Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Première partie : Les producteurs et réalisateurs

Les réalisateurs

Texte intégral

1Nourrie de la doctrine des auteurs chère aux Cahiers du cinéma, la critique moderne considère aujourd’hui que le réalisateur est l’auteur unique et incontesté du film. Si Chaplin, Keaton, Semon et quelques autres confirment ce postulat, ce serait une lourde erreur que de l’appliquer systématiquement à l’ensemble du cinéma burlesque. Nul ne saurait en effet prétendre que l’auteur de Galloping Bungalows (Le Bungalow galopant, 1924) est son réalisateur Del Lord ; on dira plus volontiers que c’est une comédie de Mack Sennett, ou de son acteur principal, Billy Bevan.

2Force donc est de remettre à leur juste place – certes essentielle, mais non prépondérante – les metteurs en scène des « shorts » : artisans compétents et consciencieux, souvent talentueux, mais soumis, avant tout, aux directives du « producer », en particulier lorsque celui-ci avait la forte personnalité d’un Mack Sennett ou d’un Hal Roach.

3Le réalisateur type est généralement un ancien acteur du burlesque qui n’a pas bien réussi dans cette carrière. Il y a, bien entendu, de célèbres exceptions : Charley Chase (ou Parrott), Stan Laurel, Slim Summerville, Al St. John, Jimmy Adams, Neal Burns, Ford Sterling, Mabel Normand, etc., autant de comédiens (ou comédiennes) qui furent à la fois de brillants exécutants et de très efficaces réalisateurs. Ce passage presque obligatoire par le métier d’acteur permettait au « director » de savoir ce qu’il était en droit d’exiger de ses interprètes. Mettre en valeur la vedette du film était sans doute la première mission qui était confiée au réalisateur. La direction des acteurs – en théorie, domaine réservé du metteur en scène – n’est généralement pas un problème quand il s’agit des vedettes : celles-ci, grâce à leur expérience au music-hall ou au théâtre, n’ont besoin que de conseils techniques limités. On ne saurait affirmer que Henry Lehrman, réalisateur des premiers films de Chaplin, ait dirigé Chariot dans ses mimiques, ni que Clyde Bruckman ait guidé le jeu de Keaton. Il existe cependant quelques exceptions majeures : Harold Lloyd, dont le personnage, semble-t-il, doit beaucoup au flair d’Hal Roach, et Harry Langdon qui, en grande partie, est une création de l’équipe Capra-Edwards-Ripley.

4Cependant, aux côtés des stars s’agite toute une faune qu’il faut dompter et dont il convient souvent de contenir la débordante vitalité : les ingénues, coquettes, mégères, vilains barbus ou moustachus, gringalets et obèses, tous enclins à forcer leur talent afin de crever les toiles blanches des salles obscures et de devenir à leur tour des têtes d’affiche. Animateur, le « director » doit canaliser cette énergie au profit de la comédie sans déséquilibrer le film dont la vedette doit rester le principal pivot. Il s’agit par conséquent de créer un esprit d’équipe au service d’un ou deux acteurs ou actrices privilégiés. De plus, une équipe bien rodée et soudée permet des tournages plus rapides, ce qui est particulièrement apprécié par le producteur.

5Aux qualités humaines nécessaires pour mener à bien cette délicate entreprise, le réalisateur doit joindre un sens aigu du « timing » : le burlesque est associé presque toujours à un rythme vif et nerveux (exceptions notables : Laurel et Hardy, Harry Langdon) qui, par ailleurs, sera obtenu autant par le montage que par la mise en scène elle-même. Précisons à ce sujet que le réalisateur n’avait le plus souvent aucun droit de regard sur le montage final, qui était effectué sous la direction du producteur.

6Le second travail du metteur en scène est de placer la caméra au bon endroit pour que, sur l’écran, les gags fassent mouche. Si chez Sennett, par exemple, un découpage assez précis était soumis au metteur en scène, il semble bien que d’une manière générale ce dernier soit responsable de l’angle de prise de vue et du cadrage : très gros plans pour souligner un gag, travelling avant ou arrière dans les poursuites...

7Est-ce à dire que la plupart des réalisateurs étaient interchangeables ? Pas tout à fait. Certains d’entre eux se spécialisaient : Del Lord (chez Sennett) et Norman Taurog (chez Larry Semon) excellaient dans les poursuites ; d’autres, comme Robert McGowan (le réalisateur de la série « Our Gang »), avaient un talent spécial pour diriger les enfants. Enfin, quelques-uns trouvaient une entente particulièrement féconde avec un acteur, comme Harry Edwards et Frank Capra avec Harry Langdon. Mais il est vrai que beaucoup, comme Charles Lamont, William Beaudine, Eddie Cline, Gilbert W. Pratt, etc., tournèrent avec succès des comédies en tout genre, dirigeant successivement plusieurs vedettes et travaillant pour de nombreux producteurs.

8Cependant, outre les acteurs-réalisateurs, dont nous parlerons amplement dans cet ouvrage, deux metteurs en scène se détachent du lot : Leo McCarey et Frank Capra. Après des débuts brillants dans les années vingt (l’un chez Roach, l’autre chez Sennett), ils furent parmi les maîtres de la comédie américaine après l’arrivée du parlant. Leo McCarey dirigea Charley Chase, Laurel et Hardy, Eddy Cantor, les frères Marx, W. C. Fields, Harold Lloyd, Cary Grant, etc., tandis que le second, après avoir travaillé sur les trois remarquables longs métrages muets d’Harry Langdon, fut un des grands maîtres du cinéma américain.

9Parmi ces dizaines de réalisateurs du burlesque, un certain nombre sut s’adapter au parlant, abandonnant souvent le court métrage tout en restant fidèle à la comédie. Outre les deux grands noms mentionnés ci-dessus, citons : Malcolm St. Clair, Norman Taurog qui dirigea les Ritz Brothers et le tandem Dean Martin-Jerry Lewis, Charles Lamont, spécialiste d’Abbott et Costello, Eddie Cline, qui tourna les meilleurs films de W. C. Fields. D’autres, par contre, comme Erle C. Kenton, George Marshall, Mark Sandrich, Sam Newfield, Lloyd Bacon, etc., réalisèrent des films de tout genre (aventures, fantastiques, westerns, comédies musicales, policiers).

10En fin de volume (cf. Annexe 2), de brèves notices sont consacrées à quarante-huit réalisateurs de courts métrages burlesques. Outre quelques renseignements biographiques, on y trouvera un résumé de leur carrière, limitée à la période qui nous intéresse (c’est-à-dire jusqu’en 1929).

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search