pour semer ses poursuivants et, grâce à des arrêts instantanés, parvient à les précipiter dans un étang. Ici, le comique repose essentiellement sur la rapide succession des incidents qui s’accumulent. Seul Al St. John, semble-t-il, grâce principalement à ses talents de gymnaste, pouvait tenir ce rôle avec autant de brio. Les scénarios sont principalement élaborés en fonction de ses capacités acrobatiques. Picratt pimente ces scènes par quelques effets purement clownesques très impressionnants, eux aussi liés à son exceptionnelle souplesse. Ainsi, pour passer de la chaussée sur le trottoir, il met en action une technique fort originale qui consiste à décomposer les mouvements : le corps raide, il plie latéralement un genou après l’autre en franchissant la marche, puis remonte le tronc verticalement comme un pantin mal articulé. Petr Kral6 cite une scène du même genre dans Picratt cambrioleur (1924) |T.O.N.I.|

10« Il (Picratt) réussit à monter sur une table, la traverser, puis en redescendre sans pourtant, un seul instant, cesser de maintenir sa tête à la même hauteur : celle d’un homme qui se tient normalement debout. »

11Picratt sait donc admirablement utiliser son corps et, chaque fois qu’il en a l’occasion, il réalise de somptueuses cabrioles avant ou arrière, dont peu de ses collègues (sauf peut-être Chaplin ou Keaton) sont capables. Cependant, le comique de Picratt ne repose pas uniquement sur ces performances d’homme-caoutchouc. Entouré de gagmen pleins d’idées (tel Robert Florey), et lui-même très imaginatif, Al sut toujours parsemer ses films de gags originaux et souvent fort poétiques.

  • 7 Robert Florey, Hollywood d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Ed. Prisma, 1948, p. 124.

12Florey7 raconte que, lorsqu’il travaillait à la Fox pour Al St. John, on distinguait deux types de gags : les gags physiques ou d’action et les gags de situation. Comme exemple du premier type, il cite :

13« Un moonshiner (fabriquant d’alcool clandestin) barbu parle à un collègue glabre. Un revenue agent les voit et tire un coup de fusil ; aucun des fabricants d’alcool n’est atteint, mais la balle de fusil fauche la barbe de l’un et la plante sur le menton de l’autre. »

14Et pour les gags de situation :

15« Chaque fois que Picratt s’apprête à sortir de sa maison pour monter dans sa nouvelle Ford, la pluie commence à tomber, et dès qu’il renonce à son projet, elle s’arrête... Il se fait tout petit, passe prudemment une jambe dehors, la pluie recommence. Il rentre, elle s’arrête ; il saute vivement dehors, elle recommence ; alors il passe par la porte de derrière, marchant comme un vieillard, s’appuyant sur une canne et portant une longue barbe. Ainsi déguisé, il n’est pas reconnu par la pluie, qui ne recommence pas à tomber. »

16Dans Fire Away (1925), une mule facétieuse déclenche une avalanche de rochers : Picratt les évite adroitement les uns après les autres (on reconnaît là un célèbre gag repris et amélioré par Keaton dans Seven Chances, 1927). On le croit tiré d’affaire, quand un dernier rocher arrive en sens inverse, en remontant la pente, et le renverse ! Dans Curses (1925), on voit encore un énorme bloc, contre toute probabilité, faire marche, arrière cette fois sous l’effet de l’éter-nuement du jeune premier qui, ligoté à un arbre, allait être broyé sous la masse. Ailleurs (He Did and He Did’nt, 1916), il glisse sur une rampe d’escalier... mais en la remontant. Les lois de la pesanteur, comme plus haut celles de la météorologie, ne sont plus respectées chez Al St. John dans l’univers duquel tout est possible... Toujours dans Curses, on voit sa jambe s’allonger et doubler de longueur sous l’effet d’une traction accidentelle, puis des voleurs apparaissent, surgissant de la sciure de bois comme des champignons à l’appel de leur chef. On reconnaît là le style de gags cher aux dessins animés de Tex Avery, par exemple...

17Les scénarios qu’il tourne en vedette sont très souvent – comme chez beaucoup de burlesques – des parodies ; il excelle en particulier dans le western et, par ailleurs, restera fidèle à ce genre jusqu’en 1950 en faisant une seconde carrière au côté d’Hoppalong Cassidy et de Billy the Kid. Ainsi, on le verra dans Western Union (1921), The Iron Mule (1925), plein de trouvailles charmantes, qui parodie The Iron Horse de John Ford, Fire Away (1925), Western Knights (1930). Les serials sont aussi à la mode : Curses (1925) est divisé en épisodes qui, tout comme les plus fameux de ces films-feuilletons, s’arrêtent au moment le plus dramatique : le jeune premier va-t-il être écrasé par le rocher qui dévale la colline ? Nous avons signalé plus haut comment le héros se tirait de cette tragique situation. Rien ne manque à ce film : la jeune fille ficelée sur un billot de bois qui va être déchiquetée par une énorme scie rotative, le chalet (avec la pure héroïne) encerclé par les hors-la-loi. Notons que leur chef (Picratt) s’est fait pour la circonstance un physique de gorille !

18Moins original et sans doute moins « auteur » que Larry Semon, par exemple, Al St. John mérite cependant de figurer dans la galerie des petits maîtres du burlesque : ce clown élastique et si peu cartésien restera toujours dans la mémoire des nostalgiques de l’âge d’or du cinéma comique.

FILMOGRAPHIE

I) COURTS MÉTRAGES :

1912

19Biograph :

24.8 – Through Dumb Luck (1b) – R : Del Henderson, – I : Hank Mann, Harry McCoy.

1913

20Keystone-Mutual :

17.1 – The Deacon Outwitted (1b) – R : Henry Lehrman, – I : Ford Sterling, Harry McCoy, Betty Schade.

13.2 – Her Birthday Present (1b) – R : Henry Lehrman, – I : Fred Mace, Betty Schade, Harry McCoy.

27.2 – A Doctored Affair (1b) – R : Henry Lehrman, – I : Ford Sterling, Fred Mace, Harry McCoy, Betty Schade.

1.3 – A Landlords Trouble (1b) – R : George Nichols, – I : Fred Mace, Ford Sterling, Harry McCoy, Betty Schade.

22.3 – The Chiefs Predicament (1b) – R : George Nichols, – I : Ford Sterling, Edgar Kennedy, Hank Mann.

24.3 – A Deaf Burglar (1b) – R : Henry Lehrman, – I : Fred Mace, Ford Sterling, Harry McCoy, Betty Schade.

12.4 – Murphy’S I.O.U. (La permission de Murphy) (1b) – R : Mack Sennett, – I : Fred Mace, Phyllis Allen, Hank Mann, Charles Murray, Roscoe Arbuckle.

19.4 – The Bangville Police (Les policiers du village) (1b) – R : Mack Sennett, – I : Mabel Normand, Ford Sterling, Hank Mann, Roscoe Arbuckle. (d.v.)

1.5 – That Ragtime Band (Le jazz de Mabel) (1b) – R : Mack Sennett, – I : Mabel Normand, Ford Sterling, Hank Mann, Roscoe Arbuckle.

3.5 – The Darktown Belle (1b) – R : Henry Lehrman, – I : Fred Mace, Betty Schade.

5.5 – Algy on the Force (1/2b) – R : Mack Sennett, – I : Fred Mace, Ford Sterling, Betty Schade, Harold Lloyd.

10.5 – Their First Execution (L’exécution manquée) (1b) – R : Mack Sennett, – I : Fred Mace, Betty Schade, Hank Mann, Mack Sennett.

29.5 – The Gangster (Fatty et le voleur) (1d) – R : Henry Lehrman, – Sc. : Mack Sennett, – I : Fred Mace, Fatty Arbuckle, Ford Sterling, Hank Mann.

31.5- Barney Oldfield’s Race for Life (La course infernale) (1b) – R/Sc. : Mack Sennett, – I : Mack Sennett, Mabel Normand, Ford Sterling, Barney Oldfield, Hank Mann, Helen Holmes. Catalogue Blackhawk. (d.v.)

12.6 – A Bandit (1b) – R : Henry Lehrman, – I : Roscoe Arbuckle, Nick Cogley.

11.8 – The Riot (Le complot manqué) (1d) – R : Mack Sennett, – I : Ford Sterling, Charles Murray, Phyllis Allen, Alice Davenport, Hank Mann.

18.10 – Their Husbands (1b) – R : Henry Lehrman, – I : Harry McCoy, Hank Mann, Peggy Pearce, Dot Farley, Evelyn Quick.

25.12 – The Champion (1b) – R : Henry Lehrman, – I : Mabel Normand, Hank Mann, Harry McCoy.

215 films avec Fatty (voir filmographie de R. Arbuckle) :

Passions, He Had Three –, The Waiter’s Picnic –, A Quiet Little Wedding ; Fatty joins the Force ; He Would a’Haunting Go.

1914

9.2 – Mabel’s Strange Predicament (L’étrange aventure de Mabel ou Mabel et Chariot à l’hôtel) (1b) – R : Mack Sennett et Henry Lehrman, – I : Charles Chaplin, Mabel Normand, Harry McCoy, Alice Davenport, Hank Mann, Chester Conklin. (d.v.)

19.2 – A Thief Catcher (1b) – R : Henry Lehrman, – I : Harry McCoy, Edgar Kennedy, Hank Mann, Virginia Kirtley.

11.4 – The Passing of Izzy (1d) – R : George Nichols, – Sc. : Mack Sennett, – I : Charles Murray, Hank Mann, Phyllis Allen, Alice Davenport.

18.4 – Mabel at the Wheel ou Hot Finish (Mabel au volant) (2b) – R/Sc. : Mack Sennett, – I : Mabel Normand, Charles Chaplin, Bill Hauber, Chester Conklin, Harry McCoy, Bill Seiter, Fred Mace, Joe Bordeau.
A.S.J, joue un des acolytes du méchant (Chaplin). (d.v.)

11.5 – Finnegan’s Bomb (1b) – R : George Nichols, – I : Charles Murray, Chester Conklin, Alice Davenport, Phyllis Allen.

25.5 – The Fatal Flirtation (1b) – R/Sc. : Mack Sennett, – I : Charles Murray, Chester Conklin, Alice Davenport, Phyllis Allen.

1.6 – Our Country Cousin (1b) – R : Del Henderson, – I : Charley Chase, Rube Miller.

13.6 – Mabel’s Busy Day (Chariot et les saucisses) (1b) – R : Charles Chaplin et Mabel Normand, – Sc. : Mack Sennett, – I : Mabel Normand, Charles Chaplin, Harry McCoy, Slim Summerville, Chester Conklin, Edgar Kennedy, Charley Chase, Billie Bennett, Wallace MacDonald.
A.S.J, joue un des personnages du public. (d.v.)

20.6 – Mabel’s Married Life (Chariot et le mannequin) (1b) – R : Charles Chaplin et Mabel Normand, – Sc. : Mack Sennett, – I : Mabel Normand, Charles Chaplin, Mack Swain, Charles Murray, Hank Mann, Harry McCoy, Alice Davenport, Alice Howell, Wallace MacDonald.
A.S.J. joue le rôle d’un coursier. (d.v.)

16.7 – Mabel’s New lob (2b) – R : George Nichols, – Sc. : Mack Sennett, – I : Mabel Normand, Chester Conklin, Alice Davenport, Charley Chase, Roscoe Arbuckle.

27.7 – Soldiers Of Misfortune (1b) – R : Del Henderson, -1 : Slim Summerville, Charley Chase.

14.9 – All at Sea (1b) – I : Phyllis Haver, Frederick Bertrand, Harry McCoy, Martha Trick.

17.9 – Bombs and Bangs (1b).

24.9 – The New Janitor (Chariot concierge) (1b) – R/Sc. : Charles Chaplin, – I : Charles Chaplin, Jack Dillon, Minta Durfee, Fritz Schade.
A.S.J. incarne un garçon d’ascenseur. (d.v.) 26.9 – He Loves the Ladies (Vermicel aime les femmes) (1b) – R-. Mack Sennett, – I : Slim Summerville, Cecile Arnold, Norman Nichols, Vivian Edwards, Hank Mann.

11.10- The Anglers (1d) – R : Charles Parrott, – I : Slim Summerville, Charlie Murray, Chester Conklin, Charley Chase.

15.10- High Spots on Broadway (Du haut des gratte-ciels) (1b) – R : Mack Sennett, – I : Slim Summerville, Rube Miller, Hank Mann, Phyllis Allen, Alice Howell.

22.10 – The Love Thief (Joseph, amuse-toi) (2b) – R : Charles Parrott, – I : Chester Conklin, Charlie Chase.

24.10 – Stout Heart feat Weak Knees (1b) – R : Mack Sennett I : Slim Summerville, Charlie Murray, Hank Mann.

26.10 – Snot in the Excitement (1b) – R : Del Henderson, – I : Alice Howell, Joe Swickard, Eddie Cline, Charley Chase.
Premier film en vedette ( ?).

9.11 – His Talented Wife (1b) – R : Charles Parrott, – I : Charles Murray, Chester Conklin, Charlie Chase, Cecile Arnold.

14.11 – Tilde’s Punctured Romance (Le roman comique de Chariot et de Lolotte) (6b) – R : Mack Sennnett, – Sc. : Hampton Del Ruth, – I : Charles Chaplin, Marie Dressier, Mabel Normand, Charles Murray, Charley Chase.
A.S.J. est un des policiers. (d.v.)

14.11 – How Heroes Are Made (1b) – R : Charles Parrott, – I : Slim Summerville, Mabel Normand, Chester Conklin, Charley Chase.

19.11 – The Noise of Bombs (Joseph anarchiste) (1b) – R : Charles Parrott, – I : Slim Summerville, Charlie Murray, Edgar Kennedy, Chester Conklin.

10.12 – The Plumber (1b) – R : Del Henderson, – I : Slim Summerville, Charlie Murray, Joseph Swickard, Chester Conklin, Alice Davenport. (d.v.)

12.12 – His Preshistoric Past (Chariot roi ou Le rêve de Chariot) (2b) – R/Sc. : Charles Chaplin, – I : Charles Chaplin, Cecile Arnold, Gene Marsh, Fritz Schade, Mack Swain, Alice Howell, Hank Mann.
A.S.J. est un homme des cavernes. (d.v.)

21.12 – Wild West Love (Joseph cow-boy) (1b) – R : Charles Parrott, – I : Slim Summerville, Chester Conklin, Alice Davenport.

2217 films avec Fatty (voir filmographie de R. Arbuckle) :

A Misplaced Foot –, In the Clutches of the Gang ; The Alarm ; The Knock-Out ; (A.S.J. joue le role d’un boxeur) ; Fatty and the Heiress ; Fatty’s Finish ; The Sky Pirate ; Fatty’s Debut ; Those Country Kids ; Fatty’s Gift ; The Rounders (A.S.J. joue le role d’un groom) ; Lover’s Luck ; The Sea Nymphs ; Leading Lizzy Astray ; Fatty’s Magic Pants ; Shotguns That Kick ; Fatty and the Minnie He-Haw.

1915

4.1 – Hushing for Scandal (Joseph grand couturier) (2b) – R : Del Henderson, – I : Syd Chaplin, Chester Conklin, Alice Davenport.

21.1 – Hogan’s Massy Job (1b) – R : Charles Avery, – I : Charles Murray, Bobby Dunn, Estelle Allen, Vivian Edwards, Eddie Cline, Frank Hayes, Billy Brockwell.

8.2 – A Bird’s a Bird (1 b) – R : Edwin Frazee, – I : Slim Summerville, Chester Conklin, Hank Mann.

13.2 – Hogan’s Romance Upset (1b) – R : Roscoe Arbuckle, – I : Charles Murray, Bobby Dunn, Billie Brockwell, Vivian Edwards, Joe Swickard, Ford Sterling, Mack Swain, Roscoe Arbuckle, Charley Chase.

22.2 – A Lucky Leap (1b) – R/Sc : Edwin Frazee, – I : Slim Summerville, Nick Cogley, Hank Mann.

13.3 – Beating Hearts and Carpets (Vermicel batteur de tapis) (1b) – R/Sc. : Edwin Frazee, – I : Slim Summerville, Mae Busch, Louise Fazenda, Heine Conklin.

10.5 – Our Daredevil Chief (Le capitaine fait la bombe) (2b) – R : Charles Parrott, – I : Ford Sterling, Minta Durfee, Mack Swain, Harry Bernard, Eddie Cline, Vivian Edwards, James T. Kelly.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

13.5 – Crossed Love and Swords (1 b) -1 : Louise Fazenda, Dave Morris.

7.6 – Those Bitter Sweets (Charmants sourires) (1b) – R : F. Richard Jones, – I : Slim Summerville, Marie Prevost, Evelyn Lynn, Phyllis Allen.

14.6 – A Home Breaking Hound (1b) – R : Charles Parrott, -1 : Slim Summerville, Don Barclay, Joseph Swickard, Mack Swain.

19.6 – Dirty Work in a Laundry ou A Desperate Scoundrel (Les amoureux de la blanchisseuse ou Les amoureux de la blanchisserie) (2b) – R : Charlie Chase, – I : Ford Sterling, Minta Durfee, Harry Bernard, Harry McCoy, Edgar Kennedy, Joe Bordeau, le chien Fido.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

9.8 – A Rascal’s Wolfish Way (L’enlèvement de Miss Terry) (2b) – R : Edwin Frazee et F. Richard Jones, – I : Slim Summerville, Mae Busch, Charles Arling, Louise Fazenda ( ?), Joe Bordeau, Bill Hauber.

2315 films avec Fatty (voir filmographie de R. Arbuckle) :

Mabel’s and Fatty’s Wash Day –, Fatty’s and Mabel’s Simple Life –, Mabel, Fatty and the Law ; Fatty’s New Role ; Mabel’s and Fatty’s Married Life –, Fatty’s Restless Fling ; Fatty’s Chance Acquaintance ; That Little Band of Gold ; Fatty’s Faithful Fido ; When Love Took Wings –, Mabel’s Willful Way ; Foiled by Fido.

24Keystone-Triangle :

Fickle Fatty’s Fall ; A Village Scandal, Fatty and the Broadway Stars.

1916

256 films avec Fatty (voir filmographie de R. Arbuckle) :

Fatty and Mabel Adrift ; He Did and He Didn’t ; The Bright Lights, His Wife’s Mistake ; The Other Man ; The Waiter’s Ball.

11.5 – The Moonshiners (2b) – R : Roscoe Arbuckle, – I : Alice Lake, Joe Bordeau, H.J. Thompson, James Bryant, Horace J. Haines, Bert Frank.
« Dans une petite ville, un jeune bagagiste (Al St. John) s’endort au sommet d’une pile de malles en lisant un roman à quatre sous. Il rêve d’une série d’aventures policières traitées sur un mode mélodramatique parodique et se trouve réveillé par l’effondrement de la pile de malles » (Variety, 16/6/1916).

31.10 – Bombs ! (2b)-R : Frank C. Griffin,- I : Charles Murray, Louise Fazenda, Harry Booker, Mary Thurman, Wayland Trask, Ed Kennedy, Frank Opperman, George Jeske.

1917

22.1 – A Self Made Hero (1b) – R : Ferris Hartman, – I : Vera Reynolds, Nick Cogley, Mai Wells.
Copie au musée George-Eastman (Rochester).

28.1 – The Grab Bag Bride (1b) – R : Ferris Hartman – I : Alice Lake.
Copie à la Bibliothèque du Congrès (Washington, USA).

6.2 – A Winning Loser (1b) – R : Ferris Hartman, – I : Rose Pomeroy, Vera Reynolds, Al McKinnon, Mai Wells.

4.3 – The Stone Age (1b) – R : Ferris Hartman, – I : Mary Thurman, Wayland Trask, Ruth Churchill.

26Comique Films-Paramount :

277 films avec Fatty (voir filmographie de R. Arbuckle) :

The Butcher Boy, A Reckless Romeo –, The Rough House ; His Wedding Night ; Oh ! Doctor ; Fatty at Coney Island ; A Country Hero.

1918

285 films avec Fatty (voir filmographie de R. Arbuckle) :

Out West ; The Bell Boy, Moonshine ; Good Night Nurse ; The Cook.

1919

296 films avec Fatty (voir filmographie de R. Arbuckle) :

Camping Out ; The Pullman Porter, Love ; A Desert Hero ; Back Stage ; The Hayseed.

18.10 – Speed (Conducteur de bolides [ ?]) (1b) – R/Sc. : Al St. John, – I : Henry Grey.
« Pilote de course, il pratique aussi l’époussetage des vêtements au moyen d’une balayette fixée à une roue de voiture ; Al essaie d’attraper un "bolide" qui quitte le garage sans lui ; il saisit alors la corde qui pend de la voiture, se met à l’intérieur d’une invraisemblable diligence miniature et s’apprête à suivre le bolide dans cette remorque. Son ingénieuse idée, toutefois, se heurte à un imprévu : la corde qui pend de la voiture n’est pas fixée et reste déroulée par terre devant Al tandis que le bolide part sans lui. Autre gag : un monsieur cogne contre une enclume, s’emporte et, voulant punir le désobligeant objet, lui assène un bon coup de pied. Ça fait mal, bien sûr... » (Petr Kral, Les Burlesques ou Parade des somnambules, Paris, Stock, 1986, p. 98).

1920

14.2 – Clearing Up (2b) – R/Sc. : Al St. John, – I : Iva Brown.

6.3 – Ship Ahoy (2b) – R : Frank Griffin, – I : Iva Brown.

1921

30Metro-Goldwyn-Mayer :

11.4- The High Sign (2b) – R : Buster Keaton et Eddie Cline, – I : Buster Keaton, Bartine Buckett Zane Petite apparition d’A.S.J.

31Warner Bros :

Western Union (Picratt express) (2b).

The Paperhangers (Gare à la casse) (2b).
Sc. : A.S.J., employé dans un magasin de papiers peints, fait une arrivée remarquée à vélo chez son patron. Deux agents salis par mégarde sont nettoyés par le patron à l’aspirateur. Mais l’argent est aussi aspiré et va remplir directement le tiroir-caisse qui enregistre la somme. Une cliente difficile fait étaler toutes les tapisseries pour emporter enfin un tout petit échantillon. Son chien, poussiéreux, est passé à l’aspirateur par A.S.J. : l’animal est complètement tondu tandis qu’A.S.J. se couvre de poils. L’opération inverse rétablit la normale. Départ sur un vélo : A.S.J., son patron, une échelle et tout le matériel nécessaire pour tapisser chez une cliente, mais les deux lascars se trompent d’adresse. Ils débarquent dans une soirée élégante où se trouvent un cuisinier anarchiste et des serveurs syndiqués qui quittent leur travail à 16 heures et partent en voiture avec chauffeur ! Les deux amis tapissent et font beaucoup de dégâts avec l’aide du cuisinier russe. Une jeune fille se présente pour être engagée, mais le maître de maison la poursuit de ses assiduités. ASJ, la sauve et tous les trois s’enfuient acrobatiquement sur le même vélo.
D’après une copie 8 millimètres d’origine inconnue indiquant, par erreur, que le partenaire d’A.S.J. est Charley Chase ! (d.v.)

?.7 – The Aeronuts (2b) – R : Frank G. Griffin.

32Sunshine Comedies-Fox :

(Principaux partenaires : Irene Dalton, Norma Conteme, Doris Deane)

2.1 – The Slicker (2b) – R : Al St. John.

13.3 – Simp (2b) – R : Ferris Hartman.

16.4 – The Big Secret (2b) – R : Ferris Hartman.

5.6 – The Hayseed (2b) – R : Ferris Hartman.

14.8 – Ain’t love Grand ! (2b) – R : Al St. John.

33Al St. John Comedies-Fox :

14.9 – Small Town Stuff (2b) – R : Al St. John.

2.10 – Fast And Furious (2b) – R : Gilbert W. Pratt.

6.11 – The Happy Pest (Picratt chez les sirènes) (2b) – R : Ferris Hartman.
Parodie de Way Down East (1920) produit par D.W. Griffith.

25.12 – Fool Days (2b) – R : Gilbert W. Pratt.

1922

5.2 – Straight from the Farm (2b) – R : Gilbert W. Pratt.
D’après R. Florey, A.S.J, modifie son costume à partir de ce film.

19.3 – The Studio Rube (2b) – R : Gilbert W. Pratt.

30.4 – Special Delivery (2b) – R : Al St. John. Copie au musée d’Art moderne (New-York).

4.6 – The Village Sheik (2b) – R : Al St. John.

3.9 – All Wet (2b) – R : Al St. John.
Sc. : « Des escrocs cherchent à voler la formule d’un engrais magique que possède Al St. John. Ils poussent son bungalow dans la mer tandis qu’il pêche devant sa porte. Précipité dans l’océan, il va connaître une extraordinaire aventure » (Eileen Bowser, Griffithiana n° 51-52, octobre 1994, p. 170).
Inspiré sans doute de Fatty and Mabel Adrift (1916)

15.10 – The City Chap (2b) – R : Al St. John.

19.11 – Out of Place (2b) – R : Al St. John.

17.12 – The Alarm (2b) – R : Al St. John.

1923

28.1 – Young and Dumb (2b) – R : Al St. John.

11.3 -The Salesman (2b) – R : Al St. John.

29.4 – The Author (Picratt romancier) (2b) – R : Al St. John.

17.6 – Tropical Romeo (2b) – R : Al St. John.

10.8 – The Tailor (Picratt tailleur) (2b) – R : Al St. John.

30.9 – Full Speed Ahead (2b) – R : Al St. John.

18.11 – Slow and Sure (2b) – R : Al St. John.

30.12 – Spring Fever (2b) – R : Archie Mayo, – I : Jean Arthur.

1924

6.1 – Highly Recommanded (2b) – R : Al St. John, – Sc. : Al St. John et Ben Stoloff.

10.1 – Be Yourself (2b) – R/Sc. : Al St. John et Ben Stoloff.

6.3 – Dumb and Daffy (2b) – R : Ralph Ince.

15.6 – His Bitter Half (2b) – R : Ralph Ince.

34Tuxedo-Reel Comedies-Educational :

27.7 – His First Car (2b) – R/S. : Al St. John, – I : Doris Deane, George Davis, Blanche Payson.

24.8- Never Again (2b) – R/Sc. : Al St. John, – I : Doris Deane, Blanche Payson.

27.9 – Stupid but Brave (Picratt bat la campagne) (2b) – R/Sc. : Al St. John, – I : Doris Deane, Eugene Palette, Kewpie Morgan. Sc. : Al doit traverser le pays et arriver à temps pour obtenir un emploi, mais il ne possède pas l’argent du voyage. Au cours de son périple, il rencontre un groupe de forçats évadés qui le dépouillent de ses vêtements et l’abandonnent en tenue de bagnard. Se rendant compte des ennuis que pourrait lui procurer cet accoutrement, Al préfère se promener en sous-vêtements. Il croise sur sa route un groupe de coureurs et se joint à eux. Il gagne la course et empoche le prix. Mais il doit encore s’enfuir avec le shérif à ses trousses.
(d.v.)

( ?) – Rapid Transit (2b) – I : Ruth Hyatt, Babe London.

28.12 – Lovemania (2b) – R/Sc. : Al St. John et Ben Stoloff, – I : Doris Deane, George Davis, Glen Cavender.

1925

35Mermaid Comedies-Educational :

28.1 – Motor Mad (Le roi du volant) (2b) – R/Sc. : Norman Taurog.
Sc. : A.S.J., employé au Burgoad Garage, est amoureux de la fille du patron, mais celui-ci le reçoit plutôt fraîchement quand il demande sa main. Un client voit son pantalon sali ; A.S.J. attache un balai à une roue de voiture et fabrique un nettoyeur automatique ; hélas, la voiture pétarade et le client est enseveli sous des fumées noires. A.S.J. se trouve ensuite enfermé sous une pile de pneus : il roule, se retrouve dans la rivière d’où il sort sans pantalon. Le client malheureux, son rival dans une course de voiture, l’enferme dans un sac, puis dans l’atelier. Au départ de la course, on n’attend plus que Picratt. Il finit par s’échapper et rejoint le départ après une course en auto, à moto et à vélo. Le départ est donné ; une roue dépasse Picratt et son mécano noir : c’est évidemment une de ses roues arrière. Après quelques escarmouches avec son rival, la voiture de Picratt se retrouve en équilibre au bord d’un précipice. Son rival le tire de là involontairement en l’accrochant au passage. Les concurrents sont déviés par malfai-sance sur un tremplin et s’écrasent lamentablement, mais Picratt sort les ailes de sa voiture et survole l’obstacle. Il finira par gagner la course. (d.v.)
De nombreux gags sont repris de Lizzies of the Field (1924) de Sennett.

6.4 – Red Pepper (Ce coquin de Picratt) (2b) – R : Arvid Gillstrom, – 1 : Jean « Babe » London.
Sc. : A.S.J. se prépare à sortir de chez lui. Il enfourche son vélo dans son salon, traverse son petit jardin et fait un numéro d’équilibre dans la rue en perturbant la circulation. Il se rend à son travail : un bazar tenu par un vieux monsieur et sa fille dont il est amoureux. Le patron a inventé une poudre contre les démangeaisons. Pour la faire vendre, A.S.J. met du poil à gratter sur les clients, les passants, etc. La boutique est dévalisée. À la fin, poursuivi par un agent et des clients qui ont remarqué son manège, il s’enfuit à vélo et se débarrasse de ses poursuivants grâce à des acrobaties. Enfin, il est lui même victime du poil à gratter, mais la pommade miraculeuse contre les démangeaisons est épuisée...
Catalogue Film-Office. (d.v.)

36Tuxedo-Reel Comedies-Educational :

6.4 – Dynamite Doggie (2b) – R : Grover Jones.

4.5 – The Iron Mule (Picratt roi du rail) (2b) – R : Grover Jones, – I : Doris Deane, George Davis, Glen Cavender, Buster Keaton (un Indien).
Sc. : A.S.J. conduit un pittoresque train du siècle dernier. Il est obligé de démonter la cheminée pour passer sous les tunnels. Le train, amphibie, traverse un lac, puis refuse d’avancer. Un des voyageurs improvise une loterie avec la grande roue motrice de la locomotive. Le train s’en va tout seul et A.S.J., s’élance derrière lui en célérifère. Puis le train est attaqué par les Indiens et parvient à repartir avec les voyageurs. Le train utilisé est celui qui apparaissait dans Our Hospitality (1923) de B. Keaton.
Parodie de The Iron Horse (1924) de John Ford.
Catalogues Film-Office et Blackhawk (incomplet). (d.v.)

27.5 – Curses (Les périls de Catherine ou Le ciné-roman de Picratt) (2b) – R : Grover Jones.
Sc. : Parodie des Ciné-Romans à épisodes. 1er épisode : La police montée arrête des bandits mais leur chef (A.S.J.) reste libre et débarque dans une cabane où vivent un père et sa fille. Le père est assommé à coups de crêpes. La jeune fille pleure. Arrivée au galop du beau fiancé qui se bagarre (encore à coup de crêpes) avec ASJ, qui enlève la demoiselle. 2e épisode : dans une scierie, la jeune fille est attachée sur les rails de la scie circulaire. Le fiancé arrivera-t-il à temps ? 3e épisode : Le fiancé se bat avec la commande de la scie et avec A.S.J. à coups de sacs de sciure. La jeune fille est sauvée, mais elle tombe avec son ami dans les « griffes d’acier » des bandits. Le jeune homme est ficelé à un poteau et, s’il bouge la tête, un énorme rocher dévale pour l’écraser... 4e épisode : en éternuant, il fait remonter le rocher, arrache l’arbre auquel il était attaché et se sauve avec sa dulcinée. Retour à la cabane où ils sont encerclés par les bandits. A.S.J. asperge d’essence la cabane et frotte une allumette, mais il est assis sur le bidon et saute dans l’explosion. Il retombe dans un trou où les héros s’empressent de l’enterrer vivant... (La version complète comporte 7 épisodes.)
Catalogue Film Office (incomplet). (d.v.)

37Mermaid Comedies-Educational :

1.6 – Fares, Please (2b) – R : Jack White, – I : Babe London.

1.10 – Fair Warning (2b) – R : Stephen Roberts, -I : Virginia Vance.

29.12 – Fire Away (Picratt le vengeur) (2b) – R : Jack White, -I : Lucille Hutton.
Sc. : A.S.J. (ingénieur des mines !) voyage dans un train qui est attaqué par deux bandits. Il se cache dans une couchette, puis est éjecté et poursuivi en caleçon par les hors-la-loi et enfin se transforme en épouvantai !. Après avoir sauvé un chercheur d’or des griffes d’un des bandits, il connaît des problèmes avec une mule, friande de chocolat. A.S.J. rencontre la fille du chercheur d’or et, après quelques nouveaux avatars dus toujours à sa mule, il tombe dans un ravin et reste suspendu dans le vide par ses bretelles. La jeune fille, aidée de la mule, parviendra à le tirer de ce mauvais pas mais sera enlevée ensuite par les bandits ; mais A.S.J. la sauvera après une poursuite acrobatique. (d.v.)

1926

38Roach Star Comedies-Hal Roach-Pathé :

3.1 – A Punch in the Nose (2b) – R : Jay A. Howe, – I : Lucien Littlefield, John Haines, Lige Conley, Dot Farley, Martha Sleeper, Marjorie Whiteis, James Finlayson, Kewpie Morgan, Al Hallett.

13.2 – Your Husbands Past (2b) – R : Fred Guiol.

39Bischoff-Biff Comedies -Van Pelt Brothers :

His Taking Ways (2b) – R : Al St. John, – I : Johnny Sinclair.

Rain and Shine (2b) – R : Al St. John, – I : Johnny Sinclair.

10.2 – Service (2b) – R : Al St. John – I : Johnny Sinclair.

40Mermaid Comedies-Educational :

6.3 – Live Cowards (2b) – R : Stephen Roberts, – I : Virginia Vance.

16.3 – Hold Your Hat (2b) – R : Stephen Roberts, – I : Virginia Vance, Otto Ries, Eva Thatcher.

26.3 – Sky Bound (2b) – R : Stephen Roberts, – I : Zelma O’Neal, Otto Fries, Phil Dunham, Jack Lloyd.

12.8 – Who Hit Me ? (2b) – R : Stephen Roberts, – I : Zelma O’Neal, Phil Dunham, Robert Burns, Harry Cornell.

27.10 – Pink Elephants (2b) – R : Stephen Roberts, – I : Lucille Hutton, Ralph Graves, Boo Baby Elephant, Datsy Lion Cub.

21.11 – Flaming Romance (2b) – R : Stephen Roberts, – I : Aileen Lopez, Otto Fries, Clem Beauchamp, Jack Lloyd, Philip Sleeman.

( ?) The Last Serial (2b) – R : Stephen Roberts.

1927

2.1 – High Sea Blues (2b) – R : Stephen Roberts, – I : Lucille Hutton, Estelle Bradley, Phil Dunham, Clem Beauchamp, Eva Thatcher, Wallace Lupino.

8.2 – Listen Lena (2b) – R : Clem Bauchamp. (d.v.)

8.3 – Roped In (2b) – R : Charles Lamont, – I : Lucille Hutton, Robert Graves, Bull Montana.

26.3 – Special Delivery (2b) – R : Stephen Roberts.

2.5 – Jungle Heat (2b) – R : Stephen Roberts, – I : Clem Beauchamp, Lucille Hutton, Jack Lloyd, Glen Cavender, Phil Dunham.
Sc. : Accompagné d’un copain (C. Beauchamp), A.S.J, débarque dans la brousse sur un vieux tacot. Il heurte un éléphant qui, pour se venger, écrase le véhicule avec un tronc d’arbre. Recueilli sur un chariot, il déchire son pantalon, le recoud et y accroche malencontreusement une couverture. Celle-ci se couvre de petits chiens qu’il remorque ainsi. Arrivée à l’hôtel Ritz, une bicoque en planche, où il rencontre le capitaine Gimmick, le professeur Squint (photographe) et sa fille (Lucille Hutton). Le photographe prend un cliché d’un petit chien qui va perturber AS). En essayant de le capturer, il se heurte assez brutalement à plusieurs reprises avec le professeur. A.S.). et le capitaine tentent tous deux de conquérir le cœur de L. Hutton. Le second se fait passer pour un grand chasseur et, du coup, C. Beauchamp invente des exploits imaginaires pour son ami. Un troupeau d’éléphants est signalé. Le capitaine enferme A.S.). dans un tonneau et part en expédition avec sa troupe. A.S.J. parvient à se délivrer et se retrouve lui aussi en pleine chasse. Un éléphant puis un rhinocéros le font voltiger dans les airs. Beauchamp et A.S.J. se trouvent enfin dans une cabane en équilibre au bord d’un précipice dans une scène qui rappelle The Gold Rush (1925) de Chaplin. Pour terminer, un éléphant poursuit les deux compères et met en fuite toute la troupe.
(d.v.)

7.6- No Cheating (2b) – R : Stephen Roberts, – I : Lucille Hutton, Clem Beauchamp, Phil Dunham, Jack Lloyd, Blanche Payson.

26.6 – High Spot (2b) – R : Stephen Roberts.

1928

8.1 – Racing Mad (2b) – R : Stephen Roberts.

29.9 – Call Your Shots (2b) – R : Stephen Roberts.

12.12 – Hot or Cold (2b) – R : Stephen Roberts. (d.v.)

1929

3.3 – Smart Steppers (2b) – R : Stephen Roberts.

23.6 – Hot Times (2b) – R : Stephen Roberts.

FILMS PARLANTS :

1930

41Tiffany :

28.4 – The Voice of Hollywood (1b) – I : Robert Woolsey, Nancy Wilbur, Johnny Walker, Lew Cody, Cliff Edwards, Buster Keaton, The Meglin Kiddies.

42Mermaid Comedies-Educational :

8.5 – Western Knights (2b) – R : Stephen Roberts, – I : Eddie Lambert.

43Follies Comedies-Pathé :

6.8 – Two Fresh Eggs (2b) – R : Monte Carter, – I : Jimmy Aubrey, Helen Patterson, Ella Van, Billy Taft.

1931

44Cameo Comedies-Educational ;

18.1 – Marriage Rows (2b) – R/Sc : William Goodrich. (Roscoe Arbuckle) – I : Lloyd Hamilton, Addie McPhail, Doris Deane, Edna Marion.

30.8 – Honeymoon Trio (1b) – R : William Goodrich, – I : Walter Catlett, Dorothy Granger.

4.10 – That’s My Meat (2b) – R : William Goodrich.

1932

45Paramount :

9.6 – Harem Scarem (2b) – R : Albert Ray, – Sc. : Audrey Bennison.

26.5 – The Door Knocker (2b) – R : Eddie Cline, – Sc. : Frances Hyland.

46Educational :

21.2 – Bridge Wives (1b) – R : William Goodrich, -1 : Fern Emmett.

1933

47Vitaphone :

4.2 – Buzzin’ Around (2b) – R : Alf Goulding, – Sc. : Jack Henley et Glen Lambert, – I : Roscoe Arbuckle, Dan Coleman, Alice May Tuck, Tom Smith, Al Ochs, Harry Ward, Gertrude Mudge, Fritz Hubert, Donald Mac Bride, le chien Pete.
Sc. : voir filmographie de Roscoe « Fatty » Arbuckle p. 164. (d.v.)

1934

?.9 – All Sealed Up (2b) – R : Lloyd French, – I : Aileen Cook.

1937

48Educational :

26.3 – Love Nest on Wheels (2b) – R : Charles Lamont, – Sc. : Paul Gerard Smith, – I : Buster Keaton, Myra Keaton, Lynton Brent, Diana Lewis, Bud Jamison, Louise Keaton, Harry Keaton.

1938

49R.K.O. :

16.12 – Prairie Papas (2b) – R : Jack Townley, – I : Ray Whitley, George Simons, Jean Joyce, Willie Best, Lloyd Ingraham, Ken Card, Phelp Brothers.

T.O.N.I. :

Pour que ça pétille (12/1921).

Ce rustaud dégourdi (1/1922).

Picratt sportman amoureux (5/1922).

Picratt manœuvre (6/1922).

Picratt et son frère de laid (10/1922).

Picratt cambrioleur (1922).

Picratt à la gare (2b) (1/1923).

Picratt à la ferme (2b) (3/1923).

Picratt au studio (6/1923) (peut-être The Studio Rube, 1922).
Sc. : À la suite de diverses aventures, Picratt a failli être écrasé par une auto ; la conductrice de la voiture est une jeune star. Pour la retrouver au studio, Picratt se livre à mille fantaisies, courses, batailles, baignades...

Picratt passe-partout (2b) (9/1923).

Picratt coiffeur (2b) (11/1923). Fox (peut-être Straight from the Farm, 1922).
Sc. : Picratt, dégoûté de ses modestes fonctions – il est en effet garçon de ferme –, quitte son village et se place comme serveur dans un restaurant de nuit. Le voyage n’est pas sans incidents et, arrivé à destination, il s’aperçoit que son nouveau métier ne comporte pas que des agréments. Et c’est avec bonheur qu’il retourne au village.

Picratt et le cachalot (2b) (11/1923). Fox.

Picratt au palace (2b) (4/1924). Fox.

Picratt ravaleur (2b) (6/1924). Fox.

Picratt se marie (2b) (7/1924).

Picratt épicier (2b) (9/1924).
Sc. : Beaucoup d’amusants détails : ainsi, un chien déchire un oreiller sur un toit et en projette les plumes dans l’espace. À travers ses fenêtres, Picratt s’imagine qu’il neige, mais voit le soleil chaque fois qu’il parvient à la porte. Citons aussi le gourmand qui a avalé une éponge bien gênante. Comme il a bu copieusement, elle gonfle formidablement ! Il ne doit son salut qu’à Picratt qui s’assoit sur lui et fait jaillir un jet d’eau de la bouche du mal heureux. Suit enfin une homérique course aux bandits au cours de laquelle Picratt dépasse d’Artagnan en rêve.

Picratt papou (2b) (10/1924) Fox.

La lignée des Picratt (2b) (11/1924). Fox.

Picratt et les voleurs (2b) (12/1924). Fox.

Picratt et son double (2b) (1/1925) – Peut-être His Bitter Half, 1924-Fox.
Sc. : Picratt souffrant d’une rage de dents emploie mille moyens extraordinaires pour extraire la mauvaise molaire. Un coup de poing d’une noire outragée seul y réussit. Parti pour la Californie, il rencontre la grande vedette d’un studio qui lui ressemble d’une façon frappante. Quelques scènes comiques en résultent jusqu’au moment où Picratt revient dans son pays natal.

Picratt calicot (2b) (5/1925). Fox.
Sc. : Picratt est amoureux de la secrétaire de son patron, marchand de nouveautés ; il se livre à mille facéties dans le magasin qu’il saccage, à des acrobaties le long d’une corniche à l’instar de H. Lloyd et, en définitive, fait rire le public.

Picratt en folie (2b) (10/1925).

Le Cycliste cyclone (2b) (12/1926).

Encore de l’audace (2b) (3/1927).

Amour, esprit et charleston (2b) (4/1927).

Amours et fantomes.

Docteur Phalzar.

Une drôle d’histoire, L’intrépide jockey ou Picratt jockey.

Picratt danseuse ou Picratt bayadère.

Une aventure piquante (2b) – sans doute Red Pepper-(Catalogue Kodascope).

Chaude journée (Catalogue Pathé-Baby 9,5).

2. LONGS MÉTRAGES :

1924

The Garden of Weeds – R : James Cruze.

50À partir de 1927, ASJ, apparaît sans discontinuer dans un nombre impressionnant de westerns (137 recensés !) ainsi que dans :

1927

American Beauty – R Richard Wallace, – I : Billie Dove.

1929

She Goes to War – R : Henry King.

The Dance of life – R : John Cromwell et Edward Sutherland.

1930

Hell Harbor – R : Henry King.

1931

Aloha – R. Albert Rogell.

1932

Fame Street – R : Louis King.

1933

His Private Secretary – R : Philip H. Whitman, – I : John Wayne.

1934

Public Stenographer – R. Lew Collins.

1940

Lil’ Abner – R. Albert S. Rogell.

Notes

1 Robert Florey, Filmland, Paris, Ed. Cinémagazine, p. 223.

2 Ibid., p. 225.

3 Ce passage consacré à la carrière cinématographique d’AL St. John repose sur l’article de Buck Rainey, « From K.K. To Cow-Boy Sidekick », in Classic Images, n° 155, mai 1988, pp. C3-C5.

4 Robert Florey, op. cit., p. 227.

5 Petr Kral, Le Burlesque ou Parade des somnambules, Paris, Stock, 1986, p. 97.

6 Petr Kral, op. cit., p. 268.

7 Robert Florey, Hollywood d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Ed. Prisma, 1948, p. 124.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search