Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Deuxième partie : dix célébrités

Billy Bevan

Texte intégral

  • 1 Blair Miller, op. cit., p. 24.

1William Bevan Harris, dit Billy Bevan, d’origine australienne comme son collègue Snub Pollard, naquit en effet à Orange (Nouvelle-Galles du Sud) le 29 septembre 18871. Après des études à l’université de Sydney, il effectue son apprentissage de comédien à la Pollard Opera Company tout comme le futur Beaucitron. Il émigre ensuite aux États-Unis, débute au cinéma chez L-KO Universal en 1916, et en 1920 entre chez Mack Sennett ; il lui restera fidèle jusqu’au début du parlant (vers 1930), tant que durera la mode des « shorts ». Chez Sennett, il est d’abord le partenaire de Louise Fazenda jusqu’en 1921. Puis, en 1922, il tourne en vedette une série avec Mildred lune ; à partir de 1924, il fait équipe avec Madeline Hurlock et Andy Clyde et enfin avec Vernon Dent jusqu’en 1929. À une exception près (The Quack Doctor, 1920), il semble ne pas participer à la mise en scène. Enfin, jusqu’à sa mort, le 26 novembre 1957 à Escondido (Californie), il incarnera des seconds rôles dans de nombreux longs métrages.

2Billy Bevan ne semble pas être connu en France sous un sobriquet original : le plus souvent, c’était tout simplement « Billy ». Cependant- dans les copies 9,5 distribuées par Pathé, il était baptisé « Oscar ». Ce petit homme un peu rondouillard joue souvent chez Sennett les rôles tenus chez Hal Roach par son compatriote Snub Pollard. Comme lui, il porte généralement la moustache, mais celle-ci, courbée en demi-cercle, ne dépasse pas la ligne supérieure du menton. Coiffé du classique melon, il est pourtant moins élégant que Beaucitron : sa silhouette plus ramassée lui donne une allure plus prolétarienne. Nous allons montrer que ce clown imprévisible est un produit typique de l’école Sennett : dynamique, inventif, il se montre particulièrement à l’aise dans les poursuites merveilleusement réglées par Del Lord ou Alf Goulding et au cours desquelles il conserve un très relatif sang-froid.

LE TEMOIN DE MACK SENNETT : BILLY BEVAN2

  • 2 Les pages qui suivent, consacrées à Billy Bevan, ont été écrites en collaboration avec Fabrice Coud (...)

3S’il fallait choisir un acteur – ou une comédienne – pour personnifier le monde burlesque de Mack Sennett, nous serions tentés à coup sûr de désigner, parmi Ford Sterling, Chester Conklin, Andy Clyde, Louise Fazenda et tant d’autres, Billy Bevan, compatriote de Harry “Snub” Pollard car né comme lui en Australie.

4C’est que Billy Bevan peut être tenu pour un des acteurs emblèmes de la comédie burlesque telle que la concevait Sennett ; un acteur type, en somme, sans oublier que ses films n’offraient qu’une facette – en vérité éblouissante – du génie comique de ce Canadien débarqué à Hollywood. S’il avait su porter à la perfection la comédie au rythme débridé, jalonnée de gags et de personnages truculents, dans laquelle la course-poursuite jouait un rôle essentiel – le genre où excellait Billy, nous le verrons plus loin –, Mack Sennett avait heureusement compris que certaines personnalités comiques, parmi les plus fortes, ne pouvaient se couler dans ce moule uniforme, et qu’elles devaient librement s’épanouir en suivant leur propre mouvement, fruit d’une inspiration unique. Ainsi Sennett eut-il l’intelligence et l’intuition de laisser assez rapidement s’exprimer Chaplin qui façonna à la Keystone la silhouette de son personnage légendaire tout en restant, somme toute, fidèle à l’esprit Sennett. Il en fut de même pour Fatty, l’inquiétant bébé qui a trop vite grandi de la Keystone, qui obtint la liberté d’imprimer aux films qu’il dirigeait sa marque personnelle... ou pour Langdon qui, dès ses premiers pas, bénéficia de scénarios plus élaborés, de tempos nettement plus modérés, délibérément moins alertes, et d’une réalisation apte à mettre en valeur les espiègles – ou pathétiques – regards en coin de sa vedette.

5De 1920 à 1932, Billy Bevan tourne avec Mack Sennett plus de 80 comédies en deux bobines. Très rapidement promu vedette, il fait d’abord équipe avec la grimaçante Louise Fazenda, puis, en 1922, et pendant deux ans avec Mildred lune. En 1924, au sommet de sa carrière, il forme un tandem comique avec Andy Clyde, la fragile Madeline Hurlock jouant la jeune fille de service. Enfin, vers 1926, il est associé au coléreux Vernon Dent.

6S’il n’a jamais affiché de tenue particulière, comme Chaplin ou Semon, Bevan est aisément repérable : de taille moyenne, l’homme porte le melon traditionnel posé droit sur le crâne. Ses sourcils noirs et marqués soulignent un regard vif et volontiers étonné dont il use et abuse dans les scènes de parodie dramatiques ; ses moustaches – attribut essentiel et particularité des comiques de l’époque – se réduisent à deux touffes de poils raides, plantés sous ses narines. Ce très prolétarien balai-brosse se trouve généralement limité en longueur par une horizontale tangente à la courbe supérieure du menton ! On a pu toutefois dénombrer, non sans surprise, cinq films au moins ou Billy paraît sans cette moustache fétiche : Flirty Four-Flushers (1926), Hayfoot, Strawfoot (1926), Cured in the Excitement (1927), The Bullfighter (1927) et Small Town Princess (1927) ; les exceptions semblent confirmer la règle. Au début de sa carrière, il exerce le plus souvent, dans ses films, divers métiers sans gloire : tour à tour poseur de papiers peints (Ma and Pa, 1922), vendeur ambulant de hot-dogs (Galloping Bungalows, 1924), chef bagagiste (The Cannon Ball Express, 1924), modeste agriculteur (One Spooky Night, 1924), mécano (Lizzies of the Field, 1924), assistant d’un inventeur chevronné (Super-Hooper-Dyne Lizzies, 1925) ou bien d’un détective (Whispering Whiskers, 1926), chercheur d’or (Trimmed in Gold, 1926), garçon de piste (Circus Today, 1926), livreur de glace (Ice Cold Cocos, 1926)... Mais, curieusement, à mesure que s’affirme avec le temps une notoriété croissante, son personnage bénéficie d’une sorte de promotion dans l’échelle sociale, destinée à le hisser au plus haut rang. Le voici bourgeois aisé dirigeant une maison de haute couture (Fight Night, 1926), fréquentant les palaces (The Beach Club, 1928, au titre évocateur), puis courtisant les dames de la bonne société (Pink Pajamas, 1929), si bien qu’il se retrouve vedette d’une suite de films (The Tired Businessman Series) où il incarne Hubby, « l’homme d’affaire fatigué »... par son travail, sans doute. La série (1928-1929) comprend officiellement huit titres : Caught in the Kitchen, Hubby’s Latest Alibi, His New Stenographer, Button My Back, Foolish Husbands, Pink Pajamas, Don’t Get Jealous et Motoring Mamas, auxquels on peut ajouter, Hubby’s Quiet Little Game (1926), Hubby’s Week-End Trip (1928), Calling Hubby’s Bluff (1929). Sa dernière apparition dans une comédie en deux bobines (Techno-Crazy, 1933) met un point d’orgue à cette ascension : il y joue le rôle d’un notable acharné contre son futur gendre soupçonné d’activités communistes !

  • 3 Ledit surréalisme atteint parfois certain délire visuel qui n’est pas sans exclure les figures de s (...)

7Parallèlement à cette ascension, le style de ses films évolue en profondeur. Dans un premier temps, Sennett n’utilise Billy Bevan que pour le faire participer aux films les plus extravagants qu’il supervise. Des films qui manifestement oscillent entre deux tendances : pour la première, le scénario est fondé sur une ou plusieurs poursuites, alors que pour la deuxième, le film s’appuie sur une idée de départ en général assez simple, parfois simpliste, mais loufoque et lardée de gags nouveaux, surréalistes même3, que le film va progressivement conduire à leur terme.

8Certains films – Let’er Go (1920), My Godness (1920), Be Reasonnable (1921), Lizzies of the Field (1924), Galloping Bungalows (1924), The Cannon Ball Express (1924), Circus Today (1926) et Wandering Willies (1926) – répondraient à la catégorie des films poursuites tandis que Super-Hooper-Dyne Lizzies (1925), Whispering Whiskers (1926), Ice Cold Cocos (1926) et A Sea Dog’s Tale (1926) sont bâtis sur des scénarios où la fantaisie et le non-sens règnent en maîtres.

9Galloping Bungalows (1924), déjà évoqué, doit être tenu pour l’archétype de la première tendance Sennett ; souvent imité, il ne fut à notre sens jamais égalé. La première partie du film repose elle-même sur l’idée en soi extravagante (qui montre assez que les deux genres étaient à l’occasion étroitement mêlés) d’une milliardaire décidée à épouser l’individu doté de la plus belle paire de bacchantes imaginable. La nouvelle déclenche sur le champ une belle ruée de moustachus qui n’est pas sans rappeler la meute des jeunes fiancées de Seven Chances (Keaton, 1925). Billy Bevan sera l’élu. Une fois mariés, les nouveaux époux achètent un bungalow démontable, qui renvoie tout aussi irrésistiblement à l’univers keatonien (One Week, 1920) en ce que l’habitation, attelée à deux chevaux, se transforme en roulotte. Le « vilain » du film (J.J. Richardson), moustache en croc, prend les rênes et enlève au triple galop la mariée avec sa fille. Billy et son gendre (Sid Smith) se précipitent en voiture à leurs trousses. C’est le prétexte à une course-poursuite endiablée qui couvre la totalité de la deuxième bobine, modèle absolu du genre.

10Résumons : la roulotte enfumée, puis saisie par les flammes, à cause d’un poêle mal fixé, les poursuivants, à la suite de leur chute dans un ravin, se retrouvent privés de leur automobile. La course continue donc sur une voiture de pompiers, composée de deux corps « indépendants » articulés, réunis par une grande échelle. Billy pilote l’avant ; S. Smith, au volant à l’arrière, parvient avec brio à éviter les voitures qui foncent en sens inverse (magnifique travelling arrière)...Une seconde voiture de pompier se joint bientôt à la course ; la roulotte fume de plus belle. Billy a beau l’arroser à la lance d’incendie, sa femme écope ! S’ensuit pour l’instant une série de gags très classiques dont les témoins de la scène sont les infortunées victimes : un flic qui règle la circulation à un croisement va de la sorte créer bien malgré lui un gigantesque embouteillage. La roulotte embrase tout sur son passage : la voiture à bras d’un marchant ambulant sera la première visée ; son propriétaire se prend à courir frénétiquement derrière le véhicule pour que l’on éteigne son incendie... Nouveau feu, mais dans une bouche d’égout, dont l’occupant émerge comme une taupe fumante. À cause d’un virage un peu raide, la partie arrière du véhicule des héros a pris littéralement la première place, ce qui entraîne un stupéfiant numéro de conduite acrobatique : à un croisement, une moto franchit le pont formé par la grande échelle ; puis ce sont cinq voitures qui prennent successivement le même chemin et, scalpées par les poutrelles métalliques, vont mourir, entassées sur un bord de route. Enfin, les deux véhicules (la voiture de pompiers et la roulotte) se rejoignent et sont maintenant filmés en un seul travelling arrière. La nouvelle mariée, couchée sur un sommier à roulettes, est éjectée de la roulotte !

11Bevan hisse la grande échelle où S. Smith est maintenant accroché. Ce dernier parvient à se poser sur le toit et se bat avec le méchant. Dans le même plan-travelling survient à gauche de l’écran un train qui roule, parallèle au convoi ; montage alterné des deux éléments (convoi et train) ; la poursuite se clôt par un plan fixe qui montre le point d’intersection des deux trajectoires : il s’agit d’un passage à niveau. La caravane est bien pulvérisée par le train, mais la jeune fille est sauvée et le vilain se retrouve classiquement assis, parmi les débris, sur l’avant de la locomotive.

  • 4 Christian Metz, Essai sur la signification du cinéma, Paris, Klincksieck, 1983, t. I, pp. 105-106.

12Cette poursuite d’anthologie illustre l’exemple metzien du « syntagme alterné4 » ; laissons donc la parole au maître sémioticien : « L’alternance du signifiant correspondant à la simultanéité des signifiés », selon Metz, caractérise la composition des scènes de poursuite (ici la roulotte et la voiture de pompier) et, plus loin, « le spectateur (à la seule condition que le rythme de l’alternance ne soit pas trop lent) procède à une “interpolation spontanée” du matériel visuel que lui offre le film ; il devine que la série 1 continue à se dérouler dans l’intrigue pendant qu’il voit la série 2 à l’image ». Tout le principe de la poursuite – principe, on le voit, très suggestif, autant fondé sur ce que l’on ne montre pas que sur ce que l’on décide de montrer à l’image – réside dans ces lignes. Il faut ajouter cependant que, dans ce type de film comique, le spectateur sait aussi que rien d’essentiel (gag, péripétie, accident) ne se produira pendant les ellipses. D’autre part, le spectateur perd peu de secondes du spectacle, car l’on a souvent le sentiment que le montage opère une véritable dilatation temporelle en reprenant le plan du véhicule précédent au moment où il l’avait abandonné sans qu’une minute se soit perdue entre-temps.

  • 5 Jean Mitry, Histoire du cinéma, op. cit., t. I, p. 246.

13La plupart de ces prises de vue sont filmées en travelling arrière ou latéral, ce qui va donner à la scène son caractère frénétique. Les plans généraux sont la règle et les plans moyens (ou les gros plans) l’exception ; trois plans courts seulement de Billy Bevan au volant par transparence, ce parti pris de réduire au minimum le recours au trucage conférant au film une crédibilité « live » toute particulière. Au cours de la poursuite folle, Billy, comme la plupart des protagonistes (exception faite du méchant, plutôt victime...), est loin de se contenter d’une attitude passive : tous agissent avec un réel sang froid et une ingéniosité indéniable pour modifier à leur profit, avec des fortunes diverses il est vrai, les péripéties de la course. Nous tenons là l’une des meilleures réussites d’un genre qui, d’après J. Mitry5, rappelons-le, fit assez tôt son apparition dans l’histoire du cinéma, puisque dès 1904 Wallace Mc Cutcheon, réalisateur à la Biograph de New-York dirigeait le film Personal (Rendez-vous par annonce, 1904), qui, dans le même registre, fut très rapidement plagié.

14La poursuite de Galloping Bungalows fit elle aussi l’objet de multiples contrefaçons. Nous n’en citerons que deux exemples, révélateurs d’une certaine décadence du cinéma burlesque dès l’arrivée du parlant. Nous parlerons de Never Give a Sucker an Even Break (Passez muscade, 1941) de Eddie Cline avec W.C. Fields, et de In Society (Hommes du monde, 1944) de J. Yarbrought avec B. Abott et L. Costello. Les deux films, sans vergogne, plagient ouvertement Galloping Bungalows, mais substituent au rythme du muet la starification des nouveaux comiques de l’époque, l’humour fondé sur le culte d’une personnalité plus grossière, en tout cas plus envahissante.

15Dans Never Give a Sucker an Even Break, W.C. Fields accompagne jusqu’à la maternité une dame qu’il croit sur le point d’accoucher. Après une folle course en voiture – aucun montage alterné, mais une simple succession de plans de rues et de personnages –, Fields rattrape l’inévitable camion de pompiers. La grande échelle, déployée à l’horizontale, harponne le toit de sa voiture, reconstituant ainsi le principe comique du véhicule à deux corps. Si le gag central reste identique (les mille et une façons d’éviter le flot de la circulation inverse), le film innove heureusement avec l’excellent gag de l’échelle qui se cabre par instants et soulève avec à propos la voiture de Fields quand le besoin s’en fait sentir...

16Dans In Society, les deux nigauds, au volant de l’éternel camion de pompier à deux corps, se lancent à la poursuite d’un couple de voleurs de tableau. Ici encore, aucun montage alterné. Le véhicule poursuivi est triomphalement ramené, suspendu à la grande échelle comme chez Fields. Les plans généraux, saisis le plus souvent en travelling arrière, sont hélas entrecoupés des plans moyens ou des gros plans de Lou Costello grimaçant sur fond de transparences horribles.

17La starification, dans ces deux exemples, impose ainsi son lot de plans rapprochés destinés à mettre en valeur la vedette du film, ce qui diminue considérablement la vis comica de l’œuvre : non content de briser le rythme du récit, ces plans de coupe détruisent la crédibilité de la séquence et privilégient le comique de rôle au détriment d’une construction rigoureuse de la scène. On mesure alors par contrecoup la nature du génie burlesque de Sennett : un montage rigoureux, un usage presque exclusif de plans généraux ou moyens, et une succession sans faille de gags qui au début puisent leur inspiration dans les personnages (policiers, badauds) et les véhicules (croisés ou doublés) témoins impuissants du convoi-cyclone, pour se focaliser ensuite sur le duel poursuivant/poursuivi. Le problème des gagmen de Sennett fut le suivant : à partir d’un véhicule donné – une voiture de pompiers –, comment obtenir en une bobine le maximum de situations inédites ? La solution est bien sûr de recourir à l’ensemble des potentialités offertes par les particularités du véhicule (lance d’incendie, grande échelle, double pilotage de l’engin) afin de conférer au film ce comique absolu et complet, dépourvu de temps mort, qui en fait tout le charme.

  • 6 Ce film peut avoir inspiré Blake Edwards pour The Great Race (La grande course autour du monde, 195 (...)

18Le metteur en scène de Galloping Bungalows, Delmar Lord, dirigea avec brio nombre de poursuites fameuses chez Sennett, dont Lizzies of the Field (1924) où l’on assiste à une course de tacots remportée par Billy Bevan. Ce dernier démarre en beauté en entraînant derrière lui la tour de contrôle, avec ses commissaires bientôt déposés sur un pont de chemin de fer ; puis, à l’aide d’un vélo de secours, il rattrape un pneu récalcitrant qui a quitté la roue arrière et pris les devants6... Circus Today (1926), quant à lui, comporte en son début une belle course-poursuite entre deux chars à quatre chevaux, qui parodie le Веn Hur sorti l’année d’avant. Wandering Willies (1926) se clôt également sur une course en voiture avec Billy et Ruth Hyatt d’une part, le gros Kewpie Morgan et son chauffeur de l’autre. Les policiers entrent en scène animés d’une telle furie qu’ils sont rapidement éjectés de leur véhicule et qu’ils sont forcés de suivre en courant sur la chaussée, chacun d’entre eux étant accroché en file indienne aux basques du précédent, puis traînant sur le sol comme un long serpent oscillant. Le mouvant appendice abat les badauds comme des quilles et s’enroule sur un poteau à un virage, bloquant la progression du véhicule qui finit par défaire en force ce nœud de policiers ; enfin, à la suite d’un coup de frein, tous les flics réintègrent leur abri. Billy se faufile à la fin du film entre deux tramways et sa voiture ressort considérablement réduite en largeur (gag repris par Laurel et Hardy dans Two Tars, 1928, à la suite du croisement d’un train dans un tunnel).

19Mais Billy Bevan n’était pas seulement l’homme des films-poursuites. Ainsi que nous l’avons signalé, sa silhouette de prolétaire sans complexe, sa démarche un peu raide, ses yeux ahuris lui permettaient de figurer dans des films où la comédie se fondait essentiellement cette fois sur une – voire plusieurs – idée de départ profondément irréaliste, contrastant par sa fantaisie avec l’allure bonhomme de notre héros. Dans Super-Hooper-Dyne Lizzies (1925), Andy Clyde a mis au point un système de déplacement téléguidé des voitures qui rend toute essence inutile. Le thème de l’inventeur donne lieu comme toujours à une série de gags « mécaniques » très réjouissants (le maître du genre étant sans conteste Charlie Bowers) dont une étonnante voiture-biberons pour jeunes veaux ! Dans ce même film, citons un gag célèbre où l’on voit Billy en train de pousser la voiture (en panne) de la fille de l’inventeur ; cette voiture en pousse une autre qui, à son tour, en pousse une autre... L’ensemble figurant une chenille serpentant dans les rues, sous l’impulsion toujours plus essoufflée de Billy aveugle ; pour terminer, notre Sisyphe, escaladant une pente raide, précipite involontairement la longue queue des tacots tout au fond d’un ravin. Dans Whispering Whiskers (1926), l’extravagance de la première partie a poussé les auteurs à recourir au traditionnel artifice : ce n’était qu’un rêve, au cours duquel Billy Bevan et Andy Clyde, détectives à la recherche d’un mystérieux rubis, se retrouvaient dans une tumultueuse soirée chez un rajah. Ice Cold Cocos (1926) voit nos deux lascars confrontés à un problème délicat : livreurs de glace, ils doivent grimper d’interminables escaliers pour satisfaire leur cliente (Laurel et Hardy retrouveront avec The Music Box, 1932, le même thème, le piano mécanique se substituant à la glace). Une fois arrivés, les deux compères constatent naturellement que la glace a fondu... Billy doit donc redescendre, la glacière sur le dos, remplir celle-ci et la remonter non sans mal. Afin de réapprovisionner son camion, il n’hésitera pas à découper le revêtement d’une patinoire. A Sea Dog’s Tale (1926) se déroule dans l’île du roi Gumbo (A. Clyde) : Bevan est enlevé par la fille du roi (M. Hurlock), tombée amoureuse de lui d’après sa photo. Passé un pittoresque banquet, il se voit condamné à combattre les requins sacrés du royaume, ce qui amène, au fond de la mer, une suite de séquences très surréalistes : ainsi, notre héros grattant une allumette jusqu’à mettre le feu aux fonds sous-marins ; puis il réglera la circulation des poissons à la manière d’un agent de police...

20Lorsque Mack Sennett s’assagit et que, dans la foulée, la vis comica de ses films s’émousse, Billy Bevan se range à son tour pour jouer les bourgeois blasés. Son comique repose désormais sur les diverses manifestations d’une agressivité dont il fait profiter son partenaire Vernon Dent. Ainsi, dans Masked Mamas (1926), Billy, spécialiste de cures de beauté, courtise une de ses clientes qui n’est autre que la femme de son ancien ami (V. Dent). Il récidive dans Should Sleepwalkers Marry ? (1927) au titre évocateur puisqu’il agit sous couvert d’une crise de somnambulisme. Moniteur de gymnastique dans Cured in the Excitement (1927), il s’ingénie à ridiculiser V. Dent venu soigner sa forme en compagnie de son épouse (M. Hurlock). The Beach Club (1928) le montre en train d’embrasser la femme de son éternel rival en présence de celui-ci. Il brise la montre de l’époux à l’aide d’une boule de billard « maladroitement » expédiée, gratifie son portrait d’une bedaine supplémentaire, etc. Et enfin, dans Hubby’s Week-End (1928), Billy prend V. Dent en stop et le torture par des farces d’un goût douteux, allant jusqu’à le laisser enlisé dans un marécage avec sa voiture. Il s’aperçoit enfin que sa victime n’était autre que son directeur...

21L’acteur s’oriente de la sorte vers des comédies à caractère réaliste, des intrigues sentimentales à base d’imbroglios amoureux dont Pink Pajamas (1929) est le prototype : Billy y flirte encore avec la femme de son voisin. Le drame éclate à cause d’un pyjama livré par erreur... Button My Back (1929), Don’t Get Jealous (1929) sont de la même veine.

22Acteur-témoin du style Sennett en 1920 alors qu’il débutait (et au moment où Mack Sennett était à son apogée), Billy Bevan a figuré en bonne place au générique des plus extravagants et des meilleurs de ses films. Mais il en a également suivi le déclin de trop près. Après quelques années fulgurantes et funambulesques où triomphent invention et fantaisie, ce sont bientôt les années 1928-1930 où les comédies de Billy Bevan, comme si elles pressentaient l’arrivée du parlant, s’enlisent dans un conformisme morose et bourgeois.

FILMOGRAPHIE

1. COURTS METRAGES :

1916

23Universal L-KO :

16.4 – The Double’s Troubles (2b) – I : Alice Howell, Harry Coleman, Richard Smith.

10.5 – The Great Smash (3b) – I : Dick Smith, Ray Griffith, Alice Howell.
B.B. joue le surveillant d’une centrale électrique.

11.6 – Phoney Teeth and False Friends (1b) – I : Gene Rogers, Reggie Morris.

28.6 – Pirates of the Mr (2b) – I : Fatty Voss, Alice Howell, Phil Dunham, Joe Moore. B.B. joue un barman.

19.7 – A Bold Bad Breeze (2b) – I : Billie Ritchie, Lucille Hutton.

25.7 – Lizzie’s Lingering Love (3b) – R : Henry Lehrman – I : Alice Howell, Vatty Foss, Phil Dunham.

25.10 – A Rural Romance (2b) – I : Lucille Hutton, Dick Smith, |. Russell Powell.

1917

4.7 – Bombs and Bandits (2b) – R : Vin Moore -Sc. : A. Jaeschke – I : Sammy Burns, Vin Moore, Charles Inslee, Dolly Dimples.

3.9 – Backwards Sons and Forward Daughters (2b) – R : Phil Dunham – I : Phil Dunham, Lucille Hutton

1.10 – High Class Nonsense (1b) – I : Lucille Hutton.

6.10 – Counting Out the Count (1b) – R : Phil Dunham – I : Phil Dunham, Lucille Hutton. 29.10 – Even as Him and Her (2b) – R : Phil Dunham – I : Phil Dunham, Lucille Hutton, Peggy Prevost.

21.11 – The Joy Riders (2b) – R : Phil Dunham et Frank Howard Clark – I : Phil Dunham, Lucille Hutton, Bob McKenzie.

24Fox-Sunshine Comedies :

9.12 – His Smashing Career (2b) – R : Henry Lehrman.

1918

25Strand Comedies-Caulfied Photoplay Co. :

29.1 – Somebody’s Widow (1b) – R : Sidney Scott – I : Billy Rhodes, Cullen Landis.

9.7 – His Disengagement Ring (1b) – R Sidney Scott – I : Billy Rhodes, Cullen Landis.

1.10- Keep Her Smiling ou Keep Smiling (Ib) – R : Sidney Scott – I : Bobby Vernon, Elinor Field. Copie au National Film Archive (Londres).

1919

26Universal L-KO :

26.3-GymbellesandBoneheads (1b) – R : Noel M. Smith.

27Universal-Century Comedies :

25.6 – Howling Lions and Circus Queens (2b) – R : Vin Moore – I : Dot Farley.

28Mack Sennett-Paramount :

3.8 – Treating’Em Rough (2b) – R : Frederick W. Jackson – I : Louise Fazenda, « Baldy » Belmont, Pat Kelly, Ed. Kennedy, Ford Sterling, Jack Ackroyd, le chien Teddy.
Sc. : E. Kennedy fracture un coffre-fort ; Teddy se lance à sa poursuite et attrape le voleur. A la fin, B. Belmont et L. Fazenda se marient. Petit rôle pour B.B.

31.8- Uncle Tom Without the Cabin (2b) [voir filmographie de B. Turpin].Petit rôle pour B.B.

14. 9-A Lady’s Tailor (2b) [voir filmographie de B. Turpin].

26.10 – Salome vs Shenandoah (2b) [voir filmographie de B. Turpin]. Petit role pour B.B.

9.11 – The Last False Step (2b) – R : F. Richard Jones – I : Ford Sterling, Phyllis Haver, Charlotte Mineau, Mildred June. Petit role pour B.B.

1920

18.1 – The Star Boarder (2b) – R : lames Davis -I : Louise Fazenda, Billy Armstrong, Bert Roach, Harriet Hammond, John Henry Jr., Baldy Belmont, lames Davis, le chien Teddy.
Petit rôle pour B.B. : il est le complice de l’escroc B. Armstrong pour kidnapper le fils de Bert Roach afin d’obtenir une rançon.

5.2 – Fresh front the City (2b) – R : Walter Wright – I : Ford Sterling, Marie Prevost, Bert Roach, Gordon Lewis, Kalla Pasha, le chien Teddy.
Petit rôle pour B.B.

5.3 – Dont Weaken (2b) – R : Malcolm St Clair – I : Ford Sterling, lames Finlayson, Charles Murray, Fanny Kelly, Harriet Hammond. Petit rôle pour B.B.

18.4 – The Gingham Girl (2b) – R : lames Davis -I : Louise Fazenda, Bert Roach, Eva Thatcher, Billy Armstrong.
Petit rôle pour B.B.

23.5 – Let’Er Go (Qui va à la chasse) (2b) R : lames Davis, I : Louise Fazenda, Bert Roach, Charlotte Mineau, Billy Armstrong, John Henry Jr., Le chien Teddy.
« Une des comédies les plus joyeuses de M. Sennett depuis le mémorable Kitchen Lady. L. Fazenda n’a jamais été aussi séduisante que dans ce film où elle associe son charme personnel à l’extravagance d’un déguisement burlesque. L’intrigue n’a ici que peu d’importance mais le déroulement de l’histoire, sans être vulgaire ou immoral, fait éclater de rire... Dans une trame classique romanesque, on a inséré une série de situations divertissantes ; l’une des plus originales est celle où l’un des "gentilshommes en lutte" tente de retenir la queue d’une vache qu’il est en train de traire en l’attachant à ses propres bretelles : quand la vache a peur et décide de s’enfuir, il est facile d’imaginer ce qui s’ensuit. Cette situation, cependant, n’est que la conséquence d’un autre incident bouffon au cours duquel deux chiens et leurs maîtres sont occupés à une partie de colin-maillard. Celui qui a les yeux bandés se trouve sur la trajectoire d’un vieille balançoire en mouvement et se voit précipité sur plusieurs ruches d’abeilles ! Sa course folle afin d’éviter les piqûres provoque d’autres gags. Une vieille auto, deux chevaux emportés dans une course impétueuse et conduits par un enfant, et plusieurs personnes à vélo ou utilisant divers moyens de propulsion prennent part à la poursuite. Autre incident divertissant et original : L. Fazenda, en costume de bain parfaitement décent, est repêchée dans un torrent par un jeune homme grâce à l’hameçon de sa canne à pêche » (M.P.W., vol. 44, n° 11, 1920, p. 1504).

4.7 – The Quack Doctor (2b) – R : George Gray et Billy Bevan – I : Louise Fazenda, Billy Armstrong, |ohn Henry Jr., Kalla Pasha, Dave Anderson, Al Cooke, Gladys Ballard, Gordon Lewis.
(d.v.)

19.9 — It’s a Boy (2b) — R : Noël M. Smith – I : Louise Fazenda, Billy Armstrong, John Henry Jr., Billy Armstrong, Dave Anderson, le chien Teddy.

17.10 – My Goodness (2b) – R : Erle C. Kenton – I : Louise Fazenda, lames Finlayson, Bert Roach, Fanny Kelly, Lige Crommie (Conley), Garry O’Dell, le chien Teddy. « C’est l’histoire divertissante d’un couple de jeunes mariés, [...]. Une poursuite bien enlevée et une succession rapide d’incidents amusants destinés à maintenir séparés les deux jeunes mariés jusqu’à la fin composent une farce pure et simple, pleine de numéros acrobatiques et de rebondissements ingénieux. L’ingéniosité de Sennett semble être implacable et garantit un bon divertissement. Le film ne prétend pas à autre chose que d’être un "précieux non-sens" » (M.P.W., vol. 46, n° 7, 1920, p. 980).

28.11 – A Fireside Brewer (Brasserie clandestine) (2b) – R : Noël M. Smith – I : Louise Fazenda, James Finlayson, John Henry Jr., Eddie Gribbon, Kathryn McGuire, le chien Teddy.
« Quand vous prenez de la bière-faite-chez-soi, buvez-là chez vous et ne l’utilisez pas pour un pique-nique, là où des policiers soupçonneux se montrent toujours prompts à fourrer leur nez dans les affaires des autres. Cette comédie irrésistiblement burlesque de Sennett concerne les difficultés cocasses d’un buveur de bière-faite-chez-soi à l’occasion du pique-nique déjà mentionné, avec en supplément, pour faire bonne mesure, un mari jaloux, une épouse trompée, un enfant, un chien intelligent et les belles « Bathing Beauties ». L. Fazenda et B.B. sont les travailleurs les plus infatigables de l’équipe Sennett, cette usine à gags, et ne laissent jamais faiblir l’action » (M.P.W., vol. 47, n° 4, 1920, p. 508).

26.12 – Bungalow Troubles (Un locataire ahurissant) (2b) – R : Albert Austin – I : Louise Fazenda, lames Finlayson, John Henry Jr., Al Cooke, « alla Pasha, Eddie Gribbon, Dot Farley, Jack Richardson. « Une épouse qui organise une surprise-partie pour l’anniversaire de son mari devrait toujours avoir à l’esprit les malheurs qui peuvent s’abattre sur sa propre tête [...]. Ceci est le thème du film. La réception se déroule calmement lorsque arrive, non invité, un indésirable accompagné de trois filles superbes, les populaires Bathing Beauties de Sennett. Les maris enflammés se mettent à leur faire la cour, suscitant la jalousie de leurs épouses, et provoquent une succession de malheurs. L’équipe habituelle d’acteurs, dans des tenues étranges, est emmenée par L. Fazenda » (M.P.W., vol. 47, n° 8,1920, p. 1079).

1921

9.1 – Dabbling in Art (2b) – R : Erle C. Kenton – I : Goerge O’Hara, Marie Prevost, Harriet Hammond, lack Richardson, Al Cooke. Petit rôle pour B.B.

24.4 – Away from the Steerage ou Astray from the Steerage (2b) – R : Frank Powell – I : Louise Fazenda, John Henry Jr., Eddie Gribbon, Lige Crommie, Dot Farley.
Thème du film : les tracasseries policières et administratives auxquelles sont soumis les immigrés aux États-Unis.
Copie au musée d’Art moderne (New York).

29Films Sennett-Associate Producers :

6.3 – Made in the Kitchen (2b) – R : Noël M. Smith – I : Louise Fazenda, Kathryn McGuire, John Henry Jr., Eddie Gribbon.

22.5 – Home Talent (2b) [voir filmographie de B. Turpin p. 54].

17.7 – Love’s Outcast (2b) [voir filmographie de B. Turpin p. 113].
Petit rôle pour B.B. : un client d’un bar.

15.9 – Love and Doughnuts (Amour et pâtisserie) (2b) [voir filmographie de B. Turpin p. 113).

12.12 – Be Reasonable (2b) – R : Roy Del Ruth – I : Mildred lune, Eddie Gribbon, Ethel Teare, Bobby Dunn, Kewpie Morgan, Al Cooke.
Sc. : Un grand-père invalide et son infirmière sur une plage. Le vieillard irascible se querelle avec un grand gaillard (H. Gribbon) qui courtise sa ( ?) fille. Il le poursuit dans une cabine de bains qui se démolit sous les coups répétés du grand-père. B.B., qui passe par là, est aussi victime de cette colère. Sur la plage, B.B. se fait piquer les fesses par un ramasseur de papiers. Puis il se cache dans le sable et, à l’aide d’un périscope, surveille les baigneuses. Il jette son dévolu sur M. June qui se baigne avec son chien. Ce dernier va se noyer et, pour le sauver, H. Gribbon se précipite dans les flots à vélo, tandis que B.B. plonge et se plante dans le sable. On retrouve B.B., un coussin fixé à chaque pied, en train de cambrioler une jeune femme. Celle-ci alerte les policiersr qui débarquent. Une longue et classique poursuite commence...
Copie super 8 d’origine inconnue. (d.v.)

26.12 – By Heck (2b) – R : Roy Del Ruth-I : Mildred June, Kewpie Morgan, Ford West, Dot Farley.
« Une des meilleures comédies produites par M. Sennett... Elle a provoqué sur le public des convulsions de rire... Le burlesque est entretenu par de nombreux traits d’humour authentique, les personnages sont très bien campés, et le film progresse sur un rythme rapide, ponctué par une série de rebondissements capables d’engendrer des trouvailles. Ainsi peut-on voir un ouvrier agricole aux prises avec une pompe à eau qui lance des jets d’eau de longueur variable. Autre trouvaille : un costaud fait chanceler la maison sous les secousses vigoureuses de son extenseur. C’est un poème ! » (M.P.W., vol. 54, n° 3, 1922, p. 322).

1922

30Mack Sennett-Associate Producers First National :

9.1 – Bright Eyes (Le regard fascinateur) (2b) [voir filmographie de B. Turpin p. 114]. B.B. joue un petit rôle (un maître d’hôtel) dans cette comédie dont la vedette est Ben Turpin. (d.v.)

13.2 – The Duck Hunter (La chasse au canard ou Une histoire de canards) (2b) – R : Roy Del Ruth – I : Mildred lune, Kewpie Morgan, Irene Lentz, le chien Teddy. Copie au Musée d’Art Moderne (New-York).

12.3 – On Patrol (En quatrième vitesse) (2b) R : Roy Del Ruth, I : Mildred June, Kewpie Morgan, Fanny Kelly, Kalla Pasha, Jim Donnely.

9.5 – Gymnasium Jim (2b) – R : Roy Del Ruth – I : Mildred June, Wayland Trask, Kewpie Morgan, Marvin Loback, Al Cooke.
Sc. : B.B. tient un garage où il bricole beaucoup ; son copain ronfle : il lui fait souffler dans les pneus pendant son sommeil. Sa femme (M. June) l’appelle car il y a une fuite d’eau dans sa maison. Le tapis flotte, B.B. plonge dessus et est englouti. Une fois les dégâts réparés, B.B. reçoit un chèque pour l’invention d’un klaxon silencieux. Deux gros malfrats veulent lui voler cet argent. L’un d’eux, boxeur, lui propose de jouer cet argent dans un match avec lui. B.B. accepte et s’entraîne dans une salle sous les yeux admiratifs de trois jolies filles dont M. |une. Acrobaties burlesques diverses : il plonge dans un petit baquet plein d’eau où il disparaît complètement, joue avec un punching-ball, tape sur un énorme ballon avec une telle énergie que le voisin voit son lit faire des bonds en avant. Arrive le combat : B.B. danse, virevolte et évite les coups. L’un des bandits part avec l’argent. B.B., éjecté du ring, se lance à sa poursuite en voiture, puis en locomotive dans le plus pur style Sennett. Un gag désormais classique : d’une guérite minuscule, B.B. sort une belle voiture pour se lancer à la poursuite du méchant, qui sera finalement rejoint.
Catalogues Morcraft (incomplet, 1b) et United Artists sous le titre Honest Horace (incomplet 1b, mais contenant des extraits différents). [d.v.]

17.6 Ma and Pa ou Oh ! Daddy ! (Ah, la belle famille !) – (2b) R : Roy Del Ruth – I : Mildred lune, lames Finlayson, Kewpie Morgan, Dot Farley, Kalla Pasha, Marvin Loback, le chien Teddy.
Sc. : Cinq ans après son mariage avec Mildred lune, on retrouve B.B. en train de laver ses enfants et de les suspendre à un fil pour les faire sécher. Le chien tourne l’essoreuse. Les enfants sont espiègles : l’un d’eux rentre avec le chien dans le four de la cuisinière, B.B. le suit et y disparaît entièrement. J. Finlayson, rival malheureux, revient à l’assaut de la jeune maman en lui promettant une vie facile. La jeune femme projette J. Finlayson à travers la cloison et la défonce complètement. B.B., du même côté, s’obstine longuement à chercher la clef de la porte alors que la cloison n’existe plus. Finlayson est finalement expulsé. B.B. gagne sa vie en posant des papiers peints mais la scène l’attire. Il tapisse l’appartement d’une actrice qui lui a promis un rôle, mais il est si troublé par cette perspective qu’il recouvre portes et fenêtres. Chassé par le mari de l’actrice, B.B. va au théâtre réclamer sans succès son rôle. Il entreprend alors un systématique sabotage de la représentation.
Catalogue Film Office sous le titre A », la belle famille ! (incomplet 1b, ne contient que la première partie du film).

2.9 – (?) Bow Wow (Ouah Ouah) (2b) – R : Fred W. Jackman – I : Louise Fazenda, John Henry Jr, le chien Teddy, Jonnhy Rand, Andy Clyde, Kewpie Morgan.
« Teddy joue un rôle important dans cette comédie rurale aux côtés d’un astucieux citadin, d’une jeune fille de la campagne et de son fidèle amoureux. Naturellement, Teddy ne manque pas d’occupation dans ce film et accomplit quelques exploits intelligents. Il y a encore des scènes avec d’autres animaux : une chèvre, un cochon, un jeune âne, le chat de M. Sennett et un poussin. C’est un film divertissant qui suscitera beaucoup de rires et satisfera le public moyen, mais il ne semble pas aussi dynamique que les comédies précédentes » (M.P.W., vol. 59, n° 6, 1922, p. 576).
Petit rôle possible pour B.B.

  • 7 Eileen Bowser, The Slapstick Symposium, 3-5 mai 1985, N.Y., Ed. FIAF, 1988.

23.9 – When Summer Comes (Jeux d’été) (2b) – R : Roy Del Ruth – I : Mildred June, lames Finlayson, George Cooper, Dot Farley, Billy Armstrong, Kewpie Morgan, Gordon Lewis, Edgar Blues Washington, Tiny Ward.
« Une chasse au lion dans un hôtel. Un ours et un petit chat se caressent. Utilisation du “split screen” pour les scènes avec les lions7. »
Copie au musée d’Art moderne (New York).

1923

31Mack Sennett-Pathé :

10.7 – Down to the Sea in Shoes (2b) – R : Del Lord – I : Alberta Vaughn, Sunshine Hart, Jack Cooper, Harry Gribbon.

12.8 Nip and Tuck (Un vrai chien de pique) (2b) – R : Roy Del Ruth – I : Harry Gribbon, Kewpie Morgan, Alberta Vaughan, Mildred June, le chien Cameo.
Sc. : B.B. est marin et ses prétendues aventures à la pêche aux perles sont aussi truquées que son jeu au poker : il ne manque à Harry Gribbon qu’un as pour avoir une quinte flush ; Cameo observe, donne des tuyaux à son maître B.B. et enlève l’as de rechange que Gribbon avait dans sa chaussure pour le remplacer par le 3 de trèfle ; B.B. gagne donc la partie. Une bagarre se déclenche avec Gribbon, K. Morgan et B.B. Le chien va chercher les policiers qui arrivent en voiture et une poursuite commence ; elle se termine sur la piste d’un stade. L’argent du jeu est sauvé in extremis de la noyade par Cameo qui va porter les billets à l’Armée du Salut. Un extrait important figure dans La Grande Époque (1957) de Robert Youngston.

4.11 – One Cylinder Love (De plus Ford en plus Ford) – (2b) R : Del Lord – I : Madeline Hurlock, Harry Gribbon, Charlotte Mineau, Dot Farley, Eugenia Gilbert.
« Un mélange de divertissements qui manque un peu d’unité mais amuse par instants, avec quelques incidents d’importance qui provoqueront probablement de nombreux rires. Les Bathing Beauties, des vols d’amateurs en aéroplanes et un ours dressé fournissent une certaine dose d’action bien enlevée » (M.P.W., vol. 65, n° 1, 1923, p. 164).

30.12 – Inbab the Sailor (Inbab le marin) (2b) – R : Erle C. Kenton – I : Kalla Pasha, Harry Gribbon, Madeline Hurlock, Fred Spencer. « Un gardien de phare a conquis l’amour d’une jolie sirène qu’il évoque selon son bon plaisir. Deux gardiens, qui viennent l’assister dans ses fonctions, essayent de lui ravir les bonnes grâces de la fille de l’onde. Pugilats, poursuites, acrobaties, enfin tout le cortège des exercices consacrés du cinéma américain » (C.C., 4/3/1925). « Des marins malades d’amour et une très belle vamp provoquent de nombreux désordres dans cette comédie. La vamp fréquente un phare et les luttes entre le chef et ses hommes, tous amoureux d’elle, sont aussi nombreuses que furieuses. C’est une bonne comédie slapstick avec une séduisante vedette » (M.P.W., vol. 65, n° 9,1923, p. 838).
Copie au National Film Archive (Londres).

1924

27.1 – One Spooky Night (2b) – R : Del Lord – I : Harry Gribbon, Kalla Pasha, Madeline Hurlock, Andy Clyde, Billy Armstrong. « B.B. apparaît ici dans le rôle d’un paysan qui se rend à la ville et se prend d’amitié pour deux escrocs ; ces derniers arrivent ensuite d’une manière impromptue à l’endroit où il habite et tentent d’escroquer son père. L’action conduit finalement à une maison où tous les personnages se sont réfugiés pour fuir un orage : par suite des effets du vent et des mouvements des oiseaux et des animaux, des fantômes semblent apparaître. De nombreuses scènes étranges créent des situations divertissantes. Rien de particulièrement caractéristique ou d’original dans cette comédie où l’action paraît parfois un peu désordonnée » (M.P.W., vol. 66, n° 4, 1924, p. 322).

30.3 – The Hollywood Kid (Un gosse à Hollywood) (2b) – R : Roy Del Ruth – I : Charles Murray, Louise Carver, Vernon Dent, Jack Cooper, Andy Clyde, Jackie Lucas.
Petit rôle pour B.B.
Catalogue Film Office (d.v.)

3.8 – Romeo and Juliet (2b) [voir filmographie de B. Turpin p. 117].
Petit rôle pour B.B.

10.8 – Wall Street Blues (Finances, finances) (2b) – R : Del Lord – I : Sid Smith, John J. Richardson, Natalie Kingston, Andy Clyde, Edgar Kennedy, Barbara Pierce, Vernon Dent.
Sc. : B.B., employé comme homme à tout faire dans un cabinet financier, passe l’aspirateur qui avale les bas de la secrétaire, puis tond le petit chien d’une cliente. B.B. recouvre l’animal avec le manchon de fourrure de sa patronne, mais J. Richardson, un client louche qu’accompagne N. Kingston, y met le feu et le petit chien disparaît en fumée. B.B. le remplace par le chien à roulette d’une fillette. Le caissier (S. Smith) explique par un dessin (jolie scène de dessin animé) à N. Kingston que son ami est dangereux. Des gangsters débarquent (parmi eux E. Kennedy) pour un hold-up et S. Smith parvient à les faire arrêter à la grande satisfaction du banquier (A. Clyde). Au cours du hold-up, J.J. Richardson passe par la fenêtre et, après une série d’acrobaties, se retrouve dans la rue. Plus tard, B.B. circule avec un véritable arsenal sur le dos. Avec la secrétaire ils matraquent deux "suspects" qui sont en réalité de respectables clients. Le patron a des ennuis d’argent et veut s’empoisonner. Pour le tirer de là, B.B. et S. Smith agissent : le premier dérobe un document important ( ?) à un escroc obèse et l’accroche à la queue d’un chien. C’est le début d’une longue poursuite : en voiture d’abord avec d’extraordinaires exercices d’équilibre sur le bord d’une falaise, en bateau, puis en avion. B.B. est déposé, par la voie des airs, sur un paquebot où un faux pasteur (S. Smith) marie l’autre méchant (I). Richardson) avec N. Kingston. Le vilain est projeté dans la mer où un narval l’embroche et l’emporte au large, (d.v.)

24.8 – East of the Water Plug (2b) – R : Frank Martin -I : Ralph Graves, Alice Day, Vernon Dent, Andy Clyde, Elsie Tarron.

7.9 – Lizzies of the Field (La course endiablée ou Le grand jour est arrivé) (2b) – R : Del Lord – I : Sid Smith, Jack Lloyd, Barbara Pierce, John J. Richardson, Andy Clyde, Tiny Ward.
Sc. : Une course d’auto va avoir lieu avec 25 000 dollars de prix. B.B., mécano au garage des « Black Cats », prépare sa 40 HP Snoozenberg : une voiture-lit qu’il conduit couché avec son fameux bonnet de nuit sur le crâne. Mais ce n’est qu’un rêve... et il se retrouve dans son garage. J. Lloyd, son patron avare, l’admoneste. Polly (B. Pierce), la fille de ce dernier, est amoureuse de S. Smith, l’autre employé du garage. J.J. Richardson, propriétaire du garage rival (« Red Dogs »), enlève la jeune fille dans sa voiture, mais Polly ne se laisse pas faire. Les deux garages sont situés de part et d’autre de la grand-rue et se disputent les clients très brutalement : la voiture de l’un d’eux, soumise à des tractions opposées, s’allonge... Enfin, la course : B.B. part en emportant la tour de contrôle. Les deux commissaires seront déposés sur un pont de chemin de fer. B.B. a un vélo de secours sur sa voiture et l’utilise pour rattraper un pneu qui a quitté sa roue et a pris les devants. Pour arrêter la voiture de Richardson, des rivaux obstruent la route avec un énorme tronc d’arbre : une fois le bolide passé, ils ont dans les bras une pile de bûches bien calibrées. Tous les coups sont permis : on dévie la route et on envoie les voitures au massacre. B.B. met un bâton de dynamite dans son réservoir ; la voiture dopée saute les obstacles et arrive première. Hélas, il y a eu un faux départ et la course est à refaire !
Divers extraits en super-8 sous les titres : Stepping on the Cas et Crazy Car Races, (d.v.)

14.9 – Three Foolish Weefe (2b) [voir filmographie de B. Turpin p. 118].
Petit rôle pour B.B.

21.9 — Little Robinson Corkscrew (2b) – R : Ralph Cedar – I : Ralph Graves, Alice Day, Andy Clyde, Vernon Dent, Charlotte Mineau, Thelma Hill, Kalla Pasha.

5.10 – Wandering Waistlines (2b) – R : Ralph Cedar – I : Sid Smith, Andy Clyde, Kalla Pasha, Madeline Hurlock, Barbara Pierce. 31.10- Movie Fans (2b) – R : Erle C. Kenton – I : Gordon Lewis, Lige Crommie (Conley), Charlotte Mineau, Eva Thatcher, Mildred |une, Harriet Hammond, Charles Murray, Ford Sterling, Kalla Pasha.

2.11 – Galloping Bungalows (Le bungalow galopant ou Réunis par la moustache) (2b) – R : Del Lord – I : John J. Richardson, Sid Smith, Andy Clyde, Natalie Kinston, Sunshine Hart, Margaret Oliver.
Sc. : Une riche mais peu avenante héritière veut épouser l’homme qui a la plus belle moustache. B.B. est choisi parmi les nombreux prétendants. Il achète un bungalow démontable qu’il installe sur une plage (à rapprocher de Оnе Week de B. Keaton). Le vendeur astucieux, grâce à un compère, fait pousser dans la minute un arbre chargé de fruits sur l’emplacement choisi. Le bungalow se révèle assez instable. Un mur se couche et le souffle déshabille toute la bande des Bathing Beauties. Ces dernières aident B.B. à consolider son « home » en plantant quelques clous. Un coup de marteau malheureux et le doigt de B.B. enfle. Il veut le rafraîchir dans la mer et un énorme crabe s’y accroche. Le crabe va échouer dans le dos de Mme B.B. Un rival enlève cette dernière en attelant le bungalow à deux chevaux. Poursuite d’anthologie qui dure toute la deuxième bobine : B.B. en voiture de pompiers finira par sauver son épouse. Un gag parmi bien d’autres : une marchande de journaux galope derrière la voiture de pompiers avec son kiosque à roulettes en flammes, réclamant qu’on lui éteigne son feu.
Catalogues Film Office et Connaissance du Cinéma. (d.v.)

16.11 – Love’s Sweet Piffle (2b) – R : Ed Kennedy, Sc. : Hal Conklin et Jefferson Moffitt – 1 : Ralph Graves, Thelma Hill, Vernon Dent, Tiny Ward, Yorke Sherwood, Marvin Loback.

30.11 – The Cannon Ball Express (Le train de 2 heures) (2b) – R : Del Lord, Sc. : Felix Adler – I : Sid Smith, Bud Ross, Andy Clyde, Madeline Hurlock, John J. Richardson, Leo Sulky.
« C’est peut-être la meilleure comédie de M. Sennett depuis ces temps derniers. Elle se déroule dans les milieux du chemin de fer avec B.B. chef bagagiste, B. Ross président de la compagnie, A. Clyde chef de gare, J. J. Richardson principal actionnaire et M. Hurlock, sa secrétaire. La meilleure source de comique a pour origine la rivalité entre président et actionnaire et elle se concrétise par une course entre un train pathétique et l’autobus de Richardson. Naturellement, il y a des obstacles déloyaux aux croisements, mais le méchant en prend pour son compte. La vue du train asthmatique suffit à elle seule à faire tordre de rire le public et les gags imaginés au sujet de ce train possèdent un maximum d’efficacité. Del Lord donne là un exemple d’excellente mise en scène » (M.P.W., vol. 71, n°5, 1924, p. 452).

14.12 – Off His Trolley (Amour et transports) (2b) – R : Edward Cline – I : Ralph Graves, Alice Day, Marvin Lobach, Natalie Kingston.
Petit rôle de policier pour B.B. dans cette comédie sentimentale dont les héros sont un contrôleur de tramway (R. Graves) et une danseuse (A. Day). (d.v.)

1925

25.1 – Honeymoon Hardship (Une lune de miel agitée ou Pique-nique chez l’oncle Oscar) (2b) – R : Ralph Cedar, Sc. : Tay Garnett et Jefferson Moffitt – I : Raymond McKee, Alice Day, Sunshine Hart, Vernon Dent, Barney Helium, Herman White.
Sc. : Oscar (B.B.) emmène sa nièce et son neveu (McKee) dans sa vieille voiture. La route est dangereuse et escarpée et B.B. inquiète ses passagers par sa décontraction. Un camion lui barre la route et il redescend la côte en marche arrière, puis décide de couper directement par le ravin. Il se met à pleuvoir et la voiture tombe en panne d’essence : McKee est mobilisé pour pousser dans la boue. Arrivé à la maison, la grosse tante les accueille et tout le monde va se coucher. B.B. et McKee dorment dans le même lit, mais auparavant, Oscar fait sa gymnastique toutes fenêtres ouvertes ; quand il fléchit sur ses jambes, son bonnet de nuit se dresse verticalement. Les deux femmes dorment ensemble et la grosse tante écrase la jeune femme. Arrivée de l’oncle Eusèbe (V. Dent) |et de ses trois enfants] qui va partager le lit avec B.B. et son neveu. Eusèbe est nerveux et un peu somnambule : il sort un revolver pendant son sommeil et menace McKee qui met B.B. à sa place. Un bruit et Eusèbe tire : B.B. est noirci par la fumée. Le lendemain, après un petit déjeuner agité, tout le monde part en promenade et grimpe sur la vieille Ford qui s’enfonce jusqu’aux moyeux. La voiture parvient quand même à démarrer, puis tombe en panne. La tante pêche et la nièce se baigne. La voiture est remorquée par deux ânes, mais, dans une montée, Eusèbe doit descendre pour pousser. Un bélier le propulse, puis encastre sa tête dans la malle arrière cependant que la voiture file... La nièce, protégée par un tonneau, est attaquée par une vache et c’est la poursuite classique : la voiture longe une voie ferrée avec un train en marche tandis que, de l’autre côté, la nièce continue à fuir les cornes du bovidé. McKee monte dans le train et parvient à enlever sa jeune femme.
Catalogue Pathé-Baby 9,5 (2b).

21.3 – Giddap ! (2b) – R : Del Lord, Sc. : Felix Adler et Jefferson Moffitt – I : Andy Clyde, Helen Mehrmann, Yorke Sherwood, Kathryn McGuire, Madeline Hurlock, Louise Carver, Elsie Tarron, Harry Langdon ( ?).
Sc. : Un gros bourgeois, qui a un œil au beurre noir, s’inspirant d’un fait divers lu dans le journal, raconte à sa femme qu’il s’est blessé en sauvant un bébé sur le point de se faire écraser par un cheval emballé (flash-back). B.B. arrive à son tour avec un œil poché et raconte la même histoire (nouveau flash-back), mais avec trois bébés et trois chevaux... Les épouses respectives semblent y croire. Un notable les décore, mais comme il lutine une serveuse derrière un rideau, il sort avec les deux yeux pochés. Il raconte alors la même histoire, mais avec des tas de bébés... et se décore lui-même. On retrouve B.B. et son gros ami dans un match de polo dont l’arbitre est Andy Clyde. La balle est remplacée par un melon et c’est l’arbitre qui est la victime. A la fin, tous les joueurs sur leurs poneys galopent sur une route à la poursuite de la balle, évitant les voitures. La balle saute sur divers véhicules, passe dans la salle à manger d’une paisible maison, toujours suivie par la horde qui dévaste tout sur son passage. Cette poursuite destructrice se termine lorsque la balle revient sur le terrain de polo dans les mains de B.B. Une ruade de son poney le projette dans les airs jusque dans les buts : le match est gagné !
Catalogue Collectors Club (incomplet, 1b). Copie complète aux Archives nationales du film australien (Camberra).

18.4 – The Lions Whiskers (2b) – R : Del Lord – I : Madeline Hurlock, Sunshine Hart, John I. Richardson, Andy Clyde, Sid Smith ( ?), Louise Carver, Elsie Tarron.
Sc. : B.B. est marié à une vedette de cinéma (M. Hurlock) ; il joue un petit rôle (chauffeur de taxi) dans un film et, par sa maladresse, propulse le metteur en scène (A. Clyde) et l’opérateur (S. Smith) au-dessus du vide sur un gratte-ciel. Une grosse dame (la belle-mère de B.B. ?), par sa vigoureuse intervention, catapulte Andy sur le taxi qui abrite les deux vedettes (M. Hurlock et J.J. Richardson). B.B. est jaloux : il surveille, par le trou de la serrure, sa femme et son partenaire dans leur loge et croit voir les deux comédiens dans des situations compromettantes. Il fait irruption dans la pièce, après une courte bagarre, tombe par la fenêtre du building, fait quelques acrobaties et atterrit sur le dos de la grosse dame. Celle-ci le poursuit et il se barricade dans une pièce où sont enfermés plusieurs lions. B.B. prend la fuite avec les animaux à ses trousses. Cependant, J.J. Richardson et M. Hurlock tournent : un lion échappé affole Richardson et se couche sur la traîne de la robe de M. Hurlock qui remorque ainsi le fauve, puis la robe se déchire et la dame reste en combinaison. B.B. débarque, les lions à ses basques, et se sauve en voiture avec sa femme, sa belle-mère, tandis qu’un lion réussit à pénétrer dans le véhicule. Il en résulte une bataille agitée entre le lion et la belle-mère : c’est cette dernière qui a le dessus !
Version incomplète (1b) en super-8 sous le titre Man’s Eater at Large. (d.v.)

17.5 – Skinners in Silk (Sachez pêcher) (2b) – R : Del Lord – I : Thelma Parr, Natalie Kingston, Kewpie Morgan, Jack Richardson, Bobby Dunn.
« Une comédie slapstick de première catégorie avec la belle et séduisante Thelma Parr. Alors que les comédies de M. Sennett se révèlent très populaires, celle-ci obtiendra sans doute un remarquable succès. Un rythme soutenu est maintenu du début jusqu’à la fin. La scène du cabaret, où une ballerine sur une balançoire tombe dans une marmite de potage et donne le signal d’un gigantesque barbouillage des clients au moyen de plats de confiseries, est révélatrice des expédients utilisés pour déclencher le rire. Une autre scène montre une grosse dame qui reçoit une tarte chaude sur la figure. La comédie se poursuit avec l’histoire de deux courtiers sur le point de faire faillite et qui se retrouvent capitalistes quand leurs actions qui étaient estimées sans valeur grimpent subitement sur le marché. B.B. profite des nombreuses occasions qui lui sont offertes pour se prêter à des extravagances à faire dresser les cheveux : il passe à travers un mur de briques avec une moto et reste suspendu dans le vide à une corde tendue entre deux immeubles » (M.P.W., vol. 74, n° 3,1925, p. 317).

14.6 – Super-Hooper-Dyne Lizzies (Oscar inventeur ou Oscar est ingénieux ou L’ingénieur ingénieux) (2b) – R : Del Lord, Sc. : Frank Capra et Jefferson Moffitt – I : Andy Clyde, Lillian Knight, John J. Richardson, lames Donnelly, Vernon Dent, Leo Sulky.
Sc. : A. Clyde assisté de B.B. est inventeur : il met au point un système de téléguidage pour les voitures qui permet de consommer très peu d’essence. B.B. va dépanner la fille du patron. Il pousse la voiture qui, à son tour, en pousse une autre, puis une autre... Enfin, tout un train de voitures serpente dans les rues avec B.B. toujours en plein effort, créant un bel embouteillage. Les voitures finissent par choir une à une dans un ravin. Toutes les autos s’équipent du téléguidage, mais le système n’est pas au point et elles circulent soudain sans chauffeur et provoquent de nombreuses catastrophes. Le distributeur d’essence (J.J. Richardson) est ruiné. Il veut saboter l’installation d’A. Clyde, tandis que des commanditaires lui achètent ses brevets et apprécient sa voiture-biberon pour veaux. A. Clyde fête son succès dans une soirée masquée avec de jolies filles tandis que B.B. garde le laboratoire. J.J. Richardson, aidé par un Noir, passe à l’attaque, mais ils sont tous deux mis en fuite par A. Clyde et ses amis costumés en démons. B.B. se marie avec la fille de l’inventeur. Un gag surréaliste : le Noir, au comble de la frayeur à la vue d’un homme costumé en squelette, se dissout littéralement en un tas de poudre... noire.
Catalogues Pathé et Blackhawk. (d.v.)

19.7 – Sneezing Beezers ! (Amour et piqûres d’abeille) (2b) – R : Del Lord, – I : Andy Clyde, John J. Richardson, Madeline Hurlock, Kewpie Morgan, Leo Sulky, Bobby Dunn.

9.8 – The Iron Nag (Dans un fauteuil) (2b) – R : Del Lord – I : Ruth Taylord, Andy Clyde, Sunshine Hart, John J. Richardson, Leo Sulky, Joe Young.
Sc. : Andy Clyde est un traditionnel colonel du Kentucky, menacé de ruine et complètement à la merci d’un louche individu s’il ne réussit pas à gagner la course. B.B. est le jockey du fameux cheval, mais il a des ennuis avec la police et se trouve emprisonné avec son cheval. Ils s’échappent, se précipitent sur la piste et gagnent la course. Un excellent gag : un chien, attaché à la chaise roulante d’une vieille dame, se lance à la poursuite d’un chat, entraînant avec lui la malheureuse. B.B. et A. Clyde courent derrière cet étrange attelage, tandis que la police est aux trousses de B.B. Ce dernier lance un lasso pour attraper la chaise roulante mais ne capture que la veille dame qui s’envole dans les airs pendant que la poursuite continue.
Catalogue Film Classic Exchange, (d.v.)

30.8 – Butter Fingers (Le roi du base-ball) (2b) – R : Del Lord – Sc. : Jefferson Moffitt – I : Andy Clyde, Ruth Taylor, Madeline Hurlock, Kewpie Morgan, George Harris. Sc. : B.B., joueur de base-ball, est fiancé à une jeune fille (R. Taylor) dont le père, très riche, s’occupe aussi de ce sport. K. Morgan est payé pour perdre la partie. Scènes de jalousie lorsque B.B. danse avec la fiancée (M. Hurlock) de K. Morgan. Celle-ci prépare un bain, B.B. et K. Morgan se retrouveront dans la baignoire. Le match commence : B.B. cache dans sa main un accessoire muni de pointes pour mieux attraper les balles. Pendant ce temps, M. Hurlock laisse tomber une lettre compromettante que ramasse R. Taylor. Poursuite entre les deux femmes : la fiancée de Billy en voiture et M. Hurlock en carriole tirée par un cheval. Le chien les accompagne, d’abord par ses propres moyens, puis sur un cheval. Tout le monde se retrouve au stade.
Catalogue Connaissance du cinéma. (d.v.)

11.10 – Over There-Abouts (2b) – R : Arthur Rosson – Sc. : Jefferson Moffitt – I : Andy Clyde, Madeline Hurlock, Ernest Wood, Sunshine Hart, Barney Helium, Pat Harmon.

13.12 – From Rags to Britches (Couturiers d’occasion ou Une succession embrouillée) (2b) – R : Del Lord – Sc. : Del Lord et Jefferson Moffitt – I : Andy Clyde, Madeline Hurlock, Kewpie Morgan, Louise Carver, Sunshine Hart, Leo Sulky, Bobby Dunn, James Donnelly.
Sc. : B.B. est cocher de fiacre. Juché sur son perchoir et détournant la tête, il ne voit pas une banderole qui est tendue au travers de la rue et y reste accroché. B.B. et M. Hurlock héritent d’un grand magasin de modes à la condition qu’ils ne soient pas mariés. Hélas, le très gourmand B.B. vient de convoler avec une forte personne (Sunshine Hart), apparemment bonne cuisinière, qui est sa logeuse tandis que M. Hurlock s’est mariée avec le gros K. Morgan. Les deux intéressés cachent leur mariage et prennent possession du magasin. La femme de B.B. se fait engager comme femme de ménage tandis que le mari de M. Hurlock est employé comme concierge afin de surveiller leurs époux respectifs. Les clientes arrivent pour assister à une présentation de modes. Une tondeuse à gazon passée par erreur rase la moquette. Pour réparer les dégâts, B.B. y colle des poils de remplacement. L. Carver, première cliente, voit ses pieds couverts de poils et, après une chute, se transforme en femme à barbe. Au cours du défilé de mannequins, le plateau tournant s’emballe et projette M. Hurlock sur les spectateurs. Pagaïe générale. Tout s’arrange à la fin car le notaire avait mal lu le testament : il fallait au contraire que les héritiers soient mariés ! Parodie de From Rag to Riches (1922) de Wallace Worsley.
Catalogues Franfilmdis et Film-Office (incomplet, 1b).

1926

24.1 – Whispering Whispers (Le rêve de Billy) (2b) – R : Del Lord – Sc. : Vernon Smith et Jefferson Moffitt – I : Andy Clyde, Madeline Hurlock, Kewpie Morgan, Billy Gilbert, Tiny Ward.
Sc. : B.B. et A. Clyde sont embauchés par un détective. Ils repeignent son antichambre. B.B. singe son patron à l’aide d’une fausse barbe. Il affole A. Clyde qui balaye le tapis avec un telle énergie qu’il le transperce. Un rajah leur demande de retrouver un rubis dans une villa. Après avoir exploré le plancher et crevé la canalisation d’eau, ils s’adressent à une voyante (M. Hurlock), complice du rajah. La voyante les invite à une soirée très mouvementée : tout le monde y cherche le rubis. Un curieux gag : un tableau de la chambre de nos deux héros représente un portrait ; B.B. et les complices du rajah dans la chambre voisine percent le mur, pensant que le rubis est caché derrière le tableau ; l’un d’eux passe une main dans le trou et en fouillant anime ainsi le portrait de grimaces comiques. La boule de cristal de la voyante était une bombe : elle explose. Mais tout cela n’était qu’un rêve ! B.B. et A. Clyde se retrouvent endormis sur une voie de chemin de fer. Ils sautent dans le train en marche et sont poursuivis par le contrôleur. Arrêtés au wagon-restaurant, ils sont mis aux cuisines. Gags culinaires (œufs sur le plat simulés par une demi-pêche, etc.). Les clients veulent du poisson : B.B. pêche par la fenêtre avec comme appât une boite de sardines et attrape un énorme poisson qui refuse de mourir. On le poursuit dans tout le train pour l’achever. Pagaïe générale. Les deux loustics sont expulsés. Ils partent sur les rails avec une draisine qui s’envole au-dessus du rapide qu’ils croisent. Catalogues Film Office (incomplet, 1b) et Castle Film (incomplet, 1b) sous le titre Railroad Stowaway et Catalogue Pathé-Baby 9,5 (2b) sous le titre Un cuisinier dans le train. (d.v.)

14.2 – Trimmed in Gold (La mine d’or ou Une vraie mine d’or) (2b) – R : Del Lord – Sc. : Jefferson Moffitt et Vernon Smith – I : Andy Clyde, Madeline Hurlock, Kewpie Morgan, Tiny Ward.
Sc. : B.B. et son acolyte plantent une tente de nuit, se croyant dans une vallée déserte. Ils se retrouvent le lendemain dans un carrefour au milieu des voitures. Partis chercher de l’or, ils trouvent un souterrain où est cachée la fortune du patron du saloon. B.B. joue cet argent au poker contre ce dernier. Il perd tout, même lorsqu’il a un carré d’as, car son adversaire lui sort un autre carré d’as... avec des cartes plus grandes ! Coups de revolver, poursuites et fuite de nos deux héros.
Catalogue Film Office (incomplet, 1b).

7.3 – Circus Today (En quatrième vitesse ou Le cirque en folie) (2b) – R : Del Lord – Sc. : Gus Meins – I : Andy Clyde, Madeleine Hurlock, Kewpie Morgan, Marion McDonald.
Sc. : Le patron du cirque se chausse : un ouistiti s’est enfilé dans une des bottes qui saute comme un objet ensorcelé, affolant le Noir de service. Poursuites et quiproquos. M. Hurlock joue l’écuyère sous les yeux amoureux de B.B. qui sabote involontairement son numéro. B.B. fait divers tours extravagants : descendant d’un toboggan à vélo, il tombe sur une bascule qui propulse un éléphant dans les airs. Puis il plonge, aveuglé d’un bandeau, dans une étroite piscine que l’éléphant revanchard vide de son eau au dernier moment. Poursuivi par l’éléphant et le patron, il prend les rênes d’un char romain (parodie de Ben Hur) entraînant une cage à lions, et la poursuite commence. A. Clyde, accroché, se retrouve sur la cage aux lions. La roulotte se fracasse et libère le lion qui sème la panique au cirque. Il vient caresser de sa queue le dos de M. Hurlock qui se maquille, au cours d’une très jolie scène. M. Hurlock se sauve en ballon et son ancre accroche la roulotte où sont réfugiés B.B., A. Clyde et le lion. Final acrobatique dans les airs. B.B. coupe la corde et tout le monde atterrit sain et sauf.
Catalogue Film Office, (d.v.)
Des extraits importants figurent dans La Grande Époque (cité supra).

28.3 – Wandering Willies (Billy est plein d’astuce) (2b) – R : Del Lord-Sc. : Gus Meins – I : Andy Clyde, Ruth Hiatt, Kewpie Morgan, Dave Morris, Ruth Taylor, Marvin Loback. Sc. : B.B. et A. Clyde ont eu des revers de fortune et sont réduits au vagabondage. La faim les pousse à voler l’uniforme d’un flic pour essayer de manger gratis. Après avoir dîné copieusement dans le restaurant de Rufus le dompteur, ils devront régler leur addition en nature et servir comme barmans. B.B. découvre un document qui prouve que Rufus est un espion. Celui-ci, pour récupérer le document compromettant, déclenchera une poursuite fantastique à laquelle se joindront les Cops de Mack Sennett.
D’après un catalogue de films 16 millimètres. Existe en 8 millimètres (2b). (d.v.) 9.5 – Fight Night (2b) – R : Gil Pratt et Jefferson Moffitt – Sc. : Vernon Smith et Ewart Adamson – I : Natalie Kingston, Dave Morris, Barbara Tennant, Evelyn Sherman, Janet Royce, Andy Clyde.
Sc. : B.B. dirige une maison de haute couture. Il fait la cour à l’un de ses mannequins, tout comme son adjoint. Sa femme arrive au magasin. La fourrure prévue pour la jolie employée ira à sa femme. Le soir, il sort avec son adjoint, prétextant un match de boxe, pour aller danser avec deux mannequins dans un café. Il gagne le concours de charleston, mais sa victoire est diffusée par la radio et sa femme l’apprend. Pour se venger, elle invite à dîner l’adjoint et les deux filles, puis elle flirte avec ce dernier. B.B. est jaloux et le boxe. Réconciliation entre les deux époux. B.B. jure de rester fidèle, mais, en mettant son adjoint à la porte, il glisse : « À vendredi prochain ; trouve un café dont le concert ne soit pas radiodiffusé. » D’après une copie super 8 incomplète (I b) d’origine inconnue. (d.v.)

16.5 – Hayfoot, Strawfoot (2b) – R/Sc. : Gil Pratt et Jefferson Moffitt – I : Andy Clyde, Natalie Kingston, Kewpie Morgan, Jack Ackroyd. « C’est un divertissement. B.B. et A. Clyde entrent dans une blanchisserie en l’absence du propriétaire et se comportent comme s’ils étaient chez eux. Au retour du patron, ils se sont enfuis avec des uniformes militaires ; ils sont arrêtés par de vrais soldats et conduits dans un camp. La vie y est très dure. Un perroquet se perche sur l’épaule de B.B. et se moque d’une jolie personne qui se révèle être la femme du tailleur. Celui-ci, qui est sergent, poursuit B.B. et A. Clyde. Ceux-ci grimpent jusque dans un sombre tunnel et en sortent à cheval sur une fusée qui les emmène en plein ciel » (M.P.W., vol. 80, n°3, 1926, p. 248).

30.5 – Muscle-Bound Music (2b) – R : Alf Goulding – Sc. : Vernon Smith et Harry McCoy – I : Natalie Kingston, Dave Morris, Patsy O’Byrne, Kewpie Morgan, Barney Hellum, Leo Sulky.
« Dans ce film M. Sennett reste dans le style très slapstick. C’est une succession de gags excellents, insuffisamment reliés les uns aux autres mais généralement divertissants. La pension entière vacille quand les deux membres de l’orchestre s’exercent sur la grosse caisse et le tuba dans leur chambre. Un lutteur professionnel arrache leur porte pour entrer et leur imposer le silence. Ce même lutteur (K. Morgan) donne une démonstration pratique de la meilleure façon de manger : les pensionnaires engloutissent toute la nourriture tandis que le patron demande grâce. La comédie se termine par une lutte burlesque au cours de laquelle B.B. se bat contre K. Morgan. B.B. gagne en écrasant les cors au pied de son adversaire » (M.P.W., vol. 80, n° 6, 1926, p. 477).
Catalogue Pathé, deux extraits : Oscar joue du trombone (1/2 b)
Sc. : B.B. et son copain, tous deux musiciens, rentrent chez eux sur la pointe des pieds car ils n’ont pas payé leur pension. B.B. fait la cour à la logeuse (Mme Farfelu) pour l’attendrir. Arrivée de M. Lhercule (K. Morgan), qui d’un seul bras soulève le lit à deux mètres de haut. B.B. et son ami répètent ; le premier joue de l’hélicon, le second de la grosse caisse : les ampoules explosent, les murs tremblent, le plancher tressaute en cadence. K. Morgan arrache leur porte. La logeuse confisque la clef de leur chambre et la glisse dans son corsage : les deux acolytes essayent par tous les moyens de faire glisser au sol l’objet : bousculade, danse échevelée, etc. Oscar champion de catch (l/2b)
Sc. : B.B., en maillot de corps avec une tête de mort sur la poitrine, accepte un combat de catch pour gagner de l’argent. Il découvre son adversaire : c’est K. Morgan ! B.B. s’effondre. Au cours du premier round, il évite le contact et est sauvé par le gong. Puis, son manager lui conseille d’écraser les extrémités inférieures de son partenaire qui est affligé de cors au pied... Le stratagème marche un temps. Au cours du match, l’arbitre est d’abord déculotté, puis assommé. L’entraîneur de B.B. se glisse sous le ring et pique au hasard avec une longue épingle à chapeau... Enfin B.B., tordant à mort les pieds de K. Morgan, est déclaré vainqueur, mais la logeuse est déjà là pour réclamer la prime. Comme B.B. refuse, il reçoit une vraie correction sur le ring.

20.6 – Ice Cold Cocos (La glace est rompue ou Un drôle de marchand de glace) (2b) – R : Del Lord – Sc. : Clarence Badger et Phil Whitman – I : Andy Clyde, Kewpie Morgan, Madeline Hurlock, Louise Carver, Leo Sulky.
Sc. : B.B. et A. Clyde sont livreurs de glaces. Pour aller chez leur jolie cliente (M. Hurlock), il faut grimper d’interminables escaliers – tout semblables à ceux que Laurel et Hardy doivent affronter dans The Music Box. Quand B.B. arrive en haut la glace est fondue. Le prétendant de M. Hurlock est un gros champion de hockey sur glace (K. Morgan), qui, jaloux, n’aime pas les deux compères. Il va dévaler les rues sur un bloc de glace comme sur une luge. Pour contenter sa cliente, B.B. descend la glacière, la remplit de glace et la remonte sur le dos, mais il perd la glace en route. Arrivée de Bull Dozer (K. Morgan) ; B.B. se cache dans la glacière, mais finit par être découvert. Retour au camion de livraison, mais toute la glace a fondu ! Pour se réapprovisionner, B.B. décide de prendre le revêtement de la patinoire. Le patron n’est pas d’accord mais décide de ne pas porter plainte si B. B et son employé acceptent de servir comme garçons-patineurs. Le soir même, les deux amis, qui n’ont jamais mis de patins, se mettent au travail. Le résultat est pittoresque. Les spectateurs, croyant à une attraction, applaudissent. C’est un triomphe. B.B. est engagé comme vedette au grand courroux du champion de hockey qui perdra du même coup sa fiancée au bénéfice de B.B.
D’après une copie 8 millimètres d’origine inconnue. (d.v.)

11.7 – A Sea Dog’s Tale (Billy prend le large ou La fille de Neptune) (2b) – R : Del Lord -Sc. : Clarence Hennecke et Phil Whitman – I : Madeline Hurlock, Andy Clyde, Vernon Dent, Patsy O’Byrne, Tiny Ward.
Sc. : La princesse Vanilla (M. Hurlock) tombe amoureuse de W. Watts (B.B.) d’après une photo de journal. King Gumbo (A. Clyde) promet la grâce de Jojo (V. Dent) – condamné à mort pour avoir poussé accidentellement le roi dans un chaudron d’eau bouillante – s’il parvient à ramener B.B. à sa fille. Loin de là, B.B. endetté est contraint d’épouser sa propriétaire (P. O’Byrne). Enlevé par les hommes de Jojo, il est emmené dans l’île du roi Gumbo. Un banquet très pittoresque est donné en son honneur : les indigènes servent la soupe en plongeant une éponge dans la marmite et en la pressant dans l’assiette des invités. B.B. a des problèmes avec ses spaghetti ; il en sème sur le visage du roi. Comme punition, Jojo, amoureux de Vanilla, suggère que B.B. se batte contre les requins sacrés. Sous l’eau, B.B. gratte une allumette pour mieux y voir, puis il la jette et met le feu au fond de l’océan. 11 règle, comme un policeman, la circulation des poissons et rencontre une jolie sirène. Cependant, à son insu, son épouse frustrée le recherche en avion... Soudain, un grappin tombe près de lui et l’accroche par le pantalon, puis le remonte à bord de l’avion. Quand B.B. découvre l’identité de son sauveteur, il saute à l’eau et retourne à ses poissons. (d.v.)

8.8 – Hubby’s Quiet Little Came (Les puces savantes ׀?׀) (2b) – R : Del Lord – Sc. : Clarence Hennecke et Phil Whitman – I : Thelma Parr, Vernon Dent, Barbara Tennant, Dave Morris, Irving Bacon. (d.v.)

15.8 – Hoboken to Hollywood (Billy l’optimiste) (2b) – R : Del Lord – Sc. : Clarence Hennecke et Phil Whitman – I : Vernon Dent, Thelma Hill, Lenora Summers, Sunshine Hart, Leo Sulky.
Sc. : B.B. est envoyé dans une agence de Californie par son directeur qui veut se débarrasser de lui. Le voyage en auto avec sa femme est fertile en aventures. Au cours de ses pérégrinations, B.B. rencontre un autre voyageur (V. Dent) à bord d’une caravane avec sa femme et un chauffeur noir. Ils ont la même destination que lui et font donc le chemin ensemble. Ce voyageur devient la tête de Turc de B.B. Ce dernier affirme que la caravane peut passer sous un tunnel si on dégonfle les pneus et celle-ci est décapitée... Finalement, il le laissera avec sa voiture embourbée dans un marais et arrivera seul à Hollywood. Il rend alors visite à son nouveau directeur qui n’est autre que le souffre-douleur du voyage ! Un télégramme rappelle B.B. à son point de départ ; toujours optimiste, il déclare qu’il va pouvoir admirer le paysage car il fera le voyage à pied, son auto étant démolie.
Catalogues Regent et Kodascope. (d.v.)

24.10 – Should Husband Marry ? (2b) – R : Eddie Cline – I : Eddie Quillan, Alice Day, Barney Helium, Connie Dawn, Louise Carver, Alice Belcher.
Petit rôle pour B.B.

31.10 – Masked Mamas (2b) – R : Del Lord -Sc. : Phil Whitman et Grover (ones – I : Vernon Dent, Thelma Parr, Marvin Loback, Irving Bacon, Barney Helium.
« B.B. joue le rôle d’un spécialiste en cures de beauté ; il rencontre un vieil ami (V. Dent) avec lequel il organise une joyeuse soirée. Il invite aussi une de ses clientes (T. Parr), ignorant qu’elle est l’épouse de son ami. Ils vont ensemble à un bal masqué et finalement B.B. découvre l’identité de la dame. Dent veut se battre avec son ami mais T. Parr les punira tous les deux. Une farce slapstick divertissante et bien construite » (M.P.W., vol. 83, n° I, 1926, p. 33) (d.v.).

28.11 – The Divorce Dodger (2b) – R : Del Lord – I : Thelma Parr, Louise Carver, Thelma Hill, Vernon Dent, Barbara Tennant, Barney Hellum, George Gray.

26.12 – Flirty Four-Flushers (2b) R : Edward Cline, Sc. : Carl Harbaugh et Phil Whitman, I : Ruth Taylor, Vernon Dent, Stanley Blystone, William McCall, Madeline Hurlock, Billy Gilbert, Thelma Hill.
Sc. : Archibald de Shyster (B.B. sans sa moustache !) voudrait épouser une fille riche. Aggie (M. Hurlock) est serveuse et veut aussi se marier avec un homme riche. Dans un concours, elle gagne des vacances gratuites dans un hôtel à la mode et pense qu’elle va y trouver l’homme de ses rêves. V. Dent joue le rôle d’un millionnaire, (d.v.)

1927

23.1 – Should Sleepwalkers Marry ? (Billy somnambule ou Le somnambule) (2b) – R : Del Lord – I : Vernon Dent, Thelma Parr, Barbara Tennant, Joe Young, Dave Morris. « B.B. et V. Dent, joueurs de golf, sont amis jusqu’au jour où le premier sème le trouble en entrant, en état de somnambulisme, dans la chambre de l’épouse du second. Les deux couples vont à la montagne et B.B. échoue sur le matelas gonflé au gaz de V. Dent : le matelas prend son vol, transportant les deux hommes qui, dans le danger, se réconcilient, de sorte qu’ils s’amendent et accompagnent leurs épouses respectives à l’église. Plusieurs bonnes scènes comiques et de bons trucages rappelant "Le Voleur de Bagdad" dans la séquence du matelas volant » (M.P.W., vol. 84, n°4, 1927, p. 281).

20.2 – Peaches and Plumbers (2b) – R : Eddie Cline – I : Thelma Parr, Vernon Dent, Thelma Hill, Madeline Hurlock, Stanley Blystone, Marvin Loback.

20.3 – A Small Town Princess (2b) – R : Eddie Cline – Sc. : Phil Whitman – I : Madeline Hurlock, David Manor, Nat Carr, Bud Ross, Don Meins, Louise Carver, Barbara Tennant, Marvin Lobach.

12.6 – Cured in the Excitement (Billy infirmier) (2b) – R : Earle Rodney – Sc. : Jefferson Moffitt et Carl Harbaugh – I : Vernon Dent, Madeline Hurlock, Thelma Hill, Marvin Lobach, William McCall, Ruth Taylor.
« V. Dent se croit malade et va dans une maison de repos. Son épouse (M. Hurlock), jalouse à cause de sa jolie infirmière, engage deux infirmiers mâles pour qu’ils malmènent un peu son mari. Cependant, elle-même est attirée par le moniteur de gymnastique. Il en résulte un assortiment ingénieux de poursuites et de gags utilisant pratiquement toutes les ressources du slapstick. B.B. apparaît dans le rôle du moniteur de gymnastique sans sa traditionnelle moustache » (M.P.W., vol. 86, n° 6, 1927, p. 434).

4.9 – The Golf Nut (Jack professeur de golf) (2b) – R : Harry Edwards – Sc. : Jefferson Moffitt et Phil Whitman – I : Vernon Dent, Alma Bennett, Eddie Quillan, Mary Mabery, Glen Cavender.
Sc. : Billy Divott (B.B.) débarque dans un club de golf et commence par pousser accidentellement A. Bennett dans la piscine. Puis il donne des conseils à V. Dent dont la balle de golf fracasse la tasse de thé d’un joueur. B.B. délivre aussi des leçons particulières à la femme de V. Dent et en profite pour la serrer de près à la grande fureur du mari. Puis B.B. envoie, d’un coup magistral, un essaim de guêpes dans le pantalon de V. Dent. Ce dernier sème la panique dans tout le club, en particulier dans les vestiaires des hommes et des femmes. Tout le monde se réfugie dans la piscine. Finalement, V. Dent corrige B.B., le fauteur de troubles.
D’après une copie 8 millimètres incomplète (1b). Catalogue Kodascope.

2.10 – A Gold Digger of Weepah (Billy chercheur d’or) (2b) – R : Harry Edwards – Sc. : Jefferson Moffitt – I : Sunshine Hart, Matty Kemp, Alma Bennett, Johnny Burke, Andy Clyde, William McCall.

27.11 – The Bull Fighter (Une corrida pour rire) (2b) – R : Earle Rodney – Sc. : Jefferson Moffitt et Phil Whitman – 1 : Madeline Hurlock, Eddie Quillan, Vernon Dent ( ?), Andy Clyde, Barney Helium, Mary Mabery. Sc. : Le tuteur de M. Hurlock veut absolument que celle-ci épouse son fils. M. Hurlock, qui n’a jamais vu son futur mari, se sauve. Les chemins de la liberté sont semés d’embûches et il lui arrivera plus d’un avatar. Elle rencontre un jeune homme (E. Quillan) qui l’aidera. Nous assistons à une corrida où B.B., ami d’E. Quillan, tient le rôle du toréador. Madeline explique à Eddie les raisons de sa fugue, mais Eddie était justement le jeune homme qui lui était promis.
(D’après un catalogue Kodascope)

1928

22.1 – The Beach Club (Billy en vacances ou Billy en week-end) (2b) – R : Harry Edwards – Sc. : Jefferson Moffitt et Harry McCoy – 1 : Madeline Hurlock, Carole Lombard, Vernon Dent, Johnny Burke, Betty Mabery, Andy Clyde.
Sc. : B.B. arrive dans le hall d’un hôtel, il déplace les pièces de deux joueurs d’échec puis rejoint les Bathing Beauties qui jouent au billard. Il met des boutons de culotte dans un appareil à sous à plusieurs reprises et finit par gagner le jackpot : six boutons de culotte ! M. Hurlock arrive accompagnée de son mari (V. Dent). B.B. embrasse celle-ci sur la bouche sous le regard mécontent du mari. Après les présentations, ils jouent au billard et une boule de B.B. atteint le gousset du gilet de V. Dent : sa montre est cassée. Ce dernier troue le tapis, s’assoit sur le billard qui se soulève et retombe sur le pied du directeur. Un peintre fait le portrait de V. Dent, B.B. le rectifie en ajoutant une superbe bedaine. B.B. perd son pantalon ; une lampe à alcool y tombe et B.B. prend feu. On pousse la victime dans la piscine. Un lampadaire électrique tombe dans la piscine et électrocute les baigneurs. Sur la plage, B.B. continue à se montrer odieux, mais à la fin V. Dent lui donnera une bonne correction.
Catalogue Connaissance du cinéma.

19.2 – The Best Man (Le meilleur gagne) (2b) – R : Harry Edwards – Sc. : Earle Rodney et Harry Edwards – I : Alma Bennett, Vernon Dent, Carole Lombard, Andy Clyde, Bill Searby, Nancy Cornelius, Irving Bacon.

18.3 – The Bicycle Flirt (2b) – R : Harry Edwards – Sc. : Vernon Smith et Harry McCoy -1 : Vernon Dent, Dot Farley, Carole Lombard, Leota Winters, Irving Bacon.
Copie au musée George-Eastman (Rochester).

8.5 – The Girl from Nowhere (2b) – R : Harry Edwards – Sc. : Jefferson Moffitt et Ewart Adamson – I : Daphne Pollard, Mack Swain, Carole Lombard, Anita Barnes, Jack Cooper, Dot Farley.

12.8 – His Unlucky Night (2b) – R : Harry Edwards – Sc. : Vernon Smith et Nick Barrows – I : Vernon Dent, Dot Farley, Carole Lombard, Raymond McKee, Ruth Hyatt, Mary Ann Jackson, Andy Clyde.

9.9 – Caught in the Kitchen (2b) – R : Phil Whitman – Sc. : Jefferson Moffitt et Phil Whitman – I : Natalie Joyce, Irvin Bacon, Alice Ward, Barbara Pierce.

30.9 – Motorboat Mamas (2b) – R : Harry Edwards – Sc. : Earle Rodney et Jefferson Moffitt – 1 : Vernon Dent, Alma Bennett, Carmelita Geraghty, Carole Lombard, Barbara Tennant, Irving Bacon.
Copie au musée d’Art moderne (New York).

4.11 – Hubby’s Latest Alibi (L’ali-Billy) (2b) – R : Phil Whitman – Sc. : Phil Whitman et Jefferson Moffitt – I : Vernon Dent, Natalie Joyce, Alice Ward, Otto Fries, Virginia Vance.

2.12- Hubby’s Weekend Trip (2b) – R : Harry Edwards – Sc. : Ewart Adamson et Vernon Smith -1 : Vernon Dent, Natalie Joyce, Irvin Bacon, Dot Farley, Carmelita Geraghty, Alma Bennett, Carole Lombard.

30.12 – His New Stenographer (2b) – R : Phil Whitman – Sc. : Ewart Adamson et Vernon Smith – I : Alice Ward, Natalie Joyce, Irvin Bacon.

32Mack Sennett-Educational :

9.12 -The Lion’s Roar (Le lion qui rugit) (2b) (parlant) – R : Mack Sennett – Sc. : ).A. Waldron et Earle Rodney – I : Johnny Burke, Thelma Hill, Andy Clyde, Ruth Kane, Daphne Pollard, Vernon Dent. (d.v.)

1929

33Mack Sennett-Pathé :

3.2 – Calling Hubby’s bluff (Le bluff de Billy) (2b) – R : Harry Edwards – Sc. : Ewart Adamson et Jefferson Moffitt – I : Alice Ward, Vernon Dent, Carmelita Geraghty, Dot Farley, Lucille Miller, Andy Clyde, Leota Winters.

24.2 – Button My Back (2b) – R : Phil Whitman – Sc. : Jefferson Moffitt et Phil Whitman – I : Carmelita Geraghty, Alice Ward, Irving Bacon, Vernon Dent ( ?).
« L’apparition de B.B. dans un quelconque film est indubitablement une assurance que nous allons nous divertir... Cette fois, il joue le rôle d’un mari léger, accompagné d’une épouse travailleuse (A. Ward). Il flirte avec les dames mais lorsqu’il pose les yeux sur une fille attirante, Carmelita Geraghty, il se trouve confronté à une série de situations comiques ; la plus drôle se résume ainsi : B.B. cherche refuge dans la chambre de la jeune personne après qu’un féroce bouledogue lui a arraché son pantalon. Quand son épouse le trouve là, surgissent les complications : B.B., sans pantalon, fait une sortie remarquée par la fenêtre, tandis que son épouse l’y encourage à coups de revolver... » (M.P.N., vol. 39, n° 7, 1928, p. 502).

17.3 – Foolish Husbands (2b) – R : Phil Whitman – Sc. : Jefferson Moffitt et Ewart Adamson – I : Vernon Dent, Carmelita
Geraghty, Dot Farley, Hylah Slocoum, Otto Fries, Irving Bacon.

21.4 – Pink Pajamas (Pyjamas roses ou Jalousie) (2b) – R : Phil Whitman – Sc. : Jefferson Moffitt et Ewart Adamson – I : Vernon Dent, Natalie Joyce, Alice Ward.
Sc. : M. Vance est un mari très jaloux, toujours armé d’un revolver. Sa femme doit sans cesse rester sur le qui-vive. Au même étage de leur immeuble habitent les Brooks. M. Brooks, très galant, a remarqué la gentille Mme Vance et lui fait la cour. M. Brooks a fait livrer un superbe pyjama rose à l’adresse de sa femme et le livreur, s’étant trompé, l’a déposé chez Mme Vance. M. Vance apprend la provenance de ce cadeau, se met en colère et sort son revolver. M. Brooks s’échappe, mais ce n’est que pour retrouver sa femme, au courant de tout, et à qui il n’échappera pas !
Catalogues Kodascope et Morcraft. (d.v.)

2.5 – Don’t Get Jealous (2b) – R : Del Lord -Sc. : Del Lord et Ewart Adamson -I : Vernon Dent, Carmelita Geraghty, Andy Clyde, Carole Lombard, Dot Farley.
Copie à la bibliothèque du Congrès (Washington).

9.6 – Caught in a Taxi (2b) – R : Del Lord – Sc. : Del Lord et Ewart Adamson – I : lack Cooper, Virginia Vance, Otto Fries, Elsie Tarron, Blanche Payson.
Petit rôle pour B.B.

34Van Beuren-Pathé ; Smitty Comedies :

 ?.5 – Circus Time- (2b) – R : Harry Edwards -I : Donald Haines, Jackie Combs, Billy Barty, Leo Sulky.
Sc. : Des enfants font irruption dans un cirque et déchaînent la colère du directeur. B.B. joue le rôle d’un policier dont le visage est maculé d’encre par les enfants. Plus tard, lorsque ces derniers montent leur propre spectacle, il devient leur ami.

35Mack Sennett-Educational :

16.6 – Motoring Mamas (2b) – R : Phil Whitman – Sc. : Jefferson Moffitt et Phil Whitman – I : Alice Ward, Natalie Joyce, Glen Cavender, Vernon Dent ( ?).

FILMS PARLANTS :

1930

19.1 – Scotch (2b) – R : Mack Sennett – I : Andy Clyde, Addie McPhail, Ernie Wood, Bert Swor, Rosemary Theby.
« Une comédie alerte et divertissante. E. Wood et A. McPhail à peine mariés réussissent, après une excitante poursuite, à s’enfuir en banlieue. Ils sont tranquilles dans leur petit appartement calme jusqu’à ce que le frère d’A. McPhail (B.B.), suivi peu après de celui d’E. Wood (A. Clyde) et leurs épouses respectives arrivent en visite. Leur séjour à l’œil se prolonge pendant trois mois pendant lesquels B.B. se divertit en jouant de nombreux tours coquins à A. Clyde. B.B. et A. Clyde, un peu éméchés, se sauvent enfin à toute jambe quand un perroquet, placé par E. Wood à l’intérieur de la dinde du jour de l’An, appelle à l’aide tandis que l’oncle est sur le point de découper le volatile » (M.P.N., vol. 41, n° 1, 1930, p. 35).

1931

11.10 – Who’s Who in the Zoo (Plus fort qu’un lion) (2b) (couleurs) – R : Bebe Stafford – I : Rosemary Theby, Spec O’Donnell, Bill Barty
Sc. : B.B. emmène sa femme en visite au zoo. Le plus petit de ses enfants a jeté le sac de sa mère dans la cage aux lions. B.B., voulant récupérer le sac, se retrouve dans la cage, se bat avec le lion et finalement l’assomme.
D’après une copie 16 millimètres incomplète (Ib).

1932

15.5 – The Spot on the Rug (2b) – R : Bebe Stafford – Sc. : John A. Waldron, Gene Towne, Felix Adler et Del Lord -I : Marjorie Kane, Edgar Kennedy, Bud Jamison, Marvin Lobach, Bobby Dunn.

1933

36Christie-Educational :

Techno-Crazu (2b) – R : Charles Lamont-Sc. : Ernest Pagano et Ewart Adamson – I : Monty Collins, Elinore Hunt, John T. Murray, Iris Lancaster, Anita Pike.
Sc. : Le jeune héros du film (M. Collins) est amoureux de la fille d’un notable (B. Bevan). Ce dernier n’apprécie pas beaucoup son futur gendre qu’il accuse d’être communiste. Après une dispute, le prétendant maladroit brise une pendule précieuse. Puis il connaît des ennuis avec un policeman et se réfugie dans une réunion de révolutionnaires barbus et visiblement socialistes. Enrôlé malgré lui, il se voit confier, par un savant illuminé, une bombe à retardement dissimulée dans une pendulette. En compagnie de trois conspirateurs, M. Collins se retrouve dans la maison de B.B. qui croit que l’amoureux repentant lui offre une nouvelle pendule... La bombe s’échappe de sa cachette et vole de mains en mains. Panique... Les dames s’évanouissent. La bombe se retrouve successivement sur un terrain de croquet, dans un piano et enfin dans un monte-charge où elle explose. La villa s’écroule, mais B.B., sa fille et son amoureux se retrouvent sains et saufs dans une baignoire.
Catalogue Morcraft. (d.v.)

37Mack Sennett-Paramount :

5.5 – Unde Jake (2b) – R : Eddie Cline – I : Edward Nugent, Jean Marsh, Marjorie Beebe, Grady Sutton, Si Jenks.

38Christie-Educational ; Mermaid Comedies :

 ?. 12 – Pops Pal (2b) – R : Harry ). Edwards -Sc. : Ernest Pagano, Ewart Adamson et C. Edwards Roberts – I : Lloyd Hamilton, George Bickel, John Harron, Josephine Hull. Sc. : L. Hamilton veut embaucher John Harron, mais il est terrorisé par le père et le beau-père du garçon.

T.O.N.I. :
Quelle bonne mine ! (1b)

Oscar joue à la table d’hôte (30 m) (Pathé Baby, 9,5)

2. LONGS MÉTRAGES BURLESQUES :

1920

39Mack Sennett-Associated First National :

14.6 – Married Life (5b) – R : Mack Sennett – I : Al Cooke, Louise Fazenda, Charles Conklin, lames Finlayson.

40Mack Sennett-Paramount :

22.10 – Love, Honor and Behave (5b) – R : Richard (ones et Erle C. Kenton -I : Charles Murray, Ford Sterling, Phyllis Haver, Marie Prevost.
Dans cette comédie dont la vedette était Ch. Murray, B.B. joue le rôle épisodique d’un homme de loi.

1921

13.2 – A Small Town Idol (L’idole du village) (7b) – R : Erle C. Kenton – Sc : Mack Sennett – I : Ben Turpin, James Finlayson, Phyllis Haver, Bert Roach, Charles Murray. Ben Turpin est la vedette de cette comédie où B.B. joue le rôle d’un metteur en scène de cinéma (voir filmographie de B. Turpin p. 112).
Il existe deux versions en 8 mm très écourtées (1 et 2b). (d.v., version en 2b)

1923

41Mack Sennett-Associatyed Exhibitors :

13.10 – The Extra-Girl (Vedette d’occasion) (6b) R : Richard )ones, Sc. : Mack Sennett -I : Mabel Normand, Ralph Graves, George Nichols, Anna Hernandez, Vernon Dent, Charlotte Mineau, Ransey Wallace.
Sc. : Sue (M. Normand) habite une petite ville de province ; ses parents s’opposent à son mariage avec Dave (R. Graves), le jeune homme qu’elle aime. Sue participe à un concours de cinéma qu’elle gagne : elle va à Hollywood. Cependant, elle ne réussit pas à devenir actrice et doit se contenter de tenir les vestiaires. Suivant les suggestions d’un escroc, elle persuade ses parents (G. Nichols et A. Hernandez) de vendre leur maison et de venir à Hollywood. Naturellement, ils perdent tout leur argent. Dave se rend lui aussi à Hollywood et essaye de trouver un travail plus intéressant pour Sue ; celle-ci consacre son énergie à retrouver l’escroc qui a ruiné ses parents. Finalement, elle réussit à récupérer l’argent et tout le monde revient au village. B.B. apparaît dans une scène de tournage où il est effrayé par l’apparition d’un lion que Sue a libéré par erreur.
Catalogue Blackhawk. (d.v.)

3. LONGS MÉTRAGES NON BURLESQUES :

42Nous avons recensé 114 films de tout genre parmi lesquels :

1922

The Crossroads of New York (6b) – R : F. Richard Jones – Sc : Mack Sennett – I : George O’Hara, Noah Beery, Ethel Grey Terry, Ben Deely. Dans ce mélodrame, B.B. joue le rôle d’un agent de presse. (d.v.)

1924

The White Sin – R : William A. Seiter.

1927

The Girl from Everywhere – R. Eddie Cline.

1928

Riley the Cop – R : John Ford.

1930

For the Defense – R : John Cromwell. Monte-Carlo (Monte-Carlo) – R : Ernst Lubitsch.

1932

Sky Devils – R -. Edward Sutherland. Me and My Gal – R : Raoul Walsh.

1933

Looking Forward- R. Clarence Brown. Too Much Harmony – R. Edward Sutherland. Alice in Wonderland (Alice au pays des merveilles) – R : Norman McLeod.

The Way to Love (L’amour guide) – R : Norman Taurog.

1934

The Lost Patrol (La patrouille perdue) – R : John Ford.

1935

Black Sheep – R : Allan Dwan.

A Tale of Two Cities – R : lack Conway.

1936

The Song and Dance Man – R : Allan Dwan. Dracula’s Daughter (La fille de Dracula) – R : Lambert Hillyer.

Mr Deeds Goes to the Town (L’extravagant M. Deeds) -R : Frank Capra.

1937

Slave Ship (Le dernier négrier) – R : Tay Garnett.

Another Dawn (Tornade) – R : William Dieterle. Personal Property (Valet de cœur) – R : W. S. Van Dyke.

The Sheik Steps Out – R : Irving Pichel.

1938

Bringing Up Baby (L’impossible Mr Bébé) – R : Howard Hawks.

1939

Captain Fury – R : Hal Roach.

We Are not Alone (Nous ne sommes pas seuls) – R : Edmund Goulding.

Let Freedom Ring (Le flambeau de la liberté) – R : lack Conway.

Pack Up Your Troubles (Les sans-soucis) – R : George Marshall.

1940

The Long Voyage Home (Les hommes de la mer) – R : John Ford.

Rebecca (Rebecca) – R : Alfred Hitchcock.

1941

Dr Jeckyl and Mr Hyde (Dr Jeckyl et Mr. Hyde) – R : Victor Fleming.

Suspicion (Soupçons) – R : Alfred Hitchcock.

1942

Counter-Espionnage- R : Edward Dmytryk. 1 Married a Witch (Ma femme est une sorcière)-R : René Clair

Mrs Miniver (Mrs Miniver) – R : William Wyler.

This Above All (Ames rebelles) – R : Anatole Litvak.

A Yank at Eton – R : Norman Taurog.

1944

National Velvet (Le grand national) – R : Clarence Brown.

Jane Eyre (lane Eyre) – R : Robert Stevenson.

1945

The Picture of Dorian Cray (Le portrait de Dorian Gray) – R : Albert Lewin.

1946

Cluny Brown (La folle ingénue) – R : Ernst Lubitsch.

Devotion (La vie passionnée des sœurs Bronté) – R : Curtis Bernhardt.

1950

Fortunes of Captain Blood (Les nouvelles aventures du capitaine Blood) – R : Gordon. Douglas, (dernier film).

Notes

1 Blair Miller, op. cit., p. 24.

2 Les pages qui suivent, consacrées à Billy Bevan, ont été écrites en collaboration avec Fabrice Couderc.

3 Ledit surréalisme atteint parfois certain délire visuel qui n’est pas sans exclure les figures de style les plus drôles et les plus modernes dans leur rhétorique. L’une d’entre elles s’apparente à la métaphore chaplinesque, dans Galloping Bungalows : que la mariée, grosse dame un peu mûre, s’apprête à enfoncer la porte du bungalow pour rejoindre et punir son mari B.B., et la caméra, embrassant le champ de vision de l’époux atterré, substitue à l’horrible femme l’image édifiante d’un rouleau compresseur. On a reconnu, douze ans avant Modem Times, le principe qui devait conduire Chaplin à remplacer la foule des ouvriers pointant à l’usine par le plan d’un troupeau de moutons se bousculant vers l’abattoir.

4 Christian Metz, Essai sur la signification du cinéma, Paris, Klincksieck, 1983, t. I, pp. 105-106.

5 Jean Mitry, Histoire du cinéma, op. cit., t. I, p. 246.

6 Ce film peut avoir inspiré Blake Edwards pour The Great Race (La grande course autour du monde, 1955).

7 Eileen Bowser, The Slapstick Symposium, 3-5 mai 1985, N.Y., Ed. FIAF, 1988.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search