Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Annexes

Texte intégral

Annexe 1

Le projet EBAQ (Étude des quartiers de San Juan et de La Loma), objet et contenu

  • 1 Cf. Françoise Descamps, La Loma Grande y la Plaza de Santo-Domingo, Quito, Libri Mundi, 1994 ; Henr (...)

1L’AIQ a permis de hiérarchiser l’espace urbain quiténien (cf. planche 34, « Tentative de définition de zones urbaines homogènes »). L’enquête EBAQ, qui porte sur neuf quartiers, en est une suite logique. Elle fut la première étape d’une connaissance sociologique du Centre Historique, appréhendé en deux de ses quartiers, La Loma et San Juan. Ceux-ci n’avaient jusqu’alors pas été étudiés en leurs aspects sociogéographiques et fort peu en leurs caractéristiques urbanistiques1. Participèrent à cette étude deux enquêteurs et des étudiants de la faculté d’architecture et d’urbanisme (FAU) encadrés par leurs professeurs et les auteurs dans le cadre d’un atelier qui eut lieu durant l’année universitaire 1995-1996.

2Les quartiers ont été choisis lors d’une rencontre de travail entre les responsables de la planification du DMQ, le doyen de la FAU et le responsable ORSTOM du projet. Ils furent le résultat de la démarche spécifique de chaque partenaire. La municipalité désirait mieux connaître les différents types de population selon leur implantation dans la ville. La faculté avait établi antérieurement une typologie des quartiers et voulait en vérifier la dimension socio-économique. René de Maximy et Marc Souris avaient publié dans l’ Atlas et souhaitaient approfondir le contenu de la classification qu’ils avaient établie. Un accord se fit sur neuf quartiers, dont La Loma et San Juan.

3Le questionnaire comprend une partie technique sur le logement : formes, dimensions, valeur, occupation, équipements et environnement géographique ; une partie, plus culturelle, abordant l’opinion des personnes interviewées sur les agréments et ou désagréments du quartier où elles vivent (fonctionnement, dysfonctionnements, besoins, insuffisances, nuisances), l’idée qu’elles se font des autres quartiers, de l’ensemble de la ville, de certains lieux dont l’histoire ou la fonction est plus spécifique, de la politique urbaine menée par la municipalité, notamment des questions de la conservation du Centre Historique et de son intérêt. Les questions sont soit précodifiées pour ce qui concerne les éléments descriptifs ou précis ayant trait à la population des logements étudiés ; soit ouvertes pour les questions sur les opinions et les comportements des personnes rencontrées.

4Cet échantillon n’a pas de représentativité au sens statistique du terme, car il impliquait la disposition d’une base de sondage à l’échelle du logement tirée du recensement de 1990. Ce travail était impossible à entreprendre compte tenu du temps et des moyens dont nous disposions. Néanmoins, nous avons doublé le nombre des questionnaires prévus sur La Loma, très ancien quartier, afin d’en avoir une meilleure représentation.

5Les enquêtes se firent auprès de ménages résidant dans les maisons répertoriées sur les fonds de plans cadastraux (fiables pour la ville ancienne). Une structure d’habitation sur dix fut tirée au sort et, selon la taille de l’immeuble, un logement, deux ou plusieurs, dans chaque structure retenue. La représentativité spatiale est donc acceptable. Ces unités familiales furent choisies en variant leur localisation dans les maisons à plusieurs logements : l’une au rez-de-chaussée, l’autre en étage, la suivante sur la rue, puis sur la cour, etc. À San Juan, le nombre de ménages interrogés fut de 269. À La Loma, le même principe a été retenu, mais, pour les besoins de notre recherche, nous avons d’abord recensé toutes les familles du quartier, puis en avons étudié un quart, soit 331.

6Lors du dépouillement des questionnaires, nous avons pu évaluer la représentativité sur les caractéristiques démographiques et socioprofessionnelles et leur distribution en les comparant terme à terme avec les résultats du recensement de 1990 dont nous avons des représentations cartographiques et thématiques à l’échelle de l’îlot. Au vu des résultats, nous avons établi des fiches permettant des synthèses relatives en évitant une déperdition significative de l’information.

7Si nous n’avons pas entrepris, pas plus que les responsables du projet pour les huit autres quartiers étudiés, un dépouillement informatisé, c’est pour trois raisons :

  • le temps et le budget : la codification des réponses aurait été matériellement aussi longue à transcrire que la réalisation directe de leur exploitation. En outre, cela aurait entraîné de relatives complications pour l’usage de la station informatique du SUIM : mobilisation d’un agent capable d’utiliser le logiciel, heures d’utilisation aberrantes (jamais avant la fin des heures ouvrables) et budget que nous n’avions pas ;
  • la reproductibilité : lorsqu’une enquête doit être reproduite à l’identique plusieurs fois sur une période donnée, l’informatique et ses possibilités sont absolument nécessaires pour une plus grande rapidité d’exploitation par cartographie assistée par ordinateur, et de multiples études comparatives possibles. Mais, à l’évidence, de l’avis des professeurs de la FAU, l’enquête EB AQ, qui a pour objet déclaré la formation académique des étudiants de quatrième/cinquième année d’architecture de l’Université centrale de Quito, ne sera pas reprise dans un futur proche. Cependant, les principales données chiffrées de l’EBAQ, bien qu’elles ne fournissent pas des résultats statistiquement indiscutables, furent remises au SUIM en février 1997 pour être numérisées à l’échelle du quartier. Ces données sont satisfaisantes pour une analyse des tendances.

Annexe 2

Fiches signalétiques de San Juan et de La Loma

San Juan (1982)

8Situation. Surface urbanisée : 34 ha ; Nombre d’îlots : 65 ; Nombre d’habitants : 14 362 ; dont H : 6 855 ; F : 7 507 ; Densité : 427,5 hab./ha ; 4,18 personnes/logement. Nombre de logements : 3 560, dont 3 479 occupés ; Nombre de pièces habitables : 10 571 ; Population scolarisée : 1 553 ; Population en âge d’activité : 8 488 dont 4 719 ont un emploi, soit 55,6 %.

9Équipement du logement selon le recensement INEC 1982. Eau dans le logement ou dans l’immeuble : 2 394 (68,8 % des logements recensés). Eau à l’extérieur : 29 (0,83 % des logements étudiés) ; Sans eau : 1 (0,03 %). Électricité : 3 446 (99,05 % des logements).

10Catégories socioprofessionnelles en 1982. Cadres et assimilés : 962, soit 20,39 % de la population économiquement active (PEA). Employés : 1 501, soit 31,80 % de la PEA. Commerçants : 565, soit 11,97 % de la PEA. Artisans : 395, soit 8,37 % de la PEA. Ouvriers qualifiés : 660, soit 13,99 % de la PEA. Ouvriers sans qualification : 636, soit 13,48 % de la PEA. Ensemble des employés et des commerçants : 2 066, soit 43,77 % de la PEA. Ensemble des travailleurs manuels : 1 691, soit 35,84 % de la PEA.

11Activités en rez-de-chaussée et visibles de la rue en 1987.

12Population évaluée à 15 000 personnes en 1987

13Activités recensées : 362, dont industrie et artisanat : 56 ; Commerces : 206 (dont 78 petites épiceries) ; Services : 98 ; « Portes fermées » et non déterminées : 2.

14Activités par hectare. Ensemble : 10,65 activités/ha, dont commerces : 6,06 activités/ha ; industrie et artisanat : 1,65 activités/ha ; Services : 2,88 activités/ha.

15Activités par îlot construit. Ensemble des activités : 5,57 activités/îlot ; Commerces : 3,17 activités/îlot ; Industrie et artisanat : 0,86 activités/îlot ; Services : 1,51 activités/îlot.

Tableau 12 San Juan : population par âge et sexe selon le recensement INEC 1982

Tableau 12 San Juan : population par âge et sexe selon le recensement INEC 1982

16Activités pour 1 000 habitants (estimation 1995). Ensemble activités : 24,13/ 1 000 hab. ; Commerces : 13,73/1 000 hab. ; Industrie et artisanat : 3,73/1 000 hab. ; Services : 6,53/1 000 hab.

17Fréquentation potentielle des établissements. Petites épiceries : 192,31 personnes pour une activité ; Commerces : 72,82 personnes pour une activité ; Services : 153,06 personnes pour une activité.

18Établissements scolaires (1987) : aucun. Établissements de santé (1988) : 1 centre de santé.

La Loma (1995)

19Informations générales selon le recensement INEC 1990 et l’enquête EBAQ 1995. Surface urbanisée : 27 ha. Nombre d’îlots : 32 dont 3 non construits ; Nombre d’habitants : 6 204, dont H : 2 894 et F : 3 310. Densité : 230 hab./ha. Nombre de logements occupés : 1 577 et 3,9 personnes par logement. Population scolarisée : 1 915 ; Population en âge d’activité : 3 683 personnes, dont 2 119 déclarent un emploi, soit 57,53 %.

Tableau 13 La Loma : population par âge et sexe selon le recensement INEC 1990 et l’enquête EBAQ 1995

Tableau 13 La Loma : population par âge et sexe selon le recensement INEC 1990 et l’enquête EBAQ 1995

20Équipement du logement selon le recensement 1990 et l’enquête 1995. Eau dans le logement ou dans l’immeuble : 1 339 (soit 85,2 % des logements recensés). Eau à l’extérieur : 233 (soit 14,8 % des logements étudiés). Tous les logements ont l’électricité.

21Catégories socioprofessionnelles. Cadres et assimilés : 89, soit 4,2 % de la population économiquement active (PEA) ; Employés : 1 329, soit 62,7 % de la PEA ; Commerçants : 329, soit 15,5 % de la PEA ; Artisans : 181, soit 8,6 % de la PEA ; Ouvriers qualifiés : 110, soit 5,2 % de la PEA ; Ouvriers sans qualification : 81, soit 3,8 % de la PEA ; Ensemble employés et commerçants : 1 658, soit 78,2 % de la PEA ; Ensemble des travailleurs manuels : 372, soit 17,6 % de la PEA.

22Activités en rez-de-chaussée et visibles de la rue recensées en 1995. Population évaluée à 6 204 personnes en 95 ; Total des activités recensées : 346 ; dont industrie et artisanat : 43 ; Commerces : 134, dont 76 petites épiceries ; Services : 169.

23Activités/hectare. Ensemble : 12,8/ha, dont commerces : 4,9/ha ; Industrie et artisanat : 1,6/ha ; Services : 6,2/ha.

24Activités/îlot. Ensemble : 11,9/îlot ; Commerces : 4,6/îlot ; Industrie et artisanat : 1,5/îlot ; Services : 5,8/îlot.

25Activités pour 1 000 habitants (estimation 1995). Ensemble : 55,7 activ./ 1 000 hab. ; Commerces : 21,6 activ./ 1 000 hab. ; Industrie et artisanat : 6,9 activ./ 1 000 hab. ; Services : 27,2 activ./ 1 000 hab.

26Moyenne par établissement. Épiceries : 1/82 pers. ; Commerces : 1/46 pers. ; Services : 1/37 pers.

27Établissements scolaires : 12 ; Maternelle : 2 ; Primaire : 5 ; Secondaire : 4 ; Lycée : 1 ; Fréquentation (1995-1996) : 5 300 élèves, dont 1 655 pour le seul lycée F.-Madrid.

28Établissements de santé : 2 centres de santé.

Annexe 3

Enquêtes-interviews sur les places et dans les épiceries

29A) Enquêtes sur les places. Nous avons élargi notre champ géographique en rencontrant des passants sur les places principales du centre historique (Plaza Grande, Plaza de San-Francisco, Plaza de Santo-Domingo, Plaza del Teatro, Plaza San-Blas). Cette enquête d’opinion, faite auprès des passants, porte davantage sur la vision du Centre dans ses limites spatiales, ses monuments, ses symboles : comment la « ville ancienne » est-elle ressentie par ceux qui la fréquentent, occasionnellement ou régulièrement ? Que représente-t-elle et à travers quels lieux symboliques ? Pourquoi la fréquentent-ils ? Parmi les transformations qui ont changé la physionomie du Centre, quelles sont les plus remarquées ?

30D’autres questions avaient trait à l’existence d’un centre administratif dans la ville, un centre des affaires, une réglementation urbaine, leurs lieux ou leurs acteurs respectifs. Les résultats ont été recoupés avec ceux de l’enquête EBAQ, qui s’appuient sur 1 584 interviews menées sur l’ensemble de Quito proprement dit (saisi en ses limites municipales) afin de déterminer si certaines perceptions et opinions sont partagées par une majorité de Quiténiens ou si, au contraire, elles diffèrent selon les quartiers.

  • 2 « La forme de son insertion dans l’ensemble du tracé urbain, sa totale imbrication dans celui-ci, n (...)

31Mais pourquoi les places comme lieu d’interviews ? Parce qu’il est plus aisé d’interpeller des gens au hasard, de discuter avec eux dans un espace ouvert et spacieux, généralement perçu comme agréable, que dans la rue, lieu de circulation aux trottoirs étroits, surchargés et peu conviviaux. Chaque entretien fut d’environ trente minutes. Certaines des personnes rencontrées attendaient quelqu’un ou flânaient et disposaient souvent d’un peu de temps qu’elles acceptèrent d’accorder à l’enquêteur. Nous avons délibérément opté pour l’un des lieux centraux de la ville ancienne, c’est-à-dire d’enquêter sur le Centre dans le Centre, en un de ses éléments structurels fondamentaux (centre géométrique, centre vital et centre symbolique) ; ainsi, les « témoins » questionnés ont à évoquer une réalité urbaine qu’ils occupent, voient, sentent simultanément2. Les enquêteurs avaient pour consigne de choisir et diversifier leurs interlocuteurs selon l’âge, le sexe et les apparences : ménagère, retraité, homme d’affaires, etc. Nous avons réalisé 192 enquêtes. La répétitivité des réponses montre que cet échantillon donne une idée suffisante des opinions rencontrées.

32B) Interviews dans les épiceries. Cette troisième enquête s’est limitée au « centre colonial » stricto sensu, c’est-à-dire aux quartiers répertoriés sur les cartes de l’IGM sous le nom de González Suarez et de Manosalvas. En un premier temps, nous avons dénombré et localisé l’ensemble des boutiques en précisant leurs spécificités marchandes (commerce alimentaire de détail, de gros ou spécialisé, vêtements, chaussures, tissus, électroménager, bijouteries, etc.).

  • 3 Cf. le texte de Philippe Cazamajor d’Artois, in AIQ, planche 16.

33Ensuite, nous avons retenu un quart des tiendas, soit cinquante, réparties sur l’ensemble du site, car ces épiceries sont la forme commerciale la plus courante des quartiers quiténiens3. Les tenderos ont vu le Centre Historique se transformer, aussi étions-nous très intéressés de savoir ce qui les a le plus frappés : les modifications dans l’apparence extérieure des bâtiments, les conditions de circulation, les relations humaines entre les gens du quartier et leur clientèle. Les autres questions portaient sur les raisons, selon eux, qui font que l’on se rende au Centre Historique et aussi ce qu’ils savent des actions de réhabilitation et de sauvegarde qui y sont entreprises, et comment ils réagissent à ce sujet.

34La finalité de l’enquête était de saisir leur vision et leur appréciation de ce quartier dans lequel ils exercent leurs activités, en tenant compte de ses variations de fonctions et d’organisation, ce qui motiva parfois d’intéressantes digressions sur l’évolution de la vie quotidienne telle qu’il l’ont observée au long de leur existence professionnelle. Naturellement, ils étaient sollicités pour leur opinion concernant la politique menée par la municipalité et divers organismes de conservation et de réorganisation.

35C) Interviews. Il n’aurait pas été sérieux de ne pas rencontrer les responsables de la planification urbaine, de la réhabilitation et de la conservation du Centre Historique. Pour la même raison, nous avons recherché les témoignages de personnes qui ont la mémoire du Centre ou la réputation de le connaître : curés des paroisses, historiens, architectes, etc. L’interview fut relativement non directive. Citons notamment le père Agustín Moreno, très aimable historien franciscain ; le père Villalba, historien jésuite plus austère ; Antonio Narváez, architecte et alors doyen de la faculté d’architecture et d’urbanisme de l’Université centrale de Quito, qui fut le guide éclairé d’un Centre Historique que personne ne songe à voir comme il l’observe depuis près d’un demi-siècle ; Ivan Cruz, antiquaire et esthète, curieux de tout, capable de faire vivre un demi-siècle de Quito avec plus de réalisme et de rêves qu’un film ne le ferait, et aussi mémoire vive de tout un siècle, car il possède une très importante masse d’archives dont il connaît admirablement les tenants et aboutissants.

Notes

1 Cf. Françoise Descamps, La Loma Grande y la Plaza de Santo-Domingo, Quito, Libri Mundi, 1994 ; Henri godard et René de MAXIMY, « Grille des services et des équipements », « Classification et analyse des quartiers », in AIQ, planche 33.

2 « La forme de son insertion dans l’ensemble du tracé urbain, sa totale imbrication dans celui-ci, ne peut être perçue comme quelque chose d’indépendant. Il est consubstantiel à celui-ci, car en règle générale il est son élément générateur », in La Cité hispano-américaine. Le rêve d’un ordre, Paris, Instituto Cervantes, 1992, p. 17.

3 Cf. le texte de Philippe Cazamajor d’Artois, in AIQ, planche 16.

Table des illustrations

Titre Tableau 12 San Juan : population par âge et sexe selon le recensement INEC 1982
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Tableau 13 La Loma : population par âge et sexe selon le recensement INEC 1990 et l’enquête EBAQ 1995
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search