Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Deuxième partie : dix célébrités

Monty Banks

Texte intégral

  • 1 La biographie de M. Banks repose sur l’ouvrage de Davide Turconi, Monty Banks, Cesena, Quaderni del (...)

1Mario Bianchi, le futur Monty Banks, est né dans les environs de Cesena (Italie) le 18 juillet 18971. Peu de temps après, sa famille vient s’installer dans cette ville que, pour des raisons inconnues, Monty quitte vers 1912. On retrouve sa trace en France, puis en Angleterre, où il exerce les classiques petits métiers dévolus aux émigrés. Enfin, à 17 ans, il s’embarque pour les États-Unis pour faire fortune... Il y sera d’abord vendeur ambulant, puis plongeur, serveur et même danseur avant d’aborder le cinéma vers 1914.

  • 2 Joseph Mcbride, Hawks par Hawks, Paris, Ramsay, 1987, p. 29.

2Ses débuts restent mystérieux ; il se pourrait cependant que ce soit encore une découverte de Mack Sennett. En effet, d’après un journaliste de l’époque (George Sheldon, dans Motion Picture de décembre 1927), il fut dès 1917, sous l’uniforme des Keystone Cops, le partenaire de Gloria Swanson chez Mack Sennett. Toujours selon Sheldon, c’est Roscoe Arbuckle qui lui aurait suggéré de se rebaptiser Monte Banks (en anglais : saltimbanque), ce pseudonyme ayant l’avantage de conserver ses initiales... En réalité, comme le montre sa filmographie, M.B. avait choisi son nom de scène bien avant de tourner avec Fatty. Ce n’est sans doute pas non plus Howard Hawks qui l’a baptisé ainsi, comme l’affirme l’intéressé2 ; Hawks prétend de plus avoir fait débuter M.B. à la Warner avec Alice Terry comme partenaire, mais aucune trace de ces films n’a été retrouvée...

3Quoi qu’il en soit, les premiers films où il est mentionné (sous le nom de Mario Bianchi) furent tournés en 1917 pour la Keystone-Triangle que Sennett avait alors déjà quittée. L’année suivante, Mario Bianchi devient Monte Banks et quitte la Keystone-Triangle pour tourner dans les Century Comedies, puis à la Comique Film Corporation, engagé pour quelques films par Fatty. Ces débuts au cinéma semblent assez agités, car, en juillet 1919, il tourne pour la Bull’s Eye Film Corporation, revient ensuite avec Fatty à la fin de l’année. En mars 1920, il signe un contrat avec la Famous Players-Lasky pour son premier long métrage, puis tourne des « two reels » pour Vitagraph, apparaît dans des Star Comedies, des Mermaid Comedies avant de se stabiliser enfin grâce à Abe Warner – l’un des frères Warner – qui l’engage pour dix-huit comédies en deux bobines dont il sera la vedette et qu’il devra tourner en un an. Il prend alors le nom de Monty Banks.

4Un nouveau contrat de huit films est signé avec la Warner en septembre 1921, mais il semble que sept seulement sont tournés. Ses films n’ont pas encore attiré l’attention de la critique et sa popularité ne s’est toujours pas affirmée. Au milieu de l’année 1922, il passe à la Federated Exchange qui annonce « que Monty Banks collabore à la réalisation au scénario et aux gags ». Après une interruption due à une fracture de la hanche, il tourne cinq comédies, mais la maison de production est aux prises avec de graves difficultés financières. Pour la renflouer, au printemps 1923, Sam Grand et Harry Asher fondent la Grand-Asher Corporation et engagent Monty comme vedette comique. La même année, on commence à distribuer ses films en France où il est baptisé Ploum. En février 1924, Monty décide de se lancer à nouveau dans le long métrage : Racing Luck sera à la fois un grand succès populaire et critique.

5Au cours de l’automne 1924, il fait un voyage en Europe et présente ce dernier film à Rome à l’occasion de l’inauguration du Cinéma-Palace. Il fait aussi distribuer ses courts métrages en Italie où on le baptise d’abord Birillo, puis Plum. De retour aux États-Unis, il quitte la Grand-Asher Corporation pour signer un contrat pour trois longs métrages avec Associated Exhibitors (1er janvier 1925). Cette compagnie passe dans les mains de Pathé-Exchange, mais continuera à distribuer ses films. En mars 1926, son nouveau contrat pour trois films par an stipule que Banks devra superviser personnellement toutes les scènes avec la collaboration d’un co-réalisateur et d’une équipe de gagmen. C’est à cette période que Monty Banks fait cette déclaration qui est une vraie profession de foi :

  • 3 Cité par Davide Turconi, op. lit, p. 23.

6« Mes nouveaux films pour la Pathé seront avant tout des comédies, mais il y aura aussi des frissons, du romanesque et de l’émotion. Nous nous efforcerons de soigner les caractéristiques les plus essentielles : nous allons tout essayer en gardant une authentique sincérité et sans jamais sacrifier en aucune façon l’humour. Nous voulons faire rire avec la vie de tous les jours en restant naturels, sans recourir à la caricature et au slapstick. Je jouerai le rôle d’un authentique être humain, et non celui d’un clown dans son accoutrement grotesque. |e pense qu’un auteur comique doit être capable de jouer sur un mode cocasse sans aide extérieure. Pour nous, le protagoniste doit jouer d’une manière naturelle, crédible ; il doit lui arriver seulement des choses vraisemblables. L’intrigue tout entière sera efficace si l’on avance rapidement vers un point culminant et vers une surprise finale spectaculaire3. »

7Les cinq longs métrages suivants (Play Safe, Atta Boy, Horse Shoes, Flying Luck et A Perfect Gentleman) sont des grands succès commerciaux ; Monty Banks parvient enfin à la grande célébrité. Cependant, en 1928, et pour des raisons demeurées obscures, il décide de quitter les États-Unis et de tourner en Angleterre. Est-ce parce qu’on lui a retiré le permis de conduire pour excès de vitesse ? C’était, dit-on, un vrai danger public lorsqu’il était au volant ! Ou, plus prosaïquement, pour des raisons financières ; la British International Film lui ayant fait, en effet, une offre fort intéressante.

8Quoi qu’il en soit, il arrive à Londres au printemps 1928 et il tourne un premier film (Adam’s Apple) sous la direction de Tim Whelan. Puis il se consacrera essentiellement à une carrière de metteur en scène, jouant de manière épisodique ou de très petits rôles, mais participant souvent au scénario. Dans une interview à la revue Film Weekly (3 décembre 1928), il déclare :

9« La vie du metteur en scène est beaucoup plus difficile que celle de l’acteur le plus torturé, d’abord parce que, par metteur en scène, j’entends un authentique artiste, un homme qui peut, dans un film, donner une représentation de la vie vraie, un homme qui doit avoir non seulement un mégaphone et une gorge solide, mais aussi la patience d’un saint, l’énergie infatigable d’Hercule, une bonne compréhension de la nature humaine et surtout le sens de l’humour. [...] La vraie comédie est l’art le plus élevé. Je pourrais écrire un mélodrame et je crois que je pourrais le produire avec succès, mais il me faut des semaines pour écrire une comédie présentable. Pour moi, un film comique, ce n’est pas un ramassis de slapstick, du genre : un gros monsieur avec de petites moustaches (pas nécessairement moi) glisse disgracieusement sur une peau de banane. C’est au contraire le comique qu’a perfectionné Chaplin et que j’espère parvenir à réaliser, avec des personnages authentiques, dont les émotions sont vraies et dont les situations engendrent le rire et quelquefois les larmes. »

  • 4 Le classement des lecteurs donne : 1 : Ch. Chaplin ; 2 : Laurel et Hardy ; 3 : H. Lloyd ; 4 : les M (...)

10En 1930, Monty se marie avec une actrice, Gladys Frazin, qu’il a connue pendant le tournage de Compulsory Husband ; il divorcera en avril 1937 pour épouser en 1939 la chanteuse Gracie Fields, une de ses interprètes favorites. Peu à peu, le Monty Banks acteur comique est oublié et déjà, en janvier 1931, un référendum organisé par Film Weekly ne le classe pas parmi les douze plus grandes vedettes comiques4. En 1932, il fait un court séjour à Hollywood où il se distingue encore par ses excès de vitesse... Puis il revient à Londres, tourne quelques films en France et arrête sa carrière de metteur en scène en 1939 en Angleterre avec Shipyard Alley et aux États-Unis en dirigeant un des derniers films de Laurel et Hardy (Great Guns, 1941). En 1945, après avoir figuré dans un film de Henry King, il abandonne complètement le monde du cinéma pour se consacrer à ses affaires en Italie : des propriétés à Cesena et une auberge, « La Canzone del Mare », à Capri. Il meurt le 7 janvier 1950 dans le train, près de Arona, en revenant de voyage avec sa femme.

MONTY BANKS, LE « PETIT-BOURGEOIS » AMBITIEUX

11Ce petit Italien, parti à 17 ans à la conquête de Hollywood, est devenu assurément une personnalité marquante du cinéma burlesque, et s’il reste encore de nos jours bien mal connu, c’est sans doute en partie à cause de la rareté de ses films : plus malchanceux encore que Larry Semon, M. Banks a vu une grande partie de son œuvre disparaître en fumée. Parmi les 43 courts métrages qu’il a tournés en vedette entre 1920 et 1924, à peine plus d’une demi-douzaine nous demeurent relativement accessibles ! Il nous reste fort heureusement quelques excellents longs métrages muets et de rares résumés de film parus dans la presse de l’époque ou dans des catalogues anciens.

12Dans ces conditions, il paraît bien téméraire de tenter une étude sérieuse du style comique de Monty. Pourtant, nous allons nous aventurer sur cette voie dangereuse pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les quelques films rescapés que nous avons pu voir montrent que Monty avait su imaginer un personnage original : Ploum conserve, d’une comédie à l’autre, des caractéristiques bien définies et une spécificité burlesque que nous préciserons plus loin. D’autre part, dès son arrivée à la Warner, Monty Banks a affirmé sa volonté de créer une œuvre personnelle – qui se distinguerait des productions Sennett, Christie ou Roach – ainsi que son ambition de figurer parmi les grands du cinéma burlesque.

13Les débuts de la carrière cinématographique de Monty Banks sont plutôt chaotiques. Tournant successivement pour la Triangle-Keystone après le départ de Sennett, puis à la Fox-Sunshine, à la Comique Film Corp., à la Vitagraph et chez Educational, Banks apprend les règles essentielles du burlesque en compagnie de quatre excellents maîtres, successivement Lloyd Hamilton, Charles Parrott (Charley Chase), Roscoe Arbuckle et Larry Semon. Cependant, c’est l’un des frères Warner, Abe, qui fait vraiment démarrer sa carrière en 1920 avec His Naughty Night où Monty apparaît pratiquement pour la première fois en vedette avec Florence Gilbert comme partenaire féminine.

14Dans une interview accordée le 4 juin 1920 à Chicago, Abe déclarait avoir été fortement impressionné par la personnalité de l’homme et de l’acteur comique au point de lui faire signer un contrat pour 18 comédies en 2 bobines ; de plus, il précisait :

  • 5 Cité par Davide Turconi, op. cit, pp. 13-14.

15« Ces comédies seront très éloignées du genre slapstick et pourront être baptisées comédies “fulldressed” (élégantes), en tenue de cérémonie ; elles seront axées sur des tribulations domestiques traitées sur un mode convenable et humoristique. Ces comédies sont des productions onéreuses et nous mettrons toute notre attention à réaliser quelque chose d’unique en son genre5. »

16On voit déjà que le tandem Banks-Warner a l’intention de se démarquer de ses collègues producteurs de comédies burlesques et de tourner des films de qualité, plus raffinés et plus sophistiqués que ceux de ses concurrents.

17Sans renier ses origines latines, le personnage qu’incarne Monty dès ses premiers films à la Warner s’avère typiquement américain. Dans bon nombre de ses comédies, ce petit immigré italien va réussir, sans l’aide de la Mafia mais grâce à son ingéniosité, son esprit d’entreprise, sa vitalité inaltérable, à se transformer en un bon Yankee riche et respecté, et par conséquent parfaitement intégré dans la société américaine, tout en conservant – comédie oblige – une fantaisie certaine. Monty occupe généralement au début du film une position bien définie dans l’échelle sociale : il fait partie le plus souvent de la classe moyenne comme dans Naughty Night (1920), Un modèle de prix (T.O.N.I.) ou En bombe (T.O.N.I.). Dans ces trois films, en effet, il incarne un noceur relativement aisé qui se trouve confronté à des situations difficiles par suite de ses excès. De même, dans les comédies basées sur les déboires sentimentaux ou matrimoniaux de notre héros – source très féconde chez Banks -, Monty apparaît toujours assez élégamment vêtu, signe patent d’une relative réussite sociale. Ainsi, dans Wild Goose Chase (1924), il offre à sa fiancée une bague qui possède certainement une grande valeur, eu égard à l’énergie qu’il déploie pour la récupérer après qu’une oie, sans doute mâtinée d’autruche, l’a goulûment avalée. L’intrigue de nombreux films de Banks, si l’on se fie à leur titre faute d’autre information, semble effectivement être fondée sur des problèmes liés au mariage : Wedding Bells (1924), A Flivver Wedding (1920), Nearly Married (sans doute Monty se marie, 1920), Bride and Gloom (1921)...

18Dans ces deux dernières comédies, Monty a trouvé la jeune fille de ses rêves, mais, pour obtenir l’agrément de sa famille, il doit prouver qu’il est un bon Américain, c’est-à-dire qu’il est capable de gagner beaucoup d’argent. Monty s’y emploie avec ingéniosité et persévérance. Ainsi, dans Bride and Gloom (1921), il imagine de s’assurer pour une forte somme et passe ensuite son temps à essayer d’être victime d’un accident afin de toucher la prime prévue dans le contrat. Cette situation originale est génératrice d’excellents gags qui rappellent les tentatives de suicide manquées d’Harold Lloyd dans Never Weaken (1921). Monty parviendra bien entendu à ses fins : son personnage est essentiellement positif et un échec (sentimental ou financier), comme on en rencontre par exemple dans plusieurs films de Keaton (cf., Hard Luck, 1921, ou Cops, 1922.) est tout à fait impensable.

19Mais le mariage n’est pas seul à poser des problèmes à Monty, il y a aussi la lune de miel ! His First Honeymoon (1921) dont on ne connaît que le titre semble bien entrer dans ce cadre ainsi que Adam’s Apple (1928) qui nous conte l’histoire assez rocambolesque d’un voyage de noces gâché par la présence intempestive d’une belle-mère un peu trop attachée à sa fille. Une fois marié, cependant, les choses se compliquent encore pour Monty : la jalousie torture Ploum – Where Is My Wife ? (1921) – qui imagine, fantasme et cauchemarde : il voit des hommes défiler, pendant son absence, à la porte de son appartement...

20Dans toutes ces comédies, Monty Banks n’apparaît jamais comme un clochard, un vagabond ou même un simple ouvrier ou artisan : c’est un modeste employé ou petit-bourgeois parvenu et content de l’être. Il semble bien que dans ce rôle Monty ait été influencé par Max Linder dont il adopte souvent la tenue de dandy. Par ailleurs fantaisiste comme Max, Monty est très attiré par le beau sexe mais, sa taille et sa corpulence lui interdisent l’élégance naturelle du Français.

21Cependant, à côté de ces situations vaudevillesques et foncièrement bourgeoises, dans un certain nombre de comédies Monty Banks exerce une activité plus modeste et plus populaire, un de ces petits métiers auxquels pouvait prétendre le récent immigré qu’il a souvent incarné : candidat policeman (J’ai mal aux dents, T.O.N.I.), vendeur de livres (Paging Love, 1923) ou de voitures (F.B.O. Africa, 1922), chauffeur de taxi (Taxi Please, 1924), petit journaliste (Atta Boy, 1926), modeste homme de loi (Horse Shoes, 1927), simple employé de banque (A Perfect Gentleman, 1927). Mais il aspire toujours – et réussit presque immanquablement – à grimper dans l’échelle sociale comme, par exemple, dans Paging Love : le père de sa fiancée, éditeur, n’accepte le mariage que si Monty se montre le meilleur dans sa spécialité, qui est la vente de livres au porte-à-porte ; Monty va s’employer énergiquement à gagner ce pari. Le plus typique des films de cette veine est certainement Racing Luck (1924) où il incarne un émigré italien qui porte son nom véritable (Mario Bianchi) : Monty est en rivalité avec un gangster mafieux pour conquérir le cœur de la fille adoptive d’un riche restaurateur. Bien entendu, Monty ne peut que triompher, mais il doit auparavant faire preuve d’autant de courage et d’astuce qu’un vrai pionnier américain : ici, il lui faudra gagner une épique course d’autos. Tous les longs métrages tournés aux États-Unis par Banks sont par ailleurs bâtis sur ce même canevas : parti de rien – ou presque – M. Banks, grâce à des qualités très appréciées par la bonne société américaine (esprit de compétition et d’entreprise, audace, ténacité et dynamisme) et aussi grâce à la chance, accède à la fortune, à la respectabilité et à l’amour... Il réalise ainsi le rêve de tout émigrant fraîchement débarqué dans le Nouveau Monde : une ascension sociale rapide et définitive.

  • 6 Les citations de cet article sont extraites de :
    Casimir Malevitch, « Les lois picturales dans les p (...)
  • 7 Peintres de l’école cubo-futuriste.
  • 8 Duo comique danois qui connut un succès international dans les années vingt. Il était formé de Carl (...)

22On imagine qu’un tel personnage ait pu séduire non seulement un public américain, mais aussi international. Le plus inattendu, c’est certainement le succès rencontré par toute l’œuvre de Monty Banks en URSS... Cette réussite à l’américaine a-t-elle fait rêver un public nostalgique du dollar ? Par ailleurs, Banks, symbole probable du petit-bourgeois ou du capitaliste en puissance, fut pris pour cible par certains intellectuels soviétiques. C’est ainsi que dans un article de la revue Kino i kultura (n° 7/8, 1929) consacré à Dziga Vertov (père du « ciné-œil »), le peintre futuriste Casimir Malevitch oppose à ce cinéma d’avant-garde celui de... Monty Banks qu’il ne cite pas moins de huit fois dans un texte de quelques pages6 : « Si Dziga Vertov va de l’avant, les Monty Banks ne le lui pardonneront pas» ; plus loin : « C’est pourquoi je pense que pour maîtriser la dynamique de notre époque de reconstruction, les jeunes travailleurs du cinéma devraient plutôt étudier Balla, Broccioni, Russolo, Braga7, etc. plutôt que Monty Banks ou Double Patte et Patachon8 », ou encore : « Il y a plus d’actualité dans le dynamisme d’un Russolo que dans Monty Banks se marie. Les acquis de Monty Banks valent les acquis en peinture du Petit chat sous un parapluie », etc. Pour Malevitch, les films de Banks représentent donc l’archétype d’un cinéma traditionnel, immobiliste.

23Alors que les films de Mack Sennett ou de Snub Pollard étaient eux aussi distribués en URSS, ce n’est pas un hasard si Banks est la cible unique (ou presque) de Malevitch. Certes, dans les comédies de Monty la forme reste « classique » : la mise en scène, confiée à des spécialistes tels que Clyde Bruckman, Harry Edwards, Herman G. Raymaker, n’offre rien de révolutionnaire. Banks n’utilise pas, comme le font Sennett ou Semon, les trucages (ralentis, accélérés, prises image par image, animation, etc.), car, comme il l’a précisé maintes fois, il veut que son cinéma prenne ses distances avec la farce burlesque et demeure ancré dans la réalité. Si donc ce théoricien du constructivisme, en citant les comédies de Monty Banks, pensait surtout à la forme et à la mise en scène (cadrage, montage, continuité), il est toutefois fort probable que le choix du comédien italien comme « tête de Turc » n’est pas sans rapport avec les scénarios de ses films, les personnages qu’il incarne et son style de comique : Banks incarne bien le type même du héros anti-révolutionnaire sur tous les plans...

24Bien que formé à l’école du pur slapstick (Sennett, Larry Semon, entre autres), et malgré les indéniables dons comiques de Monty Banks, il faut avouer que son cinéma, ses gags, ses trouvailles ne rejoignent pas la folie destructrice de ces deux maîtres. Le comique de situation, comme nous l’avons vu, est ici dominant : Banks, par son ambition (sociale et sentimentale), suscite l’apparition de problèmes divers, péripéties et aventures qu’il doit affronter pour triompher. Personnage hyperactif, sans atteindre toutefois l’hystérie d’un Zigoto, Banks déploie une énergie exceptionnelle. Son jeu, très latin, souligne ses origines : il gesticule et joue beaucoup de son corps sans toutefois grimacer à l’excès. Les scénarios, de plus en plus élaborés d’année en année, sont pimentés de gags bien minutés, de poursuites et cascades qui n’ont rien à envier aux spécialistes du genre, tels Sennett et Semon. Ainsi, dans Paging Love (1923), dont l’idée de base rappelle beaucoup Un parfait vendeur de Paul Parrott, Monty, vendeur à domicile, pour faire acheter un livre à un hypothétique client, monte dans sa voiture, puis, devant son échec, s’accroche à une autre, fait le grand écart entre les deux véhicules, saute d’une auto à l’autre, se retrouve encore un pied sur le marche-pied de chacune et enfin enfourche acrobatique-ment une moto qui se faufile entre les deux voitures. La séquence, minutieusement réglée, est un vrai morceau d’anthologie. On peut en dire autant de la dernière bobine de Play Safe (1927) : Monty entame avec des malandrins une course-poursuite qui accumule en une dizaine de minutes toutes les possibilités du genre ; successivement, une voiture à cheval, une automobile, un train en marche, puis deux, interviennent dans la séquence ; les incidents et acrobaties qui émaillent les diverses étapes de la poursuite ont généralement été déjà vues chez Sennett, Semon ou Keaton, mais il convient ici d’admirer la perfection de leurs enchaînements et de leur réalisation sous la direction de Banks lui-même, réalisateur du film.

25Outre ces classiques mais exemplaires courses-poursuites, Monty manifeste de temps à autre, et surtout à ses débuts, une fantaisie digne de ses maîtres en matière de slapstick : dans Taxi Please (1924), il imagine, pour sauver les finances du père de sa fiancée, un stratagème que n’aurait pas désavoué Beaucitron, le roi des farfelus : il s’agit de prouver l’efficacité de la lotion capillaire miracle de son futur beau-père ; Monty s’empare des chiens de toutes races, les tond et colle les poils ainsi récoltés sur des crânes luisants, auparavant largement badigeonnés de la lotion miracle... Autre exemple, dans A Perfect Gentleman (1927), Monty, accidentellement éméché le jour de son mariage, invente un nouveau jeu qui consiste à botter le train des rombières invitées à la cérémonie... Le « parfait gentleman », libéré par l’alcool, s’efface et l’anarchiste qui sommeillait chez ce petit immigré donne libre cours à ses pulsions. A Rare Bird (1920) révèle encore la fantaisie de Monty : voulant aider la cliente d’un hôtel à emmener son perroquet jusque dans sa chambre, Banks se trouve impliqué dans un imbroglio vaudevillesque par suite de la jalousie d’un mari soupçonneux... Un scénario qui aurait parfaitement convenu à un autre lunatique : Charley Chase...

26Ainsi donc, en réussissant le mariage heureux entre le slapstick et le comique de situation, Monty Banks pourrait constituer le chaînon manquant qui relie le cinéma burlesque classique à la comédie américaine sophistiquée des Capra, McCarey et autres Preston Sturges.

FILMOGRAPHIE9

I. COMME ACTEUR OU ACTEUR ET RÉALISATEUR :

1917

27(Sous le nom de Mario Bianchi)

28Triangle-Keystone :

13.3 – His Criminal Career (1b) – R : Ferris Hartman, – I : Frank Darien, Vera Reynolds, James Spencer, Al McKinnon.

10.5 – Aired in Court (1b) – R : Jack Dillon, – I : Jack Dillon, Marie Manley, Frank Bond, Marianna De La Torre, Claire Strickley.

29.5 – His Widow’s Might (1b) – R : Henry Kernan, – I : Harry Depp, Cecile Arnold, Frederick Bertrand, Della Pringle.

19.8 – His Hidden Talent (1b) – R : Reggie Morris, – I : Ray Griffith, Vera Reynolds, James Rowe, Phyllis Daniels, Marianna De La Torre.
M.B. joue le rôle d’un escroc.

16.9 – A Warm Reception (2b) – R : Reggie Morris, – I : Jack Dillon, Marianna De La Torre, Pat Kelly, Alatia Marton, Larry Bowers.

29Fox-Sunshine Comedies :

( ?) 11.11 – Roaring Lions and Wedding Bells (2b) – R : William Campbell et Jack White, – I : Lloyd Hamilton, Jimmy Adams.

1918

30Triangle-Keystone :

?.l – Three Hats and Two Heads (2b) – R : Reggie Morris, – I : Rae Godfrey, Frank Bonn, Marianna De La Torre, Martin Kinney, Rose Carter.
(Sous le nom de Monte Banks)

31Universal L-KO :

19.7 – The Geezer of Berlin (2b) – R : Arthur D. Hotaling, – Sc. : Frank Howard Clark, – I :
Ray Hanford, Jack Steward, Marvin Lobach, Walter Bytell, Richard Pennell, Earl Lynn, Hughie Mack, Bartine Burkette, Bert Roach.

32Fox-Sunshine Comedies :

( ?) 22.9 – Roaring Lions and the Midnight Express (L’express de minuit) (2b) – R : Henry Lehrman, – I : Lloyd Hamilton, Jimmy Adams.

33Comique Film Corp. :

24.11 – The Sheriff (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle, – I : Roscoe Arbuckle, Betty Compson.

1919

21.2 – Love (2b) – R : Roscoe Arbuckle, – Sc. : Vincent Bryant, – I : Roscoe Arbuckle, Al St. John, Winnifred Westover.

34Bull’s Eye Film Corp. :

2.8 – Оnе Night Оnly (2b) – R/Sc. : Charles Parrott, – I : Charles Dorety, Harry Mann.

22.8 – Don’t Park Here (2b) – R/Sc. : Charles Parrott, – I : Evelyn Nelson, Harry Mann, Roscoe Ward, Charles Dorety, Leo White, Jimmy Parrott.
Sc. : Une bande de malfaiteurs, dirigée par Ch. Dorety en haut-de-forme, vole des voitures et les restitue à leur propriétaire moyennant finances. Harry Mann, qui imite Chariot, s’associe à l’équipe des truands pour voler le véhicule de M. Banks et de sa fiancée, le jour même du mariage. À noter l’apparition de Jimmy Parrott, victime du gang, malgré ses précautions : il avait aspiré à la seringue l’essence de son réservoir.
Catalogue Blackhawk. (d.v.) ( ?)

28.8 – Haunted Hearts (2b) – R : Charles Parrott.

35Famous Players-Lasky :

3.12 – Too Much Johnson (5b) – R : Donald Crisp, – Sc. : Tom J. Geraghty, – I : Bryant Washburn, Lola Wilson, Adele Farrington, G.H. Geldart, Monte Blue, Elsie Lorimer, Gloria Hope, George Hackathorn, Phil Gastrock.
Sc. : B. Washburn, riche homme d’affaires, veut conclure une alliance secrète avec Mrs Dathis à bord de son yacht. Il utilise le nom de Johnson et l’inscrit sur une de ses photos. Le mari jaloux (M. Banks) déchire la photo mais ne peut en conserver que le haut (des cheveux bouclés). B. Washburn, en compagnie de sa femme et de sa belle-mère, est à Mexico pour affaires. Il emmène sa famille dans la propriété d’un de ses amis, mais ce dernier l’a vendue à un nommé Johnson. Tout ce monde se retrouve à bord du même bateau et M.B. que cherche toujours le don juan aux cheveux bouclés, croit avoir trouvé son rival et reçoit une correction des mains du vrai Johnson. B. Washburn amène ce dernier à demander en mariage sa belle-mère. Le voici donc délivré du principal obstacle à son bonheur conjugal.

36Comique Film Corp. :

15.12 – The Garage (2b) – R. : Roscoe Arbuckle, – Sc. : Jean Havez, – I : Roscoe Arbuckle, Buster Keaton, Molly Malone, Harry McCoy, Daniel Crimmins, le chien Luke
M. Banks est le personnage chargé de lancer le « mad dog » (chien enragé) dans le garage afin de semer la pagaille... (d.v.)

1920

37Vitagraph :

10.3 – The Grocery Clerk (Zigoto épicier) (2b) – R/Sc. : Larry Semon, – I : Larry Semon, Lucille Carlisle.
Petit rôle pour M.B. (Le rival de Zigoto).
Catalogue Blackhawk.

38Universal-Star Comedies :

28.5 – Hero’n Everything (1b) – R : Allen Curtis, – I : Mavis Montell.

39Educational-Mermaid Comedies :

7.8 – Duck Inn (2b) – R : Gilbert W. Pratt, – I : Lloyd Hamilton, Marvel Rea.
Sc. : Deux membres d’un club de chasseurs de canards sauvages entrent en compétition pour conquérir le cœur d’une jolie fille.
(Sous le nom de Monty Banks) :

40Warner Brothers-Federated Exchange-Monty Banks Comedies :

 ?.10. – His Naughty Night (Ploum au dancing [ ?]) (2b) – R : Herman C. Raymaker, – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.
Sc. : Le film se passe dans un cabaret. Parmi les clients, se trouve un juge ; à la suite d’une bagarre, M.B. poche un œil de ce personnage important. Le lendemain, quand M.B. se présente devant le juge, tous deux se reconnaissent...

 ?.11 – A Rare Bird (Un drôle d’oiseau ou Ploum et le perroquet) (2b) – R : Herman C. Raymaker, – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.
Sc. : Les règlements inhumains de l’hôtel « Lune de Miel » interdisent dans tout l’établissement la présence de perroquets. Une brave dame désolée et ne voulant pas se séparer de son charmant volatile appelle Monty à son aide. Chevaleresque, celui-ci n’hésite pas et parvient à entrer dans l’hôtel avec l’oiseau. Qu’a-t-il fait là ? À la suite de mésaventures variées, il s’attire l’inimitié d’une sorte de géant, mari excessivement jaloux qui se lance à sa poursuite dans tout l’hôtel. Ceci, évidemment, ne se passe pas sans dégâts pour le matériel ! À tout ceci se mêlent le perroquet bavard, un autre mari, et vous voyez d’ici les embarras dans lesquels se débat Monty ! Il s’en tirera, bien entendu...
D’après un catalogue Kodascope
« Monty essaye d’aider une dame et son perroquet. Elle veut prendre un taxi et Monty cache l’oiseau dans la valise de la dame, le contenu de la valise étant placé dans son haut-de-forme. Un couple emporte la valise par erreur. Quant au perroquet, il a une tendance désagréable à parler au mauvais moment » (Eileen Bowser in Griffithiana, n° 51-52, octobre 1994, p. 187).

?.12 – A Flivver Wedding (Ploum automobiliste [ ?]) (2b) – R : Herman C. Raymaker, – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.

?.12 – Nearly Married (Monty se marie [ ?]) (2b) – R : Herman C. Raymaker, – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.
Sc. : Monty a décidé de se marier. Malheureusement, s’il a pu trouver une fiancée, il doit lutter contre le baron Island qui, riche à millions, a facilement obtenu l’agrément du père de la charmante Mlle Broke. Celle-ci, cependant, n’aime que Monty, pauvre d’argent mais pas d’espoir ! Vous ne doutez pas, n’est-ce pas, que Monty ne parvienne à ses fins, d’autant plus qu’il est aidé par son ami, Débrouillard II ! Monty se mariera en effet, mais ce ne sera pas sans avoir effectué mille prouesses qui ne manqueront pas de vous amuser.
D’après un catalogue Kodascope.

1921

?.l – Kidnapper’s Revenge (Ploum sauveteur ou Un héros [ ?]) (2b) – R : Herman C. Raymaker, – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.
Sc. : Monty, le jour du terme, se trouve fort dépourvu et... décide de quitter son logement sans payer. Mais sa propriétaire veille et confisque sa valise. Que faire maintenant ? Monty part à l’aventure et une aventure survient. Il réussit à sauver trois jeunes enfants des griffes de kidnap-pers. Les sauver est encore assez facile, mais les nourrir ? Le problème est cependant résolu d’une manière aussi... économique qu’imprévue. Pour comble de bonheur, Monty réussira à capturer les bandits et touchera une récompense ; sans doute lui permettra-t-elle de dégager sa valise toujours détenue par la logeuse.
D’après un catalogue Kodascope.

?.2 – A Bedroom Scandai (Ploum couturier) (2b) – R : Herman C. Raymaker, – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert, Bee Jamieson, Bill Blaisdell, Flo Carpenter. Sc. : Un jeune couple vit heureux bien que le mari (M.B.) s’avère assez coureur. La belle-mère, qu’il ne connaît pas, annonce sa visite. Couturier dans un grand magasin, le jeune homme flirte avec ses clientes. On assiste à un défilé de mode, puis M.B., poursuivi par un mari jaloux, se réfugie chez lui où il retrouve la femme du mari. Il s’avère que celle-ci est sa belle-mère... Catalogue Blackhawk. (d.v.)

?.3 – His Dizzy Day (2b) – R : Gilbert W. Pratt ( ?), – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.

?.4 – Where Is My Wife ? (Où est ma femme ?) (2b) – R : Gilbert W. Pratt ( ?), – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.
Sc. : Monty et sa femme passent leurs vacances au bord de la mer. Temps splendide, repos complet ; tout serait parfait si Monty n’était pas si jaloux. Un rien l’irrite et le rend nerveux. Un télégramme vient subitement le rappeler à la ville pour ses affaires. Monty part à la gare et, en attendant son train, lit le journal. Les colonnes débordent d’histoires ayant trait à des infortunes conjugales en tout genre qui ne sont pas faites pour lui donner le sourire ! Ayant manqué son train, il revient en pleine nuit à son hôtel, s’apprête à rentrer dans son appartement, quand... un homme en sort, un autre... un autre... cinq hommes quittent son appartement les uns à la suite des autres. Où est ma femme ? se dit Monty, qui sent des sueurs froides lui monter au front. Une voix derrière lui répond : son cauchemar prend fin, heureusement pour lui, et malheureusement pour nous, qui nous amusions si bien à voir ses mines horrifiées.
D’après un catalogue Kodascope.

?.5 – His First Honeymoon (2b) – R : Gilbert W. Pratt, ( ?), – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.

?.6 – Bride and Gloom (Un mariage difficile) (2b) – R : Gilbert W. Pratt ( ?), – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert, Sid Smith, William Blaisdell.
Sc. : « Je ne vous donnerai ma fille en mariage que si vous pouvez me prouver que vous possédez un minimum de 5 000 dollars » Monty, qui n’avait jamais vu la dixième partie d’une telle somme, répondit quand même avec assurance : « Entendu ! » En lui-même il ajouta : « Oui, mais comment ?» Ce fut vite trouvé. Une compagnie d’assurance promettait le paiement immédiat de 5 000 dollars pour tout membre cassé. Monty souscrit une assurance et ses aventures commencent. Tout ce que tente Monty échoue, les autobus ne l’écrasent pas, l’eau des rivières ne le noie pas, les boxeurs tombent KO. devant lui, rien à faire ! Dépité, il déchire sa police d’assurance. Au même moment, une voiture arrive, le renverse, lui cassant bras et jambes ! Le conducteur, le père de sa dulcinée, affolé lui verse 5000 dollars pour qu’il ne porte pas plainte. Monty promet, se lève et... court épouser sa chère fiancée. L’argent l’avait guéri.
D’après un catalogue Kodascope.
« Monty cherche à toucher son assurance contre les accidents : il se couche devant les voitures et les tramways, saute du haut des immeubles, mais en vain. Mais quand il a besoin de pantalons, ce n’est pas difficile : il les vole à un flic qui fait la circulation dans les rues de Los Angeles » (Eileen Bowser, Griffithiana, n° 51-52, octobre 1994, p. 171).
« Cette comédie offre un divertissement honnête et amusant. M.B., l’interprète, possède un authentique sens du comique qui le place au-dessus des autres » (M.P.W., 19/2/1921).

?.7 – I – In and Out (2b) – R : Gilbert W. Pratt ( ?), – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.

? 7 – Peaceful Alley (2b) – R : Gilbert W. Pratt, – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.
Le meilleur film de la série d’après M.P.W. du 20/8/1921.

?.8 – Fresh Air (2b) – R : Gilbert W. Pratt, – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert. La comédie préférée de M.B. semble-t-il et pourtant « cette comédie n’est ni divertissante, ni spirituelle, ni intelligente, bien qu’elle puisse procurer un certain divertissement » (M.P.W.11/10/1921).

?.8 – Squirrel Food (2b) – R : Gilbert W. Pratt, – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.
Sc. : « Monty rencontre la jeune fille de ses rêves dans un magasin de musique, mais celle-ci le persuade d’aller en prison à la place de son frère. Une fois derrière les barreaux, Monty rêve qu’il danse avec de jolies filles » (Eileen Bowser, Griffithiana, n° 51-52, octobre 1994, p. 190).
Copie au musée d’Art moderne de New York

?.9 – Try and Get It (2b) – R : Gilbert W. Pratt, Sup. : Jack Warner, – Sc. : Clyde Bruckmann, -I : Florence Gilbert.

?.12 – The Poor Simp (2b) – R : Gilbert W. Pratt, – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.

?.12 – Cleaned and Dry (2b) – R ou Sup. : Jack Warne, – Sc. : Clyde Bruckman, – I : Florence Gilbert.

1922

?.1 – Be Careful (2b) – R ou Sup. : Jack Warner, – I : Thelma Worth.

41Ben Wilson ; Federated Exchange-Monty Banks Comedies :

?.4 – F.B.O. Africa (Un fichu métier ou Ploum chez les cannibales) (2b) – R : Herman C. Raymaker ( ?) – Sup. : Ben Wilson.
Sc. : Monty se retrouve par hasard vendeur de voitures. Il casse les prix et vend la voiture d’un passant. On l’envoie chez un roi africain pour livrer une auto. Au cours de la démonstration, la voiture s’emballe et Monty est emprisonné avec un explorateur et sa fille. Il s’évade et, poursuivi par des fauves, jette une peau de lion sur son dos pour affoler les indigènes. Il finit par se sauver avec ses deux compatriotes.
Catalogues Connaissance du cinéma et Kodascope sous le titre En route pour l’Afrique. (d.v.)

?.9 – Pure but Simple (2b) – R : Ben Wilson

?.10 – Love Taps (2b) – R : Ben Wilson.

?.l1 – Brillantino the Bullfighter (2b) – R ou Sup. : Ben Wilson.

?12 – Six A.M. (2b) – R ou Sup. : Ben Wilson.

Gold Reception (2b) – R : Herman C. Raymaker.

Love’s Handicap (En selle messieurs [ ?]) (2b) – R : Ward Hayes – Sup : Ben Wilson, – I : Ena Gregory ( ?).
Sc. : Nous sommes dans le monde des courses. Mr. Smithson possède deux chevaux qui partent dans un prix important. Sam Burley fait tout pour empêcher les deux chevaux de gagner et n’y réussit pas. Cette histoire est traversée par un joyeux roman d’amour.
D’après un catalogue Pathé-Baby 9.5 Please Arrest Mc (2b) – Sup. : Ben Wilson.

1923

?.l – Hangin’Around (2b) – R : Ben Wilson, – I : Lois Bird.

?.2 – Oils Well ou Oils Veil ( ?) (2b) (Une histoire de pétrole) – R ou Sup. : Ben Wilson. Try and Get It (2b) – R : Ben Wilson ( ?).

Four o’clock in the Morning (2b) – R : Ben Wilson ( ?).

42Samuel V. Grand-Harry Asher Distribution Corp. – Monty Banks Comedies :

?.11 – Paging Love (Cherchez le client) (2b) – R : Herman C. Raymaker, – I : Catherine Bennett, Ena Gregory, William Blaisdell.
Sc. : M.B., vendeur de livres, essaie par tous les moyens de vendre un ouvrage qui propose des solutions à tous les problèmes : un « livre miracle » en quelque sorte. Dans les rues, il aborde tous les passants puis, pris d’assaut par des fourmis qui lui causent des démangeaisons insupportables, tombe à l’eau et continue à présenter son livre en nageant d’un canot à l’autre. Poursuivi, il se retrouve dans la rue, un pied sur une voiture et le deuxième sur une autre, essayant de vendre son livre aux passagers et chauffeurs des deux véhicules. On le voit enfin dans un gratte-ciel lors d’un final rappelant Never Weaken (1921) de H. Lloyd.
Catalogues Blackhawk et Connaissance du cinéma. (d.v.)

?.12 – The Covered Schooner (Ploum loup de mer [ ?]) (2b) – R : Harry Edwards, – I : Ena Gregory, William Blaisdell, Bill Kelley.

?.12 – Southbound Limited (2b) – R : Alf Goulding ou Harry Edwards, – I : Lois Boyd, Catherine Bennett, William Blaisdell, Bill Kelley.

1924

.1 – Taxi Please (Les taxis ont du toupet ou Coiffeur improvisé) (2b) – R : Harry Edwards, – I : Catherine Bennett, William Blaisdell.
Sc. : Monty gagne sa vie comme chauffeur de taxi tandis que sa fiancée et sa mère tiennent un drugstore et connaissent des difficultés pour payer les traites. M.B. imagine de vendre une lotion miracle pour faire pousser les cheveux : en réalité, il colle sur le crâne des clients des poils de chiens tondus. Cela le conduit à une chasse mouvementée pour capturer des chiens de toutes tailles. La caisse se remplit, mais, à la suite d’un concours malheureux decirconstances, il se voit accuser de vol et se retrouve en prison. À sa sortie, son taxi, est envahi par les herbes et les ronces, mais sa bien aimée l’attend et le taxi part au quart de tour...
Catalogues Connaissance du cinéma et Film-Office. (d.v.)

15.1 – Always Late (2b) – R : Herman C. Raymaker, – I : William Blaidell, Catherine Bennett.

1.2 – The Boy in Blue (2b) – R : Harry Edwards – I : William Blaisdell.

24.2 – Hot Sands (Ploum au harem) (2b) – R : Herman C. Raymaker, – I : William Blaisdell, Ena Gregory.
Sc. : Dans son rêve, M.B. voudrait aider une jeune fille à s’échapper d’un harem, mais il est sur le point, par erreur, d’emmener une jeune Noire.
Copie à la bibliothèque du Congrès de Washington.

17.3 Wedding Bel’s ou Wedding Rings (2b) – R : Harry Edwards, – I : Catherine Bennett, Ena Gregory.
Sc. : M.B. passe son temps à essayer de débarrasser sa fiancée d’un chien. (d.v.)

13.4 – Pay or Move ou Play or Move ( ?) (2b) – R : Harry Edwards. (d.v.)

2.6 – Wild Goose Chase (Nécessité fait l’oie) (2b) – R : Herman C. Raymaker.
Sc. : M.B., très élégant, offre une bague à sa fiancée et, en essayant de la lui passer au doigt, laisse tomber le précieux bijoux. Une oie l’avale et M. B. se lance à sa poursuite, mais l’oie se cache dans le panier à linge d’une Noire, anime les draps et effraye la lingère. Puis le volatile s’envole et se pose sur la niche où est attaché un chien méchant. M.B. s’approche, mais le chien se met à courir derrière lui en entraînant sa niche ainsi que l’oie. Celle-ci se perche sur la corniche d’un immeuble. M.B. grimpe à une corde et fait un numéro d’équilibre au sommet de l’édifice. Il reçoit un pot de fleurs sur le crâne, puis des filles, de l’intérieur de l’immeuble, lui piquent les fesses avec un fleuret et l’assomment à moitié avec des haltères. L’oie se réfugie sur une perche ; M.B. la suit mais n’attrape qu’une plume. Le volatile se pose enfin dans une pièce où se trouve la fiancée ; M.B. tombe, s’accroche à un filin et, propulsé dans la même pièce, réussit enfin à récupérer la bague.
Catalogue Pathé-Baby 9,5 (incomplet, 1b).

25.6 – Kids Wanted (2b) – R : Harry Edwards, -I : William Blaisdell.

8.7 – The Golf Bug (2b) – R : Herman C. Raymaker.

16.7 – Horne Cooking (2b) – R : Herman C. Raymaker ou Archie Mayo, – I : William Blaisdell, Ena Gregory.
Copie à la bibliothèque du Congrès de Washington.

A Concrete Mix-Up (2b) – R : Harry Edwards, – I : Ena Gregory, Catherine Bennett, Billy Kelley.

43À partir de cette date, tous les films, sauf exceptions signalées, sont des longs métrages.

18.4 – Racing Luck (L’as du volant ou L’automobile n° 13) (6b) – R : Herman C. Raymaker, –
c. : Jean Havez et Lex Neal, – I : Helen Ferguson, Martha Franklin, D.J. Mitsoras, Lionel Belmore, Francis McDonald, William Blaisdell.
Sc. : Mario Bianchi (M.B.) arrive aux États-Unis et rencontre son oncle qui dirige un restaurant à New York. Amoureux de sa fille adoptive, il entre en rivalité avec Tony Mora (F. McDonald), un gangster qui oblige l’oncle de M.B. à le renvoyer. Ce dernier, pris par erreur pour un grand pilote de courses, signe un contrat avec un fabricant d’autos et s’engage dans une course importante. Tony sabote la voiture, mais M.B. gagne tout de même. Il aura l’argent et l’amour.
Catalogue Pathé-Baby 9,5 (incomplet, 4b).

1925

44Monty Banks Picture :

28.8 – Keep Smiling (Cramponne-toi ! OU Coureur contre son gré) (6b) – R : Gilbert W. Pratt et Albert Austin, – Sc. ; H.C. Raymaker, Clyde Bruckman et Monty Banks, – 1 : Robert Edeson, Anne Cornwall, Glen Cavender, Stanhope Wheatcroft, Donald Morelli.
Sc. : M.B., impliqué dans une catastrophe navale dans son enfance, souffre depuis d’hydrophobie. Il invente donc un gilet de sauvetage qui se gonfle automatiquement dès qu’il touche l’eau et l’utilise pour sauver Rose Ryan (A. Cornwall), fille d’un riche armateur. M.B. montre son invention à Ryan (R. Edeson) qui le prend pour un pilote professionnel de hors-bord. M.B., pour préserver son invention, se voit contraint de piloter le bateau de Ryan, mais le vilain (S. Wheatcroft), qui a intérêt à détruire le bateau, a placé une bombe sur celui-ci. Plus par chance que par adresse, M.B. gagne quand même la course, convainc Ryan de l’efficacité de son invention et séduit la jolie Rose.

1926

45Monty Banks Entreprises :

4.10 – Atta Boy (6b) – R : Edward H. Griffith, – Sc. : Charles Horan et Alf Goulding, – I : Virginia Bradford, Ernie Wood, Fred Kesley, Virginia Pearson, Henry A. Barrows.
Sc. : Pour lui faire une blague le jour de son anniversaire, E. Wood, journaliste vedette, fait croire à M.B., simple pigiste, qu’il a été promu grand reporter. E. Wood a écrit sur le kinapping du fils de Mr. Smith un article qui l’a rendu furieux et envoie M.B. interviewer Mr. Smith. M. B. rencontre beaucoup de difficultés pour approcher ce personnage dont l’hôtel particulier est gardé par des détectives. Il découvre une lettre de demande de rançon des voleurs et file les kidnappeurs jusque dans une salle de jeu. Déguisé en serveur, il pénètre dans la salle et trouve les voleurs. La police fait une descente, M.B. emporte l’enfant volé et gagne la récompense promise.

1927

17.1 – Play Sale (Tout va bien) (5b) – R : Monty Banks ( ?) – Sc. : Harry Sweet et Charles Horan, – I : Bud Jamison, Virginia Lee Corbin, Charles Mailes, Charles Gerard, Rosa Core, Syd Grossley, Max Asher.
Sc. : V. Craig, riche héritière, quitte son foyer car le malhonnête administrateur de ses usines veut la marier de force avec son fils. Un employé, M.B., vient à son aide sous l’orage et l’héberge chez lui. Puis il emmène la jeune fille dans une auto de location : le voyage sera calamiteux. L’administrateur inquiet récupère Virginia et renvoie Monty. Ce dernier est pris pour le chef d’une bande de voleurs qui attirent Virgina dans un piège. M.B. et V. Craig se retrouvent sur un train en marche, poursuivis par les bandits. Grâce à son adresse et son courage, Monty finira par triompher. Un extrait (1b) a été édité par Cinémathèque Pour Vous sous le titre de À toute vapeur ; le générique indique par erreur « avec Virginia Craig », qui est le nom de Virginia Lee Corbin dans le film... Poursuivie par des voleurs, V. Craig s’enfuit sur un train de marchandises. M.B. la rejoint après une poursuite dans le plus pur style Sennett : voiture à cheval, automobile, puis acrobaties sur le train en marche ou sur deux trains qui roulent parallèlement. Un modèle du genre. (d.v, incomplet, 2b)

5.3 – Horseshoes (Ça porte bonheur ou Le fer à cheval porte-bonheur) (6b) – R : Clyde Bruckman, – Sc. : Charles Horan et Monty Banks, – I : Jean Arthur, Ernie Wood, Henry A. Barrows, John Elliott, Arthur Thalasso, George French.
Sc. : À peine finies ses études de droit, M.B. rencontre J. Arthur, fille de William Baker (J. Elliott), et on les prend pour des jeunes mariés. M.B. vient d’être engagé comme homme de loi par W. Baker et doit prouver que le frère de W. Baker a falsifié un testament qui le prive, lui et sa fille, de sa fortune légitime. Grâce au filigrane du papier (un fer à cheval), M.B. sauvera la situation et épousera la jeune fille.
« Nous avons beaucoup apprécié la scène où il se déshabille dans le compartiment supérieur du sleeping et surtout celle où il dépense tant d’imagination pour s’emparer d’un document fameux dont il doit finalement rechercher les minuscules fragments dans un tas de confetti » (Cinémagazine, n° 46, 18/11/1927).

19.7 – A Perfect Gentleman (Le marié donne de la bande ou Un véritable gentleman ou Voleur malgré lui) (6b) – R : Clyde Bruckman, – Sc. : Charles Horan, – I : Ernest Wood, Henry Barrows, Ruth Dwyer, Arthur Thalasso, Hazel Howell, Agostino Borgato. Sc. : M.B., employé de banque fort sérieux, doit épouser la fille de son patron. En route pour la noce, un pneu de sa voiture crève et il se trouve accidentellement assommé. Son valet, pour le remonter, lui fait boire du whisky, mais la dose est trop forte... Au volant, ivre mort, il affronte bien des ennuis, mais finit par arriver à la noce. Là, il déclenche une gigantesque bagarre et est renvoyé. Le lendemain, dégrisé, il est abordé par un escroc qui lui confie les 250 000 dollars qu’il a détourné de la banque. M.B. s’enfuit sur le bateau où se trouve justement son ex-fiancée et essaye de la convaincre de son honnêteté. Après de nombreuses bagarres avec les vrais voleurs, tout finira par s’arranger.
Catalogue Film-Office, (incomplet, 5b).

Extraits : Le Roi de la bagarre (l/2b)

À coups de tomates (l/2b)

30.10 – The Flying Luck ou The Flying Pool (7b) – R : Herman C. Raymaker, – Sc. : Charles Moran et Monty Banks, – I : Jean Arthur, J.W. Johnston, Kewpie Morgan.
Sc. : Admirateur de Lindberg, M.B. achète un avion à la casse, le reconstruit et étudie dans « Voler en dix leçons ». Sa première sortie se termine par une chute sur le toit d’un bureau de recrutement de l’armée. On lui suggère de s’engager... Après une série de quiproquos dans le camp d’entraînement, il se trouve dans l’entourage immédiat d’un dignitaire étranger qui le traite comme un ami. Démasqué lors d’un banquet, il est renvoyé par le sergent qui le met au travail dans les écuries. Il découvre alors que sa valise a été remise à la gouvernante du colonel et il tombe amoureux de celle-ci. Il s’arrange pour participer à un meeting aérien donné en l’honneur du visiteur et gagne à la fois le prix et l’amour de la jeune gouvernante.

1928

46En Grande-Bretagne

47British International Picture :

?.9 – Adam’s Apple ou Money Moon Abroad (Nous allons faire un beau voyage ou Lune de Miel) (7b) – R : Tim Whelan, – Sc. : Tim Whelan et Rex Taylor, – I : Gillian Dean, Lena Haliday, Judy Kelly, Colin Kenney, Dino Galvani, Hal Gordon, Charles O’Shaughnessy.
Sc. : M.B. se marie et annonce à sa jeune épouse que grâce à ses économies il pourra lui offrir une lune de miel en Europe. Le couple imagine un voyage idyllique mais la belle-mère annonce qu’elle les accompagnera. Sur le bateau, les jeunes mariés sont obligés de faire chambre à part. Un quiproquo fera croire à un passager que M.B. courtise sa femme, ce qui donne lieu à une belle bagarre dans la salle de gymnastique du bateau. A Londres, M.B. paye des bandits pour qu’ils enlèvent sa belle-mère, mais par erreur ils enlèveront sa femme. M.B. appelle un taxi pour poursuivre les ravisseurs, mais celui-ci démarre avant que notre héros n’ait pu monter ; il devra suivre le véhicule à la course et néanmoins payer la note. Retrouvant son épouse, ils partent pour Paris. Là, la belle-mère, qui a pris du Champagne pour de la limonade, fait un tel scandale qu’ils sont expulsés de France. Enfin, elle annonce qu’elle les abandonne et les deux amoureux pourront profiter de leur lune de miel et, on le devine, consommer leur mariage.

1929

?.3 – Weekend Wives – R : Harry Lachman, – Sc. : Victor Kendall et Rex Taylor, – I : Jameson Thomas, Estelle Brody, Annette Benson, Bebe Brune-Taylor, Ernest Thesiger, George Gee.
Comédie. Un homme de loi passe un week-end à Deauville avec une actrice mariée, dans le même hôtel que sa femme et son amant.

FILMS PARLANTS :

?.12 – Atlantic – R : Edwards Andreas Dupont, – I : Franklin Dyall, Madeleine Caroll, John Stuart, Elaine Terriss, Donald Carthrop, John Longden, Arthur Hardy, Helen Haye.
Drame : Un transatlantique heurte un iceberg et coule. (D’après la pièce de Ernest Raymond, The Berg.)

1930

48British International Picture :

?.10 – The Compulsory Husband – R : Monty Banks, – Sc. : Rex Taylor et Val Valentine, – I : Gladys Frazin, Clifford Heatherley, Lillian Manton, Trilby Clark, Reginald Fox, Janet Alexander, Michael Powell.
Comédie. En Suisse, un homme recueille une femme en fuite et se fait passer pour son mari.

1932

?.5 – To Night’s the Night ou Bill Takes a Holiday – R : Monty Banks, – Sc. : Syd Courtenay et Lola Harvey, – I : Leslie Fuller, Amy Veness, Charles Farrell, Frank Perfitt, Syd Crossley. Comédie. Tout petit rôle pour M.B. (un condamné).

49R.K.O. Radio :

16.9 – Hold’Em Jail (7b) – R : Norman Taurog, – I : Bert Wheeler, Robert Woolsey, Edna May Oliver, Roscoe Ates, Monty Banks ( ?).

1933

50British International Picture :

?.5 – For the Love of Mike – R : Monty Banks, – Sc. : Clifford Grey et Frank Launder, – I : Bobby Howes, Constance Shorter, Arthur Riscoe, Renée Macready.

Comédie musicale

1934

?.2 – You Made Mc Love You – R : Monty Banks, – Sc. : Frank Launder, – I : Thelma Todd, Stanley Lupino, John Loder, Gerald Rawlinson, James Carew, Charles Mortimer. Comédie. M. B. dans un tout petit rôle (un chauffeur de taxi) Aux États-Unis :

51Warner/First National :

?.7 – The Girl in Possession – R : Monty Banks, – I : Laura La Plante, Henry Kendall, Claude Hulbert, Bernard Nedell, Millicent Wolf. Comédie. On fait croire à une Américaine qu’elle possède toute l’Angleterre. M.B. joue le rôle de Caruso.

?.11 – The Church Mouse – R : Monty Banks, – Sc. : W. Scott Darling et Tom Geraghty, – I : Laura LaPlante, Ian Hunter, Edward Chapman, Jane Carr, Clifford Heatherley.
Comédie. La très convenable secrétaire d’un banquier se transforme en pin-up.

1935

?.8 – So You Won’t Talk – R : Monty Banks, – Sc. : Russell Medcraft et Frank Launder, – I : Claude Dampier, Ralph Ince, Vera Pearce, Bertha Belmore.
Comédie : Monty hérite d’une grosse fortune à condition que pendant un mois il ne parle pas. Tous les prétendants à l’héritage font tout ce qu’ils peuvent pour essayer de le faire parler.

1936

?.2 – Man of the Moment ou Water Nymph – R. Monty Banks, – Sc. : Roland Pertwee et Guy Bolton, – I : Douglas Fairbanks Jr., Louise La Plante, Claude Hulbert, Margaret Lockwood.

Comédie. Un futur jeune marié tombe amoureux d’une jeune fille qu’il sauve du suicide. M.B. joue un docteur.

52London Screenplay-Fanfare :

?.12 – Olympic Honeymoon ou Honeymoon Merry-Go-Round – R : Alfred Goulding, – Sc. : Alfred Goulding et Monty Banks, – I : Claude Hulbert, Princess Pearl, Sally Gray, Tully Comber.

1941

53Twentieth Centutry Fox :

30.5 – Blood and Sand (Arènes sanglantes) – R : Rouben Mamoulian, – Sc. : Jo Swerling, – I : Tyrone Powell, Linda Darnell, William Montague (Monty Banks), Antonio Lopez.

1945

54Republic Pictures :

?.8 – A Bell for Adano – R. Henry King, – Sc. : Lamar Trotti et Norman Reilly Raine, – I : John Hodiak, Gene Tierney, Montague Banks (Giuseppe).

II. COMME RÉALISATEUR OU SCÉNARISTE SEULEMENT :

1929

55British International Picture :

?.11 – Cocktails – R : Monty Banks, – Sc. : Roger Budford, – I : Pat, Patachon, Enid Stamp-Taylor, Tony Wylde, Nigel Barrie, Harry Terry, Warren Herrings.
Comédie. Le tuteur malhonnête d’une riche héritière cache de la drogue chez son amoureux.

1930

56Producers Distribution Corporation :

?.2 – Amateur Night in London (2b) – R : Monty Banks, – I : Billy Caryll, Duncan & Godfrey, Charlie Rego, Billy Rego, Plaza Boys, Don et Luis, Archie McCaig, Harry Rogers, Jessie Hitter, James Barber, Tubby Phillips.

?.5 – Eve’s Fall (2b) – R : Monty Banks – I : John Stuart, Muriel Angelus, Donald Stuart, Joe Windsor, Irwin Twins, les Happy Boys.

?.6 – The New Waiter (2b) – R : Monty Banks, – I : Rebla, Robert Hine, Leonard Henry, Quentin Tod.

?.7 – The Musical Beauty Shop (2b) – R : Monty Banks, – I : Leonard Henry, Ethel Baird, Barrie Oliver, Pope Stamper.

3.10 – His First Car (2b) – R : Monty Banks, – Sc. : Brock Williams, – I : George Clarke, Mamie Watson, Cyril Smith, Billy Tasker, Norah Dwyer.

28.11 – The Jerry Builders (2b) – R : Monty Banks, – I : George Graves, Barrie Oliver, Collison & Dean, Miles Clifton, Billy Reeves.

57British International Prod. :

?.8 – Not so Quiet on the Western Pront – R : Monty Banks, – Sc. : Victor Kendall, – I : Leslie Fuller, Mona Goya, Wilfred Temple, Stella Browne, Gladys Cruickshank, Gerald Lyley.

?.8 – Kiss Me Sergeant – R : Monty Banks, – Sc. : Val Valentine, – I : Leslie Fuller, Gladys

Cruickshank, Gladys Frazin, Syd Courtenay, Mamie Holland, Frank Melroid.

1931

?.3 – Old Soldiers Never Die ou Show a Leg R : Monty Banks, – Sc. : Val Valentine, – I : Leslie Fuller, Max Nesbitt, Alf Goddard, Molly Lamont, Mamie Holland, Wellington Briggs, Wilfred Shine.

?.3 – What a Night ! ou Wanted – R : Monty Banks, – Sc. : Syd Courtenay et Lola Harvey, – I : Leslie Fuller, Molly Lamont, Frank Stanmore, Charles Paton, Syd Courtenay, Ernest Fuller.

?.4 – Why Sailors Leave Home – R : Monty Banks, – Sc. : Val Valentine, – I : Leslie Fuller, Peter Barnard, Eve Gray, Gladys Cruickshank, Dimitri Vetter, Frank Melroid.

?.6 – Almost a Honeymoon – R : Monty Banks, – Sc. : Val Valentine, Monty Banks et Walter C. Mycroft, – I : Clifford Mollison, Dodo Watts, Lamont Dickson, Donald Calthrop, CM. Hallard.

?.7 – The Black Hand Gang ou The Black Gang – R : Monty Banks, – Sc. : Victor Kendall, – I : Wee Georgie Wood, Dolly Hammer, Violet Young, Lionel O’Hare, Junior Banks.

?.9 – Poor Old Bill – R : Monty Banks, – Sc. : Val Valentine, – I : Peter Lawford, Leslie Fuller, Iris Ashley, Syd Courtenay, Hal Gordon.

?.12 – My Wife’s Family – R : Monty Banks, – Sc. : Val Valentine et Fred Dudrez, – I : Muriel Angelus, Gene Gerrard, Jimmy Golden, Amy Veness, Charles Paton, Dodo Watts, Tom Helmore.

58En France :

59Production Films Albatros :

Le monsieur de minuit – R. : Harry Lachmann, – Sc. : Val Valentine, Monty Banks et Walter C. Mycroft, – I : Jean Weber, Josseline Gaal, Jules Moy, Odette Talazac, Marcel Simon, Jean Gobel.
Version française de Almost a Honeymoon.

1932

60British International Picture :

?.6 – Money for Nothing – R : Monty Banks, – Sc. : Victor Kendall et Walter C. Mycroft, – I : Seymour Hicks, Betty Stockfeld, Edmund Gwenn, Donald Calthrop, Henry Wenman, Philip Stranger.

61En France :

62Production Films Jaques Haik :

L’Amour et la veine – R : Monty Banks, – Sc. : Victor Kendall, – I : Max Dearly, Ginette Gaubert, Rachel Devirys, Robert Ancelin, Nita Alvarez.
Version française du film précédent.

63Aux États-Unis :

64Warner First National :

18.6 – The Tenderfoot (8b) – R : Ray Enright, – Sc. : Arthur Caesar, Monty Banks et Earl Baldwin, – I : Joe E. Brow, Ginger Rogers, Lew Cody, Vivian Oakland, Robert Greig, Wilfred Lucas.

1933

65En Grande-Bretagne :

66British International Prod. :

?.8 – Leave It to Me ou Help ! – R : Monty Banks, – Sc. : Gene Gerrard, Frank Miller et Cecil Lewis, – I : Gene Gerrard, Olive Borden, Molly Lamont, George Gee, Gus McNaughton.

?.12 – Heads We Go – R : Monty Banks, – Sc. : Victor Kendall, – I : Constance Cummings, Frank Lawton, Binnie Barnes, Claude Hulbert, Gus McNaughton.

1934

67Aux États-Unis :

68Warner-First National :

?.12 – Father and Son – R : Monty Banks, – Sc. : Ben Ames Williams, – I : Edmund Gwenn, Esmond Knight, James Finlayson, Charles Carson, Daphne Courtney.

69En France :

70Compagnie Française Cinématographique :

Votre sourire – R : Monty Banks et Pierre Caron, – I : Marie Glory, Renée Devilder, Simone Deguyse, Victor Boucher.

1935

71Aux État-Unis :

72Vogue Picture :

?.1 – Falling in Love ou Beauty Ball – R : Monty Banks, – Sc. : Fred Thompson et Miles Malleson, – I : Charles Farrell, Gregory Ratoff, Margot Grahame, Mary Lawson, H.F. Maltby.

73Warner Brothers/First National :

?.10 – Hello Sweetheart – R : Monty Banks, – Sc. : Brock Williams, – I : Claude Hulbert, Gregory Ratoff, lane Carr, Nancy O’Neil.

74Vogue Pictures/Allied :

?.10 – 18 Minutes ou This Woman Is Mine – R : Monty Banks, – Sc. : Gregory Ratoff, – I : Gregory Ratoff, John Loder, Benita Hume, Katherine Servaga, Richard Bennett.

1936

75En Grande-Bretagne :

76Associated Talking Pictures :

?.3 – No Limit (Plein gaz) (5b) – R : Monty Banks, – Sc. : Walter Greenwood, – I : George Formby, Florence Desmond, Edward Ridgby, Jack Hobbs.
Comédie. Dans l’île de Man, un motocycliste plein de fougue gagne une course. Catalogues Pathé Baby 9,5 (muet et incomplet, 4b) et Derann (incomplet, 4b).

?.10 – Queen Of Hearts – R : Monty Banks – Sc. : Clifford Grey et H.F. Malby – I : Gracie Fields, John Loder, Enid Stamp-Taylor, Fred Duprez, Edward Kigby, Julie Suedo.

1937

77London Screenplay-Fanfare :

?.3 – Keep Your Seats Please – R : Monty Banks, – Sc. : Tom Geraghty, Ian Hay, Anthony Kimmins d’après Douze chaises de Ilf et Petrov, – I : George Formby, Florence Desmond, Gus McNaughton, Alastair Sim, Harry Tate, Fiona Stuart.

1938

78Aux États-Unis :

79Twentieth Century Fox :

?.10 – We’re Going to Be Rich ou He Was Her Man – R : Monty Banks, – Sc. : Rohama Siegel et Sam Hellman, – I : Gracie Fields, Victor McLaglen, Brian Donlevy, Coral Browne.

1939

?.3 – Keep Smiling ou Smiling Along ou Piccadilly Circus – R-. Monty Banks, – Sc. : Val Valentine et Rodney Ackland, – I : Gracie Fields, Roger Livesey, Mary Maguire, Peter Coke, Jack Donahue.

?.10 – Shipyard Sally ou Sally of the Shipyards ou Sally Goes to the Town – R : Monty Banks, – Sc. : Karl Tunberg et Don Ettinger, – I : Gracie Fields, Sydney Howard, Morton Selden, Norma Warden, Oliver Wakefield.

1941

10.10 – Great Guns (Quel pétard !) – R : Monty Banks, – Sc. : Lou Breslow, – I : Stan Laurel et Oliver Hardy, Sheila Ryan, Dick Nelson.
Un des derniers films de Laurel et Hardy.

T.O.N.I. :

Un modèle de prix (2b).
Sc. : Profitant de l’absence de ses parents, Monty invite quelques amis chez lui et organise une soirée très animée. La fête dure jusqu’à l’aube. Hélas, le lendemain matin, arrivée des parents de Monty qui, indignés, le chassent de chez eux. Voilà Monty à la rue ; que faire ? La solution est toute trouvée ; séduit par une jeune femme, modèle d’un peintre en renom, il s’engage comme balayeur de l’atelier où travaille la responsable de son émoi. Bonartiss le peintre suscitait la jalousie de tous par la beauté de son modèle, aussi une conspiration se trame contre lui pour enlever la jeune femme. Vous pensez bien que Monty s’opposera à cette odieuse machination ! Après une terrible bataille, il met les bandits en déroute à lui tout seul. Le peintre arrive à ce moment-là et, alors que Monty triomphant allait lui demander la main du beau modèle, le peintre lui dit : « Merci d’avoir sauvé ma femme... » ! (D’après un catalogue Kodascope.)

En bombe (2b) – I : Sid Smith.
Sc. : Pour avoir voulu sortir « en garçon » à l’insu de sa femme, le pauvre Monty va s’attirer toutes sortes d’ennuis. Accompagné par son fidèle ami Sid Smith, il avait décidé de se rendre au fameux cabaret « Girls, Girls et Girls ». Hélas ! sa femme l’a suivi, accompagnée de toute une brigade de policemen. Monty se sauve, « empruntant » la veste et le képi d’un policeman. Malheureusement il est reconnu et poursuivi. Il avise une voiture roulant à toute vitesse, saute dedans, et tombe sur les genoux d’agents de police en tournée. Il n’ira pas cependant en prison... car Monty se débrouille toujours, toujours d’ailleurs pour notre plus grande joie ! (D’après un catalogue Kodascope.) Une eau alcoolisee (2b) – I : Sid Smith.
Sc. : Monty ne boit que de l’eau, mais un jour l’eau qu’il boit lui semble avoir un drôle de goût. Il en boit un verre, puis deux, puis trois. Finalement sa conviction est faite, son eau s’est changée en liqueur Son ami Sid Smith arrive sur ces entrefaites et lui explique les raisons de cette métamorphose. Il a jeté une bouteille de whisky, car il a reçu la visite de deux policemen venus faire une enquête chez lui. Le whisky est tombé dans l’eau et voilà ! L’eau a un goût qui plaît de plus en plus à nos deux compères, si bien qu’ils vident le réservoir ! Vous pensez dans quel état ils se trouvent après ce haut fait. Ils sortent, et leurs malheurs commencent. Ils se termineront par une peine de quinze jours de prison, qui vient couronner les méfaits d’une eau... alcoolisée. (D’après un catalogue Kodascope)

Mariage express.

Un mariage interrompu – I : Ruth Holly.

Quel canard !

Quelle aventure !

Un incorrigible fêtard (2b).

Une poule mouillée (2b).

Ploum est un pochard (2b) (2/1923) – I : Sid Smith, Florence Gilbert, William Blaisdell. (Warner)

La prime de Ploum (2b) (3/1923)

Ploum automobiliste (2b) (4/1923)

Ploum est à l’ombre (2b) (9/1923)

Ploum a le goût des modèles (2b) (9/1923), sans doute autre titre de Un modèle de prix.

Ploum et le martinosaure (2b) (9/1923)

Ploum encaisse (10/1923) (Warner)

Ploum voleur malgré lui (11/1923)

Ploum jockey (2b) (12/1923)

Ploum détective (1/1924)

Ploum en tutu (2b) (2/1924)

Ploum et le sapajou (2b) (3/1924)
Sc. : Un jour de terme, M.B., ne pouvant plus payer son loyer, s’enfuit de son domicile. Au cours de ses pérégrinations, il rencontre un jeune singe dressé qui lui joue les tours les plus ennuyeux pour lui, les plus amusants pour le public.

Imposteur ! ou Le Sosie de Ploum (2b) (6/1924).
Sc. : Le comte Monty s’est embarqué pour les Etats-Unis afin d’épouser la riche Américaine qui doit, par sa dot, remettre sa fortune à flot. Le comte, cependant, possède un sosie qui voyage dans l’entrepont, Mac Aroni. Mis au fait des projets du comte, des malandrins décident de se servir de Mac pour s’emparer de la dot somptueuse. Ils capturent le comte et le remplacent par Mac. Ce pauvre Mac fera mille impairs, pour notre plus grande joie. Le rôle du comte ne lui va vraiment pas ! Mais tout pourrait encore s’arranger si le vrai comte, après une quantité d’aventures, ne parvenait à se libérer et à chasser... l’imposteur. (D’après un catalogue Kodascope)

Ploum en ménage (2b) (12/1924) –Warner

Le Commis voyageur (1/1927).

Sa petite famille (2b) (3/1927).

J’ai mal aux dents (2b) (2/1928).
Sc. : Monty vient d’obtenir son diplôme de policeman et, brûlant du feu sacré, jure d’arrêter une bande de malfaiteurs qui exerce ses ravages sur la ville. Le médecin qui signe les admissions n’est autre que le chef de cette bande ; aussi s’empresse-t-il de « recaler » le trop fougueux M.B. en prétextant un mauvais état de ses dents. Il lui arrive évidemment de nombreuses aventures qui se terminent par les fiançailles de notre héros.

Notes

1 La biographie de M. Banks repose sur l’ouvrage de Davide Turconi, Monty Banks, Cesena, Quaderni del Centro de Cinema de Cesena, n° 14, 1987.

2 Joseph Mcbride, Hawks par Hawks, Paris, Ramsay, 1987, p. 29.

3 Cité par Davide Turconi, op. lit, p. 23.

4 Le classement des lecteurs donne : 1 : Ch. Chaplin ; 2 : Laurel et Hardy ; 3 : H. Lloyd ; 4 : les Marx Brothers ; 5 : B. Keaton ; 6 : Lupino Lane ; 7 : Ralph Lynn ; 8 : El Brendel.

5 Cité par Davide Turconi, op. cit, pp. 13-14.

6 Les citations de cet article sont extraites de :
Casimir Malevitch, « Les lois picturales dans les problèmes du cinéma », in Cinémathèque, n° 8, automne 1995, pp. 71-77 (traduction de Valérie Posener).

7 Peintres de l’école cubo-futuriste.

8 Duo comique danois qui connut un succès international dans les années vingt. Il était formé de Carl Schenstrom (le grand maigre) et de Harald Madsen (le petit gros), dirigés par Lau Lauritzen.

9 La filmographie de Banks repose sur l’ouvrage de Davide Turconi, op. cit, pp. 11-67.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search