Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Deuxième partie : dix célébrités

Stan Laurel

Texte intégral

  • 1 La biographie de S. Laurel repose sur les ouvrages suivants :
    John McCabe, The Comedy World of Stan (...)

1Stanley Jefferson naît à Ulverson (Lancashire) le 16 juin 18901 chez sa grand-mère, qui l’élève jusqu’à l’âge de 5 ou 6 ans, sa mère étant gravement malade. Puis il habite à North Shield où son père, Arthur Jefferson, dirige le Théâtre royal. Dès son jeune âge, il est attiré par le monde du spectacle : à 9 ans, il demande à son père de transformer le grenier de sa maison en théâtre miniature où il se produit en compagnie d’autres enfants de son âge, écrivant lui-même des sketchs et des saynètes. À l’école, un de ses maîtres lui apprend à faire des imitations. Puis, en 1901, Arthur Jefferson signe un contrat pour devenir directeur du Metropole Theatre de Glasgow. Toute la famille vient donc s’installer dans la capitale écossaise. Son père essaye de l’intéresser aux problèmes administratifs, mais Stanley veut paraître sur scène. Il débute dans un music-hall de Glasgow qui est dirigé par un ami de son père. Ce dernier assiste à ses débuts à l’insu de son fils et l’encourage à se perfectionner dans le métier en entrant dans une compagnie renommée : il fait engager Stanley dans les « Levy and Caldwell’s Juvenile Pantomimes » dont les acteurs ont entre 6 et 18 ans. Stan y restera pendant deux saisons, puis fera du music-hall dans de petites salles, pour finir par remplacer un comédien dans un sketch à succès que produit son père : Horne from the Honeymoon (que Stan reprendra en 1930 dans le film Another Fine Mess). Puis un producteur connu, Edwin Marris, le prend sous contrat pour jouer un rôle important (celui d’un garçon d’étable) dans Gentlemen Jockey. Il jouera ensuite dans un mélodrame intitulé Alone in the World. C’est alors que Fred Karno le remarque. Il a déjà dans sa compagnie une vedette, Charlie Chaplin, et à cette époque ce dernier répète un sketch (Jimmy the Fearless) qu’il refuse de jouer au dernier moment, le trouvant médiocre. Karno le remplace par Stan qui obtient un énorme succès et, du coup, Chaplin décide de reprendre le rôle. En 1910, Karno et sa troupe partent aux États-Unis.

2Ils débutent à New York dans une pièce burlesque intitulée The Vow-Vows, puis partent en tournée à travers les États-Unis, jouant aussi le fameux A Night in an English Music-Hall où brille Chaplin. Stan demande une augmentation à Karno, qui la refuse. Aussitôt Stan quitte la troupe et revient en Angleterre où il joue un sketch qu’il vient d’écrire, The Rum’uns from Rome. En 1912, Karno fait une nouvelle tournée aux États-Unis. Il engage à nouveau Stanley (avec une augmentation !) aux côtés de Chaplin. Ce dernier, après un court séjour, va passer chez Mack Sennett et laisser les rôles vedettes à Stan. Cependant à Philadelphie, Karno, qui a signé un contrat de douze semaines avec la compagnie Nixon-Nirdlinger, commence à avoir de graves problèmes : Chaplin, qui était prévu au programme, n’est plus là et, après de longues tractations, le contrat est annulé : la troupe Karno est dispersée. Tandis que la majorité de l’équipe s’embarque vers l’Angleterre, Stan décide de rester et de faire du vaudeville. Il monte un spectacle avec un couple de copains de la troupe Karno (Edgar Hurley et sa femme) et joue à Chicago pendant plusieurs mois son spectacle : « The Nutty Burglars ». Un agent, Gordon Bostock, le prend sous contrat et les baptise « The Keystone Trio » : Laurel imitera Chaplin en vagabond, Edgar Hurley parodie Chester Conklin, et sa femme, Mabel Normand. Le trio remporte un gros succès, mais un désaccord éclate : Hurley veut jouer le rôle du vagabond et s’arrange pour éliminer Stan qu’il remplace par Ted Banks. C’est le naufrage du trio Keystone. Vers le milieu de l’année 1916, Stan fonde alors le Stan Jefferson Trio avec Alice Cooke et son mari Baldwin Cooke. Ils jouent The Crazy Cracksman que Stan a écrit, et gagnent bien leur vie (175 dollars par semaine)...

3C’est le succès. Stan rencontre alors une actrice qui joue dans le même théâtre que lui, Mae Charlotte Dalhberg (1888-1969), et dont il tombe amoureux. Il quitte le Stan Jefferson Trio, remplacé par Billy Crackles, autre transfuge de Fred Karno, et monte des sketchs avec Mae. Du 7 mai au 12 mai 1917, Stanley et Mae se produisent à l’Hippodrome Theater de Los Angeles dans le sketch Raffles, the Dentist. C’est à cette époque que Stanley Jefferson devient Stan Laurel. Stan Jefferson comptait treize lettres, et notre comédien, superstitieux, désirait changer. Un jour, Mae, qui feuilletait un livre d’histoire romaine oublié dans une loge, tomba sur un portrait de Scipion l’Africain, la tête couronnée de lauriers (laurels en anglais) : « Stan Laurel, cela sonne bien... » Le nom est adopté ! Le directeur de l’Hippodrome Theater, Adolphe Ramis, présente Stan à Bobby Williamson, comédien et metteur en scène à la Kalem, et c’est ainsi que Stan Laurel débute au cinéma en 1917 dans Nuts in May, produit par Isadore Bernstein, ancien directeur général des studios Universal. Ce dernier veut produire des films et lancer les Stanley Comedies. La preview a lieu en présence de Chaplin et du patron de l’Universal, Carl Laemmle, et ce dernier, conquis, prend Stanley sous contrat. Le tournage commence dès septembre 1917 avec Phoney Photos et, en deux mois (jusqu’au 1er novembre) Stan tourne quatre films – distribués l’année suivante – avec Mae comme partenaire ; mais celle-ci, plus âgée que Laurel, n’est pas dans le ton. En partie à cause de Mae, mais aussi sans doute par suite de la réorganisation de l’Universal, Laurel abandonne le cinéma pour revenir au vaudeville.

4Chez Hal Roach, le clown Toto (Arnold Novello), vedette d’une série de comédies, se voit contraint d’abandonner l’écran au printemps 1918 pour des raisons de santé. Roach, qui a signé un contrat avec Pathé, cherche aussitôt quelqu’un pour le remplacer. Alf Goulding, un de ses meilleurs réalisateurs, propose alors Stan Laurel : en mai 1918, ce dernier tourne un petit film d’essai et est engagé. Il va tourner cinq films en une bobine en un mois environ (juin-juillet 1918). Puis Hal Roach, ayant rempli son contrat, libère Stanley qui revient encore au vaudeville. Mais auparavant, au cours de l’été 1918, l’acteur a tourné trois films pour la Vitagraph sous la direction de Larry Semon. C’est là qu’il fait la connaissance de Joe Rock, ancien cascadeur de la Vitagraph, rencontre importante pour la carrière de Stan.

5Enfin, « Broncho Billy » (G. M. Anderson), le premier cow-boy du cinéma, qui dirigeait la Amalgated Producing, recrute Stanley fin 1920 pour tourner un « pilote » en 2 bobines, Lucky Dog, où apparaît aussi Oliver « Babe » Hardy. Le film sera réalisé en janvier 1921, distribué seulement en octobre 1921, et Anderson en cédera les droits d’exploitation à Reelcraft. Après ce film, Stan retourne encore sur scène, mais, à la fin de l’année, Anderson décide de lancer une nouvelle série avec Laurel comme vedette. Ce dernier termine ses engagements et s’installe définitivement à Hollywood.

6En janvier 1922, il tourne donc A Weak-End Party, produit et dirigé par G.M. Anderson (Quality Producing Company, distribué par Metro), premier film d’une série de sept jusqu’en décembre de la même année. Pour des raisons mal connues, peut-être un accueil médiocre du public, la collaboration Anderson-Laurel cesse et ce dernier revient travailler dans l’équipe d’Hal Roach. Après avoir tourné 25 films pour ce dernier, en janvier 1924, Stan, accompagné de Mae Laurel, quitte à nouveau Roach après le tournage de Short Kilts. Il retrouve son ami Joe Rock, et le metteur en scène Percy Pembroke le persuade de travailler pour le producteur qu’est devenu Joe. Ce dernier engage donc Laurel à condition que Mae ne joue pas dans ses films ! Le premier de cette série de douze films (Detained) sera tourné sans doute en février 1924, le dernier, en septembre de la même année. Mae n’est plus sa partenaire depuis longtemps et le ménage marche plutôt mal. Elle est mariée en Australie et son mari a toujours refusé le divorce ; en 1925, Mae finit par retourner dans son pays natal, libérant ainsi Stan, amoureux de Lois Nelson que lui a présentée Joe Rock. Ils se marient le 23 août 1926. La même année, Stan revient définitivement chez Hal Roach, rejoignant ainsi J. Finlayson, S. Pollard, Ch. Chase, E. Kennedy, etc. Il se lance à son tour dans la mise en scène, dirige Clyde Cook, Oliver Hardy, Mabel Normand et abandonne peu à peu son métier d’acteur. Cependant, en 1926, il accepte de reprendre le rôle prévu pour Oliver Hardy, indisponible, dans Get’Em Young.

7Puis il tourne avec O. Hardy Slipping Wives (1927) qui marque le début d’une collaboration qui durera jusqu’à la disparition des deux amis.

8Laurel eut une vie sentimentale agitée : en 1935, il divorce d’avec Lois Nelson et se marie avec une veuve de Los Angeles, Virginia Ruth Rogers, qu’il quittera (provisoirement !) en 1937. L’année suivante, il épouse une Russe, chanteuse et danseuse, Vera Ivanovna Shuvalova, connue sous le nom de Illeana. En 1940, il divorce encore pour se remarier avec Virginia Ruth ! Cinq ans plus tard, en 1946, il se sépare de Virginia pour épouser Ida Kitaeva Raphael – encore une Russe –, chanteuse d’opéra et actrice, qui restera avec lui jusqu’à sa mort le 23 février 1965.

GENÈSE D’UNE STAR DU BURLESQUE OU COMMENT STAN DEVINT LAUREL

9Les premiers films de Stan Laurel semblent n’avoir été distribués en France qu’à l’automne 1924 : d’après nos recherches, la première allusion à l’un d’entre eux figure dans Le Courrier cinématographique du 18 octobre 1924 : on y annonce une nouvelle série dont le héros, baptisé Rigolo, est « Stan Laurel, comique connu dans le monde entier ». Le premier titre, Rigolo toréador (Mud and Sand, 1922), sort en octobre 1924, puis viennent des films que nous n’avons pu identifier : Rigolo a le filon, Rigolo ne rigole plus (tous deux de mars 1925), Rigolo homme du monde (avril 1925). Un peu plus tard, le surnom de Picotin sera attribué à Stan comme en témoigne ce superbe poème acrostiche (anonyme), publié par Le Courrier cinématographique du 30 avril 1927, qui invite les directeurs de salle à remplir leur tiroir-caisse en faisant confiance au talent de Stan Laurel :

P icotin, l’air béat, ahuri et candide
I mpayable, hilarant, naïf, burlesque et drôle,
C ontre les noirs ennuis, contre les sombres rides,
O ppose son œil clair, ses silhouettes folles.
T rès aimé des publics, des pires, des meilleurs,
I l fera dans vos caisses recouler le Pactole :
N ‘oubliez pas son nom, Messieurs les directeurs.

10Enfin, dans certains courts métrages produits par Hal Roach, distribués en 9,5 mm par Pathé-Baby, Stan sera rebaptisé Bagoutin.

11C’est donc assez tardivement que le public français fait connaissance avec Stan Laurel bien que sa carrière cinématographique ait débuté dès 1917. Dix ans plus tard, associé à Oliver « Babe » Hardy, Stan formera un indissociable et mythique tandem dont la puissance comique restera intacte après plus d’un demi-siècle. Durant ces deux lustres au cours desquels Stan va tourner « en solo », nous allons assister à la naissance et à la métamorphose d’un nouveau héros burlesque qui, malgré les nombreuses influences dont il est le fruit, va acquérir une personnalité profondément originale, sans équivalent dans le monde du slapstick. Stanley semble d’abord avoir choisi pour modèle celui qu’il a si souvent imité sur toutes les scènes américaines, Charlie Chaplin le surdoué, d’un an son aîné. Mais deux autres rencontres vont aussi marquer sa carrière : le perfectionniste et polyvalent Larry Semon (Zigoto) et enfin Hal Roach, ce producteur inspiré avec lequel Laurel va enfin pouvoir exprimer pleinement son talent créateur.

12Les premiers films de Stan accessibles à l’historien – quelques « Rolin Comedies » tournées en 1918 pour Roach – permettent d’apprécier les recherches et tentatives de notre héros pour créer un personnage nouveau. Ainsi, dans Just Rambling Along (1918), l’influence de Chaplin est très nette. Laurel y incarne un gandin désargenté : pour manger gratuitement dans un snack, il demande à goûter tous les plats, s’emplit les poches discrètement de victuailles, et finit par prendre seulement un café ; hélas, à la sortie, la gourmande jeune fille qui est à sa table échange son ticket de caisse avec celui de Laurel qui hérite d’une note dépassant ses moyens ; il sera tabassé et éjecté par les garçons. Le scénario de ce film, au rythme rapide et très enlevé, aurait parfaitement convenu au Chariot de la Keystone. Laurel incarne ici un jeune homme débrouillard, vif, coureur de jupons, hâbleur (d’où peut-être son surnom de Bagoutin) et sans aucun scrupule. Par contre, Hustling for Health qui date de l’année suivante, montre un Laurel au jeu calme et presque sobre, ayant presque totalement abandonné les mimiques agitées à la Chariot, mais toujours maladroit et même parfois malhonnête. Coiffé d’un bob, Laurel campe là un brave garçon serviable mais empoté, entraîné dans une famille où l’épouse, en vraie suffragette, terrorise le mari.

13Quoique bref (trois films seulement), le passage à la Vitagraph sous la houlette de Larry Semon sera décisif. Lorsque ce dernier embauche Laurel, il est déjà une vedette confirmée et fort populaire et l’on serait tenté de croire qu’il a simplement besoin d’un faire-valoir. Une simple vision de Fraud and Frenzies (1918) démontre rapidement que Semon a su utiliser avec beaucoup d’intelligence le talent comique de Laurel : ce dernier compose, dans ce film, un double, étonnant car imparfait, de Zigoto, ce qui permet à L. Semon de construire toute sa mise en scène sur le thème de la symétrie gémellaire. Semon et Laurel sont deux bagnards, affublés du classique pyjama rayé, mais tandis que les autres détenus portent le traditionnel bonnet, nos deux compères conservent chacun leur attribut distinctif : Zigoto le melon un peu trop grand et Laurel le canotier auquel il restera fidèle dans de nombreux films. Chaque image du film souligne la symétrie des deux personnages ; le duo comique apparaît à maintes reprises, de part et d’autre de l’écran, séparés par un gardien, un policier, une jeune fille, dans des plans rigoureusement cadrés (on pense souvent à Keaton). Ailleurs, les deux bagnards exécutent un extraordinaire pas de deux pour dissimuler une bagarre ; leur évasion (ils sautent tous deux simultanément le mur de la prison en escaladant le dos de deux gardiens chargés d’une énorme poutre), leur cavale dans la nature (avec des plans parfaitement équilibrés où ils se cachent dans d’énormes buses), leur arrivée chez la jeune fille sont des séquences rigoureusement construites dans le même esprit. Bien évidemment, Laurel a calqué son jeu sur celui de Semon, le perpétuel excité, survolté et agressif, et nous assistons à cette incessante et frénétique gesticulation qui confère aux films de Zigoto un rythme si caractéristique. Mais, bien que Laurel soit bien un autre Zigoto, il en présente le négatif car ce candide personnage aux yeux clairs contraste résolument avec Zigoto, diablotin noir et grimaçant. Agressif, hyperactif, charmeur et rusé, le compagnon de Zigoto est encore loin du Laurel compagnon d’infortune de Hardy, ce garçon lunaire et infantile qui réagit toujours avec un temps de retard.

14En quittant Zigoto, Laurel déserte les studios pendant plus de deux ans. Il est de retour sur les plateaux en 1921 avec Lucky Dog. Tout en gardant encore agressivité et dynamisme, tous deux inspirés également par le personnage de Chariot, le jeu de Laurel s’est singulièrement assagi. Dans ce film, on le découvre encore très différent de celui que l’on a coutume de voir évoluer aux côtés de son compère Hardy : il est en effet devenu un élégant dandy coiffé d’un canotier, un peu à la Charley Chase. Parmi les six films tournés pour G.M. Anderson, Mud and Sand (1922) – le seul film de la série que nous avons pu voir – montre que les ambitions de Laurel demeurent momentanément bien limitées : cette parodie de Blood and Sand où Rudolph Valentino devient Rhubarb Vaselino ne déborde pas de trouvailles visuelles. Cependant, en s’éloignant de plus en plus de ses deux modèles, Laurel est encore en quête de son personnage.

15Le premier retour chez Hal Roach marque incontestablement le début de la période la plus féconde de Laurel, qui est entouré d’une équipe de comédiens talentueux : en premier lieu James Finlayson, cet Écossais coléreux et rancunier qui, après avoir fait ses classes – comme tant d’autres – chez Sennett, est passé chez Hal Roach où il incarne aussi le rival malchanceux de Beaucitron (Snub Pollard) ; puis le frêle George Rowe, moins connu, le « loucheur » de la maison qui joue à merveille les demeurés avec sa raie au milieu du crâne et sa moustache à la Chariot. Enfin le grand vilain Noah Young, la jeune fille de service Katherine Grant, Marie Mosquini ou Ena Gregory, le méchant Eddie Baker... La liste n’est pas exhaustive.

16Dans les premiers temps, Laurel alterne films parodiques et comédies plus personnelles. D’une manière générale, il semble que les films de la première catégorie soient difficiles à apprécier à leur juste valeur ; en effet, le pastiche ne se savoure que si l’on connaît parfaitement son modèle, ce qui n’est généralement pas le cas pour le spectateur d’aujourd’hui. The Soilers reste cependant une réussite à nos yeux, grâce, en particulier, à un personnage improbable : au cours de l’interminable et destructrice bagarre qui oppose le vilain J. Finlayson à Bob Canister (Laurel), apparaît régulièrement un cow-boy parfaitement efféminé qui ignore superbement ce combat sans merci ; finalement, comme Stan triomphe, le gay cow-boy s’exclame : « Mon héros ! » et lance une fleur (hélas, avec le pot) sur le crâne du vainqueur qui s’effondre et disparaît, embarqué par une benne à ordures. Autre situation scabreuse dans Should Tall Men Marry ? (1928), qui peut être considéré comme une parodie des westerns à épisode : Laurel mime, auprès d’un jeune veau et pour l’édification d’un de ses amis, comment séduire une jeune fille.). Finlayson survient alors qu’il embrasse la bête sur le mufle, ce qui nous vaut ce carton mémorable : « Depuis combien de temps cela dure-t-il entre vous ? » demande Fin’. Avec Roughest Africa (1923), pastiche des films exotiques, Laurel explorateur débarque avec des porteurs surchargés (un piano à queue, une baignoire, des tonneaux de whisky) et un taxi...

17Parmi les comédies originales, Collars and Cuffs (1923), réalisé dans l’esprit de la Keystone, garde intacte sa force comique et se termine par une dantesque partie de patinage sur l’eau savonneuse d’un lave-linge qui a débordé. Les « cops », les employés, dont Laurel, dérapent ou s’affalent dans une mare de mousse qui s’étale jusque sur les trottoirs du magasin. The Noon Whistle, tourné la même année, constitue une parfaite réussite : dans ce film à deux personnages (Laurel, ouvrier dans une scierie, et Finlayson, contremaître), on assiste à un véritable ballet à la fois élégant et magique. Laurel, l’air affairé et décidé de celui-qui-sait-ce-qu’il-fait, circule, une longue planche sur l’épaule dans tout l’atelier et jusque dans le bureau du patron sous le regard exaspéré de Fin’ ; plus tard, Stan le poète parvient mystérieusement à transporter une interminable poutre en la soutenant par une seule extrémité, puis il repasse en sens inverse, mais cette fois, dédoublé, il la porte par les deux bouts (ce gag sera repris dans Smithy). Danse burlesque pour mesurer une planche ou pour simuler un match de boxe, gracieux exercices d’équilibre sur un escalier avec un sac de ciment sur le dos, chaque séquence est chorégraphiée avec un grand souci d’élégance. Enfin, la scène dans les cabines abonde en gags « magiques », caractéristiques de l’univers de Stan Laurel : celui-ci se dissimule dans une des cabines, sort d’une autre, joue à un cache-cache irrationnel avec un Finlayson déboussolé qui finit par condamner toutes les portes à l’aide d’une poutre horizontale ; Laurel, contre toute logique, se tirera encore de ce mauvais pas.

18Dans Kill or Cure (1923), Laurel, coiffé de son fameux canotier, essaye de vendre un élixir à tout faire. Cette fois, le personnage, encore mal dessiné dans le film précédent, est parfaitement campé : élégant et loquace, Laurel a totalement abandonné le jeu gesticulatoire imposé par Semon pour adopter une mimique plus sobre et plus maîtrisée, mais ô combien originale et efficace, et la séquence où il invente un langage de sourd-muet pour convaincre une vieille dame qu’il croit infirme constitue un modèle du genre. Comme vendeur, Laurel se révèle sans doute moins teigneux que Paul Parrott dans Un parfait vendeur, mais tente sa chance méthodiquement et sans complexe à chaque porte, tout en protégeant son couvre-chef, première victime de l’ire de ses présumés clients. Nous sommes encore loin du vendeur gaffeur puis déchaîné qui, avec Hardy, propose ses arbres de Noël à J. Finlayson (Big Business, 1929).

19Cette détermination et cette débrouillardise se retrouvent dans Short Order (1923), une des plus belles réussites de Laurel. Le film débute par un gag à la limite du fantastique : notre héros, garçon de restaurant, essuie consciencieusement une immense vitre embuée (ou sale ?) tandis qu’au premier plan s’agite le cuisinier (G. Rowe) ; puis, quand il a achevé son travail, nouveau passe-muraille, il franchit sans effort la paroi (imaginaire ?) et rejoint son collègue. Ce gag annonce déjà le côté magique que Laurel développera plus tard avec Hardy : Stan sera capable de fumer dans son poing fermé, d’allumer son pouce, de tirer l’ombre d’un store, etc. à la grande fureur de son compère. Une autre scène du film paraît typiquement inspirée par les séquences d’animation de Semon : le fromage, trop fait, saute comme une grenouille sitôt hors de sa cloche et Laurel finit, pour l’immobiliser, par le clouer sur la table d’un coup de couteau bien ajusté. Le final ne manque pas d’allure : ayant servi un steak trop coriace à un client, Laurel est renvoyé ; il récupère le morceau récalcitrant et le fait poser comme semelle à un de ses souliers ; le voilà maintenant qui s’enfuit, une nuée de chiens reniflant ses chaussures... Smithy (1924) annonce déjà les grandes réussites du duo Laurel et Hardy. Tout en conservant son personnage actif et débrouillard, Laurel accentue sa maladresse, à l’origine des catastrophes en série qui seront la spécialité du tandem. Ainsi, on confie à Laurel la couverture d’un toit ; dans une première série d’épreuves, il lui faut grimper à l’échelle un rouleau de toile goudronnée sur le dos, puis répandre la colle et enfin placer les ardoises. En un crescendo bien orchestré, les accidents se succèdent, s’accumulent, s’amplifient... Il ne manque que Hardy, car). Finlayson, tête de Turc numéro 1, se trouve déjà en place. On évoque bien sûr The Finishing Touch (1928) où la maison, là aussi, s’effondre tristement in fine et Hog Wild (1930), G. Rowe remplaçant Hardy dans un rôle d’avaleur involontaire de clous.

20Les copies disponibles de The Sleuth (1925) – tourné pour son ami Joe Rock – sont très incomplètes et souvent peu compréhensibles... On en retiendra surtout quelques gags qui relèvent du non-sens, dignes de Tex Avery et bien dans l’esprit de Laurel : détective privé, il frappe à une porte ; un panneau s’ouvre et une main paraît qui lui subtilise le chapeau et disparaît, puis elle ressort pour frapper Laurel d’un coup de marteau ; plus tard, un bras surgit par une porte entrebâillée et du doigt l’invite à s’avancer ; lorsque Laurel est à bonne distance, le poing se ferme et cogne brutalement son menton, puis le bras disparaît et surgit à nouveau pour coiffer Laurel d’un melon. On notera aussi l’apparition, pour la première fois sans doute, de Laurel en travesti : en grand décolleté, il vampe une bande de truands qu’il amène à s’entre-tuer, puis assomme avec détachement le dernier survivant. Dans Half a Man (1925), une des dernières Stan Laurel Comedies produites par Rock, on voit apparaître, pour la première fois un Laurel complexé et terrorisé par les femmes : Winchell McSweeny, grand consommateur de sucreries, suit respectueusement les conseils de sa maman (« Méfie-toi des femmes ») et reste infantilisé jusqu’à la toute dernière image où, pour sacrifier au « happy ending », il part avec une jeune fille. Entre-temps, naufragé sur une île peuplée uniquement de jolies filles, il se trouve victime de harcèlement sexuel caractérisé ; pour s’en tirer, Laurel menace de se précipiter du haut d’une falaise et, comme un nouveau naufragé mâle vient d’aborder, ce sont les filles elles-mêmes qui le poussent sauvagement dans le vide ! Dans ce film cruel pour les deux sexes, le Laurel immature et fort peu viril du futur tandem pointe déjà.

21Les gags basés sur un déguisement féminin forment l’essentiel de Eve’s Love Letters (1927), tourné quelques mois plus tard pour Roach : Laurel majordome d’Agnes Ayre s’est habillé en femme pour aider sa patronne à retrouver des lettres d’amour et se retrouve aux prises avec le galant mari qui le prend pour une femme légère. Il convient de signaler que Laurel, compagnon de Hardy, utilisera très fréquemment ce type de situation, son travestissement soulignant alors la part féminine toujours dévolue à Laurel dans le couple qu’il forme avec Oliver.

22Ainsi, Laurel, qui, sous l’influence de Chaplin et de Semon, a incarné à ses débuts un personnage actif, agressif, excité même, devient progressivement chez Hal Roach tout d’abord un jeune homme léger et souriant, maladroit et coureur de jupons, puis plus tard le grand enfant immature et lymphatique, passif et féminisé, célèbre compagnon de Hardy. Cette évolution, assez lente, devient plus nette à partir de 1925 : il semble que Laurel ait eu alors la révélation que son physique – sa mince silhouette et surtout son visage innocent -l’orientait irréversiblement vers ce nouveau personnage.

FILMOGRAPHIE2

I. COMME ACTEUR OU ACTEUR ET RÉALISATEUR :

1915

23Sterling Comedies-Universal :

  • 3 Richard E. Braff, The Universal Silents, Jefferson, McFarland – 1999, p. 70.

8.4 – ( ?) The Butler’s Busted Romance (1b) – I : Ernest Shields.
Ce film (assez improbable) est signalé dans The Universal Silents3.

1917

24Stanley Comedies – Isadore Bernstein productions :

Nuts in May (2b) – R : Robin E. (Bobby) Williamson – I : Mae Dahlberg, Lucille Arnold, Owen Evans, Charles Arling.
Sc. : Un fou s’échappe d’un asile en tenue d’ouvrier mais avec un chapeau de Napoléon sur la tête. Il lui arrive de nombreuses mésaventures. Le film semble perdu. Des extraits auraient été insérés dans Mixed Nuts (1925).

1918

25Nestor Comedies-Universal :

8.4 – Hickory Hiram (Hiram à la godille) (1b) – R/Sc. : Edwin Frazee – I : Teddy Sampson, Neal Burns, Mae Laurel ( ?).
Sc. : « Hiram est embauché comme ouvrier agricole, mais rêve de vivre dans une grande ville. Il prend Trixie (T. Sampson) par la main et l’entraîne à l’aventure dans la cité ; ils ne possèdent toutefois que 1 dollar 98... Leur expédition s’achève en prison, mais ce n’était qu’un rêve » (Rob Stone, op. cit., p. 402).

26L-KO Comedies-Universal :

22.5 – Whose Zoo ? (2b) – R/Sc. : Craig Hutchinson – I : Kathleen O’Connor, Rube Miller, Eddie the Ellfa-Nut.
Sc. : « Laurel est maître d’hôtel dans un grand hôtel. Un client, R. Miller, tente de flirter avec la jolie K. O’Connor, accompagnée de son mari. 11 se trouve en rivalité avec Laurel et le mari est très jaloux. Rube est employé dans un zoo et, à la suite d’une dispute avec un employé, ce dernier l’enferme dans une cage avec des animaux : Rube, sans s’affoler, nettoie la cage. Un éléphant s’évade, devient enragé, pénètre dans le hall de l’hôtel suivi par un ours. Tandis que Rube revient à l’hôtel, Kathleen s’endort sur son lit après avoir pris un bain. L’ours se couche à ses côtés : hurlements de la dame. Le mari, croyant que Rube est responsable de ces cris, débarque armé et commence à tabasser l’ours qui saute du lit et poursuit le jaloux, ainsi que Rube et Stanley... Les deux lascars sautent par la fenêtre, galopent sur les toits et se réfugient au zoo... » (Rob Stone, op. cit., p. 404).

3.7 – Phoney Photos (2b) – R/Sc. : Edwin Frazee, Sup. : Henry McRae – I : Rena Rogers, Neal Burns, Walter Belasco, Lydia Yeamans Titus.
Sc. : « Grace veut épouser Swift (S.L.), mais ses parents, M. et Mme Grouch, ont décidé de la marier avec Iules. Lorsque ce dernier l’emmène en voiture, elle commet des imprudences et l’auto se retourne. Swift sauve la vie de la jeune fille et ils décident de s’échapper, mais Mme Grouch, au courant du complot, déguise la bonne de manière que Swift la prenne pour sa fille. Grace avertit heureusement son amoureux et c’est Iules qui enlève la bonne. Swift et Grace peuvent alors s’unir devant un homme d’Église » (Rob Stone, op. cit., p. 401)

27Vitagraph :

23.9 – Huns and Hyphen (Zigoto, vicomte par amour) (2b) – R/Sc. : Larry Semon – I : Larry Semon, Peter Gordon, Bill Hauber, Fatty Alexander, Billy McCall, Madge Kirby.
Sc. : « L. Semon, amoureux de Vera (M. Kirby), lui raconte qu’il est un homme important afin de la séduire. En réalité, il est serveur dans un bar, véritable repaire d’espions allemands. Laurel, client de ce bar, vole des œufs au comptoir et les glisse dans sa poche. Zigoto s’en aperçoit et écrase les œufs à coups de poing. Du fond du pantalon de Laurel, apparaissent plusieurs poussins... Vera, qui a inventé un nouveau masque à gaz pour le gouvernement américain, est emmenée dans ce bar par son père et découvre le vrai métier de son amoureux. Les espions prennent Vera en otage et lui volent les plans de son masque à gaz. Larry découvre le complot et se bat avec le gang. Il sauvera la jeune fille et les précieux plans » (Rob Stone, op. cit., p. 413). (d.v.)

7.10 – Bears and Bad Men (2b) – R/Sc. : Larry Semon – I : Larry Semon, Madge Kirby, Billy McCall, Frank Alexander, Blanche Payson, William C. Hauber.
Sc. : « Les familles Slawson et Cutshaw sont perpétuellement en guerre. L. Semon, un Cutshaw, aime une demoiselle Slawson. Un couple appartenant à une troupe de théâtre engage Pete (S.L.), l’idiot du village, pour porter les bagages. Tandis qu’il essaye de rencontrer sa dulcinée, Larry tombe sur un ours. Il se cache dans une des malles transportées par Laurel et l’ours se dissimule dans une autre. Le couple débarque : Larry et l’ours sortent de leur cachette. Larry s’enfuit en courant, poursuivi par l’ours et par Paw Slawson (F. Alexander) qui lui tire dessus. Pete vient à l’aide de Larry, mais apparaît un autre ours et Pete doit lui aussi prendre la fuite» (Rob Stone, op. cit., p. 415). (d.v.)

11.11 – Fraud and Frenzies (Zigoto au bagne) (2b) – R/Sc. : Larry Semon – I : Larry Semon, Billy McCall, Madge Kirby, William C. Hauber.
Sc. : L. Semon et S. Laurel, deux bagnards agressifs et pleins d’astuce, sautent le mur de la prison et s’évadent. Amoureux tous deux de la fille d’un geôlier, ils se retrouvent devant la porte de sa maison après avoir échangé leur tenue de bagnard contre des vêtements civils. Le père revient du travail et les deux amis prennent la fuite. Après une poursuite infernale, ils se retrouvent dans la voiture d’un gardien et réintègrent leur prison. (d.v.)

28Rolin Comedies -Hal Roach-Pathé :

6.10 – No Place Lifte Jail (1b) – R : Frank Terry – I : Bud Jamison, Marie Mosquini, Noah Young, James Parrott.
Sc. : Laurel, bagnard, subtilise le fusil d’un gardien pour tuer une mouche sur son sandwich, puis sème la pagaille dans les lavabos. Avec un autre détenu, il creuse un tunnel, mais débouche dans le bureau du directeur de la prison. Laurel assomme son complice sur le point d’étrangler le directeur sous les yeux de sa fille. En récompense il est gracié et sort de prison à regret et en larmes, mais en emportant la montre et le portefeuille du directeur. Catalogue Glenn-Photo-Supply (d.v).

8.12 – Just Rambling Mong (Au jour le jour) (Ib) – R : Hal Roach – I : Clarine Seymour, Noah Young, James Parrott.
Sc. : Le fils d’un policier (N. Young) trouve un porte-monnaie devant Laurel qui le lui dispute, mais se voit obligé de céder. Une file d’admirateurs suit une jeune fille (C. Seymour), Laurel se joint à la cohorte. Elle entre dans un snack, suivie de tous sauf de Laurel qui est éjecté car il n’a pas le sou. La demoiselle fuit ses admirateurs et s’installe à une table isolée. Laurel dérobe une pièce à un gosse, qui va se plaindre à son père, revient dans le café, et fait la cour à la jeune fille... Il passe au comptoir pour se servir, goûte tous les plats, les refuse, se remplit en douce les poches de gâteaux et trouve le moyen de se nourrir pour rien ou presque car il se contente d’un simple café. Le serveur fait sauter par erreur un hamburger dans le chapeau de Laurel qui va s’asseoir auprès de la jeune fille. Quand il se découvre, il a un hamburger sur le crâne. À la caisse, C. Seymour échange son ticket avec celui de Laurel, qui ne peut payer. Un essai infructueux pour sortir à quatre pattes, puis le policier arrive et Laurel se fait tabasser. (d.v.)
Catalogue Blackhawk.

29Nestor Comedies-Universal :

30.12 – O, It’s Great to Be Crazy (1b)- R/Sc. : Leslie T. Peacocke.
Sc. : « Sam Quirrel (S.L.) a du mal à trouver du travail. Il entre dans une agence et obtient un boulot dans un asile d’aliéné. Le directeur lui explique que son prédécesseur laissait échapper tous les pensionnaires. Aussi Laurel utilise les moyens les plus ingénieux pour garder les malades dans leur cellule. Fier de ses résultats, il espère en récompense obtenir la main de la fille du directeur. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de fous et souhaite épouser un homme qui n’aura rien à voir avec eux. Déçu, Laurel s’enferme dans une cellule et jette la clef » (Rob Stone, op. cit., p. 405).

1919

5.1 – Do You Love Your Wife ? (1b) – R : Hal Roach – I : Bud Jamison, Marie Mosquini, Noah Young, Dorothy Wolbert, Bunny Bixby, Gus Leonard, Lois Nelson, James Parrott, Mildred Forbes, William Peterson, Belle Mitchell, William Gillespie, May Burns, Charles Stevenson.
« Stan est concierge dans un grand immeuble. Ses singeries sont à l’origine de difficultés matrimoniales... » (Rob Stone, op. cit. p. 407).

2.2 – Hustling for Health (1b)-R : Frank Terry – I : Frank Terry, Marie Mosquini, Bud Jamison, Noah Young, Margaret Joslyn.
Sc. : Laurel a raté son train et se fait inviter par un inconnu. Il l’aide à porter ses énormes paquets, puis tous deux montent dans le train. À l’arrivée, ils prennent une voiture à cheval, mais comme ce dernier s’est dételé, c’est Laurel qui empoigne les brancards et monte des côtes à fort pourcentage... On arrive à la maison du quidam dont la femme est une féministe militante et le voisin, Mr. Spotless, un jardinier maniaque de la propreté. On donne à garder le bébé à Laurel. Le jardin est plein d’ordures et Spotless s’en plaint à un agent. Laurel est chargé de nettoyer : il balance tout chez le voisin puis arrose la cour, puis... tout le monde. Fureur de Spotless qui veut corriger Laurel, sauvé par l’intervention de la fille du jardinier. Tandis que Laurel flirte avec la jeune fille, Madame ne veut pas faire le repas. Laurel vole les plats préparés par les voisins et les porte à table. Les voisins arrivent, reconnaissent leur pitance et accusent Laurel qui se sauve, tombe sur la jeune fille et reste avec elle à bavarder, tous deux insensibles à une pluie battante.
Catalogue Phil Johnson.

2.3 – Hoot Mon ! (1b) – R : Hal Roach-I : Bud Jamison, Margaret Joslyn, Marie Mosquini, Noah Young, James Parrott, W. Howe, Belle Mitchell, Dorothea Wolbert, Bunny Bixby, Lillian Rothchild, William Peterson, M. Fitzgerald, Harry Clifton, Emmy Wallace, Gus Leonard, Jerome Laplauch, D. Cobum, D. Alberts, Carrie Fowler.
Sc. : « Un Américain (S.L.) va en Ecosse et achète une taverne. Il ne connaît pas les coutumes des Highlands et connaît de nombreux problèmes, qu’il soit au bar de la taverne ou sur les pelouses du golf. Il parvient finalement à réussir dans son nouveau commerce» (Rob Stone, op. cit., p. 410).

1921

30Vitagraph :

10.3 – The Rent Collector (Zigoto encaisseur) (2b) – R/Sc. : Larry Semon et Norman Taurog-I : Larry Semon, Oliver Hardy. Tout petit rôle pour Stan Laurel et un plan fugitif où il apparaîtrait aux côtés d’Oliver Hardy (non confirmé).

31Sun-Lite Comedies – Amalagamted Producing Company :

 ?. 10 – The Lucky Dog (2b) – R : Jesse Robins – I : Oliver Hardy, Florence Gilbert, Jack Lloyd.
Sc. : Laurel, chassé de son appartement car il ne peut plus payer son loyer, fait du porte à porte pour vendre sa marchandise : il est éjecté avec sa sacoche par une dame, demeure assommé sur la chaussée et voit des danseuses tournoyer autour de lui. Il rêve qu’il embrasse l’une d’elles, mais ce n’est qu’un chien errant qu’il étreint. Un tramway s’arrête par deux fois pile derrière lui. Sa sacoche se déplace seule : le chien s’est dissimulé à l’intérieur. Laurel tombe sur Hardy pistolet au poing, dévalisant un quidam, et lui donne le chien. Hardy trouve de l’argent dans la poche de Laurel à la stupéfaction de ce dernier qui parvient à se sauver avec le chien et l’argent. Une poursuite s’ensuit avec l’intervention d’un policier. Laurel veut entrer dans un magasin pour s’y réfugier, mais les chiens y sont interdits ; il fourre son chien dans une poubelle, mais, comme l’agent arrive, il est obligé de le récupérer. Laurel va dans une exposition canine pour séduire une jeune fille, mais le chien perturbe la manifestation. Il part en voiture avec la demoiselle (F. Gilbert) ; un amoureux jaloux recrute le bandit (O. Hardy) pour se venger. Arrivé chez la jeune fille, Stan rencontre son père, mais l’amoureux déçu et Hardy débarquent. Stan le reconnaît et lui rend l’argent pour éviter les ennuis. Les deux vilains enlèvent la fille et Stan, aidé du chien, réussit à la sauver.
Seule une partie de ce film a été retrouvée.

1922

32Stan Laurel (Metro) Comedies -Amalgamated Productions :

4.9 – The Egg ou The Carpenter (2b) – R : G.M. Anderson ( ?) – I : Drin Moro, Colin Kenny, Tom Kennedy, Alfred Hollingsworth.
Sc. : « En allant travailler à la Rex Lumber Cie, Humpty Dumpty (S.L.), surnommé “l’œuf” par ses collègues, tombe par hasard en possession d’une lettre qui révèle un complot contre le président de la compagnie. Il ne prête guère attention à cette lettre et cherche plutôt à éviter la colère du contremaître qui lui reproche son retard. Au travail, Laurel cause beaucoup de soucis au contremaître ; il prend la tête d’une révolte des ouvriers, doit se cacher dans un bureau. Là, il surprend le chef des conspirateurs et peut sauver son président du chantage. En récompense, il obtient la main de sa fille » (Rob Stone, op. cit., p. 427).
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington)

2.10 – A Weak-End Party ou The Gardener (2b) – R : G.M. Anderson – I : Marion Aye, Harry Rattenburg, Otto Fries, Colin Kenny, Scott MacGregor, Babe London.
Sc. : « Mr. Smith (H. Rattenburg) se propose, le jour de l’anniversaire de sa fille Lily (M. Aye), de lui offrir un magnifique collier de perles. Un détective veille. Les invités arrivent : horreur ! Ils sont treize ! Pour conjurer le mauvais sort, on invite le jardinier (S. Laurel). Le détective s’endort et le collier disparaît, caché dans un pantalon par les voleurs. Au jeu “Qui a le bouton ?” Stanley gagne grâce à un de ses boutons de culotte. Il est ensuite amené à enfiler le pantalon qui recèle le collier. On offre les cadeaux d’anniversaire et on découvre le vol. Le détective enquête et Stan s’aperçoit qu’il a le collier. Il s’en débarrasse et le bijou finit par échouer entre les mains du voleur qui est arrêté. Laurel, renvoyé à son travail, veut nettoyer la pelouse et arrose tous les invités » (Rob Stone, op. cit., p. 423).
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington, USA)

13.11 – Mud and Sand (Rigolo toréador) (3b) – R : Gil Pratt – I : Mae Laurel, Julie Leonard, Leona Anderson, Sam Kaufman, Wheeler Dryden.
Sc. : Rhubarb Vaselino (S.L.) se présente pour faire des essais comme toréador. Le premier candidat sort sur une civière, le deuxième et le troisième aussi... C’est au tour de Laurel : le taureau atterrit hors de l’arène aux pieds des autres prétendants. Laurel est fêté et tombe sur une beauté, Caramel, qui lui offre des fleurs pleines de peinture. Rentré chez lui, il montre à sa mère l’argent gagné, mais elle lui en confisque la plus grande part. Il va donner l’aubade sous les fenêtres de Caramel avant son départ à Madrid où il est invité à toréer et lui promet le mariage avant de partir. Plus tard, Laurel, devenu une vedette, est séduit par une belle inconnue dans un café à la mode, mais effectue une danse lascive en compagnie d’une séduisante danseuse. Il la laisse tomber dans le bassin plein d’eau pour s’occuper de la belle inconnue qui l’emmène chez elle. Caramel le surprend dans ses bras et décide de l’abandonner, mais il doit à présent affronter le plus vieux taureau d’Espagne. Il se prépare sous l’orage : la raie tracée dans ses cheveux se transforme en zigzag après un éclair. Dans l’arène, le vieux taureau broute lamentablement l’herbe. Les essais de mise à mort sont manqués. Les amis de la danseuse abandonnée ont versé de l’éther sur la cape pour la venger et le taureau s’endort... Laurel aussi. Triomphe cependant : on lui lance des chapeaux ; l’un d’eux contient une brique qui l’assomme. (d.v.)
Parodie de Blood and Sand (1922) de Fred Niblo avec Rudolph Valentino.

4.12 – The Pest (La petite peste) (2b) – R : Jess Robbins ( ?) I : Vera Reynolds, Glen Cavender, Joy Winthrop, le chien Hero, Mae Laurel.
Sc. : « Stan fait du porte-à-porte pour vendre des livres (un seul titre : La Vie de Napoléon). Après plusieurs essais infructueux, il tombe sur une jeune femme qui va être expulsée pour non-paiement de loyer. Il jure de lui trouver l’argent nécessaire, mais un chien l’attaque et il s’enferme chez la jeune femme. Pour sortir, il se couvre d’une peau de tigre, mais la fourrière le poursuit. Soudain, un pickpocket en danger cache un portefeuille dans la poche d’un mannequin près d’une vitrine. Laurel abandonne sa peau de tigre, met le costume, et après avoir semé la fourrière et la police, revient chez la jeune fille où il surprend le propriétaire sur le point de l’expulser. Laurel grimpe les marches, trouve l’argent dans sa poche et paye le loyer» (Rob Stone, op. cit., p. 429).

Première version de Kill or Cure (1923). En partie filmé sur les fameux escaliers (situés 923 et 935 Vendome Street, district de Silver Lake à Los Angeles) que l’équipe Hal Roach réutilisera pour Laurel et Hardy dans Hats Off (1927) – seul film du tandem considéré comme perdu – et dans The Music Box (1932).
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

1923

12.2 – When Knights Were Cold (2b) – R : Frank Fouce – I : Mae Laurel, Catherine Bennett, Scotty MacGregor, William Armstrong, Will Bovis, Stanhope Wheatscroft, Harry de More.
Sc. : « Le roi Henry le 4711
e est mort, ou du moins tout le monde le croit, et le prince Pluto (S. Wheatscroft) monte sur le trône à sa place. Il prend la princesse (C. Bennett) en otage. Lord Helpus (S.L.) exige sa libération si bien que le prince met sa tête à prix. Dans la forêt, un mystérieux individu rejoint la bande de lord Helpus. Les Raspberries, séides du prince, poursuivent lord Helpus en vain. Ce dernier s’infiltre dans le château pour libérer la princesse mais, se trouve capturé. Au moment de son exécution, l’homme mystérieux et la bande de lord Helpus accourent à la rescousse et le libèrent. L’inconnu n’est autre que Henry le 4711e. Lord Helpus épousera la princesse. » (Rob Stone, op. cit., p. 436).
Parodie du Robin des bois (1922) de Douglas Fairbanks.

13.3 – The Handy Man (Rigolo et la grosse dame) (2b) – R : Robert Kerr – Sc. : Bob Munson – I : Mirta Sterling, Otto Fries, Harry Mann, Babe London.
Sc. : « L’homme à tout faire (S.L.) et la cuisinière (M. Sterling) s’entendent bien. Mais le contremaître (O. Fries), ayant appris que la cuisinière a fait un gros héritage, se met à la courtiser après avoir chassé Laurel. Un homme mystérieux rôde aux alentours pendant que les propriétaires donnent une soirée musicale ; la musique envoûte Laurel ainsi que la cuisinière qui se mettent à danser dans l’office, puis jusqu’au salon au milieu des invités. Le contremaître intervient et, dans la confusion, Laurel fait tomber un piège à souris. Une foule de rongeurs s’en échappent, mettant fin à la réception. Laurel et la cuisinière décident de s’enfuir, poursuivis par O. Fries, et parviennent au bureau des mariages, mais pendant que Laurel est allé acheter les anneaux, la cuisinière flirte avec le juge ! À son retour, Laurel tombe sur l’homme mystérieux qui se présente comme le mari de la cuisinière. Ecœuré, Laurel laisse tomber tout le monde et assomme le juge avec son marteau» (Rob Stone, op. cit, p. 425).

33Hal Roach-Pathé :

29.4 -The Noon Whistle (La sirène de midi ou Ah ! Quelle scierie ! ou Laurel manœuvre ou Un bon ouvrier) (1b) – R : George Jeske et Jay A. Howe – I : James Finlayson, Katherine Grant, Sam Brooks, William Gillespie, Noah Young, |ack O’Brien.
Sc. : Laurel travaille dans une scierie dont le contremaître est J. Finlayson. Les ouvriers, exploités, ne travaillent que si Fin’ les surveille, et Laurel tout particulièrement. Ce dernier est en effet chargé de porter une caisse en haut d’une pile de planches et il la précipite sur la tête de Fin’. Puis il porte une longue planche sur l’épaule, passe et repasse sans cesse sous l’œil de Fin’ jusque dans le bureau du directeur, exécutant un véritable ballet. Il mesure un madrier en accompagnant ses déplacements de gracieuses torsions du bassin, porte ensuite miraculeusement cette planche interminable en la tenant par une extrémité sous les yeux effarés de Fin’, puis repasse en sens inverse (ce n’était pas la bonne), et cette fois un Laurel se trouve à chaque bout de celle-ci ! Chargé de monter un sac de ciment avec une poulie, Laurel arrête son effort lorsque la sirène de midi retentit : le sac assomme Fin’ qui se trouvait au-dessous. Le contremaître oblige Laurel à monter le sac sur son dos par les escaliers. Il s’ensuit un numéro d’équilibre et de balançoire, les deux hommes étant aux deux extrémités d’escaliers mobiles, Fin’ ayant les pieds immobilisés dans une vaste marmite pleine de colle. Le sac finira par se crever sur la tête de Fin’. Après un simulacre de match de boxe entre les deux hommes, Laurel se réfugie dans une série de cabines contiguës, passant mystérieusement de l’une à l’autre à la grande fureur de Fin’. Dans la bagarre finale, ce dernier assomme le directeur d’un coup de poing destiné à Laurel et reçoit une lettre de licenciement.
Catalogues Blackhawk, Connaissance du cinéma, Film-Office, Pathé-Baby. (d.v.)

13.5 – White Wings (1b) – R : George Jeske – I : James Finlayson, Marvin Lobach, Katherine Grant, George Rowe, Mark Jones, William Gillespie.
Sc. : « Stan, balayeur de rues, échange accidentellement sa carriole contre une poussette. Croyant qu’il s’agit d’un kidnappeur, un flic le prend en chasse. Après lui avoir échappé, Laurel devient dentiste ambulant. Il réussit un certain nombre d’interventions jusqu’à l’arrivée d’un policier qui souffre d’une rage de dents. Stan est reconnu... » (Rob Stone, op. cit., p. 443).
« Assez décousu, White Wings est un film poursuite où Laurel, tantôt balayeur, tantôt arracheur de dents, échappe à un gros flic auquel il joue des tours d’une joyeuse méchanceté. C’est ce Laurel que nous aimons : désinvolte et cynique. Totalement désengagé de l’emprise de Chariot, il a créé un personnage libre comme l’air, décomplexé, gouailleur, qui respire un féroce plaisir de vivre et qui sera le sien jusqu’en 1927, c’est-à-dire jusqu’à l’arrivée d’Oliver Hardy. Quand il coince un gros flic dans une porte à glissière et qu’il calcule son élan pour un coup de pied majestueux, il faut le voir prendre à témoin les spectateurs : il ne se venge pas, il jubile » (Raymond Borde et Charles Perrin, « Laurel et Hardy », in Premier Plan, n° 38, Lyon, SER-DOC, septembre 1965, p. 30). (d.v.)
Copie au Musée autrichien du cinéma (Vienne).

3.6 – Under Two Jags (1b) – R : George Jeske – I : Mae Laurel, Sam Brooks, Charles Stevenson, William Gillespie, Roy Brooks, George Rowe, Eddie Baker.
Sc. : « Un étranger (S.L.) arrive dans un fort aux confins du désert. Cheroot (M. Laurel), qui travaille dans un café, en tombe amoureuse. L’étranger s’engage dans la légion et utilise ses talents à aiguiser les couteaux de la princesse (K. Grant), qui est également amoureuse de lui. Le commandant se taillade les lèvres avec un de ces couteaux et décide de faire fusiller Laurel à l’aube. On creuse sa tombe, mais Cheroot libère Laurel et c’est l’officier qui tombe dans la fosse » (Rob Stone, op. cit., p. 439). « Une satire éblouissante des honneurs militaires. Laurel est un soldat dans l’armée d’Afrique. Il perturbe un exercice en prenant des poses, comme s’il s’agissait d’une photo de groupe. Lors d’une remise de décorations, il transforme l’accolade en une scène ambiguë, où le baiser de l’officier devient pédérastique. Condamné à mort, il est dégradé sur le front des troupes. Le colonel lui arrache sa Légion d’honneur et Laurel se retourne : il a dix autres médailles épinglées dans le dos. Le colonel s’en prend alors aux boutons de sa vareuse et, bouton par bouton, Laurel lui rend la pareille. Un officier commande le peloton d’exécution, tout en mangeant une banane. Mais le mât du drapeau s’écroule et c’est l’officier qui tombe dans la fosse préparée pour Laurel. À coups de pelle, on le recouvre de terre » (Raymond Borde et Charles Perrin, op. cit., p. 31).
Parodie de Under Two Flags (1922) de Tod Browning.
Copie à la Cinémathèque Royale de Belgique.

17.6 – Vick and Shovel (Laurel dans la mine) (1b) – R : George Jeske – I : James Finlayson, Katherine Grant, George Rowe, Sammy Brooks, William Gillespie.
Sc. : Habillé d’un manteau de fourrure et coiffé d’un haut-de-forme, Laurel descend dans la mine. Le contremaître (J. Finlayson) et Laurel se poursuivent avec le monte-charge. Finlayson finit par se retrouver au fond du puits dans un wagonnet. Dans la mine, Laurel brûle les fesses de son voisin avec la lampe de son casque. Il court après la jeune fille qui s’occupe des mulets malgré les interventions de Finlayson. Nouveau ballet avec le monte-charge, Finlayson, la jeune fille et le mulet. Laurel descend de la dynamite au fond du puits, fume sa pipe devant le stock, mange un morceau de dynamite et crache : d’où une explosion qui déclenche une fuite d’eau. La jeune fille est prisonnière dans la fumée. Les mineurs remontent tandis que Laurel, toujours en bas, voit le niveau de l’eau s’élever. Les dernières images montrent Laurel et la fille s’en allant sur un chariot au fond de la mine inondée. (d.v.)

1.7 – Collars and Cuffs (Chez le blanchisseur ou Sur la pente savonnée) (1b) – R : George Jeske – I : George Rowe, Katherine Grant, Jack Ackroyd, Sammy Brooks.
Sc. : Laurel travaille dans une blanchisserie et déchire le papier d’emballage par ses passages répétés. Comme son pantalon a craqué et qu’on aperçoit son caleçon, les filles se voilent les yeux et le patron le réprimande. Accroché à la courroie d’une poulie, Laurel se retrouve au premier étage où l’on dispute un poker acharné, mais le patron surprend les joueurs. La machine à laver déborde : un employé se cache à l’intérieur. La mousse savonneuse se répand dans tout l’atelier et devant le magasin : les piétons patinent, les flics débarquent sans pouvoir avancer tandis que leur voiture se renverse, créant une énorme pagaille. L’employé est extirpé de la machine pendant que Laurel se cache dans le linge et ressort coiffé d’un bonnet de nuit, entouré de deux flics qui l’embarquent. Poursuite devant le magasin avec patinage généralisé. Catalogue Film-Office. (d.v.)

15.7 – Kill or Cure (Un remède infaillible ou Bagoutin fait l’article ou Un représentant efficace) (1b) – R : Percy Pembroke – I : Noah Young, Katherine Grant, Eddie Baker, Mark Jones, Helen Gilmore, William Gillespie, Sammy Brooks, Charles Stevenson.
Sc. : Laurel essaye de vendre son élixir magique à G. Rowe qui se révèle sourd-muet. Il essaye à nouveau avec une dame qui sort de l’Institut et invente un langage original avec ses mains ; mais la dame n’est pas infirme et le poursuit en le menaçant. Laurel fait son numéro à un ivrogne qui lui achète sa bouteille à sa grande joie. Puis il propose son élixir à N. Young pour briquer sa voiture : en guise de démonstration, Laurel nettoie la voiture à fond et la fait briller avec des pans de sa chemise. Finalement N. Young refuse de payer et Laurel couvre sa voiture de farine. Il va alors frapper à plusieurs portes, mais est chaque fois éconduit et son canotier s’envole. À la fin, il tient le bord de son chapeau à deux mains avant de frapper, et c’est le haut du chapeau qui s’envole. Il finit par poser son chapeau sur le sol ; un petit homme minuscule sort de la maison si bien que Laurel n’a pas peur de lui, mais c’est sa femme qui le vide à grand fracas. Catalogues Film-Office, Pathé-Baby 9,5. (d.v.)

29.7 – Gas and Air (Laurel au garage) (1b) – R : Percy Pembroke – I : Katherine Grant, Eddie Baker, Charles Stevenson, Noah Young, Roy Brooks.
Sc. : « Stan travaille dans une station-service, mais passe beaucoup de temps à flirter avec la demoiselle du snack d’à côté, qui se trouve être la fille du propriétaire du garage. Il sort pour récupérer une voiture avec la dépanneuse, et finit par revenir au garage, lui-même remorqué » (Rob Stone, op. cit., p. 449).
Catalogue Film-Office ( ?).

12.8 – Oranges and Lemons (Oranges et citrons ou Emballez, c’est pesé !) (1b) – R : George Jeske – I : Katherine Grant, George Rowe, Eddie Baker, Sammy Brooks, Mark Jones, Martin Wolfkeil.
Sc. : Laurel travaille dans une ferme où l’on produit des oranges. Monté sur un vélo, il active un système qui élève les oranges sur une espèce de tapis roulant. Une dispute éclate avec son collègue (G. Rowe) ; le patron intervient et reçoit lui aussi des oranges sur le crâne. Laurel s’enfuit dans les orangeraies et aide un copain à monter une échelle double. Il s’ensuit une poursuite dans les orangers, puis dans les ateliers où Laurel utilise abondamment le tapis roulant. Une jolie blonde emballe les fruits et en jette un sur Laurel. Ce dernier essaye, sans succès, de clouer une caisse avec l’aide du patron. Le monte-charge finit par tout écraser. Grâce à un tremplin, Laurel projette les caisses. À la suite d’une dispute avec un collègue, une grande bataille-poursuite se déclenche. Laurel s’enfuit sur le tapis roulant en faisant du sur place, poursuivi par le patron, et finit par coincer tout le monde sous le monte-charge. Midi, la sirène sonne : Laurel se met à déjeuner, assis sur le monte-charge.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

34Stan Laurel Comedies-Hal Roach-Pathé :

2.9 – Short Orders (Super Service) (1b) – R : Percy Pembroke et Ralph Cedar – I : Marie Mosquini, Eddie Baker, Jack Ackroyd, Mark Jones, Charles Stevenson, George Rowe.
Sc. : Laurel travaille dans un restaurant : il essuie une vitre longuement puis passe mystérieusement à travers pour rejoindre son collègue cuisinier (G. Rowe). Il s’habille en serveur et va prendre les commandes. Un client refuse un gâteau sur lequel Laurel souffle, inondant le client de farine. Il sert un autre client, lui met une serviette autour du cou. En cuisine, G. Rowe et Laurel découpent une tranche de rôti avec une grande scie. Le fromage sous sa cloche sent très mauvais ; libéré, il saute comme un cabri quand on essaye de le couper : Laurel le transperce d’un coup de couteau précis pour l’immobiliser. Cependant, chaque fois que le client le goûte, son chapeau saute en l’air. Un autre client, affamé, attend et mange les fleurs du vase ; il trouve le bifteck très dur, brise son couteau et sa fourchette. Laurel change en vain les couverts, essaye à son tour de le couper, casse tout. Le patron intervient et met Laurel à la porte. Il part avec le bifteck récalcitrant et, voyant que sa semelle est fichue, la remplace par le beefsteack. Il s’en va suivi par une meute de chiens...
D’après une copie super-8 d’origine inconnue. (d.v.)

19.9 – A Маn About Town (Suivons la piste ou Bagoutin emboîte le pas) (1b) – R : George Jeske – I : James Finlayson, George Rowe, Katherine Grant, Charles Stevenson, Mark Jones.

Sc. : Laurel remarque dans un tram une jolie fille qui porte une robe facile à repérer. Il la suit, mais cette robe n’est pas très originale et Laurel change plusieurs fois de piste pour se retrouver dans un magasin de vêtements. Involontairement, il dévoile les larcins d’une cliente ; le détective (J. Finlayson) le prend pour un voleur et se lance à sa poursuite. Laurel, cependant, suit toujours la jeune fille à la robe : elle va téléphoner dans une cabine. Une dame colle un bébé dans les bras de Laurel pendant qu’elle téléphone et Laurel, à son tour, le refile à J. Finlayson pour continuer sa chasse. Il perd la trace de la jeune fille et, suivi de J. Finlayson, va se faire raser chez un barbier. Les deux garçons coiffeurs (dont G. Rowe) louchent, ce qui inquiète considérablement nos deux clients. Lorsque la jeune fille passe dans la rue, Laurel, à moitié rasé, jaillit du fauteuil, toujours accompagné de Fin’. Ils la suivent dans un tram. Le receveur éjecte brutalement un voyageur sans le sou ; Laurel, qui n’a pas d’argent, s’en tire en montrant ses bretelles où le mot « police » est inscrit. La jeune fille descend du tram, toujours suivie, et va se plaindre à un agent. Ce dernier, aidé de Fin’, poursuit Laurel qui croit leur échapper en grimpant dans un autobus en marche qui, en réalité, est une voiture de police.
Catalogue Pathé-Baby 9, 5. (d.v.)

30.9 – Roughest Africa (Laurel dans la jungle ou Laurel explore l’Afrique) (2b) – R : Ralph Cedar – I : James Finlayson, Katherine Grant, George Rowe.
Sc. : Coiffé d’un casque colonial, Laurel cinéaste étudie une carte d’Afrique avec son opérateur (J. Finlayson). La caravane des porteurs est pittoresque : sur leurs dos, un piano à queue, une baignoire, des tonneaux de whisky... Un taxi clôture le convoi. Laurel, piqué par un porc-épic, voit sa chevelure se hérisser. Un ours lèche le crâne de J. Finlayson qui cherche à filmer l’animal. L’ours poursuit Laurel qui, armé d’un fusil, tire sur Finlayson réfugié dans un arbre. La branche casse et ce dernier se trouve aux prises avec l’ours. Un éléphant vient tout à côté de Laurel qui, les jumelles vissées à l’œil, tout d’abord ne le voit pas, puis finit par s’enfuir. Il attache une ficelle à la gâchette du revolver qu’il fait avaler à l’éléphant, puis tire la ficelle. L’éléphant s’envole et retombe mort. Enfin, Laurel joue de la contrebasse pour attirer un lion qui effectivement finit par venir. Après une course éperdue, le lion tombe dans une cage. On filme l’exploit, mais le lion se sauve car la cage n’a pas de fond. Fuite générale. Laurel se cache dans des taillis d’où sortent des douzaines de lions. Nouvelle fuite jusqu’à une rivière où c’est un crocodile qui lui mord les fesses. Il repart avec son taxi. Catalogues Film-Office, version incomplète (1b), et Pathé-Baby. (d.v.)

28.10 – Frozen Hearts (2b) – R : Jay A. Howe – I : James Finlayson, Mae Laurel, Katherine Grant, George Rowe, Sammy Brooks.
Sc. : « Stan, pauvre paysan de la Russie impériale, est amoureux de Sonia (K. Grant) ; il décide de l’épouser. Mais un des hommes du tzar enlève la jeune fille et l’emmène à Saint-Pétersbourg pour danser dans un ballet. Stan est arrêté mais se sauve en se déguisant en officier. Il suit Sonia et essaye de la libérer. Au palais du tzar, il est séduit par la princesse (M. Laurel) sous les yeux de Sonia, qui, par jalousie, flirte avec le général (J. Finlayson). Lorsque Stan essaye d’enlever Sonia, le général le provoque en duel. Après un très long combat, Stan profite de l’inattention du général pour s’échapper avec la fille » (Rob Stone, op. cit., p. 462).

4.11 -The Whole Truth (1b) – R : Ralph Cedar – I : James Finlayson, Earl Mohan, Helen Gilmore, Jack Ackroyd, Wallace Howe, Charles Stevenson.
« Le début du film est assez étonnant. Séducteur raffiné, d’une élégance rare, Laurel va comparaître au Tribunal civil. Quand il fait son entrée dans la salle d’audience, un essaim de jolies filles palpite de bonheur. D’un air blasé, il prend place à la barre. Une mère de famille l’accuse d’avoir compromis sa fille. Il invente une histoire de jungle qui ne convainc personne (et qui est d’ailleurs très faible). On lui fait avaler un cachet (quelque sérum de vérité ?) et il raconte une autre histoire de chloroforme renversé sur un bouquet de fleurs, de passants endormis, de gens qui tombent à l’eau. Lui-même a respiré le bouquet maléfique. Il a dormi debout devant un magasin et le boutiquier, lui collant une fausse barbe, l’a utilisé comme mannequin. À son réveil, il a sonné chez la jeune fille. On l’a jeté dehors. Il termine son histoire en sanglotant. Tout le monde sanglote, la plaignante, l’avocat (J. Finlayson) et le juge. Pardonné, Laurel quitte le tribunal où ses admiratrices se meurent d’amour pour lui. En riant, il montre aux spectateurs qu’il a conservé le cachet dans la bouche » (Raymond Borde et Charles Perrin, op. cit., p. 34-35).
Copie à la Cinémathèque royale de Belgique.

18.11 – Save the Ship (1b) – R : George Jeske – I : Marie Mosquini, Mark Jones.
Sc. : « Stan, sa femme et ses parents passent leurs vacances en bateau sur la mer. Ils pêchent et jardinent un peu. Lorsque Stan tire avec un fusil trop chargé, le bateau commence à couler. Un canot à moteur embarque les dames et les hommes prennent place dans un petit bateau à rames remorqué. Par la faute du beau-père, ce bateau coule lui aussi » (Rob Stone, op. cit., p. 453).
« Un radeau, une tente. Un jardin flottant sur des madriers, avec des poules. Un vieux père qui pêche à la ligne et se flanque à l’eau une dizaine de fois. Une mère, sa fille et Laurel qui perturbe ce bonheur banlieusard. Le radeau coule. Laurel et le petit vieux grimpent dans une barque qui coule à son tour. Le dernier gag est génial : Laurel fait une réussite, il s’enfonce dans la mer, les cartes surnagent et il continue à jouer sur l’eau» (Raymond Borde et Charles Perrin, op. cit., p. 35). (d.v.)

25.11 – The Soilers (Le Héros de l’Alaska ou La vengeance de Laurel ou La ruée vers l’or... dure) (2b) – R : Ralph Cedar – I : James Finlayson, Ena Gregory, Mae Laurel, Billy Engle, George Rowe, Jack Ackroyd, Jack Gavin, Marvin Lobach.
Sc. : Bob Canister (S. L.) est chercheur d’or en Alaska. Le shérif, Smack Namara (J. Finlayson), qui voudrait la concession de Laurel, vient le menacer chez lui avec ses sbires. Laurel sort son colt, mais la concession sera modifiée en faveur de). Finlayson. Laurel, amoureux de la belle Hélène, ne veut pas se battre devant elle et abandonne. Au saloon, il boit au comptoir et tombe sur Finlayson qui le provoque. Il décide d’agir : il se rend dans le bureau du shérif, ferme la porte à clef et demande un combat à la loyale sans pistolet. Une longue et dévastatrice bagarre commence, troublée seulement de temps à autres par le passage d’un cow-boy efféminé qui semble ne s’apercevoir de rien. À la fin, Laurel en lambeaux mais triomphant sort dans la rue. Le cow-boy lui crie : « Mon vainqueur ! » et lui jette des fleurs mais, hélas, avec le pot : Laurel, assommé, est emporté par la benne à ordures. Parodie de The Spoilers (1923) de Lambert Hillyer.
Catalogue Film-Office, version incomplète (1b). (d.v.)

9.12 – Scorching Sands (1b) – R : Robin Williamson et Ward Hayes – I : James Finlayson, Katherine Grant, George Rowe, Mark Jones.
Sc. : « Une touriste américaine (K. Grant) a été capturée par une bande d’Arabes. Dans le même temps, deux explorateurs intrépides (S.L. et J. Finlayson) tombent sur la demeure sacrée d’une princesse égyptienne. Ils pensent que c’est un musée, mais apprennent vite que la seule façon de quitter cette tombe, c’est d’épouser la princesse. Les deux compères se battent pour cet honneur, mais, pendant leur combat, poussent la princesse dans l’eau. Celle-ci, outragée, les poursuit de sa vengeance. La touriste, s’étant libérée toute seule, montre aux explorateurs comment sortir de là » (Rob Stone, op. cit., p. 458).

23.12 – Mother’s Joy (1b) — R : Ralph Cedar – I : James Finlayson, Ena Gregory, Mae Laurel, James Finlayson, |ack Ackroyd, William Gillespie, Helen Gilmore, George Rowe, Charley Hall.
Sc. : « Le baron Buttontop (J. Finlayson), vieux et amer, raconte à un avoué les malheurs de sa fille. Contre sa volonté, elle est partie et a épousé Magnus Dippytack (S.L.) qui l’a abandonnée à Honolulu ; la jeune fille est revenue chez elle, un bébé sur les bras, pour être jetée dehors par son père. Pris de remords, Fin’ demande à l’avoué de retrouver sa fille et son enfant. Plus tard, ils sont tous réunis et le baron veut marier son petit-fils (encore S.L.) qui a grandi avec Flavia (M. Laurel), une riche héritière. Mais le petit-fils aime la servante (E. Gregory). Cependant, la date du mariage est fixée. Aucun des deux promis ne veut se marier et finalement le ministre du culte abandonne la cérémonie et s’en va » (Rob Stone, op. cit., p. 466). « Avant d’accepter le mariage avec une jeune femme imposée par ses parents (et que, d’ailleurs, il accompagne vers l’autel tout en se retournant avidement sur le passage d’une servante), il sème notamment la panique dans une soirée (il chasse tout le monde en pleurant à chaudes larmes sous l’effet de sa propre chanson), puis également parmi les invités d’un banquet ; n’ayant pas de place à table (où tout le monde s’est rué sauvagement à l’annonce du repas), il prend par ruse celle de son tuteur (J. Finlayson) ; puis, quand celui-ci veut porter un toast, se lève tranquillement avec lui, une orange givrée à la main, pour l’arroser abondamment du jus de celle-ci comme de quelque triomphant jet d’urine... » (Petr Kral, Les Burlesques ou Morale de la tarte à la crème, Paris, Stock, 1984, p. 253).

1924

20.1 – Smithy (Durand ou Un gars du bâtiment ou Stany a l’âme militaire) (2b) – R ; George Jeske – I : James Finlayson, Ena Gregory, George Rowe, |ack Gavin, William Gillespie, Glenn Tryon, George Rowe, Fred Karno Jr., Sammy Brooks, Marvin Lobach.
Sc. : Smith (S.L.) va être démobilisé : la 372e compagnie ferme pour cause de pénurie de haricots. Il est en retard au rassemblement et le sergent (J. Finlayson) vient le chercher dans sa tente où il fait tranquillement sa toilette. On lui remet son ordre de démobilisation et il passe prendre ses affaires civiles. Il cherche à travailler et finit par être engagé sur un chantier comme manœuvre. Laurel doit monter un rouleau de toile goudronnée sur le toit. Après diverses acrobaties, il réussit momentanément car un ouvrier (encore J. Finlayson) reçoit le rouleau sur la tête. Chassé-croisé avec Laurel sur le toit. G. Rowe met des clous dans sa bouche : il s’apprête à clouer quand il reçoit une poutre sur la tête et avale son stock. Laurel essaye de coller des ardoises sur le toit : il met de la colle partout, sabote le travail, crève la toiture. Pour la réparer, il scie la planche sur laquelle est assis J. Finlayson. Ce dernier choit et court derrière le coupable. Par suite d’une homonymie, Laurel est nommé chef de chantier. Il s’empresse de mettre Finlayson à la porte. Une semaine plus tard, on s’aperçoit de la méprise. La maison est construite. Le patron semble satisfait ; on enlève le dernier étai et la maison s’effondre. Laurel se sauve. On le retrouve à l’armée aux prises avec un Finlayson ricanant.
Catalogues Blackhawk (version incomplète, 1b), Pathé-Baby 9,5 et Kodascope. (d.v.)

17.2 – Postage Due (Drame au bureau de poste ou Laurel perd la carte postale) (2b) – R : George Jeske, I : James Finlayson, Ena Gregory, George Rowe, Eddie Baker, Dick Gilbert, Martin Wolfkeil, Jack Ackroyd, William Gillespie, Charlie Hall.
Sc. : Laurel va se marier et il veut envoyer sa photo à sa fiancée. Il essaye sans succès d’utiliser un Photomaton, puis entre chez un photographe et se fait tirer le portrait en ballerine. Il va mettre la photo dans une boîte au bureau de poste voisin et entend alors un inspecteur qui avertit un client des amendes encourues lorsque l’on envoie une lettre sans timbre, ce qu’a fait Stan. Il essaye de rattraper sa lettre mais l’inspecteur (J. Finlayson) le poursuit. Un couple d’escrocs essaye de voler la recette postale et Stan tente de les en empêcher : tous trois sont capturés par l’inspecteur.
Catalogue Pathé-Baby 9,5.

16.3 – Zeb Versus Paprika (1b) – R : Ralph Cedar – I : James Finlayson, Ena Gregory, George Rowe, Eddie Baker.
Sc. : « Dippy Donawho (S.L.) s’entraîne pour une grande course internationale de chevaux dans laquelle il montera Paprika, un cheval anglais. Il se mesure au cheval arabe Zeb. C’est le cheval anglais qui gagne, mais on découvre que le jockey louchon (G. Rowe) aurait dû monter l’autre cheval et il est disqualifié. Ainsi Dippy et le cheval américain sont vainqueurs » (Rob Stone, op. cit., p. 471).

13.4 – Brothers Under the Chin (1b) – R : Ralph Cedar – I : James Finlayson, Ena Gregory, Noah Young, William Gillespie, Sammy Brooks.
Sc. : « Stan et Jimmie, deux jumeaux, quittent l’orphelinat. Ils sont adoptés dans deux familles différentes et ne se voient plus pendant vingt ans. Stan est embarqué de force pour travailler sur un cargo. Jimmie en est le capitaine et traite Stan assez mal jusqu’à ce qu’il remarque une marque de naissance sur son menton. Comme il a la même, il comprend que c’est son frère » (Rob Stone, op. cit., p. 475).

11.5 – Near Dublin (Le facteur incandescent ou Près de Dublin) (2b)-R : Ralph Cedar et George Jeske – I : James Finlayson, Ena Gregory, George Rowe, Jimmy Kelly, Dick Gilbert, Charles Hall, Fred Karno Jr., Helen Gilmore, Jack Gavin, Mae Laurel.
Sc. : Dans une Irlande d’opérette, à une époque indéterminée, Richard O’Monroy (S.L.) est facteur à dos de mulet, tandis que G. Rowe, agent de police, règle la circulation. J. Finlayson et Laurel sont amoureux de la même fille. Son père ne peut payer le loyer à Finlayson, mais Laurel règle la dette. Le père éjecte Finlayson et lui subtilise l’argent. C’est la fête du village : Laurel joue une partie de poker où tout le monde triche. En cas de bagarre, chacun a sa provision de briques. On met en perce un tonneau de bière et on joue à divers jeux qui dégénèrent en bagarre générale. G. Rowe arrête tout le monde, mais le combat reprend lorsque Finlayson se rue sur la jeune fille. Le shérif fait mettre en prison Laurel qui ne tarde pas à s’évader tandis que Finlayson essaye de séduire la jeune fille. Laurel, venu à son secours, est assommé par Finlayson et fait le mort. Finlayson est arrêté et jugé. Au cours du procès, Rowe est chargé de le réveiller à coups de maillet. À la fin, le feu se déclare dans la grange qui sert de salle d’audience. Laurel apparaît, affole tout le monde et s’enfuit avec sa dulcinée, poursuivi par Rowe et Finlayson.
Catalogue Film-Office (version incomplète, 1b). (d.v.)

8.6 – Rupert of Hee-Haw (Rupert de Hands-up) (2b) – R : Percy Pembroke – 1 : James Finlayson, Mae Laurel, Billy Engle, Ena Gregory, Sammy Brooks, Pierre Coudero, George Rowe, Jack Gavin, Martin Wolfkeil, Jack Ackroyd, Eddie Baker, le chien Pal.
Sc. : « Le roi (S.L.), trop souvent ivre, n’a plus les faveurs de la princesse (E. Gregory).
Un voyageur de commerce se présente au château et on remarque que c’est le sosie du roi ! Un complot se monte pour éliminer l’ivrogne. Ce dernier est emmené loin du château sous un faux prétexte et son double le remplace. Mais le double se révèle particulièrement stupide. Le vrai roi revient, chasse l’usurpateur et restaure la paix dans le royaume » (Rob Stone, op. cit., p. 478).
Parodie de Rupert of Hentzau (1923) de Victor Heerman.
Copie au musée d’Art moderne de New York.

6.7 – The Wide Open Spaces ou Wild Bill Hiccough (1b) – R : George Jeske – I : Ena Gregory, James Finlayson, George Rowe, Noah Young, Sammy Brooks.
Sc. : « Gabriel Goober (S.L.) arrive dans l’Ouest pour réclamer une propriété qu’il a achetée. Mais des squatters tiennent la place et il rencontre maintes difficultés pour les chasser. Il demande de l’aide au shérif et est nommé suppléant. Ayant la loi de son côté, Gabriel essaye encore de récupérer sa terre ; il en résulte une fusillade. Lorsque la fumée s’est dissipée, il a enfin sa propriété » (Rob Stone, op. cit., p. 476).

3.8 – Short Kilts (1b) – R : George Jeske – I : James Finlayson, Ena Gregory, Mickey Daniels, George Rowe, Mary Kornman, Leo Willis, Jack Gavin, Martin Wolfkeil, Sammy Brooks, Helen Gilmore.
Sc. : Les McGregor se mettent à table, mais leur fils leur conseille de ne pas manger car ils ont été invités à dîner par les McPherson. Lorsqu’ils arrivent chez les McPherson, ces derniers ne semblent pas au courant et leur demandent d’attendre qu’ils aient fini leur repas. Une autre famille, les McHungry, débarque. Stan Laurel (un McPherson) est amoureux de la sœur de). Finlayson (une McGregor) et ce dernier est amoureux de la sœur de Laurel. Au cours de la soirée, on joue à divers jeux : un baquet dans lequel sont placés des pommes est rempli d’eau et il s’agit pour les acteurs de les pêcher avec leurs dents. Laurel tombe dans le baquet, puis va sécher ses fesses au coin du feu. Son écharpe prend feu. Grand remue-ménage pour éteindre les flammes : on le roule dans une couverture, mais lorsqu’on délivre la victime, on s’aperçoit qu’on s’est trompé ; c’est G. Rowe qui était enveloppé dans la couverture. Puis on joue aux chaises musicales. À la fin, il ne reste que Laurel et Fin’ qui se disputent le dernier siège ; les deux fiancées interviennent et les deux familles séparent les demoiselles de leurs amoureux respectifs. Laurel parvient à se sauver avec sa promise et se réfugie dans une forge où G. Rowe les marie. Après une réconciliation générale, on rejoue aux chaises musicales et les querelles éclatent à nouveau.

35Amalgamated Producing Company :

Mixed Nuts (2b) – R : Mel Brown et Robin Williamson – Sc. : Jean M.F. Dubois – I : Max Asher, Dave Morris.
Sc. : « Un vendeur de livres reçoit une brique sur la tête et se prend pour Napoléon, le sujet du livre qu’il vend. Il ordonne à ses troupes de tirer sur une maison pleine d’ennemis (en réalité, ce sont des enfants qui lui jettent des pierres) : on est obligé de l’enfermer dans un asile. Il s’en échappe à plusieurs reprises et est rattrapé à chaque fois. Enfin, il sort, essaye d’écraser une noix avec un rouleau compresseur, et est à nouveau arrêté. Finalement, il retrouve sa lucidité et se remet à vendre ses livres » (Rob Stone, op. cit., p. 431). (d.v.)

36Stan Laurel Comedies -Prod. Joe Rock-Standard Cinema :

30.8 – Mandarin Mix-Up (2b) – R : Percy Pembroke – I : Julie Leonard.
Sc. : « Un nouvel enfant est né et le frère aîné en est jaloux. Il met le bébé dans la pile de linge et ce dernier se retrouve dans une laverie chinoise. Les employés le découvrent et l’élèvent comme un des leurs. Plus tard, il travaille dans la laverie mais se trouve du mauvais côté dans un combat entre bandes rivales. On essaye plusieurs fois de le tuer. Plus malin que ses ennemis, il se marie avec sa bien-aimée, une Chinoise, et retrouve en même temps ses vrais parents ; il apprend alors qu’il n’est pas chinois et qu’il est riche » (Rob Stone, op. cit., p. 486).
« C’est l’histoire assez amusante d’un blanchisseur du quartier chinois qui noue les tresses de ses compagnons, quand il a besoin d’une corde à linge, qui oublie ses fers à repasser dans les paquets destinés aux clients et qui, le soir, fume de l’opium. Une scène est très belle, au ralenti : Laurel est sur le toit, il suit la femme de ses rêves... » (Raymond Borde et Charles Perrin, op. cit., p. 41). (d.v.)

1.10 – Detained (Une bonne leçon) (2b) – R : Percy Pembroke – I : Agnes Ayres, Julie Leonard.
Sc. : « Laurel, paisible jardinier, arrose les arbres du parc, quand un forçat échappé lui tombe sur le dos et vole ses vêtements, le laissant vêtu du costume de bagnard. Quand les flics arrivent quelques minutes plus tard, ils font la sourde oreille à ses protestations et il se retrouve en prison. À Noël chaque prisonnier reçoit une pioche dans sa chaussette. Des cadeaux arrivent du dehors : Stan a un gâteau à la crème, mais une mouche s’installe au sommet quand il s’apprête à le manger. Nullement désarçonné, Stan emprunte le fusil du gardien et tire sur la sale bête, bousillant du même coup le gâteau. Puis, en compagnie d’un Apache, il tente de s’évader, mais aboutit dans la chambre des exécutions et s’assied par accident sur la chaise électrique. Cela le projette à travers le mur jusqu’au gibet voisin, la corde bien passée à son cou qui s’allonge comme celui d’une girafe, avant qu’il ne soit catapulté vers une nouvelle aventure » (Mark Le Fanu, Positif, n° 367, septembre 1991, p. 95). Catalogue Kodascope

1.12 – Monsieur Don’t Care (Monsieur Sans-Gêne) (2b) – R : Percy Pembroke.
Sc. : « Nous sommes sous Louis XV et, à cause d’une offense à une favorite, le héros (Rhubarb Valentino) est forcé de fuir en Angleterre et se retrouve barbier à l’île Merry. Après quelques aventures (duels, amours), il est reconnu comme prince du sang» (Rob Stone, op. cit., p. 487). Parodie de Monsieur Beaucaire (1924) de Sidney Olcott.

30.12 – West of Hot Dog (Un homme honnête) (2b) – R : Percy Pembroke – I : Lew Meehan, Julie Leonard.
Sc. : Laurel (redingote noire, lorgnon et chapeau) voyage dans une diligence avec la fille du shérif sur le chemin de Hot Dog. Ils sont dévalisés par un bandit qui les abandonne tous deux. Laurel prend les rênes, mais les chevaux s’en vont au galop en laissant la diligence. Le lendemain, à Hot Dog, Laurel se rend chez le notaire pour un héritage. Il y trouve deux autres héritiers à la mine patibulaire. Ces derniers essayent à plusieurs reprises de se débarrasser de Laurel en le jetant par la fenêtre, mais il revient toujours. Laurel hérite de tout, y compris du Saloon de la Dernière Chance. Là, les joueurs de poker s’avèrent nerveux de la gâchette... Laurel, impressionné, se sauve en empruntant un fougueux cheval. Pendant ce temps, le saloon est dévalisé par le fameux bandit du début accompagné de ses complices. Le cheval emporte Stan dans le repaire des bandits. Ces derniers s’entre-tuent en essayant d’abattre Stan ; seul reste leur chef. Le shérif et sa fille débarquent en voiture, félicitent Laurel pour ses exploits involontaires et le chargent d’éliminer le chef des voleurs. Il sera défenestré à l’aide d’un énorme maillet.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1925

30.1 – Somewhere in Wrong (2b) – R : Percy Pembroke – I : Max Asher, Julie Leonard, le chien Pete the Pup (Tige), Charles King.
Sc. : « Stan et un autre vagabond (M. Asher) passent dans une ferme où ils font quelques tentatives pour dérober de la nourriture. Finalement, Stan est pris, mais la fille du fermier (J. Leonard) a pitié de lui et lui donne à manger. Le fermier est menacé d’expulsion par le propriétaire d’une hypothèque sur la ferme ; cet homme (Ch. King), rôde la nuit et vole tout l’argent de son débiteur. Il revient le lendemain et commence à expulser la famille, mais Stan se glisse dans son bureau, lui reprend l’argent et paye le propriétaire. Il ne réussit cependant pas à conquérir la fille du fermier et s’en va le cœur brisé» (Rob Stone, op. cit., p. 491).

28.2 – Twins (2b) – R : Percy Pembroke – I : Julie Leonard, Alberta Vaughn.
Sc. : Laurel I (melon et nœud papillon), marié à une femme acariâtre, part en voyage. À la gare il croise son frère jumeau, Laurel II (melon, cravate et lorgnon), qui va voir sa fiancée. Après quelques ennuis avec le taxi, Laurel II se rend chez la jeune fille où l’accueillent les domestiques. En attendant sa promise, il regarde l’album de famille où tous les ancêtres sont représentés par des photos de Laurel sous différents déguisements (par exemple, le père, c’est Laurel en tenue de bagnard). Il fait un brin de cour à la femme de chambre, puis se sert un grand verre, s’enivre. La femme de Laurel I vient en visite et la fiancée lui montre la photo de son futur époux : colère de Mme Laurel I. Laurel II de plus en plus saoul essaye de se coucher, mais Mme Laurel I arrive et une bagarre éclate. Elle appelle la police et se plaint d’avoir été battue par son mari. On emmène tout le monde au tribunal. Laurel II nie être le mari et l’avocat plaide la folie. Laurel II simule en effet la folie, s’échappe, poursuivi par les flics, et tombe sur Laurel I. Il retrouve sa fiancée et Laurel I, sa femme. (d.v.)

30.3 – Pie-Eyed (Picotin noctambule) (2b) – R : Percy Pembroke – I : Glen Cavender, Thelma Hill.
Sc. : « Stan, pris de boisson, sème la pagaille dans un night-club. Après avoir interrompu le spectacle, il se fait jeter dehors par le directeur (G. Cavender). Un policier le ramène à une adresse trouvée dans sa poche : c’est celle du directeur du nightclub et non la sienne ! Lorsque le directeur trouve Stan dans son lit, il le chasse. Stan parvient à échapper à la fois au directeur et à la police » (Rob Stone, op. cit., p. 494).
« Picotin se ballade à moitié ivre mort dans les rues et ses aventures désopilent (sic !) les plus neurasthéniques. C’est un rappel de Fatty avec moins d’épaisseur, mais tout autant de drôlerie. Quelques idées puisées dans Courteline font rire naturellement » (C.C., 30/6/1928).

30.4 – The Snow Hawk (L’épervier des neiges) (2b) – R : Percy Pembroke – I : Glen Cavender, Julie Leonard, Anita Garvin.
Sc. : « Stan, qui travaille dans un magasin dans le Grand Nord, est tombé amoureux de la fille du patron (J. Leonard). Il lui propose le mariage, mais elle se moque de lui car elle est amoureuse d’un héros de la police montée. Rejeté, Stan abandonne son travail pour entrer dans la police montée. L’autre policier, Midnight Mike (G. Cavender), est en réalité un bandit recherché : il vole le coffre-fort du magasin, puis s’enfuit en prétendant rechercher le voleur. Stan découvre la vérité, se lance à sa poursuite, le capture et le ramène au magasin. Il gagne enfin le cœur de la jeune fille » (Rob Stone, op. cit., p. 495). Parodie de The Sea Hawk (1924) de Frank Lloyd.
Copie au Nederland Film Museum (Amsterdam).

30.5 – Navy Blue Days (2b) – R : Percy Pembroke – I : Julie Leonard, Glen Cavender.
Sc. : « Stan est marin sur un bateau ancré dans un port d’Amérique du Sud. Son supérieur, le second-maître, est invité à dîner chez des indigènes. Stan essaye de se faire inviter lui aussi, sans succès. Il décide quand même de suivre l’officier. Là, il rencontre Grenadine (J. Leonard), l’amie de l’officier, et tombe amoureux d’elle. Après le repas, le second-maître s’en va et Stan flirte avec la jeune fille jusqu’à ce que son fiancé, Pete Vermicelli (G. Cavender), arrive. Ce dernier accompagné de copains se lance à sa poursuite. Stan court se réfugier chez le second-maître qui flanque une correction à Pete et à ses acolytes qui sont en réalité des bandits. C’est quand même Stan qui triomphe en obtenant les faveurs de Grenadine» (Rob Stone, op. cit., p. 497).

30.6 – The Sleuth (Laurel fin limier ou Plus fort que Sherlock Holmes) (2b) – R : Harry Sweet – I : Glen Cavender, Alberta Vaughn, Anita Garvin.
Sc. : Webster Dingle (S.L.), détective, reçoit une cliente qui veut confondre son coureur de mari. Déguisé en femme, Laurel se présente comme la nouvelle femme de chambre chez le couple et se met à servir le thé. Resté seul avec Laurel, le mari devient entreprenant. Laurel brûle le mari en versant du thé sur son crâne, et poursuivi, finit par sauter par la fenêtre. Plus tard, il revient, explore une chambre la loupe à la main et retrouve sa cliente. Le mari place une femme et trois voyous chez lui pour surveiller certains papiers et pour se débarrasser de Stan. Ce dernier -fausse moustache et haut-de-forme – les surveille, puis les affole avec une tête de mort. Affublé d’une fausse barbe, il frappe à une porte : une panneau s’entrouvre et un bras surgit qui prend son chapeau, puis le frappe. Ensuite, le bras reparaît et du doigt l’invite à s’approcher ; une fois à bonne portée, un deuxième coup de poing l’assomme, puis la main le coiffe d’un chapeau... Laurel déguisé en vamp séduit les voleurs qui se battent pour une rose qu’il lance ; lorsqu’il ne reste que le mari, Laurel le rosse et lui vole les papiers. L’épouse arrive et la vamp dévoile son identité : Webster Dingle-Stan Laurel. Catalogue Film-Office (version incomplète, lb). (d.v.)

30.7 – Dr Pyckle and Mr. Pride (Sauce piquante) (2b) – R : Percy Pembroke – I : Julie Leonard, le chien Tige (Pete the Pup).
Sc. : « Le Dr. Pyckle donne des cours à ses collègues et travaille dans son laboratoire à une drogue qui distinguera les bons des méchants. Il croit enfin être arrivé au bon résultat et essaye la drogue sur lui : il est pris de convulsions et devient le diabolique Mr. Pride qui terrorise la ville. Il peut cependant revenir dans son antre et boire l’antidote avant d’être capturé. Puis il se transforme à nouveau en Mr. Pride, reprend de l’antidote, mais pas assez, et redevient Mr. Pride ; son assistant le trouve, se met à hurler et attire du monde. Mr. Pyckle est démasqué : il essaye de s’empoisonner, mais, par erreur, boit de l’huile de castor» (Rob Stone, op. cit., p. 501).
Parodie de Dr Jeckyll and Mr. Hyde (1920) de John Robertson.

30.10 – Half-A-Мan (N’est pas homme qui veut ou Demi-portion) (2b) – R : Harry Sweet – I : Blanche Payson, Julie Leonard, Tui Lorraine Bow, Murray Rock.
Sc. : Winchell McSweeney (S. Laurel), amateur de sucreries et fils d’un respectable pêcheur de New Tuma, affublé d’un chapeau géant et d’un énorme pince-nez, reçoit une triste nouvelle : il est ruiné. Sa mère pleure et Stan tend la main pour voir s’il pleut. Il se rend compte enfin de la situation et sanglote sur ses genoux en mangeant des sucreries. Il décide noblement de partir et se prend les pieds dans un filet de pêcheur. Sa mère le met en garde contre le sexe faible, mais il s’embarque cependant sur un bateau dont l’équipage se trouve en grande majorité féminin. L’une des filles le subjugue et l’emmène à dîner : elle lui attache une serviette autour du cou et le nourrit à la cuillère... Le mal de mer le prend et il va rendre son repas appuyé au bastingage. Alors qu’il se prépare à photographier l’équipage, il met accidentellement le feu au bateau. Il se précipite dans la cale ; Laurel remonte attifé de tous les gilets de sauvetage disponibles. Les jeunes femmes s’enfuient sur un canot et les marins sautent par dessus-bord. Stan court d’un côté à l’autre du bateau, hésitant entre sauter et rester à bord : il joint ses mains pour plonger, puis se met à prier. On se retrouve sur une île déserte où se sont réfugiées les naufragées. Laurel arrive sur la berge : les jeunes personnes hurlent : « Un homme ! » et le poursuivent jusqu’au bord d’une falaise. Laurel menace de se jeter dans le vide si elles ne le laissent pas tranquille Pour le sauver, elles acquiescent, mais d’autres survivants débarquent sur l’île... L’amazone en chef pousse alors Stan dans le vide. Il tombe sur une jolie fille et ils partent ensemble. (d.v.)

37Hal Roach-Pathé :

31.10 – Get’Em Young (2b) – R : Fred Guiol et Stan Laurel – Sc. : Hal Yates, James Parrott et Stan Laurel – I : Harry Myers, Max Davidson, Eugenia Gilbert, Charlotte Mineau, Fred Malatesta, Ernie Wood.
Laurel remplace Oliver Hardy, qui s’était blessé en découpant un gigot d’agneau ( !), dans le rôle d’un maître d’hôtel.
Sc. : « Orvid (H. Myers) et son valet (S.L.) voyagent sur un paquebot. Orvid tombe amoureux et se marie à bord. Pendant ce temps, ses avocats lui ont arrangé un mariage en vue d’un héritage et lui télégraphient que sa femme l’attend. Sa vraie femme l’abandonne en l’accusant de bigamie. On l’informe qu’il perdra son héritage s’il n’est pas marié à midi. Il doit louer une remplaçante pour la cérémonie car sa femme demeure introuvable. Cependant, la remplaçante se désiste au dernier moment et c’est Laurel qui doit prendre sa place. Mais il se montre peu coopératif... Fort heureusement, l’authentique épouse réapparaît» (Rob Stone, op. cit., p. 538).

28.11 – On the Front Page ou The Editor (2b) -R : James Parrott et Fred Guiol, Sc. : James Parrott et Stan Laurel I : Lillian Rich, Edward Davis, Tyler Brooke, Bull Montana, Leo White, Rolfe Sedan.
Sc. : Le Daily Squawk nourrit une certaine rivalité avec The Gazette qui relate toujours le premier les scandales dont est victime la Comtesse Polasky (L. Rich). Le directeur charge son fils (T. Brooke) de faire un article sur la Comtesse. Celle-ci, agacée par ses deux manucures, charge son secrétaire (le solide B. Montana) de les éjecter. T. Brooke, un noceur invétéré, a engagé S. Laurel comme valet de chambre. Après une nuit de folies, il doit rentrer chez lui, se changer sans réveiller son père. Laurel, de sa fenêtre, lui lance ses habits mais pendant que Brooke est en caleçon, sa voiture se met à rouler. Lancé à sa poursuite, il parvient à se hisser dedans, mais heurte un policeman en moto. Pour compromettre la Comtesse, Brooke charge Laurel de la séduire pendant qu’il prendra des photos suggestives. La Comtesse, au courant du complot, fait semblant de l’ignorer : elle vampe Laurel, puis le fait expulser par son secrétaire. Laurel et Brooke s’enfuient, tombent sur le même flic en moto, tandis que la maison de la Comtesse est envahie par des journalistes qui ont eu vent d’un scandale. On trouve dans son salon un habit appartenant au père de Tyler Brooke que ce dernier avait utilisé pour déguiser Laurel en homme du monde. C’est donc le directeur du “Daily Squawk” qui sera la victime du scandale ! (d.v.)

1926

17.1 – What’s the World Coming To ? (2b) – R : Richard Wallace, Sc. : Stan Laurel, Frank Terry et Hal Yates I : Clyde Cook, Katherine Grant, Jimmie Finlayson, Helen Gilmore, Martha Sleeper.
S. Laurel tient un tout petit rôle (un homme à une fenêtre).

1927

13.2 – Seeing the World (Globe trotters) (2b) – R : Robert McGowan – I : l’équipe de Our Gang, James Finlayson.
Courte apparition de S. Laurel : à Londres, où les gosses de Our Gang sont en visite, Laurel et son ami (Frank Butler) servent de cible à la sarbacane du gros Joe Cobb.
Catalogues Blackhawk et Kodascope. (d.v.)

29.5 – Eve’s Love Letters (Un mari jaloux) (2b) – R : Leo McCarey – Sc. : Stan Laurel – I : Agnes Ayres, Forrest Stanley, Jerry Mandy.
Sc. : « Laurel joue le majordome d’A. Ayres, charmante femme mariée, qui veut retrouver avec son aide des lettres d’amour tombées dans les mains d’un maître chanteur. Tout va bien – plus ou moins – jusqu’à leur retour chez elle. Ils portent (par un heureux accident) le costume féminin. Avant de pouvoir se changer, Stan est repéré par le riche mari, revenu ivre d’amour et qui prend le malheureux pour une gourgandine. Stan essuie vaillamment ses avances pour donner à A. Ayres le temps de regagner discrètement sa chambre. Mais elle n’y parvient pas ; et les choses ses compliquent avec ces deux “dames” pareillement vêtues qui courent dans les couloirs. À un moment, l’époux pense avoir compris : la femme qu’il admire n’est que le majordome. Par derrière, il retrousse sa jupe et se trouve en face (puisque c’est Agnes et non Stan) du « vrai » derrière féminin de son épouse. Ahurissement navré » (Mark Le Fanu, Positif, n° 367, septembre 1991, p. 96). (d.v.)

1928

15.1 – Should Tall Men Marry ? ou The Ranch House Riot (La ferme en folie ou Une tentative d’enlèvement) (2b) – R : Clyde Bruckman – I : James Finlayson, Stuart Holmes, Martha Sleeper, Teddy Von Eltz, la mule Geraldine.
Sc. : Texas Tommy (S.L.) – il s’appelle Bill et vient de l’Arkansas – donne des conseils à deux amoureux timides. Il donne l’exemple en se servant d’un jeune veau, qu’il enlace, puis embrasse sur la bouche. Le patron (J. Finlayson) arrive sur ces entrefaites : « Depuis combien de temps ça dure entre vous ? » demande-t-il. J. Finlayson annonce à la jeune personne, sa fille, qu’un autre homme souhaite l’épouser. Puis il heurte une mule qui semble allergique à ses éternuements et qui va le poursuivre longuement dans toute la ferme malgré tous ses efforts pour se cacher ou se dissimuler derrière une fausse barbe. La jeune fille, qui refuse ce mariage, se sauve sur le toit, poursuivie par le prétendant et ses amis. Elle sera vite leur prisonnière en compagnie de son amoureux. Laurel et Finlayson arrivés au secours de la belle vont éliminer les bandits après une longue bagarre. Dans les derniers plans, la mule resurgit et se lance a la poursuite de Finlayson. Catalogues Perry et Kodascope. (d.v.)

II. COMME RÉALISATEUR ET/OU SCÉNARISTE :

1925

38Hal Roach/Pathé :

5.7 – Chasing the Chaser (2b) – R : S. L – Sc. : Stan Laurel et James Parrott – I : James Finlayson, William Gillespie, George Rowe, Fay Wray, Sammy Brooks.

20.7 – Yes, Yes Nanette (1b) – R : S.L. en coll. avec Clarence Hennecke – I : James Finlayson, Lyle Tayo, Oliver Hardy, Sue O’Neill, Jack Gavin, Grant Gorman, le chien Pete. (d.v.)

13.9 – Unfriendly Ennemies (1b) – R : S. L -Sc. : Stan Laurel et James Parrott – I : James Finlayson, George Rowe, Jules Mendel, Charlie Hall, Sammy Brooks, Helen Gilmore. (d.v.)

4.10 – Moonlight and Noses (2b) – R : S. L – Sc : Stan Laurel et Carl Harbaugh – I : Clyde Cook, Fay Wray, Tyler Brooke, James Finlayson, Noah Young, Marjorie Whiteis, Helen Gilmore, William Gillespie, Jules Mendel.

13.12 – Starvation Blues (2b) – R : Richard Wallace – Sc. : R. Wallace, Frank Terry, Sherbourne Shields et Stan Laurel – I : Clyde Cook, Syd Crossley, Mildred June, Brooke Benedict, Cesare Gravina, Frederick Kovert, Fred Kesley, Tiny Sandford, Helen Gilmore.

1926

7.2 – Your Husbands Past (2b) – R : Fred Guiol – Sc. : Stan Laurel, James Parrott, Frank Terry et Walter Spencer – I : Tyler Brooke, George Cooper, Vivian Oakland, James Finlayson, Arthur Miller.

21.2 – Wandering Papas (2b) – R : S. L – Sc. : Carl Harbaugh, Stan Laurel, James Parrott, George O’Neill, Eddie Dillon et Hal Yates – I : Clyde Cook, Oliver Hardy, Sue « Bugs » O’Neill, Tyler Brooke, Adolph Millar, Sammy Brooks.

14.3 – Dizzie Daddies (2b) – R : S.L. en coll. avec Richard Wallace – Sc. : Stan Laurel,

Frank Terry et Hal Yates – I : Tyler Brooke, Gertrude Astor, James Finlayson, Sue O’Neill, Mildred)une, Charlotte Mineau.

28.3 – Wife Tamers (2b) – R : James W. Horne – Sc. : Stan Laurel, Grover Jones, Krag Johnston, Hal Yates et Carl Harbaugh – I : Lionel Barrymore, Clyde Cook, Vivien Oakland, Gertrude Astor, John T. Murray.

18.4 – Madame Mystery (2b) – R : S.L. en coll. avec Richard Wallace – Sc. : Stan Laurel, Grover Jones, Krag Johnston, Hal Yates et Carl Harbaugh – I : Theda Bara, Tyler Brooke, James Finlayson, Oliver Hardy, Fred Malatesta, Martha Sleeper, Sam Brooks, Helen Gilmore, William Gillespie. 28.4 – Never Too Old (2b) – R : S.L. en coll. avec Richard Wallace – Sc. : Stan Laurel, James Parrott, L.R. Foster, Grover (ones et Carl Harbaugh – I : James Finlayson, Vivien Oakland, Tyler Brooke, Claude Gillingwater, Martha Sleeper.

25.7 – Along Came Auntie (2b) – R : Fred Guiol – Sc. : Stan Laurel, Hal Yates, Carl Harbaugh, Beatrice Van, Jerome Torm, James Parrott et Frank Wilson – I : Glenn Tryon, Vivien Oakland, Oliver Hardy, Tyler Brooke, Martha Sleeper, Lucy Beaumont.

1.8 – The Merry Widower (2b) – R : S.L. en coll. avec Richard Wallace – I : Ethel Clayton, James Finlayson, Tyler Brooke, Charley Chase, Jack Ackroyd, Jerry Mandy.

5.9 – Should Husbands Pay ? (2b) – R : S.L. en coll. avec F. Richard Jones – Sc. : Hal Yates, James Parrott, Frank Wilson, Stan Laurel et Jerome Storm – I : James Finlayson, Charlotte Mineau, Tyler Brooke, Martha Sleeper, Vivien Oakland, Anders Randolph, Anita Garvin.

23.10 – Wise Guys Prefer Brunettes (2b) – R : S.L. – I : James Finlayson, Helene Chadwick, Tyler Brooke, Burr Mcintosh, Ted Healy, Charlotte Mineau.

7.11 – Raggedy Rose (3b) – R : S.L. en coll. avec Richard Wallace – Sc. : participation de S. Laurel non créditée – I : Mabel Normand, Carl Miller, Max Davidson, James Finlayson, Anita Garvin, Jerry Mandy, Laurie La Varnie. (d.v.)

5.12 – The Nickel Hopper (3b) – R : F. Richard Jones – Sc. : Stan Laurel, Frank Butler, William Foster – I : Mabel Normand, Theodore Von Eltz, Oliver Hardy, James Finlayson, Boris Karloff.

T.O.N.I. :
Rigolo a le filon (2b) – (3/1925) Loew-Metro.

Rigolo ne rigole plus (2b) – (3/1925) Loew-Metro.

Rigolo homme du monde (2b) – (4/1925) Loew-Metro.

Notes

1 La biographie de S. Laurel repose sur les ouvrages suivants :
John McCabe, The Comedy World of Stan Laurel, Garden City, N.Y., Doubleday, 1978.
Rob S
tone, Laurel or Hardy, Temecula (Californie), Split Reel Book, 1996.

2 La filmographie de S. Laurel « en solo » repose sur l’ouvrage de Rob Stone, op. cit., pp. 399-550.

3 Richard E. Braff, The Universal Silents, Jefferson, McFarland – 1999, p. 70.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search