Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Première partie : Les producteurs et réalisateurs

Hal Roach

Texte intégral

  • 1 La biographie de Hal Roach repose sur les ouvrages suivants :
    Gene Fernett, « The Comedy Factory o (...)

1Rival numéro un de Mack Sennett, Roach est né le 19 janvier 1892 à Elmira (État de New-York)1. Il semble qu’il ait eu une jeunesse assez aventureuse. Son grand-père possédait une plantation en Virginie et avait comme voisin le général sudiste Robert E. Lee. Durant son enfance, Hal fait aussi la connaissance de Mark Twain. Plus tard, le voilà chercheur d’or et convoyeur de trains de mules en Alaska. Il travaille aussi à Seattle comme conducteur de camions. En 1912, il tombe sur une annonce qui offre un dollar par jour à des cow-boys expérimentés pour servir de conseiller technique dans les westerns de l’IMP-Universal. Hal se fait passer pour un cow-boy et est engagé ; il joue dans quelques westerns de J. Warren Kerrigan et fait un peu tous les métiers sur le plateau. Grâce à l’apport financier d’un petit héritage (quelques milliers de dollars), Roach se lance dans la production en 1914. Il tourne en extérieur dans les jardins publics de Los Angeles, écrivant lui même le scénario de ses films. Sa première vedette est Harold Lloyd (à trois dollars par jour) qu’il a rencontré en 1913 alors qu’il tenait de petits rôles pour l’Universal. Lloyd, qui n’est pas apprécié par les metteurs en scène de la maison (A. Dwan, Ch. Cabanne), a dû quitter l’Universal. Roach va risquer tout son argent sur cet acteur totalement inconnu, mais il veut un comédien malléable, avide de plaire et qui se soumettra entièrement aux exigences de son producteur. Lloyd est son homme.

2Roach loue ensuite un vieux manoir orné de tourelles et de fenêtres en saillie – Bradbury Mansion –, ancienne propriété d’une vieille famille de Los Angeles, pour en faire son studio. Dans son premier film, cependant, la vedette n’est pas Lloyd – qui joue seulement un chauffeur – mais deux enfants espiègles qui préfigurent déjà la série à succès « Our Gang ». Ce film, dont le titre ne nous est pas parvenu, n’a pas de succès. Dans son second film, Roach forme un couple vedette avec Lloyd et Jane Novak, mais c’est encore un échec financier. Quatre films seront ensuite tournés avec un acteur excentrique qui prend la place de Lloyd, mais toujours sans succès et le remplaçant est congédié. Lloyd (qui passe de 3 à 5 dollars par jour) reprend la vedette et crée le personnage de Willie Work, imitation marquée de Chariot qui connaît alors une vogue croissante, mais ces films ne trouvent pas de distributeurs. Roach parvient enfin à vendre une comédie à Pathé : c’est Just Nuts, avec Lloyd, J. Novak et Roy Stewart, un acteur de westerns. Pathé offre alors à Roach un contrat pour trois films avec ces trois acteurs. Cependant, Lloyd, qui s’estime mal payé (Stewart touche 10 dollars par jour !), abandonne Roach et ce dernier est obligé de le remplacer par un nommé Dick Rossin. C’est encore un échec et Pathé annule son contrat. Roach, obligé de mettre la clef sous la porte, va travailler comme metteur en scène à l’Essanay où son chemin croisera brièvement celui de Chaplin.

3Cependant, Pathé propose un nouveau contrat à Roach à condition de reformer le trio précédent. Roach ne parvient malheureusement pas à réengager Jane Novak et Roy Stewart, mais Lloyd est de retour (à 50 dollars par semaine) et Pathé signe... Roach et Lloyd tournent alors la série des Lonesome Luke avec comme partenaire un Australien venu du vaudeville, Harry « Snub » Pollard, et la jolie Virginia « Bebe » Daniels, une brune aux grands yeux qui joue les ingénues capricieuses. On trouve aussi à leurs côtés Bud Jamison, Gus Leonard, Noah Young (le grand méchant), Earl Mohan, Gene Marsh, Dee Lampton, Helen Gilmore, Sammy Brooks. Le personnage de Lonesome Luke présente encore beaucoup de points communs avec celui de Chariot : veston étriqué, chaussures démesurées, petite moustache (frisée, à la différence de Chaplin), le couvre-chef et le pantalon (trop court) diffèrent. Par ailleurs, Lloyd affirme avoir essayé de se démarquer nettement du jeu de Chaplin. La série démarre en janvier 1916 et connaît immédiatement la faveur du public. La plupart de ces films sont hélas perdus, la décomposition du support nitrate ayant entraîné un incendie dans les réserves de Lloyd qui, en homme d’affaires avisé, avait racheté tous ses négatifs en 1938. Roach a pris comme associé en affaires Dan Linthicum et la combinaison de ces deux noms donne la Rolin Film Company.

4En 1917, Roach décide qu’il est temps de produire des films en deux bobines. La transition est difficile car l’inventivité de Roach a ses limites et semble épuisée à la fin de la première bobine, aussi laisse-t-il souvent ses collaborateurs terminer ses films. Parmi eux on compte d’excellents spécialistes de la comédie comme Alf Goulding et Gil W. Pratt. C’est à la fin de 1917 que Lloyd crée le personnage qui le rendra célèbre dans le monde entier avec ses fameuses lunettes (première apparition dans Over the Fence, tourné en avril 1917). Il alterne alors les « Lonesome Luke » et les films « en lunettes » jusqu’à la fin de l’année. En 1919, Roach lance une nouvelle série dont la vedette, Harry « Snub » Pollard, est connue en France sous le sobriquet de Beaucitron. Charles Parrott (Charley Chase), qui a été engagé comme directeur artistique, dirige la plupart de ces films où Marie Mosquini, une brune dynamique, est la partenaire attitrée de Pollard. Roach, peu à peu, abandonne la réalisation de ses films tandis que Lloyd, devenu une vedette, voit son salaire grimper à 150, puis 300 dollars par semaine. Pathé, qui distribue toujours les films de Roach, avance jusqu’à 1 500 dollars par film. Au printemps 1919, un nouveau contrat est signé entre Pathé et Roach : Lloyd, qui touchera 1 000 dollars par semaine et 25 % des bénéfices, devra tourner neuf films en deux bobines dans les mois à venir. C’est à cette époque que Bebe Daniels, qui était l’amie de Lloyd, quitte Roach pour travailler avec Cecil B. De Mille. Elle sera (mal) remplacée par une jeune fille assez effacée qui vient de Tacoma (Washington), Mildred Davis, future Mme Harold Lloyd. Roach, après avoir changé plusieurs fois de studios, est revenu tourner à la Bradbury Mansion. En 1921, il tourne le premier moyen métrage de sa carrière : A Sailor Made Man (4 b), avec H. Lloyd, réalisé par Fred Newmeyer. C’est aussi à cette époque que Roach s’installe définitivement à Culver City, tout près de Hollywood. Le bâtiment administratif était couvert de lierre et la maison était connue sous le nom de « Green Studio ».

5Entre 1920 et 1930, de nombreux acteurs ont leur chance chez Roach ; un essai avec le frère de Harold Lloyd, Gaylord, est un échec retentissant : il n’est pas photogénique et le public ne veut pas l’adopter. Par contre, les débuts de Stan Laurel, avec pour partenaire lames Finlayson, ont un succès certain. Paul Parrott, le frère cadet de Charles, qui deviendra plus tard un des grands metteurs en scène de la maison sous le nom de James Parrott, débute dans les Paul Parrott Comedies. En 1922, Roach lance une nouvelle série qui, aux États-Unis, deviendra rapidement très populaire : les « Little Rascals » (voir le chapitre consacré aux Kid Series), appelée aussi « Our Gang », qui mettait en scène une bande de garnements aussi farceurs que mal élevés et se prolongera jusqu’en 1937. Puis Roach vendra les droits à la MGM qui continuera la série jusqu’en 1944. Dans les années 1922-1924, le très populaire Will Rogers tourne une série de comédies. Max Davidson, Eddie Boland, Billy Gilbert, Theda Bara et Mabel Normand en fin de carrière seront les vedettes de films produits par Roach tandis que Lloyd le quitte en 1923 (dernier film : Why Worry ?). Roach tourne aussi quelques films dramatiques, comme King of Wild Horse (1924), et des seriais. Signalons aussi des séries moins connues telles que The Hal Roach Star Comedies (1924-1929), The Dippy Doo Dads Comedies (1923-1924), jouées uniquement par des animaux, les Spat Family Comedies (1923-1925) avec Frank Butler, Laura Roessing et Sydney d’Albrook, et la série la plus célèbre, celle du tandem Laurel et Hardy qui débute en 1928 à la fin du muet. Enfin, les couples Thelma Todd-Zasu Pitts, Thelma Todd-Patsy Kelly apparaissent dans des séries au début du parlant ainsi que les Taxi Boys avec Ben Blue et Billy Gilbert (1932-1933).

6Parmi les réalisateurs qui officient chez Roach, beaucoup de grands noms : Leo McCarey, un des artisans du succès prodigieux du couple Laurel et Hardy, George Stevens (qui débute comme opérateur), Frank Tashlin, Gordon Douglas (qui dirige les Little Rascals), Tay Garnett, William Beaudine, Frank Capra, Hal Mohr, George Marshall (comédien à ses débuts), Clyde Bruckman, Frank Butler, Fred Guiol, Robert McGowan (un des créateurs de Our Gang), James Parrott et Hal Yates. Parmi les acteurs qui firent leurs débuts chez Roach, ou qui simplement passèrent par ses studios, citons Jean Harlow, Lupe Velez, Janet Gaynor, Paulette Godard, Harry Langdon, Jean Arthur, Bebe Daniels, Fay Wray et Boris Karloff. Dans les années trente, Roach produit quelques comédies de long métrage, comme Zenobia (1939, avec Oliver Hardy), Topper (1937, avec Gary Cooper), Goes My Heart (1938, avec Fredric Marsh et Virginia Bruce), Housekeeper’s Daughter (1939, avec Adolphe Menjou). Puis, après la fin de la seconde Guerre mondiale, Roach ne produira plus de courts métrages, mais des « Streamliner Features » (comédies de moins d’une heure) conçues pour les doubles programmes avec des acteurs peu connus comme Bobby Watson, que l’on verra en particulier dans Natzy Nuisance (1944) où il joue un Hitler ridicule. Pendant la guerre, Roach est mobilisé comme lieutenant-colonel et ses studios travaillent pour l’armée. Puis Roach produira des films pour la télévision avant que ses studios soient rasés en 1960. Il meurt centenaire le 2 novembre 1992 à Bel-Air (Californie).

7Jusque dans les années trente, l’atmosphère des studios Roach est très familiale : il n’est pas rare de voir figurer dans les films le fils d’un opérateur ou la femme d’un réalisateur. C’est dans un climat très bon enfant et chaleureusement sympathique que sont tournées toutes ces comédies au charme si particulier, caractéristique de l’esprit Roach. Pourtant, à première vue, il ne semble pas que l’on puisse trouver beaucoup de points communs entre une loufoquerie de Charley Chase, un burlesque de Beaucitron, une fantaisie de Stan Laurel et une de ces comédies apocalyptiques dont le tandem Laurel-Hardy avait le secret. Sans doute n’existe-t-il pas une « Roach touch » aussi marquée que la « Christie touch » : cependant, il y a un dénominateur commun à tous ces films : à côté des gags spectaculaires et originaux, il se dégage de ces comédies une certaine tendresse nostalgique, une émotion, une gentillesse que l’on chercherait en vain par exemple chez Mack Sennett. La série où Roach semble s’être le plus impliqué et qui lui tenait le plus à cœur est certainement celle des « Little Rascals » où l’on trouve à l’état pur l’esprit Roach : ce mélange de sentimentalité et de comique, où la première (hélas ?) prend quelquefois le pas sur le second, paraît avoir été une des causes du relatif insuccès (critique et public) de cette série en France, alors qu’elle triomphait dans les pays anglo-saxons.

Notes

1 La biographie de Hal Roach repose sur les ouvrages suivants :
Gene Fernett, « The Comedy Factory of Hal Roach », in Classic Images, n° 97, juillet 1983, pp. 41-42.
Richard Schickel, Harold Lloyd, the Shape of Laughter, Boston, New York Graphic Society, 1974, pp. 27-79.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search