Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Première partie : Les producteurs et réalisateurs

Les frères Stern

Texte intégral

  • 1 Blair Miller, op. cit., p. 227.
  • 2 Ibid., p. 41.

1Abe et Julius Stern étaient les neveux de Carl Laemmle, président de l’Universal depuis 1912. Le premier fut d’abord président de la L-KO Comedy Company, tandis que le second en fut le directeur de studio, puis le vice-président1. En 1917, au départ du fondateur de la L-KO, Henry Lehrman, les frères Stern lancent les Century Comedies2 qui seront produites jusqu’en 1926. Distribuées par Universal, ces films avaient pour vedettes Alice Howell, Charles Dorety, la jeune Baby Peggy Montgomery, Harry Sweet, Buddy Messinger, Hilliard Karr, Al Alt, les Century Comedy Kids, sans oublier la ménagerie : les Century Lions, les Century Dogs et le chien Brownie... Les metteurs en scènes en étaient Jess Robbins, John G. Blystone, Fred Fishback, William Watson, Jay A. Howe, Alf Goulding, Herman Raymaker, etc..

2En 1919, la L-KO est mise en liquidation et les frères Stern créent les Rainbow Comedies (1919-1920), toujours pour Universal, avec pratiquement la même équipe que celle des Century Comedies. De 1924 à 1929, ils lanceront plusieurs séries, toutes distribuées par Universal :

  • Les Baby Peggy Comedies (1924-1925) [voir les Kid Series].
  • Les Buster Brown Series (1925-1929) |voir les Kid Series].
  • La série : « What Happened to Jane » (douze films de 1925 à 1927) avec Thelma Daniels.
  • Les Excuse Maker Comedies (quinze films de 1926 à 1927) avec Charles King.
  • La série : « Keeping Up with Joneses » (douze films réalisés par Gus Meins de 1927 à 1928) avec Gene Laymon, Addie McFail et Stella Adams.
  • Les Let George Do It Comedies (quarante et un films de 1926 à 1929) avec Sid Saylor comme vedette.
  • Les Mike and Ike Comedies (vingt-six films de 1927 à 1929) avec Charles Dorety, Ned La Salle et Joe Young.

3Par ailleurs, les frères Stern, qui ne s’intéressaient pas seulement au burlesque, étaient propriétaires de la Great Western Film Company.

Notes

1 Blair Miller, op. cit., p. 227.

2 Ibid., p. 41.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search