Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Deuxième partie : dix célébrités

Harry « Snub » Pollard

Texte intégral

  • 1 Blair Miller, op. cit., p. 197.

1Harold Frazer naît à Melbourne (Australie) le 9 novembre 1889. Il débute sur scène dans le chœur de l’église St-Johns de Melbourne, puis, engagé dans un ensemble vocal, fait une tournée de quinze mois en Nouvelle-Zélande. En 1907, on le retrouve en Afrique du Sud avec la Hall’s Juvenile Opera Company. Plus tard, il appartient à une troupe de vaudeville, les « Pollard’s Lilliputians1 », qui vit aussi les débuts d’un autre comédien du burlesque, Billy Bevan. Cette troupe parcourt le monde entier avant de se dissoudre aux États-Unis. Harold Lloyd prétend dans ses Mémoires qu’après s’être séparés, les acteurs de la troupe gardèrent tous le nom de Pollard ! Il semble cependant que seuls Harry et sa sœur Daphné adoptèrent ce pseudonyme.

  • 2 Bo Berglund, « Charlie Chaplin and Snub Pollard », in Griffithiana, n° 55-36, octobre 1989, pp. 85- (...)

2Émigré aux États-Unis, Harry s’installe à Chicago où il travaille dans un music-hall, d’abord comme placeur, puis comme acteur. En 1913, il rencontre Broncho Billy Anderson, la vedette cow-boy de l’Essanay, qui le fait engager comme comédien par cette maison de production. Bo Berglund, dans la revue italienne Griffithiana2, nous révèle, preuves à l’appui (quelques excellents photogrammes), que Pollard tient un petit rôle – sans sa moustache – dans trois films de Chaplin de 1915 et 1916 : By the Sea (« Charlot à la plage »), Police (« Chariot cambrioleur ») et Triple Trouble (« Les avatars de Chariot »), ainsi que dans un film de Broncho Billy Anderson où Chaplin fait une très courte apparition, His Regeneration. La même année, il passe chez Hal Roach et jusqu’en 1919 il sera le partenaire privilégié de Harold Lloyd dans pratiquement tous ses courts métrages (environ 160). Dès son arrivée il adopte, pour se faire une tête caractéristique, la moustache du Kaiser, et, soit par distraction, soit par fantaisie, se la colle un jour à l’envers : le résultat est plaisant... Il gardera cet attribut très personnel jusqu’à la fin de sa carrière. Sa dernière participation à un film d’H. Lloyd sera en 1919 avec His Royal Slyness (Le royaume de Tulipatan). Il joue le plus souvent les « vilains », servant ainsi de faire-valoir à un H. Lloyd agressif, toujours sous pression. À partir de 1919, promu vedette à part entière, il crée un personnage nouveau, baptisé en France Beaucitron (en Italie, Buonlimone !) dans une série de films d’abord en une, puis deux bobines, le plus souvent sous la direction de Charles Parrott (Charley Chase). À ses débuts, ses partenaires habituels sont Marie Mosquini, une brune piquante, Noah Young qui joue les grands méchants et le très jeune Noir Ernie « Sunshine » Morrison, baptisé « l’Afrique » par Pathé, qui tourna aussi avec Harold Lloyd (Get Out and Under et Haunted Spooks, 1920). Plus tard, on verra aux côtés de Beaucitron le coléreux Jimmy Finlayson et Paul Parrott, le frère de Charles. En 1926, il fonde sa propre compagnie, sans grand succès semble-t-il malgré la qualité de ses films, distribués par Weiss Brothers Artclass. Il continue à tourner des « two reels » jusqu’en 1929, généralement en compagnie du gros Marvin Lobach (ou Loback, ou encore Lobeck), formant un tandem qui annonce Laurel et Hardy. À partir de l’année suivante, Snub se contentera de quelques petits rôles dans des longs métrages. Chaplin ne l’oublie pas et en fait un joueur d’orgue de Barbarie dans Limelight (1952). Sa dernière apparition date de 1962, un hommage de Jerry Lewis dans The Errand Boy (« Le zinzin d’Hollywood ») : Jerry, circulant au volant de sa voiture, croise H. Pollard et le salue d’un « Hy, Snub ! »

3Il meurt le 19 janvier 1962 à Burbank (Californie). Sa sœur Daphné Pollard (1894-1978), une petite femme renfrognée et coléreuse, fut une des vedettes de Mack Sennett dans les années 1925-1929, avant de passer chez Hal Roach et de tourner avec Laurel et Hardy.

BEAUCITRON, ARCHETYPE DU HEROS BURLESQUE3 ?

  • 3 Ces pages ont été rédigées en collaboration avec Fabrice Couderc.

4Peut-on parler d’un univers Snub Pollard ? À l’heure où l’effort de la critique s’épuise à revenir indéfiniment sur l’œuvre des géants du slapstick américain, Snub Pollard vient à point nommé rappeler à l’historien du septième art que le burlesque ne fut pas la seule conquête des vrais génies du genre, mais qu’il dut aussi bien sa fortune et son essor à quelques-unes des gloires, à présent négligées, de leur époque, que le temps, l’histoire même du cinéma devaient ensuite reléguer au rang des amuseurs subalternes. De fait, Pollard ne fut jamais, au sens strict du terme, un auteur. Son comique s’exerça dans le cercle, à tout prendre restreint, des thèmes et des codes burlesques auxquels d’autres, pas plus que notre acteur, n’ont guère échappé au départ, et sur lesquels nécessairement on reviendra. Jamais il ne prit part à la mise en scène des « shorts » auxquels, contrairement à Chaplin, Stan Laurel ou le méconnu Larry Semon, il se contenta de prêter un visage que la postérité ne devait point retenir : le melon et les moustaches ont pu avoir en leur temps de meilleurs défenseurs... Pollard n’aurait été qu’une vedette ; ce serait pourtant bien hâtivement le ravaler au rang des silhouettes inutiles. Aux films de Laurel et Hardy, Hal Roach avait imprimé un tempo qui, fondé sur la gradation du plaisir, allait croissant jusqu’au final grandiose ; pour Lloyd, le rythme pouvait, on le sait, frôler l’hystérie vengeresse, en contraste avec la lucide gentillesse du personnage. Pollard se voit attribuer par son producteur – toujours Hal Roach – un style également propre, lequel, imputable à la – paradoxale – fixité d’une équipe pratiquement invariable, garde également une grande homogénéité de ton : le comédien vedette lui-même ne s’y trompera pas et s’efforcera d’en conserver le caractère lorsque, appelé à fonder sa propre compagnie, il reprendra ultérieurement son personnage sans le faire évoluer notablement.

5Si un tel immobilisme a pu justifier l’échec critique du personnage au fil des ans, la théorie du gag qu’il met en œuvre, fondée sur le judicieux mélange des influences, comme on va le voir, et d’un imaginaire assez débridé, fit de Snub le témoin orthodoxe du genre burlesque. Il accomplit ainsi précisément le lien, la synthèse attendue entre tradition et originalité foncière.

6Au carrefour des tendances burlesques, le monde de Snub Pollard fait siennes toutes influences, certaines de ces réminiscences s’avérant plus ou moins volontaires ou avouées. On ne saurait les négliger : le décor de Af the Ring Side (Beaucitron n’a peur de rien, 1921), le rôle joué par Snub dans ce même « short » (un policeman) et la violente bataille de rues qui constitue le nerf de l’intrigue, au moins dans sa première partie, renvoient presque nommément au fameux Easy Street (Chariot policeman, 1915). Influence directe, citation délibérée ? Dans la seconde partie du film, Snub Pollard montait sur le ring pour, grâce à l’argent ainsi obtenu, payer une rançon au protecteur de sa bien-aimée. Il rejoignait par là une autre tradition burlesque beaucoup plus répandue, que Chaplin et Stan Laurel firent leur respectivement dans The Champion (Chariot boxeur, 1915) et Any Old Port (Stan boxeur, 1932) et nous ne parlons pas du célèbre match de Chariot dans City Lights (Les lumières de la ville, 1930). Précisément... À l’instar de Chaplin qui, quelle que soit la situation à laquelle on le confronte, garde les signes distinctifs de son personnage à la silhouette intemporelle (petite moustache, canne et melon), Snub pour sa part ne saurait envisager un match de boxe sans porter son couvre-chef favori ou arborer les superbes bacchantes qui ont constitué les traits marquants (indéfectibles) de sa personnalité. La tradition chaplinesque est donc là, tout entière apparente et respectée dans le contraste bouffon offert par la constance d’une figure totémique (physique, vestimentaire) et l’univers auquel celle-ci va se heurter, mais qu’elle va traverser avec le minimum de difficultés ; d’autant que Snub, comme Chaplin, et Chaplin, comme Laurel, recourent au même subterfuge burlesque : le rituel sportif du match de boxe est ruiné, subverti par l’implicite refus du combat. Dans City Lights, on se souvient comment Chaplin, tournant autour du ring, évitait la confrontation avec son adversaire en se dissimulant derrière l’arbitre. Snub, pareillement, joue sur les effets imprévisibles d’un corps-caoutchouc réfractaire au combat (Snub the Fighter, 1926) ou bien sur force moulinets des poignets et des bras, tradition comique issue du music-hall et ici renforcée par l’usage complémentaire d’un accessoire de clown : une paire de gants gigantesques, peu proportionnée à la frêle carrure du pitre.

7Autre tactique burlesque, le dévoilement des coulisses d’un tournage, ou le cinéma dans le cinéma, renvoie à un procédé qui remonte aux origines du genre. Oliver Hardy, alors en solo, s’y exerça en 1927 (Crazy to Act, L’envers du cinéma), Keaton également (Sherlock Junior, 1924) dans un registre délibérément plus poétique. Snub récupère la tradition à son tour, mais va plus loin dans le jeu des rapports créés entre l’illusion référentielle du cinématographe et notre propre condition de spectateur. Il va donc jouer les malades aigris (The Dumb-Bell, 1922), occupé à mimer, moustaches comme neige, un curieux et fantaisiste psychodrame pour lequel il s’entoure de six médecins ostensiblement gloutons (n’avalent-ils pas en entier les repas du vieillard, sous prétexte qu’ils doivent au préalable en tester les échantillons pour prévenir tout risque d’intoxication ?) ; à la faveur d’un travelling arrière, la caméra ne révèle... qu’un décor de cinéma. L’artifice de la mise en scène a bien duré une demi-bobine ! C’est l’occasion pour le réalisateur irrité de mettre son interprète à la porte, Snub ayant été jugé trop médiocre dans son rôle. Le héros retrouve exactement les mimiques et le comportement de Chaplin lorsque, envoyé par ses deux producteurs annoncer au metteur en scène qu’il est à son tour renvoyé, il traduit à l’intention du public l’inquiétude que lui inspire sa mission en feignant de passer un balai frénétique toutes les fois que le réalisateur excédé esquisse à son encontre un mouvement de brusque volte-face. L’extrême pusillanimité du personnage, en accord peut-être avec sa gentillesse d’apparence naturelle, est à la base de ces comportements et de ces gestuelles de clown qu’adopte Chariot, pourtant bien plus sournois à l’occasion lorsqu’il n’ose pas intervenir pour affronter l’ennemi difficile. C’est l’instant où, promu metteur en scène, Snub organise le tumultueux tournage du meurtre de Marie Mosquini par un comparse imbécile, incapable de se rappeler l’endroit où son poignard doit frapper. Comique de répétition. Le plus primitif qui soit, certes, voire le plus laborieux, n’était l’ombre latente de His New Job (1915), film dans lequel le protagoniste, Chariot, ici acteur (et non metteur en scène comme Snub), assiste à l’interminable errance des répétitions où l’acteur ne fait jamais ce qu’il devrait faire : coups de sabre intempestifs dans le derrière des partenaires, traîne de la vedette arrachée en plein tournage, etc.

8Ici et là, le film est impossible. La stupidité naturelle des acteurs aidant, le tournage s’effondre rapidement : le burlesque, tour de force admirable, a construit son comique sur l’impossibilité de construire. Il s’en dégage une remise en cause des effets et du rôle du cinéma. Si The Dumb-Bell jouait sur l’illusion référentielle pour mieux décoder les rapports d’identification entre spectateurs et personnages (tout le début du film, c’est-à-dire la mise en abyme proprement dite, jusqu’au « coupez » du cinéaste, se fonde en effet sur notre adhésion sans réserve à une intrigue pourtant factice, puis sur un effet inattendu de frustration), Before the Public (1923) – sans doute l’un des meilleurs du genre, ne fût-ce que par la prestation de James Finlayson en projectionniste hystérique – ira plus loin encore dans l’étude des enjeux du film dans le film : Snub, à la fois spectateur dans une salle de cinéma et vedette à l’écran dans un western mélodramatique de la pire espèce, va vivre ensuite, dans la plus quotidienne réalité, les péripéties qu’il a naguère tournées à Hollywood, et auxquelles il assiste pour l’heure au milieu d’un public fasciné. On s’en doute, le fossé entre l’idéal des westerns des studios et la réalité du vécu entraîne un savoureux numéro : le film dans le film (ou film encadré) devient la parodie involontaire et idéalisée du film encadrant. Alors que dans son western il pouvait, au prix d’acrobaties splendides, retomber droit d’aplomb sur sa monture, Snub mis au défi de répéter l’exploit par une populace envieuse ne doit son salut qu’à une sorte de câble grâce auquel, suspendu, il réalise les tours les plus providentiellement périlleux, et aussi les plus drôles. On le voit debout jouer l’équilibriste sur la tête de son cheval ou en vol libre s’accrochant désespérément à la queue de l’animal (gag repris dans Join the Circus (1923), où, pendu au même cordon, il court dans les airs après sa monture).

9La mise en abyme, en créant l’exploit, a façonné le mythe héroïque, tout comme la réalité va maintenant ramener le héros au rang de simple caricature burlesque : tout Snub est dans cette manière d’anti-héroisme convaincu qui le fait parader au mépris des apparences. La vie, la vie réelle, reprend alors une à une les péripéties du western, mais dans une perspective autrement irrévérencieuse. Noah Young vole donc les médicaments destinés à guérir le petit frère : dans cette variante néo-surréaliste, ledit frangin s’avère un vieux complice. Ce qui sur l’écran du cinéma donnait matière au mélodrame tourne à la caricature. Snub n’est pas avare de ces retournements incongrus, qu’ailleurs on eût trouvés sinistres...

10En toute situation, il va nourrir son comique de cet orgueil du brave qui le fait affronter dans le ridicule inconscient les situations les plus extravagantes : les acrobaties du cirque (Join the Circus, 1923), la descente de l’avenue sur un piano à queue (Sold at Auction, 1923), le rodéo truqué de Before the Public (1923), l’église incendiée où il devait se marier de Giving the Bride Away (1919)... autant de circonstances où son personnage fait valoir, la plupart du temps sans conscience, un droit curieusement déplacé à la dignité d’homme. Policeman, ténor ou vedette de films, nouveau marié, boxeur émérite, artiste peintre ou génial inventeur, milliardaire, capitaine de bateau ou shérif, Snub occupe le plus souvent une position sociale avancée à ne pas généraliser cependant, puisqu’il peut jouer les sans-le-sou dans « Beaucitron et le cyclone » (Whirl O’ the West [ ?], 1921). La conscience morale, le standing qu’elle requiert contrastent donc avec la gratuité surréaliste des péripéties qui ridiculisent la star et l’homme de loi, rabaissent l’inventeur, sèment la catastrophe. Nulle complaisance hautaine, nulle fatuité dans cette silhouette qu’une simplicité physique visant à l’épure – comme tous les comiques de l’époque, au reste – nous rend peut-être plus proche. C’est avec grande naïveté que le clown s’exerce au respect. La haine et l’agressivité, le geste méchamment gratuit lui sont inconnus : il rit de bon cœur en voyant son haut-de-forme faire des bonds au grand étonnement des demoiselles aux yeux desquelles il se discrédite (Noah Young y a dissimulé un poisson dans Before the Public). Snub, souffre-douleur désigné par sa riante inconscience, échappe brillamment au martyre, récuse encore les clichés du mélodrame ou de l’apitoiement sentimental. Le sadisme des populations a beau jeu de le bombarder de tomates, puis de l’expulser de la cité sur une planche en feignant de pleurer son départ ; le clown récupère les projectiles et fonde son propre stand « fruits et légumes ; il reviendra plus tard dans sa ville, auréolé de son triomphe hollywoodien. La cruauté sur lui n’a pas de prise : Snub est le clown lisse, traversant sans blessure la vanité du monde.

11Dans It’s a Gift (1923), le décor escamotable et le jeu des objets amovibles qui meublent une chambre hérissée de cordons renouent avec la veine keatonienne, depuis la plume matinale qui au lever du soleil vient chatouiller les pieds du rêveur jusqu’au traditionnel lit-placard grimpant à la verticale sur simple commande, en passant par la poule pondeuse (sur seule secousse d’un cordon), l’allumage automatique du gaz et les couvertures du lit qui, remontées, se font brusquement rideaux. Ce n’est plus alors le règne du personnage-clown susceptible de retenir à lui seul, et par l’excès des attitudes, l’attention et le sourire des spectateurs. C’est au contraire celui, plus keatonien donc, de l’objet roi derrière lequel, cependant, la personnalité du clown ne s’éclipse jamais : elle rejaillit au contraire à chaque instant sur le décor qui en traduit l’ingéniosité particulière, l’esprit d’invention. Aussi la machine joue-t-elle un rôle capital. Sous quelque hallucinant prétexte, une voiture est fréquemment détournée de son rôle. Snub inventeur calamiteux et/ou génial suscite l’ivrognerie de celle-ci après avoir versé de la bière dans son radiateur (Go As You Please, 1920). Strictly Modern (1922) propose un ascenseur truqué ainsi qu’une baignoire ambulante qui, circulant entre les chambres, fait office de navette. Le bateau-passerelle de The Ferry-Boat Man (1922) fait aussi le passage d’une rive à l’autre, mais d’autant plus inutilement qu’il navigue sur un plan d’eau guère plus étendu qu’une maigre largeur de piscine... Aussi, chez Snub Pollard, le rire est-il constitué du mouvement absurde de la machine incohérente (quand bien même savamment truquée), supposée tenir lieu de moyen moderne de locomotion. L’engin offre l’opportunité de gags étranges, pour ne pas dire franchement surréalistes : non seulement la voiture ivre précédemment citée, mais aussi le piano-auto dévalant l’avenue et que Snub freine d’une pression du pied sur la pédale (extraordinaire scène de Sold at Auction), les chevaux récalcitrants (déjà, il est vrai, plus classiques) de Before the Public, et l’étonnant minibolide que Snub fait se mouvoir à l’aide d’un aimant, attiré par l’arrière d’un véhicule de passage dans le sens de son choix (It’s a Gift), la voiture-aéroplane à la fin du même épisode et le formidable balai accéléré de tacots hystériques, nourris d’une essence hyperconcentrée. Enfin, citons l’excellent véhicule-aspirateur supposé nettoyer les rues sales (The Big Idea, 1924). Si ce comique, comme celui de bien des burlesques américains, fonctionne sur l’invention, l’infaillible ingéniosité keatonienne, cependant, est à Snub relativement méconnue, à quelques exceptions près le génie bricoleur est donc ici à la base même du récit ; il n’est pas destiné comme chez Keaton à sauver le héros d’une mauvaise posture, ou d’une situation plus périlleuse encore. Il n’est qu’à l’origine d’une série de gags loufoques et multipliés en nombre qui dépassant la réalité pour l’imprévisible et le saugrenu, transgressent naturellement l’idée que nous nous faisons du quotidien. Le gag est poétique. Gratuit, il n’est jamais utilitaire, ce qui explique l’aspect quelquefois étouffant de certains Snub Pollard, voués à l’accumulation non-sensique et semble-t-il proprement infinie des situations bizarres engendrées par un thème, ou à partir d’un seul point de départ. Ces derniers s’avèrent en eux-mêmes autant de prétextes semblables à ceux de n’importe quel court métrage burlesque de l’époque. Tous les thèmes seront abordés, sans discrimination aucune : le cirque dans Join The Circus ; l’argent ou l’héritage dans 365 Days (1922) ou « Beaucitron milliardaire » (sans doute Nearly Rich, 1922) ; la loi (Start Something, 1919 ; At the Ring Side, 1921 ; Find the Girl, 1920 ; The Mystery Man, 1923 ; Beaucitron et la bonne lotion où, policeman ou reporter, il joue les redresseurs de tort) ; l’infortune conjugale : Snub se marie dans Giving the Bride Away, pour par la suite avoir des enfants malgré un titre peu prometteur (No Children, 1921) et enfin divorcer dans Call the Witness (1922) ; l’imaginaire pseudo-exotique (Days of Old, 1922, Insulting the Sultan, 1920) qui se rit des clichés du genre et rejoint le meilleur de l’ancien partenaire de Snub, Harold Lloyd ; plus classiques encore, les petits boulots : Snub pointe à Punch the Clock (1922) et The Walk-Out (1923), travaille à l’hôtel, lieu de prédilection des grands comiques (cf. Double Whoppee, 1929, avec Laurel et Hardy), dans Strictly Modern (1922) ou « Beaucitron dans l’ascenseur » (The Floor Below [ ?], 1919) ; il devient balayeur (No Kidding, vers 1928), pompier (Beaucitron en promenade, T.O.N.I.), cocher (All Dressed Up, 1920), mauvais comédien (The Dumb-Bell) ou ténor impossible (Before the Public), voire commissaire-priseur (Sold at Auction) ; le nomadisme aussi : vagabond solitaire (Once Over, 1927) ou en concubinage (California or Bust, 1923 : keatoniennes péripéties contre une tempête qui met à sac leur foyer)... La galerie des métiers et des fonctions sociales, les efforts exercés par le clown pour tant bien que mal réintégrer l’organisation d’une société réglée sont les privilèges connus du bouffon. Précisément, le semi-échec de certains Snub Pollard peut résulter d’un relatif et paradoxal conformisme : l’absurdité poétique des gags, à de rares exceptions près (Before the Public, cruelle peinture de la vindicte populaire ou « Beaucitron milliardaire », pertinente réflexion sur les rapports qu’entretiennent gangstérisme et haute bourgeoisie), émousse le sens et la portée de ces critiques sociales acerbes que l’on trouvait chez Chaplin. Snub ne remet rien en cause. À son crédit, ajoutons qu’il ne fut pas le seul à traverser les institutions avec un tel sens de la débrouillardise (Lloyd, Keaton).

12L’extrême incertitude qui pèse sur les origines et le tournage des scénarios joue en faveur de Snub. Si l’acteur a imposé son empreinte sur le clown de l’écran, chaque script, largement perméable à tous les mécanismes comiques et aux schémas burlesques les plus galvaudés, reflète sans aucun doute le travail d’une équipe et l’obsession d’une époque, voire le style particulier d’une compagnie ou la personnalité d’un producteur, Hal Roach ayant lui-même exercé plusieurs fois l’activité de scénariste. Le plus souvent, l’équipe comprenait donc la réalisation de Charles Parrott, alias Charley Chase à l’écran (c’est-à-dire devant les caméras), lequel joignait au trio S. Pollard-M. Mosquini-N. Young, de plus ou moins épisodiques « guest stars », dont James Finlayson (qui venait de chez Sennett), « Sunshine » Morrison dit l’Afrique, petit garçon noir déjà vedette chez H. Lloyd (Get Out and Get Under, 1920-, Haunted Spooks, 1920) et spécialisé dans le rôle d’un garnement des rues, ou plus rarement l’hilarant George Rowe, repéré par son déconcertant strabisme à la Ben Turpin (en moins visible cependant). Tandis qu’il confirmait le rôle capital de Ch. Chase dans la création de ces films, Robert Youngston, toutefois, créditait aussi un autre réalisateur qui précéda celui-ci derrière la caméra :

  • 4 Cité par Leonard Maltin in Film Fan Monthly, juillet-août 1969, n° 97-98, p. 8.

13« (Parrott) remplaça le metteur en scène Alf Goulding. J’ai eu l’occasion de visionner la plupart de ces comédies, et toutes celles qu’a dirigées Charles Parrott comptaient des gags visuels extraordinaires ; celles réalisées par Alf Goulding étaient vraiment pauvres. Sans même voir le générique, on pouvait reconnaître l’auteur de telle comédie en particulier. Charley Chase était tellement plus qu’un simple comédien, c’était un créateur comique4. »

14Tout porte donc à croire que la seule personnalité de Chase ait principalement favorisé à l’époque la maturation, puis l’éclosion du mythe Snub Pollard. Cependant, dans la circulation des auteurs et des artistes, dans la difficile évaluation de la paternité des idées et des gags, il sera bien entendu malaisé de distinguer puis de définir un style absolument définitif, précisément axé sur un nombre limité de constantes spécifiques (en dehors de la psychologie, si sommaire fût-elle, du personnage lui-même). Ouverts aux influences, garants des traditions, mais à l’occasion créateurs émérites et critiques des poncifs, les auteurs n’ont pas marqué cette abondante série de « shorts » d’un style résolument indélébile. Les participations de Snub à la mise en scène furent, on l’a dit, quasi inexistantes. L’homme fut en revanche l’heureux catalyseur des courants burlesques les plus divers. Son physique et son personnage surent inspirer autour de lui les créateurs qui déchaînèrent en son nom les gags les plus débridés. Le style Hal Roach, plus porté sur la personnalité centrale d’un comédien que ne l’était celui de Sennett, qui concevait le burlesque dans l’optique plus large mais moins organisée de la mise à sac désordonnée d’un monde, prenait pour point de départ une silhouette unique, dont dépendait l’univers alentour. Fortement typé, le héros roachien évolue donc dans un monde élevé à sa (dé) mesure, et les débordements les plus fantaisistes s’y verront savamment calculés. L’implacable mécanisme du gag boule de neige de chez Laurel et Hardy, la souriante ingéniosité du gag chez Lloyd et la couleur délibérément ludique de chaque péripétie en sont deux exemples antithétiques.

15Snub, en toute circonstance, est l’homme du juste milieu. Celui qui, sans la balourdise des premiers, ni l’élégance naturelle du second, put cependant, à sa façon, concilier son humour à un bonheur vrai de cinéma.

16Lorsque, vers le milieu de l’année 1926, Snub Pollard quitte Hal Roach, il éprouve le besoin de travailler avec les Weiss Brothers de manière à tourner avec plus d’indépendance les Snub Pollard Comedies. Comme nous l’avons déjà noté, ce changement va s’effectuer dans la continuité : Snub garde son caractère fantaisiste et quasi surréaliste en restant fidèle au personnage de Beaucitron tel que l’avaient conçu Hal Roach et Charles Parrott mais fait maintenant équipe avec le gros Marvin Lobach qui jouait les seconds rôles chez Mack Sennett. Le tandem Pollard-Lobach évoque sans aucun doute un duo plus célèbre, Laurel et Hardy... Cette ressemblance n’est pas uniquement fondée sur l’aspect physique des personnages : Lobach est certes un personnage écrasant (plus gros que Hardy) et Pollard est plutôt mince (moins élancé que Laurel cependant), mais il existe en outre de nombreuses et frappantes analogies au niveau des scénarios, des gags et de la personnalité même des acteurs.

17Commençons par ce dernier point : le tandem Pollard-Lobach fonctionne essentiellement sur l’opposition faible/fort, en partie comme Laurel et Hardy ; de plus, Pollard, comme Laurel, se montre timoré et assez lâche. Là s’arrêtent cependant les similitudes entre ces deux comiques : plus agressif que Laurel, plus réaliste et plus ingénieux, Pollard en revanche nous paraît aussi moins poète, moins lunaire, en un mot moins magique. Lobach, quant à lui, compose un personnage sans nuance ni finesse : c’est un éléphant dans un magasin de porcelaine. Quant aux relations entre ces deux personnages, elles ne présentent aucune équivoque (à l’inverse de celles qui lient Laurel et Hardy) : ce sont deux compères toujours prêts à se chamailler. La tyrannie du dominateur sur le dominé, souvent présente, n’est pas systématiquement développée. On peut dire en résumé que le couple Pollard-Lobach annonce le tandem Laurel-Hardy. Il contient en effet en germe les éléments qui feront la gloire du fameux duo, mais se contente de les esquisser sans les mettre réellement en œuvre. Certes, l’esprit et la conception même des gags annoncent les meilleurs Laurel et Hardy. Ainsi, dans Mitt the Prince (1927), on voit Pollard et Lobach en train de réparer une roue de leur voiture : tandis que Pollard s’active, Lobach adresse des grimaces à un couple de camionneurs particulièrement patibulaires ; chaque fois, cependant, Snub passe pour le provocateur (la situation est souvent renversée chez Laurel et Hardy où ce dernier est alors la victime du premier). Les vengeances des chauffeurs – dans le style « représailles à paliers progressifs » – rappellent un procédé utilisé régulièrement par Laurel et Hardy : par exemple dans Two Jars (1928), où l’on assiste à la destruction systématique d’une file de voitures, ou dans Big Business (1928), où J. Finlayson s’acharne sur un véhicule chargé de sapins. Dans Thick and Thin (1927) – titre qui évoque clairement les physiques si dissemblables des deux compères – Lobach et Pollard déambulent sur un trottoir ; le second, qui suit à grand peine le premier, victime de sa distraction, tombe sans cesse. Lobach, pontifiant à la manière de Hardy, lui explique alors qu’il faut regarder où l’on met les pieds et... se retrouve dans une fosse à ordure, la tête coiffée d’une poubelle. Ce type de situation a été repris maintes fois presque intégralement par Laurel et Hardy dans des films postérieurs.

18Certains scénarios des films de Pollard de cette époque présentent d’étonnantes ressemblances avec ceux des films de Laurel et Hardy. Ainsi, la situation de départ de Men about Town (date inconnue, ca 1927) est la même que celle de Should Married Men Go Horne (1927) : Pollard (Laurel), malgré l’opposition résolue de sa femme, s’entête à faire une partie de golf avec Lobach (Hardy). Once Over (1927) se termine par une terrible bataille de tartes à la crème tout comme The Battle of the Century (1928), inégalable classique du genre. Enfin, une similitude plus troublante encore existe entre les scénarios de Double Trouble (S. Pollard, 1927) et Bacon Grabbers (Laurel et Hardy, 1929) : dans les deux films, nos héros, chargés du recouvrement de créances, doivent soit faire payer le client récalcitrant, soit récupérer la marchandise – en l’occurrence un piano. Les deux films se terminent de la même façon : le mauvais payeur finit par régler la note au moment où un rouleau compresseur écrase accidentellement le piano... On peut considérer ici qu’il ne s’agit pas de pures coïncidences, mais bien d’un plagiat pur et simple commis par l’équipe d’Hal Roach puisque le film de Pollard est de deux ans antérieur. Toujours dans Double Trouble, H. Pollard et M. Lobach, dans un bar et sans un sou, se trouvent dans la même situation que les deux matelots Laurel et Hardy dans Men’O War (1928). Les deux séquences présentent de grandes analogies. À l’inverse, dans The Big Shot (1929), Pollard habillé en Écossais porte le kilt et reprend les mêmes gags coquins que Laurel dans Putting Pants on Philip (1927), antérieur d’un an : ici, c’est Pollard qui a copié...

19En résumé, il semble bien que – sauf exception – Pollard bénéficie de l’antériorité et il faudrait donc en conclure que Laurel et l’équipe d’Haï Roach se sont inspirés des films que réalisaient Jim Davis ou Les Godwins pour le tandem Pollard-Lobach... Ceci n’a rien d’étonnant à une époque où les emprunts de gags d’un film à l’autre étaient monnaie courante et ne formalisaient personne. Il convient donc de rendre un hommage supplémentaire à Snub, le méconnu, pour avoir inspiré le tandem comique le plus fameux de toute l’histoire du cinéma.

FILMOGRAPHIE5

  • 5 La filmographie de S. Pollard repose essentiellement sur l’ouvrage de Kalton S. Lahue, World of Lau (...)

20On peut estimer que sur les 150 films (environ) que H. P. a tourné en vedette, à peu près la moitié a été sauvée.

I. COURTS MÉTRAGES :

1915

21Essanay :

29.4 – By the Sea (Chariot à la plage) (1b) – R : Charles Chaplin. (d.v.).

His Regeneration (1b) – I : Broncho Billy Anderson, Ch. Chaplin (d.v.).

1916

27.5 – Police (Chariot cambrioleur) (2b) – R : Charles Chaplin (d.v).

Triple Trouble (Les avatars de Chariot) (2b) – R : Charles Chaplin (d.v.).

22Rolin Comedies-Hal Roach-Pathé :

Série Lonesome Luke (24 films en lb avec Harold Lloyd et Bebe Daniels) :

8.5 – Luke and the Bomb Throwers ; 22.5 – Luke Late Lunchers ; 5.6 – Luke Laughs Last ; 19.6 – Luke’s Fatal Flivver ; 26.6 – Luke’s Society Mix Up ; 3.7 – Luke’s Washful Waiting ; 10.7 – Luke Rides Rough-Shod ; 24.7 – Luke, Crystal Gazer, 7.8- Luke’s Lost Lamp ; 21.8-Luke Does the Midway ; 4.9 – Luke Joins the Navy ; 18.9 – Luke and the Mermaids ; 1.10 — Luke’s Speedy Club Life ; 15.10 – Luke and the Bangtails ; 29.10 – Luke the Chauffeur ; 5.11 – Luke’s Preparedness Preparation ; 12.11 – Luke the Gladiator ; 19.11 – Luke, Patient Provider ; 26.11 – Luke’s Newsie Knockout ; 3.12 – Luke’s Movie Muddle (Lui directeur de cinéma) (d.v.) ; 10.12 – Luke, Rank Impersonator ; 17.12 – Luke’s Fireworks Fizzle ; 24.12 – Luke Locates the Loot ; 31.12 – Luke’s Shattered Sleep.

1917

(1b sauf mention particulière – I : Harold Lloyd et Bebe Daniels) :

7.1 – Luke’s Lost Liberty ; 21.1 – Luke’s Busy Day, 4.2 – Luke’s Trolley Trouble ; 8.2 – Lonesome Luke, Lawyer ; 25.2 – Luke Wins ye Ladye Paire ; 18.3 – Lonesome Luke’s Lively Life (2b) ; 15.4 – Lonesome Luke On Tin Can Alley (2b) – R : Hal Roach ; 20.5 – Lonesome Luke’s Honeymoon (2b) – R : Hal Roach ; 12.6 – Lonesome Luke Plumber (2b) – R : Hal Roach ; 15.7 – Stop ! Luke ! Listen ! (2b) – R ; Hal Roach ; 15.8 – Lonesome Luke, Messenger (2b) – R : Hal Roach ; 19.8 – Lonesome Luke, Mechanic (2b) – R : Hal Roach ; 2.9 – Lonesome Luke’s Wild Women (2b) ; 9.9 – Over the Fence ; 16.9 – Lonesome Luke Loses Patients (2b) ; 23.9 – Pinched ; 30.9 – By the Sad Sea Waves ; 7.10 – Birds of a Feather (2b) ; 4.10 – Bliss ; 21.10 – Lonesome Luke From London to Laramie (2b) ; 28.10 – Rainbow Island ; 4.11 – Lonesome Luke in Love, Laughs and Lather (2b) ; 11.11 The Flirt ; 18.11 – Clubs and Trump (2b) ; 2.12 – All Aboard (Toujours Lui) (d.v.) ; 2.12 – We Never Sleep ; 9.12 – Move On ; 23.12 – Bashful.

1918

Série The Winkle (1b – I : Harold Lloyd et Bebe Daniels) :

6.1 – The Tip ; 20.1 – The Big Idea ; 3.2 – The Lamb ; 24.2 – Beat It ; 3.3 – The Gasoline Wedding ; 10.3 – Look Pleasant, Please (Lui photographe) ; 17.3 – Here Come the Girls ; 17.3 – Hit Him Again ; 24.3 – Let’s Go ; 31.3 – On the Jump ; 7.4 – Follow the Crowd ; 14.4 – Pipe the Hiskers, 21.4 – It’s a Wild Life – R : Gil Pratt ; 28.4 – Hey There ; 5.5 – Kicked Out ; 12.5 – The Non-Stop Kid ; 19.5 – Two-Gun Gussie (d.v.) ; 26.5 – Fireman, Save My Chid (Harold apprenti pompier) ; 2.6 – The City Slicker ; 8.6 – Sic’Em Towser ; 16.6 – Somewhere in Turkey ; 23.6 – Are Crooks Dishonest ? ; 7.7 – AM Ozark Romance (Les surprises de la chasse) (d.v) ; 21.7 – Kicking the Germ Out Germany ; 4.8 – That’s Him ; 18.9 – Bride and Gloom ;» ?.9 – Bees In His Bonnet ; 1.9 – Two Scrambled ; 29.9 – Swing Your Partners ; 13.10 – Why Pick on Me ? ; 27.10 – Nothing But Trouble ; 1.12 – Hear’Em Rave ; 15.12 – Take a Chance ; 29.12 – She Loves Me Not.

1919

Série The Winkle (1b – I : Harold Lloyd et Bebe Daniels) :

12.1 – Wanted-$5 000 ; 26.1 – Going ! Going ! Gone – R : Alf Goulding (d.v.) ; 9.2 – Ask Father ; 23.2 – On the Fire ; 9.3 – I’m on My Way (d.v.) ; 16.3 – Look Out Below ! ; 23.3 – The Dutiful Dub ; 30.3 Next Aisle Over ; 6.4 – A Sammy in Siberia (Lui chez les Cosaques) ; 13.4 – Just Dropped In ; 20.4 – Crack Your Heels ; 27.4 – Ring Up Your Curtain (d.v.) ; 4.5 – Young Mr. Jazz ; 11.5 – Si Senor ; 18.5 – Before Breakfast ; 25.5 – The Marathon (Le marathon) ; 1.6 – Back to the Woods ; 8.6 – Pistols for Breakfast ; 15.6 – Swat the Crooks ; 22.6 – Off the Trolley (Lui sur le tramway) ; 29.6 – Spring Fever (Doux printemps) (d.v.) ; 6.7 – Billy Blazes, Esq. ; 13.7 – Just Neighbors (Mon ami le voisin) ; 20.7 – At the Old Stage Door ; 27.7 Never Touched Me ; 3.8 – A Jazzed Honeymoon ; 10.8 – Count Your Change ; 14.8 – Heap Big Chief ; 17.8 – Chop Suey And Co (Le beau policeman) ; 31.8 – Don’t Shove (d.v.) ; 7.9 – Be My Wife ; 15. 9 – The Rajah (Lui chez le rajah) ; 21.9 – He Leads, Others Follow ; 28.9 – Soft Money (Pour épouser Dolly) ; 5.10 – Count the Votes (Lui orateur) ; 12.10- Pay Your Dues ; 15.11 – His Only Father ; 2.11 – Bumping into Broadway (Rien ne va plus) (d.v.) (2b) – R : Hal Roach ; 30.11 – Captain Kidd’s Kids (Harold chez les pirates) (2b) – R : Hal Roach (d.v.) ; 28.12 – From Hand to Mouth (De la coupe aux lèvres ou La vertu récompensée) (2b) – R : Hal Roach (d.v.).

23Rolin Comedies-Hal Roach-Pathé (avec Snub Pollard en vedette) :

26.10 – Start Something (Un vaillant policeman ou Beaucitron n’a peur de rien) – I : Marie Mosquini, Ernie Sunshine Morrison, Mildred Davis.
Sc. : H.P., agent de police, règle la circulation (effets spéciaux d’accélérés et de mouvement inversé). On l’envoie dans un quartier chaud. Il entre par hasard dans une maison où des bandits ont attaché les habitants pour les voler, mais les voleurs sont réduits à l’impuissance par H.P.
Catalogue Connaissance du cinéma. (d.v.).

2.11 – All at Sea (Beaucitron et le sous-marin) (1b) – R : Alf Goulding – I : Mildred Davis.
Sc. : « H.P., pour un petit méfait, est poursuivi par un policeman. Réfugié dans la cabine d’un baigneur, il se dissimule sous l’uniforme d’un marin. Le prestige de l’uniforme lui donne un succès fou auprès des baigneuses de la plage qu’il tient sous le charme par les récits de ses exploits imaginaires. Au moment où il se vante d’avoir maté à lui tout seul toute une bande de contrebandiers, les « Rafle-Tout », voyant HP. leur échapper, enlèvent les charmantes auditrices du valeureux marin et les embarquent pour les Indes. Loin du danger, H.P. retrouve tout son courage et organise les secours. Le sous-marin à l’équipage duquel appartient désormais H.P. se met à la poursuite des brigands. L’inexpérience de HP. donne lieu à de nombreux incidents ultra-comiques. Mais tout s’arrange pour le mieux et les baigneuses sont sauvées » (C.C., 30/4/1921). (d.v.)

9.11 – Call for Mr Cave Man (1b) – I : Mildred Davis.

15.11 – His Only Father (1b).

16.11 – Giving the Bride Away (L’alliance en balade) (1b) – I : Mildred Davis, Ernie Sunshine Morrison, Marie Mosquini, Noah Young.
Sc. : « Le mariage de HP. et de M. Davis ; S. Morrison est garçon d’honneur. La moitié de la noce va à la première église baptiste de la Deuxième Avenue, tandis que l’autre moitié se rend à la deuxième église baptiste de la Première Avenue. Après plusieurs chassés-croisés, un juge officie dans la salle du tribunal. Mais la licence de mariage prend feu dans la poche revolver d’HP. Arrivée des pompiers... » (Eileen Bowser, The Slapstick Symposium, Museum of Modern Art of New York, 2-3 mai 1985, Ed. FIAF, 1988).

23.11 – Order in the Court (1b) – I : Mildred Davis.

30.11 – It’s a Hard Life (1b) – I : Marie Mosquini, Mildred Davis.

7.12 – How Dry I Am (1b) – I : Ernie Sunshine Morrison.
S. Morrison incarne un groom dans un hôtel.

14.12 – Looking for Trouble (La boxe, il n’y a que ça) (1b) – I : Marie Mosquini, Noah Young, Mildred Davis.
Sc. : Un champion de boxe provoque HP. en combat singulier. Ce dernier accepte car un parieur a promis de truquer le combat pour qu’il gagne. Un bandit (N. Young) vient voir les boxeurs à l’entraînement et HP. lui conseille de parier sur lui à coup sûr. Mr. Grave, entrepreneur des pompes funèbres, donne sa carte à H.P., ce qui l’impressionne vivement. Pendant les premiers rounds du combat, HP. reçoit une terrible raclée et ne s’en tire que par des corps à corps désespérés. Au dernier round, H.P. écrase le pied de son adversaire et en profite pour l’assommer. Il gagne le combat mais perd sa femme (M. Mosquini) qui part avec son adversaire.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

21.12 – Tough Luck (Beaucitron a la guigne [ ?]) (1b) – I : Mildred Davis. Sc. : « H.P. a la guigne comme l’ont tous ceux qui croient aux présages et qui, jugeant que la vie n’est pas assez embêtante ni compliquée, s’ingénient à la rendre encore plus compliquée et plus embêtante. Et avec les superstitions, il y a le choix ! » (C.C., 15/7/1922).

28.12 – The Floor Below (Beaucitron dans l’ascenseur [ ?]) (1b) – I : Ernie Sunshine Morrison, Marie Mosquini, Mildred Davis.
Sc. : Préposé au lift dans un grand hôtel, HP. s’endort si bien que ni appels ni sonnette ne le tirent de son rêve. C’est un désastre pour l’hôtelier qui voit partir les clients. Il essaye de prendre H.P. sur le fait mais celui-ci lui échappe en jouant habilement avec son ascenseur. Une fort jolie fille arrive à l’hôtel (M. Mosquini) avec son père. Ils ont été attaqués et dévalisés par des bandits. H.P. tombe amoureux de la demoiselle : quand les bandits arrivent à l’hôtel, mettant celui-ci à feu et à sang, il leur joue quelques mauvais tours grâce à son ascenseur et parvient à sauver la jeune fille. Il fait ensuite coffrer tous les malandrins d’un seul coup. Son héroïsme sera récompensé et tout finira par un mariage. (D’après Pathé-programme, n° 12, 1923.)

1920

4.1 – Red Hot Hottentots (Beaucitron chez les sauvages [ ?]) (1b) – R : Alf Goulding – I : Mildred Davis ou Marie Mosquini.
Sc. : « Une seule chose au monde trouble HP. et l’intimide : le regard des jeunes filles. Et comme elles sont nombreuses, il espère oublier ses déboires. Il retrouve justement celle qu’il aime aux mains d’un sauvage qui prétend l’épouser et faire cuire à la broche ses parents pour leur repas de noces. HP. arrache ces malheureux à leur sort et ce geste lui vaut la meilleure des récompenses. » (C.C., 11/6/1921). Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

11.1 – Why Go Horne ? (1b) – I : Mildred Davis.

18.1 – Slippery Slickers (1b) I : Mildred Davis.

25.1 – The Dippy Dentist (Beaucitron dentiste[ ?]) (1b) (d.v.).

1.2 – All Lit Up (Beaucitron chasse le papillon) (1b) – R : Fred Newmeyer – I : Ernie Sunshine Morrison, Marie Mosquini, Noah Young.
Sc. : HP. chasse les papillons mais attrape une grenouille. Il rencontre
M. Mosquini dans un restaurant où il cherche également à capturer des papillons, mais N. Young, jaloux, vient contribuer à semer la panique en ces lieux. H.P. finit par se retrouver par mégarde dans leur appartement et est emmené en panier à salade. Catalogue Connaissance du cinéma. (d.v.)

8.2 – Getting His Goat (J’ai perdu mon biquet) (1b) – I : Ernie Sunshine Morrison, Eddie Boland.
Sc. : Beaucitron n’a pas de chance ; convié avec sa femme et sa fillette à une fête de Noël, on s’aperçoit au moment de la distribution des cadeaux qu’il a été oublié. Mais, ô bonheur, un petit biquet égaré dans les alentours fera l’affaire. Beaucitron reçoit le plus beau des cadeaux, mais aussi le plus embarrassant. Ici commence une série de mésaventures.

24Harold Lloyd Comedies-Hal Roach-Pathé :

8.2 – His Royal Slyness (Le royaume de Tulipatan) (2b) – R ; Hal Roach – I : Harold Lloyd, Mildred Davis. (d.v.)

25Rolin Comedies-Hal Roach-Pathé (avec Snub Pollard en vedette) :

15.2 – Waltz Me Around (Ib) – I : Marie Mosquini.
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

22.2 – Raise the Rent (C’est pour le terme [ ?]) (Ib) – R : Fred Newmeyer- I : Eddie Boland.
Sc. : « Heureusement que tous les locataires n’ont pas l’esprit aussi inventif que H.P. et son ami. Sans le sou pour payer leur loyer, les deux amis usent de tous les subterfuges pour échapper à leur propriétaire qui les guette, sa quittance à la main. Mais, cette fois, les deux compères seront pris et c’est au violon qu’ils logeront désormais » (C.C., 14/1/1922). (d.v.)

29.2 – Find the Girl (Beaucitron reporter) (Ib) – I : Ernie Sunshine Morrison, Marie Mosquini.
Sc. : Une jeune fille dont les parents sont milliardaires vient d’être enlevée. Le père lance sur les ravisseurs les meilleurs limiers de la police, les journalistes et les détectives privés. Il donnera sa fille en mariage à qui la retrouvera. H.P., nouveau reporter, se met en chasse avec son acolyte S. Morrison. (D’après Pathé-Programme, n° 42-43, 1922).

7.3 – Fresh Paint (Beaucitron artiste peintre) (1b) – R : Alf Goulding – I : Marie Mosquini, Noah Young.
Sc. : H.P. doit apporter un paquet chez un artiste peintre. Il tombe en pleine séance de pose avec une armée de jeunes personnes peu vêtues. Il fait poser l’une d’elles (M. Mosquini) en tenue légère et en est tout émoustillé. Arrivée du mari (N. Young), très en colère de trouver sa femme dans cette tenue. H.P. et le peintre cherchent tous deux à se défiler. Le mari finit par pardonner.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

14.3 – Flat Broke (1b) – I : Eddie Boland, Marie Mosquini, le singe Jocko. 21.3 – Cut the Cards ou Cut Your Cards (1b) – I : Marie Mosquini, James Parrott. 28.3 – The Dinner Hour (Le Restaurant des Gourmets [?]) (Ib) – I : Ernie Sunshine Morrison, Marie Mosquini.
Sc. : « Lulu, piquante et facile beauté, ne manque pas d’adorateurs et se laisse facilement convaincre. Elle n’est pas fixée Elle monte dans une auto avec un gentleman ; un autre lui fait signe d’une auto voisine ; elle le suit, quitte à le laisser tomber à son tour pour répondre à l’appel d’un autre, plus séduisant ou plus fortuné, et ainsi de suite. De fil en aiguille, Lulu arrive au Restaurant des Gourmets au bras de son dernier galant. Le restaurant a un chef auquel il doit sa renommée et un maître coq (l’Afrique), la joie et la gaieté de l’établissement. Il y a de plus une petite danseuse étoile, Baby Rayon de Soleil, qui fait rêver l’Afrique à d’éblouissantes fantasmagories, et lui fait oublier ses fourneaux et casseroles pour se lancer dans de folles improvisations chorégraphiques. Réflexion faite, il retournera à ses occupations journalières, pour être sûr de ne pas danser devant le buffet, tandis que le chef se lance à l’inénarrable poursuite d’un moule qui a pris la fuite. Beaucoup de vaisselle cassée et un pugilat en règle pour savoir qui paiera la casse terminent la scène » (C.C., n° 40, octobre 1920.)

4.4 – Cracked Wedding Bells (Beaucitron se marie [ ?]) (1b) – I : Ernie Sunshine Morrison, Marie Mosquini.
Sc. : « H.P. va convoler en justes noces, mais, quelques secondes avant la cérémonie, sa fiancée exige qu’il contracte une assurance sur la vie. HP. se laisse faire et entraîne vers le pasteur celle qui dans la vie portera son nom. À l’issue de la cérémonie, une amie de Mme Beaucitron, et de connivence avec elle, a juré la mort de l’époux pour toucher la prime de l’assurance.. Et que n’invente-t-elle pas pour arriver à ses fins. Pendant que son mari répare son auto, elle passe résolument dessus, mais il est si fort... Au passage à niveau, elle laisse tomber la fameuse assurance. HP. la sauve, et lui aussi, des roues du rapide. Finalement vainqueur de ces multiples épreuves, HP. quitte sa femme et prend comme compagnon le petit l’Afrique et son nain » (C.C., n° 39, septembre 1920.)

11.4 – Speed to Spare (1b) – I : Marie Mosquini.

18.4 – Shoot on Sight (1b) – I : Marie Mosquini.

25.4 – Don’t Weaken (1b) – I : Marie Mosquini.

2.5 – Drink Hearty (Bien boire et laisser dire [ ?]) (1b) – I : Eddie Boland, Marie Mosquini, Ernie Sunshine Morisson.
Sc. : H.P., bras droit du propriétaire de la ferme des Eponges, distille de l’alcool clandestinement et fait ainsi fortune. Les étables servent de cabinet particulier, les horloges et les baromètres sont des fontaines d’alcool. HP. est amoureux de la fille du patron qu’il surprend dans les bras du jardinier, corrigé magistralement. Ce dernier se venge en dénonçant leur répréhensible trafic. Les agents de la répression entrent en action. H.P. détale et se cache dans une meule de paille. On lui tire dessus. Il s’enfuit en emportant la meule sur le dos au grand effroi de ses poursuivants qui croient à une intervention diabolique et abandonnent la partie. H.P. qui a sauvé la situation, épousera la fille du patron. (D’après Pathé-Programme, n° 18-19, 1923.) Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

?.5-Nearly a Maid (1b).

9.5 – Trotting Through Turkey (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini, Ernie Sunshine Morrison. (d.v.)

23.5 – All Dressed Up ou Doing Time (Un homme chic) (1b) – R : Alf Goulding – I : Ernie Sunshine Morrison, Marie Mosquini.
Sc. : H.P. est cocher. Il ramasse un soir un riche duc ivre mort dans les bras d’un jeune cireur de bottes (S. Morrison) et emmène tout le monde à l’adresse indiquée par le duc, bien que celui-ci ne soit pas en état d’aller à cette réception. HP. prend donc ses habits et se substitue à lui. On le place aux côtés de la jeune fille de la maison dont il tombe amoureux. Hélas, celle-ci est attirée par un vilain garçon qui dérobe l’argenterie. H.P., pris pour le voleur, se voit poursuivi par la police jusqu’à ce qu’il soit reconnu par un policier. Le vrai coupable sera arrêté. (D’après Pathé-Programme, n° 50-51, 1922.) (d.v.)

30.5 – Grab the Ghost (Beaucitron et les fantômes) (1b) – R : Alf Goulding – I : Eddie Boland, Ernie Sunshine Morrison, Marie Mosquini.
Sc. : « Jaloux de l’avoir vu épouser une jeune beauté qu’il courtisait, E. Boland jure d’empoisonner les jours de HP. Il se mue en fantôme dans la maison que viennent habiter les jeunes mariés. Un nommé l’Afrique, inséparable de H.P., passe et repasse à travers toutes ces machinations. Tout finit par s’arranger. Cependant et après 300 mètres de tragiques péripéties, les nouveaux mariés semblaient heureux ; mais les meilleures choses n’ont qu’un temps... » (C.C., 18/3/1922). (d.v.)

20.6 – All in a Day (1b) – R : Fred Newmeyer – I : Marie Mosquini.

27.6 – Any Old Port (1b) – R : Alf Goulding – I : Marie Mosquini. (d.v.)

4.7 – Don’t Rock the Boat (1b) – I : Marie Mosquini.

18.7 – The Horne Stretch (1b) – I : Marie Mosquini.

25.7- Call a Taxi (1b) – I : Marie Mosquini.

1.8 – Live and Learn (1b) – I : Marie Mosquini.

22.8 – A London Bobby (1b) – I : Marie Mosquini.

29.8 – Money to Burn (1b) – I : Marie Mosquini.

12.9 – Go As You Please (1b) – R : Alf Goulding – I : Hughie Mack, Marie Mosquini, Gaylord Lloyd, Ernie Sunshine Morrison, George Rowe, Sammy Brooks.
Sc. : « H.P. met de la bière dans un radiateur de voiture qui, du coup, réagit en ivrogne. Il se rend à une séance d’équitation et sauve M. Mosquini d’un soupirant qui veut l’enlever. Stéréotype raciste : S. Morrison utilise un rasoir pour écarter un vaurien » (Eileen Bowser, op. cit.).
Copie au musée d’Art moderne (New York)

19.9 – Rock-A-By-Baby (1b) – I : Marie Mosquini.

2.10 – Run’Em Ragged (1b) – I : Marie Mosquini.

9.10 – Fellow Citizens (1b) – R : Alf Goulding – I : Marie Mosquini.

24.10 – When the Wind Blows (1b) – I : Marie Mosquini.

7.11 – Insulting the Sultan (Beaucitron au harem) (1b) – I : Marie Mosquini, Ernie Sunshine Morrison.
Sc. : Parti avec une caméra pour tourner des documentaires, H.P. se retrouve dans le harem d’un sultan. Il essaye de filmer les favorites malgré l’épouvante qu’il déclenche. Il se présente alors comme professeur de danse et fait une irrésistible démonstration qui séduit les eunuques eux-mêmes. Arrivée du sultan qui condamne H.P. à être exécuté par le géant Tapedur Abbott, boxeur en chef du sérail. L’opérateur de HP, l’Afrique (S. Morrison), met la main sur le « triple extrait de quadruple essence de patte de tigre » qui est la potion magique de Tapedur. HP. boit tout le flacon, se transforme en hercule et aplatit Tapedur en un instant. Le sultan, qui n’a point vu le subterfuge, donne à HP. la place du géant et lui accorde la main d’une jolie favorite. (D’après Pathé-Programme, n° 26-27, 1923.)

21.11 – The Dear Departed (1b) – I : Marie Mosquini.

5.12 – Cash Costumer (Ib) – R : Alf Goulding – I : Marie Mosquini. (d.v.)

19.12 – Park Your Car (1b) – I : Marie Mosquini.

1921

9.1 – The Morning Affair (Ib) – I : Marie Mosquini.

13.2 – Open Another Bottle (Beaucitron et la bonne lotion [ ?]) (1b) – I : Marie Mosquini.
Sc. : HP. est shérif dans une ville où règne une sévère prohibition. Arrive un charlatan qui vend une lotion miracle pour la repousse des cheveux. Cette lotion, qui contient de l’alcool, obtient beaucoup de succès. Et H.P. s’aperçoit avec stupeur que ses administrés sont dans un triste état. Le groom de l’hôtel des Tempérants verse de la lotion dans la fontaine où l’on puise l’eau de table ; les dames antialcooliques n’ont jamais tant aimé l’eau. Le charlatan démasqué est emprisonné par H.P., mais ce dernier se verse un verre d’eau de la fontaine, puis un autre... puis un autre... (D’après Pathé-Programme, n° 5-6, 1923.) Scénario inspiré visiblement de The Cure (1917) de Ch. Chaplin.

27.2 – His Best Girl (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

13.3 – Make It Snappy (Ib) – I : Marie Mosquini.

27.3 – Fellows Romans (Ib) – I : Marie Mosquini.

10.4 – Rush Orders (Ib) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini, Ernie Sunshine Morrison, Hughey Mack, George Rowe.
Sc. : Le bar de M. Mosquini ne marche pas très bien (ses crêpes explosent quand elles tombent sur le sol). HP, client ingénieux, amoureux de Marie, arrive à la rescousse. Il embauche le gros H. Mack pour déambuler dans les rues en homme sandwich avec la pancarte : Je mange au restaurant de M. Mosquini, tandis qu’à ses côtés, un homme très maigre porte un panneau annonçant que lui n’y mange pas ! Deux ans plus tard, on retrouve H.P. et M. Mosquini ensemble et heureux.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

24.4 – Bubbling Over (ib) – I : Marie Mosquini.

5.6 – Blue Sunday (Ib) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

8.5 – No Children (Pas d’enfants) (Ib) – I : Marie Mosquini.
Sc. : H.P. et sa femme ont un enfant, mais n’arrivent pas à trouver un appartement, ou du moins un propriétaire qui accepte les enfants. Ils cachent leur bébé dans un panier de linge sale et s’installent dans un appartement meublé. Grâce à d’ingénieux stratagèmes, ils dissimulent la présence de leur rejeton à la propriétaire. Cependant, l’enfant est découvert et le scandale éclate. On s’aperçoit que le bébé est couvert de boutons ; c’est la petite vérole. Fuite générale. H.P. et son épouse obtiennent ainsi un sursis de vingt et un jours au moins. (D’après Pathé-Programme, n° 22-23, 1923.)
Scénario repris dans Laughing Gravy (1931) de Laurel et Hardy, le bébé étant remplacé par un petit chien.

22.5 – Big Game (1b) – I : Marie Mosquini. (d.v.)

29.5 – Save Your Money (1b) I : Marie Mosquini.

3.6 – Whirl O’the West (1b) – I : Marie Mosquini, Noah Young.
Sc. : H.P., héritier d’une riche famille, mécontente son père par sa manière de vivre un peu trop agitée. Ce dernier l’expédie dans l’Ouest pour en faire un homme. HP. revient avec une fiancée et un homme de confiance fort vigoureux ; il a adopté les rudes habitudes de l’Ouest, et subjugue son père tyran par la méthode forte.
Catalogue Kodascope. (d.v.)

12.6 – Where’s the Pire (Beaucitron chef des pompiers [ ?]) (1b) – I : Marie Mosquini.

19.6 – Own Your Horne (Soyez votre propriétaire) (1b) – I : Marie Mosquini.

29.6 – The High Rollers (Au skating) (1b) – I : Marie Mosquini, Ernie Sunshine Morrison, George Rowe.
Sc. : L’Afrique est employé dans un skating. H.P., accompagné de M. Mosquini et de G. Rowe, arrive en voiture et fait du patin à roulettes. Un chapeau féminin pourvu d’une épingle fait des ravages : chacun à son tour, les patineurs vont s’asseoir dessus. Deux singes s’échappent d’un cargo, volent les patins de deux passants et se retrouvent sur la piste. Affolement général des clients. Le directeur appelle la police. Une bagarre « off » éclate : seule apparaît de la fumée. Les deux singes sortent bientôt, habillés en policiers, puis H.P., en piteux état. M. Mosquini abandonne ses deux chevaliers servants et part avec le directeur. HP. donne un gros maillet à l’Afrique pour se faire assommer. (d.v.)

3.7 – You’re Next (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Copie aux Archives Nationales du Film (Ottawa).

10.7 – The Bike Bug (1b) – I : Marie Mosquini.

17.7 – At the Ringside (Beaucitron n’a peur de rien) (1b) – R : Charles Parrott – h Marie Mosquini, Noah Young, Ernie Sunshine Morrison.
Sc. : H.P. est agent de police dans un quartier chaud où M. Mosquini vend des saucisses malgré N. Young, le gros méchant, qui la persécute. H.P. boxe contre N. Young pour gagner les 100 dollars de prime. M. Mosquini souffle du poivre dans la direction de ce dernier pour venir en aide à H.P. qui peut frapper son adversaire pendant qu’il éternue.
Catalogues Connaissance du cinéma et Blackhawk. (d.v.)

24.7 – No Stop-Over (1b) – I : Marie Mosquini.

31.7 – What a Whooper (1b) – I : Marie Mosquini.

7.8 – Teaching the Teacher (1b) – I : Marie Mosquini.

14.8 – Spot Cash (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini, Noah Young.
Sc. : N. Young décide de concurrencer l’épicerie de H.P. en ouvrant un magasin juste à côté. Il démolit le mur qui les sépare et vole les conserves de H.P. Ce dernier demeure perplexe devant la disparition progressive de ses réserves.
(Extraits dans Days of Thrills and Laughters de R. Youngston).

21.8 – Name the Day (1b) – I : Marie Mosquini.

4.9 – Тhе Jail Bird (1b) – I : Marie Mosquini.

18.9 – Late Lodgers (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

2.10 – Gone to the Country (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

16.10 – Law and Order (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.

30.10 – Fifteen Minutes (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

6.11 – On Location (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini, Noah Young, George Rowe, Mark Jones.
Sc. : H.P. est balayeur de rue, puis se fait engager par un vieux couple pour entretenir le jardin de leur villa. Une troupe de cinéastes vient tourner en extérieur un film et propose à H.P. de jouer aux côtés de la vedette (M. Mosquini). On tourne dans le jardin et les dégâts sont considérables, surtout après le passage des Indiens. À leur retour, les propriétaires se fâchent et H.P. achève, accidentellement, de faire s’effondrer la maison. (d.v.)

13.11 – Hocus Pocus (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.

20.11 – Penny-in-the-Lot (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

27.11 – Тhе Joy Rider (Une escapade de Beaucitron [ ?]) (1b) – R : Charles Parrott – I : »  Ernie» Sunshine» Morrison,» Marie Mosquini.
Sc. : « H.P. est malheureux en ménage. Sa femme, terrible mégère, lui donne bien rarement la permission de sortir seul. Un jour, prétextant une visite à faire à un ami malade, H.P. réussit à s’échapper et va retrouver ses amis. Après un dîner assez mouvementé, il absorbe plusieurs dragées équivalant chacune à une coupe de Champagne. Et la partie de plaisir se termine naturellement au poste où H.P. pourra méditer sur les dangers d’une escapade » (C.C., 26/1/1924).

4.12 – The Hustler (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini, Eddie Baker, Charles Stevenson.
Pas de copie connue.

11.12 – Sink or Swim (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini. (d.v.)

18.12 – Shake’Em Up (Snub Pollard en mission) (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Sc. : H.P., monté sur un âne, doit délivrer Teresa Tamale (M. Mosquini), reconnaissable grâce à un tatouage sur le bras, prisonnière d’un général sud-américain. Comme elle refuse de l’épouser, elle sera fusillée. À la suite de tremblements de terre à répétition, H.P. pénètre dans la prison (circulaire et sans toit) et se sauve avec la fille. Repris, ils échappent au peloton d’exécution grâce encore à un tremblement de terre. (d.v.)

25.12 – The Corner Pocket (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini, Ray Brooks. (d.v.)

1922

8.1 – Loose No Time (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

22.1 – Call No Witness (Beaucitron veut divorcer) (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Sc. : Un palais de justice, des avocats ; chacun raconte son histoire sur la genèse d’une mésentente conjugale ; histoire savoureuse, assez surréaliste, un de ses meilleurs films.
Catalogue Connaissance du cinéma.

29.1 – Years to Corne (1b) – R : William Watson, Sup. : Charles Parrott – I : Paul Parrott, Marie Mosquini, Noah Young.
Sc. : Parodie de film de S.F. Les hommes et les femmes du futur ont inversé leurs rôles. Noah Young en femme est étonnant. (d.v.)

5.2 – Blow’Em Up (1b) – R : Charles Parrott- I : Paul Parrott, Marie Mosquini. Pas de copie connue.

12.2 – Stage Truck (1b) – R : William Watson – I : Marie Mosquini.

26.2 – Down and Out (1b) – R : Ralph Cedar – I : Marie Mosquini.

26Roach Comedies-Hal Roach-Pathé :

5.3 – Pardon Mc (1b) – R : Ralph Cedar – I : Marie Mosquini. (d.v.)

12.3 – The Bow Wows (1b) – R : Ralph Cedar– I : Marie Mosquini.

26.3 – Hot off the Press (1b) – R : Ralph Cedar, Sup. : Charles Parrott – I : Marie Mosquini, William Gillespie.
Sc. : H.P. est portier dans un journal. Le directeur (W. Gillespie) offre une forte récompense à celui qui écrira un article qui résoudra le mystère d’un collier volé ; le voleur est le propriétaire du journal. H.P. retrouve le collier et écrit l’article sur une machine à écrire, en galopant derrière un camion où est posée la machine... (d.v.)

2.4 – The Anvil Chorus (1b) – R : Ralph Cedar – I : Marie Mosquini.

9.4 – Jump Your Job (1b) – R : Ralph Cedar – I : Marie Mosquini.

23.4 – Full O’ Pep (lb) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini, Tom Kennedy. 30.4 – Kill the Nerve (1b) – R : Ralph Cedar – I : Marie Mosquini.

7.5 – Days of Old (L’envoleur de Bagdad) (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Sc. : La mère de H.P. lit les Arabian Nights au coin du feu, et H.P. rêve de sauver une princesse. Un marchand de tapis qui passe leur vend un tapis qui se révèle être volant. H.P. s’envole vers l’Orient. Le preux chevalier qui arrivera avant la nuit épousera la princesse, mais la route est minée et aucun prétendant ne réussira à passer... sauf H.P. grâce à son tapis magique. Il se marie donc avec la princesse et devient prince régnant. Mais les maris de la princesse ne tiennent généralement pas plus de vingt-quatre heures... Après avoir visité la galerie des portraits de prédécesseurs, H.P. doit se battre en duel contre un rival, le premier ministre. On revient à la réalité : H.P. raconte cette histoire à la 4e Convention des menteurs» !
Catalogue Connaissance du Cinéma. (d.v.)

14.5 – Light Showers (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

21.5 – Do Mc a Favor (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

28.5 – In the Movies ou The Movies (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

4.6 – Punch the Clock (1b) – R : William Beaudine – I : Marie Mosquini.
Sc. : Pour être sûr d’obtenir un emploi, il faut se présenter à l’heure exacte et H.P. dort devant la porte du bureau afin d’être exact. Il n’ose s’en écarter une minute et demande à un passant de lui porter un café. Le mari jaloux de M. Mosquini intercepte une lettre (un rendez-vous) destinée à cette dernière. Le lieu de rencontre s’avère précisément l’endroit où H.P. attend... Confusion. Le mari poursuit H.P. qui se réfugie chez ce dernier. Nouvelle poursuite. H.P., assommé, tombe dans un camion de charbon dont le contenu est livré au mari jaloux. H.P. finit par s’échapper et sera à l’heure devant la porte où un avis placardé l’informe de la fermeture exceptionnelle du bureau pour cause de naissance» !
D’après une copie 8 millimètres d’origine inconnue. (d.v.).

11.6 – Strictly Modern (Snub Pollard hôtelier [ ?]) (1b) – R : William Beaudine – I : Marie Mosquini, Eddie Baker, Wallace Howe, Lincoln Steadman, William Gillespie.
Sc. : H.P. travaille dans un hôtel qu’il veut moderniser. Il fabrique un faux ascenseur ; il en sort un chien et les clients effrayés empruntent les escaliers. La même»  baignoire»  sert»  pour»  deux chambres : elle passe de l’une à l’autre. Résultat : un homme prend son bain dans la chambre de sa voisine. Un couple de voleurs en fuite débarque. H.P. sème la panique et le policier ne retrouvera pas le collier volé.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

18.6 – Hale and Hearty (Ib) – R : Alfred Santell – I : Marie Mosquini. (d.v.).

20.6 – Bed of Roses (1b).

25.6 – Some Baby (1b) – R : Ralph Cedar – I : Marie Mosquini.
Sc. : H.P. vient de se marier : son épouse et lui reçoivent une foule de cadeaux. Une jeune femme leur porte une énorme boite qu’elle pose dans les bras de H.P. Dans le taxi qui emporte les jeunes mariés, H.P. entend un bruit ; il ouvre le gros paquet et trouve un bébé accompagné de ce mot : « Prenez soin du petit Egbert. Son père est un important homme du monde, mais il me battait chaque matin au petit déjeuner ; signé : une femme abandonnée. » Les jeunes mariés décident de garder le bébé. Ils arrêtent la voiture car ils ont vu un panneau « à vendre » posé derrière un landau. H.P. descend, paye, mais c’est la maison de derrière qui était à vendre et non le landau. Chez H.P., le bébé ne cesse de pleurer que lorsque H.P. casse la vaisselle, cadeau de noces. Sa femme arrête le massacre. Débarquent cinq copains qui veulent faire une partie de cartes. H.P. et ses amis sont obligés de se mettre du coton dans les oreilles pour supporter les cris d’Egbert. Pendant ce temps, des voleurs dérobent tranquillement tout le mobilier et embarquent aussi Egbert dans un coffre sur leur camion. Deux jumelles qui passaient là remplacent le bébé par leur poupée. La mère d’Egbert, prise de remords, revient chercher son fils. On s’aperçoit du désastre. H.P. et ses amis ont le temps d’apercevoir le camion qui démarre avec un pied qui dépasse du coffre. Une course-poursuite s’engage. H.P., en voiture, dépasse les malandrins, monte sur un lampadaire et, lorsque le camion passe, arrache le faux bébé et le porte triomphalement à sa mère qui n’apprécie guère... Bien entendu, on retrouvera vite Egbert et H.P. et son épouse s’en iront en poussant le landau vide. (d.v.)

16.7 – The Dumb-Bell (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini, Noah Young, William B. Davidson, George Rowe, Sammy Brooks, Charles Stevenson.
Sc. : H.P. tourne un film où il joue un irascible vieillard. Le metteur en scène en devient hystérique et H.P. est chargé par les deux affreux producteurs de lui signifier son congé. En récompense, il prend sa place et à son tour sombre dans la folie furieuse devant l’incapacité des acteurs et l’incompréhension des producteurs. Original dans sa forme : H.P. et M. Mosquini jouent (presque) leur propre rôle.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

6.8 – The Stone Age (1b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

17.9 – 365 Days (L’héritage de Beaucitron, Beaucitron et son gratte-ciel ou Une maison en hauteur) (2b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Sc. : H.P. est un homme comblé : il adore sa famille et la musique. Son grand père annonce qu’il a l’intention de diviser sa fortune (I million de dollars) entre les membres de sa famille à condition qu’ils vivent en parfaite harmonie pendant 365 jours. Il a déjà acheté un terrain sur lequel ils doivent bâtir leur maison. Les parents et alliés se rassemblent donc et commencent à construire, mais les maisons sont très proches car le terrain est petit. H.P. imagine un ingénieux logement soutenu par des ballons, qui s’envole quand il a des problèmes car bien, que de bonne composition, H.P. est mal vu par ses voisins, mauvais coucheurs. Un jour, le grand-père fait une visite... Qui va donc hériter ?
Catalogue Pathé-Baby 9,5.

15.10 – The Old Sea-Dog ou The Ferry-Boatman (Beaucitron navigateur ou Un vieux loup de mer) (2b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Sc. : Capitaine à bord du ferry-boat Eczéma, H.P. transporte ses passagers d’un bord à l’autre du port. Un gag boule de neige : un marin jette 2 dollars dans le bassin, le bruit court que ce sont 20, 50 bientôt 100 dollars qui gisent au fond de la mer... et toute la population plonge à la recherche de ce trésor. Une belle fin digne de Keaton : H.P. et sa bien-aimée sombrent à bord de l’Eczéma, victimes des dents d’un poisson-scie.
Catalogue Pathé-Baby 9,5, incomplet (1b).
Dans une deuxième partie, il rencontre une jeune héritière de la cinquième Avenue qui possède un bateau et cherche un capitaine pour celui-ci...

5.11 – Our Gang (2b) – R : Robert McGowan, Sup. : Charles Parrott.

H.P. fait une apparition comme « guest star » dans ce premier film de la série célèbre Our Gang. Pas de copie connue.

12.11 – Hook, Line and Sinker (Beaucitron, roi des pêcheurs ou Pauvre poisson) (2b) – R : Charles Parrott – I : James Finlayson, Marie Mosquini.
Sc. : H.P. déploie des trésors d’ingéniosité pour gagner un concours de pêche malgré les pièges que lui tend son éternel rival). Finlayson (Moulinet, dans la version française). À noter un combat surréaliste, au fond de l’océan, contre un colin géant élevé par Moulinet. Catalogue Pathé-Baby 9,5 (incomplet, 1b).

10.12 – Nearly (ou Newly ?) Rich (Nouveau riche ou Beaucitron milliardaire [ ?]) (2b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini, James Finlayson, Noah Young, Marvin Lobach.
Sc. : H.P. se fiance dans le grand monde. Son vilain majordome (N. Young) invite ses anciens amis peu recommandables. Ceux-ci, emmenés par J. Finlayson, se tiennent bien mal à table et pendant le bal. Pour terminer,). Finlayson fait sauter le coffre-fort de la maison ; celui-ci, en retombant, écrase H.P. et le transforme en nain.
Catalogue Pathé-Baby 9,5 (incomplet, 1b). (d.v.)

16.12 – The Green Gat (2b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Sc. : H.P. monte un restaurant très moderne où l’on fait tout, sauf servir les clients. Ceux-ci sont accueillis à bras ouverts sauf si ce sont des agents d’assurance, mais un incendie éclate... Catalogue Pathescope 9,5.

1923

7.1 – Dig Up (2b) – R : Craig Hutchinson – I : Marie Mosquini.

4.2 – A Tough Winter (Un rude hiver) (2b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini. Sc. : L’hiver est rude, aussi, H.P. veut aller en prison pour y être au chaud. M. Mosquini vole un pain et H.P., qui la défend, se retrouve effectivement sous les verrous. Au printemps, il veut s’échapper et moleste un gardien juste avant d’apprendre qu’il était gracié. Il sera à nouveau condamné.
Catalogue Pathé-Baby (incomplet, 1b).

4.3 – Before the Public (Beaucitron fait du cinéma) (2b) – R : Charles Parrott – I : James Finlayson, Marie Mosquini, Noah Young.
Sc. : Parti de son village pour Hollywood, H.P. revient chez lui vedette de western et assiste à la projection de l’un de ses films cependant que le projectionniste (J. Finlayson) se débat rageusement dans un océan de pellicules. Puis on lui demande de faire les mêmes tours que dans son film, comme monter sans trucage sur un cheval difficile. H.P., d’abord ridicule, finira par jouer dans la réalité le rôle classique du héros de western en sauvant une jeune fille en danger.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1.4 – Where Am I ? (2b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini.
Pas de copie connue.

29.4 – California or Bust (Beaucitron fait du tourisme ou Un moral au beau fixe) (2b) – R : Craig Hutchinson – : James Finlayson, Marie Mosquini.
Sc. : H.P. et sa femme perdent leur maison à cause d’une tempête. Ils partent alors pour la Californie. Après quelques difficultés à un péage où ils veulent changer une roue, ils se retrouvent aux prises avec J. Finlayson sur un terrain de camping. Une mouffette sème la panique dans les tentes. Arrivée en Californie par une grosse averse. H.P. et M. Mosquini prennent des acteurs de cinéma en plein tournage pour de vrais Indiens.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

27.5 – Sold at Auction (Adjugé, c’est vendu ou Beaucitron commissaire-priseur) (2b) – R : Charles Parrott – I : James Finlayson, Marie Mosquini, Noah Young, Wallace Howe, Jack Ackroyd, Charles Stevenson. Sc. : Un bébé est abandonné devant une porte dans une corbeille à linge. Vingt-cinq ans plus tard, H.P. en sort tout chapeauté. Avec Noah Young, il joue au gangster pour faire vendre des coups-de-poing américains ou des matraques. W. Howe, ruiné, doit vendre tous ses meubles. Son voisin (J. Finlayson) part faire du camping avec toute la famille et un side-car à quatre places, source de nombreux gags, en lui laissant les clefs pour qu’il nourrisse le canari. H.P. et N. Young sont chargés d’emporter les meubles de W. Howe, mais se trompent de maison et vident celle de Fin’. Tout est vendu aux enchères. Fin’ rentre et oblige H.P. à aller tout récupérer chez les divers acquéreurs. D’abord le piano, ramené après une course folle dans les rues en pente, puis des livres, la baignoire, restituée avec un occupant en pleine action, et enfin le dentier de l’ancêtre que H.P. doit reprendre (en lui racontant une bonne blague) sur un aviateur en vol. Finalement, Fin’ apprend qu’il est ruiné et qu’il doit tout vendre. H.P., consterné, essaye de se pendre...
Catalogue Connaissance du cinéma. (d.v.)

24.6 – The Courtship of Miles Sandwich (La dinde du bon vieux temps) (2b) – R : Charles Parrott – I : James Finlayson, Marie Mosquini, Noah Young.
Sc. : Après des essais infructueux pour découper une dinde (apparemment en acier trempé), H.P. finit par répondre à son fils qui le questionne sur l’origine du Thanksgiving Day. H.P. raconte l’origine de cette fête qui date de l’arrivée des premiers émigrants aux Etats-Unis. Finlayson joue le rival de H.P. Bagarres dans la neige, courses à ski et en traîneau. Apparition d’un étonnant chef indien.
Parodie de The Courtship of Miles Sandish (1923) avec Ch. Ray.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

22.7 – Jack Frost (2b) – R : Charles Parrott – I : Marie Mosquini, Noah Young, James Finlayson.
Sc. : En compagnie de M. Mosquini, H.P. va patiner sur un étang gelé. Pendant qu’il attache ses patins, son rival (J. Finlayson) lui soustrait sa bien-aimée et se lance sur la glace avec elle. H.P., qui ne s’est aperçu de rien, évolue en compagnie d’une jeune Noire jusqu’au moment où il réalise sa méprise (racisme classique !). H.P. et). Finlayson effectuent successivement des numéros d’acrobatie sur glace pour épater M. Mosquini. Fin’ défie H.P. de sauter dans un tonneau qu’il a placé dans un endroit où la glace est peu épaisse. En effet, elle s’effondre et H.P. sombre dans l’eau froide.). Finlayson et M. Mosquini filent en voiture à cheval jusqu’à une cabane où N. Young (le père ?) éjecte Jimmy. Arrivée de H.P. blanc de givre et raide comme une statue : il se dégèle lentement devant la cuisinière et inonde la pièce.
Catalogue Pathescope 9,5 sous le titre Snub, the Skating Ace (incomplet, l/2b).

19.8 – The Mystery Man (Beaucitron détective) (2b ?) – R : Hugh Fay – I : James Finlayson, Marie Mosquini, Noah Young. Sc. :). Finlayson et Noah Young dérobent le sac plein de dollars que le père de M. Mosquini amenait à la banque. H.P., détective et amoureux de la jeune fille, se lance sur la piste des bandits. Il parvient à récupérer le sac, mais l’argent est remplacé par un essaim d’abeilles. Le père furieux jette dehors le détective. Dans la poursuite finale, H.P. gagne une course à pied et assomme accidentellement les voleurs sur une voie de chemin de fer. Il obtient ainsi sa récompense : M. Mosquini.
Catalogues Pathé-Baby et Pathescope 9,5 (incomplet ?, 1b).

27Snub Pollard Comedies-Hal Roach-Pathé :

14.9 – The Walkout (Beaucoup de bris pour rien) (2b) – R : George Jeske – I : Marie Mosquini, Noah Young, James Finlayson.
Sc. : Des grévistes empêchent H.P. d’aller pointer à son usine. Ce dernier flatte les patrons, puis cherche un autre emploi avant d’être pris finalement pour un voleur. Dans sa pension de famille, il retrouve les fauteurs de grève qui prêchent pour une grève de la faim. H.P. emmène M. Mosquini à un bal populaire où). Finlayson lui donne une bombe pour faire sauter l’usine. Une bouteille de chloroforme anesthésie les danseurs du bal, qui se meuvent alors au ralenti.
Catalogue Connaissance du cinéma.

14.10 – It’s a Gift (Beaucitron inventeur) (1b) – R : Hugh Fay – I : Marie Mosquini, Mark Jones, Wallace Howe, William Gillespie.
Sc. : Un des plus éblouissants courts métrages de H.P. : il a inventé un nouveau procédé qui économise l’essence des voitures. Chez lui, il a aussi mis au point les inventions les plus complexes pour se réveiller, servir à table, recevoir le courrier. Il possède également une mini-voiture que propulse un aimant attiré par les autres véhicules. Les essais de son carburant miracle se révéleront catastrophiques. Catalogues Film-Office (incomplet du début) et Blackhawk. (d.v.)

11.11 – Dear Of’Pal (2b) – R : Charles Parrott – I : Paul Parrott, Marie Mosquini. Sc. : P. Parrott et H.P. courtisent la même fille en jouant de la musique ; un pique-nique dérangé par un aéroplane et par un ours, une maison en flammes, un voleur arrêté grâce à des panneaux intervertis. Copie 8 millimètres d’origine inconnue. (d.v.)

2.12 – Join the Circus (1b) – R : George Jeske – I : Paul Parrott, George Rowe, Catherine Grant, Clyde Cook, Marie Mosquini.
Sc. : H.P., désespéré, veut se pendre sans y parvenir, malgré des efforts héroïques. Il rencontre un cirque ambulant et fait de l’équilibre sur une perche avec P. Parrott, puis, sur un cheval, joue les Ben-Hur.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

16.12 – Fallu Insured (1b) – R : George Jeske – I : Marie Mosquini.

30.12 – It’s a Boy (1b) – R : George Jeske – I : Marie Mosquini.

1924

13.1 – The Big Idea (1b) – R : George Jeske – I : Blanche Mehaffe, Glen Tryon, Billy Engle, George Rowe, Marie Mosquini.
Sc. : H.P. joue au tennis avec G. Tryon, puis fabrique une étrange voiture-aspirateur destinée à nettoyer les rues. Tous les notables se rassemblent sur une tribune pour assister à une démonstration. On y voit une galerie de personnages très pittoresques et assez loufoques. La démonstration n’est pas un succès...
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

6.4 – Why Marry ? ou Friend Husband (1b) – R : Way Hayes – I : Marie Mosquini.

27.4 – Get Busy (Snub Pollar maître nageur) (1b) – R : Way Hayes – I : Beth Darlington, Paul Parrott, Eddie Baker.
Sc. : H.P. et P. Parrott, deux clochards, sont dans un bus enveloppés dans une couverture ; celle-ci roule sur le sol jusqu’aux pieds d’un policier qui trouve les deux hommes louches et se lance à leur poursuite. Après avoir « aidé » des ouvriers à monter un gros fardeau avec une poulie, les deux lascars débarquent sur la plage. Le policier les rattrape et leur donne le choix entre travailler ou aller en prison. H.P. décide alors d’être maître nageur. Il cherche longuement une cabine vide pour enfiler la tenue, finit par se déshabiller dans une voiture qui démarre... H.P. demande à P. Parrott de faire tomber un promeneur dans l’eau afin qu’il puisse intervenir. Parrott utilise (mal) une peau de banane et se retrouve dans la mer. H.P. le tire de là. Puis c’est une jeune baigneuse en détresse que H.P. sauve, mais le véritable maître nageur arrive et c’est lui qui a droit à la reconnaissance de la belle. (d.v.)

1925

28Roach Comedies – Hal Roach-Pathé :

12.4 – Are Husbands Human ? (1b) – R : Nick Barrows.

1926

28.3 – Do Your Duty (1b) – R : Ralph Cedar. 11.4- The Old War Horse (1b) – R : George Jeske – I : Paul Parrott, Clyde Cook, Blanche Mehaffey.
Sc. : La guerre de Sécession. La frontière passe chez H.P. qui est nordiste. Il est fait prisonnier, mais on ne parvient pas à le fusiller.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

29Snub Pollard Comedies-Pollard et R.E. Christiansen-Artclass :

22.9 – The Doughboy (2b) – R : James Davis. (d.v.)

24.11 – The Yokel (2b) – R : James Davis – I : Thelma Daniels, Marvin Lobach.
H.P. interprète le rôle d’un jeune campagnard devenu boxeur.

Snub the Fighter (1b) avec Marvin Lobach (Catalogue Mountain Films) pourrait être extrait de ce film.
Sc. : H.P. (dit Battling Alphonse, « champion de mayonnaise ») veut gagner la prime de 1 000 dollars offerte à celui qui battra le boxeur Battling Smith. Pendant le combat, H.P. garde son melon et, pourvu de gants immenses, assomme tour à tour l’arbitre et son adversaire. Son entraîneur (M. Lobach) lui met enfin des gant de taille normale et des éponges imbibées d’eau sous le maillot. L’eau gicle sur tout le monde à chaque coup jusqu’à ce qu’une drogue, déposée sur les gants de H.P., endorme tout le monde. Bombardé par le public, H.P. hisse le drapeau blanc.

1927

26.1 – The Fire (2b) – R : James Davis. 30.3 – All Wet (2b) – R : Jim Davis – I : Thelma Daniels.
Sc. : H.P. se rend avec une oie dans une soirée mondaine. Comme on croit qu’il va hériter d’un puits de pétrole, on lui passe tous les incidents qu’il crée lors de cette réception. On veut le marier à la jeune fille de la famille, puis il est chassé quand on apprend sa ruine soudaine. Il fait alors un mariage d’amour avec T. Daniels. Le film se termine par une course éperdue avec voiture et moto.
Catalogue Morcraft. (d.v.)

Thick and Thin (2b) – R : Jim Davis – I : Marvin Lobach, Thelma Daniels ( ?).
Sc. : H.P. et M. Lobach habitent en pension dans une chambre où il est interdit de faire de la cuisine. Les deux amis ont truqué tous les meubles : le lustre cache un réchaud à gaz, la commode, une poule pondeuse... Lobach fait un numéro de jonglerie à la Fatty avec deux poêles et des crêpes. H.P. essaye de l’imiter mais colle sa crêpe au plafond. Lorsque la logeuse arrive, il faut tout camoufler en vitesse, ce qui entraîne quelques accidents. Comme les deux compères n’ont pas payé leur loyer, ils filent à l’anglaise : Lobach se cache dans une malle que H.P. descend par la fenêtre à l’aide d’une corde. La malle tombe chez un marchand de valises : H.P. est obligé de payer pour la récupérer. Les deux compères déambulent sur un trottoir et trouvent un moyen pour gagner de l’argent : H.P. se fera renverser par une voiture et Lobach exigera de l’argent. Après quelques essais infructueux, H.P. se fait tamponner par la voiture d’une jolie blonde qui invite les deux amis à une réception. Ils y sèmeront la pagaille et seront chassés par le père, furieux, de la jeune fille. (d.v.)
Catalogue Mountain Films sous le titre Coffee with Snub (incomplet, l/2b) et Crazy Kitchen (incomplet, lb).

The Bum’s Rush (2b) – R : Jim Davis. Once Over (2b) – R : Les Godwin et Harry Pollard – Sc. : Eugene De Rue – I : Marvin Lobach, Thelma Daniels, Harry Martel.
Sc. : H.P. et le gros M. Lobach arrivent dans une petite ville dans un train à bestiaux et se déguisent en vache à deux têtes. Ils arrivent ensuite dans un parc où se tient un pique-nique. Ils finissent par se faire engager comme serveurs dans un restaurant, car la police de l’endroit ne tolère pas les vagabonds : sous les yeux horrifiés de la belle T. Daniels, caissière, les deux serveurs, entraînés malgré eux dans une guerre implacable avec les clients, se livrent à un échange de tartes à la crème parmi les plus réussis de toute l’histoire du cinéma.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

Double Trouble (2b) – R : Jim Davis – I : Marvin Lobach.
Sc. : H.P. et M. Lobach dorment dans le même lit. Réveillés par une mouche qui agace H.P., ils s’habillent : problèmes avec le pantalon d’H.P., qui était enroulé dans le store. Ils répètent des pas de danse en musique pour une audition au théâtre. Le pavillon du phonographe s’enfonce sur la tête de M. Lobach. Pour l’extirper, les dégâts, considérables, se soldent par une cloison enfoncée. Pittoresque audition au théâtre, qui se termine par une avalanche de légumes sur les deux amis. Ils cherchent alors du travail et se font embaucher pour le recouvrement de créances : il faut soit faire payer la facture, soit récupérer un piano. Ils réussissent à sortir le piano en distrayant le client et le chargent dans la voiture. Le récalcitrant accepte enfin de payer la facture au moment où un rouleau compresseur écrase le piano. Les deux compères s’enfuient sous les coups de fusil.
On reconnaît un thème repris par Laurel et Hardy dans Bacon Grabbers (1929). (d.v.).

Mitt the Prince (3b) – I : Marvin Lobach, Thelma Daniels, Ted Stanhope.
Sc. : Employés d’hôtel, H.P. et M. Lobach sont chassés après quelques bévues. Devenus livreurs, ils détruisent leur voiture après une altercation avec deux camionneurs. Un de leurs clients attend la visite d’un prince – un imposteur – que H.P. va remplacer au pied levé. Il sera démasqué. H.P. utilise à maintes reprises le gag qui consiste à mettre sa main dans la poche du voisin.
Catalogue Blackhawk. (d.v.).

Under Repairs (2b).

1929

The Big Shot (2b) – R : Les Godwins – I : Marvin Lobach, Thelma Daniels.
Sc. : H.P. (photographe) et M. Lobach sont envoyés par un journal pour interviewer un célèbre mais irascible Écossais. Ils commencent par s’habiller en écossais. H.P. a beaucoup d’ennuis avec son kilt qui se relève d’une manière indécente à la moindre voiture qui passe. Cependant l’écossais n’aime pas les journalistes. H.P. se bat avec un appareil photo encombrant, et les deux compères poursuivent leur victime jusque sur un paquebot. Après quelques essais infructueux pour prendre la photo du siècle, ils sont embauchés comme matelots et rendent fou de colère le commandant du navire. Un dernier essai pour prendre la photo semble être le bon, mais H.P. met un peu trop de magnésium pour faire le flash...
Catalogue Blackhawk. (d.v.)
Date inconnue (1927, 1928 ou 1929) :

Men about Town (2b) – I : Marvin Lobach. Sc. : H.P. est marié à une mégère qui l’empêche d’aller jouer au golf avec M. Lobach. Celui-ci parvient à le faire sortir par une fenêtre, mais leur voiture tombe en panne. Incidents divers dans le garage où la voiture est en réparation. Ils invitent deux jolies filles et se rendent avec elles sur le terrain de golf où H.P. prend un œuf pour une balle. Incidents au bar : ils n’ont pas de quoi payer les glaces. La mégère vient les chercher, ce qui déclenche une bagarre où le stand tout entier se trouve détruit.
Catalogue Morcraft. (d.v.)

No Kidding (2b) – I : Marvin Lobach.
Sc. : HP. et M. Lobach habitent une pension où les enfants sont interdits. Ils travaillent d’abord dans un parc comme balayeurs. Avec leur Ford, ils accrochent par mégarde une voiture d’enfants, puis emmènent le petit à l’hôtel pour lui apprendre des tours. Pour l’introduire à l’hôtel, ils le déguisent en nain. Ils toucheront une récompense des parents, ravis de retrouver leur progéniture, mais en se partageant la prime, les deux compères se disputent et les billets s’envolent au grand bonheur des passants.
Catalogue Morcraft. (d.v.)

The Mission (2b).

You’re pinched (2b).

Sock and Run (2b).(d.v.)

Keep off the Grass ( ?b).

You’re Under Arrest ( ?b).

Friend, Husband (1b).

Springtime Saps (2b) – R : Les Godwin – I : Marvin Lobach.
« C’est une des comédies les plus osées jamais réalisées. Dans une scène, un personnage montre un doigt dressé sans équivoque à Snub. Dans la dernière séquence, il conduit un taxi tandis que M. Lobach partage le siège arrière avec une vendeuse de bas. Elle montre à ce dernier plusieurs jambes de mannequin portant ses articles ; Snub réagit violemment lorsque les jambes dépassent des vitres du taxi... Apparemment, la commission Hay ne contrôlait pas les courts métrages indépendants aussi bien que les longs métrages » (R.M. Roberts, « Past Humour, Present Laugh » in Classic Images, n° 207, sept. 1992, p. 27).

FILMS PARLANTS :

1936

30Columbia (rôles secondaires seulement) :

12.4 – Aw Tang Ay Go (2b) – R : Del Lord – I : El Brendel, Phyllis Crane, Bud Jamison.

1943

15.1— His Wedding Scare (2b) – R : Del Lord – I : El Brendel, Louise Currie, Monte Collins, Vernon Dent, Chester Conklin, Charles « Heinie » Conklin.

3.9 – Quack Service (2b) – R : Harry Edwards – I : Una Merkel, Gwen Kenyon, Monty Collins, Vernon Dent, Blanche Payson, Bud Jamison.

22.10 – The Garden of Eatin’ (2b) – R : Harry Edwards – I : Slim Summerville, Chester Conklin, Vernon Dent, Bobby Larson.

18.11 – Phony Express (2b) – R : Del Lord – I : Les Trois Stooges, Bud Jamison.

3.12 – He Was Only Feudin’ (2b) – R : Harry Edwards – I : Andy Clyde, Bill Henry, Barbara Peppers.

1944

3.4 – Defective Detectives (2b) – R : Harry Edwards – I : Harry Langdon, El Brendel, Christine McIntyre, Vernon Dent, Eddie Laughton, John Tyrrell, Dick Botiller.

4.3 – His Tale Is Told (2b) – R : Harry Edwards – I : Andy Clyde, Christine McIntyre, Ann Doran, Vernon Dent, Bud Jamison, Charles « Heinie » Conklin. 8.12 – Heather and Yon (2b) – R : Harry Edwards – I : Andy Clyde – Isabel Withers, Vernon Dent, Jack Norton.

1945

19.1 – Three Pests in a Mess (2b) – R : Del Lord – I : Les trois Stooges, Christine McIntyre, Vernon Dent, Charles « Heine » Conklin.

17.3 — Booby Dupes (2b) – R : Del Lord – I : Les trois Stooges, Rebell Randall, Vernon Dent, John Tyrrell. 18.5 – Wife Decoy (2b) – R : Harry Edwards – I : Hugh Herbert, Christine McIntyre, Charles Dorety.

1946

20.6 – Monkey Businessmen (2b) – R : Edward Bernds – I : Les trois Stooges, Kenneth McDonald, Fred Kesley, Jean Donahue. 19.9 – Society Mugs (2b) – R : Edward Bernds – I : Shemp Howard, Tom Kennedy, Christine McIntyre, Rebel Randall, Vernon Dent, Charles William.

1952

4.7 – Gents in a Jam (2b) – R : Edward Bernds – I : Les trois Stooges, Emil Sitka, Dany Sue Nolan.

T.O.N.I.

Rien à louer (2/1921)
Sc. : « Après une interminable chasse à l’“home”, H.P. n’aura même pas la consolation de devenir l’heureux locataire d’une niche à lapins qu’un malin vient de racheter avec le mobilier. Heureusement, sa femme est plus pratique et une tente hospitalière, dressée en pleine campagne, leur donnera un abri provisoire » (C.C., 22/2/1921).

Deux bons maris (5/1921).
Sc. : « Le ménage de H.P., subissant la loi du plus fort, manque totalement d’équilibre. Le plus fort, c’est Madame par le pouvoir qu’elle exerce sur Monsieur. Elle en use et abuse. Le pauvre H.P. n’est plus qu’un fantoche sans volonté. À l’étage»  supérieur» habite»  un»  autre ménage dans lequel Madame a suivi l’exemple de son amie. Lors d’une visite du père de H.P., qui rit de la faiblesse de son fils, tout menace de changer et ces dames commencent à filer doux. Cela durera jusqu’à la visite du père de Mme H.P., lequel est un athlète complet qui entend protéger sa fille. La victoire reste à ces dames... jusqu’à la prochaine escarmouche » (C.C., 21/5/1921).

Beaucitron et le chapeau gris (7/1921).

Beaucitron bon juge (8/1921).

Beaucitron divorce (8/1921).

Un fameux notaire (9/1921).
Sc. : « H.P. devenu notaire nous fait assister à de nombreuses mésaventures dont le premier témoin est son premier clerc Camouflet, lequel, règle les affaires courantes de l’étude, et la cause, sa femme, Mme Beaucitron, ancien prix de beauté, qui, ayant encore des prétentions, se mêle d’être jalouse. H.P., à vrai dire, lui en donne maintes fois l’occasion et» les» querelles» de» ménage» sont fréquentes » (C.C., 24/9/1921).

Beaucitron impresario d’occasion (12/1921) – I : Ernie Sunshine Morrison.

Beaucitron fait un tour au bois (2/1922) – I : Ernie Sunshine Morrison.
Sc. : « H.P. est généralement voué aux mésaventures les plus saugrenues : cette fois, cependant, son tour au bois semble lui être favorable puisqu’il sauve une jeune fille charmante des entreprises un peu hardies d’un galant et gagne le cœur de la belle malgré ses bévues. Pour une fois, l’amour est aveugle et H.P. en profite. À moins que le noir lui porte bonheur et que son domestique l’Afrique soit sa mascotte ! » (C.C., 25/2/1922).

Le Double Enlèvement (1b) (7/1923).

Une journée à Loufoc-Plage (1b) (7/1923).

Le Galant Commandant (1b) (9/1923) – I : Marie Mosquini, Eddie Boland, Ernie Sunshine Morrison.

Enfin seuls (1b) (11/1923).

Maître chez lui (1b) (11/1923).

Beaucitron gagne le grand prix (lb) (12/1923).

Mariage de raison (1b) (1924).

Le Naufrage de Beaucitron (1b) (2/1924).

Les Fumées du whisky (1b) (4/1924).

Beaucitron cherche un filon (1b) (5/1924).
Sc. : Pour échapper à la vengeance d’une de ses meilleures amies, H.P. se déguise en femme, ce qui donne lieu à toutes sortes d’incidents assez drôles, dont une course de canots prise à l’accéléré.

Beaucitron défenseur de l’ordre (1b) (5/1924).

Beaucitron encaisse (2b) – I : Marie Mosquini (6/1924).

Beaucitron maître d’hotel (1b) – I : Bebe Daniels (6/1924).

Beaucitron professeur de boxe (1b) – I : Marie Mosquini (6/1924).

On n’entre pas.

L’Idée de Beaucitron.

Beaucitron a du flair.

Beaucitron jeune homme.

Un gendre à succès.

Beaucitron marchand de glaces.

Un parvenu.

Snub Pollard fait des économies.

Snub Pollard s’amuse.

Une prise de vues.

Beaucitron et le cyclone (When the Wind Blows [ ?], 1920) – I : Ernie Sunshine Morrison, Marie Mosquini, Eddie Boland.
Sc. : H.P., qui vit au jour le jour, s’est épris de Castagnette (M. Mosquini). Il a comme rival son frère de lait, l’indégon-flable Grasdubid (E. Boland) qui a fait fortune en ramassant des bouts de bois pour faire des cure-dents. Castagnette, ambitieuse, préfère le prétendant fortuné riche d’une belle villa et de nombreux domestiques tandis qu’H.P., vit dans une pauvre cabane. Un épouvantable cyclone survient qui emporte la cabane d’H.P. et la remplace par la fastueuse demeure de son rival. Celui-ci réclame vainement son dû. « Je suis sur mon terrain », proteste H.P., « et cette maison est donc à moi. » H.P. gagnera ainsi le cœur de Castagnette. (D’après Pathé-Programme, n° 21-24, 1922.)
Catalogue Pathé-Baby 9,5 :

Beaucitron en promenade (1b) – I : Noah Young, Marie Mosquini.
Sc. : H.P. capitaine des pompiers va retrouver sa belle pour un pique-nique. Noah Young est son rival d’amour.

Beaucitron illusionniste ou Beaucitron prestidigitateur (1b) – I : Marie Mosquini, Noah Young, Clyde Cook.
Sc. : H.P. va faire son numéro de prestidigitation avec un ami de rencontre en qualité de compère. L’ami, qui escamote la tête de H.P., escamote aussi des bijoux.» Heureusement,» H.P. indigné retrouve les bagues volées et les rend à leurs propriétaires. Il se retrouve ainsi couvert de bénédictions !
(D’après un catalogue Pathé-Baby.)

Beaucitron, plein de jus, kidnappers (1b).
Catalogue Pathescope 9,5 :

Snub the Oil Magnate (1b) – I : Marie Mosquini, James Finlayson, Noah Young. Sc. : H.P., employé par un gros propriétaire (N. Young), a du mal à se lever le matin et son patron doit utiliser des moyens mécaniques originaux pour le réveiller. Après avoir déjeuné, il va ensuite travailler dans un magasin. J. Finlayson, prospecteur, débarque pour acheter le terrain qu’il sait pétrolifère. Il essaye avec ses acolytes de dérober le titre de propriété, mais c’est H.P. qui le récupère à la fin et N. Young, reconnaissant, lui donne sa fille (M. Mosquini) en mariage. H.P. devient milliardaire. Catalogue Connaissance du cinéma : Servez chaud (Ib).

2. LONGS MÉTRAGES :

31Nous avons recensés 74 longs métrages (westerns, aventures, policiers et quelques comédies) parmi lesquels :

1930

Exflame – R : Victor Halperin. (premier L.M.) 1932

The Purchase Price – R : William A. Wellman.

Make Mc a Star – R : William Beaudine.

1936

The Gentleman from Louisiana – R : Irving Pichel.

1939

Hollywood Cavalcade (Hôtel à vendre) – R : Irving Cummings.

1940

Murder on the Yukon – R : Louis Gasnier. 1945

Kitty (La duchesse des bas-fonds) – R : Mitchell Leisen.

1946

The Kid from Brooklyn (Le laitier de Brooklyn) – R : Norman Z. McLeod.

1947

The Perils of Pauline (Les exploits de Pearl White) – R : George Marshall. Miracle on 14th Street (Le miracle de la 34e Rue) – R : George Seaton.

1948

Isn’t Romantic ?R : Norman Z. McLeod. Johnny Belinda (Johnny Belinda) – R : Jean Negulesco.

The Miracle of the Bells (Le miracle des cloches) – R : Irving Pichel.

1949

The Crooked Way (Le passé se venge) – R : Robert Florey.

The Beautiful Blonde from Bashful Bend (Mamzelle Mitraillette) – R : Preston Sturges.

1952

Limelight (Les feux de la rampe) – R : Charlie Chaplin.

Boots Malone (Vocation secrète) – R : William Dieterle.

Carrie (Un amour désespéré) – R : William Wyler.

1955

Pete Kelly’s Blues (La peau d’un autre) – R : Jack Webb.

1957

Маn of a Thousand Faces (L’homme aux mille visages) – R : Joseph Pevney.

Jeanne Eagles (Un seul amour) – R : George Sidney.

1958

Rock-A-Bye-Baby (Trois bébés sur les bras) – R : Frank Tashlin.

1960

Who Was That Lady ? (Qui était cette dame ?) – R : George Sidney.

1961

A Pocketful Of Miracles (Milliadaire pour un jour) – R : Frank Capra.

One Eyed Jacks (La vengeance aux deux visages) – R : Marlon Brando.

1962

The Errand Boy (Le zinzin d’Hollywood) – R : Jerry Lewis, (dernier film)

Notes

1 Blair Miller, op. cit., p. 197.

2 Bo Berglund, « Charlie Chaplin and Snub Pollard », in Griffithiana, n° 55-36, octobre 1989, pp. 85-91.

3 Ces pages ont été rédigées en collaboration avec Fabrice Couderc.

4 Cité par Leonard Maltin in Film Fan Monthly, juillet-août 1969, n° 97-98, p. 8.

5 La filmographie de S. Pollard repose essentiellement sur l’ouvrage de Kalton S. Lahue, World of Laughter : The Motion Picture Comedy Short, 1910-1930, University of Oklahoma Press, 1966, pp. 212-217. De nombreux compléments ont cependant été apportés.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search