Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Deuxième partie : dix célébrités

Roscoe « Fatty » Arbuckle

Texte intégral

  • 1 Robert Florey, Filmland, Paris, Ed. Cinémagazine, 1923, p. 212.

1Roscoe Arbuckle naquit à Smith Center dans l’Arkansas le 24 mars 1887, mais ses parents quittèrent rapidement cet État pour s’installer dix-huit mois plus tard en Californie où il grandit comme un vrai petit campagnard. R. Florey1 raconte qu’il était déjà très gourmand et suçait le lait directement au pis des vaches... À 4 ans, il va à l’école de Santa Anna mais se révèle un élève peu travailleur. Déjà tourné vers le monde du spectacle, il monte avec ses camarades un théâtre de marionnettes et se fait payer en nature, essentiellement des produits consommables ! Son père, alcoolique et fantaisiste, est rarement à la maison : chercheur d’or, ou de pétrole, puis employé dans un hôtel, il gagne sa vie comme il peut.

  • 2 L’essentiel de la biographie de R. Arbuckle repose sur les ouvrages suivants : Stuart Oderman, Rosc (...)

2En 18952, la troupe de Fred Bacon donne une série de spectacles à Santa Anna : Le jeune Arbuckle, qui n’a donc que 8 ans, réussit à se faire engager comme acteur pour tenir le rôle d’un petit Noir, mais il ne restera pas longtemps dans cette troupe. À 12 ans, Roscoe pèse déjà 100 kilos ; il vit à Santa Anna mais ne va pas tarder à rejoindre son frère aîné Arthur qui travaille à San José dans un hôtel avec son père. Lorsque Roscoe débarque, les deux autres membres de la famille ont disparu et, abandonné, il est employé à l’hôtel pour divers travaux (plonge, ménage). Comme il aime le chant, Roscoe se présente à des concours d’amateurs avec un certain succès. Sid Grauman, patron d’un théâtre, le remarque et l’engage à 15 dollars par semaine. Il chante, mais aussi fait l’homme à tout faire, lorsque son père retrouve sa trace et veut le ramener à la maison –, cependant, Grauman le fait débuter à San Francisco au Café Portola ; il a 17 ans et une magnifique voix de ténor. Puis Grauman le présente à Alexander Pantage qui possède plusieurs théâtres et le prend sous contrat. On le verra en particulier au Star-Theater de Portland (Orégon) où il fait le « ténor comique ». Leon Errol, directeur de l’Orpheum-Théâtre, l’engage ensuite pour jouer dans des « burlesques », mais les affaires vont mal et le théâtre doit fermer. Roscoe reste quand même dans le show-business et continue à se produire un peu partout en Californie. Il rejoint une troupe itinérante dirigée par la jeune Marjorie Rambeau et qui est spécialisée dans les classiques, puis revient au vaudeville en Californie. En 1908, il joue dans la Elwood Tabloid Musical Comedy Company, puis au Byde-A-Wyle Theater, annexe de l’hôtel Virginia à Long Beach. Il chante des chansons « illustrées » (dont les paroles sont projetées sur un écran), faisant reprendre les refrains par le public.

3C’est dans un train allant à San Francisco qu’il rencontre Minta Durfee qui fut sa fidèle compagne : elle a 18 ans et, depuis deux ans, fait du théâtre avec la Oliver Morosco Company malgré l’opposition de sa mère. Fatty tombe amoureux immédiatement et, après quelques mois, la demande en mariage d’une manière assez originale : alors qu’elle se prépare à prendre le train pour rejoindre sa famille à Los Angeles, Roscoe la suspend au-dessus des rails à bout de bras et lui demande de l’épouser. Affolée, Minta accepte, ayant en tête, aussitôt arrivée à Los Angeles, d’écrire une lettre pour rompre son engagement. Mais Roscoe ne la lâche pas et la suit dans le train ; Minta, impressionnée par cet amour fou, finit par accepter de bonne grâce ce mariage. La cérémonie avec orchestre et danseuses a lieu le 5 août 1918, sur le lieu de travail, le Byde-A-Wyle Theatre. Les deux époux sont ensuite engagés pour un mois à San Bernardino, mais Minta, atteinte d’une pleurésie, doit revenir chez ses parents. Puis Fatty signe un contrat avec Walter Reed (The Reed and Arbuckle Show) pour travailler à Bisbee (Arizona). Minta, toujours en convalescence, l’y rejoint un peu plus tard. Le pays est sauvage : les spectateurs sont des mineurs peu civilisés et la vedette, Walter Reed, lui même ne sait pas lire ! Un soir, Minta se produit sur scène et chante : un vieux mineur fasciné et amoureux lui lance des pièces d’or...

4La Compagnie Reed-Arbuckle va jouer à El Paso où, à la frontière, Fatty est amené à partager son repas avec Pancho Villa lui-même. Enfin, en 1909, les Arbuckle se retrouvent à Los Angeles où Fatty joue dans une pièce (Ruggles of Red Cap) au Morroco’s Burbank Playhouse. Le colonel Selig, fondateur des Selig Studios, lui fait tourner quelques scènes dans son ranch-studio. Cet essai sera sans lendemain car Roscoe n’apprécie pas les rôles qu’on lui donne. Il repart donc en tournée. Engagé par Ferris Hartman en 1910 pour faire du music-hall, il jouera à Chicago, puis, après quelques échecs, Hartman lui propose une tournée en Orient pour jouer Le Mikado. Minta et Roscoe s’embarquent pour un long voyage : Honolulu, Tokyo, Shanghai, les Philippines, et retour enfin à Los Angeles.

5Minta trouve un petit engagement, mais Roscoe est au chômage. Dans un tramway, il tombe sur Fred Mace, une des vedettes de la Keystone, qui lui propose de venir travailler avec Sennett. La rencontre avec ce dernier sera décisive pour son avenir. Mack devine immédiatement qu’il pourra tirer de ce gros bébé aux yeux malins des effets comiques irrésistibles. Il parvient à le convaincre de faire sa carrière dans le cinéma. Roscoe apparaît pour la première fois dans The Feud (1912) [non crédité] où il fait partie des fameux Keystone Cops. Mais les débuts sont peu satisfaisants et Sennett veut se débarrasser de Fatty. Mabel « Normand insiste cependant pour le garder et, très rapidement, Fatty et Mabel associés connaissent le succès. Mabel, qui en privé a baptisé Fatty « Big Otto », convainc Sennett d’embaucher sa femme Minta et va aider Fatty à construire son personnage.

6Au début de 1914, Fatty tourne son premier film avec Chaplin (A Film Johnnie) ; cinq autres suivront la même année. Cependant, Roscoe commence à s’intéresser à la mise en scène : à partir de Barnyard Flirtations (distribué en mars 1914), Roscoe, parfois assisté par Eddie Dillon, va réaliser lui-même tous ses films à quelques exceptions près (les films avec Chaplin, Mabel’s New Job et The Little Teacher). Son neveu Al St. John (en France, « Picratt ») qui l’a rejoint est régulièrement son partenaire.

7Lorsque la Triangle-Keystone est fondée, Fatty gagne 500 dollars par semaine comme Mabel. Dévoué, il participe à des soirées de bienfaisance pour des orphelinats et, lorsque la Keystone est attaquée pour la vulgarité de ses productions, il lit en public cette vertueuse déclaration :

  • 3 Cité par Suart Oderman, op. cit., p. 79.

8« Je ne tournerai jamais rien qui puisse offenser les convenances, que ce soit à l’égard des enfants ou des adultes... Mes films sont produits par des mains propres, par conséquent avec la conscience tranquille qui, comme la vertu, est sa propre récompense. Rien ne peut me faire plus de peine que d’entendre des mères dire : “N’allons pas là aujourd’hui, Arbuckle joue et ce n’est pas pour les enfants.” Je veux qu’elles aient toujours une autre opinion de moi, car aussi longtemps que je pourrai plaire aux enfants, je ne me soucierai pas de savoir ce qui amuse leurs aînés3. »

9Mais ce discours hautement moral dissimule une vie assez agitée : Fatty boit beaucoup et organise des soirées peuplées de jolies starlettes. Minta, qui faillit perdre son bras pendant le tournage de Dirty Work in a Laundry, fait de son côté une carrière très honorable, mais souffre beaucoup des écarts de conduite de son mari : depuis 1915 la séparation entre les époux est effective bien qu’ils continuent à tourner ensemble. Cependant, en 1916, apparaît sa remplaçante, Alice Lake, transfuge de l’Universal et qui d’ailleurs ressemble beaucoup à Minta. Elle a dix ans de moins que Fatty, qui semble très amoureux.

10C’est alors que Joseph Schenck propose à Roscoe de travailler pour une nouvelle compagnie, la Comique Film Corporation, dont les films seront distribués par Famous Players-Lasky de Paramount. Il offre à Fatty un mirifique contrat : un salaire annuel pouvant atteindre un million de dollars par an, un pourcentage sur les recettes, et surtout le contrôle total de ses films (scénario, acteurs, réalisation). Après avoir longuement hésité, car Sennett le supplie de rester dans son équipe, Fatty accepte et annonce la nouvelle à Minta, lui promettant de la caser aussi chez Schenck, ce qu’il ne fera pas. Le couple est définitivement détruit, bien que le divorce n’ait pas été prononcé. C’est à cette époque que Fatty est victime d’un abcès au genoux qui le maintient chez lui et le fait horriblement souffrir. La drogue et l’alcool l’aident à supporter la douleur, mais il doit se faire hospitaliser pendant trois semaines pour sauver sa jambe. Cependant, il convient d’éviter toute publicité pour ne pas inquiéter la Paramount.

11Début 1917, amaigri – il est passé de 124 à 87 kilos –, il peut enfin paraître en public à l’hôtel Alexandra à Los Angeles afin de lancer une campagne publicitaire pour sa nouvelle compagnie avec le slogan : « Il vaut plus que son poids en rires ! » La tournée qu’il doit effectuer dans tous les États-Unis est un vrai calvaire et Fatty, mal remis, doit avoir encore recours à la drogue. Le premier film à la Comique sera The Butcher Boy (1917). Un certain Buster Keaton y débute ; ce garçon de 21 ans est présenté par Lou Anger, un des agents de la Paramount. Roscoe, à peu près guéri, engage Keaton avec qui il tournera quinze films. Fatty constitue ainsi une équipe très soudée et fort talentueuse avec son neveu Al St. John, le petit Canadien Joe Bordeau (ou Bordeaux) et Alice Lake.

12Fatty et Minta, qui, pour la presse, feignent d’être réconciliés, sont maintenant installés ensemble en Californie dans la luxueuse villa qui avait appartenu à Theda Bara. C’est le succès, la gloire et la fortune. Il mène une vie un peu agitée, se fait construire une voiture de 400 000 francs, donne des réceptions à San Francisco, Tia-Juana ou Hollywood. Le 6 avril 1917, les États-Unis entrent en guerre et Keaton est mobilisé. Minta abandonne sa belle maison et s’enfuit à New York ; ce départ affecte beaucoup Fatty qui ne veut toujours pas divorcer. En avril 1919, Keaton démobilisé revient vers Fatty par loyauté malgré les offres généreuses de la Fox. Mais après The Garage (1920), Fatty et Keaton se séparent : Keaton va assurer la direction de la Comique Films tandis que Roscoe, qui veut passer aux longs métrages, va travailler pour Adolphe Zukor de la Paramount. Molly Malone remplace Alice Lake qui va à la Metro, tandis que Fatty continue à aider financièrement Minta, sans travail à New York.

13Roscoe tourne son premier film dramatique, un western (The Round Up, 1920), où il incarne un shérif nommé Slim ( !), aux prises avec les Indiens de l’Arizona (dont Buster Keaton, figurant anonyme). Minta a signé un contrat de cinq films pour la Truart Pictures, sous la direction d’une ancienne vedette comique, Billy Quirk (connu en France sous le nom de Billy). Cependant, Fatty fait un voyage triomphal en Europe : en décembre 1920, il est à Paris et 4000 personnes l’attendent près de l’immeuble du journal Le Matin. À son retour, il tourne Brewster’s Millions (1921).

14Le 3 septembre 1921, Fatty, accompagné de deux copains (Lowell Sherman, un acteur de chez Griffith, et Fred Fischback, ancien des Keystone Cops et maintenant réalisateur chez Sennett), fait la fête à l’hôtel St. Francis de San Francisco. Malgré la prohibition, on boit sec pendant tout le week-end. Le lundi matin, débarquent deux filles : Maude Delmont (un mannequin) et Virginia Rappe qui avait débuté chez Sennett, fiancée du producteur-réalisateur Henry « Pathé » Lehrman. Puis deux autres arrivent : Zey Prevon (danseuse de son état) et Alice Blake, une collègue de Maude. Après avoir déjeuné et beaucoup bu, Virginia Rappe, qui avait la réputation de supporter mal l’alcool, commence à se déshabiller dans une crise d’hystérie dont elle était, dit-on, coutumière. Elle s’enferme dans la salle de bains où Fatty la rejoint et reste avec elle un quart d’heure environ. On ne saura sans doute jamais ce qui se passa pendant ces quinze minutes. V. Rappe se plaignit d’avoir été battue et violée. Hospitalisée, elle va mourir de péritonite quelques jours plus tard, le 9 septembre. Les rumeurs les plus sordides circuleront. Fatty est inculpé de meurtre à la suite d’un « rapport sexuel forcé et violent ». Les journaux et les ligues de décence se déchaînent contre Fatty. Lehrman jure de le tuer s’il est acquitté, mais, six mois après le drame, consolé, Lehrman se marie avec Jocelyne Leight, une jolie starlette. Minta et sa mère viennent à l’aide de Fatty. À la suite d’une enquête où de nombreuses contradictions apparaissent, Fatty est inculpé, mais laissé en liberté provisoire sous une caution de 5 000 dollars. Il était au sommet de sa popularité et, soudain, ses films sont boycottés ou interdits.

15Au cours du procès (novembre 1921), la charge de viol n’est pas retenue, étant donné la conduite passée de V. Rappe. L’éclatement de la vessie, qui a entraîné la péritonite mortelle, est attribué soit à la syphilis dont était atteinte la jeune femme, soit à une tentative d’avortement peu de temps auparavant. Le jury, cependant, n’arrive pas à s’entendre pour un verdict (dix voix pour l’acquittement et deux pour la culpabilité) et un deuxième procès a lieu le 9 janvier 1922 qui va donner un verdict exactement opposé (dix voix pour la culpabilité et deux pour l’acquittement). Il faut donc un troisième procès qui aura lieu en mars 1922. La malheureuse victime sera chargée de tous les vices et Fatty sera acquitté après une courte délibération (six minutes !). Chaplin et Keaton, qui l’on toujours soutenu, le félicitent. Malgré ce verdict qui innocente Fatty, Adolphe Zukor refuse de le faire tourner. Keaton lui apporte une aide financière et, en août 1922, Fatty va faire une tournée en Europe où l’accueil est bon : Londres, puis Paris où il va s’incliner sur la tombe du Soldat inconnu. À son retour, Fatty annonce que, comme le lui suggère Keaton, il va se consacrer à la mise en scène sous le pseudonyme de William B. Goodrich. À 1 000 dollars par semaine, il tourne des films généralement en deux bobines avec comme vedette L. Hamilton, Al St. John, Lupino Lane ou Eddie Cantor. Minta et Roscoe divorcent à la fin de l’année 1923, car Fatty est amoureux de Doris Deane, une liaison qui a commencé pendant l’un de ses procès.

  • 4 Robert Florey, op. cit., p. 221.

16Fatty et Doris se marient le 16 mai 1925 à San Marino (ils divorceront en août 1928). Mais Fatty se remet à boire et sa carrière de metteur en scène est stoppée alors qu’il dirigeait Marion Davies (l’amie de Randolph Hearst) dans The Red Mill. En 1927, il refait du théâtre en tournée, puis à New York, jouant en particulier une pièce intitulée Baby Mine avec un débutant nommé Humphrey Bogart. En mars 1927, Fatty ouvre un night-club à New York, le Roscoe Arbuckle’s Plantation Café, mais il y est seulement employé comme « supervisor-host ». Le club marchera jusqu’à la crise de 1929. Educational lui offre alors de tourner quelques courts métrages comme réalisateur, sous son vrai nom. En mai 1932, il remonte sur scène à New York au Palace Theatre pour faire du vaudeville, puis se remarie le 21 juin 1932 avec l’actrice Addie Oakley Dukes McPhail. En août, il signe un contrat comme acteur à la Vitaphone pour des courts métrages en 2 bobines. Ce sera sa dernière apparition sur les écrans. Il a beaucoup de mal à tourner des scènes un peu physiques (galopades, etc.) et le 28 juin, pendant le tournage de In the Dough, il est obligé de rentrer au Park Central Hotel avec sa femme. Il décédera dans la nuit. C’était aussi, d’après Florey4, un pianiste de valeur et un écrivain plein d’humour : il aurait publié dans un journal américain des « Souvenirs fantaisistes », en particulier une adaptation des exploits de Baron de Crac.

FATTY, ANGE PERVERS OU DÉMON DÉRISOIRE

17Dans l’univers fantasque du cinéma burlesque évoluent aussi quelques personnages traditionnels et fondamentaux – tout comme Arlequin dans la commedia dell’arte – qui sont aussi nécessaires au succès de l’entreprise que les tartes à la crème ou les Ford en folie. Les « gros » (les « heavies ») font partie de cette indispensable cohorte. Par ailleurs, il est loisible de classer ces éléments de poids en sous-ensembles relativement homogènes bien que leurs limites semblent quelquefois fluctuantes. Nous distinguerons d’abord les Hercules Malfaisants, partie intégrante de la vaste confrérie des « vilains » de tout poil, puis les Obèses Niais qui appartiennent à la grande famille des débiles ridicules, loucheurs, avortons et demeurés... et enfin la catégorie subtile des Gros Malins : souvent mal dégagés de l’enfance, ils affichent parfois une sexualité incertaine mais exacerbée, jetant un trouble évident dans l’esprit du spectateur.

18Chaque type de « gros » joue un rôle bien défini dans le déroulement de la comédie burlesque : les premiers, en tant que « méchants », déclenchent l’événement (enlèvement, vol, rixe), moteur de l’action ; les deuxièmes constituent une inépuisable source de gags souvent cruels, mais efficaces et libérateurs, qui jouent sur l’opposition entre le surdéveloppement physique et le sous-développement mental de ces personnages ; enfin, les tenants de la dernière catégorie inspirent des situations comiques particulièrement fécondes comme nous le verrons plus loin.

19Le « gros », par l’espace qu’il occupe, permet de mettre en valeur le héros, personnage le plus souvent mince et souple dont le prototype est évidemment Chariot. Dans cet esprit, les classiques combats entre David et Goliath, sont légion. Le « gros » reste donc condamné a priori à jouer les faire-valoir, les seconds couteaux. Pourtant, certains – fort rares, il est vrai – ont réussi, grâce à leur forte personnalité, à dépasser ce stade et à devenir des étoiles à part entière. Roscoe « Fatty » Arbuckle est peut-être le seul à avoir su réaliser cette conversion. Certes, d’autres (Mack Swain, Walter Hiers, Hughie Mack) ont été la vedette de séries, mais ils ne peuvent prétendre rivaliser avec les grands maîtres du burlesque. Lloyd Hamilton, véritable auteur lui aussi, créateur d’un personnage original, ne peut être classé que dans les « demi-gros ». Quant à Oliver « Babe » Hardy, il n’accéda à la notoriété que grâce à son association avec Stan Laurel. Chaque maison de production se devait donc de s’attacher par contrat un ou plusieurs comédiens dépassant les 100 kilos et appartenant à l’un ou l’autre des sous-ensembles énumérés plus haut. Ainsi, dans la première catégorie (les gros méchants), on trouve Eric Campbell (pour la Mutual), prototype parfait de la grande brute qui fit de Chariot son souffre-douleur. Avec lui, Joe Roberts (Metro Picture), partenaire de Keaton, Noah Young (Hal Roach) bien qu’il n’atteigne peut-être pas tout à fait le quintal fatidique, le Hardy des débuts (Lubin, Vitagraph) aux sourcils broussailleux, l’éléphantesque Frank Alexander (Vitagraph également), le chauve barbu Kalla Pasha, Vernon Dent, machiavélique bourreau de Langdon, Kewpie Morgan (tous trois chez Sennett).

20Parmi les gros plus ou moins inoffensifs et simples d’esprit, bons vivants, gaffeurs ou coléreux, citons Wayland Trask (compagnon de Sennett), Hughie Mack (Vitagraph), Marvin Lobach qui débuta chez Sennett et fut ensuite le partenaire de Snub Pollard en fin de carrière, Walter Hiers, au visage rubicond, de l’équipe d’Al Christie. Enfin, le prototype du troisième groupe est évidemment Roscoe « Fatty » Arbuckle. À ses côtés nous placerons Lloyd Hamilton, avec les réserves exprimées plus haut concernant son poids, sans doute insuffisant, mais dont le comique rappelle par certains aspects celui de Fatty. Quant à Mack Swain (Ambroise), vedette de la Keystone déjà citée, les rôles de sa longue carrière peuvent s’inscrire tour à tour dans ces trois catégories : tantôt brutal, tantôt naïf et benêt, tantôt hypocrite (notamment dans The Pilgrim, 1922)... Ajoutons à cette liste un « petit gros », le jeune Joe Cobb de l’équipe des Little Rascals « Our Gang », qui sans conteste se classe parmi les malins.

21Le public avait d’ailleurs une certaine tendresse pour ces « gros », si bien que dans les années 1925-1928, un groupe de trois bedonnants personnages s’assembla pour tourner les Standard Comedies (en France : « Les trois Fatty »). Ce groupe, formé de Frank Alexander (ancien de la Vitagraph), Hilliard Karr et Kewpie Ross, figura dans 36 films et connut une certain audience.

22À la Keystone, le succès de Roscoe Arbuckle – baptisé Fatty contre son gré – est presque immédiat. Après une courte période d’apprentissage, le voici en vedette, dirigé par Sennett ou Lehrman. Quelques mois plus tard, il est metteur en scène et scénariste de ses films, bref, auteur complet. Cette carrière de créateur durera relativement peu : on peut estimer qu’elle débute en mars 1914 avec Barnyard Flirtations – sa première réalisation – et se termine en janvier 1920 avec The Garage. Par ailleurs, les quelques longs métrages qui suivirent sont généralement considérés comme très inférieurs à ses « shorts ». Lorsqu’éclate le scandale Virginia Rappe en septembre 1921, Fatty a donc terminé son œuvre de créateur : 82 films en une ou deux bobines (61 avec Mack Sennett et 21 pour la Comique) en moins de six ans.

  • 5 David A. Yallop, op. cit., p. 60.

23À la vision des films de Fatty, on est tout d’abord frappé par le contraste entre cette énorme masse de chair et l’étonnante souplesse de ses moindres gestes. Fatty occupe l’espace avec élégance et autorité : ses bras sont ceux d’un jongleur, ses mains celles d’un prestidigitateur, ses jambes celles d’un danseur. Il faut le voir (dans Fatty Tintype Tangle, 1915, entre autres) la poêle à la main, lancer les crêpes et les rattraper dans le dos avec la précision d’un artiste de cirque ou bien, dans le même film, envoyer, d’un coup de pied ajusté, son melon se poser sur son crâne. Ambidextre et très adroit, Fatty était un grand spécialiste du lancer de tartes à la crème : d’une précision absolue à dix mètres, il ne ratait jamais son coup et, dans un double élan, pouvait même bombarder dans deux directions opposées5...

24Voici donc un personnage en décalage complet avec lui-même, un poids lourd-léger, un contre-sens vivant. L’association de ses traits fins et presque féminins, au sourire parfois câlin, tantôt coquin, qu’éclairent ses yeux vifs et charmeurs, avec l’imposante masse du corps surprend le spectateur étrangement. Ce corps disproportionné d’adulte est pourvu d’une tête enfantine. Cette dualité physique enfant-adulte se complique d’une autre, liée cette fois à la sexualité encore imprécise de l’enfant : est-il homme ou femme ? Fatty oscille perpétuellement entre ces deux pôles, quel que soit son rôle, masculin ou féminin. En effet,_presque aussi souvent que Stan Laurel, Fatty sera conduit à se travestir, mais aussi à incarner des rôles féminins comme dans The Sky Pirate (1914) et l’excellent Miss Fatty’s Seaside Lovers (1915) ou Love (1919). C’est sur cette double ambiguïté, que Fatty pousse à son paroxysme, que s’appuie le ressort de la comédie. Fatty sera par exemple traité comme un enfant par la mégère qu’il a épousée (Fatty’s Chance Acquaintance, 1915) ou par une belle-mère envahissante (Fatty’s Tintype Tangle, 1915). Dans le premier film cité, il se comporte avec sa femme en gamin irresponsable et voleur (il lui dérobe son sac pour payer à boire à son flirt) ou vicieux (soulevant ses jupes avec sa canne) ; lorsque son épouse le confond, il prend des mines d’enfant contrit et se laisse emmener, une canne accrochée à son cou, comme en laisse. Lorsqu’elle lui demande de l’embrasser sur la joue, Fatty s’essuie vigoureusement la bouche. Est-elle sa femme ou sa mère ?

25Cette situation de mésentente avec une épouse tyrannique se retrouve dans bon nombre de comédies de Fatty : dans The Sea Nymph (1914), son épouse et sa belle-mère l’empêchent de séduire Mabel ; dans Fatty and Minnie-He-Haw (1914), c’est une grosse squaw amoureuse de notre héros qui l’empêche de retrouver Minta Durfee ; c’est encore une épouse acariâtre qui vient perturber l’idylle de Mabel avec Fatty... au cours d’une lessive (Mabel’s and Fatty’s Wash Day, 1915) ; dans Fatty’s Reckless Fling (1915), il essaye tout au long du film d’échapper à l’emprise de son énorme femme ; une belle-mère envahissante gâche la vie de Fatty dans That Little Band of Gold (1915) ; Foiled by Fido (1915) met en scène une mère abusive qui ne pourra cependant pas l’empêcher de sauver la jolie Josephine Stevens ; c’est encore une belle-mère qui par son autorité et sa jalousie excessive sera le moteur de Fatty’s Tintype Tangle (1915) : exigeant d’être embrassée tout comme son épouse, se faisant servir à table ou aider à mettre une robe, la belle-mère joue le rôle d’une « épouse-bis » entièrement négative et Fatty, rendu hardi par une gorgée d’alcool, se révolte, brise les assiettes, les croque, démonte le porte-manteau au cours d’une séquence de défoulement vengeur très significative. Enfin, citons Fatty at Coney Island (1917) dont le début, particulièrement caractéristique, nous montre Fatty sur une plage : il joue tout d’abord avec une pelle et un seau comme un enfant, puis, pour échapper à sa femme, s’enterre dans le sable tout en la surveillant à l’aide d’un périscope.

26Mères, belles-mères ou épouses, sont dotées d’un physique ingrat et ont la gifle facile. Fatty est leur victime et triomphe rarement de leur agressivité. Il est vrai que, par ses mimiques et ses attitudes puériles, il suscite un certain sadisme qui est aussi la revanche du sexe dit faible contre le mâle. Pour Fatty, le mariage ne constitue donc pas généralement une « happy end » mais, malgré cela, la femme reste un des puissants et sérieux attraits de sa vie. Cette philosophie est tout entière résumée dans un plan que souligne l’intertitre final de Fatty at Coney Island (1917) : « La femme étant la cause de tous les maux, ils (Fatty et Al St. John) renoncent à s’intéresser à celles-ci » ; mais l’image suivante voit passer une jolie fille et les deux compères la suivent sans barguigner. Cependant, il serait inexact de laisser croire que Fatty n’est jamais heureux en mariage : dans bon nombre de films, et sans doute pour des raisons commerciales, il file un amour paisible avec Mabel ou Minta, quiétude qui sera perturbée par un événement aussi imprévisible que l’intrusion d’une petite guenon qui a échappé à un saltimbanque (Mabel’s and Fatty’s Married Life, 1915), l’apparition d’un rival et escroc (Love in Armor, 1915) ou d’un élégant citadin (Mabel’s and Fatty’s Simple Life, 1915), la jalousie d’un prétendant éconduit (Fatty and Mabel Adrift, 1916) ou celle d’un souteneur (The Bright Lights, 1916), ou enfin l’apparition d’un improbable sosie (The Other Man, 1916). Tous ces films se terminent classiquement par la réunion des deux amoureux à nouveau réunis ou réconciliés.

27Dans He Did and He Didn’t (1916) – film très remarquable à divers titres –, Fatty incarne un médecin bourgeois et rangé dont la jalousie éclate subitement à l’arrivée d’un camarade de classe de son épouse (M. Normand). À la suite de divers quiproquos, Fatty défenestre le suspect, essaye d’étrangler Mabel qui, pour se défendre, le foudroie d’un coup de pistolet en haut d’un escalier. Fatty et le « rival » se réveillent tous deux simultanément dans leur lit après ce cauchemar et se retrouvent devant la porte de la chambre de Mabel qui dort paisiblement. Rêve ou réalité (comme le souligne le titre du film) ? Les deux hommes ont-ils fait le même cauchemar ? Dans ce film qui alterne humour et tragédie, Fatty a laissé libre cours à ses pulsions agressives envers la femme, en l’occurrence la fragile et enjouée Mabel, victime née. Cette œuvre exceptionnelle nous présente un Fatty adulte, mais demeuré farceur, témoin ce plan où il adresse une terrible grimace à son rival.

28Dans nombre de comédies, son attirance-répulsion pour les femmes se traduit par des gestes érotiques ou surprenants qui sont généralement localisés au niveau oral ou facial. Ainsi, dans Mabel’s and Fatty’s Simple Life (1915), Mabel asperge d’un jet de lait directement jailli du pis de la vache le visage poupin de Fatty qui, jouant le jeu, se met à boire le liquide. Dans Foiled by Fido (1915), Fatty qui flirte avec sa voisine (J. Stevens) place son chien Fido devant un trou de la palissade qui le sépare de la jeune femme, et c’est sur le museau du chien que celle-ci pose ses lèvres. Dans Fatty’s Tintype Tangle (1915), la jolie Minta embrasse son mari Fatty et ce dernier se nettoie aussitôt la bouche et les dents avec son index, comme dégoûté par ce contact (Fatty reprendra exactement le même gag dans The Waiter’s Ball, 1916), et, un peu plus tard, sa belle-mère exigeant un baiser sur la joue, Fatty s’exécute et avale aussitôt plusieurs cuillerées de sucre comme pour couvrir l’amertume du geste. Mabel’s and Fatty’s Wash Day (1915) voit ce couple illégitime échanger son linge grâce à des cordes mobiles de telle façon que Fatty puisse tapoter avec satisfaction les petites culottes de Mabel qui sèchent sous son nez.

29Ainsi donc, dans la grande majorité des films qu’il a tournés pour Mack Sennett, Fatty se débat avec des problèmes conjugaux ou extra-conjugaux. On le verra très rarement occupé à un de ces petits métiers – inépuisables sources de gags – chers à Billy Bevan ou à Snub Pollard : pas de Fatty inventeur, plombier ou musicien... Quelques exceptions cependant : il sera, plus d’une fois, policier (en particulier dans Fatty Joins the Force, 1913), pompier (The Alarm, 1914), cuisinier (The Bright Lights, 1916, et The Waiter’s Ball, 1916). Dans la plupart des films de cette époque, le comique ne s’appuie pas sur des gags fondés sur des objets détournés de leur fonction originelle, ou récalcitrants, voire révoltés comme c’est souvent le cas chez Sennett. Ici, c’est le personnage de Fatty qui est à la base du comique : ses gestes, ses mimiques, ses réactions dans diverses situations (essentiellement des problèmes de couple).

  • 6 Petr Kral, Les Burlesques ou Parade des somnambules, Paris, Stock, 1983, p. 88.

30Par ailleurs, comme l’a noté Kral6, on est frappé par le rôle essentiel que joue l’élément liquide dans un très grand nombre de comédies de Fatty. La liste, certainement non exhaustive, est déjà impressionnante. Dans de nombreux cas, le film se déroule à la plage : Fatty Joins the Force (1913), Mabel’s New Hero (1913), The Waterdog (1914), A Bath House Beauty (1914), The Sea Nymphs (1914), Miss Fatty’s Seaside Lovers (1915), Fickle Fatty’s Fall (1915), Fatty and Mabel Adrift (1916), Fatty at Coney Island (1917) ; quelquefois, l’histoire se clôt par une chute (collective ou non) dans l’eau : A Noise from the Deep (1913) – Mabel tombe dans un lac – Fatty’s Day Off (1913) – en chaise à roulette, Fatty termine sa course dans la mer –, A Rural Demon (1914) – final dans une rivière –, The Knock Out (1914) – Fatty entraîne avec lui les Keystone Cops dans l’océan –, The Rounders (1914) – à la fin, Chariot et Fatty s’enfoncent lentement dans un lac –, Mabel’s and Fatty’s Simple Life (1915) – Fatty termine le film au fond d’un puits –, Fatty’s Reckless Fling (1915) – pour échapper à sa femme, Fatty s’immerge complètement dans sa baignoire –, Miss Fatty’s Seaside Lovers (1915) – Joe Bordeau, l’avorton-soupirant, est expédié dans les flots par Fatty, turbulente héritière, tandis qu’auparavant cette dernière, au fond des eaux, lançait de déchirants appels –, Fatty’s Tintype Tangle (1915) – Fatty et E. Kennedy finissent le film au fond d’un tonneau rempli d’eau Sans oublier les arrosages par diverses substances (eau, lait, etc..) comme dans Mabel’s and Fatty’s Simple Life (1915).

31Sans faire une psychanalyse par trop élémentaire de notre héros, cette fascination pour l’élément liquide inspire quelques réflexions : cette quête désespérée de l’eau, source et mère de toute vie, suggère un manque affectif certain, un retour vers la mère. L’eau, refuge ultime où Fatty vient enfin trouver la paix, lui permet d’échapper aux persécutions des personnes du sexe opposé. Cette recherche du sein maternel pourrait provenir d’une enfance difficile entre un père absent et une mère probablement surprotectrice (cf. la biographie de Fatty). Cette obsession de l’eau existe déjà chez Sennett : le Canadien (cf. biographies de Sennett et de M. Normand), qui ne se maria jamais, fut lui aussi victime d’une mère autoritaire et castratrice.

  • 7 Francesco Ballo, « Omaggio a un censurato permanente, Roscoe Fatty Arbuckle », in Griffithiana, (...)

32Enfin, Ballo7 a souligné avec juste raison le travail original de Roscoe Arbuckle metteur en scène en insistant sur le rythme spatio-temporel de certains montages. C’est le cas notamment de Fatty’s Rectos Fling (1915) et de Fatty’s Chance Acquaintance (1915). Dans ce dernier, remarquable par sa construction, un montage parallèle alterne Fatty assis sur un banc avec son épouse-épouvantail et le couple Frank Hayes – Minta Durfee assis sur un autre banc ; puis, toujours dans le même décor, les couples s’échangent et tandis que l’un d’eux (Minta-Fatty) se déplace dans un café, F. Hayes (le voleur) est poursuivi par divers personnages (flic, Mme Fatty) ; enfin, les quatre protagonistes se trouvent réunis dans la scène finale. He Did and He Didn’t (1916), qui paraît l’un des films de Fatty les plus achevés techniquement, étonne en particulier par la rigueur des cadrages : un plan digne de Lubitsch montre Fatty assis sur un canapé entre Mabel et W. Jefferson, le rival ; ces trois personnages exécutent alors de multiples jeux de tête pour se voir ou se faire écran. Des éclairages très travaillés (pendant le dîner, le foyer illumine la partie gauche du cadre ; plus tard, le cabinet du docteur éclairé seulement par une lumière extérieure...), très inhabituels dans le cinéma burlesque de cette époque, contribuent à créer le climat semi-cauchemardesque recherché.

33Dans la période « Comique Films », Fatty, entouré d’une excellente équipe de comédiens (en tête Keaton et Al St. John), tourne une série de films beaucoup plus élaborés sur le plan technique. Hélas, sur les vingt et un films réalisés au cours de ces années, quatre ou cinq seulement sont facilement accessibles. Tout jugement définitif est donc imprudent. À la lecture des scénarios – qui ne sont pas toujours signés par Roscoe Arbuckle –, ce dernier semble abandonner peu à peu le personnage victime du sexe faible décrit plus haut et adopter l’image plus classique d’un grand enfant débrouillard, toujours attiré par les jolies filles. Les gags « professionnels » (issus du cerveau fécond de quelques gagmen) abondent, distribués équitablement aux différents protagonistes du film : Fatty n’est plus la vedette unique de ces comédies. Al St. John et surtout Keaton font davantage rire que Fatty, ce qui conduit à un certain déséquilibre. Ces films perdent ainsi l’homogénéité qu’ils avaient dans la période Sennett.

34Le personnage de Fatty est donc complexe. Si son visage androgyne souligne un choix difficile entre les deux sexes, sous son enveloppe ample se cache à la fois un adulte et un enfant. Ses œuvres se ressentent profondément de ces contradictions internes : d’un film à l’autre ou dans un même film, Fatty passe de la comédie burlesque au drame. Ainsi, dans Fatty and Mabel Adrift (1916), une longue séquence très réaliste montre le célèbre couple dans un bungalow à la dérive sur l’océan ; Fatty et Mabel surnagent péniblement, agrippés au bois de lit... La scène, jouée sans grimaces ni gesticulations excessives, engendre chez le spectateur une angoisse réelle. Immédiatement après, et dans le plus pur style Sennett, se déroule une classique poursuite à laquelle participe la « Water Patrol », un couple de vieillards en chemise de nuit pédalant sur un tandem et le chien sauveteur Fido... Ces deux aspects coexistent très souvent, le burlesque prenant presque toujours le dessus comme dans The Waiter’s Ball (1916), un des derniers films tournés pour Mack Sennett et dont l’esprit est purement slapstick. Dans ce petit chef-d’œuvre, Fatty, cuisinier dans un restaurant, exploite avec bonheur le gag – souvent repris depuis, notamment par Billy Bevan dans Whispering Whiskers (1926) – du poisson qui a la vie dure : la « bête » sera abattue finalement à coups de fusil par un client dévoué ; l’assemblée tout entière s’incline alors devant la dépouille que Fatty ausculte doctement, puis il se découvre et l’emporte avec pompe dans la cuisine où... il le jette sans ménagement dans une marmite. Mais il arrive aussi que le drame prédomine comme dans He Did and He Didn’t (1916), déjà cité, qui par sa mise en scène presque expressionniste et par son scénario laisse une impression d’amertume et de malaise.

  • 8 Robert Desnos, Le Soir, 15 avril 1927.

35« Fatty, si admirable et si injustement oublié, incarnation de la férocité et du désespoir », écrivait Robert Desnos8. Oui, Fatty est féroce par réaction et pour lutter contre le désespoir de celui qui manque d’amour et recherche éternellement l’improbable femme à la fois mère et maîtresse...

FILMOGRAPHIE9

I. COMME ACTEUR ou ACTEUR ET REALISATEUR :

1909

36Selig :

1.7 – Ben’s Kid (1b) – R : Francis Boggs – I : Thomas Santschi, Harry Todd.

30.8 – Mrs Jones Birthday (1/2 b).

29.11 – Making It Pleasant for Him (1/2 b).

1910

10.10 – The Sanitarium (1b) – I : Nick Cogley, George Hernandez.

1913

21.4 – A Last Poor Yorick- (1/2 b) – R/Sc. : Colin Campbell – I : Wheeler Oakman, Thomas Santschi, Lilian Hayward.
Fatty joue le rôle d’une actrice.

37Keystone-Mutual :

29.5 – Gangsters (Fatty et le voleur) (1d) – R : Henry Lerhman – I : Fred Mace, Ford Sterling, Hank Mann, Al St. John, Nick Cogley.
Sc. : « La police est aux trousses d’une bande de gangsters, mais tous les policiers sont successivement capturés par les voleurs, déshabillés et renvoyés au poste de police dans cette tenue humiliante. A la fin, la police place un mannequin habillé en agent sur un ponton flottant et, lorsque les gangsters s’en approchent pour faire leur plaisanterie habituelle, les vrais policiers surgissent. Il s’ensuit une bataille aquatique » (Davide Turconi, op. cit., p. 153).

5.6 – Passions, He Had Three (l/2b) – R : Henry Lehrman – I : Mabel Normand, Dot Farley, Al St. John, Betty Schade, Nick Cogley, Alice Davenport.
Sc. : « Henry (Fatty), gros jeune homme de la campagne, a trois passions : les oeufs, le lait et les femmes. Il vole les œufs du poulailler, en gobe le contenu, remplit les coquilles d’eau et les remet en place. Quand la famille se met à table et que les oeufs sont cassés, le subterfuge est découvert. Le fermier installe un grand piège devant le poulailler et le couvre de foin.
Henry le voit et ne dit rien. La vache du fermier semble tout à coup ne plus avoir de lait, mais Henry se garde bien de dire qu’il lui rend secrètement visite avec une tasse. Henry et Si (A. St John ?) sont tous deux amoureux de Jenny ; cependant, Si pèse deux fois moins qu’Henry si bien que lorsqu’un conflit éclate, il a le dessous jusqu’au moment où il peut pratiquer une prise de judo et vise l’estomac de son gros adversaire. Sur le moment, Henry accepte la défaite, mais il attire ensuite Si dans le piège caché, puis ameute tout le monde pour voir le voleur capturé. » (Davide Turconi, op. cit., p. 153).

5.6 – Help ! Help ! Hydrophobia ! (1/2 b) – R : Henry Lehrman – I : Peggy Pearce, Nick Cogley.

16.6 – The Waiter’s Picnic (Mabel et le caramel [ ?]) (1b) – R : Mack Sennett – I : Mabel Normand, Ford Sterling, Hank Mann, Al St. John.
Sc. : « Louis (Fatty), chef cuisinier, et Oscar (Ford Sterling), serveur, sont tous deux amoureux de Mabel, la gracieuse caissière. Au cours d’un pique-nique offert par Oscar, cette rivalité amoureuse éclate et constitue une pomme de discorde. Mabel tombe accidentellement dans un fossé profond et Louis, en cherchant à la secourir, y tombe aussi. Oscar et les autres invités forment un chaîne humaine et retirent Mabel, mais ils laissent Louis à son triste sort. Le malheureux, au prix d’un effort surhumain, parvient presque à remonter, mais Oscar l’attend pour le refouler. Le soir, le serveur cherche encore à faire des farces désagréables au chef cuisinier, mais celui-ci se venge en lui remettant une mixture étrange qui attire sur lui les malédictions du patron. Les méthodes du chef cuisinier pour réaliser ses plats se révèlent particulièrement cocasses. À la fin, il décide de prendre une terrible revanche et de tuer son rival : il prépare un plat appétissant, le saupoudre abondamment de poison et l’offre à Oscar. Le plat présente si bien que celui-ci en fait cadeau à Mabel qui l’emporte chez elle. Louis attend que le poison ait fait son effet, puis entre dans la salle à manger pour contempler son ennemi mort.
Il le trouve au contraire se promenant tranquillement. Quand il apprend ce qui s’est passé, il bondit vers la porte et se précipite dans la rue en courant comme un dératé ; les passants et les policiers le prennent pour un fou, mais il continue sa course, poursuivi par une foule hurlante. Il arrive à la maison de Mabel juste à temps pour l’empêcher de manger le plat empoisonné, puis tombe aux mains d’Oscar qui lui inflige un châtiment mérité » (Davide Turconi, op. cit., p. 155).

23.6 – Peeping Pete (Par le trou de la serrure) (1/2 b) – R : Mack Sennett – I : Mack Sennett, Ford Sterling, Nick Cogley, Charles Avery.
Sc. : Fatty, travesti, joue la femme de M. Sennett. Ce dernier épie la fiancée de F. Sterling par un trou percé dans une palissade. Il en résulte une longue poursuite entre Mack et Ford, tout deux se mitraillant à coups de pistolet. Toute la population, Fatty et le shérif en tête, suit avec intérêt les événements pour découvrir à la fin que les deux compères fraternisent devant une bouteille de whisky.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

23.6 – A Bandit (l/2b) – R : Mack Sennett – I : Nick Cogley, Ford Sterling.
Sc. : Fatty se querelle avec son rival (F. Sterling). Il le bouscule à l’aide de son ventre imposant et fait rire l’assistance. Pour se venger, Ford se met une fausse moustache et joue au dangereux hors-la-loi. Il sera arrêté et confondu par Fatty, accompagné du shérif et de ses amis.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

30.6 – For the Love of Mabel (Pour l’amour de Mabel) (1b) – R : Henry Lehrman-I : Mabel Normand, Ford Sterling.

7.7 – Safe in Jail (1d) – R : Mack Sennett – I : Charles Avery, Ed Kennedy, Ford Sterling. 10.7 – The Tell-Tale Light (Le club des Cascamorts) (1b) – R : Mack Sennett – I : Mabel Normand, Charles Avery, Alice Davenport.
« Un club “antiflirt” veut en finir avec tous ceux qui pratiquent l’art du baiser. Mabel braque les projecteurs successivement sur chaque protagoniste » (M.P.W., vol. 17, n° 2, 1913, p. 205).

17.7 – A Noise from the Deep (Mabel au fond de l’eau) (1b)-R : Mack Sennett – I : Mabel Normand.
« C’est une œuvre terriblement cocasse qu’a réalisée ici la fameuse Keystone, spécialiste du non-sens. Le film débute par des jets de tartes, puis Mabel et son amoureux s’en vont à bicyclette. Mabel tombe dans un lac et l’amoureux court chercher de l’aide. Bob (Fatty) sauve Mabel. Mais ce n’est que le début de la comédie. Il utilise un tuyau de caoutchouc pour faire bouillonner l’eau, afin de faire croire que Mabel se trouve encore dans le lac. La police arrive à l’aide, montée sur des chevaux sauvages qui s’emballent. Très divertissant et exempt de grossièretés » (M.P.W., vol. 17, n° 4, 1913, p. 430).
Copie au musée d’Art moderne (New York).

25.7 – Love and Courage (1/2 b) – R : Henry Lehrman – I : Mabel Normand, Ford Sterling ( ?).
« Les amoureux de Mabel se trouvent en compétition dans une course. Quelques touches de vulgarité que l’on aurait pu éviter » (M.P.W., vol. 17, n° 4, 1913, p. 430).
31.7 – Prof. Bean’s Removal (Le voisin de Mabel) (1b) – R : Henry Lehrman-I : Mabel Normand, Ford Sterling.
Sc. : « Le professeur Bean (F. Sterling) assomme ses voisins en s’exerçant au cornet à pistons et au trombone. Le propriétaire essaye de lui faire abandonner sa chambre, mais il doit battre en retraite, accueilli par des coups de feu. Une équipe de policiers reçoit le même accueil. Une nuit, tandis que Bean dort, le propriétaire fait monter sa maison à deux étages sur roues et la fait remorquer par un tracteur. Bean a trouvé un adversaire digne de lui et quitte immédiatement sa chambre » (Davide Turconi, op. cit., p. 157).

11.8 – The Riot (Le complot manqué) (1b) – R : Mack Sennett-I : Mabel Normand, Ford Sterling.
« Une bobine entière est consacrée à une bagarre au cours de laquelle on lance des briques et des bombes ; la police, les pompiers et la garde nationale interviennent pour réprimer l’émeute. Tout a commencé à cause d’une vendeuse de chez Cohen à laquelle les jeunes Irlandais font des misères. Il s’ensuit une guerre raciale avec des situations d’un bon niveau comique, sans aucune vulgarité » (M.P.W., vol. 17, n° 7, 1913, p. 745).

28.8 – Mabel’s New Hero ou Fatty and the Bathing Beauties (Le héros de Mabel OH Fatty aux bains [ ?]) (1b) – R : Mack Sennett – I : Mabel Normand, Charles Avery, Edgar Kennedy.
Sc. : Fatty offre un bouquet à Mabel qui, avec ses deux copines, se moque de lui et le renvoie. Fatty revient à la charge, mais il a un élégant rival (Ch. Avery ?). On part pour la baignade et chacun s’habille dans son coin. Fatty est en maillot rayé et porte un chapeau plat. Le rival se comporte en voyeur en regardant les ombres chinoises des baigneuses : Fatty veut le corriger. Sur la plage, le rival attaque Mabel qui se défend à coups de poing, ce qui entraîne une bagarre avec Fatty. Mabel appelle un policier au secours, puis se réfugie dans la nacelle d’un ballon que le méchant rival libère. Fatty appelle les Keystone Cops à l’aide. Mabel sera sauvée et Fatty la prendra enfin dans ses bras.
Catalogue Blackhawk.

1.9 – Fatty’s Day Off (Fatty pilote de course) (l/2b) – R : Wilfred Lucas.
« Le gros Fatty effectue dans une chaise à roulettes une course très téméraire qui se termine par une chute du haut d’un ponton. Bonne comédie sans mauvais goût » (M.P.W., vol.l7, n° 10, 1913, p. 1069). Copie aux Archives Nationales du Film (Ottawa).

8.9 – Mabel’s Dramatic Career ou Her Dramatic Career (Mabel fait du cinéma) (1b) – R : Mack Sennett – I : Mabel Normand, Ford Sterling, Mack Sennett, Alice Davenport, Virginia Kirtley, Charles Avery, Mack Swain, Paul Jacobs.
Sc. : « Mabel, après s’être disputée par jalousie avec M. Sennett, paysan un peu demeuré et amoureux d’elle, débarque en ville et commence une carrière cinématographique. M. Sennett, se rendant au cinéma, la voit dans un film et tire au revolver sur le méchant qui, sur l’écran, veut la tuer. Plus tard, il s’apercevra que le “méchant” et Mabel sont mariés et ont un enfant » (Davide Turconi, op. cit., p. 159).
« Un mélange étroit de trouvailles d’un humour bien venu et d’une extrême vulgarité. De nombreuses séquences de la seconde partie pourraient être coupées » (M.P.W.,vol. 17, n° 13, 1913, p. 1393).
Catalogue Blackhawk.

11.9 — The Gypsy Queen (La reine des bohémiens) (1d) – R : Mack Sennett – I : Mabel Normand, Nick Cogley.
« Une bonne parodie dépourvue de vulgarité dans laquelle M. Normand incarne une reine gitane. Le gros Fatty est attaché à un arbre et, comme un serpent rampe vers lui, Mabel imagine des stratagèmes pour arrêter les sauveteurs. Irrésistible par instants » (M.P.W., vol. 17, n° 11, 1913, p. 1176).

18.9 – The Fatal Taxicab ou The Faithful Taxicab (1b) – R : Mack Sennett – I : Mabel Normand, Ford Sterling
Film burlesque classique dans lequel Ford Sterling, Mabel et Fatty sont victimes de nouvelles aventures.
Un comte italien est poursuivi par les Keystone Cops. Son auto tombe d’une falaise et reste accrochée dans un arbre.

22.9 – When Dreams Come True (1b) – R : Mack Sennett – I : Mabel Normand, Ford Sterling.
Copie au musée George-Eastman (Rochester).

25.9 – Mother’s Boy (1b) – R : Henry Lehrman – I : Nick Cogley, Alice Davenport, Billy Gilbert, Ed Kennedy.
« Fatty fume une cigarette au lit et met le feu à sa maison. Plus loin, plusieurs intrigues amoureuses se développent qui conduisent à une bagarre entre voisins. Deux ours poursuivent les combattants sur un poteau télégraphique. Fatty se suspend aux fils, faisant preuve d’une remarquable indifférence pour sa vie. La police arrive et les agents grimpent au poteau. Une bonne comédie riche en mouvement et en cascades, sans vulgarité » (M.P.W., vol. 17, n° 13, 1913, p. 1393).

20.10 – Two Old Tars ou The Sea Dogs (1b) – R : Henry Lehrman-I : Nick Cogley.
Sc. : « Deux vieux loups de mer en retraite vivent seuls dans une villa au bord de la mer. Tout va bien jusqu’à ce qu’une belle et avenante veuve fasse son apparition. Un des deux loups de mer tombe amoureux d’elle, transgressant ainsi une des lois traditionnelles des deux amis, tandis que l’autre lui met infatigablement des bâtons dans les roues. Il en résulte des complications et des incidents très divertissants » (Davide Turconi, op. cit., p. 161).

23.10 – A Quiet Little Wedding (Un mariage bien tranquille) (1b) – R : Wilfred Lucas – I : Minta Durfee, Charles Avery, Billy Gilbert, Ed Kennedy.
Sc. : « Tout est prêt pour un petit mariage tranquille : les invités attendent la cérémonie qui unira Fatty et la jeune fille (M. Durfee). Arrive le rival de Fatty qui veut empêcher le mariage : il s’ensuit une bataille de tartes à la crème dont le rival sort vainqueur. Il enlève la jeune mariée. Le film se termine par un final à sensations et fort divertissant au cours duquel le rival, voyant Fatty aux pieds d’une falaise, dans un accès de rage précipite la jeune mariée dans le vide. Elle finira saine et sauve dans les bras de Fatty » (Davide Turconi, op. cit., p. 161).
« Une production typique de la Keystone, mais beaucoup plus divertissante que la moyenne et contenant de nombreux traits d’humour. Le film commence par le mariage de Fatty avec une jeune fille. Le rival repoussé commence à créer quelques complications et beaucoup d’agitation. Il se retrouve en fin de film avec les autres acteurs en haut d’une falaise du haut de laquelle tombe la jeune mariée, qui reste heureusement accrochée à un arbre » (M.P.W., vol.18, n° 4,1913, p. 381).

30.10 – The Speed Kings (Mabel aux courses) (Ib) – R : Wilfred Lucas – I : Mabel Normand, Ford Sterling, Teddy Tetzlaft, Earl Cooper, Barney Oldfield, Paul Jacobs. Sc. : F. Sterling et sa fille (M. Normand) assistent à une course d’autos à Los Angeles. Le premier est un supporter d’E. Cooper, Mabel a T. Tetzlaft comme favori, d’où de nombreuses disputes. Fatty, commissaire de course, apparaît dans deux scènes : tout d’abord, il essaye de neutraliser Mabel qui manifeste dangereusement son enthousiasme en bord de piste, puis il se bat avec F. Sterling ; enfin, dans la séquence finale, il livre un vrai combat de lutte avec le même adversaire tandis que Mabel s’enfuit avec T. Tetzlaft.
Catalogue Blackhawk.

3.11 – Fatty at San Diego (Fatty à San Diego) (1b) – R : George Nichols-I : Phyllis Allen, Minta Durfee ( ?).
« Dans cette cité de Californie du Sud, on a intégré à un reportage sur la fête du Cabrillo, essentiellement une parade, quelques séquences non-sensiques. Le bain de Fatty dans une fontaine, tandis qu’il est poursuivi par un mari furieux, est particulièrement cocasse et le film plaira à de nombreux spectateurs » (M.P.W., vol. 18, n° 7, 1913, p. 737).

10.11 – The Milk We Drink (l/2b) – R : Wilfred Lucas.
Documentaire où Fatty apparaîtrait.

10.11 – A Small Town Act (1/2b) – R : George Nichols – I : Ford Sterling.

13.11 – Wine (1d) – R : George Nichols – I : Minta Durfee, Ford Sterling, Dot Farley.

24.11 – Fatty Joins the Force (Fatty policeman) (1b) – R : Henry Lehrman – I : Minta Durfee, Al St. John, Henry Lehrman, Hank Mann.
Sc. : « Fatty sauve accidentellement de la noyade la fille du chef de la police et, en récompense, est nommé policier. Un jour, tandis qu’il est en service, accablé de chaleur, il décide d’aller se baigner. Quelques jeunes filles auxquelles il avait fait la cour découpent son pantalon en lanières et lui volent le reste de ses habits. Il enfile son pantalon en lambeaux pour se couvrir au mieux et passe pour fou. Le film se termine par une poursuite cocasse. » (Davide Turconi, op. cit., p. 162).
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1.12 – The Woman Haters (1b) – R : Henry Lehrman – I : Nick Cogley.
« Deux vieux loups de mer vivent ensemble en célibataires ; ils font connaissance avec des demoiselles du voisinage. Il en résulte des commérages qui aboutissent à une dispute au cours de laquelle ces dames se crêpent le chignon : la bagarre se transforme ensuite en une mêlée générale » (M.P.W., vol. 18, n° 19, 1913, p. 1153).

8.12 – Ride for a Bride (Une course à la mairie) (1b) – R : George Nichols – I : Edgar Kennedy, Charles Avery.

17.12 – The Under Sheriff (1b) – R : George Nichols – I : Alice Davenport, Minta Durfee, George Nichols.

18.12 – Fatty’s Flirtation (Les flirts de Fatty) (l/2b) – R : George Nichols – I : Mabel Normand, Minta Durfee, Hank Mann, Ford
Sterling, William Hauber.

20.12 – His Sister’s Kids (1b) – R : George Nichols – I : les Keystone Cops.

25.12 – Some Nerve (1d) – R : Mack Sennett – I : Cecile Arnold, Dot Farley, George Nichols, Ford Sterling.

29.12 – He Would a Hunting Go (1b) – R : George Nichols – I : Grover Ligon.

1914

1.1 – A Misplaced Foot (Des pieds et des mains) (1b) – R : Wilfred Lucas – I : Minta Durfee, Mabel Normand.
« Une comédie où Mabel se met à flirter en faisant du pied sous la table. Des situations très divertissantes » (M.P.W., vol. 19, n°2, 1914, p. 174).

12.1 – A Flirt’s Mistake (1b) – R : George Nichols.
Sc. : Fatty fait la cour à un sultan qu’il a pris pour une jeune femme. Le sultan et l’épouse de Fatty n’apprécient guère : poursuites, bagarres, coups de revolver...
Catalogue Blackhawk.

17.1 – In the Clutches of the Gang (Les bandits du village) (2b) – R : George Nichols – I : Ford Sterling, Hank Mann, Al St. John, Rube Miller, Edgar Kennedy, George Jeske.
« Encore un film parodique très réjouissant où rien ne peut être pris au sérieux. F. Sterling, chef de la police, a encore plus d’ennuis que d’habitude. L’arrestation du maire et la séquence sur un bateau sont très drôles. Un comique non-sensique qui aura beaucoup de succès » (M.P.W., vol. 19, n°2, 1914, p. 173).
Fatty est un des Keystone Cops.

25.1 – Rebecca’s Wedding Day (1b) – R : George Nichols – I : Phyllis Allen, Billy Gilbert.
« Dans ce film, le gros Fatty incarne une jeune israélite. Les personnages sont très grossiers, mais les péripéties sont très divertissantes et plairont sans aucun doute à de nombreux spectateurs » (M.P.W., vol. 19, n°4, 1914, p. 414).

12.2 – A Robust Romeo (1b) – R : George Nichols.

23.2 – Twist Love and Fire (1b) – R : George Nichols – I : Peggy Pearce.
« Une comédie burlesque de Mack Sennett avec une bonne scène d’incendie qui dure jusqu’à la fin. C’est d’un grand comique, mais par instants seulement, quoique le film soit bien réalisé. Les acteurs jouent toujours dans le style Sennett. Cela plaira au public » (M.P.W., vol. 19, n°9, 1914, p. 1089).

2.3 – A Film Johnnie (Chariot fait du cinéma) (1b) – R : George Nichols – Sc. : Craig Hutchinson – I : Charles Chaplin, Minta Durfee, Virginia Kirtley, Mabel Normand, Ford Sterling, Mack Sennett.
Sc. : Chariot se fait engager pour jouer à la Keystone. Fatty joue un des acteurs de la troupe. Final avec incendie et arrosage général.

Catalogues Film-Office, Blackhawk. (d.v.)

9.3 – Tango Tangles (Chariot danseur) (1b) – R/Sc : Mack Sennett – I : Charles Chaplin, Ford Sterling, Chester Conklin, Minta Durfee.
Film improvisé dans un dancing à l’occasion d’un concours de tango. Chariot et F. Sterling se disputent les faveurs de la dame du vestiaire. Fatty incarne un musicien de l’orchestre.
Catalogues Film-Office, Blackhawk. (d.v.)

16.3 – His Favorite Pastime (Entre le bar et l’amour ou Chariot est trop galant) (1b) – R : George Nichols – Sc. : Craig Hutchinson – I : Charles Chaplin, Peggy Pearce.
Chariot se saoule dans un bar et joue les don juan. Fatty incarne un ivrogne.
Catalogues Film-Office, Blackhawk. (d.v.)

19.3 – A Rural Demon (1b) – R : Mack Sennett et Henry Lehrman.
« Le film garde une saveur campagnarde du début à la fin. On y trouve tous les types de personnage, y compris une oie susceptible. On y voit l’explosion d’une bombe, des poursuites et un dénouement où tout le monde, à l’exception de l’opérateur, finit dans une rivière. Il faut avoir envie de rire pour aller voir ce film » (M.P.W., vol.19, n° 12, 1914, p. 1526).

28.3 – Barnyard Flirtations (1b) – R : Roscoe Arbuckle.
« Parmi toutes les comédies burlesques riches en bagarres et en cascades que l’on a pu voir, celle-ci détient certainement la palme. La distribution tout entière, acteurs principaux et figurants, doit être composée d’acrobates, y compris la jeune actrice qui incarne la fille du facteur et qui a certainement bien mérité son salaire. La critique a accueilli ce film par les rires les plus cordiaux et les plus spontanés » (M.P.W., vol.20, n° 1, 1914, p. 58).
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

2.4 – Chicken Chaser ou New Yard Lovers (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : les Keystone Cops.

13.4 – A Bath House Beauty ou A Bathing Beauty (1d) – R : Roscoe Arbuckle.

9.5 – A Suspended Ordeal (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Minta Durfee.
« Cette comédie Keystone est décidément hilarante. Elle combine un humour jovial avec une pointe de farce » (M.P.W., vol.20, n°8, 1914, p. 1117).

18.5 – The Water Dog (1b) – R : Roscoe Arbuckle.
« Une comédie bien enlevée dotée d’une situation très émouvante : une petite nageuse est ramenée saine et sauve par un chien bien dressé qui la porte depuis un rocher en plein océan jusqu’à la plage. La photographie est excellente » (M.P.W., vol.20, n° 9, 1914, p. 1261).
Copie au National Film Archive (Londres).

23.5 – Where Hazel Met the Villain (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand.

28.5 – The Alarm (Fatty pompier) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle – I : Al St. John, Hank Mann, Minta Durfee.
« L’originalité de ce film, c’est qu’il a été mis en scène par Fatty : une activité de plus pour ce corpulent gentleman [...]. Le film est parfaitement réalisé et s’il y avait à la Keystone un concours parmi les metteurs en scène capables de trouver les effets les plus nouveaux et les plus absurdes, Fatty serait certainement parmi les gagnants. Dans la première bobine, on assiste à une compétition pour conquérir les primes distribuées à l’occasion de la fête annuelle des pompiers et des policiers. Ces primes sont belles et distribuées équitablement. Au matin, les pompiers reçoivent un appel. Les poteaux le long desquels ils glissent, la voiture-pompe, tous ces détails sont particulièrement bien exploités. Plus tard, tandis que la voiture-pompe circule au bord d’une falaise, les chevaux se séparent du chariot et filent. Cette séquence, comme beaucoup d’autres, a exigé les meilleurs acrobates de la Keystone pour être réalisée. La police intervient ainsi qu’une jeune fille dont le chef des pompiers et le capitaine de la police se disputent la main » (N.Y.D.M., vol. 81, n° 1851, 1914, p. 2).

11.6 – The Knock Out ou The Pugilist (Chariot et Fatty sur le ring ou Chariot arbitre) (2b) -R/Sc. : Charles Avery – I : Mack Sennett, Charles Chaplin, Minta Durfee, Al St. John, Edgar Kennedy, Mack Swain, Hank Mann, Alice Howell, Slim Summerville, Charley Chase.
Sc. : Fatty flirte avec M. Durfee, mais Al St. John veut aussi séduire cette dernière : il s’ensuit une bagarre au cours de laquelle Fatty a le dessus. Il jette Al St. John et ses copains dans un abreuvoir. Fatty est ensuite engagé pour un match de boxe contre le champion (E. Kennedy) et M. Durfee se déguise en homme pour assister à la rencontre. Mack Swain parie sur Fatty et lui intime l’ordre de gagner coûte que coûte, lui promettant des ennuis en cas de défaite. Chariot arbitre la rencontre, plutôt confuse, mais Fatty perd le match. Le film se termine par une poursuite entre Fatty, E. Kennedy et les Keystone Cops dans le plus pur esprit Sennett. Après avoir perturbé une soirée mondaine, Fatty remorque tous les policiers avec une corde et saute dans l’océan en entraînant tout le monde avec lui.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

25.6 – Fatty and the Heiress (Fatty coureur de dots [ ?]) (1b) – R : Eddie Dillon et Roscoe Arbuckle – I : Minta Durfee, Al St. John, Slim Summerville.

2.7 – Fatty’s Finish (1b) – R : Eddie Dillon et Roscoe Arbuckle – I : Minta Durfee, Al St. John, Hank Mann.

4.7 – Love and Bullets (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Charles Murray.

6.7 – A Rowboat Romance (1b) – R : Roscoe Arbuckle.

16.7 – Mabel’s New Job (Le nouveau prétendant de Mabel) (2b) – R : George Nichols ou Mabel Normand, Mabel Normand, Chester Conklin, Alice Davenport, Al St. John, Charley Chase.
Sc. : Mabel joue le rôle d’une femme de chambre ; elle oublie son premier amour et s’éprend d’un nouveau pensionnaire. Ce changement finit par provoquer un certain nombre de complications qui aboutissent à une bagarre hilarante à laquelle la police du port prend une part importante. 18.7 – The Sky Pirate (Fatty femme timide [ ?]) (1b) – R : Eddie Dillon et Roscoe Arbuckle – I : Minta Durfee, Al St. John, Hank Mann.
Sc. : Enlevée en avion par le vilain de service (E. Kennedy), une jeune héritière (Fatty) déclenche une poursuite mouvementée. Deux voitures, dont l’une avec les Keystone Cops, sont aux trousses du ravisseur. Fatty s’extirpe de la carlingue et saute dans le vide pour tomber dans une rivière. L’avion pique du nez et le « vilain » est précipité à son tour dans la rivière. Les flics s’arrêtent sur un pont et sautent dans l’eau pour attraper le bandit.
« Une des meilleures récentes comédies de Fatty qui interprète ici le rôle d’une charmante héritière. Une partie de l’action se déroule dans un aéroplane que l’on suppose à bonne altitude. À la fin, l’héritière et le vilain tombent tous deux de l’aéroplane. Du rire du début à la fin » (M.P.W.,vol.10, n°6, 1914, p. 56).

23.7 – These Happy Days (Au bon vieux temps [ ?]) (lb) – R : Eddie Dillon et Roscoe Arbuckle – I : Minta Durfee, Al St. John, Hank Mann.
« Un film-slapstick qui fait rire aux éclats avec Fatty dans le rôle principal. Cette fois, il est victime de la médisance d’un rival. Les forces de police jouent un rôle essentiel et leur intervention est un grand morceau de comédie » (M.P.W. vol. 10, n° 6, 1914, p. 54).
Copie aux Archives Nationales du Film (Bucarest).

17.8 – That Minstrel Man (Fatty roi nègre) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Ford Sterling. « La troupe de la Keystone apparaît ici maquillée en nègre. Un vrai show musical est présenté ici avec le gros Fatty en énorme beauté brune qui prête ses bijoux à un illusionniste sur une scène. Ce sera l’origine d’une émeute » (M.P.W., vol.21, n°9, 1914, p. 1242).

20.8-Those Country Kids (Fatty et Mabel à la campagne) (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand.
« Fatty et Mabel se distraient d’une manière peu orthodoxe : on assiste à des fusillades, des jets de briques, un raid policier et une suite de scènes au rythme rapide. Excellente photographie » (M.P.W., vol.21, n° 9, 1914, p. 1242).
Copie au National Film Archive (Londres).

24.8 – Fatty’s Gift (Le cadeau de Fatty) (1b) – R : Eddie Dillon et Roscoe Arbuckle – I : Minta Durfee, Al St. John.

27.8 – The Masquerader (Chariot et la vedette ou Chariot grande coquette) (1d) -R/Sc. : Charles Chaplin – I : Charles Chaplin, Charles Murray, Fritz Schade.
Charlot est acteur de cinéma une fois de plus. Fatty – autre acteur – apparaît dans quelques scènes dans la première partie du film.
Catalogues Film-Office, Blackhawk. (d.v.)

5.9 – A Brand New Hero (Fatty sauveteur) (1d) – R : Roscoe Arbuckle.

7.9 – The Rounders (Chariot et Fatty en bombe) (1b) – R/Sc. : Charles Chaplin – I : Charles Chaplin, Minta Durfee, Phyllis Allen, Al St. John, Charley Chase, Fritz Schade, Wallace McDonald.
Sc. : Chariot rentre à son hôtel complètement ivre. Fatty habite dans la chambre d’en face avec sa femme (M. Durfee). Celle-ci le flanque dehors et il atterrit dans la chambre de Chariot. Crêpage de chignons entre Mme Chariot (R Allen) et Mme Fatty. Chariot et Fatty volent le sac de leurs épouses respectives et quittent l’hôtel pour faire la noce dans une boîte de nuit. Ils s’installent péniblement à une table. Fatty, assis sur deux chaises, s’endort et Chariot l’imite en se couchant sur le sol enveloppé dans une nappe. Arrivée des épouses. Les deux compères s’enfuient au bord d’un lac, empruntent un canot en chassant deux amoureux, mais le canot prend l’eau et ils s’enfoncent peu à peu dans les eaux.
Catalogues Film-Office et Blackhawk. (d.v.)

19.9 – Lover’s Luck (1d) – R : Roscoe Arbuckle – I : Al St. John.
Copie au National Film Archive (Londres).

26.9 – Fatty’s Debut (Fatty dans le monde) (1b) – R : Eddie Dillon et Roscoe Arbuckle – I : Minta Durfee, Al St. John.
Copie aux Archives Nationales du Film (Bucarest).

3.10 – Fatty Again ou Fatty the Fourflusher (1d) – R : Roscoe Arbuckle – I : Minta Durfee, Charles Murray.
Copie au National Film Archive (Londres).

5.10 – Their Ups and Downs (1d) – R : Roscoe Arbuckle.

17.10 – Zipp, the Dodger (1b) – R : Roscoe Arbuckle.

2.11 – Lovers’ Post Office (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand.

12.11 – An Incompetent Hero (Une aventure de Fatty) (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Minta Durfee ;
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

16.11 – Fatty’s Jonah Day (Fatty et son sosie ou Les deux Fatty [ ?]) (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand, Phyllis Allen, Minta Durfee, Hank Mann, Harry McCoy.
Copie au National Film Archive (Londres) ;

21.11- Fatty’s Wine Party (Fatty fait des fredaines) (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand, Sydney Chaplin, Minta Durfee, Harry McCoy, Alice Davenport.

23.11 – The Sea Nymphs (Fatty et Ambroise aux bains de mer ou Mabel et le cachalot) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand, Mack Swain.
Sc. : Fatty, sa femme et sa belle-mère sont en villégiature sur une plage à la mode. Mabel et son implacable père s’y trouvent aussi. Fatty la voit et cherche à la séduire. Mais le père de Mabel introduit Ambrose dans la compétition amoureuse. Fatty s’arrange pour enfermer sa belle-mère ainsi que M. Swain dans une cabine de bains, puis il amuse Mabel par des excentricités en mer. Mabel fait admirer sa façon de plonger. Un cachalot (en fait, un phoque) attiré par ces ébats arrive au grand effroi des baigneurs. Le père de Mabel et Ambrose attendent Fatty pour le corriger, mais la belle-mère et la femme de Fatty auront finalement le dernier mot.
Copie au Film Museum (Munich).

30.11 – Leading Lizzie Astray (1d) – R : Roscoe Arbuckle – I : Minta Durfee, Mack Swain, Slim Summerville.
Sc. : La voiture d’un élégant gentleman a crevé ; Fatty et M. Durfee veulent bien lui changer le pneu. Tandis que Fatty est à l’ouvrage, le dandy flirte avec Minta. Celle-ci, qui n’est pas très heureuse avec son campagnard de mari, se laisse séduire et part avec le gandin. De retour chez lui, Fatty met ses affaires dans un baluchon, dit au revoir à ses parents et part à la recherche de sa femme. Pendant ce temps, le séducteur, qui est terriblement avare, et son extravagant ami, M. Swain, maltraitent M. Durfee. Enfin, Fatty la retrouve un soir dans un cabaret. Après une courte bagarre, il ramène sa femme au bercail.

3.12 – Shotguns That Kick (Fatty bolchevik [ ?]) (1b) R : Eddie Dillon et Roscoe Arbuckle -I : Al St. John, Minta Durfee, Eddie Dillon.

14.12 – Fatty’s Magic Pants ou Fatty’s Suitless Day (La culotte magique de Fatty) (1b) – R : Roscoe Arbuckle et Eddie Dillon – I : Bert Roach, Minta Durfee, Al St. John, Harry McCoy, Charles Parrott, Slim Summerville. Sc. : Fatty veut aller au bal avec M. Durfee, mais la tenue de soirée est de rigueur. Son rival (B. Roach ?) achète un habit chez un brocanteur et Minta décide d’aller au bal avec lui. Cela déclenche une bagarre entre les deux hommes. Fatty demande de l’argent à sa mère, qui refuse, puis enfile un habit trop petit (sans doute volé à son rival... la copie semble incomplète) et emmène Minta au bal. Là, Fatty fait un joli numéro de danse, puis va s’asseoir avec Minta dans un salon. Le rival, entré par une fenêtre, découpe au couteau les coutures du pantalon de Fatty et attache le vêtement à une ficelle. Au moment choisi, il tire et Fatty se retrouve en caleçon rayé. Scandale et poursuite finale entre les deux hommes.
D’après une copie 8 mm d’origine inconnue.
Copie au UCLA Film Archive (Los Angeles). (d.v.)

19.12 – Fatty and Minnie-He-Haw (Fatty chez les Peaux-Rouges) (2b) – R : Roscoe Arbuckle et Eddie Dillon – I : Minta Durfee, Al St. John, Eddie Dillon, Mack Swain, la princesse Minnie.
Sc. : Fatty voyage clandestinement sur le toit d’un train. Un contrôleur irascible (Al St. John) le poursuit et le précipite du train en marche. Perdu dans la campagne, Fatty tombe sur un camp de Peaux-Rouges. Il se fait soigner par la princesse Minnie-He-Haw (qui joue son propre rôle), une Indienne qui n’est pas loin d’avoir sa corpulence. Celle-ci voudrait bien, l’épouser mais Fatty préfère une jolie cow-girl (M. Durfee) qui fait du cheval non loin du camp. Il la rejoint au saloon, mais Minnie vient l’y chercher et le ramène au bercail. Fatty s’échappe enfin, poursuivi par les Indiens et le postérieur hérissé de flèches.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1915

14.1 – Mabel’s and Fatty’s Wash Day (La lessive de Mabel) (1b) – R : Roscoe Arbuckle et Mabel Normand ( ?) – I : Mabel Normand, Al St. John, Eddie Dillon, Harry McCoy, Alice Davenport, Hank Mann, le chien Luke.
Sc. : Deux couples vivent dans leurs appartements respectifs.
Mabel et Fatty, qui ne sont pas mariés ensemble, se rencontrent en étendant leur linge après la lessive ; les linges des deux familles s’échangent par la magie des cordes à linge coulissantes. Après un flirt, les deux couples se retrouvent ensuite dans un parc. L’épouse acariâtre de Fatty s’endort sur un banc. Mabel et Fatty en profitent pour se rejoindre dans un café et boire ensemble. L’épouse de Fatty appelle la police et les chasse tous deux. Fatty ne fait qu’en rire aux éclats mais sa femme le frappe et il s’écroule sur elle.
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

16.1 – Mabel’s and Fatty’s Simple Life (La belle amie de Fatty) (1b) – R : Roscoe Arbuckle et Mabel Normand ( ?) – I : Mabel Normand, Al St. John, Joe Bordeau.
Sc. : Fatty est un jeune homme pauvre et honnête qui vit à la campagne. Il fait la cour à Mabel, la fille du fermier, son patron. Par un trou de la palissade, il espionne Mabel en train de traire une vache. La jeune fille l’asperge d’un jet de lait directement jailli du pis de la vache. Fatty, surpris d’abord, se met ensuite à boire le liquide. Pendant ce temps un homme élégant (Al St. John) porte une lettre au père de Mabel : sa fille doit épouser Al St. John, sinon il faudra payer l’hypothèque. Fatty continue de flirter avec Mabel. Il cherche à l’arroser avec une pompe, mais c’est le père qui prend la douche. Mabel refuse d’épouser Al St. John car c’est Fatty qu’elle aime. Le père lui donne la fessée et l’enferme dans sa chambre. Fatty met une échelle à sa fenêtre et grimpe pour la délivrer, mais l’échelle s’effondre et Fatty tombe sur le père et le rival. Fatty, furieux, enfonce la porte de Mabel, saccage la pièce et enlève la belle. Ils s’enfuient dans l’auto d’Al St. John qui les suit en courant tandis que le père se lance à leurs trousses en bicyclette. Fatty et Mabel s’arrêtent car l’auto semble en panne ; ils descendent, mais la voiture, repartie seule en marche avant, puis arrière, écrase Fatty contre un tronc. Mabel se réfugie sur un arbre tandis que Fatty tombe dans un puits. Les poursuivants essayent de les tirer de là avec une corde. Finalement, un pasteur marie les deux amoureux.
Copie au musée d’Art moderne (New York).

23.1 – Fatty and Mabel at the San Diego Exposition (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand ; Frank Hayes, Harry Gribbon, Edgar Kennedy.

28.1 – Mabel, Fatty and the Law ou Fatty’s Spooning Days (1b) – R : Roscoe Arbuckle –1 : Mabel Normand ; Al St. John, Harry Gribbon, Minta Durfee, Estelle Allen, Frank Hayes, Joe Bordeau, William C. Hauber, Glen Cavender, Alice Davenport.
Sc. : Fatty, marié à Mabel, joue du piano chez lui et flirte avec la bonne. Mabel, jalouse, déclenche une dispute. Le couple sort et s’assoit sur un banc dans un parc où est affiché l’avertissement « Flirt interdit ». Un autre couple (H. Gribbon et M. Durfee) arrive et s’installe sur un banc voisin. Après s’être querellé avec son mari, Minta le quitte et va manger un cornet de glace au comptoir d’une baraque. Fatty l’y rejoint et commence à lui faire la cour. Un représentant de la loi, perché dans un arbre, veille à la moralité... Il appelle ses collègues (dont Al St. John). Cependant, Gribbon flirte avec Mabel et tous deux, voyant les policiers, s’enfuient. Ces derniers prennent Fatty et Minta en flagrant délit de flirt et les emmènent au poste : c’est 30 dollars d’amende ou 30 jours de prison, au choix. Les deux délinquants téléphonent à leur époux (ou épouse) respectifs pour qu’on les tire de là. H. Gribbon et Mabel arrivent et règlent leurs comptes. Les deux couples se retrouvent devant le poste de police et chacun part de son côté.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

1.2 – Fatty’s New Role (Le neveu de Fatty) (1b) – R : Charles Avery et Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand, Al St. John, Hank Mann, Bobby Dunn, Mack Swain, Slim Summerville, Joe Bordeau, Frank Hayes, Edgar Kennedy.

11.2- Mabel’s and Fatty’s Married Life (Fatty et Mabel en ménage ou Fatty et Mabel se marient) (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand, Al St. John, Glen Cavender, Mae Bush, Cecile Arnold.
« Mabel et Fatty, mariés depuis peu, sont dans un parc quand ils reçoivent la visite d’une petite guenon qui a échappé à son patron, un Italien joueur d’orgue de Barbarie. Fatty, en colère contre l’intruse, la chasse. Le musicien se met en colère, mais, dans la bagarre, l’athlétique Fatty a le dessus et l’Italien reçoit sur le crâne l’orgue et la guenon. Il jure donc de se venger et engage un individu d’aspect sinistre pour mener à bien son projet d’assassinat. Mabel est de plus en plus nerveuse ; cependant, elle ne fait pas d’objection quand son mari la laisse seule à la maison. Elle regarde par la fenêtre du salon et note la présence d’une personne suspecte. Essayant de se calmer, elle s’assied et cherche à concentrer son attention sur son travail de couture. Elle aperçoit, cependant, un lourd rideau qui remue anormalement, puis elle se rend compte – exactement comme lorsque l’on entend un bruit particulier dans une maison vide -que seule sa nervosité est en cause : pourquoi y aurait-il un intrus dans la maison ? Notre bon sens nous dit que tout va bien, mais notre peur et notre prudence nous tiennent en alerte. La révélation de l’état d’esprit de Mabel atteint, grâce à son jeu, un degré de perfection rarement vu sur un écran. Elle ne force pas les effets, mais avec une infinité de mouvements minutieux et de changements d expression du visage, elle met à nu l’état d’esprit d’une femme tiraillée entre l’émotion instinctive et le contrôle de soi-même. La scène n’est pas longue, mais c’est un exquis numéro d’actrice. Le rideau remue d’une façon particulière : Mabel sursaute, puis ébauche un sourire : “Il ne peut y avoir personne : s’il y avait quelqu’un, il serait déjà entré. Et puis ce n’est pas une pièce pour un homme. Je me trompe, c’est un effet de ma nervosité.” Elle jette à nouveau un coup d’œil : encore un mouvement bizarre du rideau. Elle en a le souffle coupé, mais peu à peu se reprend, sans oser regarder : “l’Italien qui crie vengeance ne peut être ici, c’est impossible”. De nouveau elle essaye de se contrôler, révélant dans ses expressions tout une gamme de sentiments. À la fin, un mouvement plus marqué du rideau la fait sursauter : elle se lève, sort en courant de la pièce et se met à crier. Le reste du film est une farce pleine de rires bruyants » (M.P.W., vol.23, n° 8, 1915, p. 1143).
En effet : certaine que la Main noire la persécute, Mabel appelle la police. Les Keystone Cops débarquent. Après beaucoup d’incidents burlesques, ils arrêteront enfin la coupable : la petite guenon.
Copie au musée d’Art moderne (New York).

4.3 – Fatty’s Reckless Fling (Les tribulations de Fatty) (lb) – R : Eddie Dillon et Roscoe Arbuckle – I : Al St. John, Minta Durfee, Ted Edwards, Edgar Kennedy, Frank Hayes.
Sc. : Le hall d’un immeuble où habitent Fatty et sa corpulente épouse. Fatty débarque, un peu éméché, et, attiré par une dame dans le hall, fait le malin. Il glisse et tombe sur la dame qui le gifle. Bagarre avec le concierge. Arrivée de l’épouse qui emmène Fatty vers ses appartements ; durant qu’il se rend dans la salle de bains, sa femme l’abandonne. Intertitre : « Comme sa femme est partie, il a envie de s’amuser ». Fatty sort en peignoir de la salle de bains et entre dans la pièce d’en face où il perturbe quatre hommes en train de jouer aux cartes (parmi eux, F. Hayes). Fatty descend en courant en caleçon et chemise et veut s’enfuir. Mais l’horrible épouse qui bavarde avec le concierge l’en empêche. Poursuivi par un agent qui lui tire dessus, Fattty se réfugie dans la chambre contiguë à la sienne ; c’est celle de sa jolie voisine (M. Durfee). Celle-ci est épouvantée et Fatty s’amuse beaucoup. Le mari (E. Kennedy) cherche à entrer mais la porte est fermée de l’intérieur. M. Durfee pousse Fatty dans un lit escamotable qu’elle referme. Le mari entre et, dans un miroir, aperçoit Fatty qui, par instants jaillit de sa cachette. Mais le lit se referme et Fatty est à nouveau invisible. Soudain, Fatty est éjecté, puis la cloison s’effondre et le lit, avec Fatty et M. Durfee, se retrouve dans la chambre voisine où se trouve Mme Fatty. Les deux femmes s’expliquent. Fatty s’esquive, se cache dans la salle de bains. Là il se couche dans la baignoire et s’immerge complètement dans l’eau... pour être enfin tranquille.

8.3 – Fatty’s Chance Acquaintance (Fatty fait une conquête) (1b) – R : Eddie Dillon et Roscoe Atbuckle – I : Al St. John, Frank Hayes, Minta Durfee.
Sc. : Fatty est assis sur un banc, dans un jardin public, avec sa femme, une personne peu avenante. Sur un banc voisin, un voleur et sa petite amie (M. Durfee). Fatty veut acheter à boire à un vendeur ambulant, mais sa femme s’y oppose et l’envoie boire à une fontaine. Fatty a beaucoup de mal pour y arriver ; il finit par utiliser son melon comme coupe. Le voleur subtilise le sac de Mme Fatty, le vide et le remet en place. Un policeman, témoin de la scène, arrête le malfaiteur. Pendant ce temps, Fatty fait le joli cœur avec M. Durfee et l’emmène au restaurant en prenant le sac vide de sa femme. Le voleur échappe au policier et le bombarde de glaces. Fatty, démuni, ne peut payer la note et laisse M. Durfee en gage. Il emprunte de l’argent au voleur, qui s’aperçoit soudain que Fatty courtise son amie. Explication entre les deux hommes. Mme Fatty s’en mêle, assomme M. Durfee et emmène Fatty par le cou avec sa canne.
D’après une copie super-8 d’origine inconnue.

11.3 – Love in Armor (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Charles Parrott, Max Davidson.

« Une série fort drôle d’incidents dont le principal responsable est une grande feuille épineuse de cactus, jetée accidentellement et qui va piquer presque tous les personnages. L’amoureux d’une jeune fille, que ses parents voudraient voir mariée avec un noble français, se dissimule dans une armure, ce qui donne lieu à des situations fort comiques » (N.Y.D.M., vol. 72, n° 1895, 1915, p. 37).
« Le baron Von Haussenfefer, reçu dans la maison de la jeune fille qu’il veut épouser, est surpris en train de voler son collier de diamants ; il est attaqué par le fiancé de la jeune fille (Ch. Parrott) qui s’est dissimulé dans une armure ancienne » (M.P.W., vol.24, n° 1, 1915, p. 64).
Inspiré par Max et l’inauguration de la statue de Max Linder(1911).

15.3 – That Little Band of Gold (Fatty fait ses débuts ou OH Fatty et Mabel à l’opéra) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand, Al St. John, Ford Sterling, Ethel Madison, Charles Arling, Charley Chase, Glen Cavender, Frank Hayes, Estelle Allen, Billie Brockwell, Edgar Kennedy, Dora Rogers, Slim Summerville, Dixie Chene. « Le public d’un vrai théâtre prend une part active à ce film : Fatty et Mabel, mari et femme, se trouvent dans une loge d’un côté pendant que F. Sterling et E. Madison sont installés dans une autre en face. Fatty, accompagné de sa femme et de sa belle-mère, légèrement ivre, accorde un médiocre intérêt au spectacle, quand il aperçoit son vieux compagnon de débauche, F. Sterling, dans la loge opposée en compagnie d’une nouvelle et fascinante beauté. E. Madison n’est pas seulement une femme agréable : sa beauté est égale à celle qui a provoqué l’enlèvement d’Hélène de Troie par Pâris. Elle est assez belle pour provoquer une autre guerre de Troie et elle va, de fait, en déchaîner une en réduction. La physionomie de Fatty, oubliant Mabel l’enchanteresse, et s’absorbant dans la contemplation de la merveilleuse créature qui accompagne F. Sterling, élève la farce au niveau de la comédie – les personnages prennent le pas sur l’intrigue. [...] Fatty remarque le décolleté d’Ethel, qui n’est pas modeste, mais provocant ; il se rend compte aussitôt qu’Ethel représente le parfait modèle de la féminité, qui correspond totalement à l’idéal de tout homme normal, et ses instincts naturels s’affolent... Il s’excuse auprès de son épouse et de sa belle-mère et va au foyer du théâtre retrouver Ford et sa merveilleuse femme. Encore tout excité par des pulsions primitives, Fatty enlève cette beauté sous les yeux de son compagnon et la conduit à un restaurant chic. L’histoire trouve une conclusion normale relevée d’une habile touche finale.
F. Sterling, qu’il faut saluer ici, renforce la distribution, mais il est temps maintenant pour lui d’oublier ces grimaces artificielles. Elles confèrent à son visage un aspect forcé qui pourrait être corrigé par une expression plus raffinée » (M.P.W., vol.23, n° 11, 1915, p. 1615).

20.3 – Fatty’s Faithful Fido ou Fatty’s Faithful Wife (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Al St. John, le chien Fido, Minta Durfee, Frank Hayes, Dixie Chene, Joe Bordeau.

1.4 – When Love Took Wings (Fatty aviateur [ ?]) (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Al St. John, Estelle Allen, Joe Bordeau, Frank Hayes, Glen Cavender.
« Fatty est un des trois jeunes gens malades d’amour pour la même jeune fille. L’un essaye d’enlever la belle sur une motocyclette, le second la lui ravit à bord d’une automobile, et Fatty s’avère le plus rapide des trois en emportant la jeune personne sur un aéroplane. Un film plutôt bon dans son genre. Il y a quelques séquences intéressantes en aéroplane, mais l’amour s’envole quand Fatty découvre que la jeune femme dont il est amoureux est chauve et porte une perruque frisée pour cacher son infirmité » (M.P.W., vol.24, n° 4, 1915, p. 556).

19.4 – Wished on Mabel (Fatty à la recherche de Mabel) (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand.

22.4 – Fatty and Mabel Viewing the World’s Fair at San Francisco (Mabel et Fatty à l’Exposition) (lb) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand.
Sc. : Fatty et Mabel visitent l’Exposition universelle de San Francisco. Ils rencontrent le maire de S.F. (lames Rolph) qui leur donne une autorisation de filmer l’Exposition. Ils s’attardent en particulier sur un ancien bateau anglais destiné à transporter des forçats en Australie : Fatty enferme Mabel dans une « vierge de fer » utilisée pour torturer les bagnards. Film documentaire sur San Francisco reconstruit après le tremblement de terre et sur son Exposition.
Catalogue Blackhawk.

1.5 – Mabel’s Wilful Way (La volonté de Mabel) (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand, Al St. John, Edgar Kennedy, Alice Davenport, Joe Bordeau.

15.5 – Miss Fatty’s Seaside Lovers (Miss Fatty aux bains de mer) (1b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Harold Lloyd, Joe Bordeau, Edgar Kennedy.
Sc. : Le hall d’un grand hôtel au bord de la mer. Trois hommes désoeuvrés y bavardent. On annonce l’arrivée d’une riche famille. Une voiture s’arrête et décharge le père, la mère et la fille, miss Fatty, qui a bien du mal à s’extraire du véhicule. Dans le hall, miss Fatty se montre très agressive, distribue des coups aux trois garçons. Elle se prend les pieds dans une peau d’ours qui sert de tapis, gifle son père qui lui rend immédiatement la pareille. On monte dans les chambres. Le père se rase. Le groom quémande des pourboires à chaque membre de la famille. Miss Fatty se met au piano tandis que J. Bordeau (le plus malingre des trois soupirants) entre dans la chambre. Le flirt tourne vite à la bagarre : miss Fatty torture le petit homme, l’écrase sur le piano, l’oblige à jouer tandis qu’elle fait la ronde avec les deux autres soupirants (H. Lloyd et E. Kennedy) venus rejoindre leur ami. La ronde dégénère ; le père, molesté, met tout le monde dehors. Départ à la plage, toute la famille arbore une tenue de bain. Miss Fatty porte une ridicule petite ombrelle. J. Bordeau se dépêche de se mettre en maillot et les rejoint. Sur la plage, miss Fatty pousse ses parents dans l’eau, puis se repose et s’endort sur un récif. La marée monte et l’on s’aperçoit qu’elle est perdue, loin au milieu des flots. Une vague l’emporte et elle crie au secours, la tête sous l’eau.). Bordeau part la chercher en canot, l’embarque péniblement, mais elle retombe dans les flots. La police du port intervient sans succès. Miss Fatty regagne la côte enfin et sort de l’eau. Aussitôt elle châtie son souffre-douleur, J. Bordeau, qu’elle envoie se noyer au milieu des flots. Puis, voyant son ombrelle brisée, elle fond en larmes.
Catalogue Morcraft. (d.v.)

21.6 – The Little Teacher (Mabel institutrice américaine ou Fatty et Mabel à l’école [ ?]) (2b) – R : Mack Sennett – I : Mabel Normand, Mack Sennett, Owen Moore, Harry McCoy, Frank Opperman, Vivian Edwards, Frank Hayes, Billie Brockwell.
« L’acrobate Mabel apparaît comme un vrai trésor photogénique ; c’est une actrice spontanée, vraiment un délice constant pour les yeux et Arbuckle fait preuve, dans son dur travail, d’un infatigable enthousiasme tant il est amoureux de son métier. Ces deux acteurs sont parfaitement capables de répondre aux exigences d’une brillante comédie quand il le faut, tout comme O. Moore qui rappelle le temps où elle jouait avec Florence Lawrence, Mary Pickford et d’autres artistes, à la Biograph, sous la direction de Griffith. Ce film cherche à montrer les côtés humoristiques du caractère humain et offre l’opportunité, trop rare de nos jours, de voir Mabel dans ce qui semble être son élément naturel. Sennett gagnera la partie, au lieu de la perdre, avec ce changement progressif, car l’époque des comédies farces est maintenant sur le déclin. » (M.P.W., vol. 25, n° 1, 1915, p. 79).

28.6 – Foiled by Fido ou Fatty’s Plucky Pup (Le brave petit chien de Fatty [ ?]) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : le chien Luke, Al St. John, Josephine Stevens, Phyllis Allen, Edgar Kennedy, Joe Bordeau.
Sc. : Fatty, couché sur son lit, laisse tomber sa cigarette qui met le feu à un journal, puis à son lit. Il essaye d’éteindre le feu avec une tasse remplie d’eau, qu’il finit par boire... Sa mère, plutôt revêche (P. Allen), l’envoie étendre le linge. Il le salit, et après l’avoir accroché sur des fils, essaye de le nettoyer avec une lance d’arrosage. Il refait le gag de l’arroseur arrosé, mais c’est lui-même qui marche sur le tuyau. Il inonde aussi sa mère qui n’apprécie pas ses méthodes. Fatty rejoint sa jolie voisine (I. Stevens) et lui fait la cour derrière une palissade. Deux employés de la fourrière essayent d’attraper Luke, le chien de Fatty. Après une poursuite mouvementée, ils réussissent à le capturer. Fatty leur arrache Luke, délivre tous les autres prisonniers de la fourrière, ramène Luke à la maison et le lave dans la cuve de la lessive. Colère de la mère. Retour à la palissade où il sèche le chien en flirtant avec la voisine ; il place le museau du chien dans un trou de la palissade et c’est Luke que J. Stevens embrasse au lieu de Fatty. Des vilains enlèvent la jeune fille dans une voiture volée avec Luke à leurs trousses. P. Allen réussit à téléphoner à Fatty qui s’élance en bicyclette, tandis que la jeune fille, emprisonnée dans une cabane, est ficelée à un poteau avec une bombe à retardement à ses côtés. La mère prévient la police et les Keystone Cops entrent en scène. Luke creuse un tunnel sous la porte de la cabane et commence à détacher la jeune fille. Fatty arrive et boxe les voleurs qui s’enfuient en voiture. Celle des policiers entre en collision avec les fuyards, qui sont arrêtés. Fatty arrive à entrer dans la cabane en passant par le même chemin que Luke. La bombe fait long feu et Fatty, Luke et la jeune fille s’embrassent.
Catalogue Connaissance du cinéma (incomplet du début). (d.v.)

26.7 – Fido’s Tintype Tangle ou Fatty’s Tintype Tangle (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Minta Durfee, Louise Fazenda, Edgar Kennedy. Sc.. Fatty fait la cuisine chez sa bien-aimée (M. Durfee) et le ventilateur emporte son chapeau. Sa (future) belle-mère (très autoritaire) l’appelle dans ses appartements. Il se met à peigner M. Durfee, arrange son faux chignon et ses accroche-cœurs. Dans la salle de bains, il surprend sa belle-mère dans la baignoire. Hurlements. Puis il l’aide à fermer sa robe avec une telle énergie qu’il la précipite presque par la fenêtre. À la cuisine, il casse des oeufs, jongle avec les crêpes et une poêle, sort un chat vivant du four. Au repas, il embrasse M. Durfee, et sa mère exige le même traitement. Crise de colère dans la cuisine face à l’autorité excessive de sa belle-mère : il casse tout et fait de même dans la salle à manger ; il va jusqu’à dévorer une assiette et veut quitter la maison malgré les efforts de M. Durfee pour le retenir. Au dehors, un couple sur un banc (L. Fazenda et E. Kennedy) cherche un foyer. E. Kennedy (un aventurier de l’Alaska) s’éloigne et Fatty prend sa place au près de L. Fazenda. E. Kennedy, de retour, menace Fatty et lui ordonne de quitter la ville. Ce dernier revient chez lui, fait sa valise à coups de poing et s’en va à la gare où il manque son train. Entretemps, M. Durfee a loué la chambre de Fatty au couple de l’Alaska. Fatty, de retour, est furieux : il se retrouve dans la salle de bains, caché dans la douche, avec L. Fazenda et le mari jaloux. Poursuites et coups de feu dans tout l’appartement. Les Keystone Cops prévenus se lancent en voiture pour intervenir, cependant que M. Durfee et sa mère arrivent en voiture à cheval. La bagarre continue : Fatty fait le mort, passe la main de son adversaire à la moulinette, fait de l’équilibre sur des fils télégraphiques. Enfin, il pousse E. Kennedy par la fenêtre : celui-ci tombe dans un réservoir plein d’eau ; Fatty l’y rejoint vite, poussé à son tour par L. Fazenda. Les deux jeunes femmes se précipitent et chacune retire de l’eau son bien-aimé par les cheveux et l’embrasse.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)
Fido, le fameux chien de Fatty, n’apparaît jamais dans la copie Blackhawk (intitulée Fatty’s Tintype Tangle) qui semble très complète ; il semble donc que le titre Fido’s Tintype Tangle ne soit pas correct.

38Triangle-Keystone :

28.11 – Fickle Fatty’s Fall (Fatty et la plongeuse) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Ivy Crosthwaite, Alice Davenport, Bobby Vernon, May Emory, Guy Woodward, Minta Durfee, Phyllis Allen, Al St. John, Glen Cavender, Fritz Schade, Bobby Dunn.
« Du slapstick du début à la fin, mais particulièrement drôle. Arbuckle et I. Crosthwaite exécutent quelques acrobaties dans une piscine, une petite séquence vulgaire que l’on pourrait facilement éliminer sans nuire aux qualités comiques du film. L’intrigue du film est peu importante ; c’est seulement une suite d’incidents divertissants » (N.Y.D.M. vol. 74, n° 1953, 1915, p. 32).
« Cette comédie, qui se déroule sur une plage de Los Angeles et dans ses environs, est vraiment divertissante et fournit à I. Crosthwaite, une sirène très bien faite, l’occasion de montrer sa vraie silhouette dans un costume de bain une pièce. Les meilleurs moments montrent une charrette et une automobile chargée de policiers précipitées dans l’océan du haut du môle de Venice » (MOT., vol. XIV, n° 119, 1915).

12.12 – A Village Scandal (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Raymond Hitchcock, Flora Zabelle, Al St. John, Harry McCoy, Minta Durfee.
« C’est un film très divertissant... et presque sans intrigue : une succession d’incidents drôles. L’importance de ce film est qu’il montre la différence énorme entre ce que l’on peut appeler l’humour cinématographique et l’humour théâtral. Arbuckle est amusant, mais fait rire grâce à de terribles efforts, tandis que R. Hitchcock obtient le même résultat avec une facilité et un savoir faire qui sont délicieux à contempler » (N.Y.D.M., vol. 74, n° 1925, 1915, p. 28).
« Cette comédie absurde en deux bobines se situe dans une petite ville de campagne. Arbuckle fait la noce tandis que R. Hitchcock, dans le personnage d’un illusionniste ambulant, se montre beaucoup plus à l’aise que dans ses films précédents. Al St. John mérite plus que son nom au générique par son interprétation » (MOT., vol. 14, n°21, 1915, p. 1079).

15.12 – Fatty and the Broadway Stars (Fatty au théâtre [ ?] ou Fatty fait du cinéma [ ?]) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Al St. John, Ivy Crosthwaite, Joe Weber, Law Fields, Sam Bernard, William Collier, Mack Sennett, Ford Sterling.
« Arbuckle arrache des rires sans fin en incarnant le concierge des studios Keystone. Il se glisse dans des scènes où figurent des vedettes comme Weber et Fields, Sam Bernard et d’autres, imbibe d’eau les vêtements de William Collier et de Mack Sennett. Pour couronner le tout, il s’endort et rêve d’être le héros de la Keystone tout entière en sauvant de nombreuses vies au cours d’un incendie des studios. Enfin, on découvre que tout n’était qu’un rêve et Fatty termine sa carrière, ignominieusement renvoyé. » (MOT., vol.14, n° 26, 1915, p. 1339).

1916

10.1 – Fatty and Mabel Adrift (Fatty et Mabel à la mer) (3b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand, Al St. John, Frank Hayes, Glen Cavender, Wayland Trask, May Wells, lames Bryant, Joe Bordeau, le chien Luke. « Fatty a épousé Mabel, la fille de son patron, et les nouveaux mariés ont eu comme cadeau de noces un bungalow au bord de la mer. Al St. John, fils d’un fermier voisin et rival de Fatty, jaloux du mariage, jure de se venger. La première nuit où les jeunes mariés couchent dans le bungalow, un terrible orage éclate. Al St. John parvient à éloigner de la villa le chien de Fatty, Fido, puis il enrôle des malfaiteurs et fait enlever les étais du bungalow et le pousse dans la mer. Les époux se réveillent en haute mer, avec la chambre inondée et le bungalow qui s’enfonce doucement. Ils attachent un message demandant du secours au collier de Fido qui réussit à rejoindre le rivage et à donner l’alarme aux parents de Mabel. Ceux-ci préviennent la police et pédalent, en tandem, sur le bord de mer. Ils trouvent l’agent immobilier (G. Cavender) qui a vendu le bungalow, sur le point de partir sur son yacht : ils s’embarquent tous. Pendant ce temps, Fatty et Mabel sont sortis sur le toit par une fenêtre et se sauvent à l’instant où le bungalow sombre définitivement. Entre-temps, Al St. John et sa bande de malfaiteurs sont revenus dans un café : une dispute éclate entre eux et un des adversaires jette accidentellement un cigare dans un baril de poudre qui explose en détruisant tout. Fatty et Mabel rentrent chez eux, enfin heureux. » (Davide Turconi, op. cit., p. 202).
Catalogues Atlas sous le titre Adrift on a Honeymoon (incomplet, Ib) et Blackhawk. (d.v.)

9.2 – He Did and He Didn’t ou Love and Lobsters (Le cauchemar de Fatty) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand, William Jefferson, Al St. John, Joe Bordeau, James Bryant, G.A. Ely, Lloyd Peddrick.
Sc. : Fatty, marié à Mabel, est médecin. Tous deux vivent dans une belle maison. Ils s’habillent pour le dîner. Fatty a perdu son bouton de col et s’énerve contre Mabel. Un camarade d’école (W. Jefferson) vient voir Mabel, excitant ainsi la jalousie du mari : ce dernier déchire la photo de Mabel enfant, dédicacée à cet ami. Le repas, composé de langoustes, semble bien lourd et les convives ont peur de ne pas fermer l’œil de la nuit. Après une soirée passée à lire tous trois assis sur un canapé, Jefferson va se coucher. Deux voleurs essayent de pénétrer chez Fatty. L’un d’eux se fait passer pour un infirme et se fait soigner. Pendant une courte absence de Fatty, il en profite pour essayer d’ouvrir le coffre-fort. Fatty le met dehors. Un appel par téléphone, effectué par un faux malade, éloigne Fatty qui se retrouve devant une maison vide, à louer. Pendant ce temps, Mabel, en allant se coucher, découvre un voleur (Al St. John) sous son lit : aux cris de Mabel, Jefferson arrive et, armé d’un revolver, met en fuite le cambrioleur. Il s’ensuit une longue fusillade dans les différentes pièces de la maison. Al St. John multiplie alors les acrobaties : il s’accroche au lustre, remonte la rampe à l’envers en une glissade magique, etc. Fatty de retour, trouve Jefferson en pyjama devant Mabel évanouie et, se méprenant sur son attitude, le jette par la fenêtre. Puis il étrangle Mabel, la laissant sans connaissance. En revenant à elle, Mabel saisit le revolver et tire sur Fatty, qui dégringole les marches jusqu’en bas. Jefferson et Fatty se réveillent successivement, le premier dans son lit, le deuxième sur un fauteuil. Ce n’était qu’un cauchemar causé par un repas trop indigeste. Les deux hommes fraternisent et Fatty va rejoindre sa femme dans sa chambre.
« Ce film nous a peu impressionné. Arbuckle a fait et peut faire des choses bien meilleures. L’intrigue est fondée sur une petite idée déjà utilisée dans le passé sous diverses formes et la façon dont elle est concrétisée n’a rien de nouveau, ni d’original. De plus, le film a été réalisé de telle façon qu’il est impossible de discerner la vérité potentielle de ce qui n’est, en réalité, que le fruit d’une imagination agitée par une indigeste ration de langouste... Le film possède le rythme rapide qui caractérise les productions de la Keystone, mais offre bien peu qui n’ait déjà été vu dans les comédies Keystone qui l’ont précédé » (N.Y.D.M., vol. 75, n° 1942, 1916, p. 28).
Catalogue Morcraft. (d.v.)

14.2 – The Bright Lights ou The Lure of Broadway (Fatty cuisinier [ ?]) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Mabel Normand, Minta Durfee, Al St. John, William Jefferson, Joe Bordeau, James Bryant, G. A. Ely.
« Le gérant d’un hôtel dans une petite ville monte un cabaret pour essayer d’imiter les restaurants de la grande ville. Tentative comique, car il recrute les attractions parmi le personnel de l’auberge. Arbuckle, le cuisinier, est contraint de se produire en habit de soirée et quand Al St. John paraît, venant du bar, tous deux rivalisent pour obtenir les applaudissements du public. La femme de chambre, Mabel, se mesure avec une ballerine professionnelle venue de la ville. Survient Jefferson, un escroc distingué qui prend d’assaut l’innocente Mabel. Celle-ci écoute, la bouche ouverte, les histoires de sa vie à la métropole et abandonne volontiers la petite ville pour le suivre. Arbuckle, qui l’aime, entrevoit sa destinée et part la chercher. Ses recherches l’amènent dans le Bowery au moment même où un vieux matelot est jeté hors d’une taverne : il lui apprend que Mabel s’y trouve, pratiquement prisonnière et forcée de lier connaissance avec des assassins et avec les filles de la taverne. Il imagine héroïquement de la libérer, mais ses intentions vite découvertes lui créent bien des ennuis. Pendant ce temps, le matelot arrive avec des renforts, et, conduite par l’entêté Fatty, la troupe met le local sens dessus dessous. Une spectaculaire mêlée se déroule, durant laquelle Arbuckle expédie un membre de la bande à travers un mur de briques, ce qui ébranle les fondations ; une boutique de cordonnier et une laverie chinoise qui se trouvaient au-dessus de la taverne s’effondrent. Mabel est retrouvée dans une chambre secrète qu’elle quitte, bien contente de revenir au pays avec Fatty » (Davide Turconi, op. cit., p. 209).
« Un des films les plus courageux qu’ait jamais réalisés la Keystone. Mabel est emmenée par un séducteur dans une gargote sordide où elle est effrayée jusqu’à presque s’évanouir devant une assemblée de gueules de brutes telle qu’on n’en a jamais vu sur un écran – et sans trucage. C’est ainsi que se déclenche une bagarre extrêmement réaliste. Fatty domine le lot avec son humour irrésistible et son appréciation intelligente de ce qui est drôle dans la nature humaine. » (M.P.W., vol. 27, n° 10, 1916, p. 1663).
« Une comédie sensationnelle, vraiment drôle du début à la fin. Un des meilleurs films que R. Arbuckle ait dirigés. Son comique inimitable apparaît ici sous quelques-uns de ses meilleurs aspects. Il y a beaucoup de choses louables dans ce film, mais ce qui est vraiment exceptionnel et fait la plus grande impression, c’est la bagarre finale. Nous pouvons affirmer avec certitude que c’est la plus réaliste qui ait jamais été filmée. Elle porte indubitablement tous les signes de l’authenticité... Il n’y a pas de trucages dans cette mêlée [...] C’est un moment particulièrement divertissant ; il produira des cascades de rire chez un public de connaisseurs. Le film est basé sur une histoire très mince, mais, dans une comédie Keystone, l’intrigue est la chose la moins importante » (N.Y.D.M., vol. 75, n° 1942, 1916, p. 28).

2.4 – His Wife’s Mistake (Fatty pipelet [ ?]) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Al St. John, William Jefferson, Minta Durfee, Betty Gray, Arthur Earl.
« En utilisant le gag classique du personnage pris pour un autre, Arbuckle réussit, avec son style particulier, à produire un film particulièrement comique. Fatty est concierge dans un immeuble neuf destiné à des bureaux et se trouve mêlé à toute sorte d’embarras comiques. Le passage le plus drôle le montre luttant avec un morceau de savon qui lui échappe ignominieusement et par qui il se trouve indignement vaincu. Il semble impossible qu’un petit, un innocent morceau de savon puisse être à l’origine de tant de divertissement. Le film raconte une histoire bien construite au cours de laquelle l’épouse d’un homme d’affaires, qui attend un client nommé Stout, prend le nouveau portier (Fatty), qui est « stout » (robuste) comme un immeuble, pour ce client et l’invite à déjeuner. Hors de lui, le mari jaloux les poursuit au restaurant et, prêt à commettre un homicide, tire sur Fatty jusqu’à ce que le vrai Stout et le garçon de course du bureau apparaissent et expliquent la méprise. Minta Durfee plaira dans le rôle de l’épouse et Al St. John interprète le garçon de course dans son style personnel particulièrement drôle » (N.Y.D.M., vol. 75, n° 1948, 1916, p. 42).

16.4 – The Other Man (Fatty et son sosie) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – Sc. : Schaefer et Hartman-I : Irene Wallace, Al St. John, Minta Durfee, William Jefferson, Lilian Schaffner, Joe Bordeau, Horace J. Haine.
Sc. : « Fatty écrit à sa petite amie (I. Wallace) que dans l’après-midi il demandera à ses parents leur consentement en vue de leur mariage. I. Wallace montre le billet à son père (H.J. Haine) et ils décident d’effrayer le jeune homme avant de donner leur accord. Une fois le consentement obtenu, on convient de donner un bal masqué pour annoncer la nouvelle. I. Wallace affirme qu’au bal elle reconnaîtra Fatty avec certitude, étant donné sa corpulence, mais le jeune homme soutient le contraire. Revenant chez lui, Fatty a un accident d’auto et se retrouve inconscient à l’hôpital. Le soir, pendant le bal, I. Wallace, appelée à la cuisine, trouve un gros vagabond que le cuisinier avait amené pour l’aider ; elle pense que c’est son fiancé travesti et l’emmène au bal. Entre-temps, deux voleurs (Al St. John et M. Durfee), mari et femme, interviennent pendant la fête pour voler l’argenterie. Un détective qui a eu vent de la chose, leur donne la chasse et la police ordonne d’arrêter quiconque tente de quitter la maison. À l’hôpital, Fatty a avalé le thermomètre et les médecins décident de l’opérer : épouvanté, le jeune homme s’échappe et se rend à la fête en pyjama. Trouvant sa fiancée avec le vagabond, il l’accuse d’être un imposteur et le fait jeter dehors. La police, en le voyant sortir, le poursuit. Le détective tente d’arrêter les voleurs, mais St. John passe les bijoux à son épouse qui s’enfuit en courant et les cache dans une canalisation d’eau de pluie. Après diverses péripéties et des poursuites mouvementées, le vagabond capture le voleur et l’amène à la police en récoltant la prime, tandis que Fatty et les autres arrêtent l’épouse complice » (Davide Turconi, op. cit., p. 212).

25.6 – The Waiter’s Ball (Le bal des domestiques) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Al St. John, Kate Price, William Jefferson, Alice Lake, Corinne Parquet, Robert Maximilian, Joe Bordeau.
Sc. : Fatty est cuisinier, Al St. John serveur dans le même restaurant. Fatty fait son habituel numéro de jonglerie à l’aide d’une poêle et d’un petit balai. Al St John fait la cour à la jolie caissière (A. Lake) et Fatty est jaloux. Cela déclenche un duel au couteau entre les deux hommes ; Fatty se cache dans un tonneau de légumes et Al, croyant enfoncer son couteau dans le crâne de son rival, ne poignarde qu’un chou-fleur. La dispute continue à coups de balai : les deux hommes se fessent alternativement en un curieux ballet. Lorsque le balai d’Al casse, Fatty obligeamment lui en trouve un autre et le manège continue. Un client commande du poisson. Ce dernier, tiré d’un bac, est encore très vivant et virevolte dans la cuisine. Fatty ne peut arriver à le neutraliser, même sous une pluie de projectiles divers. Le poisson passe dans la salle de restaurant où Al, malgré de prodigieux plongeons, ne réussit pas à le capturer. Enfin, un client l’abat d’un coup de fusil. Fatty, à genoux, écoute le cœur de la victime et constate le décès. Toute l’assemblée s’incline devant la dépouille que Fatty emporte solennellement aux cuisines... Finalement, pour aller au bal des domestiques, Fatty vole la robe de la cuisinière (K. Price) et s’habille en femme tandis que Al St. John emprunte l’habit d’un client. Après une soirée plus qu’agitée, les deux lascars sont emmenés au poste par un policeman.
Catalogue Blackhawk (d.v.)

13.9 – His Alibi ou A Reckless Romeo (Fatty à l’hôtel) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – I : Corinne Parquet, Agnese Neilson, Alice Lake, Al St John.

A Cream Puff Romance ou A Creamuff Romance (2b) – R : Roscoe Arbuckle – Sc. : Joe Roach – I : Alice Lake, Buster Keaton ( ?), Al St. John, Ora Carew.

1917

23. 9 – The Late Lamented (2b) – R : Harry Williams – I : Robert Milliken, George Binns, Mary Thurman, William P. DeVaull, Claire Anderson, Tom Kennedy, Mai Wells, Mack Swain, Lige Crommie (Conley). Petit rôle pour Fatty.

39Comique Film Corporation (Joseph M. Schenck) – Paramount Famous Players Lasky :

23.4 – The Butcher Boy (Fatty garçon boucher) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle – Sc. : Joe Roach – I : Buster Keaton, Al St. John, Arthur Earle, Agnes Neilson, Joe Bordeau, Alice Lake, Josephine Stevens, le chien Luke.
Sc. : Fatty, garçon boucher dans le « general store » d’une petite ville, frappe son patron.
Par ailleurs, une cliente brutalise son mari. Al St. John, autre employé dans ce magasin, reçoit un panier sur la tête. Fatty met un manteau de fourrure pour entrer dans la chambre froide. Le hachoir à viande est mû par un chien grâce à un ingénieux dispositif, et Fatty récupère discrètement les saucisses vendues à un client. Un autre client (B. Keaton) désire acheter de la mélasse, mais le récipient qui la contient fuit et Keaton marche dans une flaque de ladite mélasse. Il essuie la semelle d’un doigt et le suce pour la goûter ! Fatty met une pièce au fond d’un seau destiné à ce sirop et le laisse sur le comptoir, puis il remplit le seau. Pour retrouver sa pièce, il verse donc en partie la mélasse dans le chapeau de B. Keaton. Celui-ci le pose sur sa tête, prend le seau, le renverse et se trouve fixé au sol. Fatty le décolle d’un grand coup de pied aux fesses et le propulse dehors. Bagarre entre Fatty et Al St. John son rival, à coups de sacs de farine. Keaton qui revient chercher sa mélasse en prend un sur la tête. Al St. John et Keaton se battent à leur tour à coups de sacs de farine et de tartes à la crème. Le patron en prend pour son compte et entre dans le jeu. La deuxième bobine se déroule dans le pensionnat de jeunes filles où se trouve la fille du patron. Fatty et Al St. John, déguisés en jeunes filles, se font passer pour de nouvelles pensionnaires. Keaton et St. John essayent d’enlever la jeune fille. Bagarres et poursuites sur un rythme très rapide. (D’après Jean-Pierre Coursodon, Buster Keaton, Paris, Ed. Atlas-Lherminier, 1986, p. 46.) (d.v.)

21.5 – A Reckless Romeo (Fatty en bombe [ ?]) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle-Sc : Joe Roach – I : Buster Keaton, Al St. John, Alice Lake, Corinne Parquet, Agnes Neilson.
Sc. : Fatty, persécuté par une épouse dominatrice, s’enfuit, excédé, dans un parc où il flirte avec une jeune fille (A. Lake) tandis qu’un cameraman (B. Keaton ?) les filme discrètement. Le petit ami d’A. Lake (A. St. John), jaloux, les poursuit. Plus tard, Fatty emmène sa femme et sa belle-mère au cinéma, où, à sa grande frayeur, l’écran révèle, devant sa belle-mère, un flirt qu’il a eu avec une fille. Scandale ! Pas de copie connue.

25.6 – The Rough House (Fatty chez lui [ ?]) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle – I : Buster Keaton, Al St. John, Alice Lake, Corinne Parquet ( ?), Agnes Neilson, Glen Cavender.
Sc. : M. et Mme Rough vivent heureux dans un hôtel au bord de la mer lorsque débarque, pour plusieurs semaines, la mère de Mme Rough. La belle-mère perturbe immédiatement la tranquillité du ménage. Le cuisinier (A. St. John) étant renvoyé, Fatty le remplace : il utilise le ventilateur comme coupe-légumes, met le couvert avec sa nappe d’un seul coup magique. Puis, à table, avec deux fourchettes et deux petits pains, ébauche la fameuse danse reprise par Chaplin dans The Gold Rush. B. Keaton joue trois rôles : un jardinier barbu qui éteint le feu allumé par la cigarette de Fatty dans son lit, un livreur qui se bagarre avec le cuisinier et un policier dans la scène finale.
Copie aux Archives Nationales du Film (Bucarest).

20.8 – His Wedding Night (La noce de Fatty) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle – Sc. : Joe Roach – I : Buster Keaton, Al St. John, Alice Mann, Arthur Earle, Jimmy Bryant.
Sc. : Fatty est barman dans le drugstore du village (Koff and Kramp Druggists). Quelques gags : il jongle avec des œufs et du lait, utilise un peigne comme passoire, brosse la mousse en excès avec une brosse à cheveux. Il sert de la bière à un client en un clin d’œil, donne du charbon de bois à une noire qui demandait de la poudre ; à la station d’essence, il affiche des prix différents pour une Rolls-Royce et une Ford. Fatty triomphe de son rival en amour et ce dernier décide alors d’enlever la mariée.
Copie au Nederlands Film Museum (Amsterdam).

30.9 – Oh Doctor ! (Fatty docteur) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – Sc. : Jean Havez – I : Buster Keaton, Al St. John, Alice Mann. Sc. : Une aventure dans le milieu des voleurs et des joueurs. En qualité de médecin, Fatty visite (à l’insu de sa femme) une vamp qui finalement devient la détentrice du collier de sa femme grâce à un complice.
« Dans Oh, Doctor !, pas de tartes à la crème, ni de bagarres. C’est ce qu’on pourrait appeler une comédie très calme. Il s’agit d’un docteur (Fatty), très amoureux d’une jolie femme et qui, en définitive, finira par gagner un pari à 500 contre un. Fatty a l’occasion, au cours du film, d’emprunter l’uniforme d’un policier et, en apprenant que son cheval à gagné, il se précipite dans la salle des paris. Les clients, croyant à une descente de police, se ruent dehors et la salle se vide complètement. On croit un instant que Fatty a perdu tout son argent, mais il récupère encore plus car les gens ont, dans leur hâte, abandonné des liasses de billets [...]. Buster Keaton joue un petit rôle, celui du fils du docteur, Fatty restant constamment la vedette. L’expérience apparaît comme un succès complet si Fatty parvient, à l’avenir, à trouver des scénarios valables de ce type » (Variety, 5.10.1917).
Pas de copie connue.

11.10 – Fatty at Coney Island (Fatty à la fête) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle – I : Buster Keaton, Al St. John, Alice Mann, Agnes Neilson, Joe Bordeau, lames Bryant.
Sc. : B. Keaton regarde la parade de Mardi gras avec sa petite amie. Fatty se trouve sur la plage avec sa femme, plutôt acariâtre, et joue comme un enfant avec un seau et une pelle. Pour échapper à son épouse, il s’enterre dans le sable et observe avec un périscope. Elle part à sa recherche et rencontre un vieil ami (Al. St. John). Tout le monde se retrouve au parc d’attraction. Al St. John vole la petite amie de Keaton. Il fait quelques tours de manège avec elle, mais les vagues artificielles lui donnent le mal de mer. Fatty, à son tour, séduit la jeune fille tandis que St. John achète des glaces. Lorsque ce dernier revient, une dispute éclate. Fatty s’arrange pour faire embarquer St. John au poste. Keaton essaye sa force avec une grosse masse, mais Fatty montre qu’il est le plus costaud. Il monte alors avec la jeune fille sur un toboggan qui termine sa course dans un lac artificiel. Baignade générale. Ils décident d’aller sur la plage, mais on ne trouve pas de maillot assez grand pour Fatty, qui dérobe celui d’une grosse dame et se met une perruque. Keaton se fait engager comme maître nageur. Au commissariat, Mme Fatty fait libérer St. John et tous deux partent sur la plage à la recherche du mari disparu. St. John retrouve Fatty déguisé et flirte avec lui sans le reconnaître. Keaton, avec une canne à pêche, enlève la perruque et dévoile la véritable identité de Fatty. Il s’ensuit une longue bagarre dans la mer entre Fatty et St. John. La police arrive et arrête les deux hommes tandis que Keaton part avec sa fiancée retrouvée. En cellule, Fatty assomme successivement tous les policiers et s’enfuit avec son compagnon. Un intertitre annonce que « les femmes étant la cause de tous leurs maux, ils renoncent à s’y intéresser », mais dès qu’ils aperçoivent une jolie fille, ils se lancent à ses trousses.
Catalogues Les Grands Films Classiques et Blackhawk. (d.v.)

10.12 – A Country Hero (Fatty m’assiste) (2b)
– R/Sc. : Roscoe Arbuckle – Sc. : Herbert Warren – I : Buster Keaton, Al St. John, Alice Lake, Joe Keaton, Stanley Pembroke.
Sc. : Fatty incarne un forgeron dans un village imaginaire (Jazzville). Fatty et Cy Clone (). Keaton), le propriétaire du garage local, sont en rivalité pour séduire une jolie institutrice (A. Lake). Un gars de la ville (A. St. John) met d’accord les deux rivaux en essayant de voler la jeune fille. Au bal annuel, les vedettes de vaudeville amateurs font leur numéro : B. Keaton, costumé en Fatima ondulante, charme un long bas noir qui sort d’une boîte à cigares comme un serpent.
Pas ce copie connue.

1918

20.1 – Out West (Fatty bistro) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – Sc. : Natalie Talmage – I : Buster Keaton, Al St. John, Alice Lake, Joe Keaton. « Out West parodie les westerns mélodramatiques classiques avec leurs cafés-dancings pleins de vie, leurs duels au pistolet, etc. Fatty, éjecté d’un train de marchandise par un employé irascible, débarque à Mad Dog Gulch, “la ville la plus rude de toute l’histoire du cinéma”, juste au moment où Heartless Bill (A. St. John) fait une attaque à main armée. Fatty, avec trois Indiens à ses trousses, défonce à grande vitesse la porte du Saloon de la Dernière Chance et, du coup, perturbe le bandit qui se trouvait, désinvolte, juste derrière les portes battantes. Aidé de Bill Bullhum (B. Keaton), un joueur presque imperturbable à qui sont dévolues les pires culbutes, et fasciné par Salvation Sue (A. Lake), Fatty devient le héros d’une série d’aventures surprenantes face à Heartless Bill, jusqu’à ce qu’il découvre le point faible du bandit : il suffit de le chatouiller pour le mettre hors de combat » (Variety, 25/1/1918).

7.3 – The Bell Boy (Fatty groom) (2b) – R/Sc. : : Roscoe Arbuckle – I : Buster Keaton, Al St. John, Alice Lake, Joe Keaton, Charles Dudley.
Sc. : Fatty et B. Keaton sont grooms dans un hôtel dont l’ascenseur est mû de l’extérieur de l’immeuble par un cheval poussif. Al St. John est réceptionniste. En outre, Fatty est aussi coiffeur et homme à tout faire. Entre un individu barbu aux cheveux longs qu’ils surnomment « Jassrutin, the Mad Monkey » ; Fatty l’assoit sur son fauteuil de coiffeur, dos au public ; à l’aide d’une paire de ciseaux, la victime est alors transformée en général Grant, en Lincoln, en Kaiser, etc., chaque fois en faisant tournoyer le siège. L’ascenseur est bloqué entre deux étages et le cheval rétif ne veut plus bouger ; A. St. John allume un feu sous le quadrupède, mais la corde qui le relie à l’ascenseur brûle elle aussi. Cependant, Fatty essaye de dépanner à l’aide d’une longue planche ; la manucure de l’hôtel (A. Lake) marche sur la planche et déclenche la catastrophe : l’ascenseur s’effondre et elle est catapultée sur une tête d’élan accrochée dans le hall. Puis Fatty demande à ses collègues de simuler un hold-up afin d’intervenir héroïquement et d’impressionner A. Lake. Mais, pendant le simulacre, de vrais voleurs arrivent. Il s’ensuit une mêlée où B. Keaton et A. St. John rivalisent d’acrobaties.

13.5 – Moonshine (La mission de Fatty) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle – I : AL St. John, Buster Keaton, Alice Lake, Joe Bordeau, Charles Dudley
Sc. : Roscoe et Buster jouent deux agents du fisc qui tentent de prendre le contrôle d’un alambic utilisé par des trafiquants d’alcool en Virginie. Fatty circule dans une belle limousine conduite par un chauffeur d’où surgit une armée de 54 policiers. Au cours de leur enquête, Fatty est capturé par les bandits et enfermé dans la cave d’une masure. Il est stupéfait d’y trouver un salon luxueux ; A. Lake, la fille du chef, apparaît et lui offre un somptueux dîner.
Un exemplaire du Comte de Monte-Cristo lui inspire une évasion facile : il s’enduit de ketch-up, tire un coup de revolver (donné par A. Lake) et fait le mort. On le jette à la rivière... Puis Fatty rencontre un pittoresque montagnard (A. St. John) ; il est capturé à nouveau et ficelé avec de la dynamite dans une cabane. Tout saute, mais le film fait marche arrière, la cabane se reconstitue et Fatty sort indemne. B. Keaton extermine tous les bandits à coups de revolver.
« Le film est extravagant mais extraordinaire. Machinerie photographique et machinerie scénique y réalisent cette virtuosité incroyable déjà vue dans Fatty groom et dans quelques folies acrobatiques de Mack Sennett ou chez Fox. Le passage où deux bouffons, parodiant des singes, se poursuivent sur un arbre magnifique, volent de branche en branche, bondissent à travers les feuillages fragiles, a de la beauté » (Louis Delluc, Paris-Midi, 11/5/1920).

22.6 – Good Night Nurse (Fatty à la clinique) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle – I : Buster Keaton, Al St. John, Alice Lake, Kate Price ( ?), Joe Bordeau, Joe Keaton ( ?).
Sc. : Fatty éméché erre sous des trombes d’eau ; son but : garder sa cigarette au sec et, surtout, l’allumer. Le propriétaire du drugstore du coin refuse de le laisse rentrer vu son état d’ébriété avancé. Arrive un autre ivrogne, encore plus saoul que Fatty, qui, après avoir pris le chien de ce dernier pour un parapluie, décide de s’en aller. Fatty écrit une adresse sur la chemise du poivrot, colle un timbre sur son front et le dépose dans une boîte à lettres. La femme de Fatty, lasse de ses excès de boisson, emmène son mari dans une clinique de désintoxication dirigée par deux docteurs (Keaton et St. John). Pendant sa convalescence, Fatty rencontre une demi-folle en détresse (A. Lake) à qui il veut apporter son aide. Après que tous deux ont maîtrisé le personnel, ils s’échappent, mais, sitôt dehors, A. Lake choisit de retourner en clinique.
« La clinique de Good Night Nurse est une véritable maison d’horreur où les infirmiers sortent des chambres en tenant sous le bras une scie et une jambe coupée, où le comique frappe sauvagement un adversaire avec un sac pesant dont il sort ensuite une malade hallucinée » (Petr Kral, op. cit., p. 85). (d.v.)

  • 10 Jim Kline, The Complete Films of Buster Keaton, N.Y., Citadel Press Books, 1993, p. 49.

20.8 – The Cook (Fatty cuisinier) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle – I : Buster Keaton, Al St. John, Alice Lake, Glen Cavender, le chien Luke.
Sc. : Fatty, cuisinier dans une maison bourgeoise, utilise un ventilateur pour couper les légumes, renverse le potage et répare les dégâts avec une éponge qu’il presse ensuite dans l’assiette des invités auxquels il distribue des pailles au lieu de cuillers. N’ayant plus de rhum pour faire flamber un dessert, il l’arrose généreusement d’essence et y met le feu. Il ne tarde pas à se battre avec les invités et verse le contenu d’une cafetière dans le pantalon de l’un d’eux. À la suite d’un cambriolage, Al St. John et B. Keaton sont emmenés au poste : on leur propose la prison ou l’incorporation dans la police. Ils choisissent la deuxième solution. Envoyés dans la maison de Fatty où un cambrioleur est signalé, ils s’y rendent après une longue course à travers bois, collines et terrains vagues. (D’après Jean-Pierre Coursodon, op. cit., pp. 47-48.) (d.v.)
Copie ( ?) aux Archives du cinéma danois (Copenhague).
Selon Jim Kline10, le film, remake de The Waiter’s Ball (1916), serait perdu et confondu le plus souvent avec The Rough House (1917).

24.11 – The Sheriff (Fatty joue Douglas) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle – I : Betty Compson, Mario Bianchi, Glen Cavender. « Dans l’Ouest américain, Fatty incarne un représentant de la loi qui, amateur de films de Douglas Fairbanks, rêve d’actes héroïques. Un retour en arrière nous le montre courtisant une jeune fille à Mexico : vêtu de velours et jouant de la guitare, il provoque des incidents divers dans la ville. Son shérif-adjoint, Snowball, est un enfant noir de 8 ans. Un desperado (A. St. John) débarque et fait la guerre à l’institutrice dont Fatty est amoureux. Le vilain capture la jeune fille, l’attache et pointe sur son crâne un pistolet qui explosera à l’heure voulue. Le chien fidèle de la demoiselle creuse un tunnel sous la cabane et détache l’héroïne juste au moment où le bandit entre et reçoit le coup fatal » (Variety, 6/12/1918).

40Famous Players Lasky :

 ?. 11 – United States Fourth Liberty Loan Driver et Canadian Victory Loan Driver
Films de propagande tournés avec de nombreuses vedettes.

1919

41Comique Film Corporation (Joseph M. Schenck) – Paramount Famous Players Lasky :

1.1 – Camping Out (Fatty débarque ou Fatty en vacances) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle – I : Al St. John, Alice Lake.

16.2 – The Pullman Porter (Fatty portier) (2b) – R/Sc. : Roscoe Arbuckle – I : Al St. John. 21.2 – Love (Fatty rival de Picratt) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – Sc. : Vincent Bryan – I : Al St. John, Winnifer Westover, Monty Banks.
Copie au National Film Archive (Londres).

5.4 – The Bank Clerk (2b) R : Roscoe Arbuckle, I : Molly Malone.

15.6 – A Desert Hero (Le salut de Fatty [ ?]) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – Sc. : Jean Havez – I : Al St. John, Monte Collins, John Coogan, Alice Lake, Molly Malone.

20.8 – Back Stage (Fatty cabotin) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – Sc. : Jean Havez – I : Al St. John, Buster Keaton, Molly Malone, John Coogan, Alice Lake, le chien Luke ;
Sc. : Fatty assume les fonctions de chef machiniste avec pour assistants B. Keaton et A. St. John.
Arrivée de la troupe pour le show du soir. L’hercule du spectacle malmène son assistante (M. Malone) et les machinistes interviennent. B. Keaton lui frappe le crâne à coups de hache, sans résultat, puis Fatty électrifie les haltères... L’hercule, en colère, fomente une grève suivie par tous les artistes. Les machinistes décident d’assurer le spectacle à eux seuls. Au cours de la soirée, Fatty cajole M. Malone et met en fureur l’hercule qui assiste au spectacle et tire sur la jeune fille. Bagarre générale et la brute est maîtrisée.

13.10 – The Hayseed (Fatty au village) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – Sc. : Jean Havez – I : Buster Keaton, John Coogan, Molly Malones, Al St. John, le chien Luke.
Sc. : Fatty, postier dans une petite ville, fait sa tournée avec un chariot tiré par Fido. Il est amoureux d’une jeune fille (M. Malone) et a pour rival un agent de police (J. Coogan) qui vole une lettre contenant 300 $. Au cours d’une soirée, Fatty et B. Keaton font un beau numéro de danse acrobatique, puis Fatty chante une romance qui fait pleurer tout le monde (il a mangé de l’oignon pour éclaircir sa voix !). Le policier jaloux accuse publiquement Fatty de vol, mais il est démasqué. Copie au musée d’Art moderne (New York).

1920

11.1 – The Garage (Fatty garagiste ou Fatty et Malec mécanos ou Le garage de Fatty) (2b) – R : Roscoe Arbuckle – Sc. : Jean Havez-I : Buster Keaton, Molly Malone, Harry McCoy, Daniel Crimmons, Monty Banks. Sc. : Fatty et B. Keaton travaillent dans un garage. Fatty a briqué à neuf une voiture pour un client. Keaton la salit et déclenche une bagarre au cours de laquelle la carrosserie se couvre de débris divers. Lorsque le client arrive, Keaton et un autre employé sont chargés de le faire patienter en attendant que Fatty la mette à neuf. Un autre client veut louer une voiture pour pas cher : le tacot qu’on lui confie se décompose en mille morceaux. M. Malone est victime des assiduités d’un personnage très obstiné ; Fatty noircit la figure du prétendant, puis le pantalon, met du cambouis sur son bouquet de sorte que la jeune fille est elle aussi maculée de noir. Keaton et Fatty entreprennent de laver le jeune homme au jet et le sèchent sur le plateau tournant. Pour se venger, l’amoureux lance un chien qu’il fait passer pour enragé. Poursuites folles au cours desquelles B. Keaton perd son pantalon qu’il remplace par un kilt découpé sur une affiche de whisky. Fatty le tire d’affaire. Les deux hommes sont aussi pompiers et sortent la pompe à incendie sur un faux appel du prétendant. Pendant ce temps, le feu se déclare au garage. Ils parviendront à sauver M. Malone, prisonnière des flammes.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

42Famous Players-Lasky :

26.8 – The Round-Up (Fatty, l’intrépide shérif ou Fatty shérif) (7b) – R : George Melford -Sc. : Tom Forman – I : Tom Forman, Irving Cummings, Mabel Julienne Scott, Jean Acker, Wallace Beery, Buster Keaton (un Indien).
Sc. : L’ingénieur Dick Lane (I. Cummings) ne revient pas d’Arizona : sa fiancée Echo Allen (Mabel J. Scott) pense qu’il est mort et accepte de se marier avec Jack Payson (T. Forman). La veille de la cérémonie, Dick revient et Jack le renvoie après avoir récupéré les 3 000 dollars que lui devait le jeune ingénieur. Pendant ce temps, un hors-la-loi, Buck McKee (W. Beery), qui a volé un train, fait porter les soupçons sur le jeune marié. Afin de s’expliquer, Jack confesse le retour de Dick à Echo et se lance à sa poursuite à cheval dans le désert. II le rejoint, mais ils sont tous deux attaqués par des Indiens et Dick est mortellement blessé. Slim Hoover (Fatty), le shérif, vient à la rescousse et la cavalerie américaine arrive à temps pour entendre la confession de Dick mourant qui innocente Jack. Ce dernier revient chez lui et se marie avec Echo.
Premier long métrage de Fatty.

8.11 – The Life of the Parti) (Fatty candidat) (5 ou 6b) – R : lames Henabery – Sc. : Walter Wood – I : Viola Daniel, Winnifred Greenwood, Roscoe Karns, Julia Faye, Frank Campeau.
Sc. : Milly Hollister (V. Daniel), la secrétaire de la Better Baby League, consulte le juge Voris (F. Campeau) pour avoir son avis dans le combat qu’elle mène contre le trust du lait, sans se douter qu’il est lui même en relation étroite avec ce trust. Le juge envoi Milly à l’attorney Algernon Leary (Fatty) qu’il considère comme un bouffon incompétent. Le corpulent attorney est si ému par Milly que, quoique très pauvre, il accepte de défendre sa cause pour rien. Quand l’affaire est jugée par le juge Voris, ce dernier ridiculise Leary et le fait jeter hors du tribunal. En colère, Leary dénonce Voris, maintenant candidat à la mairie, comme un complice du trust et, avec l’aide de l’organisation de Milly, il décide de se présenter lui-même comme maire. Pour discréditer son adversaire, Voris loue les services d’une femme de mauvaise vie, Fench Kate (J. Faye), afin de compromettre Leary. Après une série de mésaventures, Leary gagne à la fois les élections et le cœur de Milly.

1921

4.1 – Brewster’s Millions (Les millions de Fatty) (6b) – R : Joseph Henabery – Sc. : Walter Wood – I : Betty Ross Clark, Fred W. Huntley, Marian Skinner, lames Corrigan, lean Acker.
Sc. : Monte Brewster (Fatty) hérite 2 millions de dollars d’un grand-père. L’autre grand-père lui promet 10 millions de dollars s’il parvient à dépenser son héritage en un an tout en restant célibataire. Monte fait de son mieux, mais il semble devenir de plus en plus riche au fur et à mesure qu’il dépense... Ses amis et sa secrétaire Peggy Gray (B. Ross Clark) sauvent et investissent cet argent au lieu de l’aider à le dépenser. Une croisière désastreuse au Pérou sauve finalement la situation. Monte est ruiné mais se marie avec Peggy, si bien que le grand-père n’est pas satisfait. Cependant, le yacht récupéré rapporte à Monty une forte somme et les investissements de Peggy dans une mine d’argent péruvienne se révèlent lucratifs.

3.4 – The Dollar-A-Year Man (Fatty détective amateur) (5b) – R : lames Cruze – Sc. : Walter Wood – I : Lila Lee, Winnifred Greenwood, Jean M. Dumont, Edward Sutherland, Edwin Stevens.
Sc. : Le blanchisseur Franklin Pinney (Fatty), propriétaire du seul bateau à moteur du Yacht Club de Santa Fe, est prié de ne pas assister à la réception du club à l’occasion de la visite d’un prince. Fatty rencontre le prince dans une maison hantée : une bande d’anarchistes a comploté son enlèvement. Il découvre que le père de sa petite amie, qui appartient aux services secrets, est sur la piste des anarchistes et a été désigné comme garde du corps du prince. Fatty et le prince triomphent de leurs gardiens. Invité à la réception, le blanchisseur est accueilli comme un héros et le père de son amie accepte le mariage.

5.6 – The Traveling Salesman (Fatty placier) (5b) – R : Joseph Henabery – Sc. : Walter Wood-I : Betty Ross Clark, Frank Holland, Wilton Taylor, Lucille Ward,)im Blackwell, Richard Wayne.
Sc. : Bob Blake (Fatty), voyageur de commerce, se retrouve à une gare de jonction au lieu de sa vraie destination à la suite d’une plaisanterie faite par deux amis. Il passe la nuit dans une maison vide, à vendre. À Grand River, il tombe amoureux de sa propriétaire Beth Elliott (B. Ross Clark). Le politicien Martin Drury (W. Taylor) conspire avec le soupirant de Beth, Francolin (F. Holland), pour acheter la propriété bon marché, sachant qu’elle est convoitée par les Chemins de Fer, mais Bob triomphe à la vente et paye les taxes. Beth, trouvant que Bob l’a déçue, accepte leur offre, mais quand ils apprennent qu’une signature de femme n’est pas valable sans l’accord de son mari, Bob et Beth se marient, ruinant les projets du politicien.

20.8 – Gasoline Gus (Fatty fait de l’auto) (5b ?) – R : James Cruze – Sc. : Walter Wood – I : Lila Lee, Charles Ogle, Theodore Lorch, Wilton Taylor, Knute Erickson.
Farce qui raconte l’histoire d’un pauvre nigaud qui devient millionnaire avec un puits de pétrole truqué. Le film fut retiré des circuits en septembre 1921.

28.8 – Crazy to Marry ou Should a Man Marry ? (Fatty veut se marier ou Tu trembles, Fatty) (5b) – R : lames Cruze-Sc : Frank Condom – I : Lila Lee, Lura Anson, Edwin Stevens, Lilian Leighton.
Sc. : Le Dr Fatty Cranold, célèbre médecin, veut se marier. Il a rendez-vous sur l’île aux Begonias, résidence d’été du riche Thomas Ridling dont la femme Aglaé rêve de marier sa fille Kate à une personnalité. Mais Kate a déjà un amoureux, Arthur Marmer. Les fiançailles de Fatty et de Kate vont être célébrées au Snob Hôtel. Ce matin-là, Fatty fait son cours à l’école de médecine, puis, passant devant un grand magasin, entre pour se faire habiller en élégant jeune fiancé. À la sortie, une jolie cliente, Juliet Holnick (L. Lee), qui cherche une auto de louage le prend pour un simple chauffeur et se fait conduire au restaurant du Snob Hôtel. Fatty, qui a appris que ses futurs beaux-parents se moquaient de lui, préfère jouer le jeu. Il emmène la jeune fille à 150 km de l’hôtel tandis que le jeune amoureux enlève Kate. Juliet s’est enfuie le matin même de chez ses parents qui voulaient la marier de force à un rasta-quouère. Après maintes péripéties, Fatty épouse Juliet et loue une villa pittoresque pour passer sa lune de miel aux environs de San Francisco.

Leap Year (5b) – R : James Cruze – Sc. : Walter Wood – I : Mary Thurman, Lucien Littlefield, Harriett Hammond.
Fatty a des problèmes lorsqu’il demande à ses amies leur avis sur le mariage.
Preview en 1921. Le film ne sera distribué qu’en Europe, le 26 mars 1922.
Catalogue Milestone Movies Corp.

Freight Prepaid ou Тhе Fast Freight (5b) – R : James Cruze – Sc. : Curtis Benton – I : Lila Lee, Nigel Barrie, Herbert Standing, Raymond Hath.
Preview en 1921 le film ne sera distribué qu’en Europe, le 18 juin 1922.

1923

19.8 – Hollywood (8b) – R : lames Cruzes -Sc. : Frank Condom.

Fatty, parmi une multitude de vedettes, apparaît dans le bureau de distribution des rôles.

1925

43M.G.M. :

1.11 – Go West (7b) – R : Buster Keaton – I : Buster Keaton.
Apparition de Fatty dans le rôle d’une dame dans un grand magasin.

FILMS PARLANTS :

1932

44Vitaphone :

12.11 – Heu Pop (2b) – R : Alf Goulding – Sc. : Jack Henley et Glen Lambert – I : Billy Hayes, Addie McPhail, Jack Shutta, Dan Wolheim, Milton Wallace, Leo Hoyt, Herschel Mayall, Florence Auer.
Sc. : « Billy (B. Hayes) s’est enfui de l’orphelinat où l’a abandonné sa mère.
Il cherche asile dans la cuisine d’un restaurant et rencontre Fatty, un sympathique cuisinier. Ce dernier aide l’enfant à échapper aux recherches en le faisant sortir du restaurant déguisé en quartier de boeuf ! Mais il est renvoyé et emmène le petit chez lui pour le tirer d’affaire. Chez l’épicier et le boucher, il provoque une bagarre de telle façon que ces derniers le bombardent de nourriture gratuite. Il vole aussi le lait sur la porte du voisin. Cependant, l’enfant, toujours recherché, et Fatty sont poursuivis dans les rues. Fatty s’habille en travesti et cache Billy dans une voiture d’enfant. Le stratagème réussit si bien que les deux amis gagnent le premier prix dans un concours de bébés. Mais Fatty, qui donnait de pertinents conseils aux autres mères, voit soudain sa robe arrachée et la vérité éclate. Fatty et Billy s’enfuient en courant et ne trouvent refuge que derrière les grilles imposantes de l’orphelinat » (Henry Jenkins, Griffithiana, n° 48/49, oct. 1993, p. 56).

1933

4.2 – Buzzin’Around (2b) – R : Alf Goulding -Sc. : Jack Henley et Glen Lamber – I : Al St. John, Dan Coleman, Alice May Tuck, Tom Smith, Al Ochs, Harry Ward, Gertrude Mudge, Fritz Hubert.
Sc. : Fatty et Picratt habitent chez leur mère. Le premier a inventé un liquide miracle qui rend incassable, et même élastique, la porcelaine. Un essai sur un vase est concluant : celui-ci rebondit comme un ballon. Mais Picratt échange les flacons par erreur : Fatty emporte une bouteille pleine de cidre pour faire une démonstration dans un magasin de porcelaine tenu par lames Boggs. Picratt et son chien, montés sur un véhicule original (une baignoire-tricycle propulsée par hélice), n’arrivent pas à temps malgré les obstacles qui se dressent sur le chemin de Fatty. D’abord ce dernier est attaqué par un essaim d’abeilles et il doit chercher du secours dans une pharmacie ; en effet, une abeille qu’il a avalée refuse obstinément de sortir de sa bouche. Puis il doit s’arranger pour contraindre un couple à lui céder sa place de parking. Enfin, il démolit la voiture de Boggs. Une fois à destination, Fatty terrorise les employés du magasin en cassant des tas d’objets précieux sans comprendre pourquoi son produit miracle ne fonctionne pas. Picratt et Boggs arrivent presque simultanément. Boggs se fâche : il s’ensuit une bagarre à coups de vases et de plats. Fatty, la tête protégée par une cage à oiseau, coince le crâne du directeur dans une presse. Arrivée de la police et fuite des deux lascars avec leur chien dans leur véhicule.
(D’après une copie 8 millimètres incomplète [1b].)

24.6 – How’ve You Bean ? (2b) – R : Alf Goulding – Sc. : Jack Henley et Glen Lambert – I : Mildred Van Dorn, Fritz Hubert.
Sc. : « Abner Higginsbottom (Fatty) et Willie Grouch (F. Hubert) inaugurent leur nouvelle épicerie. Une foule compacte se presse pour avoir des produits gratis. Un homme voit son chapeau rempli de mélasse collé sur son crâne chauve. Après avoir entendu une annonce à la radio, les deux épiciers prennent le juge et son maître d’hôtel pour deux faussaires ; il s’ensuit une monumentale bataille à coup de sacs de farine qui laisse leur magasin en piteux état et le juge de fort mauvaise humeur. Abner et Willie doivent participer au mariage de la fille du juge, mais leurs efforts pour se rendre utiles provoquent quelques perturbations : leurs manières à table sont peu orthodoxes, ils glissent sans cesse sur les planchers cirés avec leurs chaussures neuves, ils boxent le juge pendant la cérémonie et enfin ils font cuire par erreur des haricots sauteurs du Mexique, provoquant des sauts spasmodiques de toute la noce. Pour finir, ils déchirent la robe de soirée de la mère de la mariée » (Henry Jenkins, Griffithiana, n° 48/49, oct. 1993, pp. 57-58).

30.9 – Close Relations (2b) – R : Raymond McCarey – I : Charles Judels, Mildred Van Dorn, Harry Shannon, Shemp Howard, Hugh O’Connell.
Sc. : « L’oncle Ezra Wart (Ch.
Judels) charge son docteur de retrouver tous les membres de sa famille de façon qu’il sache comment distribuer sa fortune. Les cousins Wilbur (Fatty) et Harry (H. Shannon) se rencontrent dans une gare. Leurs relations sont perturbées par quelques incidents fâcheux : une valise écrasée, une veste déchirée et un œil au beurre noir. Ils se retrouvent assez surpris chez l’oncle Wart et apprennent qu’ils sont les deux seuls héritiers. Pour cela, ils doivent éviter toute conduite excentrique et supprimer tout signe d’animosité personnelle. Malgré leurs bonnes résolutions, Wilbur et Harry finissent par envoyer une balle de golf au fond de la gorge de l’oncle Wart, à le gonfler d’hélium comme un ballon, à l’enflammer et à le précipiter au fond d’un puits tout en martyrisant son pied bandé. C’est seulement après de nombreuses péripéties qu’ils apprennent que l’oncle, son infirmière, le docteur sont des malades hospitalisés dans un asile de fous » (Henry Jenkins, Griffithiana, n° 48/49, oct. 1993, pp. 58-59).

25.11 – In the Dough (2b) – R : Ray McCarey, I : Lionel Sander, Shemp Howard, Marie Marion ( ?), Fred Harper, Dan Coleman ( ?). Sc. : « Deux gangsters, Skinner (L. Sander) et Bugs (S. Howard), malmènent le propriétaire d’une boulangerie qui refuse leur protection. Insouciant du danger, Slim (Fatty) accepte de devenir boulanger. Sa première rencontre avec les gangsters se solde par un combat avec de la pâte et se termine par l’arrivée des flics. Les voyous jurent de se venger : Skinner met une bombe dans un des gâteaux d’anniversaire du magasin ; elle explosera dès que le gâteau sera partagé. Peu après, Mazie, la maîtresse d’un des gangsters, achète le gâteau pour faire une surprise à Skinner le jour de son anniversaire et insiste pour que Fatty livre lui-même le gâteau. La soirée devient vraiment explosive lorsque le gâteau saute à la figure de Skinner. Les gangsters, le visage noirci, les vêtements en lambeaux, font irruption dans la boulangerie pour régler leurs comptes : tout se termine par une bataille de tartes à la crème entre les gangsters, les employés de la boulangerie et la police. » (Henry Jenkins, Griffithiana, n° 48/49, oct. 1993, pp. 59-60).

30.11 – Tomalio (2b) – R : Ray McCarey – Sc. : Jack Henley et Glen Lambert – I : Charles Judels, Phyllis Holden, Fritz Hubert.
Sc. : « Le général Garcia (Ch. Judels) est toujours accompagné par une équipe qui tient à la fois de la fanfare militaire et du peloton d’exécution. À la suite de sa victoire dans la course à pied de Tomalio, il complote pour obtenir la main de la jolie Lolita (P. Holden). Deux Américains sans le sou débarquent : Wilbur (Fatty) et Fritz (F. Hubert), qui rapidement s’entichent de Lolita et l’aident à échapper aux entreprises du général. Ils vont donner une sérénade à Lolita pendant que son père leur jette des pots de fleurs sur la tête. Garcia, jaloux, essaye de découvrir ses rivaux ; ses hommes, par erreur, flanquent une correction au Président qu’ils prennent pour Wilbur et le précipitent par la fenêtre dans une fontaine. Garcia finit par traîner les deux Américains devant le peloton d’exécution, mais Lolita supplie qu’on les épargne. Garcia accepte à condition que Wilbur gagne une course à pied. Garcia est bien décidé à empêcher Wilbur de gagner par tous les moyens, mais Fritz met une grosse araignée dans le pantalon de Wilbur et ce dernier dépasse tout le monde. Garcia, dépouillé de son trophée et de son sifflet de chef, abandonné par sa troupe, reçoit une volée des mains de Wilbur et Fritz » (Henry Jenkins, Griffithiana, n° 48/49, oct. 1993, pp. 60-61).

II. COMME REALISATEUR SEULEMENT :

1916

45Triangle-Keystone :

14.5 – The Moonshiners (2b) – I : Al St. John, Alice Lake, Joe Bordeau, Bert Frank, Horace). Haines, Mike Eagan, lames Bryant, H.J. Thompson.

1924-1925

46Il aurait collaboré comme réalisateur, sans être crédité au générique, à un certain nombres de films en deux bobines avec Al St. John :

47Educational :

1924 : 18.5 – The Banehead –, 27.7 – His First Car ;

24.8 – Never Again ; 26.10 – Stupid but Brave.

28.12 – Lovemania. 1925 : ?3 – Dynamite Doggie ; 12.4 – The Iron Mule ; 21.5 – Curses.

1925

48Sous le pseudonyme de William Goodrich

49Educational-Tuxedo Comedies :

20.9 – The Tourist (2b) – I : Johnny Arthur, Helen Foster.

50Educational-Hamilton Comedies :

4.10 – The Movies (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Lloyd Hamilton, Marcella Daley, Arthur Thalasso, Frank Jonasson, Glen Cavender.

51Educational-Tuxedo Comedies :

2.11 – Cleanin’ Up (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Johnny Arthur, George Davis.

52Educational-Lupino Lane Comedies :

6.12 – The Fighting Dude (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Lupino Lane, Virginia Vance, Wallace Lupino, Glen Cavender, George Davis.

1926

53Educational-Tuxedo Comedies :

17.3 – My Stars (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Johnny Arthur, Virginia Vance, Fence Lee, Glen Cavender, George Davis.

24.3 – Home Cured (2b) – Sc. : Donna Barrell – I : Johnny Arthur, Virginia Vance, Glen Cavender, George Davis.

54Educational-Lupino Lane Comedies :

10.5 – His Private Life (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Lupino Lane, Virginia Vance, Geoge Davis, Jack Lloyd.

22.6 – Fool’s Luck (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Lupino Lane, Virginia Vance, George Davis, Jack Lloyd.

55Educational-Hamilton Comedies :

12.12 – One Sunday Morning (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Lloyd Hamilton.

1927

30.1 – Peaceful Oscar (2b) – R/Sc. : William Goodrich-I : Lloyd Hamilton.

56MGM :

2.3 – The Red Mill (7b) – Sc. : Frances Marion – I : Marion Davies, Owen Moore, Louise Fazenda, George Siegman, Karl Dane.
Terminé par King Vidor, sous la pression de William Hearst qui n’était pas satisfait de R. Arbuckle.

57Famous Players-Lasky :

26.3 – Special Delivery (L’as des PTT) (L.M.) – Sc. : John Goodrich – I : Eddie Cantor, Jobyna Ralston, William Powell, Donald Keith, Paul Kelly, Jack Dougherty, Mary Car.

1930

58Educational :

21.9- Sisi Senor (2b) – I : Tom Patriola, Joe Phillips, Chiquita, Carmel Guerrox.

5.10 – Won by a Neck (2b) – Sc. : Tom Whiteley – I : Lloyd Hamilton.

27.12 – Up a Tree (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Lloyd Hamilton, Del Henderson, Addie McPhail.

1931

4.1 – Three Hollywood Girls (2b) – I : Lesta Lane, Ria Flynn, Phyllis Crane, Eddie Nugent.

18.1 – Marriage Rows (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Lloyd Hamilton, AI St. John, Addie McPhail, Doris Deane, Edna Marion.

1.3 – Pete and Repeat (2b) – I : Bud Harrison, Pienie Elmo.

8.3 – Ex-Plumber (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Lloyd Hamilton, Addie McPhail, Stanley Blystone, Michell Lewis.

5.4 – Crashing Hollywood (2b) – I : Virginia Brooks, Rita Flynn, Phyllis Crane, Eddie Nugent.

3.5 – Windy Riley Goes Hollywood (2b) – I : Louise Brooks, Jack Shutta, William Davidson, Wilbur Mack, Del Henderson. 24.5 – The Back Page (2b) – Sc. : Ernest Pagano et Jack Townley – I : George Chandler, Virginia Brooks, Wheeler Oakman.

5.7 – The Lure of Hollywood (2b) – I : Virginia Brooks, Rita Flynn, Phyllis Crane, George Chandler.

59RKO :

13.7 – That’s My Line (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Louis John Bartels, Paul Hurst, Doris McMahon.

60Educational :

30.8 – Honeymoon Trio (1b) – Sc. : Ernest Pagano et Jack Townley – I : Walter Catlett, Al St. John, Dorothy Granger.

20.9 – Up Pops the Duke (2b) – Sc. : Ernest Pagano et Jack Townley – I : George Chandler, Pauline Wagner, Helen Bolton.

61RKO :

21.9 – Beach Pajamas (2b) – R/Sc. : William Goodrich – I : Louis John Bartels (Traveling Man Comedies).

28.9 – Take’em and Shake’em (2b) – I : Jean MacCloy, Marion Shilling, Gertrude Short.

62Educational :

4.10 – That’s My Meat (2b) – I : Al St. John.

25.10 – One Quiet Night (2b).

18.11 – Queenie of Hollywood (2b) – I : Virginia Brooks, Rita Flynn, Jeanne Flarrin.

22.11 – Once a Hero (2b) – I : Emerson Tracy.

26.11 – The Tamale Vendor (2b) – I : Tom Patricola.

29.11 – Idle Roomers (2b) – Sc. : Ernest Pagano et Jack Townley.

27.12 – Smart Work (1 b) – Sc. : Ernest Pagano et Jack Townley – I : Billy Dooley, Addie McPhail.

1932

10.1 – Moonlight and Cactus (2b) – Sc. : Ewart Adamson – I : Tom Patricola. 24.1 – Keep Laughing (2b) – Sc. : Ernest Pagano et Jack Townley – I : Monty Collins, Addie McPhail, Bryant Washburn, Phyllis Crane, Jack Shaw.

24.1 – Anybody’s Goat (1b) – Sc. : Ernest Pagano et Jack Townley.

21.2 – Bridge Wives (1b) – Sc. : Ernest Pagano et Jack Townley – I : Al St. John.

13.3 – Hollywood Luck (2b) – Sc. : Ernest Pagano et Jack Townley – I : Virginia Brooks, Rita Flynn, Frances Dean.

20.3 – Mother’s Holiday (2b) – Sc. : Walter Catlett.

27.3 – It’s a Cinch (2b) – Sc. : Ernest Pagano et Jack Townley – I : Monty Collins, Phyllis Crane.

8.5 – Hollywood Lights (2b) – Sc. : Ernest Pagano et Jack Townley.

63R.K.O. :

23.5 – Gigolettes (2b) – Sc. : Beatrice Van.

27.6 – Niagara Falls (2b) – Sc. : Ewart Adamson – I : Jane Mac Cloy.

T.O.N.I. :
(Il s’agit souvent de films rebaptisés lors d’une nouvelle sortie)
Fatty est amoureux (1/1917)

Fatty n’est pas veinard (2b) (11/1918)

Fatty chez lui (2b) (10/1919)

Fatty aimé pour lui-même (2/1921) – I : Mabel Normand, Al St. John.

Les deux Fatty (3/1921)

Fatty trouve un emploi (7/1921)

Fatty s’émancipe (9/1921)

La folle aventure de Fatty (11/1921)

La montre de Fatty (12/1921)

Fatty l’échappe belle (12/1921)

Fatty joue au golf (l/1922)

Fatty badine avec l’amour (1/1922) – I : AL St. John.

Fatty et sa bonne (1/1922)

Fatty sauveteur (2/1922) – I : Mabel Normand.

Fatty mystifié (2/1922)

Fatty chevalier de Mabel (2/1922)

Fatty fait le coq (2/1922)

Fatty coureur de dots (3/1922)

Fatty passe un mauvais quart d’heure (5/1922)

Fatty, la terreur du village (6/1922)

Fatty est trop séduisant (6/1922)

Fatty a des histoires de ménage (9/1922)

Fatty veut tromper Mabel (12/1922)

Fatty fiancé de Mabel.

Notes

1 Robert Florey, Filmland, Paris, Ed. Cinémagazine, 1923, p. 212.

2 L’essentiel de la biographie de R. Arbuckle repose sur les ouvrages suivants : Stuart Oderman, Roscoe « Fatty » Arbuckle, Jefferson, McFarland, 1994.

David A. Yallop, Quel giorno smettemmo di ridere. La vera storia de Fatty Arbuckle, Napoli, Tullio Pironti Ed., 1986.

3 Cité par Suart Oderman, op. cit., p. 79.

4 Robert Florey, op. cit., p. 221.

5 David A. Yallop, op. cit., p. 60.

6 Petr Kral, Les Burlesques ou Parade des somnambules, Paris, Stock, 1983, p. 88.

7 Francesco Ballo, « Omaggio a un censurato permanente, Roscoe Fatty Arbuckle », in Griffithiana, n° 29-30, septembre 1987, pp. 23-26.

8 Robert Desnos, Le Soir, 15 avril 1927.

9 La filmographie de Fatty repose essentiellement sur l’ouvrage de Samuel A. GILL, « Filmografia », in Quel giorno smettemmo di ridere, op. cit., pp. 309-336. Quelques compléments ont cependant été apportés.

10 Jim Kline, The Complete Films of Buster Keaton, N.Y., Citadel Press Books, 1993, p. 49.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search