Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Deuxième partie : dix célébrités

Quatre vedettes des « majors »

Larry Semon, Monty Banks, Alfred St. John et Bobby Vernon

Texte intégral

1Larry Semon, auteur à part entière, présente la particularité exceptionnelle de n’avoir été formé ni par Sennett ni par Roach. Ce créateur indépendant, presque autodidacte, qui travaille pour la Vitagraph, a découvert le burlesque par l’intermédiaire de la bande dessinée. Le résultat est étonnant : une oeuvre d’une grande cohérence, réalisée avec rigueur et où domine une hystérie destructrice.

2Monty Banks, petit émigré italien, devient la vedette comique de la Warner. Il a appris le métier avec les meilleurs spécialistes (Sennett, Semon, L. Hamilton, Fatty), puis il a composé un personnage nouveau qui a su capter la sympathie du public.

3Al St. John, neveu de Fatty, formé comme son oncle chez Sennett, fut une des étoiles de la Fox, puis d’Educational. Les rares films de Picratt qui ont survécu permettent d’apprécier ses talents de mime-acrobate et son penchant incontrôlé pour les gags non-sensiques.

4Enfin, Bobby Vernon, fidèle vedette d’un nombre considérable de comédies d’Al Christie, Bobby l’infatigable, le romantique, promène de film en film son visage d’éternel jeune amoureux, toujours prêt à s’élancer au secours d’une beauté en détresse. C’est une des figures les plus attachantes du cinéma burlesque.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search